Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012"

Transcription

1 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale soutenue pour la banque de détail > Un environnement plus favorable à la banque de financement et d investissement > Remarque liminaire : Comme indiqué à la fin de ce document («Méthodologie de l analyse»), l objectif de cette publication est de présenter, sur la base des communiqués trimestriels et des slides investisseurs publiés, les principaux indicateurs de performance des quatre grands groupes bancaires français (BNP Paribas, Société Générale, BPCE, Crédit Agricole S.A) et d apporter des commentaires sur les évènements significatifs de l exercice et l information financière associée. Introduction La relative accalmie observée sur les marchés financiers qui fait suite à la mise en place des opérations de refinancement à long terme de la Banque Centrale Européenne (LTRO) et à la finalisation du plan de soutien à la Grèce, a permis aux quatre principaux groupes bancaires français de dégager des résultats solides au 1 er trimestre 2012, atteignant un montant total de 5 milliards d euros. En resserrant les spreads de crédit, les injections de liquidité de la BCE ont rassuré les investisseurs. Les revenus générés par les établissements se sont élevés au 31 mars 2012 à près de 31 milliards d euros. Des revenus résilients pour les métiers de l épargne > Une rentabilité en recul > Un coût du risque contrasté > Des fonds propres renforcés > Exposition en baisse sur les souverains GIIPE > En route vers Bâle 3 > Méthodologie de l'analyse > Contact : Fabrice Odent Associé Responsable du Département Services financiers

2 Source des données : communiqués de presse et slides investisseurs au 31 mars 2012 A noter qu à l exception de ce premier graphique présentant le produit net bancaire et le résultat net du Groupe Crédit Agricole, les graphiques suivants présentent une information se rapportant au groupe Crédit Agricole SA dans lequel les Caisses Régionales sont mises en équivalence à hauteur de 25 % et non du Groupe Crédit Agricole qui les intègre à 100 % (le communiqué de presse du 11 mai 2012 présentant les résultats trimestriels du groupe Crédit Agricole SA). Soutenues par l accalmie des marchés, les activités de la banque de financement et d investissement, fortement impactées en 2011 par les effets de la crise de la dette souveraine européenne, ont généré des revenus solides sur le premier trimestre De même, les efforts commerciaux engagés par l ensemble des réseaux ont permis aux métiers de la banque de détail de stabiliser leurs revenus dans un environnement fortement concurrentiel. Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels Le niveau des revenus générés par les métiers cœurs a contribué à atténuer l impact des éléments non opérationnels qui ont marqué le premier trimestre 2012, ces derniers ayant le plus souvent été affectés au pôle «hors métier». Source des données : communiqués de presse et slides investisseurs au 31 mars 2012 Note (1) : A des fins de comparabilité, le pôle «banque de détail» de BPCE a été retraité et intègre les services financiers spécialisés. 02

3 Alors qu en 2011 la réévaluation des dettes liées au risque de crédit propre impactait positivement la ligne «hors métier», la tendance observée au premier trimestre 2012 s est inversée : le PNB des «autres activités» intègre désormais une réévaluation négative de dette propre qui est de millions d euros à la Société Générale, millions d euros chez BPCE et millions d euros pour le groupe BNP Paribas. Par ailleurs, le coût du risque de la dette souveraine grecque portée par les groupes BNP Paribas, Société Générale, BPCE (logée au niveau du pôle «hors métier» pour les 3 établissements) et Crédit Agricole SA (comptabilisée dans la banque de détail) a été complété à hauteur de 125 millions d euros (BNP Paribas : 54 millions d euros, Crédit Agricole SA : 25 millions d euros, BPCE : 24 millions d euros et Société Générale : 22 millions d euros). D autres éléments non récurrents ont impacté la ligne «hors métiers» au cours du premier trimestre : pertes de 142 millions d euros sur cession de titres souverains pour BNP Paribas, dépréciation durable de la participation détenue par BPCE dans Banca Carige à hauteur de 108 millions d euros, accord de commutation chez Natixis (BPCE) concernant des transactions de CDS avec MBIA pour - 52 millions d euros, moins-values de 93 millions d euros sur cession des titres Intesa dans les comptes du groupe Crédit Agricole SA. Ces charges exceptionnelles ont toutefois été partiellement compensées par d autres éléments non récurrents ayant un impact positif sur le PNB tel que la restitution à BPCE de l amende «Échange-Images Chèques» pour 91 millions d euros, l amortissement de la mise à la juste valeur du banking book de Fortis dans les comptes de BNP Paribas à hauteur de 184 millions d euros, ou encore le gain de 864 millions d euros réalisé par le groupe Crédit Agricole SA au titre de l opération de rachat de dette hybride. Enfin, notons que BNP Paribas a dégagé un résultat exceptionnel de millions d euros à l occasion de la cession d une participation de 28,7% dans Klépierre SA, cette cession ayant été réalisée dans le cadre du plan d adaptation du bilan du groupe visant à préparer le passage à Bâle 3. Une dynamique commerciale soutenue pour la banque de détail Grâce à une activité commerciale soutenue et ciblée, les réseaux bancaires et les services de financement spécialisés de la banque de détail ont extériorisé des revenus trimestriels solides (baisse maitrisée de 1%) en dépit d une économie ralentie. Les actions entreprises par les réseaux pour conquérir de nouveau clients et fidéliser la clientèle existante se sont accélérées, ce qui s est traduit par une forte évolution des fonds de commerce sur le trimestre : ouverture de comptes à vue à la Société Générale, nombre de clients en hausse de 5,5% chez BPCE, progression des utilisateurs de l offre internet mobile de BNP Paribas à hauteur de 73% par rapport au 31 mars

4 Forts de cette forte mobilisation des réseaux au service de leurs clients, les métiers de banque de détail ont réalisé de bonnes performances commerciales comme l illustre la croissance des volumes de crédits et de dépôts. En effet, malgré une tendance à la décélération de la demande, les encours de crédits progressent en moyenne de 5,2% sur le premier trimestre, grâce notamment à une forte production des crédits à l habitat en janvier 2012 liée à l expiration de dispositifs fiscaux (imposition des plus-values sur les résidences secondaires). Bien qu elle soit essentiellement tirée par les crédits à l habitat, cette croissance a bénéficié à l ensemble des acteurs de l économie, permettant ainsi aux banques de réaffirmer leur engagement auprès de leur clientèle et de l économie française. De même, malgré un contexte de concurrence vive sur la collecte de dépôts, leur progression s est accélérée sur le premier trimestre, augmentant en moyenne de 5,5% par rapport au premier trimestre 2011, essentiellement grâce à l épargne réglementée portée par le livret A et le compte sur livret. Par ailleurs, les réseaux internationaux ont poursuivi leur stratégie de développement sélectif dans des zones à fort potentiel de croissance, notamment en Afrique et dans le bassin méditerranéen. Ainsi, le groupe Société Générale poursuit son développement en Afrique (création d une nouvelle filiale au Congo) et dans le bassin méditerranéen (ouverture de 88 agences depuis le 31 mars 2011). Le groupe BNP Paribas affiche, quant à lui, une bonne progression des résultats de sa filiale américaine BancWest qui profite de l amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis. En revanche, dans le prolongement des trimestres précédents, les résultats de la banque de proximité à l international du groupe Crédit Agricole SA continuent d être impactés par la situation de la Grèce. En effet, la volonté annoncée par la Grèce d étendre le plan d aide européen à trois entreprises publiques (319 millions d euros) auquel s ajoute un coût du risque additionnel constaté lors de l échange des titres d Etat grec (25 millions d euros) et une provision pour risque pays (171 millions d euros) ont, au total, couté au groupe 515 millions d euros. Par ailleurs, le solde des impôts différés actifs, qui s élevait à 130 millions d euros, a été annulé au 31 mars Toutefois, malgré ce contexte difficile, Emporiki a poursuivi la politique de refinancement mise en place en 2011 visant à rechercher davantage de ressources propres, permettant ainsi au groupe Crédit Agricole SA de réduire son exposition : le financement du groupe Crédit Agricole SA à sa filiale grecque a ainsi diminué de moitié sur un an (4,6 milliards d euros au 31 mars 2012). 04

5 Un environnement plus favorable à la banque de financement et d investissement Au 31 mars 2012, les métiers de financement et d investissement ont extériorisé des revenus en hausse de 122% par rapport au quatrième trimestre 2011, en recul limité de 14% par rapport au premier trimestre 2011 où l activité avait été particulièrement forte. Soutenues par l accalmie des marchés qui bénéficient d un environnement plus favorable (restructuration de la dette grecque, deuxième volet du LTRO en Europe, signes de reprise aux États- Unis), les activités de marché génèrent des revenus solides, à millions d euros, tirés par le pôle «Fixed Income», notamment sur les activités taux, change et matières premières. Profitant d un environnement porteur et d une activité clientèle soutenue, ce pôle réalise des performances solides en particulier sur les flux et sur les activités obligataires qui profitent du rebond du primaire dans un marché de la dette plus favorable qu en Malgré un environnement de marché moins volatil, les volumes demeurent faibles et les revenus du métier «Actions» sont en retrait par rapport au 31 mars 2011, la baisse étant néanmoins maitrisée grâce à une bonne tenue des activités sur les produits de flux. Alors que les activités de marchés ont bénéficié d un regain d appétit des investisseurs et de l accalmie des marchés, les revenus des activités de financement ont été impactés par la décote réalisée sur les actifs cédés au cours du premier trimestre. En effet, les réductions d actifs engagées dans le cadre des plans d adaptation mis en place en 2011 se sont poursuivies. Ainsi, les cessions de prêts réalisées au cours du trimestre se sont élevées au global à 9,7 milliards d euros répartis entre 4,9 milliards d euros à la Société Générale, 2 milliards d encours chez BNP Paribas, 1,6 milliard d euros pour le groupe BPCE et 1,2 milliard d euros au Crédit Agricole SA. Ces cessions ayant été réalisées avec des décotes allant de 2,5% (Crédit Agricole SA) à 4,6% (Société Générale). Associées à des volumes d activités moindres sur les financements, ces décotes ont contribué au repli des revenus observée sur le trimestre par rapport à la même période en 2011 (- 799 millions d euros). Des revenus résilients pour les métiers de l épargne Directement impactés par la situation des marchés (instabilité des marchés actions, persistance de la faiblesse des indices, évolution défavorable des taux d intérêt), les revenus générés par des métiers de l épargne s inscrivent en légère baisse sur le trimestre, à millions d euros (contre millions d euros au 31 mars 2011). Cependant, après un deuxième semestre 2011 pénalisé par l aggravation de la crise financière, les encours sous gestion progressent légèrement, en particulier dans les marchés domestiques et en Asie, permettant aux revenus du pôle de se maintenir à un niveau solide. 05

6 Une rentabilité en recul Alors que le groupe Crédit Agricole S.A améliore sensiblement sa rentabilité opérationnelle, celle-ci est en recul à la Société Générale, chez BNP Paribas et dans le groupe BPCE comparativement au 31 mars 2011 : le coefficient d exploitation moyen s établit à 66,9% au 31 mars 2012 (contre 62,3% sur la même période en 2011). Source des données : communiqués de presse et slides investisseurs au 31 mars 2012 Grâce à une bonne maîtrise des charges liée à la rationalisation des filiales métiers entreprise depuis quelques trimestres, le coefficient d exploitation s améliore sensiblement dans le groupe Crédit Agricole S.A. (- 2,7%). En revanche, outre la baisse des revenus générés par les activités de financement et d investissement (- 384 millions d euros par rapport à la même période en 2011), la hausse du coefficient d exploitation observée dans le groupe BNP Paribas (+ 11,7%) traduit également une progression des charges dans la banque de détail : ouvertures d agences dans le bassin méditerranéen, renforcement des forces commerciales pour les clients entreprises et entrepreneurs de BancWest aux Etats-Unis, coûts d adaptation de l activité de crédit à la consommation et développement de cette même activité en Russie. De même, le repli des revenus des activités de financement et d investissement et des métiers de l épargne du groupe Société Générale (- 440 millions d euros par rapport au 31 mars 2011) combiné aux investissements engagés dans la banque de détail liés à la transformation du groupe et à l intégration de la Société Marseillaise de Crédit dans le système informatique du Crédit du Nord, impactent la rentabilité du groupe à hauteur de 4%. Enfin, la progression du coefficient d exploitation du groupe BPCE (+5,5%) est essentiellement attribuable à une augmentation des frais de gestion dans le réseau Banques Populaires en raison d éléments exceptionnels sur le trimestre. 06

7 Un coût du risque contrasté L'analyse des évolutions du coût du risque par établissement montre une situation contrastée : maitrisée dans les groupes Société Générale (+ 3%) et BNP Paribas (+ 3%), la progression du coût du risque est plus significative au Crédit Agricole SA, et dans une moindre mesure chez BPCE, ces derniers affichant des hausses qui s élèvent respectivement à + 108% et + 18%. Source des données : communiqués de presse et slides investisseurs au 31 mars 2012 Alors que le coût du risque supporté par les groupes BNP Paribas, Société Générale et BPCE reste à un niveau faible, légèrement supérieur à celui du premier trimestre 2011 qui bénéficiait d une conjoncture plus favorable, le groupe Crédit Agricole SA enregistre une hausse significative de son coût du risque. Cette hausse, essentiellement imputable à la situation de la Grèce et au coût du risque lié à la filiale Emporiki, intègre également une provision sur la filiale Agos (filiale italienne de crédit à la consommation). Des fonds propres renforcés En optimisant l allocation de leurs ressources rares, les banques ont réussi à faire progresser leur ratio Core Tier 1 (Bâle 2.5). Le ratio moyen, en progression de 0,7% sur le trimestre, s élève à 9,7% au 31 mars 2012 (pour une exigence de fonds propres minimale de l Autorité Bancaire Européenne (EBA) de 9% au 30 juin 2012). Source des données : communiqués de presse et slides investisseurs au 31 mars

8 Ce renforcement du Core Tier 1 traduit à la fois la baisse des actifs pondérés avec notamment la cession des encours de crédit dans la banque de financement et d investissement en lien avec les plans d adaptation engagés en 2011 et la génération organique de fonds propres du trimestre. L objectif fixé par l EBA de ratio de solvabilité à 9% pour le 30 juin 2012 qui, au-delà de la CRD3, impose une déduction supplémentaire pour les moins-values latentes sur les titres souverains européens détenus, est ainsi atteint (et dépassé pour tous les groupes) avec un trimestre d avance. Exposition en baisse sur les souverains GIIPE Après une année 2011 caractérisée par un contexte de marché difficile lié à la crise brutale de confiance sur la dette souveraine des États périphériques européens, la gestion financière des établissements reste marquée par une forte prudence. Au 31 mars 2012, tous les groupes de l échantillon ont communiqué leurs expositions consolidées sur les souverains GIIPE (Grèce, Italie, Irlande, Portugal, Espagne) sous forme d une mise à jour des expositions souveraines publiées à l occasion des stress tests de l EBA. Le graphique ci-dessous compare l exposition résiduelle des quatre groupes bancaires français au risque de crédit sur les Etats GIIPE au 31 mars 2012 à celle observée au 31 décembre 2011 ; L ensemble des établissements ont fortement réduit leurs encours de dettes souveraines sur le trimestre. Source des données : de presse et slides investisseurs au 31 mars 2012 et 31 décembre 2011 Note : au 31 mars 2012, les données communiquées par le groupe Crédit Agricole SA ne prennent pas en compte les titres émis par le Fonds Européen de Stabilité Financière reçus en échange des titres grecs. 08

9 Dans ce cadre, alors que le groupe Crédit Agricole SA a annoncé avoir cédé au cours du trimestre des titres souverains portugais, italiens et espagnols pour une valeur nette comptable de 2,9 milliards d euros, le groupe BNP Paribas a, quant à lui, communiqué sur le montant de la perte réalisée sur cession de titres souverains, cette perte s élevant à 142 millions d euros (à noter par ailleurs que les données de BNP Paribas sont arrêtées au 30 avril 2012). En route vers Bâle 3 Rigoureux dans leur gestion et déterminés à réduire la taille de leur bilan et à renforcer leurs fonds propres, les groupes bancaires ont poursuivi leur transformation, tout en démontrant leur forte capacité à générer du capital et à améliorer leur liquidité. En effet, alors que les groupes Société Générale et BNP Paribas ont communiqué sur l excédent de leurs ressources stables par rapport à leurs emplois longs, soulignant ainsi leur politique active de collecte de dépôts clientèle et leur stratégie d allongement des sources de refinancement, les groupes BPCE et Crédit Agricole SA ont mis l accent sur leurs réserves de liquidité désormais supérieures aux encours de refinancement à court terme. En outre, la capacité des principaux établissements français à accéder aux grands marchés de dette leur ont permis de réaliser, à fin avril, plus des deux-tiers de leur programme de financement à moyen et long terme de l année Ainsi, confortés par la diminution de leurs besoins de liquidité et le renforcement de leurs fonds propres, tous les groupes ont affirmé leur capacité à être au rendez-vous des exigences Bâle 3 à horizon fin 2013 sans appel au marché, en dépit d un environnement encore incertain. 09

10 Méthodologie de l analyse KPMG a réalisé une analyse comparative des communiqués de presse et des slides investisseurs des principaux groupes bancaires français publiés au 31 mars 2012 : BNP Paribas, Société Générale, BPCE et Crédit Agricole S.A. Ces communiqués ont été publiés par les groupes bancaires aux dates suivantes : - 3 mai 2012 Société Générale - 4 mai 2012 : BNP Paribas - 9 mai 2012 : BPCE - 11 mai 2012 : Groupe Crédit Agricole S.A. A noter qu à l exception du premier graphique présentant le produit net bancaire et le résultat net l étude a porté sur le groupe Crédit Agricole S.A. dans lequel les Caisses Régionales sont mises en équivalence à hauteur de 25 % et non du groupe Crédit Agricole qui les intègre à 100 % (le communiqué de presse du 11 mai 2012 analysant le groupe Crédit Agricole S.A). Par soucis de comparabilité, le pôle «banque de détail» de BPCE a été retraité et intègre les services financiers spécialisés. De même, il convient de noter que les données 2011 de BPCE sont des données pro forma des cessions d Eurosic et de Foncia intervenues respectivement en juin et en juillet KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative, une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Le nom KPMG, le logo et «cutting through complexity» sont des marques déposées ou des marques de KPMG International. Les informations contenues dans ce document sont d'ordre général et ne sont pas destinées à traiter les particularités d'une personne ou d'une entité. Bien que nous fassions tout notre possible pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date ultérieure. Elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation par les professionnels ad hoc. KPMG S.A. est une société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin, 3 cours du Triangle, Paris La Défense Cedex. KPMG S.A. est membre du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative («KPMG International»), une entité de droit suisse. KPMG International ne propose pas de services aux clients. Aucun cabinet membre n'a le droit d'engager KPMG International ou les autres cabinets membres vis-à-vis des tiers. KPMG International n'a le droit d'engager aucun cabinet membre. 10

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité Paris, le 19 février 2014 Groupe BPCE : résultats de l année 2013 et du 4 e trimestre 2013 Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Paris, le 31 juillet 2014

Paris, le 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2014 CHARGES EXCEPTIONNELLES RELATIVES A L ACCORD GLOBAL AVEC LES AUTORITÉS DES ÉTATS-UNIS 5 950 M AU 2T14 DONT : - PÉNALITÉS* : 5 750

Plus en détail

Groupe Crédit Agricole* Résultat net part du Groupe : 700 millions d'euros (+ 5,6 % / T2-09 ; - 23,9 % / T3-08)

Groupe Crédit Agricole* Résultat net part du Groupe : 700 millions d'euros (+ 5,6 % / T2-09 ; - 23,9 % / T3-08) Paris, le 10 novembre 2009 Groupe Crédit Agricole* 3 ème trimestre 2009 Résultat net part du Groupe : 700 millions d'euros (+ 5,6 % / T2-09 ; - 23,9 % / T3-08) 9 mois 2009 Résultat net part du Groupe :

Plus en détail

Groupe BPCE : résultats annuels 2012

Groupe BPCE : résultats annuels 2012 Paris, le 17 février 2013 Groupe BPCE : résultats annuels 2012 Opération de simplification de la structure du groupe : projet de rachat par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne, pour 12,1 milliards

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets»

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets» Sommaire Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE Variations des «autres actifs nets» Variations de pourcentages d intérêts Transactions réciproques Impôts

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2014

RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2014 RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 5 février 2015 - PROGRESSION DES REVENUS DANS TOUS LES PÔLES - TRÈS BONNE PERFORMANCE DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS PRODUIT NET BANCAIRE : + 3,2%*

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Directeur général Autumn Conference Cheuvreux 24 Septembre 2008 1 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

RÉSULTATS AU 31 MARS 2015

RÉSULTATS AU 31 MARS 2015 RÉSULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 avril 2015 FORTE PROGRESSION DES REVENUS DES PÔLES OPÉRATIONNELS - TRÈS BONNE PERFORMANCE DE CIB ET DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS - PROGRESSION DE

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Résultats au 30 juin 2013

Résultats au 30 juin 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2013 Résultats au 30 juin 2013 Activité commerciale en croissance Résultats financiers * Produit net bancaire 2 298 M + 3 % Résultat brut d exploitation 760 M

Plus en détail

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe Communiqué de Presse 15 juin 2010 Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque Ambition SG 2015 Renforcer un modèle de banque universelle orienté client et recentré sur 3 piliers à fort potentiel

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 n 29 mai 2014

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 n 29 mai 2014 n 29 mai 2014 La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 SOMMAIRE 1.LES RÉSULTATS DES GROUPES BANCAIRES FRANÇAIS EN 2013 5 1.1.Les résultats ont fortement progressé par rapport à 2012

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

ACTIVITE ET RESULTATS 2014

ACTIVITE ET RESULTATS 2014 ACTIVITE ET RESULTATS 2014 Paris, le 12 février 2015 2014 : BONNE PERFORMANCE DES METIERS, CONTRIBUTION EN HAUSSE DE +3,5% Produit net bancaire à 23,6 Md EUR, +5,0%* /2013 Produit net bancaire des métiers

Plus en détail

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10%

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Points clés Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Des résultats solides Produit net bancaire : 200 MEur (+1% à périmètre et change

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2014

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2014 La situation des grands groupes bancaires français à fin 2014 n 46 mai 2015 1 SOMMAIRE 1. LES RÉSULTATS DES GROUPES BANCAIRES FRANÇAIS EN 2014 5 1.1. Les résultats en amélioration hors exceptionnels 5

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Deuxième trimestre et premier semestre 2015. Groupe Crédit Agricole* RNPG T2-15 : 1 500 m (vs 785 m au T2-14)

Deuxième trimestre et premier semestre 2015. Groupe Crédit Agricole* RNPG T2-15 : 1 500 m (vs 785 m au T2-14) Montrouge, le 4 août 2015 Deuxième trimestre et premier semestre 2015 De bonnes performances commerciales dans tous les métiers Résultats solides dans un contexte conjoncturel exigeant Solidité de la structure

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Performance des résultats et solidité renforcée

Performance des résultats et solidité renforcée 4 mars 2015 Le groupe Crédit Mutuel en 2014 1 Performance des résultats et solidité renforcée Un résultat net de 3 027 M (soit + 11,4 %) permettant de renforcer la structure financière du Crédit Mutuel

Plus en détail

Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014

Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014 Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014 Document de référence 2013 déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2012

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2012 La situation des grands groupes bancaires français à fin 2012 n 13 juin 2013 1 SOMMAIRE 1. LES RÉSULTATS DES GROUPES BANCAIRES FRANÇAIS EN 2012 4 1.1. DES RÉSULTATS EN REPLI MAIS MARQUÉS PAR DE NOMBREUX

Plus en détail

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE Paris, le 19 février 2014 2/2 De bons résultats portés par le dynamisme de nos trois métiers, les premières étapes du Plan Stratégique sont engagées HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PNB des métiers

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013 GROUPAMA Résultats annuels 2012 Présentation presse & analystes 21 février 2013 Introduction 2 «Je serai attentif à faire vivre un mutualisme moderne : qui s appuie sur un modèle d engagement et de responsabilité

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Les faits marquants 4 2. L'activité 5. 3. Les perspectives de développement 17 4. Le gouvernement d'entreprise 18

SOMMAIRE. 1. Les faits marquants 4 2. L'activité 5. 3. Les perspectives de développement 17 4. Le gouvernement d'entreprise 18 RAPPORT FINANCIER LA MONDIALE 2012 SOMMAIRE 1. Les faits marquants 4 2. L'activité 5 3. Les perspectives de développement 17 4. Le gouvernement d'entreprise 18 5. Le contrôle interne et la gestion des

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Défi pour la transparence

Défi pour la transparence FINANCIAL SERVICES Défi pour la transparence Communication financière des banques européennes en Une reprise durable? kpmg.fr Introduction L année a été marquée par les bonnes performances des banques

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Introduction Comprendre le tissu des entreprises pour mieux les accompagner est un objectif

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE Paris, 5 août 5 T-5 : TRES BON DEUXIEME TRIMESTRE Forte progression du produit net bancaire +6,4% à 6,9 Md EUR (+8,9%* /T-4 hors éléments non économiques**), en croissance*

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

De bons résultats portés par une activité dynamique et des conditions de marché favorables

De bons résultats portés par une activité dynamique et des conditions de marché favorables Montrouge, le 6 mai 2015 Premier trimestre 2015 De bons résultats portés par une activité dynamique et des conditions de marché favorables - Une activité dynamique dans tous les pôles-métiers - Des charges

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

ACTIVITE ET RESULTATS 2013 INFORMATION REGLEMENTEE

ACTIVITE ET RESULTATS 2013 INFORMATION REGLEMENTEE ACTIVITE ET RESULTATS 2013 INFORMATION REGLEMENTEE Paris, le 12 février 2014 2013 : BONNE PERFORMANCE DES METIERS, TRANSFORMATION DU BILAN ACHEVEE Revenus du Groupe : 22,8 Md EUR, +4,3%* /2012 Revenus

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée Etats financiers consolidés du Groupe BPCE au 31 décembre 2013 Version non auditée GROUPE BPCE - version non auditée - 1 - 5 RAPPORT FINANCIER 5.1 Comptes consolidés IFRS du Groupe BPCE au 31 décembre

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Boulogne-Billancourt, le 6 février 2014 Résultats annuels 2013 Boursorama leader de la banque en ligne en France Impact des dépréciations exceptionnelles PNB 2013 : 207,8 millions

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie corruption investigationdefraude forensic Les constats Les conséquences pénales et financières des actes de corruption peuvent être particulièrement lourdes pour les dirigeants, tant pour les infractions

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail