RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉ 2013"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 La Cité de Refuge / Centre Espoir Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Le Palais du Peuple Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Centre d Accueil d Urgence «Cantagrel» Rapport d activité Page 1

2 CITE DE REFUGE CENTRE ESPOIR PALAIS DU PEULE CAU CANTAGREL Directeur... Directeur adjoint... Gestionnaire... Monsieur Laurent DESMARESCAUX Monsieur Jean Yves RAMPANT Madame Catherine OBERLECHNER CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR Adresse 12, rue Cantagrel Paris Tél (standard) Fax (Service administratif) Fax (Service socio éducatif) Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité RER C Arrêt Bibliothèque Nationale de France Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque Nationale de France Chef du service Educatif... Chef du service Ateliers... Chef du service Hôtellerie... Chef du service Logistique... Responsable Q.S.E... Madame Fatiha AKTOUCHE Monsieur Laurent POISSON Madame Kheira AHMOUDA Monsieur Nacer TADJINE Madame Cécile CORDEIRO PALAIS DU PEUPLE Adresse 29, rue des Cordelières Paris Tél (accueil) Fax général Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité Métro ligne 6 (arrêt Glacière) Métro ligne 7 (arrêt Les Gobelins) Responsable Q.S.E... Madame Cécile CORDEIRO CAU CANTAGREL Adresse 12, rue Cantagrel Paris Tél /77 (Accueil) Tél /75 (Service social) Fax général Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité RER C Arrêt Bibliothèque Nationale de France Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque Nationale de France Chef de service... Monsieur Massar DIOP Rapport d activité Page 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION 9 I. CADRES D ACTION DE L ETABLISSEMENT 11 I.1 CADRAGE LEGISLATIF 11 I.1.1 Le Cadrage national 11 I.1.2 Le cadrage régional 14 I.2 LE CADRAGE DE LA FADS 15 I.2.1 Historique 15 I.2.2 Synthèse des Orientations Stratégiques 16 I Fondation de l Armée du Salut 16 I Secteur exclusion 16 II. PRESTATIONS DELIVREES ET ORGANISATION DES SERVICES 19 II.1 LA CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR 19 II.1.1 LE SERVICE SOCIO EDUCATIF 21 II Préparation à l accueil d un nouveau public 21 II Les groupes de réflexion et d action 21 II Ecrits et procédures 21 II Contacts et listes de structures 21 II Contacts futurs partenaires 21 II La formation 22 II L équipe éducative 22 II Mission du référent social 22 II Les réunions de travail des référents sociaux 23 II Répartition de l équipe éducative dans l accompagnement des résidents 23 II L accueil des stagiaires en II Objectifs, bilans et suivis des résidents en II La santé des résidents 27 II Les démarches administratives 28 II Les sorties par rapport à l emploi (61 résidents) 29 II Les sorties par rapport au logement / Hébergement (61 résidents) 29 II Les objectifs de service II Les admissions 31 II Bilan de l année pour les entretiens de pré admission en II Bilan des admissions en II L organisation et procédure d accueil au CHRS 32 II L activité en II La population accueillie Typologie 32 II Répartition par nationalité des nouveaux résidants 33 II Répartition par situation familiale 33 II Répartition par tranches d âge 33 II Répartition par rapport aux situations administratives 33 II Répartition selon les revenus financiers 34 II Journées réalisées 34 II Les sorties en 2013 (fin de prise en charge) 35 II Conclusion 37 II.1.2 LE SERVICE SACAS (Service d Animation Culturelle, artistique et sportive) 38 II Présentation 38 II Atelier port, bien être, Culture, séjours 38 II Rôle de l animateur 38 II L atelier sport et bien être 38 II Projet Rapport d activité Page 3

4 II Atelier de créativité plastique et musicale 47 II Activités de l année II Autres animations 49 II Sorties 50 II Participation à l élaboration et la mise en place du projet PEMAPI (Projet Emploi Multi Activités Pour l Insertion) 50 II Propositions pour l année II.1.3 SERVICE PSYCHOLOGIQUE 52 II.1.4 SERVICE LOGISTIQUE 54 II La composition du service 54 II Le moniteur de nuit 54 II Les veilleurs de nuit 54 II Le chef de service 55 II Les agents d accueil de jour 55 II Les magasiniers 55 II Le coursier 55 II Quelques produits livrés ou consommés dans l année 55 II.1.5 LE SERVICE EMPLOI 56 II Introduction 56 II Le fonctionnement 56 II Bilan quantitatif et qualitatif 57 II Les ateliers techniques 57 II Résultats des ateliers mis en place 58 II Les partenariats 58 II L HANDICAFE proposé par L ADAPT 59 II Mise en relation employeur 60 II Le lien privilégié avec l association intermédiaire "Travail et Partage" 60 II Exposé d une situation dans le cadre de l accompagnement à l Espace Emploi 60 II Bilan des objectifs II Le PEMAPI : Une démarche professionnelle et humaine au sein d un CHRS 62 II Les ateliers de redynamisation 63 II Objectifs généraux des ateliers atteints 65 II Les ateliers de TRE 66 II Les outils d évaluation 67 II Des résultats 69 II Le poste d agent d accueil et d accompagnement 69 II Objectifs II Conclusion 70 II.1.6 LE SERVICE LOGEMENT 72 II L Environnement 72 II En interne 72 II En externe 72 II Les données chiffrées 74 II Les dossiers instruits par le service 74 II Les relogements 75 II Exemple d accompagnement dans le logement 77 II.1.7 LE SERVICE HOTELLERIE 80 II Présentation du Service 80 II Activités 82 II Gestion des chambres 82 II Cafétéria 83 II Self 83 II Hygiène et sécurité 84 II Communication 84 II Mouvements de personnel 84 II Impact des travaux de mise en conformité 85 II Conclusion 85 II.1.8 LES ATELIERS TECHNIQUES 86 II L organisation des ateliers 86 II Les ateliers occupationnels 86 II Les ateliers d actions éducatives et techniques 86 Rapport d activité Page 4

5 II Les stagiaires 86 II Faits marquants en II La mission des Moniteurs d ateliers 87 II Le rôle des moniteurs 87 II L entretien des bâtiments 88 II La réhabilitation 2012 / II Les réunions 89 II La place des résidants au sein des ateliers 89 II Moyens 90 II Les travaux réalisés en II.1.9 LINGERIE BUANDERIE 93 II Fonctionnement 93 II Le rôle des moniteurs 93 II L atelier occupationnel 93 II L atelier éducatif et technique (voir les ateliers techniques) 93 II Fait marquant de l année 94 II.2 LE PALAIS DU PEUPLE 97 II.2.1 SERVICE ACCUEIL ET LOGISTIQUE 99 II Restauration 99 II Hygiène et sécurité des biens et des personnes 101 II Hygiène et Santé 101 II L entretien des locaux 102 II La logistique 102 II Sécurité 102 II Environnement 103 II Maintenance des bâtiments et des équipements 103 II Les diagnostics préventifs et curatifs 104 II Travaux et achats 105 II L accueil au Palais du peuple 107 II Les stagiaires 107 II Information Coordination Echanges 107 II Temps d'échanges 107 II Temps festifs et participatifs 108 II Audit externe et évaluation interne 108 II Projet d'établissement et projet de service accueil et logistique 108 II Partenariat interne et externe 108 II Partenariat interne 108 II Partenariat externe 108 II Formation et amélioration des conditions de travail 111 II Les Formations 111 II Bilan 2013 et objectifs II Les travaux de la Cité refuge Centre espoir 112 II.2.2 SERVICE EDUCATIF 114 II Les admissions en 2013 et le partenariat avec le SIAO 114 II La participation financière 114 II Personnes accueillies en II Situation administrative 115 II Répartition en fonction de l âge 116 II Situation professionnelle 116 II Situation financière 116 II Hébergement à l entrée 117 II Personnes présentes au 31 décembre II Situation administrative 117 II Evolution de l âge 118 II Situation financière 118 II Situation professionnelle 118 II Situation en fonction de l orientation 119 II Personnes sorties en II Sortie administrative 119 II Répartition en fonction de l âge 119 II Répartition en fonction de la situation professionnelle 120 II L appartement des pères et des familles 121 Rapport d activité Page 5

6 II Objectifs du service Educatif pour II.2.3 L ESPACE EMPLOI 123 II Le Fonctionnement 123 II Bilan chiffré 124 II Répartition des résidants par âges 124 II Répartition des résidants par niveau de formation 124 II Situation professionnelle des résidants 125 II Situation globale des résidants hébergés au Palais du Peuple en 2013, vis à vis de l emploi126 II Le travail en partenariat 126 II Rencontres avec les partenaires 126 II L étude sur la situation des personnes de plus de 45 ans 127 II Partenaires réguliers : 127 II L Espace Emploi du Palais du Peuple travaille toujours en collaboration étroite avec le Service Emploi du Centre Espoir 128 II Le projet PEMAPI 128 II Les ateliers techniques et éducatifs du Centre Espoir 128 II L Atelier plonge au Palais du Peuple 129 II Les bénévoles intervenants à l Espace Emploi 129 II PLANNING DES BENEVOLES 130 II.2.4 L ESPACE SOCIO CULTUREL 131 II L espace créativité 131 II Le bar 131 II Les sorties culturelles avec culture du cœur 132 II Les sorties d été 132 II Séjour à la montagne 133 II Atelier musique 133 II Sortie au salon de l agriculture 133 II Le CVS 133 II Le jardin 133 II L atelier cuisine 134 II.2.5 LE SERVICE PSYCHOLOGIQUE 135 II Présentation 135 II Problématiques et pathologies concernées 135 II Les différentes modalités de prise en charge 135 II Les nouvelles pathologies 136 II Conclusion 136 II.3 CAU CANTAGREL 137 II Faits marquants 139 II Observations 139 II Présentation de la structure 139 II Mission 139 II Les moyens humains 140 II L accompagnement social 141 II Les demandes d orientation 141 II Activité du centre d accueil d urgence CANTAGREL du 01/01/2013 au 31/12/ II Nombre de personnes présentent en II Répartition par rapport à la provenance des résidents 142 II Orientations 143 II Répartition par rapport aux ressources des résidents 143 II Perspectives et objectifs II Conclusion 144 III. LE TRAVAIL EN RESEAU ET LES MOYENS HUMAINS 145 III.1 III.2 III.3 III.4 Effectifs par grandes catégories (en ETP) (Cité de refuge centre espoir) 145 Organigramme Cité de refuge 146 organigramme palais du peuple 147 organigramme cau cautagrel 148 Rapport d activité Page 6

7 III.5 III.6 III.7 III.8 III.9 L absentéisme de janvier à décembre La formation professionnelle continue 149 Congés individuels de formation 149 La représentation du personnel 149 Information sur la durée et l organisation du temps de travail 149 IV. LES RESULTATS FINANCIERS 150 V. LES RECENTES EVOLUTIONS AU SEIN DE LA STRUCTURE 161 V.1 Bilan des objectifs et projection pour l avenir 161 Rapport d activité Page 7

8

9 INTRODUCTION Comment ne pas démarrer ce rapport en insistant sur quelques chiffres. En premier lieu, je pense notamment au pourcentage de rentrée en logement autonome sur la Cité de refuge. Avec 67%, nous ne pouvons que nous en réjouir et féliciter l ensemble des salariés qui ont contribué à cette réussite. Si l on accepte que ce résultat a été obtenu dans des conditions difficiles, les travaux, des difficultés de fonctionnement interne, une situation économique peu favorable. Autant de feins à une prise en charge sereine des résidents. Il me semble d autant plus important de saluer le mérite d un tel taux de retour en logement autonome, au regard du public que nous accueillons. Il convient également, en préambule, que nous revenions sur l avancée des travaux. En effet, ceux-ci, après une année de quasi arrêt (en 2012), ont repris durant l année dernière leur plein régime. Nous commençons à voir la fin de la première phase. Nous allons, dans quelques mois, déménager afin de vider la partie Cité de refuge et occuper le seul bâtiment Centre espoir, nouvellement refait. Durant tout le temps de cette deuxième phase, où se feront les travaux sur la Cité de refuge, nous accueillerons 58 personnes sur l ex CAU Cantagrel, devenu CHS Chevaleret, et 50 personnes sur le CHRS. Un autre point est venu perturber notre mission durant l année 2013, ce sont les dysfonctionnements engendrés par une gestion inappropriée de la chef de service Educatif du Palais du peuple. Avec un management basé sur le clivage, le favoritisme, la manipulation l établissement ne pouvait qu être mis à mal. De ce fait, les résultats en termes d insertion sur cet établissement ne sont pas aussi favorables qu à la Cité. L arrivée d un nouveau chef de service en 2014 devrait permettre de remonter ces chiffres. Laurent DESMARESCAUX Directeur Rapport d activité Page 9

10

11 I. CADRES D ACTION DE L ETABLISSEMENT I.1 CADRAGE LEGISLATIF I.1.1 LE CADRAGE NATIONAL Il s agit des grandes lois du secteur exclusion qui guident notre action et dont découlent nos missions. La loi nº du 29 juillet 1998 et loi nº du 1 er décembre 2008 généralisent le revenu de solidarité active et réformant les politiques d insertion Cette loi modifie la définition des personnes pouvant êtres admises à l aide sociale. Bénéficiant, sur leur demande, de l aide sociale dans des centres d hébergement et de réinsertion sociale (CRS) publics ou privés, les personnes et les familles qui connaissent de graves difficultés, notamment économiques, familiales, de logement, de santé ou d insertion. Les centres doivent assurer quatre missions essentielles auprès de ces publics : l accueil et l orientation, notamment en urgence l Hébergement ou le logement individuel ou collectif le soutien ou l accompagnement social l adaptation à la vie active et l insertion sociale et professionnelle En ce qui concerne le RSA, l article premier de la loi précise que : «le RSA a pour objet d assurer à ses bénéficiaires les moyens convenables d existence ; afin de lutter contre la pauvreté, encourager l exercice ou le retour à une activité professionnelle et aider l insertion professionnelle de ses bénéficiaires (...)» Le RSA remplace ainsi le Revenu Minimum d Insertion et les différents mécanismes d intéressement à la reprise d activité. La loi nº du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale se décline sur quatre grands axes : l affirmation et la promotion du droit des usagers la diversification des services et leur assise juridique (y compris ceux qui en étaient dépourvus comme les lieux de vie) la définition de procédures d évaluation l indication à formaliser les procédures de concertation et de partenariat La loi renforce le droit des personnes et prévoit la mise en œuvre d un certain nombre d instruments pour leur concrétisation (livret d accueil, contrat de séjour, règlement de fonctionnement, charte de l usager, conseil de vie sociale...). Rapport d activité Page 11

12 Le décret nº du relatif au conseil de vie sociale et la circulaire DGAS du relative au livret d accueil en précisent les contours. Le Plan PARSA (Plan d action renforcé du dispositif d hébergement et de logement des personnes sans abri), 8 janvier 2007, énonce le principe de continuité de prise en charge des sansabri. «Toute personne accueillie dans un centre d hébergement d urgence devra se voir proposer, en fonction de sa situation, une solution pérenne, adaptée et accompagnée si nécessaire (...)». Le PARSA s inscrit dans la continuité des dispositions de la loi de cohésion sociale, En effet il prévoit : La transformation de places d hébergement d urgence en places en CHRS et en places d hébergement de stabilisation La création de places en maisons-relais et en résidence hôtelière à vocation sociale (programme LOGIRELAIS) Une priorisation des publics sortants de CHRS dans l attribution de logements du parc social publics et dans le parc privé conventionné prioritairement aux publics sortant de CHRS. La loi DALO : Droit Au Logement Opposable L objectif principal de la loi nº du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, est de garantir le droit à un logement à toute personne qui, résidant en France de façon stable et régulière, n est pas en mesure d accéder à un logement décent ou de s y maintenir. La loi institue : 1. Un recours à l amiable et en contentieux afin de faire valoir le droit garanti par l Etat, à un logement décent et indépendant 2. Le principe de la continuité de la prise en charge des sans-abri. «Toute personne accueillie dans une structure d hébergement d urgence doit pouvoir y demeurer, dès lors qu elle le souhaite, jusqu à ce qu une orientation lui soit proposée». La circulaire du 19 mars 2007 met en œuvre ce principe de continuité dans la prise en charge des sansabri avec la suppression de la durée maximale de séjour, l élaboration systématique d un diagnostic et le principe de non-remise à la rue. La loi Molle (Mobilisation pour le logement dite loi Boutin du 25 mars 2009 La loi Molle instaure des changements dans différents domaines : Son article 2 créé trois catégories d activités, prévues à l article L du code de construction et de l habitat A savoir : la maîtrise d ouvrage (1), l ingénierie sociale (2), l intermédiation locative et gestion locative sociale (3). Pour exercer une de ces trois activités, il faut formuler une demande d agréments Rapport d activité Page 12

13 Obligation de création de CCAPEX (commissions de coordination des actions de prévention des expulsions locatives L obligation pour les organismes HLM de contacter des conventions d utilité sociale L instauration des Plans Départementaux d Accueil, d Hébergement et d Insertion La stratégie nationale de refondation du 10 novembre 2009 : 20 mesures pour refonder le dispositif de prise en charge des personnes sans abris et mal-logées Les objectifs de la stratégie : Fluidifier le dispositif Assurer une meilleure coordination territoriale entre les acteurs Réaffirmer le rôle de l Etat Améliorer la lisibilité et la transparence avec des conventionnements Etat-associations autour de véritables CPOM (contrats pluriannuels d objectifs et de moyens) Stratégie articulée autour de deux principes directeurs : La mise en place d un service public et d hébergement et de l accès au logement la poursuite du «logement d abord». Pour cela, différents outils ont été imaginés : Pour l amélioration de l organisation et de la programmation territoriale incluant la structuration d un maillage territoriale par les équipes mobiles : des PDAHI (Plans Départementaux d Accueil d Hébergement d Insertion) La mise en place de SIAO (services intégrés de l accueil et de l orientation) dans chaque département La mise en place d un référent personnel pour chaque personne garant de la continuité de son parcours L harmonisation des prestations et des coûts (référentiel prestations / coûts) La circulaire NºDGCS/USH/2010/252 SIAO du 7 juillet 2010 Le SIAO a été imaginé comme une plateforme unique sensée favoriser la transition de l urgence vers l insertion et garantir la «nécessaire fluidité vers le logement». Le SIAO assure ainsi la coordination des acteurs locaux de l hébergement et du logement en instaurant «un dialogue permanent». La circulaire de juillet 2010 présente les outils qui accompagnent la mise en place des SIAO : la convention Etat/SIAO qui précise les moyens financiers alloués à la légitimité des actives, l outil informatique, la grille unique d évaluation de la demande d hébergement ou de logement. La circulaire NºDGAS/LCE 1A/2009/351 du 9 décembre 2009 relative à la planification territoriale de l offre d accueil, d hébergement et d insertion (PDAHI) des personnes sans domicile, en liaison avec les politiques d accès au logement Rapport d activité Page 13

14 Les PDAHI mettent en place une programmation pluriannuelle et territorialisée de l offre, ils sont des outils stratégiques pour renouveler la prise en charge des personnes sans abris et/ou mal-logées. Les PDAHI sont intégrés dans les PDALPD (plans départementaux d action pour le logement des personnes défavorisées. La durée des plans est fixée à 5 ans maximum, sont couverts : les différentes composantes du dispositif de veille, les services d accompagnement social, les logements temporaires, les capacités des accueils de jour, les CADA. Ils sont sensés se structurer autour de trois grands axes : le logement d abord, l organisation de l offre en fonction des besoins des «personnes démunies» et l amélioration de l orientation et de la continuité du parcours résidentiel I.1.2 LE CADRAGE REGIONAL PALAIS DU PEUPLE / 100 LITS CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR / 215 LITS CAU CANTAGREL / 58 LITS Rapport d activité Page 14

15 I.2 LE CADRAGE DE LA FADS I.2.1 HISTORIQUE C est dans l Angleterre industrielle de la fin du XIXème siècle et sous l impulsion d un pasteur, William Booth, que les fondements de l «Armée du Salut» ont été posés. Celui-ci fonde en 1865, la «Mission chrétienne». Portée par une éthique chrétienne, face à la pauvreté matérielle du monde ouvrier de cette époque, sa vocation est de répondre à ses besoins physiques, sociaux et spirituels. Son slogan est «Soupe, Savon, Salut». En 1878, «l Armée du Salut se substitue à la «Mission chrétienne». Cette «Armée» essaime dans l Empire britannique, puis à travers le monde. Aujourd hui présente dans 115 pays sur les cinq continents, elle accomplit une œuvre d intérêt général dans les domaines de la santé, de l enseignement, du social et intervient à toutes les étapes de la vie. L Armée du Salut a pour vocation de restaurer la personne dans son corps, son humanité, ses droits fondamentaux et sa spiritualité. Implantée en France depuis 1881, l Armée du Salut a développé une culture sociale et médico-sociale. Elle est reconnue d utilité publique depuis Elle engage des partenariats avec les pouvoirs publics et avec les acteurs du champ social et médico-social : l Union Nationale Interfédérale des Organismes Privés Sanitaires et Sociaux (UNIOPSS), la Fédération Nationale des Associations d Accueil et de Réinsertion Sociale (FNARS), le Syndicat général des Œuvres Privées sanitaires et sociales (SOP), la Fédération française des Banques Alimentaires. En 1994, l Armée du Salut adopte de nouveaux statuts en constituant La Congrégation de l Armée du Salut, composée des officiers de l Armée du Salut, reconnue par l Etat, et membre de la Fédération Protestante de France. A la suite du Décret du 11 avril 2000, La Fondation de l Armée du Salut se substitue à l AOFBAS Association des Œuvres Françaises de Bienfaisance de l Armée du Salut qui assurait jusqu alors la gestion des établissements à caractère social et médico-social. Par cette démarche, la Fondation de l Armée du Salut affirme sa volonté d ouverture à la société civile, aux différents environnements politiques, culturels, sociaux et humains. Elle est fondée sur l engagement de ses membres à apporter aide, secours et attention aux personnes les plus en difficulté. Elle développe des réponses matérielles, morales et spirituelles en direction des personnes qui, momentanément ou durablement, ont besoin d accueil, d écoute, de retrouver leur dignité et de trouver ou de reprendre leur place dans la société. La Fondation de l Armée du Salut qui gère 50 établissements sociaux et médicaux-sociaux, compte 2000 salariés et 2500 bénévoles réguliers est certifiée depuis le 24 mai 2004 (Bureau Veritas). Elle poursuit une action multi spécialiste fondée autour de trois missions : «Secourir, Accompagner, Reconstruire» Rapport d activité Page 15

16 I.2.2 SYNTHESE DES ORIENTATIONS STRATEGIQUES I Fondation de l Armée du Salut Présence sur le territoire Amélioration du cadre de vie Partage des pratiques professionnelles Démarche participative et citoyenne Renforcer notre maîtrise des coûts Fonction politique et militante Synergies Fondation-Congrégation Politique RH Communication et ressources I Secteur exclusion Prioriser le développement de la Fondation dans les régions où elle est déjà implantée, en accentuant la polyvalence de ses actions sur ses territoires Moderniser et d adapter le patrimoine immobilier existant pour améliorer la qualité d accueil Développer les analyses et les réflexions sur des thématiques transversales relatives aux différents publics accueillis afin d adapter et enrichir les pratiques professionnelles Développer la participation des personnes accueillies. La mise en œuvre de la méthodologie et de la pédagogie d accompagnement favorisant le droit fondamental d accès à la citoyenneté doit s accentuer Engager une réflexion envers les personnes judiciarisées en vue de développer des actions Mise en synergie de l action sociale de la Congrégation et de la Fondation afin de favoriser l unité de l Armée du Salut en France, dans ses différentes composantes Anticiper et accompagner l adaptation de l offre aux besoins des publics en situation de risque d exclusion ou d exclusion en mettant en œuvre des actions expérimentales (lieux de rupture, solidarités intergénérationnelles, mixité des publics, prise en compte de l environnement affectif et social de la personne accueillie) Mettre en œuvre l accompagnement spirituel pour les personnes accueillies Participer aux politiques publiques Développer des moyens pour l élaboration de diagnostics des besoins des publics accueillis Accentuer la co-construction de positions politiques par la mise en place de groupes de travail internes à la Fondation, en faisant appel, si besoin, à des experts extérieurs Veiller à une responsabilisation accrue des directeurs d établissements Renforcer les services fonctionnels et poursuivre leur professionnalisation, notamment en matière de ressources humaines, d immobilier, de conformité et de qualité, de gestion comptable et financière Rapport d activité Page 16

17 Mutualiser les moyens humains et matériels Poursuivre la professionnalisation et la formation des salariés et en priorité pour ceux qui ont une faible qualification Amplifier la participation de l ensemble des salariés à la mise en œuvre de la politique générale de la Fondation Renforcer l articulation de la communication de la Fondation et de la Congrégation Rapport d activité Page 17

18

19 II. PRESTATIONS DELIVREES ET ORGANISATION DES SERVICES II.1 LA CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR Rapport d activité Page 19

20

21 II.1.1 LE SERVICE SOCIO-EDUCATIF II Préparation à l accueil d un nouveau public Déjà abordées l an passé, et menées dans la continuité, la réflexion et la préparation à l accueil d un nouveau public se sont accentuées et affinées au cours de l année En simple rappel, il est dans notre volonté de proposer un hébergement et un accompagnement social à un public composé de femmes seules avec enfants, de couples, et enfin de familles. Les travaux ont été pensés, en partie, pour ce projet. A la fin de la première phase, en milieu d année, nous aurons la possibilité d accueillir 4 familles. C est pourquoi nous avons mis en place une succession de réunions, de rencontres, de visites et de formations. II Les groupes de réflexion et d action Trois groupes se sont constitués, composés chacun de salariés représentant la plupart des corps de métiers présents dans notre structure (agents d accueil, travailleurs sociaux, accueil hôtellerie, agents administratifs, agents techniques ) Le but de la constitution de ces groupes est de préparer au mieux l arrivée de ce nouveau public, en réfléchissant et organisant des rencontres autour de l accompagnement auprès des enfants et des familles. II Ecrits et procédures Le premier groupe travaille depuis plusieurs mois sur l actualisation et la création de documents nécessaires au bon fonctionnement de l accueil (règlement intérieur, contrat de séjour, livret d accueil, procédures) II Contacts et listes de structures Une rencontre a été organisée par ce groupe, au centre de l Armée du salut de Thiais. Comme cette structure accueille des femmes avec enfants (dès l âge de trois ans), il nous semblait intéressant de faire rencontrer les professionnels des deux centres, afin d échanger sur les pratiques professionnelles dans le cadre de l accueil de ce public. D autres rencontres sont programmées pour le premier trimestre II Contacts futurs partenaires Ce groupe a travaillé à l élaboration d un listing de futurs partenaires incontournables, dans notre travail d accompagnement social, pour les familles. Ex. : les écoles du quartier, les centres aérés, la PMI, le CCAS, les centres sociaux (CAF), les conseils et associations de quartier, le point d accès aux droits (PAD), les bibliothèques, les bourses de vêtements, etc. Des premiers contacts téléphoniques ont été réalisés. Un programme de rencontres sera réalisé début Rapport d activité Page 21

RAPPORT D ACTIVITÉ 2012

RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 La Cité de Refuge / Centre Espoir Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Le Palais du Peuple Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Centre d Accueil d Urgence «Cantagrel»

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2011

RAPPORT D ACTIVITE 2011 RAPPORT D ACTIVITE 2011 La Cité de Refuge / Centre Espoir Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Centre d Accueil d Urgence «Cantagrel» Association intermédiaire «Travail et Partage» Le Palais

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Le SIAO unique départemental

Le SIAO unique départemental Le SIAO unique départemental http://siao25.e-monsite.com/ mai 2015 24 mars 2014 Promulgation de la loi ALUR (LOI POUR L ACCÈS AU LOGEMENT ET UN URBANISME RÉNOVÉ ) Le Service intégré d accueil et d orientation

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE CHRS

RAPPORT D ACTIVITE CHRS Accueillir Ecouter Accompagner RAPPORT D ACTIVITE 212 CHRS CHRS Association Abri de la Providence 18, rue de Nazareth 49 1 ANGERS Tel 2.41.41.41. Fax 2.41.25.3.45 lespetitesmaisons@abridelaprovidence.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014. Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014. Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014 Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion Contact : Préfecture du Haut-Rhin Sébastien BOUCHÉ Chef

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE

CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE SOLIDARITÉ ACCUEIL 25 avenue Charles de Gaulle à Châteauroux SIAO : Service de l Accueil et de l Orientation

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI P. 5 P. 11 P. 16 2 Le droit au logement opposable : mode d emploi Introduction QU EST-CE QUE LE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE? La loi du 5 mars 2007 institue un

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie Ses missions et services Pôle Logement hébergement Marie-Antoinette FORAY, cheffe de pôle téléphone 04.50.88.48.72 télécopie 04.50.88.48.82

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

«Envol» Une bourse pour devenir ambulancier. www.ordredemaltefrance.org

«Envol» Une bourse pour devenir ambulancier. www.ordredemaltefrance.org «Envol» Une bourse pour devenir ambulancier www.ordredemaltefrance.org «Envol» Une bourse pour devenir ambulancier L Ordre de Malte France Issu du plus ancien organisme caritatif au monde, l Ordre de Malte

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Bilan du Renfort hivernal 2013/2014

Bilan du Renfort hivernal 2013/2014 Préfet du Rhône Direction départementale de la cohésion sociale Bilan du Renfort hivernal 2013/2014 Comité technique de la veille sociale 27 mai 2014 1 Les contours du renfort hivernal Une instruction

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS. Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS. Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66 L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66 L Action Sociale, à vos côtés "Protéger c'est s'engager" Une valeur fondamentale mise en œuvre par

Plus en détail

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Le dispositif du SIAO 06 en 2012 SIAO urgence Mise à l abri et orientation : 115 et PAU Hébergement : SIAO insertion - ALT - CHRS Urgence - CHRS Insertion - Lits

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

L accompagnement des gens du voyage

L accompagnement des gens du voyage L accompagnement des gens du voyage La deuxième phase de révision du Schéma départemental d accueil des gens du voyage a né- collégialement des enjeux et des orientations d actions à inscrire au Schéma

Plus en détail

FORMATIONS DES BENEVOLES

FORMATIONS DES BENEVOLES 2015 Agir pour la Solidarité FORMATIONS DES BENEVOLES Administrateurs et bénévoles des associations du secteur de l insertion sociale et professionnelle 2015 Sommaire Le paysage institutionnel du secteur

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004)

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Entre Madame ou Mademoiselle Et la représentante du C.H.R.S. Le Grand Saint Jean de l association Le Grand Saint Jean

Plus en détail

Pour en savoir plus. Pour les communautaires : Le droit à la protection sociale des communautaires. Gisti téléch.

Pour en savoir plus. Pour les communautaires : Le droit à la protection sociale des communautaires. Gisti téléch. Droits pour les Etrangers en situation régulière 1 Textes de référence Toujours voir : -les textes législatifs et règlementaires - les textes internationaux -les circulaires - les jurisprudences Pour en

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

Service Accueil RSA RAPPORT D ACTIVITE 2014

Service Accueil RSA  RAPPORT D ACTIVITE 2014 Service Accueil RSA RAPPORT D ACTIVITE 2014 TABLE DES MATIERES PRESENTATION DU SERVICE ET DE SON ORGANISATION... 3 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF DU SERVICE ACCUEIL RSA... 5 1. Quelques données générales...

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES. ROME, 29 octobre 2008

LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES. ROME, 29 octobre 2008 LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES ROME, 29 octobre 2008 L errance : un phénomène né du chômage et de la précarité Le chômage, source de fragilisation 2% de la population active en 1965,

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

Comité régional de l habitat et de l hébergement du Languedoc-Roussillon

Comité régional de l habitat et de l hébergement du Languedoc-Roussillon PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Montpellier, le 6 mars 2015 Pôle Cohésion Sociale Territoriale Comité régional de l habitat

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION Le Pôle Logement Hébergement regroupe différents services et dispositifs dont 3 Centres d Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), des appartements

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Fiche SIAO 33 SERVICE INTEGRE D ACCUEIL ET D ORIENTATION

Fiche SIAO 33 SERVICE INTEGRE D ACCUEIL ET D ORIENTATION Date de la demande Date de réactualisation FICHE PERSONNE *Nom : *Nom : *Prénom : *Prénom : *Date de naissance : *Date de naissance : Lieu de naissance : *Lieu de naissance : *Nationalité : *Nationalité

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée?

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée? RELOREF REchercher un LOgement pour les REFugiés VP/JD/2008 SERVICE COORDINATION&LOGEMENT Référence : ALT Domaine concerné : LOGEMENT Type de document : FAQ/NOTE TECHNIQUE Axe 3 du projet RELOREF : animation

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Accord de la branche des du 30/06/05

Accord de la branche des du 30/06/05 Accord de la branche des du 30/06/05 Date de l extension Codes naf : OPCA : HABITAT FORMATION Convention collective : Droit individuel à la formation Démarrage 07/05/05 Ancienneté Au 31 décembre de chaque

Plus en détail

Revenu de Solidarité Active

Revenu de Solidarité Active Guide à destination des bénéficiaires du rsa Les droits et les devoirs des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active Vous êtes bénéficiaire du rsa. Ce livret a pour objet de vous informer sur vos droits

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Présentation SIAO Urgence de Paris Colloque AFR 20.10.2011. AFR - Journée Thématique Hébergement - 20/10/11

Présentation SIAO Urgence de Paris Colloque AFR 20.10.2011. AFR - Journée Thématique Hébergement - 20/10/11 Présentation SIAO Urgence de Paris Colloque AFR 20.10.2011 1 INTRODUCTION Présentation du SIAO Urgence de Paris en 4 points généraux : Contexte (origines, textes règlementaires et au GIP Samusocial de

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE «CARABACEL» À NICE

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE «CARABACEL» À NICE DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE «CARABACEL» À NICE Adoma - Résidence sociale «Carabacel» 3 rue de la Gendarmerie 06 000 Nice Adoma propose des solutions de logement et d hébergement

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale

HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence immobilière à vocation sociale Merci de Retourner ce Dossier à : HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale 81

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence :

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence : Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012 Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012 Textes de référence : Loi 88-1088 du 1 er décembre 1988 relative au revenu minimum d insertion

Plus en détail

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville Les CCAS sont Habilités de plein droit a domicilier. ( Art L264,1 à 264.10 du CASF) C est l une de leur mission

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Département de Seine-Maritime

Département de Seine-Maritime Département de Seine-Maritime Cahier des charges «Déménagement social» Juin 2009 1 - Préambule Avec un taux de chômage de 9% (4 ème trimestre 2008), le Département de Seine-Maritime se situe 1.2 points

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

DOSSIER PRE-INSTRUCTION

DOSSIER PRE-INSTRUCTION DOSSIER PRE-INSTRUCTION ACCES HEBERGEMENT EN RESIDENCE SOCIALE NOTICE Le dossier de pré-instruction doit obligatoirement être rempli par un travailleur social. Il est indispensable que le demandeur entreprenne

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS de Marly-le-Roi 2 e étage Service d aide à domicile Hôtel de Ville BP 252 78160 Marly-le-Roi Tel : 01 30 61 60 81 - Fax : 01 30 61 61 11 www.marlyleroi.fr

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report REGAIN Activité 2011 Crée en 2009 l établissement REGAIN a vécu en 2011 d importants changements liés aux fortes mutations de notre secteur d activité et accélérés par la fusion de Chrétiens Antibes Solidarité

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion u La Maîtrise d ouvrage d insertion LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT Une réponse u pour les ménages qui n entrent pas dans les standards habituels du logement social. La Maîtrise

Plus en détail