ÉVALUATION DU RISQUE DE MARCHÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION DU RISQUE DE MARCHÉ"

Transcription

1 Pagei Banque africaine de développement ÉVALUATION DU RISQUE DE MARCHÉ Juillet 2011

2 Pagei TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ ANALYTIQUE iv I. INTRODUCTION 1 II. LE CONTEXTE DES ACTIVITÉS DE GESTION DU RISQUE DE MARCHÉ DE LA BANQUE 2 Cartographie générale du risque financier de la Banque...2 Les risques de marché structurels...3 Risques induits par l environnement externe...5 III. OBJECTIFS, STRATÉGIES ET EFFICACITÉ DE LA GESTION DES RISQUES 5 Cadre de gouvernance des risques applicables aux risques de marché...5 Efficacité des stratégies de gestion du risque...7 Gestion du risque de change...7 Gestion des risques de taux d intérêt...9 Gestion du risque de contrepartie...13 Gestion du risque de liquidité...17 IV. CAS SPÉCIFIQUE DU FAD 19 Cadre de gouvernance du risque du FAD...19 Ecart opérationnel structurel...19 Gestion du risque de taux d intéret...21 Gestion du risque de change...21 Gestion du risque de contrepartie...22 Gestion du risque de liquidité...22 V. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 23 ANNEXE 1 : Résumé des paramètres essentiels des directives de gestion actif-passif de la BAD ANNEXE 2 : Les risques les plus importants GLOSSAIRE

3 Pageii L évaluation du risqué de marché a été préparé par l équipe du complexe finance tel qu indiqué ci-dessous : Les membres de l équipe de la revue des risques de marché: Kodeidja Diallo Directrice FFMA Patrick Kei-Boguinard Chef de Division FFMA.1 Trevor De Kock Chef de Division FFMA.3 Jacques Djofack Chargé en chef de Risques Financiers FFMA.1 Jacques Archange Akenou Chargé Supérieur de Risques Financiers FFMA.1 Nadine Ahononga Chargée Supérieur de Risques Financiers FFMA.1 Riadh Belhaj Chargé Principal de Risques Financiers FFMA.1 Mahmoud Ly Chargé Principal de Risques de Trésorerie FFMA.3 Mamadou Ouattara Chargé Principal de Risques de Crédit FFMA.2

4 Pageiii LISTE DES ABRÉVIATIONS ABS Titre adossé à des actifs ALCO Comité de gestion actif-passif FAD Fonds africain de développement ALM Gestion actif-passif CSA - Crédit Support Annexe EQB Portefeuille adossé aux fonds propres HTM Portefeuille de titres détenus jusqu à leur échéance IASB Conseil international des normes comptables (IASB) IFRS - Normes internationales d information financière ISDA International Swaps and Dérivatives Association, MBS Titres adossés à des hypothèques NIM Marge d intérêt nette DTS Droit de tirage spécial VLR Taux prêteur variable

5 Pageiv RÉSUMÉ ANALYTIQUE Dans le cadre de ses activités, la Banque est exposée à un certain nombre de risques, dont les principaux sont le risque de crédit de ses engagements liés au développement ainsi que les risques de marché et de contrepartie portant sur ses activités de trésorerie. La quasi-totalité des activités de la Banque est soumise au risque que les prix du marché et les taux (principalement d'intérêt et de change) varient et se traduisent par des profits ou des pertes. La Banque ne cherche pas à réaliser des profits en essayant de prédire ou d'anticiper le niveau futur ou le sens de variation des taux d intérêt ou de change mais s efforce plutôt à limiter les expositions à ces risques de marché, tout en gagnant un rendement raisonnable sur ses actifs de trésorerie. Alors que le risque de marché a généralement été un risque relativement limité dans le contexte des opérations de la Banque, la crise financière a mis en exergue le paradigme du changement. La volatilité des prix des actifs incertains, la solvabilité des contreparties, les augmentations des coûts de financement et des problèmes de liquidité ont affecté la Banque tout comme les autres BMDs. Il s avère ainsi que les risques de marché consomme plus de ressources en capital qu auparavant et, bien qu étant un risque accessoire, nécessite une gestion active. Reconnaissant l'importance croissante de ces risques dans les opérations de la Banque, la Direction revoit et renforce régulièrement les processus et les procédures pour mesurer et gérer ces risques, tout en assurant des contrôles internes et des ressources en capital adéquats pour faire face à ces risques. À cet égard, les stratégies de la Banque en matière de gestion des risques de marché ont été récemment révisées pour refléter ces nouveaux développements. Des mesures ont également été prises par la Direction pour surveiller l évolution des VLR, améliorer l allocation de la dette et l'efficacité de couverture, en plus de la révision du processus d'évaluation des placements de trésorerie et du renforcement de la gestion de l'exposition au risque de marché. Ces mesures sont intégrées dans les activités quotidiennes de gestion financière, soigneusement contrôlées et leur efficacité évaluée régulièrement dans le cadre d ALCO. Malgré un environnement de marché financier externe susceptible de rester difficile dans le futur, les stratégies de la Banque en matière de gestion du risque ont jusqu'à présent été largement efficaces pour la protéger des turbulences du marché. Cependant, des défis subsistent et la vigilance doit être maintenue pour assurer l'efficacité continue et la minimisation des effets indésirables. Dans le cas spécifique du FAD, le maintien de taux d'intérêt bas va créer une pression sur son revenu étant donné la forte sensibilité au niveau général des taux d'intérêt et des rendements des placements détenus jusqu à leur maturité.

6 Page1 I. INTRODUCTION 1.1 En tant qu institution de financement du développement, la principale activité de la Banque est de fournir des ressources en vue d assister ses clients des pays membres régionaux (PMR), tant dans le secteur public que dans le secteur privé, dans le financement de leurs projets et programmes liés au développement. Dans le cours normal de ses opérations et comme toutes les institutions financières, la Banque est exposée à un certain nombre de risques, principalement aux risques de crédit en relation avec ses activités de développement et aux risques financiers découlant de ses activités d emprunt, de placement et de ses activités liées à la gestion actif-passif. 1.2 Compte tenu du manque de ressources et dans le but de se focaliser sur son activité principale, la Banque s est donné comme principale philosophie de gestion des risques l optimisation de l utilisation de sa capacité de couverture des risques pour couvrir ses engagements liés au développement (ses risques principaux). 1.3 Cet objectif est atteint en réduisant au minimum l exposition à ces risques qui, bien qu étant importants, découlent de la mission de développement de la Banque (risques accessoires). Ces risques accessoires sont les risques de liquidité, de taux d intérêt, de change et de contrepartie, plus généralement désignés sous le nom de risques de marché. S il est vrai que les implications financières de ces risques ont été traditionnellement beaucoup moins importants comparés aux risques de crédit des prêts, l évolution du marché financier international au cours des dernières années requièrent une adaptation continue de la gestion du risque de marché de la Banque. Le risque de réputation potentiel qui pourrait résulter d une gestion inefficace du risque de marché est important ; ce risque de réputation pourrait affecter la capacité de la Banque à mobiliser des ressources au meilleur coût sur les marchés de capitaux. Par conséquent, il est impératif que ces risques soient surveillés de près. 1.4 Par ailleurs, avec l évolution du paysage financier, de nouveaux défis sont apparus (notamment les problèmes d évaluation, la forte volatilité de la valeur des actifs, les problèmes de solvabilité persistants et les révisions à la baisse des notes de crédit) qui pourraient avoir une incidence sur la qualité du portefeuille et exercer une pression sur le revenu net et les marges d intérêt. Ces évolutions récentes et futures imposent d accorder une attention égale à ce type de risque et à affiner le cadre de gestion des risques de marché de la Banque. 1.5 Afin d aider le Conseil d administration à exercer ses responsabilités de supervision du risque, la Direction fournit au Conseil deux revues annuelles du risque. La première est la Revue du risque de crédit lié au portefeuille de la Banque 1 dont l objectif est de fournir au Conseil une évaluation du profil de risque général du portefeuille d engagements liés au développement vis-à-vis du secteur public et du secteur privé (c'est-à-dire les risques à l activité principale) et de son évolution. La seconde est la Revue des risques de marché, qui fait l objet du présent document, dont l objectif est de : i) fournir au Conseil des informations sur les risques de marché auxquels la Banque est exposée, qui découlent premièrement de ses activités de placement de trésorerie, d emprunt et de gestion actif-passif, ii) évaluer l efficacité des stratégies utilisées par la Direction pour atténuer ces risques, et iii) mettre en exergue les zones de défis où des améliorations supplémentaires pourraient être requises. Compte tenu de la volatilité actuelle du marché et des préoccupations de la solvabilité de certains pays européens, la Direction communique également dans ce rapport un point de 1 ADB/BD/WP/2010/173

7 Page2 situation sur son engagement limité vis-à-vis de ces pays. Outre la revue annuelle du risque de marché, le Conseil reçoit également des rapports mensuels et trimestriels sur la gestion des placements et du passif 2 ainsi que des points de situation sur les violations 3 des Directives de gestion actif-passif et des Directives en matière de placement du FAD. 1.6 Le présent document est organisé en cinq chapitres. Après cette introduction, le chapitre 2 présente le contexte des activités de gestion du risque de marché de la Banque tandis que le chapitre 3 décrit en détail, pour chaque type de risque, les objectifs, les stratégies et l efficacité globale des pratiques et des activités de gestion du risque de marché de la Banque. Bien que la revue mette principalement l accent sur la Banque africaine de développement, nous saisissons l occasion de traiter aussi les questions spécifiques liées au portefeuille du Fonds africain de développement au chapitre 4.). Le chapitre 5 émet quelques observations finales. II. LE CONTEXTE DES ACTIVITÉS DE GESTION DU RISQUE DE MARCHÉ DE LA BANQUE CARTOGRAPHIE GÉNÉRALE DU RISQUE FINANCIER DE LA BANQUE 2.1 La philosophie générale de gestion des risques de la Banque consiste à optimiser l utilisation de sa capacité à couvrir les risques pour soutenir ses activités liées au développement (c est-à-dire ses risques opérationnels de base). Pour ce faire, la Banque s efforce de réduire au minimum son exposition à Figure 1: Risques opérationnels et accessoires d autres sources de risques qui découlent de sa mission de développement (les risques accessoires ou risques financiers). 2.2 Ces risques accessoires ou financiers sont divisés en deux catégories principales : i) les risques de marché, et ii) le risque de liquidité. Les risques de marchés désignent le risque que des variations des taux d intérêt, des taux de change et du cours des actions entraînent une fluctuation de la valeur des actifs nets de la Banque, y compris les instruments dérivés. Le risque de liquidité fait référence au risque que la Banque ne puisse pas honorer ses engagements de paiement à une échéance donnée. Un tel risque modifiera négativement la cote de crédit de la Banque et augmentera par conséquent de façon significative son coût de financement. Ces risques surviennent de façon structurelle dans les opérations de trésorerie (placements, emprunts et transactions sur les marchés financiers) et dans d autres opérations. Ils ont généralement consommé de faibles ressources en capital jusqu à l avènement de la crise financière internationale comme l illustre la figure Par exemple: "Report on Investment Performance and Liability Management Activity for the Month of January 2011" (ADB/BD/IF/2011/59) 3 Par exemple: "Report on Breaches to the ADB Asset and Liability Management Guidelines and ADF Investment Management Guidelines" (ADB/BD/IF/2011/61)

8 Page3 2.3 En effet, tandis que le risque de marché dans le cadre des opérations de la Banque ait toujours été relativement limité, la crise financière a mis en lumière le changement de paradigme. La volatilité de la valeur des actifs, les problèmes de solvabilité, les hausses des coûts de financement et les problèmes de liquidité ont affecté la Banque tout autant que toutes les autres BMD. 2.4 Il s avère que les risques de marché consomment davantage de ressources en capital qu auparavant et, bien que constituant un risque accessoire, ils nécessitent néanmoins un contrôle et une gestion actifs. De plus, en raison de l évolution du profil du bilan de la Banque et de l apparition de nouveaux types d opérations d intermédiation, des évènements de crise sur le marché pourraient avoir des répercussions significatives sur le revenu net et sur la stabilité de la marge d intérêt nette engrangées les années précédentes. LES RISQUES DE MARCHÉ STRUCTURELS Les risques de marché dans le bilan et le compte de résultat de la Banque 2.5 La Figure 2 montre un bilan et un compte de résultat simplifiés de la Banque. Elle indique que de façon très générale, la Banque possède deux principales catégories d actifs : les actifs en trésorerie et les Figure 2: Bilan simplifié actifs liés au développement (prêts, investissement en fonds propres, garanties, etc.). Ces actifs sont financés principalement par deux sources: les fonds propres (capital libéré et réserves accumulées) et les emprunts (dettes). En outre, les instruments dérivés, constitués principalement de swaps de taux d intérêt et de devises, sont utilisés dans les deux parties du bilan aux fins de gestion des risques. Les risques de marché découlent des interactions (parfois) complexes entre la nature des actifs et des passifs. 2.6 Risque de bilan Le risque de marché est inhérent aux instruments financiers associés aux actifs (prêts, prises de participation, placements affectés à des portefeuilles de négociation ou à des portefeuilles détenus jusqu à leur échéance) et aux passifs (emprunts et instruments dérivés connexes) de la Banque, à l atténuation du risque de crédit, etc. Un déséquilibre entre les actifs et les passifs sur une période de temps donnée entraînent une position ouverte nette de l actif ou du passif. Ce déséquilibre pourrait être en termes de devises, de taux d intérêt ou de la structure des échéances. Tout risque généré par une situation de déséquilibre du bilan qui ne serait couvert, pourrait engendrer des pertes ou des gains potentiels en cas de variation des taux. 2.7 Risque lié au compte de résultats L effet des variations des taux du marché sur la valeur de l actif (A) et du passif (P) ainsi que sur la valeur des instruments sensibles aux taux d intérêt rattachés à ces éléments d actif et de passif se reflète dans les niveaux des revenus et des charges futurs engendrés par ces positions. En période de forte volatilité du marché, des positions non couvertes pourraient exposer le niveau du revenu net aux fluctuations.

9 Page4 Gestion actif-passif et financement symétrique 2.8 Dans sa gestion actif-passif, la Banque poursuit certains objectifs fondamentaux : i) se prémunir contre les risques de marché (c est-à-dire les risques de change, de taux d intérêt et les risques liés aux matières premières) ; ii) offrir aux clients la gamme de produits la plus large et la plus rentable possible ; iii) créer un cadre favorisant des activités d emprunt flexibles tout en garantissant un processus efficace d affectation de la dette. 2.9 La réalisation de ces objectifs requiert un financement suffisamment coordonné qui renvoie aux principes de financement des prêts par des éléments de passif présentant globalement les mêmes caractéristiques en ce qui concerne les taux d intérêt, les taux de change. Ceci limitera au minimum les effets des variations des taux d intérêt et des taux de change sur les actifs financés par le marché Bien que le financement soit coordonné au départ, des risques de taux de change et de taux d intérêt peuvent survenir en raison de facteurs tels que les remboursements anticipés, les déséquilibres résultant de l affectation de la dette, des écarts possibles au niveau des dates de révision du taux LIBOR entre les actifs et les passifs. Ces décalages font l objet d un contrôle interne rigoureux qui donne lieu à des mesures correctives en cas de besoin. Risques de refinancement 2.11 Bien que la Banque ne mobilise pas de ressources par rapport à chaque prêt, elle est néanmoins potentiellement exposée à un risque de refinancement, c est-à-dire au risque de n être pas en mesure de lever des fonds une fois que les passifs arrivent à échéance. Ce risque est réduit grâce à une politique de liquidité prudente, en assurant que la Banque maintient des niveaux prudentiels de liquidité afin de diminuer le risque d emprunt forcé dans des périodes où les conditions du marché ne sont pas favorables ainsi qu à chercher à financer les actifs à long terme avec des passifs à long terme. Les risques de marché croissants résultant des activités d intermédiation des risques 2.12 Alors que la Banque s efforce d assurer une adéquation parfaite entre ses actifs et ses passifs, atteindre ce défi est difficile étant donnée la dynamique de son portefeuille d actifs et de passifs. La croissance de la proportion des prêts du secteur privé, des titres de participation, des quasi-fonds propres, des garantie de premières pertes de défaut, etc. ont introduit de nouvelle dimension à son activité. Alors que les produits de prêt de la Banque sont conçus pour minimiser ou éliminer l'exposition aux risques de marché, les titres de participations et quasi-fonds propres introduisent souvent des risques de change indirects à travers la nature des devises de placements (devises fortes)de la Banque et les monnaies locales utilisées par l'investisseur ou les fonds d investissement en capital risque. En outre, la Banque est directement exposée au risque lié au coût des titres de participation avec des moyens limités ou nuls d'atténuation des risques En cherchant à étendre ses activités de prêts en monnaies locales la Banque a élaboré un cadre qui est conçu pour la protéger contre les risques de marché importants et ce grâce à: des emprunts et de prêts effectués dans les mêmes devises (au travers d émissions obligataires ou de swaps), la structuration et/ou la tarification des prêts pour couvrir les scénarios de risques potentiellement plus élevés tels que les risques de refinancement, les coûts de détention de liquidité, les remboursements anticipés, etc.. et les clauses de substitution de la monnaie.

10 Page5 RISQUES INDUITS PAR L ENVIRONNEMENT EXTERNE 2.14 La récente crise et les turbulences financières (zone euro et MENA) ont montré encore une fois que bien que les risques du marché ne soient pas des risques essentiels liés à l activité, leurs implications pourraient être plus importantes que prévu dans un environnement opérationnel normal. La Banque se doit d appliquer une politique de risque prudente qui l amène à réajuster son approche de gestion de risque de marché afin de pouvoir résister à des conditions de marché anormales et préserver des ratios financiers adéquats. Accroissement des risques de marché systémiques 2.15 Risque de contagion en situation de crise Les marchés financiers internationaux continuent de refléter les séquelles de la crise financière et économique mondiale qui a débuté en Ayant débuté comme une crise des crédits hypothécaires à haut risque, elle s est transformée rapidement en une crise de la liquidité et en une crise bancaire. Au cours de l année écoulée, l inquiétude s est propagée dans un certain nombre de pays, en particulier dans l Eurozone, et l on s attend à des défaillances ou à une restructuration de certaines dettes souveraines de la part de nombreux investisseurs. En outre, les discussions sur le plafonnement de la dette des États-Unis ont conduit au moins une agence de notation à juger «pessimiste» la perspective de la note de la dette des États-Unis. Les évènements dans le Moyen-Orient et Afrique du Nord devraient avoir un impact limité sur la Banque étant donné qu'il n'y a pas de contreparties éligibles dans ces pays, principalement en raison des exigences minimales de la Banque qui sont élevées quant à la notation de crédit des contreparties, et ce, en ligne avec la philosophie de minimisation des risques non-essentiels. Certains nombre d investissement de montants assez limités sont détenus dans des comptes bancaires dans les banques africaines. L'impact le plus direct de la crise nord-africaine est susceptible d'être en relation avec la position de liquidité de la Banque dans le cas de prêts à décaissement rapide significative. Toutefois, cette position est forte. Il est aussi vrai que la Banque a une exposition importante liée à ses activités de développement quant à la région de l'afrique du Nord qui, en plus de sa localisation géographique dans cette région pourrait avoir un impact sur les perceptions des investisseurs, et donc un impact négatif sur ses coûts de financement. Le département du Trésor a intensifié ses efforts de communication avec les investisseurs afin d'atténuer ce risque La complexité grandissante des produits de marché et l augmentation des activités de trésorerie pour couvrir les risques de marché structurels normaux et répondre aux exigences de prêts contre-cycliques ont induit certains risques dans le portefeuille. La réponse rapide de la Banque aux demandes d assistance de ses clients pour faire face aux effets de la crise financière, en particulier en 2009, a entraîné une augmentation substantielle des approbations de prêts, des emprunts et des actifs de trésoreries au cours des deux dernières années. III. OBJECTIFS, STRATÉGIES ET EFFICACITÉ DE LA GESTION DES RISQUES CADRE DE GOUVERNANCE DES RISQUES APPLICABLES AUX RISQUES DE MARCHÉ 3.1 Délégation d Autorité et les Directives de gestion actif-passif Les activités et processus de gestion des risques du marché de la Banque sont gérés dans le cadre de la

11 Page6 Figure 3: Cadre de gouvernance délégation générale des pouvoirs de gestion actif-passif de la Banque (Pouvoirs de gestion actif-passif) 4. La Délégation d Autorité de gestion actif-passif est approuvée par le Conseil d administration et constitue le document de politique générale détaillé concernant toutes les activités de gestion actif-passif de la Banque se rapportant aux risques de change, de taux d intérêt, de liquidité et aux risques de crédit de la contrepartie. En vertu des pouvoirs de gestion actif-passif, le Président est autorisé à approuver les Directives de gestion actif-passif qui définissent des paramètres spécifiques, des règles et des limites dans lesquelles les opérations de gestion actif-passif sont exécutées. Ces Directives sont soumises au Conseil pour information 5. Un résumé des paramètres essentiels des Directives de gestion actif-passif est présenté à l Annexe ALCO Les Pouvoirs de gestion actif-passif assignent au Comité de gestion actifpassif (ALCO), la responsabilité de veiller à l application des pouvoirs et des Directives. Le département de la trésorerie (FTRY) est le premier responsable de l exécution des opérations de gestion actif-passif de la Banque et est chargé à cet effet de la définition et de l exécution des différentes stratégies de placement et d emprunt. Le Département de la gestion financière (FFMA) est principalement chargé d assurer le suivi quotidien de la mise en œuvre des pouvoirs et des Directives. 3.3 Outre les Pouvoirs de gestion actif-passif, les Pouvoirs généraux relatifs aux produits et services financiers 6 tracent le cadre dans lequel les produits de prêt de la Banque sont conçus afin de garantir leur conformité avec le cadre global de gestion actif-passif de la Banque. 3.4 ALCO se réunit de façon régulière, généralement tous les mois, pour examiner les questions liées à la situation financière, aux placements, aux emprunts de la Banque, etc. et est appuyé dans son travail par un certain nombre de groupes de travail techniques interdépartements et inter-complexes 7 qui se réunissent régulièrement pour examiner les niveaux d exposition aux risques de marché et émettre des recommandations à l intention d ALCO sur des aspects liés à la couverture des risques et/ou au rééquilibrage des positions, au suivi, à la conformité et à l information sur les résultats réalisés. 3.5 Le suivi et l information sur les expositions aux risques de marché sont confiés à deux divisions: i) FFMA.1, chargé de la gestion actif-passif, gère le modèle financier et les projections financières de la Banque, ses politiques/directives financières, le suivi et la communication de rapports sur les risques de taux d intérêt, de change et de liquidité et le cadre d adéquation du capital ; ii) FFMA.3, chargé de la gestion des risques de trésorerie, qui veille à la conformité des transactions, procède à l évaluation des instruments, assure le suivi des risques de contrepartie et celui du portefeuille de trésorerie, la conformité et la 4 Proposal for Revising the Banks General Authority on Asset and Liability Management (ADB/BD/WP/2005/101) 5 ADB/BD/IF/2005/293 and ADB/BD/IF/2011/117 6 ADB/BD/WP/1999/164 7 Projections de taux d intérêt, de taux de change, projections financières, produits financiers, crédits non souverains, risque-pays, risque opérationnel

12 Page7 communication de rapports ainsi que la supervision des systèmes de gestion de la trésorerie et des risques de la Banque (Summit et Numerix). EFFICACITÉ DES STRATÉGIES DE GESTION DU RISQUE 3.6 La Banque s efforce de réduire au minimum les risques de marché à travers un ensemble de plafonds d engagement prudentiels, de directives, de pertes maximales etc. La gestion et la maîtrise de ces risques par la Banque ont été éprouvées durant la crise financière et se sont avérées efficaces dans la mesure où cela a aidé la Banque à éviter des pertes importantes contrairement à d autres IFI. Toutefois, au cours des dernières années, la gestion du risque de marché est devenue de plus en plus complexe, à cause de l usage d instruments financiers de négociation plus sophistiqués, en rapport aux risques associés à un bilan traditionnel. La Banque a dû renforcer davantage ses stratégies prudentielles et ses pratiques de gestion actif-passif qui sont résumées ci-dessous. GESTION DU RISQUE DE CHANGE 3.7 L objectif primordial de la gestion du risque de change est de réduire au minimum l impact du taux de change sur la valeur du capital-risque de la Banque et de ses dépenses administratives. Sources du risque de change dans les opérations de la Banque 3.8 Les sources potentielles de risque de change dans les opérations de la Banque sont nombreuses. Il s agit notamment des emprunts, des placements, des investissements en fonds propres et des dépenses administratives. Portefeuille de prêts La Banque offre des prêts à devise unique tirée d un ensemble de devises et des prêts aux conditions du marché dans différentes devises (par exemple, le dollar, l euro, le yen et le rand) ainsi que la possibilité des prêts en devises locales dont le volume est limité. Elle peut également effectuer des achats de monnaies pour répondre aux demandes de décaissement des clients ou de remboursement ou peut offrir des produits de gestion des risques clients tels que les échanges de devises. Quoique toutes ces opérations puissent exposer la Banque au risque de change, celui-ci est atténué par l association des prêts dans une devise avec des passifs (emprunts après swaps) dans la même devise. Placement et financement la Banque peut mener des transactions de placements entre plusieurs devises ou des swaps liés au financement à condition que la Banque n ait pas d exposition résiduelle. Budget administratif La Banque prévoit un budget pour ses dépenses administratives en UC. Toutefois, comme les dépenses effectives sont payées en devises, en cas de fluctuation des taux de change, la valeur en UC des dépenses varie également. La volatilité introduite par les fluctuations des taux de change sur la valeur en UC des dépenses dépend à la fois de la volatilité des taux du marché et des monnaies qui composent effectivement ces dépenses. Stratégie d atténuation du risque de change 3.9 Le principe général qui régit l atténuation des risques résiduels est de faire correspondre le profil de devise des actifs nets de la Banque (c est-à-dire la différence entre les actifs et les passifs libellés dans les mêmes devises) avec le panier de devises de sa devise de référence (DTS = UC). Dans la mesure où l actif net en devises de la Banque représente la valeur de ses fonds propres qui est en UC, si la structure monétaire des fonds propres est

13 Page8 alignée sur celle du DTS, les fluctuations de taux de change du marché compenseront alors parfaitement la valeur en UC des fonds propres de la Banque Les instruments utilisés pour atténuer ce risque sont les contrats de change à terme, les swaps de devises, les contrats à terme, etc. Ces instruments permettent de protéger les actifs nets et le revenu net de la Banque contre les pertes qui pourraient survenir à cause des mouvements volatiles des taux de change. Efficacité de la stratégie d alignement des devises de la Banque avec le DTS 3.11 À la fin du premier trimestre de 2011, les fonds propres de la Banque étaient relativement bien alignés sur la monnaie de référence, le DTS, tel que résumé au Tableau 01. Pour maintenir l alignement des devises composant les fonds propres de la Banque avec le panier de monnaies du DTS, la Banque effectue des opérations d ajustement périodiques de devises 8, généralement des conversions (en espèces) sur le marché au comptant des actifs liquides pour maintenir l alignement souhaité. Tableau 1: Composition en devises des fonds propres par rapport au DTS Monnaie Fonds propres UC (DTS) USD 42.78% 42.81% EUR 33.10% 36.44% GBP 14.19% 11.11% JPY 8.79% 9.64% Autres 1.14% Les gains et pertes de conversion de devises sont limités malgré la volatilité des taux de change du marché tel que cela apparaît dans le graphique ci-dessous, avec une partie des effets de conversion découlant d un indice de déviation bien connu dans la méthodologie de calcul du DTS que la Banque continue de surveiller. La perte de conversion relativement importante enregistrée au premier trimestre de 2011 résulte de l impact du changement des poids des devises du panier du SDR le 1 er janvier 2011 et de l insuffisance de liquidité dans certaines monnaies dû à l exécution tardive des opérations d alignement. La Figure 4 montre qu en 2010, les gains ou pertes de change de la Banque ont progressé de moins de 0,25 %, ce qui indique l efficacité stratégies de gestion du risque de change de la Banque. 8 Les opérations d alignement de devises sont approuvées chaque trimestre par ALCO sur la base de l analyse et des recommandations du Groupe de travail sur les risques de change

14 Page Conformément aux Normes internationales d information financière actuellement en vigueur, la Banque est tenue d établir et de divulguer dans ses états financiers la sensibilité de son bilan aux fluctuations des taux de change des monnaies (par exemple, les effets d une appréciation/dépréciation de 10 % de chaque monnaie composant le panier de monnaies de l UC). Le Tableau 2 indique que l impact d un test de résistance d une variation de 10 % de chaque devise constituant le panier de l UC par rapport au dollar a été limité. Comme les devises africaines ne font pas partie de l UC, la sensibilité aux fluctuations de ces devises par rapport à l UC est plus prononcée. Le déséquilibre résiduel concernant les monnaies africaines est principalement dû aux investissements en actions en monnaies locales pour lesquels aucun financement en monnaie locale n est disponible. Efficacité de la couverture des dépenses administratives 3.14 La Banque protège son budget administratif (qui est libellé en UC) contre les dépassements budgétaires potentiels dus aux variations des taux de change en concluant des contrats de change à terme en vue d aligner la composition de dépenses projetées (qui sont libellées en devises) sur l UC/DTS. Comme une part substantielle de la composante du budget relative au salaire est libellée en UC, une partie du risque de change est déjà largement neutralisé. Pour 2010, le montant total nominal qu il faudrait couvrir était de 144,5 millions d UC, soit 55 % du budget administratif, tandis que la structure en devises de ces fonds reflète aussi près que possible le profil de répartition des dépenses administratives de l année précédente Dans une situation de couverture parfaite, le règlement des contrats à terme compenserait exactement la variation effective des dépenses de la Banque. Dans la pratique, cependant, il existe des différences dans la structure actuelle en devises des dépenses par rapport à la structure en devises prévue des dépenses ainsi qu un écart de temps entre le taux utilisé dans le budget et le taux auquel il est possible d effectuer la couverture. Pour 2010, l effet net de la couverture a été une perte de UC, dont l essentiel ( UC) a été dû à l écart entre le taux de la couverture et le taux inscrit au budget. Dans l ensemble, la couverture a permis effectivement de limiter les dépassements budgétaires dus aux fluctuations des taux de change. Un rapport plus détaillé sur la couverture du budget est fourni dans un document séparé 9. Les stratégies de gestion du risque de change de la Banque ont généralement permis effectivement de limiter l effet des fluctuations des taux de change sur les pertes budgétaires et les pertes de change. Toutefois, compte tenu des variations rapides des taux de change, le défi à relever pour la Banque est d assurer un rééquilibrage plus fréquent des décalages entre les monnaies afin de limiter davantage les effets des gains et des pertes de change. GESTION DES RISQUES DE TAUX D INTÉRÊT Tableau 2: Sensibilité des devises Variation de sensibilité Devise Variation Valeur Valeur des fonds propres (en millions d UC) Sans couverture Avec couverture intégrale (en millions d'uc) Perte/Gain En points de base Euro contre dollar 10 % 4,820 4, Livre sterling contre dollar 10 % 4,819 4, Yen contre dollar 10 % 4,821 4, Monnaies contre DTS africaines 10 % 4,816 4, Execution Report On The Hedging Of The 2011 Bank Group Administrative Expenses (ADB/BD/IF/2011/71)

15 Page La philosophie de base qui régit la gestion des risques Figure 6: Structure des taux d intérêts de taux d intérêt est celle du financement coordonné, complété par les tests de résistance et l analyse des scénarios, afin de réduire au minimum les disparités de la structure et des échéances (réévaluation du prix) des actifs et des passifs dans les portefeuilles de la Banque. La minimisation de ces disparités protège la marge d intérêt nette de la Banque des fluctuations à court terme des taux d intérêt du marché. Sources du risque de taux d intérêt dans les opérations de la Banque 3.17 Le risque de taux d intérêt est une conséquence directe de la fonction d intermédiation financière de la Banque. La Banque possède une variété d actifs et de passifs à taux fixes et variables dont beaucoup sont sujets à une révision lorsque les taux d intérêt évoluent. La Figure 6 montre le bilan simplifié en faisant ressortir ses caractéristiques générales liées aux taux d intérêt. Si les passifs à court terme et les actifs à long terme à taux fixe occupent une place prédominante dans le bilan, celui-ci serait sujet à des pertes lorsque les taux d intérêt augmentent et vice versa. Les actifs et les passifs à taux variable (flèches en zigzag) sont composés des emprunts (convertis en emprunts à taux variable), les placements liquides et les prêts à taux variable qui sont gérés par rapport à un taux d intérêt de référence correspondant au Libor à 6 mois afin de «verrouiller» la marge d intérêt nette de la Banque quelles que soient les variations futures des taux. Aux fins de gestion du risque de liquidité, les placements sont répartis entre un portefeuille opérationnel qui offre le pool de liquidité le plus accessible pour financer les besoins de liquidité à court terme et un portefeuille prudentiel qui fournit également de la liquidité qui n est peut-être pas immédiatement nécessaire pour les activités opérationnelles. Les composantes à taux variable comprennent les prêts à taux variable (VLR un des produits les plus anciens et les moins utilisés de la Banque) qui sont financés à partir d un pool comprenant des emprunts à taux fixes et variables. Les actifs et les passifs à taux fixe (flèches droites) dont le taux d intérêt ne varie pas jusqu à l échéance, quelles que soient les évolutions des taux d intérêt du marché et qui comprennent les capitaux propres (capital versé plus réserves accumulées), les prêts à taux fixe et le portefeuille de placements détenus jusqu à leur maturité (HTM) ou «adossé aux fonds propres» (EQB). Aux fins de gestion et d enregistrement comptable, les fonds propres sont considérés comme étant sans échéance et sans contrepartie financière. Ces actifs et ces passifs sont par conséquent gérés par rapport à une valeur de référence qui permet à la Banque de générer un rendement sur fonds propres constant et offre un flux de revenus relativement stable. Concrètement, le portefeuille HTM ou EQB est investi dans une structure d échéances à plusieurs niveaux sur une période de 10 ans de sorte que 10 % de ces actifs arrivent à échéance chaque année pendant les 10 prochaines années.

16 Page11 Stratégie d atténuation du risque de taux d intérêt 3.18 La principale stratégie pour la gestion du risque de taux est d égaler la sensibilité au taux d intérêt des deux côtés du bilan. Plus précisément, des groupes d actifs sont financés par de la dette qui a les mêmes caractéristiques en terme de taux d intérêt (fixe ou flottant), devise et maturité. Cela crée un mécanisme naturel de compensation qui «immunise» le bilan Compte tenu de la structure décrite ci-dessus, la gestion du risque de taux d intérêt est axée sur la détermination de la sensibilité des taux d intérêt et des écarts du bilan et sur l application des pratiques de gestion du risque pour assurer une couverture contre les effets potentiels des variations de taux d intérêt. Stabilisation de la marge d intérêt nette (NIM) 3.20 Comme l illustre la Figure 7, malgré la persistance des variations nettes des taux d intérêt, l impact sur la marge d intérêt nette de la Banque a été relativement limité au cours de la dernière décennie, ce qui démontre l efficacité générale des stratégies de gestion du risque de taux d intérêt de la Banque. Le portefeuille EQB est raisonnablement bien aligné sur son indice de référence comme l indique la Figure 8. Effet de stabilisation du portefeuille détenu jusqu à son échéance 3.21 Le portefeuille de placements gérés en interne de la Banque comprend deux composantes : le portefeuille de négociation géré par rapport à un Figure 9: BAD Portefeuille HTM (YTD Return) indice de référence correspondant au Libor à 6 mois et le portefeuille de placements détenus jusqu à leur échéance (HTM) ou adossés aux fonds propres (EQB) en utilisant une structure de refacturation. Conformément à la stratégie de gestion du risque de taux d intérêt qui est destinée à protéger la marge d intérêt nette contre les variations des taux d intérêt, le portefeuille de placements détenus jusqu à leur échéance offre un effet de stabilisation tel qu illustré par la Figure 9. Tests de résistance Sensibilité à la volatilité des taux d intérêt 3.22 Malgré la concordance de taux d intérêt entre les actifs et les passifs, des déséquilibres résiduels exposent la Banque à des gains et à des pertes à mesure que les taux d intérêt évoluent. À titre d exemple, et comme noté ci-dessus, les fonds propres de la

17 Page12 Banque ne sont pas sensibles aux variations des taux d intérêt tandis que les actifs financés par ces fonds propres sont investis à taux fixe avec des échéances allant de un à dix ans. Lorsque de tels actifs à taux fixe arrivent à échéance, les fonds sont réinvestis dans de nouveaux actifs qui seront négociés selon toute probabilité à un taux d intérêt différent de celui des actifs arrivant à maturité. Comme les fonds propres sont considérés comme à coûts nuls à des fins comptables, le revenu de la Banque variera alors par rapport au rendement de l actif financé par fonds propres. Au 31 mars 2011, un mouvement parallèle à la hausse/à la baisse des taux d intérêt du DTS de 100 points de base aurait entraîné un gain/perte de revenu d environ 7 millions d UC Certains actifs et passifs sont détenus à leur juste valeur 10 (par opposition à coût amorti), leur valeur fluctue selon le niveau des taux de marché (courbes du Libor). Des changements de taux d intérêt généreraient des changements dans les valeurs de ces actifs et passifs qui impliqueraient des gains ou des profits. Au 31 mars 2011, une évolution à la hausse des courbes de taux de 100 points de base pourrait entraîner un gain de 110 millions d UC et une évolution à la baisse semblable entraînerait une perte de 125 millions d UC pour la Banque. Une bonne partie de cette sensibilité résulte de la valorisation des swaps de taux attachés à des prêts, pour lesquelles les prêts sous-jacents n offrent pas une compensation dans la mesure où ces prêts sont détenus au coût amorti. La Banque a commencé récemment à appliquer les dispositions relatives à la comptabilité de couverture qui devraient réduire la sensibilité déclarée aux taux d intérêt. Nouveaux défis à relever 3.24 Déséquilibre du portefeuille VLR Compte tenu du montant important des paiements anticipés de prêts VLR avant 2007, l on a observé un important Figure 10: Evolution des couts de portage déséquilibre entre le pool des actifs et des passifs qui requiert un suivi et une gestion rigoureux. Les emprunts finançant le pool de prêts VLR sont les plus anciens, à taux d intérêts fixes et élevés, avec une échéance plus longue que les prêts qu ils financent. À mesure que les prêts sont amortis ou remboursés par anticipation, la Banque se retrouve avec des emprunts onéreux pour lesquels elle ne dispose pas d actifs à haut rendement pour réinvestir les fonds, particulièrement dans le contexte actuel où les taux d intérêt sont bas. Ce sur-financement et le coût de portage sont indiqués dans la Figure 10. La Banque surveille cette position de façon permanente afin de tirer parti de toute possibilité d accroître le rendement sur ces passifs excédentaires et minimiser le coût de portage Affectation de la dette La dette de la Banque est affectée soit à des pools d emprunt spécifiques permettant de financer des prêts de nature identique, ou à la liquidité 11. Les pools d emprunt permettent à la Banque de déterminer la marge de financement qui doit être appliquée aux prêts financés par ces pools. Avec l augmentation des activités de prêt de la Banque aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé au cours des dernières années et face à l augmentation des produits dont les coûts ne sont pas entièrement répercutés à la clientèle, la Banque est actuellement en train de réviser sa 10 Portefeuille de négociation, dérivés et emprunts qui ont été choisis pour l option de la juste-valeur. 11 The Debt Allocation Methodology (ADB/BD/IF/97/168)

18 Page13 méthode d affectation de la dette afin d allouer de manière plus optimale ses emprunts à l ensemble de la gamme des produits de prêt qui permettra à la Banque de mieux gérer l impact de la volatilité du marché sur son revenu. Si les stratégies de gestion du risque de taux d intérêt ont permis effectivement de minimiser l impact des variations de taux d intérêt sur la marge d intérêt nette de la Banque, le coût, excessivement élevé des emprunts qui financent les prêts à taux variable (VLR) continuera d influer négativement sur le revenu net de la Banque et doit alors être surveillé de près et géré de façon active. GESTION DU RISQUE DE CONTREPARTIE La Banque s efforce de minimiser la perte financière associée au risque que des contreparties dans une transaction de placement ou de produit dérivé fassent défaillance avant l échéance de la transaction ainsi que les risques non financiers découlant (de réputation). Sources du risque de contrepartie 3.27 Le risque de contrepartie est distinct des risques de crédit de base encourus dans le cours normal des opérations de prêts souverains et non souverains. La Banque se trouve exposée au risque de contrepartie à travers ses activités de trésorerie, notamment ses activités de négociation et de placement 13, d emprunt et les activités connexes liées aux instruments dérivés (surtout les swaps) 14. Les activités de négociation et de placement concernent les fonds qui sont détenus dans les comptes de la Banque ou investis dans une variété d instruments financiers, notamment des titres. Emprunts et instruments dérivés La Banque est également exposée au risque de contrepartie lorsqu elle s engage dans des transactions sur des instruments dérivés tels que les swaps avec des contreparties. Bien que la plupart des swaps aient une juste valeur nulle au début de la transaction, au fil du temps, l évolution des taux du marché peut modifier la juste valeur des swaps en faveur de la contrepartie ou de la Banque. Dans la mesure où la juste valeur des swaps amène la contrepartie à être débitrice vis-àvis de la Banque à un moment donné, la Banque est exposée au risque de contrepartie. Stratégie d atténuation du risque de contrepartie 3.28 La Banque s efforce de réduire le risque qu une défaillance de la contrepartie ou qu un abaissement de sa notation de crédit puisse entraîner soit une perte financière ou porter préjudice à la réputation de la Banque à travers un cadre prudentiel comprenant : i) des contreparties agréées ; ii) des normes minimales de notation du crédit; iii) des plafonds d engagement vis-à-vis des contreparties, et iv) des mesures d atténuation du risque de contrepartie. 12 Si le risque de contrepartie peut ne pas être généralement considéré comme un risque de marché véritable comme le risque de taux d intérêt ou de change, il se manifeste à travers les variations de la valeur des actifs et des passifs, et par conséquent à travers les gains ou pertes résultant de variations du risque de crédit de la contrepartie. 13 Fonds détenus dans les comptes bancaires, les dépôts ou investis dans une variété d instruments financiers, y compris des titres 14 Bien que la plupart des swaps aient une juste valeur nulle au début de la transaction, au fil du temps, l évolution des taux du marché peut modifier la juste valeur des swaps en faveur de la contrepartie ou de la Banque. Dans la mesure où la juste valeur des swaps amène la contrepartie à être débitrice de la Banque à un moment donné, la Banque est exposée au risque de crédit de la contrepartie.

19 Page14 Tableau 3 : Cadre d atténuation des risques Approche Mesures prudentielles Priorité Gestion des engagements Diversification Contreparties agréées Notations minimales Plafonds d engagement sur contreparties Diversification des activités entre un certain nombre de contreparties afin de minimiser l impact d une défaillance de la part d une seule contrepartie. Toutes les nouvelles contreparties (contreparties de placement, de négociation ou d instruments dérivés) doivent être officiellement agréées par le Vice-président chargé des Finances sur la base de leur conformité avec les Directives de gestion actif-passif, des justifications opérationnelles fournies par FTRY et de l analyse du risque fourni par FFMA. La liste agréée est révisée et validée périodiquement par ALCO. Pour que toutes les contreparties agréées correspondent aux risques de crédit inhérents aux différents types de transactions (voir Annexe 1). Généralement, des notations minimales plus élevées sont exigées pour les transactions à échéances plus longues et ayant un caractère plus complexe. Chaque contrepartie se voit assigner un plafond lié à sa note de crédit, lequel plafond est exprimé en pourcentage du montant le moins élevé entre la valeur nette de la Banque et la valeur nette de la contrepartie. Autres mesures d atténuation Documentation et accords juridiques Toutes les contreparties dans des transactions de dérivés sont tenues de remplir une documentation uniformisée (Accordcadre de l ISDA et Annexe de garantie ou CSA) qui permet de «compenser» les engagements liés à des transactions multiples conclues avec une contrepartie unique. Ceci réduit généralement le niveau d exposition net. Amélioration de l exposition au risque de contrepartie et profils de classes d actifs 3.29 La Figure 11 et la Figure 12 montrent l évolution des risques de contrepartie (AAA, AA = AA- à AA+, A = A- à A+ et moins). Figure 11: Figure 12: Profil de notation Le profil de notation Profil historique du risque de crédit de En mars 2011 contrepartie de l exposition au A AA AAA risque de contrepartie s est amélioré au fil du temps, avec une exposition accrue visà-vis des entités notées AAA. La crise financière a entraîné une tendance à se 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% replier sur la meilleure qualité ce qui s est manifesté par la hausse des engagements sur les contreparties notées AAA, mais elle a également entraîné une augmentation du nombre de contreparties ayant une cote inférieure à cause de la dégradation de la note des contreparties de nos placements existants. Cette tendance a été particulièrement prononcée en Pendant l année 2010, cependant, l exposition aux contreparties ayant une cote inférieure a

20 Page15 été sensiblement réduite. La Figure 12 révèle la prédominance des placements souverains, supranationaux et d agences, soit 59 % du portefeuille. Engagements liés aux ABS/MBS 3.30 Le secteur des titres adossés à des hypothèques (MBS) et plus précisément le secteur des crédits hypothécaires à haut risque a été largement à l origine de la crise financière survenue en L exposition de la Banque aux titres ABS/MBS à la fin de l année 2007 représentait environ 12 % du portefeuille total de placements et a nettement baissé depuis lors pour s établir à 4% seulement. 83 % des titres ABS/MBS figurant dans le portefeuille de la Banque conservent encore leur notation minimale admissible AAA. Pendant la révision des Directives de gestion actif-passif de 2010, la Banque a réduit les plafonds d exposition acceptables aux ABS/MBS dans le portefeuille de négociation de 35 % à 25 % de la taille du portefeuille. Ce taux demeure à 10 % pour le portefeuille HTM. Les plus importants engagements 3.31 Les engagements de la Banque vis-à-vis des entités souveraines et des institutions bancaires sont concentrés dans les pays et institutions fortement cotés comme le montre l Annexe 2. Au niveau des pays, l exposition à l Allemagne, la France, les Pays-Bas représente la plus grosse partie de l exposition à la zone Euro tandis que la Zone Non-Euro est dominée par les USA et le Royaume-Uni. Constitution de fortes garanties pour les engagements sur instruments dérivés 3.32 Tous les engagements sur instruments dérivés, à l exception d un instrument auquel la Banque est exposée à hauteur de 5 millions de dollars, sont garantis quotidiennement avec des valeurs en espèces ou des titres éligibles. Au 31 mars 2011, la Banque détenait des contrats sur instruments dérivés d un montant nominal de 14milliards d UC pour une valeur marchande de 770 millions d UC et a reçu des garanties d un montant de 735 millions d UC pour couvrir ces engagements. Conformité avec les Directives 3.33 Les placements dans des titres détenus en violation des Directives - Comme il a été porté à la connaissance des Conseils)15 ; certains placements ont été dégradés pendant la crise financière et sont détenus actuellement en violation des Directives de gestion actifpassif (181 millions d UC ou 2,4 % du portefeuille au 31 mai 2011). Quatre points sont à souligner : 4% Figure 13: Portefeuille de la BAD par catégorie d instrument au 31 mars 2011 (Exprimé en pourcentage de la valeur totale de l actif net) 25% La Banque continue de réduire ces positions des que les conditions sont favorable sur le marché financier. les violations sont largement inférieures à leur pic de 2009 (636 millions d UC, soit 12 % du portefeuille) et se sont stabilisées ou continuent de baisser ; 6% Actual (December) 35% Limit 21% ABS/MBS Corporate Banks Gov./Supras/Agencies Money Market 59% 10% 15 «Report on Breaches to the ADB Asset and Liabiliy Management Guidelines and ADF Investment Management Guidelines» (ADB/BD/IF/2011/61)

21 Page16 36 % des placements détenus en violation des Directives arriveront à échéance d ici à la fin 2012 et 75 % d ici à la fin 2015; Ces exceptions peuvent être ramenées dans les limites du minimum exigé par les Directives au fil du temps car les notations minima exigées sont plus faibles pour des échéances plus courtes. En résumé, la Banque continue de maintenir un niveau de risque de contrepartie prudent à la lumière des problèmes de solvabilité persistants. Le renforcement de la surveillance des expositions aux contreparties qui peuvent avoir des expositions importantes vis-à-vis des pays de la zone euro, est déterminant. Le risque de contrepartie devrait rester un enjeu clé dans la zone euro étant donné l'effet de contagion potentiel. Même en l'absence d'un défaut, les problèmes de solvabilité restent alimentés par l impact négatif des marges d investissement, ce qui peut entrainer des pertes latentes. Ceci est partiellement atténué par le maintien d'un portefeuille de titres détenus à des fins de négociation à échéances relativement courte. ENGAGEMENTS LIMITÉS VIS-À-VIS DES RÉGIONS ET ENTITÉS EN DIFFICULTÉ 3.34 La Banque n a aucun engagement vis-à-vis de gouvernements ou entités situés au Portugal ou en Grèce. Elle a une exposition de moins d un million d UC sur un titre Table 4: Exposition à l Espagne et l Italie ABS/MBS enregistré en Irlande16. Les expositions à mai 2011 vis-à-vis de l Italie et de l Espagne sont présentées au Tableau Les expositions de la Banque vis-à-vis de trois contreparties «en difficulté» pour lesquelles elle a déjà constitué des provisions dans ses comptes financiers ont évolué et ont eu un impact positif sur le portefeuille. Le placement de 50 millions de dollars dans Golden Key, un instrument de papier commercial adossé à des actifs qui a fait défaut en 2007, a été finalement restructuré en Ce placement a été déprécié dans les livres de la Banque d environ 56 %. Suite à cette restructuration, la Banque a reçu un versement en numéraires et un portefeuille de titres sous-jacents de l instrument de placement. Ces titres sont gérés en interne. Les engagements de la Banque liés à des instruments dérivés vis-à-vis de AIG (d un montant nominal de 358 millions de dollars) ont été transférés à d autres contreparties en 2010 suite à la décision d AIG de sortir de l activité de négociation des instruments dérivés. Le portefeuille renferme toujours des expositions aux obligations (56 millions de dollars, 10 millions d euros et 16 millions de livres sterling) avec des échéances comprises entre 2011 et La valeur de ces titres a augmentée et ce qui a entrainé une reprise sur dépréciation. L exposition à MBIA a été réduite au premier trimestre 2011 suite à la vente de 30 millions de dollars (sur un total de 80 millions de dollars) liée à des obligations arrivant à échéance en Le solde demeure dans le portefeuille avec une provision pour dépréciation d environ 30 %. 16 Bien que la garantie soit des prêts automobiles italiens

22 Page Il est important de noter que les évènements dans le Moyen-Orient et Afrique du Nord devraient avoir un impact limité sur la Banque étant donné qu'il n'y a pas de contreparties éligibles dans ces pays, principalement en raison des exigences minimales de la Banque qui sont élevées quant à la notation de crédit des contreparties, et ce, en ligne avec la philosophie de minimisation des risques non-essentiels. Certains investissements de montants assez limités sont détenus dans des comptes bancaires dans les banques africaines. GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ 3.37 Les objectifs primordiaux de la gestion du risque de liquidité sont : i) de couvrir tous les besoins de trésorerie probables pour un exercice donné sans avoir besoin de solliciter des financements supplémentaires auprès des marchés de capitaux, et ii) assurer que les placements de négociation peuvent être liquidés à brève échéance sans engager des coûts de transaction excessifs dans les conditions normales du marché. Pour ce faire, la Banque s efforce de maintenir en toutes circonstances un niveau minimum d actifs liquides (le PML 17 ). Sources du risque de liquidité dans les opérations de la Banque 3.38 En tant qu institution de financement du développement finançant des projets à long terme qui emprunte des ressources et les détient sous forme de liquidité en vue d effectuer des décaissements suivant le calendrier d exécution des projets/programmes, la Banque fait généralement face à deux types de risques de liquidité : i) l insuffisance de liquidité pour faire face aux besoins de trésorerie en temps voulu, notamment l effet défavorable sur la réputation résultant de l incapacité de continuer à assurer le déroulement normal des activités de prêt, et ii) l incapacité de vendre un placement ou de racheter une position courte à un prix raisonnable dans le délai requis Les principales composantes ayant une incidence sur les besoins de liquidité de la Banque sont les rentrées de fonds (remboursement des prêts, revenus des prêts et placements et les versements de souscriptions) et les sorties de fonds (décaissement, paiement du service de la dette, appel sur garanties et dépenses administratives). Tandis que nombre des composantes sont relativement prévisibles, le niveau et le calendrier des décaissements prévus est le paramètre le plus essentiel pour une gestion efficace du risque de liquidité. Ceci est particulièrement important dans le cadre de l intervention de la Banque face à la crise financière et à l heure où la Banque conclut des prêts de gros montant dont un grand nombre sont également des prêts à décaissement rapide. Stratégie d atténuation du risque de liquidité 3.40 À la lumière de ce qui précède, le cadre de gestion du risque de liquidité est destiné à identifier des mesures permettant de réduire totalement le risque de déficit de liquidité. La stratégie d atténuation du risque se situe à un niveau opérationnel et prudentiel et répond au souci d une gestion tactique du risque se rapportant à la structure et aux caractéristiques de liquidité du portefeuille de placements (négociabilité, niveau d engagement par notation et instruments). Le PML fixe le niveau minimum d actifs liquides que doit maintenir la Banque en toutes circonstances et est calculé de façon trimestrielle comme étant le besoin de trésorerie net prévisionnel sur un horizon mobile d un an. La raison justifiant la mise à jour trimestrielle est d assurer que le PML suit étroitement les besoins de trésorerie effectifs de la 17 Niveau minimum prudentiel de liquidité. Le PML est le besoin de trésorerie net projeté sur un horizon mobile d un an et est calculé de façon trimestrielle.

23 Page18 Banque. La Banque est également en mesure d'accéder à des financements de court terme grâce à son programme de papier commercial (Euro Commercial Paper ECP) et par des accords de rachat des actifs de haute qualité dans son portefeuille EQB Ce cadre a été utile au maintien d un niveau de liquidité et de financement adéquat qui est un facteur crucial à la base de la cote de crédit solide dont jouit la Banque. Également dans une situation de volatilité du marché, une liquidité forte constitue pour la Banque une protection. C était le cas pendant la crise financière où la Banque disposait d un matelas minimum de trésorerie important et a toujours pu accéder à de nouvelles ressources auprès des marchés de capitaux quoiqu à un coût plus élevé comme ce fut le cas pour tous les emprunteurs, y compris les BMD. La situation de la liquidité de la Banque demeure forte 3.42 Au début de l année 2010, la Banque a révisé la définition Figure 16: de la liquidité admissible pour inclure les placements hautement liquides figurant dans le portefeuille HTM qui avaient jusqu ici été exclus. Certains placements non liquides figurant dans le portefeuille de négociation, qui étaient tous considérés auparavant comme faisant partie de la liquidité admissible sont désormais exclus dans la nouvelle définition. La nouvelle définition inclut désormais toutes les valeurs en espèces, en dépôts, en titres publics, les titres supranationaux et d agence ainsi que les titres bancaires et d entreprise avec des décotes liées à la notation quel que soit le portefeuille dans lequel ils sont détenus. Les titres ABS/MBS sont exclus car ils se sont avérés non liquides. L effet de cette nouvelle définition a été un accroissement substantiel du niveau actuel de la liquidité en comparaison du PML, comme présenté à la Figure 16. Comme on peut l observer, le niveau effectif de liquidité est resté constamment supérieur au minimum prudentiel prescrit par la politique. Ceci confirme le fait que la Banque disposait d une liquidité plus que suffisante pour faire face aux besoins de trésorerie nette d une année en cas de perturbation du marché. Portefeuille hautement liquide 3.43 En outre, la structure des échéances du portefeuille de négociation (opérationnel et prudentiel) qui est censé fournir la source de liquidité la plus immédiate montre que 37 % des actifs ont une échéance très courte, y compris la trésorerie et les dépôts. Table 5: Profil de maturité du portefeuille d investissement Mars 2011 (millions d'uc) 0 6 mois Disponibilités 231 Dépôts mois 1 an 1 3 ans 3 5 ans Gouvern. et agences Entités supranationales Institutions financières Entreprises > 5 ans TAA/TAH TOTAL 1, , Total cumulé 1,760 2,528 4,532 4,699 4,797 % cumulé 37% 53% 94% 98% 100%

24 Page19 Millions d UC La situation de liquidité de la Banque est saine. En raison de la forte cote de crédit de la Banque et à sa capacité à se financer sur le marché de court terme la probabilité d un scénario de grave crise de liquidité est considérée comme faible. IV. CAS SPÉCIFIQUE DU FAD 4.1 Le FAD est exposé à des risques de marché semblables à ceux de la BAD, à savoir les risques de taux d intérêt, de change, de contrepartie et de liquidité. Toutefois, le caractère spécifique du financement du FAD rend le compte de résultats plus sensible aux risques structurels (par exemple, des variations de taux d intérêt) que la BAD. En effet, si la BAD emprunte sur les marchés de capitaux et est généralement en mesure de dégager une marge positive entre le coût de ses emprunts et le rendement des placements 18, le FAD n emprunte pas et la marge réalisée sur son portefeuille de placements baisse lorsque les taux d intérêt diminuent. Les risques liés à de tels écarts structurels font appel à différents types de stratégie d atténuation. CADRE DE GOUVERNANCE DU RISQUE DU FAD 4.2 Les activités de placement du FAD sont actuellement gérées dans le cadre des Directives relatives aux placements approuvées par le Conseil 19 en Le cadre de gouvernance des risques du FAD est moins flexible que celui de la BAD, comme il n'existe aucune délégation d autorité sur la gestion des risques de l Actif/Passif qui régit les activités du FAD, et tout changement au niveau des Directives de placement doit être approuvée par le Conseil. La Direction est cependant en train de définir de tels Pouvoirs qui devraient être soumis au Conseil au second semestre de En vertu des pouvoirs de gestion actif-passif envisagés, les Directives relatives aux placements seraient remplacées par des Directives de gestion actif-passif applicables au Fonds qui doivent être approuvées par le Président sous la supervision d ALCO. Ceci mettrait en cohérence la structure de gouvernance du risque des deux institutions. ÉCART OPÉRATIONNEL STRUCTUREL Figure 15: Ecart de revenu du FAD Écart de revenu opérationnel 4.3 La politique de liquidité du FAD tel que approuvée par le Conseil en 2000, prévoit que l objectif pour la liquidité du FAD est de générer un niveau positif du revenu net ou tout au moins arriver au seuil de rentabilité 20. Les deux principales sources de revenu du FAD sont la commission de service sur prêts et le revenu des placements. Si le niveau de revenu Écart entre les revenus d'exploitation Revenu des Prêts Total des Dépenses 18 La marge d intérêt obtenue sur les emprunts est de quelques points de base pour la liquidité destinés au financement de la dette, de 60 bps pour les prêts souverains destinés au financement de la dette, and 200 bps en moyenne pour les prêts au secteur privé destinés au financement de la dette. 19 ADF/BD/WP/2003/ Voir le document ADF/BD/WP/99/42/Rev.2. La section 4 indique : «Dans la mesure où ses actifs de prêts productifs ne génèrent pas suffisamment de revenus pour prendre en charge la totalité de ses dépenses, le Fonds doit maintenir ses avoirs liquides à un niveau supérieur au minimum requis pour répondre à ses objectifs opérationnels, afin de réaliser l équilibre de sa situation financière, comme demandé par les Plénipotentiaires Le Conseil- autorise la Direction à ajuster le niveau minimum... afin de s'assurer que ce niveau est suffisamment élevé pour permettre au Fonds de parvenir au moins à un équilibre de sa situation financière.

25 Page20 des prêts est resté stable au cours des dernières années, le montant total des dépenses du Fonds évolue à la hausse, entraînant une augmentation de son écart opérationnel structurel. Il était initialement prévu que cet écart serait couvert par le revenu des placements. Toutefois, face aux taux d intérêt bas pratiqués actuellement, le retour sur investissement a été insuffisant pour combler l écart. Comme l illustre la Figure 15, la tendance actuelle de l écart de revenu opérationnel s est considérablement renforcée, passant des niveaux proches de 20 millions d UC enregistrés avant 2003 à 100 millions d UC en Il convient de noter que la mise en œuvre du MDRI en 2006 a contribué à accroître l'écart de revenu d'exploitation. En effet, avec l'annulation des soldes des prêts, le revenu de prêt prévu ne s'est pas concrétisé et est plutôt reçu comme les ressources des donateurs ce qui augmente la capacité d'engagement FAD. Depuis 2006, la moyenne des charges annuelles liées aux prêts annulés par le mécanisme de MDRI a été de UA 37 millions d'euros et devraient avoir contribué à réduire le déficit opérationnel présenté dans la figure 15. Déficit/excédent du Fonds 4.5 Un autre problème qui a un impact négatif sur le revenu du FAD est l amortissement de la décote sur encaissements accélérés qui sont accordés aux États participants. La plupart de ces décotes ont été accordées à un moment où les taux d intérêt en vigueur étaient élevés, en particulier en 2007 pour le 11è FAD. En revanche, les produits des encaissements accélérés génèrent un faible rendement car ils sont actuellement investis dans le portefeuille opérationnel par rapport à une valeur de référence correspondant au Libor à 3 mois. La Figure 16 présente l ampleur de l écart de revenu opérationnel par rapport au revenu des placements et à la décote sur encaissement accéléré. 4.6 Actuellement, la Direction conduit une étude visant à améliorer le rendement des produits provenant d encaissements accélérés et à minimiser le risque de taux d intérêt une fois qu une décote est accordée à des États participants. Cette stratégie de placement améliorée sera mise en œuvre en juillet dès qu elle sera approuvée par le Comité ALCO. Figure 16: Couverture de l écart du revenu opérationnel avec le revenu des placements et la décote sur encaissements accélérés Hormis les anticipations de hausse des rendements sur investissements, afin d améliorer sa stabilité financière, le Fonds devra réexaminer sa structure de tarification des prêts ou s assurer que le montant total de ses dépenses du Group de la Banque n augmente pas de manière significative. La Direction a mis en place un groupe d étude chargé de réfléchir à la question de la viabilité financière à long terme du Fonds. Les conclusions issues de l étude seront communiquées au Conseil.

26 Page21 GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT 4.7 En cherchant à réaliser un rendement stable et raisonnable sur la liquidité investie, l objectif principal de gestion du risque de taux d intérêt est de réduire la sensibilité des rendements sur investissement du Fonds aux variations des taux d intérêt du marché. À l instar de la Banque, cet objectif est atteint à travers une structure de portefeuille double composée d un portefeuille opérationnel (à court terme) et d un portefeuille de placements (à long terme), qui vise également à atténuer le risque de liquidité. À l exemple de la BAD, le portefeuille de placements a généré un rendement stable depuis sa mise en place en 2003 tandis que l on a observé une plus grande volatilité en ce qui concerne le portefeuille de négociation ainsi que des rendements très faibles en 2008 et en Figure 17 Figure % Portefeuille d'investissements FAD (Rendements annuels) 5.0% 4.0% 3.0% 2.0% 1.0% 0.0% Malgré cette approche basée sur une structure de portefeuille double, le revenu global des placements du FAD reste sensible au niveau des taux d intérêt du marché qui sont orientés à la baisse tel qu illustré par l évolution de l indice de référence correspondant au Libor à 3 mois présenté à la Figure 19. En conséquence, le rendement du portefeuille du FAD a atteint un faible niveau historique en Figure 19 GESTION DU RISQUE DE CHANGE 4.8 Le FAD gère ses monnaies dans le but d assurer qu il est en mesure de fournir les devises de décaissement demandées par ses emprunteurs tout en minimisant le niveau d exposition des ressources de développement nettes du Fonds et des remboursements futurs aux risques de conversion en devise qui pourraient affecter négativement la capacité d engagement du Fonds. 4.9 À cet égard, le Fonds s efforce de maintenir l alignement de la composition monétaire de ses ressources d engagement disponibles (CRB) 21 avec le DTS. Toutefois, il demeure quelques problèmes à régler concernant la méthodologie actuelle de gestion de risque de change du FAD. Premièrement, comme la CRB comprend des éléments hors bilan, son réalignement avec le DTS requiert parfois l exécution d opérations de réajustement qui ne peuvent être menées avec la liquidité disponible dans le bilan du Fonds. Deuxièmement, même si la CRB du Fonds pourrait être totalement alignée sur le DTS, l ajustement des 21 Les ressources d engagement disponibles (CRB) comprennent les Ressources de développement nettes (NDR) du FAD de même que les produits liés aux remboursements des prêts et les contributions à la MDRI. Les ressources de développement nettes sont définies comme la somme des investissements, des montants dus par les banques, des engagements à vue et des comptes à recevoir dans le bilan du Fonds.

27 Page22 conversions monétaires cumulées du FAD (CCTA) dans le bilan, qui dépend de l alignement entre le NDR et le DTS, pourrait fluctuer dans une large mesure et influer parfois négativement sur le bilan du Fonds. Ces questions sont en train d être analysées par la Direction et seront traitées dans la proposition révisée relative à la gestion du risque de change du FAD qui est en cours d élaboration. GESTION DU RISQUE DE CONTREPARTIE 4.11 La gestion du risque de contrepartie du FAD obéit aux mêmes processus et procédures que ceux de la Banque et donne des résultats similaires, tel que le démontre la Figure 20. A la date de Mai 2011, aucune dépréciation des placements du FAD ni aucune exposition à la Grèce, au Portugal ou à l Irlande ne sont constatées, tandis que l on enregistre des expositions limitées à l Espagne et à l Italie. Les investissements détenus en violation des Directives représentent actuellement 54 millions d UC, soit moins de 2% du portefeuille, contre un pic de 635 millions d UC, soit près de 20% du portefeuille en % de ces placements détenus en violation des Directives arriveront à échéance d ici à la fin 2012 et 58% d ici à la fin GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ 4.12 À l instar de la Banque, l objectif principal de la politique de gestion de la liquidité du FAD est de faire face aux obligations financières en temps opportun. La politique de liquidité du Fonds exige que le Fonds détienne sous forme d actifs liquides entre 50% et 75 % de la moyenne mobile des trois années de décaissements attendus. La liquidité admissible est définie comme les ressources disponibles aux fins de décaissement que le Fonds utilise pour veiller au respect de sa politique de liquidité. Actuellement, le Fonds considère le portefeuille opérationnel comme étant sa liquidité admissible. Le Figure 20: Profil Figure du risque 20: de contrepartie Figure 21 portefeuille de placements détenus jusqu à échéance (HTM), qui est composé des fonds qui ne sont pas immédiatement nécessaires pour les décaissements, est investi sur un horizon temporel plus long et est exclu de la liquidité admissible. La Figure 21 montre que le niveau de liquidité opérationnelle actuelle et projetée du Fonds reste bien au-dessus de la limite supérieure fixée par la politique de liquidité. La liquidité opérationnelle maintenue au-dessus de la limite supérieure de la politique de liquidité sera utilisée pour créer un nouveau portefeuille HTM pour contenir le produit des encaissements accélérés et obtenir des rendements plus élevés. La définition de la liquidité admissible sera révisée en conséquence dans la version révisée des Directives de gestion actif-passif du FAD En outre, la structure des échéances du portefeuille opérationnel qui est destiné à fournir la source de liquidité la plus immédiate pour les décaissements montre que 33 % des actifs ont une échéance très courte, à savoir notamment la trésorerie et les dépôts. 100% 75% 50% 25% 0% Profil du risque de credit de contrepartie Mars 11 AAA AA A

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement 2 Prêt au Secteur Public avec la Garantie Souveraine Structure des taux d intèrêt 1 La Banque offre plusieurs mécanismes de fixation

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Bilan 98 Compte de résultat 100 État du résultat global 101 État des variations

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Conversion des devises

Conversion des devises exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Conversion des devises Octobre 2009 date limite de réception des commentaires : le 15 JANVIER 2010 Le présent

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

En cours d homologation

En cours d homologation 1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION En cours d homologation REGLEMENT N 2015-05 DU 2 JUILLET 2015 relatif aux instruments financiers à terme et aux opérations de couverture PREAMBULE

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL États financiers annuels de LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL 31 décembre 2014 FPG canadien équilibré IG/GWL ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ÉTATS DE LA SITUATION FINANCIÈRE,

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPAVIE NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de CREDIT AGRICOLE,

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15, Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 septembre 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Europcar Groupe ACTUALISATION DU DOCUMENT DE BASE

Europcar Groupe ACTUALISATION DU DOCUMENT DE BASE Europcar Groupe Société anonyme au capital de 103.818.131 euros Siège Social : 2 rue René Caudron, Bâtiment OP, 78 960 Voisins-le-Bretonneux 489 099 903 R.C.S. Versailles ACTUALISATION DU DOCUMENT DE BASE

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Profitez de l incertitude des marchés actions européens Quelle stratégie? Les marchés actions souffrent actuellement d une incertitude forte.

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail