Présentation de la recherche-action (version

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de la recherche-action (version"

Transcription

1 Thème de la recherche-action - l éthique bancaire Partenaire co-porteur du sujet - Crédit Mutuel Loire-Atlantique Centre Ouest provisoire-mai 2012) Présentation de la recherche-action (version 1. Le contenu de la recherche-action 1.1. Contexte La crise financière nous interpelle plus que jamais sur notre rapport à l argent et sur la nécessité de définir de nouveaux modèles d usage de la monnaie et de nouvelles règles du jeu. Remettre la finance et l économie à leur juste place, c'est-à-dire au service de la société, constitue en effet un véritable enjeu. Dans ce contexte, les banques dont les pratiques de spéculation sont aujourd hui largement mises en cause (y compris parfois par ceux qui en bénéficient), ont un rôle majeur à jouer. Porté par les valeurs de l économie sociale à laquelle il appartient, le Crédit Mutuel de Loire- Altantique Centre Ouest (CMLACO) propose d être au sein de la Chaire dhd&t le porteur-test d une recherche-action visant à définir ce que devrait être «l éthique bancaire», et à expérimenter les transformations que l appropriation de cette notion pourra éventuellement engendrer. La notion d éthique faisant référence au souhait d aller dans le sens du développement durable, c est-à-dire de «l harmonie entre les humains et de l harmonie entre les humains et la nature 1» Méthologie La recherche-action pourra être conduite en quatre grandes étapes, dont le calendrier prévisionnel pourrait être le suivant Etape 1 - définition collective de «l éthique bancaire 2» septembre 2011/début 2012 Etape 2 - évaluation de la situation du CMLACO au regard des composantes de l éthique bancaire Printemps 2012, dont travail interne puis revue par les parties prenantes partenaires de la Chaire 1 Cf. Commission mondiale du développement durable, Qui intègrera de fait la notion d'éthique financière 1

2 Etape 3 - expérimentation des évolutions éventuellement à apporter dans les pratiques et le fonctionnement du CMLACO A partir de mi 2012 Etape 4 capitalisation et diffusion des enseignements de la recherche-action A partir de 2012 sur la partie «définition» et 2013 pour les résultats de l expérimentation 2. Problématique de la recherche-action sur l éthique bancaire co-portée par le Crédit Mutuel Loire-Atlantique Centre Ouest 2.1. Crise économique et financière : crise de l éthique 3? Comme cela avait été le cas dans les années 2000 suite aux scandales Enron, Worldcom ou Parmalat, la crise financière de et ses prolongements sous la forme de la crise des dettes publiques - a remis en cause le caractère «moral» du capitalisme, de la finance, de la banque et plus généralement des activités économiques. Ces successions de «crises» ne traduiraient donc pas seulement des aléas de fonctionnement, intrinsèques mais passagers, mais seraient relatives à un épuisement des légitimités sur lesquelles repose l ordre économique. La légitimité «morale» du capitalisme, et de certaines activités qui l incarnent, serait ainsi remise en cause. Cette remise en cause se nourrit aussi de l épuisement d une autre forme de légitimité : la légitimité instrumentale. Celle-ci renvoie au fait qu une action peut être jugée bonne ou pertinente si elle «réussit» ou si elle atteint ses objectifs. Or, pendant longtemps, le discours a légitimé le capitalisme et ses institutions parce que celui-ci permettait de contribuer à l élévation globale des niveaux de vie, à la diminution des inégalités, à l approfondissement de la démocratie Cette légitimité instrumentale s enracinait dans un acte de séparation de l économie et de la morale initié par la «Fable des abeilles» de Bernard Mandeville (1714) qui affirmait : «Cessez donc de vous plaindre : seuls les fous veulent rendre honnête une grande ruche. Jouir des commodités du monde, être illustres à la guerre, mais vivre dans le confort. Sans de grands vices, c'est une vaine Utopie, installée dans la cervelle. Il faut qu'existent la malhonnêteté, le luxe et l'orgueil, si nous voulons en retirer le fruit. * +La vertu seule ne peut faire vivre les nations dans la magnificence ; ceux qui veulent revoir un âge d'or, doivent être aussi disposés A se nourrir de glands, qu'à vivre honnêtes». Nous serions ainsi face à un choix : vivre selon des principes moraux 3 [Texte contributif proposé par Michel Renault, économiste, membre du groupe de recherche. Version provisoire] 2

3 ou éthiques mais pauvres, ou accepter de ne pas être vertueux et bénéficier d un bien être amélioré, voire vivre dans l opulence. Cependant que faire quand cette opulence ou ce bien être matériel censés être la contrepartie de cet amoralisme ne sont pas au rendez vous? Cette séparation de la morale et de l économie est aussi entérinée par la perspective «néo libérale» qui reprend ce discours de la légitimité instrumentale, inscrivant l économie et ses institutions dans l ordre de l efficience. Nous sommes alors renvoyés à une forme de darwinisme social évoqué par la métaphore de la rose «American beauty» de J.D.Rockfeller : «La variété de rose American Beauty ne peut être produite, dans la splendeur et le parfum qui enthousiasment celui qui la contemple, qu en sacrifiant les premiers bourgeons poussant autour d elle. Il en va de même dans la vie économique. Ce n est là que l application d une loi de la nature et d une loi de Dieu». Autrement dit, la prospérité ne pourrait être atteinte que par le sacrifice des plus faibles, des moins aptes. Si la morale ou l éthique mettent en relation les moyens et les fins, la logique instrumentale ne s intéresse qu aux conséquences sans se préoccuper des moyens. Une autre thèse justifiant cet «amoralisme», réactivée pour certains par les thèses d André Comte Sponville, est celle de l économiste F.A.Hayek pour lequel on ne peut imputer de responsabilité morale qu à des sujets ; or un système social (le capitalisme) ou une organisation n est pas un sujet, il ne peuvent donc être soumis à un jugement de valeur : «Il n y a pas de critère par lequel nous pourrions découvrir ce qui est socialement injuste parce qu il n y a pas de sujet par qui pourrait être commise cette injustice» [F.A.Hayek]. Pourtant, dans le même temps, les revendications éthiques de la part des entreprises n ont jamais été aussi fortes : multiplication des chartes ou des codes éthiques, création de référentiels internationaux (principes de Wolfsberg, GRI, ISO ), création de «produits éthiques» (ISR, commerce équitable ) etc. Ce qui serait impossible voire néfaste au niveau d un système serait-il alors valable au niveau des acteurs? N y a-t-il pas là une contradiction? L éthique ne serait alors qu un artifice masquant des visées purement économiques et instrumentales. Il ne s agirait que d une forme d économicisation de la morale servant soit à prendre un avantage concurrentiel sur d autres entreprises en vendant un «supplément d âme», soit à gérer un «risque éthique», face aux pressions croissantes d ONG, d Etats ou plus généralement de la «société civile». Les codes, les chartes, la finance «responsable» offriraient ainsi une couverture contre un risque de même nature que les autres risques économiques encourus par les entreprises. Ces référentiels présenteraient un avantage supplémentaire dans la mesure où ils constituent une forme de «soft law», répondant à un engagement volontaire à l opposabilité douteuse ; contrairement à la «hard law», la loi émanant de l Etat (et donc des citoyens), obligatoire et opposable. Bref, l éthique d entreprise serait un substitut à la loi entérinant une forme de privatisation de celle ci. 3

4 D un autre côté l engagement éthique est au cœur des pratiques d un secteur de l économie qu on appelle l économie sociale et solidaire. Les mutuelles, les coopératives, les associations notamment dans le secteur bancaire font de cet engagement éthique une des finalités de leur existence. Le respect de valeurs, loin d être un argument mercantile, répond à une problématique d intégration à un collectif, à un territoire, à une société comme l évoquait E.Durkheim. L éthique ou la morale ne sont alors plus envisagés simplement comme adhésion à des règles mais comme un processus social d intégration d individus libres dans des entreprises collectives communes de tout niveau. Une telle perspective s opposerait donc aux visions dualistes séparant économie et morale alors même qu historiquement et factuellement, morale et économie n ont jamais été dissociées. Qu on s arrête un instant pour repenser à l influence de la doctrine scolastique du «juste prix», aux discussions qui ont encore lieu dans le monde islamique sur le prêt à intérêt, à l influence de l éthique protestante sur l esprit du capitalisme pour paraphraser Max Weber De même dans la pensée économique c est seulement très récemment qu on a tenté de séparer l économie de la morale. A.Smith par exemple faisait des «sentiments moraux» et de l existence d individus moraux un préalable au marché. Plus récemment A.O.Hirschmann ou A.Sen ont souligné le caractère moral de l économie. En effet, comme le soulignait également K.Marx, l économie (comme le «capitalisme») n est pas une entité abstraite mais un ensemble de pratiques par l intermédiaire desquelles des êtres humains agissent sur d autres êtres, humains et non humains : en les recrutant, en les exploitants, en les enrichissants ou en les ruinant Ce faisant ils n agissent pas en tant qu entités abstraites mais bien en tant que sujets, placés en tant que tels devant des responsabilités. Evoquer la question de l éthique, ou de la morale, implique donc la référence à des finalités et à des valeurs. Si l on met de côté, au moins provisoirement, les référentiels religieux liant le bien, le bon et le juste à des prédicats divins et donc absolus, un monde sécularisé pose la question de l origine de ces finalités. Qui par exemple édicte les chartes ou les codes éthiques d entreprise? Comment sont-ils légitimés? Cela renvoie aussi in fine à l association de ceux qui sont concernés par ces référentiels, ce que le philosophe J.Dewey nommait le «Public», à ces processus. Ethique, morale, économie et démocratie sont donc également liés et cette relation mérite d être explicitée. Enfin, évoquer l éthique ou la morale quand on parle d économie ou de finance implique également de se poser une question d échelle. Dis autrement : les individus ou les entreprises pourraient-elles être «morales» au sein d un système qui ne le serait pas? Une banque pourraitelle être éthique alors que l économie dont elle est un acteur ne le serait pas? L éthique ou la morale seraient-elles réservées à des relations de proximité alors même que l économie est globale et omniprésente, pas seulement au niveau de ce qu il est convenu d appeler la «mondialisation» mais aussi au niveau des «modèles mentaux» et des comportements individuels? 4

5 Dans ce contexte, les banques dont les pratiques de spéculation sont aujourd hui largement mises en cause (y compris parfois par ceux qui en bénéficient), ont un rôle majeur à jouer. Porté par les valeurs de l économie sociale à laquelle il appartient, le Crédit Mutuel de Loire- Atlantique Centre Ouest (CMLACO) propose d être au sein de la Chaire "développement humain durable & territoires" le porteur-test d une recherche-action visant à : - définir ce que devrait être «l éthique bancaire», ce qui suppose d'explorer également les notions d'éthique économique et d'éthique financière plus englobantes *La notion d éthique fait référence ici à une vision de développement durable, c est-à-dire visant "l harmonie entre les humains et de l harmonie entre les humains et la nature 4 ], - expérimenter les transformations que l appropriation de cette notion pourra éventuellement engendrer Recherche-action sur l éthique bancaire avec le CMLACO en co-portage : présentation de la problématique A l'heure des crises systémiques, et tout particulièrement des crises économiques et financières, les acteurs mutualistes et coopératifs sont interpelés dans leur capacité à montrer une autre voie que celle de la démesure dans le rapport à la consommation et à la spéculation, à contribuer à l'invention d'un nouveau modèle de développement permettant de passer d'une "société du beaucoup d'avoir pour quelques-uns", à une "société du bien-être pour tous, ensemble, dans un environnement préservé et partagé". Engagé, depuis sa création en 1894, dans une approche territorialisée de son activité, le CMLACO entend démontrer dans ce contexte sa capacité à mettre en œuvre une éthique bancaire, portée par chacune de ses parties prenantes. Pour ce faire, nous émettons l'hypothèse qu'il est nécessaire de revisiter la vision de Max WEBER opposant irréductiblement l'éthique de conviction (qui, selon lui, conduit à agir en fonction de principes religieux ou moraux et à s'en remettre à la destinée ou Dieu pour ce qui est des résultats obtenus) à l'éthique de responsabilité (qui suppose que nous avons à répondre des conséquences prévisibles de nos actes) est possiblement dépassée En effet, pour peu que l'on relise ces notions à l'aune des enjeux du 21 siècle, non seulement elles n'apparaissent plus comme intrinsèquement contradictoires, mais elles s'imposent aujourd'hui comme des dimensions complémentaires. Et ce, pour deux raisons au-moins compte tenu de l'étape clef de l'histoire de l'humanité dans laquelle 4 Cf. Commission mondiale du développement durable,

6 nous sommes entrés: - premièrement, au regard des défis auxquels nous devons individuellement et collectivement faire face, nous avons l'impérieuse nécessité de définir une nouvelle vision, une conviction partagée (qui doit pouvoir transcender la question religieuse ou morale, dans la mesure où elle relève d'une exigence universelle et vitale et ne permet à aucun de nous de se défausser de son inaction ou inversement des effets de ses actes) - deuxièmement, nous avons pour responsabilité non seulement d'agir en étant conscients des conséquences induites (ce que certains revendiquent au nom d'une logique "d'éthique de l'action", confondant en ces temps troublés urgence et précipitation/fuite en avant pour rester dans une option simplement adaptatrice), mais surtout de fonder nos projets et agissements sur une vision partagée (conviction) et de nous mettre en situation de veille et de décisions, y compris vis-à-vis des impacts imprévisibles de nos actes (principe de précaution). Nous retenons alors que c'est par le croisement entre éthique de conviction et éthique de responsabilité que l'humanité sera en capacité de se projeter dans une vision de transformation radicale porteuse de développement durable ("métamorphose" selon Edgar MORIN, sociologue), et surtout de négocier et d'organiser les phases de transition. Distincte de la morale qui se présente comme la consolidation collective dans le temps des règles et des valeurs générales admises par une communauté donnée, l éthique apparaît être une activité autonome de discernement permettant de juger du caractère bénéfique ou non des actions et des activités. Nul ne saurait s exonérer de cette responsabilité y compris au nom de l obéissance à une autorité supérieure. Cet exercice de discernement ou de jugement suscité par les situations qui font conflit, ou doute, implique un effort, une capacité d extraction des conditions, de prise de distance avec les normes et les règles générales morales ou légales qui peinent à répondre aux situations nouvelles ou particulières. Elle correspond en ce sens à une réaffirmation, une reconquête d une liberté. Le questionnement des valeurs et des représentations permet de redéfinir ce qui fait richesse, à savoir ici les humains, la nature, les humains et la nature considérés ensemble. Ainsi, l éthique place la question humaine et culturelle au cœur du développement durable dans un contexte de mutation historique. Aussi nous émettons l'hypothèse que la déclinaison de l'éthique au sein des organisations en général et de la banque en particulier devrait être traitée à trois niveaux, à savoir dans l'activité, le fonctionnement et l'ancrage territorial et passer par trois étapes: Le discernement, c'est-à-dire l identification des valeurs en jeu, l interrogation des représentations et le choix des finalités OU comment penser la place et le rôle de la finance et de l économie dans la société et comment orienter les activités financières en fonctions de valeurs identifiées et en vue de garantir l apport sociétal, la place de l humain, 6

7 La mise en pratique et en cohérence OU comment mettre en oeuvre les choix éthiques et réussir la cohérence entre les valeurs, les intentions affirmées et les pratiques fonctionnelles, commerciales et partenariales, Le contrôle démocratique OU comment assurer dans le champ de l économie et de la finance un retour au contrôle démocratique de la monnaie et de ses usages. Pour définir les contours de son engagement éthique, le CMLACO a défini que l'utilité sociétale de relevait de fonctions de réseaux, et tout particulièrement de l'appui au développement des activités dans le territoire. Il travaille aujourd'hui à la mobilisation de toutes ses parties prenantes (administrateurs, dirigeants, salariés, sociétaires, clients prêteurs et clients emprunteurs, fournisseurs, filiales, ) pour que toutes s'associent à une démarche éthique d'engagement sociétal fondée sur la déclinaison de quatre dimensions : la responsabilité, la solidarité, la démocratie collaborative, la création d'une communauté d'acteurs à l'échelle du territoire. La méthodologie de cette recherche-action est présentée de façon synthétique page 9. 7

8 3. Quelques éléments d histoire sur le Crédit Mutuel Loire-Atlantique Centre Ouest C est à la fin du mois d octobre 1894 qu a été créée la première caisse rurale de St Victor-La Grigonnais, en Loire-Atlantique. L objectif était de permettre à des agriculteurs, confrontés aux pratiques usuraires, de mener à bien leurs projets. Dès le mois d avril 1898, on assistait à la création du groupe nantais qui comprenait alors 10 caisses. En 1899, c est la création de la Caisse Régionale de Loire-Inférieure, soit l instance de 2 ème degré. Au 31 décembre 1908, le groupe nantais est composé d une centaine de caisses rurales et ouvrières. L année 1925 voit la création de la première caisse du Poitou à Bressuire. En 1966, c est l adhésion de la Fédération des caisses rurales et ouvrières du Crédit Mutuel de Loire Atlantique à la Confédération Nationale du Crédit Mutuel. En 1972, est créée la première caisse du Limousin à Limoges Carnot. Au 1 er janvier 2011, le Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest rejoint le Groupe alors appelé CM5, composé des fédérations de Crédit Mutuel de Centre Est Europe, d Ile de France, du Sud Est, de Savoie Mont-Blanc et de Midi Atlantique. 4 autres Groupes de Crédit Mutuel ont fait le même choix que le Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest : le Groupe de Normandie, celui de Méditerranée, celui du Centre et celui du Dauphiné Vivarais. L ensemble constitué est dénommé CM10. Dès ses origines, le Crédit Mutuel s est singularisé par ses valeurs coopératives et mutualistes avec l exigence d un système plus solidaire et le souci de permettre à chacun d assumer pleinement ses responsabilités et ses choix. Dans un système économique axé sur le profit immédiat, le Crédit Mutuel de Loire Atlantique et du Centre Ouest propose une alternative avec une recherche permanente d un équilibre entre l intérêt des sociétaires et des clients, l intérêt des salariés et l intérêt de l entreprise. Le CM LACO met ainsi en application sa forme juridique spécifique qui réunit des sociétaires copropriétaires de leur caisse locale. Ils sont représentés par des administrateurs qu ils élisent en Assemblée Générale. A l écoute des besoins, des projets et des intérêts des sociétaires, ces derniers témoignent d un engagement fort en assurant notamment une activité de contrôle de la caisse locale et en participant à son développement aux côtés des salariés. Intégrés à la vie locale, ils sont porteurs et garants des valeurs du Crédit Mutuel. 8

9 Présentation synthétique de la méthodologie 9

10 4. Les auditions Pour construire collectivement, en première étape de la recherche-action une définition collective de l éthique bancaire, le groupe de recherche a choisi de conduire une série d auditions auprès de professionnels de la banque, d économistes, mais aussi de médecins, de juristes et de philosophes. Lors de trois journées d auditions, le 20 décembre 2011, 25 janvier 2012 et 9 mars 2012, ont été entendus : Pauline d AMBOISE, Déléguée Générale des Caisses Desjardins au Quebec Claude ALPHANDERY, ancien banquier, président du LABO de l'économie sociale et solidaire (audioconférence) Dominique BORDET, facilitateur financier Gérard DABOUIS, Responsable de la Consultation d Ethique Clinique au CHU de Nantes et Denis BERTHIAU, membre de la Consultation, juriste, enseignant à Paris-Descartes et fondateur de la Consultation Cochin Jean GADREY, économiste (audioconférence) Pascal GLEMAIN, économiste Claude GUILLET, maire de Carquefou Joël GUERRIAU, Sénateur, ancien cadre bancaire, Vincent LEJEUNE, Chargé de mission à Brest Métropole Océane Etienne PFLIMLIN, ancien Président du Crédit Mutuel (visioconférence) Jean-Luc POLARD, Vice-président de Brest Métropole Océane en charge des finances Fabrice ROUSSEL, Maire de la Chapelle sur Erdre Jean Michel VIENNE, philosophe Patrick VIVERET, philosophe, ancien conseiller maître à la Cour des comptes Les auditions ont été conduites par Hélène Combe, titulaire de la chaire «Développement humain durable et territoires» et les membres du groupe de recherche. Les auditions ont été structurées autour des questions suivantes : 1. Quelle définition donneriez-vous de l'éthique? 2. Quelle est votre vision de l'éthique économique? 3. Quelle est votre vision de l'éthique financière? 4. Selon vous, quelles devraient-être les caractéristiques de l'éthique bancaire? 10

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique é d i t o r i a l Sénart est composée de 10 communes dont 7 engagées dans 22 jumelages en direction de 8 pays. Une concertation

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance 2012 CAISSE D EPARGNE : UNE BANQUE ENGAGÉE DANS SA RÉGION LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance Jean-Marc Carcelès

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL?

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? L ESS: un patchwork en quête d identité [1] Avec des appellations fluctuantes... - économie sociale - économie solidaire - économie sociale

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS. Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014

Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS. Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014 , Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014 Article 1 : description Les 2 partenaires suivants : la

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise

Responsabilité sociétale de l entreprise r s e Responsabilité sociétale de l entreprise 26000 i s o26000 t o p 614 Le 18 mars 2013, aquitanis voyait la maturité de sa démarche de responsabilité sociétale, engagée depuis 2008, évaluée par l AFNOR

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Communication de progrès 2013

Communication de progrès 2013 Communication de progrès 2013 La GMF (Garantie Mutuelle des Fonctionnaires) est un acteur important de l assurance des particuliers en France. Avec ses filiales, elle emploie 6787 salariés et a plus de

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES,

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, CROISEMENT DE L AUDIT SOCIAL ET DU CONTROLE INTERNE Michel JORAS CIRCEE Centre de recherche de l esce Enseignant chercheur à l Ecole Supérieure du Commerce Extérieur

Plus en détail

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA DOSSIER DE PRESSE Paris, le mardi 14 février 2006 PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA propose, depuis le début du mois, une gamme de services

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

LES ACHATS RESPONSABLES

LES ACHATS RESPONSABLES LES ACHATS RESPONSABLES Une soirée proposée dans le cadre de la semaine de l ISR Organisée par l Association Ethique et Investissement et la FASSE-ICP Jeudi 16 octobre 2014 18h - 20h Institut Catholique

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION?

LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION? LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION? Le mercredi 19 juin 2013 de 14h à 18h suivi d un cocktail A La Maison de l UNESCO (salle IV) - 7 Place Fontenoy, 75007 Paris DEBAT

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE Adopté le 23 avril 1999 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 DÉFINITION... 4 SECTION 1. Le membre et l'organisme

Plus en détail

Le regroupement des associations (février 2011)

Le regroupement des associations (février 2011) Le regroupement des associations (février 2011) La notion de regroupement n est pas une idée nouvelle pour les associations puisqu elle est à la base même de l association. Ce qui est nouveau, c est l

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT OUTIL DE PILOTAGE MIS A LA DISPOSITION DES ORGANISMES Système : ensemble d éléments

Plus en détail

Bâtir un système intégré

Bâtir un système intégré Florence GILLET-GOINARD Bâtir un système intégré Qualité/Sécurité/Environnement De la qualité au QSE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3651-8 CHAPITRE 1 Un système intégré, quels enjeux? 1. QU EST-CE

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail