PAUL CEZANNE. lil ~ Aix-Marseille III. Faculté d'economie Appliquée ANNALES EXAMENS Semestre 2. 1 ère Session.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAUL CEZANNE. lil ~ Aix-Marseille III. Faculté d'economie Appliquée ANNALES EXAMENS 2009-2010. Semestre 2. 1 ère Session."

Transcription

1 .d'...- UNIVERSITE lil ~ Aix-Marseille III PAUL CEZANNE Faculté d'economie Appliquée ANNALES EXAMENS Semestre 2 1 ère Session MASTERS lèreannée

2 Annales Masters SOMMAIRE 2e semestre- 1 re session MASTERS 1 ère année (MlIPE et CFFP) Conduite de projet TIC Développement local Droit et comptabilité Economie et comptabilité Econométrie appliquée Entrepreneur, coordination sociale et Institutions Exploitation informatisée Gestion de trésorerie euro et devises Ingénierie de la négociation Macroéconomie internationale Management de projet et knowledge Management Stratégie d'entreprise Systèmes bancaires et globalisation financière Techniques comptables approfondies pp 1-2 p3 P 4-7 pp 8-11 pp P 26 pp pp P 39 p40 pp pp pp pp LANGUES FACULTATIVES (Bonus) Allemand Chinois Espagnol Italien Japonais Russe pp P 65 pp P 69 pp P 74 1

3 Gestion de projets et TIC Mai 2010 Laurent DUCAU A partir du texte ci dessous vous mènerez une réflexion sur le Management de projet et les TIC dans les organisations en répondant aux 3 questions posées. Vous mettrez en évidence à la fin du document un lien entre les 3 questions et vous tirerez les conclusions de votre travail. Vous accorderez un soin particulier à la présentation du document ainsi qu'aux qualités de rédaction. GESTION DE LA CONNAISSANCE LE SUIVI DU PROJET: sans l'adhésion pleine et entière des salariés, l'échec est garanti L'adhésion des salariés, qui détiennent la connaissance, est indispensable au succès d'un projet de knowledge management. Plutôt que manier la carotte ou le bâton, mieux vaut pour l'entreprise jouer la carte du donnant-donnant et convaincre ses employés de l'utilité du système. Eliane Kan, 01 Informatique,!e 25/08/2000 L'adhésion des salariés est essentielle pour qui veut s'assurer du succès du knowledge management sur le long terme. Un portail ou un intranet qui n'est pas mis à jour régulièrement restera définitivement une coquille vide. Face à cette menace, les entreprises adoptent des attitudes diamétralement différentes. A commencer par la méthode coercitive. Il s'agit d'inclure dans la fiche de travail des salariés l'obligation d'alimenter la base de connaissances sous la menace de sanctions lors de l'évaluation annuelle. "Cette solution ne marche pas, insiste Patrice Nordey, consultant chez Europe, un cabinet de conseil en management. Car la qualité des informations recueillies ne sera pas forcément satisfaisante. " Une autre approche consiste à rémunérer les employés à raide de primes et autres récompenses. " Certaines entreprises gratifient leurs commerciaux en fin d'année pour qu'ils leur signalent dans leurs rapports de visite des informations exploitables par d'autres, relève Richard Collin, consultant chez Trivium, éditeur de knowledge management. Mais l'appât du gain n'est pas déterminant sur le long terme. Et, bien souvent, cela ne s'avère pas suffisamment rentable pour l'entreprise. " Les consultants en conviennent, le succès de l'opération repose sur le donnant-donnant. Quitte à offrir en outre des gratifications individuelles (perspective d'avancement, prise en compte dans l'évaluation annuelle, etc. ). L'idée est de montrer aux salariés concernés les avantages qu'apporte le projet: amélioration de la qualité des produits, meilleure connaissance des clients, gain de temps dans la recherche de solutions techniques, etc. C'est d'ailleurs l'un des principaux axes de communication utilisés par Air Liquide pour inciter ses chercheurs à alimenter son intranet dédié à la recherche. L'industriel encourage la fertilisation croisée d'idées entre les quelque trois cent cinquante chercheurs répartis dans le monde, travaillant aussi bien dans la métallurgie que dans le génie des procédés. La facilité d'utilisation est impérative Pour favoriser le transfert de compétences et de savoir-faire, Air Liquide a demandé à ses centres de recherche de lister sur l'intranet les moyens logiciels et expérimentaux dont ils disposent. En contrepartie, chacun sait désormais qui fait quoi dans la maison et accède même aux outils de calcul développés en interne. Ce qui évite d'avoir à constamment réinventer la roue. Pour conduire les chercheurs à publier les informations relatives à leurs travaux, l'équipe de développement a institué

4 l'usage de formulaires électroniques. " Comme nous ne souhaitions pas que les chercheurs aient des opérations compliquées à effectuer pour rentrer leurs informations, nous avons adopté XML", indique Jean-François Petrignani, le coordinateur du projet. Avantage: les intéressés tapent leur texte sans se soucier de sa mise en page. Lorsqu'il est validé, il est alors intégré dans une fiche au format XML, qui sera fusionnée dans la base de données et publiée dans une maquette dynamique. Faciliter l'accès et la publication des données est en effet l'une des composantes majeures du projet. Les programmes de formation individuels se révèlent même indispensables dès lors que les utilisateurs ne sont pas familiarisés avec l'informatique ou qu'ils doivent prendre en main des outils un peu complexes - les logiciels de cartographie de la connaissance, par exemple. " Ces produits servent à visualiser les tendances essentielles dans un important volume de données. Des outils d'aide à la réflexion qui ne sont pas faciles à utiliser", prévient Patrick Norday. " estime que la formation individuelle est une phase d'autant plus indispensable qu'elle permet de résoudre les problèmes d'appropriation de l'outil et de résistance au changement. Enfin, dernier aspect à ne pas négliger, l'ergonomie de la démarche. Dans certaines situations - dans le fond d'un atelier de soudure ou de peinture, par exemple -, il est souvent préférable de laisser l'employé recourir à un manuel papier plutot que de l'obliger à consulter un texte sur ordinateur. " faut également se souvenir qu'écrire ou rédiger des procédures ou un rapport de controle qualité peut constituer, pour certains, un obstacle important. Alors que ces tâches sont tout à fait remplaçables par des réunions formalisées, par exemple. " Pour anticiper ce type de situation, il faut d'abord s'appuyer sur plusieurs petits groupes pilotes", insiste Patrick Norday. Sachant qu'il faut souvent compter un certain temps, qui peut se traduire en semaines, entre le moment où le projet est lancé et celui où il commence à porter ses fruits. CINQ CONSEILS POUR IMPLIQUER SES SALARIES o 1- Miser sur l'ingénierie simultanée et participative. Chaque employé concerné par le projet exprime son propre cahier des charges. o 2- Montrer la plus-value métier que va apporter à chacun la base de connaissances. o 3- Ouvrir la base de connaissances au plus grand nombre afin d'instaurer un climat de confiance dans r entreprise. o 4- Mettre en place un programme de formation individuelle pour s'assurer que chacun pourra accéder à la base de connaissances et l'alimenter. o 5- Mener une véritable campagne de communication en interne pour inciter les salariés à s'impliquer et à faire vivre la base de connaissances 1) Que pensez vous de la rémunération et de la coercition comme outils de management et de motivation dans une équipe projet? (2 pages maximum / 5 points) 2) En quoi les différents axes de communication, le Knowledge Management, les TIC et les systèmes d'information sont ils des thèmes centraux pour le Management d'une organisation par proj et? (2 pages maximum / 5 points) 3) Quelles sont les limites de la thèse développée dans le texte ci avant? (2 pages maximum / 5 points) 4) Lien entre les 3 questions et conclusion (2 pages maximum / 5 points) La totalité de votre travail ne dépassera pas 2 copies doubles. Chaque question ~era identifiée.

5 Développement local M1 Examen 2h Vous traiterez la question suivante: Dans quelle mesure l'etat doit-il inten'enir pour modifier la répartition des activités dans l'e~pace?

6 MASTER 1 ANNEE COlnptabilité Finance Fiscalité et Patrimoine EPREUVE: DROIT ET COMPTABILITE Durée: 2 Heures Documents autorisés : Plan Comptable Général et calculatrice de base Le sujet est composé de quatre cas distincts. La qualité rédactionnelle du candidat, la présentation soignée de la copie seront appréciées dans la note finale. CAS N l Le 10/2/2007, la SA FERRA T, qui relève de l'impôt sur les sociétés,et qui est assujettie à la TVA, reçoit une notification émanant du Conseil Régional, l'informant de l'obtention d'une subvention d'investissement de 50 OOO. Cette subvention aidera la SA FERRAT à financer partiellement une lnachine industrielle qui lui permettra de produire des robots destinés à des entreprises innovantes en matière de haute teclmologie. La SA. FERRAT a déjà versé par chèque, le 20 Février 2007, un acompte de 15 OOO au fournisseur, la SA TECHNIC PLUS. Le 1 Mars 2007, la SA. FERRAT reçoit par chèque la subvention. Le 15 Mars 2007, la machine est livrée et installée. La facture du fournisseur TECHNIC PLUS est datée du 15 Mars Elle se présente ainsi: Montant HT de la nlachine : Relnise 10% : Net Comlnercial Frais d'installation TVA 19,60% Acolnpte versé Reste à payer La facture sera réglée par traite, échéance le 30 Avril La nlachine est lnise en service le 1 Juin 2007 La lnachine est amortissable selon le mode linéaire. La durée d'utilisation du bien est de 4 ans. La SA. FERRAT opte pour l'étalement de l'imposition de la subvention d'investissement. QUESTIONS 1 Enregistrer dans l'ordre chronologique toutes les écritures relatives à l'exercice 2007 sachant que l'entreprise clôture ses comptes le 31 Décembre de chaque année. 2 Le 15 Février 2010, la SA.FERRAT cède la nlachine à une entreprise industrielle assujettie à la TVA. La SA. FERRAT reçoit un chèque de 60 OOO Enregistrer sur l'exercice 2010 les écritures relatives à cette situation 3 Dégager le résultat de cession et qualifiez-le au point de vue fiscal

7 CAS N Le cabinet d'audit KPMG que vous avez contacté pour une demande de stage vous a répondu et à l'issue de l'entretien que vous avez eu avec Monsieur Lecompte, responsable des ressources humaines, ce dernier vous soumet le test suivant pour tester vos connaissances. 1 Quelle écriture doit enregistrer une société anonyme lorsqu'elle opte pour l'étalement des frais d'émission d'elnprunt obligataire: montant TTC des frais: Il 960- TVA 19,60% 2 Quelle écriture doit-on enregistrer pour constater une dotation aux mnortissements dérogatoires? 3 Quelles sont les écritures qu'une SA doit enregistrer lorsqu'elle distribue en 2010 à ses administrateurs des jetons de présence ordinaires pour un montant global de 230 OOO? 4 Enregistrez l'écriture qui constate un gain latent de change sur une dette fournisseur d'immobilisation. 5 Quelle est l'écriture qui constate l'amortissement de la prime de remboursement de l'emprunt obligataire? 6 Monsieur Martin, exploitant individuel, a prélevé, à des fins personnelles, sur son stock de 111archandises, un lot d'une valeur HT : 3 OOOE -TVA 5,50/0. Quelle écriture enregistrezvous? 7 Madame Foucher, gérante majoritaire d'une SARL soumise à l'is, a une rémunération Inensuelle de 2 500E. Quelle écriture convient-il d'enregistrer chaque fin de mois? 8 Quelle écriture enregistrez-vous pour constater une provision pour perte de change? 9 Monsieur Dupont, gérant minoritaire d'un SARL relevant de l'is, apporte à la société qui a besoin de liquidités, la somme de 12 OOO. Monsieur Dupont établit un chèque à l'ordre de la SARL. Quelle écriture enregistrez-vous? 10 Quelle écriture convient-il de comptabiliser pour constater un paiement par chèque d'une annuité d' en1prunt.? L' einprunt étant remboursable par amortissement constant. 5, /./

8 CAS N V ous disposez d'un extrait de la balance avant inventaire de la SARL CAMPIONE qui a une activité mixte ( commerciale et industrielle). Elle est assujettie à la TVA au taux de 19,6% sur l'ensemble de ses opérations. Extrait de balance avant inventaire exercice 2009 POSTES SOLDE DEBITEUR SOLDE CREDITEUR 311 Stock matières premières Stock produits finis Stock Inarchandises Dépréciation stock Inarchandises Clients douteux Dépréciations clients douteux 2000 L'exercice colnptable de la SARL CAMPIONE coïncide avec l'année civile. Infonnations relatives aux travaux d'inventaire de l'exercice 2009 : 1 Une facture d'achat de Inarchandises d'un montant HT 5 OOO a été enregistrée le 12/12/2009 mais à la clôture des comptes les marchandises n'avaient toujours pas été livrées. 2 Les clients douteux figurant dans la balance avant inventaire sont insolvables. 3 L'inventaire au fait ressortir les éléments suivants: --Stock final de matières premières: Stock final de produits finis Stock final de n1archandises QUESTIONS 1 Elu"egistrez dans le livre-journal les écritures d'inventaire que vous jugez utiles pour l'exercice Calculer la production stockée de l'exercice

9 CAS N La SARL «Coté Sud» spécialisée dans l'organisation d'événements culturels dans le sud de la France, a été constituée en Le capital social divisé en parts sociales de 1 OOE nominal, est réparti ainsi: --Monsieur Lebon Eric, majeur, détient parts sociales --Madame Assayas Nadine, majeure, détient parts sociales --Mademoiselle Lebon Mireille, majeure, détient parts sociales Mlle Lebon Mireille est la fille de Monsieur Lebon Eric. Monsieur Lebon Eric est le gérant de la SARL «Coté Sud». Monsieur Lebon Eric et Madame Assayas Nadine n'ont aucun lien de parenté. La SARL relève de l'ünpôt société QUESTIONS 1 Est-ce que Monsieur Lebon Eric peut cumuler son mandat social de gérant avec un contrat de travail dans la SARL Coté Sud? Justifier. 2 La SARL rén1unère Monsieur Lebon pour son mandat de gérant. Est-ce que la réinunération versée par la SARL est déductible? Dans quel revenu catégoriel, Monsieur Lebon doit-il déclarer cette rémunération?

10 Ml. SESSION EVALUATION. (Joindre impérativement à la copie la feuille à compléter) Cas N l : Evaluation de la société Defontaine. Evaluez la Société Defontaine selon la méthode de la rente abrégée du Goodwill par la methode des CPNE. Les CPNE sont rémunérés à 6%. La rente du goodwill est actualisée à 15% sur 5 ans.. Remarques: Vous ne tiendrez compte d'aucune fiscalité sur plus ou moins value. Le BFRE au NO est estimé à La valeur vénale du bien en crédit bail est aussi sa valeur d'utilité. Les charges financières figurant au compte de résultat concernent pour moitié des dettes à court terme. Là société Les F\rges de ~fastaing désire absorber au 1.1.Nl la société ~~fon~ine d.,~n: le b an au 31.12,NO est présenté ci-après en annexe 1. La valeur de repnse de la SOCIete Defo taine est fi.."{ée de la manière suivante: - terrru. hors exploitation - installations techniques et constructions - mobilier et matériel de bureau...;. les autres éléments sont repris pour leur valeur bilantielle F F F ~ il Y a lieu de tenir compte d'un bien en crédit-bail dont les données financières figurent dans le tableau ci-dessous:. Échéance NI N2 N3 N4 Valeur vénale du bien Amortissement Intérêt Annuité N A.NN~l Bilan de la société Defontaine au NO (schéma), Jmmobiüsations incorpor~lles terrains 1 constructions installations techniques matériel de transport mobilier et matériel de burèau immobilisations financières (dépôts) actif circulan t total actïî ; brut amortissements et provisions o ' net , capitaux propres autres foqds propres provisions pour risques et charges dettes. to ta! passif , 0: o Don t terrain hors exploitation : F.

11 AL'lNEXE 2 Tableau des résultats prévisionnels (en milliers de francs) Société Defontaine < Années NI N2 N3 N4 Ventes Revenus terrains hors exploitation Variation stock produits fabriqués Achats consommés Autres charges externes Crédit-bail V.~up..AJOUTÉE Charges de personnel Impôts et taxes EXCÉDENT BRUT D'EXPLOITATION Charges fulancières Dotations aux amortissements Réstùtat courant avant impôt Reprise provision pour hausse de prix 140 Reprises amortissements sur réévaluation [mpôts sur les bénéfices (1) Immobilisations uniquement ANNEXE 3 Plan de fm~cement prévisionnel (en milliers de francs) Société Defontaine )!! N5 6QOOO Années NI N2 N3 N4 RESSOURCES Capacité d'autofinancemen~ Emprunt à long terme 1000 Augmentation dettes à court teffile EMPLOIS: Investissements d'exploitation Augmentation du stock Augmentation autres actifs circulants e Remboursement emprunt Dividendes N

12 Cas N 2 : Evaluation de la société PICCHI par la méthode des multiples. ".. '. SachOri f que I~ 'mbyértn~des itj~-i;f~l~s d U ;ê~~lf~fèl'&prbit~f~b.h ~~à~,~k '~~êiê~~;~9inpêr"ùi tables s'établif ô. 10 et que Id moyénfols' des PER::2!OQ~9):I~~ \so:çi~.tê~ ~.ç~rnpàfgj~1~s~.~.$1~to~qj~fcêr: l~;:5!~<u êbl~ujez. Ja yore.ür d~$.' êapüàux. propres.'.:dè: id',$6'giêt~ :PitGhC.~;.d6:lii't l~s.:: P:db:Ç.i-i?b.t~~;'-d:8rtA~é.~}~ffh~6h(iÙ çn-$efte'mer)t net au.3.l/12j2008 '.: 100" :0.0..,;.'... '.. :'. :.;.'.. :-.,,0... :.:., r.~,:o:n:~i.:'::: ~ :o\;:'!?<;' /fa

13 Feuille à compléter à joindre impérativement à la copie Cas N l : Evaluation de la société Defontaine. ELEMENTS A VALORISER, actif net réel d'exploitation VALEURS éléments hors exploitation Exercice 1 : Exercice 2 : CPNE Exercice 3 : Exercice 4 : Exercice 5 : Exercice 1 : Exercice 2 : profit correspondant aux CPNE Exercice 3 : Exercice 4 : Exercice 5 : Goodwill valeur des capitaux propres Cas N 2 : Evaluation de la société PIC CHI. Evaluation par le résultat d'exploitation Evaluation par le PER

14 Ml 10 mai 2010 Exercice 1 ECONOMETRIE APPLIQUEE E. Flachaire et A. Taranco On cherche à expliquer le logarithme du prix des diamants par leur poids. Le prix des diamants est exprimé en dollars de Singapour et leur poids correspondant en carats. Les variables sont: LNPRIX = In(pRIX) Poids Les résultats de l'estimation par Moindres Carres Ordinaires sont: Modèle 1: MCO, utilisant les observations Variable dépendante: LNPRIX 1 Variable Constante Poids Coefficient 6, ,84155 erreur std. 0, t de Student 66,64 p-value 0,0000 3,13e-184 *** *** Moyenne variable dépendante 8, Somme carrés résidus 13,12255 R2 0, F(l, 30~) 4441,062 Log de vraisemblance 48,95514 Critère de Schwarz -86,45008 Écart- type variable dépendante Écart-type de régression R2 ajusté p. critique (F) Critère d'akaike Hannan-Quinn 0, , , ,le-l84-93, , Calculez les valeurs manquantes dans le tableau de résultats.

15 2. La constante, la variable Poids sont-elles significatives? 2 3. Interpréter la constante et le coefficient de la variable poids. A3

16 6. Quelle interprétation faites vous de la valeur du R2? 4

17 Exercice 2 5 On analyse le taux de chômage Y dans chacune des régions de la France métropolitaine à la fin de l'année 2008 à l'aide des variables suivantes: - Le nombre de faillites d'entreprises au cours de l'année 2008 par région (variable Xl) - Le nombre d'établissements de construction par région en 2008 (variable X2) - Le nombre de commerces par région en 2008 (variable X3) - Le nombre d'établissements de service par région en 2008 (variable X4) - Le nombre d'industries agro-alimentaire par région en 2008 (variable X5). (Données INSEE) Les résultats de l'estimation par Moindres Carres Ordinaires sont: Modèle 1: MCO, utilisant les observations 1-22 Variable dépendante: Y Variable Constante Xl X2 X3 X4 X5 Coefficient erreur std. t de Student 12,5732 1, ,362 2, , ,667-0, , ,615 0, , ,3644-0, , ,206 2,7246 1, ,697 p-value 1,60e-06 0,0021 0,0188 0,7204 0,0055 0,1090 *** *** ** *** ** Moyenne variable dépendante 9, Écart-type variable dépendante Somme carrés résidus 13,87999 Écart-type type de régression R2 0, R2 ajusté F(5, 16) 6, p. critique (F) Log de vraisemblance -26,15011 Critère d'akaike Critère de Schwarz 70,84648 Hannan-Quinn 1, , , , , , Interprétez les résultats obtenus (significativité des variables et signes des coefficients).

18 6

19 7 2. Interprétez la valeur du coefficient de la variable X2 et de la constante. 3. Calculer le taux moyen de chômage pour les régions suivantes: Régions Île-de-France Provence-Alpes Côte d'azur X1 X2 6, , , , X3 X4 14, , , , X5 0, ,

20 4. Comment expliquez vous la différence numérique entre les valeurs du R2 ajusté et du R2 nonajusté? 8

21 9 Exercice 3 Répondre aux questions suivantes en cochant la ou les bonnes réponses. 1. La probabilité critique, ou p-value, d'un test est égale a On rejette l'hypothèse testée à: o 10% o 5% o 1% 2. La probabilité critique, ou p-value, du test de nullité d'un coefficient estimé est égale à Le logiciel GRE TL lui associe: o 0 étoile o 1 étoile o 2 étoiles o 3 étoiles 3. Le principe de l'estimation des coefficients par la méthode des MCO repose sur la minimisation: o de la somme des résidus o du produit des résidus o de la somme des résidus élevés au carré o du produit des résidus élevés au carré 4. Un modèle de régression linéaire peut rendre compte d'une relation non-linéaire entre la variable dépendante et les variables explicatives: o Vrai o Faux 5. Un intervalle de confiance a 95% d'un coefficient estimé contient: o les valeurs du coefficient qui sont rejetées par un test de Student à 5% o les valeurs du coefficient qui ne sont pas rejetées par un test de Student à 5% 6. Un test de Student permet de tester la nullité conjointe de deux coefficients (b 1 =0 et b2=0). o Vrai D Faux

22 Exercice 4 Cet exercice concerne l'article de W. Easterly, vu en cours: "Re living the 50s: the Big Push, Poverty Traps, and Take-offs in Economic Development" 1. Expliquez le terme «divergence big time» 10

23 Il 2. Easterly utilise dans son article des régressions pour tenter d'expliquer le «divergence big time». Précisez les variables dans ces régressions: Variable dépendante: Variables explicatives:

24 12 3. Quelles régions, dans le tableau suivant, ont connu des «Take off» au sens d'easterly? On justifiera la réponse. Périodes Régions Afrique 0.3% 0.6% 0.9% 1.8% 0.2% Caraibes -0.3% 1.8% 1.4% 3.2% 1.0% Asie de l'est -0.1% 0.5% -0.1% 3.5% 3.4% Europe de l'est 0.6% 1.4% 0.6% 3.7% 0.4% Amérique latine 0.0% 1.8% 1.4% 2.5% 0.8% Asie de l'ouest 0.4% 0.9% 1.3% 4.4% 0.2%

25 4. Quelle est la conclusion de l'article? 13

26 LA ~ ~~~III~~~~~I~I~II~~I~IIIIIIIIIII ~III~~~I~II~~~IIIIIIIIIIII~IIIIIIIII m ~ ~~I~~~~I~III~I~~~I~lli~I~;~III~II~lilllll ~m~~mroid~mromidomidn~~idn~~o~~nmnnm~mn~id~rorommm ~ ~~~~~g~~~6~~~~~~~~idffi~g~~m~~~~~~~~~~~~~~~~ ~ O~~IDIDID~~~rororororommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm,~ ~IO ~o ~~;O ~o ~o 1 0 ~o ~o ~~ 1 0 ~O;~ ~~ I~ I~ ~~ I~ I~ I~ I~ [i~ I~ I~ ~~ ~~ I~ i~ I~ 1 0 -c ~~~~~~~~~~~~ffiidg~~~~~~~~g~g~g~~~~~~~~~~~~~ ~O).NIDO~~~~~OM~~m~N~~IDID~rororommmmmmmmmmmmmmmmm I~ I~ ~~ [i]~ I~ I~ I~ I~ I~ I~ ~O O~~IDIDID~~~rororororommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm ~O) ~E ~~olo~olo~~iolo~ol~i~~~~ol~~ol~~olololo~o~o~olololo~ol 1~10[!]0~ ~01~10 ~~~~~~~N~~~M~~~~~~~~~~~~~~~ffiR~~~m~~~~~~~~ ~~ ~~~mm~o~~on~~m~nm~~id~~rorommmmmmmmmmmmmmmmm e o O~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~. z- ~midrooo~mm~mroro~roon~o~romro~mid~rom~mro~~~~wrommm O.~ ~~~lolo~o~o~oio~olo;~lolo~o~olo~olol~;oiolololo~ololo~~lo~~lo~ololololo~oloiol~lo.- rn ~ ~ ~ ~ ~ R ~ ~ R ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ffi ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 00) O~~~IDID~~~~rorororommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm - m~mm~midm~ro~~idnidm~~mnro~~~~m~roidm~~m~~~rommm Cl).Q ~ ~ ~ 0 m 0 ro ~ 0 N ~~ ~~~~~I~I~;~I~I~~~IOIOIOI~;~I~I~I~~~I~;~I~I~~~I~I~I~~O~~1~~~I~I~I~~~IOIOIOIOIOI~I~ ID ~ ~ ~ ID M ro 0 M ID ro ro ID M ro M ~ ~ ID ~ ro ro m m m m m m m m m ~~ O~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~ ~I~~~I~I~~~I~I~~~~~~~;~I~I~I~~~I~~~I~~~~~~~~~I~I~~~;~I~I~~~I~~~;~;~I~I~I~I~I~I~I~ ~O) N~~R~~~~~~~ID~~~~~~~~~~g~~~~~~~~~m~~~~~~~~ ~o~ronidmmidmn~idroonm~~id~~rororommmmmmmmmmmmmmmm o~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ U ommm~m~m~~romidid~o~idid~~~nidmnm~id~rorommmmmmmmm c.o~ron~mnidm~~idroonm~~id~~rororommmmmmmmmmmmmmmm 2 ~1:~:;~~:;:~:~~;;I:~:~~I:~:I:i;I:~:I:I:I~~:I~~;I:I~I~~~I~;~;;I~~~I~~~I~I~I~I~I~I~ o o o~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~ ~III~;III;~III;~I~;IIIIIIIIIIIIIIII G~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~~

27 Université Paul Cézanne Faculté d'économie Appliquée Master 1 et Magistère JCE - 2 ème année Entrepreneur, coordination sociale et Institutions Première session, deuxième semestre, mai 2010 Cours du Professeur Jean-Yves Naudet Durée : 2 heures Traitez, au choix, l'un des deux sujets suivants: 1) - La cohérence des systèmes de marché et de plan (la dichotomie des systèmes). 2) - La dynamique de l'échange.

28 Université Paul Cezanne Aix-Marseille 111- FEA - Master 1 (économie-gestion) UE Exploitation Informatisée des Données de l'entreprise - Pierre Y. ROLLAND EXAMEN 1 E SESSION - 14 MAI 2010 DUREE: 2 H 00 DOCUMENTS, CALCULETTES, TELEPHONES, ASSISTANTS NUMERIQUES, PDAPHONES, ETC: NON AUTORISES o Remplissez le cadre triangulaire de votre copie puis cacheter en rabattant le triangle noir. 8 Détacher du sujet polycopié, la dernière page, qui est la Fiche de réponse sur laquelle vous inscrirez toutes vos réponses, et qui sera agrafée, au moment du rendu, à votre copie cachetée, afin de garantir l'anonymat de la correction. IMPORTANT: + Aucune réponse ne doit donc être donnée sur votre copie cachetée ni sur le sujet polycopié. + Vous ne devez en aucun cas inscrire sur votre Fiche réponse votre nom ou tout autre identifiant personnel... Les questions dans lesquelles il ne sera en aucun cas appliqué de {( points négatifs pour réponse exprimée par l'étudiant mais fausse» sont repérées par l'icône «canapé» suivante :..r. e Dans toutes les questions à choix multiples (QCM), un seul des choix proposés (lettres) est exact. " Attention, sur la Fiche reponse chacune de vos réponses (lettre, chiffre, nombre) doit tenir entièrement à l'intérieur de la casedes bonnes grosses lettres bien visibles par le(s) voisin(s) d'examen entraîneraient la nullité de toutes les questions concernées: on rappelle qu'il s'agit d'un examen individuel et non d'un examen collectif... Section A QUESTIONS D'ASSIMILATION ET DE REFLEXION 1." A propos du CRISP-DM Vous devez remettre dans l'ordre les 5 étapes du CRISP-DM rappelées ci dessous dans le désordre. Pour cela, vous remplirez les 5 cases ci dessous avec les lettres successives correspondant à l'ordre que vous avez choisi. A titre d'exemple, si vous pensez que l'ordre réel est exactement l'inverse de l'ordre donné ci dessus, vous inscrirez E,D, C,B,A dans les 5 cases respectives. «A}} = Prétraitement et/ou nettoyage des données «B» = Sélection parmi les données disponibles «C }} = Evaluation et/ou interprétation des patterns obtenus «D}} = Fouille de données: mise en oeuvre d'algorithmes spécifiques produisant une énumération de patterns «E» = Transformation: couramment, projection ou réduction des données Etapel :0 Etape2 :0 Etape3 :0 Etape4: 0 Etape5 :0 2.En matière d'algorithmes génétiques, diriez vous que: A. Une population plus nombreuse permet toujours de meilleurs résultats B. Il y a un minimum et un maximum entre lesquels on obtient les meilleurs résultats C. Une population moins nombreuse permet toujours de meilleurs résultats Lettre choisie : 0

29 3. En matière d'algorithmes génétiques, diriez vous que: A. Un taux de mutation plus haut permet toujours de meilleurs résultats B. Il Y a un minimum et un maximum entre lesquels on obtient les meilleurs résultats C. Un taux de mutation plus bas permet toujours de meilleurs résultats Lettre choisie : D 4.En matière d'algorithmes génétiques, diriez vous que: A. Un taux de croisement plus haut permet toujours de meilleurs résultats B. Il Y a un minimum et un maximum entre lesquels on obtient les meilleurs résultats C. Un taux de croisement plus bas permet toujours de meilleurs résultats Lettre choisie : D 5. A propos des réseaux de neurones (RdN), laquelle des propositions suivantes est vraie? A. Tout logiciel de RdN ne peut exploiter que des datasets dont tous les attributs sont symboliques. B. Tout logiciel de RdN ne peut exploiter que des datasets dont tous les attributs sont numériques. C. Certains logiciels de RdN peuvent exploiter ces 2 types de datasets, via une conversion automatique symbolique~numérique Lettre choisie : D 6. A propos des arbres de décision, laquelle des propositions suivantes est vraie? A. L'ajout d'un exemple incohérent a généralement des conséquences plus graves que l'ajout d'un exemple hors-normes. B. L'ajout d'un exemple hors-normes a généralement des conséquences plus graves que l'ajout d'un exemple incohérent. C. L'ajout d'un exemple hors-normes ou d'un exemple incohérent ont généralement des conséquences tout aussi graves l'un que l'autre. Lettre choisie : D 7. On considère les courbes de performance de la figure suivante, obtenues avec l'un des logiciel utilisés en TD S'agit-t-il d'un réseau de neurones ou d'un arbre de décision? A. Réseau de neurones. B. Arbre de décision. Lettre choisie : D 7.2. Y a-t-il surapprentissage? A. Oui. B.Non. Lettre choisie : D Quelle est la valeur finale de l'erreur d'apprentissage? Votre réponse (un nombre positif ou nul) : D Sum of Squares Error 28 Test 8 2 5' \0 Split Count tb -

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 1 2.10 Le Bon Vieux Temps inc 2 Fondée par M. Honoré Tremblay le 1 er octobre 20-2, la société Le Bon Vieux Temps inc. est une entreprise qui se spécialise dans la vente de meubles

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

1. Établir le bilan de l'entreprise au 2 janvier 2009 après ces deux opérations.

1. Établir le bilan de l'entreprise au 2 janvier 2009 après ces deux opérations. BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2010 (Nouvelle Calédonie) SERIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION EPREUVE ECRITE DE LA SPECIALITE COMPTABILITE ET FINANCE D ENTREPRISE CORRIGE DOSSIER 1 - CRÉATION

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen Porrentruy Gestion financière - SED3 EXAMEN Session Juin 2013 Gestion financière Donnée de l examen Nom : Prénom : Durée : 160 minutes (2 heures 40 minutes) Matériel autorisé : Calculatrice non programmable

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION (STMG) GESTION ET FINANCE ÉPREUVE DE SPÉCIALITÉ PARTIE ÉCRITE SESSION 2014 ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée : 4h Coefficient

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base Fait par Christophe Lemaigre. COMPTABILITE Principes de base Le bilan est une photographie du patrimoine de l'entreprise. Il est formé de l'actif et du passif. Actif : utilisations, emplois de l'entreprise.

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - OPÉRATIONS ÉCONOMIQUES COURANTES A. OPÉRATIONS DIVERSES A l aide de l annexe 1, comptabiliser au journal de la SARL PROGOLF

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE - SESSION 2013 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE LA SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D'ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier

Plus en détail

DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 - AUGMENTATION DE CAPITAL 1. Préciser les limites dans lesquelles le prix d'émission doit se situer en cas d augmentation de capital.

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT La plupart des immobilisations corporelles qui figurent à l actif de l entreprise se déprécient soit à cause de l usure qu elles subissent (c est le cas des

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

La valeur actuelle d'un élément de parc informatique

La valeur actuelle d'un élément de parc informatique La valeur actuelle d'un élément de parc informatique Propriétés Intitulé long Intitulé court Formation concernée Matière Présentation Notions du programme Description Exonet sur la gestion financière d'un

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES I. Les achats d immobilisations Les immobilisations sont des biens matériels et immatériels qui sont achetés par l entreprise afin de servir de façon durable à son exploitation

Plus en détail

Tutoriel - flux de facturation

Tutoriel - flux de facturation 1 of 12 17.01.2007 01:41 Tutoriel - flux de facturation Le schéma ci-dessous illustre le flux de facturation classique : Lors de la création d'une facture, elle possède l'état de brouillon, ce qui veut

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Première partie : Les travaux d inventaire. Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24

Première partie : Les travaux d inventaire. Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24 Première partie : Les travaux d inventaire Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24 Premier dossier : Les activités liées aux immobilisations et à leurs amortissements Chapitre 1 : Les travaux

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE 1. Indiquer la signification de ce sigle. ANC : Autorité des normes comptables

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2011 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D'ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE 1 RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE Division des entreprises et des publications Direction des décisions de l'impôt Direction générale de la politique et de

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle moyen Comptabilité Classe de 10CM Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal de devoirs: 2 devoirs

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION N à compléter Mise à jour : le 13/09/2007 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A L EQUIPEMENT DES ENTREPRISES DE MOBILISATION DES PRODUITS FORESTIERS (DISPOSITIF 123B DU PLAN DE DEVELOPPEMENT RURAL

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Chapitre 12. Les modes de financement. 1 Exercice 12.07

Chapitre 12. Les modes de financement. 1 Exercice 12.07 Chapitre 12 Les modes de financement 1 Exercice 12.07 Augmentation de capital Début janvier N, les dirigeants de la SA VIDEOCOM décident deux opérations : - la création d'une filiale, la société anonyme

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité 0202 Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité I PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE ص 0 من 00 PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS 1. INTRODUCTION AUX TRAVAUX DE FIN D

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

VigiCompta, l A.G.A. VigiCompta, l AGA et Vous janvier 2013 p 1 / 32

VigiCompta, l A.G.A. VigiCompta, l AGA et Vous janvier 2013 p 1 / 32 VigiCompta, l A.G.A. Pas à pas réalisé par gilles guillon. Janvier 2013 N engage en rien Prokov Editions Si questions relatives à ce livret : courriel : pasapas@laposte.net VigiCompta, l AGA et Vous janvier

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail