AUJOURD HUI. toute l économie du Luxembourg belge. 140 ANS ET TOUJOURS DANS LE COUP Chapeau Herman! Novembre 2013 > Mensuel > n 154 > 5 euros

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUJOURD HUI. toute l économie du Luxembourg belge. 140 ANS ET TOUJOURS DANS LE COUP Chapeau Herman! Novembre 2013 > Mensuel > n 154 > 5 euros"

Transcription

1 toute l économie du Luxembourg belge Entreprendre Novembre 2013 > Mensuel > n 154 > 5 euros AUJOURD HUI 140 ANS ET TOUJOURS DANS LE COUP Chapeau Herman! Editeur responsable : Bernadette Thény, Grand Rue, Libramont ITINÉRAIRE Les Entreprises Grandjean à Bastogne Bien plus qu un nom une référence!

2

3 EDITORIAL Complice de votre réussite partout et tout le temps! La Chambre de commerce pense à vous, à vos finances, à votre développement, à vos gens, bref aux intérêts de votre entreprise. Ce n est ni seulement un métier, ni une activité mue par le simple profit. La complicité qui nous unit est bien plus profonde : c est un engagement de tous les instants. Et peu importe les domaines... La Chambre de commerce est attentive à tout et tout le temps. Ses conseillers vous interpellent sur les sujets les plus variés susceptibles de vous aider à grandir, y compris quand vous y pensez le moins... Nous vous accompagnons dans vos démarches ISO 14001, afin de réduire vos coûts en énergie, en eau et en matières premières, tout en vous conseillant pour la gestion de vos déchets. Nous instruisons aussi vos dossiers, notamment en vue d obtenir une prime à l investissement, et surtout en analysant votre situation pour vous éviter les faux-pas. faites en alliant design, marketing et communication à votre stratégie commerciale, nous vous en reparlerons prochainement dans un dossier spécial. Terminons cette revue des conseils que nous prodiguons à votre intention en vous rappelant d être attentifs à vos finances. En l espèce, nous attirons votre attention sur l augmentation de la taxe sur les bonis de liquidation, qui passera de 10 à % dès le mois de janvier prochain. Qu il s agisse de «liquider» votre société, ou de récupérer à un taux (encore) avantageux les liquidités présentes dans votre entreprise, c est maintenant ou jamais (lire notre article dans les pages qui suivent...). Les temps sont difficiles, instables même, nous le savons, c est pour cela que nous pensons qu il faut saisir les opportunités qui peuvent renforcer vos finances, votre professionnalisme, votre entreprise. Ne l oubliez donc jamais, la Chambre de commerce veille sur vous et surveille vos intérêts. Et puis, la Chambre de commerce, c est aussi la garantie de trouver des partenaires et des complémentarités de toutes sortes, entre autres à l international, pour y développer votre business. Tout récemment, nous vous avons aussi invité à vous interroger sur l impulsion à donner à votre produit. Savez-vous qu il vous est permis de donner plus de richesse à ce que vous Bernadette THENY Directrice générale Vincent MAGNUS Président Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

4 THE NEW JAGUAR F-TYPE. YOUR TURN. Prenez place dans la nouvelle Jaguar F-TYPE. Seul Jaguar pouvait réaliser cette voiture de sport. Avec des moteurs suralimentés qui délivrent des émotions survoltées. Votre tour est enfin venu. À partir de Châssis monocoque en aluminium léger Moteurs V6 3.0 L à compresseur (340 ou 380 ch) et V8 5.0 L à compresseur (495 ch) Transmission automatique à 8 rapports Jaguar QuickShift avec commandes au volant HOW ALIVE ARE YOU? 9,0-11,1 L/100 KM. CO2: G/KM. Informations environnementales [AR 19/03/04]: Donnons priorité à la sécurité. Le modèle illustré est équipé d options. Journées découvertes Jaguar F-TYPE chez JAGUAR THIRY Route de Gérasa Habay-La-Neuve T. +32 (0)

5 SOMMAIRE P6 > 25 P6-9 ESPACE ENTREPRISES Rencontre 140 ans et toujours dans le coup Chapeau Herman P11-19 Les échos P20-21 Nouvelles d Idelux P22-25 Itinéraire Les Entreprises Grandjean, à Bastogne Bien plus qu un nom une référence! Entreprendre aujourd hui Entreprendre aujourd hui rejoint plus de lecteurs chaque mois. Publié par la Chambre de commerce et d industrie du Luxembourg belge Grand rue, Libramont tél fax Président : Vincent Magnus Directeur général : Bernadette Thény RÉDACTION Rédacteur en chef : Christophe Hay Ont collaboré à ce numéro : Anne-Michèle Barbette, Mathieu Barthélemy, Joël Cornet, Benoît Lescrenier, Timea Nagy, Jérôme Stoz, Valentin Tinclère, Stéphanie Wanlin Publicité : Michel Aussems PRODUCTION Conception graphique & Mise en page : Logotype SA Photos : Jean-Louis Brocart, Kevin Manand, Enterpix Impression : Impribeau SCRL Diffusion & Promotion : Bernadette Thény Distribution : Impribeau SCRL POUR S ABONNER 9 numéros par an Distribution : Bernadette Thény Tarif : 45 euros Abonnement par internet : De 8h30 à 17h00 tél Publicité : Michel Aussems Rédaction : Christophe Hay Administration, abonnements & changements d adresse : Mireille Claude Entreprendre aujourd hui est le magazine de la Chambre de commerce et d industrie du Luxembourg belge. La Région wallonne et la Province de Luxembourg sont les partenaires de notre développement. P26 > 27 Direction Economie P28 > 35 P28 A LA CHAMBRE CED Réorganisation judicaire Chronique d un changement annoncé! P30-31 Energie La force électromotrice Enjeu technique et environnemental majeur pour la compétitivité de l entreprise P32-33 Accompagnement - transmission Augmentation de la taxe sur les bonis de liquidation Vous devez agir d urgence P34-35 Affaires européennes et internationales P37 > 43 BON A SAVOIR P44 > 46 UTILE & AGREABLE JFK, Dallas, cinquante ans déjà Funeste visite texane! Entrep rend re A uj ourd hui N nove m b re

6 ESPACE ENTREPRISES I RENCONTRE 140 ANS ET TOUJOURS DANS LE COUP Chapeau Herman! Alexandre, 5 e génération d Herman aux commandes de l entreprise familiale... Vivre du chapeau, en Belgique, est tout sauf commun Pour peu, on pourrait même dire que c est étonnant. A tel point que plus le temps passe, et moins les professionnels du métier se bousculent, y compris dans la mode ou la haute couture, c est dire Vous n imaginez même pas l énergie qu il faut déployer pour parvenir à faire sa place dans ce qu il est désormais convenu d appeler le headwear, traduisez la chapellerie. Vous n imaginez d ailleurs pas davantage les circuits qu il faut pénétrer pour toucher ce marché si particulier. Au fond, seul quelqu un sorti du sérail peut être aujourd hui tenté par l aventure. Et encore, à la condition qu il n ait pas froid aux yeux. Et pourtant, il y aurait encore un business dans le métier, en tout cas à croire un patron dont nous avons récemment croisé la route. À quasi 40 ans, Alexandre Herman n est toutefois pas un chef d entreprise comme les autres. Pour lui, le chapeau est plus qu une évidence c est quasi une seconde nature. Son père, son grand-père, son arrière-grand-père, et même encore son trisaïeul avant lui, y ont fait leur vie, vendant, distribuant, et fabricant même, à une époque révolue, une production qui s en allait alors coiffer les têtes de la Belgique toute entière et des quatre coins de l Europe dans la foulée. Une usine - vaste, bruyante et avantgardiste - a symbolisé cette réussite, alors même que le chapeau était un accessoire commun, presqu aussi porté qu un pantalon ou une veste. Et puis, la mode est passée par là, redéfinissant certains codes, donnant moins de place au couvre-chef. L âge d or étant passé, le nombre de chapeliers a fondu. Mais à Wellin, une chapellerie a résisté et, après une période moins faste, relève désormais la tête avec un regain de dynamisme qui fait plaisir à voir. En quelques années, la tendance est même clairement au développement. L entreprise a pris des tas de marchés, racheté des concurrents, s est implantée sur différents segments de clientèles, bref a montré que l expérience et la connaissance du métier offraient encore des opportunités de salut, à condition d y croire et d oser Chapeau! En 2014, et c est peu courant dans la province, croyez-le, la Chapellerie Herman fêtera donc un auguste - et rare! - anniversaire : 140 ans. Incroyable, non? Et dire que l aventure a commencé par hasard, dans une diligence, du côté de Grupont. L histoire familiale des Herman raconte en effet qu un grossiste en chapeaux, désabusé par l avènement du chemin de fer, aurait proposé à l aïeul de l actuel patron la reprise de tout son stock parce qu il estimait, à tort nous le verrons, que le train allait tuer le marché du chapeau. 140 ans plus tard, Alexandre fait encore mentir cette prédiction alors que l entreprise entame une nouvelle ère. Chez Herman, on est donc chapelier de père en fils d aussi loin qu on s en souvienne. Mais chez Herman, on est aussi, et peut-être surtout, entrepreneur au fil des générations. On s adapte aux conditions du marché, on agit et réagit. On est tantôt précurseur, tantôt porté par la vague. Certes, on ne produit plus in situ, comme hier, mais on n en demeure pas moins maître de ses produits, de son business et d une réputation synonyme de qualité et de sérieux. Depuis 1874, l entreprise a toujours vendu du chapeau et elle continuera à le faire, foi d Herman. Les conditions ayant largement changé, la PME ardennaise fourbit ses armes pour attaquer les marchés de toutes parts, avec des stratégies propres à chaque cible. Elle vient tout récemment de lancer son propre site de vente en ligne, www. hatmospheres.com (avec un H, pour le «hat» de chapeau, en anglais), parce qu il faut maintenant être partout pour exister Alexandre nous a reçus pour nous parler de tout cela, coiffé d une magnifique casquette, non pas pour faire la réclame mais parce que c est pour lui un accessoire à l instar d un autre. Rencontre 6 - Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

7 Entreprendre : Vous portez le chapeau au quotidien Alexandre Herman : Le chapeau? Non! Par contre, ceux qui me connaissent savent que j ai toujours une casquette de sport... ou classique «vissée» sur la tête. Cela va donc au-delà de la mode, c est comme une partie de moi-même. Entreprendre : Mais le chapeau est toujours tendance... Alexandre Herman : Bien sûr, il suffit pour s en convaincre de regarder autour de soi. Les magazines de mode regorgent de modèles, les mannequins ne jurent que par lui pour agrémenter leurs tenues. Il y a vraiment un engouement pour cette pièce de l habillement parce que l accessoire est à la mode et que le chapeau, n importe quel chapeau, est un accessoire. C est la petite touche qui fait hype, c est l élément qui peaufine une silhouette, c est l accessoire qui apporte une note globale au code vestimentaire Entreprendre : Encore en 2014? Alexandre Herman : Tout à fait! Cela ne veut évidemment pas dire que tous les chapeaux ont la même aura et partout, ni que tout le monde porte un chapeau. Mais oui, le chapeau est tendance. Que ce soit pour une cérémonie, pour le sport, pour les sorties Regardez autour de vous, le chapeau est un accessoire qui continue à séduire du monde. Entreprendre : Au-delà du fait de se protéger? Alexandre Herman : Oui, et la mode est d ailleurs clairement au chapeau ces dernières années. Evidemment, il y a les usages obligés, comme les régions qui n y coupent pas. Le froid des hivers, le soleil brûlant de l été sont des conditions extrêmes qui continuent à générer des besoins, mais la dynamique est engagée vers d autres clientèles qui ont des besoins de toutes sortes. Entreprendre : Comment a évolué votre métier ces dernières années? Alexandre Herman : On est passé du statut de grossiste-producteur à celui de négociant-intermédiaire. C est un glissement que connaissent tous les producteurs de prêt-à-porter dans nos pays occidentaux où la main-d œuvre coûte (trop) cher. Autrement dit, nous avons gardé nos filières, que ce soit en amont ou en aval, mais nous ne pouvons plus produire ici pour les raisons économiques que chacun comprendra. Entreprendre : Vous avez pourtant rapidement rebondi. Vous produisez à nouveau, aujourd hui, dans d autres conditions et ailleurs Alexandre Herman : C est vrai, ou en tout cas on est proche de cette vision-là. En effet, nous ne produisons plus uniquement comme le faisaient mes ancêtres, essentiellement avec nos machines et nos salariés. C est donc encore vrai dans nos ateliers du Mans, mais nous avons aussi externalisé pas mal de choses. Il n empêche, nous avons nos propres collections, créées et dessinées ici, dans nos ateliers de Wellin. Entreprendre : En sus d une gamme suffisamment variée que pour être concurrentielle, vous avez donc aussi vos propres produits, vos marques maison Alexandre Herman : Voilà Notamment R Mountain ou Herman 1874, qui sont l expression de notre créativité et de nos goûts. On y trouve l ensemble de la gamme, avec aussi bien du bonnet que des écharpes, des chapeaux de toutes sortes et en toutes matières, mais aussi la chapka de madame, le péruvien du jeune homme, le tour de cou de la «fashionista» ou la casquette classique du père de famille. De tout et pour tout le monde. Entreprendre : Que vous vendez où et comment? Alexandre Herman : L essentiel de notre clientèle, ces dix dernières années, s est localisée sur le Benelux et la France, avec maintenant aussi des marchés de plus en plus intéressants en Espagne (où ça démarre fort), en Italie et en Suisse. Nous avons également des distributeurs au Japon et en Amérique, nous serons encore en Grande-Bretagne et en Russie l an prochain. Quant à savoir comment toucher la clientèle, je dirais que nous utilisons encore les circuits classiques, à savoir la boutique, mais que nous nous ouvrons aussi de plus en plus aux autres solutions du moment. Entreprendre : Vous touchez donc toujours le client via le petit commerce de détail Alexandre Herman : Oui, et jusquelà ce petit commerce «à l ancienne» était quasi notre seul accès à la mer. Il faut savoir que nous travaillons encore avec des commerciaux qui visitent le client comme cela s est toujours fait. Nous avons deux mille clients, de toutes tailles, qui sont nos relais vers le grand public. Entreprendre : C est encore viable à l heure du commerce en ligne? Alexandre Herman : De plus en plus difficilement, vous l aurez compris. Cela reste à mon avis un biais pour satisfaire les attentes d une certaine clientèle, mais chemin faisant, d autres clients ne se satisfont plus de ce seul modèle. Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

8 ESPACE ENTREPRISES I RENCONTRE >>> Entreprendre : Que peut-on y faire? Alexandre Herman : Chacun a sa solution. On peut s arrêter pour pleurer, en se disant que c était mieux - et plus rentable! - avant. Mais ça ne va fondamentalement rien régler. Ou alors, on se dit qu il n y a ni crise, ni rupture et que le modèle a simplement changé. Moi, j ai opté pour cette solution. Je pense qu il faut jouer avec les nouvelles règles plutôt que d espérer un hypothétique retour des choses. Entreprendre : Et Alexandre Herman : Je me dis que l on peut multiplier les circuits et filières pour être encore plus présent sans pour autant ni scier la branche qui nous soutient, ni laisser passer le train. Tous nos clients ne le comprendront peut-être pas, et je le regrette, mais une entreprise comme la nôtre doit investir dans la vente en ligne pour être présente partout. Si nous ne le faisons pas, d autres occuperont bientôt le terrain, ne nous laissant plus que nos yeux pour pleurer. Entreprendre : Parce qu il n y a pas de raison que vos produits qui se vendent bien dans les villes où vous avez des points de vente ne trouvent pas de marchés ailleurs. C est ça votre stratégie? Alexandre Herman : C est exactement ça Ce que nous vendons à Montélimar, où un commerçant dynamique continue à faire du chiffre, on peut aussi le vendre à Verviers, à Lorient ou à Naples. Ce qui compte, c est le marché. Notre stratégie est donc de multiplier les présences pour occuper le terrain. Entreprendre : Le B2B n est décidément plus suffisant pour exister? Alexandre Herman : Je crois que non Il faut évoluer ou mourir. C est le fameux «windowshopping» dont on parle tant. Et n allez pas croire que je veuille court-circuiter le «retail» pour le profit de mon entreprise. Ce n est vraiment pas mon but, ni mon intérêt. Entreprendre : Mais Alexandre Herman : Mais, en tant que patron d entreprise, je dois être, sinon proactif, au moins réactif. L e-commerce est une réalité qui doit nous permettre d être là où nos propres clients, en fait les commerçants de détail, ne se trouvent pas. J ajoute que nous n allons jamais affronter nos clients fidèles sur leur terrain. Au contraire, on leur rendra service en professionnalisant encore leur travail, par exemple en proposant online de découvrir nos gammes complètes, en livrant le client chez lui, comme n importe quelle boutique en ligne, mais en n oubliant pas de rétribuer sur nos propres marges le commerçant partenaire Entreprendre : Vous ambitionnez vraiment une couverture tous azimuts. C est une stratégie plutôt bien pensée. Vous allez avoir le potentiel d être efficace à tous les niveaux? Alexandre Herman : On fait tout pour, en tout cas. Après avoir balisé le terrain et rêvé un modèle, nous sommes passés à l action ces deux ou trois dernières années. Entreprendre : D où la création d Herman International Alexandre Herman : Cela fait partie de la stratégie, effectivement. L idée est, je l ai dit, de rendre notre entreprise polymorphe, tant dans ses gammes que dans ses filières de commercialisation. Nous avons ainsi racheté l entreprise Cabot, rebaptisée récemment France Chapeau, dont les clients se nomment par exemple Intersport, Damart, Prémaman, Kiabi, Club Med Nous avons aussi une branche haute couture, symbolisée par le travail de la créatrice Céline Robert, qui est notre collection haut de gamme. Entrerpendre : Pourquoi avoir investi dans ce type de marché? Alexandre Herman : Si vous avez l occasion, un jour, de jeter un œil sur les sorties des habitués du carnet mondain français, vous verrez que les dames qui comptent portent pour la plupart des chapeaux Céline Robert. Sous ce nom à la renommée exceptionnelle dans les milieux de la mode et du goût à la française se cache une artiste qui «chapeaute» une dizaine de couturières dans nos ateliers du Mans. Céline est également en charge de valider les collections des différentes marques du groupe. L idée est ici de transposer les codes de la haute couture vers le «mass market». Un peu dans la lignée de ce que fait Karl Lagerfeld lorsqu il prête sa griffe à une collection pour H&M. Entreprendre : Le «mass market» et les boutiques? Alexandre Herman : Pour l heure, nous disposons de deux boutiques, siglées Hatmosphères, situées en région parisienne. Ce sont de jolies vitrines qui s inscrivent dans notre approche multiple et ouverte, mais cela ne doit pas occulter le travail quotidien que nous menons, ici à Wellin, avec une quinzaine de salariés. Car le cœur de l entreprise bat bien dans ce bâtiment construit il y a une dizaine d années où l on concentre know-how, création, administration, stocks et logistique. On a nos propres stylistes, graphistes et marketer Entreprendre : Quand vous dites que vous faites dans le headwear, vous brossez plus large que le chapeau Alexandre Herman : L appellation anglaise donne une dimension différente à notre métier, mais nous vendons depuis toujours l ensemble de la gamme de ce qui est généralement censé aller avec les chapeaux et bonnets, donc les 8 - Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

9 «L accessoire est tendance, le total look aussi donc le headwear a de l avenir. Aujourd hui, le chapeau, le bonnet, le béret et la casquette sont partout, sur la tête de la «fashionista» comme sur celle du rappeur Vous verrez, on n a pas fini de parler du marché du chapeau!» gants, écharpes et autres accessoires du genre. Côté budget, cela va du chapeau type haute couture, griffé Céline Robert, à quatre ou cinq cents euros, jusqu au bonnet à 10 ou 20 euros, en passant par le chapeau australien à 50 et la casquette branchée à quelques euros. Entreprendre : Votre site, en ligne depuis quelques jours, pourrait vous ouvrir les portes du commerce international Alexandre Herman : Nous l espérons bien. Nous sommes en tout cas prêts à absorber la demande. Nous disposons d un ensemble cohérent, nous pouvons nous appuyer sur un service de distribution largement rompu aux flux tendus, nous avons des modèles à qui mieux mieux et nous disposons des stocks. Que demander de plus sinon des commandes? Entreprendre : Et une visibilité Alexandre Herman : Oui, une visibilité suffisante que pour aller toucher le client final que nous ne connaissons pas encore assez. Cela fait partie de nos prochains défis, à savoir capter l intérêt du public en B2C Entreprendre : Pour cela, outre votre site, vous disposez d une fameuse force de frappe via vos réseaux... Alexandre Herman : Au sein de nos propres boutiques, c est certain. Au sein de notre réseau de clients répartis aux quatre coins du Benelux et de la France, en boutiques ou dans les corners Hatmosphères, il faudra certainement un peu plus de temps Entreprendre : Hatmosphères est au fond la pierre angulaire de votre nouvelle approche stratégique Alexandre Herman : CQFD. C est tout à fait cela, et qui sait si demain je ne proposerai pas des bornes internet e-commerce pour y vendre mes chapeaux? Le nom de notre site n a pas été choisi par hasard, il est à la fois le symbole de ce que nous représentons et la représentation de notre univers. En cinq ans, l entreprise a fait un bond considérable, en chiffres comme en volumes, notre objectif est d aller plus loin encore dans les cinq années qui viennent pour devenir, nous l espérons, une référence dans le chapeau, à l image des boutiques online que chacun connaît et qui semblent aujourd hui indéboulonnables dans la chaussure ou l habillement. Entreprendre : 140 ans et toujours jeune Alexandre Herman : A qui le ditesvous! Quand je pense que certains ne voyaient plus d avenir pour ce business déjà à l époque... alors que le potentiel est encore là aujourd hui. Je croise les doigts et invite le plus de gens possible à sortir coiffés... chapeau oblige! Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart HERMAN INTERNATIONAL Rue Jean Meunier, 6 B-6922 Wellin Tél.: Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

10 Soyez naturellement bien* Natuurlijk welzijn* Photo : Michel LAURENT - La Lorraine Gaumaise L âme des forêts de Gaume. Uit de wouden van de Gaume. *Pour un mode de vie sain, boire 2L par jour d eau dans le cadre d une alimentation variée et équilibrée, contribue au maintien des fonctions physiques et cognitives normales. *Gezond leven, begint bij het drinken van 2L water per dag. Dat draagt niet alleen bij tot een gevarieerde en evenwichtige voeding, maar ook tot het behoud van normale lichamelijke en cognitieve functies.

11 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS GOUVY Architecture : ARTAU Architecture : CRAHAY & JAMAIGNE Architecture : CRAHAY & JAMAIGNE Architecture : J-P HERMANT LE GROUPE NATURHOME S INSTALLE DANS SES NOUVEAUX ESPACES ans d histoire et des projets en pagaille Depuis le milieu des années 2000, Naturhome, implantée à Gouvy, dans le nord de la province, entre Vielsalm et le Grand-Duché de Luxembourg, s est spécialisée dans la réalisation de maisons très basse énergie ou passives. L entreprise fête son quarantième anniversaire et investit de nouvelles infrastructures sur le Parc d activités «Porte des deux Luxembourg». Avec le temps, notons que le bureau d études a étendu son domaine de compétences de manière à intégrer la totalité du cycle de construction de la maison, de la conception aux finitions voire jusqu au mobilier. Belle trajectoire ans et le plein de projets... L entreprise fête aujourd hui ses 40 ans... et continue son développement. Deux activités sœurs ont même vu le jour tout récemment, l une s attaquant à la maison modulable à prix abordable, sous la dénomination N-cube, l autre visant le négoce spécialisé, sous le nom WoodTecPro. Ce dynamisme nous laisse à penser que l entreprise belgo-luxembourgeoise, qui emploie plus de cinquante salariés et produit des constructions en bois haut de gamme, jugées uniques en leur genre, voire de rêve ou exceptionnelles, n a pas fini de grandir. Pour preuve, elle multiplie les chantiers chez nous et au Grand-Duché, mais encore aux quatre coins de l Europe, notamment en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, en France, en Italie ou en Suisse. La maison en bois autrement Pionnière dans son domaine, l entreprise gouvionne dispose d un atelier de production numérique ultramoderne et se bat depuis toujours pour défendre qualité, durabilité et écologie. En lançant N-cube, elle ambitionne cette fois d aller s aventurer sur d autres marchés, en inversant au besoin la donne. Comment? Tout simplement, elle entend proposer des maisons à basse consommation énergétique qui puissent être entre 20 et 25 % moins chères qu une construction classique, ce qui n est jusqu ici jamais, ou rarement, le cas. Intermédiaire... Par ailleurs, la quadra veut aussi profiter de son expérience et de ses réseaux pour s ériger en intermédiaire, voire en grossiste, quitte à proposer aux constructeurs de maisons en bois le matériel et les services permettant la réalisation efficace de leurs chantiers. Les professionnels de la région trouveront donc par ce biais tous les produits de pointe pour les murs, planchers et toitures en bois, ainsi que des outils et services judicieusement testés et évalués sur chantier (outillages particuliers, visseries spéciales, adhésifs de nouvelle génération, connecteurs pour poutre en I, panneaux isolants et imperméabilisants, lamellé-collé en dimensions hors standard...). Et pourquoi pas? Nous en reparlerons... Naturhome Belgique s.a. - 33, Deiffelt à 6670 Gouvy Tél Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

12 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS PROVINCE Honorés et toqués... NOS RESTAURANTS N EN FINISSENT PAS DE RÉCOLTER DES RÉCOMPENSES... Bibles de la gastronomie, les livres qui dressent le paysage de la restauration, faisant et défaisant les réputations à grands coups de notes, toques et étoiles, dirigent chaque année à pareil moment les lumières de l actualité sur le monde feutré et discret de la bonne cuisine. Entre novembre et décembre, nous profitons généralement de ce tour d horizon plutôt complet pour offrir aux meilleurs de nos restos la visibilité qu ils méritent... Commençons donc avec le Gault et Millau, tout récemment sorti de presse, qui commente à nouveau avec beaucoup d emphase la cuisine de la verte province. Cette année, trois nouveaux établissements font leur apparition dans le guide jaune, alors que plusieurs tables déjà renommées gagnent quelques galons bienvenus. Attendu lui aussi avec une anxiété qui en dit souvent long quant aux retombées des notes et sanctions, le guide Michelin a de son côté confirmé nos étoilés qui non seulement n ont pas démérité mais ont au contraire réussi à capitaliser... La restauration, un métier de sacrifices Le Luxembourg serait donc un territoire gourmand La nouvelle édition du guide Gault et Millau Belux en est en tout cas convaincue. Elle en a même une nouvelle fois apporté la preuve en ses pages, puisque de nombreuses tables de la province ont encore reçu les célèbres toques du guide gastronomique. À commencer par La Grappe d Or, à Torgny (une étoile au guide Michelin), qui obtient, pour la province de Luxembourg, la meilleure note octroyée par le Gault et Millau, avec un beau 17 sur 20. Le travail du chef, Clément Petitjean, et de sa brigade a d ailleurs été doublement récompensé, puisqu ils gagnent un point pour le restaurant gastronomique mais également un point supplémentaire pour l auberge logée à quelques pas, L Empreinte du temps. Situé au cœur de la Gaume, La Grappe d Or est - et reste - donc l un des fleurons de la gastronomie de la province. Respecter le produit originel pour le sublimer au travers de saveurs et de senteurs, c est plus que jamais le leitmotiv du chef qui souligne avec humilité le travail de sa brigade en affirmant, «c est un métier où l on sacrifie beaucoup de choses. Ces notes, c est avant tout une belle récompense pour toute l équipe. Si nous ne travaillons pas forcément pour être distingués dans les guides, cela va nous aider à avancer et nous motiver». Des adresses qui ravissent les papilles des deux grands guides... À la deuxième place du podium provincial, La Table de Maxime, à Paliseul (également une étoile Michelin), gagne aussi un point (16/20). Rappelons que le jeune Maxime Collard, diplômé de l école hôtelière de Libramont, a notamment fait ses armes dans l une des plus grandes maisons belges : Le Karmeliet à Bruges (3 étoiles Michelin). Revenu en Ardenne, et installé dans une ancienne bâtisse rénovée, le chef propose une cuisine innovante et élégante basée sur des produits de qualité. Une troisième table tout en haut du classement! Ouvert depuis 2002, à Arlon, un troisième restaurant fait désormais partie du trio de tête provincial des adresses les plus réputées. Avec une note de 15/20, il n y a pas à dire, le Or Saison a plu, convaincu et assuré. Dans le chef-lieu, on a coutume de parler du travail d un duo plutôt que de se concentrer sur les qualités du seul chef. Ici, c est donc à la fois le travail de Frédéric César et de son épouse, Julie Brevers, qui a été salué. Les deux oeuvrent en effet de concert à la satisfaction d une clientèle fidèle et exigeante, une alliance professionnelle et de tous les jours que le guide a choisi de valider. Depuis son installation, le couple privilégie, rappelons-le, une cuisine basée sur les saisons. Le chef propose des plats classiques agrémentés d une touche originale et contemporaine, sans jamais tomber dans l excès. Cerise sur le gâteau, la carte des vins comporte pas moins de 250 références. Adresses qui restent... Mais la gastronomie luxembourgeoise ne se limite pas à l itinéraire des trois premiers de la classe, qui sont jeunes et «bourrés» de ressources. Que nenni! Un tas d autres tables et adresses méritent le déplacement... et la découverte, voire la redécouverte. Deux autres établissements gagnent eux aussi un point au Gault et Millau, montrant que la recherche de l excellence ne reste jamais vaine. Les Plats Canailles de la Bleue Maison, à Habay, voit donc sa note prendre encore plus de couleurs (14/20), tout comme Les Pieds dans le Plat, à Marenne (15/20). Belle récompense pour les deux chefs qui ne sont peut-être plus des jeunots, mais dont la cuisine demeure, on le voit, un véritable régal. Considéré, faut-il le dire, comme l un des pionniers de la gastronomie en province de Luxembourg, Richard Thiry, le chef de La Bleue Maison renforce donc sa position dans le guide gastronomique en continuant à mettre à l honneur les produits régionaux, lui qui n hésite par exemple jamais à faire la part belle au gibier durant les périodes de chasse. Si le cœur vous en dit, prenez le temps de découvrir son univers, niché dans le cadre exceptionnel des étangs du Pont d Oye, à Habay. Personnalités qui durent... Ou alors laissez-vous tenter par le doigté d un autre chef, implanté lui au nord de la province, du côté de Marcheen-Famenne, sous l enseigne frondeuse, 12 - Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

13 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS Les Pieds dans le Plat. L endroit est incontournable, grâce autant à la personnalité qu au talent de son chef, Jean-Michel Dienst. Petit-fils d hôteliers (ses grandsparents tenaient l Hôtel Métropole, à Bruxelles, ndlr), ce chef aussi atypique que sympathique est un autodidacte. Avant de se lancer dans la restauration, il a étudié les sciences économiques et a travaillé dans le prêt-à-porter. Autant dire qu on est loin, ici, des conventions. Mais qu importe, la cuisine est celle d un bistrot de campagne, dans le sens le plus noble du terme. Elle est goûteuse et cadre parfaitement avec le décor de cette ancienne école. Editeur responsable : P.H. Goffinet - Directeur général Province de Luxembourg Mise en page & graphisme : Et d autres qui arrivent! L e Gault e t Millau met aussi en lumière trois établissements qui font leur entrée dans le guide 2013 : La Fleur de Thym, à Houffalize, L Adresse, à Bastogne, et Rosa, à Bertrix. Ces restaurants s affirment par leur cadre dynamique et contemporain, qui se marie avec justesse à une cuisine inventive et de qualité. Nous n avons a priori pas fini d en entendre parler! Le Réseau d Etudes et d Analyses de la province de Luxembourg Coordination Province de Luxembourg Direction de l Economie Contact +32(0) Le Michelin confirme ses jugements 2012 Nous terminerons notre tour des meilleures tables de la province en rappelant qu il n est ni besoin d être épinglé dans les pages du guide rouge, ni dans celles du bouquin jaune pour exister et que de nombreux restaurants des quatre coins du Luxembourg méritent bien sûr un clin d œil. Ajoutons qu il n y a pas de changement cette année dans les établissements étoilés de notre province. On notera tout de même quelques restaurants qui arborent la prestigieuse étoile, notamment la très fameuse Auberge du Moulin Hideux (15 sur 20 Gault Millau), à Noirefontaine, Le Cor de chasse, dont nous avons déjà vanté les mérites, implanté à Wéris (15 sur 20 Gault Millau) et l incontournable Château de Strainchamps (15 sur 20 Gault Millau), à Fauvillers. REAL - LE SECTEUR AGRO-ALIMENTAIRE EN PROVINCE DE LUXEMBOURG PROVINCE LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE EN CHIFFRES Réalités à découvrir... LE SECTEUR AGRO-ALIMENTAIRE en province de Luxembourg CHIFFRES & RÉALITÉS Edition 2013 Avec le soutien du Collège provincial de la Province de Luxembourg Tout le monde vous le dira, le secteur agroalimentaire est une valeur sûre du Luxembourg belge. Un secteur-clé pour être précis, à la fois pourvoyeur d emplois, exportateur de savoir-faire et de produits, porteur d image aussi. Plongez-y, vous ne serez pas déçu. Du bio à l industriel... En 2012, le secteur agroalimentaire luxembourgeois, l un des plus dynamiques du pays, comptait des centaines d entreprises, toutes tailles confondues, des indépendants toujours sous statut personne physique et des centaines, si pas plus, de salariés travaillant à la production, la transformation et la commercialisation de spécialités locales ou régionales caractérisant notre terroir, notre histoire, notre diversité, du bio à l industriel. Le nouveau cahier thématique du Réseau d Etudes et d Analyses de la province de Luxembourg (REAL) vient de paraître. Il y est cette fois question d agroalimentaire. Découverte... Charcuterie et brasserie 2429 exploitations agricoles, travailleurs agricoles (3.092 ETP), 409 producteurs bio, 200 entreprises actives dans l industrie alimentaire, 18 dans la fabrication de boissons et 617 dans le commerce alimentaire, postes de travail salarié dans l industrie alimentaire, 151 dans la fabrication de boissons et plus d un millier dans le commerce alimentaire (au 31 décembre 2011), les chiffres parlent d eux-mêmes. C est une réalité qui ne ment pas, la province de Luxembourg est un poids lourd de l agro, notamment spécialisée entre autres dans la viande et les produits à base de viande (abattoirs, salaisons ), ainsi que, les amateurs ne nous contrediront pas, dans les (micro-) brasseries, il y en a quatorze aujourd hui sur notre sol. Des défis nombreux Malgré ces chiffres, que l on peut sans exagérer qualifier d intéressants, le secteur agroalimentaire fait aujourd hui face à une somme de défis, avec entre autres les nouvelles habitudes de consommation, l utilisation rationnelle de l énergie, la sécurité alimentaire, les normes et règlementations, la qualification de la main-d œuvre, l innovation, les enjeux environnementaux, l agriculture de proximité... Publication accessible sur le site internet de la Province de Luxembourg : Vous pouvez aussi demander la version papier en vous adressant à la Direction de l Economie de la Province de Luxembourg, tél Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

14 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS BASTOGNE BNP Paribas investit en Luxembourg belge ET CONSTRUIT DEUX DATA CENTERS, À BASTOGNE ET VAUX-SUR-SÛRE! Les investissements de grande ampleur sont accueillis partout avec un certain sourire. Le Luxembourg belge ne fait pas exception, surtout en cette période moins propice à des chantiers conséquents. D aucuns crient bingo! En choisissant le Centre-Ardenne pour y construire deux de ses centres de données, le groupe bancaire BNP Paribas a lancé un signal fort à la Wallonie, et plus encore à notre province. Le chantier vient d être lancé, l investissement avoisinera, dit-on, les 200 millions d euros, rien que ça... et, information non négligeable, offrira à terme une petite centaine d emplois. Une première pierre qui ravit tout le monde Les communes de Bastogne et de Vaux-sur-Sûre ont le sourire. Et pour cause, BNP Paribas vient d y lancer deux chantiers d envergure. On en est certes encore aux prémices du projet, dont le premier bâtiment devrait être opérationnel d ici deux ans, mais preuve est donnée que l espace dont nous disposons intéresse grandement les entreprises qui bougent. La première pierre a été posée fin octobre, en présence d un parterre d élus locaux, régionaux, fédéraux, et jusqu au Premier Ministre, Elio Di Rupo, montrant à Baudouin Prot, Président de BNP Paribas, l intérêt de cet investissement hors normes que personne ne snobe. Deux implantations en Belgique et deux en France «Nous avons décidé de regrouper l ensemble de nos data centres, et donc les données qu ils contiennent, en quatre sites implantés dans deux régions différentes», a expliqué Jacques Godet, membre du comité exécutif de BNP Paribas Fortis, en charge des technologies, des opérations et des infrastructures. La première paire de data centers sera installée en région parisienne. «Il nous fallait, pour l implantation des deux autres, trouver une région située à au moins 150 kilomètres des premiers dans laquelle nous pourrions implanter deux centres de données séparés de 10 à 20 km de distance», poursuit Jacques Godet. Derrière ce principe des distances, l enjeu est de disposer de sites suffisamment éloignés l un de l autre en cas d incidents majeurs de type incendie, crash d avion ou tremblement de terre, mais aussi d une proximité suffisante pour permettre une réplication synchrone des données. Simple, quoique... Data... cœur des banques Le groupe BNP Paribas s est mis à la recherche du terrain idéal en n écartant aucun choix, aucune hypothèse. «Aujourd hui, pour une banque, un data center est un élément essentiel. Il constitue le cœur du business, son système nerveux, sa colonne vertébrale, poursuit le membre du comité exécutif. Il est capital pour notre organisation. Nous ne pouvions pas nous permettre de l installer n importer où. Le terrain censé pouvoir l accueillir devait en effet répondre à de nombreux critères très stricts.» Terrains de qualité à prix raisonnable Outre la superficie, la disponibilité de la puissance électrique requise, la proximité du réseau routier, la densité du réseau de télécommunication, la sécurité, un éloignement suffisant de tout aéroport ou encore des particularités géographiques et géologiques sont autant d éléments qui ont pesé dans la balance. «Sans oublier, parce que nous restons des banquiers avant tout, le coût du terrain, les coûts d assainissement et d aménagement», précise Jacques Godet. Bon travail de l intercommunale Et lorsqu on demande au porte-parole du groupe si une implantation au Grand- Duché a été envisagée et, si oui, à quel niveau notre voisin faisait défaut, il répond simplement que «si c est la province de Luxembourg qui a été choisie, c est parce que le terrain correspondait le mieux aux critères établis. Mais le Grand-Duché de Luxembourg ne présentait pas de défauts pour autant.» Il apparaît surtout, en l occurrence, qu Idélux se soit judicieusement et c est une excellente chose - posée en soutien suffisamment efficace que pour faciliter de tels développements sur ses propres terrains. Sur 15 ans... En Belgique, l investissement s élèvera à 200 millions d euros, les deux data centers devant in fine permettre la création de 70 à 80 emplois directs et indirects. À terme, donc, plus de m 2 seront affectés aux centres de traitement de données sur les deux sites en province de Luxembourg. La mise en service de ces centres se déroulera en trois phases successives échelonnées sur 15 ans. Les premiers bâtiments informatiques et logistiques seront opérationnels au printemps L ensemble devrait être terminé en Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

15 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS MARCHE-EN-FAMENNE SMB Technology fête son quart de siècle ANS DE SUCCÈS! Le 21 septembre dernier, la firme pharmaceutique a fêté son quart de siècle de présence à Marche-en-Famenne. Société familiale, elle exporte 80 % de sa production sur les cinq continents. Bel itinéraire, non? MARCHE-EN-FAMENNE Energies + fait le plein... Des contacts de qualité... et des informations utiles Le Salon Energies +, spécialisé dans la construction durable, les économies d énergie et l écomobilité, a fait le plein, mi-novembre. Cette 7 e édition, riche en satisfactions, s est clôturée en fanfare. C est en 1988 que le groupe familial SMB, dont le siège social et les laboratoires sont à Bruxelles, décide d implanter un site de production à Marche-en-Famenne. «À l époque, le bâtiment occupait une superficie de m² et l entreprise employait une dizaine de personnes. Aujourd hui, nous occupons une surface de m² et notre effectif compte un peu moins d une centaine de collaborateurs», rappelle Dominique Lenfant, directeur de l usine marchoise qu il a rejoint dès Il a donc accompagné le développement de cette entreprise pharmaceutique spécialisée dans la galénique, domaine où elle figure parmi les sociétés les plus performantes au niveau mondial. Ça se sait peu, et c est bien dommage... DPI : produit-phare La galénique vise à optimiser la compliance, c est-à-dire la mise à disposition d un médicament au corps humain. Idéalement, il s agit d en assurer la libération régulière dans l organisme afin d aboutir à une concentration stable au cours du temps, et d éviter ainsi certains effets secondaires indésirables. Dans ce domaine SMB Technology a basé son développement sur différents produits, tels que les microgranulés à libération prolongée ou les comprimés effervescents, mais c est surtout les DPI qui constituent son cheval de bataille. «Les Dry Powder Inhaler sont des inhalateurs à poudre sèche qui va directement se fixer au niveau des poumons. Ils permettent de traiter des pathologies respiratoires comme l asthme», précise Dominique Lenfant. Une R&D de pointe Outre les affections respiratoires, SMB Technology s intéresse également à deux autres grands domaines thérapeutiques : le cœur et la douleur. En outre, elle produit aussi des médicaments pour lutter contre le cholestérol, ainsi que de la vitamine D. Pour l ensemble de ses produits, elle dispose, on s en doute, de nombreux brevets. Si la production est assurée au sein de SMB Technology, la R&D est quant à elle prise en charge par sa société sœur et voisine Galephar. Cette dernière, fondée en 1998, est, en effet, située juste à côté de SMB Technology et compte une petite quarantaine d employés. Elle développe en permanence de nouveaux produits et de nouvelles applications qui seront ensuite produites... par SMB Technology. Championne à l exportation En 2012, SMB Technology a réalisé un chiffre d affaires de 30 millions d euros dont 80 % à l exportation. Outre l Europe, où elle est bien présente, la firme pharmaceutique s est également implantée au fil des années au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique du Nord, en Australie et, plus récemment, en Amérique du Sud. Un développement à l international qui accompagne, et consolide, une croissance régulière de l entreprise. Intégrée dans un groupe familial, où elle peut s appuyer tant sur une unité de R&D innovante que sur des structures administratives qui prennent en charge toutes les diverses autorisations de mise sur le marché, SMB Technology dispose de tous les atouts pour un nouveau quart de siècle couronné de réussites. Bon anniversaire! Un salon qui a son public Cette année encore l engouement du public et des professionnels autour des thématiques chères au Salon Energies + n a donc aucunement faibli. Bien au contraire! Que ce soit pour la construction durable, les économies d énergie ou l écomobilité, les visiteurs - privés et professionnels - ont de concert arpenté les m² du Wex pour trouver le partenaire susceptible de les aider à concrétiser leur(s) projet(s). Les exposants soulignent donc la qualité des visiteurs qui viennent souvent dans un but précis, ce qui permet de nouer des contacts et de concrétiser de nombreux projets. Des exposants luxembourgeois contents La société familiale Burneco, qui produit des chaudières à pellets au départ de Léglise, souligne : «Nous participons au Salon depuis la première édition. Le cru 2013 peut être qualifié de très bonne année. Nous avons rencontré beaucoup de clients potentiels. Un des points forts d Energies +, c est la qualité de ses contacts. Les gens qui viennent ici ne sont pas là par hasard, ils sont réellement intéressés par les économies d énergie, ils cherchent des produits précis, des conseils de professionnels et des solutions adaptées à leurs projets.» L écomobilité est (très) prisée... Autre thème du salon, l écomobilité était particulièrement en vue cette année, avec la présence de plusieurs constructeurs automobiles, d entreprises actives dans la solution de recharges électriques ou dans les cycles électriques, avec essais à la clé. Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

16 ESPACE ENTREPRISES I ÉCHOS BERTRIX La Chambre va à la rencontre des entreprises dans les communes C est l occasion de sentir le terrain! MARCHE-EN-FAMENNE Vous faire lever le nez du guidon... et entrevoir les choses sous un nouvel angle, voilà l objectif que la Chambre poursuit en allant à la rencontre des entreprises dans leur fief, de communes en communes. Si le coeur vous en dit, n hésitez pas, vous aussi, à répondre à notre invitation quand nous nous rendrons chez vous! Beau succès pour le salon b2lux EN ROUTE POUR UN TROISIÈME OPUS... La Chambre de commerce se déplace dans les communes... Ses conseilliers vous apportent des solutions et informations visiteurs, 457 rendez-vous d affaires préprogrammés, 128 exposants... le deuxième salon b2lux a bel et bien confirmé les attentes des uns et des autres. On peut toujours faire mieux, c est une évidence, mais le concept semble manifestement avoir trouvé son public... Et même si la dépense d énergie pour faire de ce rendez-vous une réussite est énorme, il devrait bel et bien y avoir un troisième b2lux, en En tout cas, à chaud, beaucoup d exposants ont laissé entendre qu ils reviendraient, les contacts ayant été intéressants, voire nombreux pour certains. Vocation transfrontalière à booster... Pour Laurent Briou (Wex), «la satisfaction d ensemble montre que le concept a un avenir...» Reste maintenant à convaincre davantage encore les visiteurs du potentiel nécessairement extraordinaire d un tel rassemblement de TPE, PME et grandes entreprises venues non seulement du Luxembourg belge, mais aussi des quatre coins de la Wallonie, du Grand-Duché et de la France toute proche. B2lux a marqué des points, il a aussi confirmé son intérêt! 16 - Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

17 Tomorrow starts today Vous ambitionnez un développement international? Alors, ensemble, mettons le cap! Information, coaching, prospection, expertise commerciale, consultance en design, webmarketing, partenariat, financements internationaux, : l AWEX, c est une offre de services complète et taillée sur mesure, en temps réel. Avec votre entreprise, nous relevons dès aujourd hui les défis de demain. Laissez-vous inspirer par l exportation! Agence wallonne à l Exportation et aux Investissements étrangers / EXPORT INVESTMENT

18 ESPACE ENTREPRISES I PROJET MARGUERITE PERCEPTION DU TRAVAIL Qu en pensent les jeunes? Si l on s attache aux caricatures, les jeunes sont perçus comme paresseux, désinvoltes, arrogants, sûrs d eux, individualistes et exigeants. Or, les professionnels travaillant avec le public «jeune» nous font quant à eux part de rencontres au quotidien avec des jeunes gens à la fois volontaires et motivés. Une enquête a été menée dans le cadre du projet «La Marguerite» pour en avoir le cœur net. La thématique centrale était évidente, tout comme la question à se poser Au fond, comment les jeunes perçoivent-ils le travail? Méthodologie Afin de connaître les perceptions des jeunes à l égard du travail et de pouvoir mettre à jour l écart éventuel entre celles-ci et les croyances répandues, l enquête a été constituée au départ de 4 perceptions types volontairement caricaturales. L idée était de partir d a priori négatifs (autrement dit, de préjugés) envers les jeunes pour voir si, au cours de la démarche, ceux-ci se confirmaient ou pas. Près de 500 questionnaires ont été analysés, constituant un échantillon varié et représentatif du territoire : jeunes sans emploi et étudiants, (H/F), âgé(e)s de 17 à 25 ans accomplis, répartis entre le nord, le centre et le sud de la province du Luxembourg. Dont acte Gagner beaucoup avec de maigres compétences La première croyance que l on a voulu analyser touchait donc le salaire. On est parti de l idée qu ont les jeunes au sujet de l argent, à savoir qu ils pensent possible de gagner beaucoup d argent avec un faible niveau de diplôme. Premier essai, premier constat. Les résultats démontrent que les jeunes envisagent globalement de gagner un salaire plus élevé que celui réellement obtenu, en moyenne, pour leur tranche d âge. 86,2 % des jeunes envisagent ainsi qu ils pourront gagner un salaire supérieur à euros (salaire moyen belge pour leur âge). Etonnant ou pas! Il semble en tout cas que les jeunes issus de l enseignement classique surévaluent nettement leur salaire, quand ceux issus de l insertion socioprofessionnelle semblent davantage conscients des «Il est plus valorisant et intéressant d avoir un travail que passer ses journées le cul dans le fauteuil!» salaires pratiqués. Enfin, on remarquera aussi que le positionnement géographique joue un rôle important puisque les jeunes du sud de la province surévaluent couramment les choses (proximité du Grand-Duché!?), tandis que ceux de l ouest (Bouillon-Florenville) pensent leur futur salaire plus raisonnablement. Cette première croyance est donc validée les jeunes pensent souvent qu il est possible de gagner beaucoup d argent avec un faible niveau de diplôme. Cela étant, beaucoup de jeunes ne sont pas trop au courant du salaire de leurs parents, certains hésitant même sur la profession exercée. «Un emploi, c est avoir de l autonomie et se prendre en charge, avoir une satisfaction personnelle.» Le travail est-il générateur d envies? Une deuxième croyance relevée touchait plus profondément à la dynamique engendrée par une activité professionnelle, sous le couvert d un mouvement imprimé en travaillant. Potentat : le travail ne donne pas envie aux jeunes de se mettre en mouvement. Pour rencontrer les jeunes sur le sujet, on leur a tout simplement posé la question de savoir ce qui, dans leur vie en général, leur donnait envie de bouger. Et pour y répondre, ils ont tout aussi simplement été invités à classer, par ordre de préférence, les «activités» qui leur donnent envie de bouger : amis, travail, découvertes, sorties, sport, shopping. Ces réponses ne nous ont pas surpris, puisque l enquête conclut que le travail donne bien envie aux jeunes de bouger, même si ce n est pas toujours leur première motivation. On relèvera ainsi, entre autres, que la valeur de l humain est la plus importante (amis, famille ), celle du travail arrivant quand même en 2 e position. Quant au binôme apprentissage/découverte, il arrive de manière générale en 3 e choix Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

19 «Cela me permet de donner un sens à ma vie : en travaillant, je me sens utile. Je préfère être payé pour un travail, mériter mon argent et non avoir de l argent facile.» On peut néanmoins observer que le travail arrive en première position parmi les jeunes qui n en ont pas. Quoi de plus normal : ces jeunes doivent davantage faire face à des contraintes administratives, financières, familiales qui leur font choisir le travail comme première motivation pour «bouger». On admettra donc que notre croyance de départ ne se vérifie pas puisque, fort heureusement, le travail donne bien envie aux jeunes de se bouger! «Marre de rester chez moi entre mes 4 murs et de devoir rendre des comptes au CPAS.» Gagner sa vie = travail rémunéré? La troisième croyance qui était nôtre s attaquait à l argent. Il nous plaisait de savoir si les jeunes envisagent d autres manières de gagner leur vie que par le travail rémunéré? Et derrière cela si, pour gagner sa vie, il est indispensable d avoir un contrat de travail ou si d autres alternatives, comme travailler au noir, bénéficier d une allocation sociale, troquer, se débrouiller, devenir indépendant, gagner à un jeu peuvent être aussi attirantes? La réponse a une nouvelle fois été cinglante. Pour les jeunes, le travail, c est le salaire. Pour 85,2 %, on gagne sa vie grâce à un contrat de travail. Et encore, les autres qui ne privilégient pas le travail salarié pour mener leur vie répondent prioritairement que la voie de l indépendance est à choisir, même si d autres choix, comme le travail au noir et la débrouille, figurent aussi parmi les réponses. Il n en demeure pas moins que, pour la grande majorité des jeunes, le travail salarié reste la solution. Nous ajouterons quand même, plus probablement, que le travail, sous toutes ses formes, qu il soit reconnu ou non dans le circuit légal, reste pour les jeunes la principale manière de gagner sa vie, invalidant au final notre croyance. Le chômage n est pas un choix On leur a enfin proposé de réfléchir à un dernier constat, que nous émettions comme pour les titiller, qui prétendait qu entre un salaire pour un emploi et une allocation de chômage au montant identique, les jeunes choisissent l allocation de chômage Faux, archi-faux! Et c est tant mieux... Cela nous permet de regarder les jeunes avec beaucoup de plaisir. Pour 86,3 % d entre eux, l emploi qui offre des rentrées financières identiques à ce que génère l allocation de chômage a quand même une autre saveur. Les jeunes se sentent en outre réellement concernés par les concepts ou valeurs, tels que l estime de soi, l autonomie/l indépendance financière, la fierté/l identité, l épanouissement, l importance des relations sociales On trouve a contrario de la provocation, voire un réalisme interpellant, dans le chef de ceux, peu nombreux, qui disent préférer le chômage. En conclusion, les jeunes se tournent majoritairement vers l emploi plutôt que vers l allocation sociale, notamment parce que le travail et le sens de l effort semblent garder une place importante à leurs yeux, au-delà du salaire. Travailler met en mouvement, permet de répondre à d autres besoins, alors que la valeur travail est un élément important pour cette tranche d âge. «On est moins bien intégré dans la société en étant au chômage.» Les jeunes symbolisent encore l avenir et c est tant mieux! À l exception de la question du salaire attendu, trois des croyances «caricaturées» que nous avions posées au départ sont donc fausses. Non, les jeunes ne sont pas passifs et peu motivés. Quant au travail, c est un élément important à leurs yeux qui les motive beaucoup, tout comme les relations humaines et le lien social. Qu on se le dise, les jeunes perçoivent majoritairement le travail comme une valeur importante, pour ne pas dire essentielle, de leur vie future. Les perceptions et croyances évoquées au départ se basent, entre autres, sur une attitude de certains individus qui semblent peu concernés. Il nous faut donc apprendre à passer outre les premières apparences, histoire de dépasser les stéréotypes «Pour continuer à avoir une vie sociale (voir des gens) et pour gagner ma vie honnêtement sans profiter du système.» Nous avons aussi un rôle à jouer Il nous reste à donner nos bons conseils Et notamment de nous ouvrir à ces jeunes qui sont notre avenir, et pas seulement professionnel. Parlons aux jeunes du monde de l emploi, mais aussi de ce qui les motive dans leur avenir. Surtout, n oublions pas que le pessimisme ambiant génère auprès de la jeunesse un sentiment de lassitude, en tout cas une perte d enthousiasme. Sans jouer aux vieux sages, nous nous devons d être des guides. Il est donc notre devoir de leur donner envie d avoir envie! Merci Johnny Pour plus d infos : En collaboration avec Timea Nagy, Chambre de commerce, Jocelyne Bailly, CSEF et Christiane Rulot, Intégra+ >>> L enquête qui a débouché sur cet article a été réalisée dans le cadre du projet «Marguerite» par le Groupe de travail «Accroche» composé des organismes suivants : CSEF, Le Forem, Intégra+, Mirelux, CPAS de Marche-en-Famenne, Affaires sociales et hospitalières de la Province de Luxembourg, Ecole de la 2 e Chance Transfrontalière Entreprendre Aujourd hui N 154- novembre

20 ESPACE ENTREPRISES I NOUVELLES D IDELUX Ardenne Logistics Un parc logistique intelligent et qui bouge! Ardenne Logistics fait partie du paysage quand on arpente la E411 à la hauteur de Neufchâteau. Si de loin, on ne voit pas trop ce qui s y passe, faites le crochet c est l affaire de quelques minutes : empruntez la sortie 27, découvrez cette impressionnante réalisation d IDELUX et laissez vous surprendre et, qui sait, séduire! Ardenne Logistics, c est un «outil» de 85 hectares animés jusqu à présent par six entreprises - d autres vont suivre - et plusieurs dizaines de personnes qui y gèrent des flux de marchandises grandissants. Pour comprendre tout l intérêt d Ardenne Logistics, il faut prendre de la hauteur et voir que le site a été bâti au beau milieu des grands flux d affaires et donc aussi de marchandises qui traversent l Europe. Ce que certains ont appelé la «banane bleue», qui relie Londres et les ports de la mer du Nord à Milan en traversant les Pays-Bas, la Wallonie, l Allemagne, la Suisse, l Est de la France. Regardé sous cet angle, Ardenne Logistics est bien une des portes d entrée sur les marchés européens. Alors, bien sûr, depuis sa conception voici plus de dix ans, une crise mondiale a entretemps frappé l économie et tous les observateurs s accordent à dire que la logistique est un des secteurs qui peine à s en remettre. Et pourtant, nous en sommes convaincus, la logistique reste un secteur d avenir pour les importations provenant d Asie ou remontant du sud de l Europe et de la Méditerranée. Alors, contre vents et marées, IDELUX continue à porter le site auprès des acteurs internationaux et locaux. Et sa ténacité commence à payer. Son équipe entretient de nombreuses relations sur les grands salons nationaux et internationaux, comme ceux de Munich, Liège et d Anvers ou au travers de missions économiques et d internet. Elle innove, elle bouge. Elle se bat avec tous les atouts dont elle dispose face à une concurrence agressive, y compris parfois au sein même de la Wallonie. Outre un parc aujourd hui parfaitement équipé le raccordement au rail est effectif IDELUX valorise un modèle d investissement hybride, en accord avec nos voisins : un siège au Grand-Duché de Luxembourg et un site d exploitation en province de Luxembourg. Que vous ayez un projet d investissement en lien avec la logistique, que vous soyez un prestataire spécialisé ou que vous souhaitiez offrir vos services aux entreprises présentes sur place ou à leur personnel, vous avez sans doute intérêt à regarder ce qui commence à se déployer sur Ardenne Logistics. A vous de saisir la balle au bond! 2013, six entreprises actives sur Ardenne Logistics Charlier Logistique (voir ci-contre) ATE Man Le Forem Transport Pierret GDF Suez Fabricom Europa Belgium 20 - Entreprendre Aujourd hui N novembre 2013

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

En Février 2014, Sabine & Didier Quesnel donneront naissance à La Brasserie du Théâtre AVIGNON. DOSSIER de Presse

En Février 2014, Sabine & Didier Quesnel donneront naissance à La Brasserie du Théâtre AVIGNON. DOSSIER de Presse En Février 2014, Sabine & Didier Quesnel donneront naissance à La Brasserie du Théâtre AVIGNON DOSSIER de Presse «Lors de chaque service, nous entrons en scène» Sabine Quesnel Après avoir passé les douze

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois AMbition éolien 2012 L énergie éolienne renouvelable, compétitive et créatrice d emplois Sortons de la crise avec l énergie de l avenir La filière éolienne entend être demain un des fleurons de l industrie

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs, Les objectifs de l arrêté ministériel visant à élargir le champ d application du système de l économie d insertion sociale et la volonté politique fédérale en matière d économie sociale Permettez-moi tout

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert Séminaire de Stratégie et Concurrence Internationale Prof. Dembinsky Stefano Grino Christophe Chatriand Raphaël Monnet CAPITALISME CONTRE CAPITALISME Michel Albert Janvier 2000 L AUTEUR L auteur de ce

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit belge

Le financement participatif : L état du droit belge Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 8 Le financement participatif : L état du droit belge Entretien avec Philippe LEDENT * Citer cet article : Philippe LEDENT, «Le financement participatif

Plus en détail

GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible

GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible Communiqué de presse Mai 2015 GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible Du 1 er mai au 31 octobre 2015, le Pavillon

Plus en détail

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be MAG locaux, PME, Indépendants et entrepreneurs Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be Présentation du projet En-haut.be Le blog qui aide les commerçants locaux...

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES

UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES Plus qu une école, une référence. CAMPUS CNPC, des chiffres qui parlent d eux-mêmes : LE CNPC, LE COMMERCE DU SPORT A SON ÉCOLE. Le CNPC, c est quoi?

Plus en détail

Exclusive Fashion Tours est ravi de présenter un service unique et innovateur: une

Exclusive Fashion Tours est ravi de présenter un service unique et innovateur: une Exclusive Fashion Tours est ravi de présenter un service unique et innovateur: une équipe internationale de Personal Shoppers professionnels pour des expériences de shopping de haute qualité au cœur de

Plus en détail

Q Amway est-elle une entreprise nouvelle? R Elle a été crée en 1959, et exerce en France depuis 1977.

Q Amway est-elle une entreprise nouvelle? R Elle a été crée en 1959, et exerce en France depuis 1977. Voici une série de questions/réponses les plus courantes. Si vous ne trouvez pas la question qui vous préoccupe, consultez-nous. Q AMWAY est-elle une entreprise française ou étrangère? R AMWAY-France est

Plus en détail

Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel

Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel Texte : Alex Gitta, Ouganda Rédaction : Ludger Schadomsky, Sandrine Blanchard, Ulrich Neumann, Maja Dreyer Traduction

Plus en détail

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point!

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Mes bonnes résolutions pour réussir en Vente Directe - L engagement o Engagement avec soi : Je vais réussir La Vente directe est comme une

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

81% des consommateurs CONNAISSENT LA

81% des consommateurs CONNAISSENT LA 81% des consommateurs CONNAISSENT LA MARQUE des objets publicitaires qu ils ont conservés et plus de 79% aimeraient en RECEVOIR DAVANTAGE Pas un Objet Pub! Une pub TV finit souvent ZAPPEE POURQUOI COMMUNIQUER

Plus en détail

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain.

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. OCAM, Internet, Compétitivité, Développement, Qualité, face à

Plus en détail

Rodanar Pallets réduit vos coûts en développant des emballages en bois adaptés aux besoins spécifiques de votre entreprise.

Rodanar Pallets réduit vos coûts en développant des emballages en bois adaptés aux besoins spécifiques de votre entreprise. Rodanar Pallets réduit vos coûts en développant des emballages en bois adaptés aux besoins spécifiques de votre entreprise. MISSION Rodanar Pallets est une entreprise familiale belge produisant des palettes

Plus en détail

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire?

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? Actions et Communication pour promouvoir les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? MARS 2008 Sommaire Introduction Proposition de campagne de communication

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Ce guide est dédié à la mémoire de Zaza et à toutes les autres mères du monde

Ce guide est dédié à la mémoire de Zaza et à toutes les autres mères du monde Myriam Robert-César est née en 1941. Après des études supérieures en Suisse et en Italie, elle se maria et se consacra exlusivement à sa famille. A 40 ans, elle débuta sa rapide carrière pour les Encyclopaedia

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Communiqué de presse du lundi 12 mars 2012 PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Créteil, lundi 12 mars 2012 - A l heure des profonds

Plus en détail

Lignes Stratégiques 2012

Lignes Stratégiques 2012 Lignes Stratégiques 2012 1 2 2012 : du temps pour se construire... L éducation permanente, ce n est jamais un but accompli. Ca reste un chemin. Et un chemin qui prend du temps. Parce qu il se décide et

Plus en détail

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous.

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous. Ce e-book vous a été offert par Stéphane. En aucun cas il ne peut être vendu. Je suis heureux de vous offrir ce petit book qui je l espère vous aidera dans le développement de votre activité à domicile.

Plus en détail

La démarche générale d une création d entreprise

La démarche générale d une création d entreprise La démarche générale d une création d entreprise (Module de sensibilisation) Créer une entreprise, pourquoi pas? Sur le chemin de la création : les atouts de la réussite Les étapes de la démarche "Rien

Plus en détail

Le merchandising dans un commerce indépendant

Le merchandising dans un commerce indépendant Le merchandising dans un commerce indépendant CCI du Gers 24 Février 2014 www.lemoineconseil.fr Arnaud Lemoine Définition du merchandising Le bon produit > notion d assortiments Au bon endroit > notion

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

81% des consommateurs CONNAISSENT LA

81% des consommateurs CONNAISSENT LA 81% des consommateurs CONNAISSENT LA MARQUE des objets publicitaires qu ils ont conservés et plus de 79% aimeraient en RECEVOIR DAVANTAGE Pas un Objet Pub! Une pub TV finit souvent ZAPPEE POURQUOI COMMUNIQUER

Plus en détail

Un projet d espace collaboratif pour dynamiser le développement économique en milieu rural

Un projet d espace collaboratif pour dynamiser le développement économique en milieu rural Un projet d espace collaboratif pour dynamiser le développement économique en milieu rural LE PROJET : «Le Plan B : Bureaux partagés de Montpeyroux» est un projet d espace collaboratif pour dynamiser le

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région SOYEZ LES LEADERS DE VOTRE RÉGION Après la période estivale, le retour à la vie normale est parfois difficile. Tout le monde aimerait

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

CARREFOUR TECHNOLOGIES LE PRINTEMPS DES PME, LA TUNISIE DÉCLINE SES ATOUTS PARC DES EXPOSITIONS DU KRAM TUNIS, 16-17-18 OCTOBRE 2014

CARREFOUR TECHNOLOGIES LE PRINTEMPS DES PME, LA TUNISIE DÉCLINE SES ATOUTS PARC DES EXPOSITIONS DU KRAM TUNIS, 16-17-18 OCTOBRE 2014 Ministère de l Industrie, de l Energie et des mines Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation CARREFOUR D AFFAIRES ET DE TECHNOLOGIES PARC DES EXPOSITIONS DU KRAM TUNIS, 16-17-18 OCTOBRE 2014

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@tic ecommerce Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce électronique)

Plus en détail

e-commerce Bien préparer son projet

e-commerce Bien préparer son projet Les Fiches thématiques Jur@tic e-commerce Bien préparer son projet informer, sensibiliser, accompagner Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce

Plus en détail

Les Parisiennes Dossier de presse - septembre 2013

Les Parisiennes Dossier de presse - septembre 2013 Les Parisiennes Dossier de presse - septembre 2013 Chocolaterie Mathez, l 'esprit de la truffe «à la française» Créée en 1934, la chocolaterie Mathez n a eu de cesse, depuis sa reprise en 1996 par Eric

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner 2 cours Monseigneur Roméro - CS 50135 91004 EVRY Cedex Tel: 01.60.79.91.29- Fax : 01.64.97.94.98 Mel : crea-911 Page @essonne.cci.fr 0 www.essonne.cci.fr

Plus en détail

Bien démarrer votre Communication

Bien démarrer votre Communication Bien démarrer votre Communication Les bases de votre Communication Web et Offline. Pourquoi? Comment? A quel Prix? 1 Bien démarrer la communication de votre entreprise Introduction La base de la communication

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

LES CHOCOLATS Yves THURIES «Meilleur Ouvrier de France»

LES CHOCOLATS Yves THURIES «Meilleur Ouvrier de France» LES CHOCOLATS Yves THURIES «Meilleur Ouvrier de France» Yves THURIES ET LE CHOCOLAT En 1992, Yves THURIES crée la «Chocolaterie Excellence». Si très vite les «Chocolats Yves THURIES» ont su s imposer parmi

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

---------------------------------------

--------------------------------------- NOTE DETAILLEE Le plaisir en temps de crise Sondage Harris Interactive pour la Fondation Nestlé Enquête réalisée en ligne du 04 au 11 septembre 2013 auprès d un échantillon de 956 individus représentatif

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

10 règles pour construire une communauté efficace sur Facebook

10 règles pour construire une communauté efficace sur Facebook Livre blanc 10 règles pour construire une communauté efficace sur Facebook Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Augmenter son nombre de fans c est bien, les fidéliser c est mieux! Facebook compte

Plus en détail

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché!

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché! N 06 NOV. 04 Actualité Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché! Bernard S., ex cadre supérieur d un groupe international rentre chez lui à la nuit tombée, après une journée de rendez- vous

Plus en détail

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE PHOTOGRAPHE Créer et gérer une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL Groupe Eyrolles, 2013, ISBN : 978-2-212-13590-9 PHOTOGRAPHE Photographe, moi? 1 La photographie

Plus en détail

VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010

VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010 VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES

Plus en détail

LE METROPOLE ACCUEILLE SA NOUVELLE DIRECTRICE RELATIONS PRESSE & PUBLIQUES LAURENCE SHUKOR. Mai 2014. Information Presse

LE METROPOLE ACCUEILLE SA NOUVELLE DIRECTRICE RELATIONS PRESSE & PUBLIQUES LAURENCE SHUKOR. Mai 2014. Information Presse Information Presse Mai 2014 LE METROPOLE ACCUEILLE SA NOUVELLE DIRECTRICE RELATIONS PRESSE & PUBLIQUES LAURENCE SHUKOR Laurence Shukor rejoint l équipe du Métropole en tant que Directrice des Relations

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Quel SIAO pour le XXI siècle Ouagadougou le 28 / 29 / 30 septembre 99.

Quel SIAO pour le XXI siècle Ouagadougou le 28 / 29 / 30 septembre 99. Quel SIAO pour le XXI siècle Ouagadougou le 28 / 29 / 30 septembre 99. Participations de Jean-François Astoury le 28 septembre 99 Sous thème traité : Sur la base des acquis et du rôle de fédérateur du

Plus en détail

Facilitateur de relations

Facilitateur de relations Facilitateur de relations CHAÏKANA CONSULTING 3 Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! mondialisation digitalisation talents performance changement nouvelles générations engagement sens repères

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

La performance sociale de l Adie

La performance sociale de l Adie adie etude impact 2012 refait ok_adie etude impact 2012 03/10/12 17:31 Page1 La performance sociale de l Adie Les services de l Adie en direction des populations en situation d exclusion évalués par l

Plus en détail

EXERCICE. 4 Typologie de stratégies. Les décisions stratégiques en marketing THÈME 2

EXERCICE. 4 Typologie de stratégies. Les décisions stratégiques en marketing THÈME 2 THÈME 2 Les décisions stratégiques en marketing EXERCICE 4 Typologie de stratégies L entreprise Belle Pomme commercialise du jus de pomme. Ce sont les meilleures pommes de la région, grâce au partenariat

Plus en détail

Emmaüs Norges-France CONTEXTE

Emmaüs Norges-France CONTEXTE Emmaüs Norges-France Nom : Communauté Emmaüs Norges Type de structure : communauté Nombre de personnes accueillies:110 compagnons Sur Norges, 11 salariés équipe encadrement, 20 contrats aidés CUI, environ

Plus en détail

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012 Indicateur d activité de vente cavistes Le moral des cavistes est bon en ce début d année, suite de fêtes de fin d année apparemment réussies. Tous les indicateurs semblent particulièrement au vert début

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

Salon professionnel PRORESTEL 07-09 MARS 2016 TENDANCES ÉCHANGES RENDEZ-VOUS D AFFAIRES. Toutes les infos sur www.prorestel.com

Salon professionnel PRORESTEL 07-09 MARS 2016 TENDANCES ÉCHANGES RENDEZ-VOUS D AFFAIRES. Toutes les infos sur www.prorestel.com Salon professionnel DE LA RESTAURATION HORS DOMICILE PRORESTEL 07-09 MARS 2016 saint-malo TENDANCES ÉCHANGES RENDEZ-VOUS D AFFAIRES Toutes les infos sur www.prorestel.com Le salon professionnel de la Restauration

Plus en détail

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN ENTREPRENEURIAT Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est l entreprenariat. Certaines autres notions seront nécessaires à la complétion du cas académique

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

DOSSIER PRESSE. Lureau construit l avenir. www.lureau.fr. Une entreprise à empreinte humaine fête son 50 ème anniversaire

DOSSIER PRESSE. Lureau construit l avenir. www.lureau.fr. Une entreprise à empreinte humaine fête son 50 ème anniversaire DOSSIER PRESSE Lureau construit l avenir Une entreprise à empreinte humaine fête son 50 ème anniversaire LUREAU S.A. 18 rue de La Mairie 18370 PREVERANGES contact@lureau.fr Tél. 02 48 56 48 68 - Fax 02

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

Vous n avez aucune installation à faire et aucune mise à niveau ne vous complique la vie. Vous allez adorer votre nouveau site.

Vous n avez aucune installation à faire et aucune mise à niveau ne vous complique la vie. Vous allez adorer votre nouveau site. Vous souhaitez obtenir plus de clients? Découvrez comment multiplier vos contacts grâce aux 38 millions d internautes français. Aujourd hui il ne suffit plus d avoir un site internet. Il faut un site avec

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes,

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, appréhender leurs perceptions et leur regard sur le monde du

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC Rabat, le 4 avril 2013 Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

FRANCHISÉS LATUSCI SHOP. Préambule

FRANCHISÉS LATUSCI SHOP. Préambule ARGUMENTAIRES FRANCHISÉS SHOP Préambule Forte de ses valeurs et de son expérience, d un catalogue riche de produits d excellence et de services sur mesure, Latusci vous propose de créer un coin de France

Plus en détail

Evasion gourmande : Une promenade gourmande dans Wavre. 12 ème. évasion gourmande. jeudi 2 mai 2013. Spécial "Saint-Printemps"

Evasion gourmande : Une promenade gourmande dans Wavre. 12 ème. évasion gourmande. jeudi 2 mai 2013. Spécial Saint-Printemps Une promenade gourmande dans Wavre 12 ème évasion gourmande jeudi 2 mai 2013 Spécial "Saint-Printemps" Une promenade gourmande dans Wavre Avis aux amateurs de découvertes culinaires: un menu saveur sous

Plus en détail

MLD Pour résumer en une page...

MLD Pour résumer en une page... MLD Pour résumer en une page... MLD est une entreprise spécialisée depuis 2002 dans la gestion des campagnes de liens sponsorisés, en France, à l'international et dans la plupart des langues. Le résultat

Plus en détail

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Café pays USA 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Avec la participation de : Arnaud LERETOUR, Directeur

Plus en détail

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Communiqué de presse C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Un leadership performant en matière

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter Les solutions business outils et services pour votre entreprise vendre communiquer fidéliser prospecter Plus loin à vos côtés Vous êtes une jeune entreprise, client Hager ou membre du Réseau Hager? Votre

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 2 e partie Quelle est votre Valeur ajoutée professionnelle? Notre message aux jeunes diplômés? Venez chez nous développer votre employabilité. Pierre Puig,

Plus en détail