Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers"

Transcription

1 Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013

2 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation 1 - Une règlementation nécessaire... 5 Piste 1 - Pour assurer la crédibilité du financement participatif... 5 Piste 2 - Pour diminuer l exode possible des start-ups et des PME... 5 Piste 3 - Pour diminuer les possibilités de fraude et assurer la protection des investisseurs... 6 Orientation 2 - Les CLD et le financement participatif... 7 Piste 4 Le financement participatif, complémentaire au financement traditionnel... 7 Piste 5 Une valeur ajoutée pour le développement de l entrepreneuriat... 8 Piste 6 Accompagner la démarche menant au financement participatif... 9 Conclusion Résumé des recommandations

3 Introduction L Association des centres locaux de développement du Québec (ACLDQ) remercie l Autorité des marchés financiers (AMF) de lui donner l occasion de s exprimer dans la cadre de ses consultations sur le financement participatif. L ACLDQ regroupe sur une base volontaire l ensemble des 120 CLD du Québec. Elle a pour mission de représenter et d accompagner ses membres dans la réalisation de leur mandat de développement économique local et de soutien à l entrepreneuriat. Créé en 1998, le réseau des CLD a pour mandat d offrir l ensemble des services de première ligne : évaluation du profil entrepreneurial, information, formation, référencement, accompagnement et suivi. Le réseau des CLD regroupe des professionnels qui apportent un soutien technique et/ou financier à toutes les étapes du cycle entrepreneurial, que ce soit sur le plan de la sensibilisation à l entrepreneuriat ou la validation d un projet d affaires, en passant par la création, le démarrage, la croissance ou la relève d entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d activités confondus. Chaque année, les CLD répondent en moyenne à plus de demandes d entrepreneurs. L accompagnement technique des entrepreneurs représente environ 80 % des activités des CLD alors que 20 % de leurs activités sont consacrées au financement de projets d affaires à même leurs fonds de financement. Le taux de survie des entreprises soutenues financièrement par les CLD est deux fois plus élevé que la moyenne québécoise après 5 ans (70 % au lieu de 35 %). Les programmes ou les mesures de financement offerts par les CLD misent beaucoup sur la formation des entrepreneurs et leur accompagnement tout au long du développement de leur projet d affaires. Mise en contexte Le financement participatif est un modèle de financement qui bénéficie d une visibilité grandissante au Québec. Nous n avons qu à penser aux plateformes Web Haricot ou La Ruche, par exemple, pour constater que ce modèle de collecte de fonds interpelle bon nombre d entrepreneurs souhaitant obtenir l appui de leur communauté pour lancer leur projet d affaires ou le faire croître. Ce mode de financement peut, entre autres, ouvrir la porte à la réalisation de projets qui ne cadrent pas dans les critères de financement traditionnel des institutions financières ou des organismes d aide comme les CLD. Bien qu au Québec le «love money» (ou financement par les proches) soit un moyen de financement connu et utilisé, il demeure toutefois un modèle restreint qui ne s adresse qu au cercle rapproché de l entrepreneur. Le financement participatif, quant à lui, qu il soit fait par le biais de dons, de prêts ou d investissements, va plus loin. Il permet aux entrepreneurs de solliciter d autres réseaux. Actuellement, le financement participatif sous forme de dons est le modèle de sociofinancement le plus connu et celui qui compte le plus grand nombre de dons amassés partout dans le monde. Ce modèle est basé sur une contribution financière pour un projet sans 3

4 attente de rendement financier en retour 1. Un système de récompenses est habituellement utilisé pour encourager les contributions. Le financement participatif sous forme de prêts est le deuxième modèle le plus connu. Celui-ci fonctionne selon un scénario de prêts traditionnel, c est-à-dire que des individus prêtent de l argent à un entrepreneur pour un projet et s attendent, en retour, à être remboursés selon des modalités prévues. Ce modèle peut être intéressant pour les promoteurs qui souhaitent notamment utiliser le financement participatif pour faire la prévente de leur produit. Le modèle de financement participatif le moins connu jusqu à maintenant se fait sous forme d investissements. Également appelé financement participatif en capital, ce modèle implique que l investisseur reçoive une part de l entreprise sous forme de titres en échange de sa contribution. Cette forme de financement n est pas légale à l heure actuelle au Canada mais vient d être régularisée aux États-Unis avec le Jumpstart Our Business Startups (JOBS) Act. Bien qu elle soit la forme la moins connue de financement participatif, elle est, selon un rapport de Massolution/Crowdsourcing LLC, le modèle de financement qui a connu le plus de succès en ce qui concerne le nombre de campagnes réussies et la moyenne des fonds amassés par campagne 2. Pour l ACLDQ, le financement participatif représente donc une forme alternative de financement qui pourrait aider davantage d entrepreneurs à démarrer leur projet d affaires, tout en demeurant ancrés dans leur communauté. La communauté peut être territoriale ou d intérêts, c est-à-dire une communauté de gens intéressés par le même sujet ou le même domaine d activités et qui sont prêts à appuyer un entrepreneur même si celui-ci ne provient pas de leur région. L ACLDQ croit que le financement participatif, qu il s agisse de financement sous la forme de dons, de prêts ou en capital, doit être permis au Québec et offert aux entrepreneurs qui souhaitent y accéder. 1 FONDS DES MÉDIAS DU CANADA, Financement participatif dans les industries de contenu créatif dans un contexte canadien, août 2012, p CROWDFUNDING INDUSTRY REPORT, Market trends and composition and crowdfunding platforms, mai 2013, Industry-Report1.pdf, p. 21 4

5 Orientation 1 - Une règlementation nécessaire Permettre le financement participatif ne signifie pas pour autant tout permettre. L ACLDQ est d avis que certaines règles et balises doivent être mises en place. Piste 1 - Pour assurer la crédibilité du financement participatif La pratique du financement participatif sous toutes ses formes est nouvelle au Québec et commence peu à peu à se forger une bonne réputation auprès des entrepreneurs et de la population en général. Afin de maintenir cette réputation, tout en étant crédible et sécuritaire aux yeux de tous, il est nécessaire que la pratique soit contrôlée et règlementée, notamment le financement participatif en capital qui comporte une part de risque plus grande pour les investisseurs. L utilisation des réseaux sociaux est intimement liée à l avènement du financement participatif. Il suffit de quelques évènements malheureux de la fraude par exemple pour que la réputation de cette forme de financement alternative, de même que la réputation des organismes et des personnes qui y sont associés soient entachées et que les investisseurs perdent confiance. Les commentaires et les expériences vécues, bonnes ou mauvaises, peuvent rapidement être partagés par les internautes. Il est donc important d éviter ou de diminuer le risque d incidents négatifs. Piste 2 - Pour diminuer l exode possible des start-ups et des PME En avril 2012, le gouvernement américain a adopté le Jumpstart Our Business Startups (JOBS) Act, une loi qui vise à assouplir les règlements fédéraux en matière de financement participatif et permettre aux individus de devenir investisseurs par le biais de ce mode de financement 3. Aux États-Unis, le financement participatif en capital est vu comme un catalyseur important du changement dans la façon dont les petites entreprises lèvent du capital. Dans la foulée du JOBS Act, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont entrepris en 2012 un examen à grande échelle auprès des 13 commissions provinciales et territoriales sur les valeurs mobilières 4 dont le Québec fait partie sur les exemptions à l exigence du prospectus afin d assouplir les règlementations et de faire plus de place au financement participatif en capital 5. Selon John Wires du National Crowdfunding Association of Canada (NCFA), le Québec aurait tout intérêt à s intéresser davantage au financement participatif et à régulariser le financement participatif en capital, car il y a un risque réel d exode des start-ups et des petites entreprises vers les États-Unis ou vers les autres provinces canadiennes qui permettent de lever du capital de cette façon 6. 3 FARRELL, Jamie, The JOBS Act: What Startups and Small Businesses need to know, Forbes, 21 novembre DOBBY, Christine, A case for crowdfunding, Financial Post, 18 avril 2012, 5 FONDS DES MÉDIAS DU CANADA, Financement participatif dans les industries de contenu créatif dans un contexte canadien, août 2012, p WIRES, John, Economic potential of crowdfunding is underrated, The Globe and Mail, 27 mars

6 Piste 3 - Pour diminuer les possibilités de fraude et assurer la protection des investisseurs De toutes les formes de financement participatif, le financement participatif en capital est probablement le plus risqué, car il attire de façon générale de petits investisseurs considérés comme des investisseurs «non qualifiés». Afin d être «qualifié», un investisseur doit, entre autres, gagner un salaire annuel minimum de $ 7. On estime qu au Québec seulement personnes sont des investisseurs qualifiés 8. Les investisseurs non qualifiés sont souvent inexpérimentés et connaissent peu ou pas les règlementations entourant l achat de titres. Afin de protéger ces investisseurs et faire en sorte qu ils soient au fait de tout ce qu implique un investissement par financement participatif en capital, l AMF devrait en contrôler et règlementer la pratique. La protection des investisseurs passe par des informations claires, précises et simples sur les projets qui sont soumis au financement participatif et sur les risques associés à de tels investissements. Les gestionnaires des portails Web qui jouent un rôle d intermédiaire entre les entrepreneurs et les investisseurs devraient obtenir une forme d accréditation de la part de l AMF afin de pouvoir offrir leurs services. Ces portails devraient exiger des entrepreneurs de dévoiler certaines informations importantes concernant leur projet, tel qu une description de l entreprise, le nom des dirigeants, le type d actions émises, le cours de l action, les états financiers, le montant ciblé et son utilisation prévue, un échéancier de production, etc 9. Les investisseurs pourraient ainsi prendre des décisions plus éclairées. Recommandation 1 : L ACLDQ recommande que l AMF règlemente le financement participatif en capital afin notamment : - d assurer la crédibilité de ce mode de financement; - de diminuer l exode possible des start-ups et des PME; - de diminuer les possibilités de fraude et ainsi assurer la protection des investisseurs. Recommandation 2 : L ACLDQ recommande que l AMF règlemente les portails Web de financement participatif en capital en accordant une autorisation d exploitation aux gestionnaires de ces sites. Cette mesure éviterait la multiplication des plateformes de financement participatif et en assurerait la qualité. Recommandation 3 : L ACLDQ recommande que l AMF oblige les entrepreneurs à dévoiler un nombre minimal d informations concernant leur projet lorsqu ils souhaitent lever des fonds par financement participatif en capital, et ce, dans un souci de transparence et pour assurer la protection des investisseurs. 7 BLUMONT CAPITAL, Règlement sur les investisseurs qualifiés, 2013, 8 PARENT, Jean-François, Financement participatif, Finances et investissements, 1 er avril 2013, 9 PRIVE, Tanya, Inside the JOBS Act: Equity crowdfunding, Forbes, 11 juin

7 Orientation 2 - Les CLD et le financement participatif Lorsqu ils sont à la recherche de financement pour concrétiser un projet d affaires, les entrepreneurs se tournent souvent vers les institutions financières ou les organismes d aide comme les CLD. Ces derniers, en plus d offrir de l accompagnement technique, offrent aux entrepreneurs du financement sous forme de prêts ou de subventions par l entremise de divers fonds. Dans les CLD, le Fonds local d investissement (FLI) vise à stimuler l entrepreneuriat local en favorisant l accès au capital de démarrage et d expansion pour les entreprises d économie traditionnelle ou sociale. L aide accordée par le FLI peut prendre la forme d un prêt, d un prêt participatif, d une garantie de prêt, d un cautionnement, etc. Le Fonds de développement des entreprises d économie sociale (FDEÉS) vise à stimuler l émergence de projets viables au sein d entreprises d économie sociale et à soutenir la création d emplois durables dans ce domaine. Ici, l aide financière accordée est versée sous forme de subvention. Le programme Jeune Promoteur (JP) vise à stimuler l entrepreneuriat auprès des jeunes et les aider à créer une première entreprise en leur offrant un soutien financier. Le fonds peut être attribué pour concrétiser un projet d affaires, créer une première entreprise ou former l entrepreneur. L aide est accordée sous forme d une contribution non remboursable. Enfin, la mesure Soutien au travail autonome (STA) offre un support financier et technique aux personnes souhaitant créer ou acquérir une micro-entreprise ou devenir travailleur autonome, et ce, afin de favoriser la création d emplois durables. Les fonds mis à la disposition des entrepreneurs par les CLD sont accessibles à certaines catégories d entrepreneurs ou de projets. Chaque CLD dispose de sa propre politique d investissement établie en fonction de priorités fixées par le milieu et présentée dans un Plan d action local pour l économie et l emploi (PALÉE). Piste 4 Le financement participatif, complémentaire au financement traditionnel Plusieurs entrepreneurs et plusieurs projets d affaires ne cadrent pas dans les critères des bailleurs de fonds dits traditionnels. À cet égard, le financement participatif et particulièrement le financement participatif en capital pourrait donner un coup de main à ces entrepreneurs en leur permettant d amasser des fonds sans qu ils aient à passer par les réseaux de financement réguliers. Le financement participatif peut donc être complémentaire au financement traditionnel. Rien n empêche un entrepreneur de solliciter des fonds par financement participatif en capital et de solliciter des fonds auprès des bailleurs de fonds réguliers. L ACLDQ considère qu une campagne de financement participatif réussie peut même être perçue positivement par les institutions financières et les organismes d aide aux entrepreneurs, car elle démontre l intérêt suscité par le projet dans la communauté. 7

8 Recommandation 4 : Le financement participatif étant complémentaire au financement traditionnel, l ACLDQ recommande que les CLD soient des courroies de transmission pour faire connaître aux entrepreneurs ce type de financement, qu il s agisse de financement par dons, par prêts ou en capital. Piste 5 Une valeur ajoutée pour le développement de l entrepreneuriat Rapprocher l entrepreneur des investisseurs L essence même du financement participatif vient du fait que ce sont des gens de la communauté qui décident d investir dans un projet qui les interpelle et qui leur semble novateur. Les projets financés sont donc davantage ancrés dans leur communauté puisqu ils sont appuyés, de façon générale, par celle-ci. L émergence du financement participatif sous toutes ses formes est également une bonne nouvelle pour les régions du Québec et plus particulièrement pour les régions éloignées des grands centres. Les entrepreneurs peuvent ainsi avoir accès à un vaste réseau de donateurs et d investisseurs qui pourraient être intéressés par leur projet. Rapprocher l entrepreneur de son marché Le financement participatif utilisé sous forme de dons ou de prêts peut servir d outil de préanalyse de marché pour certains entrepreneurs qui, en proposant leur projet sur un portail de financement participatif, peuvent «tester» leur marché en constatant l intérêt que suscite le projet auprès des donateurs 10. Les critiques et les commentaires émis sur les portails ou sur les médias sociaux peuvent également alimenter les entrepreneurs et les aider à mieux répondre aux besoins de leurs futurs consommateurs 11. Ce type de financement peut aussi servir de carnet de commandes pour les entrepreneurs en promettant un produit spécifique en échange d un investissement. Le financement participatif, de façon générale, ne devrait pas être restreint au financement de certains secteurs particuliers comme le secteur de l économie sociale ou des arts. Tous les entrepreneurs devraient pouvoir soumettre leur projet d affaires au financement participatif. Cependant, l ACLDQ croit que la collecte de fonds par financement participatif en capital devrait être réservée aux projets d entreprises en démarrage ou en expansion, puisque cette forme de financement comporte une part plus importante de risque pour les investisseurs et demande plus d efforts pour les entrepreneurs. Les autres formes de financement participatif, soit le financement participatif par dons ou par prêts, devraient pour leur part être ouvertes à tous les types de projets qu ils soient d affaires ou non afin, entre autres, de permettre aux entrepreneurs de tester leur marché auprès de leur réseau et de leur communauté. 10 FONDS DES MÉDIAS DU CANADA, Financement participatif dans les industries de contenu créatif dans un contexte canadien, août 2012, p Ibid, p. 5. 8

9 Recommandation 5 : L ACLDQ recommande que le financement participatif en capital soit réservé à des projets d entreprises en démarrage ou en expansion. L ACLDQ recommande en outre d ouvrir les autres formes de financement participatif par dons et par prêts à tous les types de projets. Piste 6 Accompagner la démarche menant au financement participatif Le premier réflexe de plusieurs nouveaux entrepreneurs est de se lancer rapidement à la recherche de financement pour leur projet d affaires. Certains pourraient donc être tentés de démarrer rapidement une campagne de financement participatif en capital qui implique plusieurs notions légales et règlementaires. Il est donc important d être bien préparé. Les CLD, fort d un réseau de plus de professionnels, pourraient accompagner les entrepreneurs qui le souhaitent dans leurs démarches de financement participatif en capital afin de : 1. Outiller les entrepreneurs avant le lancement de leur campagne de financement participatif en capital Pour les entrepreneurs, le financement participatif est un moyen de lever des capitaux, mais aussi de faire la promotion de leurs projets auprès du public. Une grande partie du succès d une campagne de financement participatif repose, entre autres, sur sa visibilité sur les médias sociaux et traditionnels. Il est également important pour un entrepreneur de posséder un bon réseau de contacts avant même de se lancer dans une campagne afin de maximiser sa visibilité et ses chances de succès. Le CLD peut aider l entrepreneur à établir un plan d action et une stratégie de communication efficaces. 2. Offrir aux entrepreneurs toute l information légale et règlementaire relative à une campagne de financement participatif en capital Les entrepreneurs doivent agir avec prudence lors de la mise sur pied d une campagne de financement participatif en capital et bien connaître les risques encourus. Les entrepreneurs devraient connaître les lignes directrices concernant l émission de titres, leurs responsabilités face aux investisseurs, etc. L accompagnement d un expert tout au long de la démarche peut être bénéfique et aider les entrepreneurs à agir en toute connaissance de cause. Afin d offrir un accompagnement adéquat et complet aux entrepreneurs qui souhaiteraient se lancer dans une campagne de financement participatif en capital, l AMF pourrait offrir une formation sur les aspects légaux et règlementaires aux experts qui accompagneraient les entrepreneurs, notamment les CLD. 3. Permettre aux entrepreneurs de livrer la marchandise à leurs investisseurs une fois la campagne de collecte de fonds terminée Lorsque la collecte de fonds est terminée, les entrepreneurs sont inévitablement confrontés à un autre grand défi : livrer aux donateurs ou aux investisseurs ce qui leur a été promis durant la campagne. Ce défi peut s avérer de taille lorsque l entrepreneur est mal préparé. Le projet doit donc être structuré et l entrepreneur doit posséder un plan d action prêt à être mis en œuvre dès la fin de la collecte de fonds. Le CLD peut aider l entrepreneur dans l élaboration de son plan 9

10 d affaires avant le début de la campagne de financement et peut l accompagner dans la mise en œuvre de ce plan une fois la campagne terminée. Recommandation 6 : L ACLDQ recommande que l AMF exige des entrepreneurs souhaitant amasser des fonds par financement participatif en capital d obtenir l accompagnement et le soutien d experts, notamment les CLD. Recommandation 7 : L ACLDQ recommande que l AMF offre une formation particulière aux experts qui accompagneront les entrepreneurs dans leur processus de collecte de fonds par financement participatif en capital afin que ces experts soient outillés pour comprendre les tenants et aboutissants de ce type de financement ainsi que son environnement légal et règlementaire. Conclusion L ACLDQ considère que financement participatif est un moyen novateur pour permettre aux entrepreneurs québécois de faire naître des projets d affaires ancrés dans leur communauté et qui peuvent contribuer au développement économique de toutes les régions. Afin de faire en sorte que ce mode de financement fasse partie intégrante du paysage entrepreneurial québécois, l ACLDQ croit qu une règlementation est nécessaire afin de permettre l utilisation de ce mode de financement au Québec et d assurer sa crédibilité. Une règlementation permettrait de diminuer l exode possible des start-ups et des PME, et réduirait les possibilités de fraude. L AMF devrait également exercer un contrôle sur les portails Web de financement participatif en capital et exiger le dévoilement d un certain nombre d informations provenant des entrepreneurs qui souhaitent amasser des fonds. De plus, l ACLDQ croit que le financement participatif en capital devrait être réservé aux entreprises en phase de démarrage ou d expansion, alors que les autres formes de financement participatif devraient pouvoir être accessibles pour tous les types de projet entrepreneurial ou non afin, notamment, d être utilisées comme outil d analyse de marché. Le financement participatif, complémentaire au financement traditionnel, est sans contredit une valeur ajoutée au développement de l entrepreneuriat au Québec. L ACLDQ croit par ailleurs qu un accompagnement adéquat pour les entrepreneurs qui souhaitent lever des fonds de cette façon serait salutaire et pourrait contribuer au succès des projets proposés. Cet accompagnement serait d autant plus intéressant si les experts-accompagnateurs étaient formés sur les aspects légaux et règlementaires du financement participatif par l AMF. 10

11 Résumé des recommandations Recommandation 1 : L ACLDQ recommande que l AMF règlemente le financement participatif en capital afin notamment : - d assurer la crédibilité de ce mode de financement; - de diminuer l exode possible des start-ups et des PME; - de diminuer les possibilités de fraude et ainsi assurer la protection des investisseurs. Recommandation 2 : L ACLDQ recommande que l AMF règlemente les portails Web de financement participatif en capital en accordant une autorisation d exploitation aux gestionnaires de ces sites. Cette mesure éviterait la multiplication des plateformes de financement participatif et en assurerait la qualité. Recommandation 3 : L ACLDQ recommande que l AMF oblige les entrepreneurs à dévoiler un nombre minimal d informations concernant leur projet lorsqu ils souhaitent lever des fonds par financement participatif en capital, et ce, dans un souci de transparence et pour assurer la protection des investisseurs. Recommandation 4 : Le financement participatif étant complémentaire au financement traditionnel, l ACLDQ recommande que les CLD soient des courroies de transmission pour faire connaître aux entrepreneurs ce type de financement, qu il s agisse de financement par dons, par prêts ou en capital. Recommandation 5 : L ACLDQ recommande que le financement participatif en capital soit réservé à des projets d entreprises en démarrage ou en expansion. L ACLDQ recommande en outre d ouvrir les autres formes de financement participatif par dons et par prêts à tous les types de projets. Recommandation 6 : L ACLDQ recommande que l AMF exige des entrepreneurs souhaitant amasser des fonds par financement participatif en capital d obtenir l accompagnement et le soutien d experts, notamment les CLD. Recommandation 7 : L ACLDQ recommande que l AMF offre une formation particulière aux experts qui accompagneront les entrepreneurs dans leur processus de collecte de fonds par financement participatif en capital afin que ces experts soient outillés pour comprendre les tenants et aboutissants de ce type de financement ainsi que son environnement légal et règlementaire. 11

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés,

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés, MÉMOIRE présenté à la Commission des finances publiques dans le cadre de l étude du projet de loi no 123 Loi sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et d Investissement Québec préparé

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Description des différents comités et fonds liés au développement local et entrepreneurial

Description des différents comités et fonds liés au développement local et entrepreneurial SERVICE DE DÉVELOPPEMENT LOCAL ET ENTREPRENEURIAL (SDLE) Description des différents comités et fonds liés au développement local et entrepreneurial 28 septembre 2015 1 Mise en contexte À la suite de l

Plus en détail

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité FONDS ÉMERGENCE FÉ Le Fonds émergence vise à soutenir la préparation de projets d entreprise ou les activités nécessaires à la concrétisation de projets afin de diversifier et développer l économie locale.

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL. Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015

PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL. Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015 PROJETS D ENCADREMENT RÉGLEMENTAIRE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL Patrick Théorêt Directeur du financement des sociétés 30 mars 2015 CONTEXTE Définition du financement participatif en capital

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE Le dynamisme des communautés du territoire

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Proposition d Amendements Crowdfunding à la Directive Prospectus

Proposition d Amendements Crowdfunding à la Directive Prospectus Proposition d Amendements Crowdfunding à la Directive Prospectus Introduction Ces dernières années, la finance traditionnelle a été confrontée à la nécessité d adapter son modèle à la suite de la crise

Plus en détail

Programme des Sociétés de capital de démarrage

Programme des Sociétés de capital de démarrage Programme des Sociétés de capital de démarrage Bourse de croissance TSX Programme des Sociétés de capital de démarrage Êtes-vous prêt pour l inscription en Bourse? L entrepreneuriat est en pleine effervescence

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS 2 mars 2015 Fonds d investissement en agriculture de la MRC de Bécancour (FIAB) Territoire de la MRC de Bécancour PRÉAMBULE ET MISE EN CONTEXTE Quiconque habite la ruralité

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE Avis de l Aile Relève de la Chambre de commerce et d industrie MRC

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec Cabinet du ministre Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie Gouvernement du Québec Lancement de la Mutuelle de microfinance (Québec) Québec Le 14 mai 2013

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Préambule Suite à l adoption de la Loi 28 par le gouvernement du Québec, des modifications ont été apportées à la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance municipale

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2014

PLAN D ACTION 2013-2014 Le cadre d intervention de la SADC Côte-Nord 1 2 Les grands axes du cadre d intervention 1 Les services de soutien aux Les enjeux des collectivités La planification stratégique régionale 3 4 Diagnostic

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Le financement participatif est un processus permettant à une personne ou à une entreprise de recueillir de petites

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM)

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Préambule La politique d investissement du CLD de la Matawinie repose sur deux (2) bases fondamentales : La première base, celle

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Société d aide au développement des collectivités. Services

Société d aide au développement des collectivités. Services Société d aide au développement des collectivités Services DE SOUTIEN À L ENTREPRISE ET AU DÉVELOPPEMENT LOCAL FONDS D INVESTISSEMENT Pour soutenir et favoriser le développement économique régional local,

Plus en détail

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web.

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web. Nouvelles et information de l OSBI, le service indépendant de résolution de différends Numéro 3, Mars 2008 Tous ceux qui œuvrent au sein des services financiers savent que non seulement les changements

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Fonds Jeunes promoteurs CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Volet A : concrétisation de projets

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

17 décembre 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

17 décembre 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) 17 décembre 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Table des matières 1. MISSION DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)... 3 2. OBJECTIFS DU FONDS... 3 3. ENTREPRISES ADMISSIBLES...

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement. Chris Arsenault, 17 avril 2014

Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement. Chris Arsenault, 17 avril 2014 Le financement participatif «equity crowdfunding» et les nouvelles tendances en investissement Chris Arsenault, 17 avril 2014 1 L investissement corporatif 2 Le capital corporatif est de plus en plus présent

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

COMPTE- RENDU FORUM DES ÉTUDIANTS 24 SEPTEMBRE UNIVERSITÉ LAVAL

COMPTE- RENDU FORUM DES ÉTUDIANTS 24 SEPTEMBRE UNIVERSITÉ LAVAL COMPTE- RENDU FORUM DES ÉTUDIANTS 24 SEPTEMBRE UNIVERSITÉ LAVAL Introduction Le forum aura permis de rassembler 7 jeunes (5 de Baie-Comeau et 2 de Bécancour), ce qui est largement sous les attentes (50

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood. WE DO WHAT? L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! DOSSIER DE PRESSE MAI 2015 CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.co 1 S E O M M A I 1/ QUI SOMMES-NOUS? 2/ VALEURS 3/ FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse

Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Partie I L environnement juridique de l introduction en Bourse Note de l éditeur : Les chapitres 2 «Les règles communes aux divers marchés» et 3 «Les règles spécifiques aux divers marchés» du présent

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT SUBVENTION D ÉCONOMIE SOCIALE DE LA MRC DE LA JACQUES-CARTIER. Guide à l intention des promoteurs de projets.

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT SUBVENTION D ÉCONOMIE SOCIALE DE LA MRC DE LA JACQUES-CARTIER. Guide à l intention des promoteurs de projets. Point 5.1 POLITIQUE D'INVESTISSEMENT SUBVENTION D ÉCONOMIE SOCIALE DE LA MRC DE LA JACQUES-CARTIER Guide à l intention des promoteurs de projets Adoptée le Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. FONDEMENTS

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel Différences principales Business Angel Spécialistes du capital-risques Personnel Entrepreneurs Gestionnaires financiers Argent

Plus en détail

PROPOSITION DE PARTENARIAT

PROPOSITION DE PARTENARIAT PROPOSITION DE PARTENARIAT Événement organisé en collaboration avec la MRC Memphrémagog et Tourisme Memphrémagog À PROPOS L ASSOCIATION DES PROFESSIONNELS EN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC L Association

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting?

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting? INTRODUCTION I. Définition Qu est-ce que le crowdinvesting? Le crowdinvesting 1 (littéralement «investissement par la foule») ou investissement participatif ne fait l objet d aucune définition juridique.

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

Dépliant explicatif et critères d attribution

Dépliant explicatif et critères d attribution Dépliant explicatif et critères d attribution Dépôt de candidatures jusqu au Le Fonds de développement culturel s adresse aux organismes culturels, artistes, artisans et établissements d éducation portcartois.

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS Brochure Réservé aux courtiers en prêts hypothécaires à titre d information À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS La Banque au service des courtiers. À propos

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest 1. Contexte Qu est-ce que le crowdfunding? Le crowdfunding, littéralement

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets septembre 2014 Financer vos projets? C est possible grâce au crowdfunding! De plus en plus, le financement participatif

Plus en détail

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Un programme à la mesure de votre succès! Présenté par : Partenaires majeurs : Partenaire Argent : Partenaire Bronze : Représentant

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Rénover l État par les technologies de l information *** Stratégie gouvernementale en technologies de l information Secrétariat du Conseil du trésor 15 juin 2015 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

La réussite de vos projets de croissance

La réussite de vos projets de croissance La réussite de vos projets de croissance PLAN STRATÉGIQUE DE CROISSANCE (BUSINESS CASE) FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices

Plus en détail

Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Le 22 mai 2013

Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Le 22 mai 2013 Association médicale canadienne Mémoire sur le projet de loi C-462, Loi limitant les frais imposés par les promoteurs du crédit d impôt pour les personnes handicapées. Présenté au Comité permanent des

Plus en détail