Sommaire. Documents et Mise en pratique QU EST-CE QU UNE PERSONNE POUR LE DROIT? QU EST-CE QUE LE DROIT AUJOURD HUI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Documents et Mise en pratique QU EST-CE QU UNE PERSONNE POUR LE DROIT? QU EST-CE QUE LE DROIT AUJOURD HUI?"

Transcription

1 Sommaire 2 Documents et Mise en pratique Première partie QU EST-CE QUE LE DROIT AUJOURD HUI? Thème 1 : Le droit et le cadre de la vie économique et sociale.. 7 Mise en pratique Se familiariser avec le vocabulaire juridique 2. Appréhender le raisonnement juridique 3. Lire et comprendre une décision Deuxième partie À QUI EST CONFIÉ LE POUVOIR D ÉLABORER LA RÈGLE DE DROIT? Thème 2 : Les autorités créatrices de normes Mise en pratique Rechercher une information juridique Thème 3 : Le juge et les acteurs de la vie économique et sociale.. 27 Mise en pratique Lire et comprendre une décision Thème 4 : L organisation des sources du droit Mise en pratique Construire une introduction Couverture : Ellen Gögler Maquette intérieure : Marie-Christine Carini Réalisation : Christine Bossard Photo couverture : Getty Images HACHETTE LIVRE 2007, 43 quai de Grenelle Paris cedex 15 I.S.B.N Troisième partie QU EST-CE QU UNE PERSONNE POUR LE DROIT? Thème 5 : La personne : un sujet de droit Mise en pratique Analyser une situation juridique 2. Lire et comprendre une décision 3. Lire et exploiter une documentation juridique Thème 6 : La personne : identification et capacité Mise en pratique Résoudre un cas pratique 2. Lire et comprendre une décision Quatrième partie COMMENT EXPLIQUER LA DIVERSITÉ DES DROITS RECONNUS À UNE PERSONNE? Thème 7 : La reconnaissance des droits extra-patrimoniaux Mise en pratique Lire et comprendre une décision 2. Résoudre un cas pratique Thème 8 : L existence des droits patrimoniaux Mise en pratique Résoudre un cas pratique 2. Construire une argumentation structurée Thème 9 : L exercice de prérogatives individuelles sur les biens Mise en pratique Construire une argumentation structurée 2. Lire et comprendre une décision

2 Cinquième partie QUELLE EST L ORIGINE DES DROITS DE LA PERSONNE? Thème 10 : Les actes et les faits juridiques Mise en pratique Résoudre un cas pratique 2. Construire une argumentation structurée Thème 11 : Les contrats Mise en pratique Lire et comprendre un contrat 2. Résoudre un cas pratique Thème 12 : La mise en œuvre de la responsabilité civile Mise en pratique Lire et comprendre une décision 2. Résoudre un cas pratique Sixième partie COMMENT FAIRE VALOIR SES DROITS? L Essentiel 1. Le droit et le cadre de la vie économique et sociale Les autorités créatrices de normes Le juge et les acteurs de la vie économique et sociale L organisation des sources du droit La personne : un sujet de droit La personne : identification et capacité La reconnaissance des droits extra-patrimoniaux L existence des droits patrimoniaux L exercice de prérogatives individuelles sur les biens Les actes et les faits juridiques Les contrats La mise en œuvre de la responsabilité civile L action en justice La recherche de solutions alternatives La preuve des droits Thème 13 : L action en justice Mise en pratique Lire et comprendre une décision 2. Analyser une documentation à caractère juridique Thème 14 : La recherche de solutions alternatives Mise en pratique Analyser une convention 2. Résoudre un cas pratique Thème 15 : La preuve des droits Mise en pratique Résoudre un cas pratique 2. Lire et comprendre une décision Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Fiches méthode 1. Lire et comprendre une décision Résoudre un cas pratique Rechercher une information juridique Construire une argumentation structurée Savoir qualifier juridiquement Lire et comprendre un contrat Prendre des notes et apprendre son cours Lexique Le Code de la propriété intellectuelle n autorisant, aux termes des articles L et L , d une part, que les «copies ou reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective», et, d autre part, que «les analyses et les courtes citations» dans un but d exemple et d illustration, «toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite». Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation de l éditeur ou du Centre français de l exploitation du droit de copie (20, rue des Grands- Augustins, Paris), constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. 3

3 Présentation de l ouvrage Cet ouvrage, conforme au nouveau programme de 1 re STG, poursuit trois objectifs : permettre à l élève de comprendre le sens des règles de droit à travers des textes et des exemples concrets ; favoriser l assimilation de connaissances juridiques rigoureuses et fondamentales à l aide de supports puisés aux sources du droit ; entraîner l élève au raisonnement juridique en offrant des outils méthodologiques pour résoudre des situations juridiques simples. Il est structuré selon les six parties du programme, en quinze thèmes. Ouverture du thème La liste des grandes questions étudiées et porteuses de sens. Des renvois à la Mise en pratique. Documents Des documents accompagnés de questions qui permettent d appréhender le contenu du thème de façon active et concrète. Des renvois aux applications correspondantes de la Mise en pratique. 4

4 Mises en pratique Des travaux dirigés centrés sur une approche méthodologique. Les Mises en pratique constituent des supports adaptés au travail en classe dédoublée. Schématiser pour mieux retenir Une synthèse schématique à remplir par l élève. En fin d ouvrage, sont regroupés : L Essentiel LES ACTES ET LES FAITS JURIDIQUES 10 Des résumés rédigés, structurés et concis, qui s attachent à définir les notions et concepts de base. Actes et faits juridiques font naître des droits et des obligations : ils sont donc à l origine des droits de la personne. Si la volonté est apte à créer des droits et obligations, ces derniers peuvent aussi prendre naissance en dehors de la volonté des intéressés. I. DISTINCTION DES ACTES ET DES FAITS JURIDIQUES La volonté de créer ou non des effets de droit constitue le critère déterminant pour distinguer actes et faits juridiques. A Les actes juridiques L acte juridique est une manifestation de volonté destinée à produire des conséquences juridiques recherchées par les intéressés : ces effets de droit résultent directement de leur volonté. Les contrats 1, dont les effets juridiques sont recherchés par les parties contractantes, sont des actes juridiques et constituent la source majeure des droits et obligations. EXEMPLES EFFETS DE DROIT RECHERCHÉS Le contrat de vente L acquéreur souhaite obtenir le transfert de propriété de la chose et s oblige à en payer le prix ; le vendeur souhaite recevoir le prix et s engage à transférer la propriété à l acquéreur. Le contrat de travail Le salarié cherche à percevoir une rémunération et s engage à fournir une prestation de travail ; l employeur a le droit d exiger l exécution de la prestation de travail et s oblige à verser la rémunération. B Les faits juridiques Le fait juridique désigne tout événement susceptible de produire des conséquences juridiques en dehors de la volonté des intéressés. C est donc la loi qui prévoit les conséquences juridiques de ces faits : c est ainsi, par exemple, que tout fait dommageable oblige son auteur à le réparer. On distingue deux catégories de faits juridiques. Les faits juridiques volontaires : la situation a été recherchée mais non ses conséquences juridiques. Le fait dommageable causé intentionnellement est un fait juridique volontaire auquel la loi attache des effets de droit. Exemple : à la suite d un conflit de voisinage, un individu dégrade le véhicule de son voisin ; il a recherché le dommage mais non l obligation de le réparer. La victime n a pas recherché le dommage mais pourra en obtenir réparation. Ce fait juridique produit des conséquences juridiques en dehors de la volonté des intéressés : c est la loi qui oblige à réparer le dommage et donne à la victime un droit à réparation. Les faits juridiques involontaires : ni la situation ni ses conséquences juridiques n ont été recherchées par les intéressés. Le décès, la naissance, le dommage d origine accidentelle sont des faits juridiques involontaires dont la loi détermine les effets juridiques. Exemple : un automobiliste renverse accidentellement un piéton ; s il n a pas souhaité commettre le dommage, la loi l obligera cependant à le réparer. Le piéton n a pas recherché le dommage mais pourra en demander réparation. Ce fait juridique a donné naissance à des droits et obligations en dehors de la volonté des intéressés. 1. Contrat : voir chapitre 11, «Les contrats». L Essentiel Des fiches méthode pour comprendre les méthodologies mises en œuvre en droit. 173 Des fiches méthode SAVOIR QUALIFIER JURIDIQUEMENT ualifier juridiquement est un exercice indispensable qui permet de rattacher les faits à une Qcatégorie juridique abstraite 1. DOCUMENT SUPPORT Après l obtention du BTS, Pierre a été embauché en qualité de comptable par la société Expertco domiciliée à Strasbourg. Pour se rapprocher de son lieu de travail, il a loué un studio. Ses amis lui ont prêté un lit, une table, des chaises. Néanmoins, il a été obligé de faire l acquisition d un réfrigérateur et d une télévision. Sa première journée de travail a mal démarré, Pierre s est fait voler son portefeuille dans la rue, il a attrapé l autobus de justesse, un contrôleur est monté et Pierre a eu droit à une amende car il ne possédait pas de titre de transport. Son portable a sonné. Enfin une bonne nouvelle! La sœur de Pierre a mis au monde un petit garçon qu elle a prénommé Jean-Pierre. Étape 1 Étape 2 Repérer les faits À ce stade, vous devez relater les faits tels qu ils sont donnés par les circonstances. En effet toutes les activités humaines donnent lieu à une variété de situations que les non juristes exposent dans un langage courant. Ainsi, dans le récit du document support, toutes les situations sont décrites dans un langage usuel : c est un langage non juridique. Pierre a été embauché en qualité de comptable par la société Expertco domiciliée à Strasbourg. Traduire les faits en langage juridique : qualifier juridiquement les faits La question du non juriste est toujours de savoir ce qui va s'appliquer, ce qu'il risque (ou ce qu'il peut espérer) s'il fait telle ou telle chose, s'il est l auteur (ou s'il est victime de) tel ou tel comportement : c'est par une opération de qualification juridique qu'une réponse lui sera apportée. La qualification juridique est l opération par laquelle, le droit appréhende les comportements, les situations, les contrats qu il est amené à examiner. Il s agit de traduire en langage juridique une situation retracée en langage usuel. Le langage juridique se démarque largement du langage courant et la maîtrise de la terminologie juridique est un préalable nécessaire à toute découverte et étude du droit. Pierre a été embauché en qualité de comptable par la société Expertco domiciliée à Strasbourg. Qualifier cette situation consiste à appliquer les classifications juridiques pertinentes. Ainsi la convention par laquelle une personne physique, le salarié s engage à mettre son activité à la disposition d une autre personne, l employeur sous la subordination de laquelle elle se place moyennant une rémunération, est qualifiée de contrat de travail. De cette qualification, le juge détermine quelles sont les règles applicables à chacune des parties à l'acte. 1. Catégorie juridique : il s agit d un ensemble de droits, de personnes, de faits, d actes obéissant à des règles juridiques communes. FICHES MÉTHODE 1 5 Fiche méthode 199 5

5 LES CONTRATS 11 Qu est-ce qu un contrat? Comment classer les contrats? La liberté de contracter est-elle sans limite? À quelles conditions les contrats sont-ils valablement conclus? Quelles sont les règles relatives à leur exécution? 1 2 MISE EN PRATIQUE Lire et comprendre un contrat Résoudre un cas pratique I. LES CONTRATS : DÉFINITION ET DIVERSITÉ La vie économique et sociale est faite d une multitude de contrats : contrat de location, de vente, de prêt, de travail, de société Les contrats, bien que très variés, répondent à la même définition et peuvent être classés en catégories juridiques. Le contrat est une convention DOC 1 La définition du contrat Article 1101 du Code civil «Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose». ➊ Donnez un synonyme du terme convention. ➋ Rappelez la définition de l acte juridique. ➌ Pourquoi le contrat est-il un acte juridique? ➍ Au minimum, combien de parties le contrat met-il en présence? ➎ Comment définissez-vous un contrat bilatéral? Un contrat multilatéral? DOC 2 Les différentes catégories de contrats Petit lexique pour classer les contrats Contrat collectif : contrat qui lie un groupe de personnes sans que leur consentement soit nécessaire (exemple : convention collective) ; Contrat solennel : il exige pour sa formation outre l accord des volontés, une formalité spéciale (exemple : obligation de rédiger un écrit devant notaire ) ; à défaut, il n existe pas (exemples : contrat de mariage, donation, hypothèque ). Contrat synallagmatique : contrat faisant naître, à la charge des parties, des prestations réciproques (exemple : contrat de vente). Le nombre des types possibles de contrats étant illimité, leur énumération ne saurait être entreprise. Si l on veut souligner leurs ressemblances et leurs différences, il faut les regrouper en catégories. Mazeaud/Chabas, Théorie générale des obligations, Monchrestien. 101

6 11 Les contrats Contrat de gré à gré (ou négocié) : un libre débat s instaure entre les parties. Contrat à exécution instantanée : contrat dont l exécution est mise en œuvre par une seule prestation [ ] Contrat unilatéral : contrat ne faisant naître de prestations qu à la charge d une seule partie (exemple : donation). Contrat individuel : contrat qui ne lie que les personnes ayant donné leur consentement, par elles-mêmes ou par leurs représentants (exemples : contrat de vente, de travail, de location ). Contrat consensuel : il se forme valablement en l absence de toute formalité (exemple : la rédaction d un écrit n est pas obligatoire ) ; l accord des volontés suffit, manifesté d une façon quelconque, pour que le contrat existe (exemple : contrat de vente). Contrat d adhésion : contrat conclu entre deux parties dont l une ne peut en fait discuter les différentes clauses et n a que la liberté d accepter ou de refuser le contenu global de la proposition de convention (exemple : contrat d assurance). Contrat à exécution successive : contrat qui implique pour son exécution l écoulement d un certain temps, soit que les prestations aient été échelonnées (contrat d abonnement à un journal), soit qu il existe entre les parties un rapport continu d obligation (exemples : contrat de bail, de travail). MAZEAUD/CHABAS, Théorie générale des obligations et Lexique des termes juridiques, Dalloz. Hadj / Sipa Cérémonie de signature du contrat du projet de métro de Shangai, Chine, ➊ Opposez deux à deux les différents types de contrat. ➋ Pour chacune des situations suivantes, vous direz : s il existe ou non un contrat ; à quelles catégories juridiques appartient le contrat conclu ou envisagé. MISE EN PRATIQUE Application 2 Marc entre dans un restaurant pour dîner : il commande le menu du jour à 13. M. Baron a acheté au comptant une nouvelle télévision dans une grande surface et a signé le bon de commande que lui a présenté le vendeur. M. Chalet souhaite donner à son fils la somme de : il prendra prochainement rendez-vous avec son notaire. Mme Revel vend son véhicule. Le 5/09, M. Gallois se présente pour l essayer et, après discussions, acheteur et vendeur se mettent d accord sur le prix de La remise du véhicule et le paiement se feront dans une semaine. 102

7 Les contrats 11 II. L UNITÉ DES CONTRATS : DES RÈGLES COMMUNES DE FORMATION En matière de contrat, règne le principe de la liberté contractuelle. Mais, comme de nombreuses libertés, elle connaît des limites d ordre public. Par ailleurs, un contrat n est valable qu à certaines conditions. Le principe de la liberté contractuelle et ses limites DOC 3 L étendue de la liberté contractuelle n principe, l individu est libre de contracter, de ne pas contracter, de «Efixer les conditions du contrat ; les parties sont libres par leur accord de modifier le contrat et d y mettre fin». MAZEAUD/CHABAS, Théorie générale des obligations, Dalloz. Limites d ordre public : caractère des règles juridiques qui s imposent pour des raisons de moralité ou de sécurité impératives dans les rapports sociaux. Lexique des termes juridiques, Dalloz. DOC 4 Les limites de la liberté contractuelle Le refus de vente Article L du Code de la consommation Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d un produit ou la prestation d un service, sauf motif légitime, et de subordonner la vente d un produit à l achat d une quantité imposée ou à l achat concomitant d un autre produit ou d un autre service ainsi que de subordonner la prestation d un service à celle d un autre service ou à l achat d un produit. Cette disposition s applique à toutes les activités visées au dernier alinéa de l article L Les clauses abusives Article L du Code de la consommation Dans les contrats conclus entre professionnels et non-professionnels ou consommateurs, sont abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat. L obligation de s assurer Article L211-1 du Code des assurances Toute personne physique ou toute personne morale autre que l État, dont la responsabilité civile peut être engagée en raison de dommages subis par des tiers résultant d atteintes aux personnes ou aux biens dans la réalisation desquels un véhicule terrestre à moteur, ainsi que ses remorques, ou semiremorques, est impliqué, doit, pour faire circuler lesdits véhicules, être couverte par une assurance garantissant cette responsabilité, dans les conditions fixées par décret en Conseil d État. À partir des documents 3 et 4, répondez aux questions suivantes : ➊ Pour chacun des exemples exposés, précisez à quelle liberté il est porté atteinte et trouvez-en la justification. ➋ Trouvez d autres exemples de limites à la liberté contractuelle. 103

8 11 Les contrats Le respect des conditions de validité des contrats DOC 5 Les conditions de validité du contrat Article 1108 du Code civil «Quatre conditions sont essentielles pour la validité d une convention : le consentement de la partie qui s oblige ; sa capacité de contracter ; un objet certain qui forme la matière de l engagement ; une cause licite dans l obligation». ➊ Donnez un synonyme de consentement. ➋ Rappelez ce qu est la capacité juridique et ses limites. ➌ Dans un contrat de travail, recherchez l objet et la cause du contrat. ➍ Si l une des conditions énoncées n est pas remplie, quelle en est la conséquence? 104 DOC 6 Les contrats à distance Les contrats à distance revêtent diverses formes : contrat par correspondance, contrat par téléphone, contrat par minitel ou internet. Le contrat à distance permet au consommateur de demander une prestation de service ou d acheter de son domicile sans avoir à aller dans le magasin du professionnel. [ ] Le contrat à distance se forme par la rencontre de l offre du professionnel et de l acceptation de celle-ci par le consommateur. L offre transmise par téléphone ou par tout moyen technique assimilable doit faire l objet d une confirmation écrite adressée au consommateur. Celui-ci ne sera engagé que par sa signature. L envoi d un produit sans confirmation écrite entraîne, à l égard du vendeur, des sanctions pénales. Le document (catalogue, prospectus ) envoyé au consommateur constitue une offre de contracter. Le contrat sera formé par l acceptation de l offre. L acceptation se matérialise par l envoi d une lettre commandant le produit choisi par le consommateur. Le plus souvent, le consommateur adressera au vendeur le bon de commande contenu dans l offre. Lorsque la commande du bien a été faite par téléphone ou par tout moyen assimilable, le consommateur reçoit une confirmation écrite qu il renvoie signée. Il n est engagé que par sa signature. : consulter les fiches juridiques. ➊ Définissez le contrat à distance, l offre et l acceptation. ➋ Que faut-il pour que le contrat se forme? ➌ Comment le consommateur doit-il manifester son acceptation? ➍ À partir de votre réponse précédente, précisez si le silence du consommateur vaut acceptation de l offre. Déduisez-en si l acception doit être tacite ou expresse. DOC 7 Les vices du consentement Article 1109 du Code civil «Il n y a point de consentement valable, si le consentement n a été donné que par erreur, ou s il a été extorqué par violence ou surpris par le dol (tromperie)». Tacite : non exprimé, sousentendu entre plusieurs personnes (implicite, inexprimé). Petit Robert. Expresse : qui exprime formellement la pensée, la volonté de quelqu un (explicite, formel). Petit Robert. MISE EN PRATIQUE Application 2

9 Les contrats 11 DOC 8 L erreur et le dol En soi, l erreur n est pas une notion spécifiquement juridique. On entend, en effet, par là la situation d une personne qui se représente inexactement la réalité, soit qu elle considère comme vrai ce qui est faux, soit qu elle considère comme faux ce qui est vrai. L erreur n acquiert un caractère juridique que par l objet auquel elle s applique. Ainsi, commise à l occasion de la conclusion d un contrat, elle consiste dans l idée fausse que se fait un contractant de tel ou tel élément de celui-ci. C est dire que, même en matière contractuelle, il existe une grande variété d erreurs possibles : erreur sur l objet des obligations qui naissent du contrat, erreur sur la valeur des prestations promises, erreur sur la personne avec laquelle on contracte, erreur sur les motifs du contrat ( ) Imparfaitement défini par l article 1116 du Code civil, le dol dans la formation du contrat désigne toutes les tromperies par lesquelles un contractant provoque chez son partenaire une erreur qui le détermine à contracter. Celui qui en est victime ne s est pas trompé, on l a trompé. F. TERRE, P. SIMLER, Y. LEQUETTE, Droit civil Les obligations, Dalloz, 9 e édition. À partir des documents 7 et 8, répondez aux questions suivantes. ➊ À quelles conditions le consentement est-il valable? ➋ Quelles différences faites-vous entre l erreur et le dol? ➌ Si le consentement de l une des parties n est pas valablement donné, le contrat existe-t-il? Justifiez votre réponse. DOC 9 L erreur, vice du consentement Attendu que M. X a souscrit auprès de la société Uni Europe vie [ ] un plan d assurance sur la vie intitulé «Plan invest croissance» pour une durée de 20 ans, qui prévoyait une cotisation annuelle de francs ( ) ; que constatant, après avoir acquitté deux cotisations, que s il avait voulu exercer sa faculté de rachat anticipé (possibilité de mettre fin au contrat avant l échéance et de récupérer une partie des sommes capitalisées), il aurait perdu les deux tiers du capital souscrit, ce qu il n avait pu prévoir lors de la souscription du contrat, M. X a demandé l annulation du contrat ; que l arrêt confirmatif attaqué (Paris, 18 mai 1999) l a débouté de ses demandes ; Sur le premier moyen, Attendu d abord que, par une appréciation souveraine des éléments de preuve qui lui étaient soumis, la cour d appel a retenu [ ] que les engagements de l adhérent étaient clairement indiqués dans les documents signés par M. X qui, ancien élève à la fois de l École normale supérieure, de l IEP de Paris et de l ENA et agrégé de sciences physiques, ne pouvait pas ne pas les comprendre ; ( ) qu ensuite, la cour d appel n avait pas à suivre M. X dans le détail de son argumentation dès lors que, dans l exercice de son pouvoir souverain, elle relevait que celui-ci ne démontrait pas l erreur qu il alléguait au soutien de sa demande de nullité du contrat ; que le moyen ne peut donc être accueilli Arrêt de la Cour de cassation, 18/02/2003. ➊ Rappelez les conditions de validité du contrat. ➋ Pourquoi l erreur est-elle une cause de nullité du contrat? ➌ Sur quoi M. X prétend-t-il s être trompé? ➍ Que demande-t-il? Expliquez votre réponse. ➎ Pourquoi la cour d appel ne lui donne-t-elle pas raison? Nullité : sanction prononcée par le juge et consistant dans la disparition rétroactive de l acte juridique qui ne remplit pas les conditions requises pour sa formation. Lexique des termes juridiques, Dalloz, 15 e édition. Nullité du contrat : le contrat qui ne respecte pas les conditions de validité des contrats est nul et ne produit aucun effet juridique (chacune des parties restitue ce qu elle a reçu). 105

10 11 Les contrats III. L UNITÉ DES CONTRATS : DES RÈGLES COMMUNES D EXÉCUTION Le contrat, valablement conclu, est obligatoire pour les parties : elles doivent l exécuter sous peine de sanctions. La force obligatoire du contrat DOC 10 Article 1134 du Code civil es conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les «L ont faites» Les sanctions de l inexécution DOC 11 La saisie-vente Elle consiste à faire vendre les biens du débiteur pour payer le créancier et porte presque toujours sur le mobilier. Si la créance est inférieure à 535 et n est pas une créance alimentaire, une saisie-vente sur les meubles d un local d habitation ne peut être pratiquée que si les saisies d un compte bancaire ou des rémunérations se sont révélées infructueuses. Procédure concernant le créancier Un jugement a reconnu la créance. Pour le faire exécuter, le créancier doit s adresser à un huissier. L huissier délivre alors au débiteur un commandement de payer comportant la mention du titre exécutoire et le décompte précis des sommes réclamées, et ordonne au débiteur de payer sa dette dans un délai de 8 jours, faute de quoi il pourra y être contraint par la vente forcée de ses meubles. Vente forcée Elle a lieu aux enchères publiques, à la salle des ventes ou au lieu de la saisie. Elle est faite par un commissaire-priseur ou à défaut par un huissier. Le créancier sera payé sur le prix de la vente des objets saisis. Les contestations relatives à la saisie-vente sont portées devant le juge de l exécution du lieu de la saisie Vos droits et démarches : (portail de l administration française). À partir des documents 10 et 11, répondez aux questions suivantes : ➊ Rappelez ce qu est le principe de la force obligatoire du contrat. ➋ Repérez la définition de la saisie-vente. ➌ À quelle condition, le créancier peut-il obtenir la saisie-vente? ➍ Une fois la vente aux enchères réalisée, quels sont les droits du créancier? ➎ Que sanctionne la saisie-vente? Titres exécutoires : titres permettant de recourir à l exécution forcée. La liste de ces titres est contenue dans l article 3 de la loi du 9/07/91. Lexique des termes juridiques, Dalloz, 15 e édition. Commissaires-priseurs : ce sont des officiers publics et ministériels chargés d estimer et de vendre aux enchères publiques des objets, meubles, appareils ménagers Site du Ministère de la justice : 106

11 LES CONTRATS 11 1 Lire et comprendre un contrat Application 1 SOCIÉTÉ DRAVEIL 4 rue Pascal Paris Le contrat de travail MISE EN PRATIQUE Lire et comprendre un contrat Résoudre un cas pratique ENTRE D UNE PART La SOCIÉTÉ DRAVEIL, domiciliée au 4 rue Pascal, Paris et représentée par M. MICHEL, directeur des ressources humaines ; Mise en pratique ET D AUTRE PART M. MARTIN Jean-Pierre, plombier-chauffagiste ; IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 M. MARTIN Jean-Pierre est engagé en qualité de plombier-chauffagiste à compter du 1/08/07 par la société DRAVEIL pour une durée indéterminée. M. MARTIN Jean-Pierre est embauché à temps plein pour effectuer un horaire hebdomadaire de 35 h par semaine. Article 2 Une période d essai d une durée d un mois est prévue au présent contrat et s étend du 1/08/07 au 1/09/07. Article 3 La rémunération de M. MARTIN Jean-Pierre s élève à net mensuel. Article 4 M. MARTIN Jean-Pierre s engage à respecter les horaires et consignes de sécurité en vigueur dans la société et, plus généralement, le règlement intérieur de l entreprise. Article 5 M. MARTIN Jean-Pierre s interdit de faire concurrence à son présent employeur dans le cas où, après rupture du contrat de travail, il s installerait à son compte ou trouverait à s employer chez un concurrent. La présente clause est valable 1 an à partir du départ effectif du salarié de l entreprise et ne s applique qu au 5 e arrondissement de Paris. La société DRAVEIL s engage, en contrepartie, à verser à M. MARTIN, dans les 12 mois qui suivent le départ du salarié de l entreprise, une compensation financière égale à un mois de salaire. Article 6 En cas de litige relatif à la formation, l exécution ou la rupture du présent contrat, les parties s engagent, avant toute action en justice, à s en remettre à un médiateur désigné d un commun accord. Fait à Paris, le 16/07/07, en deux exemplaires Signature du salarié, Signature du représentant de l employeur, 107

12 11 Les contrats Vous analyserez le contrat ci-dessus en complétant le tableau suivant. Aidez-vous de la fiche méthode n 6, page 201. Mise en pratique Qualifier le contrat Qualifier les parties au contrat Identifier l objet du contrat Classer le contrat Déterminer les droits respectifs des parties Déterminer les obligations respectives des parties Repérer les clauses particulières 108

13 Les contrats 11 2 Résoudre un cas pratique Application 2 Formation et exécution des contrats Analysez chacune des situations suivantes en complétant le tableau ci-après. SITUATIONS CARACTÉRISTIQUES VALIDITÉ DU CONTRAT DROITS DE DU CONTRAT CONCLU (OUI/NON, JUSTIFIEZ) M. LAFONTAINE 1. M. Lafontaine a hérité de ses parents un tableau, copie d une toile célèbre. Il l a vendu à un collectionneur pour un prix modique. Quelques années après, M. Lafontaine apprend que le tableau est en réalité un tableau de maître. Mise en pratique 2. M. Lafontaine est propriétaire d un studio qu il loue à des étudiants. Le locataire qui occupe actuellement l appartement ne paie plus les loyers depuis 3 mois. 3. Pour oublier ses ennuis, M. Lafontaine est parti pour un voyage de 8 jours en Martinique. Le contrat passé avec l agence de voyages stipulait que l hébergement aurait lieu dans un hôtel de «luxe» et «à proximité de la plage». Malheureusement, M. Lafontaine a une nouvelle fois joué de malchance. En effet, arrivé sur place, il constate qu il s agit d un hôtel «deux étoiles», éloigné de la mer au point qu il convient de louer un véhicule pour se rendre à la plage. 109

14 LES CONTRATS Schématiser pour mieux retenir Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s obligent envers une ou plusieurs autres à : CLASSIFICATION DES CONTRATS Réciprocité des engagements : contrat... Une seule des parties s engage à l égard de l autre : contrat... Contrat librement négocié : contrat... Contrat imposé par l une des parties : contrat. Contrat produisant des effets durables : contrat... Contrat s exécutant en une seule prestation : contrat... Contrat s imposant aux seules parties : contrat... Contrat s imposant à des tiers : contrat... La liberté contractuelle Étendue :... LES RÈGLES DE FORMATION DES CONTRATS... Les conditions de validité des contrats Contrat valable à 4 conditions : non vicié par :... Limites justifiées par : Le contrat valablement formé produit des effets juridiques obligatoires pour les parties. Effets des contrats À l égard des parties : À l égard des tiers : LES RÈGLES D EXÉCUTION DES CONTRATS... Sanction du non-respect des conditions par... Sanctions de l inexécution Mettre fin au contrat pour l avenir : ou rétroactivement :... Obtenir la réalisation de la prestation promise : Obtenir une compensation financière sous forme de dommages et intérêts : 110

15 LIRE ET COMPRENDRE UN CONTRAT 1 6 Un contrat est un acte parfois complexe dans sa rédaction (terminologie juridique), sa présentation matérielle (longueur, annexes, clauses particulières ). Il convient donc d utiliser «une grille d analyse» du contrat afin d en dégager les principaux points : les grandes rubriques qui le composent (construction) ; les droits et obligations propres à chacune des parties ; les principales règles qui lui sont applicables grâce à sa qualification. DOCUMENT SUPPORT Sébastien souhaite depuis plusieurs mois acquérir un véhicule d occasion. Il vient de repérer, dans la presse, une offre qui semble convenir. Il prend contact avec le propriétaire : après plusieurs essais et de longues discussions, ils se mettent d accord sur le prix et la date de livraison. Les parties formalisent l opération par écrit, prévoient l annulation de la vente en l absence de remise d un chèque de banque le jour de la livraison et apposent leur signature au bas du document. Fiche méthode Étape 1 Étape 2 Qualifier le contrat Il s agit d emblée de repérer la nature du contrat étudié : contrat de location, contrat de prêt, contrat de vente, contrat de travail En principe, cette dénomination apparaît en tête du contrat. Cependant, les juges ne sont pas tenus par le nom que les parties ont donné au contrat : ils pourront le requalifier. L identification du contrat permet de se reporter aux règles de droit qui l encadrent. En effet, de nombreux contrats sont réglementés par la loi : ainsi, en cas de litiges, il sera aisé de consulter les règles présentées dans les différents codes. Illustration : Les Codes Exemples de contrats réglementés Code civil Sont réglementés dans le livre III du Code civil : le contrat de vente : titre VI «De la vente» (les obligations du vendeur sont précisées aux articles 1602 à 1649 ; les obligations de l acheteur aux articles 1650 à 1657 ) ; le contrat de location : titre VIII «Le contrat de louage» (articles 1708 à 1831) ; le contrat de société : titre IX «De la société» (les dispositions générales sont présentées aux articles 1832 à ) ; le contrat de prêt : titre X «Du prêt» (articles 1874 à 1914). Code du travail Le contrat d apprentissage : titre I er. Le contrat de travail : titre II «Contrat de travail» (les règles générales relatives au contrat à durée déterminée sont précisées aux articles L à L ). Les conventions et accords collectifs : titre III «Conventions et accords collectifs de travail». Le contrat présenté ici est un contrat de vente, réglementé par le Code civil, titre VI «De la vente». Qualifier les parties au contrat Les parties au contrat sont les personnes physiques ou morales qui s engagent à exécuter le contrat. Elles sont nommément identifiées et qualifiées dès le début du contrat. Toutes FICHES MÉTHODE 201

16 6 Lire et comprendre un contrat Fiche méthode Étape 3 Étape 4 les clauses énoncées s appliquent donc aux parties désignées dans le contrat (ex. : bailleur/locataire ; prêteur/emprunteur ; vendeur/acheteur ; employeur/ salarié ). Le contrat présenté dans le document support met en présence un vendeur et un acheteur. Identifier l objet du contrat C est la prestation ou la chose sur laquelle porte le contrat : fournir une prestation de travail, livrer un produit et en transférer la propriété, mettre à disposition une somme d argent, un local d habitation Le contrat présenté ici a pour objet la livraison et le transfert de propriété d un véhicule. Classer le contrat Il semble judicieux de classer le contrat étudié dans les différentes catégories juridiques de contrat élaborées par le droit. Cet effort de classification permet de caractériser le contrat et d en déduire les règles applicables (ex. : contrat synallagmatique ou unilatéral ; de gré à gré ou d adhésion ; à titre gratuit ou onéreux ; consensuel ou solennel ; individuel ou collectif ; à exécution instantanée ou à exécution successive). Dans notre exemple, le contrat de vente est un contrat synallagmatique, de gré à gré, à titre onéreux, consensuel, individuel, à exécution instantanée. Étape 5 Déterminer le contenu du contrat Le contrat est constitué d un ensemble de clauses : une clause est une disposition contenue dans le texte d un acte juridique (contrat, jugement, loi ). Les clauses définissant les droits et obligations des parties L intérêt essentiel d un contrat est de présenter les principaux droits et obligations des parties. Il convient donc de rechercher dans le contrat toutes les dispositions qui constituent soit une obligation soit un droit pour chacune des parties en présence. Ce travail impose de lire attentivement tout le contrat et parfois les documents annexés : la synthèse des informations juridiques recueillies peut être obtenue en construisant un tableau renseigné au fur et à mesure de la lecture. Droits Obligations Sébastien (acheteur) Recevoir le véhicule Payer le prix de vente Propriétaire (vendeur) Recevoir le prix de vente convenu Délivrer le véhicule 202 Étape 6 FICHES MÉTHODE Les clauses particulières Les parties, en insérant dans le contrat des clauses particulières, souhaitent l aménager conformément à leur volonté : ces clauses sont donc des dispositions particulières qui assurent l adaptation du contrat à la volonté des parties. Elles varient donc d un contrat à un autre : il convient donc de les repérer et de les qualifier. On peut ainsi trouver les clauses suivantes : la clause par laquelle les parties désignent le tribunal territorialement compétent est une clause attributive de compétence géographique ; la clause par laquelle les parties décident de s en remettre à un arbitre pour résoudre le litige est une clause de médiation ou clause compromissoire ; la clause par laquelle les parties prévoient les circonstances qui mettent fin au contrat est une clause résolutoire Dans l exemple étudié, une clause résolutoire a été insérée au contrat. Constater l engagement formel des parties La signature matérialise l acceptation, par les parties en présence, des termes du contrat. Elle fait le lien entre le contenu du contrat et celui qui l accepte. Dans notre exemple, les parties ont bien apposé leur signature au bas du contrat.

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle Les contrats : conditions de formation liberté contractuelle et effets sur les parties MISE EN SITUATION : La société a pour activité la commercialisation de jeux vidéo, de consoles et d accessoires destinés

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

Journées panaméennes

Journées panaméennes 12, PLACE DU PANTHÉON 75005 PARIS ADRESSE ÉLECTRONIQUE : contact@henricapitant.org TÉLÉPHONE : + 33 (0)1 43 54 43 17 TÉLÉCOPIE : + 33 (0)1 40 51 86 52 Journées panaméennes 18 mai 22 mai 2015 LES TIERS

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 DECEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.853 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale d'appropriation d'une identité collective spécifique

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS

CONVENTION DE PRESTATIONS ACCOMPAGNEMENT A LA REORGANISATION DU SERVICE GESTION RECOUVREMENT CONTENTIEUX ET DU SERVICE COMPTABILITE CONVENTION DE PRESTATIONS Page n 1/5 CONTRACTANTS Entre d'une part, CILGERE - Association régie

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3037 Convention collective nationale IDCC : 1921. PERSONNEL DES HUISSIERS DE

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/12/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 14 novembre 2012 N de pourvoi: 11-20391 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini,

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus.

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus. SOJADIS a pour activité l étude, la conception et la réalisation d installation de systèmes d équipements d aide à la conduite mais également de nombreux accessoires destinés à l adaptation de véhicules

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

Cardif Garantie «Couverture Entreprise»

Cardif Garantie «Couverture Entreprise» Demande d adhésion au contrat Cardif Garantie «Couverture Entreprise» Convention d assurance collective n 2285 à adhésion facultative souscrite par l Union Française d Épargne et de Prévoyance (UFEP) auprès

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilié(s) à... - ci-après dénommé bailleur - et 2. Monsieur... et Madame... domicilié(s) actuellement à... - ci-après

Plus en détail

LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE

LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE Fiche technique réglementaire Version du 7 décembre 2006 LES CONTRATS DE PRESTATION DE SERVICE À EXÉCUTION ÉCHELONNÉE 1. CADRE JURIDIQUE 1.1. DÉFINITION DU CONTRAT Le Code Civil définit le contrat comme

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. MON COMMERCE guide pratique

TABLE DES MATIERES. MON COMMERCE guide pratique PRÉFACE 5 ADRESSES 6 i. LES PRATIQUES DU COMMERCE 10 1. QUE VISE LA REGLEMENTATION? 10 1.1 Tout vendeur 10 1.2 Les produits et les services 10 1.3 En relation avec le consommateur 11 2. L INFORMATION DU

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Domaine d application Le Vendeur est la société «COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME», association dont le siège social est situé à ALENCON (61000) 86 rue St Blaise. Le site

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Page 1 sur 5 Table des matières 1. FICHE de SUIVI D AMENDEMENTS... 3 2. GENERALITES... 4 3. DEVIS ET BONS DE COMMANDE... 4 4. PRIX... 4 5. FACTURES ET PAIEMENTS... 4 6. DELAIS...

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

CONTRAT DE BIERE - CONTRAT D'APPROVISIONNEMENT EXCLUSIF

CONTRAT DE BIERE - CONTRAT D'APPROVISIONNEMENT EXCLUSIF CONTRAT DE BIERE - CONTRAT D'APPROVISIONNEMENT EXCLUSIF 17/11/2011 Des conventions lient très fréquemment, surtout dans le Nord et dans l'est de la France, un brasseur à un débitant de boissons. Aux termes

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Contrat de travail à temps partiel sur la semaine

Contrat de travail à temps partiel sur la semaine contrat de travail à temps partiel Référence Internet FSC.02.2.010 Contrat de travail à temps partiel sur la semaine Vous souhaitez conclure un contrat de travail à temps partiel et fixer la durée du travail

Plus en détail