RAPPORT FINAL D EVALUATION PARTICIPATIVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL D EVALUATION PARTICIPATIVE"

Transcription

1 Maroc Evaluation du Projet Accès Equitable des Jeunes aux Nouvelles Technologies de l Information Grand Casablanca (Maroc) RAPPORT FINAL D EVALUATION PARTICIPATIVE Rabat (Maroc), le 30 Avril 2011 I

2 Equipe d évaluation : Khadija Hssaine, chef d équipe Ahmed Bencheikh, consultant L équipe d Evalua Development est seule responsable des appréciations, observations exprimées et recommandations exprimées dans le présent rapport d évaluation participative du projet AENTI, et ne reflètent pas nécessairement les vues du Ministère de la Jeunesse et des Sports (Maroc), de l UNICEF (Maroc) et de la Fondation Dell YouthConnect. L équipe d Evalua Development tient à remercier l ensemble des partenaires du projet AENTI pour la qualité de leurs contributions (UNICEF, DELL MJS, MJ et MIAGE), ainsi que leur souci de faciliter le travail de la mission d évaluation. De plus, nous sommes très reconnaissants aux adolescent (e)s et jeunes, bénéficiaires de la formation, pour leur participation active et leur coopération dans la réalisation de cette étude. II

3 Table es matières Liste d acronymes Sommaire exécutif IV V 1. Contexte de l évaluation 1 2. Objet de l évaluation 4 3. But et objectifs de l évaluation 4 4. Méthodologie 7 5. Constats Leçons tirées Conclusions et recommandations 43 Tableaux et graphes Tableau 1 : Initiatives d accès des jeunes aux NTI au Maroc ( ) 3 Tableau et graphe 2 : Niveau des connaissances en NTI de bénéficiaires 11 Tableau et graphe 3 : Attentes de bénéficiaires en T1 12 Tableau et graphe 4 : Loisirs favoris des bénéficiaires 12 Tableau 5 : Maisons de jeunes au Maroc à l horizon de Tableau et graphe 6 : Répartition des inscrits à la formation selon le genre 14 Tableau et graphe 7 : Statut d occupation du logement des bénéficiaires 15 Tableau et graphe 8 : Equipements d information et de communication 16 Tableau et graphe 9 : Mode d accès aux NTI 16 Tableau 10 : Verbatim reconstitué à partir des entretiens avec les directeurs des MJ 17 Tableau et graphe 11-1 : Répartition des bénéficiaires à la formation selon le genre (1) 19 Tableau et graphe 11-2 : Bénéficiaires certifiés selon le genre (1 : MS Windows & MS Office) 20 Tableau et graphe 12-1 : Répartition des bénéficiaires à la formation selon le genre (2) 20 Tableau et graphe 12-2 : Bénéficiaires certifiés selon le genre (2 : Photoshop & MS Publisher) 21 Tableau et graphe 13 : Participation à l intégralité de la formation 23 Tableau 14 : Verbatim des expressions des participant(e)s aux focus group 24 Tableau et graphe 15 : Importance de la formation reçue pour les bénéficiaires 24 Tableau et graphe 16 : Niveau de connaissances en NTI en T1 et T2 25 Tableau et graphe 17 : Changements associés à l accès aux NTI 26 Tableau 18 : Verbatim des expressions des participant(e)s aux focus group 27 Tableau et graphe 19 : Approfondissement de la formation souhaitées 28 Tableau et graphe 20 : Décomposition du coût total du projet AENTI 29 Tableau et graphe 21 : Coûts réels vs Coûts budgétés du projet AENTI 30 Tableau et graphe 22 : Nombre de jeunes formés par MJ 31 Tableau et graphe 23 : Résultats atteints VS prévisions 31 Tableau et graphe 24 : Coûts unitaires (variable et fixe) 32 Tableau et graphe 25 : Coût de réplication du projet AENTI 33 Tableau 26 : Analyse SWOT du projet AENTI 42 Tableau 27 : Recommandations et moyens et suggestions opérationnels 45 Encadrés Encadré 1 : Dell YouthConnect et le Maroc 1 Encadré 2 : But et objectifs du projet AENTI 4 Encadré 3 : Structure des principales questions évaluatives 6 Encadré 4 : Verbatim 1 13 Encadré 5 : Verbatim 2 26 Encadré 6 : Activités d implémentation prévues par le projet AENTI 36 Encadré 7 : Principales tâches du Comité technique 37 Encadré 8 : Facteurs clés favorables à la pérennisation du projet 39 Encadré 9 : Contexte du projet AENTI 40 III

4 Annexes A.1 : Termes de référence de l évaluation 47 A.2 : Référentiel de l évaluation 53 A.3 : Outils de collecte des données 55 A.4 : Liste des personnes rencontrées 69 A.5 : Sites visités par l équipe d évaluation 69 A.6 : Liste des documents utilisés 70 1

5 Liste des acronymes ADS : Agence de développement social AENTI : Accès Equitable aux Nouvelles Technologies de l Information CAC : Centre d Accès Communautaire COPIL : Comité de pilotage MJ : Maisons des jeunes MJS : Ministère de la Jeunesse et des Sports NTI : Nouvelles Technologies de l Information NPJ : Nouvelle Politique de la Jeunesse PA : Plan d action PLCP : Programme de lutte contre la pauvreté en milieu urbain et périurbain PNUD : Programme des Nations pour le Développement OSJ : Organisations qui servent les jeunes RESAQ : Réseau des Associations des Quartiers du Grand Casablanca ONG : Organisation non gouvernementale TDR : Termes de référence TIC : Technologies d information et de communication UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l Enfance 2

6 Sommaire exécutif 1. Introduction L UNICEF (Maroc) a mandaté le cabinet Evalua Development (Rabat, Maroc) afin de réaliser une évaluation participative du projet Accès Equitable des adolescent (e)s et jeunes aux Nouvelles Technologies de l Information au Grand Casablanca mis en œuvre entre Ce résumé présente les grandes lignes du rapport d évaluation. 2. Contexte de l évaluation 2.1. Présentation du projet AENTI Initié en 2010, le projet AENTI a été mis en place grâce à l appui de Dell YouthConnect au Ministère de la Jeunesse et Sports (MJS) à travers l UNICEF. Le support de Dell consiste à : (i) Identifier dix MJ pour bénéficier de l implémentation du projet au cours de cette première phase d expérimentation du projet Accès Equitable aux Nouvelles Technologies de l Information (AENTI) ; (ii) former 500 jeunes pour développer leurs compétences en NTI, en aidant à accroître leur employabilité. Le projet ciblera les jeunes qui vivent dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca ; (iii) fournir l'accès à l'information pour 6000 jeunes au cours de la mise en œuvre du projet, et en équipant les 10 MJ en équipements TIC Les principaux facteurs contextuels du projet Les principaux facteurs du contexte du projet AENTI sont au nombre de quatre : - Le défi de l accès des plus démunis aux NTI au Maroc : En 2008, selon Maroc Numeric2013, seulement 1 foyer sur 10 a accès à Internet. Pour limiter les risques liés à la fracture numérique, le Maroc a inscrit la «Généralisation de l Accès aux service TIC» dans la Stratégie e-maroc2010. Il s agissait, selon ce document, d éviter la menace de voir se créer au Maroc une société à deux vitesses : l une pour les «inforiches» et l autre pour les «infopauvres». - Les initiatives NTI récentes ou en cours au Maroc : Il va sans dire, deuxième élément du contexte, que l accès aux NTI au Maroc est récent. En effet, depuis une dizaine d années, plusieurs expériences sont venues accroître les ressources utilisées pour l information et la communication au Maroc. - Les nouvelles orientations programmatiques de l Etat en faveur de la Jeunesse : Enfin, troisième élément du contexte, la présente évaluation s inscrit dans la perspective du positionnement de l action de l Etat en faveur des jeunes au Maroc à travers le Plan d action pour la jeunesse. En effet, la Nouvelle Politique de la Jeunesse 1, en cours de développement par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, a décliné comme domaine prioritaire d intervention en faveur des jeunes, l accès à l information par les nouveaux moyens technologiques comme la téléphonie mobile et internet. L engagement du secteur privé dans l environnement social, notamment à travers l appui à l accès des jeunes aux NTI au Maroc. Dès 2005, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a appuyé les premières initiatives de formation en informatique et bureautique, et création de clubs informatique dans le Grand Casablanca. 1 Plan d action pour la jeunesse, la Nouvelle Politique de la Jeunesse, Ministère de la Jeunesse et des Sports,

7 3. Rappel méthodologique L évaluation a procédé en trois phases : - Une phase de documentation et de structuration (phase 1), essentiellement destinée à la compréhension des attentes du commanditaire de la mission d évaluation, à la traduction des ces attentes en Note méthodologique comprenant le référentiel de l évaluation et le plan de travail (Livrable 1). - Une phase de collecte des données sur le terrain (phase 2), destinée à la collecte des données sur le terrain suivant les outils d analyse définis à la première phase. Cette phase a donné lieu à la production des données de base quantitatives et qualitatives (livrable 2). - Enfin, une phase de traitement des données, d analyse et de rédaction du rapport d évaluation (phase 2) permettant une réponse argumentée aux questions évaluatives posées par les TDR, en vue de recommandations opérationnelles répondant aux attentes du commanditaire et ses partenaires (livrable 3). 4. Principaux constats Les analyses réalisées, dans le cadre de la présente mission d évaluation, ont permis de mettre en exergue un certain nombre de constats qui sont présentés ci-dessous Pertinence du projet AENTI Constat 1 : Le projet AENTI s inscrit dans les priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes telles, qu exprimées dans le Plan d action 2010 du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Le projet AENTI soutient les grands axes du Plan d action du MJS (2010). Le projet est aligné sur le Plan d action pour la jeunesse / la Nouvelle Politique de la Jeunesse du MJS (2010), particulièrement sur l objectif général suivant : «La NPJ a pour objectif fondamental la formation des jeunes et leur accompagnent vers la maturité et l accès aux savoirs». Constat 2 : Les objectifs du projet AENTI sont pertinents et répondent à des besoins réels et prioritaires des bénéficiaires, et s inscrivent dans les orientations stratégiques de la Stratégie Nationale pour la Société de l Information et de l Economie Numérique - Maroc Numeric2013, la Stratégie Globale de l UNICEF et le modèle d intervention de la fondation Dell YouthConnect. Niveau des bénéficiaires La pertinence des objectifs du projet AENTI est fortement appréciée par les bénéficiaires de la formation. En effet, les différentes données quantitatives (Tracer Study) et qualitatives (Focus group et entretiens) démontrent que le projet leur a permis d accéder à une formation professionnelle de qualité, et d acquérir des compétences en informatique et internet utiles dans leur vie courante et scolaire. De façon générale, le projet a répondu à leurs attentes en termes d apprentissage, de renforcement de capacités et d amélioration des conditions de vie. Niveau de la Stratégie Nationale Numérique, Maroc Numeric2013 La pertinence du projet AENTI en ce qui concerne Maroc Numeric2013, particulièrement à travers 4

8 l accès à internet et l usage des TI hors domicile à travers la mise en place des Centres d Accès Communautaires (CAC). Niveau de la Stratégie Globale de l UNICEF et de Dell YouthConnect Le projet AENTI s inscrit aussi dans la stratégie globale de l UNICEF concernant les adolescent (e)s et jeunes et les jeunes, notamment en ce qui concerne leur autonomisation socioéconomique. Pour Dell YouthConnect, le projet AENTI est pertinent considérant le contexte du développement humain au Maroc, particulièrement en faveur des jeunes. Mais, pour Dell, il s agit, avant tout, d implémenter un modèle d intervention efficace pour accroître l accès des jeunes aux NTI au Maroc et leur employabilité. Constat 3 : La logique d intervention du projet AENTI et les approches transversales, dans le cadre du projet AENTI, ont été mises en œuvre avec des degrés d efficacité variés. Logique d intervention du projet : une initiative de type «stratégie de levier» Le projet AENTI se base sur une initiative de type «stratégie de levier». Ce type de stratégie consiste à appuyer le bon partenaire, au bon moment et pour une bonne action dont la finalité est d amplifier le travail du partenaire et de lui permettre de répliquer la formation à grande échelle. Sa pérennisation relève de la responsabilité institutionnelle du MJS (cf. constat 15). Point sur les approches transversales Approche participative La dimension participative du projet a été relativement limitée aux réunions de démarrage du projet. Une fois, le projet mis en place, la gestion du projet devenait routinière. Appropriation du projet par la partie nationale L appropriation du projet par la partie nationale devrait être assurée à travers le pilotage, la coordination et l exécution à la fois au niveau central par la Direction de la Jeunesse, de l Enfance et des Affaires familiales du MJS, et au niveau local, avec les 10 MJ identifiées pour accueillir et mettre en œuvre la formation. (cf. constat 5). Genre L équité dans la sélection des bénéficiaires à la formation a été respectée. Comme le montre le tableau 6, les jeunes filles représentent 53% selon les listes de l Ecole MIAGE. Lutte contre la pauvreté et équité d accès aux NTI Le projet est destiné fondamentalement à des jeunes issus des quartiers défavorisés du Grand Casablanca. Cependant, la sélection des bénéficiaires n a pas respecté scrupuleusement le principe de l équité posé par le projet AENT. Il s agit, d abord et avant tout, d un problème d exécution du projet. Les MJ couvrent parfois des quartiers caractérisés par une mixité sociale et spatiale (sur une même zone l offre de services des MJ du Grand Casablanca est destinée aux jeunes des villas et des bidonvilles). Accès aux ressources et à la technologie Le projet est un bon exemple pour favoriser l accès aux ressources et à la technologie dans le domaine de l informatique et internet Valeur ajoutée du projet AENTI Constat 4 : 5

9 Les bénéficiaires de la formation et la plupart de nos interlocuteurs reconnaissent le rôle clé du projet AENTI aussi bien pour les adolescent (e)s et les jeunes que pour les 10 Maisons de Jeunes qui ont été choisies pour accueillir le projet. Tous les bénéficiaires de la formation sont d avis que la valeur ajoutée du projet AENTI est son ancrage dans les MJ ce qui, en théorie, devrait contribuer à des changements individuels (pour les bénéficiaires), organisationnel et institutionnels (pour le MJS et les MJ). Les interlocuteurs rencontrés ont même expliqué que ces éléments permettent aux MJ de se comparer positivement par rapport autres initiatives similaires précédentes ou en cours. Cependant, les intervenants rencontrés ont tout de même mis en lumière certaines préoccupations, notamment, le besoin pour les MJ de continuer à développer leurs structures et la professionnalisation de leur personnel, et de mieux clarifier l arrimage ce type d activité par rapport aux activités classiques des MJ (activités artistiques et culturelles, lecture, sports, etc.) Efficacité des résultats du projet AENTI Constat 5 : Le projet AENTI a contribué à des résultats à trois niveaux : individuel, organisationnel et institutionnel. Ces résultats sont variables et leur portée est en lien avec les ressources investies et correspondent aux retombées attendues de ce genre d initiatives. Résultats au niveau individuel (formation et hors formation) Point sur la formation de 500 bénéficiaires en outils informatiques et web Le principal extrant du projet AENTI est la formation des 500 adolescent (e)s et jeunes filles et garçons aux outils informatiques et à la création de pages web. Ce résultat a été atteint puisque 543 bénéficiaires ont été formés aux modules MS Windows et Ms Office (phase 1 : du 18 mai au 10 juillet 2010) et 532 bénéficiaires ont suivi les modules Photoshop et Ms Publisher (phase 2 : du 18 octobre au 10 novembre 2010). Ces résultats dépassent, légèrement, l objectif de 500 bénéficiaires prévu par le Plan de travail Cependant, il convient de constater que la formation n a pas été suivie intégralement par 20% des bénéficiaires pour différents motifs : inadaptation de la programmation de la formation au cycle et aux horaires scolaires, travaux d été, etc. Création de pages web par les bénéficiaires des Maisons des Jeunes Le résultat de ce volet de la formation n est pas significatif en raison du manque d informations nécessaires pour alimenter les pages web. Participation des adolescents (e)s et jeunes aux forums VOY La participation des adolescent (e)s et des jeunes aux forums VOY n est pas du tout ou/et insuffisamment documentée par les registres de suivi de la formation des MJ. Utilisation de la salle et du matériel hors formation Le suivi hebdomadaire de la formation n a pas été assuré par toutes les 10 MJ. Le registre de suivi hebdomadaire ne permet pas de faire une analyse pertinente de l utilisation de la salle et du matériel hors formation. Appui des volontaires de Dell aux activités complémentaires des MJ Cet appui des MJ n a pas fonctionné pour les motifs suivants : (i) il n y avait pas assez de volontaires pour appuyer les MJ et (ii) en raison de le retard de l autorisation du MJS des volontaires pour accéder aux MJ (novembre 2010). (Cf. constat 5 dans le corps du texte). Résultats aux niveaux organisationnel et institutionnel 6

10 Le modèle d intervention, mis en place dans le cadre du projet AENTI, permet au MJS d alimenter sa réflexion stratégique pour les années à venir dans la perspective d intégration des NTI dans les MJ, les CSP et les colonies de vacances. Ce modèle est, pour le moment, au stade expérimental. Plusieurs aspects du modèle devraient, néanmoins, être consolidés ou/et améliorés, notamment : - l appropriation des activités de la formation à travers une implication effective par des MJ ; - le ciblage et la sélection des bénéficiaires de la formation à travers des modalités transparentes de sélection des adolescent (e)s et jeunes vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles ; - l encadrement des activités NTI dans les MJ par des ressources compétentes ; - la planification de ressources financières des activités NTI en fonction de leurs retombées potentielles dans la durée. - La participation de volontaires aux exercices menés par le MJS. Constat 6 : Les bénéficiaires de la formation reconnaissent que les prestations offertes, dans le cadre du projet AENTI, leur ont permis de suivre une formation en NTI professionnelle de qualité en phase avec leurs attentes. Perception de la formation La perception de la formation par les bénéficiaires est très positive et témoigne de l adéquation des prestations offertes avec les attentes des adolescent (e)s et jeunes ayant suivi la formation. Les expressions des participant(e)s aux groupes de discussion expriment la joie, l intérêt, la curiosité et la satisfaction. Dans le tableau 14, ces expressions sont regroupées en trois groupes : (i) Joie et satisfaction ; (ii) curiosité et découverte ; (iii) intérêt et nouveauté. Importance de la formation D autre part, la formation est appréciée par les adolescent (e)s et jeunes parce qu elle est gratuite. Mais son importance se mesure, avant tout, par l accès aux connaissances informatiques (56%). 10% des bénéficiaires de l échantillon de l enquête Tracer Study souligne l utilité de la formation pour faire leurs travaux scolaires. Constat 7 : Plusieurs changements directs chez les bénéficiaires sont identifiés par les données de l enquête Tracer Study et les groupes de discussion (focus group) en termes d acquisition de nouvelles compétences, l utilisation de ces acquis et leurs effets sur leurs relations de vie avec leurs familles, proches et ami (e)s. Des compétences acquises fortement appréciées par les bénéficiaires de la formation Selon les données des groupes de discussion, les modules les plus appréciés par les bénéficiaires sont Photoshop et Publisher. Avant, les bénéficiaires de la formation ignoraient complètement ces applications. Aujourd hui, ils/elles apprécient, fortement, ces compétences acquises au cours de la formation. Les principaux changements reconnus par les bénéficiaires Selon les données de l enquête Tracer Study, la formation est envisagée par les bénéficiaires en T1 (avant le démarrage de la formation), respectivement, comme (i) un moyen de réussir la scolarité (23,68%) ; (ii) un sentiment de la confiance d apprendre (21,71%) ; et, (iii) un besoin d accéder à la culture informatique (iii) et (iv) la possibilité de travailler (19,08%). 7

11 En T2 (aujourd hui), le sentiment de la confiance d apprendre (22,88%) et la possibilité de travailler (20,92%) sont les principaux changements que les bénéficiaires reconnaissent comme les plus importants pour eux aujourd hui. Deux types de changements se dégagent des données des focus group avec les bénéficiaires de la formation : - D une part, ces changements touchent l autonomie dans le travail et l épanouissement personnel et ont pour retombée directe une meilleure organisation du temps et du travail des bénéficiaires de la formation. - D autre part, les changements des relations de vie, c est-à-dire les relations aux autres (proches, amis (e)s ou des structures communautaires. Certains bénéficiaires partagent les connaissances acquises avec leurs parents, ami(e)s ou leurs camarades de classe, et apportent leur appui aux MJ dans la réalisation de produits de communication (affichettes, annonces). Des demandes d approfondissement Les bénéficiaires de la formation souhaitent sont que certains modules soient repris et approfondis. Trois modules viennent en tête des demandes d approfondissement : Photoshop (31,94%), Word (15,28%) et Excel (15,28%). Mais 5,56% des bénéficiaires souhaiteraient approfondir l intégralité du MS Office Coût/efficacité du projet AENTI Constat 8 : Le projet AENTI a été mis en place en respectant les limites budgétaires prévues, d autant plus, que l ensemble des parties prenantes reconnaissent l importance des résultats obtenus par rapport aux dépenses engagées. Coût global du projet Le coût total du projet se décompose de la manière suivante : Décomposition du coût total du projet AENTI Nature Montant % Aménagements des MJ 19, Equipements informatiques* 188, Formation 29, Suivi/Evaluation 27, Communication - 0 Gestion de projet 43, Total 307, % * Dont 149K USD d équipements donnés en nature par Dell Les équipements informatiques représentent la principale source de coût du projet ,00 USD sur les 188, USD représentent la valeur des équipements fournis par Dell dans le cadre du projet AENTI. Analyse coût du projet versus budget Le projet Dell a nécessité un investissement total de 307, USD contre 337, USD, initialement budgétés 2, soit une économie de 29, USD. Les économies réalisées dans le projet AENTI sont, principalement, imputables aux équipements informatiques, particulièrement au coût de la maintenance de ces équipements. En effet, les équipements Dell ont été fournis avec 3 ans de garanties. Cette garantie du matériel permet une économie de USD. Par ailleurs, les frais de connexion internet (inclus dans l aménagement des MJ) ainsi que les frais de communication ont été 2 Source: Dell Giving, Grant Final Report,

12 moins importants que prévus, et ce, principalement en raison du fait qu ils ont été pris en charge par le MJS (économie de USD) ou obtenus gratuitement par l UNICEF. Constat 9 : Les résultats atteints du projet AENTI sont situés bien au delà des prévisions budgétaires, et ce avec des ressources moins importantes qu estimées, ce qui met en évidence un rapport coût/efficacité du projet très satisfaisant. Le projet AENTI a permis aux 10 MJ d accueillir 543 adolescent(e)s et jeunes qui ont pu recevoir une formation complète 3. Comme présenté ci-dessous, les centres ayant accueilli le plus grand nombre de jeunes sont : Ahl Loghlam, 67 jeunes ; Ain Choq, 58 jeunes et Al Qods, 56 jeunes. Résultats atteints VS prévisions Résultats prévus Résultats atteints Nb de jeunes formés Nb de MJ Nb moyen par MJ 50 54,3 Si l'on rapporte ces résultats au coût du projet, il en ressort qu'un/e jeune formé/e dans le cadre de cette formation a coûté 566,15 USD contre 674,09 USD estimé. Chaque MJ, accueillant en moyenne 54,3 bénéficiaires de la formation, a coûté USD. Constat 10 : Le coût optimal de réplication du projet AENTI à d autres MJ à Casablanca et à d autres régions Maroc est positif à partir de 16 MJ accueillant ce type de formation. Ce coût est encore plus favorable dans l hypothèse d une prise en charge de certains coûts de la formation par le MJ ou / et les bénéficiaires de la formation. A partir de 16 MJ aménagées, équipées et assurant la formation en NTI, les coûts fixes sont quasi totalement amortis. Afin d évaluer le coût de réplication de ce projet, il est nécessaire de distinguer les coûts variables des couts fixes. Les coûts variables sont ceux qui évoluent en fonction du nombre de MJ aménagées et équipées pour mettre en place une formation NTI, alors que les coûts fixes seront amortis en fonction du nombre de formations créées Capacités organisationnelles du projet AENTI Constat 11 : 3 Nombre de formé (e)s de la première phase de la formation (mai / juillet 2010). 9

13 Le délai d implémentation du projet et la programmation de la formation sont considérés par les responsables des MJ et les bénéficiaires comme les principaux points critiques de l organisation, ce qui réduit, relativement, les effets positifs du projet AENTI. Un délai d implémentation du projet trop long L implémentation pratique du projet AENT du projet (aménagement et équipement des MJ) a duré pratiquement 4 mois et 10 jours, du lancement institutionnel du projet (réunion de démarrage avec les directeurs des MJ : 8 janvier 2010) au démarrage effectif de la formation (18 mai 2010). Ce délai est supérieur à l estimation, initialement, prévue de 30 jours. En effet, le Plan de travail du projet (2010) avait prévu l ensemble des activités d aménagement et l équipement des 10 MJ au mois mars Le retard du démarrage du projet AENTI a fini par affecter le déroulement de la formation. Une programmation qui a affecté le bon déroulement de la formation Concernant la programmation calendaire de la formation, elle s est faite en deux phases : (i) une première phase du 18 mai au 10 juillet 2010 et (i) une deuxième phase du 18 octobre au 10 novembre Cette programmation a été inappropriée en raison des vacances d été, le travail saisonnier des jeunes, le ramadan et la réussite et le départ des nouveaux bacheliers. Concernant la programmation régulière de la formation, les bénéficiaires et les directeurs témoignent de l inadaptation des horaires scolaires. Constat 12 : Le suivi de la mise en œuvre du projet est fait avec la rigueur nécessaire qui permet de faire le suivi du budget du projet mais pas toujours le suivi des activités de formation et l utilisation du matériel, particulièrement hors formation. Le suivi continu du projet Le suivi de la mise en œuvre du projet AENTI est assuré par l UNICEF avec la rigueur nécessaire. La mise en œuvre se fait selon un reporting régulier et planifié par le Plan de travail du projet Le suivi hebdomadaire des activités du projet Le modèle de registre de suivi hebdomadaire des activités du projet, conçu par l UNICEF et généralisé aux 10 MJ, n a pas fonctionné complètement. Il a été très peu / ou mal utilisé. Les rapports de suivi du projet (Dell) Trois rapports de suivi du projet ont été produits au cours de la période de mise en œuvre du projet. Ces rapports informent suffisamment bien sur l état du projet AENTI, les réajustements des résultats et des indicateurs du projet. La gestion du budgétaire du projet La gestion financière du projet assurée par l UNICEF est le paiement direct avec tous les fournisseurs du projet. Dans l ensemble, cette modalité de règlement n a pas posé de problèmes significatifs Constat 13 : Les outils et mécanismes de coordination du projet AENTI n ont pas été mis pleinement à profit pour favoriser l appropriation du projet et le suivi axé sur les résultats du projet AENTI par le MJS. D une part, le Comité de pilotage : Le projet AENTI a été coordonné normalement. Mais, plusieurs aspects de la mission du Comité de pilotage doivent être mieux assumés ou/et améliorés au cours de la prochaine phase d extension du projet (2011), particulièrement : (i) l orientation et la veille pour l atteinte des objectifs du projet et (ii) la création d une dynamique intersectorielle et la mise en commun des acquis et des expériences du MJS (Ajialcom, AENTI, CAC). D autre part, un Comité technique : 10

14 Malgré les résultats encourageants du projet AENTI, le Comité technique n a pas assumé complètement les tâches prévues par le Plan de travail (2010) Viabilité du projet et sa réplication dans un contexte plus large Constat 14 : Le projet AENTI comporte des facteurs favorables à sa pérennisation. Les principaux facteurs de pérennité du projet sont le fort intérêt des bénéficiaires pour la formation et les effets potentiels sur l intégration des NTI comme activité utile au sein des MJ et, plus généralement, dans les CSP et les colonies de vacances. Concernant le porteur du projet Le premier groupe des ces facteurs se rapporte, directement, au porteur du projet en l occurrence le MJS et les MJ. D abord, il faut reconnaître que le MJS a une bonne compréhension des enjeux du projet, particulièrement l importance des NTI dans un processus d inclusion sociale des jeunes en général. Selon le MJS, le projet AENTI est un «projet construit». D autre part, l approche du projet pourrait s inscrire dans le nouveau concept fonctionnel de création 100 nouvelles MJ en 2011: un espace fonctionnel offrant deux types services aux jeunes (i) espace utile : offres de des services de l Etat à destination des jeunes (emploi, santé, éducation, etc.) et (ii) espace de loisirs : théâtre, sport, peinture, etc. Concernant le niveau d intervention Le second niveau touche le projet même en termes de voies et moyens de réaliser l accès équitable des plus démunis à ce type de formation. Ces facteurs concernent : (i) l intérêt et mobilisation des bénéficiaires pour la formation ; (ii) la forte adéquation entre les besoins des bénéficiaires et les extrants et les effets de la formation ; (iii) un concept de formation professionnel de qualité ; (iv) des retombées à court terme significatives en termes d acquisition de compétences utiles pour les bénéficiaires ; et, (v) un appui technique efficace comme prévu par le Plan de travail (2010). Concernant les partenaires institutionnels et financiers Le troisième groupe de facteurs est lié aux partenaires institutionnels et financiers supportant ce type de projet et concernent : (i) la flexibilité administrative et suivi continu pour gérer le projet (UNICEF) ; (ii) la confirmation de l implication et de l appui de Dell YouthConnect (extension de la 2 ème phase pour 2011) ; et, (iii) le support au développement des compétences par une institution professionnelle (MIAGE) Constat 15 : La possibilité de pérennisation du projet AENTI et son extension à d autres MJ au Maroc est importante. Cependant, la participation de la partie nationale nécessite d introduire des ajustements (stratégique, humains et organisationnels) pour rendre plus efficace l appropriation et la pérennisation de cette initiative. Vers une stratégie à long terme du type «stratégie d intervention focalisée» Le projet AENTI demande une stratégie à plus long terme du type «stratégie d intervention focalisée», avec un effort soutenu pour assurer la continuité des ressources, un investissement institutionnel fort dans la structuration des NTI dans les structures d accueil des jeunes du MJS (MJ, CSP, colonies de vacances), et un système de suivi & évaluation rigoureux des résultats de développement. Pérennité financière et autonomie de gestion Les bénéficiaires, leurs parents et les directeurs des MJ nous ont confirmé, unanimement, que la gratuité de la formation est un facteur important témoignant l intérêt de nombreux adolescent (e)s et 11

15 jeunes pour cette formation. Ce facteur risque, toutefois, de devenir le maillon faible de la pérennité du projet. Et considérant les ressources humaines limitées du MJS, la réussite de ce type de projet exige aussi une autonomie de la gestion des activités. En effet, la gestion des activités du projet AENTI a été supervisée directement par le MJS. Cette «gestion centralisée» a laissé peu d initiatives aux directeurs des MJ auxquels ont été confiés principalement la sélection des bénéficiaires de la formation et la réception des services liés à la formation (équipements, aménagements, etc.). Professionnalisation des services offerts par les MJ en NTI Avec le projet AENTI, le MJS a la possibilité d influencer l environnement institutionnel dans le domaine des services NTI offerts aux jeunes au Maroc. Le caractère professionnel de cette formation est, aujourd hui, le principal avantage comparatif par rapport aux autres initiatives dans ce domaine (comparativement à AjialCom). 5. Leçons tirées Les leçons tirées sont établies à partir des circonstances spécifiques relatives à la présente évaluation participative du projet AENTI. Ces leçons sont, fondamentalement, liées aux points forts et aux points faibles du projet, et qui, potentiellement, impactent ses résultats et sa performance Point sur le résultat intermédiaire et le jalon du projet AENTI Le Plan de travail (2010) a fixé un résultat intermédiaire et un jalon au projet AENTI : - Résultat intermédiaire 4 : Des modèles d intervention pour l inclusion sociale équitable des adolescent (e)s et des jeunes sont mis en place. - Jalon 5 : Un modèle d accès équitable aux nouvelles technologies de l information en faveur des adolescent (e)s et des jeunes issus de milieux défavorisés, est conçu, testé et documenté. Le modèle d intervention, mis en place dans le cadre du projet AENTI, permet au MJS d alimenter sa réflexion stratégique pour les années à venir dans la perspective d intégration des NTI dans les MJ, les CSP et les colonies de vacances. Ce modèle est, pour le moment, au stade expérimental. Plusieurs aspects du modèle devraient, néanmoins, être consolidés ou/et améliorés, notamment : - l appropriation des activités de la formation à travers une implication effective des directeurs de MJ ; - le ciblage des bénéficiaires de la formation à travers des modalités transparentes de sélection des adolescent (e)s et jeunes vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles ; - l encadrement des activités NTI dans les MJ par des ressources compétentes ; - la planification de ressources financières des activités NTI en fonction de leurs retombées potentielles dans la durée Les principaux attributs du projet Dans le tableau 25 qui suit, nous avons synthétisé les attributs du projet établis selon l analyse «SWOT» (Strength/Weakness/Opportunities/Threats). Cette analyse du projet AENTI produit la synthèse suivante : 4 Cadre de suivi des résultats du Projet, Plan de travail(2010), page 6. 5 Idem, page 6. 12

16 Attributs internes au projet Tableau I : Analyse SWOT du projet AENTI Eléments favorables au projet Forces Alignement des objectifs du projet sur les priorités nationales (Plan d action 2010 du MJS) ; Fort intérêt des bénéficiaires pour la formation ; Réponse aux attentes des bénéficiaires en termes de formation aux NTI ; Logique d intervention et approches transversales du projet AENTI Effets potentiels sur l intégration des NTI comme activités utiles au sein des MJ ; Rapport coût/efficacité du projet très satisfaisant ; Coût optimal de réplication du projet ; Possibilité de pérennisation du projet AENTI et son extension { d autres MJ au Maroc est importante. Eléments défavorables au projet Faiblesses Programmation de la formation et délais de l implémentation du projet AENTI ; Suivi de la mise en œuvre des activités de formation et l utilisation du matériel, particulièrement hors formation ; Outils et mécanismes de coordination du projet pour favoriser l appropriation du projet et la recherche de résultats par le MJS ; Ciblage non fondé des bénéficiaires de la formation vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles ; Absence d encadrement des activités NTI dans les MJ par des ressources humaines qualifiées. Attributs externes au projet Opportunités Orientations stratégiques : (i) de la Stratégie de Maroc Numeric2013 ; (ii) de la Stratégie Globale de l UNICEF ; Implication du secteur privé { travers l appui de la fondation Dell YouthConnect. Menaces Exigences du marché du travail : insuffisance de la formation en NTI au regard de l employabilité des bénéficiaires (nécessité d autres qualifications). 6. Conclusions et recommandations 6.1. Conclusion de l évaluation Les conclusions présentées dans ce rapport sont formulées au regard des objectifs de l évaluation définis dans les TDR. Il s agit de réponses aux questions évaluatives et critères formulés dans la note méthodologique de la présente mission d évaluation. Concernant la pertinence des objectifs du projet AENTI, ces objectifs sont, dans l ensemble, en adéquation avec : - l alignement des objectifs du projet sur les priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes au Maroc, le Plan d action 2010 du Ministère de la Jeunesse et des Sports ; - la réponse aux attentes des bénéficiaires en termes de formation en NTI, particulièrement les adolescents (e)s et les jeunes les plus vulnérables ; - et s inscrivent dans les orientations stratégiques : (i) de la Stratégie de Maroc Numeric2013 ; (ii) de la Stratégie Globale de l UNICEF ; et, (iii) le modèle d intervention d accès des jeunes aux NTI de la fondation Dell YouthConnect ; - la logique d intervention et les approches transversales du projet AENTI. Dans cette perspective, les conclusions de la présente étude d évaluation sont relativement positives et confirment la pertinence du bien-fondé de certaines composantes du projet AENTI. Concernant la valeur ajoutée du projet, le rôle clé du projet AENTI est clairement reconnu par les adolescent (e)s et les jeunes ainsi que le MJS et les 10 Maisons de Jeunes qui ont été choisies pour accueillir la formation en termes de : 13

17 - la valeur ajoutée du projet en raison de l ancrage de la formation dans les MJ ; - la valeur ajoutée de la formation pour les bénéficiaires directs, à savoir les jeunes et leurs proches et ami(e)s. Concernant l efficacité des résultats du projet AENTI, l appréciation de la mission d évaluation est globalement positive, à la fois, du point de vue quantitatif (extrants), mais aussi qualitatif en termes de changements liés à la formation sur les bénéficiaires. Le modèle d intervention, mis en place dans le cadre du projet AENTI, permet au MJS d alimenter sa réflexion stratégique pour les années à venir dans la perspective d intégration les NTI dans les MJ. Plusieurs aspects du modèle devraient, néanmoins, être consolidés ou/et améliorés, notamment : - L appropriation des activités de la formation à travers une implication effective par des MJ ; - Le ciblage pertinent des bénéficiaires de la formation à travers des modalités claires de sélection des adolescent (e) s et jeunes vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles ; - L encadrement des activités NTI dans les MJ par des ressources compétentes ; - La planification de ressources financières des activités NTI en fonction de leurs retombées potentielles dans la durée. Concernant l efficience des résultats du projet AENTI, elle est positive, notamment : - en respectant les limites budgétaires prévues par rapport aux dépenses engagées ; - les résultats atteints sont situés bien au delà des prévisions budgétaires, ce qui met en évidence un rapport coût/efficacité du projet très satisfaisant ; - le coût optimal de réplication du projet AENTI à d autres MJ est positif à partir de 16 MJ accueillant ce type de formation. Concernant la cohérence des capacités organisationnelles du projet AENTI, trois facteurs ont influencé l appréciation de la cohérence du projet : - la programmation de la formation et les délais de l implémentation du projet AENTI sont des points critiques de l organisation, ce qui réduit, relativement, les effets positifs du projet AENTI ; - le suivi de la mise en œuvre du projet est fait avec la rigueur nécessaire qui permet de faire le suivi du budget du projet mais pas toujours le suivi des activités de formation et l utilisation du matériel, particulièrement hors formation. - Les outils et mécanismes de coordination n ont pas été mis pleinement à profit pour favoriser l appropriation du projet et la recherche de résultats par le MJS, particulièrement la délégation des décisions. Concernant la viabilité du projet et sa réplication à une échelle plus large du projet AENTI, selon l équipe des consultants : - D une part, le projet AENTI comporte des facteurs favorables à sa pérennisation : (i) le fort intérêt des bénéficiaires pour la formation et (ii) les effets potentiels sur l intégration des NTI comme activités utiles au sein des MJ. - D autre part, la possibilité de pérennisation du projet AENTI et son extension à d autres MJ au Maroc est importante. Les principaux facteurs limitant la viabilité et la réplication de ce type de projet à une échelle plus grande sont : 14

18 - la centralisation de la gestion du projet AENTI ; - l absence d autonomie de gestion des activités de formation par les MJ ; - l encadrement des activités NTI au sein des MJ par des ressources compétentes et pérennes ; - la gratuité de la formation Recommandations L évaluation participative du projet AENTI est positive, ce qui permet de confirmer : (i) la continuité de la pertinence de la formation par rapport aux attentes des adolescent (e)s et jeunes, (ii) le professionnalisme de la mise en œuvre des activités de la formation, et (iii) la qualité de l exécution du projet. Le tableau ci-dessous présente les recommandations de la mission d évaluation compte tenu des conclusions ci-dessus, particulièrement pour les questions qui doivent faire l objet d ajustements nécessaires à la poursuite du projet AENTI. Des moyens et suggestions opérationnels sont présentés au regard de chaque recommandation de façon à ce qu elle soit orientée vers l action et réalisable. Tableau II : Recommandations et moyens et suggestions opérationnels Recommandations Moyens et suggestions opérationnels Ciblage et sélection des bénéficiaires de la formation Les modalités de sélection doivent être d avantage ciblées pour accroître les chances des adolescents (e)s et jeunes les plus démunis pour bénéficier de la formation en NTI. 1. Etablir une grille d éligibilité et de sélectivité spécifique à l accès équitable des adolescent (e)s et jeunes vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles. 2. S assurer de l accès à l information sur le programme de formation à destination des bénéficiaires potentiels, notamment les jeunes déscolarisés. 3. Organiser la sélection des bénéficiaires de la formation de manière concertée et délibérative en s appuyant sur un comité de sélection local. 4. Prendre en compte les bases pédagogiques pour la sélection des bénéficiaires. 5. Eviter d inscrire deux membres de la même famille pour diversifier l accès à la formation. Programmation de la formation La programmation doit être revue et adaptée aux rythmes scolaires des bénéficiaires de la formation. 1. Articuler le programme de la formation au cycle scolaire des bénéficiaires (octobre/juin). 2. Anticiper la programmation de la formation en se concertant avec les directeurs des établissements scolaires, notamment pour établir les emplois des temps avant le début du programme de la formation. 3. Envisager de programmer une partie des modules de la formation en fin de semaine (le samedi par exemple). Concept de formation en NTI 15

19 Le concept de formation doit être : (i) adapté aux niveaux de connaissances et de l utilisation des NTI par bénéficiaires ; (ii) organisé les bénéficiaires de la formation en groupes d âges homogènes ; (iii) couplé la formation aux NTI à d autres activités complémentaires, telles que les langues, sports, activités artistiques, etc. Outils et mécanismes de coordination du projet Le MJS, dans la mesure de ses moyens et attributions, devrait relancer et favoriser plus d interactions avec les différentes parties prenantes du projet et mettre pleinement à profit l appropriation du projet et la recherche de résultats par le MJS. Communication Afin d accroitre sa visibilité et de faire rayonner sa mission, le projet AENTI devrait améliorer sa gestion de communication, initiative qui a été amorcée au début. Vers une stratégie d intervention focalisée Le concept actuel du projet AENTI doit s appuyer sur une stratégie à plus long terme du type stratégie d intervention focalisée du MJS dans le domaine des NTI au Maroc. 1. Prévoir des formations modulaires adaptées aux différents groupes de bénéficiaires en prenant en compte (i) les niveaux de connaissances et d utilisation en NTI des bénéficiaires de la formation ; et, (ii) le volume horaire nécessaire à chaque module. 2. Favoriser l accès des bénéficiaires avec un niveau basique en informatique, notamment pour les jeunes bénéficiaires. 3. Prendre en considération deux tranches d âges homogènes : mois de 15 ans et 15 ans et plus. 4. Mieux dimensionner les groupes de bénéficiaires adolescent (e)s et jeunes bénéficiant de la formation. 5. Coupler la formation en NTI avec d autres activités complémentaires adaptées aux catégories des bénéficiaires (français, entreprenariat, soutien scolaire, etc.). 1. Favoriser une meilleure coordination du projet et accroitre l harmonisation des outils de la mise en œuvre du projet AENTI. 2. Donner plus d autonomie de décision aux directeurs des MJ, notamment dans le choix des activités offertes par les volontaires DELL. 3. Intégrer au processus de coordination une plus grande orientation vers le suivi axé sur les résultats, allant au-delà des suivis financiers et du suivi de la réalisation des extrants. 1. Poursuivre la diffusion de l information sur le projet, notamment les résultats périodiques de la formation et leurs effets sur les bénéficiaires et les MJ. 1. Développer l approche du projet AENTI dans le cadre de partenariats avec les communes, le secteur privé et d autres partenaires institutionnels (industrie, commerce et nouvelles technologies, éducation, etc.). 2. Mobiliser un effort soutenu pour assurer la continuité des ressources financières et humaines propres au MJS. 3. Maintenir un investissement institutionnel fort dans la structuration des NTI dans les structures d accueil des jeunes du MJS (MJ, CSP, colonies de vacances). 4. Mettre en place un système rigoureux de suivi & évaluation des résultats des activités de formation en NTI au sein des MJ et autres structures d accueil des jeunes (CSP et colonies de vacances). 16

20 1. Contexte de l évaluation 1.1. Présentation du projet AENTI À la fin de 2008, on comptait 467 Maisons de jeunes (MJ) à travers le Maroc pour accueillir 6 millions de jeunes 6. Plus de la moitié de ces MJ ne sont pas équipés en matériel informatique, ce qui limite l'accès équitable aux Nouvelles Technologies de l Information (NTI) pour de nombreux jeunes, particulièrement les jeunes qui vivent dans les quartiers défavorisés. Initié en 2010, le projet AENTI a été mis en place grâce à l appui de Dell YouthConnect au Ministère de la Jeunesse et Sports (MJS) à travers l UNICEF. Le support de Dell consiste à : (iv) Identifier dix MJ pour bénéficier de l implémentation du projet au cours de cette première phase d expérimentation du projet Accès Equitable aux Nouvelles Technologies de l Information (AENTI) ; (v) former 500 jeunes pour développer leurs compétences en NTI, en aidant à accroître leur employabilité. Le projet ciblera les jeunes qui vivent dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca ; (vi) fournir l'accès à l'information pour 6000 jeunes au cours de la mise en œuvre du projet, et en équipant les 10 MJ en équipements TIC. Les adolescent(e)es et jeunes bénéficiaires de la formation sont, actuellement, les moins susceptibles d'avoir accès aux NTI et, donc, souvent incapables de sortir du cycle de la pauvreté. L'UNICEF s est engagé Encadré 1 : Dell YouthConnect et le Maroc à veiller, avec le soutien du MJS, à ce que ce projet profiterait aux jeunes qui ont le plus besoin de cette formation, c est-à-dire des jeunes dans des conditions de vie précaires du Grand Casablanca. Ce projet s inscrit dans les orientations stratégiques du MJS et de l UNICEF dédiées à l inclusion sociale de la jeunesse. Le projet a été suivi et évalué afin d en apprécier les effets de cette formation sur les jeunes ciblés. L exécution du projet dans 10 MJ permettra à Dell YouthConnect et l UNICEF (Maroc), en se basant sur cet échantillon significatif, de plaider Dell YouthConnect est un programme conçu pour soutenir l éducation et améliorer l insertion des jeunes défavorisés grâce aux technologies de l information. Lancé en 2009, ce programme a offert plus de 8 millions de dollars de subventions à différents associations dans 8 pays ( ). Au Maroc, ce genre d initiative profite à plusieurs enfants et jeunes en besoin d insertion sociale ou professionnelle. Source : Une nouvelle formations pour les adolescents, Le Matin, l extension à plus grande échelle du projet en collaboration avec le MJS. D autre part, le souhait de Dell de mettre en place un système de certification (soutenu par l'unicef et le MJS) pour que les jeunes ayant atteints un certain niveau en NTI puissent acquérir une certification reconnue par le marché du travail au Maroc. Enfin, il s agit de s appuyer sur les résultats du projet AENTI (s ils sont probants) afin d étendre cette expérience à d autres régions au Maroc en partenariat avec Dell YouthConnect, le MJS et l UNICEF. 6 Selon la NPJ, le nombre des MJ augmentera à 656 en Plan d action pour la jeunesse, la Nouvelle Politique de la Jeunesse, Ministère de la Jeunesse et des Sports,

21 1.2. Les principaux facteurs contextuels du projet Les principaux facteurs du contexte du projet AENTI sont au nombre de trois : - D abord, le défi de l accès des plus démunis aux NTI ; - Ensuite, les initiatives NTI récentes ou en cours au Maroc ; - Enfin, les nouvelles orientations programmatiques de l Etat en faveur de la Jeunesse Le défi de l accès des plus démunis aux NTI Le premier des facteurs du contexte de la présente évaluation est l importance accordée par le Maroc aux NTI et le défi que représente l accès des adolescents (e)s et jeunes les plus démunis, notamment les déscolarisés. Pour limiter les risques liés à la fracture numérique, le Maroc a inscrit la «Généralisation de l Accès aux service TIC» dans la Stratégie e-maroc2010. Il s agissait, selon ce document, d éviter la menace de voir se créer au Maroc une société à deux vitesses : l une pour les «inforiches» et l autre pour les «infopauvres». Pour éliminer cette menace, ou au moins contribuer à contenir ses conséquences, la Stratégie e-maroc2010 a mis en place une série de mesures visant à généraliser l accès aux services de l Internet et à augmenter le taux de l équipement des citoyens et des entreprises 7. En 2008, selon Maroc Numeric2013, seulement 1 foyer sur 10 a accès à Internet 8. C est dire que, d une stratégie à l autre, la fracture numérique au Maroc subsiste. Néanmoins, Maroc Numeric2013 ambitionne de doter, sur la période , 100% des établissements scolaires publics (9260 établissements) de ressources multimédias connectées à Internet 9. A travers cette action, l accès à internet sera, normalement, assuré. Malgré ces ambitions affichées de Maroc Numeric2013, l absence de données sur l accès des jeunes déscolarisés aux NTI reste la grande inconnue de la fracture numérique au Maroc Des initiatives récentes en matière des NTI au Maroc Il va sans dire, deuxième élément du contexte, que l accès aux NTI au Maroc est récent. En effet, depuis une dizaine d années, plusieurs expériences sont venues accroître considérablement les ressources utilisées pour l information et la communication au Maroc (voir ci-après Tableau 1). Malgré le nombre croissant des projets sur l utilisation des NTI pour le développement, les données sur ces expériences sont encore insuffisantes. Cela s explique en grande partie par la nature récente de la plupart des expériences, et le fait que ces initiatives ont été des projets pilotes faisant appel à des logiques d intervention et des méthodes hétérogènes. 7 Ministère des Affaires Economiques et Générales, Département de la Poste, des Télécommunications et Technologies de l Information. Stratégie e-maroc 2010, Réalisations, Orientations et Plans d action. Septembre Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, Stratégie Nationale pour la Société de l Information et de l Economie Numérique - Maroc Numeric2013, Idem, page : 31. 2

22 Titre du projet Tableau 1 : Initiatives d accès des jeunes aux NTI au Maroc ( ) Organisation responsable Projets et programmes mis en place et clôturés Centre d information et de Association du Travail formation aux NTIC Volontaire et Culturel (Casablanca) Portefeuille de projets TIC Réseau des Associations des Quartiers du Grand Casablanca (RESAQ) Durée du projet Population cible diplômés chômeurs Enfants, jeunes, diplômés chômeurs Projet "Cyber Ecole" Association marocaine pour le développement de l'internet Jeunes défavorisés. AjialCom Secrétariat d Etat à la Jeunesse Jeunes de ans Centres d Accès Communautaires Initiatives en cours ou émergentes Centres d Accès Communautaires Projet de Solidarité Numérique NTICDRAA Projet d Education de Base des Jeunes Déscolarisés - Volet TIC Localisation géographique Commune de Ben M scik, Casablanca Grand Casablanca et El Hoceima Casablanca et Rabat Casablanca, Rabat, Ben Slimane, Bouznika, Mohammedia Association Tanmia Jeunes Salé et Témara Ministère de l industrie, du commerce et des nouvelles technologies Population des zones ciblées, particulièrement les jeunes filles Association ADEDRA Zagora associations dans la province de Zagora Ministère de la Jeunesse et des Sports Jeunes déscolarisés de 15 ans et plus Populations des régions isolées Province de Zagora Régions de Doukkala- Abda, Fès-Boulemane et Rabat-Salé- Zemmour-Zaër Généralement, les objectifs affichés de ces initiatives NTI estiment que l information, la communication et les TIC présentent un véritable intérêt pour le développement et peuvent améliorer considérablement la vie des pauvres. Toutefois, Mais, au cours des dix dernières années, leurs bienfaits suscitent le doute chez certains donateurs et acteurs du développement Les nouvelles orientations programmatiques de l Etat en faveur la Jeunesse Enfin, troisième élément du contexte, la présente évaluation s inscrit dans la perspective du positionnement de l action de l Etat en faveur des jeunes au Maroc à travers le Plan d action pour la jeunesse. En effet, la Nouvelle Politique de la Jeunesse 10, en cours de développement par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, a décliné comme domaine prioritaire d intervention en faveur des jeunes, l accès à l information par les nouveaux moyens technologiques comme la téléphonie mobile et internet. Ces nouvelles orientations programmatiques du MJS concernent : (i) les programmes de la formation informelle des jeunes en coordination avec les autorités gouvernementales concernées ; et (ii) les ateliers professionnels innovateurs répondant aux exigences du marché de l emploi en coordination avec la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenues et l Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Plan d action pour la jeunesse, la Nouvelle Politique de la Jeunesse, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Idem, NPJ. 3

23 2. Objet de l évaluation L UNICEF (bureau du Maroc) a décidé de procéder à l évaluation participative du projet Accès Equitable des Jeunes aux Nouvelles Technologies de l Information (AENTI). A travers cette évaluation, l UNICEF souhaite 12 : - D une part, vérifier si le projet de AENTI, particulièrement la formation par une école professionnelle et le processus d apprentissage des NTI, constituerait une réponse ou contribuerait au développement des adolescents dans le contexte local. - D autre part, vérifier dans quelles conditions le projet peut être réplicable au niveau national en tenant en compte les objectifs de la stratégie nationale Maroc numérique 2013 et la stratégie multisectorielle de la jeunesse. 3. But et objectifs de l évaluation 3.1. But de l évaluation Le but de l évaluation est, principalement, de permettre d améliorer la mise en œuvre de la deuxième phase du projet AENTI, et de tirer les leçons de la présente expérience (2010) pour une éventuelle généralisation de cette initiative à d autres régions au Maroc par le Ministère de la Jeunesse et des Sports Objectifs de l évaluation Les objectifs de l évaluation sont définis dans les TDR comme suit : - Réaliser une analyse documentaire des principales interventions/projets en lien avec l accès des adolescents et des jeunes aux nouvelles technologies au Maroc afin de situer le projet dans son contexte plus large. - Identifier dans quelle mesure la composante accès équitable des jeunes aux NTI pourrait constituer une base pour le développement socioéconomique des adolescents et des jeunes. - Identifier, selon les adolescents et jeunes euxmêmes et les différents acteurs, les composantes complémentaires à développer en vue de formuler une réponse plus globale au développement socioéconomique des adolescents et des jeunes. - Ressortir les leçons tirées y compris les points forts/faibles de cette initiative ainsi que des recommandations spécifiques, en vue de consolider le projet dans les sites existants et inspirer une éventuelle extension régionale. Encadré 2 : But et objectifs du projet AENTI But : Améliorer les chances d employabilité et de capacitation personnelle des bénéficiaires de ces formations. Objectifs : - Faire bénéficier les jeunes du savoir faire de Dell dans le domaine des nouvelles technologies ; - D acquérir et de renforcer les compétences en connaissance et conseils pratiques sur le marché de l emploi et le secteur des nouvelles technologies ; - D assurer une pérennisation de la formation en informatique ; - Et, de construire une alliance locale entre le MJS et Dell. Source : Plan de travail, Niveaux d analyse de l évaluation L évaluation s est appuyée sur une approche en cinq niveaux d analyse : 12 Termes de référence de l évaluation en Annexe A1. 4

24 - Analyse du bien-fondé et de la conception du projet. Il s agit ici d apprécier la pertinence du projet AENTI pour réaliser ses propres objectifs d accès équitable au NTI aux adolescents (e)s et jeunes issus des quartiers défavorisés du Grand Casablanca. Cette appréciation s appuie sur l analyse des éléments suivants : (i) le bien-fondé et pertinence des objectifs de départ ; (ii) la conception du projet ; (iii) les facteurs contextuels, formulation des besoins et liens avec les priorités nationales ; et, (iv) la valeur ajoutée du projet. - Analyse des résultats du projet. L analyse de l efficacité de la formation par rapport aux objectifs du projet intègre trois types de résultats : (i) les résultats individuels (sur les bénéficiaires) ; (ii) les résultats organisationnels (particulièrement les MJ) ; et, (iii) les résultats institutionnels (MJS). - Analyse du coût/efficacité du projet. Il s agit d apprécier l utilisation des ressources du projet en termes d importance des résultats obtenus par rapport aux dépenses engagées et du rapport coût/efficacité du projet. - Analyse des capacités organisationnelles du projet (outils, mécanismes de gestion et de coordination). Dans cette section, on analyse la cohérence des capacités organisationnelles du projet AENTI à travers deux aspects : (i) la programmation du projet ; et, (ii) les outils, mécanismes de gestion et de coordination prévus par le plan de travail (2010). - Analyse de la viabilité des actions du projet et leur réplication dans un contexte plus large. Ce cinquième et dernier niveau de l évaluation traite la viabilité du projet AENTI. Cette question intègre les dimensions suivantes : (i) l analyse des facteurs favorables à la pérennité du projet ; (ii) les ajustements humains et organisationnels nécessaires à la réplication du projet ; (iii) le coût optimal de réplication du projet ; et, (iv) la démarche stratégique pour une généralisation de ce type de projet à d autres régions au Maroc. Ces attentes sont traduites par les principales questions évaluatives suivantes : Encadré 3 : Structure des principales questions évaluatives Pertinence et valeur ajoutée du projet Q1. Les objectifs du projet répondent-ils aux priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes? Q2. Quelle serait la valeur ajoutée du projet par rapport à l amélioration des acquis scolaires des adolescent (e)s et jeunes ciblés? Efficacité des résultats du projet Q3. Dans quelle mesure les objectifs/résultats du projet ont-ils été atteints? Efficience des résultats du projet Q4. Les résultats atteints sont-ils proportionnels au coût global du projet? Cohérence des outils et de la coordination du projet Q5. Dans quelle mesure les outils, mécanismes et coordination ont-ils contribué à l atteinte des résultats du projet? Viabilité du projet et sa réplication dans un contexte plus large Q6. Dans quelles mesures les processus, les outils et les mécanismes de gestion utilisés par le projet, y compris les rôles des différents partenaires, renforcent-ils la viabilité du projet, y compris l appropriation du projet par les principaux acteurs (les directeurs des maisons de jeunes et les responsables au niveau central)? Q7. Dans quelle mesure cette initiative pourrait être une base pour développer de nouveaux partenariats pour les jeunes et leurs accès aux NTI? 5

25 Ces cinq niveaux d analyse sont détaillés dans le référentiel de l évaluation en fonction de l ordre logique suivant : (i) critères d évaluation ; (ii) questions évaluatives correspondantes ; (iii) indicateurs ; (iv) sources des données ; (v) méthodes de collecte et d analyse des données Cf. Référentiel de l évaluation en annexe A2. 6

26 4. Méthodologie 1.1. Phases de l évaluation L évaluation a procédé en trois phases : - Une phase de documentation et de structuration (phase 1), essentiellement destinée à la compréhension des attentes du commanditaire de la mission d évaluation, à la traduction des ces attentes en Note méthodologique comprenant le référentiel de l évaluation et le plan de travail (Livrable 1). - Une phase de collecte des données sur le terrain (phase 2), destinée à la collecte des données sur le terrain suivant les outils d analyse définis à la première phase. Cette phase a donnée lieu à la production des données de base quantitatives et qualitatives (livrable 2). - Enfin, une phase de traitement des données, d analyse et de rédaction du rapport d évaluation (phase 2) permettant une réponse argumentée aux questions évaluatives posées par les TDR, en vue de recommandations opérationnelles répondant aux attentes du commanditaire et ses partenaires (livrable 3) Outils de collecte des données Le consultant a pris le parti de combiner différents moyens de compréhension et d analyse dont les résultats seront croisés, pour compenser le risque propre de biais de chacune d entre elles. La méthodologie proposée aura donc pour fonction d apporter le maximum de sécurité à la démarche évaluative à travers la triangulation des sources d informations et d analyse. La présente évaluation sera basée sur les trois types d outils de collecte et de sources d information suivants : Revue documentaire du projet AENTI et d autres documents pertinents La revue documentaire portera sur la documentation du projet et d autres documents institutionnels pertinents. En effet, le consultant exploitera aussi des documents d ordre général sur le Maroc (stratégies en cours ou émergentes, énoncés de politiques publiques, etc.) et différents documents pertinents. L analyse documentaire sera axée sur la conception du projet, la programmation et les principales activités réalisées. Elle permettra ainsi de comprendre l organisation du projet en se référant à sa documentation et à celles d autres expériences semblables au Maroc. Cette méthode nous fournira aussi les éléments d information pour vérifier la validité des indicateurs d évaluation retenus. Elle peut aussi permettre d apprécier la mise en œuvre des activités, le degré de réalisation des résultats, la qualité des résultats obtenus, les difficultés rencontrées et les solutions apportées. Deux grilles d analyse sont proposées pour mener à bien la revue documentaire du projet Enquêtes avec les principaux partenaires du projet AENTI 15 Entretiens pilotes avec les responsables du projet (MJS, UNICEF, Dell) Des entretiens-pilotes semi-directifs seront conduits avec les responsables directs du projet AENTI en vue de : (i) permettre à l équipe des consultants de se saisir au plus vite des problématiques majeures du projet ; (ii) comprendre les enjeux prioritaires de l évaluation ; (iii) identifier les forces et 14 Cf. les outils de collecte des données en annexe Cf. Idem annexe A3. 7

27 faiblesses, les opportunités et les risques relatifs à la mise en place du projet ; et (iv) valider la compréhension des questions de l évaluation du projet AENTI. Entretiens avec les principaux intervenants directs Ce deuxième groupe d entretiens concerne principalement : (i) les responsables des dix Maisons des Jeunes (MJ) ; (ii) la direction de l Ecole MIAGE à Rabat ; et, (iii) les formateurs. Les responsables des Maisons des Jeunes (MJ) La première catégorie regroupe les responsables des dix Maisons des Jeunes (MJ) possédant de l information sur le projet AENTI tel que développé au sein de leurs centres. L objectif recherché est le recueil d informations sur : (i) la mise en place du projet au sein des MJ ; (ii) d examiner les conditions d implémentation des actions en termes de mise en œuvre et gestion de la programmation des activités ; (iii) de faire la revue de l état des réalisations ; et, (iv) d identifier les opportunités d extension de ce type d expérience. La direction de l Ecole MIAGE à Rabat La deuxième catégorie concerne le prestataire des services fournis aux bénéficiaires et aux CAC, la direction de l Ecole MIAGE à Rabat. Les questions à poser au cours de l entretien avec la direction de l Ecole MIAGE (Rabat) porteront sur les points suivants : (i) l organisation des formations ; et, (ii) les forces et faiblesses de cette expérience. Les formateurs La troisième catégorie concerne les formateurs. Les questions à poser au cours de ces entretiens concerneront : (i) les formations et les conditions de leur déroulement ; (ii) le point sur les acquisitions des bénéficiaires en matière des nouvelles technologies en informatique ; et (iii) la contribution des formations fournies à l employabilité des bénéficiaires Enquête Tracer Study et Focus group avec les bénéficiaires du projet AENTI 16 Le consultant a jugé utile d ajouter une enquête Tracer Study auprès des bénéficiaires du projet AENTI. Cette enquête portera sur un échantillon aléatoire de 10% du total des bénéficiaires du projet. L objectif recherché à travers la réalisation de cette enquête Tracer Study est d obtenir des informations spécifiques auprès des bénéficiaires des formations sur les questions suivantes : - Mesurer les principaux changements sur les bénéficiaires eux-mêmes AVANT la formation (Temps 0) / AU COURS de la formation (Temps 1) / APRES la formation (Temps 2) ; - Identifier les attentes des adolescents et jeunes en matière de NTI et comment mieux les appréhender dans la perspective d extension de ce genre d expérience. L enquête Tracer Study sera complétée par des focus group avec les bénéficiaires du projet AENTI. Les données quantitatives de l enquête Tracer Study seront combinées avec les données qualificatives tirées des groupes de discussion. Le questionnaire de l enquête Tracer Study et le guide de discussion (Focus group) sont présentés aux annexes F et G Analyse des données Au niveau de l analyse, le consultant procédera par étapes. L appréciation du processus de mise en œuvre du projet AENTI se fera par triangulation à travers les différentes enquêtes et entretiens. En 16 Cf. Idem annexe A3. 8

28 effet, les indications ressortant de plusieurs sources seront analysées et comparées afin d identifier les points communs et divergents. À ce niveau, les évaluateurs auront à leur disposition trois types d information : - Les données liées directement à la revue documentaire et aux informations associées : (i) les réalisations et les coûts du projet AENTI ; (ii) les conditions d implémentation des actions en termes de mise en œuvre et gestion de la programmation des activités ; (iii), les hypothèses et risques, et leur gestion au cours de l exécution des activités du projet. - Les données comparatives provenant de différents entretiens avec les responsables et intervenants. - Les données de l enquête Tracer Study et les groupes de discussions avec les bénéficiaires du projet : la mise en perspective des données tirées de ces deux enquêtes permettra au consultant de répondre de manière argumentée aux questions évaluatives de l évaluation. Les données retenues seront celles qui auront été triangulées et qui seront analysées par un jugement d expert basé sur les connaissances de la performance de projets comparables au Maroc. Ainsi, pour chacune des analyses effectuées, les membres de l équipe regrouperont ces informations pour mettre en exergue les constats intimement liés aux questions d évaluation présentées dans le référentiel d évaluation et alimenter les cinq niveaux d analyse proposés dans la note méthodologique. 9

29 5. Constats 1.1. Bien-fondé et conception du projet PERTINENCE ET VALEUR AJOUTEE La pertinence du projet AENTI Rappel de la définition du critère PERTINENCE Mesure selon laquelle les objectifs de l'action de développement correspondent aux attentes des bénéficiaires, aux besoins du pays, aux priorités globales, aux politiques des partenaires et des bailleurs de fonds. Rétrospectivement, la question de la pertinence consiste souvent à s'interroger sur le fait de savoir si les objectifs de l'action ou sa conception sont encore appropriés compte tenu de l'évolution du contexte. Question évaluative Les objectifs du projet répondent-ils aux priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes? La pertinence du projet de AENTI est définie par : 1) l alignement des objectifs du projet sur les priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes au Maroc ; 2) la réponse aux attentes des bénéficiaires en termes de formation aux NTI, particulièrement les adolescents (e)s et les jeunes les plus vulnérables issus des quartiers défavorisés du Grand Casablanca ; 3) le projet s inscrit dans les orientations stratégiques : (i) la Stratégie Nationale pour la Société de l Information et de l Economie Numérique - Maroc Numeric2013 ; (ii) la Stratégie Globale de l UNICEF ; et, (iii) le modèle d intervention d accès des jeunes aux NTI de la fondation Dell YouthConnect. 4) la logique d intervention et les approches transversales du projet. Dans cette perspective, les conclusions de la présente étude d évaluation sont, dans l ensemble, positives et confirment la pertinence du bien-fondé du projet. Principaux constats Constat 1 : Le projet AENTI s inscrit dans les priorités nationales en matière de développement des adolescent (e)s et jeunes telles, qu exprimées dans le Plan d action 2010 du Ministère de la Jeunesse et des Sports. D une part, le projet AENTI soutient les grands axes de Plan d action du MJS (2010). Le projet est aligné sur le Plan d action pour la jeunesse / la Nouvelle Politique de la Jeunesse du MJS (2010), particulièrement sur l objectif général suivant : «La NPJ a pour objectif fondamental la formation des jeunes et leur accompagnent vers la maturité et l accès aux savoirs». D autre part, le projet concorde avec les actions du Plan d action du MJS 2010 des axes 5 et 9 relatifs à la mise à niveau des jeunes et leur employabilité. Ces actions visent : - l amélioration de la qualité des services de proximité ; - le renforcement des capacités des adolescent(e)s et jeunes ; - l implication de partenaires du secteur privé dans le développement économique et social des jeunes. 10

30 Constat 2 : Les objectifs du projet AENTI sont pertinents et répondent à des besoins réels et prioritaires des bénéficiaires, et s inscrivent dans les orientations stratégiques de la Stratégie Nationale pour la Société de l Information et de l Economie Numérique - Maroc Numeric2013, la Stratégie Globale de l UNICEF et le modèle d intervention de la fondation Dell YouthConnect. Niveau des bénéficiaires La pertinence des objectifs du projet AENTI est fortement appréciée par les bénéficiaires de la formation. En effet, les différentes données quantitatives (Tracer Study) et qualitatives (Focus group et entretiens) démontrent que le projet leur a permis d accéder à une formation professionnelle et de qualité, et d acquérir des compétences en informatique et internet utiles dans leur vie courante et scolaire. De façon générale, le projet a répondu à leurs attentes en termes d apprentissage, de renforcement de capacités et d amélioration des conditions de vie. Tout d abord, les données de l enquête Tracer Study révèlent les variations des niveaux de connaissances des bénéficiaires de la formation en T1, c est-à-dire avant le démarrage du projet AENTI. Le tableau et le graphe 2 correspondants démontrent que plus de 65% des bénéficiaires de la formation avaient des connaissances en informatique et internet élémentaires et, que seulement 1,96% ont une maîtrise des NTI avancée. Tableau et graphe 2 : Niveau des connaissances en NTI de bénéficiaires Niveau de connaissances en NTI T1 % Pas de connaissances 11 21,57 Connaissances niveau débutant 22 43,14 Connaissances niveau moyen 17 33,33 Connaissances niveau avancé 1 1,96 Total % D autre part, selon le tableau et le graphe 3, les attentes des adolescent (e)s et jeunes ayant suivi la formation offerte dans le cadre du projet AENTI, sont fondamentalement des attentes d apprentissage de base. Pratiquement 67% des répondants considèrent, qu il s agissait pour eux en T1, d apprendre à utiliser l ordinateur (25,49%) et de découvrir l informatique et l internet (37,25%). Cependant, il convient de relever que 33,33% des bénéficiaires de la formation étaient motivés par l acquisition de compétences pour travailler (tableau et graphe 3). Par contre, 2% des bénéficiaires déclaraient que la formation représentait une opportunité pour apprendre à jouer aux jeux informatiques (généralement, il s agit de très jeunes apprenants). 11

31 Tableau et graphe 3 : Attentes de bénéficiaires en T1 Attentes en matière des NTI Nb % Apprendre à utiliser un ordinateur 13 25,49% Découvrir l informatique et l Internet 19 37,25% Acquérir des compétences pour travailler 17 33,33% Jeux 1 1,96% Autre 1 1,96% T1 Total % L importance de l accès à l informatique et internet chez les bénéficiaires est confirmée par la première place qu occupent l ordinateur, les multimédia et les jeux vidéo parmi les loisirs favoris des adolescent (e)s et des jeunes (39,50%). Tableau et graphe 4: Loisirs favoris des bénéficiaires Choix Nb de réponses % Ordinateur, multimédia et jeux vidéo 32 39,50% Lecture 29 35,80% Télévision 15 18,52% Musique 5 6,17% Total % 12

32 Les attentes des bénéficiaires de la formation sont corroborées par les données qualitatives des groupes de discussion (focus group). En effet, plusieurs énoncés relevés dans les dix groupes de discussion organisés avec les jeunes confirment leur méconnaissance des NTI ou/et une utilisation non maîtrisée de l informatique et l internet. Ces discussions démontrent leur grande motivation pour découvrir, connaître et apprendre : «avant, j utilisais l ordinateur de façon non professionnelle» 17 a exprimé une jeune fille à la MJ de Hay Sadri (Casablanca). Mais aussi, selon un participant au groupe de discussion à la MJ de Chellalate (Mohammédia), la demande est plus spécifique : «l informatique est très demandé sur le marché du travail» 18. Ce constat est tout à fait logique puisque 33% des bénéficiaires de la formation sont âgés de plus 18 ans, selon l échantillon de l enquête Tracer Study. Encadré 4 : Verbatim 1 «Avant la formation, je n ai jamais touché à l ordinateur», participant à MJ Ouled Haddou. «je me suis sentie épanouie», participante à la MJ Hay Al Assil. «J ai besoin d apprendre l informatique dans un monde de plus en plus numérique», participant à la MJ Hay Adil. «je vois des pages bien faites dans des magazines et je voulais faire la même chose», participant MJ Ahl Loghlam. «maintenant, je fais le traitement de texte plus vite qu avant», participante à la MJ Ain Chock. «Photoshop représentait pour moi une énigme», participante à la MJ Médiouna. Source : Méta-matrice des groupes de discussions, Niveau de la Stratégie Nationale Numérique, Numeric2013 Il s agit du lien avec la Stratégie Nationale pour la Société de l Information et de l Economie Numérique - Maroc Numeric 2013, particulièrement à travers : l action 7. Faciliter l accès internet et l usage des TI hors domicile à travers la mise en place des Centres d Accès Communautaires : (i) Mettre en place 400 Centres d Accès Communautaires (CAC) publics pour la période ; (ii) Chaque CAC sera équipé d ordinateurs, d un accès Internet et d appareils téléphoniques ; (iii) Le déploiement de ces CAC s appuiera sur les infrastructures publiques permettant aux opérateurs privés d offrir des services multimédias accessibles à faible coût au citoyen (maison des jeunes, foyers de jeunes filles, bureaux de Poste ). Niveau de la Stratégie Globale de l UNICEF et de Dell YouthConnect Le projet AENTI s inscrit aussi dans la stratégie globale de l UNICEF concernant les adolescent (e)s et jeunes, notamment en ce qui concerne leur autonomisation socioéconomique. Pour Dell YouthConnect, le projet AENTI est pertinent considérant le contexte du développement humain au Maroc, particulièrement en faveur des jeunes. Mais, pour Dell, il s agit, avant tout, d implémenter un modèle d intervention efficace pour accroître l accès des jeunes aux NTI au Maroc et leur employabilité. Constat 3 : La logique d intervention du projet AENTI et les approches transversales, dans le cadre du projet AENTI, ont été mises en œuvre avec des degrés d efficacité variés. Logique d intervention du projet : une initiative de type «stratégie de levier» Le projet AENTI se base sur une initiative que l on peut qualifier «stratégie de levier». Ce type de stratégie consiste à appuyer le bon partenaire, au bon moment et pour une bonne action dont la finalité est d amplifier le travail du partenaire et de lui permettre de répliquer la formation à grande échelle. Les principaux fondements de cette initiative sont : 17 Méta-matrice des groupes de discussions, janvier Idem. 13

33 1) À la fin de 2008, on comptait 467 Maisons de jeunes à travers le Maroc pour accueillir 6 millions de jeunes. Plus de la moitié de ces MJ ne sont pas équipés en matériel informatique, ce qui limite pour de nombreux jeunes l accès aux NTI. Tableau 5 : Maisons de jeunes au Maroc à l horizon de 2012 Maisons de Maisons de Année jeunes rurales jeunes urbaines Selon les priorités des communes et 2012 des instances élues TOTAL 656 Source : Ministère de la Jeunesse et des sports, L exécution du projet dans 10 MJ permet d expérimenter un modèle d intervention en NTI en faveur des jeunes, en se basant sur cet échantillon significatif, pour plaider l extension à plus grande échelle du projet en collaboration avec le MJS. Le souhait de Dell est de mettre en place un système de certification (soutenu par l'unicef et le MJS) pour que les jeunes ayant atteint un certain niveau en NTI puissent acquérir une certification reconnue par le marché du travail au Maroc. 1) Le support de Dell consiste à : (i) fournir l'accès à l'information pour 6000 jeunes au cours de la mise en œuvre du projet, et en équipant les 10 MJ en équipements TIC ; et (ii) former 500 jeunes pour développer leurs compétences en NTI, en aidant à accroître leur employabilité. Le projet ciblera les jeunes qui vivent dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca. Ces jeunes sont actuellement les moins susceptibles d'avoir accès à aux NTI et donc souvent incapables de sortir du cycle de la pauvreté. L'UNICEF veillera à ce que ce projet profiterait aux jeunes qui ont le plus besoin de cette formation. 2) Enfin, il s agit de s appuyer sur les résultats du projet afin d étendre cette expérience pilote à d autres régions au Maroc. Point sur les approches transversales Approche participative La dimension participative du projet a été relativement limitée aux réunions de démarrage du projet. Une fois, le projet mis en place, la gestion du projet devenait routinière. Appropriation du projet par la partie nationale L appropriation du projet par la partie nationale devrait être assurée à travers le pilotage, la coordination et l exécution à la fois au niveau central par la Direction de la Jeunesse, de l Enfance et des Affaires familiales du MJS, et au niveau local, avec les 10 MJ identifiées pour accueillir et mettre en œuvre la formation. Genre L équité dans la sélection des bénéficiaires à la formation a été respectée. Comme le montre le tableau 6, les jeunes filles représentent 53% selon les listes de l Ecole MIAGE. Tableau et graphe 6 : Répartition des inscrits à la formation selon le genre 19 Genre Nb de bénéficiaires % Féminin Masculin Total % 19 Selon les données des listes fournies par l Ecole MIAGE (Rabat). 14

34 Lutte contre la pauvreté Le projet est destiné fondamentalement à des adolescents(e)s et des jeunes issus des quartiers défavorisés du Grand Casablanca. Cependant, les données de l enquête Tracer Study relativisent le ciblage et la sélection des bénéficiaires par les MJ. En effet, 82% des ménages des bénéficiaires de la formation sont propriétaires de leur logement. Tableau et graphe 7 : Statut d occupation du logement des bénéficiaires Statut d occupation Nb de réponses % Propriétaire 42 82,35% Locataire 4 7,84% Logé gratuitement 2 3,92% Logement de fonction 2 3,92% Autre 1 1,96% Total % D autre part, les données du tableau et graphique 8 sont significatives, puisqu elles permettent d apprécier l état d équipements d information et de communication des ménages des bénéficiaires de la formation. Il ressort de ces données que 80% des ménages possèdent un ordinateur (PC) et que 37% de ces ménages ont une connexion internet. 15

35 Tableau et graphe 8 : Equipements d information et de communication Equipements Oui % Non % Radio 44 86, ,73 TV ,00 0 0,00 Téléphone fixe 19 37, ,75 PC 41 80, ,61 Portable 45 88, ,76 Internet 19 37, ,75 Total % % Accès aux ressources et à la technologie S agissant d un projet de formation au NTI, le projet est un bon exemple pour favoriser l accès aux ressources et à la technologie dans le domaine de l informatique et internet. En plus, les données de l enquête Tracer Study révèlent que 72% des bénéficiaires accèdent aux NTI à travers un ordinateur personnel (24%) ou/et un ordinateur familial (52%). Tableau et graphe 9: Mode d accès aux NTI Mode d'accès Nb réponses Ordinateur personnel 12 24,00 Ordinateur familial 26 52,00 Accès à l'ordinateur de l'école 2 4,00 Accès à l'ordinateur du cyber 10 20,00 % Total % 16

36 La valeur ajoutée du projet Rappel de la définition du critère VALEUR AJOUTEE Avantages et bénéfices résultant d une action de développement. Question évaluative Quelle serait la valeur ajoutée du projet par rapport à l amélioration des acquis scolaires des adolescent (e)s et jeunes ciblés? Principaux constats Constat 4 : Les bénéficiaires de la formation et la plupart de nos interlocuteurs reconnaissent le rôle clé du projet AENTI aussi bien pour les adolescent (e)s et les jeunes que pour les 10 Maisons de Jeunes qui ont été choisies pour accueillir le projet. Tous les bénéficiaires de la formation sont d avis que la valeur ajoutée du projet AENTI est son ancrage dans les MJ ce qui, en théorie, devrait contribuer à des changements individuels (pour les bénéficiaires), organisationnel et institutionnels (pour le MJS et les MJ). Les interlocuteurs rencontrés ont même expliqué que ces éléments permettent aux MJ de se comparer positivement par rapport autres initiatives similaires précédentes ou en cours. Du point de vue des responsables des 10 MJ, la valeur ajoutée de la formation est double. D une part, la formation a été utile pour les bénéficiaires directs de la formation, à savoir les jeunes (souvent des adhérents des MJ) et leurs proches et ami (e)s. Pour ces bénéficiaires, il s agit d acquérir des compétences en informatique et internet pratiques et utiles. D autre part, nos interlocuteurs reconnaissent que la formation a positivement impacté l image de leurs MJ. Selon ces entretiens, les principaux atouts du projet AENTI sont : (i) un matériel performant ; (ii) un programme de formation pertinent ; (iii) la gratuité de la formation. Pour un interlocuteur, la MJ a gagné à offrir une formation qu elle n avait pas l opportunité d offrir avant. La forte demande des parents témoigne de l intérêt pour les NTI et leur importance dans la vie des bénéficiaires. Tableau 10: Verbatim reconstitué à partir des entretiens avec les directeurs des MJ Bénéficiaires Formation Autres retombées La MJ offre une activité de formation professionnelle reconnue. Cette activité a attiré des jeunes qui ne fréquentaient pas la MJ. Pour les MJ, les jeunes sont les bénéficiaires directs de cette formation extrêmement utile pour leur avenir. Très importante pour la MJ et les bénéficiaires. Pour les parents des bénéficiaires la formation est un atout important pour leurs enfants qui sont maintenant inscrits dans d autres activités telles que le sport, les activités artistiques, etc. Autre retombée positive du projet, l utilisation du matériel par les femmes dans le cadre de l alphabétisation. Ces femmes sont encadrées par une volontaire ayant bénéficié de la formation. La MJ a gagné à offrir une formation qu elle n avait pas l opportunité d offrir avant. La forte demande des parents témoigne de l intérêt pour les NTI et leur importance dans la vie des jeunes. Une opportunité de structurer nos activités qui rendent la MJ attrayante et permet aux bénéficiaires de conditions de vie difficiles d accéder à une formation de qualité et d utiliser un matériel performant. Pour la MJ, il s agit d une chance de disposer de matériel de qualité. La gratuité, l attestation délivrée par MIAGE, le formateur et la didactique de formation. L utilisation de la salle hors formation pour les bénéficiaires formés et d autres habitués de la MJ. L amélioration de l image des MJ chez les parents des bénéficiaires. 17

37 Cependant, les intervenants rencontrés ont tout de même mis en lumière certaines préoccupations, notamment, le besoin pour les MJ de continuer à développer leurs structures et la professionnalisation de leur personnel, et de mieux clarifier l arrimage ce type d activité par rapport aux activités classiques des MJ (activités artistiques et culturelles, lecture, sports, etc.). Le MJS est engagé dans un processus de modernisation des MJ. L accès aux NTI deviendra une activité structurante dans les années à venir. 18

38 5.2. Efficacité des résultats du projet EFFICACITE Rappel de la définition du critère EFFICACITE (succès, réussite) Le degré de réalisation des objectifs de l action (résultats attendus et résultats effectifs de l action, en prenant en compte les résultats non attendus qu ils soient positifs ou négatifs. Question évaluative Dans quelle mesure les objectifs/résultats du projet ont-ils été atteints? Principaux constats Constat 5 : Le projet AENTI a contribué à des résultats à trois niveaux : individuel, organisationnel et institutionnel. Ces résultats sont variables et leur portée est en lien avec les ressources investies. Ils correspondent aux retombées attendues de ce genre d initiatives. Résultats au niveau individuel (formation et hors formation) Point sur la formation de 500 bénéficiaires en outils informatiques et web Le principal extrant du projet AENTI est la formation des 500 adolescent (e)s et jeunes filles et garçons aux outils informatiques et à la création de pages web. Ce résultat a été atteint puisque 543 bénéficiaires ont été formés aux modules MS Windows et Ms Office (phase 1 : du 18 mai au 10 juillet 2010) et 532 bénéficiaires ont suivis les modules Photoshop et Ms Publisher (phase 2 : du 18 octobre au 10 novembre 2010). Ces résultats dépassent, légèrement, l objectif de 500 bénéficiaires prévu par le Plan de travail Selon le tableau et le graphe 11-1, les 543 bénéficiaires pour la première phase de la formation sont répartis en 279 jeunes filles (51%) et 264 jeunes garçons (49%) 20. Après trois semaines du démarrage de la formation, il y avait une demande importante d adolescent (e)s et de jeunes des quartiers avoisinants ou d autres quartiers du Grand Casablanca pour s inscrire aux modules de formation. Cet effet d aubaine de la formation s est traduit par une augmentation relative des inscrits à la formation de 500 planifiés à 543 formés (phase 1) et 538 (phase2). Tableau et graphe 11-1 : Répartition des bénéficiaires à la formation selon le genre (1) Genre Nb de bénéficiaires % Féminin Masculin Total % 20 MIAGE (Rabat). Formation des adolescent (e)s et des jeunes aux Nouvelles Technologies d Information dans dix maisons de jeunes à Casablanca, 10 décembre 2010, page :

39 Les bénéficiaires ayant reçu leurs attestations de formation représentent 381/543 jeunes (soit 70% du total des inscrits) répartis selon le genre 50,1% (féminin) et 49,9% (masculin). Tableau et graphe 11-2 : Bénéficiaires certifiés selon le genre (1 : MS Windows & MS Office) Genre Nb de certifiés % Féminin ,1 Masculin ,9 Total % La deuxième phase de la formation a connu une légère baisse puisqu elle est passée de 543 bénéficiaires à 538 bénéficiaires de la formation. Le total des bénéficiaires de la formation est réparti, à égalité, entre les jeunes filles (274, soit 50,9%) et jeunes garçons (262, soit 49,1%) 21. Tableau et graphe 12-1 : Répartition des bénéficiaires à la formation selon le genre (2) Genre Nb de bénéficiaires % Féminin ,9 Masculin ,1 Total % 21 Idem, page

40 Les bénéficiaires ayant reçu leurs attestations de formation représentent 381/538 jeunes (soit 70% du total des inscrits) répartis selon le genre 50,1% (féminin) et 49,9% (masculin). Tableau et graphe 12-2 : Bénéficiaires certifiés selon le genre (2 : Photoshop & MS Publisher) Genre Nb de certifiés % Féminin ,1% Masculin ,9% Total % Près de 30% des jeunes n ont pas reçu leurs certificats, principalement pour n avoir pas remis les justificatifs d identité (carte d identité nationale ou acte de naissance). Cependant, il convient de constater que la formation n a pas été suivie intégralement par 20% des bénéficiaires (Tableau et graphe 13). Sur l échantillon de l enquête Tracer Study10 les bénéficiaires déclarent n avoir pas suivi l intégralité de la formation. Ce constat est confirmé par les différents documents de suivi de la formation et les rapports de l école MIAGE. Les principales raisons de cette situation sont les suivantes : - la programmation de la formation en général ; - l inadaptation des horaires de certains modules au début de l après-midi notamment ; - le départ de bacheliers à la fin de l année pour rejoindre leurs Universités du Grand Casablanca ; - les travaux d été ; - la gratuité a aussi contribué à l absentéisme et au relâchement de certains bénéficiaires de la formation. 21

41 Tableau et graphe 13 : Participation à l intégralité de la formation Intégralité de la formation Nb réponses % Oui 41 80,39 Non 10 19,61 Total % Point sur les autres activités du projet AENTI Création de pages web par les bénéficiaires des Maisons des Jeunes Les bénéficiaires de la formation ont été formés à la création de pages web de leurs Maisons des Jeunes. Le résultat concret et direct de cette activité prévue par le Plan de travail (2010) est la conception du design d un site web par les bénéficiaires formés et/ou les 10 MJ seront liées et partageront leurs expériences et témoignages. Le résultat de ce volet de la formation n est pas significatif en raison du manque d informations nécessaires pour alimenter les pages web. En plus, les données de l enquête Tracer Study révèlent : (i) la faible maîtrise de la création des pages web par les bénéficiaires de la formation et (ii) absence ou retard de la connexion internet. Participation des adolescents (e)s et jeunes aux forums VOY La participation des adolescent (e)s et des jeunes aux forums VOY n est pas du tout ou/et insuffisamment documentée par les registres de suivi de la formation des MJ. Utilisation de la salle et du matériel hors formation Le suivi hebdomadaire de la formation n a pas été assuré par toutes les 10 MJ. En plus, les données de quelques registres de suivi hebdomadaire ne nous permettent pas de faire une analyse pertinente des conditions réelles de l utilisation de la salle et du matériel hors formation. Cette situation n a pas permis, donc, l accès à l information pour 6000 jeunes au cours de la mise en œuvre du projet tel que prévu dans le document de Dell. Cependant, selon les directeurs des MJ interviewés, la salle et le matériel de la formation sont utilisés régulièrement par les bénéficiaires et d autres habitués des MJ pour se connecter à internet ou pour réaliser des travaux personnels ou scolaires. Cette utilisation est souvent assurée par un ou deux volontaires ayant bénéficié de la formation. Enfin, une demande spécifique de femmes des quartiers des MJ pour acquérir des connaissances basiques pour l utilisation d internet et, plus spécialement, Facebook, Skype, et MySpace (MJ Hay Sadri et Hay Assil). 22

42 Appui des volontaires de Dell aux activités complémentaires des MJ Cet appui des MJ n a pas fonctionné pour les motifs suivants : (i) il n y avait pas assez de volontaires pour appuyer les MJ et (ii) en raison du retard de l autorisation du MJS des volontaires pour accéder aux MJ (novembre 2010). Une nouvelle formule sera expérimentée en Elle consiste à mettre sur pied une base de données d offre de services de Dell au profit des MJ qui comprend l appui scolaire, (mathématiques, français, informatique), conférences, etc. Résultats aux niveaux organisationnel et institutionnel Le projet AENTI s est fixé deux résultats d ordre organisationnel et institutionnel : 1) Résultat intermédiaire 22 : Des modèles d intervention pour l inclusion sociale équitable des adolescent (e)s et des jeunes sont mis en place. 2) Jalon 23 : Un modèle d accès équitable aux nouvelles technologies de l information en faveur des adolescent (e)s et des jeunes issus de milieux défavorisés, est conçu, testé et documenté. Le modèle d intervention, mis en place dans le cadre du projet AENTI, permet au MJS d alimenter sa réflexion stratégique pour les années à venir dans la perspective d intégration des NTI dans les MJ, les CSP et les colonies de vacances. Ce modèle est, pour le moment, au stade expérimental. Plusieurs aspects du modèle devraient, néanmoins, être consolidés ou/et améliorés, notamment : - l appropriation des activités de la formation à travers une implication effective par des MJ ; - le ciblage et la sélection des bénéficiaires de la formation à travers des modalités transparentes de sélection des adolescent (e)s et jeunes vivant dans des conditions de pauvreté et de précarité bien réelles ; - l encadrement des activités NTI dans les MJ par des ressources compétentes ; - la planification de ressources financières des activités NTI en fonction de leurs retombées potentielles dans la durée. Constat 6 : Les bénéficiaires de la formation reconnaissent que les prestations offertes, dans le cadre du projet AENTI, leur ont permis de suivre une formation en NTI professionnelle de qualité en phase avec leurs attentes en termes d utilisation de l informatique et internet. Les prestations offertes dans le cadre du projet AENTI sont appréciées à travers deux catégories d analyse : (i) la perception des conditions de la formation par les bénéficiaires (formation, matériel, formateurs, etc.) et (ii) l importance de la formation pour les bénéficiaires. Perception de la formation D une part, la perception de la formation a fait l objet d un intérêt particulier par les bénéficiaires dans le cadre des groupes de discussion (focus group). Cette perception est très positive et témoigne de l adéquation des prestations offertes avec les attentes des adolescent (e)s et jeunes ayant suivi la formation. Les expressions des participant(e)s aux groupes de discussion expriment la joie, l intérêt, la curiosité et la satisfaction. Dans le tableau 14, ces expressions sont regroupées en trois groupes : (i) joie et satisfaction ; (ii) curiosité et découverte ; (iii) intérêt et nouveauté. 22 Cadre de suivi des résultats du Projet, Plan de travail(2010), page Idem, page 6. 23

43 Tableau 14 : Verbatim des expressions des participant(e)s aux focus group Joie et satisfaction Contents d avoir suivi cette formation Sentiment de joie et de découverte Satisfaction de travailler sur un système récent de Windows 2007 Joie de découvrir de nouveaux ordinateurs Joie de découvrir internet et l informatique et de travailler dans des conditions inattendues Joie de découvrir un matériel performant et un programme de formation de qualité Curiosité et découverte Contact avec le nouveau : «new skills» Qualité et performance du matériel fourni dans le cadre du projet (avant, utilisation de vieux ordinateurs, souvent sans imprimantes) L informatique est quelque chose d inconnu et étrange Esprit de recherche Intérêt et nouveauté Intérêt à travailler sur un système récent de Windows 2007 Nouveauté de la formation Grand intérêt pour apprendre Fort intérêt pour l informatique et internet Quand on ignore l informatique on peut se considérer comme un analphabète Travailler avec des formateurs compétents Importance de la formation D autre part, la formation est appréciée par les adolescent (e)s et jeunes parce qu elle est gratuite. Mais son importance se mesure, avant tout, par l accès aux connaissances informatiques (56%). 10% des bénéficiaires de l échantillon de l enquête Tracer Study souligne l utilité de la formation pour faire leurs travaux scolaires. Tableau et graphe 15 : Importance de la formation reçue pour les bénéficiaires Choix Nb de réponses % Accès aux connaissances informatiques 32 56,14 Aide au niveau du travail scolaire 6 10,53 Capacité de faire des petits travaux 4 7,02 Moyen de communication 4 7,02 Total % 24

44 La formation permet à 7% de faire des petits travaux rémunérés (cartes visites, faire-part, affichettes, etc.) ou un moyen pour communiquer avec leurs proches et ami e)s à travers les différents autres modes de communication, particulièrement le mailing. Constat 7 : Plusieurs changements directs chez les bénéficiaires sont identifiés par les données de l enquête Tracer Study et les groupes de discussion (focus group) en termes d acquisition de nouvelles compétences, l utilisation de ces acquis et leurs effets sur leurs relations de vie avec leur familles, leurs proches et ami (e)s. Des niveaux de connaissances et de maîtrise des NTI appréciables La valeur ajoutée de la formation peut être appréciée ici en termes de comparaison de l utilisation de l informatique et internet chez les bénéficiaires entre le T1 (avant la formation) et le T2 (à la fin de la formation). Les données permettent de constater que le niveau de connaissance des NTI des bénéficiaires est très significatif puisqu il est passé de 76% (niveaux débutant et moyen) en T1 à 88% (niveaux moyen et avancé) en T2. Tableau et graphe 16 : Niveau de connaissances en NTI en T1 et T2 Niveau de connaissances en NTI T1 % T2 % Pas de connaissances 11 21,57 0 0,00 Connaissances niveau débutant 22 43, ,76 Connaissances niveau moyen 17 33, ,37 Connaissances niveau avancé 1 1, ,86 Total % % 25

45 Ce résultat global positif est, certainement, justifié par la qualité de la formation fournie par une école professionnelle reconnue et, aussi, par la maîtrise de l informatique et internet par 33% des bénéficiaires qui déclarent avoir un niveau moyen en T1. Des compétences acquises fortement appréciées par les bénéficiaires de la formation Selon les données des groupes de discussion, les modules les plus appréciés par les bénéficiaires sont Photoshop et Publisher. Avant, les bénéficiaires de la formation ignoraient complètement ces applications. Aujourd hui, ils/elles apprécient, fortement, ces compétences acquises au cours de la formation. La contribution de la formation n est pas la même pour tous les bénéficiaires. Un premier groupe d adolescent (e)s et de jeunes parlent de compétences utiles acquises au cours de cette formation. Ces compétences concernent Word, Excel et Power point. Un deuxième groupe est plus porté principalement sur Photoshop comme application pour la création. Les principaux changements reconnus par les bénéficiaires Le projet AENTI était à l origine de plusieurs changements chez les adolescent (e)s et jeunes qui ont suivi la formation. Selon le tableau et le graphe 17, cette formation est envisagée par les bénéficiaires en T1 (avant le démarrage de la formation), respectivement, comme (i) un moyen de réussir sa scolarité (23,68%) ; (ii) un sentiment de la confiance d apprendre (21,71%) ; et, (iii) un besoin d accéder à la culture informatique (iii) et (iv) la possibilité de travailler (19,08%). En T2 (aujourd hui), le sentiment de la confiance d apprendre (22,88%) et la possibilité de travailler (20,92%) sont les principaux changements que les bénéficiaires reconnaissent comme les plus importants pour eux aujourd hui. Tableau et graphe 17 : Changements associés à l accès aux NTI en T1 et T2 Changements associés à l'accès aux NTI T1 % T2 % Réussir ma scolarité 36 23,68% 30 19,61% Possibilité de travailler 29 19,08% 32 20,92% Confiance dans ma capacité d apprendre 33 21,71% 35 22,88% Accéder à la culture informatique 29 19,08% 30 19,61% Meilleur estime de soi 25 16,45% 26 16,99% Totaux % % Encadré 5 : Verbatim 2 «Je ne savais rien, maintenant je connais Publisher et Photoshop», participant à MJ Ain Chock. «Avant la formation, je ne savais pas utiliser la souris», participante à la MJ Médiouna. «Avant, je ne savais rien de l informatique», participante MJ. El Onk. «Avant, je ne savais pas faire la différence entre Word et Excel», participant à la MJ Ah Loghlam. Source : Méta-matrice des groupes de discussions,

46 Les changements discutés dans les groupes de discussion avec les jeunes. Deux types de changements sont à distinguer : D une part, les changements en termes d autonomisation (empowerment) des adolescent (e)s et jeunes ayant bénéficié de la formation. Ces changements concernent l autonomie dans le travail et l épanouissement personnel. Beaucoup de participant (e)s aux groupes de discussion reconnaissent que la formation contribue à des changements exprimés simplement : «l informatique m a donné de l espoir pour mon avenir», «la formation m a aidé à combler un manque», «gain du temps». Mais parmi ces changements, l autonomie dans le travail est le principal changement chez les bénéficiaires de la formation. Ce changement a pour retombée directe une meilleure organisation du temps et du travail. D autre part, les changements des relations de vie, c est-à-dire les relations aux autres (proches, amis (e)s ou des structures communautaires. Certains bénéficiaires de la formation déclarent qu ils/elles partagent les connaissances acquises avec leurs parents, ami(e)s ou leurs camarades de classe. Un petit groupe de volontaires offre son appui aux MJ, notamment pour réaliser des produits nécessaires à la communication de ces structures (affichettes, annonces des activités, etc.). Tableau 18 : Verbatim des expressions des participant(e)s aux focus group Autonomisation (empowerment) Autonomie dans le travail Avantage personnel de mieux organiser mon travail à l école Gain du temps Autonomie dans le travail (école) Avantage personnel de mieux organiser mes travaux scolaires (exposés par exemple) J organise mes cours en fichiers Autonomie personnel et épanouissement L informatique m a donné de l espoir pour mon avenir Confiance en soi La formation m a aidé à combler un manque Epanouissement personnel et joie de pouvoir aider les autres Autonomie personnelle dans l organisation du travail Extrêmement utile sur le plan personnel puisque ces compétences acquises permettent une meilleure autonomie de la personne Relations de vie Appui des proches (père, mère et frères et sœurs) et ami (e)s Appui des bénéficiaires formés à leurs parents, proches et amis Aide leurs parents, proches et amis L informatique m a permis d élargir mon horizon de relations Partage et dissémination des savoirs acquis au cours de la formation Appui d autres jeunes à l acquisition des mêmes compétences Appui des structures communautaires : MJ Appui à la MJ, particulièrement pour la conception d affiches, d annonces, etc. Partage et dissémination des savoirs faire acquis au cours de la formation Des demandes d approfondissement Les bénéficiaires de la formation souhaitent que certains modules soient repris et approfondis. Trois modules viennent en tête des demandes d approfondissement : Photoshop (31,94%), Word (15,28%) et Excel (15,28%). Mais 5,56% des bénéficiaires souhaiteraient approfondir l intégralité du MS Office. 27

47 Tableau et graphe 19 : Approfondissements de la formation souhaitée Modules Nb réponses % Photoshop 23 31,94% Word 11 15,28% Excel 11 15,28% Publisher 5 6,94% Powerpoint 4 5,56% MS Office 4 5,56% Internet 4 5,56% Autre 10 13,89% Total % 28

48 5.3. Analyse du coût/efficacité du projet EFFICIENCE Rappel de la définition du critère EFFICIENCE Mesure selon laquelle les ressources (fonds, expertise, temps, etc.) sont converties en résultats de façon économe. Question évaluative Les résultats atteints sont-ils proportionnels au coût global du projet? Principaux constats Constat 8 : Le projet AENTI a été mis en place en respectant les limites budgétaires prévues, d autant plus, que l ensemble des parties prenantes reconnaissent l importance des résultats obtenus par rapport aux dépenses engagées. Coût global du projet Le coût total du projet se décompose de la manière suivante : Tableau et graphe 20 : Décomposition du coût total du projet AENTI Nature Montant % Aménagements des MJ 19, Equipements informatiques* 188, Formation 29, Suivi/Evaluation 27, Communication - 0 Gestion de projet 43, Total 307, % * Dont 149K USD d équipements donnés en nature par Dell Les équipements informatiques représentent la principale source de coût du projet ,00 USD sur les 188, USD représentent la valeur des équipements fournis par Dell dans le cadre du projet AENTI. Analyse coût du projet versus budget Le projet Dell a nécessité un investissement total de 307, USD contre 337, USD, initialement budgétés 24, soit une économie de 29, USD. 24 Source: Dell Giving, Grant Final Report,

49 Tableau et graphe 21 : Coûts réels vs Coûts budgétés du projet AENTI Nature Coûts réels Coûts budgétés Aménagements des MJ 19, , Equipements informatiques* 188, , Formation 29, , Suivi/Evaluation 27, , Communication - 8, Gestion de projet 43, , Total 337, , Les économies réalisées dans le projet AENTI sont, principalement, imputables aux équipements informatiques, particulièrement au coût de la maintenance de ces équipements. En effet, les équipements Dell ont été fournis avec 3 ans de garanties. Cette garantie du matériel permet une économie de USD. Par ailleurs, les frais de connexion internet (inclus dans l aménagement des MJ) ainsi que les frais de communication ont été moins importants que prévus, et ce, principalement en raison du fait qu ils ont été pris en charge par le MJS (économie de USD) ou obtenus gratuitement par l UNICEF. Les postes qui ont été moins bien anticipés sont les frais de suivi et d évaluation ( USD) ainsi que la gestion du projet ( USD). 30

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y)

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y) Le C2D, un Partenariat au service du développement Union Discipline -Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET "APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME QUADRIENNAL DE MAITRISE

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. Pour le recrutement de 3 consultants pour l élaboration d un guide de gouvernance au profit de la société civile

TERMES DE REFERENCE. Pour le recrutement de 3 consultants pour l élaboration d un guide de gouvernance au profit de la société civile TERMES DE REFERENCE Pour le recrutement de 3 consultants pour l élaboration d un guide de gouvernance au profit de la société civile Date : à partir du 10 novembre 2014 Projet d appui au processus constitutionnel,

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Fonds des Nations Unies pour la Population Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé d accompagner le Ministère

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE CHARGE DU PROJET PARAFE

TERMES DE REFERENCE CHARGE DU PROJET PARAFE TERMES DE REFERENCE CHARGE DU PROJET PARAFE 1 1. CONTEXTE Le Coordonnateur Régional du Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d Afrique Centrale (RIFFEAC), l Ambassadeur de

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ELABORATION D UN GUIDE METHODOLOGIQUE POUR LA CONSTRUCTION DE REFERENTIELS COMPETENCES-EMPLOIS-FORMATIONS DGRU (Direction Générale de la Rénovation Universitaire)

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SCHEMA DES FORMATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE Financement: IDA N H 8040-GN TERMES DE REFERENCE FORMATION EN PLANIFICATION

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

SOUTIEN AU PROCESSUS ELECTORAL EN TUNISIE (SPELTU)

SOUTIEN AU PROCESSUS ELECTORAL EN TUNISIE (SPELTU) SOUTIEN AU PROCESSUS ELECTORAL EN TUNISIE (SPELTU) POUR LE RECRUTEMENT D UNE DE SOCIETE DE COMMUNICATION EN VUE DE LA REALISATION D UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION CIVIQUE A TRAVERS LES RADIOS LOCALES

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail