RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉ 2013"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 La Cité de Refuge / Centre Espoir Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Le Palais du Peuple Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale Centre d Accueil d Urgence «Cantagrel» Rapport d activité Page 1

2 CITE DE REFUGE CENTRE ESPOIR PALAIS DU PEULE CAU CANTAGREL Directeur... Directeur adjoint... Gestionnaire... Monsieur Laurent DESMARESCAUX Monsieur Jean Yves RAMPANT Madame Catherine OBERLECHNER CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR Adresse 12, rue Cantagrel Paris Tél (standard) Fax (Service administratif) Fax (Service socio éducatif) Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité RER C Arrêt Bibliothèque Nationale de France Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque Nationale de France Chef du service Educatif... Chef du service Ateliers... Chef du service Hôtellerie... Chef du service Logistique... Responsable Q.S.E... Madame Fatiha AKTOUCHE Monsieur Laurent POISSON Madame Kheira AHMOUDA Monsieur Nacer TADJINE Madame Cécile CORDEIRO PALAIS DU PEUPLE Adresse 29, rue des Cordelières Paris Tél (accueil) Fax général Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité Métro ligne 6 (arrêt Glacière) Métro ligne 7 (arrêt Les Gobelins) Responsable Q.S.E... Madame Cécile CORDEIRO CAU CANTAGREL Adresse 12, rue Cantagrel Paris Tél /77 (Accueil) Tél /75 (Service social) Fax général Siège social Fondation de l Armée du Salut 60, rue des Frères Flavien PARIS CEDEX 20 E mail Accessibilité RER C Arrêt Bibliothèque Nationale de France Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque Nationale de France Chef de service... Monsieur Massar DIOP Rapport d activité Page 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION 9 I. CADRES D ACTION DE L ETABLISSEMENT 11 I.1 CADRAGE LEGISLATIF 11 I.1.1 Le Cadrage national 11 I.1.2 Le cadrage régional 14 I.2 LE CADRAGE DE LA FADS 15 I.2.1 Historique 15 I.2.2 Synthèse des Orientations Stratégiques 16 I Fondation de l Armée du Salut 16 I Secteur exclusion 16 II. PRESTATIONS DELIVREES ET ORGANISATION DES SERVICES 19 II.1 LA CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR 19 II.1.1 LE SERVICE SOCIO EDUCATIF 21 II Préparation à l accueil d un nouveau public 21 II Les groupes de réflexion et d action 21 II Ecrits et procédures 21 II Contacts et listes de structures 21 II Contacts futurs partenaires 21 II La formation 22 II L équipe éducative 22 II Mission du référent social 22 II Les réunions de travail des référents sociaux 23 II Répartition de l équipe éducative dans l accompagnement des résidents 23 II L accueil des stagiaires en II Objectifs, bilans et suivis des résidents en II La santé des résidents 27 II Les démarches administratives 28 II Les sorties par rapport à l emploi (61 résidents) 29 II Les sorties par rapport au logement / Hébergement (61 résidents) 29 II Les objectifs de service II Les admissions 31 II Bilan de l année pour les entretiens de pré admission en II Bilan des admissions en II L organisation et procédure d accueil au CHRS 32 II L activité en II La population accueillie Typologie 32 II Répartition par nationalité des nouveaux résidants 33 II Répartition par situation familiale 33 II Répartition par tranches d âge 33 II Répartition par rapport aux situations administratives 33 II Répartition selon les revenus financiers 34 II Journées réalisées 34 II Les sorties en 2013 (fin de prise en charge) 35 II Conclusion 37 II.1.2 LE SERVICE SACAS (Service d Animation Culturelle, artistique et sportive) 38 II Présentation 38 II Atelier port, bien être, Culture, séjours 38 II Rôle de l animateur 38 II L atelier sport et bien être 38 II Projet Rapport d activité Page 3

4 II Atelier de créativité plastique et musicale 47 II Activités de l année II Autres animations 49 II Sorties 50 II Participation à l élaboration et la mise en place du projet PEMAPI (Projet Emploi Multi Activités Pour l Insertion) 50 II Propositions pour l année II.1.3 SERVICE PSYCHOLOGIQUE 52 II.1.4 SERVICE LOGISTIQUE 54 II La composition du service 54 II Le moniteur de nuit 54 II Les veilleurs de nuit 54 II Le chef de service 55 II Les agents d accueil de jour 55 II Les magasiniers 55 II Le coursier 55 II Quelques produits livrés ou consommés dans l année 55 II.1.5 LE SERVICE EMPLOI 56 II Introduction 56 II Le fonctionnement 56 II Bilan quantitatif et qualitatif 57 II Les ateliers techniques 57 II Résultats des ateliers mis en place 58 II Les partenariats 58 II L HANDICAFE proposé par L ADAPT 59 II Mise en relation employeur 60 II Le lien privilégié avec l association intermédiaire "Travail et Partage" 60 II Exposé d une situation dans le cadre de l accompagnement à l Espace Emploi 60 II Bilan des objectifs II Le PEMAPI : Une démarche professionnelle et humaine au sein d un CHRS 62 II Les ateliers de redynamisation 63 II Objectifs généraux des ateliers atteints 65 II Les ateliers de TRE 66 II Les outils d évaluation 67 II Des résultats 69 II Le poste d agent d accueil et d accompagnement 69 II Objectifs II Conclusion 70 II.1.6 LE SERVICE LOGEMENT 72 II L Environnement 72 II En interne 72 II En externe 72 II Les données chiffrées 74 II Les dossiers instruits par le service 74 II Les relogements 75 II Exemple d accompagnement dans le logement 77 II.1.7 LE SERVICE HOTELLERIE 80 II Présentation du Service 80 II Activités 82 II Gestion des chambres 82 II Cafétéria 83 II Self 83 II Hygiène et sécurité 84 II Communication 84 II Mouvements de personnel 84 II Impact des travaux de mise en conformité 85 II Conclusion 85 II.1.8 LES ATELIERS TECHNIQUES 86 II L organisation des ateliers 86 II Les ateliers occupationnels 86 II Les ateliers d actions éducatives et techniques 86 Rapport d activité Page 4

5 II Les stagiaires 86 II Faits marquants en II La mission des Moniteurs d ateliers 87 II Le rôle des moniteurs 87 II L entretien des bâtiments 88 II La réhabilitation 2012 / II Les réunions 89 II La place des résidants au sein des ateliers 89 II Moyens 90 II Les travaux réalisés en II.1.9 LINGERIE BUANDERIE 93 II Fonctionnement 93 II Le rôle des moniteurs 93 II L atelier occupationnel 93 II L atelier éducatif et technique (voir les ateliers techniques) 93 II Fait marquant de l année 94 II.2 LE PALAIS DU PEUPLE 97 II.2.1 SERVICE ACCUEIL ET LOGISTIQUE 99 II Restauration 99 II Hygiène et sécurité des biens et des personnes 101 II Hygiène et Santé 101 II L entretien des locaux 102 II La logistique 102 II Sécurité 102 II Environnement 103 II Maintenance des bâtiments et des équipements 103 II Les diagnostics préventifs et curatifs 104 II Travaux et achats 105 II L accueil au Palais du peuple 107 II Les stagiaires 107 II Information Coordination Echanges 107 II Temps d'échanges 107 II Temps festifs et participatifs 108 II Audit externe et évaluation interne 108 II Projet d'établissement et projet de service accueil et logistique 108 II Partenariat interne et externe 108 II Partenariat interne 108 II Partenariat externe 108 II Formation et amélioration des conditions de travail 111 II Les Formations 111 II Bilan 2013 et objectifs II Les travaux de la Cité refuge Centre espoir 112 II.2.2 SERVICE EDUCATIF 114 II Les admissions en 2013 et le partenariat avec le SIAO 114 II La participation financière 114 II Personnes accueillies en II Situation administrative 115 II Répartition en fonction de l âge 116 II Situation professionnelle 116 II Situation financière 116 II Hébergement à l entrée 117 II Personnes présentes au 31 décembre II Situation administrative 117 II Evolution de l âge 118 II Situation financière 118 II Situation professionnelle 118 II Situation en fonction de l orientation 119 II Personnes sorties en II Sortie administrative 119 II Répartition en fonction de l âge 119 II Répartition en fonction de la situation professionnelle 120 II L appartement des pères et des familles 121 Rapport d activité Page 5

6 II Objectifs du service Educatif pour II.2.3 L ESPACE EMPLOI 123 II Le Fonctionnement 123 II Bilan chiffré 124 II Répartition des résidants par âges 124 II Répartition des résidants par niveau de formation 124 II Situation professionnelle des résidants 125 II Situation globale des résidants hébergés au Palais du Peuple en 2013, vis à vis de l emploi126 II Le travail en partenariat 126 II Rencontres avec les partenaires 126 II L étude sur la situation des personnes de plus de 45 ans 127 II Partenaires réguliers : 127 II L Espace Emploi du Palais du Peuple travaille toujours en collaboration étroite avec le Service Emploi du Centre Espoir 128 II Le projet PEMAPI 128 II Les ateliers techniques et éducatifs du Centre Espoir 128 II L Atelier plonge au Palais du Peuple 129 II Les bénévoles intervenants à l Espace Emploi 129 II PLANNING DES BENEVOLES 130 II.2.4 L ESPACE SOCIO CULTUREL 131 II L espace créativité 131 II Le bar 131 II Les sorties culturelles avec culture du cœur 132 II Les sorties d été 132 II Séjour à la montagne 133 II Atelier musique 133 II Sortie au salon de l agriculture 133 II Le CVS 133 II Le jardin 133 II L atelier cuisine 134 II.2.5 LE SERVICE PSYCHOLOGIQUE 135 II Présentation 135 II Problématiques et pathologies concernées 135 II Les différentes modalités de prise en charge 135 II Les nouvelles pathologies 136 II Conclusion 136 II.3 CAU CANTAGREL 137 II Faits marquants 139 II Observations 139 II Présentation de la structure 139 II Mission 139 II Les moyens humains 140 II L accompagnement social 141 II Les demandes d orientation 141 II Activité du centre d accueil d urgence CANTAGREL du 01/01/2013 au 31/12/ II Nombre de personnes présentent en II Répartition par rapport à la provenance des résidents 142 II Orientations 143 II Répartition par rapport aux ressources des résidents 143 II Perspectives et objectifs II Conclusion 144 III. LE TRAVAIL EN RESEAU ET LES MOYENS HUMAINS 145 III.1 III.2 III.3 III.4 Effectifs par grandes catégories (en ETP) (Cité de refuge centre espoir) 145 Organigramme Cité de refuge 146 organigramme palais du peuple 147 organigramme cau cautagrel 148 Rapport d activité Page 6

7 III.5 III.6 III.7 III.8 III.9 L absentéisme de janvier à décembre La formation professionnelle continue 149 Congés individuels de formation 149 La représentation du personnel 149 Information sur la durée et l organisation du temps de travail 149 IV. LES RESULTATS FINANCIERS 150 V. LES RECENTES EVOLUTIONS AU SEIN DE LA STRUCTURE 161 V.1 Bilan des objectifs et projection pour l avenir 161 Rapport d activité Page 7

8

9 INTRODUCTION Comment ne pas démarrer ce rapport en insistant sur quelques chiffres. En premier lieu, je pense notamment au pourcentage de rentrée en logement autonome sur la Cité de refuge. Avec 67%, nous ne pouvons que nous en réjouir et féliciter l ensemble des salariés qui ont contribué à cette réussite. Si l on accepte que ce résultat a été obtenu dans des conditions difficiles, les travaux, des difficultés de fonctionnement interne, une situation économique peu favorable. Autant de feins à une prise en charge sereine des résidents. Il me semble d autant plus important de saluer le mérite d un tel taux de retour en logement autonome, au regard du public que nous accueillons. Il convient également, en préambule, que nous revenions sur l avancée des travaux. En effet, ceux-ci, après une année de quasi arrêt (en 2012), ont repris durant l année dernière leur plein régime. Nous commençons à voir la fin de la première phase. Nous allons, dans quelques mois, déménager afin de vider la partie Cité de refuge et occuper le seul bâtiment Centre espoir, nouvellement refait. Durant tout le temps de cette deuxième phase, où se feront les travaux sur la Cité de refuge, nous accueillerons 58 personnes sur l ex CAU Cantagrel, devenu CHS Chevaleret, et 50 personnes sur le CHRS. Un autre point est venu perturber notre mission durant l année 2013, ce sont les dysfonctionnements engendrés par une gestion inappropriée de la chef de service Educatif du Palais du peuple. Avec un management basé sur le clivage, le favoritisme, la manipulation l établissement ne pouvait qu être mis à mal. De ce fait, les résultats en termes d insertion sur cet établissement ne sont pas aussi favorables qu à la Cité. L arrivée d un nouveau chef de service en 2014 devrait permettre de remonter ces chiffres. Laurent DESMARESCAUX Directeur Rapport d activité Page 9

10

11 I. CADRES D ACTION DE L ETABLISSEMENT I.1 CADRAGE LEGISLATIF I.1.1 LE CADRAGE NATIONAL Il s agit des grandes lois du secteur exclusion qui guident notre action et dont découlent nos missions. La loi nº du 29 juillet 1998 et loi nº du 1 er décembre 2008 généralisent le revenu de solidarité active et réformant les politiques d insertion Cette loi modifie la définition des personnes pouvant êtres admises à l aide sociale. Bénéficiant, sur leur demande, de l aide sociale dans des centres d hébergement et de réinsertion sociale (CRS) publics ou privés, les personnes et les familles qui connaissent de graves difficultés, notamment économiques, familiales, de logement, de santé ou d insertion. Les centres doivent assurer quatre missions essentielles auprès de ces publics : l accueil et l orientation, notamment en urgence l Hébergement ou le logement individuel ou collectif le soutien ou l accompagnement social l adaptation à la vie active et l insertion sociale et professionnelle En ce qui concerne le RSA, l article premier de la loi précise que : «le RSA a pour objet d assurer à ses bénéficiaires les moyens convenables d existence ; afin de lutter contre la pauvreté, encourager l exercice ou le retour à une activité professionnelle et aider l insertion professionnelle de ses bénéficiaires (...)» Le RSA remplace ainsi le Revenu Minimum d Insertion et les différents mécanismes d intéressement à la reprise d activité. La loi nº du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale se décline sur quatre grands axes : l affirmation et la promotion du droit des usagers la diversification des services et leur assise juridique (y compris ceux qui en étaient dépourvus comme les lieux de vie) la définition de procédures d évaluation l indication à formaliser les procédures de concertation et de partenariat La loi renforce le droit des personnes et prévoit la mise en œuvre d un certain nombre d instruments pour leur concrétisation (livret d accueil, contrat de séjour, règlement de fonctionnement, charte de l usager, conseil de vie sociale...). Rapport d activité Page 11

12 Le décret nº du relatif au conseil de vie sociale et la circulaire DGAS du relative au livret d accueil en précisent les contours. Le Plan PARSA (Plan d action renforcé du dispositif d hébergement et de logement des personnes sans abri), 8 janvier 2007, énonce le principe de continuité de prise en charge des sansabri. «Toute personne accueillie dans un centre d hébergement d urgence devra se voir proposer, en fonction de sa situation, une solution pérenne, adaptée et accompagnée si nécessaire (...)». Le PARSA s inscrit dans la continuité des dispositions de la loi de cohésion sociale, En effet il prévoit : La transformation de places d hébergement d urgence en places en CHRS et en places d hébergement de stabilisation La création de places en maisons-relais et en résidence hôtelière à vocation sociale (programme LOGIRELAIS) Une priorisation des publics sortants de CHRS dans l attribution de logements du parc social publics et dans le parc privé conventionné prioritairement aux publics sortant de CHRS. La loi DALO : Droit Au Logement Opposable L objectif principal de la loi nº du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, est de garantir le droit à un logement à toute personne qui, résidant en France de façon stable et régulière, n est pas en mesure d accéder à un logement décent ou de s y maintenir. La loi institue : 1. Un recours à l amiable et en contentieux afin de faire valoir le droit garanti par l Etat, à un logement décent et indépendant 2. Le principe de la continuité de la prise en charge des sans-abri. «Toute personne accueillie dans une structure d hébergement d urgence doit pouvoir y demeurer, dès lors qu elle le souhaite, jusqu à ce qu une orientation lui soit proposée». La circulaire du 19 mars 2007 met en œuvre ce principe de continuité dans la prise en charge des sansabri avec la suppression de la durée maximale de séjour, l élaboration systématique d un diagnostic et le principe de non-remise à la rue. La loi Molle (Mobilisation pour le logement dite loi Boutin du 25 mars 2009 La loi Molle instaure des changements dans différents domaines : Son article 2 créé trois catégories d activités, prévues à l article L du code de construction et de l habitat A savoir : la maîtrise d ouvrage (1), l ingénierie sociale (2), l intermédiation locative et gestion locative sociale (3). Pour exercer une de ces trois activités, il faut formuler une demande d agréments Rapport d activité Page 12

13 Obligation de création de CCAPEX (commissions de coordination des actions de prévention des expulsions locatives L obligation pour les organismes HLM de contacter des conventions d utilité sociale L instauration des Plans Départementaux d Accueil, d Hébergement et d Insertion La stratégie nationale de refondation du 10 novembre 2009 : 20 mesures pour refonder le dispositif de prise en charge des personnes sans abris et mal-logées Les objectifs de la stratégie : Fluidifier le dispositif Assurer une meilleure coordination territoriale entre les acteurs Réaffirmer le rôle de l Etat Améliorer la lisibilité et la transparence avec des conventionnements Etat-associations autour de véritables CPOM (contrats pluriannuels d objectifs et de moyens) Stratégie articulée autour de deux principes directeurs : La mise en place d un service public et d hébergement et de l accès au logement la poursuite du «logement d abord». Pour cela, différents outils ont été imaginés : Pour l amélioration de l organisation et de la programmation territoriale incluant la structuration d un maillage territoriale par les équipes mobiles : des PDAHI (Plans Départementaux d Accueil d Hébergement d Insertion) La mise en place de SIAO (services intégrés de l accueil et de l orientation) dans chaque département La mise en place d un référent personnel pour chaque personne garant de la continuité de son parcours L harmonisation des prestations et des coûts (référentiel prestations / coûts) La circulaire NºDGCS/USH/2010/252 SIAO du 7 juillet 2010 Le SIAO a été imaginé comme une plateforme unique sensée favoriser la transition de l urgence vers l insertion et garantir la «nécessaire fluidité vers le logement». Le SIAO assure ainsi la coordination des acteurs locaux de l hébergement et du logement en instaurant «un dialogue permanent». La circulaire de juillet 2010 présente les outils qui accompagnent la mise en place des SIAO : la convention Etat/SIAO qui précise les moyens financiers alloués à la légitimité des actives, l outil informatique, la grille unique d évaluation de la demande d hébergement ou de logement. La circulaire NºDGAS/LCE 1A/2009/351 du 9 décembre 2009 relative à la planification territoriale de l offre d accueil, d hébergement et d insertion (PDAHI) des personnes sans domicile, en liaison avec les politiques d accès au logement Rapport d activité Page 13

14 Les PDAHI mettent en place une programmation pluriannuelle et territorialisée de l offre, ils sont des outils stratégiques pour renouveler la prise en charge des personnes sans abris et/ou mal-logées. Les PDAHI sont intégrés dans les PDALPD (plans départementaux d action pour le logement des personnes défavorisées. La durée des plans est fixée à 5 ans maximum, sont couverts : les différentes composantes du dispositif de veille, les services d accompagnement social, les logements temporaires, les capacités des accueils de jour, les CADA. Ils sont sensés se structurer autour de trois grands axes : le logement d abord, l organisation de l offre en fonction des besoins des «personnes démunies» et l amélioration de l orientation et de la continuité du parcours résidentiel I.1.2 LE CADRAGE REGIONAL PALAIS DU PEUPLE / 100 LITS CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR / 215 LITS CAU CANTAGREL / 58 LITS Rapport d activité Page 14

15 I.2 LE CADRAGE DE LA FADS I.2.1 HISTORIQUE C est dans l Angleterre industrielle de la fin du XIXème siècle et sous l impulsion d un pasteur, William Booth, que les fondements de l «Armée du Salut» ont été posés. Celui-ci fonde en 1865, la «Mission chrétienne». Portée par une éthique chrétienne, face à la pauvreté matérielle du monde ouvrier de cette époque, sa vocation est de répondre à ses besoins physiques, sociaux et spirituels. Son slogan est «Soupe, Savon, Salut». En 1878, «l Armée du Salut se substitue à la «Mission chrétienne». Cette «Armée» essaime dans l Empire britannique, puis à travers le monde. Aujourd hui présente dans 115 pays sur les cinq continents, elle accomplit une œuvre d intérêt général dans les domaines de la santé, de l enseignement, du social et intervient à toutes les étapes de la vie. L Armée du Salut a pour vocation de restaurer la personne dans son corps, son humanité, ses droits fondamentaux et sa spiritualité. Implantée en France depuis 1881, l Armée du Salut a développé une culture sociale et médico-sociale. Elle est reconnue d utilité publique depuis Elle engage des partenariats avec les pouvoirs publics et avec les acteurs du champ social et médico-social : l Union Nationale Interfédérale des Organismes Privés Sanitaires et Sociaux (UNIOPSS), la Fédération Nationale des Associations d Accueil et de Réinsertion Sociale (FNARS), le Syndicat général des Œuvres Privées sanitaires et sociales (SOP), la Fédération française des Banques Alimentaires. En 1994, l Armée du Salut adopte de nouveaux statuts en constituant La Congrégation de l Armée du Salut, composée des officiers de l Armée du Salut, reconnue par l Etat, et membre de la Fédération Protestante de France. A la suite du Décret du 11 avril 2000, La Fondation de l Armée du Salut se substitue à l AOFBAS Association des Œuvres Françaises de Bienfaisance de l Armée du Salut qui assurait jusqu alors la gestion des établissements à caractère social et médico-social. Par cette démarche, la Fondation de l Armée du Salut affirme sa volonté d ouverture à la société civile, aux différents environnements politiques, culturels, sociaux et humains. Elle est fondée sur l engagement de ses membres à apporter aide, secours et attention aux personnes les plus en difficulté. Elle développe des réponses matérielles, morales et spirituelles en direction des personnes qui, momentanément ou durablement, ont besoin d accueil, d écoute, de retrouver leur dignité et de trouver ou de reprendre leur place dans la société. La Fondation de l Armée du Salut qui gère 50 établissements sociaux et médicaux-sociaux, compte 2000 salariés et 2500 bénévoles réguliers est certifiée depuis le 24 mai 2004 (Bureau Veritas). Elle poursuit une action multi spécialiste fondée autour de trois missions : «Secourir, Accompagner, Reconstruire» Rapport d activité Page 15

16 I.2.2 SYNTHESE DES ORIENTATIONS STRATEGIQUES I Fondation de l Armée du Salut Présence sur le territoire Amélioration du cadre de vie Partage des pratiques professionnelles Démarche participative et citoyenne Renforcer notre maîtrise des coûts Fonction politique et militante Synergies Fondation-Congrégation Politique RH Communication et ressources I Secteur exclusion Prioriser le développement de la Fondation dans les régions où elle est déjà implantée, en accentuant la polyvalence de ses actions sur ses territoires Moderniser et d adapter le patrimoine immobilier existant pour améliorer la qualité d accueil Développer les analyses et les réflexions sur des thématiques transversales relatives aux différents publics accueillis afin d adapter et enrichir les pratiques professionnelles Développer la participation des personnes accueillies. La mise en œuvre de la méthodologie et de la pédagogie d accompagnement favorisant le droit fondamental d accès à la citoyenneté doit s accentuer Engager une réflexion envers les personnes judiciarisées en vue de développer des actions Mise en synergie de l action sociale de la Congrégation et de la Fondation afin de favoriser l unité de l Armée du Salut en France, dans ses différentes composantes Anticiper et accompagner l adaptation de l offre aux besoins des publics en situation de risque d exclusion ou d exclusion en mettant en œuvre des actions expérimentales (lieux de rupture, solidarités intergénérationnelles, mixité des publics, prise en compte de l environnement affectif et social de la personne accueillie) Mettre en œuvre l accompagnement spirituel pour les personnes accueillies Participer aux politiques publiques Développer des moyens pour l élaboration de diagnostics des besoins des publics accueillis Accentuer la co-construction de positions politiques par la mise en place de groupes de travail internes à la Fondation, en faisant appel, si besoin, à des experts extérieurs Veiller à une responsabilisation accrue des directeurs d établissements Renforcer les services fonctionnels et poursuivre leur professionnalisation, notamment en matière de ressources humaines, d immobilier, de conformité et de qualité, de gestion comptable et financière Rapport d activité Page 16

17 Mutualiser les moyens humains et matériels Poursuivre la professionnalisation et la formation des salariés et en priorité pour ceux qui ont une faible qualification Amplifier la participation de l ensemble des salariés à la mise en œuvre de la politique générale de la Fondation Renforcer l articulation de la communication de la Fondation et de la Congrégation Rapport d activité Page 17

18

19 II. PRESTATIONS DELIVREES ET ORGANISATION DES SERVICES II.1 LA CITE DE REFUGE / CENTRE ESPOIR Rapport d activité Page 19

20

21 II.1.1 LE SERVICE SOCIO-EDUCATIF II Préparation à l accueil d un nouveau public Déjà abordées l an passé, et menées dans la continuité, la réflexion et la préparation à l accueil d un nouveau public se sont accentuées et affinées au cours de l année En simple rappel, il est dans notre volonté de proposer un hébergement et un accompagnement social à un public composé de femmes seules avec enfants, de couples, et enfin de familles. Les travaux ont été pensés, en partie, pour ce projet. A la fin de la première phase, en milieu d année, nous aurons la possibilité d accueillir 4 familles. C est pourquoi nous avons mis en place une succession de réunions, de rencontres, de visites et de formations. II Les groupes de réflexion et d action Trois groupes se sont constitués, composés chacun de salariés représentant la plupart des corps de métiers présents dans notre structure (agents d accueil, travailleurs sociaux, accueil hôtellerie, agents administratifs, agents techniques ) Le but de la constitution de ces groupes est de préparer au mieux l arrivée de ce nouveau public, en réfléchissant et organisant des rencontres autour de l accompagnement auprès des enfants et des familles. II Ecrits et procédures Le premier groupe travaille depuis plusieurs mois sur l actualisation et la création de documents nécessaires au bon fonctionnement de l accueil (règlement intérieur, contrat de séjour, livret d accueil, procédures) II Contacts et listes de structures Une rencontre a été organisée par ce groupe, au centre de l Armée du salut de Thiais. Comme cette structure accueille des femmes avec enfants (dès l âge de trois ans), il nous semblait intéressant de faire rencontrer les professionnels des deux centres, afin d échanger sur les pratiques professionnelles dans le cadre de l accueil de ce public. D autres rencontres sont programmées pour le premier trimestre II Contacts futurs partenaires Ce groupe a travaillé à l élaboration d un listing de futurs partenaires incontournables, dans notre travail d accompagnement social, pour les familles. Ex. : les écoles du quartier, les centres aérés, la PMI, le CCAS, les centres sociaux (CAF), les conseils et associations de quartier, le point d accès aux droits (PAD), les bibliothèques, les bourses de vêtements, etc. Des premiers contacts téléphoniques ont été réalisés. Un programme de rencontres sera réalisé début Rapport d activité Page 21

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Le SIAO unique départemental

Le SIAO unique départemental Le SIAO unique départemental http://siao25.e-monsite.com/ mai 2015 24 mars 2014 Promulgation de la loi ALUR (LOI POUR L ACCÈS AU LOGEMENT ET UN URBANISME RÉNOVÉ ) Le Service intégré d accueil et d orientation

Plus en détail

Cadre réservé au service

Cadre réservé au service Cadre réservé au service Numéro de dossier : N 14069*02 Le demandeur Monsieur Madame : : Date de naissance : Nationalité : Française Union européenne Hors Union européenne Situation familiale : Célibataire

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement FONDATION ROGUET Etablissement Public de Santé 58 rue Georges BOISSEAU 92110 CLICHY Règlement de Fonctionnement Accueil de Jour Secrétariat médical Accueil de Jour Téléphone : 01-41-40-46-42 Fax : 01-41-40-47-47

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement N 15036*01 (article L. 441-2-3, II, du code de la construction et de l habitation)

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Discours de Ségolène Neuville à l occasion de la journée «La domiciliation : premier pas vers l inclusion» organisé

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES?

QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? «La Plateforme des régularisés», dite «Plateforme des 3GIP» - Synthèse - Mars 2008 - Juin 2014 QU EST-CE QUE LA PLATEFORME DES REGULARISES? Créée à l initiative de la Préfecture de Paris en 2008, la Plateforme

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres»

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» Plan d accès RER B station du vert galant Autoroute A1 et A3 sortie Tremblay en France, Villepinte Livret d accueil Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» 12 avenue Pasteur 93290 Tremblay en France

Plus en détail

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2 1 - Objectifs de la formation La formation MOSSS vise à former les cadres managers, au sein d établissements privés ou publics des secteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux ou d organismes d insertion

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014. Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014. Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse du Préfet 4 mars 2014 Les emplois d avenir dans les associations du secteur Accueil Hébergement - Insertion Contact : Préfecture du Haut-Rhin Sébastien BOUCHÉ Chef

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015

PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015 PREFET DU CALVADOS Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Calvados 2011-2015 1 Sommaire Éditorial par Monsieur le Préfet du Calvados et Monsieur le Président du Conseil

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION FICHE ADMINISTRATIVE VOUS

DOSSIER D ADMISSION FICHE ADMINISTRATIVE VOUS Accueil et soins résidentiels «LA ROBERTSAU» Appartements Thérapeutiques Relais 1, Chemin de l Anguille 67000 STRASBOURG 03 88 31 33 45 Fax : 03 88 31 44 48 DOSSIER D ADMISSION FICHE ADMINISTRATIVE Adresse

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation)

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation) Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue de l accueil dans une structure d hébergement, un logement de transition, un logementfoyer ou une résidence

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté

répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté répondre aux besoins des personnes sans domicile ou mal logées Guide des dispositifs d hébergement et de logement adapté Ce document est une co-production DGAS - DGALN / septembre 2008 Editorial - par

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO)

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) RAPPORT D ACTIVITE 2013 Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) des Alpes de Haute Provence Rapport d activité du SIAO/115 Année 2013 Page 1 Sommaire Introduction A- Le SIAO «urgence» :

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21. A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.com Le mot de bienvenue du Président Vous avez choisi d

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI

PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI PRINCIPES DE FONTIONNEMENT DU SERVICE EMPLOI JANVIER 2013 PRINCIPES DE BASE Le service EMPLOI est basé à la délégation : 18 rue Docteur Guindey 27000 Evreux Tél : 02 32 33 05 90 L équipe : Des bénévoles

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application :

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application : CR de la conférence du 20 mai 2015 après-midi à l EPSS concernant la loi n 2014-788 du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l'encadrement des stages et à l'amélioration du statut des stagiaires

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général 1 EDITORIAL L édition 2012-2013 du Livret d Accueil du Centre Communal d Action Sociale rassemble

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Vous serez contactés uniquement lors de la réception du dossier sous condition qu il soit complet et après traitement de celui-ci.

Vous serez contactés uniquement lors de la réception du dossier sous condition qu il soit complet et après traitement de celui-ci. .. A.D.O.H.J Association Départementale de l Oise pour l Habitat des Jeunes 50, rue du Général de Gaulle 60180 - NOGENT SUR OISE : 03 44 71 68 67 Fax : 03 44 74 61 68 Objet :demande d inscription. Mademoiselle,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 PREFET DU RHÔNE En association avec PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 Objectifs et thématiques du PDALPD 2 Objectifs et thématiques du PDALPD Préambule

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail