Séminaire sur la Neutralité de Réseau : Perspectives Américaines et Européennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire sur la Neutralité de Réseau : Perspectives Américaines et Européennes"

Transcription

1 Premier séminaire de la chair sur l Innovation et la Régulation dans l économie numérique Séminaire sur la Neutralité de Réseau : Perspectives Américaines et Européennes Le 29 mai, 2007 Ce séminaire s est déroulé dans le cadre de la chaire sur l innovation et la régulation pilotée par Pierre-Jean Benghozi de l école Polytechnique, Laurent Gille de l ENST, et Alain Vallée de l ENST. Il a été conçu et préparé par Marvin A. Sirbu de l université de Carnegie Mellon. L objectif de ce premier séminaire sur la question de la neutralité du net était de confronter dans une perspective internationale, les analyses académiques les plus récentes avec le point de vue des principaux acteurs économiques et publics. Malgré l absence d un ou deux acteurs du marché des contenus, la journée a ainsi permis aux principaux industriels des télécommunications, opérateurs de réseaux, acteurs du monde de la régulation des télécommunications d échanger très directement avec les meilleurs experts mondiaux de la question.

2 Rappels théoriques sur la «Neutralité de Réseau» (NR) et enjeux économiques 1 Now, what they would like to do is use my pipes free, but I ain't going to let them do that because we have spent this capital and we have to have a return on it. So there's going to be some mechanism for these people who use these pipes to pay for the portion they're using. Why should they be allowed to use my pipes? CEO of AT&T Ces propos positionnent clairement un des aspects du débat sur la NR : comment s effectuera la répartition des rentes économiques générées par l industrie des technologies de l information. Cependant, il serait réducteur de limiter le débat sur la NR à de simples discussions de manne financière. Le développement rapide de nouvelles applications, telles que la VoIP ou la vidéo à la demande, nécessitant des qualités de service et des niveaux de sécurité de plus en plus importants, soulève également de nouvelles questions concernant l utilisation du réseau et la répartition de la bande passante. Les opérateurs de réseaux disposent principalement de deux outils pour améliorer la qualité du service et la transmission des données. Ils peuvent investir dans des nouvelles technologies de sorte à améliorer la capacité de leur réseau et/ou procéder à une hiérarchisation du trafic. Dans un contexte de congestion, la hiérarchisation du trafic peut apparaître comme une alternative à des investissements risqués et souvent irréversibles. Ces deux solutions envisagées sont source de débats. D un côté, l extension de la qualité et l amélioration du réseau soulèvent la question de la répartition du financement de l infrastructure. De l autre, apparaissent des craintes sur la possibilité des opérateurs de réseaux d utiliser la hiérarchisation du trafic de manière anticoncurrentielle pour bloquer ou détériorer des services concurrents. Il n existe actuellement pas de définition reconnue et adoptée par tous du concept de NR. Une régulation basée sur la NR aurait pour conséquence de contraindre le comportement d un fournisseur d accès Internet vis-à-vis des fournisseurs de contenus. En particulier, les fournisseurs d accès Internet ne pourraient pas imposer un droit d accès (access-tiering), pour atteindre chacun de leurs usagers, aux fournisseurs de contenu, dont les applications nécessitent des statuts prioritaires et/ou utilisent une part importante de bande passante. En outre, il leur serait interdit de bloquer l accès de certains sites ou certaines applications. Enjeux théoriques Rappelons que la structure de marché est caractérisée par des relations verticales, où des fournisseurs de contenus peuvent être en concurrence avec des services proposés par des 1 Vous trouverez en annexe les présentations des différents intervenants.

3 FAI ; c est le cas de la VoIP ou de la vidéo à la demande par exemple. Les défenseurs de la NR soutiennent que celle-ci est nécessaire pour empêcher les fournisseurs d accès Internet (FAI) de dégrader ou de bloquer l accès à certaines applications concurrentes et pour permettre l émergence et le développement de nouveaux services (le «Google» de demain!). T Wu: «innovation rate is slower in the mobile market compare to Internet» Pour étayer son argumentaire, T. Wu évoque le cas du marché sans fil américain, qualifiant la politique de régulation en vigueur sur ce marché de «do nothing», il constate que les innovations sur les applications et les contenus sont faibles comparativement au marché filaire. En outre, garantir un libre accès au réseau, non discriminatoire, permettrait de maintenir l identité même du marché de l Internet - caractérisé par des coûts et des barrières à l entrée relativement faible - et de soutenir ainsi son rythme élevé de croissance. J. G. Sidak: «blocking on content or application is not the main driver. The issue is the manner which broadband access will switch its business model from subscription to advertising Pour des opposants à la NR tels que J. G. Sidak, ces arguments ne sont pas convaincants. A leur sens, le débat sur la NR est essentiellement un débat sur le meilleur moyen de répartir le coût de l infrastructure et d ouvrir la discussion sur les modèles de répartition de revenus à venir. La problématique concernant le financement d une infrastructure de réseau, a été rigoureusement abordée dans la littérature, il en ressort qu une tarification à la Ramsey- Boiteux fournit une solution de second rang. Dans cet esprit, consentir que les opérateurs de réseaux puissent discriminer et proposer des services (payants) différenciés aux fournisseurs de contenus, est un moyen socialement bénéfique de répartir le coût de l infrastructure, entre les usagers et les fournisseurs de contenus. À l opposé, les défenseurs de la NR, considèrent qu une différenciation de traitement et de tarification n est acceptable que si elle s applique aux utilisateurs finaux et selon le contenu circulant sur les infrastructures. Les usagers, grands consommateurs de bande passante, paieraient alors un tarif plus important, selon le volume de bande passante utilisé et les statuts prioritaires nécessaires à la livraison de leur trafic. Pour les opposants à la NR, les problèmes connexes, concernant les menaces d abus de position dominante des fournisseurs d accès Internet et les risques de ralentissement des innovations ne semblent pas pertinents. Ils considèrent qu il est peu vraisemblable qu un FAI puisse abuser de sa position car celle-ci tend à se réduire au fur et à mesure que la concurrence sur ce marché s installe. Le marché américain du haut débit est considéré par exemple, notamment par la FCC, comme concurrentiel.

4 Les opérateurs de réseaux : le rejet du dogme de la neutralité B. Briscoe (BT & UCL): «TCP fairness goal has meaningless» B. Briscoe note qu Internet donne plus à ceux qui prennent plus, d où des comportements qualifiés d égoïstes, consistant à générer le plus de trafic possible pour obtenir le plus grand bénéfice en retour. R. Clarke (AT&T): «Real-time applications like VoIP or IPTV need always to see an open pipe but many IP applications tolerate packet loss, delay Should all applications be treated equally in terms of service quality, pricing structures and levels?» «There is both private and social value in controlling or limiting the spread and/or effects of malware traffic» R. Clarke insiste sur la diversification rapide des contenus délivrés par Internet, sur la demande croissante et hétérogène de qualité de service qui en découle, ainsi que sur les nécessités de fournir aux consommateurs des systèmes de protection de plus en plus performants. R. Doll (DTAG): «quality differentiation is welfare enhancing and thus widespread» Dans une perspective européenne, R. Doll s interroge sur la pertinence d une régulation exante basée sur la NR. Il rappelle que la structure du marché haut débit en Europe et plus particulièrement en Allemagne, suite notamment aux obligations de dégroupage, peut être considérée comme concurrentielle. Plus fondamentalement, il souligne que la différenciation que redoutent les partisans de la NR est très couramment admise et utilisée dans d autres domaines tels que les secteurs du transport ou des médias où elle permet même d accroître le surplus social. En résumé, pour les différents opérateurs, les principes historiques à la base du fonctionnement d Internet, associés au développement d un trafic de plus en plus sensible au temps de latence, nécessitent une discrimination du trafic. Dans un cadre européen, quelle serait la pertinence d une régulation exante fondée sur la neutralité de réseau? Les discussions du séminaire ont permis de faire ressortir l absence de réponse théorique tranchée quant aux effets d une régulation fondée sur la NR. Une des composantes essentielles de la discussion tient à l analyse que l on peut faire de la nature du marché des opérateurs de réseaux. Est-il suffisamment concurrentiel pour dés-inciter les opérateurs de réseaux d adopter des stratégies outrancièrement discriminatoires?

5 Depuis 2000, un règlement de l'union européenne impose aux opérateurs historiques l'obligation d'accès des opérateurs alternatifs à la boucle locale. Cette option, appelée dégroupage de la boucle locale, a permis de favoriser l essor de la concurrence dans l Internet haut débit. Conscients de la dynamique concurrentielle d un tel mouvement, les régulateurs européens adoptent une position relativement neutre sur la hiérarchisation du trafic, qui leur apparaît être une stratégie efficace de gestion du trafic et représentant une faible menace de comportement anticoncurrentiel. C. Carter (Ofcom): «easy to migrate from a service provider to another» Toutefois pour éviter que les choix de hiérarchisation d un fournisseur d accès Internet ne nuisent aux consommateurs, les régulateurs préconisent d accroître la transparence des opérateurs. Les choix des FAI concernant la classification des contenus et/ou les applications susceptibles d être bloquées doivent être mis à disposition des consommateurs. En outre, ils recommandent de diminuer les coûts et d assouplir les contraintes pesant sur les utilisateurs finaux lors du changement de fournisseur d accès. De telles dispositions visent à favoriser une forme d autorégulation du marché : un opérateur de réseaux bloquant intentionnellement certaines applications fortement appréciées par ses usagers, se verrait pénalisé par des pertes de parts de marché. Perspectives sur la «Neutralité de Réseau» Le sujet de la NR soulève des questions qui semblent déterminantes pour l avenir d Internet et des principes qui lui ont permis de se développer, et cela, aussi bien d un point de vue conceptuel (connexion «end to end») que technique (principe du «best effort» des opérateurs) ou encore politique (ex. ouverture et liberté d expression). Le débat s est ouvert aux Etats-Unis pour des raisons principalement inhérentes à la structure du marché, mais il pourrait aussi susciter des controverses en Europe si les discussions se résumaient à des conflits d intérêts pour le partage de la rente. Le débat a permis de constater que l Europe dispose d un temps stratégique sur la question de la NR, qui devrait être utilisé à la compréhension des perspectives de l Internet de demain. L impact des décisions qui pourraient être prises, au nom ou pas de la NR affecterait en effet l écosystème de l Internet au delà de ses seules dimensions économiques. Après les chevauchées sauvages, puis les galops balisés, allons-nous vers les tours de manège sur des chevaux de bois? Le choix de l Europe pour le «LLU» (Local Loop Unbundling ou dégroupage de la boucle locale) modifie la perception des enjeux d une régulation par le «laisser faire» ou la NR, telle qu elle se discute actuellement aux US. Grâce au LLU, le niveau de concurrence en Europe se soutient en effet relativement bien comparativement aux US. Le régulateur

6 européen, qu il s agisse de l OFCOM ou l ARCEP, a pris soin de maintenir une concurrence au niveau de la boucle locale et particulièrement sur le dernier kilomètre qui permet de connecter l abonné à Internet. Ainsi, les efforts en faveur du dégroupage ont contribué à l existence d une compétition active et efficace en Europe. On peut donc légitimement se poser la question des effets ou risques que susciteraient, du point de vue de la concurrence, la remise en cause (ou pas) de la NR et les conséquences qui naîtraient de telles évolutions changements. Pour certains acteurs, il y a un réel besoin d offrir des réseaux proposant une meilleure qualité de service, une meilleure sécurité et de meilleures performances (sans que tous ces points n aillent forcément nécessairement ensemble). C est, pour l Internet de demain, une question de viabilité afin d éviter que la qualité du service ne soit profondément remise en cause par les risques actuels de trop fortes congestions et de vulnérabilité aux attaques virales de tous genres. Aussi populaire et utilisé qu il soit, Internet ne peut continuer d évoluer par les seuls mécanismes et forces de marché qui l ont jusqu à présent porté et rendu incontournable. En permettant aux opérateurs de réseau de tirer profit des applications les plus demandées, une hiérarchisation ou une certaine forme de discrimination pourrait constituer une forme d incitation à réinvestir les innovations d infrastructure et dans de nouvelles générations de services pertinents (ex. télémédecine ou vidéoconférence). La culture et le succès de l internet peuvent à l inverse inciter à relativiser la menace de dégradation de service dans un cadre de concurrence ouvert, surtout si l on tient compte que cette dégradation pénalisera d abord la position de marché des acteurs. La question est donc de savoir si un Internet à plusieurs vitesses est envisageable et s il pourrait opérer efficacement dans un cadre concurrentiel. La majorité des Internautes y trouverait-elle un bénéfice ou un intérêt accru? Une augmentation du coût pour les entrants des extrémités du réseau serait-elle de nature à maintenir ou favoriser la concurrence sur ces segments? Le débat et la confrontation des points de vue montrent que ces questions ne trouvent pas facilement de réponse. Internet a besoin d innovations pour se développer Le sujet de la NR trouve un écho important aux U.S et en Europe sur les questions de l innovation, mais aussi de l accès à l innovation. Grâce aux modalités actuelles d accès au réseau, des entreprises telles que Google ou Yahoo ont pu accéder au grand public par Internet sans supporter spécifiquement de lourds coûts d infrastructure. Avec une structure de tarifs différenciés différente, ce type d acteurs aurait sans doute émergé plus difficilement. Ce point est d autant plus significatif qu une partie importante de l innovation dans l industrie des technologies de l information est apparue grâce aux start-up sur la fin du 20e siècle. Le séminaire a donc permis de s interroger sur l impact de la NR sur l innovation applicative, mais aussi sur l innovation d infrastructure. C est en effet par une course à la bande passante de qualité et au haut débit que les services se sont multipliés sur Internet. Une remise en cause de ce principe n est pas neutre sur l évolution d Internet. L émergence d un futur «Google» tirant parti des nouvelles capacités d Internet et favorisant son utilisation n est pas assurée si

7 les coûts d accès au réseau ne sont pas une barrière potentiellement trop forte à l entrée. Plus largement, ce sont la créativité et la diversité même des innovations sur Internet qui risquent d être en jeu si ce sont les mêmes acteurs ou des acteurs d un même groupe qui possèdent une prise sur les réseaux et certains contenus de réseau. La menace d une guerre larvée entre modèles d affaires du «contenu» et du «tuyau» peut rendre l équilibre économique des activités difficiles à trouver. Il s avérerait, dans ce cas, sans doute nécessaire de calibrer les gains ou espérances de gains de la chaîne d innovation sur Internet, ou bien d imposer des normes institutionnelles que les acteurs ne pourraient atteindre et se fixer contractuellement, sans entente qui ne freine l innovation. Ces questions ne sont pas sans effets sur les possibilités d entrée dans une industrie de l Internet encore en phase de développement. L internaute dans les discussions sur la NR La NR a enfin des effets sur la nature même des contenus circulant : diversité et liberté de parole. Le modèle ouvert de l Internet a jusqu ici permis aux Internautes du grand public de bénéficier d un véritable droit de libre expression et d une garantie de ses droits individuels dans un cadre non contraignant. Ne peut-on légitimement penser que cette libre expression ne puisse être détournée par des mécanismes de hiérarchisation? Les nouvelles qualités de services et la NR ne vont-elles pas créer des «Internautes d en haut et des Internautes d en bas»? La perspective de nouveaux principes de régulation ne va-t-elle pas freiner les processus de création des Internautes qui, avec notamment l apparition du Web2.0, ont démontré une capacité à produire et générer des contenus radicalement nouveaux? Le débat a montré qu une fois ces questions posées, on ne peut écarter l hypothèse où la remise en cause de la NR pourrait aussi représenter une opportunité de meilleure diffusion des connaissances et de l information pour l Internaute, avec un rôle plus actif de l Internaute dans les choix des services et des qualités de services qu il souhaiterait laisser entrer dans son réseau domestique. Dans ce cadre, une «auto-discrimination» pourrait par contre être envisagée beaucoup plus sereinement qu une discrimination subie (notamment via le contrôle opéré par la «box» des foyers). La vigilance des acteurs européens serait souhaitable pour que les récentes batailles pour réduire la fracture numérique ne se transforment en guérilla sur d autres formes de fragmentation de l industrie de l Internet et des standards de services. Internet est un écosystème ouvert où la voix de chaque acteur compte Il est enfin utile de rappeler qu Internet est un écosystème riche et vivant. Les opérateurs de services, les fournisseurs de contenus et d applications ont un rôle décisif à jouer, mais ils ne sont pas seuls. De grands noms de l industrie des technologies ont contribué au décollage d Internet (ex. Intel, Microsoft, Cisco, etc.) ; l Internet en situation de mobilité est également maintenant un puissant vecteur de croissance pour une grande partie de l écosystème. Il paraît fondamental d impliquer ces acteurs dans le débat que la NR soulève et qui pourrait potentiellement peser sur la croissance d Internet et donc de la croissance économique. La concertation et la coordination des acteurs américains et européens sur un sujet qui posent des

8 questions d ordre technologique (ex. attachement des terminaux et systèmes sur le réseau), économique (ex. prochains services ou innovations), politique (ex. pression chinoise pour développer un modèle d Internet contrôlé), mais aussi sociologique (ex. discrimination d accès) sont elles suffisamment importantes? Sur ces enjeux majeurs de l internet, la discussion a montré que les U.S et l Europe peuvent potentiellement harmoniser leurs positions, dessiner les infrastructures publiques, et orienter les contours de la société numérique de demain. Rapport de séminaire juin 2007 Ramesh Caussy & Joeffrey Drouard

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma 1 L Internet, est un service mondial ouvert au public, dont l accès se fait à travers les différents réseaux de télécommunications : fixes, mobiles ou satellitaires.

Plus en détail

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé?

Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? Le problème de la neutralité du Net est-il réglé? P. Maillé et B. Tuffin 22 mai 2014 Résumé Le 3 Avril 2014, le Parlement européen a apporté une définition «claire et sans ambiguïté» de la neutralité du

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

La neutralité des réseaux

La neutralité des réseaux 7 ème séminaire de FRATEL Tunis 27-28 avril 2010 La neutralité des réseaux & la gestion de trafic Sihem Trabelsi Chef de Service Unité de dégroupage de la boucle locale Instance Nationale des Télécommunications

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet?

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? 5ème Colloque mondial des régulateurs Session V Genève, 9 décembre 2004 Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? Audrey Baudrier Présidente de la CE1 de l UIT-D Rapporteur

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

«Neutralité du Net» Consultation Publique Direction Générale de la Compétitivité de l Industrie et des Services 17 Mai 2010

«Neutralité du Net» Consultation Publique Direction Générale de la Compétitivité de l Industrie et des Services 17 Mai 2010 «Neutralité du Net» Consultation Publique Direction Générale de la Compétitivité de l Industrie et des Services 17 Mai 2010 Commentaires de Cisco Systems 1 Cisco Systems, Inc. ( Cisco ) soumet par la présente

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction. 7 ème séminaire FRATEL.

La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction. 7 ème séminaire FRATEL. La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction 7 ème séminaire FRATEL Laurent BENZONI TERA Consultants 32, rue des Jeûneurs 75002 PARIS Tél.

Plus en détail

DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS

DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS DETERMINATION DES MARCHES PERTINENTS ET DES OPERATEURS PUISSANTS ADOU Josephine, Chef Département Observatoire des Marchés Vice-présidente de Commission d Etudes 3 et du Groupe Régional pour l Afrique

Plus en détail

Migration NGN: témoignage suisse

Migration NGN: témoignage suisse Office fédéral de la communication Division Télécom TC Migration NGN: témoignage suisse Fratel Cameroun, 12 et 13 avril 2007 OFCOM, Michel Donzé (section TC/FG) Loi sur les Télécom Modifications de la

Plus en détail

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance 12 ème Réunion annuelle FRATEL 30 septembre 1 er octobre 2014 Marrakech, Maroc Mercredi, 1 octobre 2014 Sommaire Rappel de la mission

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Fondée sur la diversité culturelle, la télévision européenne vise à protéger les valeurs et les droits fondamentaux de l Union européenne

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée.

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée. Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée 29 avril 2014 L étude 2014 de l UFC-Que Choisir sur le marché de la téléphonie

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Résumé et conclusions

Résumé et conclusions Résumé et conclusions La première étude sur la performance de la prospection IKO System a réalisé, en septembre 2014, la première étude à grande échelle pour comprendre comment les entreprises françaises

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Executive summary DGMIC Janvier 2010 Florence Le Borgne Tiffany Sauquet f.leborgne@idate.fr t.sauquet@idate.fr Tel.:

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC

FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC La Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC) est un acteur clé et structurant de l industrie française par sa représentation des

Plus en détail

CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée. Synthèse de l atelier 6 : La neutralité du Net JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE

CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée. Synthèse de l atelier 6 : La neutralité du Net JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Synthèse de l atelier 6 : La neutralité du Net 2 ème journée contributive : loyauté dans l environnement

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

Club Idaho Consulting # 1

Club Idaho Consulting # 1 Club Idaho Consulting # 1 Jeudi 27 octobre 2011 à 19h 20h30 Eclairages et discussion autour de la TV connectée réalité, perspectives et impacts Ordre du jour - Tour de table - Présentation de la synthèse

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Consultation publique sur la «Neutralité du Net» - Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels

Consultation publique sur la «Neutralité du Net» - Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels Consultation publique sur la «Neutralité du Net» - Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels Mai 2010 Sommaire Préambule 3 1) Evolution de la création de valeur sur Internet : business

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Le déploiement du Très Haut Débit

Le déploiement du Très Haut Débit Le Haut Débit Débits : 512Kbit/s à 20 Mbits/s pour la voie montante Assuré sur le réseau cuivre, coaxial, réseau câblé, mobile 3G et UMTS, satellite et wifi La Technologie ADSl a été utilisée sur le réseau

Plus en détail

Comprendre les engagements de Booking.com

Comprendre les engagements de Booking.com Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire juridique n 15.15 du 23/04/2015 Comprendre les engagements de Booking.com Décision de l Autorité de la concurrence en date du 21

Plus en détail

La neutralité du Net. 7 ème séminaire Fratel 27-28 avril 2010. Marc Lebourges

La neutralité du Net. 7 ème séminaire Fratel 27-28 avril 2010. Marc Lebourges La neutralité du Net 7 ème séminaire Fratel 27-28 avril 2010 Marc Lebourges La neutralité du Net en 4 questions Faut il garantir le droit pour l Internaute de pouvoir accéder aux services et aux contenus

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Intelligence Inventive

Intelligence Inventive Outils Communs de Diffusion de l'intelligence Economique Intelligence Inventive Evaluez la capacité d innovation de votre entreprise L intelligence inventive L intelligence inventive est la contribution

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

AVOB sélectionné par Ovum

AVOB sélectionné par Ovum AVOB sélectionné par Ovum Sources : Ovum ovum.com «Selecting a PC Power Management Solution Vendor» L essentiel sur l étude Ovum AVOB sélectionné par Ovum 1 L entreprise britannique OVUM est un cabinet

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

Fonds French Tech Accélération

Fonds French Tech Accélération Fonds French Tech Accélération Appel à manifestation d intérêts pour les investissements dans des structures d accélération de la croissance de startups innovantes («accélérateurs de startups») 1. L INITIATIVE

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES :

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : (Synthèse) Mobile Service Innovation: A European Failure Arnd Weber, Michael Haas, Daniel Scuka Published in: Telecommunications Policy, Volume

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS

SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS DATE ET LIEU : Jeudi 21 février 2013 SALLE GEORGES ALTER Accueil de l Association du Pôle d Activités

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

Points de vue. Tendances et meilleures pratiques en matière de repérage et de recrutement des talents

Points de vue. Tendances et meilleures pratiques en matière de repérage et de recrutement des talents Points de vue Tendances et meilleures pratiques en matière de repérage et de recrutement des talents Les capacités de leadership, d innovation et de réussite d une entreprise reposent sur la qualité de

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance L environnement réglementaire des objets connectés 19 mai 2015 Christian Blomet Avocat Groupe ITC Baker & McKenzie SCP est

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CAMEROUN

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIQUE DU CAMEROUN Ministère des Postes et Télécommunications En collaboration avec la Commission de l Union Africaine Conclusions de l atelier de formation sur les meilleures pratiques pour la mise

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Résultat de la consultation publique se terminant au 26 juin 2006 sur l analyse de marché et les projets de mesure concernant la fourniture en gros d accès dégroupé (y compris l accès partagé) aux boucles

Plus en détail

Développement effectif de la large bande en Afrique

Développement effectif de la large bande en Afrique AGENDA Développement effectif de la Introduction à la large bande. Convergence et large bande. Initiatives pour le développement de la large bande INTRODUCTION A LA LARGE BANDE Définition de la large bande

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable»

ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable» ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable» (Ecrit par Donald W. Aitken, P.D., Sous contrat de la Société Internationale pour l Energie Solaire.) Traduit par André C. Gillet,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE.

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. SOLUTIONS D AFFAIRES ROGERS En optant pour Solutions d affaires Rogers, vous profitez d une collaboration continue avec notre

Plus en détail

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? François Lévêque (energypolicyblog.com) 17 janvier 2008 Séminaire d Economie de l Energie Les pouvoirs

Plus en détail

Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE. Les modèles économiques des Smart Grids. Paris, le 1 er mars 2011

Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE. Les modèles économiques des Smart Grids. Paris, le 1 er mars 2011 Réseaux électriques du futur FORUM DE LA CRE Les modèles économiques des Smart Grids Paris, le 1 er mars 2011 20, rue Molitor F - 75016 Paris Phone : +33 (0) 1 75 44 28 20 Fax : +33 (0) 1 75 44 28 60 Les

Plus en détail

Votre cloud est-il net?

Votre cloud est-il net? Votre cloud est-il net? Avril 2012 greenpeace.fr Mettre en marche une révolution énergétique 03 2 Votre cloud est-il net? Frank van Biemen / EvoSwitch / Greenpeace Greenpeace Votre cloud est-il net? Résumé

Plus en détail

L Architecture des Marques

L Architecture des Marques L Architecture des Marques Gérer profitablement les portfolios complexes des marques Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39, rue Vautier CH 1227 Genève-Carouge

Plus en détail

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire 1 SOMMAIRE La démarche mise en œuvre Notre analyse Identification

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN)

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) Adopté à l unanimité des membres du Bureau présents et représentés,

Plus en détail

Les réseaux sociaux. ViGlob Informatique Inc. 400 boulevard Saint-Marin Ouest, bureau 206 Laval (Québec) H7M 3Y8

Les réseaux sociaux. ViGlob Informatique Inc. 400 boulevard Saint-Marin Ouest, bureau 206 Laval (Québec) H7M 3Y8 Les réseaux sociaux TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 LES RÉSEAUX SOCIAUX... 3 Gestion des contacts... 4 Comment fonctionnent les forums dans les réseaux sociaux?... 5 Pourquoi exploiter les réseaux

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail