Laboratoire d Etude de la Matière Extraterrestre (LEME)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire d Etude de la Matière Extraterrestre (LEME)"

Transcription

1 Rapport d activité de la Collection nationale de Météorites au Muséum National d Histoire Naturelle proposé dans le cadre du plan quadriennal par le Laboratoire d Etude de la Matière Extraterrestre (LEME) USM MNHN 205 UMS CNRS 2679

2

3 Introduction : présentation de la collection I. Présentation des personnels travaillant sur la collection et les tâches associées II. Activité II.1 Un outil de recherche national et international ALLOCATION ET PREPARATION D ECHANTILLONS POUR LA RECHERCHE PRET DE PREPARATIONS ET ACCUEIL DE CHERCHEURS II.2 Accroissement de la collection et nouvelles préparations NOUVELLES METEORITES REALISATION DE NOUVELLES PREPARATIONS II.3 Enseignement autour de la collection de météorites II.4 Diffusion des connaissances PRETS POUR EXPOSITIONS MANIFESTATIONS DESTINEES AU PUBLIC : PRETS DE DOCUMENTS PHOTOGRAPHIQUES : SITE WEB II.5 Expertise CLASSIFICATION DE NOUVELLES METEORITES ACCUEIL DU PUBLIC III. Bilan : rayonnement extérieur IV. Prospective : projets de valorisation et de réinstallation IV.1 Projets de valorisation: VALORISATION SCIENTIFIQUE ACCROISSEMENT DE LA COLLECTION VI.2 Un «grand projet» de réinstallation LA NECESSITE D UNE REINSTALLATION UNE SOLUTION SIMPLE ET RATIONNELLE CAHIER DES CHARGES V. Annexes V.1 Tableaux V.2 Expertise d objets extraterrestres pour le «Grand Public» 3

4 4

5 Introduction : présentation de la collection La collection nationale de météorites comprend 3500 échantillons correspondant à 1400 chutes différentes. Il s agit d une collection dont la constitution a commencé il y a plus de 200 ans et qui comprend donc les masses principales ou des fractions importantes d un grand nombre de chutes observées dont la valeur scientifique est sans équivalent 1. Après celles de Londres (620 chutes observées) et de Washington (530), elle occupe le troisième rang au monde (500). Le petit nombre de météorites connues, leur intérêt scientifique et la valeur marchande acquise au cours des 20 dernières années par une fraction d entre elles confère à la collection de météorites un caractère unique lorsqu on la compare aux autres collections conservées au Muséum. Il s agit, en effet, à la fois d une collection patrimoniale utilisée pour la diffusion des connaissances et de l irremplaçable support des recherches de toute une communauté scientifique nationale et internationale, ce qui implique le prélèvement et la destruction de fragments d échantillons. Les météorites sont des témoins exceptionnels de l'état isotopique, chimique et minéralogique des premiers planétoïdes du système solaire entre 4,56 et 4,49 milliards d'années. Elles sont au centre du développement de disciplines nouvelles telles que la Planétologie comparée et la Cosmochimie. Une collection nationale bien gérée et réactive est essentielle au fonctionnement des communautés scientifiques travaillant dans ces disciplines qu elle nourrit des échantillons indispensables à leur recherche. La communauté française est la première bénéficiaire des échantillons de la collection (environ ¾ des demandes honorées) laquelle, avec la NanoSims 50 (la dernière génération de sonde ionique), constitue l une des deux charges de service à vocation nationale et internationale du LEME. Le présent rapport présente l activité des chercheurs et des ingénieurs du LEME autour de la collection nationale de météorites, activité qui a pour but de valoriser cette collection par la recherche fondamentale, par l enseignement et par sa présentation au public ainsi que de l augmenter et de la préserver pour les générations futures. Ce rapport présente, enfin, les mesures à prendre pour maintenir notre politique d Aide à la Recherche à son plus haut niveau. 1 Nombre de collections récentes constituées à partir d objets de désert et/ou d échantillons de très petite taille peuvent apparaître comme plus importantes en terme de nombre de météorites (chutes+trouvailles) représentées. Leur intérêt scientifique est néanmoins sans commune mesure avec celui de la collection du MNHN qui comprend des échantillons représentatifs de plus de 500 des ~1200 chutes observées connues. 5

6 Figure 1 : Le Muséum conserve la masse principale de la météorite d Orgueil dont une pierre entière de 22g est représentée ici. Cette météorite est la plus grosse des chondrites carbonées de type CI, dont il n existe que 5 représentants. Ces objets sont les seuls à avoir préservé la composition chimique du système solaire au moment de sa formation et pourraient provenir du noyau d une ancienne comète formée très loin du soleil. I. Présentation des personnels travaillant sur la collection et les tâches associées Mis à part les chercheurs de l USM 201 participant au Comité de Gestion de la Collection, l ensemble du personnel travaillant autour de la collection de météorites appartient à l USM 205 et au LEME. Note : Le LEME et l UMS NanoAnalyse (UMS 2679 du CNRS) sont deux dénominations administratives qui recouvrent (presque) exactement la même unité quant à son Directeur, ses chercheurs, ses locaux, ses crédits, ses instruments. Répartition des fonctions Maîtres de Conférence et CR-CNRS : 3 personnes Ingénieurs d étude : 2 personnes Attachés Honoraires Muséum : 2 personnes 6

7 Organigramme succinct Catherine Caillet (MdC Muséum) Michèle Denise (IE-CNRS) Christine Fiéni (IE-CNRS) Marianne Ghelis (Attaché Honoraire Muséum) Matthieu Gounelle (MdC Muséum) Jean-Claude Lorin (Attaché Honoraire Muséum) Brigitte Zanda (MdC Muséum) Tâches collectives Expertise Grand Public Classifications et Expertise Gestion Photothèque- Gestion Collection Gestion Collection Chargé de Collection Expertise Grand Public Chargée de Collection Présentation du personnel et répartition des tâches La gestion de la collection de météorites a été assurée ces quatre dernières années par Brigitte Zanda (MdC MNHN). Cette gestion est trop lourde pour un seul chercheur et Brigitte Zanda y consacre certains mois, 100% de son temps. Cette tâche de service devrait s alléger à partir de 2007 car Matthieu Gounelle (MdC MNHN) sera nommé «Chargé de collection», co-responsable avec Brigitte Zanda. Brigitte Zanda est aidée par Christine Fiéni (IE CNRS) et M. Ghelis (Attaché Honoraire MNHN) pour le classement des échantillons, classement qu il faut assurer en continu et à plein temps car nous gérons plus de 170 dons et prêts d échantillons par an! D autres chercheurs/ingénieurs participent à la gestion de la collection : les décisions concernant l altération ou le prêt d échantillons d une importante valeur patrimoniale sont toujours prises de manière collégiale. Le chargé de conservation (B. Zanda pour ; B. Zanda & M. Gounelle à partir de 2007) est assisté d un comité comportant l ensemble des membres du LEME ainsi que des membres de l USM 201 concernés par ces objets (V. Sautter, J.-C. Parodi). Ce comité se réunit lorsque le nombre de demandes est suffisant (ou lorsque l une d entre elles est urgente) et statue sur les activités de la collection qui participent de chacune des grandes missions du Muséum. Michèle Denise (IE CNRS) identifie et classifie (à l aide d analyses chimiques effectuées à la microsonde électronique) les échantillons découverts par des marchands ou des collectionneurs. Une collection de préparations (sections polies) de météorites emblématiques a été réalisée par Michèle Denise et Brigitte Zanda, spécifiquement préparée pour les analyses à la NanoSims. Catherine Caillet (MdC MNHN) et Jean-Claude Lorin (Attaché Honoraire) accueillent les chercheurs de trésors et un grand public gourmand d identification de pierres ramassées au hasard des promenades (cf. Annexes). Toute cette activité autour de la collection prend beaucoup (trop!) de temps ; elle est souvent méconnue par les procédures d évaluation. Elle reste néanmoins une des missions incontournable de notre Etablissement. 7

8 Dotation Le Muséum prend, en principe, en charge les dépenses afférentes à la gestion de la collection de météorites et l achat de petit équipements (balance) et matériel de prélèvement a été possible au cours des dernières années. Cependant, pour des raisons historiques, la dotation du laboratoire a toujours contribué de façon significative aux dépenses de gestion (temps machine pour les classifications, matériel de prélèvement et de conditionnement, frais d expédition, ordinateur...). Cette situation devra évoluer dans les années à venir, car elle crée une tendance au désengagement réciproque des deux tutelles (CNRS et MNHN), notamment en matière de personnel et de dépenses pour la classification de nouveaux échantillons. II. Activité Nature des prêts (527) : Pierres ou fragments Lames minces Sections polies Utilisation des prêts (527) : Pédagogique (TP) Exposition Recherche Autres: Figure 2 : La collection de météorites du Muséum effectue chaque année environ 130 prêts d échantillons et de préparations destinés à la recherche, à des expositions et comme support pour des enseignements. Figure 2 haut : on distingue du plus au moins fréquent : (i) les pierres ou fragments (ii) les lames minces (iii) les sections polies. Figure 2 bas : on distingue du plus au moins fréquent, les dons (i) pour la Recherche (ii) pour des activités pédagogiques (iii) pour des expositions. 8

9 II.1 Un outil de recherche national et international ALLOCATION ET PREPARATION D ECHANTILLONS POUR LA RECHERCHE En raison de la rareté des météorites, la communauté nationale et internationale qui les étudie ne peut travailler que grâce au soutien des principaux musées conservant des collections. La tradition veut que, pour les études «destructives», un échantillon soit demandé de préférence au musée qui possède la masse principale d une météorite donnée, sauf si la masse demandée est faible (auquel cas la collection «locale» est souvent sollicitée). Répartition géographique des dons pour recherche (153) : France Europe Etats-Unis Figure 3 : Destination géographique des 153 échantillons alloués pour des analyses destructives. Des échantillons de la collection du MNHN ont été alloués à des chercheurs travaillant en Europe et aux Etats-Unis, mais ils ont avant tout servi à soutenir une communauté nationale très active et comprenant de nombreux étudiants. Nous recevons ainsi des demandes émanant de France, d Europe, des Etats-Unis et occasionnellement du Japon. Sur les 4 dernières années, nous avons alloué 153 échantillons pour des études destructives et prêté 128 échantillons ou préparations. Ce travail, qui comprend les interactions avec les demandeurs, l étude scientifique des dossiers et aussi les prélèvements, a été effectué par B. Zanda. Par ailleurs, M. Denise (IE CNRS) et B. Zanda ont travaillé à mettre au point des méthodes de «séparation» sur les échantillons permettant de ne donner aux demandeurs que les phases ou les composants par lesquels ils sont réellement intéressés et de conserver ainsi le matériel résiduel pour les mettre à la disposition d autres équipes. C est ainsi que des fragments de chondres de la CR2 Renazzo extraits d un échantillon demandé pour l étude de la matrice ont pu être fournis à deux autres groupes. 9

10 Dons pour recherche (153) : CC & CE: CO prim CO Ach. Prim DIF hors SNC SNC Prêts de préparations pour recherche (219) : CC & CE: CO prim CO Ach. Prim DIF hors SNC SNC Figure 4 : Répartition par groupes des météorites allouées pour des analyses destructives et des préparations prêtées pour la recherche. Les différences s expliquent probablement avant tout par la rareté et la préciosité des objets : nombre d analyses destructives demandant beaucoup de matériel (séparations minérales notamment) ne peuvent être envisagées sur les météorites SNC (d origine martienne probable) sur lesquelles les chercheurs travaillent le plus souvent à partir de sections polies. Les chondrites carbonées et primitives sont également précieuses. Les chondrites ordinaires, en revanche, font souvent l objet d analyses destructives. Signification des acronymes : (i) CC et CE : Chondrites Carbonées (CI, CV, CM) et Chondrites à Enstatite (analogues terrestres?); (ii) CO prim : Chondrites primitives de type CO; (iii) CO: Chondrites de type CO; (iv) Ach. Prim. : Achondrites primitives (laves); (v) : DIF hors SNC: météorites différenciés (magmatiques) sauf les météorites martiennes; (vi) météorites d origine martienne. PRET DE PREPARATIONS ET ACCUEIL DE CHERCHEURS En moyenne, nous prêtons chaque année 70 échantillons ou préparations pour la recherche (Figures 2 et 4) et nous recevons quelques visiteurs, pour des études ponctuelles mais parfois aussi pour des campagnes de mesures (notamment mesures magnétiques effectuées par les membres de l équipe du CEREGE). 10

11 Figure 5 : Tombée en 1815, la météorite de Chassigny est l une des plus précieuses conservée au Muséum. D origine martienne probable, elle est l unique chute observée de son groupe qui ne comprend qu un autre objet, trouvé récemment dans un désert. Depuis janvier 2003, les météorites SNC ont fait l objet de 17 prêts pour recherche et de 5 allocations pour des analyses destructives. II.2 Accroissement de la collection et nouvelles préparations NOUVELLES METEORITES En , des échantillons de 252 nouvelles météorites ont été intégrés à la collection. La grande majorité d entre eux ont été obtenus grâce à l activité d expertise (voir section V) exercée par M. Denise (208) ou par des membres de la communauté nationale qui déposent leurs échantillons types au MNHN (B. Devouard, UBP-Clermont : 24 ; E. Dransart, EMTT : 11). 5 échantillons ont été donnés par les découvreurs ou des scientifiques impliqués dans la découverte et 6 ont été acquis par le MNHN sur le budget des collections (dont 2 suite à l activité de classification exercée par M. Denise). La liste des 43 météorites nouvellement acquises est donnée en annexe (Tableau A1). 11

12 Figure 6 : Deux météorites acquises par le Muséum national d Histoire naturelle. (1) Alby sur Chéran, masse principale (240 g) d une eucrite tombée en France en 2002 ; (2) Fragment (38 g) de la météorite de Villalbeto de la Peña, chondrite ordinaire tombée en Espagne en Ce fragment contient une inclusion extraordinaire de composition feldspathique et dont l étude est actuellement en cours. Figure 7 : Deux échantillons types déposés au Muséum par B. Devouard (acquis par classification). Il s agit de deux chondrites carbonées : (1) Acfer 328 (18 g), chondrite CV3 trouvée en Ce fragment contient une magnifique inclusion réfractaire (inclusion blanche en haut à gauche) ; (2) Tanezrouft 057 (28 g), chondrite CK4 trouvée en Outre de nombreuses inclusions réfractaires de taille millimétrique, ce fragment contient deux grosses inclusions noires chondritiques dont l origine reste mal comprise. REALISATION DE NOUVELLES PREPARATIONS En quatre ans, notre «bibliothèque» de préparations mises à la disposition de la communauté scientifique et utilisables pour les enseignements (sections polies et lames minces) s est enri- 12

13 chie d une soixantaine de nouvelles préparations confectionnées (par M. Denise et B. Zanda) avec une araldite particulière (ne dégazant pas sous un vide poussé) et pouvant ainsi être analysées avec la NanoSims. A ces préparations il faut rajouter de nouvelles lames minces (une dizaine + une dizaine en cours de réalisation) et l ensemble des sections polies réalisées pour les classifications (cf. section II.3.6), soit plus de deux-cent sections polies supplémentaires. 1 Colony CO3 2 Kainsaz CO3 3 Renazzo CR2 4 Renazzo CR2 5 Allende CV3 6 Allende CV3 7 Efremovka CV3 8 Efremovka CV3 9 Efremovka CV3 10 Efremovka CV3 11 Efremovka CV3 12 Kaba CV3 13 Kaba CV3 14 Kaba CV3 15 Léoville CV3 16 Vigarano CV3 17 Vigarano CV3 18 Vigarano CV3 19 Vigarano CV3 20 Loongana 001 C4-an 21 Isheyevo CH-BEN 22 Isheyevo CH-BEN 23 Isheyevo CH-BEN 24 Isheyevo CH-BEN 25 Isheyevo CH-BEN 26 Forest City H5 27 St Ouen en Champagne H5/6 28 Borkut L5 29 Villalbeto L6 30 Villalbeto L6 31 Bishunpur LL3 32 Chainpur LL3 33 Chainpur LL3 34 Krymka LL3 35 Semarkona LL3 36 Semarkona LL3 37 Borgo San Donino LL6 38 Sahara97096 EH3 39 Sahara97158 EH3 40 GalimB EH3/4 41 Abee EH4 42 Indarch EH4 43 St Sauveur EH5 44 Itqiy EH7-AN 45 Zaklodzie EN-AN 46 Zaklodzie EN-AN 47 Zaklodzie EN-AN 48 Aubres AAUB 49 Aubres AAUB 50 Acapulco ACAP 51 Acapulco ACAP 52 Dhofar1222 ACAP 53 Monument Draw ACAP 54 Monument Draw ACAP 55 Lodran ALOD 56 Lodran ALOD 57 Ibitira AEUC 58 Ibitira AEUC 59 Serra de Mage AEUC 60 Serra de Mage AEUC Liste des préparations réalisées depuis janvier 2005 avec la résine spéciale NanoSims. II.3 Enseignement autour de la collection de météorites Chaque année, des membres du LEME (C. Caillet, M. Denise, M. Gounelle, C. Perron, B. Zanda) organisent ou participent à des enseignements à tous les niveaux pour lesquels ils font largement appel aux ressources de la collection en montrant ou en faisant manipuler à leurs étudiants des échantillons et des préparations d échantillons : scolaires (CM2, stages 3ème et stages 2nde), licence, master 1 & 2 (Meudon, Paris, Grenoble), CAPES, Agrégation, journées de planétologie du système solaire... Certains échantillons ou préparations sont parfois aussi empruntés par nos collègues de province à des fins didactiques. 13

14 Prêts de préparations pour enseignement (101) : CC & CE: CO prim CO Ach. Prim DIF hors SNC SNC Figure 8 : Répartition par groupes des 101 préparations de météorites prêtées à des fins d enseignement. Les météorites les moins courantes (achondrites primitives) ou les plus précieuses (SNC) ne sont généralement pas prêtées dans ce cadre. ACCUEIL D ETUDIANTS Nous accueillons régulièrement des étudiants démarrant leur thèse sur les météorites pour des «mini-stages» (parfois répétés), pouvant aller de quelques heures à quelques jours. Ces stages ont pour but de faire découvrir à ces étudiants la pétrographie des météorites et, le cas échéant, de les aider à sélectionner et parfois à préparer leurs échantillons. Agathe Boronkay (UJF-Grenoble), Pierre Beck (ENS-Lyon), Audrey Bouvier (ENS-Lyon), Lydie Bonal (UJF- Grenoble), A. Seddiki (UJM-Saint-Etienne), H. Chennaoui (UPMC-Paris), M. Messaoudi (UBP-Clermont), Corentin le Guillou (ENS-Paris), Stéphanie Devineau (ENS-Lyon), Clément Marcaillou (UJF-Grenoble), Christophe Robin (UJF-Grenoble) (liste non exhaustive). II.4 Diffusion des connaissances PRETS POUR EXPOSITIONS Certains de nos échantillons sont en prêt permanent dans leurs lieux de chute (L Aigle en Normandie) ou dans des musées tel que celui de Vulcania (Tamentit). Par ailleurs nous prêtons chaque année des échantillons pour des expositions temporaires à Paris ou en Province. De 2003 au début 2007, nous avons ainsi prêté 102 échantillons (cf figure 1). MANIFESTATIONS DESTINEES AU PUBLIC : Lors des «Fête de la Science» 2004 et 2006, des échantillons de la collection de météorites ont servi de support à des présentations, cours et ateliers destinés au grand public. Des échantillons ont également été présentés lors des «Journées du Patrimoine» 2004 et lors du «Salon de la Recherche»

15 PRETS DE DOCUMENTS PHOTOGRAPHIQUES : La collection de documents photographiques concernant les météorites est développée et gérée par C. Fiéni. Depuis le 1er janvier 2003, elle a prêté 182 diapositives ou photos numérisées faites par ses soins pour l édition d ouvrages, de bases de données ou le montage d exposition ou film.: 28/01/2003 King Production Film intitulé «L astronaute et le marabout 5 ektas 14/04/2003 Belin Editions Guide de l Astronomie en France 1 num 19/05/2003 New Scientist Thèse de Frank Shu 6 num 18/06/2003 EDP Sciences «Sur Mars : guide du voyageur» 3 num 07/07/2003 Excelsior Publications Science et Vie Junior «Figés pour l éternité» 1 dia 23/09/2003 Minéraux et Fossiles «Météorites en France» 17 num 30/09/2003 Cité des Sciences et de l Industrie «Le Soleil» 5 num 01/06/2004 University Press Worlds in fire 1 num 15/06/2004 M. Thomas Conférence à Ensisheim 4 dia 28/01/2005 Hermann Editions «Les météorites françaises» 15 num 09/03/2005 Dorling Kindersley «Universe» 1 num 21/06/2005 M. Koblitz Base de données «Met Base» 70 num 16/09/2005 Editions Grand Duc livre scolaire 1 num 11/10/2005 National Geographic Edition italienne de «Mars» 1 num 01/12/2005 Ciel et Espace «Atlas» en fiches 3 num 02/01/2006 Le Point article 6 num 24/01/2006 M. Koblitz Base de données «Met Base» 38 num 01/11/2006 M. Grossman article 4 num Liste des 182 documents photographiques prêtés sur SITE WEB Le site web de la collection a été étoffé avec l aide de M. Serrano (AI informaticien travaillant deux jours/semaine pour la valorisation des collections sur le site du Département Histoire de la Terre). Des fiches techniques sur certaines météorites ou préparations clé, réalisées par M. Denise, ont été mises en ligne, ainsi que les photos de météorites françaises réalisées par C. Fiéni. Les fiches pétrographiques de certaines météorites ont été placées sur le site du Département Histoire de la Terre du Muséum. Le but à terme est d illustrer entièrement le tableau de classification des météorites et de montrer ces dernières par les moyens les plus appropriés pour chacune d elles : Les textures seront observées le plus souvent par microscopie optique en lumière transmise analysée et polarisée puis en lumière réfléchie, l addition de ces deux types de vision permettant de voir la gamme complète des minéraux constitutifs. Des images réalisées au microscope électronique à balayage permettront de mieux comprendre la grande hétérogénéité chimique de certains objets dits «primitifs» ou tout simple- 15

16 ment bréchiques et de mettre en évidence les textures particulières du métal des fers météoritiques par exemple. A ce jour, 18 fiches pétrographiques ont été réalisées et sont disponibles en ligne à l adresse II.5 Expertise Figure 9: Arlit, (H5, 19g) classifiée par M. Denise et déposée au Muséum par le découvreur. CLASSIFICATION DE NOUVELLES METEORITES En raison de la rareté des météorites et de leur intérêt scientifique, le Comité de Nomenclature de la Meteoritical Society (NomCom) tente de répertorier toute nouvelle découverte. La déclaration au NomCom (garant pour les chercheurs de météorites de l authenticité et de la valeur de l objet) doit être accompagnée d une classification et implique le dépôt dans une institution scientifique d un échantillon type d au minimum 20g (ou 20% de l objet si sa masse est < 100g). Ce dépôt, justifié par le besoin de pouvoir revenir ultérieurement sur la classification d un objet, est un moyen de faire entrer dans les collections et de mettre à la disposition des scientifiques au moins un échantillon de chaque nouvelle trouvaille. Entre 2003 et 2006, par son travail de classification, M. Denise a fait entrer en collection les échan- 16

17 tillons types de 208 nouvelles météorites (voir en annexe tableau A2). Parmi ces météorites, 90 rentrent dans des groupes revêtant un intérêt scientifique élevé : Tableau récapitulatif des objets possédant un intérêt scientifique élevé En collection avant 2003 En collection en 2006 classif depuis 2003 (210 météorites) chondrites carbonées c2-c3-c CHBEN CK CM CO CR CV chondrites à enstatite EH+EL chondrites type Rumuruti R chondrites ordinaires de type3 H L LL achondrites acapulcoite diogénite eucrite howardite lodranite ureilite winonaite mesosiderite SNC Soit primitives ou différenciées (toutes classes) Total : 90 + Chondrites ordinaires (toutes classes) Répartition par groupe des 208 échantillons classifiés : 90 d entre eux présentent un intérêt scientifique élevé et ont augmenté de manière significative le nombre de météorites de ce groupe présentes dans la collection. Parmi les neuf chondrites carbonées on note la classification de 5 nouvelles CK de tous types pétrologiques (météorites ayant subi une forte altération aqueuse sur leur corps parent et apparentées aux CV). Parmi les chondrites ordinaires nous avons très largement enrichi notre collection en types 3 qui sont les échantillons les moins métamorphisés, et le nombre de rumurutites en collection est passé de 3 à 7. Dans le domaine des achondrites la collection du Muséum est passée de 9 à 17 ureilites (échantillons riches en carbone dont l histoire est encore très mal comprise), deux sont en cours de classification et contiennent une quantité anormalement élevée de diamants (collaboration 17

18 avec Albert Jambon Université P. et M. Curie Paris) ; les analyses isotopiques de l oxygène confirment que ces deux objets sont des ureilites, cependant l une et l autre contiennent des chondres qui ne sont pas attendus dans des ureilites. Un travail de recherche plus poussé est en cours actuellement qui permettra de faire un pas de plus dans la compréhension de ces objets. La collection est passée de 30 à 44 eucrites de textures très variables (dont Alby sur Chéran, 1 chute française observée en 2002 dont le Muséum a ensuite pu acquérir la masse principale). Une grande majorité des 118 chondrites ordinaires restantes (de types 4, 5 et 6) ont été classifiées avec la collaboration de Pierre Rochette (CEREGE-Aix en Provence) dans le cadre de la mise au point de sa méthode de détermination des échantillons sur la base de leurs propriétés magnétiques. Figure 10 : Tanezrouft 082. Echantillon de 28 g d une chondrite CM2 très fraîche trouvée en Cet échantillon type a été obtenu grâce à une classification effectuée par M. Denise. ACCUEIL DU PUBLIC Nous recevons en moyenne, chaque année, environ 300 demandes d expertise émanant du grand public pour des objets qui ne sont généralement pas des météorites. Ces demandes arri- 18

19 vent par téléphone, par courrier électronique et par lettre ainsi que lors de visites, le plus souvent sans rendez-vous. L essentiel de ces demandes est traité par J.-C. Lorin (attaché honoraire au Muséum), ainsi que par C. Caillet. (voir annexe section V.2). III Bilan : rayonnement extérieur La collection de météorites est gérée par deux chargés de conservation appartenant au LEME. Les décisions sont prises de manière collégiale par un comité comprenant une majorité de membres du LEME mais ouvert sur les autres unités du Muséum (USM201) et sur les instances (participation du Chargé d ensemble «Géologie», information du Directeur des Collection et du Directeur du Département). Ceci assure que le fonctionnement est conforme aux règles en vigueur au sein du Muséum. Il est difficile de dresser un bilan du rayonnement de la collection car nous ne sommes pas toujours tenus informés du succès des manifestations ou travaux de recherche s appuyant sur les échantillons de la collection. On peut cependant noter qu au cours des 4 dernières années : - 10 thèses ont été soutenues en France sur des travaux centrés sur l utilisation d échantillons de la collection : Jérôme Aléon (CRPG - Nancy), Pierre Beck (LST-ENS Lyon), Lydie Bonal (LPG Grenoble), Audrey Bouvier (LST-ENS Lyon), Frédéric Moynier (LST-ENS Lyon), Laurent Rémusat (CRPG Nancy), Alice Toppani (MNHN Paris), Elodie Tronche ( MNHN Paris), Pierre Vernazza (OBSPM Meudon) et plusieurs autres sont en cours. Ces thèses ont donné lieu à une vingtaine de publications. - Outre les cours publics et enseignements dispensés au Muséum dans lesquels les échantillons de la collection ont été présentés, ils ont été utilisés pour dans une dizaine de TP, cours ou séries de cours extra-muros et ils ont été présentés dans 11 expositions temporaires. - Plus de 200 documents photographiques ont été prêtés pour des ouvrages ou autres publications (voir section II.3.5) mais aussi pour des conférences données par des membres de la communauté (et non référencées ci-dessus). - Bien que nous soyons réticents pour faire visiter la collection au public compte-tenu de ses conditions de conservation, nous avons reçu nombre de journalistes pour des visites guidées, photos et reportages télévisés. - Michèle Denise a établi des liens privilégiés avec les principaux chercheurs de météorites français qui viennent régulièrement lui soumettre leurs trouvailles. - Nous avons reçu des centaines de visiteurs pour l identification de pierres qui ne sont généralement pas des météorites (cf détail annexe V.2) 19

20 IV Prospective : projets de valorisation et de réinstallation Une politique de revalorisation des collections du Muséum est désormais affichée comme l une des priorités de notre établissement. Dans le prochain contrat, nous souhaitons mener cette politique nouvelle, volontaire, pour redonner à la collection de météorites la place qu elle aurait toujours dû occuper. Il faudrait que nos tutelles soutiennent ce projet avec détermination car il n est plus possible d accueillir des scientifiques du monde entier, venant travailler sur la NanoSims dans des conditions technologiques irréprochables, et dans le même temps afficher la vétusté des conditions de conservation d une des plus belles collections d objets extraterrestres du monde. Il nous faut à la fois : développer la valoriser scientifique de cette collection avec des projets ambitieux et novateurs réinstaller le stockage des échantillons dans un local dédié, présentant des garanties de conservation à la hauteur des meilleurs standards internationaux afin de la faire visiter sans honte, aux visiteurs étrangers qui viennent travailler sur la NanoSims. Nous discutons ci-dessous ces deux points en proposant une solution concrète pour la collection. IV.1 Projets de valorisation: VALORISATION SCIENTIFIQUE: (a) Préparations Nous disposons à l heure actuelle d une importante collection de préparations de météorites (lames minces et sections polies), que nous mettons à la disposition des utilisateurs (187 prêts de préparations entre 2003 et 2006). La plupart de ces préparations ne sont malheureusement pas utilisables sur la Nanosims. Michèle Denise et Brigitte Zanda ont donc entrepris la réalisation d une nouvelle collection de sections polies des échantillons les plus importants de la collection (56 préparations réalisées entre 2005 et 2006, autant en projet pour les années à venir, plus éventuellement selon les demandes). Les sections les plus souvent empruntées seront cartographiées en électrons retro-diffusés et en X à l aide du MEB collection. Lors du prêt d une section, la carte et une grille de repérage seront mis à la disposition des utilisateurs qui pourront ainsi repérer les objets analysés dans la section. Les bénéfices d une telle approche sont multiples : (i) gain de temps pour les utilisateurs qui n auront pas à refaire chacun ce travail de base ; (ii) possibilité de croiser des informations 20

PLAN QUADRIENNAL 2009-2013

PLAN QUADRIENNAL 2009-2013 PLAN QUADRIENNAL 2009-2013 Laboratoire de Minéralogie & Cosmochimie du Muséum LMCM USM 205 MNHN UMS 2679 NanoAnalyses Directeur : François Robert - 5 - - 2 - Tome 1 A/ Le LEME (UMS 2679) Introduction générale

Plus en détail

Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum

Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum C est dans une manette, acquise aux enchères à l Hôtel Drouot en 2001, que M. J.-J. Corré trouve une roche noire, roulée

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Rapport de stage de 4 ème

Rapport de stage de 4 ème Année 2010 Rapport de stage de 4 ème Laboratoire de Minéralogie et Cosmochimie du Muséum Crédits photo : de l auteur 1 Sommaire 1. Démarche personnelle 3 2. Présentation générale de l entreprise 4 3. Évolution

Plus en détail

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6.1 Introduction C est à quelques kilomètres au nord de la ville de Yaoundé, à proximité du village de Nkolondom qu a été décrite la grotte du

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques >> Agathe MULOT Gaëlle HAROUARD Régisseurs des collections 03 90 58 55 76 agathe.mulot@pair-archeologie.fr gaelle.harouard@pair-archeologie.fr Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Plus en détail

EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD

EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD Ville Aménagement Durable 29 cours Manuel de Falla 26000 Valence www.criirad.org contact@criirad.org EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT Louis Veyrat, Christophe Tassot Lycée Bellevue, Toulouse 2005 a été l'année de Jules Verne, le grand romancier du 20me siècle. Dans toutes ses œuvres,

Plus en détail

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant Partie du programme : la Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Niveau : seconde EXTRAIT DU PROGRAMME Les êtres vivants sont constitués d éléments chimiques disponibles

Plus en détail

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments en partenariat avec Et avec le soutien de la: Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments Expérimentations de solutions innovantes DOSSIER DE CONSULTATION Mai 2012 Projet Efficacité énergétique

Plus en détail

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME)

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME) ########### : La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au Université de La Rochelle diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES.

Plus en détail

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE La loi donne aux OPH la possibilité de choisir leur régime budgétaire et comptable : public ou commercial. Le choix qui se pose est donc généralement celui du passage en comptabilité de commerce. Il doit

Plus en détail

1 3 Les manuels scolaires :

1 3 Les manuels scolaires : Alençon, le 13 novembre 2003 INSPECTION ACADEMIQUE DE L ORNE Division de l organisation Scolaire et de la Scolarité LA GRATUITE INTRODUCTION : Fruit de la réflexion conduite au sein du groupe de travail

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

E-learning Les 12 erreurs fatales

E-learning Les 12 erreurs fatales E-learning Les 12 erreurs fatales Erreur 1 Penser qu un projet e-learning est avant tout un projet technique S il y a bien une erreur classique qui se répète de projet e-learning en projet e-learning,

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Biologie analytique et expérimentale- Production de protéines recombinantes de l Université de Lorraine Vague C

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements SOMMAIRE I. Notions de base 1. Les archives courantes 2. Les archives intermédiaires 3. Les archives définitives II. Aménagement de locaux d archives 1. Aménagement intérieur des locaux : structure, éclairage,

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre d Élaboration de Matériaux et d Études Structurales CEMES sous tutelle des établissements et organismes : Centre National de la Recherche

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique

Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Plateforme d analyse spectrochimique et isotopique Présentation Une plateforme est le regroupement sur un même site des équipements et des moyens humains destinés à offrir à une communauté d utilisateurs

Plus en détail

REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana CONTEXTE 2 INTRODUCTION... 2 I. QUELQUES DEFINITIONS ET CONCEPTS... 2 I.1. Qu est ce que les archives?... 2 I.2. Pourquoi archiver?... 2 I.3.

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 13 mai 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-019864 Le Directeur général de l ASN à Madame la Préfète de Seine-et-Marne 12 Rue des Saints-Pères 77000 MELUN Monsieur

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 4

Comptabilité et gestion Sujet n 4 Comptabilité et gestion Sujet n 4 CAS «LES RUBANS» Ce cas est composé de deux dossiers à traiter obligatoirement «Les Rubans», PMI occupant environ 200 personnes, est une société anonyme qui vend des rubans

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Biologie et bioingénierie crâniennes, faciales, et dentaires de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement 010100101001010101010100110010101010101100110011010101010101011001100011010101011 0101010011010100110101001101010010100110101010010101001001010010 0101001011000101011010101100010101001110010010110011010100110101

Plus en détail

2015-2016. Guide de l étudiant. Ingénierie. Cursus Master. www.univ-larochelle.fr. Université de La Rochelle

2015-2016. Guide de l étudiant. Ingénierie. Cursus Master. www.univ-larochelle.fr. Université de La Rochelle Cursus Master Ingénierie Guide de l étudiant 2015-2016 Cursus de Master en Ingénierie Avenue Michel Crépeau 17042 LA ROCHELLE Cedex1 +33 (0)5 46 458344 - cmi@univ-lr.fr www.univ-larochelle.fr Septembre

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE À quoi sert cet outil? Les musées obtiennent une image instantanée de la situation actuelle de leur réserve et bénéficient d un diagnostic préliminaire.

Plus en détail

FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI»

FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI» FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI» STATUTS CONSTITUTIFS La soussignée : - La SOCIETE FRANCAISE DE RADIOLOGIE

Plus en détail

Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue (1761-1852) : Savant, notable et philanthrope rochelais

Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue (1761-1852) : Savant, notable et philanthrope rochelais Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue (1761-1852) : Savant, notable et philanthrope rochelais Louis Benjamin Fleuriau de Bellevue naît à La Rochelle le 23 février 1761 ; il y passe une enfance heureuse mais,

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012 Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur Projet pédagogique 2012 SOMMAIRE 1. Avant-propos (Coordinateur)... 3 2. La Cellule pédagogique au sein du

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Combles de bonheur! GAIN D ESPACE, APPORT

Combles de bonheur! GAIN D ESPACE, APPORT GAIN D ESPACE, APPORT DE LUMIÈRE, ÉCONOMIES D ÉNERGIE COMME IL EST TENTANT D AMÉNAGER LES COMBLES D UNE MAISON! POUR QUE LE PROJET SOIT UNE RÉUSSITE, IL EST ESSENTIEL DE DÉFINIR CLAIREMENT SES BESOINS

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre

Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre Isolation thermique Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre Pilkington Optifloat Une expérience exceptionnelle dans le verre float Leader mondial du verre pour le bâtiment et l'automobile,

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Musée de paléontologie et de lʼévolution. Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014

Musée de paléontologie et de lʼévolution. Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014 Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014 Campagne de financement 2014 Un laboratoire en pleine expansion Le Musée de et de l évolution (MPE) est un organisme sans but lucratif et

Plus en détail

Programmation scientifique du parcours de visite

Programmation scientifique du parcours de visite Programmation scientifique du parcours de visite Chaine opératoire La programmation des collections consiste à préciser et hiérarchiser le traitement à appliquer aux collections, en distinguant programmation

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Histoire de l Art Centre François-Georges Pariset EA 538 sous tutelle des établissements et organismes : Université Michel de Montaigne

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCESSUS DE GESTION DES PRÊTS EXTERNES

POLITIQUE ET PROCESSUS DE GESTION DES PRÊTS EXTERNES POLITIQUE ET PROCESSUS DE GESTION DES PRÊTS EXTERNES Musée de la civilisation Service des collections Septembre 2005 I N D E X L A P O L I T I Q U E D E S P R Ê T S E X T E R N E S La politique de prêt

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS 1s_cntgeol_2011_03_29.doc 1/6 DST classe de 1ère S - durée 3H00 - calculatrices interdites SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS BUT

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Histoire de l art : création artistique occidentale Finalité : Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des

Plus en détail

REGLEMENT FORMATION DES AGENTS DE LA COMMUNE ET DU CCAS D AMBES

REGLEMENT FORMATION DES AGENTS DE LA COMMUNE ET DU CCAS D AMBES REGLEMENT FORMATION DES AGENTS DE LA COMMUNE ET DU CCAS D AMBES SOMMAIRE LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE : QU EST-CE QUE C EST? 1- Préambule : l objectif de la formation tout au long de la vie 1 2-

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

Bien choisir votre stand

Bien choisir votre stand Bien choisir votre stand Bien préparer son stand, c est se donner toutes les chances de réussir son salon. Une étape déterminante où organisation et anticipation sont les maîtres mots. C est pour vous

Plus en détail

L utilisation à la Banque de France de bases de données titres pour l élaboration des statistiques monétaires, financières et de balance des paiements

L utilisation à la Banque de France de bases de données titres pour l élaboration des statistiques monétaires, financières et de balance des paiements Direction Générale des Études et des Relations Internationales Service des opérations internationales des banques et des administrations - 51-1561 SERIB D. ROUGÈS / B05-008a 33 1 42 92.56. 96-33 1 42 92

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

les différentes filières

les différentes filières Les classes préparatoires littéraires offrent les débouchés suivants : les écoles normales supérieures (voir pages 2 et 3) les instituts d études politiques (I.E.P. ou " Sciences Politiques ") (voir page

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2

Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2 Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. 1 Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2 Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique «L'école est le lieu d'acquisition

Plus en détail

Objet : Lettre de rentrée Mathématiques-Sciences 2011-2012

Objet : Lettre de rentrée Mathématiques-Sciences 2011-2012 Mesdames et Messieurs les Professeurs de Mathématiques et de Sciences Physiques s/c de Madame, Monsieur le Chef d établissement des lycées professionnels publics et privés sous contrat Rectorat Collège

Plus en détail

Produits biologiques de la Protohistoire à l époque moderne : nouvelles approches

Produits biologiques de la Protohistoire à l époque moderne : nouvelles approches bioarchaeo.net MAGI. Ecole thématique du CNRS -Vannes, Carnac, 1er juin-5 juin 2015 Produits biologiques de la Protohistoire à l époque moderne : nouvelles approches (alimentation, soins du corps, artisanat,

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Explorons pour l avenir

Explorons pour l avenir Explorons pour l avenir SERVICES A L EXPLORATION MINERALE Espace Vaucanson 82 rue Anatole France F 38100 Grenoble T : +336 95 52 13 66 contact@gexplore.fr www.gexplore.fr Ce que nous sommes GexplOre est

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert STAGES MéTALLURGIE L amélioration des propriétés des matériaux métalliques et la maîtrise des procédés associés à leur mise en forme font l objet de trois stages, à la fois indépendants et complémentaires

Plus en détail

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I.

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I. ANALYSEUR DE SOUFRE TOTAL DANS LES PROCEDES DE CARBURANTS PETROLIERS Caractéristiques Principales Détermination du soufre total par le procédé MWD XRF Etendue de mesure dynamique de 0.6ppm à 3000ppm Temps

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009

Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009 Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009 Organisation : Service culturel Université Paris-Sorbonne Paris IV Synthèse : BSIP et SCDE Intervenants : David Jacquard, responsable du développement

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire d économie et de management Nantes atlantique (Lemna) - EA 4272 sous tutelle des établissements et organismes : Université de

Plus en détail

GEOLOGIE Durée : 3 heures

GEOLOGIE Durée : 3 heures SESSION 2011 CONCOURS G2E GEOLOGIE Durée : 3 heures Les calculatrices sont interdites. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ DU FABRICANT NOM : ADRESSE : DIRECTION REGIONALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS DE : EN VUE DE L OBTENTION DE LA DELEGATION DE POINCON DE GARANTIE 1 PREAMBULE L attention

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Licence professionnelle Conception assistée par ordinateur

Licence professionnelle Conception assistée par ordinateur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Conception assistée par ordinateur Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de l ANR 1. INTRODUCTION...3 2. PRINCIPES GENERAUX...4 2.1. Assiette et taux de l aide... 4 2.2. TVA... 5 2.3. Règles spécifiques

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et société de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Master of Advanced Studies in Children s Rights (MCR) de l Université de Fribourg et l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail