( $) & !, - $ ' !, $ 4 -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "( $) & !, - $ ' !, $ 4 -"

Transcription

1 !

2

3 0 1 D! " # $ % & % D ( $) & O * + # % 0 *, % %$ # $) # 0 * /%!, -!, - 0D 0!, 1 - #, % $ 0 (, O (, $ 2-3 1D 0!, $ 4 -, 1D 0 (, , # $ 7 # /% (, -!, - $ O D 0!, 5 %$ # 8 $ $ D 0 (, 4 T2 (, - %$ O 0!, )- 9 O 0 (, " 8 O

4 /, % : ; - % 0 1 " # $ %& 0 1 & $ ( ) 0 2 * & 0 +, # < 0 0 /-- * &, & O < <!, "%$ < 2 = > 8 % 3 0 O < 2 ; % 8 6( A 3 0 < 6,? $ 2 /? < B, / 2 - : C : % " %$ 0 2 < D, 0$ "% - %#, 01!, (, 2 %E -$ $ , B, 2 / - : & (FFG D, 2 / - : & (FFG G, 2 - : H (FFG 3 I!* 010 J, 2 - : H (FFG 3 I(* 010 K, 2 - : (FFG < G, /, $ /%E /%, -$ $ $

5 /, /%E /% 8 4 ; - ; 01

6

7 A Monsieur Dupont. «Nous parlerons ici ( ) de choses sans importance : D architecture au strict quotidien. Du parpaing comme pierre du pauvre. Du pavillon comme pastiche de maison. Du lotissement comme semblant de village. De la loi du marché comme principe esthétique. De l indifférence comme règle d uniformisation. De l individualisme comme substitut de l identité. De la parcellisation comme succédané de l urbanisme. Du chacun chez soi comme accomplissement communautaire. Du n importe quoi n importe où au plus vite comme illusion de liberté. Et nous nous demanderons : l espace où nous choisissons de vivre se doit-il d être une juxtaposition de propriétés privées que chacun occupe à sa guise, ou une propriété par nature indivise objet d un intérêt commun?» LAHOUGUE Jean, Lettre au maire de mon village. «Enfin j ai ma maison, J ai mon jardin, mon chat, mon chien Et ma barrière. Je l ai enfin, mon coin de terre, Mes quatre pommiers et mon cerisier. Enfin j ai ma maison Mon coin de bleu, mon coin de feu, Mon coin d rivière. Je suis devenu propriétaire, Et je vis à crédit. Y a eu le maçon, et le plombier, l menuisier, Les factures et les murs à refaire, Mais c est déjà oublié, c est classé, c est payé. Faut rêver!» Les Compagnons de la Chanson, «Enfin j ai ma maison». # 0

8 #

9 On a toujours de bonnes raisons de choisir un sujet. La mienne est que je suis issue d une famille où l on parle architecture depuis longtemps, et que j ai grandi dans un village, un lieu auquel je suis attachée. Ce mémoire est parfois volontairement, souvent inconsciemment «engagé». Par ailleurs, il s agit ici d un premier «long» travail en lien avec l urbanisme : il n est pas exempt de «raccourcis» ou de «longueurs». Puissent mes lecteurs être indulgents et assurés du fait que ce ne seront pas là mes dernières et définitives pensées sur l habitat pavillonnaire. # 1

10 2 #

11 Je tiens à remercier particulièrement Bernard Lamizet pour son soutien et sa présence. Je salue aussi tout particulièrement Isabelle, Christophe et Etienne qui m ont encouragé et ont «alimenté» ma réflexion. Merci enfin à Julienne et Olivier, Margaux et Guillaume qui m ont soutenu et accompagné tout au long de cette année. #

12 #

13 ! " # $ % & % - ( 3. &4 --, & # & -- 7, $ & 3 &. &, 5 (, &. : - 7 # 8 & &. - &- 9 3 # $ ; &$ 3 7 8, & : - 9! - & - &!! $ 2$ 5. < & $ = > $ & && $ & & & # -, 9 & # !! & - & - * ) 6 - $ 9 $ # - & 3&. $ 0 - &! - &! & 9 A$ &B 5 - $ & - & $ &, 3 ; C # D

14 & & 5! 3&& - #, 9 - -? & &, 3 - & - 3#!& # B & # 9 3,!! $ 3 # # $ G, & 0 M & - $ - &, 5 #,!! # 6 5! & 9 & N ", O &, 2$ &! ) 7 3, # 8 &! # 6 - & P * & & - - 7,. 9 1 Q 8$ - G 7! " #! $! - -, - R - $. ) ( 7!, 6 8 &. - & - G - & U!, # $ # - - $ - & 1 5.V 5. & 3? 0B., $ & & W && # -. & K # -. $ 7 &. 8 &! & 5. X 6 &? &.V YZ 6& B$ > *,!U - # - - & < ( 3. $ 5.V 5.! & G & -, &! 6 - $, 3 &&6 ( V ) 8?!$ 5.V 9 6 B 5.V 5.! - & - $!! & #, $ & & U!& 3 - # 5-5.V 5. $ ) - 3, & & 3 = - &. - - & 6 # $ 5.V 3 3! ) 3., - 3 & - 6 ( =3., & &, & $ &. & # $ ( 3. $ # F 0 -# E& 0 0 F E 5,. -GIIJJJ&. & #! I KI-!I1 L L - L&. L L0 L L LL L-! 1 T / "S$ /,,. 9 1 Q N ", $ 2$ O &, $ - T ) ) # G H / G

15 , :! $ # 3 &. 9 3, #! 3# ( # 9 [ 3 &. &, $ 9 [ 3&. # ## & - # 3 6 % ( 3. - & 6 G 3.,, ( - 3 -? & - &. & B!! 3, & ( 3 6 & 53 & - 3 [ [ 3., -, & (3 &! - \ 3, $ 3, & & (3!! $!!! & &., & 3 -? B ] $ 3 & V $ -- -! 3.,!!, G - ) & < - $ ( -- & 3 &&, G! - $ &,, # -. -&! =, & - -- & # - & #? -, & - 7, 8 ( B 0O T O - & 0OO G 3., - $ 3^ / $ N & ^ $ K 6 *:6 ^ N3 -! 7 & & & : (3. $ &, & -!! & 9 =3 &. & 3, & & G & - & - G # 3, $ & # $ $ & -, & $ & 3, $ & - (3 & &. 3 & 7-8$ 3, & - &! ,( & ] 3! 53 - ( # -. $! - # $ & -& - 5.V 5. G -! $ $ - & & ] -! $ - [, -, 6 $ 4 & ,! & & ) ( & 5 \.6 7 /# $ -&$ &. & 8 3 &! 3 &3! - - -? - 3 & B 3., - $ &3 &. &. -- 9! G 3 G - # -! -- 3., - M 6 ( & G 3 & ( $) & # O

16 * + # % 2 7 ^ % $ )- --., " & & & & - - & & 3, G., 9 [ &3 -,?9 3, # $! 3 &. 9 & - & 3 & &! & & 9 )- B 53, - $ 7 % # 8 $ -- 8.,!& G 3? &.!! $ 3! $ 3 $ -- 9 & B 3., 3-3 )- & 3) $ 3. 3 # 6 $ - 5 &!& 3) & 3., a 3! M # - # $ &. $ )$! $ # U $ b # - & $! 3., - - & # $ 9 3 $ $ &! 3 &. & ] 3 &. &! 3,( # 3, $ &. &!, $ &. 9 & R 53!&., 3! - & &. *, % %$ # $) # 5 & $ ( < 3 3 )! - /, $ -!! $ 7-8 # 7 -- $ 8 #! -- G & & 9 #6 /, # 6 0 & & # $ * 3 $ & & 9 3. G &!! -& &! - $ &, #! & - G!! $ - & , &. & $ &3 & -,V # 3! &! - &3 -? & B & $ -, 3--! $ 3 $ - 6& 3!! 3. - #! $ & -# $ & 3 &! $ G - & ) 3 3 # " & 6 #! & # )- $ )- $ [ &. & $,V $ )- - & 2 ^ * KK /$ _ - ` K $ >, G 0OT & & - K ^&. $ * & $ & 7., 8 0OT 0 #

17 ! G &3 & 3 - $ &.& X 9 -!. a G 9, - $? - R! B [ ( 3 - M! -! & 6! YXZ? # B! -, # G &3 - & 9 - $ & - 9 7! # ! & -, 9 7 & -# 8 &? B &! & , * &, & ) - &! - & G - - 6# &! - & &! - & 6 G - $ &3 3# $ 4 9 &. N - & ) & - & G 53!, - & &., - & *6 $ & - 7 & & 8? & 3, - & B$ -! - -! & - -, 6 &, & - # # -. & &!, - --, 6 ) 7, I 8 " - R & 9 & &! 3., &,? # & $, & (B 5- $ # 3, & $ & - $! 3, - 3 & $ -!! 3-- &. 3! 3., & -, & - 3.,!, $! 3 ( $b -- & ) 8 $!,! 3 - G - & $ & #!& $ & , - -! $! # 3 - & $ 3 5 (3 &.! * -. - " - - 6!!! & # I? 3& B & /, $ 7 - * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 # 00

18 & 9 -&!? 6 $ & $! B # - 3 -& 8 $ & 7 &- ) - # ] & -. # - ) & 9 8 5, X &. -. ) $ 3 -! 53!& - ( # $ /, $ 3 7 & $ 6 # ),( $! ] )- ) - # 8, 3 7 & & & 8 3 $ # -- - & - ( $ 3 # 6 & & $ # 8 # $ # # 9 8$ 7 8$ 7 - # 8 G & # $ &3 & $ -! # = - ) 3-9$ &3 -, # -! ( ( # - ) - -, $) $ - 6 # $ 3 )- 3 $ & # & &! 5 & & 3? -- 9 # 6 B$ D - - > : $ 7 ) 8 3 $ -! & & $ 3-- &$ -, 7 8$ & G $, 3 # 3 - & & &! --. ) 6 # & 3., - G #! "! -& 3 T 3., - * ) # # 8!! $ -, 7 ( 8?( bb 9 & $ [?7 a ( - 3 M 8 3 [ -- 9 O 3,(&!B #! & 3 ` & G & &! - &! 9 6 " # $ 8 - % \ 3, - & #! # " &3, 3, 3 -& && - & - 3 &. & 53 -! ) & & D T O S \ > $ $ $ $ $ - 2 S \ > $ < > : $ d $ & $ -& -, &e$ & 0 0 #

19 - & 3 -&$ - & &- 3 &. & #$ &3 9 &, & $! $ & <3 #, $ -! # - $ - - $! G 3 &. & # & # 9 # $ 9 ] 9 $ $ 39 &R $ 3) 3 $ 6 $, &&. -,! # & & G # & 5.: K & $ 3 $ 3! $ & *3 $ G - & - - G $ - # ( 3,( $ # - &! # 3 3)- &. 9 & &. - # ) & $ «Son regard saisit un instant celui d O Brien. O Brien s était levé. Il avait enlevé ses lunettes et, de son geste caractéristique, il les rajustait sur son nez. Mais il y eut une fraction de seconde pendant laquelle leurs yeux se rencontrèrent, et dans ce laps de temps Winston sut il en eut l absolue certitude qu O Brien pensait la même chose que lui» - George Orwell 10. # & - ) /# : &. $ ) #! $ # & & - G # $ # $ # $ # # # $ # # & & & & 3 3 -&$ &! 3 -& G #$ - $! & - & & 3 ( G # # $ &3 9 [ ) 5,(&! -& G &3 3 -& 3! & $ & 9 # 5 -& # - & 3 G # #! & $ #! # $ - $ - & - &! # 3., - - ) $ # & & & & &. # 5 ( $ ( - ) G &3 & & -, 53 & 6!& -, & & # $! $ - ( $ 53 - $ 3., - $ 3 # & - & ) &.! $,( # 3 3 -!, -! &! 53 & # - 6 $! $ & # # 10! "##$ % &# # 01

20 53 -!!! $ & - 3 $ & G &3 9 - $ &3 ( *3 $ - 6! : ( - G &3 $ &3 b - : $ «Si l on voit tout, on ne regarde rien.» Le Corbusier 11!! & # )- G # &3 && 5 ( # $ ( -- -! $ & & & # 3 53! 3,(& # $ #$., & - &6 &. # " - ( # - $ [ - -! # (9 & G -. $! $ N, - 9 # (9 & N #, 9 # &.-- & - - # # 3 - & 9 - # - - & $ &! &!! & # " -! - -& & 7 # ) 0 # 8 *3, &. - $ - -& #! & 6 & $ - & -- & & $, - & & & ( ,( $ !!. & $ & & ] - -& - & $! - -& # 7 8 ] - - &. - 7 " 01 ) 8 3! & & & $ 3 -& 3 && & $ 3. 7 && 8B & $,? ( ) )* + )+, / 0-1 ) & $ "##$ 0 K $ 1$ $ & 7 - -& 8 01 >"<<,. $ - & ) - & 6# $ 0 1D # * <5^$ ^, 3 # - -& ; 02 $ 5 & 5. - G 0OO1 #

21 a -- & 3., - M & 9, - &- 3., * &?YXZB$ # &$ -! $ & -& & 3., - " - - $ - ) - $ )! # ), -, -. / N &. &. & 9 & - & # 9 -, - $ & 9 # & &!$ & 3., - & &! N --. & -, 3, -? - - B G # $ ) -?5.- 0B - # $ ?5.- B # 0

22 0 #

23 /%!, - /%!, - * - - & , - M 5 # - & & - & 3! & & & M # - $. $ ) b )- - $ - - $ &. &, $ & 8 a 3 $ & # ) # - &&?&3 9, 6 - B 3 ( # #, $ -. 6 # ) - 3 -& - 3 3! ) $ & 3 &! 3 $ 3 # $ - N!, & )!! $ $ -6, & G & - $ - # 6 $ & & $ 3, ] & - $ - ( $ - $ - -&, - $% $ $ $ 6 & & ) # 3, - & 3, 3, -. 6 & - ) # # # 8 3,!! ) G &. 3)- -. 6,?& && )!& # 0D

24 3., 3 # B$ - & 3 -! & 3)- & -, \. & 7 &, 8$ - -? -- 3., $ B 4 $ & - B$ $ 7 - & & 6&! &!, $ $ & 3, ; C 5. - # & & & 9 3! C 3 # +,, 7 3,, 8 $!! $ -. 6, 3 - -&! &. &. & & &. # & 9 6 G «L intuition fondamentale, qui demeure le socle permanent de tous les textes, concerne le rôle «despatialisant» des techniques de pointe de communication et de transport et l affranchissement qu elles nous assurent à l égard des contraintes ancestrales exercées par la distance, les accidents géographiques, la répartition des agglomérations ( ). Au plan du territoire, celle-ci se manifeste par une urbanisation diffuse sans précédent, «une échelle de dispersion spatiale jamais possible auparavant, caractérisée par la disparition des anciennes limites, l extension des franges périphériques, l investissement de territoires vierges ( )». 14 \. )- & &! - -& G «Notre monde est unifié, et chacun doit œuvrer là où il est pour que ce là change et déteigne sur l à-coté. L à-coté de ce là étant toujours un ici proche ou du moins interconnecté avec notre lieu. L espace-temps de la modernité-monde, l espace-temps de l accomplissement mondial de «l économie monde» est homogénéisé. Le là est l ici. L ici est l ailleurs. La boucle est bouclée. On mesure la démesure de notre mesure à la même échelle» , & & & G 3, 3 & - W &. &, ( 3. & N &! $ & 6 - & #! & & -!!! 3 # & 3 &, & [ 3. &, - -& G!., 9! - # , -, & - ) & & 5 $ =& \ 6 R - $ - -,,, 3, -. # V& ) - $ 7 & 8 - # & & G & & $ -.$ $ ( ( 3. R - & & ) & &, $ ,, 8 / 8 9- : - : 92-: 8 - ;& 15 0T 2<= 0 0+ > 4 = : -? - (! # #

25 /%!, - 7 & 8 53! # 7. - &, - *3 - $ # & - - ( 3 & 3 & - -& \. G 7! 012 " 3! *! $ # ) # 4!! 5!!!# # 5 ) 0 # 3 # & $ 3, $ 3 -!, ] - & - 3 & # 3, 53! - & - - 3# & & # 5 ) -! # & , G - (& 3., !! 3., - ( 3. 6! -- &,$ # $ & # 3 - # G, -- $ & - $ 3, ! N [ 3 &. &!! $,V $! ) $ ) $ 9 3 -& -, & a M, $ 3.,,!, 3 - & - $ #! & 6 & &,( & - )$! &. [ * $ ) - - " & -- 9 $ - $ G & - -& -, &, -, $!C 3 --! 3,(, ) # & $ $ # b - - & *! $!& 9 &, #?, & - B$ & $ -- 3! ) $. $ 3&?7-8$ - ( 7-8B 6 3., $ 3, - #!! & &., - 3 -& -, # G & -, $ - (& G #? 0B ] 9 3 # 3 # 3 & - )-? B 0 a "\$ \. " &, ( $ 0OO $ Z 21$ -D 0 # 0O

26 !, - 3., & &! G 3,( 3 & -! 3 & 9-3 # - -! 53 & 3-3., - -? & 0B -? & B 3 # 0!, 1 - #, % $ & 3 -!& &. & $ & -! 3 &. & 3 - ## )?9 # $ &3 ## 3 - C $ 3 B &.$ 3 &. & - 3,( 3 & " &. &. & 9 - &,( $,!,! ) , - 3! ) 3 " & - & &, G, & - 3., - $! 3., $ -, 6 & &! < & - $, $ & & & M " - - ) & - 3., - $ ) 3 - & G &, $ &. & $ & # $ & $ &b 3)-! 7. 8 $ 9 ] & !, -, 6 && & & )!! &? $ 6# B # - - # $ 6# ` 3,? : 5 3, B 5 & - 3 # 3& $ 0D & & & )- $ &. & &$ 9!, 3 -, 3 -& -, & - 3#, 3 & - $ - 3., 9 - ` &! &! 3., & ( -?7 8 - B 3 -, - & 3., - -, G,! & 9 - $ (3 & 0D S \ > G $ - G * 6! #!! # #! # $ #

27 /%!, - 0T ) $ 9 & #? 3 B!! $, $ & 0O & - # & &! 3., - $ & 3.! 3,( 3 & ) #!! G 7 & 8?&! -- & # - & B 7 8? && 4 $., 6# & - & B * & $ ), 3!! G & 3., & &! & 3., - $ & -! 7 8 G - - # - $ &. & $, - 3., $ 6 3 &. - - R 3 $ -!! & &! 3., & &! 3., - =3 # - & 3., - G &! C YYZ 6& &. &. - &?0B, YYZ 6& - - V, # # & &!? B -! - & $ &. &. 7 3 & &! 8?1B! $ # $ IL LM * YYZ 6& $ 3., - - & & 6 &!& 9 & & 3., & & $ & $ & ( $ - ) &. & 3., - & - 3)- & 9 & - $ & $ & - ( 53 & & 3 ) & # - &. - 3! - - & --, YY 6&!& 9 & - - -, 3 - && - & 6 & - 3 ##! )., K *:6 # $ 9 3- $ ) & 9 ) - G ; & ; &. # $ )$ &., & ;?0T ` 0TT $ - &. & $ # 0T 0O B! & < > : $ d $ & $ -& -, &e$ & 0 S \ > + - G 78!! ) # # #! # # $ # 0

28 &, & $ & & - #! $ $ && && # 3 ( 5-7 & 8 3 3, ) - $ 9 & ) -- -, # G - 3 $ & - &. #?! 3- # B $ & & $ &, $ 6 & & # & 5. &. & - & - YYZ 6& 9 3 # * # $, < &. $. $! & $ $ 1 # 9, & 0 ( - && 7! ) ; #! - 6 & 6-3 # & 3 & -, 0TD $ 7 # 8$!!! & - & &. G &3 & &, )- & G 7-0! 2 # ## % - 9: ; 9: )! 9 1 # ) $ # ! ) ) & $, # $. # # $ &&. 3 & 6 & & ` 7 # 3 ` &. 9 & - 9 & $ &. &? ( 3 )B & -6 - & 3 & -!!!!& 9 -, 6 && -- 9 & #! YYZ &, 3 #,! ! , 6 $ & - 3., $ & 3. # 6 -, $ 3 & - & - & 3--! # & G &&6 9 -?& 3., & &!B # #! 2 #! # 8 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 1D 0 1 * S <$ K ` 3^ $ & & ^, < & G # 6,! &. NK <$ ; &. # & ; & G 0O D 5 # * S <$ K ` 3^ $ ^, < & G 0 - DT #

29 /%!, & - $ 0TO2 0O T 9! & # TO2$ < #! $, ) $! - # & ; &$ && 9 & -.. -?9 3 # ^, 9 > &. 8B! 3., 3 & 0 - G «Il pourra être établi dans chaque département un ou plusieurs comités des Habitations à Bon Marché. Ces comités ont pour mission d encourager la construction de maison salubres et à bon marché soit par des particuliers ou des sociétés en vue des les louer ou de les vendre à des personne n étant propriétaire d aucune maison, notamment à des ouvriers ou des employés vivant principalement de leur travail ou leur salaires, soit par les intéressés eux-mêmes pour leur usage personnel» 25. & - 3., & & &! & - &. &. &. & & 3 7, # 8$., ( $, # ILLM * 5- $ & - # & 6!! -- W )- - 6 & - 6 &. $ - &., 0O $? -& - B &.6 - &?2 ` B - - & ! 3&. & ) & - & !!& 3 & & - " -- W & * & - && $ $ - # & - 3,, 5 $ - $ &.&, & #!!! G &, ( $ - & $, $b 5! & G & # & -, $ $ & 5!, # 3 9 # 5 0O 2$ & & , $ # & -! C & R - ) & 3, 3-3 # 0O T$ &. - & * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 1D 25 ( ) = 2=0 2 9 AB B4 $ "C / : "## D ( $# E F E - ( # #; "##$F - : -! G=! + )!HHI + D H- : H + # 1

30 - )! & $ & # - $ < &!& ) & ) $ & # & $ & -- &. -? 3 & W & ( 3. 7 # 8B # - & - & , &. & - & & [ 3-7 & 8$ 7 * 9: $ 8 $ - &, - & 3. - )&, & & 3 &. & I, 5, $ & - I &. & O11$ 5,, & -- : $ & 3. & &. # 3, & 8 - #. 3 5,, & ]!& 3. G., $ $ 7 & 8 & - )!&., & - ( - T G «Les vitesses mécaniques nouvelles ont bouleversées le milieu urbain, instaurant le danger permanent, provoquant l embouteillage et la paralysie des communications, compromettant l hygiène. ( ) Ces vitesses désormais utilisables éveillent la tentation de l évasion quotidienne, au loin, dans la nature, répandent le goût d une mobilité sans frein ni mesure et favorisent des modes de vie qui, disloquant la famille, troublent profondément l assiette de la société. Ils condamnent les hommes à passer des heures fatigantes dans toutes sortes de véhicules et à perdre, peu à peu, la pratique de la fonction saine et naturelle entre toute : la marche.» 27 5, 3 && < ( # - W & - ] &- # &, #! & 3, # 3., - $ $ 9 7, &.,?-! &, 3 & 3 B., & & &3 9 3!! 3-6! # 3., - $ - $ - ( W, - G «Les banlieues sont aménagées sans plan et sans liaison normale avec la * S <$ K ` 3^ $ & & ^, < & G ,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) #C 2 #

31 /%!, - ville. Les banlieues sont des descendantes dégénérées des faubourgs(.) L ère du machinisme est caractérisé par la banlieue, terrain sans tracé défini où se déversent tous les résidus, où se risquent toutes les La tentatives, où s installent souvent les artisanats les plus modestes avec des industries jugées a priori provisoire dont certaines connaîtront un accroissement gigantesque. La banlieue est le symbole à la fois du déchet et de la tentative. C est une sorte d écume battant les murs de la ville. Au cours des XIX et XX siècles, cette écume est devenue marée, puis inondation. Elle a sérieusement compromis le destin de la cité et ses possibilités de croître selon une règle. Siège d une population indécise, vouée à de nombreuses misères, bouillon de culture des révoltes, la banlieue est souvent dix fois, cent fois plus étendue que la ville. De cette banlieue, où la fonction distance-temps pose une lourde question qui demeure sans réponse, certains cherchent à faire des cités-jardins. Paradis illusoire, solution irrationnelle» G «Les banlieues ne sont souvent qu une agglomération de baraques où la viabilité indispensable est difficilement rentable. ( ) Sa laideur et sa tristesse sont la honte de la ville qu elle entoure. Sa misère, qui oblige à gaspiller les deniers publics sans le contrepoids de ressources fiscales suffisantes, est une charge écrasante pour la collectivité. Les banlieues sont l antichambre des villes.» 29 <3( 9 & - $ - $ - & $!C & & - D G «Cette situation révèle, dès le début de l ère machiniste, l addition incessante des intérêts privés. La prééminence des initiatives privées, inspirées par l intérêt personnel et l appât du gain, est à la base de ce regrettable état de choses. ( ) Les constructions de logements ou d usines, l aménagement des routes de terre, d eau ou de fer, tout s est multiplié dans une hâte et une violence individuelle d où tout plan préconçu et toute méditation préalable étaient exclus.» 30 5 & - 9 & 3, $! - $ 6 - &. & $, - W 7 &., , & &!$! 7, 8 - &. 9 5, $ 9,?,,, &, # B$ &. & -, # & &! 7 8?- ) B 7, & & # - 3 3! & $ # $ ; & $, & - 9 ; & 0O1 [! - # 28,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) & 29,=B7 7: ) $ 30,=B7 7: ) $ ; #

32 5- $ # & &!!! - - C & 3)- 5 - &( # & ; C $ 3 # &. $. - -., 53 # V& - P 6 N 2 ) 3 I $ GF* 2 # 3 & < % <: # : $ # < $ & &! $ U 9 &(&!& G & 3 # & $, & U - & $ 3! & & $ &? & 3 & # $ - - B$ & * 0O $ A ; C 3&& $ 3 # & 6 - # &.:.!& 3 # G - - & U &. $ $ $!! & 9 -? & $ - & $ & )$ &B & 5- $ $ - &. &. 3 #! / N # $ & 3 #? DB. # &. # & &! 53 3 # 0O! ) 7 X #)- 8 9 < &. < " #$ & U && # < / 10 N # $ 3,(&!! 7 8 # V& 9. $ &!&.,,!, - 3! 3 7! &, ) 6! # & - -, 5.? 3 - # $ 0O O 0OD B 7 &. 8$! - -, 6 &. 3 &! ) &,(&! & $ 1 $ ( ) - $ $ 1 & 3 7 <= $ & 6 & $ 3., - G & $! ; C -- & &! $, 3 - & < &, $ & &?f!! > $. )$bb W $ &. -- &. # 0O1 3!! 10 / N\N$ X N*"! - G 0O ` 0OD ; & 5 $ ;, 3^ $ - # -.!! T0 0 5, G H / G. -GIIJ0.! I, 1 / N\N$ X N*" + #

33 /%!, # 0 # 5- $ &! ; & $ 7 #,! 11 8 *3 [ 3 &$ < 3 # 3 - & ; C , $ & & & B & &. & & & 3 ( - $! & 7 -! 8b " 3 ( 3. M 7, , - 5 )! $ & ) & - 3., - -, $, - $?! ) 7 # 8B G - $! -,. - #! C " G & &. &,! C $ ) & &! $ - $ 0O $ D $ # " ( - G &. & 3 - -! &.! $ - # 3,(&!? B! 3 -! & ; & - & * ) ) - &! ) G / N\N$ X N*" + / N\N$ X N*" + # D

34 0 - # A B 2 «Chacun garde en soi le rêve, souvent inaccessible, d un espace de vie que l on aurait inventé, adapté et maîtrisé, aux fins de satisfaire ses besoins et ses aspirations les plus profonds, sans sacrifier aux limitations et contraintes qu imposent toute collectivité. Les architectes aussi sacrifient à ce rêve : rares sont les créateurs contemporains qui n ont pas conçu «leur» maison ( ). ( )Par ailleurs, les spécialistes de l aménagement urbain tout comme ceux de l environnement dénoncent régulièrement l impact souvent désastreux de maisons individuelles mal conçues, et dont la prolifération non maîtrisée concourt à la dégradation des secteurs péri-urbains.» 35 # $ & &. &, 3., - ) ` ( - &. & & & - & & 9 3 $ &. & $ &. &,( $ -- &.! - 3 # $ ^ K )-!& ), & G 7 C! #! D 6 % * $ #! E 1 % F * $ )! $ 5 &! - &! 6 $!! $ 7 ) G % 35,8 8 * 92 ( J- ) 0 ) 8 * & $ / - ) & 1 K *N$ ^ T ( $ 0OO $ Z 21 - T #

35 /%!, - H! 1D $, &. # 7 &, 8-7 & 8, 3 &. & I, - 3 & -. 6 # #!& & 3&.& 7 8$ G ) P ^ K &. &. 9 - # & # $ & 6! 7, 8 7 6! E 14 # 1T * % $ 8 *3 3 &, & #, & # : -, 5 - & & & -,!! $ -., - &3 - - & ] & -# $ &, - ) - & $ & - ) 3! & &. 3! $ & - 3.,! - -- # O ; &Q <&. > $ & & $ # -! &., G 7 - * $ 8 :4 B % I68 ) 9 # # # 8 \ & 3! 3. b 3., -! & 3 - &! 3., , G - W - - $ - #, ] 3 - # ), # $ 3 $ 3 & 3 & 0 (, > : $ 3 # & 3 - $ - ( 3 # & & - 6 $ # & $ 1D 1T 1O K *N$ ^ + -- T1 T2 K *N$ ^ + -- T2 T <5^ // /$ ; Q >"N / N* & -# G -& $ <& & ^ $ ^ $ $ Z - D 2 < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 0 # O

36 ## $ #! # 7 3) - 8$ 3-- :, 9 3., - W 3, 3 # G &3 3 # & &! -! &. 9 3., 3 # $ & - & 20 & & # 6 $ 7 # )- & 3 # & & # &. $ & $ &, & b =3 # ) & 3 - & - & 3 # 7 & 8$ G 3 - $ - & 3 - $ - #?0B - & &? B,.! > " # 3., - & ) 3-- G & - & & ` & $. $ - # M 5 & $ [, &&, $!! - # V& - # 6 $ 9, - & - =3 ) G 3, $ -., $ &3. &,? B ] $ -., $ &3 3 3 & -?>B 4 % 2 3. &, - &, &. & $ &, $, -! & $ - 3, 3,!! 5 & # &&6 YXZ 6& - -# / ] 3& &. - & - 3., - M 53 $ &! 7 -! 8$ & 21 3! $ & " - ## ) - - G g $ G -, & - 3., < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 1 2 & # $ &. & $. 9 &. &, 0D $ # &.: K & 3 5! & 6! & $ 5, & - - &, G 7. E ) E #!# # F!!# # + -! # 6 # $ 5, $ 1 - $ 0O T$ 5 & $ $ 0OTO$ - 1T #

37 /%!, - - $ -, 3 & &., 6 - *, ) & & `. ) `!! - - & & & & W )$ - $b?, 3, & -, , PB g *3 - $ -, 3-6& & - $ & # # [ 3 #, U $ $ ), ( b G 3 [ -, 5 - #! G &, 9 ( - 3 3,,?- & 3 7 8$ -. 6 B ] &, -! JJ 4 21 ;/"N\ /% Y?* B$ * $ /. &, 3. 3 &. & 0D 9 0O1 $ ) 3 &! & 9 3 ; C 3 &. & $ 01 E # F E& 1 D F 5, G H / G. -GIIJJJ & &! I/# I &. L. JJ -! E / 8#!,? # J? # 10

38 ; 1 ; & 3 # # 6! G &! " 3-3 & 3., 3., -,, &! 3 # # $ K >& # - 8 G & 3-3V. - & 7 8$ - $ &! # M?bB N $, 7 # 8 N & & 7 # 8 N V 7 8$ &., $ -- " 6 $ # &. ) G 8 $ - 5, $ «provoque une véritable hystérie sentimentale : faire sa maison, c est à peu près comme faire son testament Quand je ferais ma maison je mettrai ma statue dans le vestibule et mon petit chien Quetty aura son salon. Quand j aurai mon toit, etc thème pour le médecin neurologue. Lorsque l heure a sonné de bâtir cette maison, ce n est pas l heure du maçon, ni du technicien, c est l heure où tout homme fait au moins un poème dans sa vie ( ) car une maison est le couronnement d une carrière» 46. 2D ^ / - &! $ 3-- J 0OD $, - $!! $ - 3,( 3 7!!&! 8 # 3. : & $ 3 7 & 6 8 G 7 6 G 3 2 > 5^ /*$ K - 3 -& ; & G Z $ 0OD -- 0O 46 2D,=B7 ( ) K K ( 9 ) A-/ -! & * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G #

39 /%!, - F # 8 - $! : - 7, 8$!! - & -& 7-8 G - && &,?- B # &. $ 3)- & $! $ - & 7 &.: 8 " - (, & - 3,( G 7 8 &3, " &!., M 5! & & - # & 7 8$ -! - $ # M - &. & &. )$ 2 - $ & 2T, - & & $ # O # N # & & ) - $ - 6 -#$, -. [! & G 6 - $ 6 & -$ - $ 6 # ( & -, ] - - $ -6 ( &!,,, $ ) - < & - 6 -#$ 3 # 7. ) 8$ 3 3 -? - - & 6 B & -. $ & G 7. % ) 8 5 * K 9! #! ) 7 ( & - P 8$. ), $ & 8$ :$. )! ] -, 3 - $ -, 3 - $ - # $ - 7,! % # ! & 6 - & 6 G 3 3 # 6?&3 - ( $ - - $ & &!?! $ $ bb 53 &! 3 & & & &! & # $ - & & $ &. & $ 3!!& - 6 # & 3 [ 6-3 &. & ) - G 3., & 3 - $ & $ -, 6 9, 3 # & &! - # 7,. 8 [ 9 & & # & 2T 2O 0. ) ) 0 < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 1 &. & 3 # &! & & & $ &!, 9 \ $ 0 $ & 7 /# $ -&$ &. & 8 # 11

40 (, : ) : 5 & & 3 &. - $ &. & $ & &. &. 9 & ] & & & & -,. & -&! 53 9 & 3-6! - 3., - &? B, -! ) # 9 3?>B 4 % $O! 3., 7 -, 8$ - - ` & ) - &. `, 3 $ & 3 & $ 6! & \. 53 & 7 & 8 3. & 3 # /, "J & 7 NJ ^ 8 0T 3 3 )? -, B ] ; C 5,! 3 \) ) 0T2T 7 /-, & 8 ]! ; C 5. ; ) & \ & )- &, YYZ & &.& $ 6 - $ 3 # - &. # & & * ( 3., - && - -., - &, & - &! $ & 9 G! 7 & 8$ - && ## - ; O8 $ $ $ )$ - 6 &.& & - $ - 3 # 3,. - # -? ( MB 9 7 & & 6 8 G,. ; C &.: 8$ && 9, & 9, 7, $ & - ; &$ &.& - $ - 8$ ; C $ $ &3 3 & & $ 3,.! 3&& - #, $! > - 6 3! T # # 0 # 8 G & 7 # % A $$ # - 3& & 0O T$ / &, 3 - &. & ) - - G 7 X - : # $ 0 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # 12 && 3 &. & 0OO 0OO $ - 0T #

41 /%!, - - : - & [ ( 6 -! [! - 3, N - & - # 6 & $ - - # 6 & & 9-9 & $ - $ $ 9,. 8 " -6 $ & -. / $ ) $! & & - 3., G (! / $ $, & ) ) - & ( - - & -, & - & 7 -! 8 ( &! 3., R & & 3 -& - ( ) #,! 3,!! & $ &3 9 & 5,. $ ( # -! #$ [ 3 W 8$ 9 ( 3 $ -& & 3, *3 - $ -& & 3! G $ - $ -. & ( & 7. # 8 3 #! &!! - 3., - $ 9 &! 3., - - $!! 7 & ( 8$. -, : ^ J, YYZ 6& - - ; & 3,(&! 7 & ( 8 & 7 9 & -# 8 5 & 7 8 & $ &3 9 3!!& - & -#? -!! - $!! ) &! $ $bb 3# 3, & $ ) - ( 3, - *3 -& $ & & $ -& $ $, * $ &!C 3 && - 3 -& & - &? B G! $ & 9 5.V 5. $ 3 - & & - 6 ) - ) 5 # U - & W $ & - & $ , ( -& -, & - G (, & # & / cn * ` *, &. $ ="$ *, $ 5., 6 3., 8 3& # -& 3 & &$ 1 ( 0O T$ # * S <$ K ` 3^ $ ^, < & G 0-01 # 1

42 ( & & & 7-8 : $ -& 3 - $ 53 & # G - -., - 7! 8 * & - $ -. ) - & & G &?! & B? - & B - " ! & & -, &. ) - 6 -#, &,! & ", &! 3-3! - $ &3 3,!! 3-3 -!! $ & & # 9! & -? 9 [!! B #,? [.,! B 5!, -. & & ) - $ -# $ ! ! $ &. - 6&!& $ &.& - 6& ]! & 34 - $ 3 -& - - $ & 3 53! 3 - #?&! -. G B G. ) -, 7 & &! 8 *3 - $ 3&& 9 # - 9, &! G & $!, - & ! &!! & G &3! YYZ 6& $ 3 # $ &! $ # & -?9 & - #$ $ \X$ Q #bb G! $ $. ), - 3&! - 3!!! $,.! &3 &.& -&! -, - 9 &.& - & 3., 3! & G - $!! - 3&&!! 9 & $ - 6 -#$ -, &. )! G 3! $ 3 && -! -!! $ : & &. - & " & -, - & & $ 3#, 7 $ 8 ] &3 $, & &, # & # $ & -! - 6 # & & -,, - - & 7!& & 8?-. &. $! 3 - & $bb 53 3 # & G 3 - &. # 3 -, ) ) 0. ) ) 0 1 #

43 /%!, - & &. # <- $ -! G & 7 # 8? & B - 6& - -!& 3 -& $ & & $ 3 -! # &? MB - & 7 &! & 8 (, $ 2-3 ;& 9 3., 3., - $ # & ) & M N & 9 - & 3 # 3, #6? & 0B$ - 3 #? & B$ -! 3 # -, 3 & -!? & 1B 0!, $ 4 -, B # ) I! ) : 6 0.! 2 K 3! 0, B 3! E L #!! # #! # # D # 1 $ T - # 7 3 # ) $ - # & & 3!!! & - # $! # G, N & - #! & $ 3 & > : $ 7 3! % 6 % 3! A # O # # ) 8 - # N, # <&. :$ $ 7 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # D T O && 3 &. & 0OO 0OO $ - T 5 S $ = ; & # 3 & N 5. G 0OTO a "\$ \. ^, ` ; G 0OO 5& /, $ 3 & 7 - # 8 S \$ > ) & & ` #$. -. ## 6# G 0OO -- T0 # 1D

44 # 8 5 & & - # & - 3., - M * 7, 8 & M N 3 $ 3., -! -&, && &. 8 9 & & -,! 0 - $ 9 # $ 3! & & 7 - # 8 ( -! M ",! -& 6 - & &. 3 7 & 8 M N & 3, & - & & 6?0B ] - $ - # #,? B #! 4 - %$E $ " - 9! & -! & - #!! $ 3 -& # & 3., -!! # &. 9 &.V $ 3! & [ 3 3 $ &6 & - # $.? #$! $bb $ N, # <&. :$! - 5 & ## - M 3., - 6# #!! - -& $ &! $ & $ # # $ bb 3# & #? $. $ # 3& # & $bb , - -& & ^, * &. 5 & - -&! & & & 6 $ 7.V 8 & - N"/> /K <5^ S 5. K & $ - #$, &$ &. & # 6# G 1 6 $ 0OOD - T 0 N"/> /K <5^ S$ 5. + * <5^ ^, $ 3 # - -& $ 5. - $ ; $ 0OO M * # $ 0 # 2 A # # # # #& #& * ) $ $ 1T #

45 /%!, - 3!! # *3, - 3 -& -,, & * & & $ 3, -!., - &.6! 3 #$ 3 $ 3 - $ -! - ` `!!! ) # > &, & && & & 6!! $ - $ 7!!# # # ) ) G G 6! # * $ % # 3 2 # # # # # * $ $ X & ) - & 3 - G & & ! E O # # E! / 8#!,? #? 2 >/ c / # G 5, G / H G JJ00- J, I 10 I I I J I) I)- 1! # 1O

46 @? < E *, 2, 4 E EPPQQQ P 0 <> #

47 /%!, - R E * 6 8 A $ N $ &.& ) - $ & $ &! & & & & -, $ - $ - &. 5 - $ 7-8$ -! 3) - b & & $ 3, & 3. 3 #!! 6! & &?., & & - &.: )B &! & & & $ & -! & - - #$ 3 & ( 3 $ $ 9 & $ ^, D * &. &, , G 7 # 012 O # G ) 012 # # % # E $ T 3., - -& 6 7 &. 8$ 7 & 8 O - $ - &. & , - $ $!?! $ B 5 )! $ ) - ( 3 3 & 5.V! & - & $! $ ( $,?-! & -! & B $ 3# & # &! - 7 &R & 8 7 &R ( 8 M 3., - - & 3 -&! &! &, 5, 9 $ G 3 -& $ 3 -&, 9 G - $ $ - & $ - b & &3-3 )- 7 &. - 8$ 3 - -? # 3 - ) [ - 3 & &. - & B ; $ 6 8 # EPPQQQ : : P! P S=> 0 <> D T O * <5^ ^, 3 # - -& & ` ; $ & & 5. - G 0OO1 /! & *3, $ ; 0OOT - K /? <B $, & & #, [ 3,. $ &. - & ) - #! ( 7 : # # 20

48 && -,,! #. & & * 3 -& - $ ( -& 3 -- $ 9 & $! 9 3 -& 3 $ -- & $ - ^ / $ 9 # $ -!? -- - & & 3.,! B G 7!! # D 8 ( -& & 3 -., - 3 7! & 8, 6 & # 3, G & ` (, $ 7 # ) D0 8 $ - 7 &&. 8 53,! # - & - & 7 - #6 8 G -, -- 3, $! W&., & & * & 5.V 5. $ &? I & & MB - -, * - # #6 7 5 N & V 5. $ - G 7 6 #! # #! # )! O R == # # ) 4 #! # D / 8 N # $, $ & ( $ 9 - & - & # M 53 ( & 7 8 7! & 8 3. $ & & $, ) 3 - G [ , / $ $ D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 D0 D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + < / >5 $ - 5 N & ) 2 #

49 /%!, - UN - 5 : 6 8! # - - & - 3.,! # $ $ 3 & $ ,,, ) $ & - " 3 [ & G & &?! & & U - & B$, &? $ -! $ - & $, bb -! & 3, 3 # G -- ) - & # ) - - $ - $ & $ 7 8, 3, 3& # & $ & 9 $ & #$ &.W # - $, & -! 7 8 N, # <&. :$ - & -!! 7 8 G «En tant que lieu urbain, l implantation moderne est conçue comme «une maison gigantesque»( ). Le plan de la maison a été défini comme «libre» et l espace comme un «fluide» continu qui distinguait à peine l intérieur de l extérieur. Un tel espace pouvait être approprié dans le cas d une petite maison suburbaine et unifamiliale, mais il ne pouvait pas s adresser à une situation urbaine. En ville, une distinction nette entre domaine public et domaine privé devient nécessaire, et l espace ne peut «couler» librement» 74. " 3 -! - - G 3 $ 3 - $ - &, 3 #! $ & # 3, & - & 3 # 7, 9 3. : 8, & - #6? - & PB < $ 8 %, UN 74 -! E / 8#!,? # J A, B 4=L + - ) > : *! CM( ; ) # 21

50 4 : 6 8! D 5 & &, 3., - 7 #: 8 3 -&, 5!! &,, 3 -& # & 6 & & &&!., #$ 9 & - $ - & 6 # #! & - #6 G &3 &. 3 & $ & $ & 3 - & 6 $ - & 6? 3 & B $! $,V 7 8 6, $! # 3., $ # - & 5, && # & 37 D DD Q 8 & & #! 3)&6 3 -&! 7 8? , 4 B - -- ) - 5,, 3# G & ) N & - & $ - 6 &.: 9 & # & &. # 3&. G & 3., - $, - R 3& , )& & - & - - & - - & -, $ # 3&. - $ & 3 - ) $ &. 9 [. & G - ) - $ N & 8 : 7 DT # 8 & & $ 3 - # & - #6?-# B )- & G 7 8 D D. # -. / # $ ) $ 0 K ; C - 7, 8 DD K%$ & N ) G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO DT < / >5 $ ) 22 #

51 /%!, -!! $. [ &. $, -, R -? & & $ &3! (9 & bb #!! - 3 & $ & 3 -, & # 9$ -., ), - $ & 7 8 $ $!! - &- G, - # 3 $ &3, & & $ - &. #6 -?& &3 & 9 5.V, 3 # > $ *, $bb, & X. $ & & # 8 $ & -# - & # & ] $ - & - & - $ & # & - & -- &. 7 & & 53 # -& -?& 9!! & 7 8 & G #B$ ; C 7 & & 8 6# &, # &? &! # # 8 3, B a & - # 7 8 $ : - -!, $ : & & " - [ $ 3-9!& & - & & $ $ & N 8$ 7 # 8?- - 3) - 5.V 5. B! 6# &. 7 # 8 / 3&& &.!? # - &B$ &. 3 $ & & >!$ - - * $ #$ 9 - # & &, & & & ( $) ( 3.?&!! $ 0B $, ? O ( - &B 5 ) & -& - &. " -!! & ) - - # *3 - $ - 3 6# - # 7 8?,!, B? B *3 - $ - - & - 9 & ) 3,?>B 2 3, $ $ *3 - $ 6 # 9 3, 3., - # 2

52 - & - - # 3 && - G 3, # 3, " -! #!& & & ] DO ) 3 # b & 7 ) 8 & # - 53 & 3 -! & - & T 3, - - & ) ^, & - a #! , G! # - &. & M 3., & 8, $ - - # $ ) - - & 6 G & ) K > # $ - 3 # &,!! ) & 7! & 8 K > # - - -! & - N -, & - 3 # $ - -. # -. $? & - PB # & - 6 7! 8 G #,? J # # 8B$ -? &.. B! : & & G, $ 6#, J J J$ -, 3, - 6&! -., /-- &3 K > # 3 9! YYZ 6& 7 & ( 8 K > # -! 3, - - ] & 3 - & 3 # # # -. &, DO K%$ & N ) G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO T S \ > $ < 7 $ & $ -& -, & 8$ 3 - $ $ & 0 2 #

53 /%!, - * $! C 5 & , - - &?; Q + #. $ X * /.$bb G &3 7 6 # 8?# & -- ; & I < B & - I < & # $ &! ) & -# & $ 3-- ) # & & 9 $ # - " & 0DT B ). G &3 & 9 & -# < 5. K. K, $ «la nature ne s oppose pas à la civilisation, elle est même la condition de la civilisation ( ). La nature est à l identité américaine ce que le patrimoine historique est à l identité des européens( ). La maison idéale se doit de recréer par son esthétique ce lien entre Dieu, la nature et les autres humains. L espace privé est très nettement privilégié au détriment de l espace public» # $ &3 & & $!? J B 6 R & # 3 7, 8? 6 T 0TD * # B$ - - 6? - 6! 6 R - - G ; ; \ 0O0 B 5-6! - - & 3-- ), & 81 T 4 2,7A > + ( ) 82A 7A N / / D + ( K! "## ) ""# NKN * $! &. $ X $ $ 2$ - 0 # 2D

54 & ) < $, && - 7 & # 8?& - G $ $bb! 6 $ 3 &. & -?,., $ 7 & # & #, 3, $ & # 3 $ 3, - 9 T1 ( 3. $ -, & -$ &,. G T2 & &,?* # B$,, $, 3 3 & & < ( - ( 9 & 6 3., & &,, ; &$ - & - 3., 7 & 8 - #6 5 $ 6! -! & $ 3 - $. & # 3 -& $ - G & $ - & #$ #! #! # 3 ; 3 3 T! 1 8 $ - ( -& - 3 # &. & 9 & -?! U. $, $ ( 9 3., B! 7 T 8 a - $, & - - # 9! # & # 7 8 G, $ & -# $ &. & 7 8b & & -- TD & 3., $ & : & - &! - # G - & & & - - $ -& & && $ -& & &! -, &, # 6. ; 2 3 T1. # -. G 9 # &.G JJJ & I &. $ 9 G. -GIIJJJ-, &..# & I # I, - J (-# T2 NKN * + $ - D T K%$ & )G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO T TD K% & + /"+ $ K Q # 2T &- \. \ 5, #G 0OO0 4 # NKN " $, $ -- 2 #

55 /%!, - *3 - $ 3!! #$ & - #$ : & -. & - & )., 6 ( $ 3& $! & - # $ - - & $ & $ - 3 # # & 3. & 9 3, 5- $ & " # $ - # G 7!? B # # L L TT 8 =. # $ -., - $ & 9 & 6 & 7-8 # G «Tel est l attrait du mot même de patrimoine qu il sonne également clair aux oreilles des sentimentaux et des rentiers, des xénophobes et des universalistes, des investisseurs et des contemplatifs, des artistes et des notaires Et classer ce patrimoine rassure. Ainsi préservera-t-on parfois le vestige, surtout s il est très vieux, très rare et très historique, à défaut de pouvoir préserver le cadre où il s inscrivait et qui lui conférait sa dignité, si ce n est tout son sens. Sans doute alors faudra-t-il mettre des œillères, et faire abstraction de tout l environnement qui désormais le conteste et l humilie, pour éprouver à son spectacle le plaisir qu il promettait jadis au regard ( ) Il y a là des milliers de photos, d églises, de châteaux, de manoirs, d édifices composites revisités par les goûts dominants de tous les siècles, de sites archéologiques et d objets cultuels, de moulins et de fours à chaux, de ponts et d écluses, de gares, d usines et même de carrières, désaffectées ou non Mais aucune de ces architectures collectives encore vivantes qu on appelle des villages. Aucune vue d ensemble en tant que tels, en dépit de leur histoire, de l homogénéité de leurs matériaux, de la diversité et de la luxuriance de leurs formes, de ce qu il conviendrait d appeler les palais du commun Si même les beaux livres les négligent, mon cher Guy, comment nos anciens sauraient-ils qu ils sont copropriétaires de merveilles?» & )., $ - 3 9!! $ ) & & 3 -!! & )- & 3 # 3 -& 3, $ &,, b & # & $ 9 $ & 6 # 7 ) 8 9 -! - ) & 3)&6 3)&6 3! G - $ $! & - - \ & 3., -?&! - - B$ # - 3 & -& [ 3 ) $ # &,( \ $ - # 7 8$ 3 - G : 9! V++T 6 8W 8 1! - - &$ 3 - : & # 6, # h # # U -,V. - & & 3 # - G $ TT 89 NKN * $! &. $ X $ $ 2$ O 24 = = O - /? + ) K 9 ) : B >! "## ) & "$ # 2O

56 - &. $b «Le monument daté est revendiqué comme une preuve d authenticité qui doit de soi susciter l intérêt : un écart se creuse entre le présent du paysage et le passé auquel il fait allusion. ( ) Le rapport à l histoire qui hante nos paysages est peut être en train de s esthétiser et, simultanément de se désocialiser et de s artificialiser. ( ) Mais depuis Malraux nos villes se transforment en musées (monument ravalés, exposés, illuminés, secteurs réservés et rues pietonnières), cependant que déviations, autoroutes, trains à grande vitesse et voies rapides nous en détournent.» 90 5.V 5. & - 6 & 6 -- : 3 $ & - - ) & 3? 3- # - 6 -, B ] & & & - & C & )! Q $ G.R $ - $ - # & 7 : 8$b " -- W $ # $ & - & & 7 8 G &, : 3 &. - - &.V 3-7! 8$ # 3 7 #: # 8 6 ; 3. < X & YXZ 6& $ & YYZ 6& 7, 8$b X3 ) 4 & E # I -. X >< X :. : :- 90 2= P 8 7: ) #

57 /%!, & &! Q #$ 3 - & &6 - # G &3 3, , #, - & - # -& & & - & #$! - && ( & $ & $ & & $ &-& 9 3!! 53 & 3 -- & # ] & - - & & $ # 6! C -, Y O G & «Le tissu urbain s est «déchiré», la continuité des enceintes des villes a été interrompue, et la cohérence des espaces urbains a été endommagé. Les nœuds, les parcours et les domaines ont donc perdu leur identité et la ville n est plus une totalité que l on peut représenter. Avec la disparition de la structure urbaine traditionnelle, le paysage a perdu son sens d extension compréhensive, et il s est réduit à n être qu un composant dans le réseau des éléments artificiels» &, - # G - # 3 & - 5 $ 7 &.: 8$ &. 9 $ * % 6! # * $ 3! 3 # E O2 # :! G # )! $ 0 (, 5 «Les deux traits qui caractérisent les Européens modernes semblent contradictoires : l individualisme et l exigence de droits égaux». Friedrich Nietzsche 95 3 >< - $ & &. - # -! E ) )! E 4 4 & : :4 )! ) E / 8#!? # R O N"/> /K <5^ S$ 5. K & $ - #$, &$ &. & #$ 6#$ 1 0OOD - 0TO G & 93 O2 6 $ 3 -., 3" A, B 4=L + 7: ) # N"/> /K <5^ S$ 5. + # 0

58 3., - $ & -., 5 & & 3 -& M <, $ M " - ## & & 6 - ) 3., - G 3?0B$ 3? B$ &?1B &.& & & -!, 4 5 C - 3 G )- ^ / &. 9-3) - - & - & 3., - - ) & - - G &., -! & $! $ $ & $! 9 3& $b!, 3 - # $ # $ 7 : 8 - & &!,?- 9 # - B # & & & & & -- W &, & G # # && &3 - - ) 3 - & & & G 9 3 # & ) 3 3., =3! - - & ( ) G : 9 - ) & 9 - $ &R " # # G!? 3 7 -& 8B$ )! V# &? - ) 3 - & 3 9! bb 6 * $ 95 ( ) 82A 7A N / / D + K! "## ) $& " -! / 8#!,? # J? U Z #

59 /%!, - N 3 - # G 3., - - & & & & G - 3) 3&& - & & & OD # -- #?& & - )&6 3 -&B 5 & 3 -& - & # $ 9 - $ #, 9 & 3., 7 [ M 8 G - -! 6&. $ $ & G - # # 5 & & Q 6 -,, $ - $ 9 &, # - 3., 3 -& - -& & & & &, - & 6-3, G - b -! 3 -& G OD K%$ & )G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO # 1

60 >Z H 5 & & $ - $ & & G & $ - 9 $ -, 6 $ # ( 2 P % Q 3, )- «En pavillon, on est quand même plus chez-soi ; On est libre, c est une autre vie quand même, Celui qui veut un chien peut en avoir tandis qu en appartement c est pas vrai, Tout le monde peut pas en avoir» 99 * 0OD $!! ) - 7 < 3!! & & [ 9!& - & - - G - $ &3 - - & -. =3 ) 7 &.: 8 G - 7 -& 8? B$ - - & $ & 3 -&!! & [ &6 3?>B 3 # $ 6 $ & 7 &.: 8?5B 5, 2 3 <- $ & -- & 9?& )-., # & &! !! % 9: B # 3 $ &.. 8 & #! 7 # [ 9: &3 & 3, & - - $ & #! 3 -&,! «La vogue du terme «espace», appliquée aussi bien à des salles de spectacle ou de rencontre ( ), à des jardins («espaces verts»), à des fauteuils d avion ( ) ou à des voitures ( ), témoigne à la fois des thèmes qui hantent l époque contemporaine (la publicité, l image, le loisir, la liberté, le déplacement) et de l abstraction qui les ronge et les menace, comme si les consommateurs d espace contemporain étaient avant tout invités à se payer des mots» & & &. &. - ) G 3 -& ) & & #! $ & 3 3 & & &&- 4 - # 6 G 7 & # # 3 -& :!# # >Z 99 -! / 8#!,? N L B 8 / */ A 42=8 A AN 2 42=8 A0 9+ : ) / 94 4 : B ( (! "## ) ; 100 2= P 8 -.! - + ) - (? P - B - : - QQM *! / " ) #$ #; 2 #

61 /%!, -, 8 ] & & 3 &. & - -& ) # G 7 & # 3 -& :, 8 - -& X & & &. )., 3 -& 9 3 &.& G «Pour que vous puissiez choisir une maison qui corresponde parfaitement à votre mode de vie, Phénix vous propose un grand choix d aménagements intérieurs : de vastes volumes ou des espaces plus intimes, une cuisine fermée ou entièrement ouverte sur le salon, une suite parentale (chambre, dressing et salle de bain), un coin bureau ou multimédia Chacun de ces choix participe au confort et au charme de votre maison. C est vous qui décidez» & 9 3 # 3 # 3., - ^ / $ &. & 9 3 $ - ) - 7 3, &R 8 7 f / * 8! 3 3 -& & &. & &! -&$ & * & $ 9 &!! &! - 9 &.: 0 #. G * M # # F # ##! 1 1 $ *! $ 9 5.V 5. $ & & 6# ), - G - $. ) 9 #!C 7! 8 & &., 6 #!& & - - #? 7 <= ) <? # <=U #! <?= # 0 1! $ - ), & # * - $ 3 X :! & 3 : - - 3! M ". : -& -- M a! & -?& &3 & & & -!! bb$ 3-9 3, - 7-8,, & & $ &3 -, G $ - & - && $ # U &. # b , &!! 3 -& & -& (. 2. ) & N<"N$ * < \. $ 9!! 3^ G 0$ - TT "K <$,. b& : &. # P &. $ 2 E # F E& D F 5, G H / G. -GIIJJJ &.! I- I #, I D O.

62 3 -! # 53 3 # G - ## 3 5 &. #! ), & & - & # K# 3 -& ) G & - $ 3 # $ - & 3 # $b, $ &. ). ), # &! ),,! 7 * & - 8 G 7 O # #! ## #!!!! 1 - ) ) ) 8 ; 5, $ $! 9: & G &3 9 [ 3-6 & 7 & - 8 & &! #?, ) - $bb & &.: - $ G 9: [ 3! & $ - &3 - W. - G.? ( -, B$.? ( 9. ( -, B 0 && &. 9 ] 3 & & 3 - # < - 3 $ -, & & # & &! G &.-- 9? 9 B, 9: [ 3 &6 G 3 & - $ 3! $ 3 - -, & - & $ ) # &., &.,! - ^ / - 3!! $ & - & & -, 9 3 J 3! 3 & 7 # # 8! ) - G $ & I 9 # $ ( $ - 3 -& - & 0 D & G - - $ # $ ( ) $ b & - - &?7 & $ $ 7 & $ - &, 8B > 3 -& 6 $ 3! ) ) 0$ - 0 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - TT TO 0 0 D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ - T0 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ - T0 #

63 /%!, - -& - 3 & # 8?&!! B$ -! $ -& $ - W - ^ / $ 7 % 9 # / 9 # X 9 * $ 9: G * $ 3 #, 9: 3 0 T #! 8 9: / % Q, 4 3 & 3 9: $ [ # M 3., - &3 &., 7 - & 8 G 7 & 8 5.V 5. $! 5.V , $ 0 O & &$, 7 5 N & 8 G & C$ & 3 - " 7! 8$ &! -!!!! 7 : 8 G 3 U? B 0 T 0 O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ -- TD ) 1 # D

64 $ 7, & & & & $ - $ - ( & ] ( $ - # < -& & &! - & - 6, $, &.! 3 -& -, & - &.V J 00 & $ & 3,! & #? -- & & - &! 3 - $ - & U &! B!! - $ & - &, ) 3 $ G 000 3)&6 3 $ 7 ) 8 3!! & & & $ -, & -$ 7 & & - 8$ )- -! & & -, * 6-00 & #! )&6 # 3 $ - $ &. &. ] 3!! & 3 3# $, $ - ^ K $ 7 #! E " # $ 9 $ 3) : 8 - # & & - 3 =& $ -!& $ & $ , $! 3 7 8$ 7! # ) 00 # 8., 3 -& & & & 3 && -& 9! - -,? - B ] & 3 - ) 6 - &. &! 3., & 00 ^ / c "N*$ N ^ "N\$ K * S <$ ^ "N\ 3., - ` 3^ $ & & ^, & G 0 ] / N\N$ X N*"! - G 0O ` 0OD ; & 5 $ ;, 3^ $ - # -.!! T0 0 5, G H / G. -GIIJ0.! I, * & /, $ & - 3 $ & 7 8 K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G K *N$ ^ ( $ 0OO $ Z 21 - T NKN * $! &. X G 2-0 0O N<"N$ * < \^" NN ` * 9!! 3^ G 0 - O T #

65 /%!, -! # -? - B,! # &? - Bb \) - 3 &, 6 &., $ - [ - & N 3, 3)-?&! E I B$ 3., - # - 9 & & & a M 5-9! C M " - (9 & ! -, 7 & &?B 8 G - - & #! $ 3 $b $ - && & G! ] & &! 7 8 3! & 3 -! 7 & 8 G : - & 3,(!, ( 3&?- & $ &, $ bb 6-3 -!! $ - $ # ) &. # & )$ - &!, $ - " - - ) -? 3 - B$ , - 3 -& # - ] &3 7 00D # #!! ) $ *3 $ 3 3?& 3 - $ 3 B & ] ) $ 3 & G - [$ # &, 4 $ 3 & R &.&! -! ), 00D -! / 8#!,? # J * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - O # O

66 -- $ 7 & 8! $., $ 7 3&& 8? B : - -, - & G 3?9!! & 3 -- [ 3 - B X & & - $ ^ / $ )- & - -, G 7 8 A # F # ). )! 00T # 8 & - & - 9 $ - # - #, 3 & - $ )$ 9 00O 7 # A 8 & - & # 3 -& 3.,?&! - $ - & B 0 6, # $ 7 # 3 & &!! 3-5 ) 6 )!! -, & - 3 & & & # - 9 & & ] - ) -? & B$ & & - 3) & 3?0B - - $ 9 3) & $ 3 -! & 3 -& [ $ [ # 3 8B &!? B! $) - 3., -! - - R, & -.?!., 3., $ &! - 3. B G & -& - & 3 - & M -! & & 53! [ : M 8 3, & 3 6 & - G -&$ - $. $ " $ - 9 & & - ( G,!$ ( - G 3, $ & M? B $ T 00O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ #

67 /%!, & & - M?>B! $ & - & - & & 3? 3 #B M?5B / N $! # - & # -- &. ) & & #!& $ $b 3. & ) - # $ ) - 3 N & & & & -. 3., -!! $ - & - & & 3 & &, & 3 -& G # & -.. " 3 - # G & $ & $b!! ) - - ) - G! ( - *3 $., & & : - & %!?! $ 9 - $ ( 3 & 3)&! $, B - $ 9 & &3 9 $ $ - 9 $ $ ( $b $ $ 3 -& # & # &, \ 53!! 3 -& 3)&6 - G )&6, $ )&6 3 - $ $ 9 53!, - G! & 3 3 # ) 7 )& : $ (! 8$ 7 ( & & $ & 7 & & 8! - - G 7 C : #! # # # E # ) : # 0 # 8 $ - $ *6 : ## # 0 0! $ - & - - -& 5 ) G & $ 7 8$ 4 & & $ - Q # ( )?- & -& ( # # B$! & $ : - # ) $ & > & & C $ & & -, G )& - $ & # - & G, & $ 3 $ && - -.,, 6 $ & -! & 3 -& - 3 -& & &! - &! - b 0 K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G - 00T 00O 0 0 K%$ & # 0

68 & #$ ) & #$ $ <RN X - 3 $ 3 - $ 7 &.: 8 -., $ & 0 2 #$ 7 8 & & N 3!! - - $ 3 & - & & 3!& ) & - &- -., ; % Q 3 & 3 - # G # - ##! $! & &! # # # -. - & V G & C$ & 3 - $! C, & & 3 # i 5.V 5. $ - &.V & $ &3 7 5.V *, 8 - & 5.V *, 7 *, 8 &3 & $ &3 [ 3-6 # # 53 G *, $ # $ &# $, & -, 7 *, 8 &, # P " 7 *, 8$ 7 5.V 8$ & : b # & ) - # )$! $b & ) - $ 7 # 8? G 5.V $ &3 & $. & ) & & $ &3 # $ &3 7 # 8 5, B$ 7 & N & 8 0 K%$ & <RN 0 2 -! / 8#!,? # < Z K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G #

69 /%!, $ $ &3 7 8$ - 8$ " & V 5. $ 9! 6 *, > $ # - $ & 9, - $ &! 5 $ 9-7 8!!& &4? B$ & # - - / $ $ , # & - -,!, & # - - # 3-9 # G 3 & - # - $ 3, ! 3, b! * - # $!!! & 3 # & ) - # 9! & ) &R G 7 & 8 & ) * & 7 & 8$ 3 - ( $ - R 7! & 8$ 7 & & ).,. & 9 # & -# $ - &,, 3 - & G & ) 1 # 1

70 ) # & & $ - & $ & ; $ - G 7 4!! 0 # 1 8 * > 6 & 7 & 8 )., * *! ) $ F *! 9 $ * 0 D # # $ * ; ( $ $ & & )., $ & 7 & 8! Q ( - 3. & $ 9 5.V $ - 9 # & 9 - &. 3!& & - -! : G 3 9 & &! -!! - - -!, ).,! 3., & -# &. & -# - & -& ( R * & - $ # & & - - & & & &? 3 $., $ B 53 $ - ) - $ & * < \. G «Tout le monde s accordera pour trouver du charme au village perché, à certains édifices marquants, qui sont certes des repères importants, mais qui ne suffisent à construire une appartenance. Cela revient à dire que la distanciation par rapport au village, même si en contrepartie, celui-ci est valorisé, apprécié, traduit le fait que l appartenance communale n est pas une fin en soi, qu elle ne correspond pas à la vie de l habitant en périurbain» 128. ( $ 0 O 3 -& -, & &! 7 5! 8 7 & `! 8! & 3)- & 3 -& -, & & )- & &! 3 & M? B a & - M?>B $ $, $- ) 3 -& - $ - $,, & 9 0 N<"N$ * < \^" NN * 9!! ` 3^ $ 5 & X - G D 128 >" \ \$ *, 3^ G 2-0D1 7AB A N B 04 82AA N / DD-? 94 K )! "## ) & 0 O 2 S \ > $ < 7 $ & $ -& -, & $ $ & 0 #

71 /%!, - &! > : $ 7 - # 3 &. & 3, - -&$ 3 & $! -& 01, 8 $ & $ &! - G 3 &. & $ & " - & - - -, 6 $ (! & & $ 3-3., - $ - - 3, 9 $ &! - $ &3 3, 3 #?!! & - G $ -& $ bb 3 # - & & -,.?&!! B " $ -,. 3 - # -!! $,. 7, 8.! $ [ &., & & & - G - & & - & 3 -& -, 3 -& & $ 3 -& [ & #!! $., : - $ &3 -, & , & G # # - )? $ & & - ) B - & 53 =& )- & & & 6 7 -&! 8 - G 7 6 9!! #! # % # ## E # ) # # )!# # ) 010 # # 8 53 & 6 - &!! & G &3 & - - # N# $!! $ &! G & - - &$ -, &$ - & & &,! $ -& - # & -, &! # G 53-6 R #! ) 3 -& -, & ] - ) & M ; $- 5 # &! & - -, $ - $ 6 3., N! # - #6 & - & &. & S \$ > ) & & ` #$ & &. -. ## 6# G 0OO - T0 Xc$ =&!& N<"N$ * < \^" NN * 9!! ` 3^ $ 5 & X - G 0 #

72 \ 3, # 8 - $! # - # i 3& $! 7 8 6, ] $ & & $ & 3-6 &! G 7 (3., 8! & 3 # & # $ - 3, $ 7 : - $, 8 # 3 & -! # G - - &$ & 3 -& - & & & & & & " & & $ 3 & & & - - & 3#., # 4 G - $ -, - # 9 # &. 9! $ - & - G &! 7 & & :$ &! - & $ # 3 && & " & - 3 # 9 [ & & ] & & - #, 3 -& - & & & & & # - $ 9 & # V& $ - & #., 7 $! $, : - 8 -V & 3 & 3 -& # -, 3 -!& ( P #

73 /%!, - Y <NR! $ # # &! 3 # - - & - 6 $ &. ) 3., - 3 # - & $ 3 - $ &!& G - a &.: $ - &. & & $ & -! $ 3 &R 3 -& - &! -& 3 [ - -,, <NR -! / 8#!,? # <? # D

74 T #

75 /% (, - /% (, - «Tout à la fois instance de mémoire et projection dans le futur, La maison est un document anthropologique». Marie-Ange Brayer. N &. &. 9 & - 9 # $ 9-3., - N - & ] &3,(& 3 &. $ & 3., & , - # 3.,?!C # B 3., - 3 $ & - 3., -! 3., $ &. $ &! $ 9 3 (&! 7 8! 7 6 8$, 6, 9 # M < 9 &.6 7 /# $ -&$ &. & 8 # \ $ (3 &. # 3., - 3,! ) - & & & 3 - # & 7, 8 012? # < < B 3, 6 - &. 6 $ 3,! $ 3 -! & 7 ## # ) 2 ) 2 # O

76 ) 8 01 <&. 0 ` 0 *3 [ 6 3., M < # 6 $ - 3,( N & 3 # (9 & G & )- & & & $ - # > $ 7 # # # 01 #3 0 A 2 8 <NU - #3 * & & $, - & 3 #?-. $! $ B ( R 6 - " -, 3., -- $ 3.# & & N # -- & &, & 5- $! &. 3., - $! $, # 9 &! -! # &. 7 8$ 9 3 #! - 5 & 3., - * && $ , $ ; &$ & 6 R -! 3., & ) 9 &. 7, 3., 8 & 01T - #? # N J J B 5,!& - & - -! & & - & & ; C $ 3 # - 3 $ &. ) 3 # ? & -,V ; &$ & - ) & & & # & $ K ` G 2 & >/ c /$ # G E # F T -# E& D T F 5, G H / G. -GIIJJ00- J, I 10 I I I J I) I)- 1! <NU 01T D -! / 8#!,? < N ) 2 #

77 /% (, - 3 # # ( ) - $ & " 3 & 6 &, 3 &. &?- & - B 5 & - 9, - #$, & & ) $? #B,?- - &. ## B 5 #!& &, M N 3 $, & # # & &, # # 3) &!! 6 G &,? - B$ 3,,?( bb$! 6? & R $ - $ - &.B, &.$ - # ) 3,, & ` & -# " -- 3., #., & 3) G ) & [ ( *3 $, 9! 9 & & - N [ $ 9 & - $ -, $ # * 3., $ & & - - & - 9, 3 ## ] &3, 3 -& - $ & & $., $ & 3 ##! -- -., G - 3, M a & -, & ## - M ^, -! & -& ^, -& G [ 3 &. & I & & I M "[, 3.,? 3 -! B M 5 &, & -& G 3. & -.,, 9 & ), &. & -, N &!& 9 & ) - & - # # 9 3 #? && # N 7 # # & & B G! ( 3. $ # - G - 9! 9 - # 9 )- $, -., # 7 8 G «Le «nouvel» individualisme signale moins un repli généralisé sur la vie privée que la montée de la norme d autonomie... L inflation de la vie privée ne doit donc pas être comprise comme un étalage narcissique - c est un épiphénomène -, elle est ce que devient la vie privée quand elle se modèle sur la vie publique : un espace où l on communique pour négocier et aboutir à des compromis au lieu de commander et d obéir... Privatisation de la vie publique et publicisation de la vie privée sont le double processus que ces changements recouvrent» 139. *6 - G & #!& 9 & - & M -- -& -, & -& - $, # A, 2 9 / - 4 +! & + )!HH) D H. H)+ H + : + # D0

78 & - 5- & & # & & 3., 5 # # -, &I - M 5 # 3., -! 6!C M # 6 $ 3 - $ -. 9 # 3-9 G &3 # 7 8? 0B 3) # 6 3., - $ 3 - $ & # & 9 - # - G &3 # 7 &&. 8? B 3 # $ - &6 & 3., -!, - $ # $ & & & & & - 3)- - &!! & ? & 0B$ & - & & & -- &.? 7-8$ & B 0!, 5 %$ # 8 $ $ «Sur le penchant de quelque agréable colline, J aurais une petite maison rustique, Une maison blanche avec des contrevents verts» Jean-Jacques Rousseau, L Émile. <J= #! " %$ # ) 2 $ " -! 3. & &,(& 6! (& $ <J= 020 D -! / 8#!,? U * & /, $ & - 3 & 7. 8 #

79 /% (, - 3. &!, N & 9 #, $ 3 $ 9,(& &!! - 3 ( #! 53 # - 3 # $ 3 #, 3 G - 3 # $ 3 && 6 3! & 3., $! ( # a - & M -, 3, $ &3 &. & 3 # &., " &! & & # & &! [ # & & & 3 -? & - - &.$, & - - G & #B &. &. 3. $ ? # & & 3 # # B$ 3 - & 3 # # 3 a & - $ &3 & & &,! G 3 9 & -, & - 3 &. & $ : 8 " - & )- ) &. G 3 - $!!& 9 &. & :! # ] 3 - $ $ & ( 3 $ -,!! & 3. # - $ 9 3 &. & $ $ & 3., $ 7 &. - 8 N &. &. 9 & 3. & - $ ) & G - #?& -. G 3! B - & &!?& # &. G & $ & & 6-7 & 8B 5 ) - & - 9 )! & G g - - & 7,! $, & 8 $ g - $ - & $ & - & 7 #! 021 #! 8 - $ & $ -, & & G - & & & -,(! # $ & - - 3!!& ; &$ &! - $ 7 - & # & - # -. - ;? ] & 7 # 8bB$ )- & 9 - & - -! C G «Nos paysages familiers sont peuplés de souvenirs : ce sont de modestes bâtiments qui nous les racontent, que nous remarquons à peine à force de les connaître : chapelles, moulins, granges, lavoirs, fontaines, calvaires, maisons 02 /, $ + & 7-8 des* & temps jadis... Et puis un jour la ruine les menace, et nous réalisons qu ils pourraient nous manquer; qu alors c est encore un peu de beauté qui s efface à 021 K $ $ $ & 7-8 # D1

80 nos yeux et d histoire à nos mémoires» 144. & , M # - $ ; &$ 3& 3 & - 3& 3 - -! $ &3 9 - # $ - & - &. & ( 3. $ & #! & # -$ #! & & - - $ 3N< $ T A -, -- 9 # G 02 #, #! C!! $, 3 & 9 3&&?& & $, $bb 3 --, - -?. $ $bb$ & &! $ $ & - & & 6! & &&6 5 3 (9 - & - #$, & &!$ # & 6 - # U - 3. $ # & #! & - &&- 5,! &. &. & & & G &3 - - & # - )$ &, - 3 & 3 -,V #? B - & 6 - & $ - - &. #! -! $! Q -, & 5 -! & - 3&& &. -! - - -!! $ &, & & - - #. ( " # #, - & -! G $ 3-- & 9 N, # <&. :$ 3! 3# & -, $ 3!! &! - 3& & # $ - & # & &. ) G 7 + :% 02 $ $ - 7 ) - # # # 02D ) $ D D2-1 ) )( 3 + )!HHIII D ) HD H. )+) 5 S = ; C # 3 & N 5. G 0OTO - 0 T. ) ) 0$ -. ) ) 0$ - #

81 /% (, - 5 & & 3 ) M N 3 - & 6-6 ) # G 3 - $ 3 &, 3., & B ] 3 - $ & 9 #. M 3.? ! YYZ 6& B! & & > $ 7 8 " 3? -! $ -- & - B, &, & & # 3, - 2 $) 3, %$ # $ - 6 & & 3 - && - - 3, 7 - # 8?- - # ; > B G & -! - - -! $ - - && &- $ - " &. -, & & & & 3-9 & 3- [ 3 & 7 ` # & & ] $. )! # - & 8., 5 ) # &, & &! -!! $ $, -? 3 -. $bb & - 6 = &:$ # 02T # ; C $ &. &. 9 & 3 # $, 7 &. &. # 8 - # # & $ - $ - 6 ) # & 9 3., $ 3 " & W 9 3 &? # 3 B$ 7 6& $ & & & & - # $ - $ - & U, & & " $ -, 6 - & - ( # - 6 3&.& 7 &. 8 - &!C $ - - 3!! - & & 9, & &!!! - &. # # &. &, MB &. # G A P 5 )- 39 &. &. 3 ( # # / & $ &3 # 3 3 #., " - 02T 9 > # C 7 C 8 0OT G 5 S $ = ; C # 3 & N 5. G 0OTO - 0 # D

82 & C P * & )- $, 3 & - & 3 C?&3 &. bb 3 - &C - C G & -! - $. ) # - # #! & & * &, &. $ -# 6 - # V& 9 7 # E 02O - # # 8 7 # % % $ 7 # $ < 7 ( & & ( 8$ ) &! $!., - - & 9 & & - 3) # & &. - - ) # & - & - 3!., $ & & - & ) $ & - & & & )?&!. ) 7 &. :! & -. )$ 0,! & : 3 && -# &. 8 B & 3 #b <?< 4, 3 ( 3., & - & & - ] 7 #6 8 & - &! I ), -? $ - B *3 $ & & &! -., & & )?&, B ) 7 -, 8 G, $ - $b! $ ; 2 0 $ # 3, 02O 0. ) ) 0$ -. ) )$ - T <?< D -! / 8#!,? # < U #

83 /% (, - " - ## ) 3, G #,! 3., - &, ! 9, & - & $ 3, & , * -- $ &! & * $ & & - - 3) ^ / $ 7 # 0 #! # 8!! $! - $ - 3? # B.. $ & R - $b, -, - & [ <, 3 -& & - & #! % # E )! 6! F E # , # -.,? 3) - (, & B -!, ] 3# -! # $ - -! 53 - &! &. 8 # & & & 6 6 & - $ 6 - &. $ 7 Q & ,( 8 7,( 8$ & - - & & $ & & 3., - $ ^ 0 2 / $ 3,(?- -- ) 7!! 8B & &!& 3, $ - 3. # - <??. 0 - ) - &.!! & - - & G &, 3 # # -, # * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + - T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + - <?? -! / 8#!,? # DD

84 G 7-8! $ &!! & 9 - 5! : - G, $ 3, $b 3 - -,!C [ 9 &!., - &-& & &.W * $ " ) # -& ( G, - - #. $ -, Q -! $ &. # $,,&? [ 9 & # & -!B$ & G # & & -!! 3) - - & & 3 ( 6 & ( G #! G - & G &3, 3 9 & $ 7., ( 8-3 ( --, -& 7 &.: 8 3 -& & &! 53-7 &, 8 3 : -! &., $ & 3 # 3., 0 D - G 7 X! # :%! F # A B 9 $ &,( &3 - ( <?Z B 0 D -! / 8#!,? * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 DT #

85 /% (, -, & ( & & ( - - /!!., & ( - # $ &3 & - &, G - & ( & R 3! 3-3 -! 53 & $ & & ), &&! I! #, ( - $ &, R & # R & 7 # # 8?C! - 7 8B - - # ) G - & -. # b 5-3 # $ -, $ & # # - & $ - &., # $ -! & - #! 53-6 # 3., - G & & & 9! &. #! - -! & G &!, - 3 & , -- W & & - )! & $ 6 6 ) 6 $ - & $ ( &! $ - - &! - -, &? 7-8B$ - ( - -, " & &! - G! &! - & #$ 3, & 3 & & & -!! $ - $ 7 # 6 # 0 2 # O 3 % L * $ # 8., - $ &. & !! N! &. & - 3! & &? B$ 3 # -, 3 7-8?>B : $ ) $ * & & $ - & - 3! & G & & & 7 8$ - - & 7 # 9 <?Z 0 O -! / 8#!,? # J? U K%$ & )G & 9. - # ` % < $ & &, YYZ 6& G 0OO - 01T # DO

86 . 9 & ) S, - * # $ & &, -! , - $ &3 9 - \, - & - $ < & & 3( #$ - - & 3 3 & - 3 $ &3 &. 3-- & #?, & $, # -, #B # -., *3 $ 5 $ - & 5 Q #$ & -& )- & &. G «toutes (leurs) enquêtes traduisent un vrai retour à la ruralité, pour des sites qui sont implantés à une trentaine de kilomètres des grandes villes. Pas seulement pour des raisons de coût du foncier, mais de plus en plus par refus de l urbanité, de sa pollution, de son insécurité. On essaie aussi de se refaire des racines, de s assimiler à une vie de village ou de petites villes». Ainsi «Maison Confort ( ) qui vend plus de unités par an, observe que 64 % de ses constructions sont situées dans des communes de habitants» 160.! & 6 7 # 8$ - 9!! &. - 6 & G & - - 0OTT G * $ # [ R ), G 3 #, U 5 # - - ; &$ & # 5.V 5. 5! & 9 #$ & $ & -,V 7 & $ & 3 &. &!., # & ) G &3 6 $ & - & -! $ - - & $ - * # $ &3 & &. )- - 3 #! &. & &! 9 6 G «Les fréquents refus, les extrêmes difficultés ou délais nécessaires pour obtenir B : + 8 R /- / S + ( T + " #" "##$ E F E - ( "& #; "##$F - : -! G=! + )!HHIII + D H) H : H"###;""" + T #

87 /% (, - un permis dans le cadre de projets contribuent à écarter du marché des produits originaux et personnels. Projets d avant-garde, bricolages artistiques ou technologiques sont souvent découragés, car les complications dans l obtention du permis risquent de remettre en cause les budgets des maîtres d ouvrage candidats à l innovation ou la personnalisation. Les citations pastiches régionalistes ou enduits passe-partout s imposent dans un consensus mou» & 6 # 3 3, 3 - " - # 37 # 0 2 # 3 # 8 0 $ $-, $ > $ 8 $- - & 7 9! C 8 & - & #, 3 N ; 6 & & - 9 & ) # &., ]. ) 7 8 G 7! A ]! - - # # #! ) 8 5 $ " J > $! &. & & & & # 8 & 6 & - & - &. 3), & # &! & 3 # $ 9 $ 3 # G &3 & 3 5- $ 6 - -,, - G 7 8 & 9 ; & N & 9 * ($ - - N, $ 7 - C 8., # # ) & & # U $ &, ) 7 # ) 8,, # & - # -& & & & 3) - 5.V 5. 5 $ # /.R &. # & - 5R 3 : #, - & * R $ -- &.! ) A 7A N / / D + ( K! "## ) $& " "<\/"+ \<fc$ < $ # /- & 3 &. & - ` > G 0OO1 # +"SN f$ 3., & 9 & -# G 7 ; & -# 8$ / 0D 0T &. & ) $ &. )$ ) 0$ - \ # - 0OT # T0

88 7 8$ & (! - & : 7 8! -. #6 M a $!! $! - # 7 & 8?, B$ 6 & 7 & 8 & & - &. - C? - & B! & 9-9 # - 6 & & 7 & 8 $ - ) - &. &. %$, 2 4 $ # 3? G 0 B 0 - &! 6 - #. G & & $ & ) - - W 9 & 7 & 8 " 9 # & &! $ - $, 3 - # ], &, $ - & $ & & & - - $ 3)- - - &. 3-6 &. & ) ; $ # -. & / # ) $ 5 &. &. 9 $, YYZ 6& $! - & T #

89 /% (, -! - & 3 -? & &!B G &3 & -, # $ -- & $ & & - $ -! 9 $ 6 & 5, 5, & 9 3 & $ &. ( # 3 $! 9 - & & 6 3! 3! 3 $ - $ & & & - & 9 # $ 9 7 # 8 G Proposition 70 : «L emploi des critères du passé, sous prétexte d esthétique, dans les constructions neuves érigées dans les zones historiques a des conséquences néfastes. ( ) Jamais un retour en arrière n a été constaté, jamais l homme n est revenu sur ses pas. ( ) Copier servilement le passé, c est se condamner au mensonge, c est ériger le «faux» en principe, puisque les conditions anciennes du travail ne sauraient être reconstituées et que l application de la technique moderne à un idéal périmé n aboutit jamais qu à un simulacre dénué de toute vie» 167. ), -$ $ ) # 3., & &!, $ & 3 & ( 3. $ - &. &. 9 7., 8$ &3, &.&, &. & & - 6 $,, # - & &. & - 3 # 3.,, $! & & & # & 8? & bb - # 5!!& - # V&$ # $ # - - M & & -, & - -! G 3 $ * - 0OD $, $ & $ -!& 9 & $ &. & " # - & 7! R ,, - 7, 8 3., $ ; & - 5, 3! - & - & & - #, G & I & `., M <3 ( G, #! - $ & & - ] & ) & -! 3 ( ,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) # T1

90 0 (, & -&!! & $ & $ # - # -- G & )- & 7,,!! & 8 & & - & &! 6, $ & 3 -& 3., A #! 3 L E G! #! # 0 T 8 N & - &, G g & & 3 --,(&! 53 3)- &! ( G., - & & 3., & X ; 6 3., g & & & 53 & - 3., 9 3 -& ; &, # ) 6 G & 3., & - 3 3)& - 3-3! &. -!! & 9 N # & ## 3)- * & & $ -- 3 # - - &! G &3 7 & 3 8?&!! & B $ - ^ / $ #! #! 3., - - & -!& -!! $ - $ 7 # ; E F 0 O # 8-9., M < & 6 - & $ - # $ 6 --!! $ - && G «Ici, nous ne sommes plus du tout dans le domaine de l espace, mais dans celui des transferts magiques : de l avoir et de l être, il y a une circulation entre deux réalités qui s influent l une l autre : l être chez-soi et l avoir. ( ) En somme, tout se passe comme si le propriétaire d une maison réalisait ce miracle : utiliser à la 0 T K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 T2 #

91 /% (, - fois une valeur d usage et une valeur d échange» 170. N && & - & # 3 -&?0B$ 3-- # & 3 -&? B 3. # & $ & ?1B!, # $ -&$ &3.,, - 53 & 3., &! ) G - ( - $ # - 6&$ & =3 && & - I - -? B$ - #?>B! - 7 # 8?5B : $ $ 7 # 8 3.,, #! & # 3 & - G #$ &3!! $ 6 # 3,, - $! ] &3 & &. 9 3 & -,!$ & # 0D0 /, $ 7 & # -! # $ & -, & $ 9 - )$ & 9 - &!! & * & & $ 3 # -? & - # & &!B 3!! 3 -& # -& $ $ & & -&?, $ # #$bb$ - -? -& & & G $ & $ &., $bb -&? 3 $ 3 $ ( B ; > + # 3 - & & & -& & [ & - # 3 && - 0D & # # - # , - 7! & 3 8 ", $ $ # 9 5, & ) & - 6#! - - M < -- -6& &$ 170 0D0 0D N L B 8 / */ A 42=8 A AN 2 42=8 A0 ) /, $ & - 3 & 7 # 8 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # && 3 &. & 0OO 0OO $ - 02 # T

92 6 ) 3 & & & -, &. - ^ / $!! $ 7! # # + 3 # # 8 -& - - $ &3 & - ) - $ 9 5.V $, &.$ -, & - # # G &3-7 8$ &3 3 -& - 3 $ - - $ & 3 & 3 - # 7 &. 8 $ - $ - ) G!.,! [ ) 8$ 7 3 & 8$ & 9 - $ 3 -& & -! 3 -& - - $ #.,, ] -& $ # 0D1 8 ; -, & &- - G! $ 3-- & -! i 3 $ - - ( - &3 3 : - 6 & - - -?& & ` - B. & & & - & 3!! $ - # 3, - G <UJ &- -, 6 & - ] & <3 #! & $ ( - 3., G &3!!! & # a - - $ 9: &$ -! &! #? B / 2 )$ % # - 3 0D1 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-2 <UJ T -! / 8#!,? # Z %! E H,H+ B 8 C <>?Z #

93 /% (, - 53 & & & - G -& 7! &. 8$ 3)- ^ / 3)&6 3,( &. # & 5 0D - 7 # 3 -& 8 - ^! : 3 - ] * -! && $, W ), & 3&! * -,( # #., 5 &, -! $ & & 3 9 ( - 5 # - - &. 9 3., #, &. & 3, G & & & & 3 -& - 3. $ & - 5 # 3 -&?&!! B, 3 - &.: &. & 0DD 7, &. & W 8 $ & -- & & - 5 & -!! - R 9, 3 7 &. &,( 8 *6 $ # - M N & - 3 -! & &!! $ 3 -& - & &? B & ## - - ) $ - 0D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - D 0DD -! / 8#!,? # & - # - & 3,V 3 & - #$ - $ & 3 9 & & $!, & # TD

94 - 6 3 & 3 # $ $ & 9 3., & &!$ ( 3. & & - 3 # &3 3, & & & - 6&! G & $ &., $ $ &b &3 & 3-- # 3 -& & G - - ] &. 7!! 8b $ ^ / - - $ 3-- # -- & ) & 3 -& 7 & - 8$ & & 3-- & - 7 # % ) ##!!! 0DT! # * $ 8 N & ] 3 -&? & 3 # B 9 3- )$ -6 ; $- 7X : & $ - # 8$ 7 (. 8$ 7 &.,! 8b - $ 3)- - 3& ( 3 -& ( - 3! G & 3 -& $ & && -, & - 9 $ &., $ 9! &?& - &.,! -- 9! B & & (! & -- ) &. ^ / & 9!!! & 7 &. 8 7!! 8 G &, &. 3 & 3 -& $ 7 # 9 * $, ) *! $ )! ) # # 6 * $ G #! 0DO * $ 8 7 &. 8 # -& & &! G &3 & 3 - $ & 3 - ] 7!! # 3 -& # - - ) & - $ - $ # ",!! 3 & - $ - $b -- - ^ / $ - - # & - & # $ - 9 3# a & 6-6 #$ & ) ) 0DT * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - T2 0DO TT * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ #

95 /% (, - &.$ &. -,, &. ) # & G 3 3 &. # # 3) - -! # & ( ), 2 % & 3 N 3 G ( -& & & 3,( 3 & & - 3 (,!! 3 # ^.,! - G & #, 8 - &. --! 3,( &, * - $ ( ) 7 & 8? - $ - ( $ 7 8, - ) & - 3 & & ^ B$ -. 6 $ 7 #!! # # 8 ( & -, 9 & -&, -- 3!! - ^ $ - b «Le jardin témoigne de ce désir de conformisme. Si les tulipes jonchent les gazons des voisins, elles pousseront dès l année suivante sur la pelouse du dernier arrivé. Si les allées des autres sont dallées, la sienne le sera également. Ce besoin d harmonisation ne disparaît pas avec les années, au contraire. Les anciens propriétaires s adaptent automatiquement aux dernières lubies des voisins. C est ainsi que toute la rue se retrouve le dimanche à tailler ses thuyas en rectangle, se repassant cordialement le sécateur» 180. ; 5-7 & & 8 M 3 -- &. -,, - R U 9 3 & $ &., & 3., - -6 & 6!! && G & - 3 #!! $ &3 3 & - ) - ) & & & U #, 9 3&& a # $ - - &,, 3 & -., 7 : - 8 G 53 3 & & -, &, #., & -, &. )$ # - " -- W 9 5.V 5. : & & &! #!& -!!! 5. $! - 7, ( 8,,& &.W 7 - # ) ! & - -. & 9 &? B - &. & ( ) / 94- ( & U E F E - ( #; # "##$F - : -! G=! + )!HHIII +- ) D HV- H # #&H # #& ;#&$"; # TO

96 # &.W, G &3 U $ 9 - $?-, 3 ( 39 > # > B - ) 7-8 & < 3!! 9 5.V $ &3 9 G ).,?5.V! - & 7 )- 8B!., & & &.! &$ 5.V & #!& <Z< X (, - %$ # &&. & & 9 3 #! $ -, 9! # & R?<& 0B ?<& B 0!, )- 9 «Le premier qui, ayant enclos un terrain, s avisa de dire : ceci est à moi, et trouva assez de gens simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d horreur n eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé eut crié à ses semblables : Gardez-vous d écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n est à personne» 182. Jean-Jacques Rousseau. «Enfin j ai ma maison, J ai mon jardin, mon chat, mon chien Et ma barrière. Je suis d venu propriétaire» Les Compagnons de la Chanson, «Enfin j ai ma maison» - & & R - 3&.&, - M - & & R - 3)- - - & G - & & 3 3 & 3! - -& $ - ( -! $ - $b& ( - & G ( - ( - # $ - 3 <Z< / 8#!,? # =BB 2= O O J- N D 9 ( ( ) + )+ )+ / +! $ ) #; O # J-

97 /% (, - «Si celui qui regarde n est jamais «discret», c est que, dans une vision astreinte à la règle de la perspective, il est toujours voyeur. ( ) La perspective, si elle chose scabreuse, comme on le lit dans Filarète, ce n est pas seulement qu elle soit, au regard de l intellect, et comme peut l être une surface, pleine d aspérités : c est d abord, qu elle en appelle, dans le sujet, à la pulsion scopique, et qu elle prétend le réduire à la fonction et au statut de témoin, sinon encore une fois de voyeur.» ( ) $ - $ 3! $ 6 $ - 3., &,?& - 3 -& B & # # & R - - # - 3, N # & R 3 3., -? 3 & # B?0B 3? & 3, - B? B! / 9, $ % " - -!& 9 & R G! - - $ 3 - $ $ # ) &. -$ & & R 6 G, $,, $. $ - *3 &R $ & R - &,?9 6 / B? B N $ 6 & R & 3., - 6!, &&- 3?! B 3? 3 B &., - &!& - # 3 & - -?>B 9, 4 # & R - 3 -& - 3 -& -, & & &! < - & &! G &3 &,!! & & R! G,! $ & R & & 3 & / : # : $ & R! - &. - # & # $ )$ &. # & $ #! & - - # ) $ 3 - # - ^ ## G 7 G Y # ) ) % 8 0T2 & R! & - - $ N287B 4 4-: 9 ) ) / /- (? + ) 2! C ) $$ # O0

98 ( $ G 3 # - 3! 3 # $ &&. G! - & )-?&3 3 & 3! 9, $ &! #)- B 0T * - -& - - &. # $ ^ / # 3 -& & R! - * - $ & R & - - &3 - - & i 3 $ & R #! 3 3-7! 8!?&3 3& - - B # & &! & $ 9 ( I) $ I. 3 3! -? -- & 3 $ ) - B 3! &R? -- & B & R 6 - ( 3 -& -- & ) !!. & R / : > % : 5 - # 3 $ &3 - # a - : : - -. ( G &! -, & 3., - &! & R $ 3 - ( & $ &!& 9 &. $ - # $ &3. - && & 3-- & & & 6 -! & R &&, # ] 3 - $ 0T & - 6 ; 9, < & R, & $ &, - $ $! &! &. -- W & & R 3., - + % Q 0T2 ^ * KK / N"/> /K <5^ S 5. $ K & $ - #$, &$ &. & 6 # 6# G 1 $ 0OOD T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - O 0T O ) $ T #

99 /% (, - 5 $ 3., - & - 3!! # G - )., - & - & R & G - &. 7 8$ - &. - & &! $!., - &. &. & -- 9 #, ", & - ) G 3 9 $ # &, <! 3 - -, 6 $ &3 3 $ $ # $ & 9 3 G! ( $ 7 8$b? 3 # -- B * # & $ ; > +, - & & 3 G 7 6! : 3 O! : 3! + 3 0TD!!# % $ 5 - -& - # 8 G - $ &?&3 9 ( ## # G - 3) MB $ &, & - $ &3., 9 (, 6 & R -,!! - $ : 9 3& - # 6!, $ & - # - & ) - - G - & # &. - 4 <ZZ 7 &. -! &. &, $ -,!! - - # - -?&!! - - & &. B &., - &!!& G # $ & R #, -?. $ & & &. $bb 0TD ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # && 3 &. & 0OO 0OO $ <ZZ ! / 8#!,? # U # O1

100 3 & &. $ 9 -- &.$, ( 39 & :!C &. -- &.$!! - -. & R 3 6, 6 $ -. $ - 9 # # $ & - : - & & R ] & & 6! - )$ - G &3 - - &.! $. : 9 & $ - # -, $., &! 3 # & R.,?, - B$ & - 6 # & R !!% <Z> ( # 9 % < & R 3., - 6 &. ) &.& $ & R - &. & & - -!, &&, # # - # M # 2-3!! ) - -, -! 7! 8$ -- 7 # & 8 53 &.: ) & - & # # & # # - -! - & - ) 5 &.!! < $ < - 9,(&! & G &, $ & 7 8$ & &! & - 6# & &.& &.: -- ) # & b 5 &. # & - 5 & 6 - $ & 3 V# G $ 6 & )? 3 $ C B ; $ && - V# G + 0O., 3V# 3, 9 DD P & 9,(&!$ & 0O 7 & 8 - R & 9 -! # & <Z> O2 -! 8#!,? #? U #

101 /% (, & - 6 ( & , : & ) $ ) & $ 3 & ; & 6 &? & - B 5 # # & - )- & $ 3 - b 5- $ & 3 & $ &! $ ) & ] $ 3 & ( # $ 6 $ - & 3!!& &! & &! <>< 6 0O / K$ d5 <><! e$ & -, G. -GII. - #!! I & -.-1M L & j OO -! / 8#! )!,? # Z, E QQQ # O

102 0 (, " 8 c - M * 0OT 0OO $ 3 & - 3, &. & #, " & W # & &!U 7 & -. 8? MB G, $ # & $ & - - # $ - # $ # # $b " $ $ 3.,, & & > ! G I - - $ I b$ & )! 3., & & & 5! #, $ 3,( 3 ( - - $ & : - )& $ - # -, ) ) 3 - -, b a! & - G! & 9 & -? - R 9 & B M ; & 3, & &. & $ 3 &., $ & M & -, 6 & - )$ - & & 3.,, O #!& 9

103 /% (, -! 2 : % <O 3, $ % $ " -, # ; C.., - $ & & ), - - $, & G # & & W = 39 $ b ) - -! - &. # 7 &! & 0OT 0OO ) - - ( - & 3., 8$b # & - 9! $ & - )$ # 7 ) & 8$ 7 8$ $ & ^ / - & & , 8 ; C 5 )- - A ; C., ( , - T AB ; & - & 3., - M < " J Q - &! &R & ) - &., -- & $!! $ 3., -! 3# $ # 7 &.& 3., 8$ # - $ --, - R - - & $! & &! G «Ce n est plus le détachement d une élite de la communauté urbaine, mais le refus d une co-présence anonyme sans signification relationnelle et sans affirmation singulière. C est la lourdeur d une vie collective en son entier que l on rejette cette fois. Un retrait, non plus pour le palais mais toute une couche importante de la population urbaine. La démocratie en l occurrence, ce n est donc pas la vie communautaire ainsi que nous le fait rêver le socialisme mais l extension du modèle individuel ou de ce qui est considéré comme tel, des classes possédantes. Au plan de la vie quotidienne du moins, l égalité jusqu à nos jours n a que l allure d une banalisation spectaculaire» , & 3-3., - - W ).,! - 3., & ) [ & - 9 & - & ) 9 &.6! - # # 3., -, & U - & && $ - 7, 8 G ) $ )$b &-, & -? & - ) & -- B 192 B0 0BW5 B> / ( > ) ) /?,! C ( ) LA72W 8 9+ )! * ( / - J- 1 ) 3 ; "##& # OD

104 ( 5 & ; C ( 3 # & M &. &, # & # G!!!?&! - $ 3 # - B 3! > &, -, $ # 3 &, & - «Une tendance plus ou moins forte chez les uns et les autres, mais clairement dessinée, du dépassement de l intimité «avant tout», du moi «forcené». La notion de bulle d intimité a évolué. Elle est à la fois moins cantonnée à des pièces particulières et davantage en capillarité avec l extérieur. C est une bulle «poreuse»» 193. «Nous passons d une notion d intimité totale et excluante à une notion d intimité suffisante et connectée. ( )Ils ne veulent pas être totalement coupés des autres, sans pour autant être en exhibition permanente. C est un jeu du moi/nous. ( )La bulle d intimité est poreuse vis-à-vis de l extérieur. Ce type de relation idéale passe par une fonction très importante, la fonction SAS qui permet une transition entre l intérieur et l extérieur, entre l intimité et la convivialité» 194. * & & $ 3., - $ 9 - # $ & # - 3 $ 3 # - & 9 7 & 8 & - - $,!$ & $ &. b $ & )., $ 9 & & R $ -, $ $ - # & 5 3., - )&!$ 9 3 # # 9 0O 5.V 5. $ & # 7 - &, 8 " &. - &. 3., 6 P - - & - & 3 & YYZ, YYZ 6& 3 G $ &. 9 X - & & - 3 & G 3 & - M #!! & & 5! 7! & 8, & - 193,8 8 * 92 ( J- ) 0 ) 8 * & $ / - ) " 194 0O,8 7: ) "$ 5 &. - -$ # & - -! & G $ - 6& $ $b &! ) OT #

105 /% (, , - <- 3, *3 - $, & - ] 3 - $! & R $,V # & 3 (,, 6 -,, 6 - G! 7 8 & 3 -&?#!& $ ) [ - 9 # - B 53, 6 & 3-3., - G && -! )! &. # 9! - 6 / 9 3 &! $ & & #!! - 53 # & - & $ 9 -!., $ )& 3! $! &! 3., : & # - - G - &!, # & &!$ & 3 &- - - & 3! # 3 -& $,! # OO

106 0 #

107 /, % : - /, % : - & & - & - $! - $, I &. & # - - & - 3,( - & $ &. $ , - & 53!, -!& 3., G 3 # 6 -! &3 & 3 -& G 3., 3.,!!! 3., 3 -! 3., -,!!& $ &-& 3 # -! 3., $ && # 3. & & - & -, & -&.,, 53 $ ( & $ 3! & - -. ^ K 7 9 [ & & $ & & 3., && 9 & # ; & 5 # - - $ :--$ - & $ 5 # &. &., & # 3 5 #! - & - $ ( $! 5 # $, -& & $ &. &.,, $ # $ 3 &. 9 # 0 0

108 & & -- $ $ - & & & - # &. $ & 3., -. 6 ( & N # & $! M 0 #

109 ; - % ; - - : ARASSE, Daniel. On n y voit rien. Descriptions Editeur Denoel, Collection Médiation. Paris : pages. AUGÉ, Marc. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité Seuil, collection La librairie du XX siècle. Paris : pages. BACHELARD, Gaston. La poétique de l espace - Presses Universitaires de France. Paris : pages. BOUTET, Didier. Pour un urbanisme rural L Harmattan. Paris : pages. CAMPREDON, Jean-Pierre, Eric MARTIN et Daniel CROCI, Regards sur une architecture environnementale Edisud, Les Cahiers de Cantercel, n 1. France : pages. CHOAY, Françoise. L urbanisme : utopies et réalités. Une anthologie Seuil, collection Point Essai. Paris : pages. DAMISCH Hubert. L origine de la perspective. Edition revue et commentée Flammarion, collection Champs Art. Paris : pages. # 0 1

110 DEZES, Marie-Geneviève, Nicole HAUMONT, Henri RAYMOND et Antoine HAUMONT. L habitat pavillonnaire - L Harmattan, collection Habitat et Société. Paris : pages. DEZES, Marie-Geneviève. La politique pavillonnaire L Harmattan, collection Habitat et Société. Paris : pages. EHRENBERG, Alain. L individu incertain Editions Hachette. Paris : pages. HAMBURGER, B. L architecture de la maison Mardaga Editeur. Liège : HEIDEGGER, Martin. Être et temps Gallimard, Bibliothèque de Philosophie. Paris : pages. LACAZE Jean-Paul. Les Français et leur logement. Éléments de socio-économie de l habitat Presses de l Ecole Nationale des Ponts et Chaussées. Paris : LAHOUGUE, Jean. Lettre au maire de mon village Editions Champs Vallon, collection L Esprit libre. Seyssel : pages. LAMIZET, Bernard. Les lieux de la communication Madarga Editeur. Liège : LAMIZET, Bernard. Politique et identité Presses Universitaires de Lyon. Lyon : pages. LE CORBUSIER. La Charte d Athènes, suivi de Entretien avec les étudiants des écoles d Architecture Edition Seuil, collection Point. Paris : pages. MANGIN, David. La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine Edition de La Vilette. Paris : pages. NORBERG-SCHULZ, Christian. Genius Loci. Paysage, ambiance, architecture - Pierre Mardaga Editeur (3 édition). Liège : pages. OSTROWETSKY, Sylvia et J-S. BORDEUIL. Le néo-style régional. Reproduction d une architecture pavillonnaire Bordas. Paris : PAQUOT, Thierry. Homo Urbanus Edition du Félin. Paris : pages. PINSON, Daniel et Sandra THOMANN. La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse L Harmattan, Collection Ville et Entreprise. Paris : pages. WEBBER, Melvin M. L urbain sans lieu ni bornes - Edition de l Aube, collection Monde en Cours. France : WEBER, Eugen. La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale ( ) Fayard. Paris : pages. : & < BRAYER, Marie-Ange. La maison : un modèle en quête de fondation [en ligne]. 28 pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : CICCO, Anne. Mimétisme pavillonnaire. L Humanité, 5 août 1994[en ligne] [consulté le 0 2 #

111 ; - % ] Consultable sur internet : <URL : GAUDIN, Henri. Entretien. La ville dans la maison. Projet, 1995, n 243, p GODARD, Francis. La ville en question. Regard sur l Actualité, La Documentation Française, 2000, n 260. LA SOUDIÉRE (DE), Martin. De l esprit de clocher à l esprit de terroir. Ruralia. [en ligne]. 10 pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LELOGEAIS, Elisabeth. Maisons comme vous avez changé! Les Echos, [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LEVY, Jacques. Les campagnes, figures de l urbain. Pouvoirs Locaux, 2001, n 48, p MARMOZ, Robert. Le bonheur est à 32 km. Le Nouvel Observateur, 2004, 9 décembre, p.28. PAQUOT, Thierry. Ouverture sur la civilisation urbaine. Projet, 1995, n 243, p PERRIER-CORNET, Philippe. Quelles perspectives pour les campagnes française? Projet, 2003, n 274, p SCHERRER, Frank et Emmanuelle BONERANDI. Entre ville et campagne : un nouvel espace de vie, Sciences Humaines, Hors-série, 2005, n 50, p Le Grand Larousse Illustré, 3 volumes Larousse. Paris : éditions Larousse, Le Petit Robert, version interactive du portail étudiant de l Université Lyon 2. Encyclopédie Générale Hachette, Dictionnaire. 4 volumes. Paris : T - % 0 < # 0

112 " Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Maison aujourd hui, la maison à euros. Mode d emploi. [en ligne] pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction. 35 conseils pour réussir un lotissement. Janvier pages. Arc-en-rêve. Dossier de presse pour l exposition Voisins, voisines, nouvelles formes d habitat individuel en France. Avril pages. FOURCAUT Annie, cours à l ENS-LSH des 16 et 23 novembre Le logement social en France de 1830 à la fin des années 1960 [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : Fondation BMW, Ministère de l Aménagement du Territoire, de l Equipement et des Transports et Ministère de la Culture. Programme du concours d architecture , La maison individuelle. 49 pages. FRONT-RÉAULX (DE), Dominique, Réalités et mythes de la cabane dans l histoire de l architecture de 1750 à 1930, extraits d une conférence à l Institut Français d Architecture, 13 mars [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LAURENTIN, Emmanuel et V. LAMENDOU. La folie pavillonnaire : France Culture, La Fabrique de l Histoire, reportage radiophonique diffusé le Consultable sur internet : <URL : Rencontre au couvent de la Tourette, Centre Thomas More. Regard, Espace, 0 #

113 ; - % Architecture. 15 et 16 mars Notes de Rose Mégard. SARL ABCIE, BOU Laurent, Lotissement Le Clos des Narcisses : note de présentation. Commune de Châtillon-sur-Chalaronne, mai WOZNIAK, Marie. L habitat des citadins à la campagne : modèle architecturaux et identité territoriale. Intervention au colloque «Faire campagne», Rennes : 17 et 18 mars 2005[en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : # 0 D

114 0 T #

115 < < <!, "%$ < 2 = > 8 % 3 # 0 O

116 00 #

117 < # 000

118 00 #

119 < # 001

120 002 #

121 < # 00

122 00 #

123 < # 00D

124 00T #

125 < # 00O

126 < 2 ; % 8 6( A 3 0 #

127 < < 6,? $ 2 /? 3 # 0 0

128 0 #

129 < < B, / 2 - : C : % 3 " - # 0 1

130 %$ 0 2 #

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

Exceptionnellement et pour longtemps

Exceptionnellement et pour longtemps Grand Genève Exceptionnellement et pour longtemps L ŒUVRE IMMOBILIÈRE L ŒUVRE IMMOBILIÈRE CONCEVOIR & CONSTRUIRE Animés par un idéal de bien-être et de créativité, nous concevons notre métier comme une

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES.

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES. 0 80 800 01 11 1 06 06 9 95 5 Appel Ap el gra grat gratuit it à ppartir tir d dd un u poste post fixe du d lundi lund au samedi samedi sans sa s interruption inte uption uptio de 9 h à 21 h. h À BORDEAUX

Plus en détail

COLLECTION ÊTRE COPROPRIÉTAIRE. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier

COLLECTION ÊTRE COPROPRIÉTAIRE. Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier ÊTRE COPROPRIÉTAIRE DROITS, OBLIGATIONS, RAPPORTS AVEC LE SYNDIC Notre métier, c est votre garantie

Plus en détail

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO Présentation œuvre et artiste : Le musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) est un musée d art moderne et contemporain. Comme son frère de New York, bâti sur les plans de Frank Lloyd

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 Communiqué de presse Paris, le 25 mars 2015 L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 SUR L ÎLE-SAINT-DENIS (93), L ARCHE EN L ÎLE INVENTE UN MODÈLE POUR L HABITAT DE DEMAIN EN RUPTURE AVEC

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Habiter les villes I L urbanisation dans le monde A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Taux d urbanisation Taux d urbanisation (projection 2015) Évolution du nombre de villes de plus

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys!

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! À l occasion de la Consultation Publique de l OCPM sur le Développement des terrains du CN. Le mercredi 22 octobre 2009 Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! Qui nous sommes - une coalition de citoyens,

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges Regard sur le béton Maison «Mannaz» à Wasseiges La maison «Mannaz» s implante dans la campagne de la Hesbaye, ouverte sur son paysage et ancrée dans son patrimoine bâti. L architecte Yves Delincé traduit

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT

DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT - empêcher de mal faire, ou obliger à bien faire? - droit de l un / droit des autres: le principe de réciprocité - droit public / droit des tiers - l

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection

Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection mercredi 3 juin 2015 à 19h Serrurier-Bovy Masterworks, d une collection exposition Vendredi 29 mai de 10 à 19 heures Samedi 30 mai de 11 à 19 heures Lundi 1er juin de 10 à 19 heures Mardi 2 juin de 10

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Luigny, 22 Mars 2013 Inauguration du Centre d ARCHIV SYSTEM à Luigny 22 Mars 2013 Page 2 Discours d Alain TAIEB, Président du Groupe Mobilitas

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Dossier de presse Contact Presse & Publicité : Frédérique Meler 06 61 43 30 95 contactpresse@retrouve-moi.fr pub@retrouve-moi.fr Chef de Projet : Joëlle Le Roch 06 62 98 10 12 La Société des Fées - 3 rue

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16 2011 Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives De l atmosphère restituée des anciennes bâtisses à l esprit de modernité des maisons contemporaines, les dallages et margelles PIERRA signent

Plus en détail

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements.

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements. Entre Romans et Valence, la capitale stratégique du Sud Rhône Alpes : la Drôme, vous offre de nombreux attraits culturels, historiques et gastronomiques. Un département aux multiples facettes, composées

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion.

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion. Sommaire 3 Historique 4 L identité Ludi Le jeu de la Belote est apparu en France dans les années 1920 et a connu un grand succès. Longtemps considérée comme le «jeu de cartes du peuple», la belote a conquis

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr Accès en voiture : Par l autoroute A620 / E72 / E9 : Sortie 31B (Les Minimes) A 10 minutes du Capitole EN TRANSPORTS EN COMMUN : Métro : station Barrière de Paris, ligne B Bus : arrêt Amat Massot, bus

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

Le Domaine du Lac LÉGUEVIN > RUE DU SARRAT

Le Domaine du Lac LÉGUEVIN > RUE DU SARRAT Le Domaine Résidence du Lac LÉGUEVIN > RUE DU SARRAT léguevin, un trait d union entre ville et nature Le lac de la Mouline Léguevin, la quiétude comme art de vivre Véritable havre de verdure à l Ouest

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté Habitat ancien Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis sur le territoire de Vitré Communauté Conseils 2015 J achète, je rénove, j investis Maison 130 m 2-7 pièces - 4 chambres Année : 1920

Plus en détail

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE!

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE! Petite résidence de 4 étages plus attique, l ensemble architectural est conçu pour préserver les espaces verts existants et créer une ambiance végétale jusqu aux logements situés en rez-de-chaussée. Les

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros 2 950 000 euros Maison La Celle Saint-Cloud (78) Année 2009 Surface 405 m 2 Chambre 5 Salle de bains 3 Garage oui Jardin 2 782 m 2 LA MAISON Terrasse 1967 Piscine oui non Cette maison d architecte a été

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Septembre 2015 NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Les 3 et 4 septembre dernier, le Crédit Mutuel de la Vallée a convié une partie de sa clientèle, officiels et autorités, notamment le

Plus en détail

Des espaces prestigieux pour des instants magiques

Des espaces prestigieux pour des instants magiques Des espaces prestigieux pour des instants magiques Vous recherchez un lieu d exception pour réunir vos collaborateurs ou vos partenaires, les Châteaux de la Drôme vous proposent le dépaysement et la richesse

Plus en détail

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du

devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR fondation pour le rayonnement du devenez mécène Soutenez la Fondation pour le rayonnement du Musée de Montmartre MUSÉE fondation pour le rayonnement du DE MONTMARTRE JARDINS RENOIR Le Musée de Montmartre Le Musée de Montmartre en quelques

Plus en détail

UFR Lettres et Sciences Humaines Accréditation 2015-2020 Filière : Sciences de la Société, mention Information Communication Niveau L3

UFR Lettres et Sciences Humaines Accréditation 2015-2020 Filière : Sciences de la Société, mention Information Communication Niveau L3 Intitulé UE 5.2 : Communication et organisation Ects : 5 Coeff. : Volume horaire : CM : 26 h TD : 10 h Pré-requis : Initiation aux notions sur les fondamentaux de la discipline SIC Le cours propose d apporter

Plus en détail

Championnat du Monde de ricochets fluorescents

Championnat du Monde de ricochets fluorescents Championnat du Monde de ricochets fluorescents DOSSIER DE PRÉSENTATION Le Championnat du Monde de ricochets fluorescents agrandit le paysage urbain à des rituels ancestraux, en transmettant un geste qui

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Les fiches d aménagement rural La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 6 Gerpinnes L hôtel communal

Plus en détail

Approbation du compte-rendu du Conseil Municipal du 11 juin 2013

Approbation du compte-rendu du Conseil Municipal du 11 juin 2013 L an Deux Mil Treize, le cinq novembre, Le Conseil Municipal de la commune de Fresnes-sur-Marne, s est réuni à 20 h 30 en session ordinaire à la Mairie, sous la présidence de Monsieur Jean LEFORT, Maire.

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne le château du grand val accueille séminaires et incentives haut de gamme Le Château du Grand Val, dont les origines remontent au XVème siècle,

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

Photographie. guide de la. Valoriser son hébergement, son site touristique, en images. > Tous les conseils pour réussir une bonne prise de vue

Photographie. guide de la. Valoriser son hébergement, son site touristique, en images. > Tous les conseils pour réussir une bonne prise de vue guide de la Photographie > Tous les conseils pour réussir une bonne prise de vue Valoriser son hébergement, son site touristique, en images Nicolas Bryant Plus qu une image, le reflet de votre personnalité!

Plus en détail

13 rue Foch. www.helenis-must.fr

13 rue Foch. www.helenis-must.fr LE SHOWROOM HELENIS MUST, UNE NOUVELLE ADRESSE POUR CONFECTIONNER SUR-MESURE VOTRE APPARTEMENT... LE SHOWROOM HELENIS MUST, 13 rue Foch Montpellier. EN PARTENARIAT AVEC RBC MOBILIER ET SON DESIGN CENTER,

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Reportage Photos 2013

CAHIER DES CHARGES Reportage Photos 2013 CAHIER DES CHARGES Reportage Photos 2013 Marché à procédure simplifiée soumis aux dispositions du décret n 2006-975 du 1er août 2006, modifié par décret n 2011-2027 du 29 décembre 2011 ÉTABLISSEMENT PUBLIC

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

Schéma Local de Développement touristique de Paimpol-Goëlo

Schéma Local de Développement touristique de Paimpol-Goëlo Schéma Local de Développement touristique de Un SLDT, c est quoi? Document cadre dont l objectif est de formaliser des orientations stratégiques et de mettre en œuvre un programme d actions. Concrètement,

Plus en détail

Bienvenue - Welcome. Parc de Nature et de Loisirs en Berry

Bienvenue - Welcome. Parc de Nature et de Loisirs en Berry Bienvenue - Welcome Parc de Nature et de Loisirs en Berry BROCHURE SÉMINAIRE - Saison 2012 - Madame, Monsieur, Tout d abord, je tiens à vous remercier de l intérêt que vous portez à notre site. Vous avez

Plus en détail

PAVILLON DE L'ARSENAL

PAVILLON DE L'ARSENAL PAVILLON DE L'ARSENAL COMMUNIQUÉ DE PRESSE Exposition créée par le Pavillon de l Arsenal Présentée du 23 novembre 2006 au 7 janvier 2007 Cette consultation, lancée par la SODEARIF et menée en étroite collaboration

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

France Provence, près de St. Rémy-de-Provence

France Provence, près de St. Rémy-de-Provence France Provence, près de St. Rémy-de-Provence Luxueuse maison de maître de style provençal situé proche de St. Rémy et les Bauxde-Provence, 3 min dehors d un des villages les plus charmant de la région.

Plus en détail

Wuhan se rêve en capitale mondiale

Wuhan se rêve en capitale mondiale Wuhan se rêve en capitale mondiale de la voiture LE MONDE ECONOMIE 19.02.2015 à 11h16 Mis à jour le 19.02.2015 à 11h20 Par Philippe Jacqué (/journaliste/philippe-jacque/) Usine Dongfeng-PSA à Wuhan. DARLEY

Plus en détail

Concours «Ecolo-poésie, poètes en herbe au service de l environnement».

Concours «Ecolo-poésie, poètes en herbe au service de l environnement». Concours «Ecolo-poésie, poètes en herbe au service de l environnement». Financée par le Fonds d Innovation Pédagogique de la FIPF, l Association Sénégalaise des Professeurs de Français a organisé le concours

Plus en détail

Editions La Roulotte Théâtrale DOSSIER DE PRESSE. Editions La Roulotte Théâtrale. Elouges Belgique

Editions La Roulotte Théâtrale DOSSIER DE PRESSE. Editions La Roulotte Théâtrale. Elouges Belgique DOSSIER DE PRESSE Elouges Belgique 1 PRÉSENTATION DE L AUTEUR Pierre Bragard, L'éditeur a du talent! En animant les éditions "Audace" et en multipliant les collections, il révèle de nombreux auteurs et

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Un constructeur de proximité. Nos agences près de chez vous. www.constructions-du-belon.com. 7 Rue de la Paix 29 300 QUIMPERLE

Un constructeur de proximité. Nos agences près de chez vous. www.constructions-du-belon.com. 7 Rue de la Paix 29 300 QUIMPERLE Un constructeur de proximité Nos agences près de chez vous 7 Rue de la Paix 29 300 QUIMPERLE ZA de Manébos 56 600 LANESTER 26 Rue du capitaine Jude 56 000 VANNES 46 Rue Barré 56 400 AURAY 02 98 96 07 04

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

Espaces privatisables

Espaces privatisables Espaces privatisables Le musée Pénétrer dans le cristal, entre ciel et jardin, entre Rhône et Saône, c est déjà un intense moment d émotion. Mais lorsque, dans le nuage, le visiteur pénètre dans les salles

Plus en détail