( $) & !, - $ ' !, $ 4 -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "( $) & !, - $ ' !, $ 4 -"

Transcription

1 !

2

3 0 1 D! " # $ % & % D ( $) & O * + # % 0 *, % %$ # $) # 0 * /%!, -!, - 0D 0!, 1 - #, % $ 0 (, O (, $ 2-3 1D 0!, $ 4 -, 1D 0 (, , # $ 7 # /% (, -!, - $ O D 0!, 5 %$ # 8 $ $ D 0 (, 4 T2 (, - %$ O 0!, )- 9 O 0 (, " 8 O

4 /, % : ; - % 0 1 " # $ %& 0 1 & $ ( ) 0 2 * & 0 +, # < 0 0 /-- * &, & O < <!, "%$ < 2 = > 8 % 3 0 O < 2 ; % 8 6( A 3 0 < 6,? $ 2 /? < B, / 2 - : C : % " %$ 0 2 < D, 0$ "% - %#, 01!, (, 2 %E -$ $ , B, 2 / - : & (FFG D, 2 / - : & (FFG G, 2 - : H (FFG 3 I!* 010 J, 2 - : H (FFG 3 I(* 010 K, 2 - : (FFG < G, /, $ /%E /%, -$ $ $

5 /, /%E /% 8 4 ; - ; 01

6

7 A Monsieur Dupont. «Nous parlerons ici ( ) de choses sans importance : D architecture au strict quotidien. Du parpaing comme pierre du pauvre. Du pavillon comme pastiche de maison. Du lotissement comme semblant de village. De la loi du marché comme principe esthétique. De l indifférence comme règle d uniformisation. De l individualisme comme substitut de l identité. De la parcellisation comme succédané de l urbanisme. Du chacun chez soi comme accomplissement communautaire. Du n importe quoi n importe où au plus vite comme illusion de liberté. Et nous nous demanderons : l espace où nous choisissons de vivre se doit-il d être une juxtaposition de propriétés privées que chacun occupe à sa guise, ou une propriété par nature indivise objet d un intérêt commun?» LAHOUGUE Jean, Lettre au maire de mon village. «Enfin j ai ma maison, J ai mon jardin, mon chat, mon chien Et ma barrière. Je l ai enfin, mon coin de terre, Mes quatre pommiers et mon cerisier. Enfin j ai ma maison Mon coin de bleu, mon coin de feu, Mon coin d rivière. Je suis devenu propriétaire, Et je vis à crédit. Y a eu le maçon, et le plombier, l menuisier, Les factures et les murs à refaire, Mais c est déjà oublié, c est classé, c est payé. Faut rêver!» Les Compagnons de la Chanson, «Enfin j ai ma maison». # 0

8 #

9 On a toujours de bonnes raisons de choisir un sujet. La mienne est que je suis issue d une famille où l on parle architecture depuis longtemps, et que j ai grandi dans un village, un lieu auquel je suis attachée. Ce mémoire est parfois volontairement, souvent inconsciemment «engagé». Par ailleurs, il s agit ici d un premier «long» travail en lien avec l urbanisme : il n est pas exempt de «raccourcis» ou de «longueurs». Puissent mes lecteurs être indulgents et assurés du fait que ce ne seront pas là mes dernières et définitives pensées sur l habitat pavillonnaire. # 1

10 2 #

11 Je tiens à remercier particulièrement Bernard Lamizet pour son soutien et sa présence. Je salue aussi tout particulièrement Isabelle, Christophe et Etienne qui m ont encouragé et ont «alimenté» ma réflexion. Merci enfin à Julienne et Olivier, Margaux et Guillaume qui m ont soutenu et accompagné tout au long de cette année. #

12 #

13 ! " # $ % & % - ( 3. &4 --, & # & -- 7, $ & 3 &. &, 5 (, &. : - 7 # 8 & &. - &- 9 3 # $ ; &$ 3 7 8, & : - 9! - & - &!! $ 2$ 5. < & $ = > $ & && $ & & & # -, 9 & # !! & - & - * ) 6 - $ 9 $ # - & 3&. $ 0 - &! - &! & 9 A$ &B 5 - $ & - & $ &, 3 ; C # D

14 & & 5! 3&& - #, 9 - -? & &, 3 - & - 3#!& # B & # 9 3,!! $ 3 # # $ G, & 0 M & - $ - &, 5 #,!! # 6 5! & 9 & N ", O &, 2$ &! ) 7 3, # 8 &! # 6 - & P * & & - - 7,. 9 1 Q 8$ - G 7! " #! $! - -, - R - $. ) ( 7!, 6 8 &. - & - G - & U!, # $ # - - $ - & 1 5.V 5. & 3? 0B., $ & & W && # -. & K # -. $ 7 &. 8 &! & 5. X 6 &? &.V YZ 6& B$ > *,!U - # - - & < ( 3. $ 5.V 5.! & G & -, &! 6 - $, 3 &&6 ( V ) 8?!$ 5.V 9 6 B 5.V 5.! - & - $!! & #, $ & & U!& 3 - # 5-5.V 5. $ ) - 3, & & 3 = - &. - - & 6 # $ 5.V 3 3! ) 3., - 3 & - 6 ( =3., & &, & $ &. & # $ ( 3. $ # F 0 -# E& 0 0 F E 5,. -GIIJJJ&. & #! I KI-!I1 L L - L&. L L0 L L LL L-! 1 T / "S$ /,,. 9 1 Q N ", $ 2$ O &, $ - T ) ) # G H / G

15 , :! $ # 3 &. 9 3, #! 3# ( # 9 [ 3 &. &, $ 9 [ 3&. # ## & - # 3 6 % ( 3. - & 6 G 3.,, ( - 3 -? & - &. & B!! 3, & ( 3 6 & 53 & - 3 [ [ 3., -, & (3 &! - \ 3, $ 3, & & (3!! $!!! & &., & 3 -? B ] $ 3 & V $ -- -! 3.,!!, G - ) & < - $ ( -- & 3 &&, G! - $ &,, # -. -&! =, & - -- & # - & #? -, & - 7, 8 ( B 0O T O - & 0OO G 3., - $ 3^ / $ N & ^ $ K 6 *:6 ^ N3 -! 7 & & & : (3. $ &, & -!! & 9 =3 &. & 3, & & G & - & - G # 3, $ & # $ $ & -, & $ & 3, $ & - (3 & &. 3 & 7-8$ 3, & - &! ,( & ] 3! 53 - ( # -. $! - # $ & -& - 5.V 5. G -! $ $ - & & ] -! $ - [, -, 6 $ 4 & ,! & & ) ( & 5 \.6 7 /# $ -&$ &. & 8 3 &! 3 &3! - - -? - 3 & B 3., - $ &3 &. &. -- 9! G 3 G - # -! -- 3., - M 6 ( & G 3 & ( $) & # O

16 * + # % 2 7 ^ % $ )- --., " & & & & - - & & 3, G., 9 [ &3 -,?9 3, # $! 3 &. 9 & - & 3 & &! & & 9 )- B 53, - $ 7 % # 8 $ -- 8.,!& G 3? &.!! $ 3! $ 3 $ -- 9 & B 3., 3-3 )- & 3) $ 3. 3 # 6 $ - 5 &!& 3) & 3., a 3! M # - # $ &. $ )$! $ # U $ b # - & $! 3., - - & # $ 9 3 $ $ &! 3 &. & ] 3 &. &! 3,( # 3, $ &. &!, $ &. 9 & R 53!&., 3! - & &. *, % %$ # $) # 5 & $ ( < 3 3 )! - /, $ -!! $ 7-8 # 7 -- $ 8 #! -- G & & 9 #6 /, # 6 0 & & # $ * 3 $ & & 9 3. G &!! -& &! - $ &, #! & - G!! $ - & , &. & $ &3 & -,V # 3! &! - &3 -? & B & $ -, 3--! $ 3 $ - 6& 3!! 3. - #! $ & -# $ & 3 &! $ G - & ) 3 3 # " & 6 #! & # )- $ )- $ [ &. & $,V $ )- - & 2 ^ * KK /$ _ - ` K $ >, G 0OT & & - K ^&. $ * & $ & 7., 8 0OT 0 #

17 ! G &3 & 3 - $ &.& X 9 -!. a G 9, - $? - R! B [ ( 3 - M! -! & 6! YXZ? # B! -, # G &3 - & 9 - $ & - 9 7! # ! & -, 9 7 & -# 8 &? B &! & , * &, & ) - &! - & G - - 6# &! - & &! - & 6 G - $ &3 3# $ 4 9 &. N - & ) & - & G 53!, - & &., - & *6 $ & - 7 & & 8? & 3, - & B$ -! - -! & - -, 6 &, & - # # -. & &!, - --, 6 ) 7, I 8 " - R & 9 & &! 3., &,? # & $, & (B 5- $ # 3, & $ & - $! 3, - 3 & $ -!! 3-- &. 3! 3., & -, & - 3.,!, $! 3 ( $b -- & ) 8 $!,! 3 - G - & $ & #!& $ & , - -! $! # 3 - & $ 3 5 (3 &.! * -. - " - - 6!!! & # I? 3& B & /, $ 7 - * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 # 00

18 & 9 -&!? 6 $ & $! B # - 3 -& 8 $ & 7 &- ) - # ] & -. # - ) & 9 8 5, X &. -. ) $ 3 -! 53!& - ( # $ /, $ 3 7 & $ 6 # ),( $! ] )- ) - # 8, 3 7 & & & 8 3 $ # -- - & - ( $ 3 # 6 & & $ # 8 # $ # # 9 8$ 7 8$ 7 - # 8 G & # $ &3 & $ -! # = - ) 3-9$ &3 -, # -! ( ( # - ) - -, $) $ - 6 # $ 3 )- 3 $ & # & &! 5 & & 3? -- 9 # 6 B$ D - - > : $ 7 ) 8 3 $ -! & & $ 3-- &$ -, 7 8$ & G $, 3 # 3 - & & &! --. ) 6 # & 3., - G #! "! -& 3 T 3., - * ) # # 8!! $ -, 7 ( 8?( bb 9 & $ [?7 a ( - 3 M 8 3 [ -- 9 O 3,(&!B #! & 3 ` & G & &! - &! 9 6 " # $ 8 - % \ 3, - & #! # " &3, 3, 3 -& && - & - 3 &. & 53 -! ) & & D T O S \ > $ $ $ $ $ - 2 S \ > $ < > : $ d $ & $ -& -, &e$ & 0 0 #

19 - & 3 -&$ - & &- 3 &. & #$ &3 9 &, & $! $ & <3 #, $ -! # - $ - - $! G 3 &. & # & # 9 # $ 9 ] 9 $ $ 39 &R $ 3) 3 $ 6 $, &&. -,! # & & G # & 5.: K & $ 3 $ 3! $ & *3 $ G - & - - G $ - # ( 3,( $ # - &! # 3 3)- &. 9 & &. - # ) & $ «Son regard saisit un instant celui d O Brien. O Brien s était levé. Il avait enlevé ses lunettes et, de son geste caractéristique, il les rajustait sur son nez. Mais il y eut une fraction de seconde pendant laquelle leurs yeux se rencontrèrent, et dans ce laps de temps Winston sut il en eut l absolue certitude qu O Brien pensait la même chose que lui» - George Orwell 10. # & - ) /# : &. $ ) #! $ # & & - G # $ # $ # $ # # # $ # # & & & & 3 3 -&$ &! 3 -& G #$ - $! & - & & 3 ( G # # $ &3 9 [ ) 5,(&! -& G &3 3 -& 3! & $ & 9 # 5 -& # - & 3 G # #! & $ #! # $ - $ - & - &! # 3., - - ) $ # & & & & &. # 5 ( $ ( - ) G &3 & & -, 53 & 6!& -, & & # $! $ - ( $ 53 - $ 3., - $ 3 # & - & ) &.! $,( # 3 3 -!, -! &! 53 & # - 6 $! $ & # # 10! "##$ % &# # 01

20 53 -!!! $ & - 3 $ & G &3 9 - $ &3 ( *3 $ - 6! : ( - G &3 $ &3 b - : $ «Si l on voit tout, on ne regarde rien.» Le Corbusier 11!! & # )- G # &3 && 5 ( # $ ( -- -! $ & & & # 3 53! 3,(& # $ #$., & - &6 &. # " - ( # - $ [ - -! # (9 & G -. $! $ N, - 9 # (9 & N #, 9 # &.-- & - - # # 3 - & 9 - # - - & $ &! &!! & # " -! - -& & 7 # ) 0 # 8 *3, &. - $ - -& #! & 6 & $ - & -- & & $, - & & & ( ,( $ !!. & $ & & ] - -& - & $! - -& # 7 8 ] - - &. - 7 " 01 ) 8 3! & & & $ 3 -& 3 && & $ 3. 7 && 8B & $,? ( ) )* + )+, / 0-1 ) & $ "##$ 0 K $ 1$ $ & 7 - -& 8 01 >"<<,. $ - & ) - & 6# $ 0 1D # * <5^$ ^, 3 # - -& ; 02 $ 5 & 5. - G 0OO1 #

21 a -- & 3., - M & 9, - &- 3., * &?YXZB$ # &$ -! $ & -& & 3., - " - - $ - ) - $ )! # ), -, -. / N &. &. & 9 & - & # 9 -, - $ & 9 # & &!$ & 3., - & &! N --. & -, 3, -? - - B G # $ ) -?5.- 0B - # $ ?5.- B # 0

22 0 #

23 /%!, - /%!, - * - - & , - M 5 # - & & - & 3! & & & M # - $. $ ) b )- - $ - - $ &. &, $ & 8 a 3 $ & # ) # - &&?&3 9, 6 - B 3 ( # #, $ -. 6 # ) - 3 -& - 3 3! ) $ & 3 &! 3 $ 3 # $ - N!, & )!! $ $ -6, & G & - $ - # 6 $ & & $ 3, ] & - $ - ( $ - $ - -&, - $% $ $ $ 6 & & ) # 3, - & 3, 3, -. 6 & - ) # # # 8 3,!! ) G &. 3)- -. 6,?& && )!& # 0D

24 3., 3 # B$ - & 3 -! & 3)- & -, \. & 7 &, 8$ - -? -- 3., $ B 4 $ & - B$ $ 7 - & & 6&! &!, $ $ & 3, ; C 5. - # & & & 9 3! C 3 # +,, 7 3,, 8 $!! $ -. 6, 3 - -&! &. &. & & &. # & 9 6 G «L intuition fondamentale, qui demeure le socle permanent de tous les textes, concerne le rôle «despatialisant» des techniques de pointe de communication et de transport et l affranchissement qu elles nous assurent à l égard des contraintes ancestrales exercées par la distance, les accidents géographiques, la répartition des agglomérations ( ). Au plan du territoire, celle-ci se manifeste par une urbanisation diffuse sans précédent, «une échelle de dispersion spatiale jamais possible auparavant, caractérisée par la disparition des anciennes limites, l extension des franges périphériques, l investissement de territoires vierges ( )». 14 \. )- & &! - -& G «Notre monde est unifié, et chacun doit œuvrer là où il est pour que ce là change et déteigne sur l à-coté. L à-coté de ce là étant toujours un ici proche ou du moins interconnecté avec notre lieu. L espace-temps de la modernité-monde, l espace-temps de l accomplissement mondial de «l économie monde» est homogénéisé. Le là est l ici. L ici est l ailleurs. La boucle est bouclée. On mesure la démesure de notre mesure à la même échelle» , & & & G 3, 3 & - W &. &, ( 3. & N &! $ & 6 - & #! & & -!!! 3 # & 3 &, & [ 3. &, - -& G!., 9! - # , -, & - ) & & 5 $ =& \ 6 R - $ - -,,, 3, -. # V& ) - $ 7 & 8 - # & & G & & $ -.$ $ ( ( 3. R - & & ) & &, $ ,, 8 / 8 9- : - : 92-: 8 - ;& 15 0T 2<= 0 0+ > 4 = : -? - (! # #

25 /%!, - 7 & 8 53! # 7. - &, - *3 - $ # & - - ( 3 & 3 & - -& \. G 7! 012 " 3! *! $ # ) # 4!! 5!!!# # 5 ) 0 # 3 # & $ 3, $ 3 -!, ] - & - 3 & # 3, 53! - & - - 3# & & # 5 ) -! # & , G - (& 3., !! 3., - ( 3. 6! -- &,$ # $ & # 3 - # G, -- $ & - $ 3, ! N [ 3 &. &!! $,V $! ) $ ) $ 9 3 -& -, & a M, $ 3.,,!, 3 - & - $ #! & 6 & &,( & - )$! &. [ * $ ) - - " & -- 9 $ - $ G & - -& -, &, -, $!C 3 --! 3,(, ) # & $ $ # b - - & *! $!& 9 &, #?, & - B$ & $ -- 3! ) $. $ 3&?7-8$ - ( 7-8B 6 3., $ 3, - #!! & &., - 3 -& -, # G & -, $ - (& G #? 0B ] 9 3 # 3 # 3 & - )-? B 0 a "\$ \. " &, ( $ 0OO $ Z 21$ -D 0 # 0O

26 !, - 3., & &! G 3,( 3 & -! 3 & 9-3 # - -! 53 & 3-3., - -? & 0B -? & B 3 # 0!, 1 - #, % $ & 3 -!& &. & $ & -! 3 &. & 3 - ## )?9 # $ &3 ## 3 - C $ 3 B &.$ 3 &. & - 3,( 3 & " &. &. & 9 - &,( $,!,! ) , - 3! ) 3 " & - & &, G, & - 3., - $! 3., $ -, 6 & &! < & - $, $ & & & M " - - ) & - 3., - $ ) 3 - & G &, $ &. & $ & # $ & $ &b 3)-! 7. 8 $ 9 ] & !, -, 6 && & & )!! &? $ 6# B # - - # $ 6# ` 3,? : 5 3, B 5 & - 3 # 3& $ 0D & & & )- $ &. & &$ 9!, 3 -, 3 -& -, & - 3#, 3 & - $ - 3., 9 - ` &! &! 3., & ( -?7 8 - B 3 -, - & 3., - -, G,! & 9 - $ (3 & 0D S \ > G $ - G * 6! #!! # #! # $ #

27 /%!, - 0T ) $ 9 & #? 3 B!! $, $ & 0O & - # & &! 3., - $ & 3.! 3,( 3 & ) #!! G 7 & 8?&! -- & # - & B 7 8? && 4 $., 6# & - & B * & $ ), 3!! G & 3., & &! & 3., - $ & -! 7 8 G - - # - $ &. & $, - 3., $ 6 3 &. - - R 3 $ -!! & &! 3., & &! 3., - =3 # - & 3., - G &! C YYZ 6& &. &. - &?0B, YYZ 6& - - V, # # & &!? B -! - & $ &. &. 7 3 & &! 8?1B! $ # $ IL LM * YYZ 6& $ 3., - - & & 6 &!& 9 & & 3., & & $ & $ & ( $ - ) &. & 3., - & - 3)- & 9 & - $ & $ & - ( 53 & & 3 ) & # - &. - 3! - - & --, YY 6&!& 9 & - - -, 3 - && - & 6 & - 3 ##! )., K *:6 # $ 9 3- $ ) & 9 ) - G ; & ; &. # $ )$ &., & ;?0T ` 0TT $ - &. & $ # 0T 0O B! & < > : $ d $ & $ -& -, &e$ & 0 S \ > + - G 78!! ) # # #! # # $ # 0

28 &, & $ & & - #! $ $ && && # 3 ( 5-7 & 8 3 3, ) - $ 9 & ) -- -, # G - 3 $ & - &. #?! 3- # B $ & & $ &, $ 6 & & # & 5. &. & - & - YYZ 6& 9 3 # * # $, < &. $. $! & $ $ 1 # 9, & 0 ( - && 7! ) ; #! - 6 & 6-3 # & 3 & -, 0TD $ 7 # 8$!!! & - & &. G &3 & &, )- & G 7-0! 2 # ## % - 9: ; 9: )! 9 1 # ) $ # ! ) ) & $, # $. # # $ &&. 3 & 6 & & ` 7 # 3 ` &. 9 & - 9 & $ &. &? ( 3 )B & -6 - & 3 & -!!!!& 9 -, 6 && -- 9 & #! YYZ &, 3 #,! ! , 6 $ & - 3., $ & 3. # 6 -, $ 3 & - & - & 3--! # & G &&6 9 -?& 3., & &!B # #! 2 #! # 8 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 1D 0 1 * S <$ K ` 3^ $ & & ^, < & G # 6,! &. NK <$ ; &. # & ; & G 0O D 5 # * S <$ K ` 3^ $ ^, < & G 0 - DT #

29 /%!, & - $ 0TO2 0O T 9! & # TO2$ < #! $, ) $! - # & ; &$ && 9 & -.. -?9 3 # ^, 9 > &. 8B! 3., 3 & 0 - G «Il pourra être établi dans chaque département un ou plusieurs comités des Habitations à Bon Marché. Ces comités ont pour mission d encourager la construction de maison salubres et à bon marché soit par des particuliers ou des sociétés en vue des les louer ou de les vendre à des personne n étant propriétaire d aucune maison, notamment à des ouvriers ou des employés vivant principalement de leur travail ou leur salaires, soit par les intéressés eux-mêmes pour leur usage personnel» 25. & - 3., & & &! & - &. &. &. & & 3 7, # 8$., ( $, # ILLM * 5- $ & - # & 6!! -- W )- - 6 & - 6 &. $ - &., 0O $? -& - B &.6 - &?2 ` B - - & ! 3&. & ) & - & !!& 3 & & - " -- W & * & - && $ $ - # & - 3,, 5 $ - $ &.&, & #!!! G &, ( $ - & $, $b 5! & G & # & -, $ $ & 5!, # 3 9 # 5 0O 2$ & & , $ # & -! C & R - ) & 3, 3-3 # 0O T$ &. - & * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-1 1D 25 ( ) = 2=0 2 9 AB B4 $ "C / : "## D ( $# E F E - ( # #; "##$F - : -! G=! + )!HHI + D H- : H + # 1

30 - )! & $ & # - $ < &!& ) & ) $ & # & $ & -- &. -? 3 & W & ( 3. 7 # 8B # - & - & , &. & - & & [ 3-7 & 8$ 7 * 9: $ 8 $ - &, - & 3. - )&, & & 3 &. & I, 5, $ & - I &. & O11$ 5,, & -- : $ & 3. & &. # 3, & 8 - #. 3 5,, & ]!& 3. G., $ $ 7 & 8 & - )!&., & - ( - T G «Les vitesses mécaniques nouvelles ont bouleversées le milieu urbain, instaurant le danger permanent, provoquant l embouteillage et la paralysie des communications, compromettant l hygiène. ( ) Ces vitesses désormais utilisables éveillent la tentation de l évasion quotidienne, au loin, dans la nature, répandent le goût d une mobilité sans frein ni mesure et favorisent des modes de vie qui, disloquant la famille, troublent profondément l assiette de la société. Ils condamnent les hommes à passer des heures fatigantes dans toutes sortes de véhicules et à perdre, peu à peu, la pratique de la fonction saine et naturelle entre toute : la marche.» 27 5, 3 && < ( # - W & - ] &- # &, #! & 3, # 3., - $ $ 9 7, &.,?-! &, 3 & 3 B., & & &3 9 3!! 3-6! # 3., - $ - $ - ( W, - G «Les banlieues sont aménagées sans plan et sans liaison normale avec la * S <$ K ` 3^ $ & & ^, < & G ,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) #C 2 #

31 /%!, - ville. Les banlieues sont des descendantes dégénérées des faubourgs(.) L ère du machinisme est caractérisé par la banlieue, terrain sans tracé défini où se déversent tous les résidus, où se risquent toutes les La tentatives, où s installent souvent les artisanats les plus modestes avec des industries jugées a priori provisoire dont certaines connaîtront un accroissement gigantesque. La banlieue est le symbole à la fois du déchet et de la tentative. C est une sorte d écume battant les murs de la ville. Au cours des XIX et XX siècles, cette écume est devenue marée, puis inondation. Elle a sérieusement compromis le destin de la cité et ses possibilités de croître selon une règle. Siège d une population indécise, vouée à de nombreuses misères, bouillon de culture des révoltes, la banlieue est souvent dix fois, cent fois plus étendue que la ville. De cette banlieue, où la fonction distance-temps pose une lourde question qui demeure sans réponse, certains cherchent à faire des cités-jardins. Paradis illusoire, solution irrationnelle» G «Les banlieues ne sont souvent qu une agglomération de baraques où la viabilité indispensable est difficilement rentable. ( ) Sa laideur et sa tristesse sont la honte de la ville qu elle entoure. Sa misère, qui oblige à gaspiller les deniers publics sans le contrepoids de ressources fiscales suffisantes, est une charge écrasante pour la collectivité. Les banlieues sont l antichambre des villes.» 29 <3( 9 & - $ - $ - & $!C & & - D G «Cette situation révèle, dès le début de l ère machiniste, l addition incessante des intérêts privés. La prééminence des initiatives privées, inspirées par l intérêt personnel et l appât du gain, est à la base de ce regrettable état de choses. ( ) Les constructions de logements ou d usines, l aménagement des routes de terre, d eau ou de fer, tout s est multiplié dans une hâte et une violence individuelle d où tout plan préconçu et toute méditation préalable étaient exclus.» 30 5 & - 9 & 3, $! - $ 6 - &. & $, - W 7 &., , & &!$! 7, 8 - &. 9 5, $ 9,?,,, &, # B$ &. & -, # & &! 7 8?- ) B 7, & & # - 3 3! & $ # $ ; & $, & - 9 ; & 0O1 [! - # 28,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) & 29,=B7 7: ) $ 30,=B7 7: ) $ ; #

32 5- $ # & &!!! - - C & 3)- 5 - &( # & ; C $ 3 # &. $. - -., 53 # V& - P 6 N 2 ) 3 I $ GF* 2 # 3 & < % <: # : $ # < $ & &! $ U 9 &(&!& G & 3 # & $, & U - & $ 3! & & $ &? & 3 & # $ - - B$ & * 0O $ A ; C 3&& $ 3 # & 6 - # &.:.!& 3 # G - - & U &. $ $ $!! & 9 -? & $ - & $ & )$ &B & 5- $ $ - &. &. 3 #! / N # $ & 3 #? DB. # &. # & &! 53 3 # 0O! ) 7 X #)- 8 9 < &. < " #$ & U && # < / 10 N # $ 3,(&!! 7 8 # V& 9. $ &!&.,,!, - 3! 3 7! &, ) 6! # & - -, 5.? 3 - # $ 0O O 0OD B 7 &. 8$! - -, 6 &. 3 &! ) &,(&! & $ 1 $ ( ) - $ $ 1 & 3 7 <= $ & 6 & $ 3., - G & $! ; C -- & &! $, 3 - & < &, $ & &?f!! > $. )$bb W $ &. -- &. # 0O1 3!! 10 / N\N$ X N*"! - G 0O ` 0OD ; & 5 $ ;, 3^ $ - # -.!! T0 0 5, G H / G. -GIIJ0.! I, 1 / N\N$ X N*" + #

33 /%!, # 0 # 5- $ &! ; & $ 7 #,! 11 8 *3 [ 3 &$ < 3 # 3 - & ; C , $ & & & B & &. & & & 3 ( - $! & 7 -! 8b " 3 ( 3. M 7, , - 5 )! $ & ) & - 3., - -, $, - $?! ) 7 # 8B G - $! -,. - #! C " G & &. &,! C $ ) & &! $ - $ 0O $ D $ # " ( - G &. & 3 - -! &.! $ - # 3,(&!? B! 3 -! & ; & - & * ) ) - &! ) G / N\N$ X N*" + / N\N$ X N*" + # D

34 0 - # A B 2 «Chacun garde en soi le rêve, souvent inaccessible, d un espace de vie que l on aurait inventé, adapté et maîtrisé, aux fins de satisfaire ses besoins et ses aspirations les plus profonds, sans sacrifier aux limitations et contraintes qu imposent toute collectivité. Les architectes aussi sacrifient à ce rêve : rares sont les créateurs contemporains qui n ont pas conçu «leur» maison ( ). ( )Par ailleurs, les spécialistes de l aménagement urbain tout comme ceux de l environnement dénoncent régulièrement l impact souvent désastreux de maisons individuelles mal conçues, et dont la prolifération non maîtrisée concourt à la dégradation des secteurs péri-urbains.» 35 # $ & &. &, 3., - ) ` ( - &. & & & - & & 9 3 $ &. & $ &. &,( $ -- &.! - 3 # $ ^ K )-!& ), & G 7 C! #! D 6 % * $ #! E 1 % F * $ )! $ 5 &! - &! 6 $!! $ 7 ) G % 35,8 8 * 92 ( J- ) 0 ) 8 * & $ / - ) & 1 K *N$ ^ T ( $ 0OO $ Z 21 - T #

35 /%!, - H! 1D $, &. # 7 &, 8-7 & 8, 3 &. & I, - 3 & -. 6 # #!& & 3&.& 7 8$ G ) P ^ K &. &. 9 - # & # $ & 6! 7, 8 7 6! E 14 # 1T * % $ 8 *3 3 &, & #, & # : -, 5 - & & & -,!! $ -., - &3 - - & ] & -# $ &, - ) - & $ & - ) 3! & &. 3! $ & - 3.,! - -- # O ; &Q <&. > $ & & $ # -! &., G 7 - * $ 8 :4 B % I68 ) 9 # # # 8 \ & 3! 3. b 3., -! & 3 - &! 3., , G - W - - $ - #, ] 3 - # ), # $ 3 $ 3 & 3 & 0 (, > : $ 3 # & 3 - $ - ( 3 # & & - 6 $ # & $ 1D 1T 1O K *N$ ^ + -- T1 T2 K *N$ ^ + -- T2 T <5^ // /$ ; Q >"N / N* & -# G -& $ <& & ^ $ ^ $ $ Z - D 2 < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 0 # O

36 ## $ #! # 7 3) - 8$ 3-- :, 9 3., - W 3, 3 # G &3 3 # & &! -! &. 9 3., 3 # $ & - & 20 & & # 6 $ 7 # )- & 3 # & & # &. $ & $ &, & b =3 # ) & 3 - & - & 3 # 7 & 8$ G 3 - $ - & 3 - $ - #?0B - & &? B,.! > " # 3., - & ) 3-- G & - & & ` & $. $ - # M 5 & $ [, &&, $!! - # V& - # 6 $ 9, - & - =3 ) G 3, $ -., $ &3. &,? B ] $ -., $ &3 3 3 & -?>B 4 % 2 3. &, - &, &. & $ &, $, -! & $ - 3, 3,!! 5 & # &&6 YXZ 6& - -# / ] 3& &. - & - 3., - M 53 $ &! 7 -! 8$ & 21 3! $ & " - ## ) - - G g $ G -, & - 3., < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 1 2 & # $ &. & $. 9 &. &, 0D $ # &.: K & 3 5! & 6! & $ 5, & - - &, G 7. E ) E #!# # F!!# # + -! # 6 # $ 5, $ 1 - $ 0O T$ 5 & $ $ 0OTO$ - 1T #

37 /%!, - - $ -, 3 & &., 6 - *, ) & & `. ) `!! - - & & & & W )$ - $b?, 3, & -, , PB g *3 - $ -, 3-6& & - $ & # # [ 3 #, U $ $ ), ( b G 3 [ -, 5 - #! G &, 9 ( - 3 3,,?- & 3 7 8$ -. 6 B ] &, -! JJ 4 21 ;/"N\ /% Y?* B$ * $ /. &, 3. 3 &. & 0D 9 0O1 $ ) 3 &! & 9 3 ; C 3 &. & $ 01 E # F E& 1 D F 5, G H / G. -GIIJJJ & &! I/# I &. L. JJ -! E / 8#!,? # J? # 10

38 ; 1 ; & 3 # # 6! G &! " 3-3 & 3., 3., -,, &! 3 # # $ K >& # - 8 G & 3-3V. - & 7 8$ - $ &! # M?bB N $, 7 # 8 N & & 7 # 8 N V 7 8$ &., $ -- " 6 $ # &. ) G 8 $ - 5, $ «provoque une véritable hystérie sentimentale : faire sa maison, c est à peu près comme faire son testament Quand je ferais ma maison je mettrai ma statue dans le vestibule et mon petit chien Quetty aura son salon. Quand j aurai mon toit, etc thème pour le médecin neurologue. Lorsque l heure a sonné de bâtir cette maison, ce n est pas l heure du maçon, ni du technicien, c est l heure où tout homme fait au moins un poème dans sa vie ( ) car une maison est le couronnement d une carrière» 46. 2D ^ / - &! $ 3-- J 0OD $, - $!! $ - 3,( 3 7!!&! 8 # 3. : & $ 3 7 & 6 8 G 7 6 G 3 2 > 5^ /*$ K - 3 -& ; & G Z $ 0OD -- 0O 46 2D,=B7 ( ) K K ( 9 ) A-/ -! & * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G #

39 /%!, - F # 8 - $! : - 7, 8$!! - & -& 7-8 G - && &,?- B # &. $ 3)- & $! $ - & 7 &.: 8 " - (, & - 3,( G 7 8 &3, " &!., M 5! & & - # & 7 8$ -! - $ # M - &. & &. )$ 2 - $ & 2T, - & & $ # O # N # & & ) - $ - 6 -#$, -. [! & G 6 - $ 6 & -$ - $ 6 # ( & -, ] - - $ -6 ( &!,,, $ ) - < & - 6 -#$ 3 # 7. ) 8$ 3 3 -? - - & 6 B & -. $ & G 7. % ) 8 5 * K 9! #! ) 7 ( & - P 8$. ), $ & 8$ :$. )! ] -, 3 - $ -, 3 - $ - # $ - 7,! % # ! & 6 - & 6 G 3 3 # 6?&3 - ( $ - - $ & &!?! $ $ bb 53 &! 3 & & & &! & # $ - & & $ &. & $ 3!!& - 6 # & 3 [ 6-3 &. & ) - G 3., & 3 - $ & $ -, 6 9, 3 # & &! - # 7,. 8 [ 9 & & # & 2T 2O 0. ) ) 0 < > : 9 3 $ 7 $ & $ -& -, & 8$ $ & 1 &. & 3 # &! & & & $ &!, 9 \ $ 0 $ & 7 /# $ -&$ &. & 8 # 11

40 (, : ) : 5 & & 3 &. - $ &. & $ & &. &. 9 & ] & & & & -,. & -&! 53 9 & 3-6! - 3., - &? B, -! ) # 9 3?>B 4 % $O! 3., 7 -, 8$ - - ` & ) - &. `, 3 $ & 3 & $ 6! & \. 53 & 7 & 8 3. & 3 # /, "J & 7 NJ ^ 8 0T 3 3 )? -, B ] ; C 5,! 3 \) ) 0T2T 7 /-, & 8 ]! ; C 5. ; ) & \ & )- &, YYZ & &.& $ 6 - $ 3 # - &. # & & * ( 3., - && - -., - &, & - &! $ & 9 G! 7 & 8$ - && ## - ; O8 $ $ $ )$ - 6 &.& & - $ - 3 # 3,. - # -? ( MB 9 7 & & 6 8 G,. ; C &.: 8$ && 9, & 9, 7, $ & - ; &$ &.& - $ - 8$ ; C $ $ &3 3 & & $ 3,.! 3&& - #, $! > - 6 3! T # # 0 # 8 G & 7 # % A $$ # - 3& & 0O T$ / &, 3 - &. & ) - - G 7 X - : # $ 0 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # 12 && 3 &. & 0OO 0OO $ - 0T #

41 /%!, - - : - & [ ( 6 -! [! - 3, N - & - # 6 & $ - - # 6 & & 9-9 & $ - $ $ 9,. 8 " -6 $ & -. / $ ) $! & & - 3., G (! / $ $, & ) ) - & ( - - & -, & - & 7 -! 8 ( &! 3., R & & 3 -& - ( ) #,! 3,!! & $ &3 9 & 5,. $ ( # -! #$ [ 3 W 8$ 9 ( 3 $ -& & 3, *3 - $ -& & 3! G $ - $ -. & ( & 7. # 8 3 #! &!! - 3., - $ 9 &! 3., - - $!! 7 & ( 8$. -, : ^ J, YYZ 6& - - ; & 3,(&! 7 & ( 8 & 7 9 & -# 8 5 & 7 8 & $ &3 9 3!!& - & -#? -!! - $!! ) &! $ $bb 3# 3, & $ ) - ( 3, - *3 -& $ & & $ -& $ $, * $ &!C 3 && - 3 -& & - &? B G! $ & 9 5.V 5. $ 3 - & & - 6 ) - ) 5 # U - & W $ & - & $ , ( -& -, & - G (, & # & / cn * ` *, &. $ ="$ *, $ 5., 6 3., 8 3& # -& 3 & &$ 1 ( 0O T$ # * S <$ K ` 3^ $ ^, < & G 0-01 # 1

42 ( & & & 7-8 : $ -& 3 - $ 53 & # G - -., - 7! 8 * & - $ -. ) - & & G &?! & B? - & B - " ! & & -, &. ) - 6 -#, &,! & ", &! 3-3! - $ &3 3,!! 3-3 -!! $ & & # 9! & -? 9 [!! B #,? [.,! B 5!, -. & & ) - $ -# $ ! ! $ &. - 6&!& $ &.& - 6& ]! & 34 - $ 3 -& - - $ & 3 53! 3 - #?&! -. G B G. ) -, 7 & &! 8 *3 - $ 3&& 9 # - 9, &! G & $!, - & ! &!! & G &3! YYZ 6& $ 3 # $ &! $ # & -?9 & - #$ $ \X$ Q #bb G! $ $. ), - 3&! - 3!!! $,.! &3 &.& -&! -, - 9 &.& - & 3., 3! & G - $!! - 3&&!! 9 & $ - 6 -#$ -, &. )! G 3! $ 3 && -! -!! $ : & &. - & " & -, - & & $ 3#, 7 $ 8 ] &3 $, & &, # & # $ & -! - 6 # & & -,, - - & 7!& & 8?-. &. $! 3 - & $bb 53 3 # & G 3 - &. # 3 -, ) ) 0. ) ) 0 1 #

43 /%!, - & &. # <- $ -! G & 7 # 8? & B - 6& - -!& 3 -& $ & & $ 3 -! # &? MB - & 7 &! & 8 (, $ 2-3 ;& 9 3., 3., - $ # & ) & M N & 9 - & 3 # 3, #6? & 0B$ - 3 #? & B$ -! 3 # -, 3 & -!? & 1B 0!, $ 4 -, B # ) I! ) : 6 0.! 2 K 3! 0, B 3! E L #!! # #! # # D # 1 $ T - # 7 3 # ) $ - # & & 3!!! & - # $! # G, N & - #! & $ 3 & > : $ 7 3! % 6 % 3! A # O # # ) 8 - # N, # <&. :$ $ 7 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # D T O && 3 &. & 0OO 0OO $ - T 5 S $ = ; & # 3 & N 5. G 0OTO a "\$ \. ^, ` ; G 0OO 5& /, $ 3 & 7 - # 8 S \$ > ) & & ` #$. -. ## 6# G 0OO -- T0 # 1D

44 # 8 5 & & - # & - 3., - M * 7, 8 & M N 3 $ 3., -! -&, && &. 8 9 & & -,! 0 - $ 9 # $ 3! & & 7 - # 8 ( -! M ",! -& 6 - & &. 3 7 & 8 M N & 3, & - & & 6?0B ] - $ - # #,? B #! 4 - %$E $ " - 9! & -! & - #!! $ 3 -& # & 3., -!! # &. 9 &.V $ 3! & [ 3 3 $ &6 & - # $.? #$! $bb $ N, # <&. :$! - 5 & ## - M 3., - 6# #!! - -& $ &! $ & $ # # $ bb 3# & #? $. $ # 3& # & $bb , - -& & ^, * &. 5 & - -&! & & & 6 $ 7.V 8 & - N"/> /K <5^ S 5. K & $ - #$, &$ &. & # 6# G 1 6 $ 0OOD - T 0 N"/> /K <5^ S$ 5. + * <5^ ^, $ 3 # - -& $ 5. - $ ; $ 0OO M * # $ 0 # 2 A # # # # #& #& * ) $ $ 1T #

45 /%!, - 3!! # *3, - 3 -& -,, & * & & $ 3, -!., - &.6! 3 #$ 3 $ 3 - $ -! - ` `!!! ) # > &, & && & & 6!! $ - $ 7!!# # # ) ) G G 6! # * $ % # 3 2 # # # # # * $ $ X & ) - & 3 - G & & ! E O # # E! / 8#!,? #? 2 >/ c / # G 5, G / H G JJ00- J, I 10 I I I J I) I)- 1! # 1O

46 @? < E *, 2, 4 E EPPQQQ P 0 <> #

47 /%!, - R E * 6 8 A $ N $ &.& ) - $ & $ &! & & & & -, $ - $ - &. 5 - $ 7-8$ -! 3) - b & & $ 3, & 3. 3 #!! 6! & &?., & & - &.: )B &! & & & $ & -! & - - #$ 3 & ( 3 $ $ 9 & $ ^, D * &. &, , G 7 # 012 O # G ) 012 # # % # E $ T 3., - -& 6 7 &. 8$ 7 & 8 O - $ - &. & , - $ $!?! $ B 5 )! $ ) - ( 3 3 & 5.V! & - & $! $ ( $,?-! & -! & B $ 3# & # &! - 7 &R & 8 7 &R ( 8 M 3., - - & 3 -&! &! &, 5, 9 $ G 3 -& $ 3 -&, 9 G - $ $ - & $ - b & &3-3 )- 7 &. - 8$ 3 - -? # 3 - ) [ - 3 & &. - & B ; $ 6 8 # EPPQQQ : : P! P S=> 0 <> D T O * <5^ ^, 3 # - -& & ` ; $ & & 5. - G 0OO1 /! & *3, $ ; 0OOT - K /? <B $, & & #, [ 3,. $ &. - & ) - #! ( 7 : # # 20

48 && -,,! #. & & * 3 -& - $ ( -& 3 -- $ 9 & $! 9 3 -& 3 $ -- & $ - ^ / $ 9 # $ -!? -- - & & 3.,! B G 7!! # D 8 ( -& & 3 -., - 3 7! & 8, 6 & # 3, G & ` (, $ 7 # ) D0 8 $ - 7 &&. 8 53,! # - & - & 7 - #6 8 G -, -- 3, $! W&., & & * & 5.V 5. $ &? I & & MB - -, * - # #6 7 5 N & V 5. $ - G 7 6 #! # #! # )! O R == # # ) 4 #! # D / 8 N # $, $ & ( $ 9 - & - & # M 53 ( & 7 8 7! & 8 3. $ & & $, ) 3 - G [ , / $ $ D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 D0 D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + < / >5 $ - 5 N & ) 2 #

49 /%!, - UN - 5 : 6 8! # - - & - 3.,! # $ $ 3 & $ ,,, ) $ & - " 3 [ & G & &?! & & U - & B$, &? $ -! $ - & $, bb -! & 3, 3 # G -- ) - & # ) - - $ - $ & $ 7 8, 3, 3& # & $ & 9 $ & #$ &.W # - $, & -! 7 8 N, # <&. :$ - & -!! 7 8 G «En tant que lieu urbain, l implantation moderne est conçue comme «une maison gigantesque»( ). Le plan de la maison a été défini comme «libre» et l espace comme un «fluide» continu qui distinguait à peine l intérieur de l extérieur. Un tel espace pouvait être approprié dans le cas d une petite maison suburbaine et unifamiliale, mais il ne pouvait pas s adresser à une situation urbaine. En ville, une distinction nette entre domaine public et domaine privé devient nécessaire, et l espace ne peut «couler» librement» 74. " 3 -! - - G 3 $ 3 - $ - &, 3 #! $ & # 3, & - & 3 # 7, 9 3. : 8, & - #6? - & PB < $ 8 %, UN 74 -! E / 8#!,? # J A, B 4=L + - ) > : *! CM( ; ) # 21

50 4 : 6 8! D 5 & &, 3., - 7 #: 8 3 -&, 5!! &,, 3 -& # & 6 & & &&!., #$ 9 & - $ - & 6 # #! & - #6 G &3 &. 3 & $ & $ & 3 - & 6 $ - & 6? 3 & B $! $,V 7 8 6, $! # 3., $ # - & 5, && # & 37 D DD Q 8 & & #! 3)&6 3 -&! 7 8? , 4 B - -- ) - 5,, 3# G & ) N & - & $ - 6 &.: 9 & # & &. # 3&. G & 3., - $, - R 3& , )& & - & - - & - - & -, $ # 3&. - $ & 3 - ) $ &. 9 [. & G - ) - $ N & 8 : 7 DT # 8 & & $ 3 - # & - #6?-# B )- & G 7 8 D D. # -. / # $ ) $ 0 K ; C - 7, 8 DD K%$ & N ) G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO DT < / >5 $ ) 22 #

51 /%!, -!! $. [ &. $, -, R -? & & $ &3! (9 & bb #!! - 3 & $ & 3 -, & # 9$ -., ), - $ & 7 8 $ $!! - &- G, - # 3 $ &3, & & $ - &. #6 -?& &3 & 9 5.V, 3 # > $ *, $bb, & X. $ & & # 8 $ & -# - & # & ] $ - & - & - $ & # & - & -- &. 7 & & 53 # -& -?& 9!! & 7 8 & G #B$ ; C 7 & & 8 6# &, # &? &! # # 8 3, B a & - # 7 8 $ : - -!, $ : & & " - [ $ 3-9!& & - & & $ $ & N 8$ 7 # 8?- - 3) - 5.V 5. B! 6# &. 7 # 8 / 3&& &.!? # - &B$ &. 3 $ & & >!$ - - * $ #$ 9 - # & &, & & & ( $) ( 3.?&!! $ 0B $, ? O ( - &B 5 ) & -& - &. " -!! & ) - - # *3 - $ - 3 6# - # 7 8?,!, B? B *3 - $ - - & - 9 & ) 3,?>B 2 3, $ $ *3 - $ 6 # 9 3, 3., - # 2

52 - & - - # 3 && - G 3, # 3, " -! #!& & & ] DO ) 3 # b & 7 ) 8 & # - 53 & 3 -! & - & T 3, - - & ) ^, & - a #! , G! # - &. & M 3., & 8, $ - - # $ ) - - & 6 G & ) K > # $ - 3 # &,!! ) & 7! & 8 K > # - - -! & - N -, & - 3 # $ - -. # -. $? & - PB # & - 6 7! 8 G #,? J # # 8B$ -? &.. B! : & & G, $ 6#, J J J$ -, 3, - 6&! -., /-- &3 K > # 3 9! YYZ 6& 7 & ( 8 K > # -! 3, - - ] & 3 - & 3 # # # -. &, DO K%$ & N ) G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO T S \ > $ < 7 $ & $ -& -, & 8$ 3 - $ $ & 0 2 #

53 /%!, - * $! C 5 & , - - &?; Q + #. $ X * /.$bb G &3 7 6 # 8?# & -- ; & I < B & - I < & # $ &! ) & -# & $ 3-- ) # & & 9 $ # - " & 0DT B ). G &3 & 9 & -# < 5. K. K, $ «la nature ne s oppose pas à la civilisation, elle est même la condition de la civilisation ( ). La nature est à l identité américaine ce que le patrimoine historique est à l identité des européens( ). La maison idéale se doit de recréer par son esthétique ce lien entre Dieu, la nature et les autres humains. L espace privé est très nettement privilégié au détriment de l espace public» # $ &3 & & $!? J B 6 R & # 3 7, 8? 6 T 0TD * # B$ - - 6? - 6! 6 R - - G ; ; \ 0O0 B 5-6! - - & 3-- ), & 81 T 4 2,7A > + ( ) 82A 7A N / / D + ( K! "## ) ""# NKN * $! &. $ X $ $ 2$ - 0 # 2D

54 & ) < $, && - 7 & # 8?& - G $ $bb! 6 $ 3 &. & -?,., $ 7 & # & #, 3, $ & # 3 $ 3, - 9 T1 ( 3. $ -, & -$ &,. G T2 & &,?* # B$,, $, 3 3 & & < ( - ( 9 & 6 3., & &,, ; &$ - & - 3., 7 & 8 - #6 5 $ 6! -! & $ 3 - $. & # 3 -& $ - G & $ - & #$ #! #! # 3 ; 3 3 T! 1 8 $ - ( -& - 3 # &. & 9 & -?! U. $, $ ( 9 3., B! 7 T 8 a - $, & - - # 9! # & # 7 8 G, $ & -# $ &. & 7 8b & & -- TD & 3., $ & : & - &! - # G - & & & - - $ -& & && $ -& & &! -, &, # 6. ; 2 3 T1. # -. G 9 # &.G JJJ & I &. $ 9 G. -GIIJJJ-, &..# & I # I, - J (-# T2 NKN * + $ - D T K%$ & )G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO T TD K% & + /"+ $ K Q # 2T &- \. \ 5, #G 0OO0 4 # NKN " $, $ -- 2 #

55 /%!, - *3 - $ 3!! #$ & - #$ : & -. & - & )., 6 ( $ 3& $! & - # $ - - & $ & $ - 3 # # & 3. & 9 3, 5- $ & " # $ - # G 7!? B # # L L TT 8 =. # $ -., - $ & 9 & 6 & 7-8 # G «Tel est l attrait du mot même de patrimoine qu il sonne également clair aux oreilles des sentimentaux et des rentiers, des xénophobes et des universalistes, des investisseurs et des contemplatifs, des artistes et des notaires Et classer ce patrimoine rassure. Ainsi préservera-t-on parfois le vestige, surtout s il est très vieux, très rare et très historique, à défaut de pouvoir préserver le cadre où il s inscrivait et qui lui conférait sa dignité, si ce n est tout son sens. Sans doute alors faudra-t-il mettre des œillères, et faire abstraction de tout l environnement qui désormais le conteste et l humilie, pour éprouver à son spectacle le plaisir qu il promettait jadis au regard ( ) Il y a là des milliers de photos, d églises, de châteaux, de manoirs, d édifices composites revisités par les goûts dominants de tous les siècles, de sites archéologiques et d objets cultuels, de moulins et de fours à chaux, de ponts et d écluses, de gares, d usines et même de carrières, désaffectées ou non Mais aucune de ces architectures collectives encore vivantes qu on appelle des villages. Aucune vue d ensemble en tant que tels, en dépit de leur histoire, de l homogénéité de leurs matériaux, de la diversité et de la luxuriance de leurs formes, de ce qu il conviendrait d appeler les palais du commun Si même les beaux livres les négligent, mon cher Guy, comment nos anciens sauraient-ils qu ils sont copropriétaires de merveilles?» & )., $ - 3 9!! $ ) & & 3 -!! & )- & 3 # 3 -& 3, $ &,, b & # & $ 9 $ & 6 # 7 ) 8 9 -! - ) & 3)&6 3)&6 3! G - $ $! & - - \ & 3., -?&! - - B$ # - 3 & -& [ 3 ) $ # &,( \ $ - # 7 8$ 3 - G : 9! V++T 6 8W 8 1! - - &$ 3 - : & # 6, # h # # U -,V. - & & 3 # - G $ TT 89 NKN * $! &. $ X $ $ 2$ O 24 = = O - /? + ) K 9 ) : B >! "## ) & "$ # 2O

56 - &. $b «Le monument daté est revendiqué comme une preuve d authenticité qui doit de soi susciter l intérêt : un écart se creuse entre le présent du paysage et le passé auquel il fait allusion. ( ) Le rapport à l histoire qui hante nos paysages est peut être en train de s esthétiser et, simultanément de se désocialiser et de s artificialiser. ( ) Mais depuis Malraux nos villes se transforment en musées (monument ravalés, exposés, illuminés, secteurs réservés et rues pietonnières), cependant que déviations, autoroutes, trains à grande vitesse et voies rapides nous en détournent.» 90 5.V 5. & - 6 & 6 -- : 3 $ & - - ) & 3? 3- # - 6 -, B ] & & & - & C & )! Q $ G.R $ - $ - # & 7 : 8$b " -- W $ # $ & - & & 7 8 G &, : 3 &. - - &.V 3-7! 8$ # 3 7 #: # 8 6 ; 3. < X & YXZ 6& $ & YYZ 6& 7, 8$b X3 ) 4 & E # I -. X >< X :. : :- 90 2= P 8 7: ) #

57 /%!, & &! Q #$ 3 - & &6 - # G &3 3, , #, - & - # -& & & - & #$! - && ( & $ & $ & & $ &-& 9 3!! 53 & 3 -- & # ] & - - & & $ # 6! C -, Y O G & «Le tissu urbain s est «déchiré», la continuité des enceintes des villes a été interrompue, et la cohérence des espaces urbains a été endommagé. Les nœuds, les parcours et les domaines ont donc perdu leur identité et la ville n est plus une totalité que l on peut représenter. Avec la disparition de la structure urbaine traditionnelle, le paysage a perdu son sens d extension compréhensive, et il s est réduit à n être qu un composant dans le réseau des éléments artificiels» &, - # G - # 3 & - 5 $ 7 &.: 8$ &. 9 $ * % 6! # * $ 3! 3 # E O2 # :! G # )! $ 0 (, 5 «Les deux traits qui caractérisent les Européens modernes semblent contradictoires : l individualisme et l exigence de droits égaux». Friedrich Nietzsche 95 3 >< - $ & &. - # -! E ) )! E 4 4 & : :4 )! ) E / 8#!? # R O N"/> /K <5^ S$ 5. K & $ - #$, &$ &. & #$ 6#$ 1 0OOD - 0TO G & 93 O2 6 $ 3 -., 3" A, B 4=L + 7: ) # N"/> /K <5^ S$ 5. + # 0

58 3., - $ & -., 5 & & 3 -& M <, $ M " - ## & & 6 - ) 3., - G 3?0B$ 3? B$ &?1B &.& & & -!, 4 5 C - 3 G )- ^ / &. 9-3) - - & - & 3., - - ) & - - G &., -! & $! $ $ & $! 9 3& $b!, 3 - # $ # $ 7 : 8 - & &!,?- 9 # - B # & & & & & -- W &, & G # # && &3 - - ) 3 - & & & G 9 3 # & ) 3 3., =3! - - & ( ) G : 9 - ) & 9 - $ &R " # # G!? 3 7 -& 8B$ )! V# &? - ) 3 - & 3 9! bb 6 * $ 95 ( ) 82A 7A N / / D + K! "## ) $& " -! / 8#!,? # J? U Z #

59 /%!, - N 3 - # G 3., - - & & & & G - 3) 3&& - & & & OD # -- #?& & - )&6 3 -&B 5 & 3 -& - & # $ 9 - $ #, 9 & 3., 7 [ M 8 G - -! 6&. $ $ & G - # # 5 & & Q 6 -,, $ - $ 9 &, # - 3., 3 -& - -& & & & &, - & 6-3, G - b -! 3 -& G OD K%$ & )G & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G 0OO # 1

60 >Z H 5 & & $ - $ & & G & $ - 9 $ -, 6 $ # ( 2 P % Q 3, )- «En pavillon, on est quand même plus chez-soi ; On est libre, c est une autre vie quand même, Celui qui veut un chien peut en avoir tandis qu en appartement c est pas vrai, Tout le monde peut pas en avoir» 99 * 0OD $!! ) - 7 < 3!! & & [ 9!& - & - - G - $ &3 - - & -. =3 ) 7 &.: 8 G - 7 -& 8? B$ - - & $ & 3 -&!! & [ &6 3?>B 3 # $ 6 $ & 7 &.: 8?5B 5, 2 3 <- $ & -- & 9?& )-., # & &! !! % 9: B # 3 $ &.. 8 & #! 7 # [ 9: &3 & 3, & - - $ & #! 3 -&,! «La vogue du terme «espace», appliquée aussi bien à des salles de spectacle ou de rencontre ( ), à des jardins («espaces verts»), à des fauteuils d avion ( ) ou à des voitures ( ), témoigne à la fois des thèmes qui hantent l époque contemporaine (la publicité, l image, le loisir, la liberté, le déplacement) et de l abstraction qui les ronge et les menace, comme si les consommateurs d espace contemporain étaient avant tout invités à se payer des mots» & & &. &. - ) G 3 -& ) & & #! $ & 3 3 & & &&- 4 - # 6 G 7 & # # 3 -& :!# # >Z 99 -! / 8#!,? N L B 8 / */ A 42=8 A AN 2 42=8 A0 9+ : ) / 94 4 : B ( (! "## ) ; 100 2= P 8 -.! - + ) - (? P - B - : - QQM *! / " ) #$ #; 2 #

61 /%!, -, 8 ] & & 3 &. & - -& ) # G 7 & # 3 -& :, 8 - -& X & & &. )., 3 -& 9 3 &.& G «Pour que vous puissiez choisir une maison qui corresponde parfaitement à votre mode de vie, Phénix vous propose un grand choix d aménagements intérieurs : de vastes volumes ou des espaces plus intimes, une cuisine fermée ou entièrement ouverte sur le salon, une suite parentale (chambre, dressing et salle de bain), un coin bureau ou multimédia Chacun de ces choix participe au confort et au charme de votre maison. C est vous qui décidez» & 9 3 # 3 # 3., - ^ / $ &. & 9 3 $ - ) - 7 3, &R 8 7 f / * 8! 3 3 -& & &. & &! -&$ & * & $ 9 &!! &! - 9 &.: 0 #. G * M # # F # ##! 1 1 $ *! $ 9 5.V 5. $ & & 6# ), - G - $. ) 9 #!C 7! 8 & &., 6 #!& & - - #? 7 <= ) <? # <=U #! <?= # 0 1! $ - ), & # * - $ 3 X :! & 3 : - - 3! M ". : -& -- M a! & -?& &3 & & & -!! bb$ 3-9 3, - 7-8,, & & $ &3 -, G $ - & - && $ # U &. # b , &!! 3 -& & -& (. 2. ) & N<"N$ * < \. $ 9!! 3^ G 0$ - TT "K <$,. b& : &. # P &. $ 2 E # F E& D F 5, G H / G. -GIIJJJ &.! I- I #, I D O.

62 3 -! # 53 3 # G - ## 3 5 &. #! ), & & - & # K# 3 -& ) G & - $ 3 # $ - & 3 # $b, $ &. ). ), # &! ),,! 7 * & - 8 G 7 O # #! ## #!!!! 1 - ) ) ) 8 ; 5, $ $! 9: & G &3 9 [ 3-6 & 7 & - 8 & &! #?, ) - $bb & &.: - $ G 9: [ 3! & $ - &3 - W. - G.? ( -, B$.? ( 9. ( -, B 0 && &. 9 ] 3 & & 3 - # < - 3 $ -, & & # & &! G &.-- 9? 9 B, 9: [ 3 &6 G 3 & - $ 3! $ 3 - -, & - & $ ) # &., &.,! - ^ / - 3!! $ & - & & -, 9 3 J 3! 3 & 7 # # 8! ) - G $ & I 9 # $ ( $ - 3 -& - & 0 D & G - - $ # $ ( ) $ b & - - &?7 & $ $ 7 & $ - &, 8B > 3 -& 6 $ 3! ) ) 0$ - 0 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - TT TO 0 0 D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ - T0 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ - T0 #

63 /%!, - -& - 3 & # 8?&!! B$ -! $ -& $ - W - ^ / $ 7 % 9 # / 9 # X 9 * $ 9: G * $ 3 #, 9: 3 0 T #! 8 9: / % Q, 4 3 & 3 9: $ [ # M 3., - &3 &., 7 - & 8 G 7 & 8 5.V 5. $! 5.V , $ 0 O & &$, 7 5 N & 8 G & C$ & 3 - " 7! 8$ &! -!!!! 7 : 8 G 3 U? B 0 T 0 O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + $ -- TD ) 1 # D

64 $ 7, & & & & $ - $ - ( & ] ( $ - # < -& & &! - & - 6, $, &.! 3 -& -, & - &.V J 00 & $ & 3,! & #? -- & & - &! 3 - $ - & U &! B!! - $ & - &, ) 3 $ G 000 3)&6 3 $ 7 ) 8 3!! & & & $ -, & -$ 7 & & - 8$ )- -! & & -, * 6-00 & #! )&6 # 3 $ - $ &. &. ] 3!! & 3 3# $, $ - ^ K $ 7 #! E " # $ 9 $ 3) : 8 - # & & - 3 =& $ -!& $ & $ , $! 3 7 8$ 7! # ) 00 # 8., 3 -& & & & 3 && -& 9! - -,? - B ] & 3 - ) 6 - &. &! 3., & 00 ^ / c "N*$ N ^ "N\$ K * S <$ ^ "N\ 3., - ` 3^ $ & & ^, & G 0 ] / N\N$ X N*"! - G 0O ` 0OD ; & 5 $ ;, 3^ $ - # -.!! T0 0 5, G H / G. -GIIJ0.! I, * & /, $ & - 3 $ & 7 8 K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G K *N$ ^ ( $ 0OO $ Z 21 - T NKN * $! &. X G 2-0 0O N<"N$ * < \^" NN ` * 9!! 3^ G 0 - O T #

65 /%!, -! # -? - B,! # &? - Bb \) - 3 &, 6 &., $ - [ - & N 3, 3)-?&! E I B$ 3., - # - 9 & & & a M 5-9! C M " - (9 & ! -, 7 & &?B 8 G - - & #! $ 3 $b $ - && & G! ] & &! 7 8 3! & 3 -! 7 & 8 G : - & 3,(!, ( 3&?- & $ &, $ bb 6-3 -!! $ - $ # ) &. # & )$ - &!, $ - " - - ) -? 3 - B$ , - 3 -& # - ] &3 7 00D # #!! ) $ *3 $ 3 3?& 3 - $ 3 B & ] ) $ 3 & G - [$ # &, 4 $ 3 & R &.&! -! ), 00D -! / 8#!,? # J * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - O # O

66 -- $ 7 & 8! $., $ 7 3&& 8? B : - -, - & G 3?9!! & 3 -- [ 3 - B X & & - $ ^ / $ )- & - -, G 7 8 A # F # ). )! 00T # 8 & - & - 9 $ - # - #, 3 & - $ )$ 9 00O 7 # A 8 & - & # 3 -& 3.,?&! - $ - & B 0 6, # $ 7 # 3 & &!! 3-5 ) 6 )!! -, & - 3 & & & # - 9 & & ] - ) -? & B$ & & - 3) & 3?0B - - $ 9 3) & $ 3 -! & 3 -& [ $ [ # 3 8B &!? B! $) - 3., -! - - R, & -.?!., 3., $ &! - 3. B G & -& - & 3 - & M -! & & 53! [ : M 8 3, & 3 6 & - G -&$ - $. $ " $ - 9 & & - ( G,!$ ( - G 3, $ & M? B $ T 00O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ #

67 /%!, & & - M?>B! $ & - & - & & 3? 3 #B M?5B / N $! # - & # -- &. ) & & #!& $ $b 3. & ) - # $ ) - 3 N & & & & -. 3., -!! $ - & - & & 3 & &, & 3 -& G # & -.. " 3 - # G & $ & $b!! ) - - ) - G! ( - *3 $., & & : - & %!?! $ 9 - $ ( 3 & 3)&! $, B - $ 9 & &3 9 $ $ - 9 $ $ ( $b $ $ 3 -& # & # &, \ 53!! 3 -& 3)&6 - G )&6, $ )&6 3 - $ $ 9 53!, - G! & 3 3 # ) 7 )& : $ (! 8$ 7 ( & & $ & 7 & & 8! - - G 7 C : #! # # # E # ) : # 0 # 8 $ - $ *6 : ## # 0 0! $ - & - - -& 5 ) G & $ 7 8$ 4 & & $ - Q # ( )?- & -& ( # # B$! & $ : - # ) $ & > & & C $ & & -, G )& - $ & # - & G, & $ 3 $ && - -.,, 6 $ & -! & 3 -& - 3 -& & &! - &! - b 0 K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G - 00T 00O 0 0 K%$ & # 0

68 & #$ ) & #$ $ <RN X - 3 $ 3 - $ 7 &.: 8 -., $ & 0 2 #$ 7 8 & & N 3!! - - $ 3 & - & & 3!& ) & - &- -., ; % Q 3 & 3 - # G # - ##! $! & &! # # # -. - & V G & C$ & 3 - $! C, & & 3 # i 5.V 5. $ - &.V & $ &3 7 5.V *, 8 - & 5.V *, 7 *, 8 &3 & $ &3 [ 3-6 # # 53 G *, $ # $ &# $, & -, 7 *, 8 &, # P " 7 *, 8$ 7 5.V 8$ & : b # & ) - # )$! $b & ) - $ 7 # 8? G 5.V $ &3 & $. & ) & & $ &3 # $ &3 7 # 8 5, B$ 7 & N & 8 0 K%$ & <RN 0 2 -! / 8#!,? # < Z K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G #

69 /%!, $ $ &3 7 8$ - 8$ " & V 5. $ 9! 6 *, > $ # - $ & 9, - $ &! 5 $ 9-7 8!!& &4? B$ & # - - / $ $ , # & - -,!, & # - - # 3-9 # G 3 & - # - $ 3, ! 3, b! * - # $!!! & 3 # & ) - # 9! & ) &R G 7 & 8 & ) * & 7 & 8$ 3 - ( $ - R 7! & 8$ 7 & & ).,. & 9 # & -# $ - &,, 3 - & G & ) 1 # 1

70 ) # & & $ - & $ & ; $ - G 7 4!! 0 # 1 8 * > 6 & 7 & 8 )., * *! ) $ F *! 9 $ * 0 D # # $ * ; ( $ $ & & )., $ & 7 & 8! Q ( - 3. & $ 9 5.V $ - 9 # & 9 - &. 3!& & - -! : G 3 9 & &! -!! - - -!, ).,! 3., & -# &. & -# - & -& ( R * & - $ # & & - - & & & &? 3 $., $ B 53 $ - ) - $ & * < \. G «Tout le monde s accordera pour trouver du charme au village perché, à certains édifices marquants, qui sont certes des repères importants, mais qui ne suffisent à construire une appartenance. Cela revient à dire que la distanciation par rapport au village, même si en contrepartie, celui-ci est valorisé, apprécié, traduit le fait que l appartenance communale n est pas une fin en soi, qu elle ne correspond pas à la vie de l habitant en périurbain» 128. ( $ 0 O 3 -& -, & &! 7 5! 8 7 & `! 8! & 3)- & 3 -& -, & & )- & &! 3 & M? B a & - M?>B $ $, $- ) 3 -& - $ - $,, & 9 0 N<"N$ * < \^" NN * 9!! ` 3^ $ 5 & X - G D 128 >" \ \$ *, 3^ G 2-0D1 7AB A N B 04 82AA N / DD-? 94 K )! "## ) & 0 O 2 S \ > $ < 7 $ & $ -& -, & $ $ & 0 #

71 /%!, - &! > : $ 7 - # 3 &. & 3, - -&$ 3 & $! -& 01, 8 $ & $ &! - G 3 &. & $ & " - & - - -, 6 $ (! & & $ 3-3., - $ - - 3, 9 $ &! - $ &3 3, 3 #?!! & - G $ -& $ bb 3 # - & & -,.?&!! B " $ -,. 3 - # -!! $,. 7, 8.! $ [ &., & & & - G - & & - & 3 -& -, 3 -& & $ 3 -& [ & #!! $., : - $ &3 -, & , & G # # - )? $ & & - ) B - & 53 =& )- & & & 6 7 -&! 8 - G 7 6 9!! #! # % # ## E # ) # # )!# # ) 010 # # 8 53 & 6 - &!! & G &3 & - - # N# $!! $ &! G & - - &$ -, &$ - & & &,! $ -& - # & -, &! # G 53-6 R #! ) 3 -& -, & ] - ) & M ; $- 5 # &! & - -, $ - $ 6 3., N! # - #6 & - & &. & S \$ > ) & & ` #$ & &. -. ## 6# G 0OO - T0 Xc$ =&!& N<"N$ * < \^" NN * 9!! ` 3^ $ 5 & X - G 0 #

72 \ 3, # 8 - $! # - # i 3& $! 7 8 6, ] $ & & $ & 3-6 &! G 7 (3., 8! & 3 # & # $ - 3, $ 7 : - $, 8 # 3 & -! # G - - &$ & 3 -& - & & & & & & " & & $ 3 & & & - - & 3#., # 4 G - $ -, - # 9 # &. 9! $ - & - G &! 7 & & :$ &! - & $ # 3 && & " & - 3 # 9 [ & & ] & & - #, 3 -& - & & & & & # - $ 9 & # V& $ - & #., 7 $! $, : - 8 -V & 3 & 3 -& # -, 3 -!& ( P #

73 /%!, - Y <NR! $ # # &! 3 # - - & - 6 $ &. ) 3., - 3 # - & $ 3 - $ &!& G - a &.: $ - &. & & $ & -! $ 3 &R 3 -& - &! -& 3 [ - -,, <NR -! / 8#!,? # <? # D

74 T #

75 /% (, - /% (, - «Tout à la fois instance de mémoire et projection dans le futur, La maison est un document anthropologique». Marie-Ange Brayer. N &. &. 9 & - 9 # $ 9-3., - N - & ] &3,(& 3 &. $ & 3., & , - # 3.,?!C # B 3., - 3 $ & - 3., -! 3., $ &. $ &! $ 9 3 (&! 7 8! 7 6 8$, 6, 9 # M < 9 &.6 7 /# $ -&$ &. & 8 # \ $ (3 &. # 3., - 3,! ) - & & & 3 - # & 7, 8 012? # < < B 3, 6 - &. 6 $ 3,! $ 3 -! & 7 ## # ) 2 ) 2 # O

76 ) 8 01 <&. 0 ` 0 *3 [ 6 3., M < # 6 $ - 3,( N & 3 # (9 & G & )- & & & $ - # > $ 7 # # # 01 #3 0 A 2 8 <NU - #3 * & & $, - & 3 #?-. $! $ B ( R 6 - " -, 3., -- $ 3.# & & N # -- & &, & 5- $! &. 3., - $! $, # 9 &! -! # &. 7 8$ 9 3 #! - 5 & 3., - * && $ , $ ; &$ & 6 R -! 3., & ) 9 &. 7, 3., 8 & 01T - #? # N J J B 5,!& - & - -! & & - & & ; C $ 3 # - 3 $ &. ) 3 # ? & -,V ; &$ & - ) & & & # & $ K ` G 2 & >/ c /$ # G E # F T -# E& D T F 5, G H / G. -GIIJJ00- J, I 10 I I I J I) I)- 1! <NU 01T D -! / 8#!,? < N ) 2 #

77 /% (, - 3 # # ( ) - $ & " 3 & 6 &, 3 &. &?- & - B 5 & - 9, - #$, & & ) $? #B,?- - &. ## B 5 #!& &, M N 3 $, & # # & &, # # 3) &!! 6 G &,? - B$ 3,,?( bb$! 6? & R $ - $ - &.B, &.$ - # ) 3,, & ` & -# " -- 3., #., & 3) G ) & [ ( *3 $, 9! 9 & & - N [ $ 9 & - $ -, $ # * 3., $ & & - - & - 9, 3 ## ] &3, 3 -& - $ & & $., $ & 3 ##! -- -., G - 3, M a & -, & ## - M ^, -! & -& ^, -& G [ 3 &. & I & & I M "[, 3.,? 3 -! B M 5 &, & -& G 3. & -.,, 9 & ), &. & -, N &!& 9 & ) - & - # # 9 3 #? && # N 7 # # & & B G! ( 3. $ # - G - 9! 9 - # 9 )- $, -., # 7 8 G «Le «nouvel» individualisme signale moins un repli généralisé sur la vie privée que la montée de la norme d autonomie... L inflation de la vie privée ne doit donc pas être comprise comme un étalage narcissique - c est un épiphénomène -, elle est ce que devient la vie privée quand elle se modèle sur la vie publique : un espace où l on communique pour négocier et aboutir à des compromis au lieu de commander et d obéir... Privatisation de la vie publique et publicisation de la vie privée sont le double processus que ces changements recouvrent» 139. *6 - G & #!& 9 & - & M -- -& -, & -& - $, # A, 2 9 / - 4 +! & + )!HH) D H. H)+ H + : + # D0

78 & - 5- & & # & & 3., 5 # # -, &I - M 5 # 3., -! 6!C M # 6 $ 3 - $ -. 9 # 3-9 G &3 # 7 8? 0B 3) # 6 3., - $ 3 - $ & # & 9 - # - G &3 # 7 &&. 8? B 3 # $ - &6 & 3., -!, - $ # $ & & & & & - 3)- - &!! & ? & 0B$ & - & & & -- &.? 7-8$ & B 0!, 5 %$ # 8 $ $ «Sur le penchant de quelque agréable colline, J aurais une petite maison rustique, Une maison blanche avec des contrevents verts» Jean-Jacques Rousseau, L Émile. <J= #! " %$ # ) 2 $ " -! 3. & &,(& 6! (& $ <J= 020 D -! / 8#!,? U * & /, $ & - 3 & 7. 8 #

79 /% (, - 3. &!, N & 9 #, $ 3 $ 9,(& &!! - 3 ( #! 53 # - 3 # $ 3 #, 3 G - 3 # $ 3 && 6 3! & 3., $! ( # a - & M -, 3, $ &3 &. & 3 # &., " &! & & # & &! [ # & & & 3 -? & - - &.$, & - - G & #B &. &. 3. $ ? # & & 3 # # B$ 3 - & 3 # # 3 a & - $ &3 & & &,! G 3 9 & -, & - 3 &. & $ : 8 " - & )- ) &. G 3 - $!!& 9 &. & :! # ] 3 - $ $ & ( 3 $ -,!! & 3. # - $ 9 3 &. & $ $ & 3., $ 7 &. - 8 N &. &. 9 & 3. & - $ ) & G - #?& -. G 3! B - & &!?& # &. G & $ & & 6-7 & 8B 5 ) - & - 9 )! & G g - - & 7,! $, & 8 $ g - $ - & $ & - & 7 #! 021 #! 8 - $ & $ -, & & G - & & & -,(! # $ & - - 3!!& ; &$ &! - $ 7 - & # & - # -. - ;? ] & 7 # 8bB$ )- & 9 - & - -! C G «Nos paysages familiers sont peuplés de souvenirs : ce sont de modestes bâtiments qui nous les racontent, que nous remarquons à peine à force de les connaître : chapelles, moulins, granges, lavoirs, fontaines, calvaires, maisons 02 /, $ + & 7-8 des* & temps jadis... Et puis un jour la ruine les menace, et nous réalisons qu ils pourraient nous manquer; qu alors c est encore un peu de beauté qui s efface à 021 K $ $ $ & 7-8 # D1

80 nos yeux et d histoire à nos mémoires» 144. & , M # - $ ; &$ 3& 3 & - 3& 3 - -! $ &3 9 - # $ - & - &. & ( 3. $ & #! & # -$ #! & & - - $ 3N< $ T A -, -- 9 # G 02 #, #! C!! $, 3 & 9 3&&?& & $, $bb 3 --, - -?. $ $bb$ & &! $ $ & - & & 6! & &&6 5 3 (9 - & - #$, & &!$ # & 6 - # U - 3. $ # & #! & - &&- 5,! &. &. & & & G &3 - - & # - )$ &, - 3 & 3 -,V #? B - & 6 - & $ - - &. #! -! $! Q -, & 5 -! & - 3&& &. -! - - -!! $ &, & & - - #. ( " # #, - & -! G $ 3-- & 9 N, # <&. :$ 3! 3# & -, $ 3!! &! - 3& & # $ - & # & &. ) G 7 + :% 02 $ $ - 7 ) - # # # 02D ) $ D D2-1 ) )( 3 + )!HHIII D ) HD H. )+) 5 S = ; C # 3 & N 5. G 0OTO - 0 T. ) ) 0$ -. ) ) 0$ - #

81 /% (, - 5 & & 3 ) M N 3 - & 6-6 ) # G 3 - $ 3 &, 3., & B ] 3 - $ & 9 #. M 3.? ! YYZ 6& B! & & > $ 7 8 " 3? -! $ -- & - B, &, & & # 3, - 2 $) 3, %$ # $ - 6 & & 3 - && - - 3, 7 - # 8?- - # ; > B G & -! - - -! $ - - && &- $ - " &. -, & & & & 3-9 & 3- [ 3 & 7 ` # & & ] $. )! # - & 8., 5 ) # &, & &! -!! $ $, -? 3 -. $bb & - 6 = &:$ # 02T # ; C $ &. &. 9 & 3 # $, 7 &. &. # 8 - # # & $ - $ - 6 ) # & 9 3., $ 3 " & W 9 3 &? # 3 B$ 7 6& $ & & & & - # $ - $ - & U, & & " $ -, 6 - & - ( # - 6 3&.& 7 &. 8 - &!C $ - - 3!! - & & 9, & &!!! - &. # # &. &, MB &. # G A P 5 )- 39 &. &. 3 ( # # / & $ &3 # 3 3 #., " - 02T 9 > # C 7 C 8 0OT G 5 S $ = ; C # 3 & N 5. G 0OTO - 0 # D

82 & C P * & )- $, 3 & - & 3 C?&3 &. bb 3 - &C - C G & -! - $. ) # - # #! & & * &, &. $ -# 6 - # V& 9 7 # E 02O - # # 8 7 # % % $ 7 # $ < 7 ( & & ( 8$ ) &! $!., - - & 9 & & - 3) # & &. - - ) # & - & - 3!., $ & & - & ) $ & - & & & )?&!. ) 7 &. :! & -. )$ 0,! & : 3 && -# &. 8 B & 3 #b <?< 4, 3 ( 3., & - & & - ] 7 #6 8 & - &! I ), -? $ - B *3 $ & & &! -., & & )?&, B ) 7 -, 8 G, $ - $b! $ ; 2 0 $ # 3, 02O 0. ) ) 0$ -. ) )$ - T <?< D -! / 8#!,? # < U #

83 /% (, - " - ## ) 3, G #,! 3., - &, ! 9, & - & $ 3, & , * -- $ &! & * $ & & - - 3) ^ / $ 7 # 0 #! # 8!! $! - $ - 3? # B.. $ & R - $b, -, - & [ <, 3 -& & - & #! % # E )! 6! F E # , # -.,? 3) - (, & B -!, ] 3# -! # $ - -! 53 - &! &. 8 # & & & 6 6 & - $ 6 - &. $ 7 Q & ,( 8 7,( 8$ & - - & & $ & & 3., - $ ^ 0 2 / $ 3,(?- -- ) 7!! 8B & &!& 3, $ - 3. # - <??. 0 - ) - &.!! & - - & G &, 3 # # -, # * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + - T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ + - <?? -! / 8#!,? # DD

84 G 7-8! $ &!! & 9 - 5! : - G, $ 3, $b 3 - -,!C [ 9 &!., - &-& & &.W * $ " ) # -& ( G, - - #. $ -, Q -! $ &. # $,,&? [ 9 & # & -!B$ & G # & & -!! 3) - - & & 3 ( 6 & ( G #! G - & G &3, 3 9 & $ 7., ( 8-3 ( --, -& 7 &.: 8 3 -& & &! 53-7 &, 8 3 : -! &., $ & 3 # 3., 0 D - G 7 X! # :%! F # A B 9 $ &,( &3 - ( <?Z B 0 D -! / 8#!,? * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 DT #

85 /% (, -, & ( & & ( - - /!!., & ( - # $ &3 & - &, G - & ( & R 3! 3-3 -! 53 & $ & & ), &&! I! #, ( - $ &, R & # R & 7 # # 8?C! - 7 8B - - # ) G - & -. # b 5-3 # $ -, $ & # # - & $ - &., # $ -! & - #! 53-6 # 3., - G & & & 9! &. #! - -! & G &!, - 3 & , -- W & & - )! & $ 6 6 ) 6 $ - & $ ( &! $ - - &! - -, &? 7-8B$ - ( - -, " & &! - G! &! - & #$ 3, & 3 & & & -!! $ - $ 7 # 6 # 0 2 # O 3 % L * $ # 8., - $ &. & !! N! &. & - 3! & &? B$ 3 # -, 3 7-8?>B : $ ) $ * & & $ - & - 3! & G & & & 7 8$ - - & 7 # 9 <?Z 0 O -! / 8#!,? # J? U K%$ & )G & 9. - # ` % < $ & &, YYZ 6& G 0OO - 01T # DO

86 . 9 & ) S, - * # $ & &, -! , - $ &3 9 - \, - & - $ < & & 3( #$ - - & 3 3 & - 3 $ &3 &. 3-- & #?, & $, # -, #B # -., *3 $ 5 $ - & 5 Q #$ & -& )- & &. G «toutes (leurs) enquêtes traduisent un vrai retour à la ruralité, pour des sites qui sont implantés à une trentaine de kilomètres des grandes villes. Pas seulement pour des raisons de coût du foncier, mais de plus en plus par refus de l urbanité, de sa pollution, de son insécurité. On essaie aussi de se refaire des racines, de s assimiler à une vie de village ou de petites villes». Ainsi «Maison Confort ( ) qui vend plus de unités par an, observe que 64 % de ses constructions sont situées dans des communes de habitants» 160.! & 6 7 # 8$ - 9!! &. - 6 & G & - - 0OTT G * $ # [ R ), G 3 #, U 5 # - - ; &$ & # 5.V 5. 5! & 9 #$ & $ & -,V 7 & $ & 3 &. &!., # & ) G &3 6 $ & - & -! $ - - & $ - * # $ &3 & &. )- - 3 #! &. & &! 9 6 G «Les fréquents refus, les extrêmes difficultés ou délais nécessaires pour obtenir B : + 8 R /- / S + ( T + " #" "##$ E F E - ( "& #; "##$F - : -! G=! + )!HHIII + D H) H : H"###;""" + T #

87 /% (, - un permis dans le cadre de projets contribuent à écarter du marché des produits originaux et personnels. Projets d avant-garde, bricolages artistiques ou technologiques sont souvent découragés, car les complications dans l obtention du permis risquent de remettre en cause les budgets des maîtres d ouvrage candidats à l innovation ou la personnalisation. Les citations pastiches régionalistes ou enduits passe-partout s imposent dans un consensus mou» & 6 # 3 3, 3 - " - # 37 # 0 2 # 3 # 8 0 $ $-, $ > $ 8 $- - & 7 9! C 8 & - & #, 3 N ; 6 & & - 9 & ) # &., ]. ) 7 8 G 7! A ]! - - # # #! ) 8 5 $ " J > $! &. & & & & # 8 & 6 & - & - &. 3), & # &! & 3 # $ 9 $ 3 # G &3 & 3 5- $ 6 - -,, - G 7 8 & 9 ; & N & 9 * ($ - - N, $ 7 - C 8., # # ) & & # U $ &, ) 7 # ) 8,, # & - # -& & & & 3) - 5.V 5. 5 $ # /.R &. # & - 5R 3 : #, - & * R $ -- &.! ) A 7A N / / D + ( K! "## ) $& " "<\/"+ \<fc$ < $ # /- & 3 &. & - ` > G 0OO1 # +"SN f$ 3., & 9 & -# G 7 ; & -# 8$ / 0D 0T &. & ) $ &. )$ ) 0$ - \ # - 0OT # T0

88 7 8$ & (! - & : 7 8! -. #6 M a $!! $! - # 7 & 8?, B$ 6 & 7 & 8 & & - &. - C? - & B! & 9-9 # - 6 & & 7 & 8 $ - ) - &. &. %$, 2 4 $ # 3? G 0 B 0 - &! 6 - #. G & & $ & ) - - W 9 & 7 & 8 " 9 # & &! $ - $, 3 - # ], &, $ - & $ & & & - - $ 3)- - - &. 3-6 &. & ) ; $ # -. & / # ) $ 5 &. &. 9 $, YYZ 6& $! - & T #

89 /% (, -! - & 3 -? & &!B G &3 & -, # $ -- & $ & & - $ -! 9 $ 6 & 5, 5, & 9 3 & $ &. ( # 3 $! 9 - & & 6 3! 3! 3 $ - $ & & & - & 9 # $ 9 7 # 8 G Proposition 70 : «L emploi des critères du passé, sous prétexte d esthétique, dans les constructions neuves érigées dans les zones historiques a des conséquences néfastes. ( ) Jamais un retour en arrière n a été constaté, jamais l homme n est revenu sur ses pas. ( ) Copier servilement le passé, c est se condamner au mensonge, c est ériger le «faux» en principe, puisque les conditions anciennes du travail ne sauraient être reconstituées et que l application de la technique moderne à un idéal périmé n aboutit jamais qu à un simulacre dénué de toute vie» 167. ), -$ $ ) # 3., & &!, $ & 3 & ( 3. $ - &. &. 9 7., 8$ &3, &.&, &. & & - 6 $,, # - & &. & - 3 # 3.,, $! & & & # & 8? & bb - # 5!!& - # V&$ # $ # - - M & & -, & - -! G 3 $ * - 0OD $, $ & $ -!& 9 & $ &. & " # - & 7! R ,, - 7, 8 3., $ ; & - 5, 3! - & - & & - #, G & I & `., M <3 ( G, #! - $ & & - ] & ) & -! 3 ( ,=B * - / / ( - ( ? B -! "##C ) # T1

90 0 (, & -&!! & $ & $ # - # -- G & )- & 7,,!! & 8 & & - & &! 6, $ & 3 -& 3., A #! 3 L E G! #! # 0 T 8 N & - &, G g & & 3 --,(&! 53 3)- &! ( G., - & & 3., & X ; 6 3., g & & & 53 & - 3., 9 3 -& ; &, # ) 6 G & 3., & - 3 3)& - 3-3! &. -!! & 9 N # & ## 3)- * & & $ -- 3 # - - &! G &3 7 & 3 8?&!! & B $ - ^ / $ #! #! 3., - - & -!& -!! $ - $ 7 # ; E F 0 O # 8-9., M < & 6 - & $ - # $ 6 --!! $ - && G «Ici, nous ne sommes plus du tout dans le domaine de l espace, mais dans celui des transferts magiques : de l avoir et de l être, il y a une circulation entre deux réalités qui s influent l une l autre : l être chez-soi et l avoir. ( ) En somme, tout se passe comme si le propriétaire d une maison réalisait ce miracle : utiliser à la 0 T K%$ & N ) & 9. - # ` < $ & &, YYZ 6& G O * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 T2 #

91 /% (, - fois une valeur d usage et une valeur d échange» 170. N && & - & # 3 -&?0B$ 3-- # & 3 -&? B 3. # & $ & ?1B!, # $ -&$ &3.,, - 53 & 3., &! ) G - ( - $ # - 6&$ & =3 && & - I - -? B$ - #?>B! - 7 # 8?5B : $ $ 7 # 8 3.,, #! & # 3 & - G #$ &3!! $ 6 # 3,, - $! ] &3 & &. 9 3 & -,!$ & # 0D0 /, $ 7 & # -! # $ & -, & $ 9 - )$ & 9 - &!! & * & & $ 3 # -? & - # & &!B 3!! 3 -& # -& $ $ & & -&?, $ # #$bb$ - -? -& & & G $ & $ &., $bb -&? 3 $ 3 $ ( B ; > + # 3 - & & & -& & [ & - # 3 && - 0D & # # - # , - 7! & 3 8 ", $ $ # 9 5, & ) & - 6#! - - M < -- -6& &$ 170 0D0 0D N L B 8 / */ A 42=8 A AN 2 42=8 A0 ) /, $ & - 3 & 7 # 8 ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # && 3 &. & 0OO 0OO $ - 02 # T

92 6 ) 3 & & & -, &. - ^ / $!! $ 7! # # + 3 # # 8 -& - - $ &3 & - ) - $ 9 5.V $, &.$ -, & - # # G &3-7 8$ &3 3 -& - 3 $ - - $ & 3 & 3 - # 7 &. 8 $ - $ - ) G!.,! [ ) 8$ 7 3 & 8$ & 9 - $ 3 -& & -! 3 -& - - $ #.,, ] -& $ # 0D1 8 ; -, & &- - G! $ 3-- & -! i 3 $ - - ( - &3 3 : - 6 & - - -?& & ` - B. & & & - & 3!! $ - # 3, - G <UJ &- -, 6 & - ] & <3 #! & $ ( - 3., G &3!!! & # a - - $ 9: &$ -! &! #? B / 2 )$ % # - 3 0D1 * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0-2 <UJ T -! / 8#!,? # Z %! E H,H+ B 8 C <>?Z #

93 /% (, - 53 & & & - G -& 7! &. 8$ 3)- ^ / 3)&6 3,( &. # & 5 0D - 7 # 3 -& 8 - ^! : 3 - ] * -! && $, W ), & 3&! * -,( # #., 5 &, -! $ & & 3 9 ( - 5 # - - &. 9 3., #, &. & 3, G & & & & 3 -& - 3. $ & - 5 # 3 -&?&!! B, 3 - &.: &. & 0DD 7, &. & W 8 $ & -- & & - 5 & -!! - R 9, 3 7 &. &,( 8 *6 $ # - M N & - 3 -! & &!! $ 3 -& - & &? B & ## - - ) $ - 0D * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - D 0DD -! / 8#!,? # & - # - & 3,V 3 & - #$ - $ & 3 9 & & $!, & # TD

94 - 6 3 & 3 # $ $ & 9 3., & &!$ ( 3. & & - 3 # &3 3, & & & - 6&! G & $ &., $ $ &b &3 & 3-- # 3 -& & G - - ] &. 7!! 8b $ ^ / - - $ 3-- # -- & ) & 3 -& 7 & - 8$ & & 3-- & - 7 # % ) ##!!! 0DT! # * $ 8 N & ] 3 -&? & 3 # B 9 3- )$ -6 ; $- 7X : & $ - # 8$ 7 (. 8$ 7 &.,! 8b - $ 3)- - 3& ( 3 -& ( - 3! G & 3 -& $ & && -, & - 9 $ &., $ 9! &?& - &.,! -- 9! B & & (! & -- ) &. ^ / & 9!!! & 7 &. 8 7!! 8 G &, &. 3 & 3 -& $ 7 # 9 * $, ) *! $ )! ) # # 6 * $ G #! 0DO * $ 8 7 &. 8 # -& & &! G &3 & 3 - $ & 3 - ] 7!! # 3 -& # - - ) & - $ - $ # ",!! 3 & - $ - $b -- - ^ / $ - - # & - & # $ - 9 3# a & 6-6 #$ & ) ) 0DT * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - T2 0DO TT * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ #

95 /% (, - &.$ &. -,, &. ) # & G 3 3 &. # # 3) - -! # & ( ), 2 % & 3 N 3 G ( -& & & 3,( 3 & & - 3 (,!! 3 # ^.,! - G & #, 8 - &. --! 3,( &, * - $ ( ) 7 & 8? - $ - ( $ 7 8, - ) & - 3 & & ^ B$ -. 6 $ 7 #!! # # 8 ( & -, 9 & -&, -- 3!! - ^ $ - b «Le jardin témoigne de ce désir de conformisme. Si les tulipes jonchent les gazons des voisins, elles pousseront dès l année suivante sur la pelouse du dernier arrivé. Si les allées des autres sont dallées, la sienne le sera également. Ce besoin d harmonisation ne disparaît pas avec les années, au contraire. Les anciens propriétaires s adaptent automatiquement aux dernières lubies des voisins. C est ainsi que toute la rue se retrouve le dimanche à tailler ses thuyas en rectangle, se repassant cordialement le sécateur» 180. ; 5-7 & & 8 M 3 -- &. -,, - R U 9 3 & $ &., & 3., - -6 & 6!! && G & - 3 #!! $ &3 3 & - ) - ) & & & U #, 9 3&& a # $ - - &,, 3 & -., 7 : - 8 G 53 3 & & -, &, #., & -, &. )$ # - " -- W 9 5.V 5. : & & &! #!& -!!! 5. $! - 7, ( 8,,& &.W 7 - # ) ! & - -. & 9 &? B - &. & ( ) / 94- ( & U E F E - ( #; # "##$F - : -! G=! + )!HHIII +- ) D HV- H # #&H # #& ;#&$"; # TO

96 # &.W, G &3 U $ 9 - $?-, 3 ( 39 > # > B - ) 7-8 & < 3!! 9 5.V $ &3 9 G ).,?5.V! - & 7 )- 8B!., & & &.! &$ 5.V & #!& <Z< X (, - %$ # &&. & & 9 3 #! $ -, 9! # & R?<& 0B ?<& B 0!, )- 9 «Le premier qui, ayant enclos un terrain, s avisa de dire : ceci est à moi, et trouva assez de gens simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d horreur n eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé eut crié à ses semblables : Gardez-vous d écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n est à personne» 182. Jean-Jacques Rousseau. «Enfin j ai ma maison, J ai mon jardin, mon chat, mon chien Et ma barrière. Je suis d venu propriétaire» Les Compagnons de la Chanson, «Enfin j ai ma maison» - & & R - 3&.&, - M - & & R - 3)- - - & G - & & 3 3 & 3! - -& $ - ( -! $ - $b& ( - & G ( - ( - # $ - 3 <Z< / 8#!,? # =BB 2= O O J- N D 9 ( ( ) + )+ )+ / +! $ ) #; O # J-

97 /% (, - «Si celui qui regarde n est jamais «discret», c est que, dans une vision astreinte à la règle de la perspective, il est toujours voyeur. ( ) La perspective, si elle chose scabreuse, comme on le lit dans Filarète, ce n est pas seulement qu elle soit, au regard de l intellect, et comme peut l être une surface, pleine d aspérités : c est d abord, qu elle en appelle, dans le sujet, à la pulsion scopique, et qu elle prétend le réduire à la fonction et au statut de témoin, sinon encore une fois de voyeur.» ( ) $ - $ 3! $ 6 $ - 3., &,?& - 3 -& B & # # & R - - # - 3, N # & R 3 3., -? 3 & # B?0B 3? & 3, - B? B! / 9, $ % " - -!& 9 & R G! - - $ 3 - $ $ # ) &. -$ & & R 6 G, $,, $. $ - *3 &R $ & R - &,?9 6 / B? B N $ 6 & R & 3., - 6!, &&- 3?! B 3? 3 B &., - &!& - # 3 & - -?>B 9, 4 # & R - 3 -& - 3 -& -, & & &! < - & &! G &3 &,!! & & R! G,! $ & R & & 3 & / : # : $ & R! - &. - # & # $ )$ &. # & $ #! & - - # ) $ 3 - # - ^ ## G 7 G Y # ) ) % 8 0T2 & R! & - - $ N287B 4 4-: 9 ) ) / /- (? + ) 2! C ) $$ # O0

98 ( $ G 3 # - 3! 3 # $ &&. G! - & )-?&3 3 & 3! 9, $ &! #)- B 0T * - -& - - &. # $ ^ / # 3 -& & R! - * - $ & R & - - &3 - - & i 3 $ & R #! 3 3-7! 8!?&3 3& - - B # & &! & $ 9 ( I) $ I. 3 3! -? -- & 3 $ ) - B 3! &R? -- & B & R 6 - ( 3 -& -- & ) !!. & R / : > % : 5 - # 3 $ &3 - # a - : : - -. ( G &! -, & 3., - &! & R $ 3 - ( & $ &!& 9 &. $ - # $ &3. - && & 3-- & & & 6 -! & R &&, # ] 3 - $ 0T & - 6 ; 9, < & R, & $ &, - $ $! &! &. -- W & & R 3., - + % Q 0T2 ^ * KK / N"/> /K <5^ S 5. $ K & $ - #$, &$ &. & 6 # 6# G 1 $ 0OOD T * S <$ K 6 $ N & ^ "N\$ ^ / c "N* ^ "N\ 3., - 3^ $ & & ^, < & G 0 - O 0T O ) $ T #

99 /% (, - 5 $ 3., - & - 3!! # G - )., - & - & R & G - &. 7 8$ - &. - & &! $!., - &. &. & -- 9 #, ", & - ) G 3 9 $ # &, <! 3 - -, 6 $ &3 3 $ $ # $ & 9 3 G! ( $ 7 8$b? 3 # -- B * # & $ ; > +, - & & 3 G 7 6! : 3 O! : 3! + 3 0TD!!# % $ 5 - -& - # 8 G - $ &?&3 9 ( ## # G - 3) MB $ &, & - $ &3., 9 (, 6 & R -,!! - $ : 9 3& - # 6!, $ & - # - & ) - - G - & # &. - 4 <ZZ 7 &. -! &. &, $ -,!! - - # - -?&!! - - & &. B &., - &!!& G # $ & R #, -?. $ & & &. $bb 0TD ; > +$ 6 3 # \ $ 3 - \ # && 3 &. & 0OO 0OO $ <ZZ ! / 8#!,? # U # O1

100 3 & &. $ 9 -- &.$, ( 39 & :!C &. -- &.$!! - -. & R 3 6, 6 $ -. $ - 9 # # $ & - : - & & R ] & & 6! - )$ - G &3 - - &.! $. : 9 & $ - # -, $., &! 3 # & R.,?, - B$ & - 6 # & R !!% <Z> ( # 9 % < & R 3., - 6 &. ) &.& $ & R - &. & & - -!, &&, # # - # M # 2-3!! ) - -, -! 7! 8$ -- 7 # & 8 53 &.: ) & - & # # & # # - -! - & - ) 5 &.!! < $ < - 9,(&! & G &, $ & 7 8$ & &! & - 6# & &.& &.: -- ) # & b 5 &. # & - 5 & 6 - $ & 3 V# G $ 6 & )? 3 $ C B ; $ && - V# G + 0O., 3V# 3, 9 DD P & 9,(&!$ & 0O 7 & 8 - R & 9 -! # & <Z> O2 -! 8#!,? #? U #

101 /% (, & - 6 ( & , : & ) $ ) & $ 3 & ; & 6 &? & - B 5 # # & - )- & $ 3 - b 5- $ & 3 & $ &! $ ) & ] $ 3 & ( # $ 6 $ - & 3!!& &! & &! <>< 6 0O / K$ d5 <><! e$ & -, G. -GII. - #!! I & -.-1M L & j OO -! / 8#! )!,? # Z, E QQQ # O

102 0 (, " 8 c - M * 0OT 0OO $ 3 & - 3, &. & #, " & W # & &!U 7 & -. 8? MB G, $ # & $ & - - # $ - # $ # # $b " $ $ 3.,, & & > ! G I - - $ I b$ & )! 3., & & & 5! #, $ 3,( 3 ( - - $ & : - )& $ - # -, ) ) 3 - -, b a! & - G! & 9 & -? - R 9 & B M ; & 3, & &. & $ 3 &., $ & M & -, 6 & - )$ - & & 3.,, O #!& 9

103 /% (, -! 2 : % <O 3, $ % $ " -, # ; C.., - $ & & ), - - $, & G # & & W = 39 $ b ) - -! - &. # 7 &! & 0OT 0OO ) - - ( - & 3., 8$b # & - 9! $ & - )$ # 7 ) & 8$ 7 8$ $ & ^ / - & & , 8 ; C 5 )- - A ; C., ( , - T AB ; & - & 3., - M < " J Q - &! &R & ) - &., -- & $!! $ 3., -! 3# $ # 7 &.& 3., 8$ # - $ --, - R - - & $! & &! G «Ce n est plus le détachement d une élite de la communauté urbaine, mais le refus d une co-présence anonyme sans signification relationnelle et sans affirmation singulière. C est la lourdeur d une vie collective en son entier que l on rejette cette fois. Un retrait, non plus pour le palais mais toute une couche importante de la population urbaine. La démocratie en l occurrence, ce n est donc pas la vie communautaire ainsi que nous le fait rêver le socialisme mais l extension du modèle individuel ou de ce qui est considéré comme tel, des classes possédantes. Au plan de la vie quotidienne du moins, l égalité jusqu à nos jours n a que l allure d une banalisation spectaculaire» , & 3-3., - - W ).,! - 3., & ) [ & - 9 & - & ) 9 &.6! - # # 3., -, & U - & && $ - 7, 8 G ) $ )$b &-, & -? & - ) & -- B 192 B0 0BW5 B> / ( > ) ) /?,! C ( ) LA72W 8 9+ )! * ( / - J- 1 ) 3 ; "##& # OD

104 ( 5 & ; C ( 3 # & M &. &, # & # G!!!?&! - $ 3 # - B 3! > &, -, $ # 3 &, & - «Une tendance plus ou moins forte chez les uns et les autres, mais clairement dessinée, du dépassement de l intimité «avant tout», du moi «forcené». La notion de bulle d intimité a évolué. Elle est à la fois moins cantonnée à des pièces particulières et davantage en capillarité avec l extérieur. C est une bulle «poreuse»» 193. «Nous passons d une notion d intimité totale et excluante à une notion d intimité suffisante et connectée. ( )Ils ne veulent pas être totalement coupés des autres, sans pour autant être en exhibition permanente. C est un jeu du moi/nous. ( )La bulle d intimité est poreuse vis-à-vis de l extérieur. Ce type de relation idéale passe par une fonction très importante, la fonction SAS qui permet une transition entre l intérieur et l extérieur, entre l intimité et la convivialité» 194. * & & $ 3., - $ 9 - # $ & # - 3 $ 3 # - & 9 7 & 8 & - - $,!$ & $ &. b $ & )., $ 9 & & R $ -, $ $ - # & 5 3., - )&!$ 9 3 # # 9 0O 5.V 5. $ & # 7 - &, 8 " &. - &. 3., 6 P - - & - & 3 & YYZ, YYZ 6& 3 G $ &. 9 X - & & - 3 & G 3 & - M #!! & & 5! 7! & 8, & - 193,8 8 * 92 ( J- ) 0 ) 8 * & $ / - ) " 194 0O,8 7: ) "$ 5 &. - -$ # & - -! & G $ - 6& $ $b &! ) OT #

105 /% (, , - <- 3, *3 - $, & - ] 3 - $! & R $,V # & 3 (,, 6 -,, 6 - G! 7 8 & 3 -&?#!& $ ) [ - 9 # - B 53, 6 & 3-3., - G && -! )! &. # 9! - 6 / 9 3 &! $ & & #!! - 53 # & - & $ 9 -!., $ )& 3! $! &! 3., : & # - - G - &!, # & &!$ & 3 &- - - & 3! # 3 -& $,! # OO

106 0 #

107 /, % : - /, % : - & & - & - $! - $, I &. & # - - & - 3,( - & $ &. $ , - & 53!, -!& 3., G 3 # 6 -! &3 & 3 -& G 3., 3.,!!! 3., 3 -! 3., -,!!& $ &-& 3 # -! 3., $ && # 3. & & - & -, & -&.,, 53 $ ( & $ 3! & - -. ^ K 7 9 [ & & $ & & 3., && 9 & # ; & 5 # - - $ :--$ - & $ 5 # &. &., & # 3 5 #! - & - $ ( $! 5 # $, -& & $ &. &.,, $ # $ 3 &. 9 # 0 0

108 & & -- $ $ - & & & - # &. $ & 3., -. 6 ( & N # & $! M 0 #

109 ; - % ; - - : ARASSE, Daniel. On n y voit rien. Descriptions Editeur Denoel, Collection Médiation. Paris : pages. AUGÉ, Marc. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité Seuil, collection La librairie du XX siècle. Paris : pages. BACHELARD, Gaston. La poétique de l espace - Presses Universitaires de France. Paris : pages. BOUTET, Didier. Pour un urbanisme rural L Harmattan. Paris : pages. CAMPREDON, Jean-Pierre, Eric MARTIN et Daniel CROCI, Regards sur une architecture environnementale Edisud, Les Cahiers de Cantercel, n 1. France : pages. CHOAY, Françoise. L urbanisme : utopies et réalités. Une anthologie Seuil, collection Point Essai. Paris : pages. DAMISCH Hubert. L origine de la perspective. Edition revue et commentée Flammarion, collection Champs Art. Paris : pages. # 0 1

110 DEZES, Marie-Geneviève, Nicole HAUMONT, Henri RAYMOND et Antoine HAUMONT. L habitat pavillonnaire - L Harmattan, collection Habitat et Société. Paris : pages. DEZES, Marie-Geneviève. La politique pavillonnaire L Harmattan, collection Habitat et Société. Paris : pages. EHRENBERG, Alain. L individu incertain Editions Hachette. Paris : pages. HAMBURGER, B. L architecture de la maison Mardaga Editeur. Liège : HEIDEGGER, Martin. Être et temps Gallimard, Bibliothèque de Philosophie. Paris : pages. LACAZE Jean-Paul. Les Français et leur logement. Éléments de socio-économie de l habitat Presses de l Ecole Nationale des Ponts et Chaussées. Paris : LAHOUGUE, Jean. Lettre au maire de mon village Editions Champs Vallon, collection L Esprit libre. Seyssel : pages. LAMIZET, Bernard. Les lieux de la communication Madarga Editeur. Liège : LAMIZET, Bernard. Politique et identité Presses Universitaires de Lyon. Lyon : pages. LE CORBUSIER. La Charte d Athènes, suivi de Entretien avec les étudiants des écoles d Architecture Edition Seuil, collection Point. Paris : pages. MANGIN, David. La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine Edition de La Vilette. Paris : pages. NORBERG-SCHULZ, Christian. Genius Loci. Paysage, ambiance, architecture - Pierre Mardaga Editeur (3 édition). Liège : pages. OSTROWETSKY, Sylvia et J-S. BORDEUIL. Le néo-style régional. Reproduction d une architecture pavillonnaire Bordas. Paris : PAQUOT, Thierry. Homo Urbanus Edition du Félin. Paris : pages. PINSON, Daniel et Sandra THOMANN. La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse L Harmattan, Collection Ville et Entreprise. Paris : pages. WEBBER, Melvin M. L urbain sans lieu ni bornes - Edition de l Aube, collection Monde en Cours. France : WEBER, Eugen. La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale ( ) Fayard. Paris : pages. : & < BRAYER, Marie-Ange. La maison : un modèle en quête de fondation [en ligne]. 28 pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : CICCO, Anne. Mimétisme pavillonnaire. L Humanité, 5 août 1994[en ligne] [consulté le 0 2 #

111 ; - % ] Consultable sur internet : <URL : GAUDIN, Henri. Entretien. La ville dans la maison. Projet, 1995, n 243, p GODARD, Francis. La ville en question. Regard sur l Actualité, La Documentation Française, 2000, n 260. LA SOUDIÉRE (DE), Martin. De l esprit de clocher à l esprit de terroir. Ruralia. [en ligne]. 10 pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LELOGEAIS, Elisabeth. Maisons comme vous avez changé! Les Echos, [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LEVY, Jacques. Les campagnes, figures de l urbain. Pouvoirs Locaux, 2001, n 48, p MARMOZ, Robert. Le bonheur est à 32 km. Le Nouvel Observateur, 2004, 9 décembre, p.28. PAQUOT, Thierry. Ouverture sur la civilisation urbaine. Projet, 1995, n 243, p PERRIER-CORNET, Philippe. Quelles perspectives pour les campagnes française? Projet, 2003, n 274, p SCHERRER, Frank et Emmanuelle BONERANDI. Entre ville et campagne : un nouvel espace de vie, Sciences Humaines, Hors-série, 2005, n 50, p Le Grand Larousse Illustré, 3 volumes Larousse. Paris : éditions Larousse, Le Petit Robert, version interactive du portail étudiant de l Université Lyon 2. Encyclopédie Générale Hachette, Dictionnaire. 4 volumes. Paris : T - % 0 < # 0

112 " Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Maison aujourd hui, la maison à euros. Mode d emploi. [en ligne] pages [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction. 35 conseils pour réussir un lotissement. Janvier pages. Arc-en-rêve. Dossier de presse pour l exposition Voisins, voisines, nouvelles formes d habitat individuel en France. Avril pages. FOURCAUT Annie, cours à l ENS-LSH des 16 et 23 novembre Le logement social en France de 1830 à la fin des années 1960 [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : Fondation BMW, Ministère de l Aménagement du Territoire, de l Equipement et des Transports et Ministère de la Culture. Programme du concours d architecture , La maison individuelle. 49 pages. FRONT-RÉAULX (DE), Dominique, Réalités et mythes de la cabane dans l histoire de l architecture de 1750 à 1930, extraits d une conférence à l Institut Français d Architecture, 13 mars [en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : LAURENTIN, Emmanuel et V. LAMENDOU. La folie pavillonnaire : France Culture, La Fabrique de l Histoire, reportage radiophonique diffusé le Consultable sur internet : <URL : Rencontre au couvent de la Tourette, Centre Thomas More. Regard, Espace, 0 #

113 ; - % Architecture. 15 et 16 mars Notes de Rose Mégard. SARL ABCIE, BOU Laurent, Lotissement Le Clos des Narcisses : note de présentation. Commune de Châtillon-sur-Chalaronne, mai WOZNIAK, Marie. L habitat des citadins à la campagne : modèle architecturaux et identité territoriale. Intervention au colloque «Faire campagne», Rennes : 17 et 18 mars 2005[en ligne] [consulté le ] Consultable sur internet : <URL : # 0 D

114 0 T #

115 < < <!, "%$ < 2 = > 8 % 3 # 0 O

116 00 #

117 < # 000

118 00 #

119 < # 001

120 002 #

121 < # 00

122 00 #

123 < # 00D

124 00T #

125 < # 00O

126 < 2 ; % 8 6( A 3 0 #

127 < < 6,? $ 2 /? 3 # 0 0

128 0 #

129 < < B, / 2 - : C : % 3 " - # 0 1

130 %$ 0 2 #

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION SALON HABITAT EXPO Pôle & vivre avec LE BOIS MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION HABITAT & RÉNOVATION BOIS & ÉCO-HABITAT AMÉNAGEMENTS INT. & EXT. 25.26.27 Avril 2014 salle du Jaï Alaï DOSSIER DE PRESSE Alliance

Plus en détail

Vive le pétrole cher. À Rennes, des îlots caressés par la foule

Vive le pétrole cher. À Rennes, des îlots caressés par la foule Vive le pétrole cher À Rennes, des îlots caressés par la foule Pour éviter les déplacements inutiles, la communauté d aglomération a fait le pari de la densité urbaine. Il est un phénomène infernal : les

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

L E S AVOIR R ÉNOVER. Pierre & Vacances

L E S AVOIR R ÉNOVER. Pierre & Vacances L E S AVOIR R ÉNOVER Pierre & Vacances PIERRE &VACANCES, Leader Européen de l immobilier de loisirs L E GROUPE PIERRE &VACANCES, en constante croissance depuis sa création en 1967, est devenu la référence

Plus en détail

Nouveaux regards sur la ville

Nouveaux regards sur la ville Nouveaux regards sur la ville «Réponse aux particuliers» 1 Grand colloque Bimby 17 & 18 SEPTEMBRE 2012 www.bimby.fr Grand colloque Bimby / 17 & 18 SEPTEMBRE 2012 / Nouveaux regards sur la ville 1 BIMBY

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

Maladrerie. Saint - Lazare

Maladrerie. Saint - Lazare Maladrerie Saint - Lazare La Maladrerie Saint-Lazare Exemple remarquable en France de l architecture hospitalière des XII e et XIII e siècles, la Maladrerie Saint-Lazare se réveille et dévoile au public

Plus en détail

Maison, Jardin, Lotissement :

Maison, Jardin, Lotissement : Université d Angers Ecole Supérieure des Beaux-Arts d Angers Maison, Jardin, Lotissement : Logiques d acteurs et processus de projet Séminaire 1 Organisé dans le cadre de la réponse à la consultation «ART,

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

Photographie immobilière et Home staging : Le duo gagnant pour vendre vite

Photographie immobilière et Home staging : Le duo gagnant pour vendre vite Dossier de presse Photographie immobilière et Home staging : Le duo gagnant pour vendre vite Communiqué de presse Home staging et photo immobilière : Audrey Laurent stimule les ventes! Vendre vite et bien!

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Journée de formation à destination des professeurs de 3 ème DP6 de Savoie et Haute-Savoie Olivier BAYLE (Arts appliqués) et Marina FAVRET (Lettres-Histoire-Géographie)

Plus en détail

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie

Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie A. De Herde 1 1. Typologie du logement wallon (dans le cadre du projet de recherche LEHR, mené conjointement par la PHP, le CSTC et l UCL, financé

Plus en détail

DEMEURER CHEZ SOI J HABITE DONC JE SUIS

DEMEURER CHEZ SOI J HABITE DONC JE SUIS ETRE SOI ET DEMEURER CHEZ SOI J HABITE DONC JE SUIS Robert Tauvron, Noyon, février 2014 1 Expérience de bénévole Visites La communauté humaine demeure auprès des plus vulnérables Expérience d étudiant

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

Croissances. Philippe PANERAI

Croissances. Philippe PANERAI Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Définitions & intérêts Modes de croissance

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

4. Mes deux bilans séjour en entreprise

4. Mes deux bilans séjour en entreprise RAPPORT DE STAGE ENTREPRISE 1 : 1- Sommaire Page.1 2- Introduction Page.2 3- Présentation de l'entreprise Page.3 4- Fonctionnement de l'entreprise et l organisation de l entreprise Page.4 5- L'entreprise

Plus en détail

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants:

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants: La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment Débats animés par Denis Cheissoux, journaliste animateur de l émission CO 2 mon amour sur France Inter

Plus en détail

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats

15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras. Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats 15 octobre 2011 à l hôtel Atria d Arras Quel avenir pour nos églises dans le Pas-de-Calais? Rencontres / débats Sommaire Pourquoi un débat? Le diocèse d Arras en quelques mots Le programme et les intervenants

Plus en détail

VILLE D IVRY-SUR-SEINE Enquête sur les modes d accueil des enfants de moins de 3 ans

VILLE D IVRY-SUR-SEINE Enquête sur les modes d accueil des enfants de moins de 3 ans VILLE D IVRY-SUR-SEINE Enquête sur les modes d accueil des enfants de moins de 3 ans Ce questionnaire, destiné aux services de la mairie s occupant de la petite enfance, s adresse aux parents ayant au

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS Le contexte : La commune de Sazos située dans le canton de Luz Saint Sauveur sur la route

Plus en détail

«Menuiserie Charpente»

«Menuiserie Charpente» «Menuiserie Charpente» Présentation sommaire Identification : Entreprise de charpente, menuiserie, escalier et spécialisée dans la restauration du bâti ancien. Egalement ouverts à la création contemporaine.

Plus en détail

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère DESCRIPTION DU PROJET Le jardin de la cure, planté de quelques très beaux arbres remarquables, témoigne de l élégance discrète des propriétés de notables d autrefois. La commune a le souhait de préserver

Plus en détail

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP)

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Une projection plus fine, plus cohérente, pour protéger notre patrimoine,

Plus en détail

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014. Programme détaillé par jour VENDREDI 19 SEPTEMBRE

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014. Programme détaillé par jour VENDREDI 19 SEPTEMBRE JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014 Programme détaillé par jour À l occasion de l édition de 2014 des Journées européennes du patrimoine, la ville de propose une découverte

Plus en détail

Emeric Feher À la vie à l image

Emeric Feher À la vie à l image Les Éditions du patrimoine présentent Emeric Feher À la vie à l image > Un photographe humaniste talentueux et méconnu > Une collection de photographies en grande partie inédite révélée au public > Une

Plus en détail

l indépendance en toute sérénité

l indépendance en toute sérénité A P P A R T S E N I O R S N A N T E S S E N g h O R VIVRE à NANTES l indépendance en toute sérénité appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant,

Plus en détail

Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux. Cahier des charges

Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux. Cahier des charges Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux Cahier des charges MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES Marché à procédure adaptée (art. 28 du code des marchés

Plus en détail

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles G A M M E PREMIUM En plein coeur du centre historique de Nantes NANTES Carré Vert Photos non-contractuelles DÉFICIT FONCIER Déduire le montant des travaux réalisés sur l ensemble des revenus fonciers positifs,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Exemple d une réalisation en division parcellaire

Exemple d une réalisation en division parcellaire Le contrat gagnant COVALEM s adresse aux particuliers qui souhaitent bénéficier de tous les avantages d une offre unique qui permet de produire les plus belles opportunités immobilières du marché. Exemple

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Double cardo et decumanus. Topographie de Paris. lignes de niveaux dans la partie centrale de Paris. Les grandes étapes de la formation de Paris

Double cardo et decumanus. Topographie de Paris. lignes de niveaux dans la partie centrale de Paris. Les grandes étapes de la formation de Paris Topographie de Paris Les grandes étapes de la formation de Paris lignes de niveaux dans la partie centrale de Paris La carte des voies «naturelles» qui par leur tracé ont marqué la formation de Paris Lutèce

Plus en détail

Visite Sylvia Pinel (Ministre du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité) - ZAC de la Jaguère

Visite Sylvia Pinel (Ministre du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité) - ZAC de la Jaguère Visite Sylvia Pinel (Ministre du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité) - ZAC de la Jaguère Intervention de Gérard Allard, Maire de Rezé Mardi 28 avril 2015 Madame la Ministre En tant

Plus en détail

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix»

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Transcription 5 10 15 20 25 30 35 40 Ma venue à Africa Remix est due au fait que une commande m a été faite, quoi. On m a demandé de concevoir

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MÉTIS-SUR-MER RÈGLEMENT NUMÉRO 13-83 Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (LRQ, c.

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

A VENDRE - espace contemporain d exception

A VENDRE - espace contemporain d exception A VENDRE - espace contemporain d exception Maison d Habitation - 2013 COLOMBIER / NE "L architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière." LE CORBUSIER, Vers une architecture,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE

COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE DEPARTEMENT DE L ESSONNE COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE Enquête publique à la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune CONCLUSIONS MOTIVÉES Enquête : «Modification du PLU Commune de Villiers

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie Programme cofinancé par l Union européenne. Fonds européen de développement régional. «L Union européenne investit dans votre avenir.» PARTIE 2 Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains Etienne Timmermans

Plus en détail

Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution

Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution Dossier de presse galerie-photo le Site Français de la Photographie Haute Résolution Qu est-ce que galerie-photo?... 2 Qu appelle-t-on photographie de haute résolution?... 2 Qu offre le site au visiteur?...

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville

Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville semaine de l architecture contemporaine Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville Adresse : Boulevard Saint Michel, Le Mans Surface : Hors oeuvre nette : 2 229 m2 Habitable : 1 820 m2 Parti architectural

Plus en détail

Du 12 mai au 30 juillet 2012. Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein

Du 12 mai au 30 juillet 2012. Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein Du 12 mai au 30 juillet 2012 Au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers sur Serein "Noyers: les cabanes de vignes vues par un peintre, François Poitout" Crédit photos: François Poitout Textes extraits

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Le Belvédère. Plan-de-Cuques

Le Belvédère. Plan-de-Cuques Le Belvédère Plan-de-Cuques Plan de Cuques, le compromis idéal de la ville à la campagne. Vue grandeur nature sur le village et les collines Le Belvédère, entre vitalité et sérénité... Aux portes de Marseille

Plus en détail

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements.

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements. Entre Romans et Valence, la capitale stratégique du Sud Rhône Alpes : la Drôme, vous offre de nombreux attraits culturels, historiques et gastronomiques. Un département aux multiples facettes, composées

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

appart séniors une nouvelle solution d habitat

appart séniors une nouvelle solution d habitat appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant. Et mon balcon offre des vues vers la Loire! Ici, je profite des commerces à 150 mètres mais aussi

Plus en détail

Logements. en Île-de-France

Logements. en Île-de-France Logements collectifs en Île-de-France FORMATION 2014 Un cycle de formation proposé par les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis

Plus en détail

Une maison... L architecte Thierry Noben connaît

Une maison... L architecte Thierry Noben connaît CASAS 298 FR-008 (Noben) 8/03/07 17:33 Page 8 Une maison... Située dans un lotissement luxembourgeois, cette habitation construite par l architecte-bâtisseur Thierry Noben, se veut sans prétention, relativement

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Prix des lycéens autrichiens Compte-rendu de la tournée de Mireille Disdero en Autriche du 21 au 24 janvier 2013

Prix des lycéens autrichiens Compte-rendu de la tournée de Mireille Disdero en Autriche du 21 au 24 janvier 2013 Prix des lycéens autrichiens Compte-rendu de la tournée de Mireille Disdero en Autriche du 21 au 24 janvier 2013 1) Qu est-ce qui a inspiré l écriture de 16 ans et des poussières? Tout a commencé quand

Plus en détail

Architecture Durable & BOIS 1

Architecture Durable & BOIS 1 Architecture Durable & BOIS 1 Surélévation et extension / chantier Prouesse architecturale Restructuration, extension par l arrière, surélévation en façade! Réalisé par : Pierre-Olivier Chanez Photos :

Plus en détail

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation.

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. ex : Sur cette carte, l échelle est de 1 cm pour 100 km. Si l échelle

Plus en détail

Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs, Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Comité National Tchèque, Mesdames, Messieurs, En tant que Président du Club HLM International, je tiens tout d abord à vous remercier pour

Plus en détail

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011 Petit rappel historique : Originaire de Meung sur Loire voilà 3 générations que l entreprise VIGERY est attachée à la construction, la rénovation, le bâtiment en général et les travaux publics. En premier

Plus en détail

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 2 Au pied des Buttes-Chaumont, Sur les Hauts de Belleville, à la conquête de votre espace. Passage de l'atlas - Paris XIX ème montagedoc

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Damien Guillaume. Istanbul. Les derniers artisans. Textes de Jean-Michel Belorgey Préface de Ara Güler. Éditions Empreinte Temps présent

Damien Guillaume. Istanbul. Les derniers artisans. Textes de Jean-Michel Belorgey Préface de Ara Güler. Éditions Empreinte Temps présent > communiqué de presse < Damien Guillaume Textes de Jean-Michel Belorgey Préface de Ara Güler Éditions Empreinte Temps présent 80 pages, 40 photographies reproduites 20 x 20 cm 19,90 ISBN : 978-2-35614-061-6

Plus en détail

Dossier de presse 50 ANS D ENGAGEMENT. Présentation. Situation. Description du projet. Saint-Etienne, le 27 juin 2013

Dossier de presse 50 ANS D ENGAGEMENT. Présentation. Situation. Description du projet. Saint-Etienne, le 27 juin 2013 Dossier de presse 50 ANS D ENGAGEMENT Saint-Etienne, le 27 juin 2013 Habitats Jeunes CLAIRVIVRE et Cité Nouvelle célèbrent les 50 ans du bâtiment CLAIRVIVRE et les 50 ans de l Association Habitats Jeunes

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

Les Villages d Or de Magny-le-Hongre Des résidences accessibles au plus grand nombre architecture sobre et élégante

Les Villages d Or de Magny-le-Hongre Des résidences accessibles au plus grand nombre architecture sobre et élégante Avec ses 7000 habitants, la commune de Magny-le-Hongre se trouve à seulement 35 mn de Paris et fait partie des 5 communes du Syndicat d'agglomération Nouvelle (SAN) du Val d' Europe qui compte au total

Plus en détail

CONSTRUCTION D ENVIRON 170 LOGEMENTS NEUFS ET AMÉNAGEMENT D ESPACES PUBLICS

CONSTRUCTION D ENVIRON 170 LOGEMENTS NEUFS ET AMÉNAGEMENT D ESPACES PUBLICS Eveil urbain CONSTRUCTION D ENVIRON 170 LOGEMENTS NEUFS ET AMÉNAGEMENT D ESPACES PUBLICS à VILLENAVE D ORNON - - Opération organisée par la Communauté Urbaine de Bordeaux dans le cadre du projet : «50

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail