Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants"

Transcription

1 Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau

2 Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex ) relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants. R.4451: mesures de prévention R-4453, 4452 : obligation de l employeur de former les travailleurs aux risques liés à l exposition aux RI. Cette formation doit être adaptée au poste de travail. Renouvellement périodique, à minima tous les 3 ans. 2

3 Structure de la matière 3

4 Éléments stables et instables Il existe plus d une d centaine d éd éléments naturels ou artificiels. Chacun est caractéris risé par un numéro atomique (Z) et un nombre de masse (A) : (A) 32 (Z) 15 Z= nombre de protons A= nombre de protons+neutrons P 1500 nucléides connus, 274 stables. Les autres se transforment spontanément par émission de particules (α,( β,, n) et de rayonnements électromagnétiques tiques (γ)( ) pour aboutir à de nouveaux éléments dont le Z et/ou le A sont différents de l él élément initial: c est la RADIOACTIVITE 4

5 Les différents rayonnements éjection de 2 protons + 2 neutrons un neutron se transforme en électronun proton se transforme en électron+ 5

6 Pénétration des rayonnements 6

7 Quantification de la radioactivité Grandeur : activité On dit qu une substance radioactive présente une activité de 1 becquerel lorsque dans cette substance 1 noyau se transforme spontanément chaque seconde.(transition spontanée/seconde) Unité : le becquerel (Bq) ou anciennement le curie (Ci) Le curie est l activité de 1g de radium Ci = 37 milliards de becquerels 7

8 Décroissance radioactive 8

9 Radioactivité Naturelle : rayonnement cosmique, rayonnement tellurique, radon. (notre environnement) Artificielle: activation par réacteurs nucléaires, retraitement de combustible nucléaire, accélérateurs de particules, cyclotrons 9

10 Radioactivité artificielle : sous quelles formes? Source scellée : source dont la structure empêche, en utilisation normale, toute dispersion de matières radioactives dans le milieu ambiant. Source non scellée : source dont la présentation et les conditions normales d emploi ne permettent pas de prévenir toute dispersion de matières radioactives. 10

11 Secteur industriel Gammagraphes: radiographie, contrôle non destructif de pièces, de soudures Irradiateurs: dégermination, stérilisation, conservation des aliments, Analyseurs: florescence X Jauges : épaisseur, niveau, densité, humidité Détecteurs de fumée. (arrêt) Paratonnerres. (arrêt) 11

12 Secteur médical Rayons X :Radiodiagnostic conventionnel Accélérateurs: tomographie à positons (PET scan) émission de Sources scellées: curiethérapie, cobaltothérapie, endoplésiothérapie, implants... Sources non scellées: radiothérapie de thyroïde, exploration fonctionnelle, diagnostic in-vivo 12

13 Secteur recherche Sources scellées : - Irradiateurs de cellules ( IBL) - Analyseurs: chromatographes en phase gazeuse, fluorescence X - datation - diagraphie, hydrologie Sources non scellées : - biochimie (ADN) - biologie (moléculaire, animale, végétale ) - pharmacocinétique, étude du métabolisme - autoradiographies 13

14 Les modes d exposition Exposition externe Source radioactive à l extérieur de l organisme. L exposition cesse dès que l on n est plus sur la trajectoire du rayonnement de la source. Exposition interne Par inhalation : lorsque la substance est sous forme de gaz, d aérosols, de poussières. Par ingestion: par transfert ou lorsque la substance est contenue dans les liquides ou les aliments. Par blessure : lorsqu il y a dépôt de substance sur une plaie. 14

15 Quantification du risque Dose absorbée = D (Gray) : énergie cédée (Joule) par le rayonnement à la matière par unité de masse (kg). Équivalent de dose =H (Sievert) : permet de traduire l efficacité biologique des rayonnements. facteur de pondération (W) β X γ = 1 Dose efficace = E (Sievert) : permet de tenir compte de la radiosensibilité de chaque organe. C est la grandeur utilisée pour fixer les limites réglementaires. 15

16 Relation entre les unités 16

17 Les effets sur l organisme Effets déterministes : visibles ils n apparaissent que pour une exposition dépassant un seuil de dose absorbée. (brûlures, nécroses, aplasie) Effets stochastiques : aléatoires probabilité d apparition proportionnelle à l équivalent de dose reçu (hypothèse sans seuil). Conséquences : principalement apparition de cancers et d anomalies génétiques. 17

18 Les effets sur l organisme Effets déterministes: d autant plus graves que la dose est élevée et n apparaissent qu au dessus d un certain seuil (ex:dose semi-létale à 4,5 Gy) Précoces: syndrome d irradiation aigüe, Chroniques: radiodermites Tardifs: cataracte, stérilité Tableau 6 des maladies professionnelles 18

19 Effets sur les cellules 19

20 Les principes de la radioprotection Justification: de l utilisation des RI et des pratiques, plus d avantages que d inconvénients. Optimisation: analyse coût-efficacité maximum. Limitation : des expositions individuelles et collectives protection possible. par la meilleure Principe «ALARA» (as low as reasonably achievable) 20

21 Les moyens de se protéger loi de Kepler: 1 D 2 21

22 Protection contre l exposition externe Limiter si possible l activité des sources Réduire le temps de présence face à la source Augmenter la distance, utiliser des pinces Adapter les écrans Ranger les sources après usage 22

23 Protection contre l exposition interne Limiter la quantité à manipuler sur paillasse Isoler les substances radioactives du milieu de travail ( sorbonnes, hottes, boîtes à gants ) Isoler le corps du travailleur si nécessaire (EPI, gants, protection respiratoire, vêtements adaptés) Ventilation spécifique des locaux Éliminer régulièrement les déchets 23

24 La réglementation sur la protection des travailleurs et de la population Directive 96/29/EURATOM fixant les normes de base relatives à la protection sanitaire de la population et des travailleurs contre les dangers résultant des rayonnements ionisants. Décret n du 4 avril 2002 relatif à la protection générale des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants, Décret n du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Complété par 12 arrêtés le tout repris dans le code du travail au 7/3/

25 Arrêtés d application du décret n Le décret n , fixant les règles générales de radioprotection, est complété par 12 arrêtés qui en définissent les modalités d application. Méthode de calculs de la dose efficace ; Certification de formation pour les personnes assurant la formation PCR Nature et périodicité des contrôles de sources et appareils émetteurs de rayonnements ionisants (26/10/05) Délimitation et signalisation des zones surveillées et contrôlées (15 mai 2006) Modalités d agrément des laboratoires de dosimétrie de radio-toxicologie et d anthropo-radiamétrie ; Carte individuelle de suivi médical A et B et modalités d accès aux informations (SISERI) ; Recommandations et instructions techniques au médecin du travail ; Certification des entreprises intervenantes Certificat d aptitude à manipuler les appareils de radiographie industrielle (CAMARI) Modalités d évaluation de l exposition aux rayonnements naturels ; Mise en oeuvre du suivi de l exposition du personnel navigant ; Modalités d évaluation de l exposition au radon 25

26 La réglementation sur la protection des travailleurs et de la population Code la santé publique: Livre 3,titre 3,chapitre 3 (rayonnements ionisants) sections 1 à 7 pour la partie réglementaire Code du travail: recodifié au 07/03/08: Articles: 4121,4152, 4154, 4222, 4311, 4312, 4322, 4323, 4451 à 4457 pour la partie réglementaire 26

27 Obligations de l employeur-1 Application du code du travail: exemples R ,8,9: prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et coordination des moyens de prévention R &11: respect des limites réglementaires, analyse des postes de travail, évaluation prévisionnelle des doses collectives et individuelles R à 5: délimitation des zones 27

28 Obligations de l employeur-2 R : fait procéder aux contrôles techniques de radioprotection R.4453: classement du personnel (A, B, NE) R à 12: désignation de la PCR R à 16: rôle du médecin du travail R à 19: information du CHSCT 28

29 Limites réglementaires r (décrets n 2002n et ) 296) CT R à 17 Limites d'exposition (msv) Catégorie A Catégorie B Non Exposé ou public annuelles annuelles annuelles Organisme entier Cristallin Peau, extrémités nota: réglementation particulière pour les femmes enceintes D< 1 msv/9 mois 29

30 Le zonage Zone non réglementée: accessible aux NE Zone surveillée: zone de travail accessible aux catégories A et B Zone contrôlée: zone accessible aux catégories A avec dosimétrie opérationnelle si justifiée Zones spécialement réglementées: avec contrôle d accès et barrières physiques Jaune (limitée), orange (très limitée), rouge 30

31 Le zonage Arrêté du 15 mai 2006 dit «arrêté zonage» & R à 11 du CT Zone non Dose équivalente aux extrémités (mains, avant bras, pied, cheville) : H T 0,2 msv 0,65 msv 50 msv 2,5 Sv (1h) (1h) (1h) (1h) réglementée Z.R. Z.R. ZSR ZSR ZSR Contrôle de l état de propreté radiologique si risque de contamination dans les ZR attenantes Zone Zone Zone contrôlée Zone contrôlée Zone interdite surveillée contrôlée jaune orange rouge 80 µsv 7,5 µsv 25 µsv 2 msv 100 msv (mois) (1h) (1h) (1h) (1h)! Les valeurs de doses (E T et H T ) correspondent à des doses intégrées sur la période considérée (le mois ou l heure) Dose efficace E T 2 msv/h 100 msv/h Débit de dose Au niveau de l organisme entier (exposition externe seule)

32 But de la dosimétrie Empêcher l apparition des effets immédiats Limiter l apparition des effets tardifs (+5,6% du risque de cancer et d anomalies génétiques attendus pour 1 Sv reçu à l organisme entier) Limitation professionnelle à 20 msv/an 32

33 Dosimétrie externe: La dosimétrie -Dosimétrie d ambiance Dosimètres individuels passifs (lecture différée): film photographique, thermo-luminescent(tld), radio-photoluminescent (RPL à l IRSN) chimique, détecteur solide de traces. Dosimètres opérationnels (lecture directe): stylo dosimètre, dosimètres électroniques Dosimétrie interne: Prélèvements biologiques, atmosphériques 33

34 Utilisation de sources non scellées Marquage de molécules avec des radioéléments, sous forme généralement liquide, afin d en suivre leur fixation sur une cible donnée dont on étudie le comportement. En recherche biologie moléculaire, biologie cellulaire pharmacocinétique agronomie 34

35 Utilisation de sources non scellées Domaine industriel : Test d usure : moteurs, pneus, Hydrologie, hydrogéologie, Réacteurs chimiques : distribution des temps de séjour (textile, verre), Recherches de fuites. 35

36 Utilisation de sources non scellées Domaine médical : In vivo médecine nucléaire : exploration fonctionnelle, radiodiagnostic curiethérapie In vitro Dosages en immunologie, hormonologie, hématologie, cancérologie, etc. 36

37 Utilisation de sources non scellées Autorisation : Dossier présenté à l ASN/div.régionale qui valide pour ce qui a été décrit (type d utilisation, RE, PCR, locaux) Demande de fourniture, livraison Utilisation : Réglementation ICPE, si A> seuil ( voir annexe 5 du D ) rubrique 1715 (ex 1710, arrêté type 385-5) - Code du travail, CSP et décrets d application : CT-R-4451, arrêté zonage du 15 mai 2006 = CT-R-4452 Élimination: Gestion des déchets : circ.dgs , guide ANDRA 37

38 Utilisation de sources non scellées Radioéléments couramment utilisés Recherche : émetteurs β : H-3, C-14, P-32, P-33, S-35, Cl-36 émetteurs γ : Νa 24, Cr 51, Ι 125, Ι 131 Médical: O-16, F-18, Tc-99m, I -131, Xe-133, Tl

39 Utilisation de sources non scellées Activités manipulables en Bq Groupe de radiotoxicité Laboratoire type C Laboratoire type B Laboratoire type A Labo chaud à à > à à > à à > à à > Type C Labo de chimie bien équipé, paillasses, hottes ventilées, zone surveillée Type B Labo prévu pour la manipulation et le marquage, hottes ventilées, filtrées, boîte à gants, revêtement de sol, zone contrôlée 39

40 Utilisation de sources non scellées Protection contre l exposition interne: les voies d entrée : inhalation, ingestion, transcutanée les remèdes : limiter les quantités de RE; isoler les substances du milieu de travail : utiliser les enceintes ventilées et les vérifier, fermer les flacons, nettoyer les plans de travail, évacuer les déchets; isoler son corps : interdiction de fumer, boire, et manger en zone, ne pas pipeter à la bouche, porter des EPI adaptés; contrôler régulièrement les plans de travail et les appareils; informer : afficher les consignes, signaler les zones, les incidents 40

41 Utilisation de sources non scellées Bonnes pratiques : Limiter les surfaces de travail Utiliser des revêtements facilement décontaminables Utiliser du matériel dédié et balisé, régulièrement contrôlé Ranger les sources après usage En cas d incident, agir avec calme, adapter les moyens aux risques, suivre la consigne écrite 41

42 Les déchets induits Tout déchet dont l activité massique est >100 Bq/g doit être pris en charge par l ANDRA Provenant de l utilisation de sources non scellées: Essentiellement solides et liquides, produits par la recherche et la médecine et pris en charge par l ANDRA selon le guide d enlèvement. (voir aussi la circ. DGS ) déchets TFA dont l activité est <100Bq/g et >1Bq/g Seuils d exemption définis par dir.e Autres déchets: sources scellées non étanches, industrie nucléaire, déchets radifères. 42

43 Utilisation de sources non scellées Bonnes pratiques (suite): Pour éviter la contamination, il faut nettoyer, évacuer, filtrer, ventiler, confiner, absorber, Adapter les détecteurs au rayonnement à détecter, contrôler avec des mesures directes et/ou indirectes(frottis), vérifier leur fonctionnement Penser aussi aux autres user de bon sens 43

44 Utilisation de sources scellées Définition: Source dont la matière radioactive n est pas accessible dans les conditions normales d emploi, Conforme aux normes ISO 2919 et 1677 et/ou aux normes NF M et : rubrique 1715 (ex rubriques 1710, 1720, 1721) 44

45 Utilisation de sources scellées Autorisation : dossier présenté à l ASN/div. Régionale qui valide pour ce qui a été décrit (utilisation, locaux, PCR) Utilisation : Réglementation ICPE : si A>seuil ann.5 D rubrique 1715 (ex 1710, 1720, 1721, arrêté type 385-4) Code du travail, CSP et décrets d application: CT- R- 4451, 4452 Arrêté zonage du 15 mai 2006 Élimination : Retour au fournisseur ou à un organisme habilité Changement tous les 10 ans (CPA) Cessation définitive d emploi 45

46 Utilisation de sources scellées Élimination (suite) : Retour fournisseur : avec copie du certificat d étalonnage et demande de fourniture (CSP R ) Cas particuliers, sources orphelines : ANDRA Association RESSOURCES-BP GIF/YVETTE environ 5300 autorisations «utilisateurs» flux 3000 sources/an 46

47 Utilisation de sources scellées Dispositions particulières :CSP- R à 53 -Suivi par inventaire, vérification annuelle d étanchéité Retour au fournisseur: en cas de fuite, en cas de cessation définitive d emploi, au delà de 10 ans Prévenir l ASN en cas de perte ou de vol sous 24 h Stockage dans un local fermant à clé, résistant au feu, balisé Afficher les mesures d urgence et consignes de radioprotection 47

48 Générateurs électriques de rayonnements ionisants Générateurs de rayons X: médical, industrie, recherche, contrôle (CND) déclaration ou autorisation Accélérateurs d électrons, d ions: médical, industrie, recherche, contrôle soumis à déclaration ou autorisation INB si E > 50 MeV pour électrons et P > 1 kw 48

49 Rayons X Réglementation: ex.décret ( ) CSP art.r à 28 applicable à tout appareil dont la DDP>30 kv sauf tubes cathodiques<30 kv et les appareils conformes aux normes fixées par arrêté(?) si le débit de dose équivalente est <1µSv/h à 10 cm de toute surface accessible.(appareil auto-protégé) autorisation délivrée par ASN/dir.rég. pour l industriel, la recherche et le médical avec avis des dir.techniques

50 Rayons X Origine : Produits à partir d un tube radiogène, alimenté par un générateur électrique, comprenant une cathode avec un filament émetteur d électrons et une anode (anticathode) équipée d une cible (W, Cu, Ni, Co, etc.) qui émet les rayons X vers une fenêtre de sortie. Le tube est protégé par une gaine qui peut comporter plusieurs sorties utiles sur lesquelles on installe le système expérimental. 50

51 Rayons X Risques d irradiation: Par le faisceau direct: Tube sous 50 kv -10 ma, cible de Cu: À 50 cm = 250 Sv/h (dose peau soit 7mg/cm2 ) soit 4,2 Sv/mn ou 70 msv/s Par le faisceau diffusé 1 à 2 Sv/h 51

52 Rayons X Principales causes d accidents: Utilisation d une fenêtre alors qu une autre est restée ouverte, Ouverture intempestive d une fenêtre, Intervention sur le système expérimental, Réglage sous faisceau non réduit, Neutralisation des sécurités. 52

53 Rayons X Conduite à tenir pour éviter les accidents d irradiation (1/2) Appareil : Ne jamais laisser un faisceau se propager sans protection Utiliser du matériel équipé de systèmes de sécurité Ne pas court-circuiter les systèmes de sécurité Vérifier régulièrement leur efficacité Se méfier du rayonnement diffusé En cas de changement de tube, vérifier l efficacité des protections Toute modification nécessite un contrôle Signalisation lumineuse et visible de la mise sous tension et des faisceaux utilisés 53

54 Rayons X Conduite à tenir pour éviter les accidents d irradiation (2/2) Personnel : Information du personnel et classement médical si nécessaire Respect des consignes Connaissance du fonctionnement du GX Connaissance des moyens de contrôle Local : Baliser les locaux, effectuer et matérialiser le zonage Si nécessaire, équiper les accès de rupteurs de HT 54

55 Rayons X Témoin HT Système expérimental sécurisé fenêtre Témoin d ouverture Appareil auto protégé si débit de dose <10 µsv/h à 10 cm des parois Témoin d alimentation 55

56 Caisson de tir avec rupteur de HT à l ouverture de la porte Rayons X

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire Présentation des règles et procédures de travail en environnement nucléaire 1 Sommaire Les grandes lignes de la réglementation Le contrôle de l exposition aux rayonnements ionisants Les moyens de protection

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo»

RAPPORT. du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» RAPPORT du groupe de travail «Aménagement des installations de médecine nucléaire in vivo» JANVIER 2012 Recommandations sur les règles techniques minimales de conception, d exploitation et de maintenance

Plus en détail

Paris, le 2 juillet 2013

Paris, le 2 juillet 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-037348 Madame la Directrice Hôpital Saint Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE PENDANT LA PERIODE 2009-2011 RESUME Le bilan national des inspections des services de médecine nucléaire a été établi sur la

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

Comme les précédentes,

Comme les précédentes, dmt TC dossier médico-technique 106 Médecine et rayonnements ionisants: fiches d aide à l analyse des risques en médecine nucléaire Six nouvelles fiches d aide à l analyse des risques font suite à une

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

3 > L homme et les rayonnements

3 > L homme et les rayonnements DE LA RECHERCHE À L INDUSTRIE > 3 > L homme et les rayonnements La diversité des rayonnements Les effets biologiques des rayonnements La radioprotection Exemples d applications des rayonnements 2 > SOMMAIRE

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable

Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

Jauges nucléaires et sécurité au travail

Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail INFO-9999-4 (F) Révision 2 Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical)

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) IND/RN/001/NT03 Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) Renouvellement, modification ou annulation de l autorisation I DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE AUTORISATION...3 I.1 Rappels...3

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

PRIORITES EN RADIOPROTECTION

PRIORITES EN RADIOPROTECTION PRIORITES EN RADIOPROTECTION Propositions pour une meilleure protection des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants Rapport de la commission VROUSOS remis à André-Claude LACOSTE, Directeur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

1 PRÉSENTATION DES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES ET DE RECHERCHE UTILISANT DES

1 PRÉSENTATION DES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES ET DE RECHERCHE UTILISANT DES C H A P I T R E 1 0 LES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES ET DE RECHERCHE 10 L industrie et la recherche utilisent de longue date des sources de rayonnements ionisants dans une grande variété d applications et de

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des risques professionnels Inventaire des risques Etablissement : Faculté de médecine Unité de travail : UMR 1092 INSERM laboratoire de microbiologie Année : 2013 Locaux Dangers ou facteurs

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

La radioprotection des travailleurs

La radioprotection des travailleurs R A P P O R T R A P P O R T La radioprotection des travailleurs Exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France : bilan 2013 PRP-HOM/2014-007 Pôle radioprotection, environnement, déchets

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Directeur Dominique Le Guludec Tomographie d'emission MonoPhotonique (TEMP) Convention

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction... 4 1. Procédures de déclaration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs Identifier et faire enlever vos objets radioactifs Certains objets radioactifs très variés et souvent anciens se trouvent encore dans des collections, des brocantes ou des greniers. Leur dangerosité est

Plus en détail

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la

Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la Édition 2013 Charte de bonnes pratiques Préface Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la radiographie industrielle ne se produisent heureusement que rarement. Pour autant,

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION CHAPITRE 12 sous chapitre 12.0 RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION L objet de ce sous-chapitre est de définir le cadre réglementaire relatif à la radioprotection sur lequel est basée la conception

Plus en détail

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL ',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXPDL IL[DQWOHVQRUPHVGHEDVHUHODWLYHVjODSURWHFWLRQVDQLWDLUHGHODSRSXODWLRQHWGHVWUDYDLOOHXUVFRQWUHOHV GDQJHUVUpVXOWDQWGHVUD\RQQHPHQWVLRQLVDQWV LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10 mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction...... 4 1. Procédures de déclaration et d autorisation de détention et d utilisation de générateurs électriques...... 5 1.1. Régime administratif des installations

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs Identifier et faire enlever vosobjets radioactifs Aujourd hui, l utilisation et l élimination de sources radioactives sont contrôlées par les pouvoirs publics. Mais cela n a pas toujours été le cas et

Plus en détail

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong London Milan Tokyo Rodolphe Antoni, Laurent Bourgois Physique appliquée à l exposition

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague. Édition 2013

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague. Édition 2013 Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site AREVA la Hague Édition Ce rapport est rédigé au titre de l article L 125-15 du code de lʼenvironnement AREVA / Site de la Hague

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 12 septembre 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-047562 MUTUELLES DE VENDEE 1 impasse Paul Eluard 85180 CHATEAU D OLONNE Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick)

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Le danger : propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, de causer

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 1 er avril 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-013170 Hôpital Avicenne 125, rue de Stalingrad 93000 BOBIGNY Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Novembre 2010 Guide de présentation d'une demande de permis - Radiothérapie RD/GD-120 Publié par la Commission canadienne de sûreté

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

Hugues Bruchet, coordonnateur

Hugues Bruchet, coordonnateur Hugues Bruchet, coordonnateur Personne compétente en radioprotection Radioprotection pratique pour l industrie et la recherche Sources non scellées Coordonné par Hugues Bruchet 17, avenue du Hoggar Parc

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

Préface. 2 - Charte de bonnes pratiques en radiographie industrielle

Préface. 2 - Charte de bonnes pratiques en radiographie industrielle Préface Les situations accidentelles constatées, en France, dans le domaine de la radiographie industrielle ne se produisent heureusement que rarement. Pour autant, elles nous permettent néanmoins de ne

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail