Ecole Doctorale Santé, Information, Communications, Mathématiques, Matière (ED SICMA 0373) THESE. présentée à

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole Doctorale Santé, Information, Communications, Mathématiques, Matière (ED SICMA 0373) THESE. présentée à"

Transcription

1 Ecole Doctorale Santé, Information, Communications, Mathématiques, Matière (ED SICMA 0373) THESE présentée à L Université de Bretagne Occidentale (UBO) pour l obtention du DOCTORAT EN ELECTRONIQUE Par Julien KEROUEDAN Conception et réalisation de sondes hyperfréquences pour la détection de micro-fissures de fatigue à la surface des métaux Soutenue le 25 mars 2009 devant le jury composé de : Rapporteurs M. Michel CASTAGNE, Professeur, Institut d Electronique du Sud, Université de Montpellier 2 M. Robert PLANA, Professeur, LAAS-CNRS, Université Paul Sabatier Toulouse 3 Examinateurs M. M hamed DRISSI, Professeur, IETR, INSA de Rennes M. Patrick QUEFFELEC, Professeur, Lab-STICC, UBO, Directeur de thèse M. Philippe TALBOT, Maître de conférences, Lab-STICC, UBO, Encadrant de thèse M. Alain LE BRUN, Ingénieur Chercheur, EDF R&D, Tuteur industriel M. Cédric QUENDO, Ingénieur de recherche, Lab-STICC, UBO

2

3 Remerciements Le travail présenté dans ce mémoire a été réalisé au Lab-STICC dans le cadre d une thèse en convention CIFRE avec EDF R&D. Je souhaite remercier, tout d abord, Monsieur M hamed Drissi, Professeur à l INSA de Rennes, d avoir accepté de présider mon jury. Je remercie également les rapporteurs de cette thèse, Messieurs Michel Castagné, Professeur à l Université de Montpellier 2, et Robert Plana, Professeur à l Université Paul Sabatier Toulouse 3, pour l intérêt qu ils ont porté à mon travail. Je tiens à exprimer ma profonde gratitude envers mon directeur de thèse, Monsieur Patrick Quéffélec, Professeur à l UBO, pour sa disponibilité, ses qualités pédagogiques et scientifiques et son engagement dans ma thèse. Je remercie chaleureusement, Monsieur Philippe Talbot, Maître de conférences à l UBO, pour le temps qu il m a consacré, les précieux conseils qu il m a donnés, et tout ce qu il m a apporté aussi bien sur le plan scientifique que sur le plan humain. Je tiens à remercier particulièrement, Monsieur Alain Le Brun, Ingénieur Chercheur Sénior au département STEP d EDF R&D et tuteur industriel de cette thèse, pour ses conseils avisés et sa disponibilité. J ai beaucoup appris lors de nos échanges et je lui adresse toute ma gratitude. Je suis très reconnaissant à Monsieur Cédric Quendo, Ingénieur de recherche à l UBO, qui a accepté de partager son savoir au cours de discussions toujours très enrichissantes. Je remercie, Madame Claire Laurent, Ingénieur Chercheur Chef du groupe P1E du département STEP d EDF R&D, pour m avoir accueilli au sein de son équipe de recherche et pour avoir mis à ma disposition les moyens nécessaires au bon déroulement de mes travaux. J aimerais aussi remercier Messieurs Bernard Della, Guy Chuiton, Raymond Jézéquel et Didier Rozuel, techniciens au Lab-STICC, pour la réalisation des capteurs ainsi que la conception et la fabrication du système de fixation des connecteurs. Enfin, je remercie Maryline, ma famille et mes amis pour leur soutien durant la thèse.

4

5 Table des matières Table des matières INTRODUCTION CONTEXTE GENERAL DE L ETUDE Introduction Problématique industrielle Le matériau étudié : l acier inoxydable 304L Propriétés principales du matériau Les fissures de fatigue Etat de l art des méthodes de contrôle non destructif hors domaine micro-onde Les méthodes optiques Les méthodes visuelles : examens visuel, endoscopique et télévisuel La thermographie infrarouge L interférométrie holographique et l interférométrie de speckle Le ressuage La magnétoscopie Les méthodes utilisant des rayonnements ionisants : la radiographie et la tomographie La radiographie La tomographie Avantages et inconvénients de la radiographie et de la tomographie Les méthodes acoustiques : les ultrasons et l émission acoustique Le contrôle par ultrasons L émission acoustique L analyse vibratoire Le contrôle par courants de Foucault Le contrôle d étanchéité Conclusion Références du chapitre

6 Table des matières 2. ETAT DE L ART DES METHODES DE CND MICRO-ONDES Introduction Résolution spatiale des techniques micro-ondes en champ proche et en champ lointain Les limites de la résolution Potentiel des techniques micro-ondes en champ proche et en champ lointain pour détecter des micro-fissures de surface dans les métaux Les méthodes en champ proche non résonantes Méthode de détection par guide d onde rectangulaire Utilisation du mode dominant d un guide d onde rectangulaire Utilisation des modes supérieurs d un guide d onde rectangulaire Méthode de détection par sonde coaxiale Principe de la détection par sonde coaxiale Expériences menées par R. Zoughi et al Expériences menées par M. Saka et al Les méthodes en champ proche résonantes Guide d onde terminé par une antenne fente Cavité coaxiale résonante terminée par une pointe Ligne coaxiale résonante terminée par une pointe Sondes résonantes microruban Conclusion Références du Chapitre DETECTION DES DEFAUTS DE SURFACE PAR UNE TECHNIQUE EN CHAMP PROCHE RESONANTE Introduction Moyens matériels et logiciels de simulation Les moyens matériels La maquette utilisée pour l étude de faisabilité La table de déplacement XYZ Les appareils de mesure Les moyens technologiques pour la réalisation des sondes Les logiciels de simulation électromagnétique Choix de la technique en champ proche résonante La cavité coaxiale résonante terminée par une pointe La ligne coaxiale résonante terminée par une pointe La ligne microruban résonante terminée par un élément rayonnant... 77

7 Table des matières 3.4 Description et dimensionnement du résonateur microruban Description de la sonde microruban résonante Le substrat La ligne d alimentation Le gap La ligne résonante g /4 ou g / Le taper L élément rayonnant Dimensionnement de la sonde microruban résonante Choix du substrat et contraintes technologiques Fréquences de travail possibles Etude du facteur de qualité de la sonde microruban résonante Choix et dimensions de l élément rayonnant Simulations et mesures Simulations Domaines d application des logiciels ADS TM et HFSS TM Etude du résonateur microruban isolé Simulations de la sonde résonante en interaction avec une plaque métallique Simulations de la sonde résonante en interaction avec une entaille Modélisation sous ADS TM des interactions sonde/métal sain et sonde/entaille Résultats expérimentaux Le dispositif expérimental Mesures au dessus de l entaille (w e = 0.2 mm, h e = 3 mm et l e = 10 mm) Conclusion Références du Chapitre CONCEPTION DE CAPTEURS ALLIANT HAUTE SENSIBILITE ET RESOLUTION SPATIALE ELEVEE Introduction Capteurs de mesure en réflexion Sonde résonante demi-onde terminée par un dipôle électrique imprimé Description du capteur Simulations HFSS TM des interactions sonde/métal sain et sonde/entaille Etude ADS TM de la sonde Sonde de type "balance" Description du capteur Etude ADS TM de la sonde Simulations HFSS TM des interactions sonde/métal sain et sonde/entaille Analyse critique des capteurs de mesure en réflexion Présentation et simulations ADS TM de la sonde de mesure en réflexion/transmission de type filtre DBR passe-bande d ordre Description du filtre DBR passe-bande d ordre

8 Table des matières Description et principe de fonctionnement de la sonde de type filtre DBR passe-bande d ordre Dimensionnement de la sonde de type filtre DBR passe-bande d ordre Etude ADS TM de la sonde de type filtre DBR passe-bande d ordre Simulations HFSS TM de la sonde DBR d ordre Limites du modèle ADS TM utilisé pour étudier la sensibilité des sondes DBR d ordre Simulations HFSS TM des deux capteurs DBR d ordre 1 isolés Simulations HFSS TM des interactions sonde/métal sain et sonde/entaille Résultats expérimentaux obtenus avec la sonde DBR d ordre Dispositif expérimental et méthodologie suivie pour réaliser les mesures Dispositif expérimental Méthodologie suivie pour réaliser les mesures Détection de l entaille de largeur w e = 0.2 mm, de profondeur h e = 3 mm et de longueur l e = 10 mm (maquette en acier inoxydable 304L) Mesures effectuées avec une distance sonde-échantillon d = 50 m Influence de la distance sonde-échantillon d sur la réponse des capteurs Influence de l orientation de la sonde DBR Influence de la profondeur h e de l entaille sur la réponse du filtre DBR d ordre 1 (maquette en acier inoxydable 304L) Influence de la largeur w e de l entaille sur la réponse du filtre DBR d ordre 1 (maquette en acier inoxydable 304L) Etude d une entaille rectangulaire située sur une maquette en Inconel Conclusion Références du Chapitre MODELISATION DU COMPORTEMENT DE LA SONDE DBR D ORDRE Introduction Effet de la découpe du substrat au bout du stub HF Filtre DBR d ordre 1 sans découpe du substrat au bout du stub HF Filtre DBR d ordre 1 avec découpe du substrat au bout du stub HF Comportement de la sonde DBR d ordre 1 en présence d un métal sain Etude HFSS TM de l interaction sonde/métal sain pour d = 50 m Etude HFSS TM de l interaction sonde/métal sain pour d = 100 m Analyse des résultats de simulation HFSS TM Modélisation ADS TM du couplage sonde/métal dans et hors de la ZMC Modèle ADS TM avec lignes couplées du capteur DBR d ordre 1 isolé Modélisation ADS TM du couplage sonde/métal pour d = 50 m

9 Table des matières Modélisation ADS TM du couplage sonde/métal pour d = 100 m Courbe de calibration du capteur DBR d ordre 1 déduite des modèles ADS TM Influence d une entaille sur le comportement de la sonde DBR d ordre Etude HFSS TM de l interaction sonde/entaille pour d = 50 m Modélisation ADS TM de l interaction sonde/entaille pour d = 50 m Conclusion Références du Chapitre SONDE DBR D ORDRE 2 ET SONDE DBR D ORDRE 1 AVEC PLAN DE MASSE OUVERT Introduction Sonde DBR d ordre Description et principe de fonctionnement de la sonde DBR d ordre Dimensions et simulation ADS TM de la sonde DBR d ordre 2 isolée Etude HFSS TM de la sonde DBR d ordre Simulation HFSS TM du capteur isolé Simulations HFSS TM des interactions sonde/métal sain et sonde/entaille Résultats expérimentaux obtenus avec la sonde DBR d ordre Bilan des études théoriques et expérimentales de la sonde DBR d ordre Sonde DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert Description de la sonde DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert Etude HFSS TM des interaction sonde/métal sain et sonde/entaille Simulation HFSS TM de l interaction sonde/métal sain Simulation HFSS TM de l interaction sonde/entaille pour d = 300 m Résultats expérimentaux obtenus avec la sonde DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert Bilan des études théoriques et expérimentales de la sonde DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert Conclusion Références du Chapitre CONCLUSION ANNEXES LISTE DES PUBLICATIONS ET COMMUNICATIONS

10

11 Introduction Introduction La fatigue mécanique et thermique des structures métalliques est l une des altérations majeures dans les centrales de production d énergie. La détection précoce des défauts de surface par Contrôle Non Destructif (CND) permet une maintenance préventive pertinente des installations en évitant autant que faire se peut d avoir à démonter, réparer ou remplacer prématurément les composants en service. Actuellement, la majorité des solutions automatisées de CND est basée sur des techniques utilisant les ultrasons ou les courants de Foucault. Cependant, malgré leurs sensibilité et résolution élevées, ces méthodes ne sont pas nécessairement adaptées à toutes les situations rencontrées en pratique. En effet, la sensibilité des courants de Foucault à différents paramètres perturbateurs (variations locales de la distance sonde-échantillon par exemple) rend parfois l analyse des signaux mesurés délicate. C est pourquoi différents travaux de recherche sont en cours pour améliorer les performances des sondes de détection par courants de Foucault, et pour dimensionner et modéliser les fissures de surface dans les matériaux conducteurs d électricité. D autre part, les procédés de contrôle ultrasonore industriels ne permettent pas toujours de détecter de façon satisfaisante les défauts débouchants de faible profondeur (inférieure à 3 mm) localisés près de la surface d inspection. Les limites des méthodes de contrôle conventionnelles par courants de Foucault et ultrasons pour détecter des micro-fissures de surface dans les métaux justifient l intérêt d évaluer le potentiel de nouvelles techniques. Notre étude s inscrit dans ce cadre et se focalise très précisément sur l apport des méthodes micro-ondes. Durant la thèse, nous nous sommes intéressés principalement à la détection d entailles rectangulaires électroérodées, de 100 à 300 m d ouverture et de profondeurs inférieures à 3 mm, situées à la surface de maquettes en acier inoxydable 304L de 20 mm d épaisseur. L objectif de nos travaux de recherche était de concevoir et de réaliser des sondes micro-ondes capables de détecter les entailles contenues dans les maquettes de test. Nous précisons que ces maquettes sont également utilisées par EDF pour évaluer les performances des sondes à courants de Foucault et des capteurs ultrasonores. Le défi que nous devions relever était donc de démontrer la faisabilité d une détection d éléments dont les dimensions caractéristiques sont de l ordre de quelques dizaines de micromètres par interaction avec un rayonnement électromagnétique dont la longueur d onde est bien plus élevée, puisque le domaine des micro-ondes correspond à des longueurs d ondes variant du mètre au millimètre. En outre, soucieux de garantir une réalisation et une manipulation aisées des capteurs, nous avons privilégié le domaine des longueurs d ondes centimétriques (fréquences entre 3 GHz et 30 GHz). Dans de telles conditions expérimentales, l utilisation des ondes évanescentes s imposait de manière évidente. Notre orientation était donc celle des mesures en champ proche. Le problème posé devenait donc la définition - 1 -

12 Introduction de capteurs à haute résolution spatiale présentant également, du fait de la faible intensité des ondes évanescentes, une sensibilité suffisante vis-à-vis de l instrumentation utilisée en pratique pour relever les grandeurs accessibles à l expérience (analyseur de réseau vectoriel). Ce mémoire comporte six chapitres. Le premier chapitre décrit le contexte général de notre étude. Tout d abord, nous donnons les raisons qui poussent EDF à développer des outils de contrôle non destructif pour détecter les microfissures de surface dans les métaux. Ensuite, nous abordons les propriétés de l acier inoxydable 304L et les types d endommagements pouvant provoquer l apparition de micro-fissures de surface dans ce matériau. Enfin, nous présentons un état de l art succinct des principales méthodes de CND hors domaine micro-onde et nous justifions l intérêt d évaluer le potentiel des méthodes micro-ondes pour détecter les micro-fissures de surface dans les métaux. Le second chapitre présente les principales techniques micro-ondes qui ont été étudiées pour détecter des défauts de surface dans les matériaux métalliques. Nous y montrons que l état de l art des méthodes micro-ondes ne relate, à notre connaissance, aucun transfert sur le plan industriel des méthodes proposées. L analyse des performances des différents dispositifs présentés dans la littérature nous permet toutefois de déterminer la technique la plus à même de satisfaire le cahier des charges de notre étude. Dans le troisième chapitre, nous étudions la faisabilité de la détection d une entaille de largeur w e = 0.2 mm, de profondeur h e = 3 mm et de longueur l e = 10 mm à l aide d une sonde résonante en champ proche. Nous présentons les résultats de simulation et de mesure obtenus avec un résonateur terminé par un dipôle électrique et nous listons les avantages et les inconvénients du capteur testé. Le quatrième chapitre expose plusieurs types de sondes permettant d obtenir une sensibilité de détection plus importante que celle du capteur résonant terminé par un dipôle électrique. En particulier, nous présentons le capteur en réflexion/transmission de type filtre Dual-Behavior Resonator (DBR) passe-bande d ordre 1. Après avoir expliqué le principe de fonctionnement de ce capteur, nous étudions, en simulation et en mesure, l influence des dimensions (largeur w e et profondeur h e ) de l entaille et de la conductivité électrique du métal sur la réponse de la sonde DBR. Le cinquième chapitre est consacré à la modélisation du comportement de la sonde DBR d ordre 1. Nous exposons des modèles ADS TM permettant de simuler l interaction sonde/métal sain et nous définissons plusieurs voies d investigation concernant la modélisation des phénomènes physiques mis en jeu lorsque la sonde est située au dessus d un défaut de surface. Le sixième et dernier chapitre présente deux sondes à base de résonateurs DBR : la sonde DBR d ordre 2 et la sonde DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert. Nous démontrons que, par rapport à un contrôle avec un capteur DBR d ordre 1, le capteur d ordre 2 permet d augmenter le pas d incrémentation de la sonde tandis que le capteur DBR d ordre 1 avec plan de masse ouvert permet d accroître la distance sonde-échantillon

13 Chapitre 1 - Contexte général de l étude Chapitre 1 Contexte général de l étude Sommaire 1.1 Introduction 1.2 Problématique industrielle 1.3 Le matériau étudié : l acier inoxydable 304L 1.4 Etat de l art des méthodes de contrôle non destructif hors domaine micro-onde 1.5 Conclusion Références du chapitre Introduction Ce premier chapitre décrit le contexte général de notre étude. Il vise à positionner la problématique industrielle et les objectifs de l étude. La section 1.2 explique quelles sont les motivations qui poussent EDF à développer des outils de contrôle non destructif et à s intéresser à la détection de micro-fissures de surface dans les métaux. La section 1.3 décrit le métal principalement étudié dans nos travaux : l acier inoxydable austénitique 304L. Nous énonçons les raisons motivant l étude de l acier inoxydable 304L et nous abordons les propriétés du matériau et les types d endommagements pouvant entraîner l apparition de microfissures de surface. La section 1.4 présente un état de l art succinct des principales méthodes de contrôle non destructif hors domaine micro-onde. Dans cette partie, l exposé du principe et du domaine d application (matériaux contrôlables et type de défauts détectables) des différentes techniques permet notamment d évaluer la pertinence de ces méthodes pour répondre à la problématique de notre étude. Enfin, dans la section 1.5, nous justifions l intérêt d évaluer le potentiel de techniques micro-ondes pour détecter les micro-fissures de surface dans les métaux

14 Chapitre 1 - Contexte général de l étude 1.2 Problématique industrielle "Les centrales nucléaires, comme toutes les installations industrielles, sont sujettes au vieillissement qui peut affecter la sûreté de l'installation : vieillissement des structures (bâtiments, circuits, composants métalliques) et des éléments de contrôle des procédés (contrôle-commande, actionneurs...). Compte tenu du retour d'expérience, cette notion de vieillissement, liée par nature à l'âge des installations, est étendue aux dégradations inattendues, quel que soit leur moment d'apparition. Un élément de maîtrise du vieillissement est constitué par les possibilités de réparation, de remplacement ou de modification des éléments affectés". "Certains composants peuvent s'avérer non remplaçables, ou difficilement réparables. Dans ce cas, le vieillissement de ces composants conditionne la durée de vie technique de l'installation. Pour ces matériels, les dispositions prises à la conception et les dispositions de surveillance sont essentielles". "Le même phénomène de vieillissement est mis en cause : il s'agit d'un phénomène de fatigue thermique". "Les investigations menées pour la compréhension des phénomènes de fissuration ont montré la nécessité de réexaminer la limite d'endurance utilisée pour les aciers austénitiques". "A partir de 2008, les centrales nucléaires françaises auront dépassé le seuil des 30 ans, la maintenance des gros composants doit donc être anticipée dès aujourd hui, notamment de façon à développer des outils de contrôle et d intervention robotisés". Le texte ci-dessus regroupe des extraits de notes d information de l Autorité de Sûreté Nucléaire pour la période allant de 2001 à 2003 [1.1]. Il met en avant le vieillissement des centrales nucléaires françaises et montre que l anticipation des actions de maintenance du parc nucléaire est un point crucial pour EDF, et que le développement d outils de contrôle non destructif (CND) est une nécessité pour mener à bien cette mission. L accent est mis en particulier sur la nécessité de surveiller, grâce à des méthodes adaptées de contrôle non destructif, le vieillissement de certains composants en acier. En effet, force est d admettre que l acier, massivement utilisé dans la fabrication d une centrale, est soumis à des contraintes thermiques et mécaniques importantes pouvant entraîner l apparition de fissures de fatigue [1.2], [1.3], [1.4]. Ces fissures débouchent à la surface du matériau affecté, mais peuvent se refermer dès que le composant est à l arrêt et qu il n est plus soumis aux contraintes de fonctionnement (pression, vibrations, rotation). Leur ouverture est alors de quelques microns seulement et les procédés de détection classiques (ultrasons et courants de Foucault notamment) peuvent parfois se révéler inefficaces. Or, un diagnostic précoce de ces micro-fissures est nécessaire afin de réparer les pièces à bon escient, en évitant notamment de démonter et de changer inutilement des composants sains. En pratique, pour juger de la nocivité d une micro-fissure pour l intégrité du matériau, on cherche à évaluer son extension en profondeur. L information sur la profondeur de la - 4 -

15 Chapitre 1 - Contexte général de l étude fissure, combinée à la connaissance du comportement des composants fragilisés permet ainsi de déterminer l opération de maintenance adéquate. Suivant que le défaut ait atteint ou non une dimension critique, on opte pour une réparation voire un remplacement de la pièce défectueuse ou pour une surveillance régulière de l extension de la fissure dans le matériau. Les activités de recherche d EDF sur les méthodes de CND visent donc à répondre à deux préoccupations majeures : assurer la sécurité des installations de production d énergie (sûreté) et permettre une maintenance préventive pertinente des installations (enjeu économique). 1.3 Le matériau étudié : l acier inoxydable 304L Nos travaux se sont portés principalement sur la détection de défauts de surface dans des maquettes en acier inoxydable 304L (référence dans la norme américaine AISI 1 ). La référence équivalente de l acier inoxydable 304L dans la nomenclature européenne est EN Ce matériau est très utilisé dans l industrie, et en particulier dans le nucléaire. Il est présent notamment dans les tuyauteries des circuits primaires et secondaires des centrales nucléaires. Les principaux avantages de l acier inoxydable 304L sont une excellente résistance à la corrosion et une grande ductilité 2 [ ]. Dans cette section, nous présentons les propriétés principales de l acier inoxydable 304L et les facteurs qui sont à l origine de l apparition des micro-fissures de surface Propriétés principales du matériau La composition chimique et les propriétés mécaniques de l acier inoxydable austénitique 304L sont régies par des normes (normes EN, ASTM, ASME, AISI). Le tableau 1-1 présente les spécifications de la norme ASTM A240 [1.11] concernant la composition chimique de l acier inoxydable 304L. Il donne les pourcentages massiques des différents éléments de l alliage. Il est important de signaler la faible teneur en carbone (inférieure à 0.03 %) de l acier inoxydable 304L (L pour low-carbon) qui permet notamment d éviter l apparition de corrosion intergranulaire [1.6] lors des opérations de soudure. D autre part, l acier inoxydable 304L est protégé de la corrosion par une couche de passivation formée d oxyde de chrome (Cr ) et d oxyde de nickel (Ni0) dont l épaisseur ne dépasse guère les 5 nm. Cette passivation empêche l oxydation du fer. 1 AISI : American Iron and Steel Institute. 2 ductilité : propriété d un corps qui peut être étiré sans se rompre

16 Chapitre 1 - Contexte général de l étude Elément0 Carbone (C) Manganèse (Mn) Phosphore (P) Soufre (S) Silicium (Si) Chrome (Cr) Nickel (Ni) Azote Fer % en masse max max max max max max. Pourcentage massique restant Tableau 1-1 : Spécifications de la norme ASTM A240 concernant la composition de l acier inoxydable 304L. Le tableau 1-2 présente les caractéristiques électriques, mécaniques, physiques et thermiques de l acier inoxydable 304L (d après des données techniques de la société Goodfellow [1.12]). Caractéristiques électriques Conductivité électrique (MS/m) 1.4 Caractéristiques mécaniques Dureté - Brinell 160 à 190 Elongation à la rupture (%) < 60 Module d élasticité (GPa) 190 à 210 Résistance à la traction (MPa) 460 à 1100 Caractéristiques physiques Densité (g.cm -3 ) 7.93 Point de fusion ( C) 1400 à 1455 Coefficient d expansion thermique (x 10-5 K -1 ) 18 entre 20 et 100 C Conductivité thermique (W.m -1.K -1 ) 16.3 à 23 C Tableau 1-2 : Caractéristiques électriques, mécaniques, physiques et thermiques de l acier inoxydable 304L. En complément des informations contenues dans le tableau 1-2, il faut préciser que l acier inoxydable 304L est amagnétique. Il en résulte que le seul paramètre permettant de prédire la réponse d une pièce en acier inoxydable 304L à une excitation électromagnétique est la conductivité électrique. Il est intéressant de comparer la valeur de conductivité électrique de l acier inoxydable 304L ( = 1, S/m) à celles d autres matériaux conducteurs d électricité. Le tableau 1-3 présente les valeurs de conductivité électrique de deux métaux couramment employés en électronique (le cuivre et l or) et de deux matériaux très utilisés dans les centrales de production d énergie (l acier inoxydable 304L et l Inconel 600). Ce tableau montre que les valeurs de conductivité électrique de l acier inoxydable 304L et de l Inconel 600 sont bien inférieures à celles de l or et du cuivre. Matériau Conductivité électrique (S/m) Cuivre 5, Or 4, Acier inoxydable 304L 1, Inconel 600 9, Tableau 1-3 : Valeurs de conductivité électrique de différents matériaux conducteurs d électricité

17 Chapitre 1 - Contexte général de l étude Les fissures de fatigue Malgré leur limite d élasticité élevée (cf. tableau 1-2) et leur traitement contre l oxydation, certains éléments en acier inoxydable 304L exposés à des contraintes mécaniques et thermiques importantes sont dégradés dans le temps. Ils sont susceptibles de s oxyder ou de se fissurer. C est le cas notamment de certains composants situés dans les circuits de refroidissement des centrales nucléaires qui sont soumis localement à des contraintes mécaniques et à des variations cycliques de température. Ces fluctuations peuvent engendrer par fatigue thermique [1.2], [1.3], [ ] l apparition de fissures inter ou trans-granulaires dans les composants. Les fissures engendrées par fatigue thermique sont appelées fissures de fatigue. Comme signalé précédemment, ces fissures généralement courtes (quelques mm) débouchent à la surface du matériau affecté, mais ont la fâcheuse tendance à se refermer dès que le matériau n est plus contraint (figure 1-1). Elles sont dites refermées et leur ouverture n excède alors pas quelques microns. La détection de ces micro-fissures lors des opérations de contrôle en service des installations est vitale à plusieurs points de vue : Plus elles sont détectées tôt (détection de l amorçage de l endommagement), plus vite le remplacement de la pièce peut être envisagé. La maintenance préventive, qui consiste à changer la pièce "au cas où", même si elle est en bon état, peut évoluer vers une maintenance curative optimisée. Figure 1-1 : Vue agrandie d une fissure de fatigue dans une plaque en acier inoxydable 304L [1.3]. D autre part, il convient de pouvoir estimer les dimensions de ces fissures de fatigue pour pouvoir en apprécier la nocivité. En effet, à partir de relevés réguliers des dimensions des défauts et de modèles de fissuration et de comportement en fatigue mécano-thermique des aciers inoxydables [1.3], [1.16], il est possible d estimer la durée de vie des composants en service. Ce suivi de l évolution du dommage au cours du temps nécessite l utilisation de techniques fiables garantissant une grande reproductibilité de l examen non destructif. Un état de l art des principales techniques de CND utilisées actuellement permettra certainement d encore mieux appréhender la problématique de la détection de fissures à la surface des métaux

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge INTRODUCTION L'objectif de ce TP consiste à se familiariser avec l'utilisation d'une caméra Infra-rouge et d'en définir les domaines d'utilisation à travers

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Hightech by Gerster.

Hightech by Gerster. Hightech by Gerster. Hightech by Gerster: Le spécialiste. Les produits fabriqués en acier, fonte, aluminium ou métaux non ferreux, se comptent par milliers. Les exigences en matière de sécurité, de fiabilité,

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC. Fiabilité des canalisations haute pression. Rémi Batisse

LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC. Fiabilité des canalisations haute pression. Rémi Batisse Médiathèque GDF SUEZ /CHARLES STUDIO LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL PAR GAZODUC Fiabilité des canalisations haute pression Rémi Batisse remi.batisse@gdfsuez.com 18 novembre 2010 Plan de l exposé Une très

Plus en détail

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Note d application Pour nous contacter : Tel. : 01 39 67 67 67 67 Fax. :

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014

JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014 JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014 Introduction des méthodes CND innovantes au service de la Catherine HERVE; Henri WALASZEK; Mohammed CHERFAOUI CETIM Page 1 Plan de la présentation Les méthodes CND

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

CONTRÔLE D'UNE AUBE DE RÉACTEUR

CONTRÔLE D'UNE AUBE DE RÉACTEUR ACTIVITE ITEC TP 9 Durée : 2h Centre d intérêt : CONTROLE NON DESTRUCTIF CONTRÔLE D'UNE AUBE DE RÉACTEUR DE MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * Moyens pour réaliser

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

iris 5 Une longueur d avance en matière de vidéoscopie Comment obtenir de grandes images dans des endroits difficiles d accès?

iris 5 Une longueur d avance en matière de vidéoscopie Comment obtenir de grandes images dans des endroits difficiles d accès? SINCE 1992 iris 5 Une longueur d avance en matière de vidéoscopie Comment obtenir de grandes images dans des endroits difficiles d accès? En suivant tous les chemins de façon flexibles. Champ de vision

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUES SESSION 2013 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

CONTRÔLES NON DESTRUCTIFS ESSAIS MÉCANIQUES INSPECTIONS GARANTIR L INTÉGRITÉ DE VOS INSTALLATIONS INDUSTRIELLES

CONTRÔLES NON DESTRUCTIFS ESSAIS MÉCANIQUES INSPECTIONS GARANTIR L INTÉGRITÉ DE VOS INSTALLATIONS INDUSTRIELLES CONTRÔLES NON DESTRUCTIFS ESSAIS MÉCANIQUES INSPECTIONS GARANTIR L INTÉGRITÉ DE VOS INSTALLATIONS INDUSTRIELLES CSI IDENTIFIE ET MET EN ŒUVRE LES MEILLEURES TECHNIQUES DE CONTRÔLES ADAPTÉES À VOS BESOINS

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND

CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND Lundis de la Mécanique à Cadarache Samuel Legoupil 8 avril 2013 CEA 8 avril 2013 PAGE 1 SOMMAIRE Le Contrôle Non Destructif Apports de la simulation pour les CND

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Les Entretiens Jacques Cartier Traitement thermique robotisé in situ appliqué à la réparation de turbines hydrauliques Eric Boudreault, Bruce Hazel Novembre 2013 Contact: boudreault.eric@ireq.ca 1 Plan

Plus en détail

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT Enjeux et objectifs du projet 1 Réduire les pressions environnementales et les risques potentiels pour la santé des opérateurs ainsi que la pénibilité des tâches Visé 20 à 30% de réduction d énergie, produits

Plus en détail

CIMI - CDT Cellule de Diffusion Technique - p 1 LE SOUDAGE AU SERVICE DE LA MAINTENANCE

CIMI - CDT Cellule de Diffusion Technique - p 1 LE SOUDAGE AU SERVICE DE LA MAINTENANCE CIMI - CDT Cellule de Diffusion Technique - p 1 LE SOUDAGE AU SERVICE DE LA MAINTENANCE CIMI - CDT Cellule de Diffusion Technique - p 2 Le soudage Assemblage de plusieurs éléments suite à la fusion obtenue

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

ACFM & AMIGO ACFM & AMIGO

ACFM & AMIGO ACFM & AMIGO ACFM & AMIGO 1 Principe de base de l ACFM Alternating Current Field Measurment (ACFM) ACFM est une technique basée sur la mesure absolue du champ magnétique en surface qui est produit par un champ magnétique

Plus en détail

RDP : Combien de photons pour une photo?

RDP : Combien de photons pour une photo? 1S Thème : Observer RDP : Combien de photons pour une photo? DESCRIPTIF DU SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Capteurs de vibration

Capteurs de vibration Capteurs de vibration Dans le monde industriel actuel, connaitre l état de santé de ses équipements offre à tout gestionnaire de maintenance la possibilité de maitriser les arrêts non-planifiés de ces

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1 Table des matières Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques.......................... 1 1.1 Les composants des films...................................................... 1 1.1.1 Le support............................................................

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES CONGRÈS MATÉRIAUX 2014 Colloque 6 «Corrosion, vieillissement, durabilité, endommagement» LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES Une méthode non destructive pour contrôler le vieillissement et l endommagement

Plus en détail

La fabrication additive devient exacte

La fabrication additive devient exacte La fabrication additive devient exacte Source : article de la machine-outil, www.machine-outil.com Démarche empirique, la construction de pièces métalliques par superposition successive de couches change

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Printemps des sciences 2008 Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Objectifs L objectif de cette petite démonstration est double : 1. Démontrer l importance d une bonne isolation thermique sur les

Plus en détail

L EXAMEN VISUEL DES SOUDURES. - Gaz de protection ( argon, hélium, CO2, O2)

L EXAMEN VISUEL DES SOUDURES. - Gaz de protection ( argon, hélium, CO2, O2) Fil electrode fusible Tube de contact Principe du soudage MIG / MAG Buse Gaz + - Source de courant : continu Méthode de soudage : - En poussant ou tirant - toutes positions Les consommables : Les avantages

Plus en détail

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service EVALUATION DES MÉTHODES DE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE SÉLECTIVES POUR LES APPLICATIONS DU DOMAINE NUCLÉAIRE EVALUATION OF INFRARED SELECTIVE THERMOGRAPHY METHODS FOR APPLICATIONS IN THE NUCLEAR FIELD M.TAGLIONE*

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES

ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES Souad BANNOUF*, Sébastien LONNE*, Fabrice FOUCHER*, Jérôme DELEMONTEZ**, Laetitia CHAPPAZ** *EXTENDE, 15 Avenue Emile Baudot,

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES Roger Cadiergues MémoCad nd43.a LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES SOMMAIRE nd43.1. Les diodes électroluminescentes (LED) nd43.2. Les très basses tension de sécurité (TBTS) nd43.3. Le montage des appareils

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail