Quand l Europe ouvre le champ des possibles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand l Europe ouvre le champ des possibles"

Transcription

1 Quand l Europe ouvre le champ des possibles

2 3

3 2 accompagne les Directions Financières des entreprises sur l ensemble de leurs problématiques de financement, de trésorerie et de placement à travers le monde. Notre expertise couvre des domaines aussi variés que : > la Trésorerie, en particulier la gestion des flux et moyens de paiement (acquisition monétique, renégociation de frais bancaires, etc.), le conseil en organisation, ainsi que la mise en place et l optimisation de centralisations de trésorerie, et ce, sur trois continents (Europe, Amérique et Asie) ; > les Financements, où nous intervenons auprès des entreprises familiales et cotées autant en amont (conseil en stratégie et politique financière, conseil en notation) que dans l arrangement de leurs opérations financières quelle qu en soit la forme (financement et refinancement bancaire, titrisation, affacturage, placements privés, etc.) ; > la Gestion d Actifs, où notre offre d accompagnement va de la construction de portefeuille jusqu à la sélection des meilleurs gérants et le suivi des investissements, grâce à une expertise couvrant l ensemble des classes d actifs. Totalement indépendant et exempt de tout conflit d intérêts, délivre un conseil spécialisé et sur mesure en toute transparence pour permettre à chaque client d atteindre les meilleures performances. Présentes en Europe, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient, nos équipes ont déjà conseillé plus de 400 entreprises et investisseurs institutionnels, dans plus de 25 pays. 2014

4 4

5 5 Des pistes pour optimiser sa chaîne monétique La monétique fait sa révolution il était temps! L adoption de l Europe des paiements a considérablement modifié la manière de traiter les virements et les prélèvements, ouvrant la voie au sein des trésoreries d entreprise à des réorganisations et à des économies sur la facture bancaire. En revanche, les bénéfices du SEPA ressortent à ce jour beaucoup plus limités en ce qui concerne les paiements par carte. Ces dix dernières années, les commerçants français n ont pu que déplorer la hausse constante de leurs frais d encaissement par carte, conséquence de l utilisation grandissante de ce moyen de paiement (doublement des transactions en valeur). Plusieurs éléments laissent entrevoir un point d inflexion. Sur proposition de la Commission européenne, un règlement en passe d être adopté prévoit de plafonner les commissions multilatérales d interchange sur les encaissements par carte. Ces commissions justifient l essentiel de la tarification de ce moyen de paiement. Aussi le plafonnement de l interchange constitue-t-il une excellente nouvelle pour les commerçants, à condition toutefois que ces derniers exigent de leur banque une répercussion intégrale de ces baisses réglementaires. Souvent à l initiative des autorités de la concurrence nationales, plusieurs pays européens ont d ores et déjà pris la décision de limiter ces commissions interbancaires. En France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Hongrie ou encore en Pologne, le niveau de l interchange carte baisse. En plus de s assurer de la répercussion effective des baisses d interchange, les commerçants ont d autres opportunités pour abaisser encore davantage leur facture monétique : - la pratique du déliassage, ou on us, permet d optimiser le versement de la commission multilatérale d interchange sur une partie des transactions ; - des revenus additionnels en caisse peuvent être générés en intégrant à sa chaîne de paiement par carte le service de change dynamique ; - enfin, les projets visant à centraliser les encaissements sur un périmètre géographique élargi se multiplient, aidés en cela par le développement de standards monétiques communs au niveau européen. Ce rapport présente les pistes de réflexion contemporaines pour optimiser sa chaîne monétique, en privilégiant les retours d expérience et les témoignages de responsables trésorerie-finance, agrémentés de points de vue de nos experts. En espérant que vous trouverez ce document informatif et surtout utile dans la conduite de vos opérations, je vous souhaite une excellente lecture. Alexandre Bousquenaud, Senior Director, Treasury Advisory,

6 6 Sommaire 07 Des transactions carte moins coûteuses L UE agit pour réduire le coût d encaissement carte Un interchange déjà plafonné à l échelon national 12 Voies d optimisation Le Déliassage L Acquisition Transfrontière Le Change Dynamique 19 Cas pratiques

7 Des transactions carte moins coûteuses

8 8 L UE agit pour réduire le coût d encaissement carte Le 24 juillet 2013, la Commission européenne a dévoilé un paquet législatif relatif au domaine des paiements en Europe. Celui-ci se compose d une proposition de révision de la directive sur les services de paiement (DSP2) et d une proposition de règlement relatif aux commissions multilatérales d interchange. L objectif affiché sur ce dossier par l exécutif européen se résume en quelques mots. Il s agit de pallier le besoin d un véritable marché européen des paiements en instaurant un cadre réglementaire favorisant la concurrence, l innovation et la sécurité au bénéfice de l ensemble des acteurs du marché et tout particulièrement, des consommateurs. Cette modernisation du cadre législatif des paiements de détail a été reconnue en octobre 2012 comme l une des actions clés de l Acte pour le Marché Unique II de la Commission. Elle constitue une réponse au Livre vert de la Commission intitulé «Vers un marché européen intégré des paiements par carte, par Internet et par téléphone mobile» et publié en Les commissions d interchange sont reversées par l acquéreur du commerçant à la banque du porteur à l occasion de chaque transaction réglée par carte de paiement. Refacturées au commerçant, elles justifient la majeure partie de la commission de service au titre de l encaissement carte. Leur niveau n est pas négociable étant fixé unilatéralement par les réseaux monétiques. Plafonnement La mesure phare de la proposition de règlement consiste à plafonner à 0,2 % le montant des commissions multilatérales d interchange (MIF) applicables aux paiements par carte de débit et à 0,3 % pour les paiements par carte de crédit. À la clé, des bénéfices pour les commerçants européens, estimés à six milliards d euros par an une fois le règlement entré en pleine application, selon la Commission. Le texte est encore en discussion entre le Parlement, le Conseil et l exécutif européen. Il doit, en théorie, faire l objet d un accord avant la fin de la présidence italienne au 31 décembre Périmètre en discussion À moins d un mois de la conclusion des discussions sur ce texte, il fallait retenir que le principe d un plafonnement de l interchange à 0,2 % pour les transactions par carte de débit et à 0,3 % pour les paiements par carte de crédit restait d actualité. Le Conseil européen, dernière instance à s être prononcée sur le texte, a souhaité que sur les transactions domestiques réglées par carte de débit, le plafond puisse être calculé en moyenne pondérée annuelle et non plus uniquement sur la base de chaque transaction. Ce point, s il était retenu, serait de nature à limiter la force de proposition initiale. Par ailleurs, le Conseil a ramené le champ d application du règlement aux seules cartes consommateurs. Le Parlement avait pour sa part émis le souhait que les dispositions concernent également les cartes commerciales et les cartes des réseaux à trois coins (American Express, Diners Club) supportant des commissions d interchange plus élevées. En contrepartie, le compromis du Conseil introduit la notion de «cartes universelles», qui permettent de réaliser des opérations de paiement n étant qualifié ni de débit ni de crédit. Cette notion couvrirait des cartes spécifiques à la France telles que les cartes à débit différé ou encore celles laissant le choix au porteur de choisir entre un paiement comptant ou au crédit. Le compromis prévoit d appliquer aux cartes universelles les mêmes règles que celles prévues pour les cartes de débit, ce que la délégation française a contesté en plaidant pour une limitation des commissions d interchange à 0,25 % (taux calculé en moyenne pondérée annuelle) ou encore un régime transitoire spécifique pour se conformer aux exigences du règlement. En ce qui concerne les délais d entrée en application des plafonds, le compromis du Conseil propose de les ramener à six mois suivant la date d entrée en vigueur du règlement. La proposition de la Commission prévoyait initialement des délais de deux mois pour les

9 9 transactions transfrontières et de deux ans pour les transactions domestiques, avant qu un amendement du Parlement ne les harmonise à un an. En dehors du plafonnement des commissions d interchange, la proposition de règlement contient d autres mesures favorables. Ainsi, la règle honour all card, qui contraint actuellement les commerçants à accepter toutes les cartes de paiement d un réseau dès lors qu ils en acceptent une, se retrouve limitée aux cartes supportant des commissions d interchange égales ou inférieures. Le texte lève également les restrictions sur le cobadgeage des cartes, donne au consommateur muni d une carte cobadgée la possibilité de choisir le réseau au moment du paiement et encadre les pratiques de tarification des acquéreurs en prévoyant notamment une séparation systématique entre les différentes sources de commission (commissions d interchange, commissions de service commerçant et frais de système). En contrepartie du plafonnement des commissions d interchange, la proposition pour la révision de la directive sur les services de paiement prévoit l interdiction du surcharging, une pratique actuellement autorisée dans 13 pays de l Union européenne, qui permet aux commerçants d appliquer des frais supplémentaires en fonction du moyen de paiement. Cette interdiction ne vaut toutefois que pour les cartes dont les commissions d interchange sont réglementées. Procédure d adoption du règlement européen sur les commissions d interchange Janvier 2012 Livre vert de la Commission européenne «Vers un marché européen intégré des paiements par carte, par Internet et par téléphone mobile» 5-6 novembre 2014 Le comité des représentants permanents (Coreper) est parvenu à une orientation générale sur la proposition de règlement Fin 2014 Le Conseil doit confirmer l orientation générale dégagée sur la proposition de règlement et doit demander à la présidence de mener des négociations avec le Parlement européen en vue de parvenir à un accord en première lecture juillet 2013 Proposition de règlement relatif aux commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte 3 avril 2014 Adoption des amendements du Parlement européen à la proposition de règlement relatif aux commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte Source :

10 10 Un interchange déjà plafonné à l échelon national Sans attendre l Union européenne, plusieurs pays ont adopté des dispositions visant à plafonner, voire à supprimer les commissions d interchange sur les paiements par carte En France notamment, le GIE CB a abaissé le niveau de la commission d interchange (CIP, Commission interbancaire de paiement) pour les règlements d un montant inférieur ou égal à 15 euros. La nouvelle formule de calcul, entrée en application au 1 er avril 2014, combine une commission fixe réduite de moitié, à 0,0235, et une part proportionnelle au montant de la transaction révisée en hausse, à 0,20 %. Les règlements d un montant supérieur à 15 euros restent, quant à eux, soumis à la formule de la CIP en vigueur depuis le 1er octobre 2011 (0, ,18 %), conformément à l engagement quadriennal qui avait été validé par l Autorité de la concurrence. La baisse de la CIP sur les opérations de petit montant s applique aux transactions réalisées dans le système CB (plus de 80 % des flux monétiques en France). Elle intervient après l engagement des réseaux Visa et MasterCard de réduire leurs commissions interbancaires sur les paiements domestiques à 0,28 % du montant de la transaction en moyenne, un niveau équivalent à celui appliqué avant le 1 er avril 2014 par le GIE CB. En vigueur depuis le 1 er novembre 2013, cet ajustement ne vaut que pour les transactions traitées par les réseaux Visa et MasterCard en France, dont les volumes restent relativement limités étant donné le stock de cartes uniquement marquées à leur effigie (essentiellement émises par les groupes de la grande distribution, elles représentent une part de marché d environ 5 %). Formule de la CIP (hors taux bilatéral sur les transactions bloquées - TBTB) Jusqu'au 31 mars 2014 Depuis le 1er avril , ,18 % 0, ,20 % pour les opérations < 15 0, ,18 % pour les opérations > 15 Source : GIE CB Une révision profitable aux paiements de faibles montants en France Panier moyen (en ) Coût de la CIP par transaction avant le 1er avril 2014 (en ) Coût de la CIP par transaction après le 1er avril 2014 (en ) Impact sur le coût de la CIP 1 0,05 0,03-48% 2 0,05 0,03-46% 3 0,05 0,03-44% 4 0,05 0,03-42% 5 0,06 0,03-40% 6 0,06 0,04-39% 7 0,06 0,04-37% 8 0,06 0,04-36% 9 0,06 0,04-34% 10 0,07 0,04-33% 11 0,07 0,05-32% 12 0,07 0,05-31% 13 0,07 0,05-30% 14 0,07 0,05-29% 15 0,07 0,05-28% Source :

11 11 Exemples de mesures visant à limiter les commissions d interchange dans quelques pays européens Réseau(x) Niveau antérieur des CMI Depuis 02/09 Date de changement de règlementation Nouvelle CMI Cartes de débit Nouvelle CMI Cartes de crédit Commentaire Allemagne Girocard Electronic Cash (EC) 0,08 pour les transactions à 25,56 0,30% pour les transactions > à 25,56 01/11/2014 Suppression complète Les frais résultent désormais d'une négociation bilatérale entre commerçants et banques émettrices Espagne 4B, Servired, Euro6000 Cartes de débit : 0,33 Cartes de crédit : 0,76% 01/09/2014 Max 0,2% ou 0,07 0,30% Plafonds pour les transactions < 20 : Cartes de débit : 0,1% Cartes de crédit : 0,2% France Cartes Bancaires 0, ,21% + TICO avant 10/11 0, ,18% + TBTB à partir de 10/11 01/04/2014 0, ,20% + TBTB pour les transactions à 15 0, ,18% reste en vigueur pour les transactions > à 15 Hongrie Visa, MasterCard 01/10/2014 0,20% 0,30% Conformément à l'amendement de la loi sur les services de paiement (Act LXXXV/2009) Italie PagoBancomat 0,12 + 0,1579% depuis 09/10 01/07/2014 0,10 + 0,1309% Un plafond de 0,07 a été adopté pour les paiements reconductibles (bill payment ) Pays-Bas MasterCard (Maestro) 0,90% en moyenne pour les paiements par carte de crédit Maestro 01/06/2014 0,70% Réduction à 0,5% en moyenne en 01/15 et 0,3% en moyenne en 01/16 Décision faisant suite à une enquête de l'autorité de la concurrence locale Pologne Visa, MasterCard 01/07/2014 Source : 0,50% jusqu'à 01/15 0,2% à partir de 01/15 0,3% à partir de 01/15 Les plafonds s'appliquent aussi aux cartes commerciales

12 Voies d Optimisation Déliassage Acquisition Transfrontalière Change Dynamique

13 13 «Limiter les frais d acquisition monétique grâce au déliassage» Entretien avec Mélina le Sauze, consultante en charge des sujets monétiques chez - En quoi consiste le déliassage? - La grande majorité des systèmes de paiement par carte quadripartite, ou à «quatre coins», prévoit le versement par la banque acquéreur à la banque du porteur de carte d une commission d interchange dont le montant correspond généralement à un pourcentage de la valeur de chaque transaction encaissée par le commerçant. «L impact sur les frais monétiques peut être substantiel dans la mesure où la commission d interchange justifie chez les grands commerçants plus de 90 % de la commission de service marchand», Mélina le Sauze, C est le modèle économique appliqué entre autres par Visa, MasterCard ou CB. Dans ce schéma, le on-us, connu sous le terme de «déliassage» en France, consiste à rediriger le flux d encaissement monétique vers la banque émettrice de la carte. De cette manière, le reversement de la commission d interchange à une banque tierce n a plus lieu d être. La technique est valable dans d autres pays européens, notamment en Espagne ou encore en Italie. - Quelles sont les économies envisageables pour le commerçant? - On observe en moyenne une réduction de la facture monétique comprise entre 15 % et 20 %. En procédant au déliassage de ses flux d encaissement monétiques, le commerçant peut prétendre à se faire rétrocéder tout ou partie de l économie générée au niveau de sa banque. Les commissions des flux on-us ressortent en moyenne 30 % à 50 % moins chères. L impact sur les frais monétiques peut être substantiel dans la mesure où la commission d interchange justifie chez les grands commerçants plus de 90 % de la commission de service marchand. - Le déliassage s adresse-t-il à tous les commerçants? - Non. Le préalable indispensable à ce projet est la mise en place d une structure monétique centralisée avec un prestataire (si ce n est pas déjà le cas) afin d être en mesure d aiguiller les flux. Il est crucial, avant de se lancer dans l aventure, d intégrer l éventuel surcoût induit par cette structure à l évaluation des potentielles économies bancaires. Ensuite, pour que le déliassage soit un projet économiquement intéressant, le volume de flux monétique doit être important (plusieurs centaines de millions d euros) et le commerçant doit être prêt à déliasser à minima 30 % de ses flux monétiques, ce qui implique une potentielle multiplication du nombre de partenaires bancaires, et donc de contrats commerçants. Enfin, il est important de noter que l attitude des banques vis-à-vis du déliassage est très hétérogène, tant en termes d acceptation de la technique que des niveaux de réduction accordés. Certaines grandes banques acceptent facilement le déliassage, d autres sont plus réticentes à baisser les prix sur les encaissements de leurs cartes porteurs. Dans tous les cas, mener une négociation objective s impose.

14 14 Acquisition Transfrontière Un projet d optimisation des encaissements carte aux enjeux multiples L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des encaissements par carte en autorisant un traitement centralisé des opérations. fait le point sur une offre de prestation de services en plein essor L optimisation du traitement des encaissements par carte bancaire est une question légitime pour les enseignes implantées dans plusieurs pays, dans la mesure où le moyen de paiement privilégié par les consommateurs pour leurs achats courants génère des coûts relativement importants. Bonne nouvelle, la gamme de services proposés par les prestataires d acquisition transfrontière s est considérablement développée ces dernières années. L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des flux en permettant un traitement centralisé des encaissements par carte bancaire réalisés dans plusieurs pays et à travers différents canaux de distribution. Ce service est non seulement proposé par des banques, qui commercialisent une offre propre ou relaient celle d un partenaire en marque blanche, mais également par des prestataires spécialisés. Chaîne de traitement de l encaissement carte Canaux de distribution Demande d autorisation 1 2 Confirmation de paiement Acquéreur 1 2 Fichiers de paiement Réseaux de cartes Banque du commerçant 1 2 Réglement Banque émettrice de la carte Source : Le choix d un partenaire en charge de l acquisition transfrontière est souvent influencé par la valeur accordée à la gestion des flux cartes. S agit-il d une activité de type side business entrant dans le cadre de la relation globale avec mes banques ou est-elle traitée indépendamment des autres activités bancaires? La réponse à cette question est de nature à restreindre dans un cas ou à élargir dans l autre la diversité de l offre de prestations d acquisition. Les conséquences sur la qualité et le prix du service ne sont pas négligeables. Mode de facturation «Le commerçant est en droit d exiger un mode de facturation opérant une distinction entre les commissions d interchange et les autres types de commissions» En effet, une étude approfondie des diverses offres d acquisition transfrontière souligne des écarts significatifs dans la tarification et la qualité des prestations. Dans leur démarche d optimisation, les donneurs d ordres n ont aucun intérêt à se satisfaire des cotations forfaitaires spontanément proposées par les prestataires. Les coûts relatifs à l encaissement carte reposent essentiellement sur les commissions d interchange, qui sont reversées à la banque du porteur de carte. Or, les réseaux revoient régulièrement à la baisse le niveau des interchanges appliqué sur certains types de carte. De plus, les régulateurs nationaux et européens pourraient prochainement les contraindre à de nouvelles réductions. Aussi, pour

15 15 s assurer une répercussion automatique de ces éventuelles baisses, le commerçant est-il en droit d exiger un mode de facturation opérant une distinction entre les commissions d interchange et les diverses commissions relatives à l encaissement carte facturées par les réseaux et les autres intervenants dans la chaîne de traitement. Également appelé «interchange plus plus», ce mode de facturation garantit la meilleure transparence sur les diverses sources de coûts et protège le commerçant de l application de frais indus. Couverture des besoins De par leur diversité, les commissions d interchange sont également de nature à influencer le périmètre de l acquisition transfrontière. Dans les pays où elles restent fixées par les réseaux domestiques, les commissions d interchange ressortent bien souvent inférieures à celles définies par les réseaux Visa et MasterCard. Pour que ces commissions domestiques puissent s appliquer, les transactions issues de ces pays devront être traitées par un acquéreur en local. Il est donc utile de vérifier que le prestataire est bien en mesure d intégrer ces transactions à sa plate-forme et de les router vers un acquéreur domestique. «Les grilles de commissions interbancaires définies par les réseaux internationaux prévoient des taux inférieurs, dès lors que le processus d encaissement respecte bien les normes sécuritaires» Un autre critère d évaluation concerne la capacité des offres d acquisition transfrontière à traiter les encaissements carte réalisés par le biais des divers canaux de distribution existants tels que la vente en magasin, par Internet, par correspondance ou encore par téléphone. En effet, toutes les offres ne sont pas en mesure de couvrir ces différents canaux de distribution ou de proposer des solutions adaptées. Sécurité Le processus de sélection d une offre d acquisition transfrontière est également l occasion d approfondir les enjeux associés aux normes de sécurité EMV (Eurocard MasterCard Visa) et PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard). Au-delà des investissements initiaux induits par un tel projet, la mise en conformité à ces normes laisse non seulement entrevoir une réduction du taux de fraude et d impayés, mais ouvre également la voie à une baisse des coûts d encaissement. En effet, les grilles de commission d interchange définies par les réseaux internationaux prévoient l application de taux inférieurs, dès lors que le processus d encaissement respecte bien ces normes sécuritaires. D autres sujets, qui ne sont pas uniquement associés à l acquisition transfrontière, peuvent également être porteurs d enjeux financiers et surtout stratégiques pour le commerçant. L intégration des innovations les plus récentes dans la chaîne de traitement de l encaissement carte permet de mieux répondre aux besoins des clients et contribue à fluidifier le parcours client. Ainsi, un commerçant disposant d une importante clientèle étrangère aura tout intérêt à lui proposer au moment du paiement la possibilité de régler dans la devise de son choix via une solution de change dynamique (Dynamic Currency Conversion, lire notre article). Il peut également être opportun d envisager une refonte du parc de terminaux de paiement électronique, dans l idée d harmoniser les équipements sur l ensemble du périmètre et d adopter de nouvelles solutions telles que des tablettes électroniques permettant le paiement sans contact ou le paiement par mobile. De nouveaux moyens de paiement peuvent également être incorporés aux différents canaux de distribution, à l instar des porte-monnaie électroniques. Tous ces points ont récemment été abordés par un commerçant français qui cherchait à optimiser l organisation de ses encaissements carte en Europe. Il s est appuyé sur l expertise de pour mettre en confrontation les offres d acquisition transfrontière formulées par une douzaine de prestataires. La démarche a finalement motivé un changement de partenaire et généré une économie de 17 % sur les coûts initiaux d encaissement carte.

16 16 Change Dynamique Un service orienté client générateur de revenus Le Dynamic Change Currency (DCC) apporte de la transparence aux consommateurs désireux de régler dans leurs propres devises. Le service génère des revenus non négligeables, si bien que certains commerçants envisagent désormais son internalisation Moyen de paiement sécurisé et pratique, la carte de crédit peut créer de mauvaises surprises aux touristes étrangers (un terme qui s entend ici comme résidant en dehors de la zone euro, N.D.L.R.). En cause, une visibilité nulle sur la marge et sur le taux de change applicable aux transactions effectuées durant leur séjour en devises par des visiteurs résidant en dehors de la zone euro, menant à des décalages entre les montants effectivement débités et ceux anticipés par simple conversion au moment des achats. Pour améliorer la transparence, plusieurs sociétés ont développé au milieu des années 90 une solution de paiement baptisée Dynamic Currency Conversion (DCC) ou «Change Dynamique». Prenant la forme d une application installée sur les terminaux de paiement ou intégrée au site du webmarchand, la solution permet aux clients de régler leurs achats dans leur propre monnaie s ils le souhaitent. Au moment de la transaction, l application identifie le pays d origine du porteur à l aide des 6 premiers chiffres de son numéro de carte et détermine ainsi s il est éligible ou non au service. Si le porteur est éligible, l option de paiement est proposée au client. Celui-ci peut refuser, et dans ce cas la transaction se poursuit en devise. En revanche, s'il accepte, le montant de son achat s affiche automatiquement dans sa monnaie, convertie sur la base d un taux de change mis à jour quotidiennement. Le paiement se déroule ensuite comme n importe quelle autre transaction par carte, avec impression d un reçu. Le DCC offre plus de transparence aux clients au moment du paiement Le Dynamic Currency Conversion est un service qui s est progressivement popularisé dans les hôtels, dans les restaurants ou encore dans les grands magasins. Côté client, le DCC apporte plus de visibilité lors de la transaction. Il connaît à l avance le taux de change et la marge qui lui seront appliqués ainsi que le montant débité in fine sur son compte. Cela constitue une sécurité et l assurance de mieux contrôler ses dépenses. Par ailleurs, les taux de change DCC proposés sont, sur le papier, compétitifs. La plupart des prestataires DCC garantissent que la transaction s effectue au meilleur taux (best rate guarantee) et s engagent à rembourser la différence, ou plus, si le client parvient à trouver un taux plus intéressant ailleurs. Sans critiquer la réalité des faits, l argument semble avant tout commercial, rares étant les consommateurs qui iront rechercher le cours de leur monnaie contre la devise au jour de l achat pour vérifier. «Dans le cadre d une transaction DCC, les commerçants reçoivent une partie de la marge traditionnellement facturée au titre de l opération de conversion par les réseaux Visa ou MasterCard et les émetteurs de cartes» Afficher les prix dans la monnaie du client permet de gagner sa confiance et réduire ainsi les litiges et le nombre d impayés. Le Change Dynamique permet également aux commerçants de bénéficier d avantages financiers. En effet, dans le cadre d une transaction DCC, ces derniers reçoivent une partie de la marge traditionnellement facturée au titre de l opération de conversion par les réseaux Visa ou MasterCard et les émetteurs de cartes. Enfin, pour les commerçants qui ont fait le choix d offrir une possibilité de payer dans différentes devises, le DCC présente l avantage de se faire créditer dans la devise de son choix.

17 17 Les acteurs offrant ce service sont nombreux : il s agit soit des entreprises proposant principalement le service de conversion telles que Global Blue, Monex ou encore Fexco, soit des banques ou prestataires proposant au départ une prestation d acquisition de cartes, mais ayant élargi leur périmètre d intervention pour inclure le DCC. Parmi ces acteurs figurent Elavon, Six, Concardis ou encore First Data. Un service sous-distribué L offre DCC a été développée pour se décliner sur plusieurs canaux (terminaux de paiement, sites Web, call centers ou encore distributeurs automatiques de billets ), sur un grand nombre de devises (EUR, GBP, CHF, USD ) et sur la plupart des cartes (Visa, MasterCard, etc.). Cependant, ce n est pas parce que le service existe qu il est systématiquement proposé aux clients. «Pour élargir le spectre des cartes éligibles au DCC, les commerçants doivent négocier directement avec les réseaux concernés» Le premier frein à l utilisation du Change Dynamique est lié aux réseaux. Là où les porteurs de cartes Visa ou MasterCard se verront toujours offrir la possibilité de régler dans leur monnaie, les porteurs des cartes privatives telles que Amex, ou encore Diners, régleront la plupart du temps en devise. Pour élargir le spectre des cartes éligibles au DCC, les commerçants doivent donc négocier directement avec les réseaux concernés. Bien que Visa et MasterCard autorisent la conversion, ces deux géants imposent tout de même des règles en la matière. Ainsi, le commerçant doit fournir assez d'informations au consommateur pour que ce dernier puisse faire un choix éclairé. Et le client doit toujours avoir le choix de refuser la conversion. L éligibilité de la carte dépend également de la monnaie du client. Chaque prestataire DCC propose un éventail plus ou moins large de devises, mais toutes ne sont pas proposées par les commerçants. Le second frein à l utilisation du DCC, en lien avec cette réglementation, réside dans le manque de communication autour de ce service. En effet, un employé mal formé ne va pas proposer le DCC aux clients, tout comme un client mal informé préférera refuser ce service inconnu. Le commerçant doit donc former ses employés aux bonnes pratiques pour augmenter le taux de transactions DCC et disposer de supports publicitaires, sous forme de présentoirs ou d autocollants, pour que le client ait connaissance des possibilités qui s offrent à lui en matière de règlement. Vers une internalisation du DCC? Pour le consommateur, il n y a pas forcément d avantage financier à utiliser le DCC. Le gain ou la perte liés à l utilisation de ce service dépend de sa banque, des réseaux cartes et du commerçant. En général, la marge prélevée au titre d une conversion sur une transaction en devise varie entre 1 % et 3 %. Dans le cadre d une transaction de Change Dynamique, la marge (mark-up) est définie par le commerçant et varie généralement entre 2 % et 3 %, parfois même au-delà. Elle ne doit pas être trop élevée, sinon elle n incitera pas le client à utiliser le Change Dynamique, ni trop faible, car elle ne générera pas assez de revenus. Le consommateur doit donc rester vigilant au moment du paiement s il ne veut pas surpayer le complément d information apporté par le service DCC. «Il semblerait que le taux de conversion diminue suite à l internalisation du service, en raison d un manque d expérience et de communication du personnel de caisse» Les revenus complémentaires encaissés par le commerçant dépendent donc de la marge appliquée à la transaction, mais aussi du partage des gains (kick back) entre les acteurs de la transaction. En fonction de son pouvoir de négociation, le commerçant peut récupérer entre 50 % et 80 % des recettes qu il apporte au prestataire de service DCC. Cependant, avec la crise, les commerçants ont revu à la hausse leurs prétentions et cherchent à capter une part plus conséquente de la marge et des revenus liés au DCC. La question de l internalisation du service est donc étudiée attentivement. Bien que les contraintes soient nombreuses, de plus en plus de corporates se lancent dans cette entreprise.

18 18 Les investissements nécessaires (plates-formes, logiciels et terminaux de paiement) sont conséquents. La gestion des devises et des couvertures associées peut également s avérer complexe, d autant que le DCC est réglementé et surveillé de près par les réseaux Visa et MasterCard. La plate-forme de change doit donc, sous peine d amende, être conforme aux standards édictés par les systèmes de cartes. Autant de facteurs à gérer, à l heure où les entreprises doivent déjà se mettre en conformité avec les normes EMV ou encore PCI/DSS dans le domaine de la monétique, ou plus largement au SEPA pour leurs moyens de paiement. Enfin, il semblerait que le taux de conversion diminue suite à l internalisation du service, en raison d un manque d expérience et de communication/marketing. L internalisation constitue donc un réel challenge, et le retour sur investissement n est pas garanti. Bien négocier les rétrocessions de commission Le DCC est un produit générateur de revenus. En effet, en qualité d apporteur d affaires, le commerçant a toute légitimité pour négocier la rétrocession d une partie des revenus générés par le service de conversion. Prenons l exemple d une entreprise européenne qui génère 300 millions d euros de chiffre d affaires par an en transactions par carte bancaire. Supposons que 20 % des clients de cette entreprise sont éligibles au DCC, ce qui représente 60 millions d euros potentiellement convertibles. Cependant, en raison du manque d information des clients et du personnel de vente, seulement 60 % de ce montant sera effectivement converti en DCC, soit 36 millions d euros. En prenant pour hypothèse que le commerçant a fixé à 3 % le niveau de marge de la conversion avec son prestataire DCC, prestataire se chargeant aussi de l acquisition des cartes, le gâteau à se partager entre ces deux acteurs est d environ 1,08 million d euros. Il devient alors essentiel pour le commerçant de négocier le taux de rétrocession le plus élevé possible (kick back) pour encaisser un maximum de revenus : Kick back 1/3 Kick back 2/3 Part commerçant Part acquéreur/prestataire DCC Source : Par ailleurs, en parallèle de cette redistribution de la marge, les prestataires sont en mesure de proposer des conditions optimisées sur les transactions «DCCisées», pouvant représenter des enjeux considérables au regard des tarifs appliqués sur les opérations étrangères.

19 Cas pratiques

20 20 Europcar centralise l acquisition de ses transactions carte en Europe Le leader européen de la location de véhicules Europcar a décidé de revoir son organisation dédiée à l encaissement des transactions réglées par carte de paiement. L objectif? Déployer une architecture unique dans l ensemble des agences du groupe implanté dans neuf pays en Europe. Un projet que détaille Jean-Claude Poupard, directeur Financements et Trésorerie d Europcar - : Pourquoi Europcar a-t-il décidé de revoir son organisation dédiée à l encaissement des transactions réglées par carte de paiement? - Jean-Claude Poupard : Notre ambition est de déployer une architecture unique dans l ensemble des agences du groupe implanté dans neuf pays en Europe*. Cette initiative s inscrit dans un plan triennal de réduction des coûts et d optimisation des revenus engagé en Par ailleurs, ce projet est également une réelle opportunité d améliorer le service client en fluidifiant le passage en caisse et en élargissant l acceptation à des types de cartes que nous n étions pas en mesure d encaisser jusque-là. La nouvelle organisation doit notamment permettre une acquisition centralisée des flux monétiques par un partenaire unique qui se substituera aux multiples prestataires actuellement engagés, notamment pour l acquisition des cartes domestiques. - Quelles ont été les grandes étapes du projet? - Le point de départ a été de déterminer l acquéreur le plus à même d accompagner le groupe dans son entreprise. Il s agissait alors de mettre en concurrence les partenaires existants, un processus qui n avait plus été engagé depuis plusieurs années. Venant tout juste de se voir transférer la responsabilité de la monétique du groupe, le département Trésorerie a sollicité les conseils de pour l aider à entreprendre la démarche la plus exhaustive possible dans un délai limité à quelques mois. «La sélection de l acquéreur s est fondée sur sa capacité à traiter de manière uniforme les cartes des grands réseaux et les cartes locales utilisées dans les pays où Europcar dispose d un réseau d agences en propre» La première consultation a été l occasion de sonder une vingtaine de partenaires potentiels sur leur capacité à répondre aux besoins du groupe. Cette étape a débouché sur une présélection de treize prestataires, qui a par la suite été restreinte à quatre noms. Alors que notre première idée était de confier la responsabilité des flux monétiques à une des banques proches du groupe, nous avons finalement décidé d élargir la consultation à d autres candidats, aussi bien des banques que des prestataires non bancaires, de manière à explorer toutes les solutions disponibles sur le marché. La sélection de l acquéreur s est essentiellement fondée sur sa capacité à traiter de manière uniforme les cartes des grands réseaux et les cartes locales utilisées dans les pays où Europcar dispose d un réseau d agences en propre. Au final, Europcar a choisi de scinder l acquisition des flux entre un acquéreur qui ne traitera que les flux monétiques en France et un second, qui aura la charge de l ensemble des encaissements par carte réalisés dans les autres pays. Cette organisation se justifie par les difficultés des prestataires étrangers à traiter les transactions opérées en France à des coûts compétitifs. À défaut d un partenaire unique, l unicité de l architecture d encaissement a pu être maintenue grâce à la capacité du prestataire en charge des flux étrangers à capter les transactions réalisées en France avant de les rediriger vers l autre acquéreur. *France, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, Portugal, Autriche et Suisse

Acquisition transfrontière

Acquisition transfrontière Acquisition transfrontière Un projet d optimisation des encaissements cartes aux enjeux multiples L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des encaissements par carte en autorisant

Plus en détail

Alcatel-Lucent élargit sa relation bancaire sur le cash management en France Septembre 2011

Alcatel-Lucent élargit sa relation bancaire sur le cash management en France Septembre 2011 Alcatel-Lucent élargit sa relation bancaire sur le cash management en France La trésorerie du cablo-opérateur a mené une restructuration en profondeur de sa fonction cash management. Cette démarche a abouti

Plus en détail

Euro PP. Une nouvelle manne pour les ETI Janvier 2013

Euro PP. Une nouvelle manne pour les ETI Janvier 2013 Euro PP Une nouvelle manne pour les ETI L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des encaissements par carte en autorisant un traitement centralisé des opérations. fait le

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique EESTEL vous propose en cette année 2010 une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs

Plus en détail

La solution Hospitality

La solution Hospitality Payment Services La solution Hospitality pour hôtels Pour vous et vos clients: la solution Hospitality de SIX Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La solution Hospitality 06

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Innovation monétique dans la relation commerçant-client

Innovation monétique dans la relation commerçant-client L es ateliers Petit auditorium Les Journées de l AFTE 2014 Innovation monétique dans la relation commerçant-client Laurence VALENTIN-ESTURONNE Jean-Bernard HAMEL Pascal BURG Associé Edgar, Dunn & Company

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Document Interchanges et commission Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Table des matières Introduction Coûts de la facilité de paiement 3 Parties impliquées Quelles sont les parties impliquées?

Plus en détail

votre position commerciale

votre position commerciale Position Paper - Acquirers renforcez votre position commerciale grâce au projet de règlement cartes de la Commission Européenne Le paysage économique des paiements a considérablement changé ces dernières

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs AFTE Didier GEIBEN & François FLOURIOT 25 novembre 2008 1 Facteurs d évolution des services de La DSP s inscrit dans un cadre plus

Plus en détail

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements Syrtals Mars 2014 Tous droits réservés SYRTALS SI 1 2 Agenda De quelle centralisation parle-t-on? Pourquoi mettre

Plus en détail

Paris, le 17 avril 2012

Paris, le 17 avril 2012 Paris, le 17 avril 2012 Réponse au Livre Vert de la Commission européenne : Vers un marché européen intégré des paiements par carte, par internet et par téléphone mobile La Commission européenne a invité

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013 Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er janvier 0 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

Présentation ITS Interactive Transaction Solutions

Présentation ITS Interactive Transaction Solutions Présentation ITS Interactive Transaction Solutions ITS Interactive Transaction Solutions Plus de 10 ans d expérience dans les transactions sécurisées et la carte d achat 150 000 transactions / jour 25

Plus en détail

Panorama sur les nouveaux modes de paiement

Panorama sur les nouveaux modes de paiement Panorama sur les nouveaux modes de paiement Présence sur 4 continents Europe Amériques Asie Afrique E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Avertissement Ce document et les informations qu il contient, ne constitue ni une offre de vente ou de souscription, des actions Hi-media dans un quelconque pays. Toute offre de

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires»

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Contribution du Commerce PCI-DSS et protection des données cartes de paiement : évolution vers le «chiffrement

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Jerome FANOUILLERE Surveillance des moyens de paiement scripturaux Banque de France Conférence EIFR 28/02/2013 1 Plan Le Rôle de la

Plus en détail

Payment Services. La solution Retail. pour grands magasins et groupes multinationaux

Payment Services. La solution Retail. pour grands magasins et groupes multinationaux Payment Services La solution Retail pour grands magasins et groupes multinationaux Une solution globale pour les détaillants Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La solution

Plus en détail

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011 ETUDE ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION Mars 2011 Contexte & enjeux Avec l accélération des évolutions concurrentielles, technologiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

Tout sur DCC Dynamic Currency Conversion

Tout sur DCC Dynamic Currency Conversion le manuel de conversion automatique des devises Tout sur DCC Dynamic Currency Conversion Vous avez choisi DCC, la conversion automatique et pratique des devises pour vos clients internationaux DCC La solution

Plus en détail

Introduction aux moyens de paiement

Introduction aux moyens de paiement Introduction aux moyens de paiement Un marché en pleine reconfiguration stratégique Réalisé par Matthias LAVALEE & Anatole de LA BROSSE Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com

Plus en détail

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte COMMISSIE VOOR DE EDINGING COMMISSION DE LA CONCURRENCE CCE 2015-2000 DEF Avis relatif aux commissions

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Particuliers Applicables à la clientèle Mai 2014 Bank Audi France sa 2 1 - EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Commission de tenue de compte Abonnement permettant de gérer ses comptes sur

Plus en détail

Description du Service

Description du Service Description du Service Qu'est-ce que PayPal? PayPal permet à des particuliers et des entreprises d envoyer et de recevoir de la monnaie électronique en ligne. Il offre par ailleurs d autres services de

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Proposer le paiement par carte a mes clients

Proposer le paiement par carte a mes clients Proposer le paiement par carte a mes clients Commerçant, artisan, profession libérale vous souhaitez proposer à vos clients de régler par carte bancaire? Les besoins sont différents selon l activité professionnelle.

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Comptes bancaires au quotidien. SOGENACTIF Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet. On est là pour vous aider

Comptes bancaires au quotidien. SOGENACTIF Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet. On est là pour vous aider Comptes bancaires au quotidien SOGENACTIF Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet On est là pour vous aider S O L U T I O N D E P A I E M E N T S U R I N T E R N E T

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet. www.entreprises.societegenerale.fr

Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet. www.entreprises.societegenerale.fr Comptes bancaires au quotidien SOGENACTIF Faites confiance à la première solution française de paiement sur Internet www.entreprises.societegenerale.fr Vous exercez une activité commerciale et vous souhaitez

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 Préambule S.E.P.A. : Single Euro Payments Area Il s agit d un ensemble d outils opérationnels permettant à tous les utilisateurs de disposer de moyens de paiement

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Acceptation des paiements via PaySquare. Vos paiements entre de bonnes mains

Acceptation des paiements via PaySquare. Vos paiements entre de bonnes mains Acceptation des paiements via Vos paiements entre de bonnes mains Des paiements sûrs Facilitez la vie de vos clients Les paiements par carte bancaire sont sûrs et économiques, ils permettent également

Plus en détail

Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17

Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17 Position AMF Exigences relatives à la fonction de conformité DOC-2012-17 Textes de référence : articles 313-1 à 313-7, 313-54, 313-75, 318-4 à 318-6 du règlement général de l AMF L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels.

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels. Solutions Une expertise au service de vos besoins logiciels. SIX Financial Information Solutions offre une combinaison parfaite des données, des process et du logiciel pour développer des produits sur

Plus en détail

La solution Hospitality

La solution Hospitality Payment Services La solution Hospitality Pour le secteur de la restauration Pour vous et vos hôtes: la solution Hospitality de SIX Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire Bien utiliser la carte bancaire Sécurisée et pratique, la carte permet de retirer de l argent et de payer ses achats. C est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Voici quelques conseils d utilisation.

Plus en détail

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009 Objectifs pour 2009 Titre du document 11 mars 2009 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Projet Retenue à la source libératoire

Projet Retenue à la source libératoire Décembre 2009 Projet Retenue à la source libératoire Retenue à la source libératoire sur les avoirs déposés auprès de banques dans le cadre de relations transfrontalières SOMMAIRE Résumé... 3 1. Situation

Plus en détail

pour vos ventes à distance

pour vos ventes à distance professionnels ENTREPRISES ASSOCIATIONS ENCAISSEMENT à distance Découvrez nos solutions d encaissement par carte pour vos ventes à distance L encaissement à distance est un moyen efficace pour vous permettre

Plus en détail

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques Kit produits garanties publiques Direction des garanties publiques 09 04 2013 Les soutiens publics à l exportation Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à l international sans craindre

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché. Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co

Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché. Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co QUI SOMMES-NOUS? Société de conseil indépendante spécialisée dans les paiements, le crédit et les services

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 CM-CIC PAIEMENT www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Le Groupe CM-CIC Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 PNB : 13,6 milliards Résultat net part du groupe :

Plus en détail

La domiciliation européenne SEPA

La domiciliation européenne SEPA _ FR La domiciliation européenne SEPA Une solution de prélèvement optimisée La zone SEPA compte 32 pays : les 27 États membres de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires. Plateforme Next Generation. Novembre 2015. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires. Plateforme Next Generation. Novembre 2015. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires Plateforme Next Generation Novembre 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par la

Plus en détail

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015)

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015) Conditions Générales Entreprises (en vigueur au 1 er mai 2015) Sommaire Paragraphe Page 1. Définitions...2 2. Conditions...2 3. Gestion du compte courant...4 4. Paiements domestiques & SEPA...6 5. Paiements

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement Comment sécuriser vos paiements en ligne? Entre 2010 et 2013, les chiffres démontrent que c est sur internet que la fraude à la carte bancaire a montré sa plus forte progression. Même si le taux de fraude

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence 1 LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence Point de vue Ailancy Mars 2015 SOMMAIRE 2 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * avec l étranger * Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2012 Opérations à destination de l étranger Virements émis vers l étranger : virements en euros (4) vers l Espace économique européen

Plus en détail

Formation Monétique : approfondissement technique

Formation Monétique : approfondissement technique EESTEL vous propose une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs de paiement (DSP)

Plus en détail

Conférence CLUSIF PCI-DSS. L externalisation : une échappatoire à PCI-DSS?

Conférence CLUSIF PCI-DSS. L externalisation : une échappatoire à PCI-DSS? Conférence CLUSIF PCI-DSS L externalisation : une échappatoire à PCI-DSS? Introduction en quelques chiffres Fraudes àla carte bancaire en hausse de 9,8%*par an en France pour un montant de 342,5M *en 2009

Plus en détail

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Investisseurs institutionnels Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Trafic des paiements Le choix du type de compte et du mode

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES ANNÉE APPLICABLES AUX PROFESSIONNELS PRINCIPALES PROFESSIONS LIBÉRALES AGRICULTEURS ASSOCIATIONS PME - ARTISANS COMMERÇANTS

CONDITIONS TARIFAIRES ANNÉE APPLICABLES AUX PROFESSIONNELS PRINCIPALES PROFESSIONS LIBÉRALES AGRICULTEURS ASSOCIATIONS PME - ARTISANS COMMERÇANTS ANNÉE 2016 PRINCIPALES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PROFESSIONNELS PME - ARTISANS PROFESSIONS LIBÉRALES COMMERÇANTS AGRICULTEURS ASSOCIATIONS Publication septembre 2015. Application au 1 er janvier

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS?

1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS? 1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS? Au titre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises en œuvre par les émetteurs et les accepteurs, l Observatoire a souhaité,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

I. Les évolutions de la carte bancaire liées au cadre défini par le Conseil européen des paiements et à la réglementation de la Commission européenne

I. Les évolutions de la carte bancaire liées au cadre défini par le Conseil européen des paiements et à la réglementation de la Commission européenne I. Les évolutions de la carte bancaire liées au cadre défini par le Conseil européen des paiements et à la réglementation de la Commission européenne A. Les principales règles du SEPA pour les cartes La

Plus en détail

Paiements sécurisés Vendredi 4 Juillet Ile Degaby

Paiements sécurisés Vendredi 4 Juillet Ile Degaby Donnez un second souffle à votre e-commerce Paiements sécurisés Vendredi 4 Juillet Ile Degaby Nicolas Viron / Laurent Bizot Introduction Attente : Quelle solution de paiement sécurisé installer? Thème

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce

CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce CONCLU ENTRE LES PARTIES SOUSSIGNEES : LE CENTRE MONETIQUE INTERBANCAIRE Ci-après dénommée «CMI» sis au 8, angle avenue Moulay Rachid et rue

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr Les Centres d affaires dédiés aux entreprises, CoLLeCtivités et associations Centre d affaires nord/est Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 Centre d affaires ouest Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

Corporate Cards. Embarquement immédiat pour l Europe

Corporate Cards. Embarquement immédiat pour l Europe Corporate Cards Embarquement immédiat pour l Europe Oliver Lauterwein - Principle Cash Management Consultant ING Commercial Banking Paris, March 2015 Agenda 1 2 3 Le marché des Cartes en Europe: Panorama

Plus en détail