LE SECTEUR MALGACHE DES ASSURANCES : des défis à relever

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SECTEUR MALGACHE DES ASSURANCES : des défis à relever"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO Faculté de Droit, d Economie, de Gestion et de Sociologie Département Economie Année Universitaire Second Cycle Promotion Sortante Mémoire de Maîtrise ES. Sciences Economiques LE SECTEUR MALGACHE DES ASSURANCES : des défis à relever Présenté par : Mr. Andriniaina Alberto RAVOMANANA Encadré par : Mr. Pépé ANDRIANOMANANA Date de dépôt : 26 Mars 2004

2 REMERCIEMENT Je prie, Monsieur Pépé ANDRIANOMANANA, à la fois professeur d Economie Monétaire au département Economie de l Université d Antananarivo, et professeur encadreur du présent mémoire, de bien vouloir accepter ma gratitude et mes reconnaissances pour ses encouragements et conseils sans lesquels je n ai pas pu réaliser cette étude. Les mots adéquats me manquent pour exprimer mes vifs remerciements à : Mme Fanja Mbolatiana RAZAFIMAHEFA, Responsable Administratif et des Ressources Humaines au sein du Comité des Sociétés d Assurances (C.S.A), pour son étroite collaboration. Tous les enseignants de la filière Economie, de la Faculté DEGS de l Université d Antananarivo, qui tout au long de ces plusieurs années universitaires n ont guère ménagé leurs efforts pour faire de nous de vrais Economistes. Tous les membres de ma famille, en particulier ma mère et mes deux frères qui m ont fortement soutenu pendant toutes mes années études. Enfin dans l impossibilité matérielle de citer ici tous ceux qui ont contribué, de prés on de loin, à la réalisation de ce mémoire, je leur prie de bien vouloir trouver l expression de ma considération et de mes meilleurs souvenirs.

3 SOMMAIRE RESUME ANALYTIQUE... 1 INTRODUCTION... 2 Partie 1 : APPROCHE HISTORIQUE... 3 Chapitre I : La définition et les éléments de l assurance... 4 Section 1 : Le risque : : Il faut un risque : :Tous les risques ne sont pas assurables Section 2 : La prime :... 6 Section 3 : L indemnité ou le bénéfice :... 6 Section 4 : La mutualité : : Nature de la mutualité : : Avantages de la mutualité :... 7 Section 5 : La compensation des risques :... 8 Section 6 : Les données statistiques : : Le calcul des probabilités : : Les probabilités statistiques : : Caractères que doivent présenter les statistiques utilisées pour les assurances :...10 Chapitre II : Evolution de l assurance dans le monde : Section 1 : L antiquité n a pas connu l assurance : Section 2 : Les institutions voisines de l assurance à Rome :.. 11 Section 3 : Genèse de l assurance : Section 4 : Extension de l assurance maritime : l assurance terrestre : Section 5 : Les grandes périodes de l évolution de l assurance : : La période empirique : : La période individualiste : Période scientifique :...15 CHAPITRE II : Histoire de l assurance à Madagascar : Section 1 : L apparition de l assurance à Madagascar : Section 2 : les principales évolutions dans le secteur : Partie 2 : APPROCHE THEORIQUE Chapitre I : La littérature économique de l assurance : Section 1 : Adam Smith et J.B Say : Section 2 : Les dictionnaires d économie politiques : Section 3 : Les traités modernes : Chapitre II : Les théories basées sur une notion économique de l assurance : Section 1 : La théorie de l assurance- besoin : : L assurance couvre un besoin éventuel :...25

4 1.2 : Critiques : le besoin éventuel ne se rencontre pas dans toute assurance Section 2 : La théorie de l assurance sécurité : : L assurance met l assuré à l abri d un avenir incertain : elle le protège contre un dommage : : Critiques : la sécurité n est pas un élément distinctif de l assurance :...30 Section 3 : Ce qu il faut garder de la théorie de l assurance besoin et de celle d assurance- sécurité : Chapitre III : Rôles et importances des compagnies d assurances :.. 34 Section 1 : Rôles des assurances : :Les assurances et la collecte de l épargne : : Les assurances et leur fonction d investissement :...35 Section 2 : Importance et fonctions des compagnies nationales : : Importance des compagnies nationales : : Fonctions de compagnies nationales :...35 Section 3 : Rôle des compagnies étrangères: Partie 3 : APPROCHE PRATIQUE Chapitre I : Aperçu du secteur malgache des assurances : Section 1 : les opérateurs actuels : : ARO : : Ny HAVANA : : AVOTRA : : M.A.MA : : PASCOMA :...39 Section 2 : Les différentes branches d assurances existant à Madagascar : : Les assurances directes : : La réassurance :...40 Section 3 : Organisation professionnelle : : Le Conseil des assurances : : Le comité des Entreprises d Assurance Section 4 : Supervision du gouvernement : : L autorité chargée du contrôle des assurances : : Objet et étendue du contrôle de l Etat : : Principe d agrément :...43 Chapitre II : Les entraves au développement du secteur : Section 1 : Obstacles au niveau économique : : Le niveau de taxe : L état de la pauvreté : La localisation des compagnies...45

5 Section 2 : Obstacles au niveau de la législation et du contrôle de l Etat : : Au niveau de la législation : : Au niveau du contrôle de l Etat :...45 Chapitre III : Les mesures à prendre pour poursuivre le développement du secteur : Section 1 : les changements au niveau opérationnel : : Les produits à maintenir : : Les mesures d accompagnement : : L assurance vie :...48 Section 2 : les changements de nature législative et réglementaire : :Pour l autorité de contrôle : : Pour l application effective du nouveau code :...49 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE... 52

6 1 RESUME ANALYTIQUE L histoire a montré l assurance comme une institution moderne, parce que son existence suppose un stade déjà avancé de la civilisation : même au prix d une laborieuse érudition, on n a pu en trouver trace dans l antiquité. Elle a révélé combien cette institution a subi l influence des événements économiques, politiques et sociaux, parce qu elle a dû sans cesse s adapter aux besoins de la pratique. Pour le cas de Madagascar, son apparition remonte seulement à un siècle par la représentation des compagnies étrangères. Et son évolution a été surtout influencée par les événements socio-politiques a savoir l indépendance, la nationalisation et enfin la libéralisation. Le besoin de s assurer est créé par le risque, et il apparaît comme la manifestation économique du risque. Ce besoin est en principe éventuel. Quant à la sécurité elle nous apparaît comme un résultat de l assurance. D où la théorie d assurance-besoin et celle d assurance-sécurité. En outre, dans les économies modernes, l assurance joue deux rôles majeurs : elle protège les agents contre divers imprévus, et elle génère l épargne sous la forme de réserves techniques qui permettent de développer l investissement, accélérant de ce fait la croissance économique. Pourtant, pour notre pays, nombreux sont les facteurs qui entravent le développement du secteur des assurances dont le principal réside dans la modalité d application du nouveau code des assurances adopté en Ce code semble bien conforme à la promotion du secteur, mais c est surtout que les textes d application, décrets et arrêtés, qui ne sont pas encore tous sortis. Cette situation empêche ainsi la réalisation de l objet même de cette reforme législative qui est la libéralisation du secteur à travers l incitation à la concurrence. En effet, jusqu à maintenant, la grande nouveauté apportée par ce code New look reste le renforcement de la protection du droit des assurés et particulièrement l accélération de leur indemnisation. Enfin, des changements de nature législative et réglementaire doivent ainsi être entrepris dans le secteur afin d accélérer l élaboration et la publication des textes d application du code.

7 2 INTRODUCTION L homme est le jouet du hasard autant qu il est l artisan de sa destinée. Chaque jour et même chaque instant, en tout lieu, il est exposé à des dangers, imprévus dans leurs causes, irréguliers dans leurs résultats. Il est menacé dans sa personne et dans ses biens : il court des risques. Un besoin naît, en effet, du désir d éviter les conséquences d un risque en tout ou en partie, du désir de sécurité. C est l assurance qui se révèle le procédé le plus efficace pour couvrir les besoins que fait surgir la réalisation de nombreux risques susceptibles de menacer l homme. Son domaine d application nous apparaît immense : il est aussi vaste que le champ de l activité humaine. Ainsi dans de nombreux pays l assurance joue un rôle crucial dans le processus de développement, le secteur des assurances contribue pleinement à la croissance économique. Pourtant, dans le cas de Madagascar, cette contribution reste minime par rapport à celle des autres secteurs de l économie. Ainsi, quels sont donc les obstacles qui entravent le secteur des assurances pour son développement? Nous allons les analyser un à un, mais avant tout, une brève historique ainsi qu un exposé succinct des théories y afférentes s avère une nécessité.

8 3 Partie I : APPROCHE HISTORIQUE

9 4 Pour pouvoir étudier l aspect que revêtent le système et le secteur des assurances à Madagascar, il est nécessaire de retracer brièvement son évolution tant au niveau international que national. Mais il est difficile d aborder l étude d une institution, même du point de vue historique, sans en connaître exactement les éléments qui la caractérisent, sans savoir ce qu elle renferme. C est pourquoi nous estimons indispensable de fixer en premier lieu les éléments de l assurance, d autant plus que sa définition nous permettra de les dégager. Chapitre I : La définition et les éléments de l assurance L assurance ne doit pas être définie en se plaçant successivement à chacun des points de vue économique, juridique ; tous doivent intervenir et se combiner son essence et son champ d application. Ainsi, l assurance est une opération par laquelle une partie, l assuré, se fait promettre, moyennant une rémunération, la prime, pour lui ou pour un tiers, en cas de réalisation d un risque, une prestation par une autre partie, l assureur, qui, prenant en charge un ensemble de risque, les compense conformément aux lois statistiques. Cette définition renferme tous les éléments distinctifs de l assurance. Le point de vue économique s y dissimule sous l élément-risque ; le point de vue juridique y est contenu dans technique, dans la rémunération, dans la prestation ; le côté technique s y révèle dans la mutualité, la compensation des risques et dans le calcul statistique. C est ce que nous devons montrer en analysant l un après l autre ces éléments. Section 1 : Le risque : Dans toute assurance, on doit d abord apercevoir le risque ; et le risque doit être un élément indépendant, formant le seul objet de cette convention spéciale qu est l assurance.

10 5 1.1: Il faut un risque : Le risque est une éventualité qui fait surgir un besoin. C est un état, une situation qui dure. Le risque suppose une éventualité, c est à dire la possibilité de l arrivée d un événement. Cet événement peut être heureux (mariage d un enfant, arrivée à âge avancé) ou malheureux (incendie, grêle, accident, décès.) Eventualité suppose à la fois à impossibilité et à certitude. L assurance ne se comprend que pour des faits possibles et qui, pour des faits incertains. En d autre terme, on assure pas un risque qui, pour sa réalisation, suppose inévitablement et exclusivement le fait de l assuré. Mais si ce risque peut se réaliser autrement, il n y a plus risque purement potestatif, et l assurance devient possible. En droit, surtout en droit civil, le risque, dans la théorie des risques, consiste en la perte fortuite de la chose qui est mise à la charge de l une des parties d un contrat synallagmatique. Le risque est beaucoup plus large en matière d assurance : ainsi c est la perte totale ou partielle, fortuit e ou non, de la chose. Pourtant, il ne faut pas voir une assurance partout où un risque est pris en charge une personne autre que celle à qui normalement il devait incomber. En effet, l assurance ne peut être ni latente, ni implicite, ni inconsciente, tant du côté de l assureur que du côté de l assuré. 1.2 :Tous les risques ne sont pas assurables. Un risque n est assurable que s il présent certains caractères au point de vue de sa délimitation, de sa fréquence, de sa dispersion et de son intensité. Ce sont là des caractères d ordre technique qu exige la pratique des assurances, mais qui découlent de la contexture des éléments de l assurance : ils sont des conséquences de la mutualité, de la compensation des risques ou des données statistiques qu implique l assurance.

11 6 Section 2 : La prime : L assurance n est ni un moyen de secours, ni une aumône, à l égard de l assuré. Elle comporte une rémunération pour l assureur : la prime ; et la réside la différence fondamentale qui sépare l assistance et l assurance. En effet, la prime est la rémunération que l assureur reçoit l assuré en échange de la promesse d une prestation, indemnité ou capital assuré. Elle est le prix moyennant lequel l assureur prend en charge le risque. La fixation de la prime est influencée, disons même dominée, par le caractère technique de l assurance. La prime pure est la valeur actuelle du risque pris en charge par l assureur ; d après le calcul des possibilités, sur la base des statistiques. La prime est donc fournie par l assuré, directement ou indirectement, volontairement ou non, en tout ou en partie. Section 3 : L indemnité ou le bénéfice : La prestation de l assureur s appelle indemnité ou bénéfice ; elle consiste à la somme que doit verser l assureur : indemnité, dans l assurance des choses et dans certaines assurances de personnes, bénéfice consistant en un capital ou un reste, surtout dans l assurance sur la vie. Indemnité ou bénéfice forme la contrepartie de l obligation de l assuré ou de preneur d assurance au paiement de la prime. Avec l indemnité ou le bénéfice, il ne faut pas confondre la somme assurée montant pour lequel l assurance est contractée, et qui, normalement égale au bénéfice, est, en principe, différente de l indemnité. Fixer la prestation de l assureur dans l assurance des choses, ce n est pas déterminer définitivement l indemnité, qui n est due qu après que la preuve de la réalisation de l événement prévu a été faite, consiste en un rapport variable ou invariable entre la somme assurée et le préjudice subi à la suite du sinistre, dans la limite de la valeur de la chose ou de l intérêt assuré. La somme assurée peut être établie par l assuré seul ; l indemnité, variable ou invariable comme le rapport qu elle exprime, est déterminée de concert entre l assureur et l assuré.

12 7 Fixer la prestation de l assureur dans l assurance de personne, et surtout dans l assurance sur la vie, c est, au contraire, déterminer définitivement le bénéfice à recueillir de l assurance. Ce bénéfice est invariable. Il a été établi par l assuré lui-même, en toute liberté ; il a été accepté par l assureur. On dit parfois que la somme assurée, capital ou rente, est réputée correspondre à l intérêt éventuel assuré. Section 4 : La mutualité : L assurance ne nous a montrés jusqu ici que deux personnes en présence, l assureur et l assuré. En réalité toute opération d assurance suppose un groupement plus ou moins conscient il est vrai, mais un groupement d individus exposés aux mêmes risques et se protégeant mutuellement contre les conséquences des risques qui les menacent tous. 4.1 : Nature de la mutualité : S il n y avait que deux personnes en face l une de l autre, la couverture du besoin créé par l avènement du risque serait incertaine, elle dépendrait de la solvabilité de l assureur, qui serait exposé à une perte considérable. Ainsi, l assureur a besoin de sécurité, de même que l assuré, et il peut l obtenir par la réunion de nombreux risques. Grâce à la mutualité, l assureur ne s en remet pas à sa chance. Il rassemble une certaine quantité de risques de même nature, il les groupe ; il réunit les primes, il en forme une masse, appelée le fonds des primes, et c est avec cette masse, avec ce fonds qu il paiera les indemnités ou les bénéfices promis. 4.2 : Avantages de la mutualité : Nécessaire au fonctionnement de l assurance, la mutualité offre deux avantages : elle morcelle le risque, elle procure la sécurité. Par morcellement du risque, elle répartit les conséquences d un événement fortuit sur un grand nombre de personnes. Chaque cotisation versée perd son caractère individuel, elle appartient à l ensemble des assurés et les

13 8 cotisations de tous servent à réparer le préjudice subi par quelques-uns, à réaliser la capitalisation au profit de quelques-uns. La mutualité engendre la sécurité : sécurité pour l assureur qui ne redoute plus les coups du sort, s il a pu réunir un groupe de risques assez considérable ; sécurité pour l assuré qui obtient la certitude du paiement de l indemnité : il a une garantie dans la masse commune, dans les fonds des primes. Section 5 : La compensation des risques : La mutualité n est pas purement passive, elle devient active par la compensation des risques : le groupement des risques doit être établi de telle manière qu ils se neutralisent les uns les autres, pour éviter toute surprise résultant des effets du hasard. Il faut remarquer que la compensation des risques ne se réalise pleinement que par la prise en charge des risques par l assureur. Elle implique le transfert des risques de l assuré à l assureur. La mutualité opère une division des pertes, la compensation des risques et leur transfert à l assureur effectuent une distribution des pertes, avec la certitude pour l assuré de n avoir rien de plus à payer. Pourtant, cette compensation des risques n est possible que par la réunion de deux conditions : Une certaine équivalence entre les risques groupés. Le regroupement de risques suffisants pour maintenir l équilibre entre le total des primes ou cotisations et le montant des sommes dues en cas de sinistre (équilibre du fonds des primes et du fonds des indemnités). Section 6 : Les données statistiques : La compensation des risques est réalisée au moyen de bases statistiques, permettant de fixer, par le calcul, la probabilité de ces risques. Ainsi, la statistique fournit, par le moyen de calcul des probabilités, la possibilité de déterminer la chance de réalisation d un risque, et c est d après

14 9 cette chance ou probabilité que l assureur fixera la prime et établira le minimum de prime qu il lui faut réunir pour constituer un fonds des primes suffisant à alimenter le fonds des indemnités ou bénéfices. En effet, les données techniques sont plus ou moins précises : elles doivent toujours exister. 6.1 : Le calcul des probabilités : Le calcul des probabilités de ce principe qu il y a des lois du hasard et que, pour tout événement, il est possible d évaluer les chances de réalisation. En effet, la probabilité d un événement est le rapport du nombre de chances favorables à l arrivée de cet événement au nombre total de chances possibles. Mais ce n est là que la probabilité mathématique. La réalité peut être très différente. En outre, la loi des grands nombres s appliquera d autant mieux que l on fera varier l ampleur des observations ou des expériences. 6.2 : Les probabilités statistiques : La probabilité statistique est le rapport du nombre des événements réalisés, des sinistres au nombre de cas envisagés (objet ou personne). Ce rapport expérimental fournit la moyenne statistique. L écart sera la différence entre le nombre des sinistres réels et le nombre des sinistres d après le calcul. Cette probabilité statistique fournit des bases nécessaires aux assurances. Elle permet d établir les chances de réalisation d événement se rapportant aux personnes : maladies, accidents, mort ; ou s appliquant aux choses : incendie, grêle, accidents matériels, vol. Ainsi, les résultats de la statistique sont présentés sous forme de tableaux de classement pour les risques constants, de table pour les risques progressifs.

15 : Caractères que doivent présenter les statistiques utilisées pour les assurances : Pour que les résultats fondés sur l observation des faits aient une réelle valeur et qu ils puissent être utilement employés en matière d assurances, il faut : Une dissémination des risques. Une sélection des risques. Une statistique dressée dans des conditions rigoureuses d étendue, d homogénéité et d exactitude. Tous ces caractéristiques influent sur l assurance. L assureur devra en tenir compte pour organiser ses opérations. Il arrivera de la sorte à se rendre favorables les probabilités de la statistique. D abord, il n oubliera pas que les calculs sur lesquels son industrie est basée suppose le groupement de nombreux risques et il s efforcera d en recueillir le plus possible. Il s ensuit qu une société d assurance à ses débuts est particulièrement exposée, mais elle a une ressource qui est de réassurer une partie de ses risques à une autre société réunissant un chiffre important de risque et permettant à la loi de grand nombre de s appliquer. Puis l assureur réunira des risques homogènes en nature et en valeur. En fait, il est rare que les risque soient parfaitement égaux, et l égalité la plus fréquente est celle en valeur. Quoiqu on fasse d ailleurs, les résultats de la statistique, les lois de réalisation de chaque risque n ont qu une certitude relative : avec le perfectionnement de la recherche de la répétition multipliée des phénomènes envisagés, la probabilité approche de la certitude, mais ne l atteint pas. Malgré cela, l assureur établira le prix et les conditions de l assurance comme si ces résultats étaient certains. Mais pour obtenir une plus grande sécurité, il créera pour l exploitation des assurances qu il a entreprises, un fonds de réserve supérieur au montant des écarts possibles entre les indemnités ou les bénéfices réellement versés aux assurés ou à leurs ayants droit et les sommes prévues par lui comme primes et dérivant des calculs statistiques. Il puisera dans ce fonds de réserve en cas d insuffisance du fonds des primes.

16 11 Chapitre II : Evolution de l assurance dans le monde : Section 1 : L antiquité n a pas connu l assurance : Il faut reconnaître que les dangers de la vie étaient moins grands dans les civilisations anciennes. La famille étant le groupe social, l individu était certain de l avenir ; il savait que, quoiqu il arrivât, il serait aidé. Mais les anciens n ont pas ignoré la notion du risque, et la pensée de se préserver d un danger économique menaçant et d obtenir la sécurité par l intermédiaire d autres personnes est trop naturelle pour ne s être pas présentée à eux : ils pratiquaient des contrats opérant déplacement de risque. De même, il y a toujours eu des prévoyants et l association a été de bonne heure pratiquée dans un but d assistance. Ce qui leur a manqué, ce sont des bases sûres por apprécier les risques et les compenser en mutualité. Section 2 : Les institutions voisines de l assurance à Rome : Rome a vu se développer de nombreuses et importantes associations ; Association de militaires versant, moyennant un droit d entrée assez élevé, une indemnité pour frais de voyage en cas de changement de garnison et un certain capital en cas de retraite, à l adhérent ou en cas de mort, à ses héritiers. Association constituée entre artisans (collegia tenuiorium, collegia funeraticia) en vue d obtenir, moyennant un faible droit d entrée et une cotisation périodique minime, une sépulture convenable, des funéraires décentes, et souvent, l assistance d un certain nombre de membres aux obsèques. Section 3 : Genèse de l assurance : L assurance est née du commerce maritime au Moyen-Age dans le monde méditerranéen. L origine en est le «prêt à la grosse» qui était un contrat de prêt maritime.

17 12 Les premiers assurés ont été donc les armateurs du monde méditerranéen car les garnisons maritimes représentaient des sommes importantes et les chances de bonne arrivée étaient faibles. Pour armer leurs bateaux, les marchands avaient donc besoin de fond important et étaient contraints de faire appel aux banquiers qui leur prêtaient les capitaux nécessaires. Si le navire faisait naufrage, le marchand ne remboursait rien au banquier. Par contre, si la cargaison arrivait à bon port, le banquier recevait, en plus du montant de son prêt majoré des intérêts, une fraction du prix des biens transportés, ce qui représentait la contre partie du risque de naufrage qu il avait pris et lui permettait de prendre de nouveaux risques de naufrage. Ce système se perfectionna jusqu au jour où, moyennant une certaine somme d argent versé d abord (primum ) au moment du départ du navire, une autre personne, généralement un autre marchand, permettait à l armateur de lui rembourser son bateau en cas de naufrage. Le principe de l assurance moderne était fixé. L écrit qui matérialisait ce contrat portait déjà le nom de «police». La plus ancienne police de ce type est conservé dans un musée à Gènes ; elle date de l année 1347 : elle fut signée à Gènes et couvrait la cargaison du «Santa Clara» pour un voyage de Gènes à Majorque. terrestre : Section 4 : Extension de l assurance maritime : l assurance L assurance maritime est née. Elle va se développer. Des sociétés se forment pour exercer le commerce des assurances, vraiment tentant par l appât de gains considérables. Pour rendre certain le bénéfice ou diminuer une perte redoutée, on imagine la réassurance, dont un contrat remonte à On fait profession d assureur : des courtiers d assurance tiennent boutique ; il en est officiellement institué sept à gênes en 1434.

18 13 Section 5 : Les grandes périodes de l évolution de l assurance : L assurance terrestre apparaît d abord à côté de l assurance maritime. Nous en retracerons l évolution en la suivant de son origine à nos jours, et comme il y a dans l histoire des assurances, de même que dans toute l histoire, des points culminants, nous les prendrons pour basse en vue de fier des époques. Il faut donc distinguer trois périodes, nettement caractériser, qui vont nous montrer l assurance à sa naissance, un son adolescence, et à sa maturité. 5.1 : La période empirique : Elle part du XI è siècles pour finir avec le XVIII è siècles. Et il suffit de dire qu elle montre l assurance à sa naissance : Depuis le XV è siècles. Les assureurs maritimes ne prenaient pas seulement en charge. Les risques de transport par mer, ils acceptaient d autres risques, ceux d arrivée tardive ou prématurée des navires, et même des risques de terre, soit indépendants : une société conclue à gènes en 1424 devait traiter toutes sortes d assurance, «tam in mari quam in terra». L assurance maritime combinait avec l assureur terrestre. Du XV é siècles datent les premiers contrats se rapproche de l assurance sur la vie, parce qu ils sont basés sur la vie humaine. Ils se présentaient sous la forme de prétendues assurances contre les risques de grossesse ou d assurance sur la vie d une personne pendant un certain temps. A la fin du XVII é siècles : C est à dire la suite du grand incendie de Londres de 1666, qui détruisit treize mille deux cents maisons, la cathédrale Saint Paul et quatre vint neuf églises, que l assurance contre l incendie fit son apparition en Angleterre Au XVIII é siècles, date de la formation définitive de l assurance terrestre, l assurance la vie trouve son expression technique, l assurance contre l incendie se répand et les assureurs agricoles prennent pied en certains pays.

19 14 A la fin de cette première période, les opérations d assurances n ont pas encore prés un grand développement. Mais tous les éléments de l assurance sont réunis ; il reste à en faire l application pratique et scientifique, car la technique de l assurance n en est qu à ses débuts. 5.2 : La période individualiste Elle s étend du début du XIX e siècles de son déclin. La caractère scientifique de l assurance va se préciser au cours de cette période. De puissantes sociétés naissent, qui vont activement exploiter l industrie de l assurance et l assurance privée atteint sous plein développement. Toutefois, cette période comprend deux phases : l une, préparatoire, et l autre de plein développement. Phase préparatoire : s étend de 1800 jusqu en 1930 : C est la phase où l assurance s organise.( On peut dire que c est une période d attente qui prépare la période de large exploitation de l industrie de l assurance ). Pendant ce temps, de nombreuses compagnies d assurance se fondèrent, et on a assisté à l apparition de société d assurance sous la forme d assurance naturelle. Mais la domaine se limitait encore sur l assurance sur la vie et l assurance contre l incendie. En outre de cette époque date l apparition de l assurance contre les accidents, de l assurance de responsabilité ainsi que de la réassurance. La première manifestation de l assurance contre les accidents se rapporte aux risques de bris de glace (la Parisienne, 1829 ) et d accident causé par les chevaux et les voitures (l Automédon, 1825, la Seine 1830 ) L assurance de responsabilité se révèle sous la forme l assurance du risque locatif, pratiquée par les même sociétés qui exploitent l assurance contre l incendie, avec laquelle elle fait corps. Quant à l assurance de responsabilité pour les recours en responsabilité pour recours en responsabilité résultant d accidents causés aux tiers, elle ne se rencontre pas avant En enfin, la réassurance apparaît en 1828.

20 15 Bref, pendant cette première phase, l assurance ne parvint pas à s implanter profondément. Partout se fondaient quelques sociétés, sans obtenir d importants résultats. Phases de plein développement : elle va de 1830 jusque vers C est la phase où l assurance se répond et se propage dans tous les milieux et dans tous les pays. Après 1830 commença, pour l assurance, une brillante période. Toutes les grandes nations allaient connaître une prospérité insoupçonnée. Des biens jusqu alors inconnus figuraient dans les patrimoines, des besoins nouveaux se révélaient : l assurance trouvait un terrain favorable à son extension. Les grandes campagnes étaient créées, elles allaient répandre l assurance et faire triompher l assurance privée. Le champ de leur activité était immense, la clientèle était à qui savait la prendre ; il y avait moins à lutter contre la concurrence que contre l ignorance du public : le rôle de l agent d assurance se révélait considérable. Mais un régime de liberté absolue risquait toujours de susciter des abus : les bénéfices des uns tentaient les autres, et les créations purement spéculatives de sociétés d assurances étaient fréquentes. Une fièvre des assurances sévit, et si elle ne se rencontra pas partout à la même époque, elle fut aussi violente dans les principaux pays : en France, en Angleterre, aux Etats Unis, en Allemagne, en Suisse et en Russie. A la fin de cette seconde période, l assurance n a pas beaucoup étendu son domaine quant aux risques qu elle couvre : seules sont couramment pratiquées l assurance contre l incendie et l assurance sur la vie. Pour ces deux grandes branches d assurances, presque toutes les sociétés actuellement prospères sont créées et leur passé même constitue une excellente recommandation auprès de la clientèle. 5.3 : Période scientifique : Au cours de cette période, qui va de 1875 à nos jours, l assurance atteint dans la plupart de ses branches son entier épanouissement. La complexité de la vie sociale fait de plus en plus vivement ressentir les besoins auxquels elle vise à donner satisfaction ; son utilité est partout

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité PrévoiRetraite Avenir + Mon capital avenir en toute sécurité Investissez l esprit libre Préparez votre retraite dès aujourd'hui ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous épargnez

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Assurance individuelle de protection du revenu Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Quel est votre actif le plus précieux? Vous croyez peut-être que votre maison, votre voiture

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance?

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? 1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? Parce ce que je suis exposé à des risques dont les causes sont multiples et les conséquences imprévisibles. 2. Que signifie la notion de risque?

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques...

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques... Table des matières CHAPITRE 1 L information médicale... 17 1 La sélection des risques... 18 2 Le cas du décès... 18 CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21 1 Préambule... 22 2 La notion d accident...

Plus en détail

Guide de répartition de l actif

Guide de répartition de l actif Le présent document est conçu pour les investisseurs qui ont des objectifs de sécurité financière à long terme. Si votre horizon de placement est de moins de cinq ans, ou si vous n êtes pas à l aise avec

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

PARTIE 1. Phénoménologie

PARTIE 1. Phénoménologie TABLE DES MATIÈRES Du même auteur........................................ Table des matières....................................... Abréviations........................................... Sigles.................................................

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises Description du produit BusinessComposit Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises 1 Conforme au marché et aux courtiers Les courtiers veulent des solutions de prévoyance

Plus en détail

L assurance est une relation de confiance. Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection. en partenariat avec Axa Assistance

L assurance est une relation de confiance. Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection. en partenariat avec Axa Assistance L assurance est une relation de confiance Tarifs et conditions d assurance pour les véhicules de collection en partenariat avec Axa Assistance Cotisations annuelles toutes taxes comprises Responsabilité

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Droit des assurances

Droit des assurances Catégorie Economique Droit des assurances Titulaire : S. FLORIO Baccalauréat : comptabilité Année académique 20122013 2 ème année 1 Introduction Section 1. Plan Après une introduction comportant un bref

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Votre assureur suisse. 1/6 Helvetia Assurances collectives de personnes Brochure

Votre assureur suisse. 1/6 Helvetia Assurances collectives de personnes Brochure Assurances collectives de personnes. Une combinaison harmonieuse: la prévoyance professionnelle, l assurance d indemnités journalières en cas de maladie et l assurance accidents d Helvetia. Votre assureur

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurances de personnes Accidents, obligatoire, complémentaire Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurance de personnes Vaudoise Une meilleure couverture accidents pour de meilleures

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION,

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONSCIENTS du fait que l affacturage international a une fonction importante

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle.

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance contient de nombreuses informations intéressantes concernant la couverture

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris L importance du rapport d expertise et de son contenu. Réunion technique CESAM Salon de Cannes du 14 Septembre 2007 à 8h30. L importance

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée ANNEE : 2009/2010 RAPPORT DE STAGE Filière : Informatique Appliquée Titre : Application registre de bureau d ordre Organisme : Mutuelle Assurance de l Enseignement M.A.E Réalisée par : - kefi Ghofrane

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail