Le marché de l assurance de protection juridique en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché de l assurance de protection juridique en Europe"

Transcription

1 ANNUAL REPORT Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Janvier 2012 Association Internationale de l Assurance de Protection Juridique 2

2

3 Tables des matières 1. Méthodologie et sources des données Méthodologie Sources des donnés Définitions Encaissement de primes Part de l assurance en protection juridique dans les encaissements de primes non-vie Taux de pénétration Prime par tête Eléments du compte technique Sinistres payés et modification des provisions Frais d exploitation Ratio combiné Lien entre le développement du système judiciaire et l assurance de protection juridique Fourniture de services et aspects juridiques de l assurance de protection juridique...19 ANNEXES Données utilisées dans cette publication Données utilisées aux sections 2 à Données relatives à l assurance de protection juridique utilisées à la section D autres données...26 Table des illustrations Figure 1 Encaissement de primes dans le domaine de l assurance de protection juridique en Europe...4 Figure 2 Taux de croissance des encaissements de primes en Europe en 2008 et Figure 3 Ventilation des encaissements de primes de l assurance de protection juridique par pays en Figure 4 Part de l assurance de protection juridique dans le total des encaissements de primes non-vie... 6 Figure 5 Taux de croissance des primes pour les assurances non-vie et de protection juridique... 7 Figure 6 Part de l assurance de protection juridique dans le marché de l assurance non-vie en 2008 et 2009, par pays... 7 Figure 7 Taux de pénétration de l assurance de protection juridique en Europe ( )... 8 Figure 8 Taux de pénétration par pays en 2008 et Figure 9 Prime par tête en Europe ( )...9 Figure 10 Prime par tête dans les pays européens (2008 et 2009)....9 Figure 11 Sinistres payés par les assureurs de protection juridique en Europe...10 Figure 12 Taux de croissance des règlements des sinistres de protection juridique...11 dans certains pays européens (2008 and 2009) Figure 13 Evolution du ratio sinistres/primes en Europe ( )...11 Figure 14 Ratio sinistres/primes dans certains pays européens (2008 et 2009)...12 Figure 15 Frais d exploitation en Europe ( )...13 Figure 16 Rapport des frais généraux aux primes dans certains pays européens en 2008 et Figure 17 Ratio combiné européen ( ) basé sur un échantillon de six pays...14 Figure 18 Ratio combiné pour sept pays européens...15 Figure 19 Nombre d affaires portées devant les tribunaux dans certains pays européens...17 Figure 20 Evolution du nombre d avocats inscrits auprès des barreaux européens...18 Figure 21 Services fournis par les assureurs de protection juridique et restrictions juridiques...19 dans les pays européens 1

4 1. Méthodologie et sources des données Méthodologie L unité monétaire utilisée pour les données financières est l euro. Pour les pays ne faisant pas partie de la zone euro, tous les montants ont été convertis en euros sur la base du taux de change annuel moyen publié par Eurostat. Les taux de change appliqués sont repris dans l annexe. Lors du calcul des taux de variation en glissement annuel, les pays pour lesquels des données complètes n étaient pas disponibles ont été exclus en l absence d estimations. Ces dernières années, un certain nombre de devises se sont fortement dépréciées par rapport à l euro, notamment la livre sterling. Afin de compenser les effets des taux de change et de mieux refléter la réalité économique, les taux de croissance ont été calculés sur la base de taux de change constants pour plusieurs indicateurs. Toutes les données sont exprimées en millions d euros, sauf si indiqué autrement. Les données se réfèrent à l année comptable et non à l année de sinistres. 1.2 Sources des données Sections 2 à 5 Les données relatives aux encaissements de primes présentées aux sections 2 à 5 sont extraites du site web du CEA (Statistical Series - Total business et Non-Life - php/facts-figures/statistical-series). Toutes les données du CEA sont fournies par les membres du Comité européen des assurances. Veuillez noter que les données du CEA concernant les encaissements de primes polonais en matière de protection juridique ont été remplacées par les données de l Autorité de supervision financière polonaise (www.knf.gov.pl) étant donné que les données du CEA sont apparues comme n étant pas fiables. Les données reprises dans les annexes ont été dûment corrigées. Les pays étudiés dans le présent rapport sont : l Allemagne, l Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l Espagne, l Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Slovaquie, la Suède, la Suisse et la Turquie. Les données se rapportent aux années 2000 à 2009 et sont réputées être définitives. Il convient toutefois de remarquer que des changements mineurs sont toujours possibles. Le CEA n a pas fourni de données plus récentes au moment de la publication de ce rapport. Certaines données ont été révisées depuis l an dernier. En particulier, celles de 2008 ont été revues à la baisse dans certains pays étant donné que nous avions utilisé des données provisoires dans le rapport de l an dernier. Les informations concernant le PIB et les taux de change ont été fournies par EUROSTAT. Section 6 Les sources des données utilisées à la section 6 varient en fonction des pays. Malgré nos efforts visant à assurer une cohérence maximale, il est impossible de garantir que toutes les données seront absolument comparables. La méthodologie utilisée pour calculer les divers indicateurs et, plus particulièrement, les frais de règlement ainsi que les frais administratifs et les frais d acquisition, peuvent varier selon les pays. Nous avons tenté autant que possible d harmoniser les données et d indiquer les spécificités nationales dans les notes de bas de page, ainsi que leur impact potentiel sur l indicateur présenté. Certains écarts peuvent néanmoins subsister ou peuvent ne pas avoir été identifiés en raison du manque d informations concernant les méthodologies utilisées par les institutions lors de la collecte des données. Vu que deux sources de données différentes ont été utilisées aux sections 2 à 5 et à la section 6, deux séries de données relatives aux encaissements de primes ont été utilisées, afin de préserver la cohérence des données. Ces deux séries de données (qui divergent légèrement) sont présentées en annexe. Bien que les informations reprises dans la présente publication soient toutes issues de sources fiables, RIAD ne peut être tenu pour responsable de la précision ou de l exhaustivité des données fournies. Les informations reprises dans ces pages sont données à titre purement informatif et RIAD ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable des pertes ou dommages découlant de leur utilisation. Pays-Bas (NL) Source : Verbond van Verzekeraars Verzekered van cijfers 2009 / L industrie de l assurance néerlandaise en chiffres VvC2009.pdf A des fins de simplification, toutes les données relatives aux

5 assurances familiales, automobiles et des entreprises ont été agrégées. Allemagne (DE) Source : Gesamtverband der Deutschen Versicherungswirthschaft e.v. Annuaire statistique 2009 de l assurance en Allemagne Les frais administratifs et d acquisition ont été estimés à partir du ratio combiné et du ratio sinistres/primes. Suisse (CH) Source : Autorité suisse de surveillance du marché financier (FINMA) Rapport Portal Les données ne concernent que les assurances directes en Suisse uniquement. Autriche (AT) Source : Versicherungsverband Österreich - Jahresbericht Portugal (PT) Source : Instituto de Seguros de Portugal - Estatísticas de Seguros historico/estatisticas%20es% pdf Luxembourg (LU) Source : Commissariat aux Assurances Rapport annuel annuel_2008.pdf Les chiffres n incluent pas les opérations étrangères. France (FR) Source : Fédération Française des Sociétés d Assurance (FFSA) Seules les données relatives à 2008 sont disponibles en France. Dès lors, ce pays n est pas inclus dans les graphiques et analyses portant sur plusieurs années. Estonie (EE) Source : Autorité estonienne de supervision financière Italie (IT) Source : Associazione Nazionale fra le Imprese Assicuratrici documentazione/appendice%20statistica2009.xls Pologne (PL) Source : Autorité de supervision financière polonaise tcm xls Le ratio combiné, le ratio sinistres/primes et le rapport des frais généraux aux primes ont été calculés sur la base des primes acquises brutes. Royaume-Uni (UK) Source : Association of British Insurers Les données ne concernent que les membres de l ABI et n incluent donc pas la Lloyds. Les données de l ABI couvrent approximativement 80% du marché britannique. Les données se réfèrent au marché total de l assurance de protection juridique (soit, assurance avant accident et après accident). Belgique (BE) Source : Assuralia et Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA) Lien CBFA: Les données se réfèrent à la fois aux couvertures automobiles et autres couvertures de protection juridique et les coûts internes de la gestion des sinistres sont inclus dans les frais de règlement. 1.3 Définitions Primes : primes brutes émises. Frais de règlement ou sinistres payés : inclut à la fois les sinistres payés et les modifications des provisions techniques en cours d année. Ratio sinistres/primes : frais de règlement / primes brutes émises. Rapport des frais généraux aux primes : frais administratifs et d acquisition / primes brutes émises. Ratio combiné : ratio sinistres/primes + rapport des frais généraux aux primes. Taux de pénétration : encaissement de primes / PIB (PIB à prix courant en millions d euros comme établi par Eurostat). Année de sinistre : Le regroupement des demandes d indemnisation par année de sinistre signifie que toutes les demandes d indemnisation relatives à des événements survenus au cours d une période de 12 mois sont regroupées, quelle que soit la date à laquelle les déclarations ou paiements ont été effectués et quelle que soit l année au cours de laquelle la période de couverture a débuté. 3

6 2. Encaissement de primes 1 En 2009, le marché de l assurance de protection juridique représentait 7.047m comparé à 6.838m en 2008, soit une croissance (à taux de change constant) de 4,1% qui, bien qu elle soit inférieure aux 5,3% de croissance moyenne des encaissements de primes totaux enregistrés entre 2000 et 2009, est supérieure aux 2,8% de Les taux de croissance positifs, même s ils sont inférieurs à la moyenne, enregistrés en 2009 et 2008 s expliquent en partie par la crise économique grave ayant touché les entreprises européennes, qui a entraîné une diminution de la demande en couvertures d assurance non-vie de tous types. Cette constatation est particulièrement vraie pour l assurance de protection juridique, surtout celle couvrant les entreprises, qui a tendance à refléter l évolution de l activité économique générale. La croissance inférieure à la moyenne observée en 2009 est toutefois moins marquée que le ralentissement de 2008, alors que la crise a durement frappé l économie européenne en 2009 et a entraîné une diminution du PIB réel de 4,3%. L activité d assurance en protection juridique s est donc relativement bien comportée au vu de la crise économique de Figure 1Encaissement de primes dans le domaine de l assurance de protection juridique en Europe m % % 8% % 6.7% 7% % 6.0% 5.6% 5.1% 2.8% 4.1% 6% 5% 4% 3% 2% % % Premium income (left scale) Growth rate at constant exchage rate (right scale) (Source CEA) La croissance plus élevée des primes de protection juridique au niveau européen observée en 2009 suit une évolution similaire dans la plupart des pays européens. En 2009, 16 pays ont enregistré des taux de croissance supérieurs à ceux de 2008, 4 pays ont pour leur part connu des taux de croissance inférieurs et 3 ont subi une contraction de leur marché. Il convient également de remarquer que les trois marchés ayant subi une réduction des primes de protection juridique comptent parmi ceux qui traversent le plus de difficultés dans le cadre de la crise actuelle : la Grèce, l Espagne et le Portugal. Les taux de croissance les plus élevés ont été enregistrés sur plusieurs marchés de l Est : l Estonie, la Slovénie, la Bulgarie et la Pologne ont connu des taux de croissance supérieurs à 30%. La Hongrie et la Slovaquie ont aussi enregistré des taux de croissance relativement élevés dépassant les 10%. Ces taux de croissance à deux chiffres s expliquent par le fait que le marché de l assurance de protection juridique dans les pays de l Est est moins développé et est encore en phase de rattrapage du fait de la croissance économique de ces pays. En 2009, le marché leader d Europe, l Allemagne, a enregistré un taux de croissance d à peine 0,1%, ce qui est nettement inférieur aux 1,5% de Cette faible croissance semble être caractéristique d un marché très mur ayant une inflation très faible 2. Ce taux de croissance inférieur à la moyenne est compensé par les taux de croissance supérieurs à la moyenne enregistrés sur d autres marchés occidentaux : le Danemark (25,6%), le Luxembourg (25%), la France (13%), les Pays-Bas (8,3%), la Finlande (7,3%), la Suisse (6,9%), la Belgique (6,1%) et l Autriche (5,6%). Tous ces pays ont toutefois enregistré en 2008 des taux de croissance inférieurs à ceux de 2009, à la seule exception de la Finlande. Au Royaume-Uni, depuis 2006, le marché bénéficie du développement de la couverture après sinistre encouragé 1 Certains chiffres présentés dans cette section peuvent différer de ceux publiés dans le rapport précédent en raison de la révision des données provisoires. Toutes les modifications ont pour but d améliorer la précision et la comparabilité des données. 2 En 2009, l inflation allemande n était que de 0,2% comparé à 1% dans l UE des 27 et 0,3% dans la zone euro. 4

7 par les évolutions juridiques. Cette couverture a de plus en plus les faveurs des clients qui n ont pas de solutions avant sinistre. La croissance a été en partie compensée en 2008 par l influence majeure des sites web de comparaison de prix auprès des clients sensibles aux prix qui ont choisi de renoncer 40% à l assurance de protection juridique en complément d une autre couverture (ex. : assurance automobile ou assurance en responsabilité civile). En 2009, le marché britannique de l assurance de protection juridique a toutefois enregistré un taux de croissance de 7,4% (comparé à 2,1% en 2008). Figure 2 Taux de croissance des encaissements de primes en Europe en 2008 et % 20% % 0% -10% -20% -30% EE BG SI PL DK LU SK HU FR TR NL UK FI CH BE AT Average CZ IT DE HR ES GR PT (Source CEA) Remarque : Pour le Danemark, les données sont partielles Figure 3 Ventilation des encaissements de primes de l assurance de protection juridique par pays en 2009 Other 1% FI 1% PL 0% GR 1% ES 2% CH 4% IT 4% DE 45% BE 5% AT 6% UK 9% La ventilation des encaissements totaux de primes pour 2009 ( 7.047m) par pays met en évidence la prédominance du marché allemand qui représente 45% du total européen. Cette part de marché élevée est due non seulement à la taille du marché mais aussi au taux de pénétration important de l assurance de protection juridique en Allemagne. Les deux marchés les plus significatifs après l Allemagne sont la France et les Pays-Bas, qui s approprient respectivement 12% et 10% FR 12% NL 10% (Source CEA) du marché européen de l assurance de protection juridique. Les quatrième et cinquième plus grands marchés sont le Royaume-Uni 3 et l Autriche avec, respectivement, 9% et 6% de parts de marché. Depuis 2008, le marché néerlandais a dépassé celui du Royaume-Uni, qui était autrefois le troisième principal marché. Tous les autres marchés représentent 5% ou moins du marché européen. 3 La part de marché du Royaume-Uni est légèrement sous-estimée étant donné que les données n incluent pas la compagnie Lloyds, qui représente approximativement 20% du marché de l assurance de protection juridique britannique. 5

8 3. Part de l assurance en protection juridique dans les encaissements de primes non-vie L assurance de protection juridique ne représente qu une petite fraction du marché total de l assurance non-vie, s élevant à moins de 2% du total des encaissements de primes pour les assurances non-vie. La part de l assurance de protection juridique dans le marché des assurances non-vie a connu une variation allant de 1,5% à 1,8% au cours de la période Vu la croissance stable des primes d assurance de protection juridique durant cette période, la variation du ratio reflète les différences relatives de taux de croissance dans le secteur non-vie total. La diminution du ratio observée en 2002 et, une nouvelle fois, en 2006 est la conséquence d une croissance très forte (environ 9%) dans le secteur de l assurance non-vie, alors que l augmentation du ratio fait suite à une croissance inférieure à la croissance habituelle dans le secteur non-vie. Au cours de la période , la part de l assurance de protection juridique dans le total des encaissements de primes non-vie s est accrue de 1,7% en 2007 à 1,78% en Ce niveau est le plus élevé enregistré durant la dernière décennie et reflète une diminution de 2% 4 dans les primes non-vie en 2009, largement entraînée par les marchés des assurances automobiles et de santé. Figure 4 Part de l assurance de protection juridique dans le total des encaissements de primes non-vie 1.85% 1.80% 1.75% 1.70% 1.65% 1.60% 1.55% 1.50% 1.45% (Source CEA) La comparaison de la croissance des primes d assurance nonvie et de protection juridique pendant la dernière décennie fait clairement apparaître qu en moyenne, le secteur de la protection juridique a connu un développement plus rapide que le non-vie. La croissance du secteur non-vie n a été plus forte qu en 2002 et en Soit une augmentation de 0,5% à taux de change constant. 6

9 Figure 5 Taux de croissance des primes pour les assurances non-vie et de protection juridique 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% 6.5% 5.0% 9.3% 4.1% Non-Life 7.9% 7.8% 6.0% 4.2% Legal Protection 5.6% 3.5% 8.9% 5.1% 6.7% 2.1% 3.0% 2.8% 0.5% 4.1% (Source CEA) Au niveau national, les données révèlent une importante hétérogénéité concernant la part de l assurance de protection juridique dans le total du secteur non-vie. Les ratios varient amplement, de moins de 0,1% des primes en Hongrie, Estonie et Croatie, à plus de 3% en Belgique, Allemagne et Autriche. En moyenne, les taux sont inférieurs sur les marchés de l Est et plus élevés sur les marchés occidentaux. Ces derniers étant généralement plus mûrs, l assurance de protection juridique y est mieux implantée. Sur cette base, vu la croissance économique rapide enregistrée dans les pays de l Est ces dix dernières années, nous pouvons escompter un développement futur du secteur de l assurance de protection juridique dans les pays de l Est. Les variations sur les marchés occidentaux, qui présentent grosso modo le même degré de maturité, semblent davantage de nature culturelle et peuvent dépendre de facteurs divers tels que les habitudes de consommation, la part des entreprises souscrivant une assurance de protection juridique, le taux des honoraires des avocats, la mesure dans laquelle le pays promeut l accès à la justice, l aversion au risque, la manière dont les frais de procédure sont partagés entre les parties, etc. Les pratiques de marché peuvent néanmoins aussi expliquer certaines différences. Ainsi, les polices d assurance de protection juridique vendues en option d autres couvertures d assurance (ex. : assurances automobiles ou assurances habitation) peuvent être plus répandues que lorsqu elles sont vendues séparément. Figure 6 Part de l assurance de protection juridique dans le marché de l assurance non-vie en 2008 et 2009, par pays 5.0% 4.5% 4.0% 3.5% % 2.5% 2.0% 1.5% 1.0% 0.5% 0.0% AT DE BE LU GR Average FI CH NL FR UK IT PL ES TR CZ SK SI BG PT EE DK HR HU (Source CEA) - Note : Le Danemark est sous-représenté car les données relatives à ce pays ne sont que partielles 7

10 4. Taux de pénétration Le ratio des encaissements de primes d assurance de protection juridique par rapport au PIB, également connu sous le nom de taux de pénétration, ne représente pas la contribution du secteur de l assurance de protection juridique au PIB, mais est un indicateur de l importance relative de l assurance de protection juridique sur les divers marchés européens. Il permet des comparaisons entre les marchés et dans le temps. En moyenne, en 2009, les primes de protection juridique représentaient 0,059% du PIB, soit le niveau le plus élevé de la dernière décennie. Ce taux ne reflète nullement un accroissement important des primes des assurances de protection juridique mais est plutôt un indicateur de la récession économique observée en Europe. Le PIB de l UE des 27 (aux prix du marché) s est contracté de 5,7% en Toutefois, sur la période , ce ratio a connu une progression stable, révélant une croissance plus rapide des encaissements de primes que du PIB et démontrant que l assurance de protection juridique a connu une évolution saine en période de croissance économique régulière. Figure 7 Taux de pénétration de l assurance de protection juridique en Europe ( ) 0.061% 0.059% 0.057% 0.055% 0.053% 0.051% 0.049% 0.047% 0.045% Les données par pays font apparaître des niveaux très différents d évolution de l assurance de protection juridique en Europe. Les niveaux les plus élevés sont enregistrés dans les économies plus avancées et, plus particulièrement, en (Source CEA) Autriche, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Suisse. Les niveaux plus faibles se marquent dans les pays de l Est (Estonie, Hongrie, Croatie, Bulgarie, Turquie, Slovaquie, République tchèque et Pologne). Figure 8 Taux de pénétration par pays en 2008 et % 0.14% 0.12% % 0.08% 0.06% 0.04% 0.02% % AT DE NL BE CH Average FR UK LU FI GR IT ES SI CZ PL BG PT SK TR DK HR EE HU (Source CEA)

11 5. Prime par tête La prime par tête fait référence au ratio entre le total des encaissements de primes d un pays et le nombre d habitants de ce pays. Il est important de noter que ce ratio ne représente pas la prime moyenne payée par les consommateurs étant donné que tous ne jouissent pas d une couverture de protection juridique et une grande partie de l assurance de protection juridique couvre des entreprises. Toutefois, le ratio constitue un autre indicateur du développement relatif de l assurance de protection juridique. En moyenne, la prime par tête s élevait à 13 en 2009, comparé à 12,7 en 2008 et 10,1 en La croissance moyenne est donc de 2,8% sur la période et de 2,5% en L évolution de la prime par tête suit de près l évolution des encaissements de primes totaux de l assurance de protection juridique. Figure 9 Prime par tête en Europe ( ) 14 Premium per capita ( ) Growth rate 10% % 6.5% 4.5% 5.3% 5.4% 6.8% 1.2% 2.5% 8% 6% 4% 2% 0% 6-2% -4% 4-6% % (Source CEA) L analyse par pays révèle que la prime par tête va de plus de 10 dans la plupart des pays occidentaux à moins de 1 dans la majeure partie des pays de l Est. A nouveau, la progression économique permanente dans les pays de l Est devrait réduire cette hétérogénéité et harmoniser les niveaux, étant donné que la convergence entre l Est et l Ouest augmente. -8% -10% -12% Le niveau élevé observé en Autriche, aux Pays-Bas et en Allemagne peut s expliquer par une importante proportion de produits isolés et par le taux de pénétration élevé de l assurance de protection juridique dans les entreprises. Figure 6010 Prime par tête dans les pays européens (2008 et 2009) AT NL DE CH BE LU Average FR UK FI IT GR ES SI CZ PT (Source CEA) PL DK SK BG TR HR EE HU 9

12 6. Eléments du compte technique 6.1 Sinistres payés et modification des provisions Le total des sinistres payés par les assureurs de protection juridique, calculé sur la base d un échantillon de 10 pays européens 5 représentant approximativement 76% du marché de protection juridique global en Europe, s est élevé à 3.497m en 2009, comparé à 3.262m en 2008 et 3.260m en 2007, soit une augmentation de 9,6% en 2009 et 1,4% en 2008 (à taux de change constant). Ce fort accroissement met fin à une période de trois ans caractérisée par une faible croissance du montant total en sinistres payés par les assureurs de protection juridique. Cette amplification exceptionnelle survenue en 2009 trouve son origine dans la crise économique et dans l augmentation relative du nombre de procédures judiciaires entamées par les sociétés à la suite du nombre croissant de faillites et de défauts de paiement. Figure 11 Sinistres payés par les assureurs de protection juridique en Europe % % 10% % % % % 0.6% 0.6% 1.4% 0% Claims paid (left scale) Growth rate at const. exchange rate (right scale) Note : Données basées sur un échantillon de pays représentant 76% du marché européen Source: Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) La forte augmentation du nombre total de sinistres payés par les assureurs de protection juridique en 2009 apparaît dans la plupart des pays de l échantillon. L accroissement le plus significatif se manifeste en Europe occidentale et, plus particulièrement, dans les pays dans lesquels l assurance de protection juridique est relativement bien développée. La hausse est la plus élevée en Grèce et en Belgique, où les pertes totales payées ont dépassé les 30%. L Autriche, la Suisse, l Italie et les Pays-Bas ont enregistré des croissances comprises entre 10 et 20%, tandis que l Allemagne, qui est le marché leader en Europe, a connu une hausse de 5,9% inférieure à la moyenne européenne mais supérieure aux 2,4% enregistrés en 2008 et au taux quasiment nul de 2006 et Certains pays, comme le Portugal, l Estonie et le Luxembourg, ont enregistré une diminution des pertes totales payées par les assureurs de protection juridique, mais ces baisses ne suffisent pas à compenser les forts accroissements observés sur d autres marchés, plus mûrs. Alors qu en 2008, l augmentation des sinistres payés en matière de protection juridique reflétait les situations nationales très diverses, la tendance à l accroissement généralisé a été plus homogène en Autriche, Belgique, Suisse, Allemagne, Grèce, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne et Portugal. 10

13 Figure 12 Taux de croissance des règlements des sinistres de protection juridique dans certains pays européens 6 (2008 et 2009) 40% 30% % 10% 0% -10% -20% -30% -40% GR Le ratio sinistres/primes 7, qui met en relation les sinistres payés et les primes perçues, s élevait à 65% en 2009, contre 61% en Ce saut de 4% du ratio sinistres/primes reflète une augmentation plus importante des sinistres payés (9,6%) que des primes perçues (4,1%). Ce net accroissement du BE AT CH IT NL Average Source: Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) DE PL PT EE LU ratio sinistres/primes compense la diminution constante enregistrée au cours des trois précédentes années, durant lesquelles les primes progressaient plus vite que les sinistres. A la suite de la hausse de 2009, le ratio sinistres/primes a retrouvé son niveau de Figure 13 Evolution du ratio sinistres/primes en Europe ( ) UK 70% 65% 60% 55% 50% 45% Note: Ratio européen sinistres/primes calculé pour un échantillon de 10 pays européens représentant 76% du marché européen de l assurance de protection juridique 8 Source : Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) 6 Vu que les données relatives à l Estonie et au Royaume-Uni n étaient que partiellement disponibles, ces pays sont inclus dans la figure 12 mais pas dans la figure Le ratio sinistres/primes présenté dans cette édition diverge de manière significative de celui présenté l an dernier, en raison d une modification de l échantillon. Vu l absence de données pour 2009, le Royaume-Uni n est pas inclus dans l échantillon. 8 Mêmes pays que dans la figure 11 : Autriche, Belgique, Suisse, Allemagne, Grèce, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne et Portugal. 11

14 Le ratio sinistres/primes par pays présente un degré élevé d hétérogénéité en Europe. Les niveaux les plus importants sont enregistrés en Estonie, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Autriche et Belgique, qui sont tous des marchés mûrs sur le plan de l assurance de protection juridique, à l exception de l Estonie. Le ratio sinistres/primes le plus élevé a été enregistré en Estonie, où il a atteint 82% en 2009, comparé à plus de 400% en La très forte variation du ratio sinistres/primes reflète probablement l évolution récente de l assurance de protection juridique en Estonie et l impact majeur que les sinistres de taille peut avoir sur les petits marchés, où les niveaux de couverture ne sont pas encore suffisants pour diluer adéquatement le risque. Le ratio sinistres/primes en Estonie peut également être le reflet d un environnement hautement concurrentiel et d un contexte de ralentissement économique général 9. Les niveaux les plus bas sont observés dans les pays de l Europe du Sud et de l Est (Italie, Portugal, Grèce, Pologne) où le marché de la protection juridique est moins développé. Au Royaume- Uni, le ratio sinistres/primes est sous-estimé étant donné que les pertes n incluent pas les provisions pour sinistres survenus mais non déclarés (IBNR). En Pologne, le faible ratio sinistres/ primes s explique par le niveau élevé des frais administratifs et d acquisition, qui sont typiques des marchés enregistrant une forte croissance du nombre de nouvelles entreprises. Figure 14 Ratio sinistres/primes dans certains pays européens sélectionnés (2008 et 2009) 100% 90% 80% % 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0 EE DE Average CH NL AT BE IT LU PT GR PL FR UK Source: Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) 9 Le PIB estonien a chuté de 3,7% et 14% en 2008 et 2009, respectivement. 12

15 6.2 Frais d exploitation Les frais d exploitation, qui couvrent à la fois les frais administratifs et les frais d acquisition (à savoir les commissions versées aux intermédiaires ou les coûts de distribution), ne sont disponibles que pour 6 pays 10, représentant 55% du total des encaissements de primes. En 2009, les frais d exploitation se montaient à 1.074m contre 1,079m l année précédente. Cette évolution représente un léger tassement de 0,5% et fait suite à la diminution de 5% enregistrée en 2008 (à taux de change constant). Ces variations s expliquent essentiellement par les changements intervenus sur le marché allemand, qui représente plus de 80% de l échantillon. En moyenne, durant la période , les frais d exploitation sont restés relativement stables, prouvant ainsi la capacité des assureurs en protection juridique à maîtriser ces coûts. Sur la base d un taux d inflation moyen d approximativement 2%, cela signifie que les frais d exploitation ont été effectivement comprimés d environ 8% en termes réels entre 2005 et Figure 15 Frais d exploitation en Europe ( ) m % % 6% % % -0.5% 2% 0% -2% 0-5.0% Operating expensdes (left scale) Growth rate (right scale) -4% Note: Données calculées pour un échantillon de pays représentant 55% du marché européen de l assurance de protection juridique Source : Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) Le rapport des frais généraux aux primes, mettant en relation les frais d exploitation et les encaissements de primes, varie dans une fourchette allant de 20% à plus de 100% dans les 8 pays pour lesquels les données sont disponibles. La grande disparité entre les pays 11 trouve son origine dans plusieurs facteurs: - Les canaux de distribution choisis par les consommateurs qui achètent des assurances de protection juridique varient significativement entre les pays selon le niveau de service requis par le consommateur. Par exemple, les coûts de distribution d un contrat acheté par internet sont moindres que ceux d un contrat vendu par le biais d un canal plus traditionnel, comme un courtier. Toutefois, il convient également de remarquer que la prime peut être légèrement inférieure pour un contrat vendu par internet que pour un contrat vendu par l intermédiaire d un canal plus onéreux. - Les frais de gestion varient fortement en fonction des compagnies, selon la manière dont les sinistres et les contrats sont gérés. Certaines compagnies gèrent leurs contrats en interne tandis que d autres ont recours à une gestion externe, ce qui implique des niveaux de coûts différents. - Vu que l assurance de protection juridique couvre aussi bien les particuliers que les entreprises, l importance relative des deux types de demandes peut influencer la structure de coûts des assureurs en protection juridique et expliquer en partie les différences au niveau des frais d exploitation. - Enfin, dans le cas spécifique des pays de l Est (Pologne et Estonie dans notre échantillon), le rapport très élevé des frais généraux aux primes est principalement dû aux frais d acquisition importants typiques des nouveaux marchés développés, dans lesquels les assureurs doivent offrir des niveaux de rémunération élevés aux courtiers et autres canaux de distribution pour les encourager à promouvoir un produit relativement inconnu et à développer rapidement un portefeuille suffisamment large pour diluer le risque de manière optimale. 10 Belgique, Allemagne, Italie, Luxembourg, Pologne et Portugal. 11 Il convient également de mentionner que la méthodologie d imputation des frais d exploitation et des sinistres payés peut différer légèrement en fonction des pays. Ces différences peuvent influencer la comparabilité des données, à l exception du ratio combiné. 13

16 PL BE LU DE GR PT FR UK Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Figure 16 Rapport des frais généraux aux primes dans certains pays européens sélectionnés en 2008 et % 90% 80% % 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0 EE IT Source: Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) 6.3 Ratio combiné Le ratio combiné englobe à la fois le rapport des frais généraux aux primes et le ratio sinistres/primes et reflète la rentabilité technique de l assurance de protection juridique. Les données, disponibles pour un échantillon de 6 pays 12 représentant 55% du marché européen, font apparaître un ratio combiné moyen de 97% en 2009, contre 93% en 2008 et 96% en Alors que l environnement économique relativement positif que nous avons connu entre 2005 et 2008 a contribué à la réduction constante du ratio combiné, il a fait un bond en 2009 pour atteindre 97% en raison de la forte augmentation des sinistres payés au cours de cette année. Vu la relative stabilité des frais d exploitation, la variation du ratio combiné s explique essentiellement par la modification du ratio sinistres/primes. Figure 17 Ratio combiné européen ( ) basé sur un échantillon de six pays 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Note : Les six pays de l échantillon représentent 55% du marché européen de l assurance de protection juridique. Source : Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) 12 Allemagne, Belgique, Italie, Luxembourg, Pologne et Portugal. 14

17 Le ratio combiné de chaque pays individuel est considérablement plus varié. Les niveaux les plus élevés sont observés en Estonie, Pologne, Belgique et Allemagne, où, en moyenne, ils dépassaient les 100% au cours des dernières années. Le taux élevé enregistré en Pologne est presque exclusivement dû aux frais d acquisition (voir section 6.2). Le faible niveau du ratio combiné observé dans certains pays peut trouver son origine dans plusieurs facteurs: - Premièrement, le marché de la protection juridique est une activité à long terme, dans le cadre de laquelle les sinistres peuvent être notifiés plusieurs années après la souscription d un contrat et des pans importants des sinistres ne sont souvent réglés que plusieurs années après leur notification. Par conséquent, elle nécessite la constitution de provisions techniques parfois difficiles à estimer. Cette difficulté crée un risque devant être inclus dans les encaissements de primes et réduisant dès lors le ratio combiné. - Deuxièmement, l issue judiciaire des dossiers et les frais y afférents font l objet d un degré élevé d incertitude. En effet, les honoraires versés aux avocats et les indemnités juridiques sont largement imprévisibles. Cette incertitude oblige les assureurs à inclure une marge de sécurité dans la prime demandée. - Troisièmement, alors que les sinistres en matière d assurance de protection juridique automobile et familiale ne se caractérisent pas par l incertitude, les niveaux de sinistres moyens sont très hétérogènes dans la protection juridique des entreprises, ce qui ne facilite pas l évaluation du risque. Les assureurs en protection juridique doivent aussi en tenir compte. - Quatrièmement, ces dernières années, le rendement du capital investi des assureurs, qui tend à financer les taux des primes, a connu un léger recul, ce qui a nécessité des ajustements marginaux des primes. - Cinquièmement, vu que la couverture de l assurance en protection juridique est souvent souscrite en tant qu option d une autre police d assurance, des problèmes méthodologiques peuvent survenir. Par exemple, lors d un sinistre automobile, il est parfois difficile de démêler la part de la perte liée aux diverses couvertures inclues dans les polices (protection juridique, dommages au véhicule, responsabilité civile automobile, etc.). Dans certains cas, la perte liée aux frais juridiques peut être totalement incluse dans les pertes d une autre ligne de produits. - Enfin, les assureurs en protection juridique, comme tous les assureurs, se préparent à l introduction de la Directive Solvabilité II concernant les exigences en capital 13. Cette directive devrait accroître les exigences en capital et se concentrera plus largement sur la gestion du risque de l assureur. Vu la nature des risques auxquels les assureurs en protection juridique sont confrontés, le degré élevé d incertitude et la nature à long terme de cette activité, les assureurs de protection juridique se préparent déjà aux exigences plus strictes de la nouvelle directive, qui entrera normalement en vigueur le 1er novembre En outre, la crise économique actuelle fait naître une incertitude pour toutes les entreprises financières, même si les banques et les assureurs appliquent des modèles opératoires très divergents. Cette pression supplémentaire sur toutes les entreprises financières requiert une augmentation régulière du capital, qui a également un coût pour les consommateurs. Figure 18 Ratio combiné pour sept pays européens 180% 160% PL BE DE FR LU IT UK 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% Source: Associations et autorités de supervision nationales (voir section 1.2) Note : Le ratio combiné du Royaume-Uni est sous-estimé étant donné qu il ne comprend pas la provision pour sinistres survenus mais non déclarés (IBNR). Pour la France, seules les données 2008 sont disponibles. 13 Le fait que la création d obligations additionnelles plus strictes pour les assureurs, comme le fonds de garantie d assurance, engendrera des coûts supplémentaires pour les assureurs en protection juridique, susceptibles d être répercutés sur le consommateur, a été mis en évidence. 15

18 L assurance de protection juridique dans le contexte de la crise financière Comme déjà mentionné dans ce rapport, l assurance de protection juridique est une activité à long terme obligeant les assureurs à investir massivement dans des avoirs afin de couvrir les engagements qu ils ont pris à l égard des souscripteurs d assurance. Les assureurs investissent généralement dans des avoirs présentant un cash flow et un profil de risque bien définis et limitent largement le profil de risque de leurs investissements, conformément à leurs engagements à l égard des souscripteurs. En 2010, les investissements totaux des assureurs se montaient à plus de milliards, investis en actions, obligations et autres actifs. La majeure partie du portefeuille est investie en obligations, à savoir 41% en titres de créance et autres valeurs à revenus fixes (Source CEA Données clés). Une partie des investissements des assureurs se retrouve donc dans des actifs souverains touchés par la crise de la dette souveraine qui frappe actuellement l Europe. En outre, les assureurs sont généralement affectés par des pertes de leurs avoirs financiers calculés par référence au marché, vu les faibles valeurs comptables sur le marché déprimé que nous connaissons actuellement. Il convient toutefois de souligner que les assureurs possèdent généralement un portefeuille très diversifié. Tout au long de la crise, qui dure depuis 2007, la stratégie d investissement des assureurs s est avérée saine et, globalement, les pertes encourues par les compagnies d assurances européennes demeurent gérables. Les évolutions actuelles sur le marché de la dette souveraine constituent une inquiétude majeure pour tous les assureurs. Cependant, dans le contexte de volatilité du marché et d incertitude financière, le secteur des assurances a continué à développer une capacité d absorption des pertes additionnelles. En juin 2011, l EIOPA 14 indiquait : Globalement, l EIOPA croit que le secteur est bien armé pour faire face à ces défis, bien que dans des mesures variables. L EIOPA a évalué l exposition du secteur au risque souverain et cette évaluation a débouché sur des résultats généralement rassurants, bien que divergents. 15 En ce qui concerne le risque de liquidité, il convient de remarquer que, contrairement aux autres fournisseurs de services financiers, les assureurs se caractérisent par l inversion de leurs cycles coûts/revenus. Cela signifie que les assureurs sont essentiellement financés par les primes des souscripteurs d assurance, ce qui limite leur exposition au risque de liquidité et aux problèmes d accès aux marchés des crédits Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles 15 https://eiopa.europa.eu/fileadmin/tx_dam/files/publications/reports/full-spring-fsr-2011.pdf

19 7. Lien entre le développement du système judiciaire et l assurance de protection juridique Le développement de l assurance de protection juridique est intrinsèquement lié au développement du système judiciaire et de l environnement juridique global. Les changements des habitudes des citoyens et des entreprises en matière de recours au système judiciaire et la meilleure compréhension de leurs droits devraient influencer la demande en assurance de protection juridique et influencer le profil de risque de l assurance. L adoption de lois et règlements nouveaux au niveau national, européen et même international modifie continuellement l organisation du système judiciaire et, partant, l environnement dans lequel les assureurs de protection juridique et leurs clients opèrent. En dépit du manque de statistiques concernant le système judiciaire, certains indicateurs montrent que le recours aux tribunaux à divers niveaux s est progressivement accru, du moins dans certains domaines. Les données relatives à la France, l Allemagne et l Espagne font apparaître un accroissement du nombre d affaires portées devant les tribunaux civils en France et en Espagne ces dernières années, tandis que le nombre d affaires pénales, qui ne représentent qu une faible proportion des dossiers, a légèrement diminué avec le temps. Il convient également de souligner que le nombre de dossiers portés devant les tribunaux ne représente qu une faible proportion des litiges officiellement réglés, étant donné que les assureurs de protection juridique ont également recours aux modes alternatifs de résolution des conflits (ADR). Les modes alternatifs de résolution des conflits constituent une procédure flexible, rentable et rapide de règlement des litiges, permettant une résolution efficace des conflits à la fois pour les consommateurs et les assureurs. Figure 19 Nombre d affaires portées devant les tribunaux dans certains pays européens sélectionnés FRANCE 16 Tribunaux civils et commerciaux Cours pénales ALLEMAGNE 17 Contentieux sociaux 18 Tribunaux civils 19 Cours pénales ESPAGNE 20 Tribunaux civils Le plus grand nombre d avocats est également le signe d un recours majeur au système juridique pour résoudre les litiges, qui peut expliquer les coûts croissants associés au système juridique. Selon les données du CCBE 21, le nombre d avocats a augmenté en moyenne d approximativement 3,7% par an au cours de la période Données relatives aux décisions rendues par les tribunaux. Source : 17 Source: 18 Plaintes déposées auprès des tribunaux traitant des contentieux sociaux (tous types) 19 Nouvelles procédures 20 Nombre d affaires admises au civil. Source 21 Conseil des barreaux européens 17

20 Figure 20 Evolution du nombre d avocats inscrits auprès des barreaux européens % 4.6% 2.3% 0.7% Number of lawyers in Europe (Estimation) Growth rate 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Note: Vu que certaines données faisaient défaut pour certains pays et certaines années, des estimations ont été utilisées sur la base de taux de croissance arithmétiques moyens. Les données relatives à l Italie ont été exclues en raison de leur caractère incomplet. Il convient toutefois de remarquer que, selon le CCBE, l Italie comptait quelque avocats en Enfin, la multiplication du nombre de lois et de règlementations à tous les niveaux institutionnels (communal, régional, national, européen et international), non accompagnée d une rationalisation correspondante des lois existantes, renforce la perception du consommateur selon laquelle le système juridique est de plus en plus complexe et de moins en moins transparent. La complexité croissante du système judiciaire reflète essentiellement la complexité accrue de la société. Cette complexité perçue majeure du système judiciaire peut néanmoins également contribuer à l augmentation de la demande en assurance de protection juridique. Notons pour finir que les évolutions juridiques nationales et l encouragement de l UE à avoir recours aux instruments de recours collectif devraient avoir une influence sur le secteur de l assurance de protection juridique. Une utilisation majeure des demandes et procédures de recours collectif devrait augmenter la fréquence des demandes, les pertes en série et le risque à couvrir. Cette évolution va, d une part, intensifier la demande en assurance de protection juridique mais, d autre part, créer une plus grande incertitude pour les assureurs, ce qui pourrait potentiellement accroître les niveaux de primes et, partant, inhiber la demande de couverture. L impact net est encore impossible à déterminer, mais il est probable que nous assistions à une augmentation de la volatilité des pertes (vu la forte variation que les actions collectives pourrait créer au niveau des honoraires des avocats et des autres frais juridiques) et du risque de marché (en multipliant le nombre de cas portés devant les tribunaux, et, particulièrement, les petits dossiers qui ne l auraient pas été en l absence d une possibilité de recours collectif ). En outre, les augmentations des niveaux de primes engendrent un risque additionnel d antisélection Le risque d antisélection se réfère à une situation dans laquelle la demande en assurance d un individu (ou sa propension à acheter des assurances) est positivement corrélée au risque individuel de perte. Etant incapable de différencier les individus à haut et faible profil de risque, l assureur peut réclamer une prime excédant la volonté de payer des profils à faible risque et n attirer par conséquent que des profils à risque élevé.

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Déroulement de la journée Tiers Recherches et Couguar Créations et particularités Demandes d achats Principes et création Commandes Informations

Plus en détail

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES BUREAU CENTRAL FRANÇAIS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES CONTRE LES ACCIDENTS D AUTOMOBILES Adresser toute correspondance : 1, rue Jules Lefebvre 75431 PARIS CEDEX 09 Téléphone : 01 53 21 50 80 Télécopieur :

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

016276/EU XXIII.GP Eingelangt am 25/06/07

016276/EU XXIII.GP Eingelangt am 25/06/07 FR 016276/EU XXIII.GP Eingelangt am 25/06/07 FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 25.6.2007 COM(2007) 207 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL sur certains

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

2 OCTOBRE 2015 Sommaire

2 OCTOBRE 2015 Sommaire OCTOBRE Ce document est disponible sur le site internet de la versions française et anglaise sur www.banque-france.fr Pays Code ISO Date d entrée dans la zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre Espagne

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11 LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES 2O11 Au niveau international et européen en particulier, les soins de santé et la vieillesse occupent le premier rang en matière de protection sociale. Les Etats

Plus en détail

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes)

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) 1 CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2012 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE AVERTISSEMENT : La souscription réalisée par une personne domiciliée hors de France ou par un ressortissant d un Etat autre que la France sur le territoire national

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Notice relative à la demande d'aide juridictionnelle

Notice relative à la demande d'aide juridictionnelle 1 Cerfa n 51036#03 Notice relative à la demande d'aide juridictionnelle Important : Avant de demander l aide juridictionnelle vous devez vérifier : 1- auprès de votre assureur si le(s) contrat(s) que vous

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

ELANTIS S.A. Siège social : Rue des Clarisses 38 4000 Liège Tel : 04 232 45 45 Fax : 04 232 45 01 www.elantis.be Belfius Banque S.A.

ELANTIS S.A. Siège social : Rue des Clarisses 38 4000 Liège Tel : 04 232 45 45 Fax : 04 232 45 01 www.elantis.be Belfius Banque S.A. 1 Règlement Clientèle 2015 2 SECTION 1 - LE REGLEMENT ET SES ADAPTATIONS 1. But de ce Règlement Le Règlement énonce certains droits et obligations d Elantis et des Clients dans le cadre de leurs relations

Plus en détail

CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+

CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus si applicable : UNIVERSITE PARIS DAUPHINE FPARIS 009 Adresse (adresse

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2013 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale Emploi et Affaires sociales Sécurité sociale et intégration sociale Recherche

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques AFA et concernent les sociétés d assurances

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES Eurobaromètre Commission européenne LES EUROPEENS ET LES LANGUES Terrain : Mai Juin 2005 Publication : Septembre 2005 Eurobaromètre Spécial 237-Vague 63.4 TNS Opinion & Social Sondage commandité et coordonné

Plus en détail

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Eurobaromètre spécial Commission européenne Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Terrain : septembre - octobre 2009 Publication : avril 2010 Eurobaromètre 327 / Vague TNS Opinion

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

collection Etudes et perspectives

collection Etudes et perspectives MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Hauts fonctionnaires en Europe Gestion et conditions de travail des cadres supérieurs de la fonction publique dans les Etats membres

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE Assurances 1. Le secteur des organismes d assurance en 2012...58 2. Une rentabilité globalement maintenue...63 2.1. Un compte de résultat

Plus en détail

Code Nom, prénom/nom/raison sociale de l entreprise ou de l organisation Code d identification (le cas échéant) Adresse Code postal Ville Pays

Code Nom, prénom/nom/raison sociale de l entreprise ou de l organisation Code d identification (le cas échéant) Adresse Code postal Ville Pays Veuillez lire les instructions figurant en dernière page : elles vous aideront à remplir le présent formulaire. Veuillez noter en particulier que le présent formulaire doit être rempli dans la langue ou

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L ENQUETE... 5 A - OBJECTIFS DE L ENQUETE...5 B - CHAMP DE L ENQUETE...5 C - DETERMINATION DES «GROUPES» DE SOCIETES...6 II - VUE D ENSEMBLE DES CESSIONS...

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis GUIDE QUESTIONS / REPONSES DOCUMENT NON CONTRACTUEL RÉSERVÉ À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS FINANCIERS Avril 2015 Secure Advantage Revenus Garantis Pour envisager l avenir en toute sérénité, assurez-vous

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Associations. Guide des. Conditions Tarifaires. au 1 er avril 2011 - 1 -

Associations. Guide des. Conditions Tarifaires. au 1 er avril 2011 - 1 - Associations M é t r o p o l e Guide des Conditions Tarifaires au 1 er avril 2011-1 - Le fonctionnement de votre compte n Ouverture de compte n Frais de renouvellement automatique de chéquiers Avec envoi

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE)

Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE) Conditions tarifaires applicables à la clientèle 1 er février 2013 CREDIT SUISSE (FRANCE) Sommaire Extrait standard des tarifs... 3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte... 4 Ouverture, transformation,

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail