8. DE L INSPECTION A L EXPERTISE D UN OUVRAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8. DE L INSPECTION A L EXPERTISE D UN OUVRAGE"

Transcription

1 8. DE L INSPECTION A L EXPERTISE D UN OUVRAGE 8.1 Généralités Dans un soucis de connaissance et de préservation du patrimoine en assainissement, des inspections périodiques des ouvrages sont indispensables et peuvent conduire à la nécessité d expertise des désordres constatés afin de préconiser une remise en état. 8.2 Sécurité Un réseau d assainissement ou une station d épuration en service utilise des règles de sécurité établies par le gestionnaire en vue de rassembler toutes les conditions nécessaires au bon déroulement d une intervention. Le respect de ces instructions contenues dans le règlement est la première mesure de sécurité. Une visite sans accompagnement dans un réseau d assainissement ou une station d épuration est proscrite. Une bonne connaissance des conditions météo et une personne de contact en surface est obligatoire. La liste non exhaustive suivante présente l équipement individuel de protection recommandé: bottes, casque, lunettes de protection, lampe, gants, harnais de sécurité ; le masque de fuite, détecteurs des atmosphères dangereuses ; veste et pantalon imperméable réfléchissant. Lors des visites du réseau et en fonction de l environnement urbain, certains services publics ou concessionnaires doivent être informés (transport public, gestionnaires de voirie ). version de travail colloque Luxembourg 73

2 8.3 Evaluation d un réseau d assainissement Cartographie du réseau d assainissement La cartographie du réseau est la première des missions à réaliser avant de commencer une expertise. Données cartographiques minimales : - Bâti ; - Voiries ; - Coordonnées XYZ de chaque plaque d'accès du réseau d'égouttage ; - Coordonnées XYZ de chaque regard de visite du réseau d'égouttage ; - Caractéristiques de chaque plaque et regard (diamètre, nature, état de l'assise, accessibilité etc.) ; - Sections et type de matériaux des réseaux visités ; - Délimitation sommaire des sous bassins versants alimentant le réseau à expertiser. Données cartographiques complémentaires - Localisation des plaintes suite à un dysfonctionnement du réseau (refoulement, inondation, odeur ) ; - Localisation de signes extérieurs de dégradation du réseau (enfoncements de voiries et d avaloirs ). Par l intermédiaire d un système d information géographique, la cartographie orientée «objet» permet de mieux comprendre des phénomènes abordés. De plus, certaines pathologies peuvent être anticipées par la réalisation de cartes thématiques, comme par exemple les zones à risques géotechniques et de sédimentation. version de travail colloque Luxembourg 74

3 8.3.2 Critères d évaluation d un ouvrage Les critères essentiels que doivent évaluer les experts dans le cadre de l examen des canalisations d'égout public et ouvrages connexes sont repris dans le tableau 8.1: TABLEAU 8.1 Critères à évaluer lors des expertises Critères Objectif Etanchéité : infiltration entrée de sol déplacement de tuyaux matière de joint expulsée etc. Stabilité structurelle : fissuration déformation altération etc. Aspect Hydraulique : dépôt ; obstacles ; racines; pénétrantes ; etc. Protection du sous sol et de la nappe aquifère en vue de protéger les eaux souterraines et d'éviter de véhiculer des eaux claires parasites vers les stations d'épuration. Evaluation de l étanchéité sur la vitesse d altération de l ouvrage. Durée de vie de la canalisation et du remblai de sa tranchée, qui dépendra à la fois du choix du tuyau, et du mode de pose, du matériau de fondation et de remblai, et enfin de la qualité de l'étanchéité. Eviter les inondations en transportant à l'aval le débit maximal correspondant à un risque calculé en terme de probabilité d'un événement pluvial catastrophique (précipitations avec une période de retour de 10 ans). Plusieurs recommandations, guides pratiques ou normes tentent de systématiser les rapports d inspections. Le système de codage d inspection visuelle des réseaux d assainissement décrit dans la norme Européenne EN /2 reprend tous les cas d évènements ou d anomalies constatés dans un ouvrage selon les trois critères majeurs de la liste ci dessus. Les informations codées peuvent être utilisées dans l un des objectifs suivants : - évaluer les problemes de fonctionnement dans le cadre d un programme de travaux de réhabilitation à long terme ; - fournir des données destinées à être utilisées dans la planification des activités d entretien et de maintenance ; - étudier des problèmes de fonctionnement spécifiques ; - classer et organiser les résultats dans une base de données pour archivage. En ce qui concerne la nécessité de systématiser les résultats d une expertise, les avis divergent. Pour certains, cela se limite à une facilité de rédaction de rapport, pour d autres, par le biais de la recherche opérationnelle, les constatations peuvent se transformer en indice de qualité permettant d établir des priorités d entretien ou même de mettre à jour la comptabilité version de travail colloque Luxembourg 75

4 patrimoniale. La gestion de cette masse d informations demande des outils informatisés qui mènera à une standardisation effective. A titre d exemple, voici une hiérachisation possible : TABLEAU 8.2 Degrés d intervention Degré Type 1 Type 2 Type 3 Type 4 Type 5 Signification Pas de défaut ou défauts insignifiants Défauts minimes ne nécessitant pas d intervention Défauts ne nécessitant pas d intervention immédiate Défauts sérieux avec nécessité d intervention Défauts graves nécessitant une intervention immédiate Etat des lieux des réseaux Visite pédestre La connaissance de l'état exact dans lequel se trouve l'égout entre ses deux chambres de visite est primordiale pour l'exploitation du réseau d'assainissement. La nature des matériaux utilisés, son état de vétusté, les différents obstacles à l'écoulement des eaux sont autant de paramètres à prendre en compte pour les modélisations hydrauliques. Les infiltrations ou les exfiltrations sont des éléments également importants à prendre en compte, d'une part pour le débit qui transite effectivement, d'autre part pour la possible pollution des sols et de la nappe phréatique, ainsi que pour le minage autour de l'égout, ce qui fragilise sa structure. L'état général dans lequel se trouve la structure même de l'égout est important à connaître. Il est le garant de sa pérennité, de son bon fonctionnement et de l'absence d'accident en surface. Seule une observation visuelle peut apporter une réponse à toutes ces interrogations. Un objectif de visites dans une période qui oscille entre 2 et 5 ans pour les collecteurs principaux peut être programmé avec inspection des ouvrages. Tous les renseignements recueillis seront ensuite idéalement transmis dans la base de données cartographique. Ils serviront également à programmer les réparations et les améliorations. Lors de ces visites, l'égoutier sera particulièrement attentif aux éléments qui entravent l'écoulement des eaux. La présence de dépôts indique généralement une contre pente ou encore une dégradation de l'ouvrage. Dans les égouts construits en maçonnerie, la présence de briques dans le radier peut indiquer un début d'effondrement de la structure par attaque chimique du mortier. La partie haute de l'égout étant naturellement la plus exposée à l'h 2 S, ce sont ces version de travail colloque Luxembourg 76

5 briques qui se descelleront le plus facilement, amenant une perte de résistance aux pressions exercées par la circulation de surface. Dans les égouts en briques ou en béton, la présence de fissures longitudinales ouvertes à 12 h et fermées à 9 et 15 h indiquent généralement un écrasement vertical de la structure. Les fissures circulaires indiquent quant à elles des phénomènes de cisaillement imputables à des tassements différentiels de la canalisation. Le déboîtement des égouts en éléments préfabriqués est également dû à des tassements différentiels au droit du raccord ou à une mauvaise pose lors de l exécution. Dans les égouts en béton armé, la présence visuelle des armatures est le plus souvent due à une attaque chimique qui désagrège le béton Visite par caméra Lorsque la canalisation n est pas visitable, une visite pédestre en continu est impossible, une visite par caméra est alors recommandée. Dans les égouts en maçonnerie ou vétustes, le robot qui porte la caméra étant très sensible aux obstructions mécaniques, un curage sera programmé préalablement. On portera une attention particulière au placement de la poulie de guidage du câble et au déroulement de celui-ci. La présence de gaz (explosivité, H 2 S, CO, teneur en oxygène) sera préalablement testé avant la descente du matériel. Photo Véhicule caméra Photo Caméra téléguidée version de travail colloque Luxembourg 77

6 8.3.4 Pathologies de stabilité Déformation et rupture des matériaux tubulaires Stade 1 La canalisation se fissure soit par défaut de remblayage, soit sous l'effet d'une surcharge, soit par ravinement de la fondation par une fuite de l égout ou d une canalisation d eau sous pression dans les environs proches de la conduite. Des fissures apparaissent en quadrant ( h). Stade 2 Du fait des infiltrations d'eau, il se produit une perte de remblais fragilisant encore plus la canalisation. Des fissures ouvertes apparaissent à la voûte (12 h) et des fissures fermées à 9h et 3 h Stade 3 La canalisation se déforme sous l'effet de la charge et du manque de support lié à la perte de matière de remblais par les infiltrations. Il existe une possibilité d'écrasement de la canalisation. Il existe également une possibilité de voir apparaître en surface une cavité dans la chaussée. Figure 8.5 Déformation et rupture des matériaux tubulaires rigides version de travail colloque Luxembourg 78

7 Photo 8.6 Dégradation totale du collecteur par déformation et rupture (ouvrage en ruine) vue générale Photo 8.7 Dégradation totale du collecteur par déformation et rupture (ouvrage en ruine) vue sur la fissure latérale Photo Les circonstances difficiles d une expertise dans le milieu de l assainissement rendent impératif l emploi d outils de mesure 0 d ouverture des fissures afin de ne pas surestimer ou sousestimer celles ci. Photo De simples témoins sont suffisants pour suivre l évolution des fissures. version de travail colloque Luxembourg 79

8 Attaque chimique du béton non armé a) Attaque par l hydrogène sulfuré (H 2 S) L acide sulfurique (H 2 SO 4 ), formé à partir de l H 2 S, réagit avec les composants calciques (entre autre Ca(OH) 2 ), présent dans la matière cimenteuse, en formant du gypse, (sulfate de calcium). Il en résulte un effritement du béton au niveau du liquide et à la voute (cfr. 5.3) Figure version de travail colloque Luxembourg 80

9 b) Attaque suite à une réaction alcalis granulats Des réactions se produisent entre certaines formes de silice présentes dans le sable et / ou dans les granulats et les alcalis présents dans le ciment ou transmis par des agents extérieurs (sels de déverglaçage ). Il en résulte la formation d un gel de silicates alcalins fortement expansif provoquant une fissuration dont le faciès représente une Photo 8.11 La non rupture dans le granulat mise mosaïque ou un faïençage sans direction en évidence par analyse pétrographique permet préférentielle sans présence d armatures. d écarter la pathologie d une réaction alcalis silice.(voir aussi photo 4.10). Dans certaines circonstances, il s échappe des fissures une substance blanchâtre sous forme de gel. Ce type d attaque n est pas immédiat. Le temps d incubation de cette réaction est de l ordre de 5 à 10 ans, mais varie bien entendu en fonction de paramètres tels que le type de granulats, la concentration en alcalis,etc. La cinétique de ces réactions chimique est loin d être maîtrisée. Photo 8.12 Interprétation : simple fissuration sous contrainte c) c) Attaque suite à des réactions sulfatiques (formation d étringitte, de gypse, de sulfates alcalins hydratés, de magnésie hydratée, de silice hydratée) La somme des réactions décrites sommairement au paragraphe conduit à la formation de substances dont le volume est plus grand que le volume des réactifs mis en présence. Il en résulte, comme dans le cas des réactions alcalis-granulats, un éclatement du béton dont le faciès représente une mosaïque ou un faïençage sans direction préférentielle sans présence d armatures. Photo Formation d étringitte version de travail colloque Luxembourg 81

10 Attaque chimique du béton armé a) Attaque par une réaction alcalis granulats, par des réactions sulfatiques Le béton éclate et se fissure et le transfert des efforts dans l armature par adhérence acier béton n a plus lieu. De plus, les fissures sont des voies préférentielles pour un mécanisme de rouille des armatures qui ne fait qu aggraver la fissuration initiale suite aux mécanismes décrits ci dessus. b) Attaque par carbonatation L attaque par carbonatation correspond à une transformation chimique du béton, ayant pour conséquence de faire perdre au béton son pouvoir passivant. Ceci n a d importance que pour le béton armé, car sans pouvoir passivant, les armatures du béton armé rouillent, pouvant provoquer un gonflement et l éclatement du béton et par conséquent peut conduire à Photo La zone périphérique blanchâtre est affectée par la la ruine de l ouvrage. carbonatation car pour des ph aux alentours de 8,3, l indicateur est incolore. L effet de carbonatation est facilement détectable par mesure de ph à la phénolphtaléïne. Cette réaction peut s accompagner d un écoulement de carbonate de calcium qu il ne faut pas confondre avec des exsudations de gel provenant d une réaction alcalis-granulats. L emploi d une substence acide (vinaigre par exemple) permet de distinguer l un de l autre : le carbonate de calcium se dissout sous l action de l acide, tandis que le gel produit y est insensible. c) Attaque par des chlorures Des ions Cl - peuvent être présents dans le béton (adjuvants accélérateurs, granulats marins ) ou provenir du milieu extérieur environnant (eau de ruisselement contenant des sels de déverglaçage, atmosphères marines, ). Il n existe aucune norme européenne indiquant une teneur limite en chlorures dans le milieu. La norme EN concernant les ciments précise, dans son chapitre sur la durabilité, que la teneur en CL - doit être inférieur à 0,1% en poids de ciment et moins si il s agit de béton version de travail colloque Luxembourg 82

11 précontraint. En pratique une teneur d environ 0,4% par rapport au ciment suffit à amorcer la corrosion et doit être considérée comme seuil d alerte. L alternance de venue de chlorures et périodes de séchages augmente l importance du risque. Elle varie en fonction des qualités mécaniques de ce béton (composition, dosage et compacité). Dans le cadre de l expertise, l analyse de la teneur en chlorures du milieu et du béton lui-même doit donc être effectuée. Lorsque les valeurs limites sont dépassées, des dispositions supplémentaires doivent être prises. Photo L apparition des tâches ferrugineuses laisse présager d une attaque des armatures par les chlorures. Néanmoins dans la plupart des cas aucune manifestation d une attaque par corrosion n est visible à la surface extérieure du béton photo 8.16 :aspect de surface anodin photo 8.17 : après décapage, visualisation de l attaque prononcée par piqûres version de travail colloque Luxembourg 83

12 Cartograhie potentiométrique auscultation non destructive de l état de corrosion des armatures Photo 8.18 : La cartographie potentiométrique permet d établir un bilan de l état de dégradation par corrosion de manière non destructive. Un étalonnage est toujours nécessaire. Blanc Jaune Rose Potentiel suppérieur à 200 mv Potentiel entre 200 mv à 350 mv Potentiel inférieur à 350 mv version de travail colloque Luxembourg 84

13 Perte d éléments de la maçonnerie en voûte Dans le cas d égoûts en maçonnerie, les briques ou meulières résistent très bien à la corrosion chimique par l H 2 S. Il n'en va pas de même pour les joints en mortier de ciment. Stade 1 Les joints de mortier sont attaqués chimiquement, notamment par l'h 2 S. On aperçoit visiblement une perte du ciment entre les briques de la voûte. Stade 2 Le mortier a disparu, les briques restent encore en place, mais il y a déformation de la voûte. Stade 3 Les briques tombent formant des obstacles à l'écoulement des eaux. Une perte de résistance de l'égoût à la compression apparaît. Figure Perte d éléments de la maçonnerie en voûte version de travail colloque Luxembourg 85

14 8.3.5 Pathologie d étanchéïté Détérioration du radier Stade 1 La détérioration du mortier entraîne une infiltration. Stade 2 L'infiltration provoque l'apparition d'une cavité par perte de matériaux de remplissage. Stade 3 La perte du support provoque l'affaissement de la partie inférieure de l'égoût. Il y a perte du fil d eau, déplacement de briques et des déformations dans la cunette. Figure 8.20 détérioration du radier version de travail colloque Luxembourg 86

15 Déboîtement et rupture d éléments préfabriqués de toute nature Stade 1 Un joint défectueux ou une mauvaise pose du tuyau provoque une infiltration ou une exfiltration d'eau. Stade 2 L'infiltration ou l'exfiltration entraîne des matériaux de remblai provoquant des cavités au droit de la connexion. Sous l'effet de la charge, le tuyau peut se déboîter. Il y a rupture de fil d eau. Figure 8.21 déboitements et rupture des joints Stade 3 La canalisation est complètement déboîtée. Sous l'effet des charges et de la perte de l assise du terrain, le tuyau s affaisse et se fracture. Photo 8.22 infiltration au droit du joint entre éléments. version de travail colloque Luxembourg 87

16 Défauts d étanchéité au droit des raccordements Ces défauts sont la cause de nombreux désordres. Dans certains cas, ils sont dus à des négligences lors de la réalisation des branchements. Une des conséquences principales est la création de l instabilité de l ouvrage et de son environnement proche pouvant amener des dysfonctionnements d exploitation. Une attention particulière doit donc être apportée à ces points particuliers. Photo 8.23 Raccordement non étanche provoquant un ravinement aux environs immédiats de la paroi de l égout. Photo 8.24 Conséquence à long terme d une mauvaise réalisation de branchement version de travail colloque Luxembourg 88

17 Pathologies liées à l écoulement La fonction hydraulique de l égoût est de plus en plus surveillée et modélisée afin de répondre à une urbanisation en expansion dont résulte la multiplication de surfaces imperméables. Les ouvrages d assainissement anciens sont souvent sous-dimensionnés vis-à-vis de leur utilisation actuelle. Une restriction de l écoulement peut donc s avérer critique dans certains cas. Les photos ci-après illustrent trois cas. Photo 8.25 Infiltration de racines par des joints défectueux. Photo 8.26 Obstruction par des concrétions de graisse. Photo 8.27 Obstruction par sédimentations dus à des obstacles (contre pentes, amoncellements de briques, ) et possibilité de formation de gaz H 2S et / ou de méthane. version de travail colloque Luxembourg 89

18 8.4 Evaluation d une station d épuration La corrosion et ses impacts Selon l'ouvrage et sa fonction, il est possible de distinguer les corrosions des matériels soit émergés, soit immergés, soit encore de ceux à immersions variables et périodiques. Comme déjà décrit précédemment, les différents types d'attaque peuvent se répartir en trois grandes classes : la corrosion physico-chimique par attaque directe ; la corrosion galvanique par contact ; la corrosion mécanique par fissuration sous contrainte ; Photo 8.28 Attaque chimique généralisé par du chlorure ferrique concentré Photo 8.29 Corrosion galvanique par contact direct aluminium-inox Photo 8.30 Fissuration sous contrainte d un tuyau en inox enterré soumis à des fortes variations périodiques de température. Quelle que soit le ou les types de corrosion impliqués, il est bien évident qu'ils peuvent avoir un impact important pour : la sécurité du personnel ; la fiabilité du traitement ; les coûts d'exploitation (entretien et renouvellement). Il est donc important de bien identifier la ou les origines des désordres constatés pour pouvoir y remédier efficacement. version de travail colloque Luxembourg 90

19 8.4.2 Analyse de cas concrets Comme évoqué précédemment, les différentes possibilités de corrosion des ouvrages peuvent être regroupés dans une classification succincte : CORROSION DES MATERIELS ET OUVRAGES Matériels et ouvrages EMERGES Matériels et ouvrages à IMMERSION PERIODIQUE Matériels et ouvrages IMMERGES Interne bassins tampons stockeurs de boues Externe tuyaux enterrés et nappephréatique barres de guidage (pompe, agitateurs) Mixte Milieu PEU agressif Milieu TRES agressif gazomètre rigide Milieu PEU agressif Milieu TRES agressif armoires électriques huisseries rambardes Ciel d ouvrages couverts : prétraitements épaississeurs local désodo caillebotis injection réactifs clarificateurs désinfection UV digesteurs flottateurs Figure 8.31 Principaux types de corrosion rencontrés sur une station d'épuration Cette liste n'est pas exhaustive, il existe bien d'autres cas de corrosion ne relevant pas précisément de ce genre de situation. Par exemple, les chaudières de digesteur ou les systèmes de valorisation du biogaz... Les corrosions constatées sont généralement liées à des défauts de conception et / ou de montage Corrosion en milieu immergé 1/ Milieu peu agressif Exemple type : le clarificateur secondaire Bien que placés en fin de traitement de la filière "eau" et donc apparemment dans les conditions les moins contraignantes, les structures métalliques qui composent ces ouvrages n'en subissent pas moins des corrosions parfois intenses. version de travail colloque Luxembourg 91

20 La cause la plus fréquente des désordres rencontrés résulte de défauts de montage avec mise en contact direct de pièces de métaux différents Les photographies suivantes présentent un cas de corrosion de ce type sur la structure porteuse en aluminium d'un appareil âgé de moins de deux ans. Photo 8.32 Corrosion caverneuse de la structure porteuse en aluminium. Après examen attentif de l'assemblage des différents éléments qui composent la structure immergée, il est apparu de nombreux contacts directs aluminium / acier inoxydable formant des couples galvaniques puissants au détriment de l'aluminium. Bien qu'il existe quelques précautions d'isolement (rondelles plastiques), de grandes zones à contact franc permettent l'écoulement des courants très destructeurs des piles galvaniques ainsi créées. Ces défauts sont à identifier prioritairement sur site avant la réception du montage. En effet, lorsque ce type de corrosion apparaît, il est bien souvent trop tard et la résistance mécanique de l'ensemble est trop atteinte pour qu'il soit possible d'envisager autre chose qu'un renouvellement pur et simple de toutes les parties immergées. En règle générale, pour des raisons de délais d'immobilisation des ouvrages, il vaut alors mieux remplacer toutes ces pièces corrodées par de nouvelles constituées d'un seul type de métal (acier inoxydable dans 99 % des cas). 2/ Milieu très agressif Cuve et canalisations de gazomètre rigide La cuve en béton de liquide accueillant les mouvements de la cloche rigide des gazomètres à biogaz constitue un milieu bien particulier et potentiellement très agressif. En effet, le liquide de cette cuve est soumis au contact permanent du biogaz riche en H 2 S et en CO 2. En plus de la protection interne du béton, les canalisations de transfert de cette réserve de gaz doivent être étudiées pour résister à ces conditions très contraignantes. Cependant, il subsiste parfois des montages constitués de métaux peu résistants (acier galvanisé voire simplement acier peint). La cloche et les conduites métalliques du biogaz sont sensibles à la corrosion galvanique liée au version de travail colloque Luxembourg 92

21 contact avec le ferraillage de l ouvrage du béton, voulu ou accidentel (protection contre la foudre, fixation et système de guidage). Le renouvellement de ces canalisations est essentiellement coûteux en temps et en moyen, puisqu'il exige la dépose et la repose de la très lourde cloche, très difficile à manipuler... Digesteur anaérobie de boues en excès Le biogaz précédemment évoqué est produit par une biomasse placée en milieu anaérobie, brassée à une température de 35 C. Le digesteur est donc l'ouvrage chargé de contenir cette biomasse spécifique et de recueillir à son sommet le biogaz riche en méthane dont la combustion en chaudière permet le maintien de la température du milieu biologique. La face interne de la coupole de l'ouvrage et la zone de marnage sont donc soumises à des conditions d'humidité intense et à des gaz corrosifs (H 2 S du biogaz, ). Le béton et son ferraillage subissent des attaques répétées qui peuvent, en cas de défaillance des enduits de surface intérieure, aller de simples fissures jusqu'à l altération complète de la structure. Comme la réhabilitation nécessite la vidange et le nettoyage intégral de l'ouvrage, il est tout à fait souhaitable de renouveler dans le même temps l'ensemble des canalisations intérieures, généralement assez corrodées. Flottateur de boues activées Les flottateurs de boues biologiques en excès utilisent la détente d'un liquide pressurisé (les boues elles-mêmes ou de l'eau traitée), pour générer une multitude de très fines bulles qui font flotter les matières en suspension. Le milieu est donc soumis à des conditions très riches en oxygène lorsque l'ouvrage fonctionne, et très pauvres lors de ses arrêts. D autre part, le montage des équipements est souvent réalisé avec de la boulonnerie en acier inox sans isolement particulier créant ainsi des couples galvaniques à l origine des corrosions. Les alternances de fonctionnement citées précédemment soumettent ces matériaux immergés à des contraintes supplémentaires qui accélerent les phénomènes destructeurs. En conséquence, leur exécution doit être particulièrement soignée. Cependant, certains montages ne bénéficient parfois pas de toute l'attention requise, et il est possible de constater des corrosions pouvant mener à la ruine complète des pièces métalliques au point de craindre les effondrements ou les ruptures. version de travail colloque Luxembourg 93

22 Photo 8.32 Corrosion généralisée du racleur en aluminium Photo 8.33 Pied en aluminium corrodé de cloison siphoïde Corrosion en milieu à immersion périodique 1/ Corrosion externe Nourrices enterrées d'air surpressé Les systèmes biologiques aérobies nécessitent de l'oxygène pour vivre. Celui-ci leur est souvent apporté par insufflation d'air au sein même de la biomasse. Le débit gazeux représente plusieurs milliers de mètres-cubes par heure, à une pression comprise entre 600 et 800 mbar et pour une température voisine de 80 voire 100 C. Les nourrices enterrées sont soumises à de fortes contraintes cycliques (variation de températures et de pression lié au processus, passages de trafic lourd, nappe phréatique à niveau variable, tassements différentiels). Sous de telles conditions, de faibles corrosions dans des milieux peu agressifs peuvent être la source de dégâts importants (fatigue du métal lié à la corrosion). Des amorces de corrosion peuvent être à l origine de fissures provoquées par la concentration des contraintes. En conséquence, ces canalisations métalliques doivent faire l'objet d'une conception et d'une construction particulièrement soigneuses, si l'on veut s'éviter des déboires coûteux après quelques années. En effet, ces dernières étant enterrées (donc invisibles), les désordres ne deviendront sensibles que lorsque leur ampleur atteindra un caractère quasi irréversible. Les photographies ci-après présentent un cas de fissuration sous contrainte d'une canalisation d'air trop mince et enterrée dans une nappe à niveau variable et riche en sels minéraux. version de travail colloque Luxembourg 94

23 Photo 8.34 Détail de la fissuration de la canalisation inox enterrée (DN400) Photo 8.35 Section de la zone fissurée Barres de guidage de pompes et agitateurs immergés Pour des raisons de coûts et de légèreté, les barres de guidages des pompes et des agitateurs immergés dans les bassins biologiques sont souvent en aluminium. Cependant les pieds d'ancrages sont parfois dans un autre matériau (fonte), sans précaution d'isolation. Le milieu liquide étant très conducteur, il en découle inévitablement les effets destructeurs des couples galvaniques déjà fréquemment cités. Comme cette action corrosive se produit au fond des bassins, ces destructions n'apparaissent qu'à la rupture des barres entraînant souvent la perte de la machine associée. L'état des extrémités inférieures des barres de guidage de la première photographie ci-après montre le résultat d'un couplage avec des pieds d'ancrage en fonte. La seconde photographie présente un problème de barre de guidage en acier galvanisé en contact direct avec un agitateur en acier inox en milieu particulièrement agressif (boues activées). Photo 8.36 Barres de guidage corrodées en aluminium Photo 8.37 Corrosion de barres en acier galvanisé en contact avec l agitateur en inox Ici aussi, les couplages galvaniques sont absolument à proscrire, et l'usage unique d'acier inoxydable très recommandé. version de travail colloque Luxembourg 95

24 2/ Corrosion interne Bâches métalliques de stockage Il peut arriver que des cuves de stockage de volumes importants soient réalisées avec des plaques métalliques vitrifiées assemblées avec des boulons (la vitrification est fragile mécaniquement, et peut donc facilement être endomagée par choc pendant l assemblage). Cette façon de procéder est peu fréquente dans la profession et incite à la plus grande vigilance quant à la qualité de la boulonnerie et à l'absence de couplages galvaniques involontaires (mélanges de boulons inox et d'écrous en métal différent, blessures de la protection vitrifiée des plaques sous des boulons montés avec un soin insuffisant). Ces cuves n'ayant généralement pas de bâche de rétention en cas de fuite, un nettoyage interne annuel suivi d'une inspection globale soignée est vivement recommandé. Photo 8.38 Vue du marnage de bâches métalliques Photo 8.39 Cuve en plaques métalliques boulonnées 3/ Corrosion interne et / ou externe Cloche de gazomètre rigide Les cloches de stockage du biogaz des gazomètres rigides sont métalliques et soumises à des corrosions sur les deux faces de leur paroi. Cependant, ces agressions sont de natures différentes et ne requièrent pas les mêmes attentions. La paroi externe ne nécessite qu'une protection classique contre la rouille, à l'opposé de la face interne qui exige un enduit soigné contre le caractère corrosif déjà évoqué du biogaz (H 2 S). Cet enduit doit posséder des propriétés mécaniques suffisantes pour résister à la dilatation diurne liée à l'ensoleillement, ou à la contraction du métal par grand froid ou neige. Cet enduit doit être d'une qualité suffisante pour éviter sa réfection trop fréquente qui exige l'extraction délicate de la cloche (fréquence d utilisation : 6 à 8 ans minimum). Pour éviter les soucis de corrosion, le remplacement des cloches trop atteintes utilise actuellement des gazomètres gonflables souples à double enveloppe. version de travail colloque Luxembourg 96

4. CORROSION DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT

4. CORROSION DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT 4. CORROSION DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT 4.1 Milieu agressif et altérations engendrées La collecte et le traitement des eaux résiduaires urbaines soumettent les installations à des corrosions d'intensités

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Guide de choix. Assainissement & adduction GUIDE DE CHOIX. Réseaux. Cheminées. Station d épuration & de traitement de l eau

Guide de choix. Assainissement & adduction GUIDE DE CHOIX. Réseaux. Cheminées. Station d épuration & de traitement de l eau Assainissement & adduction Guide de choix GUIDE DE CHOIX 112 PARBETON 224 LANKOPLUG 226 ERTOFLEX 228 LANKOLASTIC 251 LANKOMOUSSE 531 BREPOXY 533 UTAREP H80F 662 LANKOCEM 700 CLAVEXPRESS Réseaux Phénomène

Plus en détail

Les essais préalables à la réception

Les essais préalables à la réception Chapitre 6 Les essais préalables à la réception 6.1 - Généralités 6.2 - Épreuve de compactage 6.3 - Inspection visuelle ou télévisuelle 6.4 - Vérification de la conformité topographique et géométrique

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts Buse métallique 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Morphologie H longitudinaux I circonférentiels 4 Morphologie Différentes formes de buses 5 Morphologie Buse arche ou passage 6 Morphologie Arche 7 Morphologie

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

3. Scellement de tampons

3. Scellement de tampons 3. Scellement de tampons et trappes Télécom A. Désordres et pathologies B. Choix du produit de scellement C. Préparation du support 719 LANKOROAD BITUME 714 LANKOROAD SCELLFLASH 713 LANKOROAD HIVER 712

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion.

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion. Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie civil et bâtiment Contenu : Réparation du béton due à la carbonatation Rédaction : Broquet Raphaël Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 23 novembre

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Les travaux de canalisation avec tranchées ouvertes Des travaux longs, nécessitant du matériel

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX 12a13Brgo08.qxp:maquette_solutions.qxd 26/02/08 14:15 Page 12 Réparer les s épaisseurs types de réparation réparations d éclats réparations de panneaux ou sur grandes longueurs réparations généralisées

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté

Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Variante 1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté X X X X Variante1 avec bandes BFL-Mastix posées sur le béton de propreté Radier 3.1 F JM/Mastix SA 2013 Les opérations A B étanchéité contre

Plus en détail

La valorisation des inspections télévisées dans le cadre d une étude-diagnostic d assainissement : Intégrer une démarche de gestion patrimoniale

La valorisation des inspections télévisées dans le cadre d une étude-diagnostic d assainissement : Intégrer une démarche de gestion patrimoniale La valorisation des inspections télévisées dans le cadre d une étude-diagnostic d assainissement : Intégrer une démarche de gestion patrimoniale P. LAZZAROTTO Responsable métier m IRH Ingénieur nieur Conseil

Plus en détail

AQUASIM. >Description des bassins extérieurs. > Mars 2009. Equipements de l outil AQUASIM

AQUASIM. >Description des bassins extérieurs. > Mars 2009. Equipements de l outil AQUASIM >Description des bassins extérieurs > Mars 2009 Q522 - Equipement de stockage d eaux de différentes qualités Volume 100 m 3 Caractéristiques Ouvrage en béton semi-enterré 10 m 4 m 2,5 m (hauteur hors sol

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

Tableau d identification des familles génériques de travaux de réhabilitation. «Définition des appellations génériques»

Tableau d identification des familles génériques de travaux de réhabilitation. «Définition des appellations génériques» «Définition des appellations génériques» Famille «INJECTION» doit permettre de: -Comblement des vides REMPLIR les vides francs situés dans l environnement (remplissage...) proche de l ouvrage; D où COMBLEMENT

Plus en détail

Couvertures métalliques

Couvertures métalliques FICHE TECHNIQUE Couvertures métalliques 2 4 5 CONNAÎTRE > Les métaux utilisés > Compatibilité des matériaux > Mise en œuvre > Supports > Ventilation REGARDER > L état de la couverture > L état des supports

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

Maître d Ouvrage DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES. Schéma directeur d assainissement RAPPORT DE PHASE 5

Maître d Ouvrage DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES. Schéma directeur d assainissement RAPPORT DE PHASE 5 Maître d Ouvrage DEPARTEMENT DE LA SAVOIE COMMUNE DE SAINT-PANCRACE Chef-lieu - 73300 SAINT-PANCRACE Tél. 04 79 64 41 19 Fax 04 79 64 21 48 Nature des Ouvrages ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES Schéma directeur

Plus en détail

Préavis N 18-2014 au Conseil communal

Préavis N 18-2014 au Conseil communal Municipalité Préavis N 18-2014 au Conseil communal STEP station d'épuration intercommunale de Pully Vidange et réhabilitation des digesteurs Crédit demandé CHF 405'000.00 Responsabilité(s) du dossier :

Plus en détail

Méthodologie pour l établissement du diagnostic et des préconisations de travaux de mise en conformité d un réseau d assainissement non visitable

Méthodologie pour l établissement du diagnostic et des préconisations de travaux de mise en conformité d un réseau d assainissement non visitable Méthodologie pour l établissement du diagnostic et des préconisations de travaux de mise en conformité d un réseau d assainissement non visitable Exemple concret de réhabilitation de 1,4 km de canalisation

Plus en détail

STATIONNEMENT DES VEHICULES

STATIONNEMENT DES VEHICULES SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU CIMETIERE DES JONCHEROLLES STATIONNEMENT DES VEHICULES Plan de situation 1 IDENTIFICATION Identité Adresse 95 rue Marcel Sembat 93430 VILLETANEUSE Dénomination Stationnement des

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Présentation technique de la microstation S 21 EH

Présentation technique de la microstation S 21 EH Microstations de traitement des eaux usées domestiques De 4 à 1350 EH Présentation technique de la microstation S 21 EH «Quand l eau a besoin d une nouvelle vie» 1 Principe de fonctionnement épuratoire

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux?

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux? Norme NF EN 14654-1 «Gestion et contrôle des opérations d'exploitation dans les réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 1 : nettoyage» Révision de la norme européenne

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Pathologies & Désordres de l enduit

Pathologies & Désordres de l enduit 3- Pathologies & Désordres de l enduit 3.1 Reconnaître un désordre ou une pathologie p.51 3.2 Règles de base afin de limiter les désordres p.52 3.3 Différents désordres ou pathologies p.53 50 3- Pathologies

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE LE RACCORDEMENT AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT : UNE OBLIGATION LEGALE L étanchéité parfaite est la qualité principale d un réseau d assainissement. Elle

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES

GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES GRUNDFOS ASSAINISSEMENT MINI PUST STATION DE RELEVAGE DES EAUX USÉES Grundfos MINI PUST Station de relevage enterrable pour eaux grises et eaux noires > Applications La station MiniPust est une station

Plus en détail

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing.

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing. AESEQ Carrefour de l eau express 2015 Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs Par : Christian VÉZINA, ing. Objectifs de la conférence À la fin de cette conférence le participant

Plus en détail

RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM

RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM RELEVAGE DES EAUX - STATIONS DE POMPAGE SPM Nos Nos stations Nos stations Nos stations TOP TOP TOP répondent répondent aux aux aux différents aux différents besoins besoins besoins de de collecte, de de

Plus en détail

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06 Résines d'injection Polyuréthane monocomposant & Epoxy MEDIATAN 703 / 705 Résines souples d injection 1195.0703/5 I01 Polyuréthanes monocomposants souples pour injections, destinés à stopper les arrivées

Plus en détail

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Page 1 / 6 Rapport technique / domaine de l environnement Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Rédaction : Dessimoz Guillaume / Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 08 octobre

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT I. DISPOSITIONS GENERALES

COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT I. DISPOSITIONS GENERALES COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 La commune de Montana décide l établissement d un plan du réseau général d assainissement. Article 2 Tous

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

STATIONNEMENT DES VEHICULES DE LA CHAMBRE FUNERAIRE

STATIONNEMENT DES VEHICULES DE LA CHAMBRE FUNERAIRE SYNDICAT INTERCOMMUNAL DU CIMETIERE DES JONCHEROLLES STATIONNEMENT DES VEHICULES DE LA CHAMBRE FUNERAIRE Plan de situation 1 IDENTIFICATION Identité Adresse 95 rue Marcel Sembat 93430 VILLETANEUSE Dénomination

Plus en détail

Façades en béton apparent

Façades en béton apparent FICHE TECHNIQUE Façades en béton apparent 2 3 4 5 CONNAÎTRE > Le matériau > Mise en œuvre REGARDER > Fissures > Éclatement du béton > Corrosion des armatures ENTRETENIR > Réparation du béton > Nettoyage

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE La construction d'une fosse septique exige habituellement l'assistance et la supervision d'un technicien ou au moins d'un contremaître compétent en la matière. Le positionnement

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE Michel LEJEUNE Président Comité d experts chargés de l examen des demandes d agrément de SEI Agrément wallon depuis 2001 du système

Plus en détail

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux Édition janvier 2009 2 REGLEMENT D'APPLICATION DU PLAN GENERAL D'EVACUATION DES EAUX Chapitre 1 Dispositions générales

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 6 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Réfection d un pont Rédaction : Michel Wenger et De Luca Giuseppe / étudiants ETC 3 ème année Chantier : Pont sur la Trême, rue de

Plus en détail

Regards et avaloirs Combipoint

Regards et avaloirs Combipoint Regards et avaloirs Combipoint Regards en polypropylène Ajustables en hauteur Grille en fonte articulée Intensité du trafic Manuportable Construction modulaire Prix Éventail de la gamme Classe de résistance

Plus en détail

BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE

BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE 1 BRANCHEMENTS A L EGOUT REALISES SOUS MAITRISE D OUVRAGE PRIVEE Prescriptions relatives à la conception, la réalisation et aux conditions de la remise d ouvrage à la Communauté urbaine de Lyon Annexe

Plus en détail

Ouvrages d assainissement

Ouvrages d assainissement Ouvrages d assainissement recueil sur CD-ROM Référence : 3131631CD ISBN : 978-2-12-131631-4 Année d édition : 2010 Analyse Votre guide normatif et réglementaire s appuyant sur le fascicule n 70 «Ouvrages

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée Commune de Senonches Curage et inspection télévisée du réseau d assainissement de Senonches - CCTP 1 Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT Marché public à procédure

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

Le CCT QUALIROUTES et la collecte des eaux usées

Le CCT QUALIROUTES et la collecte des eaux usées Le CCT QUALIROUTES et la collecte des eaux usées Evolution des prescriptions techniques en matière d égouttage du Cahier des Charges Type de la Région Wallonne ir Emmanuel DE SUTTER Directeur du Service

Plus en détail

Contrôler les réseaux d assainissement pour un investissement durable

Contrôler les réseaux d assainissement pour un investissement durable Contrôler les réseaux d assainissement pour un investissement durable Réseaux d assainissement n 2 2010 Sommaire 1 Un investissement à très long terme. 4 2 Les acteurs du chantier... 6 3 La nécessité

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse, niveau de remontée de

Plus en détail

ACO Passavant. www.aco.be. Avaloirs et siphons de sol en fonte conforme à la norme EN 1253 pour: caves et locaux techniques

ACO Passavant. www.aco.be. Avaloirs et siphons de sol en fonte conforme à la norme EN 1253 pour: caves et locaux techniques www.aco.be 2012 Avaloirs et siphons de sol en fonte conforme à la norme EN 1253 pour: caves et locaux techniques ponts avec reprises à double effet toitures plates à gravier ou avec végétation regards

Plus en détail

La démarche de diagnostic

La démarche de diagnostic JOURNEE TECHNIQUE IMGC Gestion Patrimoniale des ouvrages de Génie Civil 25 SEPTEMBRE 2013 La démarche de diagnostic Marc BROUXEL (CONCRETE) et Lotfi HASNI (CEBTP) Définition - Objectifs - ensemble des

Plus en détail

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES A utiliser avec des chaudières, des panneaux solaires et des pompes de chaleur Guide d'installation, d'exploitation et d'entretien ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES Guide

Plus en détail

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA Table des matières Etude générale Page 2 / 6 Objectif Examen télévisuel Classification des dommages Représentation Bassin versant de l association Page 4 / 6 Examen télévisuel - Synthèse Tronçons pour

Plus en détail

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT Pour s affranchir de la nature du sol : argileux, sujet aux gonflements, dilatations, retraits Consulter impérativement le PPRn (plan de Prévention des Risques naturels) en mairie. Pour pouvoir s adapter

Plus en détail

Bruno BENOI Entreprise Benoi TP. Un patrimoine précieux

Bruno BENOI Entreprise Benoi TP. Un patrimoine précieux Bruno BENOI Entreprise Benoi TP Un patrimoine précieux Pourquoi parler d eau potable et d assainissement aux maires? Certaines communes conservent ces compétences Le maire reste le garant de la salubrité

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

BKP Berolina Polyester GmbH & Co. KG. Le système Berolina-Liner Le modèle Lightspeed pour la rénovation des canalisations

BKP Berolina Polyester GmbH & Co. KG. Le système Berolina-Liner Le modèle Lightspeed pour la rénovation des canalisations BKP Berolina Polyester GmbH & Co. KG Le système Berolina-Liner Le modèle Lightspeed pour la rénovation des canalisations Le système Berolina-Liner Le système Berolina-Liner innove dans la réhabilitation

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

D8 Couverture métallique

D8 Couverture métallique Arts de bâtir: Pays : D8 Couverture métallique Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture métallique - Toiture à pente de 20% à 80%, couverte de plaques de tôle de zinc

Plus en détail

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 Reconnaître et comprendre le phénomène...2 Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 Évaluer le risque pour la construction d un nouveau bâtiment...7 Poser

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail