eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution"

Transcription

1 Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 11 / NOvembre 2010 eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution p. 3 comment connaître Le réseau? les nombreux paramètres impactant les taux de pertes p. 4-5 quels types de fuites rechercher et comment Les détecter? face aux différentes fuites, plusieurs méthodes p. 6 comment gérer son réseau sur Le LONg terme? appréhender l état des conduites et proposer un plan de renouvellement optimisé p. 7 comment utiliser La télérelève des compteurs clients pour La performance des réseaux? la connaissance précise des consommations des clients permet d améliorer la surveillance des réseaux p.8 questions-réponses

2 2 contexte une réglementation en pleine évolution De nouvelles dispositions vont imposer des seuils de pertes à ne pas dépasser. Des réglementations précisent déjà les indicateurs de performance pour chaque service d eau ou les règles du contrôle des compteurs. Le cadre réglementaire a. la loi Grenelle II adoptée le 29 juin 2010 l article 58 de cette loi prévoit de réduire les fuites sur les réseaux d eau potable afin de préserver les ressources. Il prévoit de cibler les services qui, s ils dépassent un seuil de pertes, devront établir un plan d actions permettant d améliorer leurs performances de réseau, sous peine de voir doubler la redevance pour usage «alimentation en eau potable». Les décrets d application sont en cours de rédaction. b. la circulaire du 30 juin 2008 elle définit des bassins en déficit quantitatif dans lesquels des déficits hydriques chroniques peuvent compromettre le bon fonctionnement des milieux aquatiques. Dans ceux-ci, des bilans entre les besoins de chaque catégorie d usagers et les ressources disponibles doivent être réalisés, afin de déterminer les efforts de réduction des prélèvements dans le milieu naturel. c. le calcul des volumes «perdus» selon l arrêté du 2 mai 2007 la mise en place des indicateurs de performance TERMINOLOGIE DES VOLUMES SUR UN RÉSEAU D EAU POTABLE pour les services d eau, par le Ministère du développement durable, a conduit à préciser notamment le mode de calcul des pertes en eau (voir schéma). d. le contrôle des compteurs de vente d eau L arrêté du 6 mars 2007 concerne le contrôle des compteurs d eau froide propre en service. Il prévoit soit le changement du compteur à un âge donné, soit la «vérification périodique statistique» sur un échantillon représentatif du parc. PRODUITS + IMPORTÉS - EXPORTÉS (AEG) (1) - = MIS EN (VEG) (2) DISTRIBUTION (MED) CONSOMMÉS CONSOMMÉS CONSOMMÉS EAUX DE SERVICE (RELEVÉS ABONNÉS) + (NON FACTURÉS) + SANS COMPTAGE + = = (3) RÉSEAU (3) COMPTABILISÉS = CONSOMMÉ AUTORISÉ = + PERTES PERTES APPARENTES : DÉFAUTS DE COMPTAGE + MAUVAISE ESTIMATION DES VOLUMES CONSOMMÉS SANS COMPTAGE + VOL D EAU PERTES PHYSIQUES : SUR CONDUITES DE TRANSFERT, DISTRIBUTION, BRANCHEMENTS ET RÉSERVOIRS 1. Achat d eau en gros. 2. Vente d eau en gros. 3. Essais de poteaux incendie, lavage de réservoirs, analyse de chlore sur réseau, purges

3 connaissance du réseau 3 connaître son réseau pour mieux le comprendre De nombreux facteurs impactent le réseau. Ils doivent être recensés et analysés. 1. Les paramètres qui impactent Le réseau L environnement et la qualité de l eau influencent à long terme l état des canalisations. Ainsi le taux de pertes dépend de nombreux paramètres du réseau : sa structure, les caractéristiques de l eau transportée, son environnement (voir schéma ci-contre). PARAMÈTRES INTERVENANT SUR L ÉTAT DU RÉSEAU EAU : TEMPÉRATURE, QUALITÉ DE L EAU DISTRIBUÉE, PRESSION, COMPOSITION RÉSEAU : ETAT, ÂGE, MATÉRIAU DES CANALISATIONS ET DES BRANCHEMENTS, CONDITIONS DE POSE CONDITIONS EXTÉRIEURES : CLIMAT, TRAFIC ROUTIER SOL : MOUVEMENTS DE TERRAIN LIÉS AUX VARIATIONS DE TEMPÉRATURE, NATURE DU SOL, MOUVEMENTS DE NAPPE 2. un historique À sauvegarder et À comprendre La vie du réseau permet de mieux appréhender son état. Elle peut être représentée dans : Un SIG (Système d Informations Géographiques) comprenant des données structurelles (matériau, âge de la canalisation), et son historique (implantation précise des interventions et des casses ). Des bases de données regroupant les volumes mis en distribution, vendus, consommés sans comptage, les caractéristiques des interventions Une modélisation du réseau offrant la possibilité de simuler les pressions, les vitesses, les débits, l évolution des niveaux des réservoirs Elle permet de préparer les sectorisations, d évaluer la capacité de transfert du réseau d eau et les pressions disponibles en chaque point du réseau. 3. Les pertes apparentes La différence entre les volumes introduits dans le réseau et les volumes vendus comprend également les pertes dites «apparentes». Il s agit : d imprécisions de comptage, soit en sortie d usine, sur les compteurs de sectorisation, soit sur les compteurs des abonnés, de volumes non comptabilisés et des vols d eau (arrosage des espaces verts, remplissage des engins de lavage de voirie et hydrocurage, alimentation des fontaines, utilisation ponctuelle dans le cadre de chantiers de travaux publics ). Il est important que ces volumes puissent être estimés, le plus correctement possible et,qu autant que possible, des compteurs soient installés. L ensemble de ces paramètres montrent qu il est très difficile de déterminer le seuil de perte optimal, c est pourquoi une étude spécifique devra être réalisée, en fonction des caractéristiques

4 4 recherche de fuites mieux et plus vite Enterrées et souvent sans écoulement au sol, les fuites ne sont pas toujours visibles. Il faut donc détecter une fuite et réussir à la localiser avant de pouvoir la réparer. Pour être réellement performant, le réseau doit être équipé et permettre une recherche de fuite «dirigée». différents types de pertes d eau Les pertes physiques, ou fuites, se répartissent en : fuites «visibles» coulant sur le sol facilement détectables et localisables ; fuites «invisibles» identifiables uniquement par recherche de fuites. D un débit inconnu, les fuites devront être localisées précisément avant de pouvoir être réparées ; fuites indétectables, trop faibles pour être détectables lors de recherche de fuite ; défauts d étanchéité des réservoirs. La réduction des pertes en eau dépend par conséquent essentiellement du délai de détection, de localisation précise et enfin de réparation (intégrant les délais d obtention des arrêtés de voirie, DICT ). LES FUITES ET LEUR DÉLAIS DE RÉPARATION DÉBIT X M3/H DÉBIT FUITES VISIBLES VOLUME A FUITES INVISIBLES DÉTECTION ET LOCALISATION INFÉRIEUR À XM3/H RÉPARATION TEMPS VOLUME B TEMPS DÉTECTION PUIS LOCALISATION RÉPARATION DÉBIT L/H FUITES INDÉTECTABLES VOLUME PERMANENT TEMPS

5 des réseaux «intelligents» 5 des réseaux sous écoute et sans stress Afin de diminuer les temps de détection et de prélocalisation des fuites invisibles, il est primordial d équiper les réseaux d eau potable. 1. surveillance permanente a. sectorisation des réseaux. associée à un système de télégestion, la sectorisation permet de connaître les volumes introduits dans chaque «secteur» de réseau. La nuit, le débit mesuré correspond à la consommation de nuit (très faible chez les particuliers, sauf en période d arrosage, mais pouvant être plus forte chez les industriels) et aux fuites du réseau. Le débit de nuit sert donc à prioriser la recherche de fuite dans les zones où les fuites sont les plus importantes. b. prélocalisation des fuites. la prélocalisation peut être utilisée de façon complémentaire dans les zones de moyenne et forte densité de branchement. Des capteurs de prélocalisation acoustiques sont implantés pour surveiller tout ou partie du réseau, en détectant le bruit que font les fuites, transmis soit par l eau, soit par les canalisations. Les anomalies détectées sont transmises grâce à la télétransmission par GSM ou radio sur un poste central de télésurveillance. La détection des fuites est alors rapide mais sans positionnement précis et sans indication sur le débit. Des chercheurs de fuite sont alors envoyés sur place pour localiser la fuite de façon précise avant qu une équipe soit dépêchée pour la réparer apparition très probable d une fuite estimation du débit de la fuite m 3 /h 01/02 02/02 03/02 04/02 05/02 06/02 07/02 2. différentes techniques de recherche mobile de fuites a. la méthode acoustique La prélocalisation décrite précédemment peut être utilisée également en mode mobile. La détection électro-acoustique consiste à réaliser des écoutes ponctuelles en suivant le parcours de la canalisation à l aide d un appareil amplificateur de bruit. La corrélation acoustique permet de déterminer la position de la fuite grâce à plusieurs capteurs de bruits corrélés entre eux de façon très précise. b. l injection de gaz traceur est utilisée plus particulièrement pour les canalisations de gros diamètre, les conduites avec peu de points d accès et les conduites de liaison en milieu rural. Un gaz traceur, hydrogène ou hélium, est injecté dans la canalisation en charge. Il suffit ensuite de localiser la fuite en détectant les variations de la teneur en gaz du sol en suivant le parcours de la conduite. Ces gaz inertes, non toxiques et non polluants, ne présentent aucun danger lors de la mise en œuvre. c. le repérage au géoradar à la caméra thermique ou l envoi de sonde dans la canalisation peuvent également être utilisés. RECHERCHE DE FUITE PAR PRÉLO- CALISATION 3. modulation de pression Il est possible d optimiser la pression sur le réseau sans perturber le service des abonnés, ni la défense incendie. Des vannes de régulation sont installées afin de diminuer la pression du réseau, de façon différente selon l heure ou le débit transitant, (la nuit, par exemple, lorsque les pertes de charges sont les plus faibles car les utilisateurs consomment moins). Ces dispositifs peuvent être pilotés à distance et associés à des mesures de pression télésurveillées. La modulation de pression sur le réseau de distribution permet de diminuer : le débit des fuites immédiatement, le «stress interne» des canalisations lié aux variations de pression et donc, dans une certaine mesure, de prolonger la durée de vie des canalisations. Références : Gouvieux (60), Cannes (06), Bordeaux (33).

6 6 gestion patrimoniale investir au bon moment, au bon endroit Pour assurer une gestion patrimoniale efficace et disposer d un réseau en bon état, il est nécessaire de suivre l évolution des conduites et branchements et de programmer les travaux de renouvellement. La gestion patrimoniale des réseaux permet de : préserver la ressource en eau, pérenniser les ouvrages, assurer la continuité du service, sécuriser les personnes et les ouvrages annexes, optimiser les coûts d investissement et d exploitation, établir un juste prix de l eau. 1. connaître L état des conduites via Le service «scanner» «Scanner» est un outil de détection de la corrosion des conduites métalliques utilisant la propagation de champs magnétiques sur le principe des courants de Foucault. Sur le terrain, le diagnostic se réalise en trois étapes : analyse du sol (ph, résistivité, ), SCANNER mesure par ultrasons de l épaisseur de la canalisation, analyse en continu des points de corrosion de la canalisation sur toute la circonférence. Les avantages de cette technique : technique non intrusive et non destructrice, alimentation en eau maintenue, visualisation des premiers résultats sur le terrain. Ce diagnostic permet de : justifier ou orienter un plan de renouvellement des canalisations, évaluer le risque de fuites, aider la décision sur le renouvellement dans le cas de travaux spéciaux, préconiser le matériau à utiliser dans le cadre d un renouvellement. Références : Carpentras (84), Agde (34), Les Deux Alpes (38), Montbonnot (38), SI Montmerle (01), Bordeaux (33), Cholet (49), Paris (75), Carcassonne (11), Semur-en-Auxois (21), Biarritz (64), Anglet (64) 2. proposer un plan de renouvellement Optimisé, via Le service «prévoir» PREVOIR (Plan de Renouvellement et de Valorisation Optimisée des Réseaux), c est : améliorer la connaissance du réseau grâce à des modèles prédictifs du vieillissement structurel du réseau et à la prise en compte, dans ces modèles, du savoir des exploitants sur le métier et sur la commune, gérer les risques de casse des conduites en hiérarchisant les conduites à renouveler en priorité en fonction du risque que représente chaque canalisation (probabilité et gravité de la casse), choisir la meilleure stratégie de renouvellement en fonction des objectifs techniques et financiers de la collectivité. Références : Bordeaux (33), Créteil (94), Valenciennes (59), Nanterre (92).

7 télérelève et performance 7 connaître en continu les consommations des clients pour réduire les pertes La télérelève des compteurs clients, associée à la sectorisation, permet une démarche plus fiable, car le débit de nuit peut être évalué hors consommation et devient alors une meilleure représentation des fuites, mais pas seulement 1. impacts de La télérelève sur Les pertes en eau La télérelève des compteurs a des impacts positifs sur chaque type de pertes. Pour les pertes liées au comptage, elle permet : la suppression des estimations et des erreurs de relevé, l amélioration du calibrage des compteurs. Pour les pertes commerciales, elle assure : une exhaustivité de la relève des compteurs; l identification des fraudes et des branchements, dits fermés, qui consomment. Pour les pertes physiques, elle sert à : optimiser les actions de recherche de fuites grâce au suivi mensuel du rendement de réseau avec un ciblage sur les secteurs les plus défaillants ; analyser immédiatement le bénéfice des actions correctives. AGENT EN INTERVENTION SUR UN RÉCEPTEUR DE TÉLÉRELÈVE 2. maîtrise par Les clients de Leur consommation La télérelève est un moyen de contribuer à la protection de la ressource en détectant, à distance, les fuites chez les abonnés et en les sensibilisant aux économies d eau. en cas de présomption de fuite ou lorsque le débit d eau ne revient pas à «zéro» pendant une période donnée. a. service consommation en ligne. Les consommations journalières des clients peuvent être mises à leur disposition sur Internet grâce à la télérelève des compteurs. L abonné sera alors en mesure de déterminer comment optimiser sa consommation dans ses gestes quotidiens. b. service alerte fuites. Grâce au service «Alerte fuites» à domicile, le client est prévenu, via SMS ou courriel, SERVICE CONSOMMATION EN LIGNE GETTY IMAGES

8 questions réponses par le nombre de branchements, sont plus représentatifs de la performance du réseau, car ils sont indépendants de l évolution de la consommation. 1. La consommation a baissé certes, mais mon rendement baisse également, que se passe t-il? Le calcul du rendement prend en compte la consommation suivant la formule suivante : Rendement = volume consommé autorisé Volume produits + importés exportés Il est donc normal qu une variation des volumes consommés agisse sur le rendement. Impact de la consommation sur le Rendement de Réseau Exemple d un réseau urbain comportant un industriel important consommant m 3 /mois. 1. l industrie est en activité Volume total mis en distribution = m 3 /mois Volume consommé = = m 3 /mois Rendement du réseau = / * 100 = 72 % 2. l industrie est fermée Volume total mis en distribution = = m 3 /mois Volume consommé = m 3 /mois Rendement du réseau = / * 100 = 58 % 2. Quand le rendement augmente, c est bon signe! Vrai : si les consommations sont toujours identiques. Faux : si celles-ci ont augmenté. C est pourquoi les indicateurs en Indice Linéaire de Perte (ILP), c est-à-dire les pertes divisées par le linéaire de réseau, ou en indice de pertes par branchement (IPB), c est-à-dire les pertes divisées 3. Vous maintenez de fortes pressions dans les réseaux pour augmenter les ventes! Faux : plus la pression est forte, plus les volumes de fuite sont importants et les réparations difficiles. Au contraire, l exploitant a intérêt à reduire la pression. Pour pouvoir l abaisser, il faut installer des régulateurs de pression, et donc souvent également des surpressions pour d autres secteurs plus élevés. Une modélisation du réseau, et une analyse poussée des altimétries du réseau ainsi que des poteaux incendie sont nécessaires. 4. En améliorant le rendement de réseau, je fais un acte pour la protection de la planète! Vrai : si la ressource est dans une zone de déficit hydrique, il faut effectivement viser des rendements élevés ou plus précisément des taux linéaires de pertes ou par branchement faibles. En revanche, dans le cas où les ressources locales sont abondantes, les exigences peuvent être moins fortes. Donc, pour chaque cas, une analyse précise doit être réalisée pour déterminer le niveau de taux de perte le plus adapté en fonction des caractéristiques du réseau, de son environnement, de sa pression de fonctionnement, des équipements de surveillance permanente mais également des coûts d exploitation correspondants et des investissements décidés en matière de renouvellement des canalisations et des branchements. Pour plus d information ou pour commander des exemplaires de la collection des Cahiers techniques d Eau Service, contacter : Liste des contacts régionaux : Les cahiers Eau service est un supplément du magazine Eau service n 31.Ê Le journal de Lyonnaise des Eaux pour les collectivités locales. Trimestriel édité par Lyonnaise des Eaux, 16, place de l Iris, Paris-La Défense Directeur de la publication et de la rédaction : Dominique Ogeron Rédactrice Ê en chef : Vanessa Filhol Conception graphique et réalisation : 52, rue Camille Desmoulins, Issy-les-Moulineaux cedex Imprimerie : Clément Ê ISSN : X Crédits photos : Lyonnaise des Eaux. Illustrations : Chantal Rivière.

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

service des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace Quels sont les enjeux d une bonne gestion PAtrimoniALe des réseaux

service des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace Quels sont les enjeux d une bonne gestion PAtrimoniALe des réseaux Les cahiers Supplément technique du magazine eau service N 6 / novembre 2010 Eau service gestion PATRIMoniALE des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace P. 2 Quels sont les enjeux

Plus en détail

Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau

Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau Relever le défi L'augmentation de la demande globale en eau potable, une urbanisation accrue, un climat imprévisible et les risques

Plus en détail

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation...

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation... Exercice 2012 Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service Public de l Eau potable Eau du robinet : source de minéraux Des contrôles pour une eau sûre L exigence de qualité Syndicat des Eaux de

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses»

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses» Les outils de la gestion patrimoniale des réseaux r d eau. d Le logiciel «Casses» Eddy RENAUD Périgueux le 3 septembre 2008 L équipe «Réseaux» du Cemagref CEMAGREF Groupement de Bordeaux Unité «Réseaux,

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS GAMME SOFREL LS/LT Data loggers GSM/GPRS Les data loggers SOFREL LS et LT communiquent par liaison GSM ou GPRS. Ils ont été spécialement conçus pour le suivi à distance des petites installations des réseaux

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale Guide Recherche de Fuites Code : 1.2.3 GUI2 Date de rédaction : 20 juin 2013 Version : 23 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

Maîtrise de la consommation d énergie et protection de l habitation : GDF SUEZ innove avec la DolceVita ZenBox

Maîtrise de la consommation d énergie et protection de l habitation : GDF SUEZ innove avec la DolceVita ZenBox Dossier de Presse N 5 Janvier 2010 SOMMAIRE page 2 DolceVita ZenBox, Service Vigilance : tranquillité et maîtrise de la consommation d énergie et d eau en un seul boîtier page 4 DolceVita ZenBox, Service

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Programme Smart Cities Projet Ville de Demain Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Pour le grand CASABLANCA Enjeux, actions & opportunités Casablanca, le 23 Septembre 2014 CASABLANCA, SMART CITY 1. Enjeux

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

XI.4. La télésurveillance des installations 24h/24 90 > 2008 > RAPPORT ANNUEL EAU POTABLE DU DÉLÉGATAIRE > COMMUNAUTE DE L AUXERROIS

XI.4. La télésurveillance des installations 24h/24 90 > 2008 > RAPPORT ANNUEL EAU POTABLE DU DÉLÉGATAIRE > COMMUNAUTE DE L AUXERROIS Une unité mobile d'ultrafiltration d'une capacité de 3.5 m 3 /heure est mobilisable 24h/24. Cet équipement peut être utilisé comme un point de production ou de fourniture d'eau potable pour une commune

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable

Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable Application dans le contexte du SAGE Nappes Profondes de Gironde Septembre 2009 Eddy Renaud Groupement de Bordeaux

Plus en détail

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les Rencontres Techniques d IDEAL 19 Juin2012 -Nancy Distribution de l eau Challenges : Augmentation de la demande en eau Changements climatiques

Plus en détail

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Définition d un programme de renouvellement Indépendance - Expériences - Expertises - Proximité

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable

CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable Eddy RENAUD Rencontre Technique ASCOMADE Besançon le 26 mai 2011 Le Cemagref - Sciences et technologies pour l environnement

Plus en détail

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif 20 FÉVRIER 2013 : EUREXPO SALON DES ENR François GIBERT directeur EKLOR Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant 1 2 2 3 3 Les fonctions d

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier 2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier «Une année de performance et de gestion durable de votre service public de l eau» Gestion du document

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Réduction des pertes d eau des réseaux de distribution d eau potable Guide pour l élaboration du plan d actions (décret 2012-97 du 27 janvier 2012)

Réduction des pertes d eau des réseaux de distribution d eau potable Guide pour l élaboration du plan d actions (décret 2012-97 du 27 janvier 2012) Réduction des pertes d eau des réseaux de distribution d eau potable Guide pour l élaboration du plan d actions (décret 2012-97 du 27 janvier 2012) Novembre 2014 Auteurs et contributeurs Nous souhaitons

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Mise en œuvre de les capteurs dans la gestion de l eau

Mise en œuvre de les capteurs dans la gestion de l eau Mise en œuvre de standards OGC pour les capteurs dans la gestion de l eau Forum OGC France Journée de l interopérabilité 5 décembre 2012 Simon Le Grand 09/12/2012) Veolia Eau Ile de France Direction Technique

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Smart in the City. L innovation au service de la ville et de ses habitants

Smart in the City. L innovation au service de la ville et de ses habitants Smart in the City L innovation au service de la ville et de ses habitants L innovation est au cœur de la ville intelligente. Nouvelle frontière de l urbanisme, le concept de ville intelligente offre aux

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

Outillage d atelier. Consommables

Outillage d atelier. Consommables Outillage d atelier Consommables Equiper son atelier pour la climatisation Détection de fuite par rayon UV Coffret Lampe ultraviolet sans fil Ref : 420A58 Kit de détection de fuites air conditionné véhicule.

Plus en détail

Centre d Information et de Gestion du Trafic

Centre d Information et de Gestion du Trafic Centre d Information et de Gestion du Trafic Présentation NCA juin2012 Le CIGT 06 Un service du Conseil général des Alpes Maritimes Créé en 2006 - Au sein de la Direction des Routes Fonctionnement 24h/24

Plus en détail

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 Laurent Jammes, Guillemette Picard Schlumberger Carbon Services Technique Académie des sciences Paris 19 Mai 2009 Plan de la présentation 2 La

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7

Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7 161 Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7 Lorsqu une tentative d intrusion est détectée, des dispositions d urgence doivent être prises : vérifier la cause de l alarme, prévenir les personnes

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en 1 L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en agriculture en mettant en valeur les spécificités/contraintes,

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments

L efficacité énergétique dans les bâtiments https://intranet.swe.siemens.com/fr/intra/infrastructure-cities/bt/offre/ssp/buildingautomation/energie/pages/notre-offre.aspx L efficacité énergétique dans les bâtiments siemens.com/answers Kurt Detavernier

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS SOMMAIRE EDF ENTREPRISES, AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DES ENTREPRENEURS Deux énergies, un interlocuteur unique Pages - Simplifier votre gestion Pages -7 Votre

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES

VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES Département des Vosges VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES AVENANT N 7 AU CAHIER DES CHARGES POUR L EXPLOITATION PAR AFFERMAGE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT 1/19 Décembre 2012 Entre les soussignées

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Traquer les fuites : une obligation qui rapporte

Traquer les fuites : une obligation qui rapporte LA DÉTECTION DES FUITES Traquer les fuites : une obligation qui rapporte D.R. Par Bonaventure Djamie, Agence Technoscope La recherche des fuites sur les réseaux d eau potable repose pour l essentiel encore

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE DE GAZ

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE DE GAZ SARL CLAUDE MOREAU 401 rue de Bordeaux 16000 ANGOULEME Tél. : 05 45 94 10 94 - Fax : 05 45 94 66 57 http://www.claude-moreau-diagnostic.com ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE DE GAZ Date de la mission :

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

FRnOG, 25/01/2013. Marilyn, un datacenter vertical

FRnOG, 25/01/2013. Marilyn, un datacenter vertical FRnOG, 25/01/2013 Marilyn, un datacenter vertical www.celeste.fr Marilyn, un datacenter vertical Pourquoi un datacenter? Pourquoi l air? Pourquoi vertical? Qui est CELESTE? CELESTE est fournisseur d accès

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Qu est-ce qu un raccordement?

Qu est-ce qu un raccordement? mars 2012 La prestation de raccordement : vue d ensemble pages 4/5 Votre demande de raccordement page 6 La proposition de raccordement d ERDF page 7 modalités de paiement prix du branchement Les travaux

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

Luxor. La borne escamotable automatique

Luxor. La borne escamotable automatique Luxor La borne escamotable automatique Gérer, contrôler et délimiter Les besoins modernes de la planification urbaine exigent des systèmes avancés capables de réglementer les flux de véhicules, aussi bien

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc.

ENSAM-Meknès. Rapport de stage à l ONEP. Royaume du Maroc. Royaume du Maroc. Université My Ismail Ecole Nationale Supérieure Office Nationale d Arts et Métiers. de L Eau Potable. Meknès. Rapport de stage Réalisé par : Hassan KHADIRI. Assisté par : M.Oulji. Période

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!!

Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!! Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!! Les pneus agricoles sont un investissement très important. Les pneus agricoles basse pression sont très chers. Protégez

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Les data loggers SOFREL LT et LT-US ont été conçus pour la surveillance des réseaux d eaux usées et pluviales (collecteurs, déversoirs d orage,

Plus en détail

Compteurs d Energie Thermique & Systèmes associés

Compteurs d Energie Thermique & Systèmes associés Compteurs d Energie Thermique & Systèmes associés La juste mesure de la consommation d énergie thermique. Compteurs Compacts COMPTEUR ULTRAMAX Compteur compact et communicant d appartement pour la répartition

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF»

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Michel BOURLOUX 06/03/2013) LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Sommaire 1. Préambule 1.1 Les Besoins

Plus en détail

your Creative agency MountainCloud CLUSTER HBI INOTEP - Pôle d Excellence BTP Nord-Pas de Calais 73 rue Raoul Briquet - 62700 BRUAY-LA-BUISSIERE

your Creative agency MountainCloud CLUSTER HBI INOTEP - Pôle d Excellence BTP Nord-Pas de Calais 73 rue Raoul Briquet - 62700 BRUAY-LA-BUISSIERE MountainCloud your Creative agency info@ info@ MountainCloud your Creative agency classes objectifs apports moyens A+ Gestion A Gestion active coopérative Le bâtiment intelligent a la capacité d auto-adaptation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 40 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 21 novembre 2012 PROJET DE LOI relatif à la mise en œuvre du principe

Plus en détail

GUIDE DE MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE DÉTECTION EXTÉRIEURE ASSOCIÉ À UNE VIDÉOSURVEILLANCE

GUIDE DE MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE DÉTECTION EXTÉRIEURE ASSOCIÉ À UNE VIDÉOSURVEILLANCE GUIDE DE MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE DÉTECTION EXTÉRIEURE ASSOCIÉ À UNE VIDÉOSURVEILLANCE Ce guide donne les bonnes pratiques, les bons reflexes, les règles de l art, les questions à se poser et des

Plus en détail

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère 1 Un partenariat de 3 ans entre la Préfecture de l Isère et Schneider-Electric Instrumenter le site Innovation Créer une situation de référence Business Partenaires

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne point de vue sur l importance attributaire d un référentiel 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Le Guide de la Télésurveillance Alert Services

Le Guide de la Télésurveillance Alert Services Le Guide de la Télésurveillance Alert Services 2 Dans un environnement familier, la meilleure façon d éviter le pire est de prendre toutes les mesures de prévention à chaque étape. Pour une sécurité optimale

Plus en détail