Aujourd hui, les organisations (entreprises, institutions, ONG, etc.) prennent conscience de la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aujourd hui, les organisations (entreprises, institutions, ONG, etc.) prennent conscience de la"

Transcription

1 Franck BULINGE Maître de conférences, docteur en science de l information Chercheur au sein du laboratoire I3M de l université de Toulon, spécialisé dans l intelligence économique. Durant quatre ans, il a été conseiller scientifique auprès d Alain Juillet, haut responsable chargé de l intelligence économique, et depuis 2005, il est directeur scientifique du Mastère spécialisé en Intelligence économique au CERAM Business School de Nice. Président et membre fondateur du réseau Analystes et Décideurs (An&D), il collabore régulièrement avec l Institut national de hautes études de sécurité, ainsi qu avec la revue Défense nationale et sécurité collective. Méthodes de management de l information et des connaissances Aujourd hui, les organisations (entreprises, institutions, ONG, etc.) prennent conscience de la nécessité de maîtriser l information au profit de leur développement, sinon de leur survie, dans un environnement stratégique global. Se pose alors la question cruciale : comment faire pour manager cette information qui semble toujours plus abondante? Quelle structure, quelles ressources, quelles méthodes? La finalité de l intelligence économique est de répondre à ces questions, notamment à travers la mise en œuvre de modèles opérationnels. Dans cet article, nous présentons deux méthodes de management de l information : le cycle du renseignement et l approche collaborative «centrée projet». L objectif est de montrer les enjeux et la portée de ces modèles, mais également leurs limites. UNE APPROCHE TAYLORISTE : LE CYCLE DU RENSEIGNEMENT Le cycle du renseignement (ou cycle de l information) est un modèle empirique issu du renseignement militaire. Il décrit à la fois une méthode, un processus d acquisition et d exploitation de l information, et l organisation qui le met en œuvre. Il repose sur deux principes : la connaissance objective qui implique que toute information collectée doit être exploitée avant d être diffusée aux décideurs sous forme de connaissance fiable, considérée comme un réducteur d incertitude et une aide à la décision. La notion d exploitation introduit le principe de valeur ajoutée et de coût de l information envisagée comme un bien immatériel, une ressource économique mise à la disposition de l organisation, dans le but d obtenir un avantage stratégique ou concurrentiel ; puisque la connaissance produite est un support décisionnel, sa production repose sur l identification d un besoin exprimé par le décideur. Il existerait ainsi un lien direct entre l expression d un besoin par le décideur et sa satisfaction par les services d information. Cela suppose, par conséquent, que le décideur ait une vision stratégique et opérationnelle susceptible d être étayée par des informations (ce qui n est pas toujours le cas, notamment dans les PME). Description du cycle Le cycle du renseignement (figure nº 1) comprend quatre phases essentielles que l on retrouve chez la plupart des auteurs : l identification et l expression des besoins en information, phase au cours de laquelle les acteurs définissent un plan et une stratégie de recherche adaptés à l organisation et aux ressources disponibles, dans le cadre d un projet nécessitant des connaissances ; DIFFUSION Figure 1 Le cycle de l information BESOINS EXPLOITATION ACQUISITION l acquisition des informations à partir des sources exploitables, formelles ou informelles ; l exploitation qui comprend le traitement, l analyse et la synthèse des informations. C est la phase où l information est transformée en renseignement ou information élaborée, selon le vocabulaire couramment employé ; la diffusion du renseignement vers les décideurs. L expression des besoins La recherche d information suppose, nous l avons vu, une identification préalable des besoins en information nécessaire au décideur. Trois situations peuvent se présenter : la première repose sur une planification des besoins en information, en fonction d objectifs fixés à moyen et long terme (exemple des plans quadriennaux) ; -N o Août-Septembre

2 la seconde concerne la résolution d un problème émergeant en situation. Dans ce cas le besoin en information est urgent et limité au strict nécessaire, faute d une anticipation et d une réflexion préalable ; la troisième intervient en l absence de stratégie, ou d expression de besoin (cas assez courant dans les organisations ne pratiquant pas le management de l information). Dans ce cas, et faute de directives, les besoins en information sont le plus souvent déduits par les services d information à partir de leur propre expérience et/ou de manière intuitive. Ces trois situations sont ne sont pas exclusives entre elles, et il est fréquent de constater leur coexistence au sein d une même organisation. Focus sur le plan de recherche d information Le plan de recherche d information est un document formalisé dans lequel sont répertoriés les besoins en information, exprimé par les décideurs. Il suppose un questionnement préalable d ordre stratégique : Quelles sont nos orientations stratégiques? Quel est notre projet? Quels sont nos objectifs? Quel est le contexte? Quel est le problème? Quelles en sont les étapes? Les contraintes? Les facteurs clés de succès? Quel est l état de nos connaissances dans ce domaine? Quels sont nos atouts? Nos faiblesses? Nos vulnérabilités? L expression des besoins peut être obtenue de différentes manières : à partir d une analyse stratégique existante ; par l élicitation, qui consiste à interroger les managers et experts sur leurs besoins explicites ou non ; par la méthode du brainstorming qui consiste à faire émerger les besoins au sein d un groupe ; par l immersion dans les données qui consiste à étudier les informations disponibles à partir desquelles un besoin peut émerger (principe de sérendipité). Ces quatre méthodes permettent de recueillir les questionnements stratégiques et d élaborer des priorités de recherche en fonction de l importance et de l urgence du besoin. Il est dès lors possible d organiser le dispositif de recherche (équipes, structures, moyens, consignes, limites) et d en déduire une grille d évaluation des objectifs, afin d en mesurer l efficacité, et éventuellement un retour sur investissement. Les sources et la collecte d information L identification des sources d information vise à mettre en œuvre des moyens humains et techniques de recherche et d acquisition. Il s agit de déterminer les gisements qui seront utilisés pour collecter les informations pertinentes, en tenant compte de leur coût d acquisition. Ainsi le choix d un outil de recherche ou de veille automatisée, d une base de données, d abonnements à des revues en ligne, mais également le coût horaire d une recherche, sont autant de critères à prendre en compte par la direction dans ce type de démarche. De fait, le management de l information induit une dimension financière, au même titre que la communication et le marketing. En l absence d un service ou d une direction d IE, on est d ailleurs amené à se poser la question triviale : sur quelle ligne budgétaire doit-on imputer la démarche? La collecte consiste ensuite à capter les informations en provenance des différentes sources. Face à l abondance de l information disponible, on comprend qu un bon ciblage est crucial pour éviter une surcharge informationnelle. Ici, l exhaustivité des données compte moins que leur pertinence au regard de la capacité d exploitation. 606 Le processus d exploitation Il comprend plusieurs étapes : l évaluation, le traitement, l analyse, la synthèse et l interprétation. Le but est de transformer les données en informations puis en connaissances, selon une séquence résumée dans le schéma suivant. INTENTION Figure 2 Le processus linéaire de construction de connaissance Évaluation Recueil Traitement Analyse Synthèse Interprétation Données Information Connaissance L évaluation ACTION L évaluation conditionne la valeur des connaissances futures, en assurant la qualité et la fiabilité des informations collectées. Il s agit d une étape majeure et complexe, qui repose à la fois sur l expérience du veilleur, qui seul peut juger de la qualité de ses sources, et sur celle de l analyste qui recoupe entre elles les informations obtenues, en collaboration avec les experts qui les évaluent. Il existe divers types de matrices d évaluation qui permettent de hiérarchiser les informations en fonction de leur source et de leur vraisemblance. Il convient toutefois de souligner la difficulté d une telle démarche en termes d objectivité et de fiabilité. D un point de vue fonctionnel, l évaluation permet néanmoins de préparer le traitement et la diffusion de l information en posant des questions : l information répond-elle à un besoin exprimé ou latent ou, dans certains cas, existe-t-il un besoin pour cette information? Qui a, ou aurait besoin de cette information? Quel traitement va permettre l analyse en termes de réponses à ce besoin? Dans quel contexte? Le traitement Le traitement est une activité technique intermédiaire au cours de laquelle les informations brutes sont formatées et stockées de manière thématique et chronologique en vue d une analyse comparative (sémantique, statistique et relationnelle) via des outils de traitement informatique, lesquels remplacent par la puissance de calcul et la disponibilité de l information, le long et pénible travail de manipulation documentaire. Le paramétrage de ces outils, quand il est laissé sous le contrôle de l analyste, permet de lier les informations et de générer des représentations graphiques dont l exploitation fait émerger du sens. L analyse et la synthèse A ce stade du processus, l analyste dispose de données brutes à la fois propres, fiables et techniquement exploitables. Il va dès lors les décomposer, les relier, les comparer et les mélanger entre elles, jusqu à obtenir des représentations intelligibles et porteuses de sens, qu il identifie comme autant d hypothèses de situation, signaux faibles ou indices d alerte. Ces estimations sont ensuite passées au crible de l argumentation contradictoire, notamment N o Août-Septembre

3 au moyen de grilles d analyse. En procédant par élimination, l analyste tente de réduire ses choix optionnels jusqu à obtenir l hypothèse la plus vraisemblable. On notera que l analyse peut être faite à plusieurs niveaux, comme le montre le synopsis ci-dessous. Cette attribution de l analyse par différents acteurs peut se caractériser par des interprétations différentes de la réalité et être à l origine d incompréhensions en fonction des écarts hiérarchiques. Terrain Analyste Décideur Trois niveaux d analyse Vision globale et systémique / pression décisionnelle Prise en compte de l'info dans un processus global (facteurs contingents multiples) Le décideur la reçoit avec un décalage par rapport à la réalité L'information parvient à travers des filtres hiérarchiques Vision objective / focalisation sur une situation Elimination des paramètres affectifs et émotionnels pour un renseignement objectif Traitement froid de l'information (recoupement et évaluation des sources) Éloignement spatio-temporel (situation et décision) Vision concrète / absence de recul Influence des affects individuels ou collectifs (proximité, urgence, dramatisation) Perception directe de la situation (immersion) La synthèse est l opération inverse de l analyse, et consiste à remonter le puzzle informationnel à partir d une ou plusieurs hypothèses retenues. Elle traduit la façon dont l analyste a construit et organisé ses connaissances, à partir d une interprétation des informations et des connaissances déjà présentes dans sa mémoire. Il s agit alors de transmettre une représentation (appelée estimation) au décideur dans un registre sémantique commun : ce que «voit» l analyste doit être «vu» et compris par le décideur. Ici se pose le problème de la représentation des situations complexes et de sa transmission, traditionnellement sous forme verbale, orale ou écrite (briefing, rapport de renseignement). Il convient pour être précis d évoquer les dérives liées à la construction de connaissance comme support de décision. Le synopsis ci-dessous résume les principaux biais cognitifs qui guettent le couple analyste-décideur. Ancrage : attachement à un jugement initial. Rigidité des schémas mentaux : a priori, préjugés, stéréotypes formant modèles. Refus d évolution ou de changement contextuel. Préférence, minimisation ou négation a priori d une source. Illusion de contrôle : confiance en soi et affectivité projetée sur une source. Engagement et escalade : poursuite d une analyse d autant plus qu elle est incohérente (refus de l erreur). Non-perception de l absence d information. Minimisation ou négation de données présentant un gros écart informationnel. Raisonnement par analogie : transposition de cas simples à des situations complexes. Focalisation sur une solution préférée d emblée : l analyste ne voit que les avantages de la solution qu il préfère a priori et ne voit que les inconvénients des autres solutions. Généralisation ou interprétation hâtives. Illusion de contrôle : l analyste surestime sa maîtrise de l information. Un regard critique sur le cycle du renseignement Les nombreuses références au cycle du renseignement dans la littérature française et anglo-saxonne, en font le modèle type du management de l information dans les pays occidentaux. Il s est naturellement imposé dans les écoles d intelligence économique, sans toutefois faire l objet d une analyse critique. Emanant des services de renseignement dont on ne peut que difficilement discuter les fondements théoriques, faute d une approche scientifique autorisée, il apparaît aujourd hui comme une sorte de dogme. Or le cycle du renseignement s avère un processus extrêmement canalisé de construction-circulation de l information, qui ne traduit pas la réalité de pratiques au demeurant plus complexes. Dans les entreprises, il se heurte ainsi à une multitude de contraintes : taille, structure et culture de l organisation, environnement, temps, hiérarchie, facteur humain, qui le rendent impraticable. De fait, les processus mis en œuvre par le management de l information sont en pratique moins formels et beaucoup plus souples. S agissant d un modèle issu d un contexte particulier, au sein de structures hiérarchiques spécifiques, le cycle est aujourd hui remis en question, parce qu il repose sur une culture organisationnelle verticale qui ne serait plus adaptée à l évolution des situations politiques, économiques et sociales. On lui préférerait actuellement, un modèle transversal qui privilégie les connaissances-compétences des acteurs (knowledge management), et que nous allons présenter maintenant. MANAGEMENT COLLABORATIF DE L INFORMATION ET DES CONNAISSANCES La dynamique et la complexité des situations actuelles nécessitent de nouvelles approches managériales impliquant la constitution d une équipe «information-décision», au sein d un processus collectif centré sur une problématique, fut-elle globale. Décideur Managers Expert Chef de projet Analyste Techniciens Approche verticale vs approche collaborative Problème intelligence économique Managers Chef de projet Décideur Problème Analyste Expert Techniciens Cette approche, que nous appelons «intelligence systémique centrée projet», met en œuvre non un cycle mais un processus dont l objectif est la résolution d un problème dans le cadre d une fertilisation croisée des connaissances et des compétences. Le besoin d information est ciblé directement en fonction d une «problématique système» à résoudre, avec pour conséquence l implication de tous les acteurs compétents, en adoptant un mode de communication directe en réseau. Cette approche fait l hypothèse que la qualité de la production de connaissances à vocation opérationnelle dépend des -N o Août-Septembre

4 compétences du groupe en situation de résolution d un problème complexe. Dans ce type de situation, les informations collectivement partagées mettent en œuvre des relations entre un tout et ses parties et entre les parties elles-mêmes. C est une organisation partietout où la connaissance collective peut être envisagée de deux manières. La première consiste à définir cette connaissance comme la somme des connaissances individuelles ; la seconde postule que la communauté dépasse la somme des individualités, qu elle représente une connaissance globale. L expérience montre que la première représente une situation courante et que la seconde est une situation exceptionnelle, où la communauté peut être comparée à un ensemble organique doté d une intelligence collective. Focus sur la war room Une war room est un centre de décision opérationnel. C est le poste de commandement (PC) ou le centre opérationnel (CentOps) des militaires, la cellule de crise des états-majors politiques et des entreprises. La war room repose sur les principes de fertilisation croisée, d apprentissage organisationnel, de construction de connaissance organisationnelle, de dynamique cognitive de l organisation. Appliquée au champ de l intelligence économique, elle permet de résoudre la plupart des problématiques systémiques : la gestion de crise ; les appels d offre ; la gestion de fusion-acquisition ; l analyse stratégique ; la veille par projet ; le lancement d un produit. Adoptée par les Anglo-saxons depuis de nombreuses années, elle commence à se mettre en place en France, de manière encore assez confidentielle, en particulier dans les entreprises du secteur de la défense. Quelle que soit la situation, si l on envisage la construction de connaissance comme une activité collectivement partagée entre analystes, décideurs et l ensemble des acteurs impliqués dans la résolution du problème, on admet qu il existe une base de connaissance et ses règles de mise en œuvre, communes aux membres du groupe, et fondées sur un principe de complémentarité. Cette hypothèse soulève la question du management de la connaissance et de ses effets structurants sur l organisation. Michel Ferrary et Yvon Pesqueux (2006) [1] précisent que «la construction d une connaissance organisationnelle passe par la négociation des différentes représentations individuelles, en s appuyant sur l action et sur le langage». Cela pose corollairement la question de la reconnaissance et de la confiance dans les connaissances des autres. En convoquant les connaissances de chacun comme moyen d analyse, la connaissance stratégique devient ainsi une construction commune, qui ne relève plus dès lors de la seule pratique experte. La démocratisation du processus décisionnel, qui s appuie sur la fertilisation croisée des compétences, implique cependant une évolution collective qui relève de l apprentissage organisationnel. En effet, elle met en jeu des processus interactifs au sein des groupes hiérarchiquement hétérogènes. La reconnaissance mutuelle des acteurs ne repose plus sur leur position sociale ou sur les présupposés de cette position. De même, elle ne repose plus sur leurs seules expertises et compétences. Ici entrent en jeu des interactions sociales relevant de la dynamique des groupes telles que les ont décrites respectivement les sciences sociales (2). Dans cette perspective, chaque acteur est supposé abandonner une position personnelle au profit d un collectif centré sur la réussite d un projet. Ainsi envisagé, le processus de construction-production de connaissances n apparaît plus comme un modèle organisationnel abstrait, linéaire et cyclique, mais comme espace d intelligence collective de dimension complexe. Les limites de cette approche La prise de décision en groupe n est cependant pas aussi idéale que pourrait le laisser supposer notre propos. Les interactions humaines ne sont pas simples et il serait utopique d énoncer une théorie sur l entente cordiale au sein des collectivités. (1) Michel Ferrary, Yvon Pesqueux, Management de la Connaissance, Knowledge Management, Apprentissage Organisationnel et Société de la Connaissance, Economica, (2) Voir notamment les travaux de Sandra Michel, «La communication interpersonnelle», et de Jean-Pierre Gruère, «Les groupes et leur dynamique», in «Management, aspects humains et organisationnels», PUF, Focus : l effet Janis ou Group Think Les conditions Cohésion élevée du groupe. Isolement (syndrome de la bulle). Absence de procédures. Leadership très directif. Situation globale anxiogène. Les symptômes Sentiment d invulnérabilité. Conviction d être dans son bon droit. Rejet des informations contradictoires. Autocensure et pressions internes. Diabolisation des opposants. Les effets Pauvreté de l information recherchée. Biais et distorsions dans le traitement de l information et la définition des objectifs. Absence de prise en compte des risques potentiels que la décision comporte. Manque de recherche d alternatives logiques et cohérentes. Des exemples Baie des Cochons, navette Challenger, affaire Clearstream? Guerre en Irak? 608 N o Août-Septembre

5 L expérience montre en premier lieu que le facteur culturel est prépondérant dans la recherche d une harmonie indispensable à l approche transversale. Si les Japonais sont réputés pour leur gestion en mode consensuel, si les Anglo-saxons le sont pour leur savoir-être permettant de réguler au mieux les tensions internes au groupe, il n est pas évident que la culture latine se prête à un mode de communication excluant les conflits, notamment en situation de stress (cas d une gestion de crise par exemple). Cela dit, il convient de rester prudent face à la généralisation de critères culturels. Notons au passage que la mixité culturelle, induite par la mondialisation, permet de réguler les comportements grâce à un effet d apprentissage organisationnel très positif. Toutefois, d autres expériences montrent que dans les groupes bénéficiant d une bonne harmonie, des effets pervers peuvent émerger. Nous évoquerons notamment le groupthink ou pensée groupale, décrit par Janis (3) [1972] et qui se caractérise par un conditionnement collectif aboutissant à l erreur consensuelle, aux décisions absurdes que Christian Morel (4) définit comme des erreurs collectives «radicales et persistantes». Il y a lieu, par conséquent, d interroger le modèle collectif, d en mesurer la portée et les limites. Ainsi l étude du système américain révèle objectivement des failles dues à la dérive du principe d intelligence collective. A l instar du pouvoir exécutif américain, l un des premiers dangers du modèle est de conduire à des décisions apparemment construites en situation, alors qu en réalité elles seraient issues d une conceptualisation antérieure (modèles construits par les think tanks à partir de simulations), planifiée et appliqués «en dépit du bons sens». Entre les analyses délibérément complaisantes et celles dont la hiérarchie n exploite que les parties conformes au sens de la décision, un fossé se creuse entre deux réalités, l une n étant qu une invention stratégique qu il convient de faire admettre, l autre étant celle vécue sur le terrain. On peut ainsi s interroger sur la portée et les limites de l instrumentalisation politique de l analyse, qui vise la modification des perceptions collectives de la réalité au profit d une stratégie délibérée. Car cette réalité ne peut faire longtemps illusion, aux dépens de la stratégie elle-même, comme le montrent les événements en Irak. CONCLUSION Il n existe pas à l heure actuelle, de méthode idéale pour résoudre les problèmes que pose le management de l information et des connaissances. Le cycle du renseignement est un modèle simple décrivant un processus théorique de construction de connaissance opérationnelle. Son plus grand défaut est d être inapplicable (et inappliqué) dans les organisations complexes, confrontées à un environnement changeant et incertain. Centré sur l information, le cycle ainsi posé contribue à considérer cette dernière non comme un moyen, autrement dit comme un instrument opérationnel du pouvoir (être capable), mais comme une finalité, autrement dit un attribut spéculatif du pouvoir (être puissant). De fait, bien qu enseigné dans les formations de renseignement et d intelligence économique, le cycle du renseignement apparaît très vite, au niveau fonctionnel et organisationnel, comme un schéma abstrait éloigné de la réalité. De son côté, l approche systémique par projet recentre les acteurs sur leurs compétences, l information servant à construire une connaissance opérationnelle dans le cadre d un réseau. Une telle approche reposant sur la concertation, elle suppose bien entendu de reconnaître la richesse des compétences individuelles et d envisager une évolution des relations interpersonnelles, notamment en ce qui concerne les filtres hiérarchiques ou fonctionnels, à partir de règles de communication admises et respectées par l ensemble des acteurs du projet. Cela ne va pas sans une nécessaire adaptation (inter)culturelle, impliquant une ouverture sur l apprentissage organisationnelle ainsi qu une bonne capacité à gérer le changement. De l information comme objet d étude à la connaissance comme moyen d action, le management de l information et des connaissances est aujourd hui un enjeu stratégique. Les modèles existants doivent être éprouvés et améliorés, tandis que d autres devront très vite émerger, face aux défis politiques, économiques, technologiques, écologiques et sociétaux auxquels nous sommes d ores et déjà confrontés. (3) I. L. Janis (1972), Victims of Groupthink. New York : Houghton Mifflin, (4) Christian Morel, Les décisions absurdes, Sociologie des erreurs radicales et persistantes, Gallimard, N o Août-Septembre

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser 2 PLAN : 1 ère Partie : L information : un outil de gestion stratégique

Plus en détail

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL».

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». généraux de la formation Le programme a pour objectif d apporter ou d améliorer la maîtrise des compétences

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH (DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 03 > DIRECTEUR DU DIPLÔME / COMITÉ SCIENTIFIQUE 05 > PUBLIC CONCERNÉ

Plus en détail

Journée : Apport de l'intelligence Economique pour la gouvernance stratégique de l'entreprise

Journée : Apport de l'intelligence Economique pour la gouvernance stratégique de l'entreprise Journée : Apport de l'intelligence Economique pour la gouvernance stratégique de l'entreprise Evaluation de la veille au Maroc Présenté par: Saddik SOLBI 03 mars 2010 1 Contexte et Enjeux Mondialisation

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Auteur : Robert BERGERON Consultant en Sécurité des Systèmes d Information et Management de la Continuité d Activité Quel outil pour le PCA? de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Introduction

Plus en détail

Animer un débriefing

Animer un débriefing Animer un débriefing Introduction Dans une démarche de retour d expérience, le processus mis en place par l organisation est important. Le débriefing peut être parfois négligé alors qu il est un moment

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois.

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois. 1178, Route du bord de mer Le Florentin 06700 Saint-Laurent du Var Tél/fax.: 04 92 12 97 52 - aefe@wanadoo.fr www.aefe-france.fr THEMATIQUE : «MANAGEMENT des HOMMES et des EQUIPES» Contextualisation de

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL?

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL? COMMENT RECONNAITRE SON MANAGEMENT PREFERENTIEL? Les différents contextes professionnels et le caractère souvent hétérogène des individualités au sein d une même équipe supposent, pour le dirigeant ou

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Executive Master Class en Intelligence Stratégique

Executive Master Class en Intelligence Stratégique Executive Master Class en Intelligence Stratégique Managers et Consultants, donnez-vous les moyens de décider dans l incertitude Avec la collaboration de Donner du sens au désordre POUR QUI? VOUS ÊTES...

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Public concerné Dans l exercice de vos fonctions de manager qu elles soient nouvelles pour vous ou déjà expérimentées vous avez pu mesurer

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Le management des connaissances

Le management des connaissances Le management des connaissances L essentiel du cours I. Définitions et pratiques du management des connaissances A. Définition du management des connaissances Le management des connaissances et des compétences

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation ) pour l entreprise

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Le livre blanc de la formation pour Dirigeant qui veut miser sur la dimension humaine de l entreprise

Le livre blanc de la formation pour Dirigeant qui veut miser sur la dimension humaine de l entreprise Le livre blanc de la formation pour Dirigeant qui veut miser sur la dimension humaine de l entreprise «Si les généraux ne sont pas formés à fond ils fléchiront intérieurement face à l ennemi.» Sun Su.

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique N 5 Janvier 2012 Prochain numéro Mai 2012 ZOOM SUR le métier du SFE Magazine réalisé par l équipe de consultants du cabinet

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION Licence Professionnelle Management des Organisations Spécialité Ressources Humaines et Conduite de Projets Formation initiale/ Contrat

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES PORTRAIT D UN NOUVEAU DOCUMENTALISTE NB : les réformes en cours (LMD) vont modifier la durée des études universitaires et l appellation des diplômes... Documentaliste Veilleur Gestionnaire de données ASSISTANT

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LICENCE PRO MANINFO 2014/2015. LA VEILLE STRATEGIQUE : quels liens avec l intelligence économique, la documentation et le knowledge management?

LICENCE PRO MANINFO 2014/2015. LA VEILLE STRATEGIQUE : quels liens avec l intelligence économique, la documentation et le knowledge management? NOM ET PRENOM : BABA KODJO LICENCE PRO MANINFO 2014/2015 LA VEILLE STRATEGIQUE : quels liens avec l intelligence économique, la documentation et le knowledge management? 11 janvier 2015 1 Introduction

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail