Raisonner par Analogie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Raisonner par Analogie"

Transcription

1 IUT de Nice Département Génie Electrique & Informatique Industrielle 2ème Année - Option Automatique Raisonner par Analogie Plus ça change, plus c'est pareil. Jean Demartini 30 novembre 2001

2 Sommaire 1. Grandeurs physiques et Technologie Grandeurs de construction - Paramètres Grandeurs de comportement - Variables Comportement Entité conservative & Quantité Conducteur & Flux Capacité & Potentiel Composants physiques Puissance Energie Energie dans une Inductance Energie dans une Capacité Energie dans une Résistance Générateurs Transformateurs & Gyrateurs Schéma électrique équivalent Analogie Mécanique-Electricité Flux et Potentiel Composants mécaniques Capacité mécanique Inductance mécanique Résistance mécanique Générateurs mécaniques Schéma électrique équivalent L'autre Analogie Exercices Analogie Hydraulique-Electricité Flux et Potentiel Composants hydrauliques Capacité hydraulique Inductance hydraulique Résistance hydraulique Générateurs hydrauliques Générateur de Tension : Pompe centrifuge Générateur de Courant : Pompe volumétrique Schéma électrique équivalent i -

3 4.5. Exercices Analogie Thermique-Electricité Flux et Potentiel Composants thermiques Capacité thermique Résistance thermique Générateurs thermiques Générateur de Potentiel Générateur de Flux Schéma électrique équivalent Exercices Conclusion ii -

4 Ce document ne peut être lu valablement qu'après ceux concernant la mécanique, l'hydraulique et la thermique. Il en emprunte directement les concepts et les notations et il en constitue une sorte de synthèse. Les sciences d'action, nommées en général Génie (mécanique, thermique, électrique, chimique...), ont pour unique but de construire des machines 1 qui fonctionnent. La sanction de la démarche de conception employée réside essentiellement dans le succès ou l'échec final. Concevoir une machine consiste à mettre en oeuvre des lois physiques connues en les associant à la fonctionnalité de composants élémentaires astucieusement agencés. Il est nécessaire de se souvenir d'un grand nombre de lois physiques ainsi que de leurs interactions possibles. Ce serait une tâche quasiment surhumaine s'il n'existait pas des ressemblances troublantes dont l'exploitation systématique permette de diminuer considérablement le nombre des lois qu'il est nécessaire d'avoir en mémoire. Dans son Enquête sur l'entendement humain, David Hume écrivait en 1758 : " Evidemment, il y a un principe de connexion entre les différentes pensées et idées de l'esprit ; celles-ci apparaissent à la mémoire ou à l'imagination en s'introduisant les unes les autres avec un certain degré de méthode et de régularité.... Bien que cette connexion des différentes idées les unes avec les autres soit trop évidente pour échapper à l'observation, aucun philosophe, à ce que je trouve, n'a tenté d'énumérer ou de classer tous les principes d'association : sujet qui, pourtant, semble digne de curiosité. Pour moi, il me paraît qu'il y a seulement trois principes de connexion entre des idées, à savoir ressemblance, contiguïté dans le temps et dans l'espace, et relation de cause à effet. " C'est le principe de ressemblance que nous allons exploiter ici en disant qu'il existe un point de vue tel que des choses qui se ressemblent obéissent à des lois physiques qui se ressemblent. L'identification de ces ressemblances va permettre de construire des analogies entre certaines branches de l'ingénierie. 1 Essayer de définir ce qu'est une machine n'est pas une tâche simple, réfléchissez s'y. Pour rester simple, disons qu'une machine est un objet susceptible d'une certaine autonomie de comportement

5 Ainsi, la connaissance d'une de ces branches l'électricité en ce qui nous concerne peut servir de fil conducteur dans la mise en oeuvre des autres. Ces analogies ne sont qu'une unification formelle 2 d'un certain nombre de lois physiques utiles à l'ingénieur, et elles ne doivent être considérées que comme un aide-mémoire. En particulier, elles ne permettront jamais de découvrir et de valider une nouvelle loi physique, ce n'est que de la science a posteriori qui ne fonctionne que parce que le résultat recherché est connu par avance. Leur exploitation demande donc des précautions quant à la validité des lois qu'on peut en déduire 3. 2 Les analogies que nous allons construire vont chercher à mettre certaines lois physiques sous une forme identique indépendamment de leur signification. 3 On voit apparaître ici, le problème classique de la distinction entre la syntaxe (forme) d'une expression et sa sémantique (signification). La grammaire française décrit les règles à utiliser pour construire des phrases françaises (au sens de la syntaxe), une phrase française n'a pas forcément un sens (sémantique). On peut dire très correctement en français (syntaxiquement) "le poisson mangeait d'un vol pesant" ; notre connaissance des poissons nous permet d'estimer que cette affirmation n'a pas de sens. La notation mathématique définit les règles et les symboles à utiliser pour construire des expressions mathématiques ; c'est une autre histoire que de s'assurer que ces expressions ont un sens

6 Grandeurs physiques et Technologie 1. Grandeurs physiques et Technologie Concevoir, utiliser, fabriquer et dépanner une machine, c'est d'abord être capable de la décrire dans tous les aspects qui concernent l'usage qu'on en a. Pour tenter de circonscrire le débat on peut convenir de dire qu'on connaît suffisamment une machine lorsque : on sait en construire autant d'exemplaires identiques qu'on le souhaite, on sait replacer cette machine dans le même état que celui dans lequel elle était auparavant. Ces deux objectifs sont fondamentalement différents. Le premier en nécessite une description statique, le deuxième une description dynamique. Ces deux problèmes sont indépendants et représentent deux aspects complémentaires de la même machine. Afin de simplifier la description, on identifie dans notre machine des domaines associés à un certain type de phénomènes physiques. On distingue, par exemple, ce qui concerne l'électricité de ce qui concerne la mécanique ou de ce qui concerne l'hydraulique. Chacun de ces domaine correspond à une technologie Grandeurs de construction - Paramètres Les grandeurs de construction servent à décrire comment les composants sont construits et agencés pour constituer une machine : matière (bois, fer, laiton, cuivre...), géométrie (longeur, largeur, hauteur, courbure...), caractéristiques physiques (résistivité, capacité, masse volumique, chaleur massique...), schémas d'agencement. Certaines de ces grandeurs définissent une structure tandis que d'autre ne représentent que des variations sur une structure donnée. Une structure correspond à la connaissance minimale nécessaire pour définir une machine ayant un comportement donné. Par exemple, un filtre RC est une structure possédant le pouvoir de filtrer les hautes fréquences. Elle est parfaitement définie dès qu'on a dit qu'elle comportait une résistance et une capacité agencées convenablement. La valeur de la résistance et de la capacité ne sont que des variations, ce sont les paramètres du filtre RC

7 Grandeurs physiques et Technologie 1.2. Grandeurs de comportement - Variables Les grandeurs de comportement servent à décrire comment fonctionne une machine dont la structure est connue une fois qu'elle a été mise en route. Bien que ce comportement dépende de la valeur des paramètres, on s'intéressera, au moins au départ, au comportement de la classe des machines engendrée sur l'ensemble des valeurs possibles des paramètres. Par exemple, on s'intéresse au comportement du filtre RC en tant que tel indépendamment des valeurs de R et de C 4. 4 Cela est particulièrement vrai sur un plan pédagogique

8 Comportement 2. Comportement 2.1. Entité conservative & Quantité Une technologie est souvent 5 bâtie autour d'une entité conservative dont on étudie les aventures. On peut dire que l'électricité est l'aventure de la charge électrique, la mécanique 6 celle de la quantité de mouvement 7, l'hydraulique celle du volume et la thermique celle de la calorie. L'aspect conservatif de cette entité décrit le fait qu'elle ne peut ni se créer, ni disparaître spontanément au sein du domaine technologique qui nous intéresse : Technologie Electricité Mécanique Hydraulique Thermique Entité associée Charge électrique : q Quantité de mouvement : p = mv Moment cinétique : J = mvr Volume de liquide : V Calorie : Q Si certaines de ces entités sont assez évidentes a priori, certaines demandent une analyse plus fine pour être découverte. Comme l'entité qui nous intéresse est conservative, il est commode de définir sa quantité et cette quantité peut être déterminée par une opération de type comptage. 5 Une des exceptions à cette règle est le magnétisme qu'on n'a pas pu associer à une grandeur conservative (charge magnétique?). C'est ce qui rend l'étude du magnétisme si difficile. 6 On verra qu'il s'agit de la mécanique mono-dimensionnelle ou de la mécanique de rotation. 7 Le mot conservatif est employé, ici, avec un sens légèrement différent de celui auquel on est habitué en mécanique. Lorsqu'on dit, en mécanique, que dans un système isolé, la quantité de mouvement est conservative, cela signifie que la quantité de mouvement contenue dans ce système est constante. Par contre, ici, nous voulons simplement dire que si dans un système mécanique quelconque la quantité de mouvement a varié, cela signife que des forces lui ont été appliquées car la quantité de mouvement ne peut pas apparaître spontanément

9 Comportement 2.2. Conducteur & Flux Les entités que nous avons introduites pouvant se déplacer, on peut leur associer un milieu conducteur, considérer en un point du milieu une petite surface et mesurer la quantité d'entité qui la traverse. Si nous rapportons cette mesure à une unité de temps, nous pouvons définir le flux unitaire au point considéré de cette entité : surface de test entité conservative milieu conducteur figure 1 : Le Flux qui traverse la surface de test est défini à partir de la quantité d'entité qui a traversé cette surface par unité de temps. L'entité considérée a été dessinée sous la forme d'une particule. Cette image est satisfaisante en ce qui concerne la charge électrique mais totalement surréaliste en ce qui concerne la quantité de mouvement. Les variables de flux associées aux technologies qui nous intéressent sont alors : Technologie Flux dq Electricité Courant électrique car i = dt dmv b g Force car : f = Mécanique dt Couple car : N dmvr b g = dt Hydraulique Thermique Débit volumique car : q v = dv dt Flux de calories car : Φ= dq dt - 4 -

10 Comportement Les notions de milieu conducteur et de flux sont familières en ce qui concerne l'électricité et la thermique, un peu artificielles en ce qui concerne l'hydraulique mais très artificielles en ce qui concerne la mécanique 8. Une propriété importante des flux est d'être additifs. Un flux est une grandeur absolue quantifiable dès qu'une unité est définie. La mesure d'un flux nécessite, en général, d'intercaler l'appareil de mesure dans le circuit. Ces quelques propriétés permettent souvent d'identifier la grandeur physique susceptible de jouer le rôle d'un flux Capacité & Potentiel Dans toutes ces technologies, il existe des récipients permettant de stocker l'entité conservative. Le condensateur électrique stocke les charges électriques, un récipient stocke un volume de liquide, une masse stocke la quantité de mouvement. Pour apprécier la quantité stockée dans ces composants, on définit un niveau d'entité. Ce niveau est défini à partir de l'expression suivante 9 : quantité accumulée niveau = bniveau initialg b g + capacité La capacité caractérise uniquement le récipient et : =z0 t quantité accumulée flux( u) du Le niveau des charges dans un condensateur électrique est la tension électrique à ses bornes, la pression au fond d'un récipient mesure le niveau de volume, la vitesse mesure le niveau de la quantité de mouvement stockée dans une masse. Ce niveau est appelé : Potentiel. 8 On se souvient qu'il ne s'agit que de construire une méthode mnémonique permettant de reconstituer une loi physique qu'on a oubliée et non pas de faire de la physique. Ce genre de pirouettes n'est donc pas gênant tant qu'on n'y croit pas plus qu'il ne faut. 9 Cette expression est l'écriture mathématique de la constatation triviale que si un truc ne peut ni disparaître, ni se créer spontanément, lorsqu'on en verse dans un pot, le niveau monte. Il importe, à ce propos, de ne pas confondre niveau et quantité. Dans un même récipient, niveau et quantité varient dans le même sens, par contre une même quantité peut donner des niveaux différents dans des récipients différents on constate que les jeunes enfants mettent longtemps à distinguer ces deux notions

11 Comportement Les variables de potentiel associées aux technologies qui nous intéressent sont alors : Technologie Electricité Mécanique Hydraulique Thermique Potentiel Tension électrique car la capacité d'un condensateur +z électrique est 1 t définie de telle sorte que : v = v C iudu 0 ( ) 0 1 t Vitesse car f = ma peut s'écrire : v v m f u du 0 ( ) 0 Vitesse angulaire car N = JΩ && 1zt peut s'écrire : Ω= Ω0 + Nudu ( ) J 0 = +z Pression car, pour un récipient +z cylindrique, on peut écrire : ρg t p= p0 qudu ( ) S 0 1 zt Température car on peut écrire : T = T0 + Φ( udu ) mc 0 On constate que la définition du potentiel et de la capacité vont de pair et qu'il n'est pas possible de définir l'un sans l'autre. Une propriété importante des potentiels est d'être relatifs, ils ne sont définis qu'à une référence près (pensez à la masse électrique, au niveau de la mer, à la température de la glace fondante...). La mesure d'un potentiel nécessite donc de brancher l'appareil de mesure entre deux points du circuit sans interrompre celui-ci ; c'est pourquoi, on n'accède qu'à des différence de potentiel 10 et non pas au potentiel lui-même. Ces quelques propriétés permettent souvent d'identifier la grandeur physique susceptible de jouer le rôle d'un potentiel Composants physiques Les lois physiques que nous considérons relient essentiellement un flux F à une différence de potentiel P et si on se limite à une approximation linéaire, de telles lois apparaîtront uniquement sous les formes suivantes : 10 On remarque, dans le tableau précédent, que la définition a systématiquement fait intervenir un potentiel initial non défini explicitement. C'est lui qui va jouer le rôle de la référence

12 Comportement F = Conductance P P = Résistance F d P F = Capacité dt df P = Inductance dt Les coefficients de proportionnalité qui apparaissent représentent un composant dont cette loi physique est un modèle. Toutes ces formes de loi n'apparaissent pas dans toutes les technologie et c'est là que l'extrapolation peut devenir dangereuse lorsqu'elle conduit à inventer un composant qui n'existe pas Puissance L'étude préalable des différentes technologies que nous connaissons montre que la puissance instantanée s'exprime très généralement par : b g b g btg Puissance t = P t F Si on récapitule les expressions donnant les puissances instantanées mise en jeu dans un dispositif comportant des éléments issus des différentes technologies, on obtient le tableau suivant : Technologie Puissance 11 eb g b g b g mbg= bg bg Ωbg bg hb g = b g vb g Tb g = b g Φ b g Electricité P t = v t i t Mécanique P t v t f t P t t N t Hydraulique P t p t q t Thermique P t T t t mr Les machines les plus intéressantes sont celles où plusieurs technologies sont utilisées simultanément. Ces machines sont conçues, en général, pour effectuer une conversion entre technologies (conversion mécanique-électrique dans une dynamo ou un alternateur, conversion électrique-thermique dans un appareil de 11 Dans les expressions qui suivent, chaque symbole a la signification habituelle de sa propre technologie

13 Comportement chauffage par exemple). Dans de nombreux cas, la puissance est presque 12 conservée Energie L'énergie qu'il a fallu dépenser pour passer de l'état dans lequel on se trouvait à l'instant t 0 à l'état dans lequel on se trouve à l'instant t 1 s'exprime très généralement par : t1 Energiebg t1 Energiebgz = t0 + Puissancebg u du t0 Ce qui peut s'écrire : t1 Energiebg t1 Energiebgz = t0 + Pbgbg u F u du t0 bg Le terme Energie t 0 ne peut pas être déterminé, il peut donc être pris de façon arbitraire pour un instant arbitraire t 0 donné. On va donc considérer que l'instant où notre composant commence à vivre 13 est notre référence temporelle bt 0 = 0g, qu'à ce moment là aucun flux ne le traverse : Fb0g = 0, qu'il n'est le siège d'aucune différence de potentiel : Pb0g = 0 et que, par convention, Energieb0g = 0. Dans ces conditions, on peut définir l'énergie stockée dans le composant pour tout instant postérieur t : b g Energie t =zt 0 b g b g P u F u du Cette expression peut prendre différentes formes selon le type du composant auquel on l'applique. 12 Supposer qu'elle l'est est la plupart du temps une bonne approximation. Attention, la conversion de chaleur en travail a été tellement difficile à étudier qu'il a fallu développer une science spéciale, la thermodynamique, pour y parvenir. 13 Ce moment là correspond naturellement à l'instant où la machine est mise en route

14 Comportement Energie dans une Inductance Ainsi, pour une inductance on peut écrire : bg b g b g Energie t Energie t Energie t z t df u = Inductance 0 du = Inductance zt 0 2 F t = Inductance 2 bg bg b g bug bg F u df Fudu On remarque que cette énergie ne dépend que du flux et qu'elle est nulle lorsqu'il est nul. Elle est donc liée au mouvement, nous l'appellerons Energie cinétique. On pourra alors dire en raccourci qu'une inductance stocke de l'énergie cinétique Energie dans une Capacité Un calcul analogue montre que pour une capacité, on peut écrire : t d P u Energiebg bg t = Capacité Pudu bg 0 du t Energiebtg = Capacité Pbugd Pbug b g Energie t z z0 bg 2 P t = Capacité 2 On remarque que cette énergie ne dépend que de la différence de potentiel et qu'elle est nulle lorsque cette différence est nulle. Elle n'est donc pas liée au mouvement, nous l'appellerons Energie potentielle. On pourra alors dire en raccourci qu'une capacité stocke de l'énergie potentielle. Cette énergie potentielle peut engendrer un mouvement dès l'instant qu'on décharge la capacité, elle peut donc se transformer en énergie cinétique. Inversement si de l'énergie cinétique charge une capacité, elle se transforme en énergie potentielle Energie dans une Résistance Pour une résistance, on peut écrire : b g b g Energie t = zt 0 zt 0 b g b g b g Résistance F u F u du 2 Energie t = Résistance F u du - 9 -

15 Comportement ce qui dans le cas particulier où le flux est constant donne les résultats bien connu : 2 Energie = Résistance Ft= 2 P t Résistance Contrairement à l'énergie cinétique et à l'énergie potentielle, cette forme d'énergie n'est pas stockée, elle est, en général, transformée en chaleur. On pourra alors dire en raccourci qu'une Résistance dissipe de l'énergie Générateurs Pour que la machine puisse vivre, il est nécessaire de lui fournir une certaine quantité des entités conservatives qu'elle manipule. Cela peut se faire soit en imposant une différence de potentiel entre des points appropriés soit en injectant un flux approprié 14. On utilise, pour cela, des composants spéciaux appelés générateurs. F Générateur P interface du générateur figure 2 : Symbole représentant un générateur. Ce générateur fournit un flux F sous une différence de potentiel P. 14 Décrire le fait d'apporter, d'un seul coup, une quantité donnée d'entité pose un problème difficile qu'on n'abordera pas ici

16 Comportement Les générateurs sont caractérisés par la relation Flux-Potentiel qui décrit leur interface accessible. Flux A B Différence de potentiel figure 3 : Caractéristiques d'un générateur. La zone A correspond à un fonctionnement en générateur de flux tandis que la zone B correspond à un fonctionnement en générateur de potentiel. On peut donc concevoir soit des générateurs de flux capables de fournir un flux donné (approximativement constant) soit des générateurs de potentiel capables de fournir une différence de potentielle donnée (approximativement constante) Transformateurs & Gyrateurs De nombreux composants sont à cheval sur deux technologies. Tous ces composants conservent la puissance et peuvent être regroupés en deux catégorie : Transformateur tels que : P2 P 1 F1 = = k F 2 Gyrateur tels que : P 2 P1 = = k F F

17 Comportement S q v p v f f = ps v = qv S figure 4 : Exemple de gyrateur hydraulique-mécanique. Il transforme un débit volumique (flux hydraulique) en vitesse (potentiel mécanique) et inversement. q v1 q v2 S 1 S 2 p p 2 1 ps qv S = ps qv = S 2 2 figure 5 : Exemple de transformateur hydraulique. Il transforme deux débits volumiques (flux hydrauliques) ou deux pressions (potentiels hydrauliques). Essayez de concevoir un transformateur mécanique fonctionnant sur un principe analogue. En réfléchissant un peu, on s'aperçoit que tous les capteurs et tous les générateurs sont des transformateurs ou des gyrateurs qui s'ignorent Schéma électrique équivalent Pour un électricien, il est particulièrement commode d'étudier une machine à l'aide d'un schéma électrique équivalent. Dans un tel schéma, les tensions électriques jouent le rôle des potentiels et les courants électriques celui des flux. Le comportement de ce schéma est identique à celui de la machine étudiée. Si les composants électriques utilisés ont la même valeur numérique que les composants correspondants de la machine, les tensions et les courants auront également la même valeur numérique que les potentiels et les flux

18 Comportement correspondants. Dans un même ordre d'idée, on peut construire un simulateur électrique d'une machine La construction d'un schéma équivalent nécessite les étapes suivantes : 1. identifier les potentiels de référence (au moins un par technologie), ils joueront le rôle de la masse électrique. 2. placer un noeud de courant (point de tension) pour chaque valeur différente des potentiels. 3. relier tous les noeuds de courant (points de tension) précédents par les composants ad'hoc. Les schémas électriques équivalent utilisent, bien sûr, tous les symbolismes des schémas électriques à l'exception des transformateurs 15 et des gyrateurs qui sont représentés par des générateurs de tension ou de courant couplés. 15 L'utilisation du symbole électrique du transformateur est dangereuse car le transformateur électrique est beaucoup plus complexe que le simple transformateur que nous avons défini (en particulier, souvenez-vous que le transformateur électrique ne passe pas le continu)

19 Analogie Mécanique-Electricité 3. Analogie Mécanique-Electricité 3.1. Flux et Potentiel On peut bâtir une analogie mécanique-électrique à une dimension 16 à partir de la correspondance suivante : Electricité Mécanique Entité conservative Charge électrique Quantité de mouvement Moment cinétique Flux Courant électrique Force Couple Potentiel Tension électrique Vitesse Vitesse angulaire 16 Vouloir introduire une analogie à plusieurs dimensions entraîne la nécessité de définir un potentiel-vecteur ce qui ne serait pas aussi simple. Rassurez-vous, de très nombreux mécanismes ont été construits mono-dimensionnels pour échapper à cette difficulté

20 Analogie Mécanique-Electricité 3.2. Composants mécaniques Capacité mécanique Considérons une masse m et appliquons-y une force f : m f x(t) figure 6 : Capacité mécanique. La seconde loi de Newton 17 permet d'écrire : f = ma ce qui peut se réécrire : f = C dv m dt où : C m = m est une capacité mécanique On vient de montrer que la masse se comporte comme une capacité. On montrerait de même (le faire est un bon exercice) que le moment d'inertie d'une masse en rotation se comporte également comme une capacité. 17 Comme on traite essentiellement une mécanique mono-dimensionnelle, les lois mécaniques sont écrites en module

21 Analogie Mécanique-Electricité Inductance mécanique Montrons qu'il est possible de raisonner à l'envers en recherchant le composant mécanique qui pourrait jouer le rôle d'une inductance. f(t) x 0 x(t) figure 7 : Inductance mécanique. Un tel composant, s'il existe, devrait être décrit par la loi : b g vt bg = L df t m dt Ce qui peut se réécrire : b g f t bg f t bg f t 1 = f0 + L m 1 = f0 + L m z z vt dt dx t dt 1 = f + L xt x t 0 t 0 b g b g bg dt 0 0 m ce qui est le modèle d'un ressort de raideur x 0 lorsqu'il est soumis à une force constante généralement, celui de l'élasticité. 1 L m f 0 dont la position de repos est en. Ce modèle est, plus Un ressort spirale ou une barre de torsion se comporte également comme des inductances (le montrer est un bon exercice) Résistance mécanique Un composant résistant dissipe de l'énergie et la transforme en chaleur. En mécanique, ce sont les frottements qui produisent cet effet là et un dispositif mécanique siège d'un frottement est candidat au titre de résistance

22 Analogie Mécanique-Electricité Le comportement d'une résistance mécanique est décrit par l'expression : v = R f ou Ω = R N m Le coefficient de proportionnalité R m sera appelée, par analogie, résistance mécanique. Il existe deux type de frottements en mécaniques : les frottements secs qui engendrent une force de frottement constante, les frottements fluides qui engendrent une force de frottement qui dépend de la différence des vitesses des deux pièces qui frottent. m armature liquide ou gaz f piston v 1 v 2 f = k a (v 2 - V 1 ) figure 8 : Résistance mécanique. Un amortisseur hydraulique ou pneumatique peut, dans une certaine plage de vitesse, être considéré comme une résistance mécanique. L'effet de frottement est provoqué par le laminage du fluide à travers des trous calibrés pratiqués dans le piston. On rencontre du frottement fluide lorsqu'un solide se déplace dans un fluide (liquide ou gaz) ou lorsque deux solides se déplacent l'un contre l'autre en présence d'une lubrification (coussinets mécaniques par exemple) Générateurs mécaniques Les générateurs mécaniques sont habituellement appelés moteurs. Un tel générateur utilise nécessairement une autre technologie pour fonctionner (électricité, chaleur, chimie, biologie...). En tant que générateur, nous ne nous intéressons qu'à leur interface mécanique constituée de la vitesse de déplacement (ou de rotation) qu'ils engendrent et de la force (ou du couple) qu'ils fournissent

23 Analogie Mécanique-Electricité Un moteur est décrit, en ce qui nous concerne, par sa caractéristique reliant la force (ou le couple) fournie pour une vitesse de déplacement (ou de rotation) donnée. On rencontre typiquement des courbes ayant l'allure suivante : Force ou Couple de démarrage Force ou Couple Moteur électrique à courant continu Moteur animal... Moteur électrique à courant alternatif Moteur thermique (automobile)... A B Vitesse à vide Vitesse déplacement ou de rotation figure 9 : Caractéristiques de moteur. La zone A correspond à un fonctionnement en générateur de flux tandis que la zone B correspond à un fonctionnement en générateur de potentiel. On remarque que tous les moteurs ne permettent pas de fonctionner en générateur de flux Schéma électrique équivalent L'étude des dispositifs mécaniques peut souvent se faire par l'intermédiaire d'un schéma électrique équivalent. Dans un tel schéma, les tensions électriques jouent le rôle des vitesses et les courants électriques celui des forces

24 Analogie Mécanique-Electricité L'exemple suivant illustre cette approche : Deux grosses poulies de rayon r et de moment d'inertie I Ressort de raideur k R Liquide amortisseur : k A f 0 x m figure 10 : Exemple de schéma mécanique. L'état initial correspond à l'état d'équilibre atteint lorsque la force f 0 est appliquée. A l'instant t = 0, on annule la force f 0 (on lâche le plongeur). La construction du schéma équivalent nécessite les étapes suivantes : 1. identifier la vitesse de référence, elle jouera le rôle de la masse électrique. On prend la vitesse du socle par exemple. 2. placer un noeud de courant (point de tension) pour chaque valeur de vitesse. v : vitesse de déplacement du plongeur, Ω : vitesse de rotation des poulies. 3. relier tous les noeuds de courant (points de tension) précédents par les composants ad'hoc. v Ω f 0 1/k R 1/k A m v/r 2 I figure 11 : Schéma électrique équivalent. A l'instant t = 0, l'interrupteur est ouvert

25 Analogie Mécanique-Electricité 3.5. L'autre Analogie La nature des composants utilisés en mécanique dépend du choix qui a été fait des grandeurs de flux et de potentiel. Comme le raisonnement par analogie est essentiellement formel, le choix dual est possible. Considérons la loi de Newton : f = m dv dt ainsi que les lois de définition de la capacité et de l'inductance : Inductance P= Capacité F = L df dt C dv dt On constate que ces deux lois sont symétriques, ainsi si on intervertit les grandeurs de flux et de potentiel, ce qui était inductance devient capacité et réciproquement. Le tableau suivant résume la situation : Flux Force Vitesse Potentiel Vitesse Force masse Capacité Inductance f = m dv dt élasticité Inductance Capacité v = 1 k Frottement fluide Résistance Conductance f = k a v R df dt L'analogie Force-Flux que nous avons choisie exprime que la quantité de mouvement est conservative, que les forces sont additives et que les vitesses 18 ne le sont pas mais elle amène à appeler énergie cinétique ce que la mécanique traditionnelle appelle énergie potentielle puisque l'élasticité est considérée comme une inductance. Par contre l'analogie Flux-vitesse appelle énergie cinétique ce que la mécanique appelle énergie cinétique mais considère que la position est une grandeur conservative, que les vitesses sont additives et que les forces ne le sont pas. Ces deux formes d'analogies se rencontrent dans la littérature aussi est-il bon de les connaître toutes les deux même si on en préfère personnellement une des deux. 18 Ne pas confondre addition des vitesses et changement de référence

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain :

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain : L'ÉNERGIE Par définition l'énergie est la grandeur qui représente la capacité d'un système à produire du mouvement. Donc sur un navire, beaucoup d'éléments peuvent transformer une énergie potentielle en

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Tous ces exemples sont des applications contrôlables par l'homme. Ils sont, de ce fait, utiles.

Tous ces exemples sont des applications contrôlables par l'homme. Ils sont, de ce fait, utiles. Chapitre 8b EFFET CALORIFIUE ENERGIE CALORIFIUE Sommaire Effets calorifiques Energie calorifique Exercices 8.7 EFFETS CALORIFIUES La transformation d'énergie électrique W él en une énergie calorifique

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma,

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, 1 1. Savoir-faire du module 3 S informer Modéliser Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, Utiliser un modèle Élaborer un modèle Sélectionner des données Choisir,

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S DOSSIER TECHNIQUE APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S 1 PRESENTATION ET FONCTIONNEMENT 1.1 Mise en situation 1.2 Principe de fonctionnement 1.3 Chronogramme de fonctionnement 1.4 Régulation

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES

4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES 4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES Dans l'introduction de cet ouvrage, nous avons montré que les technologies énergétiques se présentent comme des assemblages de composants traversés par des

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties L'objet de cette ressource est l'étude des systèmes physiques, de type mécanique, électrique ou microscopique, se comportant

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU COURS TELN CORRIGÉ STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU À AIMANT PERMANENT page 1 / 6 A PRÉSENTATION Beaucoup d'appplications nécessitent un couple de démarrage élevé. Le Moteur à

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE S e s s i o n 2 0 0 8 PHYSIQUE APPLIQUÉE Série : Spécialité : Sciences et Technologies industrielles Génie Électrotechnique Durée de l'épreuve : 4 heures coefficient : 7 L'usage

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

ANNEXE : Pompes centrifuges

ANNEXE : Pompes centrifuges ANNEXE : Pompes centrifuges 1. Introduction 1.1. Machines hydrauliques On distingue deux grandes familles de pompes (voir Figure 1): les pompes centrifuges où le mouvement du fluide est générée par la

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES 1 DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES Pour les illustrations des différentes pompes, on peut se référer pour les schémas aux deux sources suivantes:! Technologie Génie Chimique (ANGLARET - KAZMIERCZAK) Tome 1!

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Généralités de la maintenance

Généralités de la maintenance Généralités de la maintenance І -1 : Définition générale : La maintenance est définie comme étant l'ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure

Plus en détail

ETUDE D UN THERMOELEMENT

ETUDE D UN THERMOELEMENT TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE D UN THERMOELEMENT BUT DU T.P. Mettre en évidence et comprendre les effets thermoélectriques. On cherchera

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin :

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin : Nom.. Prénom.. Pneumatique Thème Technologie schéma 1 TECHNOLOGIE PNEUMATIQUE Du latin pneuma : souffle - esprit La pneumatique est la technologie de contrôle des gaz sous pression pour générer des forces

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE DIRECTION A ASSISTANCE VARIABLE (ZF) " SERVOTRONIC D8" (direction à vérin intégré)

DOSSIER TECHNIQUE DIRECTION A ASSISTANCE VARIABLE (ZF)  SERVOTRONIC D8 (direction à vérin intégré) Examen : BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Session 1999 Spécialité : MAINTENANCE ET APRES VENTE AUTOMOBILE Option : VEHICULES PARTICULIERS Code : MACSVEP Durée : 6h Epreuve : U5. COMPREHENSION DES SYSTEMES

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points)

EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points) Liban 2006 EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points) La Dacia Logan, conçue par le constructeur français Renault est produite au départ en Roumanie. Elle a fait la une de l'actualité lors de son

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur I. Introduction FONCTION DISTRIBUER : PREACTIONNEUR ELECTRIQUE Les préactionneurs font partie de la chaîne d'action d'un système automatisé. Les préactionneurs sont les interfaces entre la Partie Commande

Plus en détail

Mesure du rendement d une machine à vapeur.

Mesure du rendement d une machine à vapeur. Mesure du rendement d une machine à vapeur. Rappels : Le rendement N est le rapport entre l énergie utile (fournie par la machine ) et l énergie motrice (fournie à la machine). C est aussi le rapport entre

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Mode d emploi Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Wittewalle 2 B-9041 België Tel: 09 251 79 79 Fax: 09 251 78 77 e-mail:

Plus en détail