Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?"

Transcription

1 Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Clémence Bouffay, IDE coordination et Matthias Schell médecin coordinateur ESPPéRA, Lyon Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques, de ressource et d accompagnement Module SPP Paris 2012

2 Quelles anticipations? Anticipations : domicile > l hôpital Disponibilité des prescriptions, des médicaments, du matériel Comment anticiper ce que l on ne veut pas voir arriver? Nombreuses difficultés : Espérer / souhaiter /croire à la stabilité Refus de croire que l on va perdre son enfant De parler des aggravations De parler de la fin de vie Des parler des derniers instants De parler de la mort De la part des soignants De la part des adolescents De la part des parents

3 Place du domicile en SPP Sur le plan familial Projet souvent dynamisant, tourné vers la vie Regroupement familial Place sociale Élaboration des projets de vie École, voyages, accueil de la famille. Projet parfois angoissant «Comment ça va se passer?» «Est-ce que l on va tenir?». Transformation de la maison en lieu de soin Implication des parents comme soignants naturels Charge et responsabilité > l hôpital Implication dans les décisions > l hôpital?

4 «Création» d une équipe multidisciplinaire -> Mise en place d une HAD ou de soignants libéraux (Médecin traitant, IDE, kiné ) pour permettre: le traitement si besoin. - d avoir un regard soignant régulier, réadapter - à la famille de poser des questions ou faire part de leurs inquiétudes (besoin d être entouré). - Permettre aux parents de ne pas porter seul la responsabilité et la charge des soins. Eviter aux parents le sentiment d abandon et l épuisement.

5 «Création» d une équipe multidisciplinaire -> Recherche de ressources locales (réseau SP, EMSP, Psy ). -> Importance d une coordination entre les différents soignants et les différentes équipes pour un projet unique. -> Réunion avec les soignants pour clarifier ensemble : Le projet de soin La disponibilité et le rôle de chacun La compétence et les limites de chacun Craintes et peurs de chacun L ERRSPP peut jouer le rôle de coordinateur dans ces situations souvent complexes et soutenir les équipes de première ligne.

6 Anticipation de la trajectoire lieu souhaité de soin et du décès (ex: Thiméo) Respecter le choix de l enfant et ses parents Pas de décision définitive : anticiper plusieurs scénari Jusqu ou aller à domicile? Qui appeler et quand?

7 Anticipation de la trajectoire Si le souhait est l hospitalisation : anticiper le moyen de transport nécessaire le cas échéant et parler des symptômes d aggravation qui peuvent alerter (ne pas partir trop tard). Adaptation de la PEC avec l équipe hospitalière concernée : passage directement dans le service (sans passer par les urgences) une chambre seule savoir être+++ bien plus que le «savoir faire»

8 Anticipation de la trajectoire Si souhait d un décès à domicile : Anticiper les questions administratives qui déclare le décès? Quand faut-il appeler les pompes funèbres?. Anticiper la question concernant la fratrie

9 Anticipations sur le plan médical Anticipation des aggravations Adaptation des antalgiques, anxiolytiques Anticipation de nouveaux symptômes Crise convulsive. Ordonnances anticipées et disponible à domicile Vérification de la disponibilité des médicaments (PUI, officine) Anticipation des questions avec un enjeu éthique Instauration ou pas des ATB, ponction pleurale, des gestes de réanimation, le transfert en réanimation? Anticiper ce qu il faudrait éviter (scope, investigations ) Anticiper quand, avec qui, quelle équipe, comment ne pas décider seule? Démarche de décision partagé à domicile > l hôpital?

10 Anticipations sur le plan médical Anticipation des situations de crise Urgences réelles (convulsion, hémorragie ) Situations vécus comme une urgence (coma, pauses respiratoires ) Anticipation du besoin éventuel d une sédation en fin de vie Clarifier de quoi on parle L objectif d une sédation. Souhait d une réhospitalisation Projet de décès à l hôpital Situation de crise Épuisement familiale Anticipation de la démarche de non réanimation

11 La discussion de non réanimation Entretien très difficile car annonce «sans projet» Ouverture de cette discussion : autour de l anticipation Mais : contexte «projet de vie» projection vers la fin de vie peut être vécu comme une «préparation» de la mort Cheminement/explications la démarche est celle du respect de la vie la démarche est celle d éviter une obstination déraisonnable une démarche d anticipation pour éviter une souffrance la mutation en réanimation n est pas bénéfique pour l enfant démarche «éthique de non malfaisance» Quand faire cette démarche?

12 Non-réanimation évoquée en amont : cette question a besoin d être ré évoquée régulièrement pour s assurer que les parents et l enfant (selon son âge) en aient intégré le sens. (ex: Zineb) Cet accompagnement demande une disponibilité dans le temps. Importance d identifier un ou plusieurs interlocuteurs autour de cette question. L ERRSPP peut être un de ces interlocuteurs

13 Non-réanimation non évoquée en amont : Importance de pouvoir faire émerger la question auprès des parents pour les amener à cheminer afin d anticiper un événement aigu. Cheminement vers des LAT avec la famille +/- le patient

14 Pourquoi impliquer le SAMU? On ne peut exclure des situations d urgence Non contrôle des symptômes (hémorragies, crise convulsive) Accès de panique Appel du centre «15» SAMU comme collaborateur, (une particularité pédiatrique?) Demander un retour à domicile en phase terminale et souhaiter que le décès ne se fasse pas à la maison. L anticipation d une mutation le moment venu est un élément clef, difficile et délicat Une disponibilité 24h/24h des soignants Anticipation/réflexion autour du rapatriement Information du SAMU est indispensable Rôle important des soignants isolés

15 En conclusion Les anticipations à domicile regroupent un champs plus vaste qu à l hôpital Les anticipations doivent se faire et viser : d agir vite et efficacement de ne pas nuire au patient et à son entourage d aller dans le sens du patient et de son entourage de rassurer Les anticipations incluent : la gestion des symptômes, les limitations de traitement, le matériel, le lieux de soin et de mourir, l entourage, les soignants

16 En conclusion Choix difficile entre «trop et pas assez» trop : tôt, décalé, d information, technique, violent, angoissant, de médicaments ou de matériel pas assez : tôt, précis, réajusté, rassurant Quelle est la part de notre propre difficulté? De nous projeter vers la fin de vie, la mort D aborder la non réanimation D avouer ne pas être tout puissant

Les «urgences» en fin de vie, à domicile

Les «urgences» en fin de vie, à domicile Les «urgences» en fin de vie, à domicile Equipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques, de ressource et d accompagnement Dr Matthias Schell Clémence Bouffay, IDE 1 «Urgence» : projet d un retour

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Démarche éthique en (aux) urgences Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Le dilemme de l urgentiste.. Urgences vitales. Urgences «palliatives». Accompagnement de fin de vie. Prise de décision

Plus en détail

Médecin coordinateur HAD

Médecin coordinateur HAD Dr GUEHENNEUX Emmanuelle Médecin coordinateur HAD Plan Prise en charge de l hôpital Patient Famille Equipe Suivi Prise en charge du domicile Patient Famille Equipe Suivi Conclusion Prise en charge de l

Plus en détail

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins Analyse de 14 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes, urgentistes et de soins palliatifs 1 RECOURS AUX URGENCES EN SITUATION

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

DIU Douleur aiguë et chronique et soins palliatifs pédiatriques. Programme d enseignement

DIU Douleur aiguë et chronique et soins palliatifs pédiatriques. Programme d enseignement Module n 1 Lieu et dates : Lyon 27 et 28 octobre 2016 Coordinateur : M. SCHELL Intitulé : présentation générale J1 Contenus 10 h 00 12 h 30 Comprendre la conception de l enseignement de ce DIU : - pluridisciplinarité,

Plus en détail

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Dr M.MAGNET Coordonnateur Soins et Santé Lyon H CAZENEUVE, Sociologue- Centre Hygée Saint-Etienne V.ROUSSET,

Plus en détail

Soins Palliatifs Néonataux à domicile

Soins Palliatifs Néonataux à domicile Soins Palliatifs Néonataux à domicile Dr Nadine Cojean - Pédiatre coordinateur Mme Catherine Strub - Puéricultrice Equipe Ressource Alsacienne de Soins Palliatifs Pédiatriques Cet intervenant : n a pas

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Les Soins Palliatifs Et la personne âgée Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Introduction: -Pour la personne malade âgée en fin de vie, la mort reste une épreuve de séparation difficile -Si la mort

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 ATELIER DE SOINS PALLIATIFS Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» - statuts déposés en 2009 Président : M. Yves

Plus en détail

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile. Recommandations. Rôles du médecin généraliste. 2 Définition de la sédation Recherche d une diminution

Plus en détail

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 2 0 1 4 LE GROUPE DE SOIGNANTS Multidisciplinaire : Infirmière, infirmières puéricultrices, auxiliaire de puériculture, éducatrice de jeunes enfants, psychologue,

Plus en détail

L ENFANT EN SOINS PALLIATIFS RELEXIONS ET PRATIQUES JOURNEE REGIONALE CHAMPAGNE ARDENNE SEZANNE 22 NOVEMBRE 2014 CATHERINE VERLAINE (UMASP/USP TROYES)

L ENFANT EN SOINS PALLIATIFS RELEXIONS ET PRATIQUES JOURNEE REGIONALE CHAMPAGNE ARDENNE SEZANNE 22 NOVEMBRE 2014 CATHERINE VERLAINE (UMASP/USP TROYES) L ENFANT EN SOINS PALLIATIFS RELEXIONS ET PRATIQUES JOURNEE REGIONALE CHAMPAGNE ARDENNE SEZANNE 22 NOVEMBRE 2014 CATHERINE VERLAINE (UMASP/USP TROYES) SOMMAIRE DEFINITION SPECIFICITES PEDIATRIQUES L ENFANT

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE ONCOLOGIE Fédération de Neurologie Mazarin Service du Pr. Delattre GH Pitié-Salpêtrière ORIGINES DU PROJET 2000 : Visite du Brain Tumor Center à London, Ontario

Plus en détail

En oncologie pédiatrique, les soins

En oncologie pédiatrique, les soins Dossier mt pédiatrie 2012 ; 15 (1) : 29-33 La loi Leonetti en oncologie pédiatrique à domicile : réflexion autour d un cas clinique Leonetti law in home care pediatric oncology : closer examination about

Plus en détail

Les soins palliatifs pédiatriques

Les soins palliatifs pédiatriques Les soins palliatifs pédiatriques Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques, de ressource et d accompagnement Clémence Bouffay, infirmière Estelle Pétillard, puéricultrice 1 2 Plan I: Les

Plus en détail

Quels sont les mots clés de la définition des soins palliatifs? Quel texte de 2005 évoque l obstination déraisonnable?

Quels sont les mots clés de la définition des soins palliatifs? Quel texte de 2005 évoque l obstination déraisonnable? 137. Soins palliatifs pluridisciplinaires chez un malade en phase palliative ou terminale d une maladie grave, chronique ou létale. Accompagnement de la personne malade et de son entourage. Principaux

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM (HYPNOVEL*) En SEDATION pour DETRESSE en PHASE TERMINALE 1 ) Objet Ce Protocole s applique pour tout patient Adulte devant une situation de détresse en phase terminale.

Plus en détail

LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/ Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016

LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/ Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016 LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/2005 2. Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016 CCECQA 16 juin 2016 Dr de LARIVIERE Emmanuel Responsable Pôle

Plus en détail

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Organisation B5 Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie 1 Définition

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

infirmière re dans les décisions d de vie

infirmière re dans les décisions d de vie La place de l infirmil infirmière re dans les décisions d de fin de vie Formation Qualité de vie et Soins Palliatifs Véronique Hélin Coordinatrice 14 janvier Qualité 2013 12 janvier 2013 PLAN Introduction

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS

LES SOINS PALLIATIFS LES SOINS PALLIATIFS LOI N 99-477 DU 9 JUIN 1999 VISANT A GARANTIR LE DROIT D ACCES AUX SOINS PALLIATIFS LOI N 2002-303 DU 4 MARS 2002 RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET A LA QUALITE DU SYSTEME DE SANTE

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

USP, EMSP ET RÉSEAU SP

USP, EMSP ET RÉSEAU SP Parcours de soins du patient en soins palliatifs: De la pluridisciplinarité à l interdisciplinarité Expérience d une fusion USP, EMSP ET RÉSEAU SP Cannes,Grasse,Antibes et Alpes maritimes Ouest Dr I.CASINI

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD»

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» OMEDIT Haute-Normandie Octobre 2014 Dr M. Lefebvre-Caussin, Dr D. Monzat, Pr J. Doucet, Dr A. Breteau, N. Henry, Groupe de travail «EHPAD» OMEDIT

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt Sédation en médecine palliative Dr Sandra Schmidt Recommandations de la SFAP (Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs) concernant la sédation en phase terminale ou en phase palliative.

Plus en détail

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Université d Auvergne Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand AER 15 novembre 2012 Plan - Epidémiologie

Plus en détail

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR,

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Urgences, CHU Félix Guyon QUELQUES CHIFFRES l Epilepsie :

Plus en détail

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité?

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Résultats d une enquête qualitative par focus-groups dans trois régions françaises Martine NECTOUX, chargée de mission OBSERVATOIRE

Plus en détail

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN HANDICAP ÉVOLUTIF UNE DÉMARCHE D ACCOMPAGNEMENT EN STRUCTURE MÉDICOSOCIALE Mireille TARQUIS IDE foyer APF Monséjour Qui est cette personne? Mme Durand âgée de 62 ans, secrétaire médicale, mariée avec deux

Plus en détail

REFLEXION,QUESTIONNEMENT SOIGNANT

REFLEXION,QUESTIONNEMENT SOIGNANT 2 ème estivales de l éthique en santé «NOUVELLE LOI SUR LA FIN DE VIE» REGARDS CROISES REFLEXION,QUESTIONNEMENT SOIGNANT Martine VIAL Cadre de santé - service de soins palliatifs - CHU de St-Etienne Avant

Plus en détail

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer Alexia BOULANGER Infirmière EMSP Institut Paoli Calmettes - Marseille Enquête pour tenter

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Discussion autour d un cas

Discussion autour d un cas Discussion autour d un cas E. Etcheberry, cadre de santé C. Schicklin, psychologue E. Dugaret, médecin USP Annie Enia Cambo-les-bains 1 USP Annie Enia 10 lits d USP (2 secteurs) pour l accueil de patients

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

Droits des personnes en fin de vie. Une nouvelle loi, quels changements en pratique?

Droits des personnes en fin de vie. Une nouvelle loi, quels changements en pratique? Droits des personnes en fin de vie Une nouvelle loi, quels changements en pratique? Contexte politique La première loi Léonetti Le nouveau texte L application pratique CONTEXTE POLITIQUE La loi du 22 avril

Plus en détail

LIMITATION DES SOINS EN SITUATION D URGENCE

LIMITATION DES SOINS EN SITUATION D URGENCE LIMITATION DES SOINS EN SITUATION D URGENCE Serge Duperret Octobre 2011 Comment poser le problème? Limitation dans les structures d urgences? Exemple des services d urgences Limitation précoce alors qu

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

DE TOUT A RIEN, DES «VRAIS LISP» AUX «FAUX LISP» QUELLES MISSIONS POUR LES REFERENTS?

DE TOUT A RIEN, DES «VRAIS LISP» AUX «FAUX LISP» QUELLES MISSIONS POUR LES REFERENTS? DE TOUT A RIEN, DES «VRAIS LISP» AUX «FAUX LISP» QUELLES MISSIONS POUR LES REFERENTS? PRESENTATEURS : Dr A.PAROT-MONPETIT Mme K.LE GALLOU HOPITAL PRIVE OCEANE, VANNES 1 Circulaire n DHOS/02/2008/99 du

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Approche palliative et Qualité de vie Docteur Sandrine JUNQUA Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Soins de support «l ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009. La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.) Martine HERRSCHER EMSPCA Octobre 2011 Définition : La sédation pour

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

Les soins palliatifs en salle de naissance après diagnostic antenatal

Les soins palliatifs en salle de naissance après diagnostic antenatal Les soins palliatifs en salle de naissance après diagnostic antenatal Sophie Parat Réseau périnatal nord 2014 Sophie Parat 1 Soins palliatifs Soins actifs Approche globale de la personne Prise en compte

Plus en détail

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 Hors compétence 1 ECTS en S5 1 ECTS en S6 TD: 10h en S5 TD: 10h en S6. Intervenants : Formateurs Evaluation en S5 : Compte rendu écrit collectif sur une discipline

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Plan Contexte Réactions des uns et des autres Quelles questions/quelles

Plus en détail

Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP)

Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP) Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP) Recommandations validées par le CA de la SFAP à partir de propositions du groupe de travail LISP Avec le soutien de la Fondation de France La SFAP a créé un groupe

Plus en détail

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE association pour le droit de mourir dans la dignité Les DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE LE BUT DE CETTE PLAQUETTE EST DE VOUS FAIRE CONNAÎTRE VOS DROITS. À lire attentivement

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes. La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes. Toutes les recommandations numérotées ci-dessous ont fait l objet d un accord professionnel fort. Introduction

Plus en détail

Soins palliatifs et. droits des malades. 11 octobre Versailles Conférence-débat

Soins palliatifs et. droits des malades. 11 octobre Versailles Conférence-débat Soins palliatifs et droits des malades 11 octobre 2011 -Versailles Conférence-débat Définition des concepts généraux Limitation et arrêt des traitements Euthanasie Acharnement thérapeutique Soins palliatifs

Plus en détail

L «HÔPITAL MAISON» : ressources et limites face aux difficultés du vivre ensemble. Dr V.Chalain S.Morin C.Houssin EMSP - PSSL Le Mans 23 Mai 2014

L «HÔPITAL MAISON» : ressources et limites face aux difficultés du vivre ensemble. Dr V.Chalain S.Morin C.Houssin EMSP - PSSL Le Mans 23 Mai 2014 Etre proche en soins palliatifs : expériences des limites et ressources L «HÔPITAL MAISON» : ressources et limites face aux difficultés du vivre ensemble Dr V.Chalain S.Morin C.Houssin EMSP - PSSL Le Mans

Plus en détail

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS F. Chaumier Journée Régionale AFSOS Définitions Contexte 2013 Incidence augmentée, mortalité diminuée Amélioration de la survie globale 60% de survie

Plus en détail

Vivre chez soi jusqu'au bout : la place privilégiée de la médecine générale

Vivre chez soi jusqu'au bout : la place privilégiée de la médecine générale MODULE OPTIONNEL DE MEDECINE PALLIATIVE Vivre chez soi jusqu'au bout : la place privilégiée de la médecine générale Docteur François PETREGNE francois.petregne@u-bordeaux.fr Des droits pour les aidants

Plus en détail

«Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés»

«Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés» 8 ème journée mo n d i a l e d e s s o i n s p a l l i a t i f s «Obtenir un Accès universel aux soins palliatifs : bannir les préjugés» Mercredi 9 octobre 2013 Accès universel aux soins palliatifs, place

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013 Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca Réunion du 14 Février 2013 Une première réunion de la commission «gériatrie et soins palliatifs» (ancienne commission de l APSP qui ne se réunissait plus

Plus en détail

Mieux accompagner la «longue fin de vie»

Mieux accompagner la «longue fin de vie» Mieux accompagner la «longue fin de vie» Contribution de la Fondation France Répit à la mission de réflexion sur la fin de vie confiée par le Président de la République à MM. Jean Leonetti et Alain Claeys.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

RETOUR EXPERIENCE V2014

RETOUR EXPERIENCE V2014 RETOUR EXPERIENCE V2014 Hôpital Saint Joseph Marseille Muriel TOUBOUL, Directeur Qualité Gestion des risques Relations avec les usagers Hôpital Saint Joseph - Marseille mtouboul@hopital-saint-joseph.fr,

Plus en détail

EMASP Domicile EHPAD CHD La Roche Sur Yon. Quelle place pour le conjoint ou comment tenir compte de l histoire du couple?

EMASP Domicile EHPAD CHD La Roche Sur Yon. Quelle place pour le conjoint ou comment tenir compte de l histoire du couple? LIMITES DU MAINTIEN À DOMICILE : QUAND LE PROCHE DEVIENT L AIDANT EMASP Domicile EHPAD CHD La Roche Sur Yon Quelle place pour le conjoint ou comment tenir compte de l histoire du couple? Proche Histoire

Plus en détail

00.01 Dictionnaires de langues Encyclopédies générales Organismes, associations, institutions Médias, communications

00.01 Dictionnaires de langues Encyclopédies générales Organismes, associations, institutions Médias, communications PLAN DE CLASSEMENT Centre National De Ressources Soin Palliatif Service Information et Documentation Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon - 35, rue du Plateau 75019 Paris Tél 01 53 72 33 10 Fax 01 53

Plus en détail

Accompagnement et fin de vie au domicile. Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne

Accompagnement et fin de vie au domicile. Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne Accompagnement et fin de vie au domicile Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne introduction «Le mot accompagner, de lui-même indique une attitude une conception du soin

Plus en détail

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 25 septembre 2014 Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 Mme C. DUBREUCQ, Directrice HAD Santélys Droit des patients en fin de vie : la Loi du 22 avril 2005 1 Contexte Médiatique et émotionnel

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile HOSPITALISATION A DOMICILE (H.A.D.) Soins palliatifs à domicile Hospitalisation à domicile Dates clés 1945 : Naissance du concept d HAD aux USA 1957: Création du 1 er Ets d HAD en France 1973 : Création

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

Mieux accompagner la fin de vie en France

Mieux accompagner la fin de vie en France Repères à l usage des professionnels de santé Loi Fin de Vie du 2 février 2016 Mieux accompagner la fin de vie en France La fin de vie Parlons-en avant La fin de vie : vous êtes les mieux placés pour en

Plus en détail

Législation sur les droits des personnes en fin de vie

Législation sur les droits des personnes en fin de vie Législation sur les droits des personnes en fin de vie Après la loi du 2 février 2016 AP-HP / 2016 La loi définit la fin de vie comme la situation dans laquelle se trouve une personne «en phase avancée

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

Conduite à tenir face à une demande d euthanasie. Dr. Godefroy HIRSCH EADSP de Châteauroux «La Gourmandine» Jeudi 7 mars 2013

Conduite à tenir face à une demande d euthanasie. Dr. Godefroy HIRSCH EADSP de Châteauroux «La Gourmandine» Jeudi 7 mars 2013 Conduite à tenir face à une demande d euthanasie Dr. Godefroy HIRSCH EADSP 41 @FMC de Châteauroux «La Gourmandine» Jeudi 7 mars 2013 Introduction: les différentes approches possibles La loi L éthique D

Plus en détail

DU SOCIAL EN SSR. Pour quoi faire?

DU SOCIAL EN SSR. Pour quoi faire? DU SOCIAL EN SSR Pour quoi faire? 1 Présenté par les Assistantes de Service Social : Christine BLANC -Hôpital de Tournon : SSR et unité de proximité EVC/EPR «Arc en ciel»,ssr de l hôpital de Lamastre Corinne

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

Maladie incurable et maintenant?

Maladie incurable et maintenant? Maladie incurable et maintenant? Lorsqu une maladie grave progresse et qu il n existe aucun espoir de guérison, des questions difficiles viennent à l esprit: Combien de temps me reste-t-il encore à vivre?

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

des patients de réanimation.

des patients de réanimation. Journée d étude du CEM 12 juin 2014 projet de soins projet de vie des patients de réanimation. Pr T. Van der Linden Réanimation polyvalente CH St Philibert - Lomme Mme D. 55 ans - polytraumatisme, par

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

SEDATION EN SOINS PALLIATIFS

SEDATION EN SOINS PALLIATIFS SEDATION EN SOINS PALLIATIFS - Dr Emmanuel FARGES, médecin coordonnateur, réseau NEPALE et EMASP de l hôpital de Villeneuve St- Georges - Dr Michel BENAMOU, médecin, Unité de Soins palliatifs de l Hôpital

Plus en détail

PROJETS DE SOINS PALLIATIFS PERINATAUX

PROJETS DE SOINS PALLIATIFS PERINATAUX PROJETS DE SOINS PALLIATIFS PERINATAUX Marcel-Louis Viallard, MD, PhD, EA 4569, Laboratoire d éthique médicale et de médecine légale, Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Médecine palliative périnatale,

Plus en détail