L assurance des PME Sachez vous rendre indispensable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L assurance des PME Sachez vous rendre indispensable"

Transcription

1 Présenté par L assurance des PME Sachez vous rendre indispensable Guide pratique à l intention des représentants en assurance de dommages Ce supplément d Assurance est commandité par : Septembre 2010

2 Assurance des moyennes entreprises Bien outillé avec Intact Assurance Avec l offre DIX CINQUANTE*, vous êtes outillé pour augmenter votre présence dans le marché des moyennes entreprises dont les primes se situent entre $ et $. Voici quelques-uns de vos atouts : des produits qui s adaptent aux besoins de vos clients tels que : Mon entreprise et moi MC +, Mon entreprise et moi MC Manufacturier et l Assurance des transporteurs MC une gestion simplifiée et centralisée pour plus d efficacité puisque les risques standards ou supérieurs sont souscrits par un seul assureur ; aucun partage de risque, aucun intermédiaire des protections plus adéquates en cas de risques d envergure ou d exportation aux États-Unis Pour en savoir plus, communiquez avec votre Centre d affaires ou visitez notre Portail courtier * Certaines conditions s appliquent. Le logo BIP est une marque déposée de l Association des courtiers d assurance du Canada (ACAC), utilisée avec l autorisation de celle-ci. Toutes les autres marques de commerce sont la propriété d Intact Corporation financière et sont utilisées sous licence. 2009, Intact Compagnie d assurance. Tous droits réservés.

3 L assurance des PME Sachez vous rendre indispensable Guide pratique à l intention des représentants en assurance de dommages 4 Marketing Obtenir la clientèle des dirigeants de PME 6 Relation à la clientèle Satisfaire et gagner la confiance des clients commerciaux 8 Prévention Diminuer les risques de réclamations 10 Gestion des risques Quand votre client PME traite avec l étranger 12 Développement d entreprise Une assurance qui grandit avec sa PME L assurance des PME Un supplément d Assurance

4 Marketing Obtenir la clientèle des dirigeants de PME Adapter son approche aux clients PME demande peu de moyens. La clé du succès? Maîtriser l art d obtenir des références. David Santerre Dans un marché des plus compétitifs, où les petits cabinets de courtage côtoient les multinationales, il n est pas évident de renouveler sa banque de clients commerciaux. Une chose est sûre, il importe d être à l aise avec l approche marketing adoptée. Heureusement, comme l ont confié bon nombre à Assurance, il existe autant de techniques pour courtiser un client que de représentants. Évidemment, l ère de l annuaire téléphonique imprimé que l on décortique pour trouver d éventuels clients est révolue. «On fait preuve de dynamisme, on se sert d Internet pour cibler des entreprises d un domaine en particulier. Par exemple, je dresse une liste d entrepreneurs dans le domaine des portes et fenêtres et j en cible une dizaine. Ils recevront tous une proposition d affaires de notre bureau. Par la suite, on assure le suivi en les rappelant dans un an, deux ans, voire même trois ans», explique Louis-Claude Trudel, du cabinet Comerco Courtage Plus. En avant la techno! Les nouvelles technologies ont tout de même leurs limites, estime Vincent Gaudreau, un jeune courtier de chez Demers Gaudreau et associés pourtant toujours à l affût L assurance des PME Un supplément d Assurance

5 L assurance sera toujours, avant tout, une affaire de contact humain. du moindre développement technologique qui pourrait s appliquer au monde de l assurance. Lui qui voit dans les Facebook, Twitter et autres médias sociaux de ce monde un puissant outil pour joindre les particuliers se montre plus sceptique quant à leur potentiel auprès des entreprises. «Les médias sociaux me permettent de suivre mes clients, d être plus proche d eux et de les aider. Mais asseoir son développement d affaires là-dessus, on n en est pas là», estime celui qui préconise plutôt les réseaux naturels pour élargir sa clientèle. À titre d exemple, comme ancien des HEC et geek invétéré, il compte parmi ses clients plusieurs jeunes entreprises de technologie de pointe dirigées par ses amis ou référées par eux. Obtenir des références En fait, pour paraphraser Richard Giroux du cabinet Courmark, «l assurance sera toujours un people business». Selon lui, il n existe à ce jour aucune méthode plus efficace que la rencontre des dirigeants de PME sur leur terrain pour leur faire preuve de sa motivation et sa compétence. Louis-Claude Trudel, lui, n hésitera pas à demander à un client entrepreneur dans un projet de lui référer ses sous-traitants. Enseignante à l AEC en assurance de dommages du Cégep du Vieux Montréal, la courtière Anne Bélair propose dans cet ordre d idée de courir les 5 à 7 réunissant les gens d un secteur d affaires donné. C est une bonne occasion d y faire du lobbying dans un cadre favorisant le déliage de langues. Encore que la compétition sur ce terrain soit forte. «Dans certains cocktails, il y a plus d assureurs que d entrepreneurs!», blague Vincent Gaudreau, lui aussi adepte de cette technique. Il fait aussi affaire avec des entreprises de télémarketing pour joindre les dirigeants d entreprises d un secteur ciblé. Ce qui donne des résultats intéressants. Les listes de noms La prospection, c est aussi un travail de moine. À Intact Assurance, on fournit dans certains cas aux courtiers des listes de clients à appeler. «Si on a un courtier à Montréal sur la rue Rachel, on va lui envoyer une liste du bassin de clients dans son secteur géographique, dans la marge de prime que l on vise, soit présentement entre et $», explique Alain Moreau, directeur en Assurance des entreprises à Intact Assurance. Les courtiers peuvent aussi se faire concocter par des firmes spécialisées des listes de clients selon un secteur d activité ou géographique, par valeur de la prime, et même selon la date d expiration de leur police d assurance actuelle. «Ce n est pas donné, mais ça peut être efficace si on fait un suivi serré des gens qu on appelle une première fois. Ça demande d être prêt à défoncer des portes», analyse Louis-Claude Trudel. Selon Guy Messier, lui aussi de la direction de l Assurance des entreprises à Intact Assurance, «on peut avoir un taux de réussite intéressant en ciblant bien ses stratégies et les risques que l on veut assurer. Ça donne de meilleurs résultats que si l on cherche dans tous les sens». Mais en bout de ligne, selon plusieurs courtiers interrogés, donner un bon service, attentionné et personnalisé, à un prix concurrentiel, demeure la meilleure arme de séduction car les clients satisfaits vous recommanderont forcément à leurs confrères d autres entreprises. Un bouche-àoreille qui ne demande aucune démarche particulière et qui peut rapporter gros. L assurance des PME Un supplément d Assurance

6 Relation à la clientèle Satisfaire et gagner la confiance des clients commerciaux Que favorisent les clients PME? Un service personnalisé davantage qu une prime à rabais! Un atout majeur sur lequel les représentants d assurance doivent miser pour s assurer la fidélité et la satisfaction des clients. David Santerre Un récent sondage mené pour le compte du magazine Assurance révélait que 76 % des détenteurs de polices d assurance commerciale au Canada étaient satisfaits. Tout est dans la communication Ces répondants, des gestionnaires de PME pour la plupart, estimaient également que leur taux de satisfaction grimperait un cran au-dessus s ils obtenaient de leur représentant d assurance une prime plus basse, mais surtout un service à la clientèle axé sur une communication plus claire et un langage simplifié. C est aussi ce que constate le syndic de la Chambre de l assurance de dommages (ChAD), Carole Chauvin. Elle affirme qu environ 20 % des plaintes que traite son bureau émanent de clients commerciaux, et environ la même proportion sont soumises par le syndic au comité de discipline, soit trois plaintes sur 19 en 2009, quatre sur 17 en 2008, et six sur 22 en «Ce sont généralement des clients qui, après une réclamation, considèrent avoir été mal indemnisés ou injustement refusés; mal informés par leur représentant d assurance au sujet de clauses du contrat (de ce qui était couvert ou pas); ou mal informés de nouveaux produits qui auraient pu les servir», résume Mme Chauvin. «Ne pas avoir le meilleur prix, ça arrive quand un nouveau joueur ou un nouveau produit apparaît sur le marché. Mais apprendre que l assurance proposée n est pas pertinente remet en cause la compétence du représentant. Une erreur de prix, passe encore, se dira le client, mais une erreur de jugement, je change de représentant», renchérit Richard Taschereau, vice-président aux ventes, marketing et communications externes à AXA. L assurance des PME Un supplément d Assurance

7 Seulement 20 % des plaintes traitées par la ChAD émanent de clients commerciaux. Il s agit presque toujours d assurés qui jugent avoir été mal ou pas assez informés. Comment éviter ces écueils, quand on sait que pour bien des entrepreneurs, souscrire une assurance est plus que déplaisant et que certains le font distraitement? Comment les sensibiliser à consacrer le temps qu il faut à leur représentant d assurance, à lui faire confiance et à tout lui dire? Sans pour autant rejeter la faute sur les clients, Carole Chauvin constate, à la lumière des plaintes qu elle reçoit, qu ils doivent aussi assumer leurs responsabilités pour que soit harmonieuse la relation avec leur représentant. Comprendre son client Avant toute chose, le représentant doit savoir démontrer à ses clients qu il s intéresse et connaît son secteur d activité. Aussi, tous les intervenants interrogés estiment qu il importe de cerner et d établir son créneau d activité plutôt que de tirer dans tous les sens. Rien de mieux que de lire, s abreuver à toutes les sources d informations possibles sur un secteur donné que l on souhaite assurer pour en connaître les risques. «Quand on assure dans le domaine de la construction, on peut aller faire des visites sur les chantiers de nos assurés», avance Jean-Pierre Bonneville, directeur prévention et inspections à Intact Assurance. «Il faut avoir un réseau de contacts. Faire partie de clubs et d associations de gens d affaires d un secteur donné permet d étoffer son carnet d adresses, de mieux connaître une clientèle particulière et d établir des programmes conçus sur mesure», prône quant à elle Anne Bélair, courtière et enseignante à l AEC en assurance de dommages au Cégep du Vieux-Montréal. Pour Vincent Gaudreau, de Gaudreau Demers et associés, un représentant d assurance doit user de son réseau naturel pour cibler un marché, surtout à ses débuts. «Certains ont œuvré dans un certain milieu avant de faire carrière en assurance. Ils doivent se servir de leur réseau», conseille celui qui a choisi pour domaine de prédilection les nouvelles technologies. Il ne faut pas non plus hésiter à poser un maximum de questions aux clients pour mieux comprendre leur entreprise et pouvoir, en deux temps trois mouvements, dresser une liste des couvertures dont ils ont besoin. «Pour un client, le meilleur représentant sera celui qui posera le plus de questions. Ça peut paraître un peu agaçant aux yeux du représentant, mais ça démontre au contraire au client un souci de bien cerner les besoins de l entreprise», ajoute Carole Chauvin. Enseigner la gestion de risque Selon la ChAD, très peu d entreprises québécoises une trentaine tout au plus sont assez imposantes pour embaucher leur propre gestionnaire de risque. C est pourquoi il faut savoir inculquer à ses clients de police commerciale, souvent le propriétaire ou le fondateur de la PME avec lequel on transige directement, une culture de gestion de risque. Et ce n est pas toujours évident! À ce titre, Louis-Claude Trudel, du cabinet Comerco Courtage Plus, cite en exemple la protection contre l interruption des affaires. «Les client n y croient pas tout le temps. C est intangible. Ils se disent que passer au feu, ça peut arriver, mais qu avec le remboursement de l assurance, ils rebâtiront et se remettront en selle. C est sans penser qu à cause d un feu, leurs activités pourraient s interrompre de trois à six mois pendant lesquels ils devront continuer de percevoir des profits, de payer leurs employés», explique-t-il. Pour la ChAD, c est en faisant valoir ainsi le pire des scénarios aux clients les plus insouciants en matière d assurance que l on parviendra à capter leur attention et à gagner leur confiance. Il ne faut jamais hésiter à demander : «Êtes-vous prêt à courir ce risque-là?». C est encore la meilleure façon d éviter de se retrouver aux prises avec la plainte d un client s estimant avoir été mal prévenu des risques. L assurance des PME Un supplément d Assurance

8 Prévention Diminuer les risques de réclamations Les PME disposent rarement des moyens d une grande firme pour instaurer des mesures préventives et des règles de sécurité au travail. Une carte que le représentant a par contre dans son jeu, et qu il peut offrir comme valeur ajoutée. David Santerre On ne cesse de répéter aux propriétaires de voitures de bien s assurer. Mais une fois cela fait, on leur recommande aussi de verrouiller leurs portes, ne rien laisser dans leur voiture à la vue, d installer un antivol ou un système de repérage. Bref, de tout faire pour ne pas avoir à réclamer à l assureur. En assurance commerciale, la même logique s applique. Mais instaurer des mesures préventives n est pas si simple qu il n y paraît, aux dires des intervenants questionnés par Assurance. «Les gens ne fondent pas des compagnies pour s assurer. Ils le font par passion, parce qu ils ont une expertise et pour empocher de l argent. L assurance n est pas au centre des leurs préoccupations», explique Vincent Gaudreau, de Gaudreau Demers et associés. L assurance des PME Un supplément d Assurance

9 Inspecter et évaluer dans les moindres détails les risques d une entreprises requiert temps et énergies, mais peut rapporter très gros au représentant et à son client. En clair, les propriétaires de PME ont la tête à leurs affaires et pas forcément à protéger leur entreprise d un sinistre. Louis Harpin, vice-président technique en assurance des entreprises chez AXA, y va d un exemple éloquent. «Lors de l inspection d une microbrasserie, le propriétaire était tout fier de nous montrer à quel point son entreprise était super propre et bien éclairée. Il nous a montré ses cuves de bière. Il y en avait trois, et dans chacune reposait $ de bière. Mais juste au-dessus, il y avait des néons sans protection, avec des miroirs autour. On lui a fait valoir que si l un d eux éclatait, ces éclats tomberaient dans le réservoir et il perdrait $», explique M. Harpin. C est souvent avec des exemples concrets de ce genre, qui font appel à la crainte des patrons de perdre des bénéfices, que les représentants réussissent à sensibiliser leurs clients à l importance de faire leur part pour se protéger. Faire comprendre le risque Il n y a pas de recette magique pour sensibiliser les dirigeants de PME. Il faut se déplacer, visiter les lieux d affaires des entreprises avec lesquelles on travaille. Il faut inspecter les entrepôts, le cas échéant, évaluer la hauteur des étalages. Les boîtes touchent-elles au plafond? Si oui, cela nuit-il à l aération en cas d incendie? Cet entrepôt a beau être bien assuré et peu fréquenté, les marches pour y entrer sont-elles solides, bordées d une rampe? Cela peut paraître insignifiant, mais si un client s y présente et chute dans un escalier, que faites-vous? Les gens ont la poursuite si facile de nos jours Dans un immeuble commercial, y a-t-il des gicleurs? La pompe qui les alimente est-elle assez puissante pour générer un débit suffisant pour éteindre un incendie qui se déclarerait? Une entreprise qui opère une flotte de véhicules a-t-elle pris soin de les équiper d un système d alarme? D un système de repérage? D en faire marquer les pièces? «En prévention, on a tendance à chercher des bibittes. ( ) Les gens qui ont une entreprise qui marche bien ne veulent pas de problème de feu, de vol, de poursuites, etc. Il faut prendre le temps de bien leur expliquer les risques. Si on a de bons exemples, ils écouteront. On vérifie les installations de l entreprise en général, l entretien des bâtiments. Un chauffe-eau ou une toiture, ça a une durée de vie. Souvent les gens attendent que ça coule, ce qui nécessite une réclamation, pour rénover», explique Jean- Pierre Bonneville, directeur prévention et inspections à Intact Assurance. Parfois, on doit aller plus loin que la simple inspection physique d un lieu de travail. Il faut passer en revue le personnel de l entreprise si l on veut s assurer qu ils ne soient pas eux-mêmes générateurs d un risque. «Par exemple, tout employé doit savoir quelles matières dangereuses il manipule dans le cadre de son travail et connaître les conséquences d une mauvaise manipulation. Ce type de formation n est pas toujours donnée dans les petites entreprises. La CSST se concentre sur les grosses entreprises. Là ou il y a trois ou quatre employés, elle n ira pas et il faut s y substituer», poursuit M. Bonneville, qui ajoute qu on peut aller jusqu à visiter les entreprises de transport, question de s assurer que les règles sur les heures de conduites sont bien respectées. Bien sûr, toutes ces démarches d inspection demandent temps et énergies. Mais comme le résume Richard Giroux, du cabinet de courtage Courmark, «un client qui se protège bien n aura pas de sinistre et ne réclamera pas. Sa prime d assurance baissera, et comme représentant, ça nous fait bien paraître». Comme quoi, la prévention, tout le monde en sort gagnant. L assurance des PME Un supplément d Assurance

10 Gestion des risques Quand votre client PME traite avec l étranger Sachez mieux évaluer les risques d une entreprise qui transige avec l étranger et assurer une meilleure concertation entre son dirigeant et vous. David Santerre La mondialisation est censée simplifier les échanges commerciaux entre gens d affaires de tous les pays. Mais elle ne simplifie certainement pas la tâche des professionnels de l assurance. Quand un dirigeant de PME annonce à son représentant d assurance qu il souhaite accroître ses activités à l étranger, on entre dans un monde complexe où la législation varie d un pays à l autre. Un monde où le courtier doit penser aux moindres petits pépins qui pourraient ruiner son client. Un monde ou le courtier doit pratiquement se faire expert en géopolitique internationale. «Il faut bien connaître le pays où le client compte exporter, et les personnes avec lesquelles il faudra traiter hors du pays. Il faut connaître la situation géopolitique des pays où le client souhaite faire des affaires. S il délocalise ses activités vers un pays émergent (l Inde, la Chine ou autre), il y a une façon de faire : chaque pays à ses exigences et ses lois», explique Maya Raic, présidente de la Chambre de l assurance de dommages (ChAD). Les représentants ne doivent pas non plus hésiter à consulter des experts des pays visés pour bien en connaître les lois et les attrapes. Huguette Lord en sait quelque chose. Ancienne gestionnaire de risque pour le Cirque du soleil, elle a dû bâtir des programmes d assurance adaptés aux activités très particulières de son employeur dans plusieurs pays. «Il faut penser à tout : aux gens du public qui pourraient tomber dans le chapiteau, à l assurance des tiers embauchés, au décor qui pourrait causer un dommage à un spectateur. Nous n avions pas énormément de réclamations, mais cela nous arrivait tout de même. Par exemple, un membre du public a glissé dans une salle de L assurance des PME Un supplément d Assurance

11 bain portative alors qu il y avait beaucoup de pluie», explique celle qui enseigne maintenant à l AEC en assurance de dommages du Cégep du Vieux-Montréal. Les poursuites à l américaine Les risques les plus craints viennent des États-Unis. Nos voisins sont loin d être les plus accueillants pour nos produits. Au mieux, les manufacturiers d ici verront leur prime d assurance grimper, au pire, leur assureur refusera de les couvrir s ils jugent le produit trop à risque de poursuites aux États-Unis. «Avec certains produits, comme ceux pour enfants notamment, on est plus récalcitrant. Aux États-Unis, les poursuites sont drôlement plus sauvages qu ici, et la facture monte vite», précise Jean-Pierre Bonneville, directeur prévention et inspections à Intact Assurance. «Ça peut même compromettre nos relations avec nos clients. J ai déjà perdu un ébéniste qui a décidé de vendre aux États-Unis. Il ne comprenait pas que sa prime subisse une augmentation de 75 %, passant de 750 $ à 3000 $. C est souvent quelque chose de compliqué à faire comprendre», renchérit la courtière et consœur de Mme Lord au Cégep du Vieux- Montréal, Anne Bélair. «Des clients sont insatisfaits et fâchés parce qu ils pensent qu un bon courtier peut faire n importe quoi, relate Richard Giroux du cabinet Courmark. Mais ce n est pas le cas.» Aux États-Unis, chaque État à sa propre loi. C est comme y faire affaires avec 50 pays à la fois. Les États de la Californie, du Texas, de New-York et de la Floride sont particulièrement capricieux. «Les clients doivent savoir que dans certains États américains, une loi sur la santé et la sécurité au travail exige la souscription de produits d assurance. Des clients qui débutent leur expansion déboulent parfois en panique dans mon bureau en me disant : Je viens d embaucher dans tel État, et là il me faut une assurance. C est pourquoi il est important de savoir où le client s en va», poursuit M. Rondeau. Évidemment, rien n est théoriquement impossible à assurer, mais un développement harmonieux des affaires sur le marché international passe impérativement par une bonne communication et un lien de confiance inébranlable entre le professionnel de l assurance et l assuré. Une confiance qui doit s établir par des contacts quasiquotidiens entre le courtier et son client, afin que celui-ci comprenne bien tous les enjeux liés à l assurance, estime Daniel Rondeau, courtier chez AON Parizeau. Et le courtier ne doit pas qu assurer les risques de base : il doit se transformer en partenaire, voire parfois même en sauveur pour son client. Il doit être à l affût de la moindre ambition professionnelle du client et, en retour, celuici doit aviser sans attendre son représentant d assurance à la moindre velléité de traiter avec des partenaires étrangers. «Si un distributeur de l étranger demande à notre client de signer un contrat qui le dégage de toute responsabilité, on vient de perdre toute possibilité de recours. Il faut, comme représentant d assurance, pouvoir avoir vent de cette condition avant la signature du contrat», explique Daniel Rondeau. Des problèmes Made in China Il n y a pas que les Américains qui compliquent la vie des PME. Pour des raisons différentes, la Chine est un autre casse-tête. L assureur d une PME québécoise poursuivie ici en raison d un vice de fabrication aura bien du mal à se tourner ensuite contre le manufacturier chinois à l origine du produit visé par la plainte. Trop loin, trop tortueux comme processus. «Si le montant de la poursuite est substantiel, l assureur tentera d entamer des démarches là-bas. Si le montant est moindre, l assureur ne fera pas de démarches car le médicament risque de coûter plus cher que la maladie», image M. Rondeau. L entrepreneur qui veut carrément assurer des installations dont il est propriétaire en Chine ne présente pas un cas simple non plus car le gouvernement y contrôle le secteur de l assurance : seulement trois courtiers internationaux sont autorisés à y faire affaires. Des contacts sur le terrain Certains pays comme le Brésil exigent que tout sinistre soit réglé en devises locales. On doit donc faire affaire avec un assureur local. Pour y arriver, il faut avoir un contact sur les lieux. Au Mexique, les assureurs n ont pas la capacité d assurer de très grosses valeurs. Il faut donc trouver un assureur d ici prêt à suivre le client là-bas. Il faut penser à tout ça avant de signer quelque transaction que ce soit. Si d aucun, comme les géants AON et AXA, estime détenir un avantage sur l échiquier de par sa présence dans presque tous les pays du monde, Maya Raic n en n est pas si certaine. «Plusieurs courtiers ont développé une expertise dans certains domaines très particuliers, comme la gestion d événements ou les tournages de cinéma, et pourtant ils ne sont pas de gros cabinets», dit-elle. L assurance des PME Un supplément d Assurance

12 Développement d entreprise Une assurance qui grandit avec sa PME Le secret d une relation étroite avec un client PME, c est d avoir su mieux faire valoir son rôle et l éventail des services offerts en plus de la souscription d assurance. David Santerre «Il y a 30 ans, on était des vendeurs d assurance. Aujourd hui, nous sommes des conseillers.» Cette affirmation de Richard Giroux, courtier de longue date du cabinet Courmark, illustre bien comment le métier de représentant d assurance a évolué. Plus question en 2010 de ne vendre que des primes. «Pour un dirigeant de PME, le représentant doit être un partenaire d affaires. Il doit être aussi important pour un encadreur que son fournisseur de bois. L encadreur, si son bois ne lui est pas livré, ne peut opérer. Il en va de même s il est mal assuré», poursuit M. Giroux. Un service-conseil complet C est unanime parmi les intervenants interrogés, le représentant d assurance doit veiller aux affaires de leurs clients, prévenir les coups, les conseiller avant la signature d un contrat important et les aider à contrôler leurs coûts d opération. Le dire, c est bien beau, mais la réalité en est tout autre. «Quand on fait des affaires, on pense aux affaires, et pas toujours aux assurances. Dans bien des cas, les représentants sont mis au courant d un changement dans l entreprise qui nécessite son intervention après coup», déplore Huguette Lord, gestionnaire de risque et enseignante à l AEC en assurance de dommages du cégep du Vieux-Montréal. «Le propriétaire d entreprise doit avoir le réflexe de se rapporter à son professionnel de l assurance si au cours de l année, sa compagnie peut voir la nature de ses activités bouger à la hausse ou à la baisse. ( ) On peut avoir le meilleur représentant d assurance de dommages au monde, si l assuré ne se rapporte pas, c est sans effet», explique Carole Chauvin, syndique de la Chambre de l assurance de dommages (ChAD). L assurance des PME Un supplément d Assurance

13 Bien des clients ne savent pas que le représentant d assurance peut les conseiller avant la signature d un contrat important et les aider à contrôler leurs coûts d opération. «Si le client opère une entreprise de machines distributrices de gomme à mâcher, on doit l assurer pour ses produits et pour la responsabilité qu il encourt pour ses gommes. Mais s il ajoute des machines à arachides à son offre, avec les allergies potentielles qui y sont liées, ça demeure un produit alimentaire, mais plus générateur de risque. Il faut avoir le réflexe de rapporter ça», plaide-t-elle. Pour qu il ait le réflexe de rapporter, encore faut-il faire comprendre à l entrepreneur qu on n est pas son ennemi. Daniel Rondeau, courtier chez AON Parizeau, estime qu il faut être «proactif». «La communication avec le client est importante. On leur prône que nous sommes pour eux des partenaires d affaires et non quelqu un qui cherche à boucler une simple transaction d assurance. On veut jouer auprès d eux un rôle de conseiller : quand le client comprend qu on peut amener du positif dans ses résultats d affaires, avec le produit approprié ou en l empêchant de signer un contrat qui comporte des clauses inappropriées, il nous parle plus volontiers et nous prévient de ce qui s en vient, nous demande des conseils. Nos gens qui font des projets d acquisitions, on leur parle régulièrement. Je parle à certains clients chaque jour. Ils finissent par penser à nous», explique M. Rondeau. Huguette Lord abonde dans le même sens. «Au moins une fois par année, le représentant doit demander à ses clients susceptibles de grossir : dans l année qui vient, prévoyez vous des changements? Le gestionnaire de risque est ainsi capable de prévoir un peu ce qui s en vient.» S informer par Internet Pour éviter d être informé après coût de choses importantes, le courtier peut aussi prévoir de son propre chef certaines modalités d assurance. «Si le client a un entrepôt à un endroit, le courtier peut négocier avec une assurance globale, pour ne pas avoir ensuite à téléphoner à l assureur chaque fois qu il y a un nouveau 5000 $ à assurer», précise-t-elle. Enfin, pour les aplanir, il faut chercher à comprendre les obstacles à la communication qui peuvent exister entre un dirigeant de PME et son assureur. «Quand il y a de la résistance de la part du client, il faut arriver à déceler pourquoi. Si l assuré parle constamment d argent, c est peut être qu il a des problèmes financiers et ne peut se permettre de nouvelles dépenses. Il faut alors envisager hausser la franchise pour réduire le coût de la prime. Parfois la résistance vient du fait que la chimie ne se fait pas entre un jeune représentant d assurance et un entrepreneur âgé», raconte Jean-Pierre Bonneville, directeur prévention et inspections à Intact Assurance. Vincent Gaudreau, de Gaudreau Demers et associés, met quant à lui la technologie à profit pour parer aux oublis de clients. «Je vais voir le site Web des entreprises, leur page Facebook ou je les suis sur Twitter. Des fois tu y lis : ouverture d une nouvelle succursale, ce que tu ne savais pas. Alors je les appelle pour en parler. Aujourd hui, je ne sais pas si je ferais affaire avec une compagnie qui n a pas de site Internet», affirme-t-il. L assurance des PME Un supplément d Assurance

14 La référence en assurance De Dommages au QUébec Abonnez-vous gratuitement à notre cyberbulletin hebdomadaire : Par télécopie : Par courrier : Assurance, 1200 McGill College, bureau 800, Montréal, QC, H3B 4G7 Un astérisque rouge * indique un champ obligatoire. Prénom * Nom de famille * Titre * Compagnie * Un cyberbulletin francophone exclusivement dédié à l assurance de dommages au Québec Des nouvelles de l heure sur les enjeux et les défis de l industrie Des propos pertinents de professionnels de l industrie Adresse postale * Ville * Province * Code postal * Téléphone Télécopieur Courriel * Principal domaine d activités * (Une seule case possible, celle qui vous décrit le mieux) Courtier Agent général Assureur Nombre de clients * et + Ne s applique pas Je souhaite recevoir le cyberbulletin d information * Oui Non Réassureur Expert en sinistre Service des réclamations Association Consultants Autre précisez Type d assurance vendue *(Vous pouvez cocher plus d une case) Automobile Habitation Secteur commercial/service aux entreprises Véhicules récréatifs Construction/Rénovation Machinerie agricole/équipement lourd Objets de valeur (bijoux, voitures antiques, tableaux d art, etc.) Routier/Maritime/Aérien/Ferroviaire Équipement informatique Ne s applique pas Autre précisez POUR L AUDIT SEULEMENT Au lieu d une signature personnelle, l Audit Bureau of Circulations (ABC) demande que vous répondiez à une question de vérification pour assurer l authenticité de votre demande d abonnement. Quel est votre mois de naissance? Assurance 2010

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise Page 2 1. Qui je suis? Tout d abord, si vous ne me connaissez pas encore, permettez-moi de me présenter. Après tout qu estce qui me donne l autorité pour vous parler? Quelles preuves avez-vous que je peux

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT SERVICES FINANCIERS SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT DIDIER BERT COLLABORATION SPÉCIALE Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont. Il répond à nos

Plus en détail

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué!

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! Un feu? Une inondation? Une explosion? Un arbre est tombé sur votre maison suite à une tempête? Un refoulement d égout? Voici les étapes à suivre, en bref : 1. Communiquez

Plus en détail

COURTIER IMMOBILIER. Mauricie. Me choisir vous assure le résultat souhaité

COURTIER IMMOBILIER. Mauricie. Me choisir vous assure le résultat souhaité Steve Beaulieu COURTIER IMMOBILIER Mauricie Me choisir vous assure le résultat souhaité Rencontrons Steve Beaulieu POURQUOI J Al CHOISI LA PROFESSION DE COURTIER IMMOBILIER? L immobilier réunit plusieurs

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles.

Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles. Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles. Les cartes Esso pour parcs automobiles permettent à votre entreprise d aller de l avant. Inscrivez-vous dès maintenant.

Plus en détail

4 étapes pour lancer et réussir

4 étapes pour lancer et réussir 4 étapes pour lancer et réussir votre E-business au Cameroun. Ce document vous est offert gratuitement par le Cabinet Ebusiness Consulting Inc. Offrez le librement à vos clients et prospects imprimez le

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Contexte. Description de l offre

Contexte. Description de l offre Offre combinée EN GESTION DE PATRIMOINE Protection du rêve de retraite Présentation de l offre Contexte Dans une optique de rapatriement et de développement des affaires, l offre combinée «Protection du

Plus en détail

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer»

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Le est heureux de présenter son premier Séminaire. Ce séminaire destiné aux intervenants du secteur public, de l'enquête en recherche et cause de circonstance

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels

Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels MAYA RAIC PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES 12 MARS 2014 COUVERT OU NON? Dommages

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse Règlement des plaintes Pour une relation d affaires harmonieuse Vous avez toute notre attention La Banque Nationale et ses filiales 1 accordent beaucoup d importance à votre satisfaction. C est pourquoi

Plus en détail

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING CONFÉRENCE MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING MANUEL DU PARTICIPANT Conférencier : Ronald Martineau, Conseiller stratégique, TAO Design & Marketing Collège de l immobilier du Québec 600, chemin du Golf, Île

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. Positionnée sur un marché jusque là inexploité en France, Mon

Plus en détail

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. Nous souhaitons, avec ce document, vous faire partager les écueils que nous constatons chez les PME françaises qui abordent le marché

Plus en détail

Assurance automobile. Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto

Assurance automobile. Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto Assortie de notre garantie de satisfaction relative au service d indemnisation Assurance automobile Une protection adaptée à vos besoins, pour votre auto Tranquillité d esprit au volant L assurance automobile

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions. Si une question ne s applique pas à votre situation, indiquer «S/O».

Veuillez répondre à toutes les questions. Si une question ne s applique pas à votre situation, indiquer «S/O». Proposition Assurance responsabilité professionnelle et Assurance de la responsabilité civile générale pour les membres de l Ordre des technologues professionnels du Québec Veuillez répondre à toutes les

Plus en détail

Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition»

Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition» Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition» Comment je suis tombé dans le petit monde des auto-écoles?... 8 Introduction... 9 Devenir son propre patron... 10 Les questions à se poser

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple)

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple) Votre spécialiste en acquisition de talents Symbiose Ressources humaines 514-448-5630 info@symbioserh.net Tabledesmatières NoteconcernantlacandidateTremblay(exemple)...1 Résumédelacandidature(exemple)...2

Plus en détail

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE Vous avez une ou plusieurs idées? Vous voulez en parler avec d autres personnes pour avoir leur avis? Vous devez donc formaliser cette idée pour pouvoir l

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages AGENTS ET COURTIERS EN ASSURANCE Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages Lors de la souscription initiale et lors des renouvellements

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction L expérience à votre service Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants Assurance de la responsabilité des membres de la direction Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants L importance de l

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

ASSURANCES AUTO - HABITATION - ENTREPRISE - VÉHICULES RÉCRÉATIFS

ASSURANCES AUTO - HABITATION - ENTREPRISE - VÉHICULES RÉCRÉATIFS ASSURANCES AUTO - HABITATION - ENTREPRISE - VÉHICULES RÉCRÉATIFS La bonne combinaison d économies, de tarifs de groupe exclusifs et de protections personnalisées La bonne combinaison. HABITATION ÉCONOMIES

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

DEMANDE DE RÈGLEMENT D ASSURANCE INVALIDITÉ

DEMANDE DE RÈGLEMENT D ASSURANCE INVALIDITÉ DEMANDE DE RÈGLEMENT D ASSURANCE INVALIDITÉ LECOMPÉTITEUR La présente demande de règlement sert à réclamer des prestations en vertu de votre police Le Compétiteur. À la Great-West, votre demande de règlement

Plus en détail

PRÉPARER ET PLANIFIER

PRÉPARER ET PLANIFIER KEEZAM Simplifie l organisation des séjours enfants et ados. www.keezam.fr Fiche Enseignants Nombre de pages : 5 PRÉPARER ET PLANIFIER UN VOYAGE DE CLASSE. Cette fiche s adresse à tous les organisateurs

Plus en détail

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23 Gestionet 53, rue Fondaudège 33 000 BORDEAU Tél : 05 56 52 75 23 GESTIONET & VOUS Quelle est la répartition des tâches entre Gestionet et le Propriétaire? 1 ) A l occasion du changement de locataire Lors

Plus en détail

Mon état civil. Ma situation

Mon état civil. Ma situation Nom : Prénom : Tél :. Activité : Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur des Services à la personne. Votre Chambre de Commerce et d Industrie a élaboré ce guide pour vous aider à : - vous poser

Plus en détail

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Présentation du dispositif ANTICIP LR Françoise SACO CCI Montpellier Dispositif régional piloté par la Région Languedoc Roussillon en collaboration

Plus en détail

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE Au Canada, plus de mille chercheurs en sciences humaines financés par le CRSH étudient des questions qui contribuent à la prospérité des entreprises. Ils s intéressent

Plus en détail

CENTRE D INNOVATION ET DE FORMATION EN ENTREPRENEURIAT. Atelier 6

CENTRE D INNOVATION ET DE FORMATION EN ENTREPRENEURIAT. Atelier 6 CENTRE D INNOVATION ET DE FORMATION EN ENTREPRENEURIAT Atelier 6 Connaître son secteur d activité Certaines personnes se disent intéressées par votre idée de projet d entreprise mais est-ce suffisant??

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE

DEMANDE DE RECONNAISSANCE Renseignements généraux et directives Ce formulaire vous permet de procéder à une demande de reconnaissance de cours de tutorat privé. À qui s adresse ce formulaire? Le formulaire s adresse au postulant

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

Assurance des sous-traitants et des fournisseurs en construction navale

Assurance des sous-traitants et des fournisseurs en construction navale Assurance des sous-traitants et des fournisseurs en construction navale Une protection personnalisée en appui à votre soumission Aviva * est l un des premiers assureurs à offrir une protection personnalisée

Plus en détail

vos protecteurs MERCURE programme d assurance

vos protecteurs MERCURE programme d assurance MERCURE programme d assurance vos protecteurs Parce que nous croyons que le rôle de l assurance ne se limite pas au règlement des sinistres, nous avons développé le programme d assurance commerciale Mercure,

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Fidélisation de la clientèle

Fidélisation de la clientèle Fidélisation de la clientèle le Sommaire de la présentation A. La fidélisation mythes et réalités B. Les sept (7) échelons de la fidélisation C. Conclusion Présenté par Daniel Tanguay Le mardi 1er février

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

Cours OMAV L enquête de satisfaction

Cours OMAV L enquête de satisfaction Cours OMAV L enquête de satisfaction Introduction Elle sert à mesurer la satisfaction des clients. L enquête de satisfaction est un outil précieux de prévention de l attrition, bien que la relation entre

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 3 PROFIL DES RÉPONDANTS... 4 PROVENANCE DES FORMATIONS... 5 SATISFACTION À L ÉGARD DE LA FORMATION...

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Carte Visa Affaires RBC Banque Royale. Un outil plus performant pour faire des affaires

Carte Visa Affaires RBC Banque Royale. Un outil plus performant pour faire des affaires Carte Visa Affaires RBC Banque Royale Un outil plus performant pour faire des affaires Une gestion des dépenses simplifiée Nous sommes heureux de vous présenter la carte Visa Affaires RBC Banque Royale

Plus en détail

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits Proposition n o 3 Assurance médicaments / Avril 2014 1 Proposition n o 3 Assurance médicaments Résumé des faits C est la Loi sur l assurance médicaments (art. 16) qui oblige les membres à adhérer à l assurance

Plus en détail

Pour débuter sur LinkedIn

Pour débuter sur LinkedIn Pour débuter sur LinkedIn Ça sert à quoi? Remplir son profil Développer et réseauter 1 LinkedIn, ça sert à quoi 1. Communication externe Oubliez les adresses courriel erronées, les CRM et les applications

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe ALLEGROUPE Le système expert de gestion Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe De concert avec un besoin d efficience... en crescendo Parce que le temps c o m p t e... L

Plus en détail

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques

Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Février 2015 Offre d adhésion exclusive! Forfait Services juridiques Bonjour, Il nous fait plaisir de vous transmettre une proposition d adhésion aux services juridiques personnalisés de l AQCPE. Ces services

Plus en détail

Fonds de roulement et garanties

Fonds de roulement et garanties Livre blanc Fonds de roulement et garanties Lorsque vous faites affaire à l extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture

Plus en détail

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux Parole d électricien La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché pour moi. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux La sécurité? J ai commencé par l éclairage

Plus en détail

MARCHE A SUIVRE SOUSCRIPTION EN LIGNE «RSA 2014» 5 étapes et recevez aussitôt votre attestation par email!

MARCHE A SUIVRE SOUSCRIPTION EN LIGNE «RSA 2014» 5 étapes et recevez aussitôt votre attestation par email! COTISATION RSA 2014 Renouvellement au 1 er janvier!! MARCHE A SUIVRE SOUSCRIPTION EN LIGNE «RSA 2014» 5 étapes et recevez aussitôt votre attestation par email! Si vous souhaitez connaître la nature des

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ASSUR PLUS

GUIDE PRATIQUE ASSUR PLUS GUIDE PRATIQUE ASSUR PLUS Votre contrat ASSUR PLUS Un produit unique, sur mesure, construit et pensé EXCLUSIVEMENT pour toutes les forces de vente FRAM Un produit destiné à toutes vos ventes «HORS BROCHURE

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Le financement participatif est un processus permettant à une personne ou à une entreprise de recueillir de petites

Plus en détail

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec :

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : RDV du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : FINANCER SA CROISSANCE PAR LE FINANCEMENT BANCAIRE Quelle est l information qui me sera demandée par une institution financière

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail