carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009"

Transcription

1 carrés bleus 7 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Bien rénover l existant pour assurer l avenir Le Groupe BALAS développe en interne le savoir-faire Thierry POIRIER, contrôleur qualité Anne-Charlotte VERRYDT, chargée de clientèle Revue de chantier Les Grands Moulins de Pantin

2 Edito Revue de chantier Gardons le cap! Au fil des années et malgré les crises économiques, le Groupe BALAS maintient son cap. Vigilant aux changements des métiers et du marché, il tend à anticiper l évolution des attentes de sa clientèle et prend en compte les ruptures que lui imposent les nouvelles réglementations liées au Grenelle de l Environnement. La crise que nous traversons actuellement bouleverse notre économie et n épargne pas les acteurs du bâtiment. Par contre, elle nous conforte dans notre conviction à appliquer encore et toujours les principes fondamentaux qui mobilisent chaque jour les collaborateurs de notre Groupe : solidité, pérennité, forte culture et esprit d entreprise, proximité et confiance partagées avec nos clients, compétence et cohésion des équipes Ce n 7 de Carrés Bleus vous fera découvrir combien les entreprises du Groupe BALAS sont engagées dans l économie durable. Les démarches que nous avons entreprises nous autorisent à proposer dès maintenant des offres adaptées aux demandes de plus en plus exigeantes de nos clients, et devraient nous permettre une adaptation rapide à leurs attentes futures. Nous développons chaque jour une haute capacité à réaliser des prestations dans les domaines, tant de la conception et de la maintenance, que de la rénovation et de la construction. Un nouveau «service Electricité» a été créé au sein de l Entreprise Balas. Ainsi notre Groupe est-il positionné comme un intégrateur de solutions globales répondant aux exigences du Grenelle de l Environnement et de l économie durable. Vous retrouverez également l actualité très dense de nos entreprises, toujours prêtes à relever avec leurs clients de nouveaux défis. Enfin, nous sommes heureux de vous annoncer, après 10 ans d actions de mécénat, la création d un fonds de dotation «Mécénat Groupe BALAS» qui, au-delà du sens que nous souhaitons donner à nos actions dans ce domaine ainsi que dans nos métiers, leur donnera un rayonnement d une nouvelle dimension. Jean BALAS Les Grands Moulins de Pantin Après le 104 Aubervilliers, le Groupe BALAS participe à la rénovation d un autre symbole du patrimoine architectural, les Grands Moulins de Pantin. Les plombiers de BALAS et les spécialistes du Pôle Cuisine - Framaco et Fournier Guignard - sont présents sur ce chantier de m 2 qui accueille deux RIE et une cafétéria soit 2200 couverts/jour. Au nombre de 17 sur le chantier, les compagnons plombiers de BALAS ont : - assuré la distribution d eau froide soit 3720 ml de tube PVC pression, 2300 ml de tube cuivre et 5 surpresseurs sanitaires ; - réalisé les productions et les distributions d eau chaude pour les besoins des Grandes Cuisines, du Fitness, installé 69 ballons d eau chaude individuels pour les blocs sanitaires et posé 2000 ml de tube cuivre ; - réalisé les collecteurs d évacuation soit environ ml de tube PVC, 430 ml de cuivre, 525 ml de tube acier galvanisé, 540 ml de tube PVC, 950 ml de tuyau en fonte ; - équipé 9 fosses de relevage Eaux Usées et 1 station de relevage Eaux de Pluie et Bassin d Orages ; - assuré la pose de 900 appareils sanitaires dont 395 cuvettes de WC suspendues ; - réalisé la protection incendie avec la pose de 13 colonnes sèches soit 725 ml de tube acier galvanisé DN 65, la pose d un réseau de bouches incendie en tube acier galvanisé DN 150 de 250ml réalisé en raccords Victaulic et l installation de 340 extincteurs. La synergie entre les entreprises au sein du Groupe BALAS apparaît évidente lorsqu il s agit d aménager la production d eau chaude et les évacuations des eaux usées et graisses pour les cuisines que Framaco va installer. Le site disposera en effet de deux RIE de 1000 couverts chacun et d une cafeteria / restauration rapide (100 couverts) desservis par une zone de production au R-1 des Grands Moulins ainsi que d un restaurant VIP de 50 places en R+6 disposant de sa propre production. Une dizaine de compagnons se sont mobilisés pour ce lot, les équipements de froid (réfrigération et préparation) étant installés par Fournier Guignard, autre entreprise du Groupe BALAS qui traite en partenariat avec l entreprise Framaco. Fiche technique Maîtrise d ouvrage : SNC Les Grands Moulins de Pantin Maître d oeuvres : BNP PARIBAS Immobilier d Entreprise Architecte : Reichen et Robert BET Fluides : Ingerop BET Cuisine : Restauration Conseil Chantier HQE Travaux : 160 M Lot Plomberie : 2,6 M Lot Cuisine : 1,45 M dont 20% Froid Chargé d affaires Plomberie : Jacques PROVOST Chef de chantier Plomberie : Jean-Marie LHERAULT Chargé d affaires Cuisine : Gérard PIEDFORT Conducteur de travaux Froid : Jean-Michel BEAUFILS 2

3 Revue de chantier Panneaux photovoltaïques chez L OREAL Brèves Mécénat Groupe BALAS A l occasion de la réfection des m 2 de couverture en ardoise de deux bâtiments du centre de Recherche de Chevilly-Larue, L OREAL a souhaité installer des panneaux photovoltaïques : une première pour ce maître d ouvrage, et pour les équipes du Département Couverture et Patrimoine de BALAS. Le bureau d études SECC a conseillé au maître d ouvrage l utilisation d un long pan de toiture de 800 m² du fait de son orientation au Sud et de sa conception architecturale qui permet une intégration des modules photovoltaïques et ne dénature pas l aspect général du bâtiment. Les modules photovoltaïques ont été intégrés à la couverture, et, associés à un écran de sous toiture, assurent une parfaite étanchéité. Les modules ont été placés de manière à éviter les ombres engendrées par les éléments voisins tels que les souches, les outeaux, les crosses, les châssis, les potelets et câbles de ligne de vie et les bâtiments à proximité. La connexion électrique entre les modules photovoltaïques a été réalisée par un connecteur étanche. La surface totale de modules photovoltaïques est de 100 m², en deux champs de 50 m², pour une puissance de 13,6 kwc, et un retour sur investissement d environ 17 ans. Le choix des modules s est porté sur du matériel Schüco pour deux raisons essentielles : l existence d un avis technique, qui facilite à la fois la mise en oeuvre et l acceptation du dossier par les assureurs, et la qualité esthétique des panneaux, primordiale pour le maître d ouvrage. L e s c o u v re u r s d e c h e z B A L A S, particulièrement enthousiastes à l idée d intégrer une technologie innovante et durable à leur savoir-faire, ont mis à profit leur expérience pour monter des panneaux de 2,60 m 2 et 40 kg chacun dont la manipulation sur un toit à 42 ne nécessite pas moins de 4 personnes. Pas vraiment déroutés par cette première opération, ils ont cependant du déroger au raisonnement des couvreurs (poser dans le sens inverse de l écoulement de la goutte d eau) pour se plier aux contraintes de l électromagnétisme et de la mise à la terre du réseau. Fiche technique Maîtrise d ouvrage : L OREAL Bureau d études : SECC Lot Couverture : 2 M Dont Photovoltaïque : Chargé d affaires : Olivier ETIENNE Chef de chantier : Thierry GROSSET Depuis 10 ans, le Groupe BALAS réalise des actions de mécénat artistique, en particulier en éditant des CD de musique classique. Désormais ces actions seront placées sous l égide d un fonds de dotation «Mécénat Groupe BALAS». Pour fêter cet événement, une soirée aura lieu le 13 janvier 2010 au Théâtre des Champs-Elysées. Changement à la tête du Bureau d Etudes Projets Après 38 années d activité chez BALAS, René HAMON a pris sa retraite fin C est Laurence MAHOUDEAU qui assume désormais seule la responsabilité de la gestion de ce département composé d une vingtaine de personnes dédiées au chiffrage des projets de couverture, plomberie et CVC. Recrutée par René HAMON, Laurence MAHOUDEAU travaillait en binôme avec celui-ci depuis le 1er février SIMI 2009 Le Groupe BALAS sera présent du 2 au 4 décembre 2009 au SIMI sur le stand de Synergie, le Groupement des entrepreneurs du Bâtiment, et vous y accueillera avec plaisir (Stand PARIS A02). 3

4 Grand angle Bien rénover l existant pour assurer l avenir Rénovation lourde de la plomberie d un hôtel R é p u t é p o u r s e s a m é n a g e m e n t s d appartements privés de standing, le département Aménagement & Rénovation est avant tout une équipe multidisciplinaire capable d adapter ses savoir-faire à des exigences spécifiques, allant de la plomberie la plus traditionnelle aux techniques de ventilation les plus modernes. Il s est fait une spécialité des interventions en hôtel occupé. En effet, le parc hôtelier parisien 3 étoiles vieillissant doit se mettre au niveau des exigences de la clientèle, et notamment en terme de salle de bains et de climatisation. Ainsi le Département Aménagement & Rénovation a apporté son savoir-faire au propriétaire de l Hôtel Doisy, 55 avenue des Ternes, en rénovant la production d eau chaude et 33 salles de bains en moins de 3 mois, sans interruption d activité. Rénovation des équipements de protection-incendie sur la Tour Eiffel Présents sur la Tour Eiffel depuis 2004 pour un enchaînement de travaux de climatisation et de plomberie, les compagnons BALAS ont remplacé début 2009 les 4 bâches de 2,1m 3 qui assurent la réserve d eau de la Tour en cas d incendie. A 325 m d altitude, travaillant de nuit afin d amener le matériel sans perturber les activités touristiques, les équipes BALAS ont assemblé sur place ces bâches conçues pour être à la fois plus légères et plus résistantes au gel que les précédentes. 4

5 Concentrant les compétences métiers présentes au sein du Groupe BALAS, les équipes du département Aménagement & Rénovation sont à la pointe de l activité Rénovation car elles trouvent des solutions innovantes à des demandes spécifiques sur le difficile secteur qu est la rénovation en milieu occupé. Mais tous les départements et entreprises du Groupe sont présents sur le domaine de la Rénovation qui représente pratiquement 50% de l activité du bâtiment en France. Changement de colonnes en plomb en immeuble haussmannien L application de la réglementation plomb progresse lentement mais sûrement : le département Travaux du Pôle Services est de plus en plus sollicité par des copropriétés pour remplacer les colonnes en plomb des immeubles haussmanniens. Dans le département Aménagement & Rénovation, des équipes de plombiers se relaient de mois en mois pour refaire tous les réseaux d alimentation et d évacuation d eau chaude et d eau froide dans une résidence de 10 étages, avec une méthodologie aboutie qui permet aux occupants de rester dans leur appartement. Façonnées par les caractéristiques du bâtiment parisien forte urbanisation, bâtiments anciens, peu de constructions neuves - les activités du Groupe BALAS comportent naturellement beaucoup d entretien et de rénovation, y compris sur des Monuments Historiques. Rénover en milieu occupé, tout un art Dans le domaine de la rénovation, il n est pas toujours possible de demander aux habitants de déménager ou aux utilisateurs de locaux tertiaires de louer ailleurs pendant la durée des travaux. Souvent, les rénovations ont lieu lors de la cession de biens ou lors d un changement de locataire, mais ce n est pas toujours le cas. La capacité à gérer des opérations en milieu occupé est donc un atout fort que le Groupe BALAS a su développer, et qui demande à la fois méthodologie, équipement spécifique, et surtout rigueur. Grands projets : beaucoup de rénovation aussi Que ce soit pour adapter un patrimoine ancien ou réaménager un bâtiment vieillissant, les équipes de Grands Travaux Fluides répondent de plus en plus à des demandes de chantier en rénovation. Ainsi, GTF intervient sur le chantier des Grands Moulins de Pantin, qui vont passer d un usage industriel à un usage tertiaire, dans plusieurs hôpitaux comme celui de Bégin qui restructure toutes ses activités, ou sur la Tour CB31 qui va devenir un bâtiment Haute Qualité Environnementale. Le marché de l entretien-rénovation représentait en 2007, environ 60,6 milliards HT (exprimés en termes de CA généré par les entreprises de bâtiment et donc hors travaux de bricolage conduits directement par les ménages), soit 45 % de l ensemble de la production bâtiment (hors TP) dont : - 40 % : travaux d entretien courant et gros entretien - 60 % : grosses réparations et travaux d amélioration. Avant la crise économique, les prévisions tablaient sur un montant proche de 66,5 milliards HT en 2010, dont 2/3 pour le logement. (Source : Développement Construction) Rénovation d une maison de ville Pour cette maison de ville ravagée par un incendie, Delamare a conquis les propriétaires en trouvant une solution technique adaptée à leur demande de rénovation de la toiture. Avant l incendie elle était composée d une verrière classique avec petit bois métallique et vitrage double fixe sans aucune autre protection. Delamare a proposé d utiliser des fenêtres velux offrant un confort acoustique et thermique bien supérieur à l ancienne version et la possibilité d occulter les ouvrants par stores solaires intérieurs. Chaque velux a une finition de couleur zinc naturel en harmonie avec l ensemble de la toiture. Du coup, Delamare a également remporté le lot Plomberie/Chauffage. 5

6 Réglementation La récupération des eaux de pluie encadrée L utilisation de l eau de pluie dans les bâtiments est enfin reconnue officiellement depuis l arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l intérieur et à l extérieur des bâtiments publié le 29 août au J.O. Pour la première fois, un texte définit une liste positive d usages de l eau de pluie récupérée en aval de toitures inaccessibles** : - l arrosage des espaces verts, - le lavage des sols, - le rinçage des toilettes, - le lavage du linge admis à titre expérimental et sous réserves. Des usages limités L eau de pluie ainsi collectée peut désormais être utilisée pour les usages domestiques extérieurs au bâtiment. Néanmoins l arrosage des espaces verts accessibles au public ne peut être effectué qu en dehors des périodes de fréquentation. Les usages domestiques intérieurs sont davantage limités, puisque l eau de pluie ne pourra être utilisée à l intérieur des bâtiments que pour les sanitaires et le lavage des sols, et ce si les toitures ne sont pas en amianteciment ou en plomb. Qui plus est, toutes ces utilisations domestiques intérieures sont interdites dans : - les établissements de santé et établissements, sociaux et médicaux-sociaux, hébergement de personnes âgées, - les cabinets médicaux, cabinets dentaires, laboratoires d analyses de biologie médicale et établissements de transfusion sanguine, - les crèches, écoles maternelles et élémentaires. Les usages professionnels et industriels de l eau de pluie sont autorisés à l exception de ceux qui requièrent l emploi d eau destinée à la consommation humaine telle que définie au Code de la santé publique. Des pré-requis techniques La Direction Générale de la Santé (DGS) précise que l usage de l eau de pluie à l intérieur des bâtiments implique la «création d un réseau spécifique de canalisations». Il faut donc être «très attentif à la séparation de ces réseaux dès la conception et lors de travaux ultérieurs», ainsi qu à «leur signalisation visible et explicite». «En cas de connexion, le risque serait double : le risque qu une personne puisse boire l eau de pluie et, plus grave, que le réseau public d eau potable soit contaminé par l eau de pluie à l occasion d une chute de pression». Maintenance Afin de faciliter la maintenance, les réservoirs de stockage doivent être accessibles. En prévision d une forte pluviométrie, un système de trop plein doit permettre d évacuer le débit maximal d eau de pluie. Le nouvel arrêté exige que la propreté, la signalisation et la déconnexion du réseau d eau de pluie avec le réseau d eau potable soient vérifiées chaque semestre et qu annuellement, les filtres et les cuves de stockages soient nettoyés, le tout étant enregistré sur un carnet sanitaire. Un arrêté attendu Depuis la publication de cet arrêté, les demandes de chiffrage d installations de récupération d eau de pluie se multiplient dans les cahiers des charges des bâtiments tertiaires, signe évident de l attrait de cette pratique jusque-là freinée par l incertitude réglementaire. BALAS va ainsi installer de tels réseaux - à usage des sanitaires ou à fin d arrosage - sur les chantiers de la Salle des Marchés de la Société Générale (Nexity), du 52 Hoche (Nexity), d AXC St-Dominique (Foncière des 6ème et 7ème) et du Farman (Bouygues Immo), quatre opérations HQE. ** Une toiture inaccessible est une couverture d un bâtiment non accessible au public, à l exception des opérations d entretien et de maintenance. La réglementation sur la manipulation des fluides frigorigènes a changé Depuis 4 juillet 2009, les entreprises qui manipulent des fluides frigorigènes (réfrigération, climatisation, climatisation automobile) doivent détenir une Attestation de Capacité* délivrée par un organisme agréé, attestation délivrée sous conditions précises : détention de matériels spécifiques à l activité et qualification des opérateurs. Cette réglementation vise à limiter les émissions des fluides frigorigènes et leur impact sur l environnement. Elle prévoit un renouvellement de l Attestation de Capacité tous les 5 ans et un audit de l entreprise par l organisme agréé pendant cette période. Balas, Meresse, Framaco et Fournier Guignard, entreprises du Groupe BALAS habituées à manipuler les fluides frigorigènes, ont obtenu cette Attestation. *Décret n du 7 mai 2007 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques et climatiques. 6

7 Brèves Perspectives 2010 Le groupe R3D Le Groupe BALAS compte sur son Bureau d Etudes Projets et développe en interne le savoir-faire Regroupant le chiffrage des affaires de Couverture, Plomberie et Génie Climatique, le Bureau d Etudes Projets (BEP) chiffre un volume d affaires de l ordre de 250 M chaque année. Il est aussi le lieu de passage incontournable pour les jeunes recrutés avant l opérationnel chantier. Avec une vingtaine de collaborateurs, le Bureau d Etudes Projets est en amont des opérations réalisées par BALAS, que ce soit sur appel d offre ou demande de devis. Le BEP réalise le dimensionnement technique, le chiffrage et prépare le mémoire technique du projet. En cas de signature du marché, il transfère le dossier aux opérationnels pour la réalisation des travaux. Appuyée sur une organisation orientée clients (projet par projet), la structure permet de développer la polyvalence des collaborateurs entre les métiers (CVC / Plomberie) et la meilleure gestion possible des interfaces (Couverture / Plomberie et CVC / Plomberie) sur les offres multi techniques ou macro lots. Disposer d un bureau intégré au sein de l entreprise permet de proposer un parcours d évolution adapté, de capitaliser les compétences des collaborateurs et de préparer au mieux le déroulé des chantiers. La coordination entre études et travaux en est facilitée, le retour d expérience permet de s améliorer en continu. Dans le cadre du développement des jeunes talents, le BEP est également une «pépinière» qui accueille pendant plusieurs mois des jeunes ingénieurs en fin d étude ou en première embauche, avant qu ils ne choisissent entre études ou opérationnel comme chargé d affaires. En 2009, le BEP a accueilli ainsi 2 étudiants INSA pour leur Projet de Fin d Etudes, tous deux sur des thèmes liés au Développement Durable. C est en effet au sein du BEP que s initie la démarche du Groupe BALAS pour proposer à ses clients des variantes sur des techniques économes (en eau, en énergie) et assurer le retour d expérience sur leur mise en œuvre. Cette démarche - qui associe aussi des experts techniques de tous les départements dans un groupe dédié «Recherche et Développement pour le Développement Durable» dit R3D - vise à accélérer l acquisition par les collaborateurs du Groupe BALAS des compétences les plus récentes sur les techniques qui contribuent aux exigences du Grenelle de l Environnement. Remplacement spectaculaire de R-22 La direction technique du Sofitel La Défense a sollicité le Pôle Services de BALAS afin de procéder au remplacement du groupe froid au R-22 installé en toiture depuis la construction du bâtiment en La solution de remplacement choisie est un groupe froid à récupération de chaleur. Avec ce remplacement, le Sofitel gagne 15% de puissance frigorifique et un système utilisé pour préchauffer l eau chaude sanitaire de l hôtel. Le grutage, habituellement utilisé pour ce type d opération, était impossible pour des raisons de fragilité de la structure de la dalle de La Défense. Il ne restait donc que la solution héliportée. Prévu à 9h, l hélitreuillage (enlèvement de l ancien groupe et mise en place du nouveau) n a pu avoir lieu qu à midi aux vues des conditions météo, mais avec succès. Rappel : le R-22 est un HCFC soumis au règlement 2037/2000 du 29 juin 2000 et à un calendrier d élimination : interdiction de stocker et d utiliser des HCFC vierges dans la maintenance et l entretien d équipements de réfrigération et de climatisation à compter du 1er janvier 2010 ; interdiction de stocker et d introduire des HCFC, même recyclés, à compter du 1er janvier Changement de direction chez Meresse Cécile BRUNARD, ingénieur généraliste et master Qualité ENSAM, a pris courant juillet la direction de Meresse, entreprise du Groupe BALAS spécialisée e n C o u v e r t u r e, Plomberie et CVC, à la suite de Gérard LE GUEN après 1 an d accompagnement dans la fonction. L entreprise Meresse, forte d une quarantaine d employés, a réalisé un CA de 3,7 M en 2008 : elle poursuivra ses activités de Travaux et Services avec quelques chantiers phares tels la Piscine de Levallois-Perret en plomberie, ou des hôtels particuliers en réfection de couverture : le siège de Dassault Aviation, le CCIP 7

8 Métier Contrôleur qualité Au Service Exploitation du Pôle Services, Thierry POIRIER est contrôleur qualité, une fonction qui recouvre en fait de multiples missions auprès de 6 chargés de clientèle, 4 chargés d études, 7 chargées d exploitation, 7 équipes de couvreurs et 27 plombiers. Avec un partage de son temps entre le bureau (60%) et les chantiers, Thierry POIRIER est un homme-orchestre qui : - contrôle, valide et optimise les tournées, - audite la qualité des travaux exécutés, - complète l approvisionnement en petit matériel pour les dépannages d urgence, - recherche des produits très spécifiques pour interventions. Conseiller technique, il aide à la préparation des interventions sensibles, assiste les dépanneurs face aux difficultés qu ils peuvent rencontrer, mène des expertises et traite les litiges techniques. Carrément pro! Arrivée le 7 janvier 2008 chez Framaco en tant que Chargée d études, Anne-Charlotte, diplômée d une maîtrise en gestion, a récemment évolué vers la fonction de Chargée de clientèle, responsable d un portefeuille de clients. Carrés Bleus : Comment s est effectué ce passage? «Ma fonction de Chargée d études m avait permis de me familiariser avec l activité, les produits et les services commercialisés par Framaco. J étais en charge de répondre aux appels d offres de travaux. Après 18 mois d expérience, j avais envie d être en contact direct avec le terrain et la clientèle, et on m en a donné la possibilité en me proposant de devenir Chargée de clientèle. J ai tourné sur le terrain avec Erminio BERTUZZO de Framaco et Franck NICOLAS de Fournier Guignard pour rencontrer les clients.» CB : Comment s annoncent les prochains mois? «Actifs et passionnants! Nous avons eu beaucoup de chantiers pendant l été ZAC des Bruyères, Grands Moulins de Pantin, Arcueil - et je dois aujourd hui proposer les contrats de maintenance adéquats. Framaco Thierry POIRIER a 26 ans d ancienneté chez BALAS. Entré comme compagnon dans le Département Grands Travaux Fluides après son CAP Plombier et son CAP Installateur Thermique, il a évolué jusqu au poste de chef de chantier. En Octobre 2005, le poste de Contrôleur Qualité lui a été proposé. Depuis, il a fait évoluer sa fonction. Désormais il participe aux entretiens d embauche des dépanneurs, forme les chargées d exploitation à la technique en leur faisant visiter les chantiers, et organise des «entraînements» au brasage / soudage en atelier. Devenu Contrôleur Gaz en 2007, il est également l interlocuteur de Qualigaz. Pour ce compagnon qui a changé radicalement son organisation, le passage des Grands Travaux aux Services c est «moins de pénibilité physique, mais plus de pression quotidienne». Et sa plus grande fierté, c est d avoir su s adapter à l outil informatique et évoluer dans sa carrière. Anne-Charlotte VERRYDT Entreprise FRAMACO Chargée de clientèle a une bonne réputation et pour une Chargée de clientèle c est un atout de poids!» CB : Votre vécu en tant que femme dans ce métier? «En tant que femme, je rencontre un très bon retour de la part des clients : il n y a pas de rapports de force, peut-être parce que notre écoute est différente. J étais déjà familiarisée avec les matériels et les techniques qui sont multiples et pointus en Grande Cuisine, et j ai donc rapidement pu rentrer dans la mission.» Jean-Philippe GALAVERNA, Directeur de Framaco «L arrivée d une Chargée de clientèle, techniquement au fait, est exceptionnelle dans un milieu où les intervenants sont principalement masculins. Elle a été très favorablement accueillie par nos clients. Nous allons l accompagner et je ne doute pas de sa réussite.» 8 Effet de Groupe CA 2008 : 92 Me Effectif 2008 : 700 personnes Nos spécialités : Couverture, Plomberie, Génie climatique, Cuisine professionnelle, Froid commercial, Salles de bains Nos métiers : Travaux, Services Nos sociétés BALAS Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex DELAMARE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Auffret PANTIN MERESSE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Ferry PANTIN FOURNIER GUIGNARD Froid Commercial Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex FRAMACO Cuisine Professionnelle Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex B BATH ] l art et la manière du bain... Tél. : Fax : bis, rue du Cherche-Midi PARIS Carrés Bleus n 7 - Octobre 2009 Directeur de la publication : J. BALAS Rédacteur en chef : F. SAUER Comité de rédaction : C. BRUNARD, C. CHATENDEAU, E. EVRARD, M.HOUDROUGE Groupe BALAS rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex Tél. : Fax : Conception et réalisation : J Articule - Lessive Studio Design Crédits Photos : Groupe BALAS, Pascal POGGI Ce document est imprimé sur Arctic The Volume 130 gr, pâte ECF, certificats EMAS et ISO Papier provenant de forêts gérées de manière durable (certification FSC).

brakha solutions du bâtiment

brakha solutions du bâtiment brakha solutions du bâtiment Plomberie///Chauffage///Couverture///Maçonnerie Carrelage///Agencement cuisines & salles de bain Entretien///Tuyauterie industrielle///dépannage 02 Que vous soyez un particulier,

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES Le titre professionnel de : INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES1 niveau V (code NSF : 233 s) se compose de deux

Plus en détail

... au confort du gaz en réseau!

... au confort du gaz en réseau! ... au confort du gaz en réseau! OUI, le gaz en réseau arrive près de chez vous! Suite à un appel d offre public, votre commune a choisi de confier l installation du réseau local de gaz propane à TOTALGAZ,

Plus en détail

carrés bleus 5 Le Cirque d Hiver Revue de chantier La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008

carrés bleus 5 Le Cirque d Hiver Revue de chantier La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008 carrés bleus 5 La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Préparer l avenir : recruter & former Le Groupe BALAS parrain de la promotion

Plus en détail

Plombier, c'est quoi?

Plombier, c'est quoi? Plombier, c'est quoi? Un plombier est un ouvrier qui s occupe / d installer et réparer les canalisations d eau et de gaz. Certains plombiers se spécialisent dans des domaines particuliers ou complètent

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

carrés bleus 8 La lettre d information du Groupe BALAS - 2 e trimestre 2010

carrés bleus 8 La lettre d information du Groupe BALAS - 2 e trimestre 2010 carrés bleus 8 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! L Electricité, une nouvelle spécialité BALAS Le Bureau d Etudes Exécution Isabelle ANDRE, Responsable QSE Arnaud RAMAJO Responsable Commercial

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france.

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france. Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade Bureau d études techniques spécialisé www.secc-france.com Présentation S.E.C.C., une équipe de spécialistes réactive

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Étanchéité prévue d au moins 50 ans

Étanchéité prévue d au moins 50 ans CAOUTCHOUC EPDM Étanchéité prévue d au moins 50 ans 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et recyclable

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) Page 1 sur 11 Parmi les postes répertoriés, beaucoup de postes sont cités une seule fois. Pour eux,

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

SITUATION DE LA RÉSIDENCE

SITUATION DE LA RÉSIDENCE SITUATION DE LA RÉSIDENCE Les avantages d une vie proche de la nature avec un accès rapide au cœur de la cité. LYON, alliance parfaite entre tradition et modernité Lyon, classée au patrimoine mondial de

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE INSTALLATEUR SANITAIRE L installateur sanitaire pose et entretient des équipements sanitaires (éviers, baignoires, douches, chauffe-eau ) et des réseaux de canalisations.

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Nouveau complexe d étanchéité intégrant des cellules photovoltaïques

Nouveau complexe d étanchéité intégrant des cellules photovoltaïques Nouveau complexe d étanchéité intégrant des cellules photovoltaïques Soprasolar : vos toits ont de l énergie à revendre! Flambée des prix du pétrole, réserves de ressources fossiles limitées, rejets de

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ

PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ Depuis 1990 Sarl CLIMLAMBERT 472, rue de Béthemont 78630 ORGEVAL 01.39.75.59.31 01.39.75.22.11 contact@climlambert.com PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ Sommaire Présentation... 3 Historique... 3 Organigramme...

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

Constat amiable Dégâts des eaux

Constat amiable Dégâts des eaux couv.constat 11/01/08 10:18 Page 1 Des contrats pour tous La Macif, assureur de la famille, premier en automobile et habitation, vous propose une large gamme de garanties et services, en réponse à chacun

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT. Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages

LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT. Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages L ÉCOLE : UN ÉQUIPEMENT PUBLIC DE PROXIMITÉ La ville de Paris, comme toutes

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

carrés bleus 6 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2008

carrés bleus 6 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2008 carrés bleus 6 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Le Groupe BALAS actif sur le «chantier» du bâtiment durable Le Groupe BALAS intègre les techniques de demain Isabelle COUFFIGNAL, animateur

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable ASSET MANAGEMENT PFO 2 : Un dispositif d épargne au service de vos objectifs patrimoniaux Avec PFO 2, vous investissez

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

EXCLUSIVITE 17 rue Levert - 75020 PARIS Appartement / Loft 4/5 pièces 157 m2 au sol (144 m2 Loi Carrez) Description

EXCLUSIVITE 17 rue Levert - 75020 PARIS Appartement / Loft 4/5 pièces 157 m2 au sol (144 m2 Loi Carrez) Description Description Jourdain (Ligne 11 - Mairie des Lilas / Chatelet), au calme, dans une copropriété de 3 lots, autour d une grande cour / jardin partiellement pavée, un peu à la façon d un petit hameau : aux

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES OFFRES DE STAGE SECTEUR / REGION 13 / 59 / 33 / 69 GENIE CLIMATIQUE GENIE CIVIL ADMINISTRATIF CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65 Préservez les ressources naturelles par des constructions écologiques n est qu une étape dans la protection de l environnement. Cela passe aussi par des gestes éco-citoyens au quotidien. Pour en savoir

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION NOUVELLE GÉNÉRATION BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT SOLUTIONS SANITAIRE Le sanitaire, spécialité historique de Nicoll, a fait de la marque la référence dans le monde de

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

www.tridex.be CAOUTCHOUC EPDM Système d étanchéité complet en caoutchouc EPDM pour toitures, gouttières, étanchéité, toitures-jardins et caves

www.tridex.be CAOUTCHOUC EPDM Système d étanchéité complet en caoutchouc EPDM pour toitures, gouttières, étanchéité, toitures-jardins et caves CAOUTCHOUC EPDM Système d étanchéité complet en caoutchouc EPDM pour toitures, gouttières, étanchéité, toitures-jardins et caves 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit.

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe Bulletin d adhésion aux services sud-devis.fr (à retourner par mail à contact@sud-devis.fr ou par courrier : 18 chemin du Puits de Carrère 47310 Estillac) Nom de l Entreprise : Siret : Responsable : Fonction

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement ORDRE DU JOUR La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement Le projet de budget Questions/Réponses Les travaux de canalisation et leur financement L éventuel passage en copropriété Conclusion

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Je fais le choix d un. chauffe-eau solaire. nos partenaires :

Je fais le choix d un. chauffe-eau solaire. nos partenaires : Je fais le choix d un chauffe-eau solaire nos partenaires : ENVIRONNEMENT ET ÉCO-ATTITUDE Pourquoi un chauffe-eau solaire? Le chauffe-eau solaire individuel permet de faire des économies d énergie. Un

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville ST MALO CAEN ST BRIEUC ICI VANNES LORIENT RENNES LE MANS NANTES Des accès proches et rapides Bus lignes 4 et 30 Métro A à

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS ARTICLE 1 ER : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Nom et adresse de

Plus en détail

BUREAU D INGENIERIE 48, rue Boissonade 75014 PARIS T. 33(0)1 70 64 22 32 Email : afillault@betbigs.com www.bigs-ingenierie.com

BUREAU D INGENIERIE 48, rue Boissonade 75014 PARIS T. 33(0)1 70 64 22 32 Email : afillault@betbigs.com www.bigs-ingenierie.com Tertiaire Plateforme logistique Enseignement Logement CABINET MEDICAL SAINT-GERMAIN-LES-CORBEIL (91) Maître d Ouvrage : SCI des prés hauts de Saint-Germain Maître d Œuvre : Berthier Architectes Contexte

Plus en détail

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ PIXEL PUBLIé PAR BNP PARIBAS REAL ESTATE 28 FEBRUARY 14 Type de projet : Construction Neuve Type de bâtiment : Immeuble de bureaux Année

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers

MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers Multitechnique MTO-EUROGEM, une référence gagnante dans l univers du L activité Multitechnique d ATALIAN, portée par la marque MTO- EUROGEM, a su conjuguer les savoir-faire et les meilleures pratiques

Plus en détail

Entreprise SGP. de la rénovation à la modernité

Entreprise SGP. de la rénovation à la modernité Entreprise SGP de la rénovation à la modernité Philippe Saint-Ghislain a un maître mot : «De la rénovation à la modernité». Un chantier de rénovation est tellement important, qu il amène votre maison vers

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail