L A U R É A T E P O U R L E S G R A N D E S E N T R E P R I S E S : C O M E T T R A I T E M E N T S. Valorisation maximum

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L A U R É A T E P O U R L E S G R A N D E S E N T R E P R I S E S : C O M E T T R A I T E M E N T S. Valorisation maximum"

Transcription

1 REPORTERS ANALYSEGAZELLES PIERRE-FRANÇOIS AREEL, R&D MANAGER DE COMET TRAITEMENTS L unité-pilote Phoenix transforme les déchets organiques issus du broyage de matières métalliques en pétrole. Grandes Gazelles entreprises L A U R É A T E P O U R L E S G R A N D E S E N T R E P R I S E S : C O M E T T R A I T E M E N T S Valorisation maximum Comet Traitements valorise au maximum nos vieilles carcasses de voitures et se positionne dans ce domaine parmi les sociétés les plus performantes sur le marché. Lauréate en octobre dernier du Trends usiness Tour pour l innovation, Comet Traitements est aujourd hui récompensée pour la croissan - ce qu elle a affichée ces cinq dernières années. Preuve s il en est que croissance et innovation vont souvent de pair. Dans le cas de Comet Traitements, l exploit consiste non seulement à trouver des idées mais également du pétrole. Pétrole qu elle récupère dorénavant dans les véhicules hors d usage. Plus précisément, elle transforme les matières organiques contenues dans les résidus de broyages de ferrailles en hydrocarbures liquides alternatifs. Ce carburant ne sera pas utilisé pour remplir un réservoir mais pour alimenter une unité de cogénération qui permettra à terme de produire l énergie nécessaire aux activités de l entreprise ainsi qu un surplus conséquent. Projet Phoenix Fondée en 0, Comet Traitements est basée à Châtelet ainsi qu à Obourg (Mons) où sont implantées les installations de traitements de déchets. Après le broyage de déchets métalliques issus de véhicules déclassés et d appareils ménagers, % des matières ferreuses sont récupérées et destinées à la sidérurgie. Les % restants sont constitués de résidus de broyage lourds et de résidus de broyages légers. «Ce sont ces derniers qui vont être transformés en pétrole solide puis liquide, précise Pierre-François areel, R&D manager. Ce sont des polymères mixtes, des mousses, des textiles du caoutchouc, du bois, etc. Une tonne de ces résidus de broyage produit 0 litres de pétrole brut. Notre nouvelle installation inaugurée en novembre dernier doit traiter cette année quelque.0 tonnes.» Cette installation flambant neuve est une unité-pilote de broyage de résidus ultimes qui s inscrit dans le cadre du projet Phoenix. Ce dernier a été initié il y a cinq ans dans le cadre du plan Marshall (pôle MecaTech). Les recherches ont été menées en collabora- tion avec l Université de Liège, le Centre de recherches métallurgiques (CRM), le Centre de ressources technologiques en chimie (Certech) et Magotteaux. Le budget global de Phoenix s élève à, millions d euros dont 0% proviennent de subsides. Comme l explique Pierre-François areeel: «Ce projet-pilote sera validé pendant un an afin de stabiliser le procédé. L objectif à terme vise à cons - truire et exploiter une unité industrielle en Région wallonne capable de traiter quelque tonnes de résidus de broyage par an qui produira millions de litres de pétrole brut assurant une production électrique de mégawatts». Et également de répondre aux objectifs affichés par l Europe qui imposera dès l année prochaine un taux de valorisation de % pour les véhicules hors d usage. Comet Traitements affiche un taux actuel de,% et vise avec Phoenix les,%. En, les résultats de l unité-pilote seront évalués afin de décider le passage à l échelle industrielle. Un passage qui représentera un investissement de l ordre de millions et générer une soixantaine d emplois directs et une trentaine d emplois indirects. 0 MARS

2 GRANDES ENTREPRISES CP Nat. MA M% CFA CF% PA P% TOT Crystal Computing EU Comet Traitements 0 Sadaps ardahl Additives EU Gilleman Logistics C..D. 00 TRA 00 Eraerts,Dragages & Entr. Debaenst 00 Pomcobel Agral Mecar G 0 Gourmand 00 0 Cofidis 00 F Salm Invest Gramybel 00 SOPURA 0 Wanty M. Etablissements Pranarôm International 0 0 Couplet Sugars Ad Megatec 0 Vanuxeem rasserie Martens Energie ruyerre 0 Global Net 0 G Vandemoortele Seneffe 0 Cophana Distribution 0 F 0 00 D'Haene Etablissements Centr'Auto Charleroi Lutosa 00 Ca Ami Metals Europe 0 EU Hullbridge L 0 Dow Corning Europe 0 EU 0 0 Fodetra 0 Gobrel 0 F Semoulin Packaging 0 Solar Turbines Europe 0 EU 0 Cobardi 0 0 Renmans Quality Meat Vandeputte Oleochemicals 00 0 World Trade 0 0 Ets Detandt-Simon 0 Top Tex enelux F 0 0 Gaume Etablissements 0 0 axter R&D Europe 0 EU el Fibres 0 0 Tradeco elgium 00 J.M. runeau elgium 0 D Lanolines Stella 00 F 0 Centragro 0 0 ETF elgium F 0 0 Services d'hébergement web (groupe Google) Valorisation et recyclage de résidus solides (groupe Grosjean) Fabrication de lubrifiants pour automobiles (groupe Sadaps ardhal) Entreprise de logistique (groupe Petit ruyere) (groupe Damman) Entreprise de travaux publics et privés (groupe Stadsbader) Dragage et construction d'ouvrages hydrauliques (groupe Jan De Nul) Découpe et portionnement de viandes Production de frites, de flocons et de granulés de pommes de terre Production de beurre Fabrication d'armement et de munitions (groupe Chemring) Fabrication de viennoiseries (groupe Dossche) Organisme prêteur (anque du Crédit Mutuel) Distribution de poissons fumés et de produits méditerrannéens (groupe Floridienne) Production de flocons et de granules de pommes de terre (groupe Mydibel) Solutions d'hygiène pour industries alimentaires et de boissons Entreprise de travaux publics Commercialisation d'huiles essentielles Fabrication de sucres spéciaux Fabrication de portes et de fenêtres en matériaux synthétiques Distribution de boissons et production de la bière Queue de charrue Distribution de produits pétroliers Production de pralines et négoce en matériel pour boulangeries-pâtisseries Distribution de produits d hygiène et d'entretien (groupe unzi) Fabrication de donuts (groupe Vandemoortele) Services logistiques pour industriels de la santé (groupe Welcoop) Concessionnaire Audi et Volkswagen Vente de voitures d'occasion (My Way) Production de flocons de pommes de terre (groupe Mc Cain) Commercialisation de pièces métalliques pour l'aéronautique (groupe eteiligungen & Lizenzen) Fabrication et distribution de produits siliconés (groupe Dow Corning) Travaux d'infrastructure (groupe Infra) Distribution de produits spécialisés (Le Roi du Matelas) Fabrication d'emballages souples Production de turbines à gaz (groupe Caterpillar) Entreprise générale de construction Chaîne de boucheries (groupe rabhold) Production d'huiles techniques végétales (groupe Vandeputte) Entreprise d abattage selon le rituel halal Commercialisation de conduits de cheminée Textiles et accessoires pour professionnels (groupe Top Tex) Menuiserie PVC et aluminium Centre de recherche et développement du groupe axter Collecte et traitement de déchets en papier et carton Entreprise générale de construction Vente de fournitures de bureau (groupe Otto Versand) Fabrication de lanoline pour pharmacies et cosmétiques (groupe Dewavrin) Coopérative agricole Travaux pour transports ferroviaires et urbains (groupe Eurovia) Marché d avenir En, le chiffre d affaires de Comet Traitements s est élevé à millions d euros contre millions cinq ans auparavant. L entreprise qui emploie une septantaine de collaborateurs fait partie du groupe Comet qui emploie au total de 00 personnes pour un chiffre d affaires de l ordre de 0 millions d euros. Entreprise en progression constante, Comet Traitements devrait poursuivre dans cette voie dans les années qui viennent. D un part, parce qu elle dispose de technologies innovantes et mène une politique dynamique de R&D; d autre part, parce qu elle s adresse à un marché d avenir. Rien qu en Europe, 0 à millions de véhicules arrivent en fin de vie chaque année. Un gisement d énergie encore grandement inexploité. z GUY VAN DEN NOORTGATE Comment lire les tableaux? Chaque chiffre reflète la position obtenue par l entreprise pour chacun des six critères : s CP : code postal s Nat. : nationalité s CA A : croissance absolue du chiffre d affaires (ou MA, marge brute absolue, pour les petites entreprises). s CA % : croissance relative du chiffre d affaires (ou M %, marge brute relative, pour les petites entreprises). s CF A : croissance absolue du cash-flow. s CF % : croissance relative du cash-flow. s P A : croissance absolue du personnel. s P%: croissance relative du personnel. s TOT : total des positions obtenues. MARS

3 GRANDES ENTREPRISES CP Nat. MA M% CFA CF% PA P% TOT Iscal Sugar Mahieu Constr. Métal 0 Meura 00 NL Cogetrina 00 0 COLAS RAIL elgium 0 F 0 0 Klüber Lubricat. enelux D 0 Dupuis Logistic Services F 0 Mondi russels South G Façozinc-Façometal Gilly Match F Universal Pharma Mydibel 00 0 Nexans enelux 00 F 0 Plukon Mouscron 00 NL elgian Fibers Manufact ières de Chimay Verdon 0 C.A.S.Q.C. Prefarails 00 0 Cargill Chocolate 00 EU DG Motor 0 0 elrey Fibres 00 Valeo Vision F Cobelmo 00 0 V.P. Pneus 00 0 Unic Center 0 Caterpillar Group Serv. 0 EU 0 Marchand De Fer Delrue Carrières d'antoing 0 D Yves Rocher Lab. iol. 0 F 0 Centre-Automobiles STPC 0 F 0 ureau Inspect. Automob. 0 0 Sorescol Services 0 0 Renga & Chif 00 Afton Chemical EU Ramhoreca Total Petrochem. Feluy F 0 I.D. Group Forever Products Louyet L. 000 ridgestone Aircraft Tire 00 J 0 0 G.S.L. Motors 0 Facozinc-Facometal Centre ertrand Ets 0 Mcride 0 G 0 Monserez 00 0 Ceratec electrotechnics Waste Oil Services 0 Forrez Wallonie Mosselman 0 0 Production de sucres et de sirops (groupe Finasucre) s métalliques Conception et fabrication d'équipements pour brasseries (groupe G.H..I. Holding) Collecte, recyclage et traitement des déchets (groupe Dufour) Travaux de caténaires et de voies ferrées (groupe ouygues) Production et vente de lubrifiants (groupe Klüber Lubrication) Distribution de bandes dessinées (groupe Media Participations) Production de sacs d'emballage (groupe Mondi) Fabrication et distribution de pro duits pour toitures Supermarchés (groupe Louis Delhaize) Chaîne de pharmacies Fabrication de frites, de purées et de flocons de pommes de terre Fabrication de câbles (groupe Nexans) Abattoir de volailles (groupe Plukon Royale) Production de fibres synthétiques (groupe Gammatex) Production de bières trappistes Ensemblier industriel Recyclage de pneumatiques et pose de "voies noyées" Production de chocolat liquide (groupe Cargill) Concessionnaire Skoda Valorisation de fils et fibres synthétiques Eclairage et signalisation pour automobiles (groupe Valeo) Grossiste-répartiteur en produits pharmaceutiques (groupe Febelco) Centrale de pneus (groupe Fabisa) Distribution (AD Delhaize) Services aux sociétés du groupe Caterpillar Négoce en fers pour bétons et constructions Extraction de calcaire (groupe Heidelberger Cement) Distribution de produits cosmétiques (groupe Yves Rocher) Concessionnaire Renault et Dacia (groupe Omnia Cars) Production de lubrifiants spéciaux (groupe Nyco) ureau d'inspection automobile Grossiste en produits alimentaires Concessionnaire Citroën, Fiat, Lancia et Alfa Romeo Fabrication d'additifs pour huiles (groupe Ethyl) Ravitaillement du secteur horeca Centre de recherches du groupe Total Négoce en chauffages, salles de bains et cuisines (groupe Induscabel) Distribution de produits chimiques et de droguerie Concessionnaire MW Rechapage de pneus d'avion (groupe ridgestone) Garage multimarques Production et vente de matériaux de construction Distribution de carrelages et de pierres naturelles Fabrication de produits ménagers et d'entretien (groupe Mcride) Concessionnaire MW Solutions clés en main pour l'industrie céramique (groupe Debinco) Traitement de déchets hydrocarbonés (groupe Revatech) Distribution de pneumatiques et articles connexes (groupe envelc) Production et diffusion de produits oléochimiques (groupe Ifamo) Méthodologie Comment mesurer la croissance d une entreprise? Pour notre part, nous avons retenu trois critères qui font chacun l objet d un double classement, en valeur absolue tout d abord, en valeur relative ensuite. Le premier paramètre retenu est bien évidemment le chiffre d affaires, sauf pour les petites entreprises, qui n en publient que rarement, de sorte que pour ces dernières, nous avons été obligés de nous rabattre sur la marge brute d exploitation.toutefois, grandir sans rentabilité ne présentant guère d intérêt, nous avons retenu comme deuxième paramètre le cash-flow. Et, toute entreprise ayant, quelque part, un rôle social à jouer, comme troi sième, l emploi. Ces trois paramètres, mesurés pour les exercices 0 à, ont donc fait l objet au total de six classements, le score final étant obtenu par addition du rang de chaque entreprise dans chaque classe ment. Pour participer, il faut donc exister depuis cinq ans au moins. C est l évidence même. A cette condition, nous en avons ajouté deux autres : occuper personnes au moins la dernière année, et posséder en des fonds propres positifs. Dans la catégorie des petites entreprises, n ont été retenues au titre de Gazelles que des sociétés qui ne sont pas filiales de groupes étrangers. Petite, moyenne ou grande? Pour classer les Gazelles de chaque région, nous procédons à une segmentation avant de mesurer la croissance sur cinq ans. s Sont considérées comme «Petites Gazelles» les entreprises qui, pour l année de départ de nos calculs, ont une marge brute inférieure à million d euros. s Sont considérées comme «Moyennes Gazelles» les entreprises qui, pour l année de départ de nos calculs, ont un CA compris entre et 0 millions d euros. s Sont considérées comme «Grandes Gazelles» les entreprises qui, pour l année de départ de nos calculs, ont un CA supérieur à 0 millions d euros. Signalétique des Ambassadeurs Dans nos tableaux, vous trouverez deux éléments graphiques correspondant au statut de certaines entreprises. Ce sigle signifie que l entreprise a été nommée Ambassadeur des Gazelles au cours d une des trois années précédentes. L entreprise nommée Ambassadeur garde ce titre pendant toute cette période, quel que soit son classement par la suite. Ce sigle signifie que l entreprise est nommée Ambassadeur des Gazelles cette année et fait donc l objet d un article dans le dossier. Le fait qu elle ne soit pas toujours en première place du classement s explique par la présence, devant elle, d entreprises filiales de groupes étrangers qui ne reçoivent pas le titre ou d une entreprise déjà primée au cours des trois dernières années.?????????????

4 ELGA IMAGE ERIC DOM, PRÉSIDENT DE PAIRI DAIZA L ouverture progressive de nouveaux mondes a contribué à l augmentation régulière de la fréquentation. moyennes Gazelles entreprises L A U R É A T E P O U R L E S M O Y E N N E S E N T R E P R I S E S : P A I R I D A I Z A ienvenue au paradis Vingt ans après sa création, Pairi Daiza a franchi la barre du million de visiteurs et l arrivée des pandas ne fera probablement que renforcer la progression constante que connaît le parc animalier. Amoins d avoir été sur la Lune et encore difficile de ne pas savoir que Pairi Daiza a accueilli le mois dernier pour ans deux pandas chinois. L arrivée médiatisée de Hao Hao et Xing Hui a mis à l honneur le parc wallon et récompensé le travail et l opiniâtreté de son fondateur et de son équipe. Les deux nouvelles attractions vont très certainement attirer la grande foule dans les mois et les années qui viennent. Et encore augmenter la fréquentation du parc qui a atteint l année dernière le chiffre record de..000 visiteurs contre.000 pour la saison, soit une progression de 0%. Le chiffre d affaires a naturellement épousé la même courbe ascendante passant à une trentaine de millions d euros en contre millions en. En ce qui concerne l emploi, l entreprise compte un effectif de personnes en permanence, un nombre qui peut grimper en pleine saison à 00. Nouveaux mondes Il semble déjà loin le temps où Eric Domb ouvrait les portes du parc ornithologique Paradisio. C était au printemps. Vingt ans se sont écoulés et la diversité des attractions n a cessé de croître. Implanté dans l ancien domaine cistercien de l abbaye de Cambron- Casteau, le parc s est, en effet, considérablement transformé au fil des années et est devenu un modèle de jardin zoologique du e siècle. énéficiaire depuis la fin des années 0, il n a jamais cessé de se développer. Un développement qui se poursuit plus que jamais depuis qu il a troqué en 0 son nom original Paradisio pour Pairi Daiza. Un choix qui à l époque a suscité étonnement et incompréhension. «En fait, Pairi Daiza signifie en vieux persan jardin clos ou verger protégé de murs, rappelle Yvan Moreau, directeur financier. Cela correspond parfaitement à l abbaye. En plus, c est l origine du mot paradis.» Finalement le choix s est révélé judicieux et plus en phase avec l évolution du parc. La croissance marquée que connaît Pairi Daiza s est enclenchée dès 0 avec l ouverture du jardin chinois. «A l époque, nous tournions autour d un demi-million de visiteurs par an, poursuit Yvan Moreau. L ouverture progressive de nouveaux mondes a contribué à l augmentation régulière de la fréquentation.» Et le rythme d apparition de nouveaux mondes ne s est pas ralenti ces dernières années. L année passée, ont été ouverts une brasserie où sont brassées quatre bières d abbaye, le Palais d Ani et le nouveau territoire des éléphants. «L inauguration de l Afrique en et l arrivée des grands mammifères a aussi et surtout positionné Pairi Daiza sur l échiquier des grands jardins zoologiques européens», ajoute Yvan Moreau. Notoriété accrue Les résultats engrangés par le parc hainuyer sont d autant plus remarquables qu ils sont obtenus durant seulement sept mois sur. La saison débutant à Pâques et s achevant à la Toussaint. La date de clôture de l exercice, le mars, se situe au terme des cinq mois de fermeture durant lesquels l entreprise continue de payer ses charges sans enregistrer de chiffre d affaires. Si l idée d ouvrir toute l année fait son chemin, ce n est pas pour tout de suite comme le confirme le directeur financier: «Nous avons encore des projets de transformation et d agrandissement que nous ne pourrions réaliser si nous étions ouverts toute l année.» La présence des deux pandas géants va considérablement accroître la notoriété du parc et certainement lui amener de nouveaux visiteurs étrangers qui pour l instant ne comptent que pour environ 0% du total. z G.V.D.N. MARS

5 MOYENNES ENTREPRISES CP Nat. MA M% CFA CF% PA P% TOT Pairi Daiza Ecoterres Dubomat Parc d'attractions et de loisirs Assainissement des sols et réhabilitation de sites pollués (groupe DEME) Magasin do-it-yourself (groupe Teweka) Autoland Distribution Etwal Monument Hainaut Concessionnaire Citroën Sous-traitance de travaux pour infrastructures utilitaires (groupe Infra) Entreprise de travaux de restauration (groupe Monument) Davin Debliquit Henri Anc. Ets Distribution d'imprimantes et de solutions documentaires Entreprise de transport par bennes (groupe Wanty) Lisam Systems 0 0 Développement de logiciels pour l'industrie chimique 0 Contentia Vanheede iomass Solut D Société de recouvrement de créances (groupe Otto Versand) Traitement des déchets par fermentation (groupe Vanheede) Transrad Transport de matières radioactives et sensibles Constr. & Maint. Hainaut 0 s métalliques (groupe Strazzante) Intérieur et Chaleur Installation et entretien de chauffages Votquenne Entreprise de terrassements Trans-Hoffmann Entreprise de transports Probalyss 00 0 Rénovation et aménagement d'intérieurs de surfaces commerciales Wavenet A..M. Société de services en ingénierie et en informatique Distribution de pièces détachées pour convoyeurs industriels Sotrelco Artifreeze Entreprise d'électricité générale et de chauffage-sanitaire Grossiste en crèmes glacées et aliments surgelés Masse & Fils APEA Aménagement d'espaces verts Distribution de pièces automobiles Eso elgium Fleurinvest Troiani & Fils 00 0 EU 0 Réparation de moteurs électriques (groupe Emerson via Leroy Somer) Production de pièces pour le ferroviaire et l'aéronautique (groupe Strazzante) Entreprise générale de toitures lanchisserie Dumoulin Mansart-Electricité Gén lanchisserie industrielle Entreprise d'électricité générale eauval 0 Quality Assistance Transformation de produits carnés Aide au développement de produits pharmaceutiques New Charleroi Construct. 0 0 Maintenance et modernisation d'ensembles mécaniques Vivisol. Polymer Contractors Feluy CMI Maintenance Hainaut 0 0 It Services médico-techniques et soins respiratoires à domicile (groupe Sol) Stockage de matières plastiques (groupe Katoen Natie) Maintenance électrique et mécanique (groupe CMI) Le Conditionnement elge Electromontage Lebrun Platteau Conduites Piret (La Louvière) 0 Hainaut Chauffage CSTE ServiMat Safetyglass Empire Halloin Marcel Wattiaux Ets Conditionnement de produits pour le soin de la peau et des cheveux Entreprise d'électricité générale Entreprise de réfrigération industrielle Pose de câbles et de canalisations (groupe Infra) Concessionnaire Mercedes (groupe Olinessa Management) Installation de chauffages et de sanitaires Distribution de matériaux de construction Production de verres spéciaux (groupe elgo-glass) Exploitation de salles de cinéma Fabrication de volets roulants et de portes de garage Commercialisation de peintures, de revêtements de sols et de murs COFITRA GL Pardoen Fiduciaire 00 Société faîtière du groupe Wanty Société fiduciaire Soprofen elgium 0 F 0 Fabrication de volets roulants et de portes de garage (groupe Atrya) Dreamwall 0 Druez Entreprises 00 0 F F 0 Studio d'animations et de graphisme (groupe Media Participations) Construction de bâtiments à usage de collectivités (groupe Eiffage) MARS

6 MOYENNES ENTREPRISES CP Nat. CAA CA% CFA CF% PA P% TOT Delabassée 0 0 Entreprise de travaux hydrauliques Thirion Production oulangerie industrielle Michel Fernand-Transports Entreprise de transports Trefil. Fontaine-l'Evêque 0 It Fabrication de treillis soudés (groupe Riva) iebuyck Etablissements 0 Production d'équipements pour le parachèvement d'articles en verre Labassos 00 D Laboratoire médical (groupe Amedes Holding) M.I.G.N.O.N.E Entreprise d'électricité domestique, industrielle et tertiaire Greday's Distribution de courrier et de colis Vanheede Alternat. Fuels 0 Production de combustibles alternatifs (groupe Vanheede) 0 Jackson Philippe 00 0 Production d'équipements pour l'industrie chimique F.J.C.-Metubel Raccordements d'énergie pour particuliers et entreprises (groupe SGI) Scaldis St-Martin 00 lanchisserie industrielle C. Group 00 0 Distribution d'installations de cuisine et de salles de bains (groupe Induscabel) Neoceram 0 It Fabrication de pompes en céramique Space Night 000 Chaîne de magasins spécialisés dans le confort du sommeil (Literie Prestige) Travexploit 0 Entreprise de travaux publics Alyxel Entreprise de chauffage et de sanitaires Nicolay Voyages 0 F 0 Société de transports par autobus (groupe Keolis) R.A.I. Industrie 0 Entreprise d'installations électriques 0 Maintenance Hydropneum. 0 0 Distribution d'outils pneumatiques et hydrauliques pour professionnels Lambert Marcel Ateliers 0 Manutention, location et vente de matériel de génie civil (groupe Wanty) rion & Charlot Menuiserie intérieure et d'agencement I.M.C.E. 0 0 Installation, maintenance et constructions électrotechniques Favier Entreprises 0 Entreprise générale de construction Moresto 00 Restaurant PETITES ENTREPRISES CP Créat.MA * M% * CFA CF% PA P% TOT TF Co I-Care Pâtisserie - Les tartes de Françoise Société de maintenance prédictive industrielle Mainten.Industr. Wallonne 0 Entreprise de maintenance industrielle Majaty S.G. Viridaxis Ciges Top Facing Thanghe Graphix Entreprise de conditionnement Supermarché Reyhan Production de parasitoïdes des pucerons Editeur de solutions de gestion intégrée Aménagement et facing des produits sur les lieux de vente Imprimerie 0 ZM VG Industrial Work Entreprise d'électricité industrielle et tertiaire 0 Trafic-Signalisation-Séc. François Guy et Dimitri Duro Invest enedic Fabrication de panneaux, d'enseignes, signalisations de chantiers, etc. Services en maintenance mécanique Entreprise de nettoyage Tournesols 0 0 Jardineries à Châtelineau et Chapelle-lez-Herlaimont 0 Cimpra Construct Vano-Electro 00 0 Entreprise d'électricité et d'éclairage industriels Polinett Dix G Dragone Costumes Entreprise de nettoyage 0 0 Atelier de costumes 0 Cond. et Cables Entrepr. Dubondis Rewer Logistics Lachapelle Chaussures Pose de câbles, d'égouts et de canalisations Distribution (enseigne AD Delhaize) Entreprise de logistique Magasins de chaussures * MA : Evolution de la marge brute en valeur absolue. * M% : évolution de la marge brute en valeur relative. MARS

7 ANALYSEGAZELLES L A U R É A T E P O U R L E S P E T I T E S E N T R E P R I S E S : T F C O Qualité artisanale Avec ses ateliers de vente, la sprl Tartes de Françoise conquiert année après année un public de plus en plus large qui apprécie ses préparations artisanales respectant les saisons et les produits. Derrière la sprl TF Co, constituée fin 0, se cache une enseigne beaucoup plus connue et appréciée des amateurs de produits artisanaux de qualité: les Tartes de Françoise, lauréate pour les petites entreprises. Il est vrai que depuis quelques années, ses tartes sucrées et salées séduisent de plus en plus de gourmets tout heureux de découvrir ou de redécouvrir des tartes qui leur rappellent celles que préparait leur grand-mère. Aujourd hui, plus besoin de se refiler sous le manteau l adresse du petit atelier bruxellois où l aventure a commencé au milieu des années 0, il suffit de se rendre dans l un des neuf points de vente estampillés «Tartes de Françoise». En attendant la prochaine ouverture de deux nouveaux ateliers de vente prévus dans les semaines qui viennent à Overijse et Anvers. Ateliers de vente «Ce sont des ateliers de vente, insiste Jean aisier, directeur général de TF Co. Les clients aiment bien voir comment on y travaille et acheter leur tarte. Les tartes sucrées sont concoctées quotidiennement dans chacun des points de vente et les tartes salées sont préparées dans notre atelier de Manage. Nous privilégions la qualité tout en augmentant année après année nos volumes de production.» Si les ventes n ont cessé de progresser depuis les premières tartes sorties de l atelier historique d Ixelles, la société dirigée par Olivier Laffut a connu une accélération de sa croissance ces dernières années qui lui valent de figurer au top de notre tableau. «Entre 0 et, nous avons pris trois décisions importantes, pointe le directeur général. Premièrement, nous Gazelles entreprises OLIVIER LAFFUT, GÉRANT DE TF CO Entre 0 et, l entreprise artisanale a vu son chiffre d affaires grimper de, million d euros à, millions. avons lancé un atelier à Anvers avec pour objectif de reproduire le succès de ruxelles basé sur le bouche-à-oreille. Ensuite, nous avons ouvert un atelier à New York en 0. Enfin, nous avons décidé de développer les activités via notre propre marque avec des ateliers ayant pignon sur rue.» Il faut rappeler qu au départ, avant de servir directement les particuliers, les Tartes de Françoise fournissaient les snacks et restaurateurs bruxellois et à partir des années 00, les restaurants Exki dont ils ont accompagné la croissance tant en elgique qu à l étranger. «En décembre, nous avons arrêté New York et avons ouvert deux ateliers de vente (Anvers et La Hulpe) qui se sont ajoutés à celui d Ixelles et celui de Gand (ouvert en 0), poursuit Jean aisier. Depuis, nous en avons ouvert cinq supplémentaires: Waterloo et Uccle en et Woluwe-Saint- ISOPIX Pierre, Jette et Auderghem en. Prochainement, nous lançons un atelier à Overijse (avril) et un second à Anvers (mai). A terme, nous prévoyons l ouverture de quatre ateliers par an. Actuellement, ce sont nos propres points de vente mais nous envisageons afin de poursuivre notre progression de passer par la franchise.» petites Extension de la production Situé à Seneffe, l atelier de production des tartes salées est devenu, croissance oblige, de plus en plus étroit. Dès le er juillet prochain,.000 m² supplémentaires permettront de respirer davantage et d absorber le développement à venir. Entre 0 et, TF Co, qui emploie actuellement quelque personnes a vu son chiffre d affaires grimper de, million d euros à, millions. Et pour l exercice qui se clôture le 0 juin prochain, ce sont millions d euros qui sont attendus. Gageons que le personnel se partagera un beau gâteau pour fêter ce résultat ainsi que les ans des Tartes de Françoise. z G.V.D.N. MARS

8 L A U R É A T E P O U R L E S «S T A R T E R S» : D S Intelligence mobile Active dans la télématique automobile, la société carolorégienne DS a développé avec son module baptisé OnRoad Pro une technologie innovante qui intéresse de nombreux secteurs. L informatique a clairement pris le pas sur la mécanique dans la voiture d aujourd hui. Et cette tendance ne peut que s accroître dans le futur. Pour autant, ce n est pas parce que les véhicules sont de plus en plus équipés des technologies les plus performantes et les plus récentes qu ils sont devenus plus «intelligents». Pour qu ils le deviennent, encore faut-il pouvoir collecter et analyser les multiples informations que fournit toute voiturecomme par exemple sa localisation, le nombre de kilomètres parcourus, sa con - som mation, etc. C est à cette fin que la société DS créée en 0 à Jumet et qui connaît depuis une forte croissance a développé, sous l égide de son fondateur Sébastien Dui, un module baptisé OnRoad Pro. Technologie embarquée Autodidacte, Sébastien Dui est passionné à la fois d informatique et d électronique. En d autres termes, ses compétences touchent autant le logiciel que le matériel. Ce qui fait que sa jeune entreprise est l une des dernières en elgique à fabriquer la technologie qu elle conçoit. Un atout non négligeable lorsqu il s agit de répondre rapidement à des demandes précises. Mais de quelle technologie s agit-il? A l origine, Sébastien Dui développe en 0 un système de dispatching automatisé pour les taxis d Abu Dhabi, capitale des Emi- starter Gazelles rats arabes unis. Au fil d allers retours réguliers, il se construit un solide réseau de contacts au Moyen-Orient. Et conçoit dans la foulée pour Emirates National Oil Company (ENOC) un système de contrôle de car-washs ainsi qu un système télématique conçu pour remplacer les cartes-essences via une communication sans fil avec les stations d essence. Aujourd hui, la technologie que DS conçoit, produit et commercialise s appelle OnRoad Pro. «Elle se compose REPORTERS SÉASTIEN DUI, FONDATEUR DE DS «Les applications de notre système OnRoad Pro vont se multiplier selon les besoins des clients et l imagination des développeurs.» d un module que l automobiliste peut brancher sur le port OD (On-oard Diagnostics) et d une télécommande, explique Sébastien Dui. OnRoad Pro est une technologie embarquée qui a pour but de faciliter la vie des gestionnaires de flottes et des indépendants en leur fournissant des données utiles sur leurs véhicules et exploitables pour leurs activités. La télécommande permet de sélectionner le mode de trajet adéquat parmi trois options différentes: privé, domicile-lieu de travail et professionnel. Cela permet de respecter la vie privée tout en déterminant précisément la proportion d utilisation privée et d utilisation professionnelle du véhicule mis à la disposition du travailleur et permet donc de fournir des données précises à la TVA, par exemple. Notre technologie a d ailleurs été validée par l administration.» Mais On- Road Pro ne se réduit pas à jouer le rôle de mouchard pour la TVA comme le soulignait la presse en août dernier lors de la présentation du système organisée avec Innova- Tech. Multiples applications Le système intéresse déjà des sociétés actives dans le secteur de la sécurité ainsi que des compagnies d assurance qui pourraient ainsi récompenser les bons conducteurs (conduite écologique) en diminuant leurs primes. «Actuellement, nous proposons une dizaine d applications en propre, poursuit Sébastien Dui. A terme, elles vont se multiplier. D une part, nous développons de nouvelles applications pour répondre aux demandes de nos clients; d autre part, nous permettons à des développeurs extérieurs de travailler sur notre technologie.» Toujours basée au cœur de Jumet, DS emploie aujourd hui une quinzaine de personnes qui seront bientôt rejoints par de nouveaux collaborateurs. «Nous pensons engager une dizaine de personnes supplémentaires, cette année. De plus, nous sommes en train de négocier la reprise d une société qui compte un peu moins de 0 travailleurs», ajoute Sébastien Dui qui penche déjà sur de nouveaux systèmes qui n ont pas fini de faire parler d eux. z G.V.D.N. MARS

Comment lire les tableaux?

Comment lire les tableaux? Comment lire les tableaux? Chaque chiffre reflète la position obtenue par l entreprise pour chacun des six critères : s CP : code postal s Nat. : nationalité s CA A : croissance absolue du chiffre d affaires

Plus en détail

COMMERCES PAR SECTEUR D'ACTIVITE

COMMERCES PAR SECTEUR D'ACTIVITE Page 1 ACT.EXTRACTIVES,MATERIAUX CONST.,ENERGIE,EAU,RECUP 0811Z EXTRACTION DE PIERRES ORNEMENTALES ET DE CONSTRUCTION, DE CALCAIRE INDUSTRIEL, DE GYPSE, DE CRAIE 1ET D'ARDOISE 0 2363Z FABRICATION DE BÉTON

Plus en détail

Dossier de presse Onroad Pro

Dossier de presse Onroad Pro Dossier de presse Onroad Pro 30/08/2013 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Véhicules de société et déclaration TVA : OnRoad Pro calcule tout pour vous Une PME de Charleroi développe

Plus en détail

Découverte des secteurs d activité

Découverte des secteurs d activité Fiche d animation Compétence B Découverte des secteurs d activité Objectif Familiariser les élèves avec la notion de secteur d activité (au sens de la NES : nomenclature économique de synthèse adoptée

Plus en détail

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE...

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE... Académie :. Etablissement : ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU TITRE DE L'ANNEE... Conformément à l'article 27 du code des marchés publics, ces marchés sont classés par catégories homogènes ou

Plus en détail

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques.

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Parole d experts Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Panel d experts autour de Prof. Eric PIRARD, ULg - GeMMe Avec le soutien de : Les déchets

Plus en détail

Le pétrole et ses transformations

Le pétrole et ses transformations Le pétrole et ses transformations 3 Objectifs Connaître les produits dérivés du pétrole. Connaître la chaîne de transformation : du puits de pétrole à la pompe à essence. Prendre conscience des nombreuses

Plus en détail

Tarif des primes de l AFC Règlement du Conseil d administration de la Suva du 14 novembre 2014 concernant les règles de classement de l assurance

Tarif des primes de l AFC Règlement du Conseil d administration de la Suva du 14 novembre 2014 concernant les règles de classement de l assurance Tarif des primes de l AFC Règlement du Conseil d administration de la Suva du 4 novembre 04 concernant les règles de classement de l assurance facultative des chefs d entreprise (AFC) Valable à partir

Plus en détail

Gestion des déchets à la SAMIR

Gestion des déchets à la SAMIR Gestion des déchets à la SAMIR COLLOQUE INTERNATIONAL : DÉCHETS INDUSTRIELS AU MAROC - 2 ÈME ÉDITION POTENTIEL DES 3R «RÉDUCTION, RÉUTILISATION ET RECYCLAGE» 15-16-17 Décembre 2010 Présenté par Mr A. Arad

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE pour l exercice 20..

ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE pour l exercice 20.. Document élaboré par Bernard BLANC, Lycée Albert Einstein - 03100 Montluçon et Daniel CHICOIS, Lycée Paul Constans - 03100 Montluçon Etablissement : ETAT PREVISIONNEL DE LA COMMANDE PUBLIQUE pour l exercice

Plus en détail

Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur

Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur Le recyclage des Véhicules Hors d Usage Rôle dans l économie circulaire et défis pour l ingénieur Pierre-François BAREEL Dr. Ir. Civil des Mines 23 Avril 2015 Introduction RUDOLOGIE [RydɔlɔƷi] : n.f. 1985

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section G Division 45

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section G Division 45 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section G Division 45 Section G : COMMERCE ; RÉPARATION D AUTOMOBILES ET DE MOTOCYCLES Cette section comprend

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE TENDANCES RÉGIONALES CENTRE JUILLET 2006 CENTRE Tendances Régionales Juillet 2006 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : juin 2006 INDUSTRIE 28% des effectifs globaux

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES MATÉRIAUX QUESTIONS

LE RECYCLAGE DES MATÉRIAUX QUESTIONS QUESTIONS Technologie A l'issue de cette activité, tu devras être capable de : Décrire la capacité de recyclage d un matériau. Tu dois recopier les questions posées sur une feuille de cours et y répondre

Plus en détail

BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015

BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015 BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015 JUIN 2014 Barème contributif 2015 applicable pour la déclaration 2015 Le barème contributif est constitué d une contribution au poids par matériau

Plus en détail

EMPLOI DES SENIORS : LISTE DES ACCORDS

EMPLOI DES SENIORS : LISTE DES ACCORDS EMPLOI DES SENIORS : LISTE DES ACCORDS (publiés au Bulletin officiel des conventions collectives) CONVENTION COLLECTIVE Aéraulique, thermique et frigorifique (installation, entretien, réparation et dépannage)

Plus en détail

Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière

Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière Modification si besoin Nom établissement : Nom responsable : Téléphone

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE MAÎTRE D OUVRAGE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE 11 boulevard Kennedy 65 000 TARBES BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE Date : 5 mars 2012 PREFECTURE

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

Parc Industriel de Mettet

Parc Industriel de Mettet SITUATION CARACTERISTIQUES EQUIPEMENTS Namur: 30 km Liege: 98 km Charleroi: 29 km Bruxelles: 86 km Anvers: 130 km Gand: 137 km RN98: 0 km E411: 45 km E42: 25 km 2 km (gare de Mettet) Brussels National

Plus en détail

ECOSITE: Etat d avancement des travaux

ECOSITE: Etat d avancement des travaux ECOSITE: Etat d avancement des travaux Conseil du développement durable 21 septembre 2009 17/09/09 - Page 1 Plan de la présentation 1. Le groupe de travail Ecosite: genèse et calendrier 2. Projet 1: Ecomat

Plus en détail

Boîte à outils pour les entreprises

Boîte à outils pour les entreprises Boîte à outils pour les entreprises A chacun de s en saisir Je suis spécialisé dans le secteur du bâtiment 1. Secteur du bâtiment stimulé par la rénovation énergétique Les règles d'urbanisme sont simplifiées

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 PRÉSENTATION DU TERRITOIRE Territoire: La Communauté d Agglomération de Montauban Trois Rivières

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES MATIERES PREMIERES EN FRANCE

LE RECYCLAGE DES MATIERES PREMIERES EN FRANCE LE RECYCLAGE DES MATIERES PREMIERES EN FRANCE Le recyclage des matières premières consiste à reconvertir des déchets de manière à les utiliser en matières secondaires réutilisables dans le processus de

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles G. Filières de valorisation et de traitement Tt détenteur de déchet est responsable du déchet jusqu à son élimination finale Ts rejets dans l eau, dépôts sauvages et brûlages sont rigreusement interdits.

Plus en détail

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques PREFET DE LA REGION AUVERGNE DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI Pôle Entreprises, Economie, Emploi Clermont-Ferrand, le 16 novembre 2015

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

Lafarge France et l économie circulaire

Lafarge France et l économie circulaire Lafarge France et l économie circulaire Zoom sur l écologie industrielle Mai 2013 Les activités de Lafarge Le Groupe La France est le berceau historique du Groupe depuis 1833 Le Groupe Lafarge est leader

Plus en détail

Liste des métiers et des formations ouvrant droit à l'aff pour l'ensemble de la région Poitou-Charentes Arrêté du 21 juillet 2008

Liste des métiers et des formations ouvrant droit à l'aff pour l'ensemble de la région Poitou-Charentes Arrêté du 21 juillet 2008 11111 Employé de ménage à domicile 42079 11112 Intervenant à domicile 43437 44019 44026 44028 11113 Intervenant auprès d'enfants 44030 44041 44042 44051 11122 Agent de service de collectivité 42069 42093

Plus en détail

B1_Expert_Personal file Fiche personnelle

B1_Expert_Personal file Fiche personnelle 1. Dates personnelles de l expert(e) ID sextant interne (à remplir par la direction SEC) N SEC (à remplir par la direction SEC) Nom (comme dans le passeport) Prénom (comme dans le passeport) Titre / grade

Plus en détail

Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005

Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005 Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005 Arrêté du ministre de l'équipement et du transport n 210-05 du 13 hija 1425 (24 janvier 2005) modifiant et complétant le tableau annexé au décret n 2-94-223

Plus en détail

Déclarations CONTRIBUTION TOTALE DE L UNITE D EMBALLAGE = (CONTRIBUTION AU POIDS (1) + CONTRIBUTION A L UNITE (2) ) X BONUS-MALUS (3)

Déclarations CONTRIBUTION TOTALE DE L UNITE D EMBALLAGE = (CONTRIBUTION AU POIDS (1) + CONTRIBUTION A L UNITE (2) ) X BONUS-MALUS (3) THEME Eco-Emballages DATE 16/02/15 Déclarations DECLARATION DETAILLEE Pour la déclaration 2014 (à souscrire début d année 2015, avant le 28 février sauf changement de date), la contribution est calculée

Plus en détail

GRILLE DES USAGES ET NORMES PAR ZONE ZONE: I- 203. Industrielle H-203 USAGE SPÉCIFIQUEMENT PERMIS USAGE SPÉCIFIQUEMENT EXCLU

GRILLE DES USAGES ET NORMES PAR ZONE ZONE: I- 203. Industrielle H-203 USAGE SPÉCIFIQUEMENT PERMIS USAGE SPÉCIFIQUEMENT EXCLU c1a Vente au détail de produits alimentaires c1k Service relié à l exercice d un métier artisanal c6e Service d entreposage léger c6f Service de transport, de camionnage ou d entreposa i2a Service assumé

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

Des équipements à la mesure de vos projets

Des équipements à la mesure de vos projets Des équipements à la mesure de vos projets Richel Group, un pôle d expertises unique! Depuis sa création, Richel Group a progressivement intégré de nouvelles expertises Produits à son cœur de métier. Cette

Plus en détail

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives)

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) Taux de majoration et contingent des s supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) La mention «taux légal» renvoie aux conditions de majoration des s supplémentaires fixées

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

TENDANCES REGIONALES PICARDIE

TENDANCES REGIONALES PICARDIE TENDANCES REGIONALES PICARDIE OCTOBRE 2007 Picardie Tendances régionales OCTOBRE 2007 Page 1 sur 7 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : SEPTEMBRE 2007 INDUSTRIE Poids des effectifs

Plus en détail

Formulaire d'annonce pour les entreprises du secteur alimentaire

Formulaire d'annonce pour les entreprises du secteur alimentaire Formulaire d'annonce pour les entreprises du secteur alimentaire Base légale : Art. 12 Ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels (ODAlOUs) 1 Toute personne qui fabrique, transforme,

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

Solutions pour votre domaine d activité

Solutions pour votre domaine d activité Solutions pour votre domaine d activité télécommunication / informatique energie technique du trafic industrie Spécifique au client Innovant Intelligent télécommunication / informatique Les réseaux câblés

Plus en détail

LOCATION DE BENNES COLLECTE, RECYCLAGE TRI, VALORISATION TRANSPORT

LOCATION DE BENNES COLLECTE, RECYCLAGE TRI, VALORISATION TRANSPORT RECYCLEUR DES DECHETS DU BTP ET D INDUSTRIE LOCATION DE BENNES COLLECTE, RECYCLAGE TRI, VALORISATION TRANSPORT NOS ATOUTS RÉACTIVITÉ Vos devis sont traités dans la journée. Vos demandes de mises à disposition

Plus en détail

Une station GNV àcouzon au Mont d Or

Une station GNV àcouzon au Mont d Or Une station GNV àcouzon au Mont d Or Gaz Naturel pour Véhicules Liliane Besson Elue et déléguée suppléante au SIGERLy MOBILITE URBAINE DURABLE Devant nous Elus(es), se dresse un immense défi : Nos villes,

Plus en détail

Groupements d'articles manufacturés par degré de fabrication (CTCI Rev. 3)

Groupements d'articles manufacturés par degré de fabrication (CTCI Rev. 3) TDRA Articles manufacturés par degré de fabrication TDRB Articles manufacturés à forte intensité de main-d'oeuvre et provenant de ressources naturelles 6 Cuirs et peaux préparés 62 Ouvrages en cuir, n.d.a.;

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011.

Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011. Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011. N OPERATION NATURE DE L'OPERATION SECTEUR D'APPLICATION BAR-EN-08 nouveau Fermeture

Plus en détail

RENDRE UNESCO Eco-Responsable

RENDRE UNESCO Eco-Responsable Service d Evaluation et d Audit Section d évaluation IOS/EVS/PI/86 Original: Anglais RENDRE UNESCO Eco-Responsable Résumé éxécutif Phase 1 Audit Vert Mettre en place un système de gestion environnementale

Plus en détail

Parc Industriel de Namur-Ouest-Floreffe

Parc Industriel de Namur-Ouest-Floreffe SITUATION CARACTERISTIQUES EQUIPEMENTS Namur: 6 km Liege: 142 km Charleroi: 40 km Bruxelles: 112 km Anvers: 165 km Gand: 165 km RN5: 0 km E42: 50 km inconnue: Ligne 56 Namur - Couvin 4 km (gare de Couvin)

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION Patrick de SAINTE-LORETTE Jo MARZÉ LA LETTRE DE MOTIVATION Troisième édition Troisième tirage 2005, 1991, 1999, 2003 pour le texte de la présente édition, 2005 pour la nouvelle présentation ISBN : 2-7081-3374-8

Plus en détail

Annexe 4. Activité économique et installations classées.

Annexe 4. Activité économique et installations classées. Annexe 4. Activité économique et installations classées. La nomenclature d'activités économique a été élaborée dans un cadre européen harmonisé, imposé par un Règlement (CEE) du Conseil (n 3037/90 du Conseil

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Parc Artisanal de Anton (Andenne)

Parc Artisanal de Anton (Andenne) SITUATION CARACTERISTIQUES EQUIPEMENTS Namur: 18 km Liege: 45 km Charleroi: 58 km Bruxelles: 81 km Anvers: 117 km Gand: 139 km RN90: 0 km E411: 15 km E42: 10 km Ligne 12 Gare d'andenne : 2 km Brussels

Plus en détail

BEP Métiers des services administratifs. BEP Électrotechnique, Énergie, Équipements Communicants CAP Préparation et Réalisation d'ouvrages Electriques

BEP Métiers des services administratifs. BEP Électrotechnique, Énergie, Équipements Communicants CAP Préparation et Réalisation d'ouvrages Electriques LISTE DES BACS PRO ET NIVEAU V EN COHÉRENCE Intitulé du Bac Pro BAC PRO Accompagnement, soins et services à la personne BEP Carrières Sanitaires et Sociales (abrogé à cette session 2012) BEP Accompagnement,

Plus en détail

Nomenclature Economique du Budget de l Etat. 0 : Dépenses non ventilées

Nomenclature Economique du Budget de l Etat. 0 : Dépenses non ventilées Nomenclature Economique du Budget de l Etat 0 Dépenses non_ventilées 1 Frais de personnel 2 Impôts et taxes 3 Biens de consommation 4 Services 5 Subventions d'exploitation et transferts courants 6 Frais

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 134/75 ANNEXE XII LISTE DES ACTIVITÉS VISÉES À L'ARTICLE 1 er, PARAGRAPHE 2, POINT b) ( 1 ) 45 Construction Cette division comprend: la construction de bâtiments et d'ouvrages neufs, la restauration

Plus en détail

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille La prime protéique Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille Les produits à base de protéines alimentaires possèdent une valeur

Plus en détail

Protarget AG. Présentation de la société. La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel

Protarget AG. Présentation de la société. La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel Protarget AG Présentation de la société Le Maroc La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel Novembre 2014 Notre motivation Le potentiel d'afrique Les déserts de ce monde reçoivent plus

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie. Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie

Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie. Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie Combustibles alternatifs : perspectives pour Lafarge Ciment Moldavie 1 Louis de Sambucy, DG Lafarge Ciment Moldavie Leader mondial des matériaux de construction 16 milliards de CA en 2009 78 000 collaborateurs

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013

LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013 LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013 Région Rhône-Alpes / Jean-Luc Rigaux 1 Pôle emploi Rhône-Alpes Direction

Plus en détail

LE CONCEPT DE RESPONSABILITE DE FILIERE

LE CONCEPT DE RESPONSABILITE DE FILIERE Année scolaire 2012-2013 Annexe 2 INSPECTION DE L EDUCATION NATIONALE GROUPE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES ORGANISATION DES MISSIONS Le groupe Sciences et Techniques Industrielles organise son action

Plus en détail

CATALOGUE DES ETUDES

CATALOGUE DES ETUDES CATALOGUE DES ETUDES La location longue durée de véhicules ABF Assurance, banque, finance La location de matériel informatique ABF Assurance, banque, finance Le financement des équipements pour l'entreprise

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

déchetterie de Neussargues : Je dépose à la ACCÈS INFOS : ACCÈS

déchetterie de Neussargues : Je dépose à la ACCÈS INFOS : ACCÈS Je dépose à la déchetterie de : les encombrants, gros cartons, plastiques et déchets végétaux, les déblais, gravats, bois, ferrailles et métaux non ferreux, les équipements électriques et électroniques,

Plus en détail

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1 N 14 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Évolution du budget automobile des ménages

Plus en détail

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Evolution du nombre d entreprises sur ans Du er janvier 99 au er janvier au er janvier 99 99 99 998 999 nombre d entreprises 9 8 99 8 9 9 Le secteur artisanal

Plus en détail

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr présentation générale La société Algora Environnement propose pour les entreprises, industries, commerces, collectivités, professionnels de l immobilier et particuliers un ensemble de services liés à l

Plus en détail

l installation de gestion des ressources du chemin Brady

l installation de gestion des ressources du chemin Brady Services de collecte des articles recyclables et des déchets ménagers de Winnipeg Service des eaux et des déchets La face changeante de l installation de gestion des ressources du chemin Brady La décharge

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2014-2015

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2014-2015 RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2014-2015 INTRODUCTION En tant que société cotée sur Alternext Brussels, la SA Pairi Daiza a pour obligation légale de publier ses résultats tous les

Plus en détail

L expérience du résultat avec des équipements de recyclage

L expérience du résultat avec des équipements de recyclage L expérience du résultat avec des équipements de recyclage L'expérience du résultat avec des convoyeurs de conception supérieure Depuis des décennies, nos ingénieurs ont utilisé leurs connaissances approfondies

Plus en détail

Mémoire sur l industrie du taxi

Mémoire sur l industrie du taxi Mémoire sur l industrie du taxi Présenté à la : Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures et Commission permanente du conseil municipal sur

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Cockéfaction, usine à gaz Imprimerie / peinture Electronique / piles Traitement des textiles, bois

Cockéfaction, usine à gaz Imprimerie / peinture Electronique / piles Traitement des textiles, bois Etat des risques de pollution des sols en application des articles L 125-6 et L 125-7 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux risques de pollution des sols concernant l'immeuble est établi

Plus en détail

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons S ( implifiezletri vous GUIDE DU TRI Ville de Bondy Quelle poubelle choisir? Les autres déchets Vos équipements Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons Journaux, magazines

Plus en détail

Effectif salarié moyen

Effectif salarié moyen Panorama des entreprises agroalimentaires - Région Nord Pas de Calais PREFET DE LA REGION NORD PAS DE CALAIS http://panorama-iaa.alimentation.gouv.fr/index.php3 TABLEAU I CHIFFRES CLES EAE 2007 Les données

Plus en détail

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL SIEGE SOCIAL Hamdallaye, Commune de Ratoma BP : 6070 Conakry (Guinée) Tél : +224 62 99 99 19 E-mail: info@centralfirm-btp.com Site web: www.centralfirm-btp.com www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

Livret d'apprentissage A.E.B. 43. Poser du parquet flottant et des éléments menuisés de finition. 435. Poser des plinthes bois

Livret d'apprentissage A.E.B. 43. Poser du parquet flottant et des éléments menuisés de finition. 435. Poser des plinthes bois Livret d'apprentissage A.E.B. 1 Aménagement 2 Electricité 3 Plomberie Sanitaire 4 Finitions Décoration 41. Poser, à la colle, de la faïence et du carrelage 42. Poser un revêtement de sol souple 43. Poser

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de construction et les acteurs Dans un projet de bâtiment ou de travaux publics, la construction est le fait

Plus en détail

La déchetterie intercommunale Fium Orbu-Castellu

La déchetterie intercommunale Fium Orbu-Castellu La déchetterie intercommunale Fium Orbu-Castellu La déchèterie intercommunale est située sur le chemin de l ancienne voie ferrée entre Abbazia et Ghisonaccia. Le dépôt de déchets est gratuit et réservé

Plus en détail

Trace sur ton cahier de sciences un tableau pour écrire le nom des objets en face du container correspondant (vert, bleu ou gris).

Trace sur ton cahier de sciences un tableau pour écrire le nom des objets en face du container correspondant (vert, bleu ou gris). Les matériaux Je trie les déchets JE DÉCOUVRE QU EST-CE QU UN DÉCHET? Un déchet est tout ce dont on ne se sert plus et dont on se débarrasse. Les déchets peuvent être solides ou liquides, même gazeux.

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

Changeons d énergies

Changeons d énergies Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant 1 Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Année de référence : 2014 Edition 2015 LE BILAN GES DE L ULCO Dans le cadre de la législation, le Pôle de Recherche et d Enseignement

Plus en détail