CENTRE AFRICAIN D ETUDES SUPERIEURES EN GESTION INSTITUT SUPERIEUR DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES ET AUTRES ORGANISATIONS - ISMEO -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE AFRICAIN D ETUDES SUPERIEURES EN GESTION INSTITUT SUPERIEUR DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES ET AUTRES ORGANISATIONS - ISMEO -"

Transcription

1 CENTRE AFRICAIN D ETUDES SUPERIEURES EN GESTION INSTITUT SUPERIEUR DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES ET AUTRES ORGANISATIONS - ISMEO - MEMOIRE DE FIN D ETUDES Pour l obtention du DIPLOME D ETUDES SUPERIEURES SPECIALISEES, OPTION GESTION DES PROJETS 11emePromotion, Année académique THEME ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ENTREPRISE PERFORMANTE : CAS DU PROJET D USINE DE PRODUCTION DE SACHETS PLASTIQUES DE SHOPPING AU SENEGAL Préparé par : Sous la direction de : Yassongui SILUE Monsieur Armand HILY, Enseignant associé au CESAG Août 2013

2 A ma mère, Madame GONDO Sophia Rosine épouse SILUE; pour m avoir permis de croire que c est encore possible. i

3 DEDICACE Je voudrais être reconnaissant à DIEU le tout Puissant créateur du ciel et de la terre, Qui ne cesse de manifester son amour et sa miséricorde à mon égard ; grâce à son Fils JESUS CHRIST qui est mort et ressuscité pour nous donner le salut et nous faire rentrer dans la bénédiction d Abraham. Que la gloire Lui revienne pour toujours! Je dédie ce mémoire à : Mon épouse, pour son soutien et tous les sacrifices qu elle a fait pour que cette formation soit une réussite pour notre famille, Nos enfants, et que cette formation leur permette d avoir un avenir radieux, La famille SILUE et la famille YEO dont le soutien moral et financier ont permis la réalisation de cette formation, Madame GUEI Marie Louise épouse DEBOHI grâce à qui j ai pu avoir mon billet d avion pour venir à Dakar, La 11eme promotion DESS Gestion des Projets, promotion JOSEPH pour cette nouvelle famille que nous avons créée. ii

4 REMERCIEMENTS «Soyez reconnaissant» disent les saintes écritures. Ainsi j aimerais dire Merci, A mon frère SORO Fanignori Yaya, pour m avoir hébergé pendant tout mon séjour à Dakar, A Monsieur KOUAKOU Kouakou Emmanuel et Madame, qui ont accepté de me nourrir pendant tout mon séjour à Dakar ; A la terre hospitalière du Sénégal et à son peuple formidable grâce à qui j ai beaucoup appris ; A l Eglise Baptiste Missionnaire d Abobo Centre pour son soutien à ma famille et à moi ; A madame NYANRASSABIMANA Marie Claire, pour ses utiles conseils et son soutien financier ; Et à toute la promotion du DESS Gestion des Projets du CESAG ; A Monsieur Oumar ONGOIBA, Responsable des programmes à l ISMEO qui a su nous guider et nous a permis d avoir une formation agréable ; A Monsieur Ahmadou TRAORE, au-delà d un professeur, il est un père pour moi que Dieu lui accorde ses faveurs pour que nous profitions encore de ses conseils avisés ; A Monsieur Boubacar AW, chef de département Masters et DESS qui nous a soutenu durant cette formation ; A Monsieur Mboulé FALL pour sa disponibilité ; A Monsieur Lansana SAKHO, qui m a permis d avoir un stage enrichissant ; A Monsieur Armand HILY, notre encadreur pour ses conseils et sa disponibilité ; A tout le corps professoral de la 11eme promotion DESS GP, pour la qualité des cours qu il nous a donné. Merci à tous et que Dieu vous bénisse à tous égards! iii

5 SOMMAIRE Dédicace ii Remerciements. ii Sommaire... iii Liste des figures - Tableaux - annexes. vi Sigle et abréviations vii Présentation Générale.. 1 Introduction. 2 Problématique 2 Objet de l étude. 3 Objectifs de l étude. 4 Intérêt de l étude. 4 Démarche de l étude... 4 Plan de l étude 5 Délimitation 5 Première Partie : Cadre théorique et Méthodologie de travail Chapitre I : Cadre Théorique.. 7 I Définition des concepts. 14 II Les étapes de la préparation d un projet. 15 Chapitre II : Méthodologie de travail I Question de recherche 29 II Hypothèse de l étude. 29 III Définition des variables 29 IV Indicateurs des variables.. 30 V Méthodologie de travail. 31 Deuxième partie : Résultats de l étude Chapitre III : Présentation du projet 36 I Résumé. 36 II Etude environnementale. 36 III Etude de marché. 39 IV Etude technique. 45 Chapitre V Etude financière du projet.. 58 VI Menaces. 60 iv

6 Conclusion 61 Bibliographie 62 Webographie. 63 v

7 LISTE DES FIGURES TABLEAUX-ANNEXES Figure 1 : Relation Plan Programme projet 10 Figure 2 : Schéma du cycle de vie du projet 13 Figure 3 : Présentation d un circuit standard de distribution Figure 4 : Schéma simplifié du processus de fabrication Figure 5 : Image de sachets plastique sur une plage et sur des arbustes 37 Figure 6 : Exemplaires de sacs en plastique recyclés. 38 Figure 7 : Sachets shopping en plastique. 41 Figure 8: Sachets shopping en papier kraft 41 Figure 9 : Processus d extrusion. 48 Figure 10 :Bulle cylindrique.. 48 Tableau 1 : Caractéristiques des projets 08 Tableau 2 : Prix des sachets au marché du demi-détail 43 Tableau 3 : Liste des investissements en milliers.. 50 Tableau 3 : Production des sachets en KG. 52 Tableau 4 : Dépenses d exploitation.. 53 Tableau 5 : production des sachets par catégorie 55 Tableau 6 : Chiffre d affaire par catégorie de sachets. 56 vi

8 SIGLES ET ABREVIATIONS ADPME AFD AFS AGR ANSD APROSEN BFRE CESAG EFF ENDA FDR GIE KWH ONU PME PMI PWC RUMI SA SARL SENELEC SIMPA TGV TRI UCAD UEMOA VAN Agence pour le Développement des PME Analyse Financière Détaillée Analyse Financière Sommaire Activité Génératrice de Revenu Agence Nationale de Statistique et de la Démographie Agence de Propreté du Sénégal Besoin du Fond de Roulement d'exploitation Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion Echéancier de Flux Financier Environnement et Développement Tiers Monde Fond de Roulement Groupement d'intérêt économique Kilo Watt Heure Organisation des Nations Unies Petite et Moyenne Entreprise Petite et Moyenne Industrie Price Waterhouse Coopers Rentabilité de l'unité Monétaire Investie Société Anonyme Société à Responsabilité Limitée Société Sénégalaise d'électricité Société Industrielle des Matières Plastiques Train à Grande Vitesse Taux de Rentabilité Interne Université Cheick Anta Diop Union Economique Monétaire ouest Africaine Valeur Actuelle Nette vii

9 PRESENTATION GENERALE INTRODUCTION La lutte contre la pauvreté et l exode rural ne peut être efficace qu à travers la création de revenus durables et d emplois pour les populations concernées. Sous ce rapport, l agriculture offre un potentiel de vaste insertion des jeunes et constitue une véritable opportunité d affaires moyennant certaines conditions dont la maîtrise de l eau. L agriculture, l élevage et l agrobusiness sont parmi les principaux secteurs dynamiques de l économie sénégalaise. En plus de devenir une filière porteuse d emplois et de revenus, plus performante et attrayante pour les investisseurs privés nationaux et étrangers, la nouvelle stratégie a fortement misé sur les avantages comparatifs du secteur. Ainsi l emballage est l élément de valorisation et de compétitivité des produits agricoles et de la pêche. En effet l industrie de l emballage est devenue au Sénégal une activité tout à fait stratégique. On estime aujourd hui que l emballage représente 5 à 25% du prix de revient des produits (selon une étude du Programme de Mise à Niveau «PMN») ; il intervient dans le conditionnement des produits : De l industrie agroalimentaire : - produits maraichers - conserves alimentaires - produits de mer frais, congèles et séchés - produits alimentaires transformés De l industrie chimique - Extraits de plantes - Produits pharmaceutiques - Produits phytosanitaires L offre Sénégalaise d emballage est très variée et sa segmentation ne diffère pas de celle au niveau mondial : Autres3% Source : West Africa Trade Hub/Dakar Verre 10% 36% Papier Plastique 1

10 Au cours des dernières années l emballage plastique s est largement développé, la famille des plastiques représente la majorité des offres d emballage. En effet cette forme d emballage présente de multiples avantages : - relativement mois chers - investissement industriel nécessaire moins lourd - matériaux flexibles et adaptable - en de nombreux formats, couleurs et texture Devenu le roi des emballages, le plastique a remplacé le verre et le métal ; l engouement pour le plastique a poussé les industriels à investir dans cette technologie. Selon une étude de M. Claude Sene et M. Macoumba Diagne, le Sénégal compte environ trente huit (38) entreprises de plastique dont dix sept (17) ont pu être identifiés par l Agence de Propreté du Sénégal (APROSEN). Malgré cela l offre reste insuffisante sur le marché local : - offre insuffisante d emballage plastique flexible sur les produits complexes - dépendance totale sur les importations pour les intrants de fabrication - accroissement des importations en provenance d Asie - manque d informations sur les capacités et offres disponibles localement Ceci dit, la tendance est l amélioration de la qualité des produits finis proposés. Les industries agroalimentaires s intéressent de plus en plus réellement à la dimension marketing des emballages de leurs produits finis. Les emballages plastiques sont la première famille d emballage en termes d unité de vente, de consommation. Ces plastiques peuvent se présenter soit sous un format «rigide» (boite de beurre, pot de yaourt, bouteille d eau ) soit sous un aspect «flexible» (sachet de jus, sachet d épices, sachet de shopping ). Selon le quotidien le «Soleil» du 5 Octobre 2010 ; au Sénégal environ 05 à 10 millions de sachets plastiques sont utilisés par jour mais nous ne connaissons pas la quotte part des différents catégories de sachets surtout ceux utilisés dans les supermarchés, les marchés et autres. 2

11 PROBLEMATIQUE La situation des Petites et Moyennes Entreprises (PME) sénégalaises est plus qu inquiétante. Plus de la moitié de celles qui sont légalement constituées disparaissent avant même de fêter leur première anniversaire. En effet selon le directeur des Petites et Moyennes Entreprises Ibrahima Diouf, «au Sénégal, 65% des PME meurent à la première année alors que ce taux de mortalité est à 18% en Afrique du Sud». A l origine, l absence d assistance, la frilosité des banques, l indisponibilité des facteurs essentiels de production comme l électricité Cependant Rondinelli voit en ces résultats médiocres en plus du contexte politico administratif, la capacité locale de gestion des entrepreneurs déficiente et surtout la rareté de projets bien conçus ( Development administration and U.S. foreign aid policy, Boulder : L. Rienner Publishers, 1987). Ainsi une bonne conception de projet est un facteur de succès, ce qui lui permettra par la même occasion de créer des richesses capables de contribuer au bien être des entrepreneurs. Une bonne conception étant liée à une bonne étude de faisabilité, nous allons à travers ce mémoire faire une étude de faisabilité pour la création d une usine de production de sachets plastiques de shopping au Sénégal. En effet l utilisation du sachet plastique est un phénomène quotidien et anodin pour toute la population au Sénégal. Il y va du sachet noir au sachet plastique blanc sans oublier les sachets individualisés à caractère commercial (supermarché, pharmacie ). Le prix du sachet en plastique varie entre de 5f à 100f en fonction des dimensions. Le sachet est devenu un compagnon ; une étude a montré qu une personne utilise en moyenne deux sachets par jour selon l Agence de Propreté su Sénégal (APROSEN). L industrie de l emballage s est accru ces dernières années de trois usines au départ nous sommes à une dizaine aujourd hui ; mais for est de constater qu il n y a pas d usine produisant uniquement des sachets plastiques de shopping. Mais une part importante (environ 70%) des sachets plastiques de shopping vient de l importation de Corée et de la Chine ( tonnes en 2009). Une estimation réelle n est disponible car les sachets plastiques de shopping sont mélangés avec les autres emballages plastiques. 3

