EXTRAIT DES MINUTES DU GREFFE DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE LA COUR SUPREME EXPEDITION AUDIENCE DE LA CHAMBRE DU CONSEIL DU MERCREDI 21 DECEMBRE 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXTRAIT DES MINUTES DU GREFFE DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE LA COUR SUPREME EXPEDITION AUDIENCE DE LA CHAMBRE DU CONSEIL DU MERCREDI 21 DECEMBRE 2011"

Transcription

1 COUR SUPREME CHAMBRE DES COMPTES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE EXTRAIT DES MINUTES DU GREFFE DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE LA COUR SUPREME EXPEDITION AUDIENCE DE LA CHAMBRE DU CONSEIL DU MERCREDI 21 DECEMBRE 2011 RAPPORT DEFINITIF N 131/2011 DE CONTROLE DE LA GESTION DE L AGEPE EXERCICES 2005, 2006 et 2007

2 INTRODUCTION. 05 I - PRESENTATION DE L AGEPE I Les missions. 09 I Les organes de gestion. 09 I 2 1- La commission Consultative de Gestion (CCG) 09 I 2 2- La Direction Générale 09 I 2 3- Le Comité Scientifique (CS). 12 I 3 Les moyens.. 12 I 3 1- Ressources Humaines.. 12 I 3 2- Ressources financières. 13 I 3 3- Ressources Matérielles. 13 II - EXAMEN ET EVALUATION DE PROCEDURE DE GESTION II Au titre des activités de l AGEPE II Procédures d inscription de demandeurs d emploi II Procédures de traitement des offres d emploi II Procédures d obtention du visa de contrat de travail.. 16 II Procédures d indemnisation du chômage II Au titre de la gestion budgétaire financière II Procédures relatives aux recettes II Procédures relatives aux dépenses III - BILAN DES ACTIVITES DE L AGEPE III Au regard de la gestion budgétaire et financière.. 24 III Analyse de la structure budgétaire III Exécution du budget III Situation des restes à payer et des DENO III Résultats budgétaires et situation de trésorerie

3 III Au regard des missions assignées à l AGEPE III Activités de l AGEPE III Appréciation des missions de l AGEPE IV - SYNTHESE DES OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS.. 45 CONCLUSION 52 ANNEXES 3

4 ABREVATIONS DES TERMES UTILISES Une liste d attribution des termes très souvent utilisés est présentée ci-après : SIGLE SIGNIFICATION AC ACCT AGEFOP AGEPE BEOP BNI CNPS CB C.C.G C.S DOEMF DPE DGBF DGE EPA EPN FDFP FNS MEFP MEF OP SIGFIP THIMO RICI-EPN Agent Comptable Agence Comptable Centrale du Trésor Agence Nationale pour la Formation Professionnelle Agence d Etude et de Promotion de l Emploi Bordereau d'emission des Ordres de Paiement Banque Nationale d Investissement Caisse Nationale de Prévoyance Sociale Contrôleur Budgétaire Commission Consultative de Gestion Comité Scientifique Direction de l Observatoire de l Emploi, des Métiers et de la Formation Direction de la Promotion de l Emploi. Direction Générale du Budget et des Finances Direction Générale de l Economie Etablissement Public à caractère Administratif Etablissement Public National Fonds de Développement pour la Formation Professionnelle Fond National de Solidarité Ministère de l Emploi et de la Fonction Publique Ministère de l Economie et des Finances Ordre de Paiement Système Intégré de Gestion des Finances Publiques Travaux à Haute Intensité de Main d Oeuvre Réseau Informatique de Comptabilité Intégrée des EPN 4

5 INTRODUCTION L Agence d Etude et de Promotion de l Emploi (AGEPE) est un Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial (EPIC), créée par décret n du 03 février L AGEPE a succédé à l Office de la Main d Œuvre de Côte d Ivoire (OMOCI), créé par décret n du 29 septembre L OMOCI avait pour mission principale l exécution de toutes les opérations relatives à l utilisation et à la répartition de la main d œuvre. A cet effet il était chargé de : rassembler et tenir à jour une documentation permanente sur l état du marché du travail ; recevoir les offres et demandes d emploi et procéder au placement ; établir les dossiers des travailleurs et leur délivrer les cartes de travail ; statuer sur les demandes de visa de contrats de travail. Trente (30) ans après sa création et eu égard à la modernisation de l économie ivoirienne, les autorités ont jugé nécessaire de remplacer cet outil de régulation de la main d œuvre par l AGEPE. Outre les missions traditionnelles dévolues à l OMOCI, l Etat a affiché sa volonté de faire de l AGEPE un instrument de promotion de l emploi en assurant les missions d observatoire de l emploi, des métiers et de la formation ainsi que la gestion de l indemnité de chômage. De 2005 à 2007, une subvention d un montant global de FCFA a été allouée à l AGEPE pour son fonctionnement dont FCFA pour l indemnisation des chômeurs. Eu égard à l importance des enjeux sociaux et aux missions assignées à l AGEPE, la Chambre des Comptes a, dans le cadre de ses attributions de contrôle en vertu des dispositions de l article 90 de la loi n du 25 avril 1997, inscrit à son programme d activités 2009 le contrôle de la gestion de l AGEPE. Ainsi, par ordonnance n 03/CS/CCPT du 26 mars 2009, Monsieur BOGUI Ziriyo, Président de la Chambre des Comptes, a donné mandat à Messieurs DIAI Gahon Jean-Hilaire, Conseiller, et KABINE Kamara, Auditeur à la Chambre des Comptes de la Cour Suprême, à l effet de procéder au contrôle de la gestion de l AGEPE pour les exercices 2005, 2006 et M. ADJA Brokoune Vincent, Conseiller Référendaire et M. ROUDO Ahouin Ferdinand, Vérificateur Comptable à la Chambre des Comptes ont apporté leur collaboration à la mission. Le contrôle de la Chambre des Comptes a pour objet, en ce qui concerne la période vérifiée, d une part, de faire le bilan de l exécution des missions assignées à l AGEPE au regard des moyens financiers alloués, et d autre part, d apprécier l utilisation desdits moyens. A l issue de ce contrôle la Chambre des Comptes propose des recommandations en vue de l amélioration des performances de l AGEPE. 5

6 Les résultats attendus de cette mission devraient permettre de faire ressortir : des éléments de diagnostic de la situation financière de l AGEPE pour la période ; une appréciation de l efficacité et de la pertinence de la gestion financière et matérielle au regard des objectifs de l AGEPE ; le bilan de l exécution des missions assignées à l AGEPE ; des éventuels dysfonctionnements dans la gestion ; des recommandations aux fins de corriger les déficiences constatées. En vue d apprécier ces éléments, la démarche méthodologique adoptée par l équipe de contrôle a reposé sur l exécution d un certain nombre de tâches portant sur les points ci-dessous : l appréciation de l organisation administrative et financière de l AGEPE ; l évaluation des instruments de contrôle ; l appréciation de la qualité, de la gestion budgétaire et financière ; l appréciation des activités de l AGEPE comparativement aux missions assignées ; la vérification des comptes et des pièces justificatives produites. Ces différentes tâches ont été exécutées à travers une revue documentaire et des entretiens. La revue documentaire était constituée d informations produites à la Chambre des Comptes par l AGEPE. (cf. liste des documents reçue de l AGEPE). Des entretiens ont eu lieu avec le Directeur Général, ses principaux collaborateurs (le Directeur de l observatoire de l emploi, des métiers et de la formation, le Directeur de la Promotion de l Emploi et le Sous Directeur chargé des Moyens Généraux), l Agent Comptable et le Contrôleur Budgétaire. Ces entretiens se sont déroulés selon un calendrier préalablement remis à l équipe de direction. Conformément aux dispositions de l article 161 de la loi sur la Cour Suprême, les observations de la Cour ont fait l objet d un rapport provisoire transmis à la Direction Générale de l AGEPE par lettre n 06/CS/CCPT-SM du 9 mars Ces mêmes dispositions prescrivent au Directeur Général de répondre dans un délai d un mois aux observations de la Cour par mémoire écrit, appuyé s il y a lieu de justifications. Par lettre n 481DG/ZKM/SJ/MAG du 25 mai 2011, le Directeur Général de l AGEPE a répondu audit rapport en apportant des explications et des pièces justificatives complémentaires. 6

7 Le présent rapport définitif qui prend en compte les réponses de la Direction Générale de l AGEPE suite aux observations formulées dans le rapport provisoire, s articule autour des axes suivants : la présentation de l AGEPE ; l examen et l évaluation des procédures et règles de gestion ; le bilan des activités de l AGEPE ; la synthèse des observations et recommandations. 7

8 I : PRESENTATION DE L AGEPE 8

9 I PRESENTATION L Agence d Etude et de Promotion de l Emploi (AGEPE) est un Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial créé par le décret n du 3 février 1993 modifié par le décret n du 16 septembre Ses attributions et organes de gestion se présentent comme suit : I - 1- Les missions Le décret portant création de l AGEPE et déterminant ses attributions, son organisation et son fonctionnement dispose, en son article 3, que l AGEPE est chargée de : constituer une base de données relatives à l emploi, au métier, au chômage et à la formation ; mettre en œuvre des programmes d emploi et de formation initiés par le Gouvernement ; rechercher en liaison avec le Ministère chargé de l Economie et des Finances, le financement pour les programmes d emploi ; conduire toutes actions visant à assurer une meilleure adéquation emploi-formation ; enregistrer et recenser les demandeurs d emploi ; prospecter le marché de l emploi auprès des entreprises en vue du placement des demandeurs d emploi ; assurer le conseil en recrutement et en gestion des ressources humaines ; sélectionner, conseiller et orienter les demandeurs d emploi ; assurer la gestion administrative et financière de l indemnité allouée aux chômeurs. I - 2 Les organes de gestion Selon l article 5 du décret n du 3 février 1993, les organes mis en place pour assurer la gestion de l AGEPE sont : la Commission Consultative de Gestion ; la Direction Générale ; le Comité Scientifique. I-2-1- La Commission Consultative de Gestion (CCG) La Commission Consultative de Gestion a pour mission de suivre de façon permanente, la bonne exécution des missions confiées à l AGEPE. Elle contrôle la préparation et l exécution du budget et examine le compte financier produit par l Agent Comptable en fin d exercice. Elle se réunit aussi souvent que l exige l intérêt de l établissement et, au moins, quatre fois par an. Selon l article 8 du décret n , la Commission Consultative de Gestion autorise les actes suivants du directeur : la création de services ; les programmes d investissement ; le règlement intérieur. 9

10 L article 6 du même décret dispose que la Commission Consultative de Gestion se compose des membres suivants : le Ministre de l Emploi et de la Fonction Publique ou son représentant, président ; le Ministre de l Economie et des Finances ou son représentant ; le Ministre des Affaires Sociales ou son représentant ; le Ministre chargé de l Agriculture et des Ressources Animales ou son représentant ; le Ministre de la Santé Publique ou son représentant ; le Ministre de l Education Nationale ou son représentant ; un représentant du Patronat ; un représentant des Travailleurs. Le Contrôleur Budgétaire et l Agent Comptable participent avec voix consultative aux réunions de la Commission Consultative de Gestion dans les cas prévus par le décret n du 18 février 1981 portant régime financier et comptable des EPN, notamment en ses articles 15 et 32. Le Président de la Commission Consultative de Gestion peut inviter aux réunions de la Commission avec voix consultative, toute personne dont il estime utile d entendre les avis. Au vu des différentes délibérations, la mission de vérification fait observer que sur la période , la Commission Consultative de Gestion de l AGEPE a siégé quatre (4) fois, (une fois en 2005, une fois en 2006 et deux fois en 2007) soit en moyenne 1 fois par an au lieu de 4 au minimum comme le prévoit l article 12 de la loi n du 2 juillet 1998 fixant les règles générales relatives aux EPN. La mission de contrôle note une insuffisance des réunions de cette instance eu égard, d une part aux dispositions de la loi n du 2 juillet 1998 fixant le nombre de réunions annuelles, et d autre part, à ses nombreuses attributions. Par ailleurs, les membres qui composent cette Commission ne sont pas régulièrement nommés car il n existe aucun arrêté de nomination pris par le Ministre de tutelle technique en l occurrence le Ministre chargé de l emploi et cela conformément aux dispositions de l article 13 du décret n du 21 avril 1982 portant organisation administrative des EPN. En réponse à cette constatation, l AGEPE explique que cette insuffisance de réunions est la conséquence de la crise militaro-politique que vit la Côte d Ivoire depuis septembre Aussi, les budgets de la période vérifiée qualifiés de budgets d austérité, ont été mis en place en juin au lieu de janvier ; par conséquent, faute de moyens suffisants et disponibles à temps, il était pratiquement impossible de programmer plus d une réunion. La Chambre des Comptes prend acte de cette réponse, mais considère que la situation socio-politique entraînant le vote tardif du budget est loin d expliquer l insuffisance des réunions du Conseil de Gestion. 10

11 Ce dysfonctionnement du Conseil de Gestion ne pouvant se justifier par le manque de moyens de l établissement car les réunions se tiennent dans les locaux de la structure ; les membres de ladite commission se devaient d être disponibles dans l intérêt du bon fonctionnement de l établissement. La Cour recommande à la tutelle technique assurant de droit la présidence de la CCG d une part, de procéder à la nomination des membres par la prise d un arrêté, et d autre part, de veiller à la tenue régulière des réunions statutaires de ladite commission. I-2-2- La Direction Générale L AGEPE est administrée par un Directeur Général qui est l ordonnateur principal de la structure. La Direction Générale s appuie sur deux directions opérationnelles pour assurer ses missions. Ce sont la Direction de l Observatoire de l Emploi, des Métiers et de la Formation et la Direction de la Promotion de l Emploi. La Direction de l observatoire de l emploi, des métiers et de la formation est chargée de : créer et gérer une banque de données sur l emploi, les métiers, la formation et le chômage ; réaliser des études en vue de fournir un éclairage sur le marché du travail et le système de formation ; faire des propositions d actions dans le sens de la recherche d une meilleure adaptation de la formation à l emploi ; suivre et évaluer les programmes d emploi ; rechercher le financement des activités initiées. Cette Direction comprend deux Sous Directions : la Sous Direction des Méthodes et Prévisions ; la Sous Direction des Etudes. La Direction de la promotion de l emploi est chargée de : l exécution des programmes nationaux d emploi et de formation ; la gestion des offres et demandes d emploi, et des contrats des travailleurs expatriés ; conseil en recrutement et en gestion des ressources humaines ; l indemnisation du chômage et de la reconversion professionnelle. La DPE comprend trois Sous Directions : la Sous Direction des Programmes Nationaux d Emploi et de la Formation ; la Sous Direction de la Prospection et du Placement ; la Sous Direction de l Indemnisation du Chômage et de la Reconversion Professionnelle. 11

12 En plus de ces directions, l AGEPE assure ses missions en s appuyant sur des services rattachés à savoir les délégations régionales et les services des moyens généraux, de l informatique, le service juridique et le service de la documentation et des archives. La mission de contrôle note que tous les postes de travail prévus dans l organigramme sont pourvus. Cependant, l organisation de la Direction Générale et des Directions Centrales, ainsi que les modalités de leur fonctionnement ne sont pas précisées par un règlement intérieur conformément à l article 31 du décret n portant organisation administrative des EPN. En réponse à cette préoccupation l AGEPE a indiqué qu un projet de règlement intérieur a été élaboré. La Cour prend acte de cette réponse et recommande que ce document soit adopté par l organe compétent dans les meilleurs délais. I-2-3- Le Comité Scientifique (CS) Selon l article 21 du décret n , l AGEPE dispose d un Comité Scientifique. Le CS arrête les programmes d études à soumettre à la CCG. Il évalue et valide les résultats des études. Il appuie la Direction dans la recherche de financement. Par ailleurs, il existe au sein de l AGEPE, un service exerçant le contrôle sur l exécution du budget de la structure, et un autre qui effectue ses opérations financières, conformément aux dispositions du décret n du 18 février 1981 portant régime financier et comptable des EPN. Ce sont : le Contrôle Budgétaire qui est dirigé par un cadre de la Direction Générale du Budget et des Finances, nommé auprès de l AGEPE par arrêté du Ministre de l Economie et des Finances. l Agence Comptable qui est dirigée par un comptable public de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, nommé auprès de l AGEPE par arrêté du Ministre de l Economie et des Finances. La tutelle administrative et technique de l AGEPE est exercée par le Ministère de l Emploi et de la Fonction Publique (MEFP). La tutelle financière est quant à elle, dévolue au Ministère de l Economie et des Finances (MEF). I Les moyens Pour accomplir ses missions, l AGEPE dispose de ressources humaines, financières et matérielles. I Ressources humaines Le personnel de l AGEPE est composé de fonctionnaires et de contractuels. L on note que de 2005 à 2007, il a évolué de la façon suivante : 12

13 Tableau 1 : Evolution du personnel TYPES D AGENTS FONCTIONNAIRES % % % CONTRACTUELS % % % TOTAL % % % Source : AGEPE, Données retraitées Selon le tableau ci-dessus, l effectif global du personnel a baissé de 11 % passant de 123 en 2005 à 109 en L effectif est dominé par le personnel contractuel qui représente en moyenne 65 % des effectifs sur les 3 années. Le nombre de fonctionnaires est passé de 45 en 2005 à 35 en 2007 soit une baisse de 22 %. Cette baisse résulte des départs des agents fonctionnaires vers d autres ministères. I Ressources financières Les budgets des exercices 2005 à 2007 s établissent comme suit : TOTAL FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT TOTAL Source : AGEPE, Données retraitées De 2005 à 2007, le budget total de l AGEPE est passé de F CFA en 2005 à F CFA en 2006 et à F CFA en Les ressources propres ont évolué de F CFA en 2005 à F CFA en 2006 et à F CFA en I Ressources matérielles L AGEPE est dotée de moyens matériels qui ont été acquis à partir de ses dotations budgétaires. La Direction de l AGEPE a remis à l équipe de contrôle la liste du matériel acquis au cours de la période sous revue. Pour assurer ses interventions de contrôle, l AGEPE dispose d un parc automobile. La mission de contrôle note que certaines délégations n ont pas de véhicule de liaison pour effectuer les missions de terrain. La Cour suggère que les délégations de l AGEPE soient dotées de moyens de déplacement afin de leur permettre de remplir leurs missions. 13

14 II : EXAMEN ET EVALUATION DES PROCEDURES DE GESTION 14

15 II - EXAMEN ET EVALUATION DES PROCEDURES DE GESTION II Au titre des activités de l AGEPE La Direction de l AGEPE a mis en place différentes procédures pour maîtriser la chaîne de ses activités. Malheureusement, ces procédures ne figurent pas dans un document unique de travail validé pouvant servir de manuel de procédures à tout agent de l AGEPE. L AGEPE dit avoir pris en compte cette remarque et a promis élaborer un manuel de procédures et le soumettre à la prochaine réunion du Conseil de Gestion. La Cour demande à l AGEPE d élaborer ce document pour la bonne gestion de ses activités. Pour la gestion de ses différentes activités les procédures suivantes sont mises en œuvre : II Procédures d'inscription des demandeurs d emploi L activité d'inscription des demandeurs d emploi consiste à accueillir les demandeurs d emploi et à les inscrire. Tout demandeur d emploi souhaitant bénéficier des prestations de l AGEPE doit être préalablement inscrit. Pour être inscrit comme demandeur d emploi, il faut se rendre dans les délégations de l AGEPE. Ces délégations sont au nombre de huit (Plateau, Adjamé, Treichville, Abobo, Yopougon, San-Pedro, Daloa et Guiglo). Les étapes de cette inscription sont les suivantes : d abord le demandeur d emploi se présente au service accueil où l agent lui explique les conditions à remplir ; ensuite, il est conduit au service des conseillers en emploi, puis vers les agents inscripteurs pour vérification des pièces et le paiement du droit d inscription ; après avoir rempli cette formalité, le dossier est soumis à l appréciation du chef de la délégation pour signature. Une carte est délivrée au demandeur d emploi dans les 3 jours qui suivent son inscription. Pour un suivi, le demandeur est tenu d effectuer un pointage chaque mois à son lieu d inscription. L équipe de vérification note que l inscription du demandeur se fait sur un imprimé après paiement du droit d inscription de 500 FCFA auprès d un agent relevant de l ordonnateur, violant ainsi le principe de séparation de fonction entre l ordonnateur et le comptable public. Dans sa réponse, l AGEPE reconnaît que le droit d inscription se payait entre les mains d un agent relevant de l ordonnateur. Il revenait alors aux chefs de délégations de reverser la somme collectée à l Agence Comptable. Mais depuis 2010, cette pratique a cessé. La Cour recommande à l AGEPE de veiller à la stricte application du principe de séparation des fonctions entre l ordonnateur et le comptable public, pour une meilleure gestion des deniers publics. 15

16 II Procédures de traitement des offres d'emploi Les offres d emploi traitées par l AGEPE proviennent du secteur privé. Elles parviennent à l AGEPE par : 1. La prospection des entreprises par les Conseillers en emploi ; 2. L appel téléphonique de l employeur ; 3. Le dépôt de l offre par l employeur dans les locaux de l AGEPE. Depuis 2004, chaque délégation traite directement les offres qu elle reçoit. Chaque délégation tient un cahier d enregistrement des offres reçues et traitées. Ces offres enregistrées font l objet de diffusion dans toutes les délégations de l AGEPE (y compris dans celles de l intérieur). Ces offres peuvent être soit traitées directement au siège ou attribuées à une délégation pour le traitement. Les dossiers de candidatures sont acheminés vers la délégation choisie pour le traitement. Lorsque le traitement est terminé, le rapport de sélection est envoyé au conseiller en emploi qui a reçu l offre. Ce dernier se charge de l acheminer à l employeur et en fait le suivi. Lorsque les responsables de l AGEPE le demandent, chaque conseiller en emploi, avec son chef de délégation, fait le point des offres reçues, traitées et le nombre de personnes placées. Le candidat retenu fait l objet d un suivi pendant environ trois (3) mois. La mission fait observer que les délégations qui devraient traiter en premier ressort les offres d emploi ne sont pas connectées au réseau informatique de l AGEPE en vue du traitement en temps réel des offres d emploi. Une telle situation peut être source d erreur. La Cour note dans la réponse à son rapport provisoire que le problème d interconnexion est une préoccupation de l AGEPE. En effet, la Direction Générale de l AGEPE a réalisé des études à ce sujet en 2007, mais faute de moyens l interconnexion n a pu être effectuée. La Cour recommande à la CCG de l AGEPE d accorder une priorité à la réalisation et à la mise en place du projet d interconnexion entre les délégations et le siège de l AGEPE. II Procédures d'obtention du visa de contrat de travail L activité de visa de contrat de travail a pour but d aider les employeurs à utiliser de manière régulière (conformément à la réglementation en vigueur) la main d œuvre non nationale en Côte d Ivoire. Elle se limite à viser les contrats des travailleurs non nationaux, à leur délivrer des cartes de travail. Avant de recruter un travailleur non national, il faut d abord déclarer toute vacance de poste auprès de l AGEPE et la publier pendant un (1) mois dans un quotidien national à grand tirage. 16

17 Si au terme de cette période d un (1) mois, le poste n est pas pourvu par un national, l employeur est autorisé à recruter tout candidat répondant au profil requis. Mais préalablement à son embauche, le travailleur non national doit être titulaire d un contrat ou d une lettre d embauche visée par l AGEPE sur un formulaire établi à cet effet. En outre, dans un délai de trois (3) mois maximum à compter de la date de son embauche, le travailleur non national doit demander aux services administratifs compétents la délivrance d une carte de travail établie en son nom. Toute demande de visa de contrat de travail ou de renouvellement de ce visa est examinée au regard de la situation de l emploi dans le secteur concerné. Pour le contrat de travail à durée indéterminée, il est délivré un visa de longue durée. Le visa est délivré intuitus personae. L établissement du visa donne lieu au paiement de frais à la charge de l employeur. Ces frais sont dus chaque année, quelle que soit la nature du contrat et cela en fonction du tableau des tranches de taxation par catégorie professionnelle et de l origine de l expatrié selon l arrêté n 481 du 25 /04/97 : Origine Catégories CEDEAO Hors CEDEAO Non Africains Directeur Cadre Agent de maîtrise Ouvrier Manœuvre Source : AGEPE La mission de contrôle constate que l activité de visa de contrat de travail est centralisée à la Direction Générale de l AGEPE ce qui réduit considérablement la capacité de détection des entreprises qui ne déclarent pas leurs travailleurs non nationaux. Dans sa réponse au rapport provisoire, l AGEPE fait remarquer que les délégations de l intérieur du pays et celle de Treichville réalise déjà les activités relatives au visa de contrat des travailleurs non nationaux depuis leur création. La Cour encourage la Direction Générale de l AGEPE à poursuivre l extension des activités de contrat de visa à toutes les délégations du district d Abidjan. II Procédures d'indemnisation du chômage L indemnisation du chomage consiste à gérer l utilisation de la subvention allouée à l allocation de chômage. Cette gestion se fait par la mise en place et l animation d un système visant à sélectionner les bénéficiaires selon des critères bien définis et à organiser la paie des allocations de chômage. 17

18 Le chômeur allocataire est un travailleur qui a été licencié pour des raisons économiques ou pour des suppressions de postes. Il perçoit une indemnité trimestrielle d un montant de F CFA pour les cadres et agents de maîtrise et une indemnité annuelle de F CFA pour les manoeuvres et les ouvriers. La réception des dossiers des postulants à l indemnisation se fait dans les délégations de l AGEPE. Tout demandeur d allocation est tenu d introduire son dossier dans la délégation régionale de l AGEPE de son lieu de résidence. Pour être recevable le requérant doit remplir certaines conditions à savoir : être de nationalité Ivoirienne ; avoir travaillé en Côte d Ivoire, comme salarié pendant au moins un an révolu, dans la dernière Entreprise ; avoir été licencié pour des raisons économiques de cette entreprise ; être âgé de moins de 55 ans ; avoir cotisé au titre de la contribution nationale de solidarité ; avoir déposé les dossiers dans un délai d un an à compter de la date de licenciement ; ne pas exercer une activité lucrative ou rémunérée ; résider sur le territoire national. Tous les dossiers sont réceptionnés par l agent inscripteur. Avant l acheminement du dossier à la Direction de la Promotion de l Emploi il est procédé à une première vérification dans le but de s assurer de la validité du dossier. La Direction de la Promotion de l Emploi prépare et organise le comité d octroi de l indemnisation. Ce comité est composé : du Directeur de l emploi, représentant du Directeur Général ; du Directeur de l observatoire de l emploi, des métiers et de la formation ; du Sous directeur de l indemnisation du chômage et de la reconversion professionnelle ; des Chefs de délégations. Au cours des séances du comité, chaque dossier est examiné par chaque membre dudit comité. Le comité procède à la sélection des bénéficiaires et à l affichage de la liste des bénéficiaires à la fin de chaque trimestre. A la fin des sessions un compte rendu qui fait le point des travaux est établi. En ce qui concerne le paiement de l allocation, le service informatique édite un état des montants à payer par catégorie socioprofessionnelle. Cet état est appuyé par la liste alphabétique des bénéficiaires. Les différents états sont transmis à la Direction de la Promotion de l Emploi qui après vérification les adresse au Directeur Général pour visa. L équipe de vérification a constaté qu il n existe pas de logiciel de gestion de l indemnisation du chômage, ainsi qu aucune interconnexion entre la base de données de l AGEPE et celle de la CNPS. En réponse à cette constatation de la Cour, l AGEPE reconnaît qu il n existe effectivement pas de logiciel type pour la gestion de l indemnisation du chômage. Cependant, les logiciels ACCESS et EXCEL sont utilisés pour le traitement des données. 18

19 La Cour estime que compte tenu de la particularité de la gestion de l indemnisation du chômage, la mise en place d un logiciel spécifique avec un module permettant une interconnexion avec la base de données de la CNPS est indispensable pour une meilleure gestion de l indemnité chômage. II Au titre de la gestion budgétaire et financière Dans tous les EPN, la règlementation en matière de gestion budgétaire prévoit un contrôle administratif. Ce contrôle s exécute sous deux formes : le contrôle fonctionnel et mutuel de l ordonnateur et l Agent Comptable. Ce contrôle est la traduction du principe de séparation des fonctions. Ainsi, l Agent Comptable procède à une vérification préalable des titres de recettes et de dépenses émis par l ordonnateur avant leur prise en charge. Et l ordonnateur vise les documents qui lui sont soumis par l agent comptable et certifie en particulier le compte financier établi par ce dernier. le contrôle effectué par le contrôleur budgétaire sur la gestion de l ordonnateur: C est un contrôle a priori de conformité et de régularité des opérations budgétaires provenant de l ordonnateur, doublé d un contrôle concomitant sur les comptes de l E.P.N. La mission de contrôle constate que les différents contrôles sont effectivement exercés par chacun des deux acteurs. En ce qui concerne l exécution des recettes et des dépenses, elle s effectue à travers un Réseau Informatique de Comptabilité Intégré dénommé RICI-EPN. Le RICI-EPN est un système de conception informatique permettant d intégrer toutes les étapes de l exécution budgétaire. Les procédures d exécution des recettes et des dépenses de l AGEPE se présentent comme suit : II Procédures relatives aux recettes Recouvrement des recettes propres La procédure de recouvrement des recettes propres débute à l agence comptable, suit son cours à la comptabilité de l ordonnateur et prend fin à l agence comptable. L Agent Comptable encaisse la somme due, fait parvenir à l ordonnateur les reçus de paiement pour la constatation de la recette. Suite à cette constatation, l ordonnateur fait établir les titres de recettes sur la base des documents qui lui ont été transmis. Lesquels titres sont édités électroniquement au moyen du logiciel RICI (Réseau Informatique de Comptabilité Intégrée EPN), puis validés électroniquement et manuellement, successivement par l ordonnateur et le contrôleur budgétaire. Après ces différentes étapes, les bordereaux d émission des titres de recettes sont édités et visés par l ordonnateur qui les transmet à l agence comptable pour traitement. Après traitement des différents documents, l Agent Comptable procède à la prise en charge de la recette dans les différents livres journaux (EP). 19

20 L équipe chargée du contrôle a observé qu en ce qui concerne les recettes propres, l Agent Comptable applique le principe du recouvrement avant émission de titres de recettes. Ce système présente des insuffisances car aucun rapprochement entre les chiffres de l ordonnateur et ceux de l agence comptable n est effectué. Cette lacune pourrait être une porte ouverte aux fraudes. En réponse aux préoccupations de la Cour, l AGEPE indique qu elle a adopté le principe du recouvrement avant émission de titres de recettes au motif que d une part le montant total des recettes n est pas connu et déterminé à l avance et d autre part que les contrats de travail en question concernent des travailleurs de plus en plus non sédentaires. C est pourquoi le service de recouvrement est constamment en prospection. Par conséquent, pour l AGEPE il ne peut y avoir de fraudes dans la mesure où les montants des sommes versées à l agence comptable par les usagers sont établis par les services de l ordonnateur et une copie du reçu de règlement leur est remise. La Cour estime que les agents chargés de la prospection devraient relever de l ordonnateur. Ces agents devraient définir l assiette d imposition une fois la prospection terminée. Sur la base des factures éditées, le recouvrement pourrait se faire avant émission de titres de recettes. Même avec cette distinction de rôle entre les agents chargés de la prospection et ceux chargés du recouvrement, la Cour recommande qu un état de rapprochement régulier soit fait entre la facturation faite par les services de l ordonnateur et les émissions des titres de recettes établies à partir des chiffres du recouvrement fournis par l Agent Comptable. Recouvrement des subventions Les recettes externes sont constituées essentiellement de subventions accordées par l Etat. Le processus de recouvrement de ces ressources débute au Ministère de la Fonction Publique et de l Emploi et achève son parcours à l agence comptable de l AGEPE. Le recouvrement se fait au préalable par le Directeur des Affaires Administratives et Financières (DAAF) du Ministère de la Fonction Publique et de l Emploi à travers le Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFIP). Le DAAF procède à l engagement du montant à travers une fiche établie à cet effet. Cette fiche est signée par lui. Après la saisie, le Directeur vise la fiche d engagement et procède à l établissement d un mandat de paiement et d un bordereau de transmission qu il va soumettre au visa du Contrôleur Financier. Après le visa du Contrôleur Financier, le DAAF du Ministère vise le mandat de paiement et le transmet au trésor public qui, dès que possible procède au virement sur le compte de l AGEPE. Le virement effectué, un avis de règlement est adressé à l Agent Comptable de l AGEPE pour la constatation du paiement de la subvention. Dès réception de l avis, l Agent Comptable le transmet au service comptabilité de l ordonnateur. Celle-ci se charge d établir un titre de recette et un bordereau des 20

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE)

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) Décret n 97-393 du 9 juillet 1997 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénomme Agence Nationale

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015 L extourne est une méthode de traitement des charges à payer et des produits à recevoir qui donne la compétence à l ordonnateur pour solder les opérations de l année N-1 exercice antérieur- en année N

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES Département des Etudes Juridiques DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 LE DIRECTEUR DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2015 GUIDE www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de faciliter la compréhension des modalités relatives au calcul du versement périodique. Il n a aucune valeur juridique et ne

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Budget primitif 2011 eau :

Budget primitif 2011 eau : CONSEIL MUNICIPAL DU 26 Mars 2012. ÉTAIENT PRÉSENTS : G.BERNARD - P. LUMMAUX - J.P MARTIN - J.P MAURA - D. BERLAND - Mmes C. LAGARDE - L. DUPUCH - M. B. CRAPON - Mme L. BARIBAUD - F. FERRAND - M. F. FAUX.

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 ROYAUME DU MAROC AGENCE POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DES PREFECTURES ET POVINCES DU NORD DU ROYAUME... Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 OBJET : L AUDIT COMPTABLE

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé Partenariat avec Revenu Québec Pour permettre l application du nouveau mode de paiement de la prime d assurance instauré le 1 er janvier

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES & DE CONTROLE DE GESTION SOMMAIRE C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES... 1 C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C.1.1 DEFINITIONS... 2 C.1.2 PRINCIPES... 2 C.2 ORGANES DE L ELABORATION

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) Montélimar Sésame Règlement de la consultation Collecte des cartons des activités sur la commune de Montélimar MARCHE PUBLIC DE SERVICES OOO REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) OOO Pouvoir adjudicateur:

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL SOMMAIRE LES EMPLOIS CONCERNÉS... 4 LA PROCÉDURE...

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 Fax : +33 (0)4 66 21 97 84 ETABLI ENTRE MONSIEUR / MADAME Domicilié(e) : ET La Société D-HABITAT «L agence immobilière» Domiciliée : Les portes d'uzès

Plus en détail

GESTION DES CARTES «ACHAT»

GESTION DES CARTES «ACHAT» Page 1/12 Destinataires : Agence Comptable Logistique Contrôle de Gestion Domaine concerné : Thème concerné : Sous thème concerné : Mot-clé : ACHAT, COMPTABILITE, GESTION, BUDGET Organisation de la gestion

Plus en détail

la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT

la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT la gestion d une convention de recherche Vade-mecum des pratiques laboratoire / DGRTT Août 2015 Direction générale de la recherche et du transfert de technologie 4 place Jussieu 75005 Paris Tél. : 01 44

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74 10 29 Dhou El Hidja 1431 Vu le décret exécutif n 91-311 du 7 septembre 1991, complété, relatif à la nomination et à l agrément des comptables publics ; Vu le décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE INSTRUCTION N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE Paiement avant service fait et/ou sans ordonnancement préalable Date d application : 29/01/2010

Plus en détail

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014.

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014. Direction des Finances Agence Comptable Mesdames et Messieurs les Directeurs de composante et de service commun, les Directeurs d unités de recherche les Directeurs et Responsables de service les Responsables

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

La gestion financière et la comptabilité des ADL établies sous forme de régie communale ordinaire

La gestion financière et la comptabilité des ADL établies sous forme de régie communale ordinaire Réseau ADL - Formation technique Clés pour comprendre et réaliser la comptabilité de votre ADL La gestion financière et la comptabilité des ADL établies sous forme de régie communale ordinaire Katlyn Van

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

Contribution de solidarité

Contribution de solidarité FLASH D INFORMATIONS N 19/2012 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O. du 27/11/1982) - Décret

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Paris, le 05 octobre 2005. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Paris, le 05 octobre 2005. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Paris, le 05 octobre 2005 Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Direction des affaires financières Sous-direction des affaires statutaires, des emplois et

Plus en détail

Dossier de Demande de subvention

Dossier de Demande de subvention Association Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Nom de l Association : service traitant la demande : SERVICE CULTUREL Année : 2016 Dossier de Demande de subvention Vous trouverez

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Marché : CONTRAT DE MAINTENANCE DES ASCENSEURS, MONTE CHARGES ET APPAREILS ELEVATEURS DU CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX MARCHE DE SERVICE MARCHE PASSE SUIVANT LA PROCEDURE «D APPEL D OFFRES OUVERT» (Articles

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau du recouvrement (5C) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT 1. Préambule Préalablement à toute intervention pour l une des sociétés SIGMA Conseil, SIGMA Opérations ou CONCEPT RISK, le consultant doit disposer d un cadre

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Vu la Loi N 005/PR/2003 du 02 mai 2003, portant protection du Droit d Auteur,

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C

F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C F I C H E P R A T I Q U E N 4 L E C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E D U S E C T E U R P U B L I C Avant les démarches administratives - pour tout contrat, qu il soit du secteur privé ou du secteur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.028 Montreuil, le 24/05/2012 24/05/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE GESTION DES COMPTES COTISANTS

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RCP 2011

RAPPORT ANNUEL RCP 2011 RAPPORT ANNUEL RCP 2011 Remboursement du congé de paternité Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail