Nuclear Executive Update

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nuclear Executive Update"

Transcription

1 Nuclear Executive Update Un rapport sur les activités d'epri Novembre 2007 Le bulletin Nuclear Executive Update est publié tous les deux mois. Si vous avez des observations sur ce bulletin d'information, veuillez vous adresser à Brian Schimmoller, Comme la plupart d entre vous le savent déjà, Dave Modeen quitte ses fonctions de directeur du nucléaire et de vice-président du secteur nucléaire d EPRI afin de passer plus de temps avec sa famille qui traverse une crise médicale difficile. Heureusement pour l industrie et l équipe d EPRI, Dave reste dans l'organisation et travaillera désormais sous ma responsabilité directe en tant que directeur des affaires industrielles. Je souhaite officiellement féliciter Dave pour sa contribution à EPRI et à notre secteur et le remercier personnellement de son aide pendant ma transition. Je me réjouis de pouvoir discuter prochainement avec chacun de vous pour connaître votre perspective personnelle sur EPRI et sa mission, ainsi que sur le rôle d'un portefeuille de R&D stratégique, capable d équilibrer les besoins à court et à long terme de l'industrie et de tirer parti de notre internationalisation grandissante. Je m'appuierai sur vos réactions et vos recommandations au cours de ma prise de fonctions, et c est avec plaisir que je reprendrai contact avec tous les acteurs du nucléaire. Deux contributeurs clés du Nuclear Power Council d'epri méritent notre reconnaissance. Lou Long et Mano Nazar, respectivement ancien représentant et président actuel du Nuclear Power Council, ont été récompensés lors de la remise des prix d'excellence nucléaire pendant la conférence WANO 2007 qui a eu lieu en septembre. Lou, actuellement retraité de la Southern Nuclear Operating Company, a été primé pour sa «poursuite visionnaire et passionnée de l excellence dans la recherche de la fiabilité internationale en matière de combustibles nucléaires», ainsi que pour sa direction des mesures d entreposage à sec des combustibles et des activités de relance du nucléaire. Lou a participé à de nombreux programmes d'epri, notamment, tout récemment, en tant que président du comité exécutif de fiabilité des combustibles et du groupe de travail sur les plans de déploiement des nouvelles centrales. Mano, ancien directeur du nucléaire chez American Electric Power et nouveau directeur de l exploitation du parc nucléaire de FPL, a reçu un prix d'excellence pour l étendue et l intensité de ses efforts dans la promotion et l application de normes élevées de sécurité, ainsi que pour sa direction des mesures de rétablissement de pratiques d excellence dans plusieurs centrales nucléaires. De la part d EPRI, je souhaite reconnaître ces réussites impressionnantes et exprimer notre appréciation du travail contribué par Lou et Mano, ainsi que de leur aide dans la réalisation de la mission d'epri. Nous continuons de nous concentrer sur les transferts de technologie dans tous nos programmes. Un exemple récent est celui d un cours de formation d EPRI cherchant à accélérer la conversion d ingénieurs nucléaires expérimentés en spécialistes de gestion du risque. À travers une série d ateliers d une semaine répartis sur juste neuf mois, ce cours leur apprendra à effectuer correctement des évaluations de probabilité des risques de niveau 1. D autres projets récents comprennent un effort concerté pour faire participer nos membres internationaux à l exploration des questions de sécurité particulières aux centrales asiatiques. Ces activités reflètent notre souci de poursuivre le développement de plans de recherches orientés vers des applications concrètes. Nuclear Executive Update: 1

2 Sincèrement, Chris Larsen Vice-président et directeur du nucléaire, secteur nucléaire d'epri. POINT TECHNIQUE La NRC approuve l'analyse de propagation des fissures dans les soudures des pressuriseurs développée par EPRI, permettant ainsi de maintenir le calendrier des arrêts de neuf réacteurs PWR ce printemps. En démontrant qu un avancement des arrêts d inspection n était pas nécessaire, EPRI a économisé à l industrie plus de 400 millions de dollars en pertes de recettes potentielles. La détection fin 2006 de problèmes de fiabilité des soudures à la centrale de Wolf Creek a entraîné une chaîne d événements qui ont permis au programme MRP d'epri sur la fiabilité des matières de convaincre les régulateurs qu une accélération du calendrier d inspection n était pas nécessaire. Ceci a évité plusieurs centaines de millions de dollars de pertes de recettes à l industrie. Les inspections aux ultra-sons des prérecouvrements de soudure à Wolf Creek en octobre 2006 ont permis de découvrir cinq indications circonférentielles dans les soudures bout-à-bout de métaux dissimilaires (MD) au niveau des jonctions coquebuse de pressurisation, de décompression et de sécurité. Au cours de réunions publiques avec le MRP durant l automne 2006, la Nuclear Regulatory Commission (NRC) a présenté les résultats d une étude sur les mécanismes de fracture dont le but visait a évaluer l importance des indications de la méthode aux ultra-sons sur le plan de la sécurité. Sur la base de ces analyses, l équipe de la NRC a conclu qu'il existe un délai minimal ou inexistant entre le début de la fuite et la rupture des soudures boutà-bout de métaux dissimilaires sur les buses de pressurisation, lorsque celles-ci présentent des défauts similaires à ceux constatés à Wolf Creek. En mars 2007, la NRC a écrit des lettres de vérification de prises de mesures (Confirmatory Action Letters, ou CAL) aux exploitants de 40 centrales nucléaires à eau pressurisée (PWR), afin de rappeler à ceux-ci leur engagement à vérifier l absence de défauts potentiels dans les soudures bout-àbout de métaux dissimilaires sur le système de refroidissement du réacteur. Les 29 PWR américaines restantes, soit avaient déjà pris les mesures nécessaires, soit n avaient pas de soudures susceptibles d être concernées par le problème. Parmi les 40 centrales ayant reçu une lettre CAL, neuf étaient à risque, car elles n avaient prévu aucun arrêt en Ces centrales se sont engagées à avancer les arrêts d'inspection à 2007, si le MRP ne pouvait démontrer à la NRC que le niveau de sécurité était adéquat. Buse de tête supérieure de pressuriseur Le MRP a réalisé des analyses par éléments finis, afin de déterminer si les indications montreraient des fuites détectables avant une défaillance structurelle, compte tenu des préoccupations sur la propagation des fissures circonférentielles dues à la corrosion sous contrainte. L hypothèse habituelle du maintien d'une forme semielliptique lorsque la fissure se propage a notamment été réexaminée. L'équipe du MRP a laissé la fissure se propager de chaque côté, à un degré correspondant aux conditions de contrainte locales. La fissure a ainsi changé de forme, au fur et à mesure de sa pénétration dans la paroi de la conduite. Les résultats ont démontré que l hypothèse d une forme semi-elliptique de la fissure était exagérément prudente et qu une fissure réaliste pénètrerait localement dans la paroi de la conduite, en produisant une fuite, mais sans provoquer une défaillance complète de la conduite. Nuclear Executive Update: 2

3 Le MRP a analysé une matrice de sensibilité regroupant 119 cas, afin de mesurer l'effet de certains paramètres d'entrée sur le comportement mécanique de la soudure bout-à-bout de la buse. Les paramètres évalués comprenaient le profil de contrainte résiduelle de la soudure, les dimensions et la géométrie de la buse, la forme et les dimensions de la fissure initiale, les charges d exploitation, la vitesse de propagation des fissures dues à la corrosion sous contrainte du circuit d eau primaire, la présence de multiples fissures initiales et les effets de la redistribution plastique des forces. Les buses de sécurité/décompression, de pulvérisation et de montée en pression sont toutes incluses dans l étude. Les techniciens de la NRC ont par ailleurs effectué l'évaluation indépendante de 31 cas, en vue de soit valider les résultats de l'industrie, soit approfondir l analyse des effets de certains paramètres. Les études de sensibilité ont conclu que les résultats dépendaient dans une large mesure principalement du profil de contrainte résiduelle de la soudure MD, puis des caractéristiques supposées initiales de la fissure. En évaluant de nombreux cas et les sensibilités associées, le MRP a montré que les centrales pouvaient satisfaire le critère «d'assurance raisonnable de fonctionnement sans danger» jusqu en Le 23 août 2007, la NRC a notifié les neuf exploitants PWR qu un avancement des arrêts ne serait pas nécessaire pour répondre aux problèmes potentiels de fissures des soudures des conduites de pressurisation. Les entreprises concernées ont pu donc maintenir leur calendrier d'arrêt normal du printemps En démontrant que les arrêts étaient superflus, le MRP a économisé 28 jours d arrêt non planifié à chaque exploitant en 2007, soit une économie totale de 400 millions de dollars (en pertes de recettes potentielles). Ce projet est un excellent exemple de collaboration entre le MRP et la NRC, dans le but d'aider à la fois la NRC et l'industrie à traiter des problèmes difficiles de vieillissement des centrales en opération. Pour plus de renseignements, veuillez contacter Christine King au ou à La première promotion de spécialistes du risque sera diplômée mi Les 18 étudiants participant au programme d éducation des spécialistes du risque d EPRI auront la qualification nécessaire pour effectuer indépendamment des analyses probabilistes des risques de niveau 1. L expansion anticipée de l'industrie nucléaire, couplée à l attrition normale de la force de travail, a entraîné un manque de personnel qualifié capable d évaluer les risques nucléaires. Pour résoudre ce problème, EPRI a développé une série de cours de formation conçus pour former la prochaine génération de spécialistes du risque. Ce programme, intitulé «Education of Risk Professionals», donnera aux participants la qualification nécessaire pour des travaux indépendants d évaluation probabiliste des risques (PRA, en anglais), en particulier en combinaison avec un mentorat des exploitants (voir le rapport n d'epri, «Development of PRA Qualification Guidance and Curriculum»). Dix-huit élèves auront terminé le cours d'ici à mi Le programme consiste en six ateliers d une semaine se concentrant sur les aspects fondamentaux et pratiques d'une PRA, en coordination avec une formation sur les applications parrainées par EPRI, telles que la Risk & Reliability Workstation. Les documents de formation suivent l approche pédagogique de l Institut of Nuclear Power Operations et comprennent des tests et des exercices pratiques afin de contrôler la bonne compréhension des concepts enseignés. Lors du premier module de formation, qui jette les bases des cinq suivants, le cours développe la PRA simplifiée d une centrale nucléaire hypothétique, mais réaliste, EPRI Nuclear One (ENO). L étude de cas ENO donne aux élèves une idée de l étendue et de la profondeur d une PRA. Ils découvrent sa complexité, mais aussi comment ses différents éléments sont liés les uns aux autres et affectent les résultats finaux. La PRA d ENO est utilisée dans chaque module successif comme point de départ des discussions sur certains aspects spécifiques. À la fin des six modules de formation, les élèves auront achevé une PRA fonctionnelle complète de la centrale ENO choisie en exemple, ainsi qu utilisé plusieurs applications échantillons d'évaluation des risques, telles que Maintenance Rule a[4]. Nuclear Executive Update: 3

4 Le programme Education of Risk Professionals a dépassé les attentes initiales, surtout si l on considère que le calendrier d origine s étalait sur 18 mois. Avec les ressources supplémentaires du processus Nuclear Sector s Key Change Initiative, la promotion actuelle sera diplômée en neuf mois seulement. Début novembre 2007, 18 élèves avaient déjà suivi les deux premiers modules de formation. Un troisième atelier est prévu en décembre, et EPRI prévoit d'animer les trois derniers ateliers durant la première moitié de La promotion suivante de spécialistes du risque commencera les cours en septembre Pour plus de renseignements sur le programme Education of Risk Professionals, adressez-vous à Frank Rahn, au ou à Grandes lignes du programme Education of Risks Professionals Module Éléments enseignés 1 Concepts de base sur le risque et sur la PRA, développement d'une PRA simplifiée 2 Modélisation des systèmes, à l aide d'un logiciel de PRA 3 Initiation des événements, critères de succès, séquences d'accident 4 Analyse des données, analyse de fiabilité humaine 5 Quantification, logiciel de PRA, inondation interne 6 Analyse de fréquence LERF, interprétation des résultats de la PRA, applications de PRA Un forum sur la fiabilité des équipements japonais étend la portée internationale d EPRI. Pour tirer parti au maximum de la nature mondiale de l'énergie nucléaire, le plan d'action sur la fiabilité des équipements fait intervenir des exploitants internationaux à travers une série de forums techniques. L'intérêt de l appartenance à EPRI dépend d interactions fréquentes et concertées pour comprendre les produits et services disponibles, ainsi que pour influencer les activités de recherche et de développement dans le domaine. Ce modèle de participation a prouvé son efficacité, mais son exécution est considérablement plus difficile pour les membres non américains d'epri en raison de la barrière de la langue, du décalage horaire et de l'éloignement. Le plan d action sur la fiabilité des équipements tente de lutter contre certains de ces obstacles par la traduction des rapports, des visites aux membres plus fréquentes et l'implication active de ces derniers. Fin octobre, une équipe du programme de fiabilité des équipements (ER) d EPRI s'est rendue au Japon dans le but de faire avancer ces efforts. Durant la semaine de cette visite, Neil Wilmshurst, directeur de fiabilité des équipements, Alan Grunsky, directeur de l'initiative sur les turbines à vapeur nucléaires, Marty Bridges, directeur du centre des applications de maintenance nucléaire, et Ken Barry, directeur des transferts de technologies nucléaires, ont animé un forum de deux jours auquel ont assisté tous les producteurs d énergie nucléaire japonais. L équipe a ensuite participé à des ateliers sur la fiabilité des équipements avec les deux membres japonais permanents d EPRI, Tokyo Electric Power Company et Chubu Electric Power Company. Les objectifs de la réunion étaient : Faire mieux connaître le portefeuille des recherches ER Trouver des correspondances possibles entre les problèmes et priorités des exploitants japonais et les produits et capacités existants de l'équipe ER. Solliciter les avis sur le processus de recommandation concernant les besoins de développement de nouveaux produits. Faire participer les membres japonais à l'exécution des projets et faire ainsi bénéficier la communauté nucléaire mondiale de leur savoir-faire, de leurs connaissances et de leur expérience. Nuclear Executive Update: 4

5 Plusieurs lignes d action ont été tracées : Traduction complète d un petit nombre de documents existants, afin d'étendre la compréhension et l'application des produits d EPRI dans des domaines clés Une liste par ordre d'importance des rapports envisagés est en cours de rédaction. Rapprochement entre les experts techniques d'epri et les équipes japonaises pour traiter des problèmes spécifiques soulevés durant l'atelier Expansion des ateliers et des groupes d utilisateurs au Japon, dans le but de faciliter une plus grande collaboration entre les exploitants et EPRI Présentation de nouvelles idées de projets au sein du processus de recommandation ER d EPRI, sur la base de l expérience et du savoir-faire japonais. Ces mesures seront accompagnées d interactions régulières, afin de surveiller leur avancement et de renforcer les liens établis. Une série de réunions similaires est actuellement envisagée en Europe en Pour plus de détails sur les forums ER, veuillez vous adresser à Neil Wilmshurst au ou à KKM applique la méthode NMCA en ligne à la mitigation de la fissuration intergranulaire. La méthode NMCA (noble metal chemical addition) en ligne peut économiser 60 heures de chemin critique par rapport à la méthode NMCA classique. Grâce au financement et à l'assistance technique de General Electric et du programme Pièces internes et cuves BWR (BWRVIP) d EPRI, le producteur d'électricité suisse Kernkraftwerk Mühleberg (KKM) a lancé en 2005 un projet visant à démontrer l'intérêt commercial de la NMCA en ligne (OLNC). L OLNC est une version avancée de la technologie NMCA classique développée dans les années 90 par GE avec l aide d EPRI, afin de mitiger la fissuration intergranulaire (IGSCC en anglais). Les résultats des trois années d application de l OLNC chez KKM sont très encourageants et justifient une extension de son application. Des questions sur l efficacité de la NMCA classique ont été soulevées après que KKM ait utilisé cette technique contre l'igscc au sein de l'enveloppe du cœur du réacteur. Les inspections qui ont suivi ont révélé que les fissures continuaient de se propager à la même vitesse qu'avant l'injection de métaux précieux. GE a avancé que si une centrale arrêtait d injecter de l hydrogène après l ajout de métaux précieux, la propagation des fissures se poursuiverait à la fois en longueur et en profondeur, tout comme si aucune mitigation n'avait eu lieu. Par ailleurs, la reprise de l'injection d'hydrogène ne suffit pas à résoudre le problème, car les parties nouvelles des fissures ne sont pas recouvertes de métal précieux. On craint cependant que l ajout de métal précieux à ce stade ne nuise aux performances du combustible. Bien que ceci n ait pas été démontré, les chercheurs pensent que le processus risque de provoquer des dépôts de boues tenaces, et donc une accélération de la corrosion de l extérieur des barres de combustible. Au contraire de la NMCA classique, qui consiste à injecter de grandes quantités de platine et de rhodium tous les six ans avec un impact sur le chemin critique, l approche en ligne est d injecter de petits volumes de platine uniquement dans les boucles des conduites de l'eau d'alimentation, et cela, de façon routinière pendant le fonctionnement normal du réacteur. L OLNC offre ainsi la flexibilité d'un ajout de petites quantités de métal précieux après les périodes sans hydrogène, afin de recouvrir la surface des nouvelles fissures et de freiner leur propagation. La démonstration chez KKM a donné des résultats favorables. Les inspections des indications de l enveloppe du cœur ont montré que certaines fissures se propageaient plus lentement. La surveillance du combustible effectuée dans le cadre du programme de fiabilité du combustible d'epri a permis de conclure que les Nuclear Executive Update: 5

6 performances d'ensemble du combustible étaient excellentes et que l'olnc n'avait aucun effet négatif sur ce dernier. À la suite de cette initiative de KKM et devant la réussite de son application de l OLNC, deux centrales BWR américaines, la centrale de Constellation à Nile Mile Point et celle d Exelon à Peach Bottom, ont décidé d appliquer la technologie à leurs réacteurs. La NMCA en ligne offre plusieurs avantages dans la mitigation de l IGSCC, par rapport à la NMCA classique : Elle économise 60 heures de chemin critique : 12 heures d'arrêt de l'unité et 48 heures pour appliquer le métal précieux. Elle ralentit la propagation des fissures suivant l'arrêt de l'injection d'hydrogène. Elle permet d'effectuer l'injection de métal précieux avec plus de flexibilité et la rend plus efficace. Elle réduit la charge totale de métal précieux. Pour plus de détails sur la NMCA, contactez Randy Stark au ou à La NRC approuve l emploi de la méthodologie RI-ISI simplifiée d EPRI. Des pilotes récents de l approche RIS_B d EPRI (inspection en service de la sécurité sur la base de la connaissance des risques), montrent que les exploitants des centrales nucléaires peuvent réduire la fréquence d examen des conduites et ainsi diminuer les coûts d inspection. Les inquiétudes de l industrie au sujet de la fissuration potentielle des soudures de métaux dissimilaires ont conduit à souligner l importance de pratiques diligentes d inspection et d évaluation non destructive. À la suite d événements tels que les indications constatées dans les soudures de métaux dissimilaires de Duane Arnold (voir le bulletin de mars de Nuclear Executive Update), les exploitants prennent des mesures de prévention, afin d'éviter une aggravation du problème. Pour des raisons économiques et réglementaires, de plus en plus de centrales nucléaires déploient des programmes d'inspections en service sur la base de la connaissance des risques (RI-ISI en anglais). Le programme d évaluation non destructive d EPRI encourage depuis longtemps le développement et l utilisation des RI-ISI, et plus de 70 % des centrales nucléaires américaines appliquant ces programmes s appuient sur des produits EPRI à cet effet. EPRI a perfectionné sa méthodologie RI-ISI sous la forme d une version simplifiée baptisée RIS_B. Les avantages de cette nouvelle approche est une meilleure rentabilisation des coûts et le déploiement possible à l ensemble de la centrale (inspection générale). Pour vérifier la fonctionnalité et la fiabilité de la méthodologie RIS_B, EPRI a installé des opérations pilotes en 2006/2007 dans deux centrales utilisant actuellement les directives d inspection déterministes de la section XI du code ASME : la centrale Grand Gulf d Entergy Nuclear, un réacteur à eau bouillante, et la centrale DC Cook d American Electric Power, un réacteur à eau pressurisé de deux unités. En collaboration avec EPRI, ces entreprises ont soumis une demande de centrale pilote à la NRC, se sont réunies avec elle et ont répondu aux demandes de précisions (RAI). La NRC a approuvé la demande de Grand Gulf le 21 septembre 2007, et celle de DC Cook le 28 septembre. En appliquant la méthodologie RIS_B, Grand Gulf et DC Cook ont réduit le nombre d examens de conduite de classes 1 et 2 requis de 65 et 70 % respectivement, soit une diminution significative des coûts, de l'exposition des techniciens, et des déchets radioactifs, et cela pour toute la durée de service de la centrale. En outre, RIS_B permet de changer les zones d'inspection afin de réduire les doses, d'éviter les demandes de décompression souvent requises par les programmes d'inspection déterministes et de consolider les échafaudages. Les moyens requis pour maintenir le programme sont par ailleurs moins importants que dans les approches RI-ISI traditionnelles. Les deux sites sont désormais en mesure de se concentrer sur les zones de l'usine plus importantes d'un point de vue de la sécurité et de la fiabilité. Nuclear Executive Update: 6

7 Le soutien accordé à la méthodologie RIS_B d EPRI par Entergy et AEP a conduit à une utilisation plus uniforme de cette technologie. Avec la NRC, l ASME a admis RI-ISI parmi les approches de type «riskinformed» approuvées, et de nombreux membres d EPRI ont accueilli favorablement l idée de remplacer leurs programmes d inspection existants par RIS_B. Parmi eux, des centrales sans programme RI-ISI, mais aussi d autres ayant déjà un programme RI-ISI, souhaitant adopter une approche plus stable et mieux ciblée. Pour plus de renseignements, veuillez contacter Pat O Regan au ou à Comparaison coûts/bénéfice entre RIS_B et la RI-ISI traditionnelle Utilisation actuelle de la technologie RI- ISI Pas d application RI- ISI Avantages de la méthodologie RIS_B Coût Bénéfice Réduction significative des coûts d'inspection des conduites de classe 1 et 2, de l exposition des techniciens et des déchets radioactifs Classe 1 seulement Moins d inspections par rapport au programme de classe 1 existant ; déploiement à la classe 2 bien moins cher que si effectué selon la RI-ISI traditionnelle Classes 1 et 2 Moins d inspections par rapport au programme existant ; réduction des coûts à long terme Inspection générale, application traditionnelle de RI- ISI dans les programmes de classe 1/2/3. Moins d inspections par rapport au programme existant ; réduction des coûts à long terme Des guides de vieillissement des équipements pour faciliter la planification à long terme Des informations sur le vieillissement des composants permettent aux centrales nucléaires de décider si et quand remplacer des équipements onéreux tels que les transformateurs et les générateurs principaux. Au fur et à mesure qu une centrale vieillit, les composants clés des installations de production d énergie ont une plus grande probabilité de tomber en panne. Parallèlement, par le biais des renouvellements de licences, nombreux sont ces composants qui sont amenés à fonctionner au-delà de leur durée de service attendue au départ. Les équipes des sites ont besoin de bien comprendre le vieillissement des composants avant de prendre des décisions à long terme, souvent onéreuses, quant à leur remplacement. EPRI a lancé un programme de rédaction de guides à ce sujet, portant sur les équipements critiques de production d énergie tels que les transformateurs, les générateurs principaux, les grands moteurs électriques et les postes d interconnexion extérieurs. Chaque document se concentre sur les mécanismes de panne, dans des conditions normales de maintenance. Il examine les méthodes de surveillance, les indicateurs de vieillissement avancé spécifiques, les facteurs environnementaux et opérationnels d'accélération ou de mitigation du vieillissement, ainsi que les délais typiques d obtention des composants de rechange. Il traite également du seuil à partir duquel le vieillissement de l'équipement risque de provoquer une panne catastrophique, et des indicateurs associés. Chaque rapport décrit la logistique de remplacement et la durée typique de réparation selon différents scénarios. Un extrait résumé du guide sur les transformateurs est donné dans le tableau ci-dessous. Les autres composants du transformateur font l objet de la même analyse, chaque indicateur critique étant signalé tout comme la nécessité d intensifier la surveillance ou d effectuer une maintenance, un réusinage ou un remplacement. Nuclear Executive Update: 7

8 Des guides de vieillissement ont été réalisés pour les grands transformateurs et les générateurs principaux ; des guides sur les grands moteurs électriques et les postes d interconnexion sont en développement. D autres sujets envisagés sont les conduites et les câbles enfouis. Pour plus de détails, veuillez contacter Rick Easterling au ou à Composant Isolateurs solides Mécanisme de panne Défaut d'isolation Dégradation/influence Porcelaine fêlée ou ébréchée Maintenance périodique nécessaire Inspection et nettoyage des surfaces extérieures ; remplacement si l isolateur est ébréché ou fêlé Durée de vie attendue > 15 ans Délai avant panne Risque de panne peu après une contamination extérieure, notamment dans un environnement humide ; les problèmes internes peuvent empirer rapidement. Méthodes de diagnostic Inspection de l extérieur pour vérifier l absence de contamination ; tests de facteur de puissance Efficacité du diagnostic Techniques efficaces bien établies Facilité de réparation En cas de détérioration ou de panne, bonne probabilité de remplacement. Si une panne interne s'est produite, faible probabilité de réparation. Délai de réparation De plusieurs jours à une semaine Problèmes liés à la Néant réparation Délai de remplacement Néant Les directives EPRI de protection de la nappe phréatique réduisent le risque juridique des sites. Ces directives, publiées en décembre, examineront les éléments d'un programme efficace de gestion de la nappe phréatique. L application de programmes de surveillance de la nappe phréatique exigée des producteurs d électricité par l initiative récente du NSIAC (Nuclear Strategic Issues Advisory Committee) peut s avérer difficile et coûteuse. En suivant les directives EPRI de protection de la nappe phréatique qui seront publiées en décembre, les exploitants de centrale nucléaire peuvent déployer des programmes économiques et techniquement fiables, et donc rassurer le public et diminuer leur risque juridique. Les directives décrivent en détail les éléments d un programme de gestion de base de la nappe phréatique, tout en offrant une approche modulée en fonction des risques, notamment pour les sites nécessitant des investigations approfondies. Une équipe d'experts EPRI a développé les principes techniques à partir de documents EPRI existants, et un panel regroupant des ingénieurs de divers exploitants, le Nuclear Energy Institute, American Nuclear Insurers et des fournisseurs du nucléaire ont passé en revue les recommandations afin d en vérifier l applicabilité. Les directives comprennent des détails spécifiques sur l installation des puits de contrôle, la modélisation des sites et la gestion des données. Les conseils et le savoir-faire de Duke Energy, d Ontario Power Generation et de Progress Energy ont permis de rédiger des recommandations d évaluation des structures, des systèmes et des composants susceptibles de présenter des fuites. L indice de priorité résultant, présenté dans le tableau ci-dessous, permet aux exploitants de déployer un programme préventif à long terme plus efficace et plus rentable. Grâce à des calculs de risque de ce type, les producteurs d'électricité sont en mesure de se concentrer sur la mitigation de pannes dont les conséquences seraient indésirables, telles qu une contamination vers l extérieur du site. Nuclear Executive Update: 8

9 Effet potentiel Facteurs d évaluation des conséquences d une panne d une panne Inventaire Danger Mobilité Détection après fuite Indice de priorité Fuite vers le sol Fuite dans le sol Bas niveau, pénétration dans le sol L application des directives EPRI de protection de la nappe phréatique nécessitera certes un investissement significatif de la part des exploitants, mais il sera d un montant bien inférieur aux économies induites. Selon le comité de producteurs d électricité qui a conseillé EPRI dans ce projet, des investissements de 0,5 à 1,3 million de dollars par site seront requis, ainsi que des dépenses d exploitation associées de à dollars par an. En revanche, le coût prévu des mesures de réhabilitation demandées aux sites sans programme de protection est de 30 à 75 millions de dollars. Des travaux techniques supplémentaires sont en cours pour réduire encore davantage le risque juridique en développant des logiciels et des outils de réhabilitation en coopération avec le secteur environnement d EPRI, ainsi qu'avec les programmes Matériaux et Évaluation non destructive de son secteur nucléaire. Une équipe d assistance en site d EPRI aide actuellement plusieurs exploitants membres à appliquer les directives, dans le cadre d un contrat supplémentaire. Pour plus de renseignements, veuillez contacter Sean Bushart au ou à Together...Shaping the Future of Electricity EPRI 3420 HILLVIEW AVENUE PALO ALTO, CA ÉTATS-UNIS Electric Power Research Institute, Inc Tous droits réservés Nuclear Executive Update: 9

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Objet L objectif général consiste à évaluer les répercussions

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE

REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE REFERENTIEL RESPONSABLE QUALITE Référentiel métier RESPONSABLE QUALITE 1. Intitulé métier & autres appellations Responsable Qualité 2. Définition et description synthétique du métier Responsable décrit

Plus en détail

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 58 e réunion Distr. : Restreinte 27 août 2013 Français Original : anglais et français Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant,

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORVALYS - RCS TOULOUSE 510 274 137 - APE 7490 B - N organisme de formation : 73 31 05415 31-20 impasse Camille Langlade

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014 CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs Septembre 2014 0 Les élèves du secondaire qui ont répondu aux exigences pour l obtention de crédits de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a mis en place un

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 10 juin 2014 Réf. : CODEP-DCN-2014-019914 Monsieur le Directeur du Centre national d équipement nucléaire EDF/CNEN 97 avenue Pierre

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE. Pièces, déplacements et maind'œuvre

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE. Pièces, déplacements et maind'œuvre - 1 - Contrat de service Advantage Ultra pour EV Chargeur Descriptif EV Chargeur Contrat de service Advantage Ultra Service de maintenance Service 1.0 Synthèse Table des matières 1.0 Synthèse 2.0 Caractéristiques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE - 1 - Advantage Ultra pour batteries Descriptif Contrat de service Advantage Ultra pour les batteries Service de maintenance Service 1.0 Synthèse Table des matières 1.0 Synthèse 2.0 Caractéristiques et

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES TERMES DES REFERENCES Pour Le développement des Normes Minimales de Performance Energétique pour les Climatiseurs et Réfrigérateurs dans la Région CEDEAO

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Foire aux questions Carte de pointage de 2014 des distributeurs d'électricité de l'ontario

Foire aux questions Carte de pointage de 2014 des distributeurs d'électricité de l'ontario Foire aux questions Carte de pointage de 2014 des distributeurs d'électricité de l'ontario PARTIE I INFORMATION GÉNÉRALE En quoi consiste la carte de pointage des distributeurs d'électricité? La carte

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Séminaire de restitution des conférences CCS 2010

Séminaire de restitution des conférences CCS 2010 Séminaire de restitution des conférences CCS 2010 IEAGHG Social Research Network: Le 2 ème séminaire du SRN s est tenu à Yokohama, au Japon, 17 et 18 novembre 2010. -En bref- Par Gilles Mardon, CIRED Chaire

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

A votre disposition. 24 h/24. Le support technique KUKA.

A votre disposition. 24 h/24. Le support technique KUKA. A votre disposition. 24 h/24. Le support technique KUKA. Le support technique KUKA. Une disponibilite totale, quand vous voulez, où vous voulez. La disponibilité continue de vos installations ne laisse

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Catalogue Formation Facilitation

Catalogue Formation Facilitation Catalogue Formation Facilitation CLT Services est un organisme de formation agréé pour dispenser des formations professionnelles continues dans le cadre du 1%. Des formations immédiatement opérationnelles

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 30 Juillet 2015 N/Réf. : CODEP-NAN-2015-030050 GIP ARRONAX 1, rue Aronnax CS 10112 44817 SAINT HERBLAIN CEDEX Objet : Contrôle des transports de substances

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique)

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique) REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE MONASTIR PAQ-CG «Allocations pour améliorer la Capacité de Gestion de l Université de Monastir»

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen A, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques

Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques Master professionnel d IUP Spécialité Secteurs de Santé : Management qualité, risques et sécurité Management Intégré Qualité Maîtrise des Flux logistiques OBJECTIFS Ce master professionnalisant forme des

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Devenir un expert du Lean durable

Devenir un expert du Lean durable Devenir un expert du Lean durable 21 jours (7 x 3 jours) 9650 HT Piloter une démarche Lean durable en maîtrisant les outils du Lean et en intégrant les aspects culturels et de conditions de travail. Maîtrisez

Plus en détail