12 Alors la question est ce que notre projet répond-il à un besoin? Est ce qu il est susceptible d intéresser un nombre suffisant de clients? Ai-je à ma disposition les atouts nécessaires pour attirer ces clients? Toutes ces questions ne peuvent avoir de réponse que dans une bonne étude de faisabilité. Objet de l étude Notre étude porte sur la faisabilité d un projet de création de sachets plastiques de shopping au Sénégal. Ainsi notre société fera la production de sachets plastiques de shopping de différents modèles et de différentes couleurs. Dans cette étude nous analyserons les menaces et les facteurs clés de succès, à travers une étude de faisabilité complète de création d entreprise performante. Objectifs de l étude Objectif général A travers cette étude nous voulons voir aujourd hui quels sont les facteurs à prendre en compte dans la création d une entreprise industrielle. Objectifs spécifiques De façon spécifique - étudier l impact environnemental sur la création d une unité de sachets plastiques - vérifier la viabilité du marché - analyser les contraintes techniques pour la réalisation des projets industriels en Afrique et particulièrement au Sénégal. L intérêt de l étude Notre étude devra permettre : Au CESAG D avoir une base de données additionnelles sur les projets d entreprisses et être une source d information pour les prochains étudiants et stagiaires Au Cabinet Expert Vision Lui permettre d avoir une base d information suffisante pour conseiller son client, quant à l opportunité d investir dans ce domaine ou d ajuster le projet. 4

13 Au plan personnel De comprendre les réalités du terrain d une étude de faisabilité et par la même occasion mettre en pratique les connaissances théoriques apprises pendant la formation. Démarche de l étude La démarche de l étude a consisté en une revue documentaire sur les plastiques et ensuite en l élaboration d un plan de travail (voir annexes) ; pour la recherche sur le terrain. Ensuite il sera procédé au dépouillement et analyse des informations recueillies. Et enfin nous allons faire la rédaction du rapport que nous allons parachever par une exposition des menaces aux projets et les recommandations. Plan de l étude Notre étude comporte deux parties : - une première partie portant sur le cadre théorique et méthodologie de travail - une deuxième partie présentant les résultats de l étude et les recommandations. Délimitation Notre étude ne concerne que le Sénégal ; même si les résultats peuvent être adaptés à d autres pays, ces résultats ne sont valables que pour le Sénégal. 5

14 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIE DE TRAVAIL 6

15 CHAPITRE I : CADRE THEORIQUE I. Définition de concepts 1. Notion de projet. Le projet de façon générale, est une idée qu on cherche à matérialiser. Cependant les économistes ne s intéressent pas à tous les types de projets, mais seulement à ceux pouvant avoir une incidence sur la création et l utilisation des richesses. En effet le domaine des projets suscite beaucoup d intérêt de la part de la part de tout le monde, du fait de sa forte propension à créer des richesses capables de contribuer au bien être des populations bénéficiaires. Pour cerner les différents contours du concept de projet, on va lister un certain nombre de définition mettant chacune l accent sur un aspect donné du projet. 1) Selon le PMI «un projet est toute activité réalisée une seule fois dotée d un début et d une fin déterminée et qui vise à créer un produit ou un savoir unique. Il peut nécessiter la participation d une seule personne ou de millier ; sa durée peut être de quelques jours ou de plusieurs années. Il peut être entrepris par une seule organisation ou par un groupe d organismes intéressés» 2) Pour Michael Cernea «Les projets sont des interventions délibérément mises en œuvre pour diriger et accélérer la croissance économique et le développement social» 3) Wilson O shaughnessy «Un projet est un processus unique de transformation de ressources ayant pour but de réaliser d une façon ponctuelle un extrant spécifique répondant à un ou des objectifs précis, à l intérieur de contrainte budgétaires, matérielles, humaines et temporelles» 4)Ahmadou Aly Mbaye «Un projet est un ensemble d activités qui peuvent être planifiés, financés et exécutés comme une unité isolée» 5)SergeMichaïlof et Manuel Bridier «Un projet est un ensemble complet d activités et d opérations qui consomment des ressources limitées (telles que main d œuvres, devises,etc) et dont on attend (on=certains individus, groupes ou classes sociales ou la collectivité entière) des revenus, ou autres avantages monétaires ou non monétaires» 7

16 Chaque projet a son profil, déterminé par la combinaison d éléments aussi variés que la composition des investissements, le type de marché, la nature du risque auquel il est exposé, le montage financier qui est le sien. En conclusion un projet est évalué en terme : - de pertinence, répondre aux besoins identifiés - d efficacité, l atteinte des objectifs fixés - d efficience, respect des contraintes et spécificités relatives à la qualité, au budget et à l échéancier. - de satisfaction, des intervenants (promoteur, clients, bailleurs de fonds) - de collaborateurs, gestionnaires, communauté etc. Les caractéristiques rattachées aux projets peuvent se résumer dans le tableau suivant : Tableau 1 : Caractéristiques des projets La nouveauté, l unicité - produit unique - contexte unique - processus unique - incertitude Une durée limitée - temporaire par nature - dates de début et de fin Des contraintes rigoureuses (importance variable selon le type de projet) - de performance - de qualité - de délai : échéance de livraison - de coût Un cycle de vie dynamique - les projets prennent naissance dans l émergence d un désir ou d un besoin et se terminent par la livraison d un produit ou service perçu comme satisfaisant ce besoin - cycle itératif constitué de phases 8

17 Implication de nombreux intervenants - intérêts différents - disciplines différentes - organisations différentes - cultures différentes Un contexte d incertitude - incertitude de l environnement (complexité, imprévisibilité) - incertitude technologique (nouveauté, taille, contrainte) - incertitude liées aux ressources (diversités, nombre) Sources : Cours de M. Ahmadou Traore Professeur associé au CESAG 2. Rapport Projet Programme-Plan Le projet devrait être placé dans le contexte plus large des objectifs du développement économique. Un Plan est l ensemble de dispositions destinées à permettre à l économie d un pays ou d une région d atteindre, au cours d un certains temps défini, des objectifs de croissance ou de développement. Ainsi pour toute organisation qui veut la réussite, elle se doit avant toute chose d élaborer un plan stratégique qui sera sa boussole. Le plan est tout simplement un ensemble de programme. Un Programme est défini comme un «cadre d actions visant à atteindre certains objectifs globaux comprenant des ensembles d activités groupées sous différentes composantes et orientées vers la réalisation d objectifs spécifiques. Par conséquent, un programme consiste à intervenir sur une plus grande échelle qu un projet. Il peut inclure plusieurs projets dont les objectifs spécifiques sont liés à la réalisation d objectifs comme supérieurs» BIT (Bureau International du Travail). Ainsi chacune des actions contenues dans un programme constitue un Projet spécifique d investissement. 9

18 Figure 1 : Relation Plan-Programme-Projet Plan Projet Programme Source : Notes de cours 3. Typologie des projets On distingue plusieurs types de projets et plusieurs critères pour distinguer les projets. i. La typologie selon la finalité La finalité c est ce à quoi sert les biens crées par le projet : - les projets à but lucratif (productif), dont la réalisation poursuit la création d un bien et/ou service marchand. La décision de mise en œuvre de tels projets est subordonnée à leur rentabilité financière et économique. C est le cas de notre projet de création d une entreprise performante : cas du projet d usine de production de sachets de shopping au Sénégal. - les projets à but non lucratif (non directement productif) : sociaux, infrastructure, vulgarisation. ii. - projet «ouvrage» La typologie selon la nature Il est relatif à un projet unique, non récurrent qui s adresse à un client unique, qui existe par lui-même et qui est un bien livrable. Exemple : pont, autoroute, barrage. - projets «produit» La finalité est la mise au point d un produit qui fera par la suite l objet d une production répétitive, destiné au marché d un public plus ou moins large : cas d une cimenterie 10

19 - projet «organisationnel» Il est relatif à un projet «soft» dont la notion de livrable est moins tangible Exemple : organisation des jeux olympique. iii. La typologie selon l articulation entre les projets - techniquement compatibles La réalisation de l un n empêche pas la réalisation de l autre. Ils peuvent être : - dépendants : grappe de projets, projet intégré - indépendants : portefeuilles de projets - techniquement incompatibles Ils sont mutuellement exclusifs. La réalisation de l un empêche la réalisation de l autre. Exemple : 2 types de construction sur un même site iv. La typologie selon la taille Mégaprojets, Macro projets Microprojets : individu, promoteur PME/PMI Microréalisation : AGR (activité génératrice de revenu) v. La typologie selon la nature juridique Publics, privés, ONG, GIE, Coopératives vi. La typologie selon la nature des ressources humaines - les projets collectifs : dont l exécution exige la création d équipes de projet ou l intervention de plusieurs acteurs. - les projets individuels ; portés en général par une seule personne. En conclusion nous avons des projets visant à mettre sur le marché un produit nouveau (n ayant jamais existé au paravent) et ceux concernant un produit disponible sur le marché ; les projets privés et les projets de développement, les projets de création d entreprise et les projets d extension d une activité déjà existante, les projets agro-industriels, les projets de bonification des terres, les projets d infrastructures etc. Chacun de ces différents types de projets pose des problèmes particuliers quant à l identification des coûts et avantages, ainsi qu à l approche à utiliser pour en évaluer la rentabilité. 11

20 4. Cycle de vie du projet Comme définit un projet à un début et une fin, ainsi différentes étapes marquent son évolution. Aussi allons-nous considérer les principales étapes d un projet comme étant les suivantes : - l identification - la préparation - l appréciation (évaluation ex ante) - la sélection - la réalisation - l évaluation ex post Cependant toutes ces étapes peuvent être regroupées en trois grandes phases ;à savoir : - Phase de pré-investissement - Phase d investissement - Phase d exploitation 12

21 Figure 2 : Schéma du Cycle de Vie du Projet IDENTIFICATION Etude de préfaisabilité EVALUATION EX POST PREPARATION Rapport D avance ment et de suivi Etude de faisabilité REALISATION EVALUATION EX ANTE Convention de financement SELECTION Projet de proposition de financement Source :OCDE/CAD

22 i. Identification C est la première étape du projet, c est là nous devons choisir l idée de projet qui répond au mieux à nos objectifs, à nos attentes et nous permet d obtenir la situation désirée. Ainsi nous aurons à choisir les projets prioritaires qui doivent contribuer au développement de l entreprise ou du pays. C est pourquoi il faudrait bien faire attention de ne pas retenir des projets que nous serons obligés d abandonner ou omettre des projets qui auraient été des plus rentables. ii. Préparation Pendant cette phase nous devons amener le projet au stade où il sera reconnu réalisable (faisable) du point de vue commercial, technique, organisationnel, financier, économique et social. Ainsi il faut tenir compte des réalités de la zone dans laquelle le projet doit être implanté et d essayer de l accommoder autant que possible. iii. L appréciation (évaluation ex ante) La principale cause d insuccès dans les projets réside en une mauvaise définition des projets. L erreur souvent commise est de ne pas entreprendre une réflexion suffisamment profonde sur les liens causals existant entre les ressources affectées au projet, les résultats attendus, les buts visés et l adéquation entre le projet et les éléments de la planification stratégique. Ainsi l évaluation ex ante consiste à étudier si les objectifs du projet sont compatibles à ceux du secteur économique et s ils s inscrivent dans la stratégie nationale de développement ou de l entreprise. Cette phase est basée sur 4 concepts : - La compatibilité du projet qui se rapporte à l adéquation entre le projet, la stratégie, les valeurs et les objectifs de l entreprise. - L accessibilité a trait à la possibilité qu à l entreprise de réaliser le projet compte tenu des barrières externes. - La capacité de l entreprise, pour sa part traite des habilités techniques, de la capacité financière et de l expertise générale que possède l entreprise relativement au projet d étude. - La potentialité correspond à l apport que le projet est susceptible de générer en matière de croissance et de rentabilité pour l entreprise. C est au vu des résultats de cette évaluation que le bailleur de fonds décide oui ou non de retarder le financement ou de procéder au financement. 14

23 iv. Sélection, négociation, approbation A la remise du rapport d évaluation, au bailleur de fonds, si les résultats sont satisfaisants, la phase de négociation débute pour l obtention de l accord de financement et la signature de l accord de crédit. v. Réalisation Cette phase correspond à réaliser le projet, elle peut nécessiter des études complémentaires, spécification détaillée des moyens de toute nature à mettre en œuvre, évaluation plus précise de leur coût (d autant que les délais entre l étude de faisabilité et le projet d exécution peuvent avoir entrainé des hausses de prix significatives prévues ou imprévues).cette étude doit s accompagner d un planning détaillé de réalisation des travaux s appuyant, le cas échéant, sur un schéma d ordonnancement. Elle comprend enfin la préparation et le lancement des dossiers d appel d offres, le dépouillement des appels d offres ainsi que le choix des entrepreneurs. La mise en œuvre de cette phase incombe à l équipe de projet, le bailleur de fonds n intervient que pour superviser le déroulement des opérations. vi. Evaluation ex post L évaluation est une opération qui vise à déterminer de la façon la plus systématique et la plus objective possible la pertinence, l efficacité, l effet et l impact des activités du projet au regard de leurs objectifs. L évaluation ex post se fait à mi chemin de l exploitation du projet, où à une période suffisante pour que des tendances très claires puissent être identifiées, concernant l exécution des activités du projet, à la lumière des prévisions faites dans l étude de faisabilité. Le but visé est de mettre en évidence d éventuelles déviations par rapport aux prévisions initiales et les corriger le cas échéant. II. Les étapes de la préparation d un projet (étude de faisabilité) La phase de préparation concerne toutes les phases depuis l idée de projet, jusqu à la présentation du document de projet qui doit être soumis à un bailleur de fonds pour financement. Elle a généralement pour but : - de procéder à l analyse détaillée des différentes composantes du projet - de vérifier la faisabilité du projet pour chacune des composantes - d évaluer les risques et identifier les variables critiques 15

24 - d évaluer l impact du projet sur l organisation et son environnement - de décider si l on doit réaliser ou non le projet ou de formuler toutes autres recommandations relatives aux diverses composantes du projet Ces différentes étapes sont : étude de marché et des besoins étude technique étude sociale étude d impact environnemental et social étude organisationnelle et institutionnelle étude financière étude économique L importance relative que l on accorde à chacune de ces variables varie selon la nature du projet, le type d organisation et le contexte dans lequel le projet se réalise. 1. Etude de marché et des besoins a) Définition Selon Clifton et Fyffe (1977) «l objectif global d une analyse de marché consiste à mesurer et à estimer le marché afin de déterminer si le projet à l étude produira le bon produit, au bon moment et au bon prix» Pour la Fondation Universitaire Mercure «l étude de marché (en anglais «marketing research») est une méthode moderne et dynamique pour comprendre et agir sur l évolution des marchés. C est une discipline à la fois théorique et pratique pour cerner les besoins et les comportements des multiples publics d un marché» Dans ce contexte l analyse de faisabilité de marché constitue à la fois le point de départ et le pivot central de l étude de faisabilité. Ainsi avant de produire quoi que ce soit il convient de s assurer qu une demande existe pour le produit à l étude. L étude de marché nous renseignera alors sur la demande actuelle pour le produit, sur les prévisions de ventes au cours de la durée de vie du projet et sur les éléments du mix marketing à mettre en place pour faciliter la commercialisation. Pour que les études de marché soient fiables il faut qu elles soient objectives et donc qu elles relèvent d une démarche scientifique. Mais les études de marchés, c est aussi et surtout un 16

25 état d esprit du responsable de marketing de surmonter ses préjugés, pour accepter le verdict des faits. Plusieurs grands types de techniques sont à la disposition du chargé d étude : les études documentaires ; on analyse des informations disponibles auprès des multiples sources de documentations grâce à elles il est possible d obtenir beaucoup de renseignements sur l environnement de l entreprise, le marché actuel ou potentiel, la concurrence. les études quantitatives : lorsqu il s agit de décrire le marché de chiffrer les opinions ou les comportements des consommateurs à l égard d un produit, on est conduit à constituer un échantillon représentatif de dimension suffisamment élevée. Ces études sont dites quantitatives parc qu elles visent à dénombrer et à enregistrer des faits. L enquête exige dans ce cas un questionnaire précis. les études qualitatives : Dès qu on veut dépasser le niveau superficiel de l opinion exprimée et tenter d expliquer le «pourquoi» des choses il faut faire appel à d autres techniques surtout cette fois sur de petits nombres. Ces études contrairement aux précédentes, se réalisent sur la base d un guide d interview. Elles permettent de saisir des informations de trois types : les besoins ou les motivations qui s expriment par des facteurs tels que la sécurité, le confort, le prestige, les images, c est-à-dire les perceptions qu ont les individus des produits ; les attitudes, c est-à-dire les prédispositions à agir,à utiliser l un ou l autre produit. b) Analyse de la demande La demande d un bien ou d un service représente le maximum des opportunités de ventes possibles pour un bien ou un service. Ainsi on a : - la demande passée et présente. Elle concerne généralement les produits déjà existants sur le marché et une période assez longue est nécessaire pour se faire une idée proche de la réalité. - la demande potentielle Pour un produit donné, le potentiel du marché est obtenu en multipliant les achats moyens (obtenu par l évaluation de la demande passée et présente ou par enquête par sondage) par le nombre de personne. 17

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement LES INDICATEURS DE PERFORMANCE Principaux éléments de la présentation Définition Typologie des indicateurs Caractéristiques et éléments

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERALE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABILITE DE PROJET

SOCIETE NATIONALE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERALE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABILITE DE PROJET SOCIETE NATIONAE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERAE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABIITE DE PROJET Version grand public Mars 2006 1 investisseur qui souhaite réaliser un projet en partenariat avec la SNI devra

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) EN COLLABORATION AVEC : CDEC ROSEMONT PETITE-PATRIE (Mois et année) POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti 23 &24 octobre 2003 Prepared for: USAID/Haiti Contract

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES Préambule Le cadre de références pour la rédaction de plan d'affaires est un document de travail qui a pour but de vous guider dans la rédaction

Plus en détail

Annexe 4 Page 1 of 7

Annexe 4 Page 1 of 7 BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME existantes: produits, impact Groupe A : CREATEURS D ENTREPRISE Produits/BDS(3) 1. Germe/TRIE 1 comprendre la relation entre l idée d entreprise,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(s). Objectifs : Analyser son bilan Extraire les chiffres clés de son entreprise Permettre une analyse financière

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ET LE PLAN DE MISE A NIVEAU

LE DIAGNOSTIC ET LE PLAN DE MISE A NIVEAU République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LE DIAGNOSTIC ET LE PLAN DE MISE A NIVEAU PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos........................................................... Remerciements......................................................... V VII CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT................

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE OBJECTIFS DU CADRE CONCEPTUEL 01 - Le cadre conceptuel de la comptabilité financière constitue la structure de référence théorique qui sert de support et

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT «Adresse du bureau» «Nom du Département ou Unité de la Banque» E-mail : Téléphone : +216 71 10 20 86 Fax : + 216 71 253 167 Expression

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business. Présentation Eleven Business La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.com www.eleven-business.com Sommaire Sommaire... 2 1. Eleven Business...

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement Gouvernance et Politiques Publiques pour un Développement Humain Durable Programme PNUD MAG/97/007 DAP1 Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement 1 TABLE DE MATIERES INTRODUCTION

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Les métiers de la comptabilité

Les métiers de la comptabilité Les métiers de la comptabilité Présentation des métiers Les entreprises ne peuvent se passer de comptables. On trouve ces derniers partout ; ils travaillent soit dans des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail