carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009"

Transcription

1 carrés bleus 7 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Bien rénover l existant pour assurer l avenir Le Groupe BALAS développe en interne le savoir-faire Thierry POIRIER, contrôleur qualité Anne-Charlotte VERRYDT, chargée de clientèle Revue de chantier Les Grands Moulins de Pantin

2 Edito Revue de chantier Gardons le cap! Au fil des années et malgré les crises économiques, le Groupe BALAS maintient son cap. Vigilant aux changements des métiers et du marché, il tend à anticiper l évolution des attentes de sa clientèle et prend en compte les ruptures que lui imposent les nouvelles réglementations liées au Grenelle de l Environnement. La crise que nous traversons actuellement bouleverse notre économie et n épargne pas les acteurs du bâtiment. Par contre, elle nous conforte dans notre conviction à appliquer encore et toujours les principes fondamentaux qui mobilisent chaque jour les collaborateurs de notre Groupe : solidité, pérennité, forte culture et esprit d entreprise, proximité et confiance partagées avec nos clients, compétence et cohésion des équipes Ce n 7 de Carrés Bleus vous fera découvrir combien les entreprises du Groupe BALAS sont engagées dans l économie durable. Les démarches que nous avons entreprises nous autorisent à proposer dès maintenant des offres adaptées aux demandes de plus en plus exigeantes de nos clients, et devraient nous permettre une adaptation rapide à leurs attentes futures. Nous développons chaque jour une haute capacité à réaliser des prestations dans les domaines, tant de la conception et de la maintenance, que de la rénovation et de la construction. Un nouveau «service Electricité» a été créé au sein de l Entreprise Balas. Ainsi notre Groupe est-il positionné comme un intégrateur de solutions globales répondant aux exigences du Grenelle de l Environnement et de l économie durable. Vous retrouverez également l actualité très dense de nos entreprises, toujours prêtes à relever avec leurs clients de nouveaux défis. Enfin, nous sommes heureux de vous annoncer, après 10 ans d actions de mécénat, la création d un fonds de dotation «Mécénat Groupe BALAS» qui, au-delà du sens que nous souhaitons donner à nos actions dans ce domaine ainsi que dans nos métiers, leur donnera un rayonnement d une nouvelle dimension. Jean BALAS Les Grands Moulins de Pantin Après le 104 Aubervilliers, le Groupe BALAS participe à la rénovation d un autre symbole du patrimoine architectural, les Grands Moulins de Pantin. Les plombiers de BALAS et les spécialistes du Pôle Cuisine - Framaco et Fournier Guignard - sont présents sur ce chantier de m 2 qui accueille deux RIE et une cafétéria soit 2200 couverts/jour. Au nombre de 17 sur le chantier, les compagnons plombiers de BALAS ont : - assuré la distribution d eau froide soit 3720 ml de tube PVC pression, 2300 ml de tube cuivre et 5 surpresseurs sanitaires ; - réalisé les productions et les distributions d eau chaude pour les besoins des Grandes Cuisines, du Fitness, installé 69 ballons d eau chaude individuels pour les blocs sanitaires et posé 2000 ml de tube cuivre ; - réalisé les collecteurs d évacuation soit environ ml de tube PVC, 430 ml de cuivre, 525 ml de tube acier galvanisé, 540 ml de tube PVC, 950 ml de tuyau en fonte ; - équipé 9 fosses de relevage Eaux Usées et 1 station de relevage Eaux de Pluie et Bassin d Orages ; - assuré la pose de 900 appareils sanitaires dont 395 cuvettes de WC suspendues ; - réalisé la protection incendie avec la pose de 13 colonnes sèches soit 725 ml de tube acier galvanisé DN 65, la pose d un réseau de bouches incendie en tube acier galvanisé DN 150 de 250ml réalisé en raccords Victaulic et l installation de 340 extincteurs. La synergie entre les entreprises au sein du Groupe BALAS apparaît évidente lorsqu il s agit d aménager la production d eau chaude et les évacuations des eaux usées et graisses pour les cuisines que Framaco va installer. Le site disposera en effet de deux RIE de 1000 couverts chacun et d une cafeteria / restauration rapide (100 couverts) desservis par une zone de production au R-1 des Grands Moulins ainsi que d un restaurant VIP de 50 places en R+6 disposant de sa propre production. Une dizaine de compagnons se sont mobilisés pour ce lot, les équipements de froid (réfrigération et préparation) étant installés par Fournier Guignard, autre entreprise du Groupe BALAS qui traite en partenariat avec l entreprise Framaco. Fiche technique Maîtrise d ouvrage : SNC Les Grands Moulins de Pantin Maître d oeuvres : BNP PARIBAS Immobilier d Entreprise Architecte : Reichen et Robert BET Fluides : Ingerop BET Cuisine : Restauration Conseil Chantier HQE Travaux : 160 M Lot Plomberie : 2,6 M Lot Cuisine : 1,45 M dont 20% Froid Chargé d affaires Plomberie : Jacques PROVOST Chef de chantier Plomberie : Jean-Marie LHERAULT Chargé d affaires Cuisine : Gérard PIEDFORT Conducteur de travaux Froid : Jean-Michel BEAUFILS 2

3 Revue de chantier Panneaux photovoltaïques chez L OREAL Brèves Mécénat Groupe BALAS A l occasion de la réfection des m 2 de couverture en ardoise de deux bâtiments du centre de Recherche de Chevilly-Larue, L OREAL a souhaité installer des panneaux photovoltaïques : une première pour ce maître d ouvrage, et pour les équipes du Département Couverture et Patrimoine de BALAS. Le bureau d études SECC a conseillé au maître d ouvrage l utilisation d un long pan de toiture de 800 m² du fait de son orientation au Sud et de sa conception architecturale qui permet une intégration des modules photovoltaïques et ne dénature pas l aspect général du bâtiment. Les modules photovoltaïques ont été intégrés à la couverture, et, associés à un écran de sous toiture, assurent une parfaite étanchéité. Les modules ont été placés de manière à éviter les ombres engendrées par les éléments voisins tels que les souches, les outeaux, les crosses, les châssis, les potelets et câbles de ligne de vie et les bâtiments à proximité. La connexion électrique entre les modules photovoltaïques a été réalisée par un connecteur étanche. La surface totale de modules photovoltaïques est de 100 m², en deux champs de 50 m², pour une puissance de 13,6 kwc, et un retour sur investissement d environ 17 ans. Le choix des modules s est porté sur du matériel Schüco pour deux raisons essentielles : l existence d un avis technique, qui facilite à la fois la mise en oeuvre et l acceptation du dossier par les assureurs, et la qualité esthétique des panneaux, primordiale pour le maître d ouvrage. L e s c o u v re u r s d e c h e z B A L A S, particulièrement enthousiastes à l idée d intégrer une technologie innovante et durable à leur savoir-faire, ont mis à profit leur expérience pour monter des panneaux de 2,60 m 2 et 40 kg chacun dont la manipulation sur un toit à 42 ne nécessite pas moins de 4 personnes. Pas vraiment déroutés par cette première opération, ils ont cependant du déroger au raisonnement des couvreurs (poser dans le sens inverse de l écoulement de la goutte d eau) pour se plier aux contraintes de l électromagnétisme et de la mise à la terre du réseau. Fiche technique Maîtrise d ouvrage : L OREAL Bureau d études : SECC Lot Couverture : 2 M Dont Photovoltaïque : Chargé d affaires : Olivier ETIENNE Chef de chantier : Thierry GROSSET Depuis 10 ans, le Groupe BALAS réalise des actions de mécénat artistique, en particulier en éditant des CD de musique classique. Désormais ces actions seront placées sous l égide d un fonds de dotation «Mécénat Groupe BALAS». Pour fêter cet événement, une soirée aura lieu le 13 janvier 2010 au Théâtre des Champs-Elysées. Changement à la tête du Bureau d Etudes Projets Après 38 années d activité chez BALAS, René HAMON a pris sa retraite fin C est Laurence MAHOUDEAU qui assume désormais seule la responsabilité de la gestion de ce département composé d une vingtaine de personnes dédiées au chiffrage des projets de couverture, plomberie et CVC. Recrutée par René HAMON, Laurence MAHOUDEAU travaillait en binôme avec celui-ci depuis le 1er février SIMI 2009 Le Groupe BALAS sera présent du 2 au 4 décembre 2009 au SIMI sur le stand de Synergie, le Groupement des entrepreneurs du Bâtiment, et vous y accueillera avec plaisir (Stand PARIS A02). 3

4 Grand angle Bien rénover l existant pour assurer l avenir Rénovation lourde de la plomberie d un hôtel R é p u t é p o u r s e s a m é n a g e m e n t s d appartements privés de standing, le département Aménagement & Rénovation est avant tout une équipe multidisciplinaire capable d adapter ses savoir-faire à des exigences spécifiques, allant de la plomberie la plus traditionnelle aux techniques de ventilation les plus modernes. Il s est fait une spécialité des interventions en hôtel occupé. En effet, le parc hôtelier parisien 3 étoiles vieillissant doit se mettre au niveau des exigences de la clientèle, et notamment en terme de salle de bains et de climatisation. Ainsi le Département Aménagement & Rénovation a apporté son savoir-faire au propriétaire de l Hôtel Doisy, 55 avenue des Ternes, en rénovant la production d eau chaude et 33 salles de bains en moins de 3 mois, sans interruption d activité. Rénovation des équipements de protection-incendie sur la Tour Eiffel Présents sur la Tour Eiffel depuis 2004 pour un enchaînement de travaux de climatisation et de plomberie, les compagnons BALAS ont remplacé début 2009 les 4 bâches de 2,1m 3 qui assurent la réserve d eau de la Tour en cas d incendie. A 325 m d altitude, travaillant de nuit afin d amener le matériel sans perturber les activités touristiques, les équipes BALAS ont assemblé sur place ces bâches conçues pour être à la fois plus légères et plus résistantes au gel que les précédentes. 4

5 Concentrant les compétences métiers présentes au sein du Groupe BALAS, les équipes du département Aménagement & Rénovation sont à la pointe de l activité Rénovation car elles trouvent des solutions innovantes à des demandes spécifiques sur le difficile secteur qu est la rénovation en milieu occupé. Mais tous les départements et entreprises du Groupe sont présents sur le domaine de la Rénovation qui représente pratiquement 50% de l activité du bâtiment en France. Changement de colonnes en plomb en immeuble haussmannien L application de la réglementation plomb progresse lentement mais sûrement : le département Travaux du Pôle Services est de plus en plus sollicité par des copropriétés pour remplacer les colonnes en plomb des immeubles haussmanniens. Dans le département Aménagement & Rénovation, des équipes de plombiers se relaient de mois en mois pour refaire tous les réseaux d alimentation et d évacuation d eau chaude et d eau froide dans une résidence de 10 étages, avec une méthodologie aboutie qui permet aux occupants de rester dans leur appartement. Façonnées par les caractéristiques du bâtiment parisien forte urbanisation, bâtiments anciens, peu de constructions neuves - les activités du Groupe BALAS comportent naturellement beaucoup d entretien et de rénovation, y compris sur des Monuments Historiques. Rénover en milieu occupé, tout un art Dans le domaine de la rénovation, il n est pas toujours possible de demander aux habitants de déménager ou aux utilisateurs de locaux tertiaires de louer ailleurs pendant la durée des travaux. Souvent, les rénovations ont lieu lors de la cession de biens ou lors d un changement de locataire, mais ce n est pas toujours le cas. La capacité à gérer des opérations en milieu occupé est donc un atout fort que le Groupe BALAS a su développer, et qui demande à la fois méthodologie, équipement spécifique, et surtout rigueur. Grands projets : beaucoup de rénovation aussi Que ce soit pour adapter un patrimoine ancien ou réaménager un bâtiment vieillissant, les équipes de Grands Travaux Fluides répondent de plus en plus à des demandes de chantier en rénovation. Ainsi, GTF intervient sur le chantier des Grands Moulins de Pantin, qui vont passer d un usage industriel à un usage tertiaire, dans plusieurs hôpitaux comme celui de Bégin qui restructure toutes ses activités, ou sur la Tour CB31 qui va devenir un bâtiment Haute Qualité Environnementale. Le marché de l entretien-rénovation représentait en 2007, environ 60,6 milliards HT (exprimés en termes de CA généré par les entreprises de bâtiment et donc hors travaux de bricolage conduits directement par les ménages), soit 45 % de l ensemble de la production bâtiment (hors TP) dont : - 40 % : travaux d entretien courant et gros entretien - 60 % : grosses réparations et travaux d amélioration. Avant la crise économique, les prévisions tablaient sur un montant proche de 66,5 milliards HT en 2010, dont 2/3 pour le logement. (Source : Développement Construction) Rénovation d une maison de ville Pour cette maison de ville ravagée par un incendie, Delamare a conquis les propriétaires en trouvant une solution technique adaptée à leur demande de rénovation de la toiture. Avant l incendie elle était composée d une verrière classique avec petit bois métallique et vitrage double fixe sans aucune autre protection. Delamare a proposé d utiliser des fenêtres velux offrant un confort acoustique et thermique bien supérieur à l ancienne version et la possibilité d occulter les ouvrants par stores solaires intérieurs. Chaque velux a une finition de couleur zinc naturel en harmonie avec l ensemble de la toiture. Du coup, Delamare a également remporté le lot Plomberie/Chauffage. 5

6 Réglementation La récupération des eaux de pluie encadrée L utilisation de l eau de pluie dans les bâtiments est enfin reconnue officiellement depuis l arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l intérieur et à l extérieur des bâtiments publié le 29 août au J.O. Pour la première fois, un texte définit une liste positive d usages de l eau de pluie récupérée en aval de toitures inaccessibles** : - l arrosage des espaces verts, - le lavage des sols, - le rinçage des toilettes, - le lavage du linge admis à titre expérimental et sous réserves. Des usages limités L eau de pluie ainsi collectée peut désormais être utilisée pour les usages domestiques extérieurs au bâtiment. Néanmoins l arrosage des espaces verts accessibles au public ne peut être effectué qu en dehors des périodes de fréquentation. Les usages domestiques intérieurs sont davantage limités, puisque l eau de pluie ne pourra être utilisée à l intérieur des bâtiments que pour les sanitaires et le lavage des sols, et ce si les toitures ne sont pas en amianteciment ou en plomb. Qui plus est, toutes ces utilisations domestiques intérieures sont interdites dans : - les établissements de santé et établissements, sociaux et médicaux-sociaux, hébergement de personnes âgées, - les cabinets médicaux, cabinets dentaires, laboratoires d analyses de biologie médicale et établissements de transfusion sanguine, - les crèches, écoles maternelles et élémentaires. Les usages professionnels et industriels de l eau de pluie sont autorisés à l exception de ceux qui requièrent l emploi d eau destinée à la consommation humaine telle que définie au Code de la santé publique. Des pré-requis techniques La Direction Générale de la Santé (DGS) précise que l usage de l eau de pluie à l intérieur des bâtiments implique la «création d un réseau spécifique de canalisations». Il faut donc être «très attentif à la séparation de ces réseaux dès la conception et lors de travaux ultérieurs», ainsi qu à «leur signalisation visible et explicite». «En cas de connexion, le risque serait double : le risque qu une personne puisse boire l eau de pluie et, plus grave, que le réseau public d eau potable soit contaminé par l eau de pluie à l occasion d une chute de pression». Maintenance Afin de faciliter la maintenance, les réservoirs de stockage doivent être accessibles. En prévision d une forte pluviométrie, un système de trop plein doit permettre d évacuer le débit maximal d eau de pluie. Le nouvel arrêté exige que la propreté, la signalisation et la déconnexion du réseau d eau de pluie avec le réseau d eau potable soient vérifiées chaque semestre et qu annuellement, les filtres et les cuves de stockages soient nettoyés, le tout étant enregistré sur un carnet sanitaire. Un arrêté attendu Depuis la publication de cet arrêté, les demandes de chiffrage d installations de récupération d eau de pluie se multiplient dans les cahiers des charges des bâtiments tertiaires, signe évident de l attrait de cette pratique jusque-là freinée par l incertitude réglementaire. BALAS va ainsi installer de tels réseaux - à usage des sanitaires ou à fin d arrosage - sur les chantiers de la Salle des Marchés de la Société Générale (Nexity), du 52 Hoche (Nexity), d AXC St-Dominique (Foncière des 6ème et 7ème) et du Farman (Bouygues Immo), quatre opérations HQE. ** Une toiture inaccessible est une couverture d un bâtiment non accessible au public, à l exception des opérations d entretien et de maintenance. La réglementation sur la manipulation des fluides frigorigènes a changé Depuis 4 juillet 2009, les entreprises qui manipulent des fluides frigorigènes (réfrigération, climatisation, climatisation automobile) doivent détenir une Attestation de Capacité* délivrée par un organisme agréé, attestation délivrée sous conditions précises : détention de matériels spécifiques à l activité et qualification des opérateurs. Cette réglementation vise à limiter les émissions des fluides frigorigènes et leur impact sur l environnement. Elle prévoit un renouvellement de l Attestation de Capacité tous les 5 ans et un audit de l entreprise par l organisme agréé pendant cette période. Balas, Meresse, Framaco et Fournier Guignard, entreprises du Groupe BALAS habituées à manipuler les fluides frigorigènes, ont obtenu cette Attestation. *Décret n du 7 mai 2007 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques et climatiques. 6

7 Brèves Perspectives 2010 Le groupe R3D Le Groupe BALAS compte sur son Bureau d Etudes Projets et développe en interne le savoir-faire Regroupant le chiffrage des affaires de Couverture, Plomberie et Génie Climatique, le Bureau d Etudes Projets (BEP) chiffre un volume d affaires de l ordre de 250 M chaque année. Il est aussi le lieu de passage incontournable pour les jeunes recrutés avant l opérationnel chantier. Avec une vingtaine de collaborateurs, le Bureau d Etudes Projets est en amont des opérations réalisées par BALAS, que ce soit sur appel d offre ou demande de devis. Le BEP réalise le dimensionnement technique, le chiffrage et prépare le mémoire technique du projet. En cas de signature du marché, il transfère le dossier aux opérationnels pour la réalisation des travaux. Appuyée sur une organisation orientée clients (projet par projet), la structure permet de développer la polyvalence des collaborateurs entre les métiers (CVC / Plomberie) et la meilleure gestion possible des interfaces (Couverture / Plomberie et CVC / Plomberie) sur les offres multi techniques ou macro lots. Disposer d un bureau intégré au sein de l entreprise permet de proposer un parcours d évolution adapté, de capitaliser les compétences des collaborateurs et de préparer au mieux le déroulé des chantiers. La coordination entre études et travaux en est facilitée, le retour d expérience permet de s améliorer en continu. Dans le cadre du développement des jeunes talents, le BEP est également une «pépinière» qui accueille pendant plusieurs mois des jeunes ingénieurs en fin d étude ou en première embauche, avant qu ils ne choisissent entre études ou opérationnel comme chargé d affaires. En 2009, le BEP a accueilli ainsi 2 étudiants INSA pour leur Projet de Fin d Etudes, tous deux sur des thèmes liés au Développement Durable. C est en effet au sein du BEP que s initie la démarche du Groupe BALAS pour proposer à ses clients des variantes sur des techniques économes (en eau, en énergie) et assurer le retour d expérience sur leur mise en œuvre. Cette démarche - qui associe aussi des experts techniques de tous les départements dans un groupe dédié «Recherche et Développement pour le Développement Durable» dit R3D - vise à accélérer l acquisition par les collaborateurs du Groupe BALAS des compétences les plus récentes sur les techniques qui contribuent aux exigences du Grenelle de l Environnement. Remplacement spectaculaire de R-22 La direction technique du Sofitel La Défense a sollicité le Pôle Services de BALAS afin de procéder au remplacement du groupe froid au R-22 installé en toiture depuis la construction du bâtiment en La solution de remplacement choisie est un groupe froid à récupération de chaleur. Avec ce remplacement, le Sofitel gagne 15% de puissance frigorifique et un système utilisé pour préchauffer l eau chaude sanitaire de l hôtel. Le grutage, habituellement utilisé pour ce type d opération, était impossible pour des raisons de fragilité de la structure de la dalle de La Défense. Il ne restait donc que la solution héliportée. Prévu à 9h, l hélitreuillage (enlèvement de l ancien groupe et mise en place du nouveau) n a pu avoir lieu qu à midi aux vues des conditions météo, mais avec succès. Rappel : le R-22 est un HCFC soumis au règlement 2037/2000 du 29 juin 2000 et à un calendrier d élimination : interdiction de stocker et d utiliser des HCFC vierges dans la maintenance et l entretien d équipements de réfrigération et de climatisation à compter du 1er janvier 2010 ; interdiction de stocker et d introduire des HCFC, même recyclés, à compter du 1er janvier Changement de direction chez Meresse Cécile BRUNARD, ingénieur généraliste et master Qualité ENSAM, a pris courant juillet la direction de Meresse, entreprise du Groupe BALAS spécialisée e n C o u v e r t u r e, Plomberie et CVC, à la suite de Gérard LE GUEN après 1 an d accompagnement dans la fonction. L entreprise Meresse, forte d une quarantaine d employés, a réalisé un CA de 3,7 M en 2008 : elle poursuivra ses activités de Travaux et Services avec quelques chantiers phares tels la Piscine de Levallois-Perret en plomberie, ou des hôtels particuliers en réfection de couverture : le siège de Dassault Aviation, le CCIP 7

8 Métier Contrôleur qualité Au Service Exploitation du Pôle Services, Thierry POIRIER est contrôleur qualité, une fonction qui recouvre en fait de multiples missions auprès de 6 chargés de clientèle, 4 chargés d études, 7 chargées d exploitation, 7 équipes de couvreurs et 27 plombiers. Avec un partage de son temps entre le bureau (60%) et les chantiers, Thierry POIRIER est un homme-orchestre qui : - contrôle, valide et optimise les tournées, - audite la qualité des travaux exécutés, - complète l approvisionnement en petit matériel pour les dépannages d urgence, - recherche des produits très spécifiques pour interventions. Conseiller technique, il aide à la préparation des interventions sensibles, assiste les dépanneurs face aux difficultés qu ils peuvent rencontrer, mène des expertises et traite les litiges techniques. Carrément pro! Arrivée le 7 janvier 2008 chez Framaco en tant que Chargée d études, Anne-Charlotte, diplômée d une maîtrise en gestion, a récemment évolué vers la fonction de Chargée de clientèle, responsable d un portefeuille de clients. Carrés Bleus : Comment s est effectué ce passage? «Ma fonction de Chargée d études m avait permis de me familiariser avec l activité, les produits et les services commercialisés par Framaco. J étais en charge de répondre aux appels d offres de travaux. Après 18 mois d expérience, j avais envie d être en contact direct avec le terrain et la clientèle, et on m en a donné la possibilité en me proposant de devenir Chargée de clientèle. J ai tourné sur le terrain avec Erminio BERTUZZO de Framaco et Franck NICOLAS de Fournier Guignard pour rencontrer les clients.» CB : Comment s annoncent les prochains mois? «Actifs et passionnants! Nous avons eu beaucoup de chantiers pendant l été ZAC des Bruyères, Grands Moulins de Pantin, Arcueil - et je dois aujourd hui proposer les contrats de maintenance adéquats. Framaco Thierry POIRIER a 26 ans d ancienneté chez BALAS. Entré comme compagnon dans le Département Grands Travaux Fluides après son CAP Plombier et son CAP Installateur Thermique, il a évolué jusqu au poste de chef de chantier. En Octobre 2005, le poste de Contrôleur Qualité lui a été proposé. Depuis, il a fait évoluer sa fonction. Désormais il participe aux entretiens d embauche des dépanneurs, forme les chargées d exploitation à la technique en leur faisant visiter les chantiers, et organise des «entraînements» au brasage / soudage en atelier. Devenu Contrôleur Gaz en 2007, il est également l interlocuteur de Qualigaz. Pour ce compagnon qui a changé radicalement son organisation, le passage des Grands Travaux aux Services c est «moins de pénibilité physique, mais plus de pression quotidienne». Et sa plus grande fierté, c est d avoir su s adapter à l outil informatique et évoluer dans sa carrière. Anne-Charlotte VERRYDT Entreprise FRAMACO Chargée de clientèle a une bonne réputation et pour une Chargée de clientèle c est un atout de poids!» CB : Votre vécu en tant que femme dans ce métier? «En tant que femme, je rencontre un très bon retour de la part des clients : il n y a pas de rapports de force, peut-être parce que notre écoute est différente. J étais déjà familiarisée avec les matériels et les techniques qui sont multiples et pointus en Grande Cuisine, et j ai donc rapidement pu rentrer dans la mission.» Jean-Philippe GALAVERNA, Directeur de Framaco «L arrivée d une Chargée de clientèle, techniquement au fait, est exceptionnelle dans un milieu où les intervenants sont principalement masculins. Elle a été très favorablement accueillie par nos clients. Nous allons l accompagner et je ne doute pas de sa réussite.» 8 Effet de Groupe CA 2008 : 92 Me Effectif 2008 : 700 personnes Nos spécialités : Couverture, Plomberie, Génie climatique, Cuisine professionnelle, Froid commercial, Salles de bains Nos métiers : Travaux, Services Nos sociétés BALAS Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex DELAMARE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Auffret PANTIN MERESSE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Ferry PANTIN FOURNIER GUIGNARD Froid Commercial Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex FRAMACO Cuisine Professionnelle Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex B BATH ] l art et la manière du bain... Tél. : Fax : bis, rue du Cherche-Midi PARIS Carrés Bleus n 7 - Octobre 2009 Directeur de la publication : J. BALAS Rédacteur en chef : F. SAUER Comité de rédaction : C. BRUNARD, C. CHATENDEAU, E. EVRARD, M.HOUDROUGE Groupe BALAS rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex Tél. : Fax : Conception et réalisation : J Articule - Lessive Studio Design Crédits Photos : Groupe BALAS, Pascal POGGI Ce document est imprimé sur Arctic The Volume 130 gr, pâte ECF, certificats EMAS et ISO Papier provenant de forêts gérées de manière durable (certification FSC).

brakha solutions du bâtiment

brakha solutions du bâtiment brakha solutions du bâtiment Plomberie///Chauffage///Couverture///Maçonnerie Carrelage///Agencement cuisines & salles de bain Entretien///Tuyauterie industrielle///dépannage 02 Que vous soyez un particulier,

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires

www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires www.hdgdev.com Récupération des eaux pluviales Aspects réglementaires 1 Usages autorisés Usages domestiques extérieurs WC Lavage des sols Lavage du linge sous réserve Usages autorisés Cas du lavage du

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

Toujours aussi étanche après 50 ans! www.sureseal.fr CAOUTCHOUC EPDM. 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour

Toujours aussi étanche après 50 ans! www.sureseal.fr CAOUTCHOUC EPDM. 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour CAOUTCHOUC EPDM Toujours aussi étanche après 50 ans! 5/13-2339 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et

Plus en détail

... au confort du gaz en réseau!

... au confort du gaz en réseau! ... au confort du gaz en réseau! OUI, le gaz en réseau arrive près de chez vous! Suite à un appel d offre public, votre commune a choisi de confier l installation du réseau local de gaz propane à TOTALGAZ,

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE LE RACCORDEMENT AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT : UNE OBLIGATION LEGALE L étanchéité parfaite est la qualité principale d un réseau d assainissement. Elle

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES Le titre professionnel de : INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES1 niveau V (code NSF : 233 s) se compose de deux

Plus en détail

Plombier, c'est quoi?

Plombier, c'est quoi? Plombier, c'est quoi? Un plombier est un ouvrier qui s occupe / d installer et réparer les canalisations d eau et de gaz. Certains plombiers se spécialisent dans des domaines particuliers ou complètent

Plus en détail

> Chef de projets. > Les activités. Les missions. > Les qualités et compétences requises. > Les caractéristiques du métier. Le niveau de formation

> Chef de projets. > Les activités. Les missions. > Les qualités et compétences requises. > Les caractéristiques du métier. Le niveau de formation > Chef de projets Identifier les besoins et définir les objectifs, les moyens, les actions et les résultats attendus du projet en collaboration avec les autres acteurs du projet. Gérer les ressources humaines

Plus en détail

AIX-en-provence Campagne Mirabeau

AIX-en-provence Campagne Mirabeau AIX-en-provence Campagne Mirabeau Nature, Lumière, Confort... * Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC -, bâtiment basse consommation auprès de l organisme certificateur Cerqual. Aix-en-Provence

Plus en détail

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur.

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur. Les avantages LEED Environnement Les bâtiments certifiés LEED ont une empreinte écologique moindre car ils permettent de réduire la consommation d énergie et d eau, grâce aux équipements mécaniques et

Plus en détail

Caoutchouc EPDM, tous les systèmes de toiture

Caoutchouc EPDM, tous les systèmes de toiture Caoutchouc EPDM, tous les systèmes de toiture 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et recyclable Revêtement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LE PAVILLON DE LA MAREE FAIT PEAU NEUVE BAT. A4 MIN DE RUNGIS (18 000 M²)

DOSSIER DE PRESSE LE PAVILLON DE LA MAREE FAIT PEAU NEUVE BAT. A4 MIN DE RUNGIS (18 000 M²) DOSSIER DE PRESSE LE PAVILLON DE LA MAREE FAIT PEAU NEUVE BAT. A4 MIN DE RUNGIS (18 000 M²) Paris avril 2012 SOMMAIRE 1. LE PAVILLON DE LA MAREE FAIT PEAU NEUVE 2. LE PRODUIT D ETANCHEITE : DERBIBRITE

Plus en détail

Prescriptions architecturales

Prescriptions architecturales UNITÉ DES COULEURS ET DES MATERIAUX A Sèvres, la cohérence de l harmonie des toitures repose sur une palette de matériaux et de teintes centrée sur les terres cuites, les ardoises, le zinc, le cuivre.

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix les P r o d u i t s 75 % D ÉconoMies sur la consommation liée À l eau chaude chauffage De l eau JusQu À 62 c avec la PoMPe À chaleur 10 %

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Lieu : Bastia, place St Nicolas Maître d'ouvrage : Mairie de Bastia Mandataire Maîtrise d œuvre : BET FOBIS Avignon

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Informations générales Champ d'application En fonction du modèle, ThermoCycle WRG peut s installer sur les canalisations d eaux grises de : - maisons individuelles, immeubles d'appartements, - campings,

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

* Programme réalisé en conformité avec les niveaux de performance énergétique fixés par la norme Réglementation Thermique 2012 (RT 2012).

* Programme réalisé en conformité avec les niveaux de performance énergétique fixés par la norme Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). * Programme réalisé en conformité avec les niveaux de performance énergétique fixés par la norme Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). INGRÉ Le centre-ville La mairie et l église Le parc de Bel Air

Plus en détail

Toujours aussi étanche après 50 ans!

Toujours aussi étanche après 50 ans! CAOUTCHOUC EPDM Toujours aussi étanche après 50 ans! 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et recyclable

Plus en détail

Paris, une ville qui accueille un public nombreux et varié

Paris, une ville qui accueille un public nombreux et varié PARIS ET LA COP 21 Paris, une ville qui accueille un public nombreux et varié 2 274 880 habitants 3 000 000 déplacements pendulaires par jour 32 000 000 de touristes par an ILE DE FRANCE 12.000.000 habitants

Plus en détail

Bandeau latéral : Gestion des mesures compensatoires du PPRI / Avantages du vide sanitaire

Bandeau latéral : Gestion des mesures compensatoires du PPRI / Avantages du vide sanitaire La pépinière et hôtel d entreprises Evol Yss : un équipement communautaire structurant Etre proactif en matière de développement économique Permettre aux jeunes entreprises de décoller Un équipement intégré

Plus en détail

CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES

CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES ÉCONOMIE CONFORT ÉCOLOGIE JOUR ET NUIT, QU IL PLEUVE OU QU IL

Plus en détail

Récupération eau de pluie artisans installateurs

Récupération eau de pluie artisans installateurs Récupération d eau de pluie Artisans installateurs 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de l arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de

Plus en détail

carrés bleus 5 Le Cirque d Hiver Revue de chantier La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008

carrés bleus 5 Le Cirque d Hiver Revue de chantier La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008 carrés bleus 5 La lettre d information du Groupe BALAS - 1 e trimestre 2008 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Préparer l avenir : recruter & former Le Groupe BALAS parrain de la promotion

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français rotection igoureusement. Celle-ci se définie essous. Aucun visuel ou texte ne doit des logotypes. Rexel Energy in Motion Français Rexel, Building the future together Notre mission La mission de Rexel est

Plus en détail

Covéa Immobilier. L expertise au service de la valorisation immobilière

Covéa Immobilier. L expertise au service de la valorisation immobilière Covéa Immobilier L expertise au service de la valorisation immobilière L immobilier au sein de Covéa Covéa Immobilier Créé en janvier 2008, Covéa Immobilier mutualise les moyens et les savoir-faire des

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOLAIRE THERMIQUE COLLECTIF

STAGE DE FORMATION SOLAIRE THERMIQUE COLLECTIF STAGE DE FORMATION SOLAIRE THERMIQUE COLLECTIF Conception d une installation solaire thermique collective pour la production d eau chaude sanitaire Sessions organisées à Ecully (près de Lyon) destinées

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

Les eaux usées et pluviales dans la construction. Plan de l exposé

Les eaux usées et pluviales dans la construction. Plan de l exposé Les eaux usées et pluviales dans la construction La gestion des eaux usées domestiques dans les permis Station d épuration d Arlon Vendredi 22 novembre 2013 Aline BAUDUIN 1 Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

carrés bleus 8 La lettre d information du Groupe BALAS - 2 e trimestre 2010

carrés bleus 8 La lettre d information du Groupe BALAS - 2 e trimestre 2010 carrés bleus 8 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! L Electricité, une nouvelle spécialité BALAS Le Bureau d Etudes Exécution Isabelle ANDRE, Responsable QSE Arnaud RAMAJO Responsable Commercial

Plus en détail

NOTRE GRAND PROJET : VOTRE AVENIR

NOTRE GRAND PROJET : VOTRE AVENIR Intégration DIVERSITÉ CARRIère NOTRE GRAND PROJET : VOTRE AVENIR Formation AMBITION MOBILITÉ La volonté d entreprendre EXPRIMEZ VOS ENVIES, PaRTAGEZ NOS TALENTS : REJOIGNEZ LE GROUPE GCC Compagnons, techniciens,

Plus en détail

EPDM à souder à l air chaud

EPDM à souder à l air chaud C A O U T C H O U C E P D M EPDM à souder à l air chaud 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et recyclable

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france.

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france. Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade Bureau d études techniques spécialisé www.secc-france.com Présentation S.E.C.C., une équipe de spécialistes réactive

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

NÉROLI. Renouveau urbain entre fleuve et coteaux. Communauté urbaine de Bordeaux

NÉROLI. Renouveau urbain entre fleuve et coteaux. Communauté urbaine de Bordeaux NÉROLI Communauté urbaine de Bordeaux Renouveau urbain entre fleuve et coteaux * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de certification Bâtiment Basse Consommation, auprès de

Plus en détail

C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e

C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e C l i m a t i s a t i o n a u t o m o b i l e Une attestation de capacité est désormais obligatoire Décret du 7 mai 2007 Relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF SARL NEWTON 520 rue d Orroire 60400 NOYON Tél. : 03 44 41 01 38 Fax : 03 44 40 34 70 agendalain@orange.fr 1 er réseau national ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Article L2224-8 du Code

Plus en détail

TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT

TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT Courbevoie, le 26 mars 2015 LIVRAISON DU PROGRAMME SKY : TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT Philippe JOSSE, Directeur général de Cogedim, présente ce jour l

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec)

Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec) Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec) Ce document présente les caractéristiques du triplex Abondance Montréal : le Soleil, l une des propositions sélectionnées dans le cadre

Plus en détail

Roto Sunroof L habitat côté soleil

Roto Sunroof L habitat côté soleil Roto Sunroof L habitat côté soleil Capteurs solaires thermiques, photovoltaiques et fenêtres de toit parfaitement intégrés. Roto Sunroof: Performance et Design. Roto Sunroof. cologique, économique, ésthetique.

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Récupération de l eau de pluie : Quels rôles pour la collectivité? 1. Suivi & contrôle des installations privatives, 1.1. Les prescriptions techniques, Plan de l intervention 1.2. Le contrôle des installations

Plus en détail

SITUATION DE LA RÉSIDENCE

SITUATION DE LA RÉSIDENCE SITUATION DE LA RÉSIDENCE Les avantages d une vie proche de la nature avec un accès rapide au cœur de la cité. LYON, alliance parfaite entre tradition et modernité Lyon, classée au patrimoine mondial de

Plus en détail

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Les Services d Efficacité Energétique et Environnementale Leader européen des services en efficacité énergétique et environnementale, Cofely conçoit,

Plus en détail

CATALOGUE 2015 WWW.SFA.FR. Des solutions. pour tous vos projets!

CATALOGUE 2015 WWW.SFA.FR. Des solutions. pour tous vos projets! CATALOGUE 2015 WWW.SFA.FR Des solutions pour tous vos projets! inventeur de solutions depuis 1958 La Société Française d Assainissement, conçoit des appareils sanitaires permettant d installer facilement

Plus en détail

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE Rue de la Mouillère - 25 000 Besançon MAITRE D OUVRAGE Reynaud Immobilier Services 22 Bis Rue de Dole 25 000 BESANCON Tél. :03.81.61.94.84 Fax : 03.81.61.95.80 E-Mail : contact@reynaud-immobilier.com RELEVE

Plus en détail

CHARGES RECUPERABLES

CHARGES RECUPERABLES CHARGES RECUPERABLES I. - ASCENSEURS ET MONTE-CHARGE 1. Dépenses d électricité 2. Dépenses d exploitation, d entretien courant, de menues réparations a) Exploitation - visite périodique, nettoyage et graissage

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram RESIDENCE WAGRAM BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram PRESENTATION DU PROGRAMME La résidence WAGRAM est située au 17 rue de WAGRAM, en plein centre ville, à 500m du RER A qui relie notamment aux gares de

Plus en détail

guide technique DES EAUX PLUVIALES BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT

guide technique DES EAUX PLUVIALES BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT guide technique GTaka12 système D évacuation SIPHOÏDE DES EAUX PLUVIALES BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT SolutionS environnement La qualité de l eau, l assainissement, la gestion et l évacuation des eaux

Plus en détail

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES OFFRES DE STAGE SECTEUR / REGION 13 / 59 / 33 / 69 GENIE CLIMATIQUE GENIE CIVIL ADMINISTRATIF CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective DOCUMENT D INFORMATION LE SOLAIRE Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective POURQUOI UN CAMPING OU UN HOTEL A-T-IL INTERET A PASSER A L ENERGIE SOLAIRE? 1. Arguments économiques Le

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL LOGO CLient MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL AUDIT TECHNIQUE ET ENERGETIQUE BATIMENT «LE MAGNUM» Rue X à X (92) Dossier n 2011 92 076 Propriétaire : XXX Dates de visite : 15et 16 février 2012 Réalisé

Plus en détail

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t T h i m o n v i l l e P l a n L o c a l d U r b a n i s m e A n n e x e s a u r è g l e m e n t Vu pour être annexé à la délibération du 20 décembre 2013 P L U Cachet de la Mairie et signature du Maire

Plus en détail

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN Les diagnostics dans l habitat Tableau récapitulatif 11 Contrat de risque d exposition au plomb Diagnostic de performance énergétique Etat mentionnant la présence ou l absence

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

Étanchéité prévue d au moins 50 ans

Étanchéité prévue d au moins 50 ans CAOUTCHOUC EPDM Étanchéité prévue d au moins 50 ans 50 ans plus tard, aussi étanche qu au premier jour Pas de feu sur le toit. L EPDM s applique sans flamme Respectueuse de l environnement et recyclable

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

Campus Vitalis, l atout majeur de l étudiant Aixois

Campus Vitalis, l atout majeur de l étudiant Aixois VITALIS Campus Vitalis, l atout majeur de l étudiant Aixois Campus Vitalis bénéficie d un environnement en pleine évolution au cœur du nouveau quartier Aix Sud près du centre et des Facultés. Aix-en-Provence

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

SEINE PANORAMA. 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS ACCÉDER AU MENU

SEINE PANORAMA. 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS ACCÉDER AU MENU SEINE PANORAMA 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS UNE RÉHABILITATION CERTIFIÉE HQE ACCÉDER AU MENU Présentation de l immeuble Vues de l immeuble Tableau des surfaces utiles Aménagement

Plus en détail

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES Socateb, expert en traitement de façades. SOCATEB, ACTEUR DU SALON DE LA COPROPRIÉTÉ LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2015 Le mot du Président

Plus en détail

ORIGIN UNE VÉRITABLE IDENTITÉ UN ÉPANOUISSEMENT DYNAMIQUE

ORIGIN UNE VÉRITABLE IDENTITÉ UN ÉPANOUISSEMENT DYNAMIQUE ORIGIN UNE VÉRITABLE IDENTITÉ UN ÉPANOUISSEMENT DYNAMIQUE Les Prestations Mobilier contemporain Aménagement soigné et fonctionnel Cuisine contemporaine équipée (réfrigérateur, plaques de cuisson vitrocéramique

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014 GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony 25 septembre 2014 Présentation Covéa Immobilier Loïc Lecallo Le Groupe Covéa N 1 en assurance de dommage aux biens de particuliers en France, Covéa qui réunit les

Plus en détail

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux L Association des Responsables de Copropriété 14 000 copropriétés adhérentes Une association indépendante Une association représentative

Plus en détail

La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques

La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques Nantes Habitat diversifie ses ressources énergétiques. En complément des réseaux de chaleur, des panneaux photovoltaïques,

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamiques air ambiant / air extérieur NUOS & NUOS SPLIT. Economie et écologie Confort Performance Simplicité d installation

Chauffe-eau thermodynamiques air ambiant / air extérieur NUOS & NUOS SPLIT. Economie et écologie Confort Performance Simplicité d installation Chauffe-eau thermodynamiques air ambiant / air extérieur UOS & UOS SPLIT Economie et écologie Confort Performance Simplicité d installation 2 juillet 2012 UOS, une eau chaude écologique et économique UOS,

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail