Projet d instauration d une surfacturation en France Etude d impact

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet d instauration d une surfacturation en France Etude d impact"

Transcription

1 Projet d instauration d une surfacturation en France Etude d impact Résumé des conclusions Edgar, Dunn & Company Confidentiel Mai 2010

2 Contacts: Edgar, Dunn & Company Mark Beresford (Bureau de Londres): Pascal Burg (Bureau de Paris): Robert White (Bureau de Sydney): Publié en français en Mai 2010 Copyright 2010 Edgar, Dunn & Company Tous droits réservés. La reproduction par quelque moyen que ce soit du présent document et sa diffusion sans autorisation sont expressément prohibées et constituent une violation de la législation internationale sur les droits d auteur. Confidentiel Tous droits réservés Mai

3 TABLE DES MATIERES SECTION 1 SYNTHESE Principales observations de l étude Quels sont les enseignements de la surfacturation hors de France? Quel pourrait être l impact de la surfacturation sur un marché tel que la France où elle est actuellement interdite? Si la surfacturation était autorisée sur un marché où elle est actuellement interdite (tel que la France), quelles devraient être les règles d application?...18 SECTION 2 OBJECTIF ET CHAMP D APPLICATION DE L ETUDE Objectif de l étude Périmètre de l étude Approche suivie par l étude...25 SECTION 3 OBSERVATIONS SOMMAIRES HORS FRANCE Principales observations sur les autres marchés Australie Royaume Uni Autres pays : Danemark, Etats-Unis et Portugal...52 SECTION 4 IMPACT POTENTIEL EN FRANCE Aperçu du marché français des paiements Entretiens avec les parties prenantes en France Principaux résultats...60 SECTION 5 ANNEXE Liste des sources utilisées pour mener cette étude...67 Confidentiel Tous droits réservés Mai

4 Note introductive Edgar Dunn & Company (EDC) est une société de conseil indépendante spécialisée dans les paiements et services financiers. Fondée en 1978, la société est considérée comme un partenaire par ses clients, auxquels elle dispense une gamme complète de services de conseil en stratégie tout en les faisant profiter de ses compétences et de sa connaissance du marché. En mobilisant ses bureaux d Atlanta, Francfort, Londres, Paris, San Francisco, Singapour et Sydney, EDC élabore des stratégies pragmatiques, obtient des résultats mesurables et offre à ses clients un point de vue unique basé sur son expérience internationale dans plus de 35 pays et sur tous les continents. La Fédération Bancaire Française (FBF) a chargé EDC de mener une étude d impact indépendante sur l instauration éventuelle de la "surfacturation" en France. La "surfacturation", également appelée "surcharging", fait référence à l'application par le commerçant de frais supplémentaires liés à l'utilisation de certains instruments de paiement. Cette étude s est déroulée de janvier à mars EDC a interrogé des parties prenantes en France et dans d autres pays (Australie, Danemark, Royaume-Uni et Etats-Unis), a recueilli des informations au moyen de recherches documentaires menées depuis ses bureaux, les a analysées et a résumé ses conclusions dans le présent rapport. Les observations et conclusions figurant dans le présent document sont uniquement celles d EDC et ne sont destinées en aucune façon à exprimer l avis ou le point de vue de la FBF. EDC tient à remercier les nombreux organismes et personnes qui lui ont fourni des informations et ont émis des points de vue qui, ensemble, constituent le fondement du présent rapport. Confidentiel Tous droits réservés Mai

5 1 Synthèse EDC a été chargé par la FBF de mener une étude d'impact au sujet de l instauration d'une surfacturation sur les paiements en France. Cette étude a porté sur (1) les leçons tirées hors de France ; (2) les avis des différentes parties prenantes sur l impact que pourrait avoir la surfacturation en France et (3) des suggestions sur la manière de mettre en œuvre la surfacturation en France (en supposant que le Trésor publie un décret autorisant des exceptions à son interdiction dans ce pays). 1.1 PRINCIPALES OBSERVATIONS DE L ÉTUDE Dans les autres pays où la surfacturation est autorisée o Rien ne prouve que les prix de détail aient baissé o Il semble que les consommateurs paient davantage qu auparavant, les commerçants profitent de la diminution des frais d acceptation des paiements et l impact sur les banques, positif ou négatif, semble limité o Le pourcentage des paiements par carte soumis à surfacturation paraît faible mais ils se concentrent dans certains secteurs du commerce / circuits de distribution o Le phénomène de substitution d un type de carte à un autre pour effectuer des achats (migration «de carte à carte») du fait des surfacturations paraît marginal o Il n existe pas non plus de signes permettant de conclure à une migration massive vers les paiements en espèces, sauf dans des circonstances exceptionnelles o La structure et le niveau de la surfacturation, en particulier l application d une surfacturation uniforme à tous les types de cartes (cartes de paiement -charge cards-, de crédit et de débit), et l application d'une surfacturation dont le niveau serait «excessif» suscitent des inquiétudes o Le fait qu une réglementation sur la surfacturation et les commissions d interchange soit souhaitable a fait l objet d un large débat, mais aucune conclusion faisant consensus ne s en est dégagée Confidentiel Tous droits réservés Mai

6 En France, o Les consommateurs sont opposés à la surfacturation alors que la plupart des commerçants y sont favorables et les banques sont inquiètes o La plupart des parties prenantes s attendent à ce que la surfacturation se concentre essentiellement sur les paiements par carte o La plupart des parties prenantes ne s attendent pas à une diminution des prix de détail o La migration des flux cartes vers les espèces n inquiète guère sauf parmi les banques o Consommateurs et banques sont très inquiets du risque d abus Un encadrement serait souhaité dans le cas où la surfacturation serait autorisée en France sous une forme ou sous une autre. o Il est nécessaire d envisager l instauration de règles d application o Au vu de l expérience des autres pays, il semble que certaines caractéristiques soient souhaitées pour les régimes de surfacturation, mais certaines d entre elles peuvent être impossibles à mettre en pratique o Il semble qu un consensus général existe en France quant aux règles d'application les plus viables o L instauration de surfacturations doit être précédée par un processus de consultation et une analyse juridique approfondis Confidentiel Tous droits réservés Mai

7 1.2 QUELS SONT LES ENSEIGNEMENTS DE LA SURFACTURATION HORS DE FRANCE? Les analyses quantitatives sur l impact de la surfacturation dans les pays où elle est autorisée sont assez rares. C est pourquoi le présent rapport repose principalement sur des entretiens qualitatifs, sur la connaissance qu EDC a du marché 1 et sur des recherches documentaires réalisées dans ses bureaux, auxquels s ajoutent des analyses quantitatives limitées qui ont été réalisées en Australie, au Danemark, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Observation n 1 : rien ne prouve que les prix de détail aient baissé EDC a trouvé des données quantitatives indiquant que la surfacturatione se traduit par une diminution des frais d acceptation des paiements pour les commerçants (voir l observation 2). EDC n a toutefois trouvé aucune preuve quantitative démontrant que la diminution des frais d acceptation des paiements dont ont profité les commerçants ait débouché sur une baisse des prix payés par les consommateurs. En supposant que l économie soit concurrentielle, des autorités de réglementation telles que la Reserve Bank of Australia (RBA) pensent que la baisse des frais d acceptation des paiements dont bénéficient les commerçants sera répercutée sur les prix de détail, mais reconnaissent qu elle sera délicate à mesurer 2. Observation n 2 : Il semble que les consommateurs paient davantage qu auparavant, que les commerçants bénéficient de la diminution des frais d acceptation des paiements et que l impact sur les banques, positif ou négatif, soit limité. L impact de la surfacturation n est pas le même pour chacune des principales parties prenantes de la chaîne des paiements : consommateurs, commerçants et banques. Il apparaît que les consommateurs paient des prix de détail plus élevés quand ils effectuent un achat soumis à surfacturation parce qu ils paient les frais de surfacturation mais ils ne semblent pas bénéficier en contrepartie d un prix de détail plus bas³. 1 EDC dispose de ses propres consultants en Allemagne, Australie, Belgique, Etats-Unis, France, à Singapore, au Royaume-Uni et suit avec beaucoup d attention les questions relatives aux paiements dans plus de 40 pays depuis 32 ans. 2 La RBA suggère que son impact ne se traduirait pas par une baisse des prix de détail, mais par un ralentissement de l augmentation des coûts des commerçants et des prix de détail sur durée plus longue. Le coût d acceptation des cartes de crédit est incorporé dans une kyrielle de prix de détail et l impact sur les prix d une diminution du coût de ce service pour les commerçants ne saute pas forcément aux yeux; de plus, dans la mesure où elles compensent des hausses de coûts dans d autres domaines, les économies réalisées sur ce service pourraient avoir pour effet de tempérer des hausses de prix qui auraient eu lieu en leur absence RBA Consultation document, Reserve Bank of Australia, décembre Il semble qu il n existe aucune analyse quantitative fiable mesurant d éventuelles baisses des prix de détail ; les entretiens avec les consommateurs ou associations de consommateurs montrent que la plupart des consommateurs pensent que les prix de détail n ont pas baissé depuis l'instauration de la surfacturation. Confidentiel Tous droits réservés Mai

8 Quant aux commerçants, ils profitent d une diminution des frais d acceptation des paiements. En Australie : Les statistiques liés à la tarification du commerçant montrent une diminution des frais d acceptation des cartes (Merchant Service Fee 4 ou MSF) payés par le commerçant sur les encaissements par carte de paiement et de crédit. Cependant, une nouvelle réglementation des interchanges (ayant eu pour conséquence de les diminuer) et l introduction de la surfacturation sont intervenus au même moment ; ils ont tous deux influencé le MSF pendant la même période. La réduction moyenne du MSF sur les cartes de crédit MasterCard / Visa s élève en moyenne à 0,59 % entre septembre 2003 et septembre La plus grande partie de cette diminution est imputable à la réduction de 0,45 % des interchanges, ramenés de 0,95 % à 0,50 %, conséquence de l entrée en vigueur d une nouvelle réglementation. Le reste de la diminution des MSF (0,14 %) est attribué à l intensification de la concurrence sur le marché de l acquisition de cartes et à la marge de manœuvre accrue que la surfacturation a procurée aux commerçants pour négocier des commissions plus faibles et d'autres facteurs du marché. Pour les systèmes trois points comme celui d American Express qui fonctionne à la fois pour les cartes de paiement et de crédit, le montant moyen des MSF a diminué de 0,49 % sur la même période. Cette réduction s explique en partie par la réaction concurrentielle à l abaissement des MSF pour les systèmes de carte de crédit à quatre points (MasterCard et Visa) et en partie par d autres éléments de marché, notamment la possibilité offerte aux commerçants de négocier une baisse des MSF grâce à la réglementation sur la surfacturation. Si 0,45 % de cette diminution est imputable à la réponse d'american Express à la réduction des MSF facturées par MasterCard et Visa, alors la baisse supplémentaire de 0,04 % pourrait être dû au renforcement de la capacité de négociation des commerçants résultant de la surfacturation, à l intensification de la concurrence dans l acquisition de cartes et à d autres facteurs du marché. 4 Dans le présent document, EDC emploie les termes «Merchant Service Fee» ou «merchant fees» (également appelés «Merchant Service Charge») pour désigner les commissions payées par un commerçant (a) à une banque «acquéreur» pour l acceptation des cartes MasterCard ou Visa, ou (b) aux réseaux tels qu American Express. Confidentiel Tous droits réservés Mai

9 Au total l impact, positif ou négatif, sur les banques paraît limité : Il n existe guère de chiffres fiables permettant de mesurer la proportion avec laquelle les consommateurs ont changé de moyen de paiement depuis l instauration de la surfacturation; (par exemple American Express vers MasterCard et Visa ou cartes de crédit vers carte de débit ou vers les en espèces), voir Observation n 4. C est pourquoi il est difficile de mesurer l impact économique de la substitution de moyens de paiement sur les banques, en particulier sur celles qui émettent des cartes. Entre 2003 et 2007, les marges dégagées par l acquisition de cartes de crédit ont baissé de 0,45 % à 0,29 % de la valeur de la transaction et, entre 2006 et 2007, les marges sur les cartes de débit sont tombées de 0,18 $ à 0,13 $ par transaction. Les entretiens menés avec les banques en Australie et au Royaume-Uni n ont mis en évidence aucun effet notable résultant directement de la surfacturation, que ce soit sur les émetteurs ou sur les acquéreurs de cartes. Dans l ensemble, les banques sont d avis que la surfacturation affectent surtout les consommateurs et les commerçants. Note : en Australie, la plupart des grandes banques de détail ont profondément remanié leur structure de coûts et leur offre de cartes, par exemple en émettant des cartes American Express et en rehaussant les cotisations annuelles sur les cartes de manière à compenser tous les effets dommageables des réformes lancées par la RBA (surfacturations, révision du niveau des commissions d interchange et accès au système). EDC a trouvé des données quantitatives indiquant que la surfacturation a réduit le coût net d acceptation des cartes à la charge des commerçants. EDC n a toutefois trouvé aucune analyse reposant sur des faits qui soit de nature à prouver ou infirmer la conclusion selon laquelle la surfacturation a réduit le coût total des paiements pour toutes les parties prenantes (c est-à-dire pour la société dans son ensemble) en faisant évoluer dans le sens d une efficience accrue la répartition entre les moyens de paiement employés dans le commerce de détail. Observation n 3 : le pourcentage des paiements par carte soumis à surfacturation paraît faible mais ils se concentrent dans certains secteurs du commerce et certains canaux de distribution La concurrence entre les entreprises de distribution limite le plus souvent la surfacturation lors des achats en face à face (paiement de proximité) dans le commerce de détail. La surfacturation est le plus souvent appliquée dans les secteurs ou, d une manière ou d une autre, les consommateurs sont d'une certaine manière "captifs" c est-à-dire qu ils n ont guère d autres possibilités, voire aucune, de recourir à un moyen de paiement échappant à la surfacturation pratiquée par ce commerçant. Ces secteurs incluent : Les monopoles «naturels» : services publics, électricité / eau, écoles. Les monopoles «temporaires» résultant du lieu (ex. : bars, hôtels et taxis) ou de la nature immédiate de l achat (ex. : achat d un billet d avion). Confidentiel Tous droits réservés Mai

10 Le commerce électronique qui bien souvent accepte uniquement les paiements par carte. La surfacturation est plus fréquemment appliquée aux systèmes trois points (American Express, Diners Club) qu aux cartes de crédit des systèmes quatre points (MasterCard, Visa) et elle est relativement peu fréquemment appliquée sur les cartes de débit. Bien que le nombre de commerçants recourant à la surfacturation augmente 5, il ressort de quelques enquêtes et calculs limités que, globalement, le pourcentage des paiements par carte qui y sont soumis atteint tout au plus 5 % du total des transactions par carte, et il est vraisemblablement plus proche de 1 % ou 2 % que de 5 %. Il n empêche que le pourcentage de paiements par carte qui sont soumis à surfacturation est sensiblement plus élevé dans certains secteurs, tels que, comme indiqué plus haut, le commerce électronique. Observation n 4 : le phénomène de substitution d un type de carte à un autre pour effectuer des achats (migration «de carte à carte») du fait de la surfacturation paraît marginal Les données disponibles, quoique limitées, montrent que la surfacturation a vraisemblablement abouti à un léger déplacement des paiements d'un type de carte vers un autre (ex. : des cartes American Express vers les cartes de crédit MasterCard / Visa et des cartes de crédit vers celles de débit). Par exemple, il a été demandé au cours d un sondage auprès des consommateurs en Australie 6 qui avaient payé une surfacturation au moins une fois quelle était leur réaction à cette pratique. Dans leur immense majorité (78 %), les sondés ont répondu qu ils utilisaient leur carte [préférée] et acquittaient la surfacturation, et seuls 12 % recourant à une autre carte. Au Royaume-Uni, rien ne prouve que la surfacturation des achats par carte de crédit ait provoqué une migration significative vers les cartes de débit pour les achats dans le commerce de détail. Plusieurs sites de commerce en ligne se limitent toutefois à n appliquer la surfacturation qu aux cartes de crédit, ce qui donne à penser qu ils cherchent par là à inciter les consommateurs à régler leurs achats avec une carte de débit. 5 Rien ne permet de savoir si le pourcentage de commerçants appliquant la surfacturation a atteint son plafond ou s il continuera à augmenter. Si, en Australie, le pourcentage de commerçants appliquant la surfacturation est compris entre 20 % et 30 %, les statistiques disponibles n indiquent pas dans quelle mesure ils l appliquent (pourcentage des transactions par marque de carte, circuit de distribution, etc.). Confidentiel Tous droits réservés Mai

11 Observation n 5 : il n existe pas non plus de signes permettant de conclure à une migration vers les paiements en espèces, sauf dans des circonstances exceptionnelles Jusqu à présent, dans la plupart des cas, la surfacturation n a pas entraîné d augmentation des paiements en espèces. A titre d illustration, d après l enquête auprès des consommateurs australiens 6, seulement 6 % d entre eux paient en espèces si l emploi de leur carte [préférée] est soumis à surfacturation. Le Danemark est une exception où la surfacturation a provoqué une forte baisse des transactions par carte de débit domestique (entre 15 % et 20 % par rapport au volume des achats réglés par carte de débit l année précédente) et un recours accru aux paiements en espèces. Le cas du Danemark n est toutefois pas comparable aux autres pays parce que les cartes de débit domestiques étaient gratuites à la fois pour les commerçants et pour les consommateurs, et la surfacturation a été autorisée le même jour que les "Merchant Service Fees" (MSF). La surfacturation des cartes de débit domestiques n a duré que deux mois, pour deux raisons : (1) elle a provoqué une forte augmentation des paiements en espèces (coûteux) à la place des cartes de débit et (2) elle a suscité une levée de boucliers dans l opinion publique, si bien que les principaux partis politiques ont promis de revenir sur la décision autorisant la surfacturation après les élections, qui se sont tenues peu après son instauration. 6 Enquête auprès de consommateurs commandée par American Express et menée par AEC Group auprès de 543 consommateurs australiens choisis au hasard qui étaient titulaires d au moins une carte de crédit ou de paiement et avaient été surfacturés au moins une fois au cours des 12 derniers mois. Confidentiel Tous droits réservés Mai

12 Observation n 6 : la structure et le niveau de la surfacturation, en particulier l application d une surfacturation uniforme à tous les types de cartes (cartes de paiement, de crédit et de débit), et l application d un niveau de surfacturation «excessif» suscitent des inquiétudes L un des principaux buts de la réglementation instaurant la surfacturation est d émettre un "signal prix" plus approprié pour inciter les consommateurs à opter pour des modes de paiement plus efficients. Dans ce contexte, les régimes de surfacturation actuels suscitent deux préoccupations : Le niveau de la surfacturation est identique pour toutes les cartes. Certains commerçants ont opté pour une logique simpliste en appliquant le même taux de surfacturation (par exemple 1 %) à tous les types de cartes bien que les études sur les coûts montrent que le coût d acceptation (et les MSF) payé par les commerçants n est pas le même pour les cartes de crédit, de paiement et de débit. Si cette méthode a le mérite de la simplicité de mise en œuvre et d une compréhension plus aisée par les consommateurs, elle ne permet plus d envoyer des signaux de prix différenciés pour le choix du mode de paiement alors que son coût n est pas le même pour le commerçant selon que le règlement est effectué au moyen d une carte American Express, MasterCard ou Visa. Il semble que la surfacturation ne soit pas toujours en lien direct avec les frais d acceptation payés par le commerçant, qu elles dépassent dans certains cas : Quoiqu il soit difficile de fournir des chiffres précis, puisque les MSF peuvent varier d un commerçant à l autre, certains cas à forte visibilité montrent que la surfacturation appliquée parait nettement supérieure aux frais d acceptation réellement payés par le commerçant. A titre d illustration, près de 16 % des surfacturations opérées en Australie excèdent un niveau de 3 % du montant de l achat alors que, en moyenne, les MSF pratiqués pour les cartes de crédit MasterCard et Visa en Australie étaient de 0,81 % en septembre 2009, et de 1,96 % chez American Express. Au Royaume-Uni, Ryanair a été le sujet de nombreux articles de presse critiques parce qu ils appliquent des surfacturations pouvant atteindre 7 % à 10 % du prix du billet d'avion. Confidentiel Tous droits réservés Mai

13 Observation n 7 : le fait qu une réglementation sur la surfacturation et les interchanges soit souhaitable a fait l objet d un large débat, mais aucune conclusion ne s est dégagée autour d un consensus. La réglementation sur la surfacturation et les interchanges affecte le montant net des MSF acquittées par les commerçants. Comme indiqué dans l Observation n 2, la réduction des interchanges et l instauration de la surfacturation ont eu pour conséquence une baisse du montant net des MSF en Australie. Il n y a aucune preuve montrant que cette diminution du montant net des MSF se soit soldée, pour les consommateurs, par une baisse des prix de détail ; c est pourquoi les avantages que les consommateurs retireraient de l instauration de la surfacturation, couplée à la réduction des interchanges, ont été mis en doute. En Australie, la réglementation autorisant la surfacturation et modifiant les interchanges est issue d une décision de la RBA : «La Banque n était pas convaincue que la surfacturation se propagerait suffisamment dans un délai raisonnable pour que les signaux prix auxquels les porteurs de cartes étaient alors confrontés changent notablement la Banque est parvenue à la conclusion qu il était nécessaire à la fois de lever l interdiction de la surfacturation et de réduire les interchanges sur les cartes de crédit pour émettre des signaux sur les prix plus appropriés aux porteurs de cartes». La RBA, qui a montré sa préférence pour une certaine autorégulation, est en train d examiner plusieurs scénarios qui pourraient aboutir à assouplir certains aspects du système actuel de régulation des paiements. Ces différentes hypothèses incluent le maintien de la surfacturation, éventuellement couplé à l abolition de la réglementation sur les interchanges sous réserve de plusieurs considérations supplémentaires relatives à la concurrence entre moyens de paiement, l obtention d assurances sur le fait que les interchanges n augmenteraient pas, la transparence de la tarification, etc. Confidentiel Tous droits réservés Mai

14 1.3 QUEL POURRAIT ÊTRE L IMPACT DE LA SURFACTURATION SUR UN MARCHÉ TEL QUE LA FRANCE OÙ ELLE EST ACTUELLEMENT INTERDITE? L impact réel de la surfacturation en France dépendra de deux facteurs : Certaines caractéristiques propres au marché français des paiements. Si un décret est pris : son contenu et sa date d entrée en vigueur. Prises ensemble, plusieurs caractéristiques du marché français des paiements rendent délicate sa comparaison avec les autres (et, par extension, la transposition à l identique des changements subis par les autres marchés). En particulier, il n existe pas en France de tradition 1 de surfacturation 7. En outre, la structure du marché français des paiements se distingue à plusieurs égards de celle du marché des autres pays, notamment l usage fréquent des chèques et des cartes bancaires, à débit immédiat ou différé, par rapport aux cartes de crédit revolving. Les autres pays où la surfacturation est autorisée permettent d obtenir des enseignements et d en tirer des leçons importantes (comme indiqué dans la Section 1.2), dont certaines peuvent s appliquer au marché français. Cependant, l impact spécifique de la surfacturation en France sera conditionné par les caractéristiques propres du marché français des paiements EDC s est abstenu de toute hypothèse sur le fait qu un décret soit adopté ou non et n a pas préjugé de ce qui pourrait être autorisé ou interdit en France et d une éventuelle date d entrée en vigueur. C est pourquoi EDC a interrogé les principales parties prenantes en France afin de comprendre leur position pour ou contre la surfacturation en général et leurs prévisions sur son impact probable 8. Les résultats de ces entretiens avec 6 associations de consommateurs, 12 commerçants ou syndicats de commerçants et 9 représentants du secteur bancaire sont récapitulés dans le tableau ci-dessous. 7 Jusqu en 2009, des accords contractuels interdisaient d appliquer une surfacturation aux paiements par carte bancaire effectués en France, mais ils ont pris fin avec la transposition de la Directive sur les Services de Paiement (DSP) (voir infra). Le Groupement des Cartes Bancaires (GCB) incluait dans ses contrats avec les commerçants une clause contractuelle (article 4-4) les obligeant à facturer aux porteurs de cartes les mêmes prix qu à leurs autres clients. Cette clause ayant été contestée dans les années 1980, le Conseil de la Concurrence a décidé en 1988 d autoriser le GCB à la maintenir au motif que l expansion des cartes bancaires contribuait au progrès économique. Plus récemment, le gouvernement français a transposé la DSP en juillet 2009 par une ordonnance prohibant la surfacturation. Elle sera ratifiée dans le cadre de la loi sur le crédit à la consommation que le Parlement doit voter au premier semestre Le Trésor pourrait prendre ultérieurement un décret autorisant des dérogations à cette interdiction de surfacturation. 8 Les entretiens menés en France ont aussi porté sur les conditions de la mise en œuvre de la surfacturation dans le cas où elle serait autorisée. Ces conclusions sont examinées dans la section 1.4. Confidentiel Tous droits réservés Mai

15 Constat n 1: Les consommateurs sont opposés à la surfacturation, la plupart des commerçants y sont favorables et les banques s inquiètent Opinion des consommateurs Opinion des commerçants Pour ou contre la surfacturation? Fortement opposés à la surfacturation. La plupart y sont favorables. Leurs avis sont toutefois très contrastés, certains y étant très favorables (ex. : Leroy Merlin, compagnies aériennes), d autres pas du tout ou se montrant fort peu intéressés (ex. : opérateurs de télécom. et transporteurs). Raisons principales? Les consommateurs seraient pénalisés par la hausse probable des prix de détail ou, à tout le moins, par leur complexité accrue. Autrement dit, la surfacturation se traduira au minimum par une moindre lisibilité des prix de détail, qui est préjudiciable aux consommateurs. Renforcement de la position des commerçants pour négocier un contrat d'acceptation de cartes qui leur soit plus favorable. Opinion des banques La plupart s inquiètent de la surfacturation ou bien y sont opposées. Les banques sont d avis que la surfacturation n est pas pertinente en France : contrairement à d autres pays tels que l Australie, les cartes de crédit sont peu usitées en France, si bien qu il n existe guère de place pour une migration «des cartes de crédit vers les cartes de débit», mais il y a un risque de migration «des cartes bancaires vers les paiements en espèces». Les banques s inquiètent donc d une migration des cartes vers les espèces, et de la mauvaise publicité dont elles seraient les victimes. Confidentiel Tous droits réservés Mai

16 Constat n 2 : La plupart des parties prenantes s attendent à ce que la surfacturation se concentre essentiellement sur les paiements par carte Opinion des consommateurs Opinion des commerçants Opinion des banques L adoption de la surfacturation estelle probable? Ils s attendent à ce que les commerçants soient très nombreux à appliquer la surfacturation. Avis divergents : -certains commerçants pensent que, dans certaines branches (notamment les compagnies aériennes), beaucoup, voire la plupart des entreprises instaurent des surfacturations ; -d autres misent sur le tout ou rien (la surfacturation serait adoptée ou rejetée par tous les commerçants d un secteur ou circuit de distribution donné) ; -enfin, certains commerçants croient que très peu de commerçants recourront à la surfacturation Elles s attendent à ce que le grand commerce adhère massivement à la surfacturation et que peu de petits commerçants l applique. Quel serait le champ d application de la surfacturation? Ils pensent que la surfacturation visera toutes les cartes et redoutent une migration de la carte bancaire vers les cartes de distributeurs (couplées à des crédits revolving). La surfacturation porterait essentiellement sur les cartes «à valeur ajoutée» telles qu American Express et les cartes d entreprise. Exception : une minorité de commerçants préférerait surfacturer les moyens de paiement «papier» (espèces, chèques et tickets restaurant). Les banques redoutent que les grands commerçants appliquent la surfacturation à toutes les cartes sauf aux leurs (que ce soient des cartes de distributeur ou des cartes bancaires émises par leur banque maison). Elles ignorent pourquoi les commerçants tiennent à répercuter à 100 % les MSF sur les consommateurs et refusent de payer la partie de ces mêmes MSF correspondant au service rendu par la banque au commerçant Confidentiel Tous droits réservés Mai

17 Constat n 3: La plupart des parties prenantes ne s attend pas à une baisse des prix de détail Impact potentiel sur les prix de détail? Opinion des consommateurs Opinion des commerçants Opinion des banques Ils s attendent à ce que les commerçants ne baissent pas leurs prix de détail s ils réussissent à obtenir une réduction des frais d acceptation des cartes et redoutent d avoir à payer deux fois pour ces frais : une fois parce qu ils sont déjà inclus dans la structure de coûts du commerçant et une deuxième fois par le biais des surfacturations. La réduction récente de la TVA sur les restaurants et la baisse des prix de gros dans l alimentation, qui n ont pas entraîné de baisse du prix de détail, sont fréquemment citées. La surfacturation pourrait se traduire par une légère augmentation des prix dans un premier temps mais, au fil du temps/à long terme, elle devrait faire baisser les prix de détail par la pression de la concurrence. De toute manière, il est peu probable que la baisse des prix de détail soit significative en France, où les MSF sont généralement plus faibles que dans les autres pays. Elles ont du mal à avoir une vision claire mais jugent très probable que la surfacturation entraînerait une augmentation des prix de détail. Constat n 4: La migration des flux cartes vers les espèces n inquiète guère les parties prenantes sauf les banques Risque de migration des cartes vers les espèces? Opinion des consommateurs Opinion des commerçants Opinion des banques Ils s attendent à des réactions à court terme des consommateurs pouvant conduire à augmenter l usage des cartes émises par les entreprises de la grande distribution, mais ils ne croient pas à un accroissement des paiements en espèces. Ils ont du mal à cerner l impact de la surfacturation ou le jugent marginal. Si la surfacturation entraînait un changement, ce serait une migration des cartes «chères» vers les cartes «à bas coût». Elles craignent que la surfacturation ne pousse les consommateurs à préférer les espèces aux cartes pour les transactions en face à face ou, au minimum, qu elle ne freine la migration des moyens de paiement sur support "papier" (espèces et chèques) vers les moyens de paiement électroniques, qui sont à la fois modernes et efficients. Confidentiel Tous droits réservés Mai

18 Constat n 5 : Les consommateurs et les banques sont très inquiets du risque d abus Autres conséquences de la surfacturation? Opinion des consommateurs Opinion des commerçants Opinion des banques Ils redoutent que la surfacturation ne restreigne leur liberté de choix en rendant plus ardue la comparaison des prix de détail d un commerçant à l autre. Ils s inquiètent aussi du risque d abus dans les secteurs où les commerçants disposent d un fort pouvoir de négociation, notamment s ils ont une très grosse part de marché ou s ils jouissent d un monopole «temporaire» (ex. : taxi). Ils s inquiètent que, contrairement aux petits commerçants, les entreprises de la grande distribution ne profitent de la surfacturation Une association de consommateurs croit que la surfacturation pénalisera gravement les petits commerçants. Tous les commerçants gagneront à la possibilité de négocier de meilleures conditions d acceptation des cartes (par exemple en menaçant d appliquer des surfacturations), ce qui pourrait leur éviter d y avoir recours. Elles redoutent que les consommateurs n incriminent les banques pour les surfacturations alors que c est le commerçant et non la banque qui les fixe et les encaisse. 1.4 SI LA SURFACTURATION ETAIT AUTORISEE SUR UN MARCHE OU ELLE EST ACTUELLEMENT INTERDITE (TEL QUE LA FRANCE), QUELLES DEVRAIENT ETRE LES REGLES D APPLICATION? Comme discuté dans la section 1.3, EDC n a émis aucune hypothèse sur le fait qu un décret soit publié en France, sur la date de ce décret et sur son contenu. La présente section émet cependant des suggestions sur la manière de mettre en œuvre la surfacturation en France (si le Trésor prenait un décret prévoyant des dérogations à l interdiction de surfacturer) en se fondant sur ce qui a été observé dans d autres pays et sur les résultats des entretiens avec les parties prenantes en France. Conclusion n 1 : si la surfacturation est autorisée sous une forme ou sous une autre, il y a lieu de soumettre son sa mise en œuvre à certaines règles d'application L analyse de l impact de la surfacturation hors de France n a livré aucune preuve quantitative de baisse des prix de détail (Observation n 1) et aucune preuve quantitative prouvant ou infirmant une baisse du coût total des paiements, c est-à-dire une diminution du coût des paiements pour l ensemble de la société (Observation n 2). Par conséquent, il n'y a aucune certitude sur le bénéfice global généré par la surfacturation basé sur des preuves mesurables. Les entretiens avec les parties prenantes en France (Constat n 1) montrent qu il n existe pas de consensus en faveur de la surfacturation : certains en Confidentiel Tous droits réservés Mai

19 attendent des effets positifs, tandis que d autres s inquiètent ou prévoient des effets néfastes. Dans les autres pays, les consommateurs ont eu l impression d être exploités particulièrement dans les cas où la surfacturation est perçue comme étant plus élevée, de façon significative, que les coûts d acceptation du moyen de paiement, payés par le commerçant. Suite à ces trois éléments (les effets bénéfiques sont hypothétiques, il n existe pas de consensus en France et il y a un risque d'abus), il semble prudent de soumettre la surfacturation à des règles d'application ou de l encadrer de manière à limiter ses inconvénients si elle était autorisée en France sous une forme ou sous une autre. Conclusion n 2 : L expérience des autres pays révèle que plusieurs règles d'application sont souhaitables mais il semble que certaines d entre elles peuvent être impossibles à mettre en œuvre. Tandis que la réglementation des paiements évoluait en Australie et ailleurs, des efforts considérables ont été consentis par les acteurs du marché des paiements pour apprécier (a) s il était opportun d autoriser la surfacturation et, dans l affirmative, (b) comment elle devrait être mises en œuvre. Plusieurs caractéristiques souhaitables ont été énumérées pour faire en sorte que, si elle était instaurée, la surfacturation soit soumise à des règles répondant aux objectifs des autorités de tutelle, comme l envoi de signaux de prix plus pertinents. Ces caractéristiques pourraient être considérées comme celles qui sont nécessaires sur le plan conceptuel pour mettre en œuvre la surfacturation. Les caractéristiques souhaitées sont les suivantes : 1. L Etat ou les autorités de tutelle autorisant la surfacturation devraient publier une déclaration claire sur : Le but que la surfacturation doit permettre d atteindre du point de vue économique / social / des avantages qui en résulteraient pour le consommateur ; Les raisons pour lesquelles les frais d acceptation se distinguent de toutes autres charges supportées par les commerçants qui pourraient être répercutées sur les consommateurs 29 selon un raisonnement «différentiel» ; La manière dont la surfacturation serait mesurée dans le temps afin de voir si les résultats escomptés ont bien été atteints (suivi des prix de détail et calcul de l incidence nette de la surfacturation sur le coût total des systèmes des paiements). 2. Pour les commerçants recourant à la surfacturation, définir un scénario de base pour les frais d acceptation des paiements (correspondant par exemple aux espèces ou aux frais d acceptation moyens des paiements) 9 En Australie par exemple, il a été demandé par analogie, si le coût d une heure de parking gratuite offerte par le commerçant est supporté par tous ses clients alors que seuls certains d entre eux y ont recours, pourquoi un commerçant ne devrait pas demander le même prix à tous ses clients bien qu'ils utilisent des moyens de paiement différents Confidentiel Tous droits réservés Mai

20 et calculer le montant positif ou négatif de la surfacturation pour chaque moyen de paiement par rapport à ce scénario de base. Par exemple, un commerçant donné abaisserait son prix de vente de 1 % pour le moyen de paiement A (si ce dernier a un coût inférieur de 1 % à celui du moyen de paiement retenu dans le scénario de base) et soumettrait à une surfacturation de 2 % le moyen de paiement B (si ce dernier a un coût supérieur de 2 % au coût d acceptation du paiement retenu dans le scénario de base). 3. Définir une méthode pour contrôler les surfacturations «excessives» et répondre aux griefs selon lesquels elles paraissent disproportionnées. 4. Communiquer aux consommateurs le pourcentage de surfacturation appliqué à chaque moyen de paiement accepté et veiller à ce qu il soit divulgué dès le début du processus d achat. Les règles de surfacturation instaurées dans des pays tels que l Australie et le Royaume-Uni n intégraient pas toujours toutes ces caractéristiques au début. Le fait qu'elles soient incluses ou non dépend de l importance que l autorité de réglementation y attache, leur compatibilité avec les exigences de commodité du commerce et l étendue des pouvoirs de l autorité de réglementation, etc. Par exemple, les points 2 et 3 ci-dessus sont souvent jugés : Trop complexes : la plupart des commerçants ne tiennent pas une comptabilité analytique suffisamment précise pour calculer le coût réel de l acceptation de chaque moyen de paiement. Impossibles à appliquer : réviser les prix de vente à la baisse ou à la hausse pour de faibles écarts de coût d acceptation entre les différents moyens de paiement représenterait un processus trop onéreux pour les commerçants. Même si le régime de surfacturation d un pays n incorpore pas toutes les conditions énumérées ci-dessus, cela ne signifie pas qu elles ne soient pas importantes ou qu elles ne doivent pas être respectées dans les autres pays. Par exemple, les chèques sont un mode de paiement relativement coûteux dans la plupart des pays. Or, ils n ont pas été inclus dans le régime des surfacturations en Australie, mais comme les consommateurs s en servent rarement pour payer leurs achats, cette omission ne revêt pas nécessairement une grande importance. Mais en France, où l usage du chèque est beaucoup plus répandu pour les achats au détail, les exclure aurait un impact beaucoup plus important. Les Conclusions 3 et 4 ci-dessous définissent une approche envisageable pour ces règles d'application. Confidentiel Tous droits réservés Mai

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI relative à certaines recommandations de la Commission nationale des comptes de campagne

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini bulletin MR-105F LES CARTES DE CRÉDIT À FAIBLE TAUX D INTÉRÊT : UNE INNOVATION Terrence J. Thomas Division de l économie Le 27 janvier 1993 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament Direction

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine L industrie de la microfinance en Bosnie Herzégovine est régie par l une des politiques les plus progressistes au monde en matière d information sur

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 22 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007 OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE Le 10 décembre 2007 Le Syndicat présente l offre qui suit en réponse à l offre globale soumise

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Version PDF Ottawa, le 11 juillet 2014 Numéros de dossiers : Avis de modification tarifaire 466 de Bell Aliant et 7412 de Bell Canada Bell Aliant Communications régionales,

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS

L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Eurobaromètre spécial Commission européenne L OPINION PUBLIQUE EN EUROPE : LES SERVICES FINANCIERS Terrain : Novembre-Décembre 2003 Publication : Juin 2004 Eurobaromètre spécial 202 / Vague 60.2 - European

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail