Proposition d une architecture pour ebay, en mettant l accent sur les notions de scalabilité, de résilience, et de tolérance aux pannes.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d une architecture pour ebay, en mettant l accent sur les notions de scalabilité, de résilience, et de tolérance aux pannes."

Transcription

1 PROJET «EBAY» V1 MANUEL ROLLAND, SCIA 2009, REMIS LE 7 MARS Rappels sur le projet : Proposition d une architecture pour ebay, en mettant l accent sur les notions de scalabilité, de résilience, et de tolérance aux pannes. Sachant que : - un marchand vend 100 objets différents. - on veut pourvoir connaître la somme des opérations d'un marchand par type d'objet, analyse historique. - on dispose de petits serveurs UNIX d entrée de gamme. - chaque serveur peut être contacté par clients en même temps, celui-ci doit répondre à toutes en 3ms. - un serveur s'occupe initialement d'un certain nombre de marchand. Quelle technique permet d'allouer le bon nombre de marchand par serveur? - le serveur ne doit pas tomber. Même si il tombe en pane l'architecture doit prévoir des solutions pour ne pas perdre l'historique sans intervention humaine. - le temps d'attente maximum d un client est de 10 millisecondes. - le serveur SUN subit tout d'un coup un engorgement de demandes car tous les marchands vendent beaucoup. Comment les répartir? Aucune erreur n est tolérée. - il faut indexer les serveurs, les marchands, les produits et cet index ne doit jamais tomber. - Il faut grouper les produits d'un marchand sur un serveur. - la logique des informations doit être gardée lors de l ajout de nouveaux serveurs. 2. Quelques chiffres en plus sur ebay : - En moyenne sur une journée, les serveurs d ebay lancent 44 milliards de requêtes SQL sur à peu près 100 millions d objets à vendre. - EBay compte 212 millions d utilisateurs enregistrés. - Il y a 1 milliard de photos descriptives des objets. - Un milliard d articles à vendre sont vus chaque jour, auxquels il faut ajouter 100 millions de pages de recherche. Cela représente un volume de données de 2 PétaOctets. - Chaque seconde 1800$ sont échangés entres acheteurs et vendeurs. - Les serveurs d ebay présentent un «up time», c'est-à-dire un temps ou toutes les fonctionnalités d ebay sont accessibles depuis n importe quel endroit du globe, de 99,94%. - EBay a grandi d un facteur 35 entre 1999 et 2006, en termes de nombre de pages vues et de largeur de bande passante des serveurs.

2 3. Les trois notions importantes : Scalabilité : La scalabilité est la propriété d un système, d un réseau ou d un processus, à d une part recevoir et traiter des flux de travail ou de données de plus en plus importants, et d autre part à pouvoir être lui-même agrandi rapidement et automatiquement. Un système est dit «scalable» quand sa performance augmente de manière au moins proportionnelle à la capacité ajoutée (par exemple capacité en bande passante, en mémoire vive, etc.). Pour un modèle logiciel, la scalabilité revient au fait que le design logiciel n a pas besoin d être modifié pour pouvoir être installé sur des systèmes à grande échelle. Cette propriété est particulièrement importante dans le domaine des bases de données, mais aussi des routeurs et plus généralement du matériel réseau. La scalabilité peut aussi être géographique, et désigne alors la facilité avec laquelle on peut maintenir un système pour le passage d une utilisation locale à une région plus importante. Enfin la scalabilité se réfère aussi à la capacité d un système à être utilisé, mis en œuvre et administré par un nombre grandissant de personnes et d organisations. Résilience : La résilience est la capacité d un système à se corriger, à se réparer lors d une panne, afin de retrouver à la fin de la panne les mêmes caractéristique qu avant. Dans le monde de l industrie, la conception de systèmes résilients implique essentiellement que la sécurité du système doit être tout à la fois réactive et proactive, afin d assurer la reprise en temps réel après une panne. Les anciennes approches classiques pour des systèmes de cette sorte sont basées sur les calculs de probabilité de panne, mais la conception de systèmes résilients cherche à créer des systèmes euxmêmes capables d analyser et de modifier les modèles de risques. Tolérance aux pannes (Fault tolerance): La tolérance aux pannes permet à un système de continuer à fonctionner correctement dans le cas d un dysfonctionnement d un de ses composants. Lors d une panne, ces systèmes permettent d avoir une qualité de service réduite proportionnellement au dysfonctionnement, alors que les systèmes classiques s effondreraient et leur qualité de service deviendrait nulle. La tolérance aux pannes est aussi une propriété qui peut caractériser les règles avec lesquelles interagissent les machines.

3 4. Exemples, techniques et références : Les techniques permettant la scalabilité, la résilience et la tolérance aux pannes apparaissent à différents niveaux de la conception d un projet. Niveau Réseau: On peut noter du côté réseau une multitude de techniques résumées par ce qu on appelle le «load-balancing» (bien que le terme aie des significations différentes). Cela comporte essentiellement : - factorisation des paquets TCP : permet d encapsuler plusieurs requêtes http dans un seul socket TCP, factorisant ainsi le poids des entêtes TCP. - TCP Buffering : mise en tampon des réponses du serveur. Cela permet par exemple au serveur de préparer trois paquets TCP, puis d effectuer trois requêtes vers les serveurs de données, et d envoyer ensuite les trois paquets. Cela permet de grouper les actions du serveur et donc de diminuer le nombre de communications, d authentifications entre les serveurs. - Filtrage IP : liste noire / liste grise d adresses IP dont il ne faut pas accepter les connexions - File de priorité : permet d accorder une priorité différente suivant la requête (transaction ou non dans le cas ebay par exemple) ou selon le client (bas débit / haut débit, client/vendeur). Les routeurs internes doivent pouvoir aussi gérer la priorité selon les serveurs, (typé / capacité / niveau de sécurité / dépendance fonctionnelle). - Protection contre les attaques DDoS, avec l utilisation de cookies SYN, qui permet aux serveurs de données de ne pas voir le client si celui-ci n a pas correctement effectué son authentification TCP. - Cache http : stockage du résultat de requêtes fréquentes, dans le cas ebay cela pourrait être très utile pour les requêtes de listings d objets. - accélération SSL: les serveurs peuvent aussi effectuer du load-balancing pour les applications sécurisées par SSL, qui sont extrêmement gourmandes en temps CPU, comme les transactions ou enchères dans le cas qui nous intéresse. Il existe aussi une variété importante d algorithmes de routage intelligent entre les serveurs. De manière générale un protocole de routage est considéré comme scalable, si la taille de la table de routage grandit en complexité logarithmique par rapport au nombre de serveurs. Niveau Stockage des données: En ce qui concerne la gestion de la base de données, une approche qui permet la scalabilité est la segmentation fonctionnelle, c'est-à-dire la séparation en modules logiques des données. Pour ebay on aurait ainsi User, Item, Transaction, Account et Feedback, et une unité par catégorie de produits. L intérêt de ces unités logiques est de s abstraire complètement de la

4 réalisation physique. Le nombre de serveurs peut augmenter dans un unité logique sans que les autres s en aperçoivent. La base de données, pour répondre aux critères de résilience et de tolérance aux pannes, peut aussi présenter une séparation horizontale, c'est-à-dire une séparation d une table sur plusieurs serveurs en faisant un modulo sur la clef primaire par exemple, ou encore par un système de plusieurs tables de hash reliées en profondeur. Une évolution de cette séparation horizontale est la création d une table de n colonnes contenant l index avec le système du modulo, et pour chacune de ses colonnes la réplication sur m serveurs de cet index ; et enfin la mise en place d un «agrégateur» qui lorsqu il reçoit la requête, la dispatche sur un serveur de la bonne colonne, en répartissant uniformément la charge sur les m serveurs de la colonne. Ces systèmes doivent toujours fournir la couche d abstraction nécessaire aux développeurs pour qu ils n aient pas à se préoccuper des systèmes physiques. Pour satisfaire la scalabilité, il faut par ailleurs prévoir la mise à jour des applications tournant sur le système, par un Rollout Plan, c'est-à-dire un outil permettant de calculer les dépendances entre les serveurs et les applications, et de déterminer la meilleure séquence de mise à jour possible. Niveau Cluster de calcul : Du point de vue théorique, la loi d Amdahl est très importante dans le domaine («Validity of the single processor approach to achieving large scale computing capabilitie», 1967). Cette loi permet notamment de trouver la performance maximale possible dans des architectures multiprocesseurs. Elle se résume à cette formule : Avec : Stotal : le rapport de vitesse d un système parallélisé par rapport à un système classique k : chaque opération de la tâche, si la tâche peut être décomposée bien sûr Pk : indique pour chaque opération k sa fréquence d apparition (la somme des Pk est donc égale à 1) Sk : le coefficient d acceleration possible pour l opération. On aura par exemple un Sk de 1 pour aucune accélération, et un Sk de 2 pour une augmentation de la vitesse de 100%. Cette loi est très fréquemment utilise pour calculer les performances théoriques des clusters de calcul. En pratique, on utilise pour satisfaire la résilience et la tolérance aux pannes des «High Availability Clusters» ou encore «Failover Clusters», qui permettent la redondance sur plusieurs serveurs, et d assurer de manière transparente un relai entre les serveurs en cas de panne. Il existe plusieurs configurations possibles pour ces clusters :

5 - Actif/Actif : Le trafic du serveur en panne est passé à un autre serveur ou réparti entre les autres serveurs - Actif/Passif : Les serveurs sont organisés en couple, le serveur «secondaire» est une copie du serveur «primaire», et effectue les mêmes opérations en même temps. Lors d une panne sur le «primaire» le secondaire est mis sur le réseau du cluster à sa place. - N+1 : Généralisation du mode Actif/Actif, mais cette fois les serveurs primaires font tourner des services qui peuvent être différents, et lors d une panne d un serveur primaire, le seul serveur secondaire doit être capable de prendre le relai, quelque soit le service. - N + M : comme le N+ 1, mais M serveurs peuvent servir de relai, chacun pour n importe quel service. Mais les configurations possibles sont infinies, il existe ainsi aussi N-to-1, N-to-N Le nombre minimum de serveurs pour ces clusters est bien sur de 2, mais la plupart du temps ils sont organisés par douzaines. Chacun des serveurs du cluster doit être conçu de manière à être le plus fiable possible, ainsi on utilise les techniques habituelles de RAID sur les disques durs, le réseau est redondant (routeurs et câbles dédoublés), l alimentation électrique est redondante elle aussi (groupes électrogènes, Uninterruptible Power Supply, Battery Energy Storage System, ). Au niveau logiciel il existe plusieurs outils pour gérer de tels clusters : - Sun Cluster pour des serveurs Solaris - RedHat Cluster Suite pour les serveurs Linux - High availabilty Cluster Multiprocessing par IBM pour AIX et Linux - Parallel Sysplex par IBM pour ses Mainframes - HP ServiceGaurd pour HP/UX et Linux IBM a développé pour ses Mainframes un autre design : RAS, pour Reliability, Availability et Serviceability, qui permet d intégrer tous les outils nécessaires à la mise en production de clusters, notamment au plus bas-niveau : vérification des segments mémoire, RAID sur les disques durs, exécution des programmes dans des machines virtuelles,. Niveau applicatif : L architecture Web la plus répandue : REST REST, pour «Representational State Transfer», a été mis au point par Roy T. Fielding dans sa thèse «Architectural Styles and The Design of Network-based Software Architectures en Roy T. Fielding est par ailleurs le co-fondateur d Apache (les serveurs Apache représentent pas moins de 70% des serveurs Web). REST est le principal standard du Web, cette architecture étant notamment utilisée par Google, Yahoo et Amazon. REST peut s assimiler à un automate, un état étant alors l affichage d une page Web et la transition d un état à l autre étant tout simplement le click utilisateur.

6 Concrètement REST permet de définir quels composants standards utiliser : - Bonne utilisation des requêtes HTTP (GET, POST) pour l optimisation des performances - Bon nommage logique des composants et pages du serveur Web - Utilisation des standards (UTF8, XML, ) afin de bien pouvoir repousser le calcul de la représentation des ressources du côté client. - Utilisation de format tolérants aux pannes par définition : comme les formats XML ou HTML : si balise est incorrecte, alors le programme client (le navigateur généralement) essaie soit de l interpréter comme il peut, de manière transparente, soit il ignore la balise et passe à la suivante, et la perte d informations est alors minimisée. - Les bonnes pratiques en termes de sécurité : les composants, les serveurs, doivent se méfier les uns des autres (cela s oppose à la configuration classique des entreprises ou la sécurité est dite «périmétrique», où dès qu un point d entrée est attaqué, toutes les machines de l entreprise sont vulnérables). Par ailleurs il existe une multitude de frameworks applicatifs dans le domaine, on peut citer par exemple Proactive de l INRIA, qui permet de concevoir des applications dédiées au parallélisme et au calcul distribué en mettant l accent sur les contraintes de tolérance aux pannes et de load-balancing. Bilan Comme on a pu le voir, il existe une multitude de techniques et d outils permettant de satisfaire les contraintes imposées par la conception d une architecture pour ebay. Les propriétés de résilience, de scalabilité et de tolérance aux pannes peuvent être prises en compte à tous les niveaux de l architecture, de la couche réseau à la couche applicative en passant par les bases de données et les serveurs de calcul. Mais on peut remarquer que c est la bonne intégration de toutes ces couches qui semble être la phase la plus difficile lors de la conception de tels systèmes.

Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix

Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix 15 novembre 2007 Auteurs: Mahmoud EL GHOMARI E-mail: mahmoud.elghomari@eu.citrix.com Stéphane CAUNES E-mail: stephane.caunes@eu.citrix.com Riad

Plus en détail

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 «clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO Professeur : M. Mignot Etudiants : Boureliou Sylvain et Meyer Pierre Sommaire Introduction...3 1. Présentation générale de ZEO...4

Plus en détail

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale Introduction aux Systèmes Distribués Licence Informatique 3 ème année Introduction générale Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Plan

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source Jérôme Petit, Serge Petit & Serli Informatique, ITMatic Jérôme Petit, Serge Petit & SERLI & ITMatic Serli : SSII

Plus en détail

Cloud computing 2014-15

Cloud computing 2014-15 Cloud computing 2014-15 laurent@wargon.org 1/74 Architectures pour le Cloud 2/74 Architectures pour le Cloud Introduction Les traitements Les stockages de données Les caches Des exemples 3/74 Introduction

Plus en détail

Windows Server 2012 R2 Failover de serveurs DHCP

Windows Server 2012 R2 Failover de serveurs DHCP Windows Server 2012 R2 Failover de serveurs DHCP Redondance de DHCP 15 MARS 2015 FOURNIER VINCENT 2BTS SIO I. Présentation La fonctionnalité de failover DHCP est nouvelle depuis Windows Server 2012, elle

Plus en détail

INF4420: Éléments de Sécurité Informatique

INF4420: Éléments de Sécurité Informatique : Éléments de Module III : Sécurité des réseaux informatiques José M. Fernandez M-3109 340-4711 poste 5433 Où sommes-nous? Semaine 1 Intro Semaines 2, 3 et 4 Cryptographie Semaine 6, 7 Sécurité dans les

Plus en détail

Cloud computing 2012-13

Cloud computing 2012-13 Cloud computing 2012-13 Laurent Wargon laurent@wargon.org de Marne-la-Vallée 1/48 Laurent Wargon Objectifs du cours Évaluer la pertinence du Cloud computing pour les organisations et savoir conduire un

Plus en détail

Cloud computing 2012-13

Cloud computing 2012-13 Cloud computing 2012-13 laurent@wargon.org 1/54 Architectures pour le Cloud 2/54 Architectures pour le Cloud Introduction Les traitements Les stockages de données Les caches Des exemples 3/54 Introduction

Plus en détail

1 LE L S S ERV R EURS Si 5

1 LE L S S ERV R EURS Si 5 1 LES SERVEURS Si 5 Introduction 2 Un serveur réseau est un ordinateur spécifique partageant ses ressources avec d'autres ordinateurs appelés clients. Il fournit un service en réponse à une demande d un

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée (Master 1 Info 2015-2016)

Programmation parallèle et distribuée (Master 1 Info 2015-2016) Programmation parallèle et distribuée (Master 1 Info 2015-2016) Hadoop MapReduce et HDFS Note bibliographique : ce cours est largement inspiré par le cours de Benjamin Renaut (Tokidev SAS) Introduction

Plus en détail

Optimisation de serveurs web

Optimisation de serveurs web Optimisation de serveurs web Christian Quest cquest@cquest.org 21 juin 01 4 Optimiser: pourquoi? Améliorer la qualité de service: - Réduire les temps de réponses - Réduire les temps de transfert et d'affichage

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Archit Arc hit c e t c ure ure Ré Ré e s a e u

Archit Arc hit c e t c ure ure Ré Ré e s a e u Architectures Réseau Architecture d'un réseau Vous avez travaillé avec l'infrastructure du cours depuis quelque jours, et êtes un peu plus comfortables avec celle-ci Vous avez probablement la responsabilité

Plus en détail

David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste

David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste Mise en place d'un plan de reprise d'activité (PRA) en environnement hétérogène et virtuel afin de sécuriser le SI Finance ColiPoste. David Bizien Directeur SI Finance, ColiPoste Présentation La Poste

Plus en détail

ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000

ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION SESSION 2000 ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000 Durée : 5 heures Coefficient : 5 CAS

Plus en détail

Web (Persistance) Andrea G. B. Tettamanzi. Université de Nice Sophia Antipolis Département Informatique andrea.tettamanzi@unice.fr

Web (Persistance) Andrea G. B. Tettamanzi. Université de Nice Sophia Antipolis Département Informatique andrea.tettamanzi@unice.fr Web (Persistance) Andrea G. B. Tettamanzi Université de Nice Sophia Antipolis Département Informatique andrea.tettamanzi@unice.fr Andrea G. B. Tettamanzi, 2014 1 CM - Séance 8 Organisation logicielle d'une

Plus en détail

Zabbix. Outil de supervision réseau. Vincent Bernat Vincent.Bernat@wallix.com. July 13, 2007. Zabbix. V. Bernat. Supervision.

Zabbix. Outil de supervision réseau. Vincent Bernat Vincent.Bernat@wallix.com. July 13, 2007. Zabbix. V. Bernat. Supervision. Outil de supervision réseau Vincent Bernat Vincent.Bernat@wallix.com July 13, 2007 Plan 1 La supervision 2 3 Un exemple de Plan 1 La supervision 2 3 Un exemple de Pourquoi superviser? détecter les pannes

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage Technologies du Web Créer et héberger un site Web Page 1 / 26 Plan Planification Choisir une solution d hébergement Administration Développement du site Page 2 / 26 Cahier des charges Objectifs du site

Plus en détail

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 Interview «OVESYS groupe OVERLAP» du 12 Janvier 2012, postée sur : http://www.itplace.tv Stéphane IAICH, OVESYS, Business Development Manager (BDM) Marc NDIAYE,

Plus en détail

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases :

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases : Définition Le plan de continuité de service PCA est mis en place pour faire face à une situation de crise pouvant perturber ou interrompre l activité de l entreprise. Le PCA est donc l ensemble des procédures

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

ModSecurity. Cible de sécurité CSPN Version 0.96

ModSecurity. Cible de sécurité CSPN Version 0.96 Cible de sécurité CSPN Version 0.96 TABLE DES MATIERES 1 IDENTIFICATION... 3 1.1 IDENTIFICATION DE LA CIBLE DE SECURITE... 3 1.2 IDENTIFICATION DU PRODUIT... 3 2 ARGUMENTAIRE (DESCRIPTION) DU PRODUIT...

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11274-2

Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11274-2 Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11274-2 Table des matières Remerciements.................................................. Avant-propos.................................................... Structure

Plus en détail

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger Cours 13 RAID et SAN Plan Mise en contexte Storage Area Networks Architecture Fibre Channel Network Attached Storage Exemple d un serveur NAS EMC2 Celerra Conclusion Démonstration Questions - Réponses

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE D INTERCONNEXION DES RÉSEAUX IP

PROBLÉMATIQUE D INTERCONNEXION DES RÉSEAUX IP PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous-direction scientifique et technique Laboratoire Technologies de l Information

Plus en détail

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1 Cours 6 Sécurisation d un SGBD DBA - M1ASR - Université Evry 1 Sécurisation? Recette d une application Vérification des fonctionnalités Vérification de l impact sur le SI existant Gestion du changement

Plus en détail

Qu est ce que le Cloud Computing?

Qu est ce que le Cloud Computing? Qu est ce que le Cloud Computing? Makhlouf Hadji Ingénieur de Recherche Qu est ce que le Cloud Computing? Agenda: Virtualisation des Ressources Introduction au Cloud Computing Caractéristiques du Cloud

Plus en détail

Dix bonnes raisons de choisir ExpressCluster en environnement virtualisé

Dix bonnes raisons de choisir ExpressCluster en environnement virtualisé Dix bonnes raisons de choisir ExpressCluster en environnement virtualisé Les technologies de virtualisation de serveurs séduisent les organisations car elles permettent de réduire le Coût Total de Possession

Plus en détail

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13 Présentation SERVEUR D APPLICATIONS EN CLUSTER Description Un cluster est un ensemble d instances de serveurs d applications combinant haute disponibilité et forte évolutivité. Contrairement à un système

Plus en détail

MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI

MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI Claire Billaud - 3ème année IS MINI-PROJET : ETUDE D UN MECANISME DE REDIRECTION DE PAGES WEB POUR AUTHENTIFIER UN UTILISATEUR WIFI Page 1 sur 9 Principe : On veut faire en sorte que le réseau interne

Plus en détail

Systèmes de fichiers distribués : comparaison de GlusterFS, MooseFS et Ceph avec déploiement sur la grille de calcul Grid 5000.

Systèmes de fichiers distribués : comparaison de GlusterFS, MooseFS et Ceph avec déploiement sur la grille de calcul Grid 5000. : comparaison de, et avec déploiement sur la grille de calcul Grid 5000. JF. Garcia, F. Lévigne, M. Douheret, V. Claudel 30 mars 2011 1/34 Table des Matières 1 2 3 4 5 6 7 1/34 Présentation du sujet Présentation

Plus en détail

Éditeur Logiciel Open Source

Éditeur Logiciel Open Source Éditeur Logiciel Open Source De la gestion de l'infrastructure à la conformité Normation 87, rue de Turbigo 75003 PARIS France contact@normation.com 01.83.62.26.96 http://www.normation.com/ Pour la petite

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

Un concept multi-centre de données traditionnel basé sur le DNS

Un concept multi-centre de données traditionnel basé sur le DNS Confiez vos activités critiques à un expert S il est crucial pour vos activités commerciales que vos serveurs soient disponibles en continu, vous devez demander à votre hébergeur de vous fournir une solution

Plus en détail

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus Fabrice Theoleyre Enseignement : INSA Lyon / CPE Recherche : Laboratoire CITI / INSA Lyon Références F. Ia et O. Menager, Optimiser et sécuriser son trafic

Plus en détail

Architecture Constellio

Architecture Constellio Architecture Constellio Date : 12 novembre 2013 Version 3.0 Contact : Nicolas Bélisle nicolas.belisle@doculibre.com 5146555185 1 Table des matières Table des matières... 2 Présentation générale... 4 Couche

Plus en détail

Service WEB, BDD MySQL, PHP et réplication Heartbeat. Conditions requises : Dans ce TP, il est nécessaire d'avoir une machine Debian sous ProxMox

Service WEB, BDD MySQL, PHP et réplication Heartbeat. Conditions requises : Dans ce TP, il est nécessaire d'avoir une machine Debian sous ProxMox Version utilisée pour la Debian : 7.7 Conditions requises : Dans ce TP, il est nécessaire d'avoir une machine Debian sous ProxMox Caractéristiques de bases : Un service web (ou service de la toile) est

Plus en détail

Livre blanc Haute disponibilité sous Linux

Livre blanc Haute disponibilité sous Linux Livre blanc Haute disponibilité sous Linux Nicolas Ferre 29 septembre 2000 Résumé Ce livre blanc décrit une solution informatique à haute disponibilité. Les technologies mises

Plus en détail

Projet Formation E-Learning - Sept 2015 «Sécurité des applications Web»

Projet Formation E-Learning - Sept 2015 «Sécurité des applications Web» Projet Formation E-Learning - Sept 2015 «Sécurité des applications Web» 1 OBJECTIFS DE LA FORMATION RSSI PUBLIC Administrateur Réseau et Système Consultant sécurité Responsable Développement Développeur

Plus en détail

Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel

Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel Présentation OSSIR La Messagerie Sécurisée sans déploiement logiciel Guillaume Rigal OSSIR - 11 février 2002 1 Plan de la Présentation Messagerie : constat et risques encourus La Solution ConfiMail Les

Plus en détail

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT

Intérêt du NAT (Network Address Translation) Administration Réseau Niveau routage. Exemple d Intranet. Principe NAT Administration Réseau Niveau routage Intérêt du NAT (Network Address Translation) Possibilité d utilisation d adresses privées dans l 4 2 1 Transport Réseau Liaison Physique Protocole de Transport Frontière

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Hébergement MMI SEMESTRE 4

Hébergement MMI SEMESTRE 4 Hébergement MMI SEMESTRE 4 24/03/2015 Hébergement pour le Web Serveurs Mutualités Serveurs Dédiés Serveurs VPS Auto-Hébergement Cloud Serveurs Mutualités Chaque Serveur héberge plusieurs sites Les ressources

Plus en détail

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Nouvelles fonctionnalités à moindre coût pour la haute disponibilité, la tolérance au désastre et la gestion de crise Auteur: Dominique

Plus en détail

Un Regard sur le Marché de l Education: Administration à Distance et Mise en Réseau. Un Livre Blanc Perle Systems

Un Regard sur le Marché de l Education: Administration à Distance et Mise en Réseau. Un Livre Blanc Perle Systems Un Regard sur le Marché de l Education: Administration à Distance et Mise en Réseau Un Livre Blanc Perle Systems Les besoins informatiques d un système éducatif, du primaire à l université, sont aussi

Plus en détail

Administration réseau Introduction

Administration réseau Introduction Administration réseau Introduction A. Guermouche A. Guermouche Cours 1 : Introduction 1 Plan 1. Introduction Organisation Contenu 2. Quelques Rappels : Internet et le modèle TCP/ Visage de l Internet Le

Plus en détail

Tivoli Endpoint Manager Introduction. 2011 IBM Corporation

Tivoli Endpoint Manager Introduction. 2011 IBM Corporation Tivoli Endpoint Manager Introduction Enjeux pour les départements IT Comment gérer : l inventaire la mise à jour la sécurité la conformité Sur des environnements hétérogènes OS : Windows, Mac, UNIX, Linux,

Plus en détail

quelles conséquences pour la documentation en ligne?

quelles conséquences pour la documentation en ligne? Structure et évolutions de l Internet p.1/23 Structure et évolutions de l Internet quelles conséquences pour la documentation en ligne? JOËL MARCHAND jma@math.jussieu.fr GDS 2754 Mathrice Où en est l Internet?

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Chapitre 5 : Protocole TCP/IP

Chapitre 5 : Protocole TCP/IP Chapitre 5 : Protocole TCP/IP 1- IP (Internet Protocol) : Il permet de à des réseaux hétérogène de coopérer. Il gère l adressage logique, le routage, la fragmentation et le réassemblage des paquets. Il

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBLITÉ CONTINUE ET MOBILITÉ DES DONNÉES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

Et si l'infrastructure ENT servait à gérer le nomadisme!

Et si l'infrastructure ENT servait à gérer le nomadisme! Et si l'infrastructure ENT servait à gérer le nomadisme! Patrick PETIT (DSI Grenoble-Universités) Philippe BEUTIN (DSI Grenoble-Universités) Jean-François SCARIOT (INRIA Grenoble - Rhône-Alpes) Université

Plus en détail

RÉSEAUX D ORDINATEURS ET INTER-RESEAUX. G. Falquet

RÉSEAUX D ORDINATEURS ET INTER-RESEAUX. G. Falquet RÉSEAUX D ORDINATEURS ET INTER-RESEAUX G. Falquet 1. Historique des réseaux informatiques 2. Supports physique 3. Protocoles et niveaux d abstraction 4. Interconnexion de réseaux - Internet TCP/IP 5. Systèmes

Plus en détail

Windows Vista et Windows Server 2003... 15. Étude de cas... 41

Windows Vista et Windows Server 2003... 15. Étude de cas... 41 Windows Vista et Windows Server 2003... 15 Windows Vista... 16 Pourquoi Vista?... 16 L initiative pour l informatique de confiance... 17 Le cycle de développement des logiciels informatiques fiables...

Plus en détail

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall Rapport TP Firewall 1 Table des matières Rapport TP Firewall... 1 Introduction... 3 1. Plate-forme de sécurité étudiée... 3 2. Routage classique... 3 2.1 Mise en œuvre du routage classique... 4 2.2 Configuration

Plus en détail

PHP/MYSQL. Web Dynamique

PHP/MYSQL. Web Dynamique PHP/MYSQL Web Dynamique ENSG Juin 2008 Qui suis-je? Guillaume Gautreau Responsable projets Systèmes d information à l ENPC guillaume@ghusse.com http://www.ghusse.com Ces 6 jours de formation Jour 1 : présentations,

Plus en détail

Administrateur Système et Réseau

Administrateur Système et Réseau Titre professionnel : Reconnu par l Etat de niveau II (Bac), inscrit au RNCP (arrêté du 28/01/09, J.O. n 32 du 07/02/09) (53 semaines) page 1/7 Unité 1 : Gestion du poste de travail 4 semaines Module 1

Plus en détail

1) Répartition de charge par DNS

1) Répartition de charge par DNS Comment gérer la répartition de charge et la tolérance aux erreurs lors de l invocation d un service web? Nous allons étudier le problème et proposer une solution élégante, s appuyant sur la création d

Plus en détail

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau)

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau) CS WEB Ch 1 Introduction I. INTRODUCTION... 1 A. INTERNET INTERCONNEXION DE RESEAUX... 1 B. LE «WEB» LA TOILE, INTERCONNEXION DE SITES WEB... 2 C. L URL : LOCALISER DES RESSOURCES SUR L INTERNET... 2 D.

Plus en détail

de survie du chef de projet

de survie du chef de projet KIT de survie du chef de projet 01 1 2 3 4 5 6 04 03 07 07 03 03 LE SERVEUR LE CLIENT TECHNOLOGIE WEB CLIENT LE SERVEUR WEB TECHNIQUES & CADRE DE TRAVAIL APPLICATIONS 101 LE SERVEUR Un serveur informatique

Plus en détail

LIVRE BLANC Accès ininterrompu à des

LIVRE BLANC Accès ininterrompu à des LIVRE BLANC LIVRE BLANC Accès ininterrompu à des volumes de cluster partagés à mise en miroir synchrone sur des sites métropolitains actifs La prise en charge des clusters de basculement sous Windows Server

Plus en détail

IBM Tivoli Storage Manager

IBM Tivoli Storage Manager Maintenir la continuité des affaires grâce à une gestion efficace et performante du stockage IBM Tivoli Storage Manager POINTS FORTS Accroît la continuité des affaires en réduisant les temps de sauvegarde

Plus en détail

DOSSIER FLASH. «TOR et BIT TORRENT»

DOSSIER FLASH. «TOR et BIT TORRENT» DOSSIER FLASH «TOR et BIT TORRENT» 1. Qu est-ce que «TOR» TOR, The Onion Router en anglais, signifiant littéralement «Le Routeur Onion», est : «un réseau mondial décentralisé de routeurs, organisés en

Plus en détail

Firewall IDS Architecture. Assurer le contrôle des connexions au. nicolas.hernandez@univ-nantes.fr Sécurité 1

Firewall IDS Architecture. Assurer le contrôle des connexions au. nicolas.hernandez@univ-nantes.fr Sécurité 1 Sécurité Firewall IDS Architecture sécurisée d un réseau Assurer le contrôle des connexions au réseau nicolas.hernandez@univ-nantes.fr Sécurité 1 Sommaire général Mise en oeuvre d une politique de sécurité

Plus en détail

CA Server Automation. Vue d ensemble. Avantages. agility made possible

CA Server Automation. Vue d ensemble. Avantages. agility made possible FICHE PRODUIT : CA Server Automation CA Server Automation agility made possible La solution intégrée CA Server Automation permet d automatiser le provisioning, la correction et la configuration des composants

Plus en détail

Clusters de PCs Linux

Clusters de PCs Linux Clusters de PCs Linux Benoit DELAUNAY delaunay@in2p3.fr Centre de Calcul de l'in2p3 Plan Historique PC au CCIN2P3. Une première étape. Une réponse à la demande. Une véritable orientation. La place des

Plus en détail

SYNTHÈSE PPE SAMY AHNECH HARRY SANCHEZ - AMINE OUARHOU MORGAN FRANTZ SOMMAIRE :

SYNTHÈSE PPE SAMY AHNECH HARRY SANCHEZ - AMINE OUARHOU MORGAN FRANTZ SOMMAIRE : SYNTHÈSE PPE SAMY AHNECH HARRY SANCHEZ - AMINE OUARHOU MORGAN FRANTZ SOMMAIRE : I Etude de systèmes de stockage et détermination d une solution adaptée pour la M2L II Détermination du coût de la solution

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes d Exploitation (SE)

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes d Exploitation (SE) 1. Introduction Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes d Exploitation (SE). 1 système informatique est un ensemble constitué de matériels et de logiciels et qui assure le traitement des données.. Les pgms

Plus en détail

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 1 Introduction Présentation de Rest Serveur Java JAX-RS Démonstration 2 Introduction Présentation de Rest

Plus en détail

Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes...

Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes... Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes... Groupe de travail OSSIR 12 mars 2007 http://bruno.kerouanton.net Contexte Vis-à-vis de l'activité de l'entreprise : Un plan de

Plus en détail

Introduction aux applications réparties

Introduction aux applications réparties Introduction aux applications réparties Noël De Palma Projet SARDES INRIA Rhône-Alpes http://sardes.inrialpes.fr/~depalma Noel.depalma@inrialpes.fr Applications réparties Def : Application s exécutant

Plus en détail

Fiche Technique. Cisco Security Agent

Fiche Technique. Cisco Security Agent Fiche Technique Cisco Security Agent Avec le logiciel de sécurité de point d extrémité Cisco Security Agent (CSA), Cisco offre à ses clients la gamme de solutions de protection la plus complète qui soit

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring

IBM Tivoli Monitoring Surveiller et gérer les ressources vitales et les mesures sur diverses plates-formes à partir d une seule console IBM Tivoli Monitoring Points forts Surveille de manière proactive Aide à réduire les coûts

Plus en détail

NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur

NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur NSY107 - Intégration des systèmes client-serveur Cours du 13/05/2006 (4 heures) Emmanuel DESVIGNE Document sous licence libre (FDL) Plan du cours Introduction Historique Les différentes

Plus en détail

Plan. Les pare-feux (Firewalls) Chapitre II. Introduction. Notions de base - Modèle de référence OSI : 7 couches. Introduction

Plan. Les pare-feux (Firewalls) Chapitre II. Introduction. Notions de base - Modèle de référence OSI : 7 couches. Introduction Plan Introduction Chapitre II Les pare-feux (Firewalls) Licence Appliquée en STIC L2 - option Sécurité des Réseaux Yacine DJEMAIEL ISET Com Notions de base relatives au réseau Définition d un pare-feu

Plus en détail

Les Content Delivery Network (CDN)

Les Content Delivery Network (CDN) Les Content Delivery Network (CDN) Paris Californie : + 45 ms Paris Sidney : + 85 ms Amazon : 100 ms de temps de chargement supplémentaires 1% de ventes en moins Poids moyen des pages d'accueil : 2000

Plus en détail

Base de données en mémoire

Base de données en mémoire Base de données en mémoire Plan Bases de données relationnelles OnLine Analytical Processing Difficultés de l OLAP Calculs en mémoire Optimisations 1 Base de données relationnelle Introduction Date Exemple

Plus en détail

1.1.3 Qu est-ce qu un réseau convergent?

1.1.3 Qu est-ce qu un réseau convergent? Chapitre 1 Quelle couche du modèle de conception de réseau hiérarchique est le backbone à haut débit de l interréseau, où haute disponibilité et redondance sont vitales? Couche d accès Couche cœur de réseau

Plus en détail

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist Cluster High Availability Holger Hennig, HA-Cluster Specialist TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ...3 2. INTRODUCTION...4 2.1 GÉNÉRALITÉS...4 2.2 LE CONCEPT DES CLUSTERS HA...4 2.3 AVANTAGES D UNE SOLUTION DE

Plus en détail

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Le réseau étendu (WAN, wide area network) a connu bien peu d innovations pendant une grande partie de la dernière décennie. Alors que le reste

Plus en détail

Description du datagramme IP :

Description du datagramme IP : Université KASDI MERBAH OUARGLA Faculté des Nouvelles Technologies de l information et de la Communication Département Informatique et Technologies de les Information 1 er Année Master académique informatique

Plus en détail

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE ORACLE 10g Découvrez les nouveautés Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE Le Grid Computing d Entreprise Pourquoi aujourd hui? Principes et définitions appliqués au système d information Guy Ernoul,

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

Programmation d applications pour le Web

Programmation d applications pour le Web Programmation d applications pour le Web Cours 2 ème année ING ISI-Tunis Elaboré par: Hela LIMAM Chapitre 1 Architectures et applications du Web Année universitaire 2011/2012 Semestre 2 1 Plan Internet,

Plus en détail

http://www.ed-diamond.com

http://www.ed-diamond.com Ceci est un extrait électronique d'une publication de Diamond Editions : http://www.ed-diamond.com Ce fichier ne peut être distribué que sur le CDROM offert accompagnant le numéro 100 de GNU/Linux Magazine

Plus en détail

Gestionnaire des services Internet (IIS)

Gestionnaire des services Internet (IIS) Windows Server 2003 Gestionnaire des services Internet (IIS) Auteur : Frédéric DIAZ I. Introduction : Vous éprouvez le besoin d héberger votre site internet ou intranet? Windows server 2003 dispose à cet

Plus en détail

Hébergement de site web Damien Nouvel

Hébergement de site web Damien Nouvel Hébergement de site web Plan L'hébergeur Le serveur web Apache Sites dynamiques 2 / 27 Plan L'hébergeur Le serveur web Apache Sites dynamiques 3 / 27 L'hébergeur L'hébergeur sous-traite l'architecture

Plus en détail

X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1

X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1 La croissance exponentielle des données non structurées nécessite de gérer le stockage et de contrôler les coûts autrement. X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1 40 000 90 % milliards de

Plus en détail

WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP

WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP Jirung Albert SHIH, Shih@math.Jussieu.fr Université Paris 7 JRES 2001 Introduction Nous allons dans ce document présenter une solution mise en œuvre sur le réseau

Plus en détail

Sécurité des sites Web Pas un cours un recueil du net. INF340 Jean-François Berdjugin

Sécurité des sites Web Pas un cours un recueil du net. INF340 Jean-François Berdjugin Sécurité des sites Web Pas un cours un recueil du net INF340 Jean-François Berdjugin Vulnérabilité Définition (wikipédia) : Dans le domaine de la sécurité informatique, une vulnérabilité est une faiblesse

Plus en détail

Architecture d'un serveur

Architecture d'un serveur Architecture d'un serveur I Définitions Un service (ou deamon sous Linux) est un programme qui fonctionne en tâche de fond sans avoir été lancé par un utilisateur connecté. On parle d'un serveur, suivi

Plus en détail

Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau

Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau Livre Blanc Auteur : Daniel Zobel, Responsable du Développement Logiciel, Paessler AG Publication : Mars 2014 PAGE 1 SUR 9 Sommaire

Plus en détail

Il existe actuellement plusieurs méthodes pour accéder à un serveur de contenu proche du client.

Il existe actuellement plusieurs méthodes pour accéder à un serveur de contenu proche du client. Yan Chen, Randy H. Katz, John D. Kubiatowicz. Dynamic Replica Placement for Scalable Content Delivery. In Peer-to-Peer Systems: First International Workshop, IPTPS 2002. Le domaine abordé par l article

Plus en détail