les groupes sanguins érythrocytaires applications en transfusion sanguine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les groupes sanguins érythrocytaires applications en transfusion sanguine"

Transcription

1 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires 20/10/2014 LANDRIOT Fanny L2 CR : Julie Chapon TSSI Pr Jacques Chiaroni 16 pages les groupes sanguins érythrocytaires applications en transfusion sanguine Plan A. Les groupes sanguins érythrocytaires I. Définitions de la notion de groupes sanguins II. Pourquoi en tenir compte en transfusion sanguine? III. Qu'est ce qu'un groupe sanguin? Combien y en a t'il? IV. Quels antigènes? V. Le système ABO VI. Les systèmes protéiques VII. A quoi servent les groupes sanguins? A quoi servent ces différents polymorphismes VIII. Existe-t-il une répartition géographique préférentielle? Quels facteurs peuvent contribuer à cette répartition? B. Groupes sanguins et sécurité transfusionnelle I. Comment éviter la rencontre? II. Les analyses pré-transfusionnelles III. Choisir l'unité adéquate a. Éviter le conflit dans le système ABO chez tout le monde b. Les règles de compatibilité dans les autres systèmes IV.Maîtriser l'acte transfusionnel C. Conséquences de la rencontre I. Conséquences biologiques II. Conséquences cliniques D. Diagnostic de la rencontre Les objectifs pédagogiques de ce cours : Décrire les principaux antigènes et anticorps des groupes sanguins érythrocytaires. Prescrire les analyses pré-transfusionnelles adéquates Comprendre et appliquer les règles de compatibilité érythrocytaire en vue d'assurer la sécurité immunohémolytique des transfusions 1/16

2 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires A. Les groupes sanguins érythrocytaires I. Définition de la notion de groupes sanguins Dans l'expression «groupe sanguin» on retrouve le terme de groupe et l'adjectif sanguin. On parle donc ici d'un ensemble d'individus qui possèdent un caractère commun au niveau du sang. Il faut bien comprendre que la notion de groupes sanguins est extrêmement large. Elle comprend le polymorphisme génétique qui est si étendu que en dehors des vrais jumeaux chacun d'entre nous a un profil génétique unique. On introduit alors la notion de solitude biologique. Cette notion a été largement exploités par exemple en médecine légale (scène de crime), pour connaître un profil génétique... On va s'intéresser dans ce cours uniquement aux variations qui peuvent être présentes sur le globule rouge. Définition du groupe sanguin érythrocytaire : Ceux sont des antigènes (AG) définis par des anticorps(ac) spécifiques et génétiquement induits (ne changent pas au cours de la vie) et exprimés sur des molécules de la membrane érythrocytaire. II. Pourquoi en tenir compte en transfusion sanguine? Les groupes sanguins érythrocytaires sont immunogènes (capacité à induire une réponse immunitaire). Ils s'opposent donc à la transfusion incompatible et même grossesse incompatible (lorsque le fœtus a un groupe sanguin différent de sa mère, les AC de la mère vont attaquer le fœtus et conduire à son décès ; c'est le cas notamment quand la mère est Rhésus et l'enfant Rhésus +). L'introduction d'un antigène érythrocytaire «étranger» va entraîner la synthèse de l'anticorps correspondant. Si on réintroduit l'antigène, il va y avoir fixation de l'anticorps sur l'antigène, ce qui condamne l'hématie transfusée à la destruction. On a donc une hémolyse. Les conséquences de cet accident transfusionnel sont doubles : persistance du besoin transfusionnel, car le manque de globules rouges n'est pas corrigé. nocivité du conflit immunologique, qui peut aller jusqu'à tuer le malade. La transfusion incompatible est non seulement inefficace, mais elle va aggraver l'état du patient. Pour garantir la sécurité immunologique des transfusions de globules rouges, il faut éviter la rencontre in vivo entre antigène et anticorps! III.Qu'est un groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Un groupe sanguin peut être défini comme une étiquette portée par nos GR. Les individus qui portent la même étiquette appartiennent au même groupe sanguin. 2/16

3 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Les étiquettes A et B sont donc codées par 2 allèles d'un même gène et appartiennent à un même ensemble. Cela forme un système : ici le système ABO. Rappels : Allèle : «variante d'un gène» Système : «gène qui va coder pour les différentes formes alléliques» A coté du système ABO il existe de nombreux autres systèmes. Il y a par exemple le Rhésus si vous avez l'étiquette «Rhésus» D vous êtes rhésus positif si vous n'avez pas l'étiquette «Rhésus»D vous êtes rhésus négatif En plus ces étiquettes s accumulent : si vous avez l'étiquette A et l'étiquette rhésus vous êtes A positif Si vous avez l'étiquette A et pas l'étiquette rhésus vous êtes A négatif Ainsi de suite avec les 350 étiquettes qui ont été décrites sur le globule rouge (GR). IV. Quels antigènes? Il y a 350 antigènes (AG) présents sur l globule rouge, regroupés en 35 systèmes. On peut classer ces AG selon leur caractéristiques biochimiques. Les sucres : Ce sont des produits secondaires des gènes. En effet un gène code pour des protéines et non des sucres. Il faut donc un intermédiaire (une enzyme). Le système ABO fait parti de cette catégorie. En 1900 : classement de personnes prises au hasard par groupes sanguins A, B, O ou AB. En 1929 : classement en prenant des familles => on se rend compte que les groupes sanguins sont codés génétiquement (A et B dominent O et sont co-dominants entre eux). Dans les années 60, on se rend compte que les caractères A et B sont des sucres. Ils ne peuvent pas être transmis génétiquement!! Après des recherches ils se sont rendus compte de l'intervention d'enzymes (codés génétiquement) qui permettaient l'insertion de ces sucres sur le GR. 3/16

4 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Ils sont ubiquitaires dans l'organisme Ils sont largement répandus dans la nature Ce sont des anticorps «naturels» : ils apparaissent en dehors d'une transfusion car leur production est stimulée par l'environnement. D'autres espèces que l'homme expriment le système ABO : les primates... mais aussi les bactéries! Notamment les bactéries intestinales : Nous sommes donc constamment stimulés par d'autres Ag que nous, et nous allons fabriquer des Ac contre ces Ag que nous n'avons pas (une personne ayant un Ag A fabriquera des Ac anti B) Les protéines : Tous les autres systèmes sont des protéines Ce sont des produits primaires Il existe des équivalents dans d'autres tissus de l'organisme Ils ont une tendance à une restriction humaine (on ne les trouve pas chez d'autres êtres vivants) On les a appelé les anticorps «immuns», et il n'apparaissent qu après stimulation interhumaine (transfusion, ou grossesse incompatible) Tous les systèmes, de manière plus ou moins intense, peuvent être impliqués dans une incompatibilité transfusionnelle. Comment fait on pour avoir une transfusion «parfaite»?? cela paraît presque impossible!! Heureusement il y a 6 systèmes constitués de 14 antigènes qui permettent d'assurer une compatibilité d'environ 95% : 6 systèmes 14 antigènes ABO RH A-B D / KEL K Duffy Fya - Fyb Kidd Jka - Jkb MNS S-s C-c, E-e Grâce à des analyses on va pouvoir déterminer la compatibilité entre 2 personnes : l'analyse ABO.D qui consiste à rechercher les Ag A -B et D le phénotype RH.K qui consiste à rechercher les Ag C-c, E-e et K le phénotype Étendu qui consiste à rechercher les Ag Fya-Fyb, Jka-Jkb, S-s Mais ces analyses restent incomplètes pour assurer une bonne compatibilité, il faut donc à coté de ces analyses d'ag détecter les Ac présents chez le patient : la recherche d'anticorps irréguliers RAI 4/16

5 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires V. Le système ABO Il contient 2 antigènes : A et B Ce sont des sucres, donc des produits secondaires des gènes. Le gène code pour une enzyme qui pose A ou B sur un antigène appelé H et qui est déjà sur le globule rouge. L'antigène H est donc converti en A (groupe A) ou converti en B (groupe B) ou non converti (groupe O). Chez un individu de groupe O, ce gène code soit pour rien, soit pour une enzyme qui ne marche pas. Donc sur le globule rouge de l'individu de groupe O, on a un antigène H sans A ni B, c'est-à-dire non converti. Du phénotype, on ne peut pas toujours déduire le génotype. Ex : pour un phénotype «groupe A», le génotype sera A/A ou A/O L'absence d'antigène H (phénotype Bombay) empêche l'expression des antigènes A et/ou B, même si les gènes sont là. Ce phénotype est très rare, présent surtout en Inde et ressemble donc au phénotype O. Les antigènes de ce système ont une maturation post-natale. C'est-à-dire qu'il y a une augmentation du nombre d'antigènes après la naissance. Cela est lié au fait que l'enzyme mature après la naissance. 2 conséquences : Ce phénomène explique que l'incompatibilité foeto-maternelle ABO soit moins grave que l'incompatibilité foeto-maternelle rhésus. ex : si la mère est O et l'enfant est A => la mère a des anticorps qui peuvent traverser le placenta et détruire les globules rouges du fœtus. Mais comme il y a maturation post-natale, c'est comme si il y avait moins de cibles pour les anticorps sur les globules rouges du fœtus. Ce n'est pas le cas pour le rhésus où les antigènes apparaissent très tôt. La validation définitive du groupe ABO d'un nouveau-né ne peut se faire qu'après l'âge de 6 mois. Le système ABO est largement répandu dans la nature : ubiquité dans l'organisme et dans la nature : les gènes A et B sont actifs dans toutes les cellules de l'organisme. le gène H est actif dans les cellules endothéliales. Les Anticorps du système ABO : L'antigène n'existe que parce que l'anticorps spécifique à cet antigène existe. Les anticorps du système ABO sont les anticorps anti-a et anti-b. Ils ont 2 caractéristiques principales : ils sont «naturels» ils préexistent à toute stimulation inter-humaine ils sont nés de l'hétérostimulation (bactéries du tube digestif)). C'est une stimulation environnementale, possible du fait de l'ubiquité environnementale du système ABO 5/16

6 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires ils sont dirigés contre les antigènes absents du globules rouges. ils sont réguliers ils sont toujours présents il existe un risque constant, c'est-à-dire qu'il faut respecter les règles de compatibilité dès la 1ère transfusion car les anticorps sont déjà là (contrairement au système rhésus dans lequel les anticorps ne sont pas déjà présents et pour lequel il faut un 1er contact avant que les anticorps anti-rhésus soient synthétisés). Le groupage ABO détecte simultanément les antigènes (sur le globule rouge) et les anticorps (dans le plasma). On a donc des preuves globulaires et des preuves plasmatiques. Pour les globules rouges, on teste avec des anticorps anti-a et anti-b, et pour tester le plasma on utilise des globules rouges A et des globules rouges B. Si il y a réaction immunitaire, on observera une agglutination. En Europe 45% des individus sont de groupe A, 9% sont de groupe B, 43% sont de groupe O et 3% sont de groupe AB. Aujourd'hui on révèle l'agglutination sur une colonne dans laquelle on centrifuge les globules rouges au contact du plasma contenant des anticorps anti-a ou anti-b. VI. Les systèmes protéiques Les antigènes membranaires sont des protéines, et donc des produits primaires du gène. Par exemple, le rhésus : le gène D code pour un antigène D qui va se retrouver sur le globule rouge. Dans ce cas on aura un individu rhésus +. Ces antigènes sont d'emblée matures et très tôt (dès la 7 SA). Une incompatibilité mère/fœtus sera alors très grave. 6/16

7 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Système protéiques principaux : Systèmes Antigènes Rh D C/c E/e Kell Duffy Kidd MNS K Fya/Fyb Jka/Jkb S/s Le système Rhésus comporte 50 antigènes : - antigène D : l'antigène D est présent si le gène D est présent : D+ (85% des personnes en Europe) l'antigène D est absent si le gène D est absent : D- (15% des personnes en Europe) le phénotype D+ peut correspondre à un génotype D/D ou D/d le phénotype D- correspond forcément à un génotype d/d Exploration par typage D indissociable du typage ABO. - 2 allèles C et c co-dominants génotype C/c => phénotype C+ et c+ génotype C/C => phénotype C+ et c- (20%) génotype c/c => phénotype C- et c+ (30%) - 2 allèles E et e co-dominants génotype E/e => phénotype E+ et e+ génotype E/E => phénotype E+ et e- (2%) génotype e/e => phénotype E- et e+ (70%) Le système Kell : - 2 allèles K et k co-dominants Si l'allèle K est présent, on aura un phénotype Kell+ (9% des cas) Si l'allèle K est absent, on aura un phénotype Kell (91% des cas) Exploration par typage RH-K : on ne s intéresse qu'aux Ag présents sur le GR car les AC ne sont pas forcément présents. Le système Duffy : - 2 allèles Fya et Fyb co-dominants On a 3 phénotypes largement majoritaires: Fy (a+ / b+) Fy (a+ / b-) Fy (a- / b+) Un 4 phénotype est possible mais est extrêmement rare : Fy (a- / b-) ou Duffy nul. Mais ce phénotype est très présent en Afrique subsaharienne (80%). On a très longtemps cru que c'était une sélection naturelle : en effet le virus plasmodium VIVAX se fixe dessus. Cependant 2 éléments s'opposent à cette hypothèse : - ce plasmodium vivax n'est pas très répandu en Afrique - ce plasmodium vivax n'est pas très dangereux alors pourquoi cette sélection? Aujourd hui on sait que vivax vient d'asie, alors est ce que au moins vivax est déjà venu en Afrique? 7/16

8 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Le système Kidd : - 2 allèles Jka et Jkb co-domiannts phénotypes possibles : Jk(a+ / b+) ; Jk (a+/b-) ; Jk(a- / b+) Le système MNS : - 2 allèles S et s co-dominants phénotypes possibles : S+/s- ; S+/s- ; S-/ s+ Exploration par phénotypage étendu (Duffy + MNS + Kidd) Les anticorps plasmatiques de ces systèmes protéiques présentent 2 caractéristiques principales : ils sont «allo immuns» - Les antigènes sont spécifiques de l'espèce humaine. - Les anticorps nécessitent une stimulation inter-humaine, car il ne peut plus y avoir de stimulation environnementale. - Les anticorps sont dirigés contre les antigènes absents du globule rouge. - Immunogénicité : D>K>E c>jka>fya>s ils sont irréguliers - Ils sont parfois présents (l'anticorps n'est pas fabriqué de manière obligatoire). - Il existe donc un risque potentiel. Ils sont détectés par une analyse qui consiste à rechercher les anticorps anti-érythrocytaires (RAI). Au total, il existe 4 analyses fondamentales pour explorer les antigènes et les anticorps : le groupage ABO.D le phénotypage Rh.Kell (RHK) le phénotypage étendu la RAI VII. A quoi servent les groupes sanguins? A quoi servent ces différents polymorphismes? Cela peut être des protéines structurales récepteurs transporteurs et canaux enzymes ayant des fonctions de reconnaissance => ils ont diverses formes et fonctions. L'absence du système Rh amène chez le sujet des anomalies de structure du GR. 8/16

9 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Mais très peu des molécules de ces systèmes, une fois absentes, entraînent une anomalie. Il y a en effet des protéines «back-up» pouvant remplir leur fonction à leur place. VIII. Existe-t-il une répartition géographique préférentielle? Quels facteurs peuvent contribuer à cette répartition? La fréquence des différents groupes sanguins est variable en fonction des populations. En effet un même groupe sanguin peut être fréquent dans l'une et rare dans l'autre. Action des forces évolutives qui peuvent expliquer cette répartition : sélection, migration ou hasard (dérive génétique). Problématique transfusionnelle en contexte migratoire. Si une population présentant un phénotype majoritaire migre dans une région où la population ne possède presque pas ce phénotype, il peut être difficile de trouver du sang compatible en cas de besoin transfusionnel. Exemple du système ABO : Pour le groupe B : 9% des cas sont de groupe B en Europe alors qu'il y en a jusqu'à 40-50% en Asie, il est absent en Amérique! (rare sont les B qui ont passé le détroit de Behring) Exemple du RH négatif : 15% en Europe Ouest Quasi absent en extrême Orient Exemple du système Duffy : Le 4 phénotype aucun des 2 allèles est un phénotype exceptionnel au-delà de l'afrique où il est présent pour 70% (voir explication au dessus) B. Groupes sanguins et sécurité transfusionnelle I. Comment éviter la rencontre? Il faut éviter, pour tout le monde, la rencontre entre antigène et anticorps : 9/16

10 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires il ne faut pas apporter les antigènes correspondants aux anticorps du receveur. Il ne faut pas apporter les anticorps correspondants aux antigènes du receveur Il faut également éviter, pour certains, l'apparition de nouveaux anticorps, c'est-à-dire ne pas apporter les antigènes absents chez certains receveurs. Comment éviter la rencontre? analyses pré-transfusionnelles prescrire l'unité adéquate (choix de la poche) maîtriser l'acte transfusionnel II. Les analyses pré-transfusionnelles Elles servent à détecter les anticorps grâce à une recherche d'anticorps anti-érythrocytaire (RAI) pour TOUS les patients et qui doit être effectuée avant toute transfusion et répétée toutes les 72h ( si antécédent transfusion/ac <6mois) (Attention une RAI n'est valide que 72h!). Elles servent aussi à détecter les antigènes grâce à : un groupage ABO.RH1 (ABO.D) systématique et à 2 reprises / 2 prélèvements un phénotypage Rh et Kel1 (K) systématique un phénotypage étendu pour certains patients III.Choisir l'unité adéquate a. Éviter le conflit dans le système ABO chez tout le monde transfusion de globules rouges Il ne faut pas apporter les antigènes correspondants aux anticorps du receveur. Donneur universel : O (car les globules rouges du groupe O ne portent ni l'antigène A ni l'antigène B) transfusion de plasma Il ne faut pas apporter les anticorps correspondants aux antigènes du receveur. Donneur universel : AB (car un individu de groupe AB possède les antigènes A et B, et ne possède donc ni les anticorps anti-a ni les anticorps anti-b). b. Les règles de compatibilité dans les autres systèmes On différencie 2 cas : RAI négative ou RAI positive. 10/16

11 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires RAI négative (absence d'anticorps anti-érythrocyaires) : «sujets non immunisés» Chez tous les patients : Il faut respecter la compatibilité D. Chez les femmes avant la ménopause : Il faut respecter impérativement la compatibilité Rh et Kell. C'est-à-dire qu'il ne faut pas lui apporter les antigènes qu'elle ne possède pas afin de préserver un avenir obstétrical. Ex : mère Kell et enfant Kell +. Si il s'agit d'une 1ère grossesse, on aura une réponse primaire de la mère, c'est à dire une réponse progressive, retardée. Le temps qu'elle s'immunise, elle a déjà accouché. Par contre si elle a déjà les anticorps, on aura une réponse brutale, qui entraînera une maladie fœtale ou du nouveau-né qui peut être très grave. Chez les polytransfusés itératifs et chez tous les patients avec une espérance de vie raisonnable : Il faut respecter si possible la compatibilité Rh et Kell. il faut éviter si possible de faire apparaître des anticorps chez les patients qui n'en possèdent pas, car leur présence est plus dangereuse que leur absence (réaction brutale si les anticorps sont présents, alors que s'ils ne sont pas présents, on aura d'abord une réaction primaire lors de la 1ère introduction de l'antigène étranger). Pas d'épreuve de compatibilité nécessaire. RAI positive (présence d'anticorps anti-érytrhocytaires) : «sujets immunisés» Il ne faut jamais apporter l'antigène correspondant à l'anticorps. Il faut respecter les compatibilités dans d'autres systèmes : si on a un anticorps reconnaissant un antigène du phénotype Rh et Kell : => il faut respecter impérativement la compatibilité Rh et Kell. si on a un anticorps reconnaissent un antigène du phénotype Etendu : => il faut respecter impérativement la compatibilité Rh et Kell => il faut respecter si possible la compatibilité du phénotype étendu Il faut toujours réaliser une Épreuve de Compatibilité au laboratoire avant la transfusion. 11/16

12 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires IV. Maîtriser l'acte transfusionnel éviter les erreurs de malades au moment du prélèvement => règles d'identification et d'exécution au moment de la transfusion => contrôle ultime au lit du malade (safety card) vérification de l'identification du malade vérification de l'adéquation des résultats aux caractéristiques de la poche - carte de contrôle de la compatibilité ABO (safety card) Ne jamais transfuser quand il y a agglutination pour la poche et pas d'agglutination pour le sang du patient. (car cela veut dire que l'anticorps testé est présent dans la poche mais pas dans le sang du malade, et si on transfuse le patient avec le sang de la poche, on lui apportera des anticorps qu'il n'a pas). Exemple : 12/16

13 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires C. Conséquences de la rencontre I. Conséquences biologiques Les anticorps se fixent sur le GR portant l'antigène. Ensuite l'anticorps fixe ou pas le complément (=suite de protéines qui sont activables les unes à la suite des autres, de C1 à C9). Les réactions AG/AC peuvent activer le complément ; certaines peuvent l'activer jusqu au bout et d'autres s arrêtent à mi-parcours 13/16

14 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Les anticorps anti-d ne fixent pas le complément. Si un globule rouge avec un anticorps anti-d fixé sur l'antigène arrive quelque part où il existe des récepteurs pour cet anticorps, il y aura phagocytose par un macrophage, et on aboutira à une hémolyse tissulaire (c'est surtout dans la rate que l'on trouve de tels récepteurs, donc hémolyse intratissulaire à prédominance splénique). Il existe des anticorps qui fixent le complément : si le complément n'est pas activé jusqu'au bout : l'anticorps fixé au GR fixe le complément. Le globule rouge est donc enveloppé de C3b (une des protéines de la chaîne du complément). Si ce globule rouge arrive quelque part où il y a des récepteurs pour le C3b, on aura une hémolyse intra-tissulaire (à prédominance hépatique). si le complément est activé jusqu'au bout : l'anticorps fixé au globule rouge sera fixé à la fin de la chaîne à C9. C9 n'a pas besoin de récepteurs : il crée des trous membranaires dans les globules rouges, ce qui entraîne une explosion du globule rouge. On a donc une hémolyse intra-vasculaire. (ex : incompatibilté ABO) Le test de Coombs direct permet de détecter la sensibilisation (=quelque chose sur GR) in vivo des GR par des Ac ou compléments. S'il est positif, cela indique une hémolyse immunologique. II. Conséquences cliniques Elle sont très variables et on ne peut pas les prévoir. choc hémolytique avec CIVD (coagulation intravasculaire directe) Le globule rouge éclate, ce qui aboutit à la libération de l'hémoglobine qui est donc libre dans le plasma. On a une hémoglobinémie. L hémoglobine circule et arrive au niveau du rein où elle sera filtrée et éliminée. On a donc une hémoglobinurie. Le patient est en état de choc ( = chute de la tension). hémoglobinurie isolée ictère post-transfusionnel réaction frisson hyperthermie inefficacité transfusionnelle diminution DDV GR au Cr51 Note : une hémolyse intra-tissulaire est moins grave au niveau intensité qu'une hémolyse intravasculaire. D. Le diagnostic de la rencontre Il faut se poser 3 questions : Y-a-t'il eu un accident hémolytique? => recherche de stigmates d'hémolyse. Cet accident est-il immunologique? => Il faut faire un test direct à l anti-globuline ou le Coombs direct. double population : certains globules rouges sont agglutinés, d'autres ne le sont pas 14/16

15 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Quel est le coupable? => On fait une analyse : élution directe (on détache l'anticorps pour l'identifier). Même si le TDA est négatif Exemples de questions: Opposez les systèmes ABO et RH sur les caractéristiques de leurs antigènes et de leurs anticorps. Au niveau des Ag : sucre/protéine spécifique à l'homme/ubiquitaire maturité post natal/d'emblée mature Au niveau des Ac : régulier/irrégulier naturel(=sans stimulation interhumaine)/immun(=stimulation interhumaine) Quels sont les génotypes possibles d un sujet? De groupe A : A/A ou A/O De groupe O : O/O Quel est le mécanisme qui suscite l apparition des anticorps naturels du système ABO? Hétérostimulation par les bactéries intestinales Quels sont les mécanismes de destruction d une hématie incompatibles par le système immunitaire? Fixation ou non par les compléments.. savoir décrire le mécanisme!! Définissez le phénotypage RH et Kell : C-c, E-e, K (ne pas y mettre le D!!) Définissez le phénotypage étendu : (Fya, FyB, Jka, Jkb, S,s) À quoi sert la RAI? Détecter les Ac irréguliers chez le sujet (ceux dirigés contre les Ag protéiques! Et pas ceux ABO) Femme de 30 ans est hospitalisée pour anémie dont l intolérance clinique amène à prescrire une transfusion de 2 CGR. Prescrire les analyses destinées à assurer la sécurité transfusionnelle analyses : 2 déterminations ABO.D, 2 déterminations phénotypage RhK et RAI Cette patiente est A, D+, C+, E-, c+, e+, K- et sans anticorps anti-érythrocytaires Écrire les génotypes possibles des systèmes ABO et RH sur la base des phénotypes observés pour chacun des antigènes A : A/A ou A/O D : D+/D+ ou D+/DE : e/e C : C/c K : K- Citer, en les justifiant, les caractéristiques immuno-hématologiques des unités que vous sélectionnez : il faut du sang : A+ ou O+, E-, K Prescrivez vous, par précaution, une épreuve de compatibilité au laboratoire? Non car RAI négative Quelles précautions particulières prenez vous au moment de la pause de la transfusion? Le contrôle ultime au lit du patient Cette patiente est ré-hospitalisée 6 mois plus tard pour une nouvelle transfusion de 2 CGR. Les analyses pratiquées cette fois ci révèlent un anti-fya. Citer les caractéristiques des unités que vous sélectionnez afin d assurer la sécurité immunohémolytique de cette transfusion : Les mêmes précautions qu'au dessus + Fya- + épreuve de compatibilité au laboratoire Au cours du passage de la deuxième unité des signes d intolérance apparaissent. Quelle est votre conduite immédiate? Arrêter transfusion, garder la voie et rechercher le problème Quelles analyses prescrivez vous en vue d étiqueter avec précision un incident immunohémolytique? Recherche de stigmates d'hémolyse, Test de Coombs direct, élution. 15/16

16 Tissu sanguin et système immunitaire Les groupes sanguins érythrocytaires Cours assez difficiles surtout après le WEI!!! J'ai pas mal souffert pour prendre ces cours :P Merci à Flo d'être venue m'aider! Gros bisounours à tous les P2 et remettez votre foie en forme ;) 16/16

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

LE SANG PHENOTYPÉ RH-K

LE SANG PHENOTYPÉ RH-K LE SANG PHENOTYPÉ RHK Institut National de la Transfusion Sanguine Thierry PEYRARD + tpeyrard@ints.fr Centre National de Référence pour les Groupes Sanguins (CNRGS) INTS/INSERM U665 PARIS Colloque scientifique

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

Anémie hémolytique du nouveau-né

Anémie hémolytique du nouveau-né Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un anticorps anti-érythrocytaire dans le plasma maternel passage de cet anticorps dans le sang fœtal par voie placentaire

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

PREVENTION DE L ALLO-IMMUNISATION Rh D FOETO-MATERNELLE.

PREVENTION DE L ALLO-IMMUNISATION Rh D FOETO-MATERNELLE. Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-mail : cpav@wanadoo.fr Web: http://www.nat78.com PREVENTION DE L ALLO-IMMUNISATION

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP SAT- PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - - Page 1 sur 11 SAT- 1 INTRODUCTION Ce plan qualité (EP-SA-CN-QUAL-SMQ-PQ-001 version 3) complète le manuel qualité

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE Coordination Régionale d Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Introduction. Physio-pathologie. Epidémiologie. Allo-immunisation Foeto-Maternelle. Physio-pathologie Mode Immunisation

Introduction. Physio-pathologie. Epidémiologie. Allo-immunisation Foeto-Maternelle. Physio-pathologie Mode Immunisation Allo-immunisation Foeto-Maternelle Prise en charge et principe de prévention Introduction Production d Ac chez la mère dirigé contre un Ag de groupe sanguin avec risque d hémolyse et d anémie fœtale V.

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 19/04/2005 (JO du 03/05/2005) RHOPHYLAC 200 microgrammes/2 ml, solution

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire.

Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire. Ce manuel a comme objectif de fournir des informations aux patients et ses familiers à respect du Trait Drepanocytaire. Nous savons que les informations médicales sont entourés, dans la plupart des cas,

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2 Convention N 889 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-1285 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Chapitre 6 L interaction des gènes

Chapitre 6 L interaction des gènes Chapitre 6 L interaction des gènes La variation dans la coloration de la coquille Saint-Jacques (Argopecten irradians) due à trois allèles d un même gène Des gènes aux phénotypes 1- La relation entre les

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal non invasif à partir du sang maternel > J.M. COSTA Laboratoire Cerba Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal in utero en France : quelques chiffres clés Toutes indications

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURES

POLITIQUE ET PROCÉDURES pprouvé N/ 1. BUT Décrire les étapes à suivre lorsqu une demande de don autologue, dirigé ou de don désigné est requise par le médecin. 2. POLITIQUE(S) SSOCIÉE(S) ucune 3. CONTEXTE / PORTÉE Cette procédure

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne 05.11.07-11.04.08 Responsable accompagnante :

Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne 05.11.07-11.04.08 Responsable accompagnante : Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne 05.11.07-11.04.08 Responsable accompagnante : Mme Jocelyne Conne Résumé Ce travail en immuno-hématologie

Plus en détail

Primo-immunisations rhesus 1 en cours de grossesse : évolution et conséquences néonatales. Étude rétrospective sur dossiers, menée sur

Primo-immunisations rhesus 1 en cours de grossesse : évolution et conséquences néonatales. Étude rétrospective sur dossiers, menée sur Primo-immunisations rhesus 1 en cours de grossesse : circonstances, évolution et conséquences néonatales. Étude rétrospective sur dossiers, menée sur deux ans en Ile-de-France à partir de données biologiques

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

SYNTHÈSE DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES CONCERNANT L'UTILISATION THÉRAPEUTIQUE DES TRANSFUSIONS DE PRODUITS SANGUINS LABILES

SYNTHÈSE DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES CONCERNANT L'UTILISATION THÉRAPEUTIQUE DES TRANSFUSIONS DE PRODUITS SANGUINS LABILES SYNTHÈSE DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES CONCERNANT L'UTILISATION THÉRAPEUTIQUE DES TRANSFUSIONS DE PRODUITS SANGUINS LABILES - 1 - Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés,

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

Capacités et attitudes Activités Compétences Tâche complexe Extraire et organiser des Informations

Capacités et attitudes Activités Compétences Tâche complexe Extraire et organiser des Informations Constat : la méiose produit des gamètes génétiquement différents qui parfois comportent des anomalies qui peuvent empêcher l embryon de se développer ou de se développer normalement et entraîner alors

Plus en détail

SOMMAIRE : SCIENCES CM

SOMMAIRE : SCIENCES CM SOMMAIRE : SCIENCES CM LE COEUR DOCUMENTS ET TRACES ÉCRITES 1. L organe et son activité 2. Transporteur de sang 3. Organe vital 4. Le Cœur : l organe et son activité (document élève) 5. Le Cœur : l organe,

Plus en détail

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chaque chromosome est en double exemplaire Donc chaque gène (situé sur son locus) est en double exemplaires : et peut être sous différente

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Explications théoriques

Explications théoriques Explications théoriques L'ADN: Définitions L'ADN (Acide Désoxyribo Nucléique) est la molécule qui est utilisée dans la nature comme support matériel de l'information génétique des êtres vivants, un peu

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Contrôle de Qualité en Biologie Médicale Formation Qualité et Biosécurité Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Projet RESAOLAB Thiès, Août 2012 Eviter la Camisole de Force Essayer d être un Praticien

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale examens de biologie médicale SOMMAIRE 1. OBJET 1 2. FREQUENCE DE PRESCRIPTION DES EXAMENS 2 3. REFERENCES 5 Toute impression de ce document sans l'en-tête contenant sa référence et sa version en haut de

Plus en détail

Qu'est-ce que nukleo?

Qu'est-ce que nukleo? Qu'est-ce que nukleo? nukleo est un test prénatal non invasif qui permet de dépister la trisomie 21 et d autres anomalies chromosomiques chez le fœtus. nukleo est réalisé à partir d'une simple prise de

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

L ADN. Schématisez un nucléotide et un nucléoside en précisant sur quel carbone du sucre se font les différents assemblages :

L ADN. Schématisez un nucléotide et un nucléoside en précisant sur quel carbone du sucre se font les différents assemblages : L ADN. I. GENERALITES. A. Les caractéristiques de l ADN. Donnez les 6 caractéristiques de l ADN : B. Les nucléotides/nucléosides : Schématisez un nucléotide et un nucléoside en précisant sur quel carbone

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail