FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL : L ÉMERGENCE D UNE NOUVELLE PRATIQUE WEB AU QUÉBEC AVRIL 2015 AVEC LA COLLABORATION FINANCIÈRE DE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL : L ÉMERGENCE D UNE NOUVELLE PRATIQUE WEB AU QUÉBEC AVRIL 2015 AVEC LA COLLABORATION FINANCIÈRE DE :"

Transcription

1 FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL : L ÉMERGENCE D UNE NOUVELLE PRATIQUE WEB AU QUÉBEC AVRIL 2015 AVEC LA COLLABORATION FINANCIÈRE DE :

2 FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL L ÉMERGENCE D UNE NOUVELLE PRATIQUE WEB AU QUÉBEC ÉQUIPE DE PROJET Claire Bourget, MBA Directrice principale de la recherche marketing, CEFRIO David Huynh Quan Suu. M. Sc. Chargé de projet, CEFRIO CHERCHEURS Stéphane Rousseau, Ph. D. Professeur titulaire, Faculté de droit, Université de Montréal Sandrine Prom Tep, Ph. D. Professeur, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal Vice-présidente, Recherche UX, imarklab COLLABORATEURS EXPERTS Luc Poulin, M. Sc. Expert en sécurité des applications Président-directeur général, Cogentas Valérie Gohier, M. Sc. Directrice, Conseil, imarklab Diana Yazidjian Fondatrice, Invest Crowdfund Québec Ce projet a été réalisé grâce à la participation financière de l Autorité des marchés financiers, Finance Montréal et Fondaction. ÉQUIPE D ÉDITION Guillaume Ducharme Directeur des communications et des relations avec les partenaires, CEFRIO Annie Lavoie Conseillère en communication, CEFRIO RÉVISION LINGUISTIQUE Marie-Guy Maynard, Traductions MGM Merci à l équipe de imarklab pour sa collaboration à ce projet ainsi qu à w.illi.am/ pour le développement d un prototype pour nos tests en laboratoire. Dépôt légal : 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN (PDF) : Ce numéro peut être consulté en ligne ou téléchargé en format PDF à partir de la section «Publications» du site Web du CEFRIO : L information contenue aux présentes ne peut être utilisée ou reproduite à moins d une autorisation écrite du CEFRIO. Photo de la couverture et autres photos : 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 2

3 TABLE DES MATIÈRES 1. AVANT-PROPOS INTRODUCTION L ENCADREMENT DE CETTE NOUVELLE PRATIQUE AU QUÉBEC... 7 Qu est-ce que le financement participatif en capital ou equity crowdfunding?... 7 Tableau 1 - Modalités des régimes proposés par l Autorité... 8 Les parties prenantes du financement participatif en capital... 8 Les caractéristiques du financement participatif en capital... 9 Les risques associés au financement participatif en capital... 9 Le rôle que jouent les portails web de financement participatif en capital PRATIQUES ACTUELLES SUR LES PLATEFORMES DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Figure 1 - Profil de sept portails de financement en capital Positionnement d affaire des portails Web évalués...17 Expérience proposée sur les portails Web de financement participatif en capital Figure 2 - Page d accueil de SEEDRS Figure 3 - Page d accueil de CROWDFUNDER Figure 4 - Page d accueil de SNOWBALL EFFECT Figure 5 - Étapes à suivre par l émetteur (entreprise) sur un portail de financement participatif en capital Figure 6 - Exemple d un projet d investissement proposé sur : Figure 7 - Étapes à suivre par l investisseur sur un portail de financement participatif en capital...23 Figure 8 - Qualification du type d investisseur sur : 24 Figure 9 - Texte de sensibilisation aux risques sur : Utilisation des réseaux sociaux RÉACTION DES INVESTISSEURS QUÉBÉCOIS AU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Les résultats de nos tests utilisateurs Figure 10 - Cheminement suggéré sur le portail Web CONCLUSION CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 3

4 1. AVANT-PROPOS Le financement participatif en capital ou equity crowdfunding a vu le jour grâce à l émergence des réseaux sociaux et des plateformes Web. Déjà populaire dans certains pays, il s inscrit dans un mouvement de désintermédiation financière et répond par ailleurs à un réel besoin des petites entreprises à trouver du financement à moindre coût. Aux États-Unis par exemple, c est déjà par centaines que se comptent les plateformes de financement participatif en capital sur lesquelles y sont même inscrites des entreprises québécoises à la recherche de financement. Le Québec n échappe donc pas à ce mouvement et c est dans ce contexte que l Autorité des marchés financiers (L Autorité) mettra sous peu de nouvelles règles en place pour encadrer cette pratique sur le territoire québécois. En tant que promoteur de l usage numérique au Québec, le CEFRIO a souhaité examiner les pratiques en cours les plus avancées dans le monde en matière de financement participatif en capital. Le CEFRIO a aussi entrepris d identifier comment, sur les portails de financement participatif en capital existants, la notion de risque associé à ce type d investissement est abordée auprès des utilisateurs. Nous sommes heureux de présenter ici les résultats de nos travaux. Le CEFRIO tient d ailleurs à remercier tous les partenaires qui ont rendu possible ce projet, dont l Autorité des marchés financiers et son Fonds pour l'éducation et la saine gouvernance (FESG), Finance Montréal ainsi que Fondaction CSN. Merci également à l équipe de Tech3Lab de HEC Montréal ainsi qu à l équipe de la firme w.ill.iam/ de Montréal. En toile de fond à cette recherche, on retrouve les plus grandes problématiques relatives à l utilisation d Internet dans le domaine des valeurs mobilières que le professeur et chercheur Stéphane Rousseau a cernées : 1) la transmission de fausses informations, 2) les déclarations fausses et trompeuses visant à mousser les titres, 3) l hameçonnage, 4) le vol d identité et 5) les transactions non autorisées entre courtiers et clients. Au terme de nos travaux, il ressort notamment que le développement et le succès du financement participatif en capital au Québec reposent sur deux piliers : des investisseurs québécois bien informés sur les caractéristiques de ce type d investissement et les risques qui s y rattachent, et la mise en place de saines pratiques d affaires de la part des promoteurs qui offriront de telles plateformes aux Québécois. Bonne lecture! 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 4

5 2. INTRODUCTION Le financement participatif en capital représente une nouvelle méthode de financement et il répond à un réel besoin des petites entreprises de trouver du financement. Aux États-Unis, il existe déjà des centaines de plateformes de crowdfunding sur lesquelles même des entreprises québécoises sont inscrites à la recherche de financement. En raison de l essor du financement participatif en capital au niveau mondial, le Québec n échappe pas à ce mouvement. De nouvelles règles seront mises en place d ici peu afin d encadrer et de favoriser le développement de cette méthode de financement. Du côté américain, le Securities and Exchange Commission (SEC) l a fait à la fin de l année , mais les règles américaines ne sont toujours pas en vigueur. Dans le contexte où cette nouvelle pratique permettra à des sociétés en démarrage et à des petites entreprises du Québec de se financer, il est certain que son développement devrait créer un engouement de la part du public et contribuer à l essor économique du Québec. C est dans l optique d évaluer dans quelle mesure cette nouvelle pratique en ligne sera bien accueillie par les adultes internautes du Québec que le CEFRIO a entrepris de mener un projet de recherche sur le sujet. Voici certains des objectifs visés par notre équipe de recherche : mieux comprendre les pratiques actuelles en matière financement participatif en capital dans les pays autorisant déjà cette pratique; cerner et documenter les risques associés à cette nouvelle pratique; évaluer comment, au Québec, des investisseurs potentiels se comportent sur Internet dans des environnements de financement participatif en capital, et évaluer dans quelle mesure ils comprennent les risques qui y sont associés. Nos résultats reposent sur une démarche de recherche qui s est déroulée en trois étapes. Dans un premier temps, nous avons procédé à un examen du contenu et du mode de fonctionnement de quelques portails offrant déjà du financement participatif en capital dans le monde. Dans un deuxième temps, avec la collaboration d experts, nous avons établi une typologie des risques associés au financement participatif en capital, principalement du point de vue de l investisseur, c est-à-dire monsieur ou madame tout-le-monde susceptible un jour ou l autre d investir à l'aide de ce type de plateforme Web. Enfin, en 1 Voir CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 5

6 collaboration avec l équipe imarklab et avec le Laboratoire Tech3Lab d HEC Montréal, nous avons procédé à des tests en laboratoire auprès d une trentaine d adultes représentatifs du marché des investisseurs pour ce type de service financier afin d analyser leurs comportements dans cet environnement Web de financement participatif en capital CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 6

7 3. L ENCADREMENT DE CETTE NOUVELLE PRATIQUE AU QUÉBEC QU EST-CE QUE LE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL OU EQUITY CROWDFUNDING? Par financement participatif en capital ou equity crowdfunding, on entend l émission d une valeur mobilière, comme une action ou un titre de créance, en contrepartie de l apport financier d un investisseur. Ce placement s effectue par le biais d une plateforme sur Internet. Le financement participatif en capital amène généralement un grand nombre de personnes à contribuer au développement d un projet par de petites sommes. Le financement participatif en capital permettra à des sociétés en démarrage et à des petites entreprises de combler, il est espéré, leurs besoins de financement. On sait que le financement par prospectus des sociétés en démarrage et des petites entreprises peut s avérer coûteux et laborieux et que les dispenses de prospectus actuelles ne sont pas nécessairement adaptées à cette nouvelle réalité. Au Canada, la Financial and Consumer Affairs Authority (FCAA) de la Saskatchewan a été la première à adopter un régime de financement participatif en capital, en décembre 2013, à la suite de consultations locales. Pour le moment, cette pratique n est pas autorisée au Québec, mais le deviendra en 2015 par la mise en place par l Autorité de nouvelles règles. On souhaite ainsi encadrer la vente de valeurs mobilières par le biais de ce nouveau type de financement tout en protégeant les investisseurs et, en parallèle, en évitant de freiner l élan des entrepreneurs qui souhaitent récolter de nouveaux capitaux. Le 20 mars 2014, l Autorité a publié pour commentaires les règles qu elle propose pour encadrer le financement participatif en capital. L Autorité envisage ainsi adopter deux types de régimes aux exigences à la fois différentes pour l émetteur et l investisseur. Un régime «allégé» sera offert pour permettre aux très nombreuses petites entreprises du Québec d accéder à du capital d amorçage (ou seed capital) par le financement participatif en capital. L autre régime envisagé, appelé Règlement sur le financement participatif, permettra de collecter jusqu à $ de capitaux par année par émetteur. Il est ici question de capital de démarrage (ou early-stage capital) CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 7

8 Tableau 1 Modalités des régimes proposés par l Autorité Projet Dispense pour les entreprises en démarrage (ou régime allégé) Règlement sur le financement participatif Placement maximal par investisseur $ par placement $ par placement $ par année Capitaux pouvant être levés Jusqu à $ par émetteur, deux fois par année Jusqu à $ par émetteur, par année Document d information lors du placement États financiers Document d offre comprenant les informations de base sur le placement Aucune exigence, mais encouragés Document d offre comprenant de l information de base sur le placement, l émetteur et le portail Exigés dans la plupart des cas Source : Autorité des marchés financiers, mars LES PARTIES PRENANTES DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Les émetteurs, les investisseurs et les portails de financement sont les trois principaux acteurs du financement participatif en capital, les portails de financement jouant le rôle d intermédiaire entre les émetteurs désirant lever des capitaux et les investisseurs. Le financement participatif en capital s articule autour de trois acteurs principaux : Les émetteurs : entrepreneurs et entreprises à la recherche de capitaux externes pour financer leurs projets d entreprise, généralement inexpérimentés et à divers stades de leur développement. Les investisseurs : individus intéressés par le financement de projets d entreprise, généralement non sophistiqués. Les portails Web de financement : entreprises qui offrent un espace de rencontre en ligne entre les émetteurs et les investisseurs CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 8

9 LES CARACTÉRISTIQUES DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL L environnement du financement participatif en capital est bien différent de celui du financement «traditionnel» puisque : les entreprises ou les projets sont souvent à un stade trop préliminaire ou leurs besoins de financement trop petits pour que des investisseurs qualifiés s y intéressent; le financement traditionnel, comme les banques, non disponible vu la taille des émetteurs ou le stade embryonnaire des projets; les entreprises sont souvent administrées par des entrepreneurs peu préparés aux exigences associées à la gestion d un grand nombre d actionnaires; la présence d investisseurs non sophistiqués; le placement est réalisé uniquement par Internet. LES RISQUES ASSOCIÉS AU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Nos travaux ont permis de cerner trois grands types de risques associés à la pratique en ligne du financement participatif en capital : 1. des risques juridiques; 2. des risques d affaires et, 3. des risques technologiques. Au Québec, le marché s attend à ce que ces risques soient pris en compte par l Autorité dans ses règles afin de les atténuer et de protéger l ensemble des acteurs de ce marché. Risques juridiques Que l on soit dans l un ou l autre des deux régimes prévus, comment allonsnous nous assurer que l investisseur ne dépasse pas la limite des montants prévus? Comme il est à prévoir qu il y aura plusieurs portails Web offrant du financement participatif en capital au Québec, cette question demeure pertinente et pourrait être résolue dans une déclaration à faire produire par l investisseur. Il pourrait s agir d un formulaire standard exigé par l AMF à tous les portails Web. La possibilité qu une transaction soit effectuée par l entremise d un portail non inscrit auprès de l Autorité représente un risque important pour la pratique du financement participatif en capital. Dans la proposition du Règlement sur le financement participatif, même s il y a obligation pour les portails de s inscrire, il n en demeure pas moins que dans un environnement 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 9

10 complètement dématérialisé comme c est ici le cas, il sera difficile de contrôler entièrement cet aspect. Une mesure de contrôle pour ce risque est déjà prévue à l Annexe A1, rubrique 4 2, où «L investisseur peut vérifier l inscription du portail de financement inscrit et ses antécédents sur le site Web suivant : Malgré cette mesure, la vigilance des investisseurs devra être encouragée. En plus de donner accès à une liste à jour des portails inscrits, il pourrait être souhaitable d encourager un organisme privé à prendre en charge la labélisation des portails de financement participatif en capital au Québec afin de garantir qu ils se conforment aux règles auxquelles ils sont soumis. Cette démarche contribuerait à rassurer les investisseurs quant à la légitimité des portails qu ils utilisent pour investir dans des entreprises. L utilisation illégale ou frauduleuse de renseignements personnels représente aussi un risque pour les portails de financement participatif en capital, que l on soit dans l un ou l autre des deux régimes envisagés. Il existe déjà cependant une réglementation en vigueur applicable à ce risque, soit la Loi sur la protection des renseignements personnels 3 et la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information qui s appliquent ici. 4 Un autre risque associé aux portails de financement concerne l appropriation frauduleuse des fonds. Actuellement, ce risque est déjà couvert par de nombreuses réglementations en vigueur, dont le Règlement sur les obligations et dispenses d inscription et les obligations continues des personnes inscrites, article et la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information. 6 Un risque majeur relevé au niveau de la sécurité du transfert de fonds concerne l inscription de la transaction dans le registre des valeurs mobilières de l émetteur et l obtention des certificats d actions par l investisseur. La Loi sur les sociétés par actions (Québec) 7 et la Loi canadienne sur les sociétés par 2 https://www.lautorite.qc.ca/files//pdf/reglementation/valeurs-mobilieres/45-108/ /2014mars cons-fr.pdf 3 et aussi, Idem note CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 10

11 actions 8 obligent les sociétés par actions à tenir un registre des valeurs mobilières, d y consigner les transactions et d émettre des certificats d actions. L environnement complètement dématérialisé dans lequel fonctionne le financement participatif en capital fait en sorte que ce risque est davantage présent et qu il nécessite une attention particulière dans la mesure où les investisseurs ne recevraient pas leurs certificats d achat d actions. Risques d affaires Comme il s agit d une nouvelle pratique et qu aucune plateforme n est en activité pour le moment sur le territoire québécois, il sera important de sensibiliser la population aux opportunités et aux risques associés à ce nouveau mode d acquisition de valeurs mobilières. Le public cible étant composé de monsieur ou madame tout-le-monde et de jeunes entrepreneurs souvent moins informés sur cette pratique, il devient crucial de développer des campagnes d information pour les atteindre. Une mauvaise connaissance de cette nouvelle pratique au sein de la population pourrait même s avérer être un frein à son développement au Québec. Grâce à des campagnes de sensibilisation et d information, l Autorité pourrait jouer un rôle clé au Québec dans la sensibilisation du public à la nouvelle pratique du financement participatif en capital. Pour l entrepreneur qui cherche à obtenir du financement pour son entreprise par le financement participatif en capital, il est certain qu une limite d investissement de l ordre de $ ou de $ par investisseur peut représenter une certaine contrainte dans la mesure où cela nécessite de devoir attirer plusieurs centaines d investisseurs afin d obtenir l intégralité du financement recherché. En d autres termes, cela se répercutera sur les efforts de marketing que devront déployer les émetteurs pour attirer des investisseurs. Dans ce contexte, il devient encore plus important de déployer des efforts «collectifs» pour faire connaître cette pratique. À titre de comparaison, le Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis permettra d ici quelques mois aussi aux citoyens qui ne sont pas des investisseurs accrédités au sens de la loi américaine, à participer à des projets de financement participatif en capital, permettant aux entreprises de ramasser jusqu à $ ou $ par projet, dépendamment du type de régime utilisé. 9 Même si la réglementation envisagée au Québec n oblige pas les entreprises en démarrage dans le cadre du régime allégé à fournir des états financiers et 8 9 Voir pour plus de détails CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 11

12 d autres documents financiers dans leurs offres d investissement sur les portails, elles auraient tout de même avantage à présenter le plus d informations possibles aux investisseurs potentiels. Les portails devraient encourager les émetteurs (leurs clients) à divulguer le maximum d informations sur leurs projets pour attirer des investisseurs. Risques technologiques À partir d une démarche structurée, nous avons dressé la liste d un peu moins de 200 informations distinctes à être gérées par un portail Web de financement participatif en capital répondant aux critères établis par l Autorité dans le cadre des règles qu elle propose. Ces informations ont été rassemblées en groupes d informations. Nous avons ensuite établi un degré de sécurité allant de 1 à 4, le chiffre 4 signifiant un niveau de risque élevé. À partir de cette classification, des actions prioritaires sont suggérées. Selon les priorités établies, l organisation ou l entreprise qui utilise, gère et maintient le portail Web devrait avant la mise en ligne de l application de son portail Web : être en mesure de démontrer qu'elle se soit assuré et qu elle ait validé que chaque promoteur, administrateur, dirigeant ou personne participant au contrôle du portail Web ait transmis un formulaire de renseignements personnels au moins 30 jours avant que celui-ci ne commence à accepter/transiger des placements; être en mesure de surveiller et de conserver un journal des accès et des transactions réalisées par les utilisateurs du portail Web, dans un dépôt externe au portail Web; posséder un plan de réaction aux incidents pouvant survenir lors de l'utilisation du portail Web; être en mesure de vérifier l'intégrité des transactions qui ont été réalisées et stockées dans l'un des dépôts de données utilisés par le portail Web; avoir un plan de contingence vérifié; faire un audit annuel pour s assurer que l'on a vérifié les contrôles de sécurité de l'application (CSA) qui devaient être mis en place, qu ils le sont et qu'ils fonctionnent tous tel que prévu CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 12

13 Lors de l inscription d'un projet de financement par un émetteur, le portail devrait : conserver la preuve de la vérification de l information présentée par l émetteur sur leur site Web pour confirmer qu elle indique les caractéristiques et la structure générale des titres, les risques propres à l émetteur, les parties en cause, les conflits d intérêts éventuels et l emploi prévu des fonds. Avant d afficher un projet de financement, l organisation qui opère le portail devrait : conserver la preuve de la vérification des antécédents des émetteurs, des administrateurs, des dirigeants, des promoteurs et des personnes participant au contrôle. Une fois que l investisseur a pris la décision d investir et qu il en est à l étape de s inscrire à un projet de placement, le portail Web devrait : fournir des documents de sensibilisation aux investisseurs en langage simple et obtenir de l'investisseur une preuve de prise de connaissance et de consentement (signature électronique) à l'aide d'un formulaire de reconnaissance de risque; n autoriser l investissement qu une fois que l investisseur a confirmé en ligne avoir lu et compris le document d offre et les mises en garde concernant les risques importants. LE RÔLE QUE JOUENT LES PORTAILS WEB DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Le portail Web de financement joue un rôle central dans le financement participatif en capital, puisqu il est l intermédiaire entre l investisseur et l émetteur et qu'il est chargé de veiller au respect des règles en vigueur, comme veiller à s assurer du dépôt des documents de placement. Il agit essentiellement comme un gatekeeper, mais il ne peut cependant pas conseiller les investisseurs. Il doit par ailleurs s assurer que les entreprises (émetteurs) qui se servent de sa plateforme pour obtenir du financement et les investisseurs respectent les règles applicables. Par exemple, le portail Web a la responsabilité de s assurer que les investisseurs ont bien compris les risques inhérents avant de confirmer leur investissement sur la plateforme. Le portail doit s assurer du respect des 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 13

14 limites d investissement et de financement. Le portail Web ne peut non plus détenir des fonds. Au Québec, il est prévu que l Autorité conserve ses pouvoirs d inspection envers le portail Web de financement participatif en capital et il est également prévu que l Autorité maintienne une liste publique et à jour des portails qui auront déposé auprès d elle les documents et les informations requises pour agir comme portail CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 14

15 4. PRATIQUES ACTUELLES SUR LES PLATEFORMES DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL L évaluation de sept plateformes Web offrant déjà du financement participatif en capital dans le monde nous a permis de dresser un portrait de cette pratique. Voici d abord le profil de ces portails : Figure 1 - Profil de sept portails de financement en capital Pays : Royaume-Uni Année de démarrage : 2011 À ce jour : 194 entreprises financées, investisseurs, ( $CAN) Projets actifs : 21 Positionnement d affaire : «Crowdcube is the world s leading investment crowdfunding platform. We enable anyone to invest alongside professional investors in start-up, early stage and growth businesses through equity, debt and investment fund options.» Slogan : «Invest in innovative British businesses» Présence dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+ Pays : Royaume-Uni Année de démarrage : 2012 À ce jour : un minimum de 12 projets financés Projets actifs : une vingtaine Positionnement d affaire : «Seedrs is an online platform for discovering and investing in great startups. We make it possible for people to invest as much or as little as they like in the startups they choose through a simple, online process, and we let startup businesses raise seed capital seamlessly from friends, family, members of their communities and independent investors.» Slogan : «Invest in the business you believe in» Présence dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+, Crunchbase, Foursquare, AngelList, Quora, Github, Coderwall Pays : États-Unis Année de démarrage : 2011 À ce jour : investisseurs, entreprises et 161,2 millions $US Projets actifs : 57 (surtout en technologie) Positionnement d affaire : «We are connecting entrepreneurs with investors around the world to help fund their business and fuel economic growth.» Slogan : «Together On Crowdfunder» Leur clientèle : entre autres, des investisseurs institutionnels ** experts Présence dans les médias sociaux : Facebook, LinkedIn 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 15

16 Pays : États-Unis Année de démarrage : 2005 À ce jour : entrepreneurs, investisseurs, US$ de fonds ramassés Projets actifs : plus de 200 Positionnement d affaire : «The Leading Business Crowdfunding Platform» Offre aussi des programmes de licencing de leur plateforme: - Institutional Licensing - Broker Dealer Licensing - Data Licensing - Affiliate Program Présence dans les médias sociaux : aucune information repérée Pays : Israël Année de démarrage : 2012 À ce jour : près d une centaine de projets financés Projets actifs : 5 Positionnement d affaire : «OurCrowd is an equity-based crowdfunding platform, built exclusively for a select group of accredited investors to provide venture capital funding for Israeli (and later global) venture capital start-ups. Membership in the community is vetted and offered only to people who meet the stringent accreditation criteria. Accredited investors who are accepted into the community can make minimum investments of $10,000 per deal.» Davantage en concurrence avec les Venture Capitalists (rendent d ailleurs disponible un tableau comparatif des coûts de financement OurCrowd vs Venture Capital). Présence dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn Pays : Israël Année de démarrage : 2013 Projets actifs : Une vingtaine de projets actifs sur le site. Tout comme le site OurCrowd (Israël), cette plateforme s adresse davantage à des investisseurs plus «expérimentés». Positionnement d affaire : «iangels is an equity crowdfunding platform that gives accredited investors the opportunity to become angels in their own right by investing in technology startups alongside top tier angel investors in Israel.» «Our platform combines the proven experience of professional angel investors with the wisdom of crowds. Each startup that is featured on iangels has been cherry picked by our angel investor network and the iangels team. Think of it as an endorsement by someone you trust. We believe this is the most important differentiator of our platform because it gives you the advantage of a proven angel s experience as well as visibility into the high quality early stage investment activities of leading angels in Israel.» Slogan : «Empowering the next generation of angel investing» Présence dans les médias sociaux : LinkedIn, Facebook, Google+, Twitter 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 16

17 Pays : Nouvelle-Zélande Année de démarrage : 2012 À ce jour : 4 projets financés Projets actifs : 2 sur le site Positionnement d affaire : «Snowball Effect helps Kiwi companies to raise funds from the public, and then helps those companies to harness the power of their crowds. We aim to be New Zealand s leading equity crowdfunding platform. Our vision is a New Zealand economy, fuelled by emerging businesses, backed by everyday Kiwi investors.» Présence dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube POSITIONNEMENT D AFFAIRE DES PORTAILS WEB ÉVALUÉS Notre évaluation de ces sept portails Web offrant déjà du financement participatif en capital fait ressortir que, selon la réglementation en vigueur dans le pays concerné, la clientèle visée est plus ou moins «sophistiquée» et le portail est plus ou moins «populaire» dans sa façon de s adresser aux investisseurs potentiels. C est le cas par exemple en Nouvelle-Zélande ou au Royaume-Uni, contrairement aux États-Unis ou en Israël où les exigences pour investir sur des portails de financement participatif en capital sont beaucoup plus difficiles à rencontrer par le petit investisseur puisque ces plateformes s adressent davantage à des investisseurs plus fortunés. Il existe donc un type de portails qui s adresse à des investisseurs plus expérimentés. C est le cas des plateformes Crowdfunder et EquityNet aux États-Unis et des plateformes OurCrowd et iangels en Israël. Sur ces portails, les risques de l investissement sont très peu, voire pas du tout, expliqués aux visiteurs et aux investisseurs potentiels. Les investissements sur ces portails ne sont offerts qu aux investisseurs sophistiqués, c est-à-dire à des individus qui répondent à un certain nombre de critères en lien avec la réglementation du pays. Par exemple, aux États-Unis, pour obtenir le statut d investisseur qualifié, un individu doit déclarer des revenus personnels annuels de $ ou des capitaux propres d une valeur de plus d un million de dollars. À l inverse, il existe des portails considérés comme étant plus «populaires», qui rejoignent une clientèle moins sophistiquée et plus nombreuse. C est le cas des plateformes Crowdcube et Seedrs au Royaume-Uni ou de la plateforme Snowball Effect en Nouvelle-Zélande. Sur ces portails, les risques d investissement sont expliqués à plusieurs endroits, c est-à-dire sur différentes pages et sections du site. Cette forte sensibilisation aux risques d investissement est nécessaire puisque les investissements sur ces portails sont offerts à l ensemble des internautes. Il n y a en effet aucune barrière à 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 17

18 l entrée pour s inscrire et consulter les offres d investissements. Pour investir, la seule condition souvent requise à rencontrer est de faire la démonstration que, comme investisseur, il comprend les risques encourus. Dans ce modèle plus ouvert au public, les médias sociaux jouent un rôle primordial, à la fois pour promouvoir les offres d investissement à un grand nombre d individus (p. ex. : Snowball Effect) et aussi pour sensibiliser les investisseurs potentiels (p. ex. : Crowdcube et son mot-clic investaware). En raison des montants limites d investissement peu élevés envisagés au Québec qui sont de l ordre de $ ou de $ selon le régime, il est certain que le marché québécois en sera un «populaire», attirant très probablement une clientèle d investisseurs moins «sophistiquée». Comme on prévoit une simple procédure d inscription (souvent simplement prénom, nom, courriel) pour consulter les offres disponibles, le portail Web devra s assurer que les investisseurs comprennent bien les risques associés au financement participatif en capital. EXPÉRIENCE PROPOSÉE SUR LES PORTAILS WEB DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL L expérience proposée sur les portails Web de financement participatif en capital varie selon que nous sommes une entreprise en recherche de financement ou que nous cherchons à investir de l argent. Les pages d accueil des plateformes Web que nous avons évaluées sont structurées de façon assez similaire autour des trois grands éléments suivants : investir (Invest), collecter des fonds (Raise) et explorer les occasions (Discover). En voici quelques exemples : Figure 2 - Page d accueil de SEEDRS 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 18

19 Figure 3 - Page d accueil de CROWDFUNDER Figure 4 - Page d accueil de SNOWBALL EFFECT 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 19

20 Expérience proposée à l émetteur Pour afficher son projet d entreprise sur un portail et commencer à collecter des fonds auprès du public (crowd), l émetteur doit documenter son projet qui devra ensuite être validé par le portail. Généralement, les informations fournies par un émetteur à un portail Web concernent des données spécifiques sur l entreprise (p. ex. : nom, numéro de téléphone, adresse, site Internet) et sur ses activités actuelles et futures (p. ex. : secteur, état de développement, membres du personnel, produits/services, avantages concurrentiels, clientèle, objectif de la collecte de fonds, prévisions budgétaires). Figure 5 - Étapes à suivre par l émetteur (entreprise) sur un portail de financement participatif en capital Inscription Création d'un projet d'entreprise Validation du projet par le portail Mise en ligne du projet d'entreprise Début de la collecte de fonds Certains portails ne retiennent pas tous les projets proposés et font une sélection de ceux qu ils évaluent à plus fort potentiel. Les portails offrent aussi souvent des services conseils pour aider les entreprises à bien présenter leurs projets sur le site (vidéos de présentation, textes descriptifs, etc.). Pour leurs services, les portails retiennent pour la plupart un pourcentage de l ordre de 5 % à 7 % sur le montant des financements complétés. D autres modèles d affaires basés sur des coûts mensuels d utilisation sont aussi disponibles dans le marché. D un portail à l autre, la façon de présenter un projet est sensiblement la même. Par exemple, sur les pages de présentation des projets sont publiques, mais il existe un deuxième niveau d informations réservées aux investisseurs inscrits sur la plateforme qui ne sont accessibles aux investisseurs qu'une fois inscrits et acceptés comme investisseurs autorisés. Règle générale, on présente de façon publique aux visiteurs les informations suivantes au sujet des projets d investissement offerts sur les portails de financement participatif en capital : des informations sur l émetteur, comme son nom, la description de l entreprise, son emplacement, l adresse URL de son site Internet, des informations sur le projet de financement, comme le montant recherché, le montant collecté à ce jour, la valeur des valeurs mobilières offertes, le nombre d investisseurs, la date d échéance de la campagne, une vidéo de présentation du projet d entreprise, la 2015 CEFRIO Financement participatif en capital : l émergence d une nouvelle pratique Web au Québec 20

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Le financement participatif est un processus permettant à une personne ou à une entreprise de recueillir de petites

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL. Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015

PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL. Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015 PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015 CONTEXTE Définition du financement participatif en capital

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Programme des Sociétés de capital de démarrage

Programme des Sociétés de capital de démarrage Programme des Sociétés de capital de démarrage Bourse de croissance TSX Programme des Sociétés de capital de démarrage Êtes-vous prêt pour l inscription en Bourse? L entrepreneuriat est en pleine effervescence

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment :

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0177 Dispense de reconnaissance d ICE Futures Europe à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas)

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) 2014 BCSECCOM 499 Ordonnance de dispense Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) Paragraphe 33(1) de la Securities Act, RSBC 1996, ch.418 1 Historique

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte La technologie a des répercussions importantes sur la façon dont les renseignements

Plus en détail

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba.

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba. ALPHA EXCHANGE INC. DÉCISION N 2012-PDG-24 DANS L AFFAIRE intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec Île-du-Prince-Édouard Manitoba Nouvelle-Écosse Nunavut Saskatchewan

Plus en détail

ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC

ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC règlement Juris Concept logiciel comptabilité normes d exercice avocats Barreau du Québec gestion des rappels tenue des dossiers comptes clients suivi des échéances

Plus en détail

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ Secteur immobilier Principales questions d observation Le 5 février 2015 Les sociétés œuvrant dans le secteur immobilier doivent savoir que l Agence du revenu du Canada («ARC») et Revenu Québec pourraient

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Avis 46-303 des Autorités canadiennes en valeurs mobilières Billets à capital protégé

Avis 46-303 des Autorités canadiennes en valeurs mobilières Billets à capital protégé . Avis 46-303 des Autorités canadiennes en valeurs mobilières Billets à capital protégé Quel est l objet de cet avis? Cet avis expose les préoccupations des Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Avis 81-326 du personnel des ACVM Le point sur l encadrement des fonds d investissement alternatifs

Avis 81-326 du personnel des ACVM Le point sur l encadrement des fonds d investissement alternatifs Avis 81-326 du personnel des ACVM Le point sur l encadrement des fonds d investissement alternatifs Le 12 février 2015 Introduction Le 27 mars 2013, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration

RAPPORT D ENQUÊTE. Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration RAPPORT D ENQUÊTE Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration 18 décembre 2009 TABLE DES MATIÈRES 1. L ORIGINE DE L ENQUÊTE...3 2.

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Politique. Aux fins de distribution aux personnes intéressées de votre société

Bulletin de l ACFM. Politique. Aux fins de distribution aux personnes intéressées de votre société Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale, secrétaire générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM Politique BULLETIN N o 0656 P Le

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE»)

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») La présente Charte du Comité des ressources humaines incorpore la Charte du comité de rémunération et la Charte du comité

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement. Chris Arsenault, 17 avril 2014

Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement. Chris Arsenault, 17 avril 2014 Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement Chris Arsenault, 17 avril 2014 1 L investissement corporatif 2 Le capital corporatif est de plus en plus présent

Plus en détail

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS D INSCRIPTION 3. Auditeur

Plus en détail

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016 Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes Guide d attribution des subventions 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Guide de l utilisateur du portail

Guide de l utilisateur du portail Cette version du guide a été conçue expressément pour la phase d essai public du portail. Ne vous en servez pas après le 15 octobre 2015. Guide de l utilisateur du portail Version 0.92 septembre 29, 2015

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment :

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0149 Dispense de reconnaissance d ICE Futures U.S., Inc., à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Introduction. Application

Introduction. Application Politique sur l accessibilité de Primerica et plan d accessibilité pluriannuel (le «plan d accessibilité») (Règlement de l Ontario 191/11) relatif à la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL ATTESTATION DE AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL Février 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 2 Mise en contexte; Attestation de Revenu Québec; Annonces budgétaires; Comment obtenir et vérifier une attestation

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada.

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. La TD devient l une des principales banques émettrices de cartes de crédit au Canada. Il s agit d une

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Expérience en gestion des relations avec les clients peu susceptible de satisfaire aux conditions d inscription à titre de représentant-conseil

Expérience en gestion des relations avec les clients peu susceptible de satisfaire aux conditions d inscription à titre de représentant-conseil Avis 31-332 du personnel des ACVM Expérience pertinente en gestion de placements requise des représentants-conseil et représentants-conseil adjoints des gestionnaires de portefeuille Le 17 janvier 2013

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC 10 avril 2014 2 MISSION La Financière agricole du Québec a constitué une filiale d investissement,

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Guide pour les clients

Guide pour les clients Guide pour les clients géré par CI Investments Inc. émis par la Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie Gestion de portefeuille de premier ordre et une vaste sélection de placements Ensemble, Gestion

Plus en détail

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web.

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web. Nouvelles et information de l OSBI, le service indépendant de résolution de différends Numéro 3, Mars 2008 Tous ceux qui œuvrent au sein des services financiers savent que non seulement les changements

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 44-102 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS PRÉALABLE

PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 44-102 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS PRÉALABLE PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 44-102 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS PRÉALABLE 1. La Norme canadienne 44-102 sur le placement de titres au moyen d un prospectus préalable

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Guide de l utilisateur Auteurs

Guide de l utilisateur Auteurs Guide de l utilisateur Auteurs Système de gestion des droits de reproduction en ligne de Copibec Table des matières Introduction 5 Compte 6 Inscription d un nouveau compte 6 Gestion des comptes 10 Ajouter

Plus en détail

PROCÉDURE LOGOS ET AUTRES FORMES DE RECONNAISSANCE DU FINANCEMENT

PROCÉDURE LOGOS ET AUTRES FORMES DE RECONNAISSANCE DU FINANCEMENT 1 PROCÉDURE LOGOS ET AUTRES FORMES DE RECONNAISSANCE DU FINANCEMENT CADRE RÉGLEMENTAIRE Tout projet recevant l aide de Musicaction est assujetti à une obligation de reconnaissance du financement octroyé.

Plus en détail