QUATRIÈME SECTION. Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 EXPOSÉ DES FAITS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUATRIÈME SECTION. Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 EXPOSÉ DES FAITS"

Transcription

1 QUATRIÈME SECTION Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 Communiquée le 8 février 2016 EXPOSÉ DES FAITS La requérante, M me Gabriela Cegolea, est une ressortissante italo-roumaine née en 1948 et résidant à Cernica. A. Les circonstances de l espèce Les faits de la cause, tels qu ils ont été exposés par la requérante, peuvent se résumer comme suit. La requérante est la présidente de la fondation «Vox Mentis» («la fondation») qui entendait présenter sa candidature aux élections parlementaires du 9 décembre 2012 en tant que organisation de la minorité nationale italienne de Roumanie. La requérante était la candidate de la fondation pour un mandat de député. À une date non précisée, la fondation entreprit les démarches afin d obtenir le statut d utilité publique, ce qui était une condition requise par la loi électorale n o 35/2008 («la loi n o 35/2008») pour présenter sa candidature. Le 27 juin 2012, la Direction pour les relations interethniques du Gouvernement de la Roumanie («la DRI») lui signifia son refus pour l octroi du statut d utilité publique. Sur contestation de la requérante, la DRI confirma son refus, le 14 août 2012, lui indiquant que la fondation ne remplissait pas les conditions légales pour obtenir ce statut parce que son activité ne visait pas les relations interethniques. La réponse de la DRI à la contestation de la requérante était, en outre, ainsi rédigée : «Selon les dispositions de l article 38 de l ordonnance du gouvernement n o 26/2000 [sur les associations et les fondations], l octroi du statut d utilité publique aux associations, fondations et fédérations n est pas un droit qui leur est reconnu, mais représente une seule vocation qui peut se réaliser dans les conditions de la loi.

2 2 EXPOSÉ DES FAITS ET QUESTIONS CEGOLEA c. ROUMANIE D un autre côté, par l interprétation du texte de la loi l article 38 1 de l ordonnance du gouvernement n o 26/2000, il résulte qu une association, une fondation ou une fédération peuvent être reconnues comme ayant une utilité publique ; le simple fait que les conditions requises par le texte sont remplies n oblige pas le Gouvernement à une reconnaissance ipso facto. Le texte de loi a laissé à l appréciation de l exécutif de décider s il est opportun ou non d adopter une décision par laquelle une association, une fondation ou une fédération soient reconnues d utilité publique. D ailleurs, il convient de se prononcer sur l opportunité d octroyer le statut d utilité publique non seulement en fonction des conditions qui doivent être remplies pour se retrouver dans la sphère de l utilité publique définie comme étant toute activité déroulée dans des domaines d intérêt public général ou d une collectivité, mais aussi par rapport aux conséquences de la reconnaissance de ce statut qui confère à l association ou à la fondation certains droits et obligations (...)» Le 29 juillet 2012, entra en vigueur la loi n o 145/2012 portant modification de l ordonnance du gouvernement n o 26/2000 sur les associations et les fondations («l ordonnance n o 26/2000»). Le 9 octobre 2012, la requérante, en tant que candidate de la fondation, déposa au Bureau électoral central («le BEC») son dossier de candidature. Le 11 octobre 2012, le BEC lui signifia son refus d enregistrer sa candidature, au motif que la fondation n avait pas fait la preuve d avoir acquis le statut d utilité publique. La requérante contesta, au nom de la fondation, le refus du BEC devant le tribunal départemental de Bucarest ; elle fut présente à l audience du 13 octobre Elle fit valoir que la décision du BEC était discriminatoire et inconstitutionnelle et demanda la saisine de la Cour constitutionnelle d une exception tirée de l inconstitutionnalité des dispositions de l article 9 de la loi n o 35/2008. Par une décision définitive du même jour, le tribunal rejeta sa contestation pour absence du statut d utilité publique, mais fit droit à la demande de la requérante de saisine de la Cour constitutionnelle. Lors de l audience du 23 octobre 2012 devant la Cour constitutionnelle, la requérante réitéra, en outre, ses arguments tirés des dispositions discriminatoires de la loi en question, dans la mesure où elle prévoyait des critères d éligibilité différents pour les organisations des minorités nationales représentées au Parlement et celle non représentées. Par une décision définitive et obligatoire du même jour, la Cour constitutionnelle rejeta comme irrecevable l exception d inconstitutionnalité soulevée par la requérante. Cette décision était ainsi libellée dans ses dispositions pertinentes : «À cet égard, la Cour [constitutionnelle] note que selon les dispositions de l article 38 de l ordonnance du gouvernement n o 26/2000 (...) toute fondation peut être reconnue d utilité publique par le Gouvernement de la Roumanie si elle remplit les conditions exigées par la loi et si elle suit la procédure prévue par l article 39 et les suivants de cet acte normatif. Par la suite, la Cour [constitutionnelle] constate que le texte de loi soumis au contrôle de constitutionnalité ne peut pas être jugé de discriminatoire puisque le pouvoir législatif a eu comme but de donner également aux organisations des minorités non représentées au Parlement la possibilité de participer aux élections. Ainsi, la Cour constitutionnelle a statué (...) dans sa décision n o 146 du 15 mars 2005 (...) que les organisations des citoyens appartenant aux minorités nationales représentées au Parlement ne sont pas privilégiées [...] parce qu elles ont rempli des conditions beaucoup plus sévères pour accéder au Parlement et si les conditions sur la base desquelles ces organisations y ont obtenu un siège lors des

3 EXPOSÉ DES FAITS ET QUESTIONS CEGOLEA c. ROUMANIE 3 dernières élections ne sont pas remplies lors des élections en cours, cela résultera du vote des électeurs.» Le 30 octobre 2012, expira le délai pour déposer les candidatures aux élections parlementaires qui eurent lieu le 9 décembre Le 8 janvier 2013, la requérante se vit notifier l avis du ministère de la Culture et du Patrimoine national quant à l acquisition du statut d utilité publique par la fondation ; l avis du ministère était ainsi rédigé dans ses parties pertinentes : «Après avoir examiné les documents fournis selon les dispositions de l ordonnance n o 26/2000, le ministère de la Culture et du Patrimoine national a rédigé et communiqué, selon le circuit interministériel des avis, le projet de décision du gouvernement sur l acquisition par la fondation Vox Mentis du statut d utilité publique. Il convient de préciser que, lors du dépôt et de l examen du dossier la fondation Vox Mentis remplissait les conditions légales en vigueur au moment des faits pour se voir reconnaitre le statut d utilité publique. Le 1 er août 2012, à la suite de l entrée en vigueur de la loi n o 145/2012 portant modification de l ordonnance n o 26/2000 (...) de nouvelles conditions pour l acquisition du statut d utilité publique ont été arrêtées. Le ministère des Finances (...) a examiné le projet par rapport à la loi n o 145/2012 et a constaté, en se rapportant de façon correcte aux nouvelles modifications de l ordonnance n o 26/2012 que la fondation Vox Mentis ne remplit pas les conditions prévues pour l acquisition du statut d utilité publique.» B. Le droit interne et international pertinents Les dispositions pertinentes de la Constitution de la Roumanie, de la loi n o 35/2008 sur l élection de la Chambre des députés et du Sénat ainsi que de l ordonnance du gouvernement n o 26/2000 sur les associations et les fondations sont décrites, telles qu elles étaient en vigueur au moment des élections législatives de 2008, dans l affaire Danis et l Association des personnes d origine turque c. Roumanie (n o 16632/09, 16 et 19-20, 21 avril 2015). S agissant en particulier de l acquisition du statut d utilité publique par une association ou une fondation, l ordonnance n o 26/2000 sur les associations et les fondations, telle qu en vigueur en 2008, était ainsi libellée : Article 38 «(1) Le gouvernement roumain peut déclarer d utilité publique une association ou une fondation si elle remplit cumulativement les conditions suivantes : a) son activité sert l intérêt général ou, le cas échéant, celui d une collectivité ; b) l association ou la fondation a une ancienneté d au moins trois ans ; c) elle présente un rapport d activité qui confirme une activité antérieure significative de par le déroulement de programmes ou de projets spécifiques à son but, rapport accompagné des situations financières annuelles et [de l état] des revenus et des dépenses pour les trois années ayant précédé la date de la présentation de la demande de reconnaissance du statut d utilité publique ; d) la valeur de son actif patrimonial pour chacune des trois dernières années est au moins égale à la valeur du patrimoine initial.» Le 29 juillet 2012, est entrée en vigueur la loi n o 145/2012 portant modification de l ordonnance n o 26/2000 ; cette nouvelle loi a modifié, en

4 4 EXPOSÉ DES FAITS ET QUESTIONS CEGOLEA c. ROUMANIE particulier, les dispositions relatives à l acquisition du statut d utilité publique. Ses dispositions pertinentes sont ainsi rédigées : Article 38 «(1) Le gouvernement roumain peut déclarer d utilité publique une association, une fondation ou une fédération si elle remplit cumulativement les conditions suivantes : a) son activité sert l intérêt général ou, le cas échéant, celui d une collectivité ; b) [l intéressée] a une ancienneté d au moins trois ans et a rempli une partie des objectifs déclarés, en apportant la preuve d une activité ininterrompue par des actions significatives ; c) elle présente un rapport d activité qui confirme une activité antérieure significative de par le déroulement de programmes ou de projets spécifiques à son but, rapport accompagné des situations financières annuelles et [de l état] des revenus et des dépenses pour les trois années ayant précédé la date de la présentation de la demande de reconnaissance du statut d utilité publique ; d) [l intéressée] dispose d un patrimoine, [des services] de logistique, de membres et de personnel employé, dans la mesure nécessaire à remplir l objectif déclaré ; e) [l intéressée] fait la preuve de l existence des contrats de collaboration et des partenariats avec des institutions publiques ou des associations et de fondations nationales ou internationales ; f) [l intéressée] fait la preuve d avoir obtenu des résultats significatifs quant à l objectif déclaré ou présente des lettres de recommandation de la part des autorités compétentes nationales ou internationales, qui recommandent la continuation de l activité.» L ordonnance n o 26/2000 sur les associations et les fondations, telle qu en vigueur au moment des faits, comporte en outre la disposition pertinente suivante : Article 44 «Les litiges relatifs à l acquisition du statut d utilité publique des associations et des fondations sont examinés selon la loi n o 554/2004 sur le contentieux administratif.» Les dispositions pertinentes de la loi n o 554/2004 sur le contentieux administratif étaient ainsi libellées au moment de faits : Article 17 «(1) Les demandes adressées aux tribunaux sont examinées en urgence et avec priorité, en séance publique et dans la formation établie par la loi (...) (3) Les décisions sont rédigées et motivées dans un délai de trente jours au plus à compter de [la date] du prononcé.» Article 20 «(1) La décision rendue en première instance peut faire l objet d un pourvoi en recours, dans un délai de quinze jours à compter de la communication. (2) Le pourvoi en recours est suspensif d exécution et fait l objet d un examen en urgence. (3) Lorsque le tribunal fait droit au pourvoi en recours (...) il examine de nouveau le fond du litige, s il n y a pas de motif de cassation avec renvoi. Si la décision a été rendue en première instance sans examen du fond, l affaire lui sera renvoyée une seule fois.»

5 EXPOSÉ DES FAITS ET QUESTIONS CEGOLEA c. ROUMANIE 5 Le système de représentation des minorités nationales au Parlement roumain ainsi que le rapport de la Commission de Venise sur le droit électoral et les minorités nationales sont décrits dans l affaire Grosaru c. Roumanie (n o 78039/01, 24, CEDH 2010). Les dispositions du rapport explicatif du code de bonne conduite en matière électorale de la Commission de Venise sont décrites dans l affaire Tănase c. Moldova ([GC], n o 7/08, 86, CEDH 2010). En particulier, le code recommande d éviter la «révision répétée [du mode de scrutin] ou intervenant peu avant le scrutin (moins d un an)» (paragraphe 65 du rapport explicatif). GRIEFS Invoquant l article 3 du Protocole n o 1 à la Convention et, en substance, l article 14 de la Convention, la requérante allègue une violation de son droit de se porter candidate aux élections parlementaires, sans discrimination aucune, dans la mesure où sa candidature était assortie des conditions supplémentaires par rapport au candidat qui représentait déjà la minorité italienne au Parlement roumain et où, en raison de ce fait, elle a été défavorisée par rapport à ce dernier.

6 6 EXPOSÉ DES FAITS ET QUESTIONS CEGOLEA c. ROUMANIE QUESTIONS AUX PARTIES 1. La requérante peut-elle se dire victime d une violation de la Convention, au sens de l article 34? 2. La requérante a-t-elle épuisé les voies de recours internes, comme l exige l article 35 1 de la Convention? En particulier, une action fondée sur les dispositions de la loi n o 554/2004 sur le contentieux administratif pour contester le refus de l administration de reconnaitre à la fondation «Vox Mentis» le statut d utilité publique constituait-elle un recours effectif au sens de cette disposition pour le grief fondé par la requérante sur l article 3 du Protocole n o 1 à la Convention combiné avec l article 14 de la Convention? Le Gouvernement est invité à fournir des exemples de jurisprudence interne pertinente. 3. Y a-t-il eu méconnaissance du droit de la requérante de se porter candidate à des élections libres assurant la libre expression de l opinion du peuple sur le choix du corps législatif, en l absence de toute discrimination, au sens de l article 3 du Protocole n o 1 combiné avec l article 14 de la Convention?

Comores. Attributions de la cour constitutionnelle

Comores. Attributions de la cour constitutionnelle Attributions de la cour constitutionnelle Loi organique du 3 octobre 2005 [NB - Loi organique du 3 octobre 2005 relative aux autres attributions de la cour constitutionnelle] Conformément aux articles

Plus en détail

où elles ne s appliquaient pas aux référendums organisés dans un délai d un an à compter de la date de l entrée en vigueur de la loi.

où elles ne s appliquaient pas aux référendums organisés dans un délai d un an à compter de la date de l entrée en vigueur de la loi. Résumé : I. L Avocat du Peuple a saisi la Cour Constitutionnelle de l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l Ordonnance d urgence du Gouvernement n 15/2016 complétant la Loi n 3/2000 relative

Plus en détail

Décision n QPC 17 décembre (M. Boubakar B.)

Décision n QPC 17 décembre (M. Boubakar B.) Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-81 QPC 17 décembre 2010 (M. Boubakar B.) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 28 septembre 2010, une

Plus en détail

DÉCISION Nº65 du 25 janvier 2007

DÉCISION Nº65 du 25 janvier 2007 DÉCISION Nº65 du 25 janvier 2007 concernant l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 1 alinéa (9) première thèse de la Loi sur le contentieux administratif nº554/2004 Publiée au

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL. Loi organique n du 14 juillet 2016 relative au Conseil constitutionnel EXPOSE DES MOTIFS

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL. Loi organique n du 14 juillet 2016 relative au Conseil constitutionnel EXPOSE DES MOTIFS Imprimer JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI Loi organique n 2016-23 du 14 juillet 2016 Loi organique n 2016-23 du 14 juillet 2016 relative au Conseil constitutionnel EXPOSE DES MOTIFS La loi constitutionnelle

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. Requête n o 48301/08 ASSOCIATION «ACCEPT» et autres contre la Roumanie introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS

TROISIÈME SECTION. Requête n o 48301/08 ASSOCIATION «ACCEPT» et autres contre la Roumanie introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS TROISIÈME SECTION Requête n o 48301/08 ASSOCIATION «ACCEPT» et autres contre la Roumanie introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS 1. Les requérants sont une personne morale de droit privé, à savoir

Plus en détail

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS TROISIÈME SECTION Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT La requérante, M me Georgeta Crăiţă, est une ressortissante roumaine,

Plus en détail

DÉCISION Nº264 du 20 mars 2007

DÉCISION Nº264 du 20 mars 2007 DÉCISION Nº264 du 20 mars 2007 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 95 alinéa (1) de la Loi nº19/2000 portant sur le système public des pensions de retraite et d

Plus en détail

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives COUR SUPREME DU TCHAD L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives L exemple des juridictions statuant en matière de contentieux administratif au Tchad 1

Plus en détail

3 - d enjoindre aux autorités compétentes du Conseil économique, social et environnemental de déclarer recevable ladite pétition ;

3 - d enjoindre aux autorités compétentes du Conseil économique, social et environnemental de déclarer recevable ladite pétition ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1305796/6 M. Philippe BRILLAULT M. Rohmer Rapporteur Mme Baratin Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris,

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Recours 08/43 R CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Dans l affaire enregistrée le 4 septembre 2008 au greffe de la Chambre de recours sous le n 08/43 R,

Plus en détail

Politiques et droit européens. Brice Duthion L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009

Politiques et droit européens. Brice Duthion L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009 Politiques et droit européens Brice Duthion brice.duthion@cnam.fr L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009 Introduction Introduction (1) Introduction (2) Introduction

Plus en détail

DÉCISION Nº66 du 31 janvier 2008

DÉCISION Nº66 du 31 janvier 2008 DÉCISION Nº66 du 31 janvier 2008 sur l exception d inconstitutionnalité des stipulations de l article I point 55 de la Loi nº219/2005 regardant l approbation de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº138/2000

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee N 1603627 Mme Martine THIERRY M. Pilczer Juge des référés Ordonnance du 24 mai 2016 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles

Plus en détail

Elle soutient que la décision attaquée est entachée d incompétence et de violation de la liberté de conscience et de culte.

Elle soutient que la décision attaquée est entachée d incompétence et de violation de la liberté de conscience et de culte. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1502100, 1502726 LIGUE DE DEFENSE JUDICIAIRE DES MUSULMANS et autres M. A Président-rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 09-60162 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme MORIN AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Chambre sociale Arrêt du 16 Décembre 2009 LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant

Plus en détail

DELIBERATION. Article 1 er : Les dispositions du règlement intérieur de la Cour Constitutionnelle en date du 21 Décembre 1994 sont abrogées.

DELIBERATION. Article 1 er : Les dispositions du règlement intérieur de la Cour Constitutionnelle en date du 21 Décembre 1994 sont abrogées. COUR CONSTITUTIONNELLE DU MALI ------------------ REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple-Un But-Une Foi DELIBERATION La Cour Constitutionnelle Vu la Constitution ; Vu la loi N 97-10 du 11 Février 1997 portant loi

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION DÉCISION

DEUXIÈME SECTION DÉCISION DEUXIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 39630/10 Rui Pedro FLORES FERNANDO contre le Portugal La Cour européenne des droits de l homme (deuxième section), siégeant le 9 avril 2013 en une chambre composée

Plus en détail

Loi organique n du 10 décembre 2009 relative à l'application de l'article 61-1 de la Constitution 1

Loi organique n du 10 décembre 2009 relative à l'application de l'article 61-1 de la Constitution 1 Loi organique n 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative à l'application de l'article 61-1 de la Constitution 1 Source : services du Conseil constitutionnel. NOTA : Cette loi est une loi modificatrice en

Plus en détail

République du Congo. 1 Constitution et système institutionnel. Le pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif

République du Congo. 1 Constitution et système institutionnel. Le pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif République du Congo 1 Constitution et système institutionnel La République du Congo, ou Congo-Brazzaville, est à distinguer de la République Démocratique du Congo (RDC), ou Congo-Kinshasa. La République

Plus en détail

Présentation «L adhésion de l UE à la CEDH»

Présentation «L adhésion de l UE à la CEDH» Présentation «L adhésion de l UE à la CEDH» Séminaire de l Académie de droit européen de Trèves «Égalité et non-discrimination: Réflexions actuelles sur le droit européen» ao. Univ.Prof. Dr. Hannes Tretter

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS. N , et RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SARL LOUBIANA AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme de Phily Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS. N , et RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SARL LOUBIANA AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme de Phily Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1409462, 1503186 et 1503188 SARL LOUBIANA Mme de Phily Rapporteur M. Sibilli Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 10226/02 présentée par Mustafa CELIK contre la France La

Plus en détail

COUR CONSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi SECRETARIAT GENERAL

COUR CONSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi SECRETARIAT GENERAL COUR CONSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU MALI ------------------ Un Peuple Un But Une Foi SECRETARIAT GENERAL --------------- ------------------ Mai2015 Présentation de la Cour Constitutionnelle du Mali Page

Plus en détail

Questions-réponses sur la création des collectivités territoriales de Guyane et de Martinique

Questions-réponses sur la création des collectivités territoriales de Guyane et de Martinique Questions-réponses sur la création des collectivités territoriales de Guyane et de Martinique Emmanuel JOS, professeur émérite de droit public. Question : Le Président de la République peut-il saisir le

Plus en détail

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement»

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» I. L accélération du procès par les délais de procédure 1. 3. Le procès administratif est

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 51431/99 présentée

Plus en détail

DÉCISION Nº1.221 du 12 novembre 2008

DÉCISION Nº1.221 du 12 novembre 2008 DÉCISION Nº1.221 du 12 novembre 2008 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº136/2008 regardant l initiation de mesures pour le système

Plus en détail

DÉCISION Nº1.325 du 4 décembre 2008

DÉCISION Nº1.325 du 4 décembre 2008 DÉCISION Nº1.325 du 4 décembre 2008 relative à l exception d inconstitutionnalité des prévisions de l Ordonnance du Gouvernement nº137/2000 regardant la prévention et la sanction de toutes les formes de

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N /5-2 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Pottier Magistrat désigné

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N /5-2 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Pottier Magistrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1507065/5-2 M. J A Mme Pottier Magistrat désigné M. Lebdiri Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (5ème Section

Plus en détail

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours devant les juridictions d instruction Charlotte Morjane 1 INTRODUCTION 2 Arrêts de la Cour Européenne des Droits de l Homme

Plus en détail

DÉCISION Nº971 du 31 octobre 2007

DÉCISION Nº971 du 31 octobre 2007 DÉCISION Nº971 du 31 octobre 2007 concernant la saisine d inconstitutionnalité de la Loi pour le rejet de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº24/2007 portant sur l établissement de mesures relatives

Plus en détail

Règlement électoral MNH Prévoyance. CHAPITRE 1 Elections des délégués à l assemblée générale membres des bureaux départementaux

Règlement électoral MNH Prévoyance. CHAPITRE 1 Elections des délégués à l assemblée générale membres des bureaux départementaux 1/8 Règlement électoral MNH Prévoyance PREAMBULE Le présent règlement électoral a pour objet principal de compléter ou préciser les dispositions statutaires (articles 9 à 16 et 54 à 56) relatives aux modalités

Plus en détail

Par une requête, enregistrée le 30 octobre 2015, la commune d Eguilles, représentée par MeB..., demande au juge des référés :

Par une requête, enregistrée le 30 octobre 2015, la commune d Eguilles, représentée par MeB..., demande au juge des référés : N 1508734 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE COMMUNE D EGUILLES M. Reinhorn Vice-président délégué Ordonnance du 6 novembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le président de la 1 ère

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 janvier 2005 Audience publique du 15 juin 2005

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 janvier 2005 Audience publique du 15 juin 2005 Tribunal administratif N 19101 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 4 janvier 2005 Audience publique du 15 juin 2005 Recours formé par Monsieur..., en matière d employé de l Etat JUGEMENT Vu

Plus en détail

THEME : La mission et le rôle de la Cour Constitutionnelle

THEME : La mission et le rôle de la Cour Constitutionnelle THEME : La mission et le rôle de la Cour Constitutionnelle et de la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) dans le processus électoral (déterminer la ligne de partage aborder les candidatures)

Plus en détail

DÉCISION Nº347 du 3 avril 2007

DÉCISION Nº347 du 3 avril 2007 DÉCISION Nº347 du 3 avril 2007 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 118 alinéas (1), (2) et (5) de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº195/2002 portant sur la

Plus en détail

La question prioritaire de constitutionnalité (QPC)

La question prioritaire de constitutionnalité (QPC) La question prioritaire de constitutionnalité (QPC) La loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 a instauré l exception d inconstitutionnalité qui permet à un justiciable de saisir indirectement le Conseil

Plus en détail

Commentaire de la décision n QPC du 2 juillet Section française de l Observatoire international des prisons

Commentaire de la décision n QPC du 2 juillet Section française de l Observatoire international des prisons Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Commentaire de la décision n 2010-9 QPC du 2 juillet 2010 Section française de l Observatoire international des prisons Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

I - LA SUPREMATIE DE LA CONSTITUTION PAR LA RIGIDITE CONSTITUTIONNELLE

I - LA SUPREMATIE DE LA CONSTITUTION PAR LA RIGIDITE CONSTITUTIONNELLE FICHE 5 : LA CONSTITUTION DE LA V E REPUBLIQUE La loi constitutionnelle du 3 juin 1958) prévoyait les conditions d élaboration de la nouvelle Constitution. Le projet a été rédigé par le Gouvernement du

Plus en détail

«Séparation des pouvoirs et Indépendance des Cours Constitutionnelles et Instances Equivalentes»

«Séparation des pouvoirs et Indépendance des Cours Constitutionnelles et Instances Equivalentes» REPUBLIQUE DU TCHAD ======= CONSEIL CONSTITUTIONNEL ======= UNITE - TRAVAIL - PROGRES 2 ème CONGRES DE LA CONFERENCE MONDIALE SUR LA JUSTICE CONSTITUTIONNELLE RIO DE JANEIRO (BRESIL), 16 au 18 janvier

Plus en détail

DECISION DCC VU la Constitution du 11 décembre 1990 ; VU le Règlement Intérieur de la Cour Constitutionnelle ;

DECISION DCC VU la Constitution du 11 décembre 1990 ; VU le Règlement Intérieur de la Cour Constitutionnelle ; DECISION DCC 06-046 DATE : 05 Avril 2006 REQUERANT : SOGLO Victor Contrôle de conformité Actes judiciaires Délai anormalement long Non lieu à statuer La Cour Constitutionnelle, Saisie d une requête du

Plus en détail

2 ) d'annuler, pour excès de pouvoir, cette décision ;

2 ) d'annuler, pour excès de pouvoir, cette décision ; COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE NANTES N 14NT00702 ---- Mme Annette Bouvier Mme Piltant Rapporteur Mme Grenier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative d appel

Plus en détail

PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE

PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONGRÈS DU PARLEMENT 21 juillet 2008 PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE de modernisation des institutions de la V e République. Le Parlement, réuni en Congrès, a approuvé, dans les conditions

Plus en détail

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Le requérant, M. Amar Abdelali, est un ressortissant français,

Plus en détail

2 ) de faire droit à leur demande de première instance ;

2 ) de faire droit à leur demande de première instance ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374528 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SARL Les Productions de la Plume et M. Dieudonné M Bala M Bala Ordonnance du 10 janvier 2014 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

SENEGAL Papa Oumar Sakho Premier Président Cour suprême SENEGAL

SENEGAL Papa Oumar Sakho Premier Président Cour suprême SENEGAL SENEGAL Papa Oumar Sakho Premier Président Cour suprême SENEGAL Je vous envoie de nouveau les réponses au questionnaire distribué pour la préparation du 10 ème congrès à Sydney. Je reste à votre entière

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF

TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1013 Affaire No 883 : XU TRIBUNAL ADMINISTRATIF Contre : le Secrétaire général de l Organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Julio

Plus en détail

V. c. OPS. 121 e session Jugement n o 3589 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF,

V. c. OPS. 121 e session Jugement n o 3589 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF, Organisation internationale du Travail Tribunal administratif International Labour Organization Administrative Tribunal Traduction du Greffe, seul le texte anglais fait foi. V. c. OPS 121 e session Jugement

Plus en détail

l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; le code de justice administrative ;

l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; le code de justice administrative ; Décision n 2016-580 QPC du 5 octobre 2016 (M. Nabil F.) LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A ÉTÉ SAISI le 6 juillet 2016 par le Conseil d État (décision n 398371 du même jour), dans les conditions prévues à l

Plus en détail

Commentaire. Décision n QPC du 7 octobre Mme Simone S. et autre. (Cession gratuite de terrain II)

Commentaire. Décision n QPC du 7 octobre Mme Simone S. et autre. (Cession gratuite de terrain II) Commentaire Décision n 2011-176 QPC du 7 octobre 2011 Mme Simone S. et autre (Cession gratuite de terrain II) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2011 par la troisième chambre civile de

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT. statuant. au contentieux N REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COMMUNE DE VILLEURBANNE. M. Christian Fournier

CONSEIL D'ETAT. statuant. au contentieux N REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COMMUNE DE VILLEURBANNE. M. Christian Fournier CONSEIL D'ETAT FB statuant au contentieux N 391730 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COMMUNE DE VILLEURBANNE M. Christian Fournier Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section

Plus en détail

LA REALITE DE L INDEPENDANCE DES JUGES : REFLEXIONS SUR UN PARTAGE DU POUVOIR

LA REALITE DE L INDEPENDANCE DES JUGES : REFLEXIONS SUR UN PARTAGE DU POUVOIR LA REALITE DE L INDEPENDANCE DES JUGES : REFLEXIONS SUR UN PARTAGE DU POUVOIR Roger Errera Conseiller d Etat honoraire Ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature. S interroger sur la réalité

Plus en détail

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.)

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.) Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-62 QPC 17 décembre 2010 (M. David M.) Le Conseil constitutionnel a été saisi par la Cour de cassation le 20 septembre 2010, d

Plus en détail

Par une requête et un mémoire complémentaire, enregistrés 1 er 18 novembre 2015, M. A demande au tribunal :

Par une requête et un mémoire complémentaire, enregistrés 1 er 18 novembre 2015, M. A demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1508951/5-2 M. A Mme X Rapporteur M. Y Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Paris (5 ème section 2 ème chambre)

Plus en détail

INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE 4 LES JURIDICTIONS SUPERIEURES - LA COUR SUPRÊME

INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE 4 LES JURIDICTIONS SUPERIEURES - LA COUR SUPRÊME INSTITUTIONS JUDICIAIRES 1 ère PARTIE LES ORGANES JUDICIAIRES NATIONAUX CHAPITRE 4 LES JURIDICTIONS SUPERIEURES - LA COUR SUPRÊME Fatou Kiné CAMARA, Docteure d Etat en droit Chargée d enseignement Faculté

Plus en détail

Par une requête, enregistrée le 13 avril 2015, M. D., représenté par Me Allene Ondo, demande au Tribunal :

Par une requête, enregistrée le 13 avril 2015, M. D., représenté par Me Allene Ondo, demande au Tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU er N 1500875 M. Jean-Marie D. Mme Perdu Rapporteur Mme Réaut Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Pau Le magistrat

Plus en détail

CONSEIL DU CONTENTIEUX DES ETRANGERS ARRET. n du 23 avril 2009 dans l affaire X / III. LE PRESIDENT F.F. DE LA IIIe CHAMBRE,

CONSEIL DU CONTENTIEUX DES ETRANGERS ARRET. n du 23 avril 2009 dans l affaire X / III. LE PRESIDENT F.F. DE LA IIIe CHAMBRE, CONSEIL DU CONTENTIEUX DES ETRANGERS ARRET n 26.239 du 23 avril 2009 dans l affaire X / III En cause : X Domicile élu : X contre : l Etat belge, représenté par la Ministre de la Politique de migration

Plus en détail

SCP GARREAU, BAUER-VIOLAS, FESCHOTTE-DESBOIS ; SCP ODENT, POULET, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP GARREAU, BAUER-VIOLAS, FESCHOTTE-DESBOIS ; SCP ODENT, POULET, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2016 Conseil d État N 382074 ECLI:FR:CESSR:2016:382074.20160212 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Pierre Lombard, rapporteur M. Vincent Daumas,

Plus en détail

Vu l ordonnance n du 8 juin 1966, modifiée et complétée, portant code de procédure civile ;

Vu l ordonnance n du 8 juin 1966, modifiée et complétée, portant code de procédure civile ; Ordonnance n 05-01 du 18 Moharram 1426 correspondant au 27 février 2005 modifiant et complétant l ordonnance n 70-86 du 15 décembre 1970 portant code de la nationalité algérienne. Le Président de la République,

Plus en détail

3 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de euros au titre de l article L du code de justice administrative.

3 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de euros au titre de l article L du code de justice administrative. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1410272/5-1 M. Alain X M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (5ème

Plus en détail

Chapitre VII : Discipline

Chapitre VII : Discipline Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature. Chapitre VII : Discipline Section I : Dispositions générales. Article 43 Modifié par LOI organique

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE MAILLARD BOUS c. PORTUGAL (Requête n 41288/98) ARRÊT STRASBOURG 28 juin

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1701448 M. Fabien N M. Philippe V Mme Karine M M. Martin B M. Laurent G Mme Géraldine M Mme Marie-Laure D L association La France Insoumise RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

2 ) d enjoindre au préfet de l Hérault de lui délivrer un titre de séjour mention «vie privée et familiale»;

2 ) d enjoindre au préfet de l Hérault de lui délivrer un titre de séjour mention «vie privée et familiale»; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 0701656 REPUBLIQUE FRANÇAISE Mme R X veuve Y AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Levasseur Magistrat désigné Le Tribunal administratif de Montpellier, Jugement du 18 avril

Plus en détail

Commentaire. Décision n QPC du 13 juillet M. Saïd K.

Commentaire. Décision n QPC du 13 juillet M. Saïd K. Commentaire Décision n 2012-264 QPC du 13 juillet 2012 M. Saïd K. (Conditions de contestation par le procureur de la République de l acquisition de la nationalité par mariage II) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 NOVEMBRE 2014 C.14.0050.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0050.F C. L., demandeur en cassation, représenté par Maître François T Kint, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Par une requête et un mémoire enregistrés le 29 mars 2016 et le 24 novembre 2016, Mme S., représentée par Me Andrieux, demande à la Cour :

Par une requête et un mémoire enregistrés le 29 mars 2016 et le 24 novembre 2016, Mme S., représentée par Me Andrieux, demande à la Cour : COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS SG N 16PA01136 Mme S. M. Bernard Even Président Mme Perrine Hamon Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d appel de Paris

Plus en détail

MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE

MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE CONSEIL D ETAT Recours 352-667 MEMOIRE AFIN DE QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur la psychiatrie, (CRPA) Association régie

Plus en détail

l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2016-595 QPC du 18 novembre 2016 (Société Aprochim et autres) LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A ÉTÉ SAISI le 23 août 2016 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt n 4141 du 10 août 2016),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/09/2017 Conseil d État N 411637 ECLI:FR:CECHS:2017:411637.20170915 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème chambre M. François Monteagle, rapporteur Mme Emmanuelle Cortot-Boucher, rapporteur

Plus en détail

DÉCISION N 19 du 14 février 1995

DÉCISION N 19 du 14 février 1995 DÉCISION N 19 du 14 février 1995 relative à la constitutionnalité de la Loi pour l interprétation de l article 21, l alinéa (1) et l alinéa (2) de la Loi n 53/1991 concernant les indemnités et les autres

Plus en détail

Commentaire. Décision n LOM du 23 octobre Accès aux documents administratifs en Polynésie française

Commentaire. Décision n LOM du 23 octobre Accès aux documents administratifs en Polynésie française Commentaire Décision n 2014-5 LOM du 23 octobre 2014 Accès aux documents administratifs en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 juillet 2014, par le président de la Polynésie

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES bd TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1507321 COMMUNE DE CLEFS-VAL D ANJOU M. Dussuet Président-rapporteur Mme Rosemberg Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

I. Les commissions, lieux de préparation du débat législatif en séance publique. La Constitution fixe le nombre des commissions permanentes à huit:

I. Les commissions, lieux de préparation du débat législatif en séance publique. La Constitution fixe le nombre des commissions permanentes à huit: Les commissions permanentes Les commissions permanentes préparent les textes débattus en séance publique. Informent l Assemblée et contrôlent le Gouvernement. I. Les commissions, lieux de préparation du

Plus en détail

Le Conseil d'etat Le Conseil d Etat exerce aujourd hui deux missions principales, auxquelles correspondent autant de métiers différents.

Le Conseil d'etat Le Conseil d Etat exerce aujourd hui deux missions principales, auxquelles correspondent autant de métiers différents. Le Secrétaire général Direction des ressources humaines Bureau de la gestion des membres Aff. suivie par A. Casanova Tél. : 01 40 20 80 43 anais.casanova@conseil-etat.fr Réf. : S.G. n 2011- APPEL A CANDIDATURE

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION DÉCISION

PREMIÈRE SECTION DÉCISION PREMIÈRE SECTION DÉCISION Requête n o 40427/06 Aleksey Gennadyevich TALALAYEV contre la Russie et 2 autres requêtes (voir liste en annexe) La Cour européenne des droits de l homme (première section), siégeant

Plus en détail

Message accompagnant le projet de modification de la loi sur le droit de cité valaisan du 18 novembre 1994

Message accompagnant le projet de modification de la loi sur le droit de cité valaisan du 18 novembre 1994 Message accompagnant le projet de modification de la loi sur le droit de cité valaisan du 18 novembre 1994 Le Conseil d Etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Le Conseil d'etat et la question prioritaire de constitutionnalité (dissert.)

Le Conseil d'etat et la question prioritaire de constitutionnalité (dissert.) Le Conseil d'etat et la question prioritaire de constitutionnalité (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L instauration d un contrôle de constitutionnalité a posteriori...

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n QPC du 25 mars Mme Selamet B.

Commentaire aux Cahiers. Décision n QPC du 25 mars Mme Selamet B. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-111 QPC du 25 mars 2011 Mme Selamet B. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 5 janvier 2011 par la Cour de cassation (chambre civile, arrêt n 192), dans les

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2010-39 QPC du 6 octobre 2010 (Mmes Isabelle D. et Isabelle B.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par la Cour de cassation (arrêt n 12143 du 8 juillet 2010), dans les

Plus en détail

1 ) d annuler le II de l article 7 du décret n du 23 décembre 2006 modifiant la partie réglementaire du code de justice administrative ;

1 ) d annuler le II de l article 7 du décret n du 23 décembre 2006 modifiant la partie réglementaire du code de justice administrative ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux rt Nos 302040,302137 UNION SYNDICALE DES MAGISTRATS ADMINISTRATIFS (USMA) LIGUE DES DROITS DE L HOMME et autres Mme Béatrice Bourgeois-Machureau Rapporteur REPUBLIQUE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. H. X AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. H. X AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N 1600010 M. H. X M. Tallec Président Audience du 2 février 2016 Ordonnance du 2 février 2016 54-035-02 C Vu la procédure suivante : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Commentaire Décision n QPC du 15 novembre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n QPC du 15 novembre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-352 QPC du 15 novembre 2013 Société Mara Télécom et autre (Saisine d office du tribunal pour l ouverture de la procédure de redressement ou de liquidation judiciaire en Polynésie

Plus en détail

Section : PERSONNES HANDICAPÉES

Section : PERSONNES HANDICAPÉES COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N de répertoire : Section : PERSONNES HANDICAPÉES N d enregistrement au TCI : Mots clés

Plus en détail

est situé 3, rue du Château d Eau à Paris (75010), et le Syndicat SUD commerces et services Île-de-France, dont le siège social est situé 13, rue d

est situé 3, rue du Château d Eau à Paris (75010), et le Syndicat SUD commerces et services Île-de-France, dont le siège social est situé 13, rue d CONSEIL D ETAT Ordonnance du 10 avril 2014, Fédération CGT des personnels du commerce, de la distribution et des services et autre - Fédération des employés et cadres-cgt Force ouvrière et autres Nos 376266,376412

Plus en détail

D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol

D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol Organisation internationale du Travail Tribunal administratif International Labour Organization Administrative Tribunal D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol 120 e session Jugement n o 3494 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF,

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 décembre e chambre Audience publique du 22 juin 2011

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 décembre e chambre Audience publique du 22 juin 2011 Tribunal administratif N 27570 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 décembre 2010 3 e chambre Audience publique du 22 juin 2011 Recours formé par Monsieur..., contre deux «décisions» du directeur

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2014-439 QPC du 23 janvier 2015 (M. Ahmed S.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 31 octobre 2014 par le Conseil d État (décision n 383664 du 31 octobre 2014), dans les conditions prévues

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD

Décision du Défenseur des droits MLD Paris, le 4 janvier 2016 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-319 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016

ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET R.D. C. FRANCE (req. n 34648/14), le 16 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-163615 ARTICLE 3 Interdiction de la torture

Plus en détail

Loi sur l identité québécoise

Loi sur l identité québécoise PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 195 Loi sur l identité québécoise Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Députée de Charlevoix Éditeur officiel du Québec 2007 1

Plus en détail

1 ) d annuler le compte rendu d entretien professionnel du 13 octobre 2009 ;

1 ) d annuler le compte rendu d entretien professionnel du 13 octobre 2009 ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1105347 Mme Dominique M... Mme Lorin Rapporteur M. Charier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise

Plus en détail

Décision n QPC 14 octobre Union syndicale des magistrats administratifs (USMA)

Décision n QPC 14 octobre Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-54 QPC 14 octobre 2010 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 juillet 2010

Plus en détail

Loi organique relative au Conseil économique, social et environnemental

Loi organique relative au Conseil économique, social et environnemental Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 29 Commentaire de la décision n 2010-608 DC 24 juin 2010 Loi organique relative au Conseil économique, social et environnemental Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/02/2017 CAA de VERSAILLES N 14VE03100 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre M. DEMOUVEAUX, président M. Eric TOUTAIN, rapporteur M. DELAGE, rapporteur public CABINET PEYRICAL & SABATTIER ASSOCIES,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2015-1145 du 15 septembre 2015 modifiant le code de justice administrative (partie réglementaire) NOR : JUSC1507809D Publics

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE ORANGE FRANCE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Dibie Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE ORANGE FRANCE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Dibie Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1004753 SOCIETE ORANGE FRANCE Mme Dibie Rapporteur M. Lamy Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

ANCIENNE TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG.

ANCIENNE TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE. (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG. ANCIENNE TROISIÈME SECTION AFFAIRE GROSSI ET AUTRES c. ITALIE (Requête n o 18791/03) ARRÊT (révision) STRASBOURG 30 octobre 2012 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/04/2016 CAA de NANTES N 14NT02452 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. le Pdt. BACHELIER, président Mme Christine PILTANT, rapporteur M. DURUP de BALEINE, rapporteur public FRANCOIS & SCHOTT

Plus en détail