Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants"

Transcription

1 Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau

2 Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex ) relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants. R.4451: mesures de prévention R-4453, 4452 : obligation de l employeur de former les travailleurs aux risques liés à l exposition aux RI. Cette formation doit être adaptée au poste de travail. Renouvellement périodique, à minima tous les 3 ans. 2

3 Structure de la matière 3

4 Éléments stables et instables Il existe plus d une d centaine d éd éléments naturels ou artificiels. Chacun est caractéris risé par un numéro atomique (Z) et un nombre de masse (A) : (A) 32 (Z) 15 Z= nombre de protons A= nombre de protons+neutrons P 1500 nucléides connus, 274 stables. Les autres se transforment spontanément par émission de particules (α,( β,, n) et de rayonnements électromagnétiques tiques (γ)( ) pour aboutir à de nouveaux éléments dont le Z et/ou le A sont différents de l él élément initial: c est la RADIOACTIVITE 4

5 Les différents rayonnements éjection de 2 protons + 2 neutrons un neutron se transforme en électronun proton se transforme en électron+ 5

6 Pénétration des rayonnements 6

7 Quantification de la radioactivité Grandeur : activité On dit qu une substance radioactive présente une activité de 1 becquerel lorsque dans cette substance 1 noyau se transforme spontanément chaque seconde.(transition spontanée/seconde) Unité : le becquerel (Bq) ou anciennement le curie (Ci) Le curie est l activité de 1g de radium Ci = 37 milliards de becquerels 7

8 Décroissance radioactive 8

9 Radioactivité Naturelle : rayonnement cosmique, rayonnement tellurique, radon. (notre environnement) Artificielle: activation par réacteurs nucléaires, retraitement de combustible nucléaire, accélérateurs de particules, cyclotrons 9

10 Radioactivité artificielle : sous quelles formes? Source scellée : source dont la structure empêche, en utilisation normale, toute dispersion de matières radioactives dans le milieu ambiant. Source non scellée : source dont la présentation et les conditions normales d emploi ne permettent pas de prévenir toute dispersion de matières radioactives. 10

11 Secteur industriel Gammagraphes: radiographie, contrôle non destructif de pièces, de soudures Irradiateurs: dégermination, stérilisation, conservation des aliments, Analyseurs: florescence X Jauges : épaisseur, niveau, densité, humidité Détecteurs de fumée. (arrêt) Paratonnerres. (arrêt) 11

12 Secteur médical Rayons X :Radiodiagnostic conventionnel Accélérateurs: tomographie à positons (PET scan) émission de Sources scellées: curiethérapie, cobaltothérapie, endoplésiothérapie, implants... Sources non scellées: radiothérapie de thyroïde, exploration fonctionnelle, diagnostic in-vivo 12

13 Secteur recherche Sources scellées : - Irradiateurs de cellules ( IBL) - Analyseurs: chromatographes en phase gazeuse, fluorescence X - datation - diagraphie, hydrologie Sources non scellées : - biochimie (ADN) - biologie (moléculaire, animale, végétale ) - pharmacocinétique, étude du métabolisme - autoradiographies 13

14 Les modes d exposition Exposition externe Source radioactive à l extérieur de l organisme. L exposition cesse dès que l on n est plus sur la trajectoire du rayonnement de la source. Exposition interne Par inhalation : lorsque la substance est sous forme de gaz, d aérosols, de poussières. Par ingestion: par transfert ou lorsque la substance est contenue dans les liquides ou les aliments. Par blessure : lorsqu il y a dépôt de substance sur une plaie. 14

15 Quantification du risque Dose absorbée = D (Gray) : énergie cédée (Joule) par le rayonnement à la matière par unité de masse (kg). Équivalent de dose =H (Sievert) : permet de traduire l efficacité biologique des rayonnements. facteur de pondération (W) β X γ = 1 Dose efficace = E (Sievert) : permet de tenir compte de la radiosensibilité de chaque organe. C est la grandeur utilisée pour fixer les limites réglementaires. 15

16 Relation entre les unités 16

17 Les effets sur l organisme Effets déterministes : visibles ils n apparaissent que pour une exposition dépassant un seuil de dose absorbée. (brûlures, nécroses, aplasie) Effets stochastiques : aléatoires probabilité d apparition proportionnelle à l équivalent de dose reçu (hypothèse sans seuil). Conséquences : principalement apparition de cancers et d anomalies génétiques. 17

18 Les effets sur l organisme Effets déterministes: d autant plus graves que la dose est élevée et n apparaissent qu au dessus d un certain seuil (ex:dose semi-létale à 4,5 Gy) Précoces: syndrome d irradiation aigüe, Chroniques: radiodermites Tardifs: cataracte, stérilité Tableau 6 des maladies professionnelles 18

19 Effets sur les cellules 19

20 Les principes de la radioprotection Justification: de l utilisation des RI et des pratiques, plus d avantages que d inconvénients. Optimisation: analyse coût-efficacité maximum. Limitation : des expositions individuelles et collectives protection possible. par la meilleure Principe «ALARA» (as low as reasonably achievable) 20

21 Les moyens de se protéger loi de Kepler: 1 D 2 21

22 Protection contre l exposition externe Limiter si possible l activité des sources Réduire le temps de présence face à la source Augmenter la distance, utiliser des pinces Adapter les écrans Ranger les sources après usage 22

23 Protection contre l exposition interne Limiter la quantité à manipuler sur paillasse Isoler les substances radioactives du milieu de travail ( sorbonnes, hottes, boîtes à gants ) Isoler le corps du travailleur si nécessaire (EPI, gants, protection respiratoire, vêtements adaptés) Ventilation spécifique des locaux Éliminer régulièrement les déchets 23

24 La réglementation sur la protection des travailleurs et de la population Directive 96/29/EURATOM fixant les normes de base relatives à la protection sanitaire de la population et des travailleurs contre les dangers résultant des rayonnements ionisants. Décret n du 4 avril 2002 relatif à la protection générale des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants, Décret n du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Complété par 12 arrêtés le tout repris dans le code du travail au 7/3/

25 Arrêtés d application du décret n Le décret n , fixant les règles générales de radioprotection, est complété par 12 arrêtés qui en définissent les modalités d application. Méthode de calculs de la dose efficace ; Certification de formation pour les personnes assurant la formation PCR Nature et périodicité des contrôles de sources et appareils émetteurs de rayonnements ionisants (26/10/05) Délimitation et signalisation des zones surveillées et contrôlées (15 mai 2006) Modalités d agrément des laboratoires de dosimétrie de radio-toxicologie et d anthropo-radiamétrie ; Carte individuelle de suivi médical A et B et modalités d accès aux informations (SISERI) ; Recommandations et instructions techniques au médecin du travail ; Certification des entreprises intervenantes Certificat d aptitude à manipuler les appareils de radiographie industrielle (CAMARI) Modalités d évaluation de l exposition aux rayonnements naturels ; Mise en oeuvre du suivi de l exposition du personnel navigant ; Modalités d évaluation de l exposition au radon 25

26 La réglementation sur la protection des travailleurs et de la population Code la santé publique: Livre 3,titre 3,chapitre 3 (rayonnements ionisants) sections 1 à 7 pour la partie réglementaire Code du travail: recodifié au 07/03/08: Articles: 4121,4152, 4154, 4222, 4311, 4312, 4322, 4323, 4451 à 4457 pour la partie réglementaire 26

27 Obligations de l employeur-1 Application du code du travail: exemples R ,8,9: prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et coordination des moyens de prévention R &11: respect des limites réglementaires, analyse des postes de travail, évaluation prévisionnelle des doses collectives et individuelles R à 5: délimitation des zones 27

28 Obligations de l employeur-2 R : fait procéder aux contrôles techniques de radioprotection R.4453: classement du personnel (A, B, NE) R à 12: désignation de la PCR R à 16: rôle du médecin du travail R à 19: information du CHSCT 28

29 Limites réglementaires r (décrets n 2002n et ) 296) CT R à 17 Limites d'exposition (msv) Catégorie A Catégorie B Non Exposé ou public annuelles annuelles annuelles Organisme entier Cristallin Peau, extrémités nota: réglementation particulière pour les femmes enceintes D< 1 msv/9 mois 29

30 Le zonage Zone non réglementée: accessible aux NE Zone surveillée: zone de travail accessible aux catégories A et B Zone contrôlée: zone accessible aux catégories A avec dosimétrie opérationnelle si justifiée Zones spécialement réglementées: avec contrôle d accès et barrières physiques Jaune (limitée), orange (très limitée), rouge 30

31 Le zonage Arrêté du 15 mai 2006 dit «arrêté zonage» & R à 11 du CT Zone non Dose équivalente aux extrémités (mains, avant bras, pied, cheville) : H T 0,2 msv 0,65 msv 50 msv 2,5 Sv (1h) (1h) (1h) (1h) réglementée Z.R. Z.R. ZSR ZSR ZSR Contrôle de l état de propreté radiologique si risque de contamination dans les ZR attenantes Zone Zone Zone contrôlée Zone contrôlée Zone interdite surveillée contrôlée jaune orange rouge 80 µsv 7,5 µsv 25 µsv 2 msv 100 msv (mois) (1h) (1h) (1h) (1h)! Les valeurs de doses (E T et H T ) correspondent à des doses intégrées sur la période considérée (le mois ou l heure) Dose efficace E T 2 msv/h 100 msv/h Débit de dose Au niveau de l organisme entier (exposition externe seule)

32 But de la dosimétrie Empêcher l apparition des effets immédiats Limiter l apparition des effets tardifs (+5,6% du risque de cancer et d anomalies génétiques attendus pour 1 Sv reçu à l organisme entier) Limitation professionnelle à 20 msv/an 32

33 Dosimétrie externe: La dosimétrie -Dosimétrie d ambiance Dosimètres individuels passifs (lecture différée): film photographique, thermo-luminescent(tld), radio-photoluminescent (RPL à l IRSN) chimique, détecteur solide de traces. Dosimètres opérationnels (lecture directe): stylo dosimètre, dosimètres électroniques Dosimétrie interne: Prélèvements biologiques, atmosphériques 33

34 Utilisation de sources non scellées Marquage de molécules avec des radioéléments, sous forme généralement liquide, afin d en suivre leur fixation sur une cible donnée dont on étudie le comportement. En recherche biologie moléculaire, biologie cellulaire pharmacocinétique agronomie 34

35 Utilisation de sources non scellées Domaine industriel : Test d usure : moteurs, pneus, Hydrologie, hydrogéologie, Réacteurs chimiques : distribution des temps de séjour (textile, verre), Recherches de fuites. 35

36 Utilisation de sources non scellées Domaine médical : In vivo médecine nucléaire : exploration fonctionnelle, radiodiagnostic curiethérapie In vitro Dosages en immunologie, hormonologie, hématologie, cancérologie, etc. 36

37 Utilisation de sources non scellées Autorisation : Dossier présenté à l ASN/div.régionale qui valide pour ce qui a été décrit (type d utilisation, RE, PCR, locaux) Demande de fourniture, livraison Utilisation : Réglementation ICPE, si A> seuil ( voir annexe 5 du D ) rubrique 1715 (ex 1710, arrêté type 385-5) - Code du travail, CSP et décrets d application : CT-R-4451, arrêté zonage du 15 mai 2006 = CT-R-4452 Élimination: Gestion des déchets : circ.dgs , guide ANDRA 37

38 Utilisation de sources non scellées Radioéléments couramment utilisés Recherche : émetteurs β : H-3, C-14, P-32, P-33, S-35, Cl-36 émetteurs γ : Νa 24, Cr 51, Ι 125, Ι 131 Médical: O-16, F-18, Tc-99m, I -131, Xe-133, Tl

39 Utilisation de sources non scellées Activités manipulables en Bq Groupe de radiotoxicité Laboratoire type C Laboratoire type B Laboratoire type A Labo chaud à à > à à > à à > à à > Type C Labo de chimie bien équipé, paillasses, hottes ventilées, zone surveillée Type B Labo prévu pour la manipulation et le marquage, hottes ventilées, filtrées, boîte à gants, revêtement de sol, zone contrôlée 39

40 Utilisation de sources non scellées Protection contre l exposition interne: les voies d entrée : inhalation, ingestion, transcutanée les remèdes : limiter les quantités de RE; isoler les substances du milieu de travail : utiliser les enceintes ventilées et les vérifier, fermer les flacons, nettoyer les plans de travail, évacuer les déchets; isoler son corps : interdiction de fumer, boire, et manger en zone, ne pas pipeter à la bouche, porter des EPI adaptés; contrôler régulièrement les plans de travail et les appareils; informer : afficher les consignes, signaler les zones, les incidents 40

41 Utilisation de sources non scellées Bonnes pratiques : Limiter les surfaces de travail Utiliser des revêtements facilement décontaminables Utiliser du matériel dédié et balisé, régulièrement contrôlé Ranger les sources après usage En cas d incident, agir avec calme, adapter les moyens aux risques, suivre la consigne écrite 41

42 Les déchets induits Tout déchet dont l activité massique est >100 Bq/g doit être pris en charge par l ANDRA Provenant de l utilisation de sources non scellées: Essentiellement solides et liquides, produits par la recherche et la médecine et pris en charge par l ANDRA selon le guide d enlèvement. (voir aussi la circ. DGS ) déchets TFA dont l activité est <100Bq/g et >1Bq/g Seuils d exemption définis par dir.e Autres déchets: sources scellées non étanches, industrie nucléaire, déchets radifères. 42

43 Utilisation de sources non scellées Bonnes pratiques (suite): Pour éviter la contamination, il faut nettoyer, évacuer, filtrer, ventiler, confiner, absorber, Adapter les détecteurs au rayonnement à détecter, contrôler avec des mesures directes et/ou indirectes(frottis), vérifier leur fonctionnement Penser aussi aux autres user de bon sens 43

44 Utilisation de sources scellées Définition: Source dont la matière radioactive n est pas accessible dans les conditions normales d emploi, Conforme aux normes ISO 2919 et 1677 et/ou aux normes NF M et : rubrique 1715 (ex rubriques 1710, 1720, 1721) 44

45 Utilisation de sources scellées Autorisation : dossier présenté à l ASN/div. Régionale qui valide pour ce qui a été décrit (utilisation, locaux, PCR) Utilisation : Réglementation ICPE : si A>seuil ann.5 D rubrique 1715 (ex 1710, 1720, 1721, arrêté type 385-4) Code du travail, CSP et décrets d application: CT- R- 4451, 4452 Arrêté zonage du 15 mai 2006 Élimination : Retour au fournisseur ou à un organisme habilité Changement tous les 10 ans (CPA) Cessation définitive d emploi 45

46 Utilisation de sources scellées Élimination (suite) : Retour fournisseur : avec copie du certificat d étalonnage et demande de fourniture (CSP R ) Cas particuliers, sources orphelines : ANDRA Association RESSOURCES-BP GIF/YVETTE environ 5300 autorisations «utilisateurs» flux 3000 sources/an 46

47 Utilisation de sources scellées Dispositions particulières :CSP- R à 53 -Suivi par inventaire, vérification annuelle d étanchéité Retour au fournisseur: en cas de fuite, en cas de cessation définitive d emploi, au delà de 10 ans Prévenir l ASN en cas de perte ou de vol sous 24 h Stockage dans un local fermant à clé, résistant au feu, balisé Afficher les mesures d urgence et consignes de radioprotection 47

48 Générateurs électriques de rayonnements ionisants Générateurs de rayons X: médical, industrie, recherche, contrôle (CND) déclaration ou autorisation Accélérateurs d électrons, d ions: médical, industrie, recherche, contrôle soumis à déclaration ou autorisation INB si E > 50 MeV pour électrons et P > 1 kw 48

49 Rayons X Réglementation: ex.décret ( ) CSP art.r à 28 applicable à tout appareil dont la DDP>30 kv sauf tubes cathodiques<30 kv et les appareils conformes aux normes fixées par arrêté(?) si le débit de dose équivalente est <1µSv/h à 10 cm de toute surface accessible.(appareil auto-protégé) autorisation délivrée par ASN/dir.rég. pour l industriel, la recherche et le médical avec avis des dir.techniques

50 Rayons X Origine : Produits à partir d un tube radiogène, alimenté par un générateur électrique, comprenant une cathode avec un filament émetteur d électrons et une anode (anticathode) équipée d une cible (W, Cu, Ni, Co, etc.) qui émet les rayons X vers une fenêtre de sortie. Le tube est protégé par une gaine qui peut comporter plusieurs sorties utiles sur lesquelles on installe le système expérimental. 50

51 Rayons X Risques d irradiation: Par le faisceau direct: Tube sous 50 kv -10 ma, cible de Cu: À 50 cm = 250 Sv/h (dose peau soit 7mg/cm2 ) soit 4,2 Sv/mn ou 70 msv/s Par le faisceau diffusé 1 à 2 Sv/h 51

52 Rayons X Principales causes d accidents: Utilisation d une fenêtre alors qu une autre est restée ouverte, Ouverture intempestive d une fenêtre, Intervention sur le système expérimental, Réglage sous faisceau non réduit, Neutralisation des sécurités. 52

53 Rayons X Conduite à tenir pour éviter les accidents d irradiation (1/2) Appareil : Ne jamais laisser un faisceau se propager sans protection Utiliser du matériel équipé de systèmes de sécurité Ne pas court-circuiter les systèmes de sécurité Vérifier régulièrement leur efficacité Se méfier du rayonnement diffusé En cas de changement de tube, vérifier l efficacité des protections Toute modification nécessite un contrôle Signalisation lumineuse et visible de la mise sous tension et des faisceaux utilisés 53

54 Rayons X Conduite à tenir pour éviter les accidents d irradiation (2/2) Personnel : Information du personnel et classement médical si nécessaire Respect des consignes Connaissance du fonctionnement du GX Connaissance des moyens de contrôle Local : Baliser les locaux, effectuer et matérialiser le zonage Si nécessaire, équiper les accès de rupteurs de HT 54

55 Rayons X Témoin HT Système expérimental sécurisé fenêtre Témoin d ouverture Appareil auto protégé si débit de dose <10 µsv/h à 10 cm des parois Témoin d alimentation 55

56 Caisson de tir avec rupteur de HT à l ouverture de la porte Rayons X

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail Christine Gauron INRS-Paris Rencontres Nucléaire et santé 17 janvier 2007 Etudes de poste place réglementaire Tous risques confondus,

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

6 novembre 2014. Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de la recherche publique Tél. 05 56 00 05 37

6 novembre 2014. Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de la recherche publique Tél. 05 56 00 05 37 6 novembre 2014 Sommaire - Présentation de l ASN et de la Division de Bordeaux - Nouveautés réglementaires touchant la radioprotection Olivier FAGOT - Inspecteur de la radioprotection Chargé du thème de

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Direction Générale du Travail Radioprotection des travailleurs Evolutions réglementaires intervenues et celles attendues en 2013 impactant l action des médecins du travail Réforme de la médecine du travail,

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

L externalisation de la Personne compétente en radioprotection

L externalisation de la Personne compétente en radioprotection L externalisation de la Personne compétente en radioprotection Chantal Bardelay Direction des rayonnements ionisants et de la santé Autorité de sûreté nucléaire 11/12/2008 SFRP 11 décembre 2008 1 Objectif

Plus en détail

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION CNPE DAMPIERRE en BURLY Rudi Hauser SPR Dr Frédérique LEVRAY SST 1 Principes de Surveillance Radioprotection 2 Principe de fonctionnement d une centrale

Plus en détail

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Laurent DEPROIT, chef de la division de Marseille de l ASN Réunion plénière du 3 juin 2015 1 Sommaire 1. Les missions de l ASN 2. Les principales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 définissant les modalités de contrôle de radioprotection en application

Plus en détail

GROUPES PERMANENTS D EXPERTS EN RADIOPROTECTION CONTEXTE BUT DU SONDAGE

GROUPES PERMANENTS D EXPERTS EN RADIOPROTECTION CONTEXTE BUT DU SONDAGE GROUPES PERMANENTS D EXPERTS EN RADIOPROTECTION GROUPE DE TRAVAIL «ZONAGE» CONTEXTE A la demande de l Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de la Direction générale du travail (DGT), les groupes permanents

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 26 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME Objet : Inspection

Plus en détail

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012 N/Réf. : CODEP-CAE-2012-050709 Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE Objet : Inspection

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Evolutions réglementaires

Evolutions réglementaires Evolutions réglementaires S. LAFFONT, PSRPM/PCR UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Evolutions avant 2013 Arrêté du 24 Octobre 2011 relatif aux niveaux de référence diagnostique en radiologie

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité.

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité. Fiche à remplir par le chef d établissement conformément à l art. R-4451-57 à 61 du Code du Travail Pourquoi? Pour répondre à l obligation faite au chef d établissement (article R. 4451-57 à 61 du code

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

Bilan et typologie des incidents et accidents

Bilan et typologie des incidents et accidents Bilan et typologie des incidents et accidents P. SCANFF, BM. AYADI et E. VIAL pascale.scanff@irsn.fr Journées «Sources de rayonnements ionisants» Paris novembre 2011 Introduction Veille permanente en matière

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs. Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN

La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs. Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN Jeudi 1 er octobre 2015 Autorité de sûreté nucléaire Division de Lille Claire LENGLET

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

APPLICATION PRATIQUE

APPLICATION PRATIQUE APPLICATION PRATIQUE du décret n 2003-296 du 31/3/03 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants PAR LE MEDECIN DU TRAVAIL BINO JACKY service de santé au travail

Plus en détail

Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité

Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité Radioprotection législation Calculs Autorisations commandes Patients dans les chambres de proximité Isabelle Buchheit Unité de Radiophysique Médicale, Responsable Radioprotection Institut de Cancérologie

Plus en détail

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides 1 Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides Ce livret a pour but de vous sensibiliser et de vous informer sur les mesures de radioprotection prises autour de SAFIR

Plus en détail

BILAN DE L ÉVOLUTION DES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RADIOPROTECTION

BILAN DE L ÉVOLUTION DES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RADIOPROTECTION CHAPITRE 8 BILAN DE L ÉVOLUTION DES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RADIOPROTECTION Perspective générale 193 Introduction 193 Contexte 193 Un risque avéré 195 Une exposition potentiellement croissante

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS LES RAYONNEMENTS IONISANTS 1. Définitions La radioactivité est un phénomène physique, d origine naturelle ou artificielle, correspondant à l émission spontanée d énergie sous forme d un rayonnement (particulaire

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs DES de radiologie : 15 Janvier 2010 Organisation de la radioprotection Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs Professeur

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X DEC/GX DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X Ce formulaire de demande concerne les déclarations prévues aux 1 et 3 de l article R.1333-19 du code de la santé

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI RECOMMANDATIONS POUR LA REDACTION DU RAPPORT D ACTIVITE DURANT LA PERIODE PROBATOIRE DE L EXAMEN INITIAL DU CAMARI 1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009. [Sélectionnez la date]

SEPTEMBRE 2009. [Sélectionnez la date] SEPTEMBRE 2009 GUIDE SUR LA RADIOPROTECTION [Sélectionnez la date] TABLE DES MATIERES LA RADIOPROTECTION 5 QU EST-CE QU UNE SOURCE RADIOACTIVE OU SOURCE DE RAYONNEMENTS IONISANTS? 5 DANS QUELLES APPLICATIONS

Plus en détail

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION INITIATION PREVENTION ou la Protection contre les dangers des Rayonnements Ionisants 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE Processus

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

RISQUES RADIOLOGIQUES

RISQUES RADIOLOGIQUES Introduction Nous verrons ici les signes permettant de définir la gravité de l accident et d en déduire la protection adaptée pour les intervenants. Comme pour toute autre intervention, la protection du

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-007117 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier National d'ophtalmologie des Quinze- Vingt 28, rue de Charenton

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS Hygiène et sécurité Inspection du travail Rayonnement Service déconcentré du travail, de l emploi et de la formation professionnelle MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION C H A P I T R E 3

LA RÉGLEMENTATION C H A P I T R E 3 LA RÉGLEMENTATION 1 LA RÉGLEMENTATION DE LA RADIOPROTECTION 1 1 Les bases de la réglementation 1 1 1 Le référentiel international (CIPR, AIEA, Euratom) 1 1 2 Le code de la santé publique et le code du

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole 14 éme journée RAMIP Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole L offre de soins de cancérologie publique Toulousaines

Plus en détail

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 RELATIVE A LA RADIOPROTECTION 1. Renseignements d ordre général La campagne de contrôle, organisée du 3 mai au 15 septembre 2010 par le ministère

Plus en détail

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE Radioprotection 2010 C. BARRET S. PAYEN Service de Radioprotection Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE 1 Respecter les champs d intervention des acteurs et les règles de collaboration L employeur responsable

Plus en détail

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé RADIOPROTECTION : FICHE MÉDICALE Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé Les procédures décrites dans cette fiche concernent uniquement les applications de curiethérapie à débit pulsé (1) utilisant une

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5 RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 30 décembre 2014 Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Référentiel de la radioprotection au CEA

Référentiel de la radioprotection au CEA Page 3 sur 7 TABLE DES MATIERES 1. OBJET... 4 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. RESPONSABILITES... 4 4. COMPOSITION DU REFERENTIEL DE LA RADIOPROTECTION AU... 4 5. LISTE DES DOCUMENTS CONSTITUANT LE REFERENTIEL

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Circulaire DGT/ASN n 4 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants Thierry LAHAYE Chef du pôle risques physiques en milieu de travail au Ministère

Plus en détail

BULLETIN. Officiel. Emploi Travail Formation professionnelle. Cohésion sociale

BULLETIN. Officiel. Emploi Travail Formation professionnelle. Cohésion sociale Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, et de la Solidarité BULLETIN Officiel N o 2-28 février 2009 Emploi Travail Formation professionnelle DIRECTION DES JOURNAUX OFFICIELS Cohésion

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 CODEP- LIL-2015-027459 FM/NL SELARL Parc Bertin 90, rue Emile Morlaix 59500 DOUAI Objet : Inspection de la radioprotection référencée INSNP-LIL-2015-0578

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Les rayonnements ionisants Prévention et maîtrise du risque

Les rayonnements ionisants Prévention et maîtrise du risque Les rayonnements ionisants Prévention et maîtrise du risque L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Guide sur la radioprotection

Guide sur la radioprotection www.thalesgroup.com Guide sur la radioprotection Table des matières La radioprotection...5 Qu est-ce qu une source radioactive ou source de rayonnements ionisants?... 5 Dans quelles applications, chez

Plus en détail

Aspects juridiques et réglementaires de l'utilisation des rayonnements ionisants dans le secteur de la santé. Emmanuel MEYRIEUX ISIS 2010

Aspects juridiques et réglementaires de l'utilisation des rayonnements ionisants dans le secteur de la santé. Emmanuel MEYRIEUX ISIS 2010 Aspects juridiques et réglementaires de l'utilisation des rayonnements ionisants dans le secteur de la santé Emmanuel MEYRIEUX ISIS 2010 Plan de la présentation Introduction Comparatif entre les différents

Plus en détail

Tritium ED 4303 1. CARACTÉRISTIQUES RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES. Origine

Tritium ED 4303 1. CARACTÉRISTIQUES RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES. Origine RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES octobre 2009 ED 4303 3 1H Émetteur β- (énergie maximale de 18,6 kev) Période physique = 12,3 ans Période effective = 10 jours (HTO), 40 jours (OBT) Organes cibles = organisme

Plus en détail

Sûreté des transports de substances radioactives

Sûreté des transports de substances radioactives Sûreté des transports de substances radioactives Contexte réglementaire Règlement type de l ONU sur le transport des marchandises dangereuses (livre orange) Recommandations pour chacune des 9 classes de

Plus en détail

Radiothérapie externe Accélérateur de particules

Radiothérapie externe Accélérateur de particules RADIOPROTECTION MÉDICALE Radiothérapie externe Accélérateur de particules Les procédures décrites dans cette fiche concernent l utilisation des accélérateurs produisant des faisceaux de photons et d électrons.

Plus en détail

Contrôles de la radioprotection dans des. laboratoires du centre Inra de Rennes

Contrôles de la radioprotection dans des. laboratoires du centre Inra de Rennes Centre de Rennes Prévention des risques professionnels Le Rheu, 6 décembre 2013 Contrôles de la radioprotection dans des laboratoires du centre Inra de Rennes Décembre 2013 Ce document comporte 8 pages

Plus en détail

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-015357 LABORATOIRES CYCLOPHARMA Biopôle Clermont Limages 63360 SAINT BEAUZIRE

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-015357 LABORATOIRES CYCLOPHARMA Biopôle Clermont Limages 63360 SAINT BEAUZIRE RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 14 avril 2014 Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-015357 LABORATOIRES CYCLOPHARMA Biopôle Clermont Limages 63360 SAINT BEAUZIRE Objet : Suite

Plus en détail

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Pr Michel Bourguignon Commissaire ASN michel.bourguignon@asn.fr ------ www.asn.fr Autorité de Sûreté Nucléaire SAMU de Paris

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 13 novembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-045205 Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité Hôpital Saint Louis 1, avenue Claude Vellefaux 75010 PARIS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire radioprotection du CEA Août 2007 Crédit photo : A. GONIN/CEA, F. VIGOUROUX/CEA, C. DUPONT/CEA Etat : validé Page 3 sur 72

Plus en détail

SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL MISSIONS DU MEDECIN DU TRAVAIL. Christine Gauron INRS Paris

SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL MISSIONS DU MEDECIN DU TRAVAIL. Christine Gauron INRS Paris SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL MISSIONS DU MEDECIN DU TRAVAIL Christine Gauron INRS Paris organisation Décret du 28/07/04 «organisation de la médecine du travail» Renforcement de l action sur le terrain et

Plus en détail

AUTORISATION D UTILISATION DES APPAREILS ÉLECTRIQUES ÉMETTANT DES RAYONS X OU DES ACCÉLÉRATEURS DE PARTICULES

AUTORISATION D UTILISATION DES APPAREILS ÉLECTRIQUES ÉMETTANT DES RAYONS X OU DES ACCÉLÉRATEURS DE PARTICULES IND/GE/001 DIT AUTORISATION D UTILISATION DES APPAREILS ÉLECTRIQUES ÉMETTANT DES RAYONS X OU DES ACCÉLÉRATEURS DE PARTICULES (À L EXCLUSION DES UTILISATIONS SUR L HOMME OU DE LA RECHERCHE BIOMÉDICALE)

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE SOLVANT RADIOLOGIE DENTAIRE Endobuccale La présente fiche traite des techniques endobuccales dont la pratique est soumise à l application des dispositions réglementaires

Plus en détail

Sommaire Introduction... XI

Sommaire Introduction... XI Sommaire Introduction... XI 1. Qu'est-ce que la radioprotection?... 2. Quels sont les objectifs de la radioprotection? 3. Qui est concerné par la radioprotection dans le domaine médical? 4. Quelles sont

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS Organisée par l équipe des Personnes Compétentes en Radioprotection et le Radiophysicien de la SAS Scanner Poitou-Charentes Orateurs : Dr Thierry DIESCE

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

L actualité en radioprotection.

L actualité en radioprotection. Docteur Jean-Michel CANALES -IRSN 42 ièmes Journées nationales ANMTEPH Marseille le 19 octobre 2006 L actualité en radioprotection. Docteur CANALES Jean-Michel Institut de Radioprotection et de Sûreté

Plus en détail

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP ANMTEPH La Baule le 9 octobre 2009 Plan Définition de la radiologie interventionnelle

Plus en détail

Réglementation des installations classées et activités nucléaires

Réglementation des installations classées et activités nucléaires Réglementation des installations classées et activités nucléaires Direction Générale de la Prévention des Risques Mission Sûreté Nucléaire et Radioprotection Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail