Plan de modernisation des installations industrielles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de modernisation des installations industrielles"

Transcription

1 Plan de modernisation des installations industrielles 1

2 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2

3 1 Contexte - Introduction 3

4 1 - Contexte Des accidents qui ont attiré l attention des autorités sur l augmentation du risque lié au vieillissement des installations industrielles : - Vidange par ouverture très rapide d un bac de brut à Ambès le 12 janvier Fuite d une tuyauterie d hydrocarbures à la raffinerie de Donges le 16 mars Fuite sur celle de brut dans la plaine de la Crau le 7 août 2009, - 4

5 1 - Contexte Une réaction des autorités : Une circulaire de la DGPR sur les canalisations de transport le 15 septembre 2008 Une note de méthode le 12 décembre 2008 : Des guides de bonnes pratiques à établir Des engagements volontaires (des professions, ( notamment Des programmes d inspections approfondies Des actions de contrôle sur des cibles prioritaires Des actes réglementaires Le plan a été lancé officiellement par Madame la Secrétaire d Etat lors du colloque du 13 janvier

6 1 - Contexte La création de groupes de travail Forte mobilisation des acteurs depuis janvier 2009 près de 100 industriels mobilisés plus de 100 réunions (groupes miroirs et réunions avec le MEDDTL) GT Canalisations de transport GT Électricité et Instrumentation GT installations GT Génie civil GT Bac de stockage + Stockage cryogénique GT Tuyauteries et capacités 6

7 1 - Introduction Les objectifs du plan de modernisation? Renforcer la maîtrise de l intégrité de l outil industriel Les principes de base du plan de modernisation? Le vieillissement d un équipement n est pas lié à son âge mais est lié : À la connaissance de son état réel à un moment donné À la connaissance que l on a des mécanismes qui induisent sa dégradation, c est-à-dire à la perte progressive de son intégrité d origine Aux actions que l on peut être amené à prendre pour atténuer ou annuler les effets de ces mécanismes de dégradation 7

8 1 - Introduction Le résumé des actions retenues? Recenser les ouvrages entrant dans le périmètre du plan de modernisation Etablir un état initial via un dossier technique des équipements concernés Construire un programme / plan d inspection adéquat des équipements concernés Mener le cas échéant les réparations qui s imposent et les boucles d amélioration continue Pour tous les thèmes, des guides techniques seront établis afin de préciser la méthodologie pour l inspection/la surveillance. Ces guides seront reconnus par le ministère. 8

9 1 - Introduction Les définitions? Etat initial = dossier donnant les caractéristiques de construction (matériau, code ou norme, revêtement,), l historique des interventions et du suivi Programme d inspection ou de surveillance = échéancier définissant sur une période pluriannuelle les dates et types d inspection ou de surveillance Plan d inspection ou de surveillance = document qui définit l ensemble des opérations pour assurer la maîtrise de l état et la conformité dans le temps d un équipement soumis à surveillance 9

10 2 Réglementation 10

11 Non développés ici 2 - Réglementation : textes clefs Arrêté du 10 mai 2000 (modifié par arrêté du 5 octobre 2010) : le «référentiel de suivi des équipements à risques» est rendu obligatoire pour les établissements SEVESO seuil haut via le système de gestion de la sécurité Arrêté sur le stockage de liquides inflammables (rubrique Autorisation) (arrêté du 03 octobre 2010 consolidé avec partie lutte incendie (JO du )) Arrêté du 15 mars 2000 (Equipements sous pression) (modifié par arrêté du 31 janvier 2011) pour introduire en particulier la réévaluation périodique de certains équipements à hauts risques Arrêté du 4 octobre 2010 relatif à la prévention des risques accidentels au sein des installations classées pour la protection de l environnement soumises à autorisation section I : Dispositions relatives à la prévention des risques liés au 11 vieillissement de certains équipements

12 3 Périmètre 12

13 3 - Périmètre Concerne les ICPE soumises à autorisation Périmètre d étude du plan de modernisation : Ouvrages et équipements dont la défaillance liée au vieillissement est susceptible de conduire à un risque technologique ou environnemental dont les effets peuvent sortir des limites du site Liste d ouvrages et d équipements bien définis 13

14 3 - Périmètre Equipements et ouvrages concernés : Réservoirs cryogéniques Réservoirs de stockage Capacités, tuyauteries d usine Racks inter-unités Caniveaux / Fosses humides en béton Cuvettes / Massifs de réservoirs Mesures de Maîtrise des Risques Instrumentées (MMRI) 14

15 3 - Périmètre Equipements et ouvrages visés par l arrêté du Equipements et ouvrages retenus dans le cadre du suivi requis par le plan de modernisation Le FILTRE : Equipements et ouvrages dont une perte de confinement liée au vieillissement est susceptible de générer un risque environnemental et/ou un accident de gravité importante (au sens de l arrêté du ). Défini par le guide professionnel reconnu par le ministère : DT 90 Méthodologie d estimation de l importance du risque environnemental en cas de perte de confinement d un équipement 15

16 3 - Réservoirs cryogéniques ICPE autorisée - réservoir de gaz liquéfiés toxiques ou inflammables, ou oxygène sur Etablissement SEVESO et/ou - réservoir de gaz de *distillation de l air liquéfié (autre que oxygène) > 2000 m 3 *azote, hélium, argon Réservoir avec : P 0.5bar relatif T -10 C Conditions normales de service Application du guide «réservoirs cryogéniques» OUI Etat initial Programme et plan d inspection via guide NON Inspection interne tous les 15 ans. La première le ou au plus tard 15 ans après la dernière effectuée Etat initial : 30 juin 2011 Programme d inspection : 31 décembre

17 3 - Réservoirs de Stockage ICPE autorisée Réservoirs aériens cylindriques verticaux de : >10m 3 R50 et R50/53 >100m 3 R51/R53 et/ou R25, R28, R40, R45, R46, R60, R6, R62, R63, R68 sauf si classé au titre de la rubrique 1432 Application possible du Filtre «risque environnemental» Application du guide «réservoirs de stockage» NON *Inspection externe détaillée (tous les 5 ans) La première le ou au plus tard 5 ans après la dernière effectuée *Inspection hors exploitation (tous les 10 ans) pour les plus de 100m 3 La première ou au plus tard 10 ans après la dernière effectuée OUI Etat initial Programme et plan d inspection via guide Etat initial : 31 décembre 2011 Programme d inspection : 30 juin

18 3 - Cuvettes/massifs réservoirs ICPE autorisée Cuvettes / massifs réservoirs associés aux réservoirs aériens cylindriques verticaux sélectionnés Application possible du Filtre «risque environnemental» Cuvettes / massifs réservoirs associés aux réservoirs cryogéniques Cuvettes / massifs réservoirs de liquides inflammables visés par l arrêté 1432 d une capacité équivalente > 10 m3 Application du guide «cuvettes» NON Méthode tierce expertisée OUI Etat initial Programme et plan de surveillance via guide Etat initial : 31 décembre 2011 Programme de surveillance : 31 décembre

19 3 - Tuyauteries/Capacités ICPE autorisée Hors canalisations de transport Hors tuyauteries et capacités visées par Hors réservoirs de stockage Tuyauteries 80 DN 100 DN Capacités >10m 3 > 100m 3 Application possible du Filtre «risque environnemental» via logigramme R50 et R50/53 R51/R53 et/ou R25, R28, R40, R45, R46, R60, R61, R62, R63, R68 Tuyauteries /capacités avec Risque technologique gravité importante Application du guide «tuyauteries» NON Méthode tierce expertisée OUI Etat initial Programme et plan d inspection via guide Etat initial : 31 décembre 2012 Programme d inspection : 31 décembre

20 3 - Rack inter-unités ICPE autorisée Rack inter-unité supportant les tuyauteries sélectionnées par le plan de modernisation (risque technologique/risque environnemental) Application du guide «ponts de tuyauteries» NON Méthode tierce expertisée OUI Etat initial Programme et plan de surveillance via guide Etat initial : 31 décembre 2012 Programme de surveillance : 31 décembre

21 3 - Caniveaux/Fosses Humides Béton Caniveaux et fosses humides béton véhiculant en service normal des effluents agressifs pour les ouvrages et liés à des unités comportant des tuyauteries et/ou capacités retenues par le plan pour le critère «risque technologique de gravité importante» ICPE autorisée Application du guide «caniveaux» NON Méthode tierce expertisée OUI Etat initial Programme et plan de surveillance via guide Etat initial : 31 décembre 2012 Programme de surveillance : 31 décembre

22 3 - MMRI Seveso Haut, bas MMRI retenues dans l EDD Filtre possible : Sélection des seules MMRI dont la défaillance est susceptible de remettre en cause de façon importante la sécurité lorsque cette estimation de l importance est réalisée selon une méthodologie issue d un guide professionnel reconnu par le ministre chargé de l environnement Application du guide «MMRI» NON Méthode tierce expertisée OUI Etat initial Programme et plan de surveillance via guide Etat initial : 31 décembre 2013 Programme de surveillance : 31 décembre 2014 Pour les MMRI jamais contrôlées : contrôle le 30 juin

23 4 Les guides techniques 23

24 4 - Les Guides Techniques Intitule du guide Validation par MEDDE Périmètre Validation officielle mai 2011 Réservoirs cryogéniques Validation officielle mars 2012 Réservoirs aériens cylindriques verticaux Validation officielle octobre 2011 Tuyauteries d'usine Validation officielle janvier 2012 Ponts de tuyauteries Validation officielle juin 2012 Caniveaux/Fosses humides Validation officielle juillet 2012 Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Mesures de maîtrise des risques instrumentés Validation officielle juin 2011 Validation officielle août 2011 Note de doctrine du ministère en attente pour champ d application du guide Tous les guides sont téléchargeables sur le site 24

25 4 Le guide périmètre Plan du guide : 1 Cadre général 2 Les équipements et ouvrages concernés Réservoirs de gaz liquéfiés cryogéniques Réservoirs de stockage Capacités et tuyauteries Génie civil et structures MMR à base d instrumentation Annexe 1 Critères complémentaires permettant de définir l importance du risque environnemental notion de zone de sensibilité environnementale Annexe 2 Gravité des conséquences humaines à l extérieur des installations 25

26 4 Le guide périmètre Filtre risque technologique (capacités, tuyauteries) : 29/09/2005 dul arrêtédeiiil annexedeextrait 26

27 4 Le guide périmètre Filtre risque technologique (capacités, tuyauteries) : 27

28 4 Le guide périmètre Filtre environnemental : Réservoirs de stockage, génie civil associé (assises et cuvettes) Possibilité d exclusion si : - Pour l intérieur de la cuvette : OU Absence de risque pour la santé et l environnement selon une étude hydrogéologique réalisée par un organisme indépendant et compétent OU Produit visqueux (100 cst à 20 C) ou liquide fondu (point de fusion > 20 C) OU Cuvette en bon état avec détection de fuite contrôlé périodiquement - ET Pour l extérieur de la cuvette Protection des eaux de surface par un drainage des Abords de la rétention vers un système de confinement (validé par une étude d adéquation) ET Protection des eaux souterraines par :» Absence de risque pour la santé et l environnement selon une étude hydrogéologique réalisée par un organisme indépendant et compétent» OU Produit visqueux (100 cst à 20 C) ou liquide fondu (point de fusion > 20 C)» OU Sols aux abords de la rétention dans la zone de drainage pourvu d un système d étanchéité 28

29 4 Le guide périmètre Filtre environnemental : Capacités et tuyauteries Zonage du site : 29

30 4 Le guide périmètre Filtre environnemental : Capacités et tuyauteries Zonage du site : 30

31 4 Le guide périmètre Filtre environnemental : Capacités et tuyauteries Zonage du site Affectation des équipements à une zone - Zone d implantation - Zone de sensibilité environnementale la plus élevée potentiellement atteinte par l écoulement Prise en compte des pour( murs )obstacles réduire la portée Capacité à pression atmosphérique : portée = ½ de la hauteur en charge Capacité sous pression : convertir la pression en hauteur en charge équivalente Tuyauteries : portée = 4 x pression (en bars) Exclusion si - Non atteinte d une zone > 2 par portée (eaux de surface) - ET Non atteinte d une zone > 2 par portée (eaux souterraines) OU Produit visqueux ou solide fondu 31

32 4 Le guide périmètre 32

33 4 Le guide Réservoirs cryogéniques Plan du guide : 1 - Introduction et domaine d application 2 Principaux documents de référence 3 Dégradations potentielles des stockages cryogéniques 4 Stratégie d inspection, de maintenance et de surveillance Compétences Organisation et responsabilités Actions de surveillance, de maintenance et d inspection Traitement des observations et actions correctives Etat initial et dossier de suivi Mise à profit d une ouverture volontaire 5 - Gestion du retour d expérience Annexe 1 Exemple de fiche de visite annuelle Annexe 2 Retour d expérience des réservoirs cryogéniques Annexe 3 Références et bibliographie Annexe 4 Exemples de fiches de visite externe détaillée Annexe 5 Exemple de contrôle externe équivalent à une visite interne 33

34 4 Le guide Réservoirs aériens cylindriques verticaux Plan du guide : 1 - Introduction et domaine d application 2 - Réservoirs et composants 3 - Mécanismes de dégradation et défaillance 4 - Corrosion 5 - Inspection basée sur la criticité (RBI) 6 - Mise en œuvre du plan d inspection 7 - Méthodes d inspection et de contrôle 8 - Critères d acceptabilité des défauts 9 - Personnel en charge du suivi des réservoirs 10 - Réparations 11 - Gestion du retour d expérience 12 - Délais de mise en application des révisions du guide Annexe 1 - Les principales méthodes de contrôle non destructif utilisées Annexe 2 - Adéquation des techniques de contrôle aux mécanismes de dégradation Annexe 3 Exemple d application de la méthodologie RBI Annexe 4 Exemple de fiche de visite de routine Annexe 5 Retour d expérience de l émission acoustique Annexe 6 Spécificités des réservoirs en acier inoxydable Annexe 7 Spécificités des réservoirs composites et thermoplastiques Annexe 8 Présentation des méthodes EEMUA 159 et API 580/581 34

35 4 Le guide Réservoirs aériens cylindriques verticaux Etat initial : Inventaire ouvrages concernés Dossier de suivi - Type et caractéristiques - Date de construction, code de construction - Plans de construction - Matériaux de construction (y compris les fondations) - Existence d un revêtement interne - Date de l essai hydraulique initial - Liste des produits successivement stockés - Dates, types d inspections et résultats - Dates et résultats des mesures - Réparations et modifications éventuelles et codes utilisés - Incidents éventuels - Dossier réchauffeur si existant 35

36 4 Le guide Réservoirs aériens cylindriques verticaux Programme de surveillance : Visite de routine annuelle - Par un opérateur ou un inspecteur - Selon fiche de visite en annexe IV Inspection externe détaillée en exploitation quinquennale - Par un inspecteur ou un contrôleur Inspection interne décennale - Par un inspecteur ou un contrôleur - Possibilité d adaptation du programme et du plan en appliquant la méthodologie RBI Détermination probabilité défaillance Détermination conséquence défaillance Calcul de la durée de vie résiduelle en fonction du taux de corrosion Détermination du facteur de confiance Plan de surveillance 3 niveaux A, B ou C (étendue et méthode) Choix du niveau par l inspecteur en fonction - Mécanismes de dégradation constatés - Conclusions de l analyse de criticité - Facteur de confiance recherché - Date prévue de la prochaine inspection 36

37 4 Le guide Tuyauteries Plan du guide : 1 Introduction 2 Généralités 3 Description des tuyauteries 4 Modes de dégradation 5 Techniques de contrôle 6 Etablissement et mise en œuvre du plan d inspection 7 Organisation et missions 8 Rôle de la production et de la maintenance 9 Délais de mise en application des révisions du guide Annexe 1 Principaux modes de dégradation des tuyauteries Annexe 2 - Adéquation des techniques de contrôle non destructifs aux types de dommages Annexe 3 - Description succincte des principales techniques de contrôle Annexe 4 - Exemple de fiche d inspection et contrôle de tuyauterie Annexe 5 - Exemples de défauts détectables par l exploitant 37

38 4 Le guide Tuyauteries Etat initial : Plan ou schéma avec accessoires sous pression et de sécurité Caractéristiques de construction (DN, PN, fluide, ) Eléments relatifs aux interventions (contrôles, inspections, maintenance, réparations, ) Programme de surveillance : 4 classes 1, 2, 3, 4 Choix de la classe en fonction de : - Groupe du fluide transporté - Zone de sensibilité environnementale Possibilité d utiliser la méthode RBI Périodicité maximale : - 60 mois pour classe mois pour classe mois pour classe 3 - Adaptée pour classe 4 38

39 4 Le guide Tuyauteries Plan de surveillance : En fonction des modes de dégradation possibles et de leur localisation Détermination des zones de contrôle représentatifs (points singuliers et autres) Selon annexe 4 et annexe 5 39

40 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Plan du guide : 1 Préambule Notion de vieillissement 2 Définitions générales, objectifs du guide et périmètre d application 3 Notion d ouvrage 4 Vieillissement des ponts de tuyauteries 5 Dossier de surveillance des ouvrages 6 Etat initial et programme de surveillance 7 Définitions propres à la démarche de surveillance des ponts de tuyauteries 8 Déroulement de la démarche de surveillance 9 Quelques exemples de contrôles spécifiques (investigations complémentaires) Annexe 1 Description des ponts de tuyauteries en usine et glossaire Annexe 2 Commentaires en liaison avec les normes récentes type Eurocode Annexe 3 Logigramme Plan de surveillance Annexe 4 Dossier de surveillance (fiche descriptive et fiche de surveillance) + Catalogue des désordres 40

41 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Etat initial : Inventaire ouvrages concernés Dossier de surveillance - Fiche descriptive (localisation, longueur, hauteur, catégorie, liste des tuyauteries, année de construction, matériau, corrosivité, protection anti corrosion) - Dossier technique (type de structure, type de fondations, coupes transversales, plans, études, notes de calcul, photos, plans de dimensionnement, étude géotechnique, historique interventions, ) Catégorie de l ouvrage : I ou II - II = ouvrages critiques (supportant tuyauteries à conséquence catastrophique ou situés sur une zone 4 ou 5) - I = les autres 41

42 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Programme de surveillance : Visite de surveillance - Tous les 12 ans pour la catégorie I - Tous les 6 ans pour la catégorie II Identification et cotation des désordres - A l aide du catalogue des désordres - D1, D2, D2E, D3, D3P Classement de l ouvrage en fonction des désordres - Classe 1, 2, 3 ou 3P Eventuelles investigations complémentaires Classement définitif de l ouvrage - Classe 1, 2, 2E, 3 ou 3P Plan d actions / contrôle renforcé 42

43 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Niveaux de gravité des désordres : D1 D2 D2E D3 D3P Niveaux de désordre Type de désordre Relève de la maintenance courante Nécessite des travaux de maintenances spécifiques, ou bien un examen complémentaire Risque d évolution qui nécessite une surveillance Désordre structurel qui nécessite des travaux de réparation Désordre de niveau D3 qui avant même réparation nécessite une action de confortement 43

44 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Catalogue des désordres : 44

45 4 Le guide Ponts de Tuyauteries 45

46 4 Le guide Ponts de Tuyauteries Classification des équipements : CLASSE ETAT APPARENT INTERVENTIONS ACTIONS A MENER CLASSE 1 Bon état apparent Aucune intervention autre que l entretien courant CLASSE 2E DELAIS DE MISE EN ŒUVRE Présence de désordres avec un risque évolutif Contrôle renforcé Contrôle renforcé Selon Plan d action CLASSE 2 Désordres légers avec nécessité d entretien spécialisé Entretien spécialisé Opérations correctives (Selon Plan d action) 5 ans maximum CLASSE 3 Structure dégradée, sans risque grave à brève échéance Opérations correctives (Selon Plan d action) 3 ans maximum CLASSE 3P Structure dégradée, avec actions correctives à mener en priorité Réparation Mise en place de mesures prioritaires 6 mois maximum Opérations correctives (Selon Plan d action) 3 ans maximum 46

47 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Plan du guide : 1 Préambule Notion de vieillissement 2 Définitions générales, objectifs du guide et périmètre d application 3 Vieillissement des cuvettes de rétention et des fondations de réservoirs 4 Dossier de surveillance des ouvrages 5 Etat initial et programme de surveillance 6 Définitions spécifiques à la démarche de surveillance des cuvettes de rétention et des fondations des réservoirs associés 7 Déroulement de la démarche de surveillance 8 Quelques exemples de contrôles spécifiques Annexe 1 Exemple : contenu du dossier de surveillance pour une fondation de réservoirs Annexe 2 Exemple : contenu du dossier de surveillance pour une cuvette de rétention Annexe 3 Logigramme : plan de surveillance Annexe 4 Exemple : fiche de surveillance Annexe 5 Exemple : programme de surveillance 47

48 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Etat initial : Inventaire ouvrages concernés Dossier de surveillance - Fiche descriptive (localisation, description, caractéristiques) - Dossier technique (plans, études, notes de calculs, photos, relevés, historique des interventions, études, audits, contrôles, fiches de visite, ) Catégorie de l ouvrage : I ou II - II = ouvrages critiques ( R50 ou R50/53 > 100 m3) - I = les autres 48

49 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Programme de surveillance : Visite de surveillance - Tous les ans pour la catégorie II - Tous les 5 ans pour la catégorie I Identification et cotation des désordres - A l aide du catalogue des désordres - D1, D2, D2E, D3, D3P Classement de l ouvrage en fonction des désordres - Classe 1, 2, 3 ou 3P Eventuelles investigations complémentaires Classement définitif de l ouvrage - Classe 1, 2, 2E, 3 ou 3P Plan d actions / contrôle renforcé 49

50 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Niveaux de gravité des désordres : Niveaux de désordre D1 D2 D2E D3 D3P Type de désordre Pas de nature à compromettre les caractéristiques et la durabilité de l ouvrage, ou relève de la maintenance courante du site Désordre nécessitant un entretien spécialisé, non pris en charge par la maintenance courante du site ou n étant visiblement pas de nature à compromettre structurellement l ouvrage Désordre qui ne nécessite pas de réparation à court ou moyen terme mais qui présente un risque d évolution Désordre structurel et/ou touchant à la capacité de rétention, nécessitant des travaux de réparation Désordre de niveau D3 de nature à compromettre l intégrité, la capacité portante de l ouvrage, ou la capacité de rétention de la cuvette 50

51 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Catalogue des désordres : 51

52 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs 52

53 CLASSE ETAT APPARENT INTERVENTIONS ACTIONS A MENER CLASSE 1 Bon état apparent Aucune intervention autre que l entretien courant DELAIS DE MISE EN ŒUVRE CLASSE 2E Présence de désordres présentant un risque évolutif Contrôle renforcé Contrôle renforcé Selon Plan d action CLASSE 2 Désordres mineurs avec nécessité d entretien spécialisé CLASSE 3 Structure dégradée, sans risque grave à brève échéance CLASSE 3P 4 Le guide Cuvettes de rétention / Fondations de réservoirs Classification des équipements : Structure dégradée, capacité de rétention menacée, avec actions correctives à mener en priorité Entretien spécialisé Réparation Opérations correctives (Selon Plan d action) Opérations correctives (Selon Plan d action) Mise en place de mesures prioritaires Opérations correctives (Selon Plan d action) 5 ans maximum ou lors de la mise hors exploitation du réservoir si elle intervient dans les 5 ans 3 ans maximum ou lors de la mise hors exploitation du réservoir si elle intervient dans les 3 ans 6 mois maximum 3 ans maximum ou lors de la mise hors exploitation du réservoir si elle intervient dans les 3 ans 53

54 4 Le guide caniveaux et fosses humides Plan du guide : 1 Préambule Notion de vieillissement 2 Définitions générales, objectifs du guide et périmètre d application 3 Vieillissement des caniveaux et fosses humides 4 Dossier de surveillance des ouvrages 5 Etat initial et programme de surveillance 6 Définitions spécifiques à la démarche de surveillance des caniveaux et fosses humides 7 Déroulement de la démarche de surveillance 8 Quelques exemples de contrôles spécifiques Annexe 1 Exemple : contenu du dossier de surveillance Annexe 2 Logigramme : plan de surveillance Annexe 3 Exemple : fiche de surveillance 54

55 4 Le guide caniveaux et fosses humides Etat initial : Inventaire ouvrages concernés Dossier de surveillance - Fiche descriptive (localisation, description, caractéristiques) - Dossier technique (plans, études, notes de calculs, photos, relevés, historique des interventions, études, audits, contrôles, fiches de visite, ) Catégorie de l ouvrage : I ou II - II = ouvrages critiques (dans bâtiment avec équipement à conséquence catastrophique) et I = les autres 55

56 4 Le guide caniveaux et fosses humides Programme de surveillance : Visite de surveillance - Tous les 3 arrêts techniques ou au plus tard tous les 6 ans pour la catégorie I - A chaque arrêt pour la catégorie II (si > 4 ans, visite de surveillance intermédiaire en service) Identification et cotation des désordres - A l aide du catalogue des désordres - D1, D2, D2E, D3, D3P Classement de l ouvrage en fonction des désordres - Classe 1, 2, 3 ou 3P Eventuelles investigations complémentaires Classement définitif de l ouvrage - Classe 1, 2, 2E, 3 ou 3P Plan d actions / contrôle renforcé 56

57 4 Le guide caniveaux et fosses humides Niveaux de gravité des désordres : Niveaux de désordre D1 D2 D2E D3 D3P Type de désordre Pas de nature à compromettre les caractéristiques et la durabilité de l ouvrage, ou relève de la maintenance courante du site Désordre nécessitant un entretien spécialisé, non pris en charge par la maintenance courante du site ou nécessitant un examen approfondi nécessaire bien que n étant visiblement pas de nature à compromettre structurellement l ouvrage Désordre qui ne nécessite pas de réparation à court ou moyen terme mais qui présente un risque d évolution Désordre qui témoigne d un risque d instabilité de l ouvrage ou d un défaut d étanchéité Désordre de niveau D3 pour lequel des travaux de réparation doivent être menés à une échéance prioritaire 57

58 4 Le guide caniveaux et fosses humides Catalogue des désordres : 58

59 4 Le guide caniveaux et fosses humides 59

60 4 Le guide caniveaux et fosses humides Classification des équipements : CLASSE ETAT APPARENT INTERVENTIONS ACTIONS A MENER CLASSE 1 Bon état apparent Aucune intervention autre que l entretien courant DELAIS DE MISE EN ŒUVRE CLASSE 2E Présence de désordres présentant un risque évolutif Contrôle renforcé Contrôle renforcé Selon Plan d action CLASSE 2 Désordres mineurs avec nécessité d entretien spécialisé Entretien spécialisé Opérations correctives (Selon Plan d action) 5 ans maximum lors d un arrêt technique général CLASSE 3 Structure dégradée, étanchéité menacée sans risque grave à brève échéance Réparation Opérations correctives (Selon Plan d action) 3 ans maximum lors d un arrêt technique général CLASSE 3P Structure dégradée, manque d étanchéité, tassement des fondations des ouvrages environnants Actions correctives à mener en priorité Mise en place de mesures prioritaires Dans les meilleurs délais, si possible pendant l arrêt en cours ou en service dans les 6 mois qui suivent la validation de la fiche Opérations correctives (Selon Plan d action) 3 ans maximum 60

61 4 Le guide MMRI Plan du guide : 1 Préambule 2 Objet du guide et problématique du vieillisement 3 Typologie des MMRI 4 Conception des MMRI 5 Mécanismes de vieillissement d une MMRI 6 Bonnes pratiques en matière de maintenance et de tests des MMRI 7 Exploitation des MMRI 8 Gestion des compétences 9 Etat zéro et fiche de vie d une MMRI 10 Annexes 11 Glossaire des termes techniques 12 Terminologie 13 Référence de normes citées 14 Autres documents de référence Annexe 1 Logigramme de sélection Annexe 2 Exemple illustratif Annexe 3 Méthode alternative à la norme de détermination de la période de test des MMRI 61

62 5 Synthèse 62

63 5 - Synthèse Etape 1 : Sélection des ouvrages Liste des équipements potentiellement concernés Application des filtres (guide périmètre) Liste des équipements concernés Justification pour équipements écartés Etape 2 : Etat zéro Méthodologie des guides Etat des équipements Dossiers de surveillance Etape 3 : Programme / Plan d inspection En se basant sur les guides Eventuellement conduire les réparations Etape 4 : Vie du système Système de gestion appliqué Intégration dans SGS pour Seveso 63

64 5 - Synthèse Pour les équipements existants au 1 er janvier 2011 Equipements Délai pour l état initial Délai pour le programme d inspection Réservoirs cryogéniques 30 juin décembre 2011 Réservoirs de stockage 31 décembre juin 2012 Cuvettes de rétention / massifs de réservoirs 31 décembre décembre 2012 Capacités / tuyauteries 31 décembre décembre 2013 Rack inter-unités 31 décembre décembre 2013 Caniveaux / fosses humides 31 décembre décembre 2013 Mesures de Maîtrise des Risques Instrumentées 31 décembre décembre

65 Merci de votre attention 65

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Guide professionnel pour la définition du périmètre de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Plan de Modernisation des installations industrielles DT 90 Avril 2011 Avertissement Ce document technique ne doit

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Bilan 2011 Lubrizol Usine de Rouen Actions 2011 réalisées pour la prévention des risques industriels majeurs Actions Impact Coût en Prévention sécurité (amont du nœud papillon) : - Mise en place d un automate

Plus en détail

GUIDE D INSPECTION ET DE MAINTENANCE DES RESERVOIRS CRYOGENIQUES

GUIDE D INSPECTION ET DE MAINTENANCE DES RESERVOIRS CRYOGENIQUES GUIDE D INSPECTION ET DE MAINTENANCE DES RESERVOIRS CRYOGENIQUES Guide d inspection et de maintenance des réservoirs cryogéniques DT 97 Février 2012 AVERTISSEMENT Ce document reflète l'état des connaissances

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

Guide d inspection et de maintenance des réservoirs aériens cylindriques verticaux

Guide d inspection et de maintenance des réservoirs aériens cylindriques verticaux Guide d inspection et de maintenance des réservoirs aériens cylindriques verticaux Guide d inspection et de maintenance des réservoirs aériens cylindriques verticaux DT 94 Octobre 2011 AVERTISSEMENT Ce

Plus en détail

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

EnviroPro Questionnaire de Souscription

EnviroPro Questionnaire de Souscription Instructions Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le demandeur à souscrire un contrat d assurance. Ce questionnaire peut être accompagné de la copie du dossier de demande

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001 SARRAMAGNAN Viviane Master II Économie et Gestion de l Environnement Année universitaire 2008/2009 Sommaire Présentation

Plus en détail

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Marie-Michelle Modéry Environnement Canada Séance d information fédérale sur la réglementation environnementale 10

Plus en détail

Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux

Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux Maîtres d ouvrage, rendez vos projets plus sûrs à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 11/05/2015 INERIS-DRA-14-141532-12925A

RAPPORT D ÉTUDE 11/05/2015 INERIS-DRA-14-141532-12925A RAPPORT D ÉTUDE 11/05/2015 INERIS-DRA-14-141532-12925A Méthode d estimation de la gravité des conséquences environnementales d un accident industriel Version 1 Méthode d estimation de la gravité des conséquences

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010 LES RISQUES INDUSTRIELS De l étude de dangers et d impact au management des risques Séminaire projet 2010 2 LES RISQUES EN EUROPE 3 Contexte, Enjeux et Terminologie 4 Introduction Évolution des accidents

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

La surveillance de la fabrication des équipements des centrales nucléaires pour EDF Création de l EMIB

La surveillance de la fabrication des équipements des centrales nucléaires pour EDF Création de l EMIB La surveillance de la fabrication des équipements des centrales nucléaires pour EDF Création de l EMIB Journées Techniques AFIAP du 14 mai 2013 C. Boveyron D. Dhennin (EDF/CEIDRE) 1 1 - CT du lundi 4 octobre

Plus en détail

La Protection Ultime. Thortex apporte des solutions simples à des problèmes complexes de corrosion et d attaques chimiques. Protection Anticorrosion

La Protection Ultime. Thortex apporte des solutions simples à des problèmes complexes de corrosion et d attaques chimiques. Protection Anticorrosion Solutions faisant appel aux toutes dernières Avancées en terme de technologies Polymère sans solvant à base d eau. La Protection Ultime apporte des solutions simples à des problèmes complexes de corrosion

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 31/12/2009 N DRA-09-102957-07985C

RAPPORT D ÉTUDE 31/12/2009 N DRA-09-102957-07985C RAPPORT D ÉTUDE 31/12/2009 N DRA-09-102957-07985C Rapport final - Benchmark international sur les réglementations et pratiques de maîtrise du vieillissement des installations industrielles DRA 71 opération

Plus en détail

Edition 2009 CODRES. Division 2 Recommandations pour la Maintenance des Réservoirs de Stockage Cylindriques Verticaux

Edition 2009 CODRES. Division 2 Recommandations pour la Maintenance des Réservoirs de Stockage Cylindriques Verticaux Edition 2009 CODRES Division 2 Recommandations pour la Maintenance des Réservoirs de Stockage Cylindriques Verticaux Responsabilité Œuvre collective, cette nouvelle édition du CODRES a été élaborée avec

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages. et ses évolutions

Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages. et ses évolutions Réunion préfectorale du 7 décembre 2011 DREAL Languedoc Roussillon Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages et ses évolutions Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014

JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014 JOURNEE TECHNIQUE AFIAP du 15 Mai 2014 Introduction des méthodes CND innovantes au service de la Catherine HERVE; Henri WALASZEK; Mohammed CHERFAOUI CETIM Page 1 Plan de la présentation Les méthodes CND

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

Projets - Gestion des Projets

Projets - Gestion des Projets Projets - Gestion des Projets p. 217 à 222 Projets - Gestion des Projets PGP / GPP PGP / GPP-E Gestion des petits projets Travaux neufs 5 Jours Niveau : Fondamentaux Améliorer la compréhension de la conduite

Plus en détail

Vanne à tête inclinée VZXF

Vanne à tête inclinée VZXF Caractéristiques et fourniture Fonction LavanneàtêteinclinéeVZXF est un distributeur 2/2 à pilotage externe. Les distributeurs de ce type sont commutés par le biais d'un fluide de commande supplémentaire.

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands

Plus en détail

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Formation et sensibilisation Personnel du site : extrait des formations suivies en 2012 (12 personnes) : Nb de personnes

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Fosse Septique Toutes Eaux, type ECODEPUR

Fosse Septique Toutes Eaux, type ECODEPUR 11 Fosse Septique Toutes Eaux, type ECODEPUR PRESENTATION Les Fosses Septiques Toutes Eaux avec Panier Préfiltre, type ECODEPUR sont des réservoirs étanches, destinés à la réception et au traitement primaire

Plus en détail

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events»)

Tests de résistance belges. Rapport national pour les centrales nucléaires. Evénements liés à l activité humaine. («man-made events») Tests de résistance belges Rapport national pour les centrales nucléaires Evénements liés à l activité humaine («man-made events») Ce rapport national est fourni par l autorité de sûreté belge dans le

Plus en détail

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing.

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. DCC DCC Section Montréal Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. Programme de la soirée; Le décret; Le guide explicatif des exigences d entretien des façades

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011 Présentation CLIC Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence Valence 8 décembre 2011 Coordonnateur HSEQ Logistique : Yves BLANC Vue aérienne du dépôt pétrolier de Valence Plan

Plus en détail

Démarche préventive d une mutuelle d assurances pour la sécurité des petits ouvrages de stockage d eau à usage agricole

Démarche préventive d une mutuelle d assurances pour la sécurité des petits ouvrages de stockage d eau à usage agricole Démarche préventive d une mutuelle d assurances pour la sécurité des petits ouvrages de stockage d eau à usage agricole Mériaux P., Le Botlan M., Smaine T., Girard H., Poulain D. Colloque «Sécurité des

Plus en détail

Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil

Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil Sept. 2004 EXPLOITATIONS AGRICOLES Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil? Guide pratique à destination des techniciens et des agriculteurs lorrains Que dit la réglementation : En fonction du

Plus en détail

Solution azotée & Hydrocarbures

Solution azotée & Hydrocarbures Solution azotée & Hydrocarbures Stockez... en toute sécurité Stockez, tout en préserva Il est urgent de sécuriser le stockage d azote liquide et des hydrocarbures sur vos exploitations. Outre le fait de

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Série M Débitmètres Eletta. Débitmètre à P avec sortie programmable

Série M Débitmètres Eletta. Débitmètre à P avec sortie programmable Série M Débitmètres Eletta Débitmètre à P avec sortie programmable Débitmètre à fonctions multiples pour gaz et liquides M3 Le débitmètre série M, avec sa conception polyvalente et conviviale, trouve tout

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Comité Territorial de Concertation Prolog Ingénierie 11/27/2012 1 Mercredi 28 novembre 2012 - Valence SIAGAR CONTEXTE & ENJEUX Le Syndicat Intercommunal d Aménagement et de Gestion des Abords du Rhône

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

DEP du Zonage d Assainissement de Baixas PMCA

DEP du Zonage d Assainissement de Baixas PMCA Annexe 6 Entretien des ouvrages d assainissement non-collectif (généralités) De manière à éviter les dysfonctionnements (bouchage, colmatage, mauvaise qualité de rejet,...), toute installation d assainissement

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents

Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management. permanents 01 Sécurité antichute Technique de levage Technique d arrimage Safety Management systèmes de sécurité permanents 2 SpanSet - Compétence et passion pour votre sécurité Des mesures de sécurité s imposent

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III

Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III DGPR / SRT / SDRA / BRTICP Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr SOMMAIRE

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité

Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité Support méthodologique pour la mise en place d un Système de Gestion de la Sécurité Rapport intermédiaire DRA-08 Opération 1 Direction des Risques Accidentels Décembre 2001 Support méthodologique pour

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

Emissions dues aux stockages des matières dangereuses ou en vrac

Emissions dues aux stockages des matières dangereuses ou en vrac COMMISSION EUROPÉENNE Document de référence sur les meilleures techniques disponibles Emissions dues aux stockages des matières dangereuses ou en vrac Juillet 2006 Ce document est la traduction de la version

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTD1502632D, INTD1502633A, Intitulé des textes : - Projet de décret modifiant l article D.321-13 du code de la sécurité intérieure INTD1502632D, - Projet

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail