Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols."

Transcription

1 Univerité Pierre et Marie Curie, École de Mine de Pari & École Nationale du Génie Rural de Eaux et de Forêt Mater Science de l Univer, Environnement, Ecologie Parcour Hydrologie-Hydrogéologie Apport de méthode d infiltrométrie à la compréhenion de l hydrodynamique de la zone non-aturée de ol. Ela Parrot Directeur() de recherche : Fabien Decung, Mohamed Krimia, EDF R&D, Laboratoire National d'hydraulique et Environnement (LNHE) 6 quai Watier B.P CHATOU Cedex 14 Juin 010 1

2 Remerciement Je tien à remercier Fabien Decung pour on encadrement, aui bien devant l écran d ordinateur que ur le terrain, pour on outien et tou e coneil. Je tien aui à remercier Mohamed Krimia pour on aide précieue et aini que Cécile Doukouré an qui je n aurai pa pu faire ce tage. Je remercie Bruno Laborie pour on eneignement ur le terrain. Un grand merci à Valérie Guérin et à Bori Chevrier pour m avoir appri beaucoup de choe ur le terrain et pour m avoir accueilli au BRGM à Orléan. Merci à toute l équipe du LNHE, aini qu à tou le tagiaire qui ont contribué à une vie plu qu agréable ur le ite d EDF.

3 ABSTRACT Thi tudy wa conducted to tet the robutne of the method (BEST Beerkan Etimation of Soil Tranfer Parameter) on diturbed oil. It preent the reult of multiple comparion with different method of determining the hydrodynamic parameter. The BEST method for determining the parameter of oil from infiltration tet (ingle ring) and a model. The aim of thi tudy wa to compare, the value of hydraulic conductivity at aturation (K) obtained with the BEST method to thoe etimated by experimental method validated : Porchet and Micro-Drilling. The K obtained by the method BEST were generally cloe to thoe obtained by other method. The comparion between the code for calculating the BEST method and other model for determining the hydraulic parameter to tet the method in other parameter, uch a orptivity (S). Thi howed that the BEST method wa the tronget becaue it i the only how reult almot alway phyical K and S. Thee initial encouraging reult mut be complemented by (1) further tudy of condition for performing the method on the ground to avoid a number of biae in the reult (adjuting the ize of the infiltrometer heterogeneity of the material teted, taking better account of the hitory of oil water...) a well a the improvement of the numerical code (adjuting the contant b and g for the grain ize of coare...). Keyword: BEST Method ; Hydrodynamic parameter ; Infiltration; Unaturated zone 3

4 SOMMAIRE ABSTRACT... SOMMAIRE... 4 TABLE DES ILLUSTRATIONS... 5 TABLE DES TABLEAUX... 6 INTRODUCTION CONTEXTE LE LNHE AU SEIN DE L ENTREPRISE EDF - R&D LE PROJET TOURNESOL LE CADRE DE L ETUDE... 8 LES METHODES DE DETERMINATION DES LOIS HYDRODYNAMIQUES INFILTROMETRIE : METHODES DE MESURES EXPERIMENTALES Simple anneau Porchet Micro-forage Sonde TDR Canne de uccion MODELES HYDRODYNAMIQUES L INFILTRATION CUMULEE ET LE TAUX D INFILTRATION METHODES DE CALCULS DES PARAMETRES HYDRODYNAMIQUES La méthode BEST Définition Théorie de la méthode BEST Le méthode CI, IF, CL et DL La méthode VAL (Valiantza, 010) La méthode BR- (Brutaert, 1977) LE CHOIX DE LA METHODE BEST... 3 PROTOCOLE EXPERIMENTAL DE LA METHODE BEST MATERIEL METHODE DETERMINATION DES PARAMETRES DE FORME ET D ECHELLE PAR LA METHODE BEST ESTIMATION DES PARAMETRES DE FORME A PARTIR DE LA GRANULOMETRIE ESTIMATION DES PARAMETRES D ECHELLE Détermination de paramètre (ε, ρ d, θ 0, θ ) à partir de propriété meurée du ol Détermination de paramètre d échelle (K et h g ) à partir de eai d infiltration L utiliation de la routine Scilab EXPERIMENTATIONS SUR SITE DESCRIPTION DU SITE EXPERIMENTAL Situation : un ol indutriel Choix de parcelle CAMPAGNES DE TERRAIN OBSERVATIONS TERRAIN ANALYSE DES ESSAIS D INFILTRATION REALISES SUR LE SITE EXPERIMENTAL PRESENTATION DES RESULTATS HYPOTHESES ET INTERPRETATIONS VALIDITE DE LA METHODE BEST SUR DES DONNEES SITE PRESENTATION DES RESULTATS DE SIMULATION INTERPRETATIONS : BEST VS AUTRES METHODES PERSPECTIVES MESURES EN LABORATOIRE MODELISATION CONCLUSION...51 BIBLIOGRAPHIE...5 RESUME

5 TABLE DES ILLUSTRATIONS FIGURE 1 : ESSAIS D INFILTRATION SIMPLE ANNEAU IN-SITU A GAUCHE ET EN LABORATOIRE A DROITE... 9 FIGURE : MISE EN ŒUVRE D UN ESSAI PORCHET FIGURE 3 : MISE EN ŒUVRE D UN ESSAI EN MICRO-FORAGE FIGURE 4 : SCHEMA DE PRINCIPE D UN ESSAI EN MICRO-FORAGE FERME (NORME AFNOR NF X30-43) FIGURE 5- DOMAINES D APPLICATION DES DIFFERENTES NORMES D ESSAIS EN FORAGE DISPONIBLES (GUIDE AFNOR BP X30-438) FIGURE 6 : EXPLOITATION DE LA SONDE TRD... 1 FIGURE 7 : ENSEMBLE DU DISPOSITIF DES CANNES TENSIOMETRIQUES A GAUCHE, CERAMIQUE DE LA CANNE A DROITE FIGURE 8 : L INFILTRATION EN I_3D (RONDS), I_1D (CARRES) ET LA DIFFERENCE DES INFILTRATIONS CUMULEES (TRIANGLES)... 1 FIGURE 9 : SITUATION GEOGRAPHIQUES DES MESURES EFFECTUEES SUR LE SITE EXPERIMENTAL FIGURE 10 : PROFILS DE SOL DE LA PARCELLE TN DISTANTS DE 5M (D A GAUCHE ET E A DROITE) FIGURE 11 : PROFIL DE SOL DE LA PARCELLE RD FIGURE 1 : COURBE DE CALAGE DE L'INFILTRATION CUMULEE (MM/S) AU COURS DU TEMPS (S). ESSAI, ERREUR FAIBLE DE CALAGE DES POINTS (5,1%) FIGURE 13 : COURBE DE CALAGE DE L'INFILTRATION CUMULEE (MM/S) AU COURS DU TEMPS (S). ESSAI 11, ERREUR FORTE DE CALAGE DES POINTS (3%) FIGURE 14 : COURBES DE CONDUCTIVITE HYDRAULIQUE K(Θ) POUR CHAQUE ESSAI EFFECTUE SUR LE SITE EXPERIMENTAL. ELLES CORRESPONDENT A LA CONDUCTIVITE HYDRAULIQUE A SATURATION (MM/S) EN FONCTION DU RAPPORT ENTRE UN Θ X (TENEUR EN EAU INITIAL VARIANT DE 0 A Θ S ) ET Θ S FIGURE 15 : COURBES DE RETENTION EN EAU H(Θ) POUR CHAQUE ESSAI EFFECTUE SUR LE SITE EXPERIMENTAL. ELLES CORRESPONDENT A LA HAUTEUR DE FRANGE CAPILLAIRE (MM) EN FONCTION DU RAPPORT ENTRE UN Θ X (TENEUR EN EAU INITIAL VARIANT DE 0 A Θ S ) ET Θ S FIGURE 16 : COMPARAISON DES DONNEES DE KS EN FONCTION DES METHODES BEST, PORCHET ET MINI-PORCHET/MICRO-FORAGE FIGURE 17 : EVOLUTION DU KS EN FONCTION DE LA PROFONDEUR AU SEIN DE LA PARCELLE TN. COMPARAISON DE LA METHODE BEST AVEC LES METHODES DU BRGM FIGURE 18 : EVOLUTION DU KS EN FONCTION DE LA PROFONDEUR AU SEIN DE LA PARCELLE RD. COMPARAISON DE LA METHODE BEST AVEC LES METHODES DU BRGM FIGURE 19 : COURBE D'HUMIDITE DE LA PARCELLE TN EN FONCTION DE LA PROFONDEUR, A L ETAT INITIAL ET SATURE FIGURE 0 : COURBE D'HUMIDITE DE LA PARCELLE RD EN FONCTION DE LA PROFONDEUR, A L ETAT INITIAL ET SATURE FIGURE 1 : COMPARAISON DES VALEURS DE KS OBTENUES SUR LE TERRAIN EN MARS AVEC CELLES OBTENUES PAR LE CEA FIGURE : RESULTATS DE LA METHODE CI, ESSAI 1, SITE EXPERIMENTAL (ERREUR 0,6%) FIGURE 3 : RESULTATS DE LA METHODE CI, ESSAI 6, SITE EXPERIMENTAL (ERREUR 9,7%) FIGURE 4 : RESULTATS DE LA METHODE IF, ESSAI 9, SITE EXPERIMENTAL (ERREUR 0,1%) FIGURE 5 : RESULTATS DE LA METHODE IF, ESSAI 10, SITE EXPERIMENTAL (ERREUR 3,9%) FIGURE 6 : RESULTATS DE LA METHODE CL, ESSAI 7, SITE 4 (ERREUR 1,%) FIGURE 7 : RESULTATS DE LA METHODE CL, ESSAI, SITE 4 (ERREUR 6,1%) FIGURE 8 : RESULTATS DE LA METHODE DL, ESSAI 8, SITE 1 (1,4% D'ERREUR)... 4 FIGURE 9 : RESULTATS DE LA METHODE DL, ESSAI 6 SITE 1 (1,5% D'ERREUR)... 4 FIGURE 30 : RESULTATS DE LA METHODE VAL, ESSAI 8 DU SITE 1 (,% D'ERREUR)... 4 FIGURE 31 : RESULTATS DE LA METHODE VAL, ESSAI 6 DU SITE 1 (19% D ERREUR)... 4 FIGURE 3 : RESULTATS DE LA METHODE BR, ESSAI DU SITE EXPERIMENTAL (3% D'ERREUR)... 4 FIGURE 33 : RESULTATS DE LA METHODE BR, ESSAI 1 DU SITE EXPERIMENTAL (38% D'ERREUR)... 4 FIGURE 34 : COMPARAISON DU NOMBRE DE VALEURS NON PHYSIQUES DE KS OBTENUES POUR CHAQUE METHODE SUR L ENSEMBLE DES ESSAIS EXPERIMENTAUX (1 : BEST, : CI, 3 : IF, 4 : CL, 5 : DL, 6 : VAL, 7 : BR) FIGURE 35 : COMPARAISON DU NOMBRE DE VALEURS NON PHYSIQUES DE S OBTENUES POUR CHAQUE METHODE SUR L ENSEMBLE DES ESSAIS EXPERIMENTAUX (1 : BEST, : CI, 3 : IF, 4 : CL, 5 : DL, 6 : VAL, 7 : BR) FIGURE 36 : COURBE DE CALAGE DE L'INFILTRATION CUMULEE (MM/S) AU COURS DU TEMPS (S). ERREUR DE CALAGE DE 8,% FIGURE 37 : KS OBTENUES PAR LES DIFFERENTS MODELES FIGURE 38 : S OBTENUES PAR LES DIFFERENTS MODELES FIGURE 39 : NOMBRE DE KS NEGATIFS POUR CHAQUE METHODE FIGURE 40 : NOMBRE DE S NEGATIFS POUR CHAQUE METHODE

6 TABLE DES TABLEAUX TABLEAU 1 : METHODES DE LINEARISATION CUMULATIVE (CL), DIFFERENTIELLE (DL), D'INFILTRATION CUMULATIVE (CI) ET DE FLUX D'INFILTRATION (IF). A ET B DEFINIS DANS LES EQUATIONS 4. D'APRES LASSABATERE ET AL., TABLEAU : RECENSEMENT ET NOMENCLATURE DES ECHANTILLONS TABLEAU 3 : BILAN DES PARAMETRES KS (M/S) ET S (M.S -1/ ) ESTIMES PAR LA ROUTINE BEST A CHAQUE ESSAI DU SITE EXPERIMENTAL. L ERREUR RELATIVE (RMSE = ROOT MEAN SQUARE ERROR) AFFICHEE (%) EST ASSOCIEE A CHAQUE CALAGE DES COURBES SIMULEES SUR LES POINTS EXPERIMENTAUX TABLEAU 4 : COMPARAISON DES KS ENTRE TOUTES LES METHODES ET A CHAQUE ESSAI POUR LE SITE EXPERIMENTAL (KS EN MM/S EN FONCTION DE L ESSAI) (METHODE BEST SYMBOLISEE PAR DES CROIX) TABLEAU 5 : COMPARAISON DES KS ENTRE TOUTES LES METHODES ET A CHAQUE ESSAI POUR LE SITE 1 (KS EN MM/S EN FONCTION DE L ESSAI) (METHODE BEST SYMBOLISEE PAR DES CROIX) TABLEAU 6 : COMPARAISON DES KS ENTRE TOUTES LES METHODES ET A CHAQUE ESSAI POUR LE SITE EXPERIMENTAL (KS EN MM/S EN FONCTION DE L ESSAI) (METHODE BEST SYMBOLISEE PAR DES CROIX) TABLEAU 7 : MODELISATION D UN ESSAI D INFILTROMETRIE 1D POUR ESTIMATION DES PARAMETRES VIA DES MODELES D INFILTRATION 1D (BR, VAL, PA-) TABLEAU 8 : MODELISATION D UN ESSAI D INFILTROMETRIE 3D POUR ESTIMATION DES PARAMETRES VIA DES MODELES D INFILTRATION 3D (BEST, CI, CL, IF, DL) TABLEAU 9 : PROFIL DE TENEUR EN EAU DANS UNE COLONNE D EAU NON SATUREE (PRESENTANT UNE DISCONTINUITE A L ETAT INITIAL) SOLUTION HYDRUS-1D, COURBE D INFILTRATION CUMULEE ET AJUSTEMENT DU MODELE DE VAL SUR LA SECTION LINEAIRE DE LA COURBE TABLEAU 10 : PROFIL DE TENEUR EN EAU DANS UNE COLONNE D EAU NON SATUREE SOLUTION ESTEL-3D, BILAN VOLUMIQUE D EAU DANS LE DOMAINE, AJUSTEMENT DU MODELE DE VAL SUR L ENSEMBLE DE LA COURBE D INFILTRATION

7 INTRODUCTION L impact d une pollution de ol ur le milieu naturel peut avoir de lourde conéquence. Le ca par exemple d une fuite de cuve enterrée, peut induire une pollution du ol et de la nappe difficile à réorber. Cet impact peut étendre à l échelle de la population humaine, de la faune et la flore, et le coût de traitement d un ite pollué peut atteindre de omme importante. La politique environnementale d EDF uit et anticipe l évolution de cadre réglementaire françai et européen, dan le but de urveiller et diminuer le rejet de centre de production, aini que leur impact ur le milieu. Ce intervention néceitent une getion optimale de ol et ou-ol uceptible d être pollué. Aini, pour EDF, un enjeu environnemental important conite à pouvoir répondre à une érie de quetion rapidement et avec préciion : quand, où et dan quelle proportion, une contamination répandue accidentellement à la urface d un ol peut-elle atteindre la nappe aquifère? Pour pouvoir répondre à ce quetion, dan le contexte de ite en exploitation, EDF a déployé une méthode imple et non detructive qui permet d obtenir le paramètre de loi de ol (K, θ ) : la méthode BEST (Beerkan Etimation of Soil Tranfer). L objectif premier de la préente étude et de comparer la méthode BEST avec d autre méthode de meure de paramètre hydrodynamique : méthode d infiltrométrie, baée ur l interprétation 1D ou 3D axiymétrique d eai initu, telle que l eai Porchet et le micro-forage, utiliée par le BRGM. La méthode du double anneau a été jugée non adaptée ur ce type de ol du fait de leur forte perméabilité, méthode de meure in-itu de la capillarité par canne de uccion et de l humidité par l intermédiaire d une onde TDR, méthode d infiltrométrie, baée ur l interprétation 1D ou 3D axiymétrique d eai d infiltrométrie ur matériau recontitué en laboratoire. La repréentativité de la méthode BEST et aini évaluée pour de ol iu de ite indutriel, préentant implicitement une hétérogénéité importante (remblai, ol remanié ). Dan un deuxième temp, la comparaion du code de calcul de la méthode BEST permettant l etimation de paramètre hydrodynamique era comparée avec d autre modèle afin de teter la robutee de la méthode ur pluieur paramètre. 7

8 1 Contexte 1.1 Le LNHE au ein de l entreprie EDF - R&D EDF conacre une part de e invetiement au domaine de la Recherche et du Développement (R&D), afin de permettre l innovation de technique de production et de uage de l électricité. Aui, la R&D a, en partie, pour miion de garantir la ûreté et la performance économique de la production nucléaire et le repect de l environnement. Mon tage et déroulé au ein du Laboratoire National d Hydraulique et Environnement (LNHE), un de quinze département technique de la diviion R&D d EDF, préent ur le ite de Chatou. Il e divie en cinq groupe dont le groupe P78 : «Evaluation de rique environnementaux et anitaire». Celui-ci gère le projet TOURNESOL, dan lequel mon tage incrit. EDF - R&D a conduit quatre projet traitant le problématique de tranfert de polluant et de prie en compte du ol et de la nappe dan le différente étude d impact : «Tranfert de polluant Sol et nappe de SITE» [000-00], «Maîtrie Environnementale de Impact Sol Nappe» [ ], «SOLSTICE - SOL : maîtrier le ImpaCt Environnementaux» [ ] «TOURNESOL : CaracTériatiOn et étude du tranport de polluant dan le SOL» [ ] Le étude menée dan le cadre de ce projet ont abouti à l amélioration de la connaiance de phénomène de tranfert dan la zone non aturée du ol et au développement d un code de calcul ARGUS qui permet l analye rapide de effet d un incident de pollution. 1. Le projet TOURNESOL Le projet TOURNESOL implique une reconnaiance cientifique de méthode de repréentation de l état du ol et de la nappe et du comportement de polluant développée lor de précédent projet. Il a pour objectif de participer à la contitution d une méthodologie d évaluation du rique environnemental lié au tranfert de polluant dan le ol et le nappe de ite indutriel. Ce objectif néceitent une bonne connaiance de caractéritique du ol. Mon étude inert dan le cadre permettant de caractérier le ol de la zone non aturée. Mon tage conite plu particulièrement à définir le domaine de validité de la méthode BEST pour la détermination de paramètre de ol. Ce paramètre hydrodynamique permettent de caractérier le régime d écoulement en zone non aturée, de déterminer le vitee de filtration qui alimenteront la bae de donnée ARGUS. 1.3 Le cadre de l étude L étude e déroule dan la zone non aturée d un ol indutriel. Celui-ci et généralement compoé de remblai et de ol remanié, induiant une forte hétérogénéité de paramètre du ol. Cette méthode permet d etimer le temp que mettrait l eau depui on infiltration juqu au toit de la nappe aquifère. La détermination de la vitee de filtration de l eau permet d etimer la vitee à 8

9 laquelle e propagerait une pollution (qui ne réagit pa avec la phae olide) dan le ol juqu à atteindre la nappe. Dan notre ca, nou étudieron donc le vitee de filtration de l eau dan ce ol, afin d enviager le cénario le plu conervatif (en terme de temp d arrivée et de quantité tranférée à la nappe). Le méthode de détermination de loi hydrodynamique.1 Infiltrométrie : méthode de meure expérimentale.1.1 Simple anneau L infiltration imple anneau conite en la meure du temp d infiltration d une lame d eau. Le dipoitif et imple (Figure 1), il uffit de dipoer un anneau de diamètre connu dan le ol, enfoncé d environ 1cm, et de verer un volume d eau connu. Le chronomètre et déclenché à partir du premier volume veré. L infiltration de la lame d eau au cour du temp permet de reneigner ur le propriété du ol étudié. Figure 1 : Eai d infiltration imple anneau in-itu à gauche et en laboratoire à droite 9

10 .1. Porchet Cette méthode et imple à mettre en œuvre, mai ne permet d obtenir de réultat exact en valeur abolue. Elle permet d évaluer la perméabilité d une formation uperficielle, mai pa en urface. La méthode Porchet conite en la réaliation d une cavité de dimenion connue (forage ou foe). Cette foe et remplie d eau et le uivi de la baie de on niveau permet de calculer la valeur du coefficient de perméabilité. Cette méthode et utiliée pour le dimenionnement de bain d infiltration ou de foe ceptique (elle reproduit exactement le mode de fonctionnement de ce ouvrage). En revanche, dan le cadre de la tricte détermination du coefficient de perméabilité de ol, cette méthode avère peu précie, et doit être réervée à de matériaux relativement perméable, ce qui et le ca de ol remblayé. Pelle mécanique : Tonne à eau : Réaliation de la Rempliage de la tranchée tranchée Sonde de preion : enregitrement h eau Mie en fond de tranchée Centrale d acquiition : enregitrement h eau = f(t) Figure : mie en œuvre d un eai Porchet.1.3 Micro-forage Cette méthode permet de meurer la perméabilité d une tranche de ol en un point. Elle conite à injecter un fluide dan une cavité de dimenion connue, iolée de la urface, à charge hydraulique connue (Figure 3 et Figure 4). Le paroi de la cavité ont confinée par un maif d infiltration (gravette). La contribution du coefficient de perméabilité horizontale et d autant plu importante que l élancement du forage (rapport profondeur/diamètre) et élevé. Le eai peuvent être réalié à charge contante (elon la norme X30-44) ou à charge variable (elon la norme NF X30-43). Ce norme ont été développée pécifiquement pour la meure de faible coefficient de perméabilité, et ont initialement detinée à la caractériation de barrière d étanchéité d intallation de tockage de déchet. Le eai réalié dan le cadre de ce projet ont de type NF X30-43, plu adapté aux valeur de perméabilité attendue ur le ite (Figure 5). 10

11 Tube : charge d eau appliquée Bentonite : étanchéité de la fenêtre de meure Centrale d acquiition : enregitrement h eau = f(t) able : rempliage de la fenêtre de meure Sonde de preion : enregitrement h eau Mie en fond de tranchée Bidon d eau : Rempliage du tube Figure 3 : Mie en œuvre d un eai en micro-forage Figure 4 : Schéma de principe d un eai en micro-forage fermé (norme AFNOR NF X30-43) Figure 5- Domaine d application de différente norme d eai en forage diponible (guide AFNOR BP X30-438) 11

12 .1.4 Sonde TDR Le onde TDR (Time Domain Reflectometry) ont de outil non detructif et performant pour etimer de manière indirecte la teneur en eau d un ol (Rejiba et al., 005) (Figure 6). On introduit la onde dan le ol en plantant le tige métallique le long dequelle une impulion électromagnétique et émie. On analye le temp d aller / retour de l impulion en bout de tige. Ce temp de parcour et proportionnel à la racine carré de la permittivité relative du milieu environnant. Le ignal et traité pour déterminer la permittivité électrique K, et aini etimer la teneur en eau grâce à la loi de Topp. La onde TDR doit être tranparente (pa de réflexion paraite et pa d effet de filtrage), olide (pour a mie en place) et durable (étanche et réitante à la corroion). Figure 6 : Exploitation de la onde TRD.1.5 Canne de uccion Le canne de uccion (ou teniométrique) permettent de meurer la capillarité d un ol. Le ytème conite en un prélèvement de olution contenue dan le ol. L expérimentation a donc lieu en milieu aturé. Il agit d une canne creue en PVC, au bout de laquelle et fixée une céramique poreue, qui et introduite dan le ol. La canne et remplie avec de l eau déaérée en laiant un vide qui créé une dépreion à l intérieur de la canne, induiant une uccion dan la céramique et une circulation forcée de la olution du ol ver l intérieur de la canne. Le déficit en eau du ol entraîne une diminution du niveau dan le tube et crée une tenion qui era meurée. 1

13 Figure 7 : Enemble du dipoitif de canne teniométrique à gauche, céramique de la canne à droite.. Modèle hydrodynamique D aprè Zammit (1999), l équation générale de l écoulement en milieu poreux non aturé découle de deux équation : L équation de continuité divq = t q : vecteur denité de flux volumique θ : teneur en eau volumique [L 3 /L 3 ] θ Équation 1 La loi de Darcy-Buckingham Il agit d une loi généraliée qui permet d exprimer la vitee de filtration d un fluide dan un ol en fonction de la conductivité hydraulique K(θ) et de la preion hydraulique (ou rétention en eau) h(θ): q = K( ) gradh = K( θ ) grad( h( θ ) z) θ Équation H étant la charge hydraulique, avec H = h-z (z et la profondeur du ol par rapport à la urface). K : conductivité hydraulique ou perméabilité [L/T] h : preion, tenion ou uccion de l eau dan le ol [L] La fuion de ce deux équation donne l équation vectorielle de tranfert d eau dan un ol donne l équation générale de l écoulement : θ = div( K(θ ) gradh ) Équation 3 t La détermination de deux fonction K(θ) et h(θ) permet de déduire le caractéritique hydrodynamique d un ol. Afin de déterminer le propriété hydraulique du ol, on utiliera pluieur modèle : 13

14 La courbe caractéritique de la rétention en eau uit le modèle de Van Genuchten (Van Genuchten, 1980) : h n m ( ( θ θ r) ) = 1+ θ θr hg Équation 4 qui repecte la condition de Burdine (Burdine, 1953) : m = 1 Équation 5 n hg : paramètre de normaliation en preion de Van Genuchten θ : teneur volumique en eau à aturation θr : teneur volumique en eau réiduelle, impoée par la ucceion d imbibition et de drainage (hytéréi) θ- θr : paramètre de normaliation de la teneur volumique en eau m et n : paramètre de forme de courbe de rétention en eau. Le calcul de n e fait elon la formule de Minany & McBratney (007). La conductivité hydraulique uit le modèle de Brook et Corey (Brook and Corey, 1964) : K( θ) K = ( θ θ r) ( ) θ θ η = + + p λ r η Équation 6 Équation 7 η = mn Équation 8 p : paramètre de tortuoité, dépendant du modèle capillaire choii, et égal à 1 elon le condition de Burdine (Burdine 1953, Braud et al., 005) Pour réumer, la détermination de K(θ) et h(θ) e fait en définiant cinq paramètre : m, n et η : paramètre de forme lié à la texture du ol θ r, θ, K et h g : paramètre d échelle lié à la tructure du ol.3 L infiltration cumulée et le taux d infiltration La lame d eau infiltrée cumulée I(t) et le taux d infiltration q(t) en fonction du temp peuvent être meuré à partir de donnée d un eai d infiltration (Haverkamp et al., 1994 ; Laabatère et al., 006) : Régime tranitoire I S ( AS + B K )t ( t ) = t +. Équation 9 q S t ( ) AS ( t ) = + + B K Équation 10 14

15 Régime permanent I + ( t) = q + ( + ). AS q BK AS t + C S K K Équation 11 ( t ) = = + Équation 1 + D aprè Haverkamp et al., 1994, le contante A, B et C ont définie par : C = 1 r d : rayon de l infiltromètre (en mm) γ ( θ θ ) 0 A = Équation 13 r d η η ( β) B = 1 θ 0 + θ 0 3 θ θ 1 1 ln θ η 0 1 β θ β Équation 14 Équation 15 En général, le contante β et γ ont repectivement égale à environ 0.6 et à 0.75 pour la plupart de ol, lorque θ 0 < 0.5 θ (Haverkamp et al., 1994 ; Smetten et al., 1994 ). La orptivité, S [L/T 0.5 ], repréente la capacité d'un ol à aborber l'eau lorque l'écoulement e produit uniquement ou l'effet d un gradient de preion. Elle et définie par la lame d eau infiltrée I en écoulement horizontal. Elle dépend de condition initiale et de condition aux limite du ytème. La conductivité hydraulique à aturation, K [L/T], repréente la valeur euil du taux d'infiltration lorque le ol et aturé et homogène..4 Méthode de calcul de paramètre hydrodynamique Il exite de nombreue façon de déterminer le paramètre de orptivité S et de conductivité hydraulique K, notamment par l intermédiaire d équation néceitant le calage de ceux-ci. Le modèle peuvent-être linéaire ou non, et le équation peuvent comporter deux ou troi terme ur lequel il faut effectuer un calage. Le deux paramètre commun ajuté ont le paramètre S et K. Le troiième terme, il exite, et pécifique à la méthode abordée. A partir de meure d infiltration obtenue par le expérience terrain à l aide du imple anneau, on détermine le paramètre S pui K elon une méthode de calage pécifique. Ce méthode ne repoent que ur le calcul. Elle correpondent à une façon différente de calculer le paramètre (dériver par rapport à la racine carrée du temp par exemple ). Le méthode préentée poèdent deux terme d équation. Il exite cependant de nombreue méthode qui n ont pa été appliquée du fait de l exigence du mode d acquiition de meure expérimentale et du type de meure. De plu, le méthode, poédant troi paramètre à définir, retent plu difficile à utilier. 15

16 .4.1 La méthode BEST Définition La méthode BEST (Beerkan Etimation of Soil Tranfer parameter) permet de calculer la vitee d infiltration d un fluide dan un ol. Cette méthode a été développée à partir d eai d infiltrométrie. Elle permet de déterminer le paramètre hydrodynamique du ol, caractéritique du régime d écoulement de fluide dan le ol : la courbe de rétention en eau : h(θ) la courbe de conductivité hydraulique : K(θ) Afin de déterminer ce courbe, il et néceaire de déduire de façon expérimentale d autre paramètre tel que : le paramètre de forme pour h(θ), déterminé à partir de la granulométrie, dépendant de la texture du ol : n, m, η le paramètre d échelle pour K(θ), calculé à partir de eai d infiltration, dépendant de la tructure du ol : θ, θ r, K, hg La méthode BEST découle de loi hydrodynamique mie en place à partir de l équation générale de l écoulement Équation 3. En effet, elle permet de déterminer de fonction caractériant le loi de ol. Cette méthode de calage effectue en deux partie : expérimentale, où un eai d infiltration à l aide d un imple anneau et réalié, aini que la détermination de teneur en eau et l analye granulométrique ont effectué ur le ol calcul, où un calage et effectué à partir d un algorithme BEST (Laabatère et al., 006) entre le donnée expérimentale recueillie et le courbe imulée par le modèle afin d etimer le paramètre hydrodynamique.4.1. Théorie de la méthode BEST Le relation de Van Genuchten ont à la bae de la méthode BEST. D aprè Fuente et al. (199), le meilleure utiliation pour ce formule ont l équation de Van Genuchten (Équation 4) pour h(θ), avec le condition de Burdine (Équation 5) et l équation de Brook et Corey (Équation 6) pour l équation de K(θ). Elle ont permi de décrire le comportement hydraulique de la plupart de ol puiqu elle atifont le condition d infiltration de tou le type de ol (Fuente et al., 199 ; Haverkamp et al., 1999). La méthode BEST permet le calcul de paramètre de forme, grâce à une analye granulométrique, et de paramètre d échelle déterminé à partir de meure d eai d infiltration (réalié ur le terrain). L etimation de paramètre d échelle et d autre paramètre, comme la orptivité, et poible en faiant correpondre le réultat expérimentaux aux modèle numérique (Simunek et al., 1998) ou analytique (Haverkamp et al., 1994). La méthode BEST et baée ur BEST/I, qui uit le donnée d infiltration cumulée, ou ur BEST/q, qui dépend du taux d infiltration. Ce eai d infiltration ont réalié à preion hydraulique conidérée nulle en urface (la lame d eau étant de faible épaieur), ur une portion circulaire de rayon r d d un ol uniforme et poédant une teneur en eau initiale uniforme θ 0. En effet, Haverkamp et al. (1999) ont démontré que le faible variation de la preion hydraulique en urface n avaient pa d influence ignificative ur le réultat. Aini, l eai Beerkan repoe ur une infiltration 16

17 tridimenionnelle axiymétrique avec une charge de preion nulle, et une teneur en eau à aturation à la urface de ol. L exploitation de donnée obtenue tient en une hypothèe forte : le ol expérimental et dit homogène, iotrope, inerte, de teneur volumique en eau et de mae volumique apparente initiale uniforme. Afin de pouvoir oberver le régime tranitoire non aturé en début d eai, la teneur volumique initiale en eau doit repecter la condition dictée par Haverkamp et al. (1994) et Smetten et al. (1994) : θ o < 0.5 θ. Xu et al. (009) ont obervé quelque anomalie lor du calcul de propriété hydraulique du fait de la faible quantité de point obtenu en régime tranitoire. C et pourquoi, il et préférable de réalier le eai ur un ol ec. Suite à la détermination de paramètre de forme (η, θ 0 et θ ), la conductivité hydraulique à aturation K et la orptivité S peuvent-être etimé en calant le donnée expérimentale ur le Équation 9 à Équation 1. La méthode BEST etime la orptivité en faiant coïncider la lame d eau infiltrée cumulée (ou le taux d infiltration) en régime tranitoire avec le Équation 9 à Équation 1 (Haverkamp et al., 1999 ; Laabatère et al., 006). Aini, il faut remplacer la conductivité hydraulique K par la orptivité S et le taux d infiltration expérimental en régime permanent q. S doit-être calée entre zéro et une valeur maximale correpondant à une conductivité hydraulique nulle, c et-à-dire que le flux et contrôlé par capillarité. De plu, il et néceaire de vérifier i le valeur expérimentale aociée aux Équation 9 et Équation 10 correpondent à un régime tranitoire (Laabatère et al., 006). La conductivité hydraulique et donnée enuite par l Équation 11 en régime permanent (Jaque et al., 00). Parlange (1975) propoa une expreion de la orptivité : θ 0 S = ( θ0 + θ θ n ) D( θ) dθ θ n Équation 16 Avec D(θ) la diffuivité hydraulique (L.T -1 ). Aini, la orptivité S=S(θ 0,θ ) peut écrire comme une fonction de paramètre d échelle, à partir de teneur en eau initiale θ 0 et finale θ, et de courbe caractéritique hydraulique (Parlange, 1975 ; Elrick and Robin, 1981) : θ f ( ) = ( + θ ) K( θ ) S θ 0 θ θ f θ 0 θ 0 dh dθ dt, Équation 17 Dan le ca de Équation 4 à Équation 6, on conidère que θ 0 = 0 et que θ f = θ, ce qui permet de implifier la relation de l Équation 17 (Haverkamp et al., 1999): 17

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM Cap Math CP 2 cycle Guide de l eneignant Nouveaux programme SOUS LA DIRECTION DE Roland CHARNAY Profeeur de mathématique en IUFM Marie-Paule DUSSUC Profeeur de mathématique en IUFM Dany MADIER Profeeur

Plus en détail

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V) TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe

Plus en détail

Trouver des sources de capital

Trouver des sources de capital Trouver de ource de capital SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Emprunt garanti et non garanti Vente de part de capital Programme gouvernementaux Source moin courante SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Quelque principe

Plus en détail

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Guide de bourier de l AIEA TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 2 II. PRÉPARATION POUR LE PROGRAMME DE BOURSE... 2 III. CONSIDÉRATIONS FINANCIÈRES...

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement Simulation numérique de l aborption d hydroène dan un réacteur annulaire muni de refroidiement Ali Boukhari #,* 1, Rachid Beaïh * # Département de énie mécanique, Univerité d'el-oued, B.P. 789, 9000 El-Oued,

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

Le paiement de votre parking maintenant par SMS

Le paiement de votre parking maintenant par SMS Flexibilité et expanion L expanion de zone de tationnement payant ou la modification de tarif ou de temp autorié peut e faire immédiatement. Le adree et le tarif en vigueur dan le nouvelle zone doivent

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation.

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation. Journal of Fundamental and Applied Science ISSN 111-9867 Available online at http://www.jfa.info OPTIIZATION OF AEOLIAN ENERGY CONVERSION OPTIISATION DE LA CONVERSION DE L ENERGIE EOLIENNE Y. Soufi *,

Plus en détail

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ LETTRE MENSUELLE DE CONSEILS DESTINÉS À MAXIMALISER LE FLUX DE REVENUS RETIRÉS DE VOTRE SOCIÉTÉ OPTIMALISATION DU MOIS Déterminer le taux du marché... Si votre ociété vou vere un intérêt, elle doit de

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

MIPOLAM EL. gerflor.fr

MIPOLAM EL. gerflor.fr MIPOLAM EL gerflor.fr MIPOLAM EL Électronique Salle propre et térile Santé, Plateaux technique 2 Une gamme complète de produit pour tou locaux enible aux rique ESD L électricité tatique L électricité tatique

Plus en détail

Votre entreprise et le marketing

Votre entreprise et le marketing Votre entreprie et le marketing SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Selon la taille de votre entreprie Par où commencer Guide par étape SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Utilier le marketing pour augmenter vo profit

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2, C. Saudemont 1,2, A. Anel 1,2, V. Courtecuie 1,2 B. Françoi 1,3, S. Plumel 4, J. Deue 5 Centre National

Plus en détail

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion Prie en compte e effort tranchant Chritophe Varé* Stéphane Anrieux** * EDF R&D, Département AMA 1, av. u Général e Gaulle, 92141 Clamart ceex chritophe.vare@ef.fr

Plus en détail

Produire moins, manger mieux!

Produire moins, manger mieux! Raak doier d Alimentation : o Produire moin, manger mieux! Nou voulon une alimentation de qualité. Combien de foi n entendon-nou pa cette revendication, et à jute titre. Mai i tout le monde et d accord

Plus en détail

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s Compte-titre et PEA FINAVEO & a o c i é LE RÔLE DES INTERVENANTS Met à votre dipoition la viualiation de vo compte Votre coneiller indépendant Vou accompagne dan vo invetiement Client FINAVEO & Aocié

Plus en détail

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011 R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DEPARTEMENT DE LA CREUSE ARRONDISSEMENT D AUBUSSON COMMUNE DE FELLETIN P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 eptembre

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you.

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you. Erwan, d une mae de 65 kg, fait un aut de Bungee. Il tombe de 0 m avant que la corde du bungee commence à étirer. Quel era l étirement maximal de la corde i cette dernière agit comme un reort d une contante

Plus en détail

Centrale d'alarme SI 80-3

Centrale d'alarme SI 80-3 Centrale d'alarme SI 80-3 Notice d'utiliation Siemen AG Siemen AG 01.011 1 Siemen AG 01.011 Caractéritique technique ou réerve de modification. Livraion ou réerve de diponibilité. Le donnée et la conception

Plus en détail

Table des matières. Introduction. 1

Table des matières. Introduction. 1 Avant propo Le travail préenté dan ce mémoire a été réalié au ein du laboratoire d électromécanique de Compiègne (LEC) ou la direction de Monieur Jean Paul Vilain dan le cadre d une convention indutrielle

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004 de getion Titre : Appel d offre public Soumiion (condition de recevabilité) No : PG 4.06 Sujet : Reource matérielle et ervice profeionnel Page : 1 de : 8 Approuvée par : Directeur général Nouvelle : Réviée

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS onception de convertieur D/D à bae de MEMS S. Ghandour To cite thi verion: S. Ghandour. onception de convertieur D/D à bae de MEMS. Micro and nanotechnologie/microelectronic. Univerité Joeph-Fourier -

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maion communicante Réuir on intallation domotique et multimédia Françoi-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolle, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7 1 Qu

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE 2.1 Apect phyique Le CHU de Beançon regroupe d une part l établiement Jean MINJOZ, monobloc de 13 étage aocié au Pôle Coeur Poumon, contruction adjacente ur 5 niveaux,

Plus en détail

Equipement général de laboratoire

Equipement général de laboratoire Equipement général de laboratoire INTRODUCTION Le matériel d eai pour l Indutrie de la Contruction comprennent un bon nombre d équipement qui ne peuvent être claé dan un ecteur défini tel que béton, ciment,

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 SOMMAIRE Edito p. 3... Le

Plus en détail

ASSURANCE AUTO. conditions générales

ASSURANCE AUTO. conditions générales ASSURANCE AUTO condition générale VOTRE CONTRAT Le contrat d'aurance auto ditribué par idmacif.fr et auré par Macifilia, SA au capital de 8 840 000, entreprie régie par le code de aurance - RCS Niort n

Plus en détail

Gestion de Contacts & Clients

Gestion de Contacts & Clients elon le beoin de votre entreprie, nou vou propoon : 3ACT! pour le indépendant ou le petite entreprie qui ouhaitent organier et développer leur activité. 3ACT! Premium pour le entreprie qui ouhaitent améliorer

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 QU EST CE QUE LA GUP LA GESTION

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007 BAREME ur 40 point Informatique - eion 2 - Mater de pychologie 2006/2007 Bae de donnée PRET de MATERIEL AUDIO VISUEL. Remarque : Le ujet comporte 7 page. Vérifier qu il et complet avant de commencer. Une

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard La déciion dan l incertain préférence, utilité et probabilité Philippe Bernard Table de matière 1 Le rique 1 2 L epérance morale 2 3 Préférence et utilité 10 3.1 L approche parétienne... 10 3.2 Loterie

Plus en détail

Catalogue des FORMATIONS

Catalogue des FORMATIONS Catalogue de FORMATIONS 2015 Service Formation 17 cour Xavier Arnozan CS 71305 33082 Bordeaux Cedex Tél. 05 56 79 64 11 formation@gironde.chambagri.fr Reponable Béatrice HÉNOT Aitante Nathalie MÉLÉDO Anne-Marie

Plus en détail

unenfant Avoir en préservant ses droits

unenfant Avoir en préservant ses droits Avoir unenfant en préervant e droit Guide adreant aux travailleue et travailleur du ecteur public du réeau de la anté et de ervice ociaux Le comité de condition féminine de la La mie à jour de ce guide

Plus en détail

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe Doier Par Yoan Langlai La tablette pour enf Si 6 million de tablette devraient e vendre cette année en France (préviion GfK), on etime à 1 million le nombre de vente de tablette pour enfant en 2013. Sur

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - ervice@france-cadeaux.fr

Plus en détail

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Flexibles haute-pression & composants

Flexibles haute-pression & composants Flexible haute-preion & compoant Flexible confectionné 4 Flexible confectionné THP 7 Galvanator - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné jaune - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné Flexible confectionné

Plus en détail

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs Management la anté et la écurité au travail Contruire vo indicateur pour atteindre vo objectif L Intitut national recherche et écurité (INRS) Dan le domaine la prévention rique profeionnel, l INRS et un

Plus en détail

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Depui maintenant ept an, l Univerité Numérique Pari Île-de France vou accompagne dan la découverte de

Plus en détail

Sciences et technologies de l information et de la communication

Sciences et technologies de l information et de la communication Science et technologie de l information et de la communication 174 page Contexte général 176 page 5 appel à projet en 2013 ChIST-ERA Edition 2013 Call 2012 Contenu numérique et interaction - CONTINT Infratructure

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Trilax. Données Faits. La spécificité de ce siège tient à la découverte qu il faut trois points d articulation

Trilax. Données Faits. La spécificité de ce siège tient à la découverte qu il faut trois points d articulation Donnée Fait La pécificité de ce iège tient à la découverte qu il faut troi point d articulation pour aurer au corp un outien ergonomique efficace dan toute le poition. vou relaxe et vou accompagne comme

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt.

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt. Courrier Fédéral N 320 du 13.10.12 au 19.10.12 @ @ Adree du ite de la FTM-CGT http://www.ftm-cgt.fr Fédération de travailleur de la métallurgie CGT ISSN 0152-3082 EDITORIAL Aprè la journée de mobiliation

Plus en détail

Introduction aux algorithmes de bandit

Introduction aux algorithmes de bandit Mater MVA: Apprentiage par renforcement Lecture: 3 Introduction aux algorithme de bandit Profeeur: Rémi Muno http://reearcher.lille.inria.fr/ muno/mater-mva/ Référence bibliographique: Peter Auer, Nicolo

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign

Découvrez la gamme complète des certificats de signatures électroniques ChamberSign Découvrez la gamme complète de certificat de électronique ChamberSign www.chamberign.fr ppel d'offre Marché ublic SYLaé Signature électronique Document dématérialié Epace Sécurié Certifié Contrôle de légalité

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation basée sur la norme ISO/CIE 20000 Guide de Préparation Getion de ervice IT Foundation baée ur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All right reerved. No part of thi publication may be publihed, reproduced, copied

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Spécifications techniques

Spécifications techniques l l Spécification technique Général HL-L8250CDN HL-L8350CDW HL-L9200CDWT Claification Produit Clae 1 laer (IEC 60825-1:2007) Vitee d impreion (A4) Vitee d impreion recto-vero (A4) Réolution Première ortie

Plus en détail

info-réseau Un projet partagé Chaque situation locale est particulière, mais toutes répondent à un même projet, Sommaire Éditorial

info-réseau Un projet partagé Chaque situation locale est particulière, mais toutes répondent à un même projet, Sommaire Éditorial info-réeau Journal d information du Comité National de Liaion de Régie de Quartier 62 N juillet 2014 Un projet partagé Sommaire 2-3 En direct de Régie À Libourne (33) et à Saint-Pierre-d Albigny (73) Portrait

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Unité 3. trente-deux. A Pourquoi la classe de Victor a-t-elle organisé un vide-grenier?

Unité 3. trente-deux. A Pourquoi la classe de Victor a-t-elle organisé un vide-grenier? Unité Je li le dialogue. Le journalite : Bonjour, je ui un journalite. Tu peux répondre à l interview que je fai la radio locale et le journal de la ville? Victor : Bien ûr, monieur. Le journalite : vec

Plus en détail

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6.

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6. Préentation e l Etue notariale Laaygue & Aocié 1 No omaine 'intervention 2 Genèe e notre Projet Notarial 6 Vo Contact 7 Pour plu inormation veuillez contacter: Diier Laaygue / Hubert e Vaulgrenant 142

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Evaluation la tratégie régionale wallonne en matière programme opérationnel à caractère durable dan le ecteur fruit et légume Cahier Spécial Charge n MP2012_Eval_PO_2012 Rapport

Plus en détail

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo.

Boas-vindas. Welkom. Bienvenido. Étudier. Bem-vindo. à Montpellier, Bienvenue. Welcome. GUIDE pratique. Willkommen. Bem-vindo. Welkom Boa-vinda Étudier Bienvenido Bem-vindo à Montpellier, Nîme, Perpignan Bienvenue Welcome Willkommen Benvenuto Bem-vindo GUIDE pratique POUR LES Étudiant internationaux EDITION 2015 SOMMAIRE 1 Préentation

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

LE LIVRET DE L AIDANT

LE LIVRET DE L AIDANT LE LIVRET DE L AIDANT Vou accompagnez un parent âgé à domicile Ce livret et fait pour vou! Information, coneil, adree utile pour vou aider et vou accompagner au quotidien www.orpea.com www.afer.ao.fr www.afer.ao.fr

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Nature du marché (services, travaux, fournitures, presta. Intellectuelles, maîtrise d'œuvre) forfaitaire; marché à M. négocié, bons de commande;

Nature du marché (services, travaux, fournitures, presta. Intellectuelles, maîtrise d'œuvre) forfaitaire; marché à M. négocié, bons de commande; Coneil général du 3 octobre 201 archive départementale Objet Dépouiérage et reconditionnement en boîte conervation document d'archive pour le beoin du Coneil général Seineet Nom du Nature (ervice, travaux,

Plus en détail

H 1000. Le système de bridage. multifonctionnel

H 1000. Le système de bridage. multifonctionnel Le ytème de ridage mutifonctionne 2 Rapidité, préciion et fidéité de répétition Le ytème de ridage et une innovation interne de a maion Meuurger. Avec a vou avez non euement avantage de travaier vite et

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, studio, coloc... Les étudiants ont le choix. ZOOM P. 05 Le logement intergénérationnel

LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, studio, coloc... Les étudiants ont le choix. ZOOM P. 05 Le logement intergénérationnel PARCOURS Supplément formation & emploi du Petit Bulletin n 843 /// Mai 2012 Alexi Coroller Supplément réalié avec l Univerité de Grenoble ÉTUDIANT, LA COURSE DE FOND LOGEMENT P. 02 À 05 Cité U, tudio,

Plus en détail

Mercredi 24 Juin 2015

Mercredi 24 Juin 2015 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2015 MATHÉMATIQUES Série ES ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 5 MATHÉMATIQUES Série L ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Durée de l épreuve : 3 heures

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières 1 Information chiffrée (4s) 4 1.1 Taux d évolution....................................... 6 1.2 indices............................................. 6 1.3 Racine

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan - Généralités Deux spécialités se distinguent : - La détection pour les Investigations Complémentaires - La valorisation

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail