Financement participatif Jeux vidéo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Financement participatif Jeux vidéo"

Transcription

1 GameStatistics Financement participatif et et Jeux vidéo Rapport d étude quantitative Une enquête indépendante basée sur les opinions des joueurs Avril 2013 La passion du Jeu l expérience de la Statistique

2 A propos de cette étude GameStatistics réalise de façon indépendante des études sur les jeux vidéo. Ces études se basent le plus souvent sur des données issues de sondages menés auprès des joueurs. Cette étude se focalise sur la thématique transversale du financement participatif aussi appelé Crowdfunding dans le domaine des jeux vidéo. Elle a été réalisée à la seule initiative de GameStatistics, et ses résultats sont publics. Au-delà des aspects qualitatifs et de quelques données numériques publiques, cette étude se base majoritairement sur une enquête quantitative menée auprès de joueurs de jeux vidéo. Les modalités et le périmètre de cette enquête sont précisés en début de rapport. GameStatistics 2

3 GameStatistics INTRODUCTION GameStatistics 3

4 Financement participatif et jeux vidéo Concept importé des Etats-Unis, le financement participatif désigné le plus souvent par le terme anglo-saxon de crowdfunding se veut une alternative aux modèles de financement de projets traditionnels. Dans le financement participatif, l investisseur d un projet (quel qu il soit) n est plus une société ou un fonds d investissement, mais une multitude de contributeurs anonymes volontaires pour financer ce projet, que ce soit pour des raisons économiques ou morales. Diverses formes de financement participatif existent, certaines permettant par exemple aux «investisseurs» de toucher un pourcentage sur les éventuels bénéfices du projet, tandis que d autres offrent des contreparties matérielles ou des possibilités de coproduction. Au croisement du don, de l investissement voire de la précommande, le financement participatif est un mode de financement en plein essor, porté par l émergence des réseaux sociaux et touchant de très nombreux secteurs (cinéma, musique, projets sociaux ) Jusqu en 2012, le financement participatif n avait pas encore vraiment touché le milieu du jeu vidéo, malgré quelques timides incursions. Tout a changé soudainement lorsqu une société portée par un «grand nom» du jeu vidéo (en l occurrence Tim Schafer, créateur de Day of the tentacles) utilisa la plate-forme de financement participative Kickstarter pour son prochain jeu d aventure : alors que le studio réclamait dollars pour pouvoir réaliser son jeu, ce furent 1 millions de dollars qui furent récoltés dès le premier jour de la campagne de financement. La brèche étant désormais ouverte, il ne fallut que quelques mois pour voir une véritable déferlante de projets de jeu portés via Kickstarter : le studio indépendant Obsidian se lançait dans un projet de jeu de rôle «old school» et récoltait pas loin 4 millions de dollars de la part de fans enthousiastes; le père de Wing Commander annonçait son grand retour dans le jeu vidéo dans et crevait les plafonds avec presque 7 millions de dons pour son projet de jeu «space opera» Star Citizen. On peut également citer le cas de la console en Free-to- Play Ouya qui reste à ce jour le projet ayant récolté le plus de dons sur Kickstarter. Et aux cotés de ces projets d ampleur qui sont les plus visibles, des dizaines de projets plus modestes affluent chaque mois sur les plateformes de financement participatif. Le phénomène est encore loin de s essouffler, ce mois de Mars 2013 s étant illustré par exemple par les campagnes des «successeurs spirituels» deplanescape Torment et Ultima, des projets ayant très rapidement franchi le cap du million de dollars de don. Quoique le phénomène soit jusqu à présent principalement limité aux jeux PC, l émergence du financement participatif dans les jeux vidéo fait l effet d un bouleversement : du jour au lendemain, les éditeurs traditionnels se trouvaient «court-circuités» par ces studios se finançant directement auprès des joueurs ; et des styles de jeu délaissés par l industrie traditionnelle fleurissent désormais par dizaines En finançant à l avance les projets de jeu qui lui tiennent à cœur, le joueur-contributeur semble acquérir un pouvoir qu il n avait pas jusqu à présent. pour le meilleur comme pour le pire? GameStatistics 4

5 KickStarter : principes généraux Le site américain Kickstarter reste à ce jour, et de loin, la principale plate-forme de financement participatif pour les jeux vidéo (au point que l expression «lancer un Kickstarter» soit désormais courante). On rappellera ici ses grands principes, dans la mesure où jusqu à présent, les joueurs pensent majoritairement au fonctionnement de Kickstarter lorsqu on demande leur avis sur le financement participatif. Kickstarter ne repose pas sur une logique d investissement, ni même de production communautaire : le joueur qui contribue («backer») à un projet ne touche aucun bénéfice, et n a aucun droit à l égard du projet ; par contre, en échange de sa participation financière, il recevra le jeu dès lors qu il sera terminé, et éventuellement des contreparties supplémentaires en fonction du montant de sa contribution (version physique du jeu, manuel imprimé, accès anticipé au jeu jusqu à la possibilité de définir certains éléments du jeu pour les montants les plus élevés). Aussi, c est une façon pour le joueur d encourager un projet qui lui plaît particulièrement. Kickstarter est donc au croisement de la précommande et du mécénat, les joueurs-contributeurs pouvant ainsi acheter en avance un type de jeu qui aurait pu ne jamais sortir par les circuits traditionnels. Tous les projets soumis via Kickstarter ont un objectif de financement minimum, fixé par le créateur du projet : si ce seuil n est pas atteint au cours de la campagne de financement, alors le projet est considéré comme un échec, et les sommes données par les contributeurs ne seront pas encaissées. S il est dépassé en revanche, l argent sera naturellement encaissé, et le créateur du projet s engage alors à utiliser cet argent pour réaliser son projet, en respectant les engagements qu il a annoncé. On notera aussi que lorsque l objectif initial a été atteint, l initiateur du projet peut proposer des objectifs additionnels («strech goal»), définissant des ajouts supplémentaires à son projet pour chaque palier ultérieur atteint. On parle donc de «campagne» sur Kickstarter dans la mesure où, au cours d un temps imparti (généralement plusieurs semaines), l initiateur doit convaincre son audience potentielle de soutenir financièrement son projet, afin de récolter un maximum de dons. Kickstarter, quant à lui, touche une commission sur ce montant, tout du moins lorsque le projet a réussi. Un des aspects controversés de Kickstarter réside dans l absence d engagement formel du créateur du projet : une fois financé, celui-ci n a qu un engagement de principe à l égard de ses contributeurs. Soutenir un projet comporte donc une part de risque réel, dans la mesure où, quelle qu en soit la raison (mauvaise évaluation de la charge de travail, mauvaise gestion du projet, bouleversements imprévus dans l équipe de développement, arnaque ), un projet financé peut ne pas aboutir, ou bien plus simplement ne pas être à la hauteur des attentes initiales des contributeurs / des promesses annoncées. GameStatistics 5

6 Kickstarter : quelques chiffres Pour saisir l importance de l irruption du financement participatif dans les jeux vidéo, on retiendra quelques-uns des «chiffres chocs» dévoilés par Kickstarter pour son bilan d année 2012 : 83 millions de dollars ont été récoltés par les multiples projets de jeu vidéo financés via Kickstarter en 2012 Cette somme a permis le financement de plus de 900 projets de jeu Plus de contributeurs ont participé financièrement à ces divers projets 33% des projets de jeu soumis via kickstarter ont atteint leur objectif de financement Le secteur des jeux vidéo a été sur Kickstarter celui ayant récolté le plus de fonds en 2012 Sommes récoltées en 2012 sur Kickstarter, par secteur d'activité 100M$ 80M$ 60M$ 40M$ 20M$ M$ Art Comics Dance Design Fashion Film & Video Food Games Music Photography Publishing Technology Theater Source : «The best of Kickstarter 2012», Kickstarter.com GameStatistics 6

7 Problématiques associées L irruption du financement participatif dans les jeux vidéo ayant fait l effet d un véritable bouleversement, il soulève aussi nombre de débats et d interrogations. GameStatistics s est focalisée dans cette étude sur quelques-unes de ces problématiques : Quelles peuvent être les motivations des contributeurs? Quelle est la vision des joueurs du financement participatif? Pour quelle raison choisiraient-ils le financement participatif plutôt que l achat traditionnel de jeux? Jusqu à combien sont-ils prêts à donner pour un projet qui leur plait? Quels sont les éléments les plus à même de les décider à soutenir un projet de jeu? Qu attendent-ils le plus comme contreparties, ou comme objectifs additionnels d un projet de jeu? Qui sont ces contributeurs? Quel est le profil de ces joueurs ayant déjà financé des projets de jeu? Quels types de jeu préfèrent-ils? Combien ont-ils dépensé en 2012 en moyenne, et pour combien de projets? Ont-ils également recours au financement participatif dans d autres domaines que le jeu vidéo? Quel avenir pour le financement participatif dans les jeux vidéo? Le financement participatif dans les jeux vidéo risque t il la saturation? Au-delà de Kickstarter, existe-t-il un espace pour d autres formes de financement participatif dans les jeux vidéo? Y a-t-il un intérêt de la part des contributeurs pour d autres types de projets que les jeux dans cet univers? GameStatistics 7

8 GameStatistics METHODOLOGIE GameStatistics 8

9 Périmètre et objectifs Pour apporter des éléments de réponse à ces problématiques, GameStatistics s est penché sur les opinions des premiers concernés : les joueurs ayant déjà participé, ou n excluant pas de le faire à l avenir, à des projets de jeux vidéo via le financement participatif. Une enquête quantitative a été menée directement par GameStatistics auprès de la population étudiée, dont le questionnaire a été élaboré pour répondre aux différentes problématiques soulevées. Pour des raisons méthodologiques, et afin d éviter une trop forte dispersion dans les thématiques abordées, GameStatistics a choisi de se focaliser sur l étude des joueurs-contributeurs sur PC et francophones : Joueurs de jeux PC : si le financement participatif ne touche pas vraiment les consoles de jeux (pas encore?), il est en revanche assez vivant pour les jeux sur mobiles ou tablettes (pour des montants nettement plus modestes toutefois). Mais la présente étude se focalise sur la population des joueurs de jeux PC et les problématiques qui y sont liées, ces dernières n étant pas forcément les mêmes que celles liées aux jeux sur mobiles ou tablettes. Joueurs francophones : les projets de jeux soumis via le financement participatif massivement représentés par le site américain Kickstarter font naturellement appel à tous types de contributeurs, en particulier ceux d Amérique du nord et de l ensemble des pes pays européens. S il existe certainement des différences de comportement / d opinion entre les différentes nationalités, l étude se focalise sur la population francophone. On peut penser toutefois que ces résultats basés sur la population francophone ne devraient pas être radicalement différents des joueurs «occidentaux» en général, qui forment l essentiel de cette population. Joueurs-contributeurs réels ou «potentiels» : l enquête s est attelée à recueillir les opinions de joueurs ayant déjà contribué à des projets de jeu, ou bien n excluant pas de le faire à l avenir. L étude ne cherchait donc pas, par exemple, à comparer les opinions des contributeurs à celles de la masse de joueurs (beaucoup plus large, disparate et difficile à représenter) ne connaissant pas ou ne souhaitant pas participer à des projets de financement participatif. GameStatistics 9

10 Méthodologie Méthodologie : sondage online diffusé par et via des invitations publiques sur de multiples forums de jeux vidéo francophones, dans les sections consacrées aux jeux vidéo en général, ou bien aux jeux vidéo PC en particulier. Date de terrain : le sondage a été diffusé la semaine du 24 Février au 3 Mars A cette date, les campagnes Kickstarter pour les successeurs de Planescape Torment ou des Ultima (deux projets d importance du mois de Mars) n étaient pas encore lancées. Sélection des forums : comme pour toutes les enquêtes GameStatistics, l enquête a été diffusée sur une sélection de forums d audiences variées, permettant ainsi l expression d un nombre important de «sensibilités» différentes : JeuxOnline : site de référence sur les jeux en ligne, à forte dominance PC Jeuxvideos.com : site de référence pour les jeux vidéo de tous types Canard PC : site de référence sur les jeux PC NoFrag : site spécialisé sur les jeux de tir, à forte dominance PC RPGFrance : site spécialisé dans les jeux de rôle, à forte dominance PC Gameblog : site généraliste sur les jeux vidéo ainsi que les inscrits à la lettre d informations de GameStatistics Représentativité : si la représentativité d une enquête principalement menée via des forums reste par nature toujours sujette à discussion, elle se prête pourtant particulièrement bien à la population étudiée ; les joueurs-contributeurs (réels ou potentiels) forment une population par nature investie et active dans les jeux vidéo, et donc fortement sujette à fréquenter les forums consacrés à ce loisir (d autant plus qu il s agit d une des principales sources d information sur les projets de jeux soumis au financement participatif). Par ailleurs, la comparaison des données recueillies avec certaines données «réelles» permet d avoir un certain gage de fiabilité (voir page suivante). GameStatistics 10

11 Représentativité Les sommes récoltées par chaque projet sur Kickstarter sont publiques, de mêmes que le nombre total de contributeurs. Il est ainsi possible d en déduire un montant moyen par contributeur, pour chaque projet financé. Hors, l enquête demandait, pour une dizaine de projets de jeu à forte notoriété, s ils y avaient participé et à quelle hauteur. Les résultats de ces questions, essentiellement destinées à vérifier la fiabilité de l échantillon recueilli, permettent ainsi de comparer le montant moyen par contributeur «réel» (chiffres de Kickstarter, en dollars) avec le montant moyen par contributeur «estimé» (chiffres issu de l échantillon, en euros). $78 Financement réel / financement échantillon Investissement moyen réel $52 $26 Project Eternity Wasteland 2 Planetary Annhilation Double Fine Adventure Faster Than Light Note : seuls sont inclus les projets de jeu ayant été financés par au moins 30 personnes dans l échantillon (Star Citizen est exclu car les chiffres de Kickstarter ne représentent qu une partie de son financement) $ Investissement moyen échantillon La forte corrélation entre ces deux séries de données (les différents projets sont proches de la «diagonale») prouve la bonne représentativité de l échantillon. Bien sûr, que celle-ci ne soit pas «parfaite» reste normal, non seulement parce que tout type de sondage comporte une dose d aléatoire, mais aussi parce que de toutes manières, les contributeurs de Kickstarter sont issus d une population internationale, alors que la population étudiée ici est francophone. GameStatistics 11

12 Descriptif échantillon Total échantillon (joueurs connaissant le financement participatif) OUI Avez-vous déjà participé financièrement au développement d un jeu vidéo (à l exclusion du matériel) via le financement participatif? NON Contributeurs réels (joueurs ayant déjà contribué à un projet de jeu vidéo (N =188) Certainement / Probablement / Ne sait pas A l avenir, pensez-vous participer financièrement au développement d un jeu vidéo via le financement participatif? Probablement pas / Certainement pas Contributeurs potentiels (joueurs n excluant pas de contribuer à un projet de jeu) Non Contributeurs (joueurs ne souhaitant pas contribuer à un projet de jeu) (N=101) (N=46) Au vu des problématiques abordées, l enquête se focalisera sur les réponses apportées par les deux groupes que sont les «contributeurs réels» et les «contributeurs potentiels», soit un total d environ 300 réponses directement prises en compte dans les différentes questions. GameStatistics 12

13 GameStatistics RESULTATS GameStatistics 13

14 GameStatistics I. Motivations des contributeurs Quelle est la vision des joueurs du financement participatif? Pour quelle raison recourent-ils au financement participatif plutôt que l achat traditionnel de jeux? Jusqu à combien sont-ils prêts à donner pour un projet qui leur plait? Quels sont les éléments les plus à même de les décider à soutenir un projet de jeu? Qu attendent-ils le plus comme contreparties, ou comme objectifs additionnels d un projet de jeu? GameStatistics 14

15 Définition du financement participatif Définir ce qu est le financement participatif, dans le cadre des jeux vidéo, peut donner lieu à des résultats contradictoires, en fonction des personnes interrogées : certains y voient une forme de mécénat, d autres l assimilent à une pré commande, d autres encore une forme d investissement sur l avenir. Quelle est la définition qui l emporte parmi ces joueurs connaissant cette notion, qu ils aient déjà financé ou non un projet? Pour vous, financer un projet de jeu vidéo via Kickstarter ou un autre de ses concurrents, c est avant tout? 42% 39% 13% 6% Participer au développement d un jeu vidéo Faire un don pour le développement d un jeu vidéo Pré commander en avance et/ou à bon prix un jeu vidéo Faire un investissement Note : ces chiffres et ceux des pages suivantes sont basés sur les réponses des «contributeurs réels ou potentiels», c est à dire l ensemble des joueurs interrogés à l exception de ceux excluant tout financement de jeu Ainsi, ce sont principalement les notions de «participation» et de «don» qui, à parts égales, définissent ce qu est le financement participatif aux yeux des joueurs concernés. Seule une minorité d entre eux assimile le financement participatif à une forme de précommande, et ils sont encore moins nombreux à y voir principalement un investissement. Même si ces différentes notions sont toutes plus ou moins liées au financement participatif, ce sont bien celles du don et de la participation qui sont spontanément citées comme définissant cette forme de financement. GameStatistics 15

16 Motivations du financement participatif (1/2) Comment expliquer cet attrait soudain et massif de ces joueurs pour des projets de jeux encore à l état de prototype, au contraire des jeux traditionnels immédiatement «prêts à la consommation»? Quelle est la principale raison qui vous déciderait (ou vous a décidé) à financer un projet de jeu vidéo via le financement participatif, plutôt que l achat traditionnel? 79% 11% 7% 3% Soutenir un projet qui vous tient particulièrement à cœur Pouvoir suivre, voire influencer le développement d un jeu vidéo Faire des économies en pré commandant à un prix avantageux / avec des avantages particuliers Autre Dans une très large majorité, les joueurs non-réfractaires au financement participatif déclarent opter (ou être prêts à opter) pour cette méthode de financement pour des raisons qu on peut qualifier comme «éthiques» : participer financièrement à un projet de jeu, c est avant tout soutenir un projet de jeu qui tient particulièrement à cœur. Les raisons plus matérielles, si elles sont sans doute également présentes dans leurs motivations, ne sont que rarement mises en avant, de même que l aspect de développement communautaire. Il est intéressant de noter que les joueurs n ayant encore jamais participé à du crowdfunding dans les jeux sont sensiblement plus nombreux à considérer le suivi et la participation au développement du jeu comme le critère de décision primordial (21%, contre 6% pour ceux ayant déjà participé) : ainsi ceux n ayant encore jamais franchi le pas ne seraient-ils pas plus en attente de projets plus ouverts à la co-production, à la prise en compte des souhaits des contributeurs? GameStatistics 16

17 Motivations du financement participatif (2/2) On peut creuser ces motivations en constatant les réponses des répondants sur deux éléments en particulier : Diriez-vous que... Le financement participatif me permet / me permettra de jouer à des jeux qui n auraient jamais été développés autrement L 57% 35% 7% 1% Tout à fait d'accord Plutôt d'accord Ni d'accord ni pas d'accord Plutôt pas d'accord Le financement participatif me donne le sentiment d avoir une influence sur l évolution des jeux vidéo 21% 48% 25% 5% 1% Pas du tout d'accord La quasi-totalité des joueurs interrogés estiment que le financement participatif leur permet de jouer à des jeux qui n auraient jamais été développés autrement. Cette quasi-unanimité renforce l idée que le succès du financement participatif est surtout lié à des critères d ordre «passionnels», en particulier la recherche de jeux ou types de jeux n étant pas (ou plus) proposés par l industrie traditionnel. D ailleurs, l actualité récente montre que certains grands éditeurs cherchent d une certaine façon à «reconquérir» ces territoires perdus (on pense en particulier à l annonce de Might & Magic X d Ubisoft et son approche résolument «old school», à la manière des jeux de rôle ayant percé sur Kickstarter). A une échelle plus contenue, on constate également qu une majorité de joueurs estiment que le financement participatif leur donne le sentiment d avoir une influence sur l évolution des jeux vidéo. En s adressant directement à leurs «consommateurs», les studios de développement donnent le sentiment de leur accorder ainsi une plus grande importance que lorsqu ils doivent passer par les éditeurs, parfois suspectés (à tord ou à raison) de brider leur créativité. Ainsi peut-on dire que cette idée de lien direct entre joueur et producteur est sans doute une des forces du financement participatif. GameStatistics 17

18 Intensité du financement participatif A quelle hauteur ce financement est-il susceptible de s élever? Les joueurs interrogés encore une fois, contributeurs réels ou potentiels (n ayant encore jamais financé de projet mais n excluant pas de le faire à l avenir) - étaient invités à estimer le montant maximum qu ils seraient prêts à donner pour un projet de jeu leur plaisant particulièrement. En moyenne, les joueurs intéressés se déclarent prêts à donner jusqu à 80 euros pour un projet qui leur tiendrait particulièrement à cœur. Ce montant moyen cache des disparités importantes selon les joueurs. Ainsi, un quart des joueurs interrogés est prêt à donner plus de 100 euros pour un tel projet, tandis qu un autre quart ne consentirait qu à donner une trentaine d euros au maximum. Les joueurs ayant déjà contribué à un projet de financement participatif sont prêts à donner plus que leurs homologues n ayant encore jamais franchi ce cap (90 euros en moyenne pour les contributeurs réels, contre 63 pour les contributeurs potentiels) On constate également des disparités importantes liées à l age des joueurs. Les joueurs ayant franchi le cap des 25 ans sont nettement plus enclins à donner que les joueurs plus jeunes (92 euros en moyenne, contre 62 pour les moins de 25 ans). Par contre, on ne constate pas de différences marquées entre les ans et les plus de 30 ans. Interrogés sur la prise de risque liée à tout projet de financement participatif (abandon de projet ayant pourtant été financé, non-respect des caractéristiques promises ), les joueurs sont dans l ensemble conscients du risque qu ils encourent à soutenir un projet. On peut constater toutefois qu un quart d entre eux estiment qu ils ne prennent pas vraiment de risques, ce qu on interprètera probablement plus comme une confiance (exagérée?) à l égard des projets qui les intéressent, qu une réelle méconnaissance du crowdfunding. Etes vous d'accord avec la phrase : "je prends des risques si je décide de financer un projet" Tout à fait d'accord Plutôt d'accord Ni d'accord ni pas d'accord Plutôt pas d'accord Pas du tout d'accord 24% 38% 18% 17% 3% GameStatistics 18

19 De l intérêt à la contribution Pour le joueur-contributeur, la participation éventuelle à un projet se déroule en deux temps : d abord connaître le projet, ensuite se convaincre de le soutenir. Quels sont les éléments-clés permettant le passage d un simple intérêt à l égard du projet, à cette participation financière effective? Quels sont (ou seraient), pour vous, les éléments les plus à même de vous décider à participer financièrement à un projet de jeu vidéo via le financement participatif? Des explications détaillées des mécanismes de jeu 64% 31% 4% Une communication régulière sur les éléments du projet pendant la campagne de financement 57% 34% 10% Des explications détaillées quant à l utilisation des fonds demandés 39% 38% 23% Primordial Une vidéo de gameplay 36% 46% 19% Important Des captures d écran du jeu 32% 48% 20% Secondaire Une équipe de développement ayant déjà développé des jeux qui vous ont plu 15% 46% 39% La présence d un ou plusieurs développeurs connus et réputés dans l équipe de développement 8% 34% 58% Une démo jouable 8% 35% 57% On constate qu avant même la présence de vidéo de gameplay ou de captures d écran, les joueurs interrogés placent les explications détaillées des mécanismes de jeu et la communication autour du projet, comment des éléments primordiaux quant à leur décision de soutenir ou non un projet. Ainsi une large proportion des joueurs estime qu il n est pas à proprement parler indispensable de présenter des éléments «concrets», directement issus du jeu. Ainsi, le déroulement de la «campagne» en elle-même est-elle d une importance cruciale pour convaincre le joueur intéressé de participer activement. On remarquera deux résultats qui peuvent apparaître comme contradictoires avec la réalité du financement participatif (le fossé entre intentions et réalité?) : Pour plus de la moitié des joueurs interrogés, la présence de «personnalités» reconnues dans un projet reste un élément secondaire de décision (alors que les projets ayant récolté le plus de dons sont quasiment tous associés à des «noms» prestigieux) Une explication détaillée quant à l utilisation des fonds demandés est jugée comme primordial par presque 40% des interrogés (alors que cet aspect reste encore très superficiel dans les projets actuels) GameStatistics 19

20 Quelles contreparties? Dans le système de Kickstarter (qui est également celui d Ulule ou IndieGogo) les contributeurs reçoivent, en échange de leur contribution, une compensation physique ou numérique. Cela inclut le jeu en lui-même naturellement, mais également des «bonus» optionnels en fonction de la participation du contributeur. Quels types de contreparties intéressent le plus les joueurs tentés par le financement participatif? Si vous deviez participer financièrement à un projet de jeu, qu est-ce qui vous motiverait à donner plus que la somme initiale pour l'obtenir? A ccès anticipé au jeu 39% 42% 19% Versio n physique du jeu 39% 27% 34% D éblo cage de «Stretch go al» 35% 44% 21% P articipatio n co mmunautaire au dévelo ppement 33% 41% 26% Très motivant Un livret d illustratio ns / ro man 28% 35% 38% Assez motivant P articipatio n perso nnelle au dévelo ppement 28% 29% 43% Peu motivant A utres «go o dies» physiques 16% 37% 47% C D audio o u un fichier des musiques du jeu 16% 35% 50% B o nus "in game" 13% 35% 53% Un accès anticipé au jeu est une des récompenses les plus communément appréciées par les joueurs contributeurs (demande par ailleurs relativement facile à satisfaire puisque le coût associé pour un développeur est très marginal). Dans des proportions similaires, il y a également une vraie demande en terme de participation communautaire (sondages ou consultations sur l orientation du développement du jeu). Enfin, si un bon tiers des joueurs interrogés est plutôt insensible au charme des versions physiques de jeu, ils sont encore plus nombreux à être très intéressés par ce type de récompense. Parmi les formes de récompenses les moins demandées figurent les cd / fichiers de musique, les «goodies» en tous genres (t-shirts, posters ) et enfin les bonus «in game». Même s il ne s agit pas d une récompense à proprement parler, on notera enfin que le déblocage d objectifs additionnels (les «Stretch goal» de Kickstarter) peut constituer un puissant facteur de motivation pour une grande partie des joueurs. GameStatistics 20

21 et quels objectifs additionnels? A propos de ces objectifs additionnels de campagne / «Strech goal» justement, lesquels semblent le plus gagner les faveurs des joueurs? Si ces objectifs sont très individualisés et donc différents d un projet à un autre, les joueurs ont néanmoins été interrogés sur quelques-unes des principales tendances en la matière : Pour un projet de jeu vidéo ayant dépassé le seuil minimum pour assurer son financement, quels sont les ajouts ultérieurs qui vous semblent intéressants à vos yeux? Contenu supplém entaire 95% Traduction en français 52% Mode m ulti-joueurs 31% Adaptation sous Linux 23% Date de sortie avancée 14% Adaptation sur tablettes 8% Naturellement, la quasi-totalité des joueurs considèrent que l ajout de contenu supplémentaire (au sens large) est un objectif intéressant pour un «stretch goal». On s intéressera surtout aux autres modalités : ainsi, la moitié des joueurs est intéressée par l ajout de traductions francophones ; même si la population de ces joueurs-contributeurs est probablement plus apte à jouer à des jeux en anglais qu une population de joueurs traditionnels, une très large partie de celle-ci voit en ce type d objectif quelque chose d important (et donc susceptible de les convaincre de donner plus). En termes de portages, une minorité importante de joueurs se déclare intéressée par des portages sous Linux, des adaptations sur tablettes numériques étant (pour l instant tout du moins) très majoritairement considérées comme optionnelles. Quant à l ajout d un mode multi joueurs (dans le cas d un jeu d abord prévu pour du solo), même si cela dépend fortement du type de jeu et des objectifs du projet, cela reste un ajout potentiellement considéré comme intéressant par un tiers des joueurs. GameStatistics 21

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition Rapport d étude TNS 2014 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats 8 TNS 2014 2 1 Présentation de l étude TNS 2014

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

L Assurance Qualité dans la localisation du jeu vidéo

L Assurance Qualité dans la localisation du jeu vidéo L Assurance Qualité dans la localisation du jeu vidéo - son importance, problèmes et solutions Stephan Grondel, Ankama 1 Plan Partie B La localisation de jeux vidéos Spécificités de la traduction chez

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Sondage exclusif Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding» mené par l Institut

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Rappel de la méthodologie mise en œuvre Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 2800 individus âgés de 6 à 65 ans. Plus précisément : 2000

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2012

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

[Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs?

[Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs? [Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs? Contexte : Cette étude de marché avait pour objet d analyser les réactions des individus vis-à-vis du

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Sondage réalisé par pour 1 Méthodologie Recueil Echantillon de chefs d entreprises interrogé par téléphone du 15 au 25 juin 2015. Echantillon Echantillon

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014 «LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange Février 2014 La fiche technique du sondage Echantillon de 1002 individus âgés de 18 ans et plus représentatif

Plus en détail

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors Guide pratique Pour une recherche efficace de sponsors Guide Pratique Association Interfédérale du Sport Francophone asbl Quai de Rome 53 4000 LIEGE Tél.: 04/344 46 06 Fax: 04/344 46 01 E-mail: info@aisf.be

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Pix & Tech proposera aux visiteurs différents axes d exposition:

Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Pix & Tech proposera aux visiteurs différents axes d exposition: Pix & Tech est un nouveau salon dédié aux cultures numériques et à l innovation. Son ambition est de présenter au grand public le meilleur de la culture numérique d aujourd hui et les produits, services

Plus en détail

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action Institut Pro-Actions Valorisation du produit action Présentation des résultats BJ5780 De : Philippe Le Magueresse, Marc Rota, Laurent Gassie / OpinionWay A : Alain Metternich / Dominique Leblanc / Institut

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Sixième édition 1 er trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français

Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des Français Le 18 novembre 2014 Combien de joueurs? Enquête en ligne, réalisée par TNS Sofres, entre le 13 et le 25 septembre 2014, auprès d un échantillon

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés COMMUNIQUE DE PRESSE Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés Sondage Harris Interactive pour Gecina Enquête réalisée en ligne du 5 au 11 mai 2011. Echantillon représentatif

Plus en détail

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Sommaire 1. Présentation de l'étude p. 3 2. Résultats détaillés p. 6 3. Le contexte : attitudes envers les marques

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui?

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? pour Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? Eric Giordano, Directeur Général Pôle Paiement Hi-media Yves-Marie Cann, Directeur d Etudes Ifop 22 octobre 2009 Section 1 : La méthodologie

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

Next Level 2. avec L OBSERVATOIRE DE REFERENCE DES GAMERS COMPORTEMENTS DE JOUEURS ET D ACHETEURS. 18 Octobre 2012

Next Level 2. avec L OBSERVATOIRE DE REFERENCE DES GAMERS COMPORTEMENTS DE JOUEURS ET D ACHETEURS. 18 Octobre 2012 Next Level 2 L OBSERVATOIRE DE REFERENCE DES GAMERS COMPORTEMENTS DE JOUEURS ET D ACHETEURS avec 18 Octobre 2012 Un marché qui quadruple en 10 ans CA en M 45 000 40 000 35 000 30 000 25 000 20 000 Consoles

Plus en détail

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com Les réseaux sociaux Chapitre 1 : Les réseaux sociaux Chapitre 2 : 14 moyens pour être plus visible sur Facebook Chapitre 3 : Comment créer un compte Facebook Chapitre 4 : Statistiques en France Les réseaux

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Pourquoi ce sondage Netino / Opinion Way *?

Pourquoi ce sondage Netino / Opinion Way *? Sondage : la perception des commentaires sous article (sites d actualités) Pourquoi ce sondage Netino / Opinion Way *? Lemonde.fr, Lefigaro.fr, Tf1News.fr, RTL.fr, Yahoo Actualités etc tous les grands

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

QUEL JOUEUR DE POKER ETES-VOUS?

QUEL JOUEUR DE POKER ETES-VOUS? QUEL JOUEUR DE POKER ETES-VOUS? Le but de cette enquête est de dessiner un tableau du paysage français du poker. Le poker est un phénomène de société en plein boom mais pour lequel aucune étude sérieuse

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV)

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Livre numérique et terminaux de lecture, quels usages? note d analyse Dans le cadre de la mission légale d observation des utilisations licites et

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE Septembre 2011 Arnaud ZEGIERMAN Amandine MESSINA www.institut-viavoice.com Viavoice Tel : +33(0)1 40 54 13 71 Mieux comprendre l opinion pour agir 9 rue Huysmans 75006 Paris +33

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012

Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012 Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l élection présidentielle 2012 La dernière étude de Lightspeed Research décrypte comment les Français suivent et participent

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs L investissement boursier - Octobre 2011 - A: INFOPRO Communications De: OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Philippe Le Magueresse / Pascal Novais

Plus en détail

Le Livre Blanc de la Publicité sur Internet

Le Livre Blanc de la Publicité sur Internet Le Livre Blanc de la Publicité sur Internet 10 idées argumentées, 10 bonnes pratiques pour que votre campagne de publicité on-line soit à la hauteur de vos attentes. 1 Respect de l internaute Libre! C

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Comment partager sans se sur-exposer?

Comment partager sans se sur-exposer? Comment partager sans se sur-exposer? Conférence de presse Mercredi 12 décembre 2012 Méthodologie de l enquête 1 Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1554 individus âgés de 13 ans et plus Interrogation

Plus en détail

Résultats de l enquête Emploi & Réseau. Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats?

Résultats de l enquête Emploi & Réseau. Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats? Résultats de l enquête Emploi & Réseau ux sociaux Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats? Contexte et méthodologie Contexte Pourquoi cette enquête? Faire le point

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail