POLITIQUES GÉRONTOLOGIQUES et gestion des Établissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes. Executive Master. Promotion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUES GÉRONTOLOGIQUES et gestion des Établissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes. Executive Master. Promotion 2010-2011"

Transcription

1 POLITIQUES GÉRONTOLOGIQUES et gestion des Établissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Executive Master Promotion Direction : Luc BROUSSY, Directeur EHPA CONSEIL DOSSIER DE SOUTENANCE PUBLIQUE Prénom : Valérie NOM : VERCHEZER Date de la soutenance : Titre du mémoire Le bénévole d accompagnement du grand âge en EHPAD : acteur et diffuseur d une culture du «prendre soin citoyen» jusqu à la fin de la vie Nom du tuteur : Michel AGAESSE Pour contacter Valérie VERCHEZER :

2 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier très chaleureusement mon tuteur de mémoire Michel Agaesse pour m avoir accompagné tout au long de ce travail avec un regard stimulant, rigoureux et avisé. Mes vifs remerciements et ma gratitude vont également à toutes les personnes qui ont accepté de répondre à mes sollicitations, et qui, par leur témoignage d experts, ont contribué à la réalisation de ce travail. Un remerciement particulier à ma collègue et amie accompagnante bénévole en gérontologie, Claudette Roche, avec qui je partage depuis des années une complicité d engagement au service des personnes âgées les plus vulnérables, les plus sensibles à la qualité d un prendre soin citoyen. «Ceux qui ont très peu de jours et ceux qui sont très vieux sont dans un autre monde que le nôtre. En se liant à nous, ils nous font un présent inestimable». Christian BOBIN 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION PARTIE I - L EHPAD : LIEU DE VIE, LIEU DE SOIN, LIEU DU PRENDRE SOIN I.1 Qu est-ce qu un EHPAD? I.1.1 Une maison de retraite médicalisée I.1.2 Principales caractéristiques I.2 Les personnes âgées accueillies en EHPAD I.2.1 Une entrée tardive et souvent en dernier recours I.2.2 Le profil des résidents I.2.3 Une pathologie de plus en plus fréquente : la maladie d Alzheimer I.2.4 Le grand âge fragile et vulnérable I.3 Mission des EHPAD : la qualité de vie, la qualité de soin I.3.1 La qualité de vie : quels contours? I.3.2 Le projet d établissement : un projet de vie et un projet de soin I.3.3 Accompagner la vie : le cœur et la mission de l EHPAD I.4 L EHPAD : un lieu de vie jusqu à la fin I.4.1 Les soins palliatifs : quels contours? I.4.2 Le développement de la démarche palliative dans le médico-social I.4.3 L EHPAD : un modèle en mutation PARTIE II - LE BENEVOLE EN EHPAD : UN ACTEUR DE L ACCOMPAGNEMENT DU GRAND AGE II.1 Les contours du bénévolat II.2 Panorama du bénévolat II.3 Le bénévolat associatif en milieu hospitalier : une référence pour le médico-social 3

4 II.4 Le bénévolat en EHPAD : un paysage multiforme à explorer II.5 Diversité des bénévolats : repérage dans quatre EHPAD II.5.1 Les bénévoles individuels ou indépendants II.5.2 Les bénévoles du culte II.5.3 Les bénévoles associatifs II.5.4 Le bénévolat centré sur l animation et le service II.5.5 Le bénévolat d accompagnement relationnel : écoute et présence II.5.6 Tous bénévoles, tous accompagnants? PARTIE III LE BENEVOLAT D ACCOMPAGNEMENT EN SOINS PALLIATIFS : SPÉCIFICITES, ORIGNIALITÉ III.1 Un bénévolat associatif III.1.1 Qu est-ce qu une association d accompagnement? III.1.2 Qui sont les accompagnants bénévoles? III.1.3 Zoom sur l ASP fondatrice III.1.4 Réflexion associative face aux évolutions sociétales III.2 Un bénévolat reconnu et encadré par la loi III.2.1 Le seul bénévolat reconnu par la loi III.2.2 Des engagements réciproques formalisés au travers d une convention III.2.3 Une GRH bénévole : Sélection, formation, suivi III.3 Un bénévolat partenaire des professionnels du soin III.3.1 Un partenariat de complémentarité qui se construit dans la durée III.3.2 Complémentarité : à quels niveaux? III.4 Le bénévolat d accompagnement : une réponse adaptée, une culture à diffuser III.4.1 Une réponse adaptée à double niveau III.4.2 Une culture du prendre soin citoyen à diffuser 4

5 PARTIE IV POUR LA DIFFUSION D UNE CULTURE DU BENEVOLAT D ACCOMPAGNEMENT DU GRAND AGE IV.1 Adaptation des associations aux nouvelles formes d engagement bénévole IV.1.1 Le rôle essentiel des associations IV.1.2 Le changement des modes d engagement bénévole IV.1.3 Le développement du bénévolat des seniors IV.2 Développement du travail inter associatif et de la coopération territoriale IV.2.1 Du travail associatif au travail inter associatif IV.2.2 L inscription dans une dynamique de coopération territoriale IV.3 Ouverture de l EHPAD sur l environnement local IV.4 Reconnaissance officielle du bénévolat associatif IV.5 Développement des solidarités intergénérationnelles CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

6 INTRODUCTION «Prendre soin du grand âge vulnérable» : un projet de société utopiste ou réaliste? Un défi à relever pour une société plus solidaire et plus humaine? Telles sont les questions qui se posent aujourd hui avec force par temps de crise économique, financière, politique, sociale. L argument économique a été brandi par le gouvernement pour justifier le report de la réforme de la dépendance après six mois de grand débat national. Or le vieillissement de la population ne recule pas, bien au contraire. Pour le démographe Gérard-François Dumont 1, le vieillissement démographique de la France a quatre causes principales : «l augmentation de l espérance de vie, la baisse de la fécondité, les flux migratoires et l héritage des évolutions passées». Selon les projections de l INSEE 2, «une personne sur trois aura plus de 60 ans en 2060», soit près de 24 millions de personnes. Mais c est surtout la part de la population la plus âgée qui progressera le plus fortement au cours des prochaines décennies. Au point que les «plus de 85 ans», au nombre de 1,4 million en 2011, seront 5,4 millions en 2060, soit quatre fois plus nombreux. Même si la plupart de ces personnes vivra plus longtemps en bonne santé, et si des incertitudes demeurent sur le nombre de personnes âgées dépendantes 3, il n en reste pas moins qu un nouveau groupe d âge est apparu chez les plus de 85 ans : celui du grand âge. Il correspond à l âge de la grande vulnérabilité où le risque de la perte d autonomie et de la maladie s accroît fortement. Il représente un enjeu de société qui ne peut se résumer à la seule question de la dépendance génératrice de dépenses. Il a un impact sur toutes les politiques de santé et de prévention, de logement et d habitat, d aide à la personne et d aide aux aidants, de solidarité intergénérationnelle et de citoyenneté. Quelle prise en charge et quel accompagnement doit-on organiser autour des personnes très âgées dont l état de santé est non seulement troublé par une ou plusieurs pathologies (dont les démences), mais aussi par le grand âge qui les rend particulièrement fragile? Ce sont majoritairement ces personnes que l on retrouve aujourd hui en maisons de retraite médicalisées appelées établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), qui y sont entrées pour la plupart en dernier recours ou dans l urgence, face à l impossibilité de rester chez elles. Ces 1 Conférence «Géographie de la population et évolution des âges», Master Politiques gérontologiques et gestion des EHPAD, Sciences Po, 22 juin Blanpain N., Chardon O., Projections de la population à l horizon 2060, INSEE Première, n 1320, octobre Les personnes âgées dépendantes seraient en 2025 et d ici 2040, selon les données de l INSEE, «La dépendance des personnes âgées : une projection en 2040», Données sociales,

7 établissements si souvent décriés, sont non seulement des lieux de vie et de soin, mais des lieux de fin de vie. Le développement de la démarche palliative y est devenu incontournable. Accompagner la vie jusqu à la fin est le cœur de la mission des EHPAD. C est une démarche centrée sur le prendre soin de la personne dans sa globalité et dans sa singularité, centrée sur la relation humaine qui est l affaire de tous les acteurs (professionnels, proches, bénévoles). Et, les nouveaux résidents sont de plus en plus demandeurs d accompagnement sur tous les plans (sanitaire, social, affectif, psychologique, spirituel..), et en transversal, d un accompagnement relationnel. Ces besoins d accompagnement ne sont que partiellement couverts par les professionnels et les proches. Et cela n ira pas en s améliorant si à l avenir les aidants sont moins nombreux, éloignés ou épuisés et si le personnel soignant est en sous-effectif ou en burn out. Or, comment répondre à ces besoins dans le contexte de crise économique et de restrictions budgétaires que nous venons d évoquer? Si l EHPAD veut rester un milieu de vie et d accompagnement de qualité bienveillant et bien traitant, il doit trouver des solutions innovantes. Car il s agit aujourd hui de réfléchir à comment faire mieux et autrement avec moins. Le bénévolat d accompagnement du grand âge en EHPAD : une voie innovante à explorer? Une culture du prendre soin citoyen à diffuser? Ces questions m animent depuis que je suis moi-même engagée bénévolement dans une association spécialisée dans l accompagnement en soins palliatifs, l ASP fondatrice. Depuis 2002, j ai été successivement accompagnante bénévole en gérontologie (cours séjours, soins de suite, longs séjours et EHPAD), coordinatrice d équipe, puis membre du Conseil d administration depuis mai L ASP fondatrice, comme d autres grandes associations de solidarité (JALMALV, Blouses roses, Fondation Claude Pompidou, etc.) accompagnant les personnes vulnérables en milieu hospitalier, à domicile ou en maisons de retraites médicalisées, rencontrent des difficultés pour recruter des bénévoles intéressés par le grand âge, alors que les demandes d intervention de la part des professionnels de santé auprès de ce public augmentent. Une réflexion associative s est engagée pour analyser la situation et redéfinir un projet associatif qui réponde au mieux aux nouveaux besoins qui émergent dans notre société. J espère que ce mémoire de recherche pourra contribuer à alimenter cette réflexion. La première partie de ce travail sera consacrée à la présentation du paysage des EHPAD, avec des personnes accueillies qui sont de plus en plus âgées et dépendantes, avec une mission centrée sur la qualité de vie et de soin au travers d un projet d établissement. Nous insisterons sur le fait que ces établissements sont devenus au fil des années de lieux de fin de vie où les soins palliatifs ont toute leur place, où le développement de la démarche palliative est devenu une priorité. 7

8 Puis, dans une seconde partie, nous allons étudier la diversité du bénévolat en EHPAD en nous centrant sur le bénévolat associatif qui est une forme particulière, structurée et organisée, d engagement des citoyens. Nous verrons que si tous les bénévoles sont des acteurs de l accompagnement du grand âge, contribuant au bien-être, au maintien du lien social, à l amélioration de la qualité de vie des résidents, ils ont des spécificités propres, en particulier le bénévolat d accompagnement en soins palliatifs qui est centré uniquement sur la relation au travers de la présence et de l écoute, auprès de personnes confrontées à une période de crise, et pas seulement en phase terminale. Les spécificités de ce bénévolat feront l objet de la troisième partie de ce travail. Nous verrons que ce bénévolat est le seul à s inscrire dans un cadre légal qui lui confère crédibilité, reconnaissance et professionnalisme. De fait, il est une réponse adaptée tant aux besoins croissants d accompagnement relationnel de personnes très vulnérables dont les problématiques s alourdissent, qu aux exigences de qualité, d éthique et de bientraitance imposées aux EHPAD. Ce bénévolat spécifique au champ des soins palliatifs est porteur d une culture centrée sur une vision humaniste, sur une éthique du prendre soin des êtres les plus vulnérables, sur une approche relationnelle reposant sur des valeurs de respect de la vie, de non abandon, de dignité humaine, de solidarité et de sollicitude. Cette culture dite «palliative» est à diffuser hors du strict champ des soins palliatifs, car elle rejoint la culture du «prendre soin citoyen» des plus vulnérables. Nous allons donc consacrer la quatrième et dernière partie de ce travail à ébaucher quelques pistes visant à contribuer au développement de cette culture du «prendre soin citoyen» au travers du bénévolat d accompagnement du grand âge en EHPAD. Le bénévole est un acteur de l accompagnement du grand âge mis trop rarement en avant, voire oublié ou négligé. Il y a nécessité aujourd hui de renforcer sa visibilité, son attractivité et sa reconnaissance car son rôle ne peut qu aller en se renforçant dans les années à venir, au regard du contexte que nous venons d évoquer. Il apparaît alors judicieux de nous intéresser de plus près à cet acteur de proximité, citoyen et solidaire. 8

9 PARTIE I L EHPAD : LIEU DE VIE, LIEU DE SOIN, LIEU DU PRENDRE SOIN I.1 QU EST-CE QU UN EHPAD? I.1.1 Une maison de retraite médicalisée Un EHPAD est un Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes appelé également maison de retraite médicalisée. En France, les établissements d hébergement pour personnes âgées présentent une grande diversité, tant au niveau du statut, qu au niveau de leur capacité d accueil et leurs modes de fonctionnement. Trois grands types d établissements coexistent : les logements-foyers, les unités de soins de longue durée et les maisons de retraite. Les logements-foyers sont des groupes de logements autonomes assortis d équipements ou de services collectifs (restauration, blanchisserie, etc.) dont l usage est facultatif. Ce sont des formules intermédiaires entre le domicile et l hébergement collectif destinées à des personnes âgées valides ne souhaitant plus demeurer seules à domicile. Les USLD ou Unités de Soins de Longue Durée, autrefois appelées hospices ou centres de long séjour, sont des structures médicalisées et destinées à l accueil des personnes les plus dépendantes et ayant besoin de soins continus et d une surveillance médicale. Elles sont intégrées à des établissements sanitaires qui assurent les soins et l hébergement. Quant aux maisons de retraite, ce sont des lieux d hébergement collectif assurant une prise en charge globale de la personne âgée au-delà de 60 ans, incluant l hébergement, la restauration, la blanchisserie et divers services spécifiques. Les maisons de retraite dites médicalisées ou EHPAD prennent en charge les personnes les plus dépendantes, c est-à-dire les personnes ayant perdu momentanément ou durablement la capacité d effectuer seules les gestes de la vie quotidienne et dont l état de santé nécessite une surveillance médicale. Depuis 2001, en application de la réforme de la tarification 4, tous les établissements accueillant des personnes âgées dépendantes sont devenus progressivement des EHPAD en signant une convention tripartite avec le Conseil Général et l Agence Régionale de Santé (ARS). Ces conventions définissent les conditions de fonctionnement de l établissement sur le plan financier et sur la qualité de prise en charge des personnes et des soins qui 4 Loi N du 24 janvier 1997, complétée par les décrets et arrêtés du 26 avril 1999 et le décret du 4 mai 2001

10 leur sont prodigués. Les EHPAD sont des structures médico-sociales régies par le code de l action sociale et des familles. I.1.2 Principales caractéristiques Selon l enquête de la DREES 5 publiée mai 2009 : au 31 décembre 2007, on comptabilisait établissements d hébergement pour personnes âgées (EHPA) répartis comme suit : maisons de retraite, logements-foyers, 903 USLD et 112 résidences d hébergement temporaire. Ces établissements offrent un total de places et accueillent résidents, soit un taux global d occupation de 96 %. Les maisons de retraite proposent le plus grand nombre de places, soit 69 % de la capacité d accueil de l ensemble des établissements. Et les trois quarts des personnes sont accueillis dans un EHPAD. Le plan «Solidarité grand âge» a permis le développement de l offre en établissement par des créations massives de places en EHPAD : entre 2007 et 2012 (entre et par an), avec cependant une répartition encore inégale sur le territoire. Cette enquête indique par ailleurs que les EHPAD du secteur public sont majoritaires avec environ 55 % de la capacité d accueil, suivi par le secteur privé à but non lucratif (26 %) puis le secteur privé lucratif (19 %), soit la moitié des établissements qui relève du public et la moitié du privé. Or, le secteur privé commercial dispose de moyens financiers importants et génère 70 % des créations d établissements et 50 % des extensions de capacités en places. Selon le Top 15 des groupes privés publié par le Mensuel des Maisons de Retraite en janvier : «L ensemble des lits gérés par les 15 premiers groupes français est passé en cinq ans de à lits, soit une hausse de + 51 %». Par ailleurs, à eux seuls les quatre premiers groupes (DVD, Orpéa, Korian et Médica) représentent 74 % du nombre de lits des 15 premiers groupes. Qu ils soient publics ou privés, les EHPAD accueillent aujourd hui des personnes de plus en plus âgées dépendantes, ayant des pathologies multiples nécessitant une prise en charge médicale et paramédicale, ainsi qu un accompagnement jusqu au bout de la vie. On a assisté ces dix dernières années à une forte hausse des places médicalisées, avec le recrutement de personnel médical, la création de lieux de vie adaptés, et d unités spécialisées. Voyons maintenant quel est le profil des résidents accueillis dans ces établissements. 5 DREES, Études et résultats, n 189, «L offre en établissements pour personnes âgées en 2007», mai 2009 (mise à jour de l enquête EHPA 2007 prévue pour 2012) 6 Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille, Philippe Bas, juin Luc Broussy, Mensuel des Maisons de Retraite, n 137, janvier 2011, p.9 10

11 I.2 LES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD I.2.1 Une entrée tardive et souvent en dernier recours De nombreux facteurs sont intervenus en quelques décennies pour modifier les conditions et les raisons d entrer en maison de retraite : la volonté croissante et massive affichée de rester chez soi le plus longtemps possible, l amélioration globale de l état de santé des personnes âgées, l augmentation de l espérance de vie sans dépendance, l amélioration des conditions de logement, le développement des services à domicile, d où une entrée en institution de plus en plus tardive et en dernier recours, voire dans l urgence. Aujourd hui les solutions se résument la plupart du temps à un choix binaire entre rester chez soi et aller en maison de retraite. Le passage de l un à l autre est souvent vécu comme un choc et une rupture dans la vie de la personne. Car, la décision d entrer en maison de retraite est souvent un «non choix» face à l impossibilité de rester au domicile du fait de l aggravation de l état de santé ou de la dépendance, de la perte du conjoint, de l absence d aidants familiaux et de l isolement de la personne. Selon la FEHAP 8 «Aujourd hui huit demandes d admission sur dix sont corrélées aux troubles cognitifs, et cinq résidents sur dix en sont affectés.» Cela constitue une profonde différence par rapport aux motivations d entrée d il y a dix ans encore, qui comportaient tout autant un désir de vie collective paisible et sécurisée face à une situation d isolement qu une réponse anticipée à la fragilité. I.2.2 Le profil des résidents Selon une autre étude de la DREES 9, 75 % des résidents sont des femmes. Les trois quarts sont âgés de plus de 80 ans et plus de la moitié de 85 ans et plus. Et, si les résidents âgés de 95 ans et plus, représentent une part croissante de la population en établissement, pour les raisons démographiques évoquées en introduction, ils ne constituaient que 10 % des résidents en Ce sont majoritairement des personnes seules (90 % n ont plus de conjoint) et en situation de dépendance (84 % sont classées en GIR 1 à 4 et 51 % en GIR 1 et 2). Une personne est dite dépendante lorsqu elle a besoin d être aidée pour l accomplissement des actes essentiels de la vie quotidienne. La grille AGGIR 10 permet d évaluer le niveau de perte d autonomie par type d activité, selon que la personne peut effectuer certaines actions seule, avec une aide ou pas du tout. Cet outil 8 Fédération des Établissements d Hospitaliers et d Aide à la personne, Entretien individuel avec Florence Leduc, Directrice Formation et Vie associative, le 15 février Enquête EHPA 2007, DREES, «Les résidents des établissements pour personnes âgées en 2007» n 699, août 2009 (mise à jour prévue pour 2012) 10 Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources 11

12 permet de classer les personnes âgées selon leur niveau de dépendance (du GIR 1 pour les plus dépendants au GIR 6 pour les moins dépendants). Au regard de cette grille, 88 % des résidents ont besoin d aide pour faire leur toilette, 79 % pour s habiller et 69 % pour l hygiène de l élimination. Quant à l outil Pathos, il permet de déterminer les niveaux de soins requis. Selon la CNSA 11 qui a réalisé début 2011 la synthèse des résultats des coupes Pathos validées en 2010, les données relatives au Pathos Moyen Pondéré (PMP) et au Gir Moyen Pondéré (GMP) convergent dans le sens d une relative aggravation de la perte d autonomie des personnes âgées en établissement, avec un GMP autour de 690 et un PMP moyen de 180. D autre part, l étude de la DREES montre que plus des trois quarts des résidents ont des problèmes d incohérence dans leur comportement ou pour communiquer. Elle indique également que l âge moyen à l entrée augmente (83 ans et 5 mois en 2007) du fait du maintien au domicile le plus longtemps possible, et que la durée moyenne de séjour se raccourcit au fil des années, elle est d environ deux ans et demi. Et, en 2007, les sorties par décès en EHPAD représentaient 64 % des sorties de l année, avec 74 % des décès survenus dans l établissement. Ces chiffres résultant de l enquête EHPA 2007 sont en cours de révision avec une nouvelle enquête EHPA 2011 (données au 31 décembre 2011) qui sera diffusée aux établissements début 2012 et dont les résultats seront disponibles début Les EHPAD concentrent des résidents dont le profil est de plus en plus marqué par : le grand âge, la dépendance, la solitude, l entrée dans la dernière phase de leur vie, le développement de polypathologies et le poids des démences. I.2.3 Une pathologie de plus en plus fréquente : la maladie d Alzheimer La fréquence de la plupart des maladies augmentant avec l âge, une majorité de personnes âgées se trouve atteinte de diverses pathologies au cours de la vieillesse, les plus fréquentes étant les troubles cognitifs et les maladies cardiovasculaires. Globalement, toujours selon cette étude de la DREES, les résidents cumulent en moyenne sept pathologies diagnostiquées et consomment en moyenne 6,4 médicaments par jour. Toujours selon les données issues de l enquête EHPA portant sur un échantillon de personnes, 41 % des résidents sont atteints d un syndrome démentiel en EHPAD. Cette proportion atteignait 64 % dans les unités de soins de longue durée (USLD) EHPAD, 50 % dans les 11 Caisse de Nationale de Solidarité pour l Autonomie, Conseil du 12 avril DREES, Dossier solidarité et santé, Les personnes âgées en institution, n 22, novembre

13 EHPAD privés à but lucratif, 31 % en maison de retraite non-ehpad, 22 % en logement foyer EHPAD. Au total, le syndrome démentiel touche 36 % des résidents, quel que soit le statut de l établissement. Comme nous a exposé le Professeur de gériatrie Alain Franco 13, «La maladie d Alzheimer représente 70 % des démences. Elle touche avec les maladies apparentées environ personnes en France et on estime à plus de le nombre de nouveaux cas chaque année». Elle est caractérisée par une détérioration durable et progressive des fonctions cognitives touchant toutes les activités intellectuelles. Elle se manifeste en particulier par des troubles de la mémoire et de l attention, du langage, de l orientation et du jugement, et du comportement. Selon l étude PLEIAD 14 menée à partir d un échantillon national de 300 EHPAD : «44 % possèdent une unité Alzheimer, soit une progression de 57 % par rapport à une précédente étude menée en 2007». D autre part, les personnes diagnostiquées malades d Alzheimer représentent la moitié (51 %) des résidents et sont donc en dépendance. Cette étude montre également que «70 % des personnes entrant en EHPAD viennent de l hôpital, soit directement, soit en retour après une hospitalisation». Enfin, en 2010, l ARS Ile-de-France a analysé les données de 135 EHPAD sur les 650 que compte la région. Sur les résidents, (60 %) étaient «codés» avec un diagnostic démence et (40 %) avaient des troubles du comportement.. La région Ile-de-France est la région qui compte le plus grand nombre de malades d Alzheimer, avec près de nouveaux cas par an parmi les 65 ans et plus, selon les données communiquées par Jean-ChristIan Sovrano, directeur adjoint du Pôle médico-social de l ARS Ile-de- France 15. L observatoire de la Fondation Médéric Alzheimer a quant à lui publié en janvier 2011 son 8ème état des lieux annuel des dispositifs de prise en charge et d accompagnement de cette maladie. Son diagnostic rejoint celui effectué par le comité de suivi du plan Alzheimer Il comptabilise 126 établissements entièrement dédiés aux personnes malades et établissements disposant d une ou plusieurs unités spécifiques. Ces deux types de structures disposent de places dédiées. S y ajoutent établissements sans unité spécifique, mais qui accueillent des personnes malades. Sur la base des données recueillies, l étude estime que 41 % des résidents en établissements seraient atteints de troubles cognitifs modérés ou sévères (diagnostiqués ou non), soit environ personnes. Leur proportion est, bien sûr, plus importante en unités de soins de longue durée (64 %) et en EHPAD (48 %) qu en logements foyers (6 %). Le nombre de structures susceptibles d accueillir les malades s est nettement accru grâce notamment aux nouvelles structures prévues par le 13 Conférence «Alzheimer et démences», Master Politiques gérontologiques, Sciences Po, 3 octobre Gérontopôle Toulouse, Étude PLEIAD, «Nos aînés fragilisés en maisons de retraite médicalisées», Colloque «Alzheimer : comment améliorer l accompagnement», Assemblée Nationale, 9 décembre

14 Plan Alzheimer , à savoir les Pôles d Activités et de Soins Adaptés (PASA), et les Unités d Hébergement Renforcées (UHR). I.2.4 Un grand âge fragile et vulnérable On utilise aujourd hui le terme «grand âge» pour désigner les personnes dépendantes qui vivent en institution et qui ont généralement plus de 85 ans, âge moyen d entrée en établissement. Cependant, le grand âge ne constitue pas pour autant un groupe homogène présentant les mêmes caractéristiques en terme de problématiques, de handicaps et donc de besoins et demandes à satisfaire. Qu entend-ton par la fragilité d une personne âgée? La notion de fragilité est une notion complexe à appréhender qui est d origine médicale, puisque le concept de «frail elderly» est né aux États-Unis en gériatrie dans les années 80. Selon le professeur de gériatrie Alain Franco 17, la fragilité correspond à «une diminution des réserves fonctionnelles (immunitaires, musculaires, etc.) pour faire face aux agressions de la vie, pour s adapter aux événements». L âge avancé, la dépendance, les pathologies ont des facteurs prédisposant. D autres approches de ce concept ont été développées, prenant en compte des facteurs contextuels, psychologiques, sociaux, environnementaux. Pour le CLEIRPPA 18, «Les personnes fragiles sont alors définies comme des personnes en équilibre médicosocial précaire, équilibre qui peut être rompu par tout événement stressant, même d allure bénigne «. Cet élargissement à d autres dimensions que la dimension médicale renvoie à la notion de vulnérabilité telle que définie par la DREES 19 : «État de fragilisation sociale, physique ou psychologique affectant les personnes, consécutif à un état de dépendance sociale forte envers autrui, liée à l âge, l état de santé, ou à la position sociale.» Ces deux notions de fragilité et de vulnérabilité renvoient à un état de précarité, de faiblesse, d instabilité face à des situations de crise, des situations de détresse psychique et physique, auxquelles va être confrontée la personne âgée dans la dernière étape de sa vie. Quelles sont les principales situations de crises génératrices de souffrance et de déstabilisation? En fait, la personne âgée est confrontée à une succession de deuils et de pertes non seulement affectives, mais aussi physiques, psychiques, sociales, matérielles, géographiques. Elle a dû quitter son domicile, son 16 Le 1er février 2008, le Président de la République a confié à Florence Lustman, inspecteur général des finances, le pilotage interministériel de mise en œuvre du plan Alzheimer sur ses trois volets recherche-santé-solidarité. Voir site 17 Conférence «Fragilité et fin de vie», Master Politiques gértontologiques, 6 juin LUQUET Valérie, La fragilité : un concept gérontologique? Documents CLEIRPPA, Cahier n 39, août La Direction de la Recherche et des Etudes, de l Evaluation et des Statistiques, Ministère du Travail, Etude et résultats, n 370, janvier

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux?

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? . LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? Des crédits en augmentation pour financer les établissements

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Définition, missions, fonctionnement des EHPAD Dr Sylvie HAULON Gériatre Chef de Service Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor Problématiques Comment prendre en charge la dépendance de

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Plan 1) Emergence et développement des soins palliatifs Distinction curable/incurable en questionnement

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Description Cette carte à requête présente l ensemble de l offre en structures d accueil pour les personnes âgées en 2010. L Île-de-France

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

ETAPES DE LA SOLUTION 16

ETAPES DE LA SOLUTION 16 ETAPES DE LA SOLUTION 16 Comité de suivi du plan Alzheimer 30 juin 2010 Direction générale de la cohésion sociale Dr Jean-Philippe Flouzat Solution 16 du plan Alzheimer Création ou identification, au sein

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

débattre, comprendre, agir

débattre, comprendre, agir la dépendance : débattre, comprendre, agir Février 2011 MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE débat national sur la dépendance Pourquoi un débat sur la dépendance? Vivre plus longtemps :

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2012 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : Haut-Rhin 2008 2011 2016 2021 Nombre 85 ans et + 13 253 16

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei Le polyhandicap Les Essentiels de l Unapei Les positions politiques de l Unapei : «La personne polyhandicapée est actrice de son parcours de vie et investie du pouvoir d agir sur son propre destin. Qu

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International mkaddar@hotmail.com

Plus en détail

Hébergement des personnes âgées dépendantes. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Sourire. Soutien. Personnel qualifié.

Hébergement des personnes âgées dépendantes. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Sourire. Soutien. Personnel qualifié. Soins psychiatriques Personnel qualifié Sourire Services Hébergement Animateurs Séjours personnalisés Hébergement des personnes âgées dépendantes Les Etablissements MGEN Quand les soins créent du lien

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Patrick BESSON, Cadre supérieur de santé & Référent Ethique Rencontre régionale des professionnels AMP-AP-AS - 6 juin 2013 à Blois

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Fiche n 1 Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Origine du projet Le CCAS de Dax est gestionnaire de deux établissements qui étaient à l origine des

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

EHPAD Résidence de Bellissen. LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour

EHPAD Résidence de Bellissen. LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour EHPAD Résidence de Bellissen LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour 06/03/2014 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE PRESENTATION JURIDIQUE L EHPAD Résidence de Bellissen est régi par la loi du 30 juin 1975 et

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

FEMMES RESPONSABLES LES PERSONNES AGEES. Thème 2012-2013. Le Tilleul

FEMMES RESPONSABLES LES PERSONNES AGEES. Thème 2012-2013. Le Tilleul FEMMES RESPONSABLES Le Tilleul LES PERSONNES AGEES Thème 2012-2013 La vision du monde est centrée sur l individualisme, la compétition, l efficacité, le rendement, donc un monde où la fragilité, la «finitude»,

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 7 octobre 2009 Avec le soutien de Communiqué de presse 3 Les nouveautés 2010 4 Les prix personnes âgées 5 Les prix personnes handicapées 6 Le

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil

A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil PERSONNES ÂGÉES CAPACITÉS D ACCUEIL ET SERVICES POUR PERSONNES ÂGÉES Contexte A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil dans les établissements d hébergement

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail