Boucle de la qualité de service du SEDIF. Ajustement. Évolution. Vécu usagers/communes. Communication SEDIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Boucle de la qualité de service du SEDIF. Ajustement. Évolution. Vécu usagers/communes. Communication SEDIF"

Transcription

1 BILAN D'EXPLOITATION ET DES TRAVAUX (réseau, compteurs et annexes)

2 I. INTRODUCTION Le domaine d activités couvert par le Secteur Réseau & Contrôle technique de l exploitation (STRE-CTE) touche particulièrement les usagers et les communes. Leurs attentes peuvent donc être mieux connues et ciblées, afin d y répondre dans l intérêt du service public de l eau potable. Le système de management, en charge de l évaluation de la qualité de service, conçu et mis en œuvre depuis 2002 et schématisé selon la boucle de la qualité de service suivante, sera donc rappelé de manière succincte. Boucle de la qualité de service du SEDIF Côté usagers - communes Côté fournisseur du service Mesure de la satisfaction par Observatoire de la qualité du service public Qualité attendue Qualité perçue Ajustement Évolution Vécu usagers/communes Communication SEDIF Qualité voulue Qualité fournie Mesure de la performance par Système d indicateurs Le bilan d exploitation des activités STRE-CTE s attache à présenter les principaux traits de la qualité attendue du service et de la qualité fournie du service durant l année 2009, conformément au schéma ci-dessus. II. QUALITE ATTENDUE DU SERVICE A. OBSERVATOIRE DE LA QUALITE 1. Résultats partiels en lien avec le Secteur Réseau & Contrôle technique de l exploitation (STRE- CTE) Outil d évaluation de la qualité attendue du service par la mesure de la satisfaction des usagers et des communes, l Observatoire de la qualité du service public de l eau fournit annuellement depuis 2003 des renseignements précieux, qui permettent de réorienter ou d ajuster la qualité voulue du service. Toutefois, les questionnaires élaborés traitent d aspects beaucoup plus larges que les domaines d activités couverts par le STRE-CTE. Seuls sont évoqués ci-après les items en correspondance avec ces derniers. En synthèse, il ressort des mesures effectuées en 2009 des points de satisfaction et des axes d amélioration : - points de satisfaction : régularité de la pression de l eau (pas de réclamation écrite), rapidité de remise en eau et disponibilité de l eau (continuité du service), information reçue en cas de coupure, fiabilité des relevés de compteurs, - axes d amélioration : mesures prises en cas de coupures non programmées. 2. Actions conduites depuis 2005 La plupart des axes d amélioration étant déjà connus depuis les résultats de l Observatoire relatifs à l exercice 2004, le SEDIF a porté à la négociation du dernier avenant au contrat de délégation du service public certains d entre eux, ce qui s est traduit par de nouvelles obligations de résultat pour le régisseur (ex. : tenue des chantiers, délais de réfection de sol, arrêts d eau, etc.) fixées par l avenant du 15 décembre 2005 (annexe V modifiée). De même, un nouveau modèle de protocole d intervention et de renouvellement des appareils d incendie a-t-il été approuvé par le Bureau du 15 décembre /48

3 Les mesures liées à ces indicateurs, ainsi que celles relatives à la mise en œuvre de ce nouveau protocole, ont été entreprises chaque année. La gestion des bouches d incendie et des poteaux d incendie n apparaît plus comme un axe d amélioration identifié. Ceci invite à se satisfaire des dispositions prises à cet égard, mais il convient cependant de poursuivre l effort entrepris. B. RECLAMATIONS CLIENTS Le suivi de la satisfaction des usagers et des communes sur le service fourni constitue un des leviers d amélioration de la performance du service. A ce titre, la gestion des réclamations émises est effectué par le STRE-CTE, dans le cadre de ses propres activités (hormis les réclamations «Relations clientèle»). Le bilan des réclamations reçues en 2009 est le suivant : - 45 réclamations émises par les usagers (44 en 2008) : o 40 relatives aux opérations de modernisation des branchements en plomb, o 5 relatives à l exploitation du réseau, o aucune relative aux opérations de renouvellement et d extension de conduites réclamations émises par les communes (22 en 2008) : o 14 relatives aux opérations de modernisation des branchements en plomb, o 1 relative à l exploitation du réseau, o 1 est relative aux opérations de renouvellement et d extension de conduites. Par ailleurs, aucune réclamation liée à un manque de pression sur le réseau, n a été enregistrée. Chaque réclamation a été traitée avec diligence, à la satisfaction des usagers et des communes. En valeur relative par rapport au nombre très important d interventions, il est observé un très faible nombre de réclamations reçues (moins de 5/1000è du total). III. QUALITE FOURNIE DU SERVICE A. OBJECTIFS POURSUIVIS La «qualité voulue» par le SEDIF dans les domaines d activités couverts par le STRE-CTE, est caractérisée par le respect des objectifs majeurs suivants : pérennité du service, respect des obligations de service public (principe de continuité du service, principe d adaptabilité du service). Les thèmes suivants relatent l ensemble des caractéristiques quantitatives et qualitatives du système, permettant d atteindre au mieux le respect des objectifs. B. PERENNITE DU SERVICE 1. Gestion patrimoniale du réseau a) Etat patrimonial fin 2009 Le réseau du Syndicat des Eaux d'île-de-france est constitué de : km de canalisations de transport (diamètre > 300 mm), km de canalisations de distribution (diamètre 300 mm), km de linéaires correspondant à branchements. 3/48

4 Conformément à l article 8.1 de la Convention de régie intéressée, sont délégués au régisseur certains travaux liés à l exploitation des installations et du réseau. Leur montant est encadré par une dotation définie à l article 26 de la Convention de régie, qui varie chaque année avec les volumes d eau vendus aux abonnés et le prix de l eau. Les travaux délégués concernent en premier lieu les renforcements ou les renouvellements qu il est nécessaire d effectuer sur le réseau de distribution (diamètre 300 mm) et les branchements. Les objectifs, sur la durée du XIII ème plan ( ), fixés pour le périmètre des travaux délégués sont de : km de canalisations de distribution, branchements environ. Fin 2009, 161km de canalisations et branchements ont été renouvelés. Sont également compris dans cette catégorie de travaux les renforcements du réseau et l établissement des branchements neufs, réalisés à la demande de tiers, nécessaires à la desserte d opérations immobilières initiées par des aménageurs privés ou publics. Les travaux délégués comprennent également des interventions de faible importance et non programmables, justifiées par les nécessités de l exploitation ainsi que par les travaux de raccordement des canalisations neuves. L ensemble des travaux délégués est réalisé après accord du SEDIF. Pour l exercice 2009 et dans l attente du compte administratif, la valeur de la dotation est proche de 45,6 M H.T. Au 31 décembre 2009, le linéaire total de canalisations s élevait à km, soit une croissance de 21 km en un an : km de canalisations supplémentaires ont été mis en service et km abandonnés. Le graphique ci-contre réprésente l évolution du linéaire du réseau depuis 1976 : Les poses de canalisations s effectuent pour l essentiel en renouvellement de conduite, avec abandon des ouvrages désaffectés. L accroissement du linéaire résulte essentiellement des réseaux posés par des aménageurs dans le cadre d opérations tiers, soit mètres, et mètres intégrés dans le patrimoine syndical. b) Canalisations de distribution (travaux réalisés par le régisseur) L objectif de renouvellement du XIII ème plan est de 200 km en 5 ans. En 2006, 2007, 2008 et 2009, le linéaire renouvelé est de mètres. Ainsi, par rapport à une moyenne annuelle de 40 km, soit sur 4 ans 160 km, un excédent de mètres est-il constaté. Il reste donc à poser en 2010, mètres. 4/48

5 Code Linéaire posé (ml) Nature de travaux budgétaire CB 10 CB 11 CB 20 CB 30 CB 40 CB 50 Extensions intercommunales Financement tiers Renouvellements intercommunaux Déplacements Extensions locales Renouvellements locaux Cumul tous codes budgétaires confondus Cumul renouvellement (codes budgétaires 20, 30 et 50) c) Canalisations de transport (travaux en maîtrise d ouvrage publique) En 2009, un total de 12 opérations a été réalisé, pour un linéaire posé et réceptionné d environ 13,3 km correspondant à un montant financier de 21,3M T.T.C. : - 10 opérations réalisées en tranchée ouverte (pour 18,8 M T.T.C.), - 2 opérations réalisées en tubage et fonçage (pour 2,5 M T.T.C.). Ces opérations, avec leurs principales caractéristiques, sont listées dans le tableau ci-dessous : Nom de l opération Techniqu e de pose Linéaire (mètre) Matériau utilisé Montant (M T.T.C.) DN 500 GAGNY-MONTFERMEIL Tranchée ouverte Fonte ductile 3,00 DN 500 NEUILLY-CLICHY PHASE II Tranchée ouverte 500 PEHD 0,39 DN 600 PUTEAUX-BAS ROGERS Tranchée ouverte Fonte ductile 4,60 DN 600 RENFORTS DE L EST LOT A Tranchée ouverte Fonte ductile 2,90 DN 300/200 RENFORTS DE L EST LOTS B et C Tranchée ouverte Fonte ductile 2,40 DN 600 FREPILLON Tranchée ouverte 330 Fonte ductile 0,72 DN 1200 et DN 800 sous le RN 118 Béton armé à Fonçage 211 VELIZY/VILLACOUBLAY âme tôle 0,93 DN 800 DEVOIEMENTS PONCTUELS Tranchée Béton armé à 350 VELIZY/VILLACOUBLAY ouverte âme tôle 0,89 DN 800 BONDY/SAINT DENIS BIEFS 41 et 46 Tubage Fonte ductile 1,60 DN 800 PIERREFITTE SUR SEINE Fonte ductile et Tranchée 522 Béton armé à ouverte âme tôle 1,20 DN 800 VIRY CHATILLON Tranchée Béton armé à 38 ouverte âme tôle 0,16 DN 1800 CHOISY-LE-ROI Tranchée Béton armé à 210 ouverte âme tôle 2,51 TOTAL ,30 5/48

6 d) Branchements Au 31 décembre 2009, le SEDIF compte branchements, dont la longueur moyenne sur l ensemble de son territoire est de 8,5 mètres. Travaux réalisés par le régisseur Au titre de l exercice 2009, branchements neufs et branchements correspondant à l accompagnement du renouvellement des conduites ou d opérations de voirie, au remplacement de branchements vétustes ou fuyards ont été réalisés par le délégataire. Code budgétaire Nature de travaux Nombre de branchements CB CB 52 CB 82 CB 87 Financement tiers (branchements neufs) Modernisations groupées suite à renouvellement de conduites Modernisations isolées branchements vétustes Modernisations groupées dans le cadre d'une opération de voirie Cumul tous codes budgétaires confondus Cumul modernisation (CB 52, 82 et 87) (1 ) Avancement des travaux de modernisations sur le XIII ème plan ( ) Dans le cadre de la délégation, un certain nombre de remplacements de branchements en plomb est confié à l exploitant. Le XIII ème plan prévoit le renouvellement de branchements sur 5 ans ( ) soit une moyenne en termes d objectif de résultat de branchements à réaliser par an. Sur les quatre premières années, branchements ont été renouvelés. En 2009, branchements ont été modernisés, représentant un excédent de 10,64 %, qui vient compenser les retards de 4,3 % constatés au titre de l exercice 2006, de 2,7 % pour l année 2007 et 2,96% pour l année Au total, la légère avance prise sur les quatre premières années du XIII ème plan est donc de 0,02% conforme aux engagements contractuels. Travaux sous maîtrise d ouvrage publique dans le cadre d appel d offres L opération est réalisée en application de la Directive Européenne relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine du 5 décembre 1998 et en application du décret du 20 décembre Rappel des principales actions du SEDIF Afin de répondre au mieux aux objectifs de la réglementation, le SEDIF a décidé de traiter les branchements selon une planification respectueuse des contraintes imposées tenant compte des risques potentiels et des objectifs sanitaires. Dans un premier temps ( ) : priorité donnée aux abonnés recevant du public ou sensibles (années 1999 à 2001), 6/48

7 priorité donnée aux branchements longs (années 2002 à 2005), priorité donnée aux opérations de voirie. Dans un second temps ( ) : priorité à une rationnalisation du mode d'intervention des entreprises (regroupement géographique) : - branchements traités par rue (avec priorité aux rues où la densité de branchements longs restants est la plus élevée) (années 2005 à 2006) - branchements regroupés par secteur géographique (depuis l année 2006) priorité donnée aux opérations de voirie. L année 2009 a été marquée par la mise en place : d un protocole «abonnés», pour renforcer la prise de contact avec les consommateurs tout en assurant une gestion «économique» de l opération (10 % des branchements non modernisés avant, du fait de rendez-vous non obtenus, le sont aujourd hui), d une cartographie des branchements issue du Système d Information Géographique (SIG). Trois objectifs sont désormais satisfaits : - gestion optimalisée du programme de travaux par ville, - suivi visuel de l exécution des travaux et du niveau de difficultés des branchements traités ou à traiter, - communication renforcée avec les communes membres du SEDIF. Ciblant le traitement prioritaire des branchements à risque (locaux recevant du public ou branchements longs), cette planification s'est traduite par des coûts moyens relativement élevés sur les premières phases. Le regroupement géographique et la diminution des longueurs de branchement ont eu pour conséquence une réduction très significative des coûts constatée depuis Evolution du prix d'un branchement H.T Phase 2 : 2002, 2003, 2004 et Phase 3: 2004 et Phase 4 : 2005 et Phase 5 : 2007 et Phase 6 : 2008 et 2009 Le graphique ci-contre met en lumière un abaissement régulier des coûts ont baissé régulièrement. Ils se situent en 2009 à plus de 16 % en-dessous du prix plafond de l Agence de l eau, qui s élève à La diminution du coût au SEDIF est plus rapide que celle constatée en Ile-de-France à l issue des consulations menées par les autres maîtres d ouvrages publics. Le graphique ci-dessus, établi à partir des données fournies par l Agence de l Eau Seine-Normandie sur la base des demandes d aides formulées par les différentes collectivités intervenantes, illustre cette variation. Comme on le constate, en 2006, le SEDIF était au même niveau de prix que l ensemble des maîtres d ouvrages publics de l Ile-de-France. 7/48

8 En 2009, le SEDIF a bénéficié de prix plus avantageux se situant 25% en-dessous des autres maîtres d ouvrages publics. Parallèlement à cette intervention la qualité des services rendus aux usagers s est améliorée. Depuis l année 2000, une réduction de plus de 50 % des fuites est constatée. Bilan global 2009 relatif à la modernisation des branchements L expérience acquise par les différents intervenants en charge de ce dossier a permis d atteindre aujourd hui un pic de plus de branchements annuels. Les travaux réalisés dans le cadre d appels d offres ont permis de moderniser branchements en 2009 représentant 385 branchements par semaine. Cette réalisation est supérieure aux prévisions du XIII ème plan d investissement prévoyant pour l année 2009 la modernisation de branchements. Elle correspond, au regard de la planification initiale à un taux de réalisation de 127,4 % pour les travaux sous maîtrise d ouvrage publique. Cette augmentation quantitative du nombre de branchements réalisés correspond à : - une accélération ponctuelle en 2009 du programme de cette opération (40,2 M T.T.C. inscrits au titre du budget primitif) - une diminution du coût moyen résultant des appels d offres (1 458 H.T.) par rapport à celui prévu initialement du fait d économies significatives liées au regroupement géographique et à la diminution de leur longueur moyenne. De nouvelles techniques, plus respectueuses de l environnement se sont développées depuis En effet, dans le cadre de la certification ISO et en vertu de son principe d amélioration continue, un effort particulier a été porté sur la taille des treuils, la réduction du nombre de fouilles, l optimisation des techniques sans tranchée, le recyclage du plomb et des matériaux de remblais afin de diminuer la gêne occasionnée aux riverains et de préserver l environnement des voies publiques et des parties privatives. L opération est en avance par rapport à la programmation initiale des travaux envisagée pour Sur la base des cadences actuelles, un achèvement au 3 ème trimestre 2012 est prévu. Quelques chiffres Plus de interventions sur les branchements ont été réalisées au cours de l année 2009 : branchements neufs ont été mis en service, modernisations ont été réalisées après appel d offres et dans le cadre des travaux délégués, au rythme de 444 branchements par semaine. Les phases suivantes permettront de résorber la totalité du parc de branchements restant en plomb avant l échéance réglementaire ( branchements entièrement en plomb au 31 décembre 2009). 2. Gestion patrimonial des compteurs a) État patrimonial fin compteurs hors incendie sont recensés (au 31 décembre 2009) sont classés non réparables, du fait de l absence de pièces de rechange en lien direct avec l âge élevé du compteur compteurs sont propriété de l abonné (- 13,1 % par rapport à l an dernier) compteurs incendie sont en place, dont 469 sont classés non réparables et 105 sont propriété de l abonné. Clapets anti-retour clapets inserts (+ 1,8 % par rapport à 2008) et clapets apparents (+ 3,7 % par rapport à 2008) ont été implantés pour éviter les retours d eau (dépense de 621 K H.T.). Le taux d équipement en clapet est de 81 % pour les compteurs de diamètre 15 mm, 96 % pour ceux de 20 mm, 97 % pour ceux de 30 mm et de 94 % pour ceux de 40 mm. Forfait compteurs 2009 Le montant du forfait de rémunération couvrant l activité de gestion et d entretien du parc des compteurs s est élevée à H.T. Environnement compteur H.T. ont été dépensés pour l environnement compteur. 8/48

9 Achat et stock de compteurs 5817 compteurs ont été achetés en 2009 pour un montant de H.T compteurs hors incendie et 14 compteurs incendie sont disponibles fin nouveaux triplets ont été créés. b) Politique de renouvellement des compteurs du programme 2009 Parc de référence Le parc de référence, qui sert de base pour l établissement du programme de remplacement des compteurs portant sur les triplés de ce parc (cf. annexe XII de la convention de régie intéressée), est constitué de compteurs (novembre 2009). Pour apprécier la qualité métrologique du parc en service, essais ont été réalisés sur 155 triplets (marque, diamètre et millésime). Rendement du parc En 2009, le rendement du parc est de 98,3 % (98,2 % en 2008, 97,9 % en 2007). Le rendement du parc de référence hors compteurs de moins de 5 ans s élève à 97,6 %, ce qui est logiquement inférieur au rendement du parc global (98,3 %), car les compteurs récents de moins de 5 ans ont généralement les rendements les plus élevés. Évolution du rendement du parc des compteurs Rappel sur le vieillissement des compteurs Il ressort des études précédentes que les compteurs d eau ont des performances qui se dégradent dans le temps. Cette dégradation est variable en fonction des modèles, des diamètres et aussi en fonction des millésimes des compteurs. En effet, dans un diamètre et modèle donnés, il y a des millésimes qui vieillissent plus ou moins bien que d autres. Il est donc préférable de changer les millésimes de compteurs présentant une faiblesse au détriment de millésimes plus anciens, mais ayant de meilleures performances. En conclusion, la politique de maintenance préventive optimale, mise en place à la Banlieue est basée sur l échange ciblé des compteurs en fonction du rendement de chaque triplet (modèle, diamètre et millésime). 9/48

10 Pyramide des âges des compteurs hors incendie < Programme 2009 Le nombre global de compteurs à échanger défini par l'annexe XII à la Convention de régie est de compteurs par an (en moyenne pluriannuelle) sur un nombre de compteurs susceptibles d être remplacés de (les compteurs des branchements incendie et ceux de moins de 5 ans étant retirés). Conformément au retour d'expérience des années précédentes, le nombre prévisionnel d échanges obligatoires a été estimé à Il est rappelé que les déposes obligatoires peuvent avoir des causes techniques (compteur bloqué ou illisible, fuite, défaut présumé de comptage, etc.) ou administratives (travaux sur branchement, fin d abonnement, enquête avec soupçon de fraude, etc.). Le nombre de remplacements systématiques dans le cadre de la maintenance préventive est donc de l ordre de Finalement, compteurs ont été remplacés au 31 décembre 2009 : obligatoires et systématiques (dont sur la base du critère du rendement et sur la base du critère de retour sur intervention). 10/48

11 Réalisation du programme systématique 2009 par diamètre et critère Détail des remplacements systématiques réalisés en 2009 DN Programme prévisionnel 2009 critère rendement critère "d" total Total des remplacements systématiques réalisés en 2009 Remplacements programmés en 2009 critère rendement critère "d" Remplacements programmés avant 2009 critère rendement Remplacements programmés avant 2009 critère "d" Total Critère rendement : rendement < 91 %. Critère «d» : rapport entre le coût de l intervention de changement de compteurs (fourniture et pose) et la perte de recette évitée avec les nouveaux compteurs. c) Politique de renouvellement des compteurs du programme 2010 Le fichier des abonnés comptait branchements avec compteur en novembre Les compteurs susceptibles d être remplacés sont au nombre de (hors compteurs de branchements incendie et compteurs de moins de 5 ans). Le nombre global de compteurs à échanger défini par l'annexe XII à la Convention de régie est de compteurs par an (en moyenne pluriannuelle). Le nombre d échanges prévisionnels obligatoires est estimé à Le nombre de remplacements systématiques dans le cadre de la maintenance préventive est fixé à Initialement, seulement compteurs ont été sélectionnés dans le programme systématique Le complément s effectuera en cours d année en fonction notamment de l évolution des déposes obligatoires. - programme 2010 basé sur le rendement : compteurs, - programme 2010 basé sur le retour sur intervention : compteurs 3. Actions préventives et curatives a) Études hydrauliques associées En 2009, 82 études hydrauliques ont été réalisées. On note une augmentation comparée à En particulier, on note une augmentation significative des demandes d études spécifiques (36) d études d alimentation et de défense incendie (20 en 2008). Les demandes spécifiques de sécurisation avec recherche de mise sur nourrice des canalisations sont devenues marginales. 16 études anti-bélier de taille variable ont été réalisées (9 en 2008) sans compter des études spécifiques liées à la protection anti-bélier des sprinklers de certaines défenses incendie. Avec quelques opérations spécifiques importantes en maîtrise d œuvre extérieure (élévatoire de Neuilly-sur- Marne, etc.), avec les études pour l alimentation de communautés d agglomérations voisines, ou encore quelques études générales, la part d assistance à maîtrise d ouvrage a fortement augmenté en passant de 8,1% de la part des études en 2008 à 25% en Bien que le XIII ème plan soit en cours de réalisation les demandes émanant du SEDIF concernant les études de faisabilité liées aux feeders sont en augmentation. Ceci s explique par l inscription au XIII ème plan actualisé d opérations initialement prévues au XIV ème plan et par le lancement d opérations initiées par des tiers type tramway. b) Protection anti-corrosion En 2008, dans le cadre de la recherche et développement, les études sur la corrosion des canalisations ont concerné le béton armé à âme tôle et la fonte grise. L étude APVG (Anodic Polarisation Voltage Gradient), technique d étude non destructive devant permettre de détecter les défauts de revêtements sur les conduites en béton âme tôle, débutée en 2007, dans le cadre d un partenariat scientifique avec l Ecole Centrale de Paris et l école SUPELEC, a donné ses premiers résultats fin 2007 et s est prolongée en 2008 et 2009 par des essais terrain et en laboratoire. 11/48

12 L étude sur les épaisseurs résiduelles des canalisations de distribution en fonte débutée fin 2008 a permis d acquérir par profilométrie 3 D des informations géométriques sur des échantillons de canalisation, ainsi que des paramètres physico-chimiques sur les sols environnants. RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT Mise au point d une méthode de détection des défauts sur les canalisations en béton armé avec âme tôle Réalisation d étude statistique sur les épaisseurs résiduelles des canalisations de distribution en fonte. RESULTAT Des essais réalisés en laboratoire sur des échantillons de canalisation ont permis d étudier le caractère destructif (ou non) de la technique APVG. Il a été montré que lorsque la technique est appliquée sur une durée assez courte, le film passif qui protège l acier n est pas attaqué, autrement dit la méthode n est pas destructive. Ces essais ont permis de déterminer des conditions opératoires optimales. Par ailleurs, des essais menés sur le terrain ont permis de montrer que la technique est opérationnellement viable sur des cas réels. De plus, les mesures effectuées ont mis en évidence un défaut de corrosion du film passif ; ce défaut a ensuite été retrouvé par d autres techniques. L ensemble de l étude a fait l objet d un rapport et d une présentation au SEDIF en décembre En 2009, 18 échantillons de canalisations en fonte grise, ainsi que les sols environnants ont été prélevés et analysés par le Centre d Analyses Environnementales de Veolia Eau. Les mesures par profilométrie 3D ont permis d obtenir en chaque point de l échantillon de fonte son épaisseur résiduelle. En parallèle, les analyses menées sur les sols associés ont permis de déterminer la corrosivité de ce dernier. La collecte des échantillons se poursuivra en 2010, afin d obtenir une quantité d informations suffisante à la conduite d une étude statistique visant à relier la corrosion d une conduite aux différents paramètres associés à cette dernière. c) Nettoyage des canalisations En 2009, 218 diagnostics Aquadiag ont été effectués : Nombre de diagnostics Aquadiag En 2009 un peu plus de 122 kilomètres de canalisations ont été nettoyés par le procédé eau-air-eau à savoir : - COB Est : 23 km - COB Nord : 39 km - COB Sud : 60 km Évolution du nombre de diagnostics en années Sur la base d une représentativité moyenne de la qualité d encrassement de mètres de réseau apporté par chaque diagnostic, 327 km de réseau ont ainsi été évalués. La démarche Aquadiag est basée sur le report au sein d un Système d Informations Géographiques, des résultats d analyses de différents paramètres physico-chimiques et bactériologiques. 12/48

13 Ces analyses sont effectuées en différents points d un réseau avec des prélèvements à débit soit faible, soit élevé. Une analyse et/ou une comparaison des résultats obtenus à fort et à faible débit permettent de localiser les zones où il y a un problème d encrassement ou de corrosion des conduites. Évolution du linéaire nettoyé par année La baisse constante des diagnostics Aquadiag doit être mise en correspondance avec l augmentation du linéaire de nettoyage de canalisations «eau-air-eau» réalisé entre les années 2005 et Bilan de l utilisation du SIG Au cours de l année 2008, le système SIG a été exploité dans la totalité de ses fonctionnalités pour la gestion patrimoniale du réseau d eau et pour la gestion du foncier. L année 2009 a été également consacrée à des actions continues d amélioration de la qualité des données. L action la plus marquante visait à disposer dans le SIG, des branchements de la manière la plus complète et la plus fiable possible ; elle a nécessité des compléments manuels de données graphiques, des vérifications de cohérence avec le Référentiel Branchement ainsi qu une optimisation du logiciel de création automatique des branchements. Les mises à jour des données concernant les conduites (tronçons), les équipements publics et les incidents ont été réalisées. Les tableaux ci-dessous décrivent les indicateurs concernant les quantités d informations saisies et une analyse des champs obligatoires et facultatifs des données. L année 2009 verra le lancement d un projet de maintien en conditions opérationnelles et d évolutions du SIG. Les quantités d information saisies en 2009 Type d information Quantité totale au 31/12/09 Quantité intégrée en 2009 Quantité nouvelle en 2009 Quantité en désaffecté (3) Tronçons (1) Branchements (2) Incidents Équipements réseau Équipements incendie Équipements publics Vannes (1) : le tronçon est une portion élémentaire de conduite qui tient compte des changements d environnement : par exemple, lors d un changement de voie ou d un passage «sous chaussée» à «sous trottoir» d une conduite, un nouveau tronçon est créé (en général, une conduite est constituée de plusieurs tronçons). (2) : hors branchements congédiés et branchements alimentant les équipements incendie et équipements publics. (3) : objets désaffectés suite à rénovation de conduites d eau ou corrections diverses. 13/48

14 Analyse des champs obligatoires et facultatifs Type d information Nombre champs obligatoires Nombre champs facultatifs Remplissage champs facultatifs Tronçons % Branchements % Incidents % Équipements réseau % Équipements incendie % Équipements publics % Vannes % 5. Indicateurs de vigilance L annexe V de la convention de régie intéressée a prévu des indicateurs de vigilance caractérisant l exploitation, intégrés dorénavant dans les rapports annuels correspondants, et dont certains apparaissent ci-dessous. Délai d intervention (arrêts d eau) sur fuite des canalisations de transport et de distribution. La valeur de l objectif est de 30 mn % des arrêts d eau liés à des fuites sur canalisations ont été réalisés dans un délai de 2 heures. Nombre d arrêts d eau suite à détection d une fuite sur une canalisation, réalisés en plus ou moins de 4 heures. Il y a eu arrêts d eau liés à fuites (canalisations ou colliers de branchements), environ 98 % ont duré moins de 4 heures. Nombre de données Syncom rentrées en moins de 5 jours ouvrés : La valeur de l objectif est de 80 %. Le pourcentage de données Syncom rentrées en moins de 5 jours ouvrés pour 2009 est de 85,3 %. Taux de travaux de réseau sans tranchée : La valeur de l objectif est de 35 % du linéaire. Pour l année 2009, le taux de travaux sans tranchée est de 39 %. Auto surveillance de la tenue des chantiers : Cet indicateur fait l objet d une présentation détaillée au paragraphe III 6. Autres éléments contributifs de gestion a) Bilan fuites Recherche fuites En 2009, 207 kilomètres de linéaire de réseau ont fait l objet d une campagne systématique de recherche de fuites (RSF) et 37 km, d une auscultation préventive lors d opérations de voirie (OPV) non précédées d un renouvellement de canalisation soit un total de 244 km. Le programme de recherche systématique de fuites (RSF) est établi en fonction des critères suivants : 1. nature du sous-sol (zone de carrières, gypse), 2. indice de nuit au-dessus de la moyenne habituellement observée, 3. zones à fort taux de fuites constatées, 4. essais (matériel, méthodologie) et formation (auscultation en réel d une zone). Des essais de surveillance des canalisations en fonte présentes dans des zones à risques de mouvements de terrain ont fait l objet d une surveillance par l utilisation de pré-localisateurs acoustiques. Leur nombre est passé de 80 à 106 pour étendre la surveillance de ces conduites à l ensemble des zones situées dans un Plan de Prévention des Risques 14/48

15 Le tableau ci-après récapitule les fuites décelées lors de ces investigations : Typologie Fuites sur Fuites sur appareils ou Fuites sur branchements conduites autres TOTAL RSF OPV TOTAL Fuites sur canalisations En 2009, fuites ont été réparées sur le réseau, dont 694 sur appareils et accessoires (soit 30 %), et sur conduites (soit 70%) : - 4 % des fuites sur conduites concernent les canalisations de transports (feeders), - 18 % des fuites concernent les canalisations de diamètres > 100 mm et 300 mm et, - 78 % fuites concernent les canalisations de diamètre 100 mm ou moins. Une très large majorité des fuites sur conduites affecte toujours les canalisations en fonte grise, comme le montre le graphique ci-contre : Les canalisations en fonte grise représentent 42 % du linéaire du réseau actuel, 79 % des fuites et ont un âge moyen de 70 ans qui est le plus élevé des familles de matériaux. Par rapport aux années antérieures, le nombre de fuites a été plus réduit de février à septembre. Les mois de janvier octobre, novembre et décembre montrent une hausse importante du nombre de fuites observées. Le mois de janvier 2009 a été marqué par une vague de froid importante se traduisant par une baisse de la température de l eau dans les conduites (< 5 C), qui a conduit à un nombre élevé de fuites sur canalisations. Canalisations de transport (Voir Annexe 1) Les fuites ou ruptures sur les canalisations de transport (ou feeders) se répartissent de la manière suivante : Nombre Type de canalisations de Béton fuites Acier âme tôle Fonte PEHD Total Total /48

16 Les fuites sur joints représentent 45 % des incidents. En ce qui concerne les feeders, les principaux événements marquants de l année 2009 sont les suivants : Feeder 800 Bonna Avenue Morane Saulnier à Vélizy-Villacoublay. Une fuite sur la tubulure de décharge du Feeder PBLAN a nécessité l arrêt d eau, pour réparation, du bief 6 avec extension sur le bief 04 rendant l usine des Feuillants indisponible ainsi que la moitié de la capacité de production de l usine de Pavé Blanc du 26/08 à 20h00 au 28/08 à 3h00. L alimentation du réseau PBLAN240 via usine de Pavé-Blanc (avec suspension préalable de la fourniture à la SEVESC via l intercommunication des Loges BE04) a été réalisée par le seul DN300 fonte et a entraîné une limitation de la défense incendie du Centre Commercial de Vélizy2 durant l intervention. Feeder 400 Acier Pont de Saint Cloud. Une fuite sur un joint Gibault en milieu de traversée à proximité d'une pile du pont s est déclarée le 29 mai. Les conditions de réparation ont été rendues délicates par le fait que le seul accès à la conduite se faisait par la voie fluviale à l'aide d'une barge et d'un chariot élévateur. Feeder 500 Bonna Rue des plaideurs à Nanterre. Une fuite sur conduite Bonna sur le bief 01 du feeder MTVAL s est déclarée le 16 janvier. La réparation a nécessité le remplacement d un tuyau Bonna et l arrêt d eau de ce bief unique privait le réseau MTVAL125 de ses réservoirs situés au Mont Valérien. La procédure de fusion des réseaux MTVAL125 CHOIS122 a été appliquée et a permis d alimenter ce réseau sans plainte d abonnés le temps de la réparation. La simplification de cette procédure par la pose d une nouvelle vanne papillon dans l usine de Puteaux avait été réalisée en décembre 2007, cette fuite nous a permis de confirmer l efficacité de la fusion des ces réseaux. Feeder 500 Bonna Avenue Jean Jaurès à Argenteuil. Une première fuite sur joint s est déclarée le 3 janvier sur le bief 11 du feeder MERYS , une seconde fuite sur joint a été réparée le 10 janvier suivie d une troisième fuite le 21 janvier sur le bief 16. Le 19 février, une nouvelle fuite sur joint est détectée sur le bief 11. Après une accalmie, avec la baisse de la température de l eau du mois de novembre, une cinquième fuite se déclare sur le bief 11 le 5 novembre et apparition d une sixième fuite sur joint sur le bief 11 lors de la remise en service du 7 novembre. Fuites sur branchements Les fuites sur branchements ont été au nombre de en Les branchements en matériaux synthétiques (PEBD et PEHD) totalisent 39 % des fuites. Ce chiffre est à considérer pour un parc important, mais dont l âge moyen est jeune, de l ordre de 20 ans. Un effort doit être fait à ce niveau par l exploitant, car le nombre de fuites observées sur ces matières plastiques est trop élevé au regard de leur âge. Des essais sont en cours pour mettre en place lors de renouvellements des branchements, du PEHD renforcé présentant une meilleure résistance mécanique et une étanchéité complète. 16/48

17 Répartition par matériau des fuites sur branchements Nombre de fuites Années Acier Fonte Plomb PEHD Autres La variabilité mensuelle ne présente pas une amplitude importante, comparée à celle observée sur les canalisations. Il y eu 832 fuites sur des branchements par mois en moyenne. La variation simultanée des courbes représentant les fuites recensées sur les canalisations et les branchements traduit l impact des années où les périodes de gel hivernal ont été longues, plus particulièrement en , et L évolution à la baisse sur ces mêmes catégories de fuites est synonyme d un hiver plus doux sans période de gel ( ). En 2009, on constate une évolution de l ordre de 25 % du nombre des fuites sur les conduites par rapport à l année précédente. Les incidents sur les branchements ont augmenté, de l ordre de 8 %, par rapport à l année 2008, dus à un hiver beaucoup plus rigoureux que l année précédente notamment le mois de janvier et décembre (situation au 31/12/2009). L analyse et la comparaison des périodes de froid antérieures permettent de constater qu en dehors de la période hivernale de décembre 2001 et janvier 2002, au cours de laquelle le SEDIF a enregistré une augmentation substantielle du nombre de fuites sur canalisations pendant 14 jours en décembre 2001 et 8 jours en janvier 2002, seuls les hivers 1996/1997, 2007 et 2009 font apparaître des situations à caractère exceptionnel. La hausse globale du nombre d incidents est de 11% par rapport à l année /48

18 7. Métrologie Comptage aux refoulements Chaque usine de production dispose de différents moyens de comptage des volumes élevés. Le tableau cidessous précise quelles sont les mesures utilisées. Valeur de référence de débit Valeur secondaire de débit Neuilly-sur-Marne Méry-sur-Oise Choisy-le-Roi Somme des débits Mesure du débitmètre Somme des mesures des 2 courbe de pompe - HET en galerie d aspiration débitmètres en sortie de de chaque groupe des élévatoires bassin A Somme des mesures des débitmètres en aspiration de chaque groupe Somme des mesures des débitmètres en aspiration de chaque groupe Somme des débits courbe de pompe HET de chaque groupe Un contrôle journalier est effectué par comparaison de la valeur de référence de débit avec la valeur secondaire. En cas d écart significatif, une action est menée. De nombreux dépotages sont réalisés au cours de l année pour vérifier qu il n y a pas de dérive dans les mesures de débits. L opération consiste à vider une partie d un bassin d effacement à partir d une ou plusieurs élévatoires. Le volume dépoté sur la période permet d avoir un débit «étalon». Les dépotages réalisés en 2009 donnent des écarts inférieurs à 1,5 % entre les valeurs de référence et les volumes dépotés sauf : - à Choisy le Roi où lors d une opération de dépotage le 27 févier, il a été constaté un écart de sur comptage de 1,9% du débit mesuré par apport au volume dépoté. Le volume introduit dans le réseau par l usine de Choisy est mesuré à partir de 2 canalisations DN 1800 n 1 et n 2 équipées chacunes d un débitmètre respectivement repéré BEA_FT01 pour le n 1 et BEA_FT02 pour le n 2. Plusieurs opérations de dépotage complémentaires ont permis une confirmation de l erreur de + 2% sur le débitmètre BEA_FT02. Après correction par la modification des coefficients de l électronique, un dernier dépotage de vérification a été réalisé le 15 mai, les 2 DN 1800 étant en service, pour 18/48

19 vérifier globalement l impact de la correction du débitmètre BEA_FT02, l écart global redevenant inférieur à 1,5%, - à Méry-sur-Oise, où lors d une opération de dépotage le 28 mai, il a été constaté un écart de sur comptage de 1,79% du débit mesuré par le débitmètre de référence par apport au volume dépoté. Un deuxième dépotage confirmant cet écart, une correction a été apportée dans l électronique pour retrouver une précision de 0,13% du débit mesuré par apport au volume dépoté vérifié le 8 juillet. Comptage aux intercommunications permanentes Les intercommunications permanentes pour lesquelles le compteur a été remplacé en 2009 sont : code nom de l'intercommunication commune voisin sens BC08 Créteil zone du grand Marais BL06 MAISONS LAFFITTE - AV. DE PARIS CRETEIL MAISONS LAFFITTE Suez Env. diamètre du compteur export CR 150 SFDE export CR 150 Par ailleurs, le débitmètre ultrasonique situé à l'intercommunication BN01 avec la Société des Eaux de Melun fait l'objet d'un contrôle annuel depuis sa pose en En 2009, le contrôle par dépotage sur 4 points échelonnés sur sa plage de mesure, donne un écart entre 0,9 % et 0,8 % en fonction du débit. La précision de mesure en bas d échelle à 850 m 3 /h soit m 3 /j, où l adduction a fonctionné 359 jours en 2009, est de 0,06%. Cet écart est satisfaisant car il se situe dans la plage de précision de 2 % du débitmètre. Indicateurs représentatifs de l'état du réseau État des consommations et des pertes en réseau Le tableau ci-dessous donne la synthèse de la répartition des consommations et des pertes en réseau : 19/48

20 Composantes des volumes de consommations et de pertes Désignation des composantes à la Banlieue de Paris Volumes produits et achats en gros Descriptif des volumes Volumes (m3) Incertitudes % (m3) * volumes produits (élevés par les groupes) , * achats en gros : volumes comptés aux intercommunications (E-PH-8) Consommations autorisées facturées Consommations autorisées facturées non comptées Consommations autorisées facturées comptées Forfait bouche de lavage Volumes abonnés et ventes en gros * évaluation correspondant aux volumes facturés * volumes abonnés : relevés et estimations de consommations (E-PH-6) * ventes en gros : volumes comptés aux intercommunications (E-PH-9) Volumes p roduits et achats Consommations autorisées Pertes en distribution Consommations autorisées non facturées Pseudo-pertes Pertes réelles Consommations autorisées non facturées comptées Consommations autorisées non facturées non comptées Consommations non comptées non autorisées Consommations non comptées Fuites sur canalisations Fuites sur branchements Fuites sur ouvrages Eau de service comptée Eau de service non comptée * usines principales * Bouches Incendie et Poteaux Incendies (BIPI) : test à la mise en service, tests périodiques, incendies, Aquadiag * lavages conduites "Eau Air Eau" suite aux résultats Aquadiag * rinçage des antennes : programme manuel et purges automatiques temporisées * rinçage suite aux travaux neufs sur conduites et branchements * rinçage suite aux travaux programmés d'entretien sur le réseau * rinçage lors des réparations sur conduites et branchements * analyseurs de chlore sur le réseau * usines secondaires (arrosage des tresses des pompes, pissettes, ) * nettoyages des réservoirs * utilisations illégales des BIPI et bouches de lavage Volumes détournés * fraudes aux compteurs des abonnés Sous comptage des compteurs des abonnés Fuites Volumes perdus en attente de travaux * sous comptage du parc des compteurs des abonnés * fuites , * fuites aux réservoirs * autres Volumes gaspillés Débordement réservoirs, vidanges * néant mal fermées m 3 Sur le volume total produits et achats ( m 3 en 2009), un faible volume n est pas facturé pour les besoins d entretien du réseau, des usines et de la sécurité incendie. Les pertes en distribution représentent un volume de m 3, soit 11,81 % des volumes produits et achats. Les pertes réelles représentent un volume de m 3 ( ), soit 9,93 % du volume produits et achetés en gros. Le rendement du réseau s établit donc en 2009 à une valeur de 88,04 %. Indices de nuit La moyenne des minima nocturnes hebdomadaires de la Banlieue de Paris est en 2009 de 37,8 m 3 /j par kilomètre. Cette valeur est légèrement supérieure aux 37,6 m 3 /j obtenus en L augmentation importante des fuites de janvier 2009 explique cette différence. La Banlieue de Paris a connu une période de froid du 2 au 18 janvier. Ces conditions météorologiques avec des températures minimales de l air voisine de -14 C et surtout des températures de l eau des rivières proches de 1 C (0,3 C pour l Oise), ont généré un épisode exceptionnel de fuites sur le réseau. La conséquence immédiate a été une augmentation du débit nocturne jusqu à 47 m 3 /j/km soit 12m 3 /j/km de plus que les valeurs moyennes constatées sur cette période correspondant à un volume de perte estimé à m 3 /j. Ce débit nocturne est redescendu à 34 m 3 /j par kilomètre à compter du 2 mars soit un niveau comparable aux années précédentes. 20/48

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau Service de distribution de l eau à Rennes Stratégie de renouvellement du réseau David Clausse Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais Rencontres de l'eau en Loire Bretagne Gestion

Plus en détail

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE Groupe de travail : Gestion patrimoniale Evènement : Web conférence Date : novembre 2014 www.astee.org Les maitres d œuvre

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France programme de renouvellement Journée SIG Eau Sommaire Le Contexte Présentation générale du SEDIF Le SIG au SEDIF Renouvellement

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

COMMUNE D E L A T E NE

COMMUNE D E L A T E NE République et Canton de Neuchâtel COMMUNE D E L A T E NE Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit d engagement de 140 000 francs pour assainir le réseau d eau de

Plus en détail

OBSERVATOIRE. public de l eau. de la qualité du service. de la Qualité du Service. public de l eau. Bilan 2014

OBSERVATOIRE. public de l eau. de la qualité du service. de la Qualité du Service. public de l eau. Bilan 2014 OBSERVATOIRE de la Qualité du Service public de l eau Bilan 2014 de la qualité du service public de l eau Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses 4,4 millions d usagers, le SEDIF a mis en place

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME. 6 a. Commune de. APPROBATION Vu pour être annexé à la délibération en date du : NOTICE SANITAIRE URBA-SERVICES

BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME. 6 a. Commune de. APPROBATION Vu pour être annexé à la délibération en date du : NOTICE SANITAIRE URBA-SERVICES URBA-SERVICES CABINET DE CONSEILS EN URBANISME 83, rue de Tilloy, BP 401-60004 BEAUVAIS CEDEX Téléphone : 03.44.45.17.57 Fax : 03.44.45.04.25 Commune de BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME APPROBATION Vu

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Caractérisation technique du service

Caractérisation technique du service rapport sur le prix et la qualité du service public de l assainissement non collectif 2012 3 Caractérisation technique du service Présentation du territoire desservi Le service est géré au niveau communal

Plus en détail

Rapport annuel du délégataire. Services publics de l eau potable et de l assainissement de Sénart

Rapport annuel du délégataire. Services publics de l eau potable et de l assainissement de Sénart Rapport annuel du délégataire Services publics de l eau potable et de l assainissement de Sénart 2009 Services publics de l eau et de l assainissement Services confiés à Lyonnaise des Eaux, par contrat

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE ANNEE 2014 Table des matières 1. Introduction...3 2. Les chiffres clés

Plus en détail

Rapport annuel. Commune de CESSON-SEVIGNE

Rapport annuel. Commune de CESSON-SEVIGNE Commune de CESSON-SEVIGNE Rapport relatif au prix et à la qualité du service public d'eau potable pour l'exercice 2012 présenté conformément à l article L.2224-5 du code général des collectivités territoriales.

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS»

FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS» FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS» d'agence Territoriale Clientèle des relevés technique Releveurs Les chargés de clientèle Les techniciens. L ensemble des acteurs des agences territoriales. Relations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 M. l Adjoint CYPRIANI, Rapporteur : Les services publics délégués sont

Plus en détail

Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE

Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif Ce rapport annuel constitue une obligation légale pour le maire qui doit le présenter chaque

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 Document réalisé en avril 2010 mise à jour février 2013 Sources : sites http://www.legifrance.gouv.fr/ http://carrefourlocal.senat.fr

Plus en détail

Groupe d échanges n 2

Groupe d échanges n 2 Réseau régional des collectivités à compétence Eau Potable Groupe d échanges n 2 13 octobre 2015, Besançon 1 Déroulement de la rencontre 1. Accueil et tour de table 2. Réhabilitation des réseaux d alimentation

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 Pôle Services Urbains CCSPL RM / VILLE du 01/12/2015 N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 PREAMBULE Les délégations de service public des parcs en ouvrage s inscrivent dans

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1

Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1 Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1 PREAMBULE Conformément à l article L.2224-5 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Président de

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Achat, distribution d eau potable, gestion clientele Note pour une mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour l étude des modes de gestion du service

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

GESTION PATRIMONIALE POLLUTEC 2014 F.S.T.T. réseaux d AEP MERLIN. Gestion patrimoniale des. France Sans Tranchée Technologies.

GESTION PATRIMONIALE POLLUTEC 2014 F.S.T.T. réseaux d AEP MERLIN. Gestion patrimoniale des. France Sans Tranchée Technologies. Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes POLLUTEC 2014 GESTION PATRIMONIALE F.S.T.T. France Sans Tranchée Technologies Gestion patrimoniale des réseaux d AEP Indépendance - Expériences

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service de l eau potable

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service de l eau potable COMMUNAUTE DE COMMUNES EURE MADRIE SEINE Rapport annuel sur le prix et la qualité du service de l eau potable SERVICE GAILLON, SAINT-AUBIN-SUR-GAILLON, COURCELLES-SUR-SEINE Année 2011 SOMMAIRE I. CARACTERISATION

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz

Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz RÉFÉRENCE : Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz Ce document a pour objet de décrire d une part

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU MAIRE SUR LE SERVICE PUBLIC DE L EAU POTABLE ET DE L ASSAINISSEMENT

RAPPORT ANNUEL DU MAIRE SUR LE SERVICE PUBLIC DE L EAU POTABLE ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL DU MAIRE SUR LE SERVICE PUBLIC DE L EAU POTABLE ET DE L ASSAINISSEMENT ANNEE 2010 1 PIECES ANNEXES 1/ Rapport. 2/ Délégués auprès du SIAEP. 3/ Comparatif Consommation Eau achetée/vendue.

Plus en détail

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer Caractéristiques d'un contrat de progrès Cliquez pour avancer La politique de contrats globaux de progrès est formulée au travers de 4 thèmes : le périmètre, les objectifs de progrès, l'expression de besoin

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau COMMUNE DE CARNOULES Eau Potable - 201 Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau (Application de la Loi n 95-101 du 2 février 1995 et du décret n

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Cycle de rencontres techniques : Gestion patrimoniale AEP Rencontre n 3 : Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante 26 Mai 2011 Besançon 1 Déroulement de la rencontre

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 mai 2015 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1 ANNEXE du PLU Gestion de l eau ALIMENTATION EN EAU POTABLE 1 1. GÉNÉRALITÉS Située au nord-ouest de Paris, la commune de la Frette s étend sur le versant ouest des Buttes du Parisis et l altitude qui est

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

OBSERVATOIRE de la qualité du service

OBSERVATOIRE de la qualité du service OBSERVATOIRE de la qualité du service public de l eau Principaux enseignements 2013 Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses quatre millions de consommateurs, le SEDIF a mis en place depuis 2002

Plus en détail

Certificat d examen de type n F-06-C-1611 du 20 novembre 2006

Certificat d examen de type n F-06-C-1611 du 20 novembre 2006 Certificat d examen de type n F-06-C-1611 du 20 novembre 2006 Accréditation n 5-0012 Organisme désigné par le Ministère chargé de l Industrie par arrêté du 22 août 2001 DDC/22/G011542-D1 Dispositif de

Plus en détail

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges Origine du projet et création du SYTEPOL Face à des difficultés d approvisionnement en eau potable constatées sur le Sud- Ouest du Département

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Melle Karima SEBBAGH Ingénieur Chef de Projet Direction de Distribution Amélioration de la Gestion de la Distribution d Eau Potable 1/21 Sommaire

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 L EXERCICE 2012 EN QUELQUES POINTS CLEFS : - 2012 : troisième année d exploitation du contrat de DSP 2010-2016. Rappel

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Technicien de réseau VEOLIA COMPÉTENCES. > Les atouts du métier. > Ses missions. > Les spécificités du métier. > Les compétences

Technicien de réseau VEOLIA COMPÉTENCES. > Les atouts du métier. > Ses missions. > Les spécificités du métier. > Les compétences Diversité des missions, relation client, autonomie Le technicien réseau assure la surveillance et les interventions sur le réseau ainsi que toutes les démarches de nature technique nécessitant une ouverture

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans.

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans. Objet : entretien assainissement individuel Madame, Monsieur, Votre habitation est équipée d un système d assainissement non collectif pour le traitement de vos eaux usées. Le bon fonctionnement de cet

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

COMMUNE DE VIRIAT. Procédure adaptée REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS D EAUX USEES ET PLUVIALES. Cahier des Clauses Particulières

COMMUNE DE VIRIAT. Procédure adaptée REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS D EAUX USEES ET PLUVIALES. Cahier des Clauses Particulières COMMUNE DE VIRIAT Procédure adaptée REALISATION DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS D EAUX USEES ET PLUVIALES Cahier des Clauses Particulières Maître d Ouvrage : Commune de VIRIAT (Ain) Maître d œuvre : Services

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

de SOTRA SEPEREF PVC bi-orienté, le tube réinventé

de SOTRA SEPEREF PVC bi-orienté, le tube réinventé de SOTRA SEPEREF PVC bi-orienté, le tube réinventé BI-OROC, le tube réinventé Pionnier dans la fabrication du tube bi-orienté, Sotra Seperef a acquis depuis 20 ans la maîtrise du procédé de bi-orientation.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Najib Lahlou- Mimi Directeur Général NRW reduction in urban water utilities Center for Mediteranean Integration Marseille January 22-23,

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail