Faits Saillants Des Ateliers & De Réunions De L afraca Ayant Eu Lieu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faits Saillants Des Ateliers & De Réunions De L afraca Ayant Eu Lieu"

Transcription

1 70 e edition Oct 2011 Juin 2012 Faits Saillants Des Ateliers & De Réunions De L afraca Ayant Eu Lieu Visite des membres de l AFRACA au réseau sœur (Apraca) Notre fonction continue: Faites connaissances nos membres et partenaires Événements à venir... Le 5e Forum des Banques Agricoles de Le chemin du succès Valoriser l AFRACA & La 18e Assemblée Général de l AFRACA Un coup d œil >>> Les participants des ateliers WACRAT et CACRAT & les kenyans qui vivent sur des terres en litiges dans la foret de Mau

2 Le Secrétariat de l Afraca Boite Postale , Nairobi, Kenya Tel: / Fax: Courriel: Site Web: L équipe éditoriale des nouvelles Afraca Mr. Saleh Usman Gashua - Secrétaire Général Mr. Stephen Makanga Coordonateur des programmes Mme. Caroll Bakang - Directrice des affaires externes bilingue Design, Couverture & Production Tonn Kriation Le bulletin Nouvelles AFRACA est publié trimestrielle. Articles, commentaires et contributions des membres et des lecteurs à l éditeur sont les bienvenues. Envoyez vos contributions par au Secrétariat pour publication. L éditeur réserve le droit de modifier les articles, par souci de concision et les raisons de l espace. Comité Exécutif AFRACA Table des Matières... Editorial...3 Initiatives de renforcement des capacités AFRACA...4 L Afrique de l Ouest (Francophone)/ et atelier sous-régional de l Afrique centrale...4 Partenariat & alliance stratégique-analyse comparative/ exposition de la visite de notre réseau sœur (APRACA)...5 Atelier sous-régional AFRACA en Afrique de l Est...6 Atelier sous-régional AFRACA en Afrique de l ouest (Anglophone)...8 Des Archives...10 Faites connaissance avec nos Membre et Partenaires...11 Président Vice Président Mr. J. Bondombe Assango Vice Gouverneur Banque Centrale du Congo (DRC) Mr. Millison K. Narh Deputy Governor, Bank of Ghana Le chemin du succès... Valoriser les Champions...18 Nouvelles & Annonces...20 Les principaux événement et activités de l AFRACA...22 Membre Mr. Chisha Mwanakatwe Director Non-Bank Financial Services Bank of Zambia Membre Director General Afriland Bank Cameroon Membre Mr. Edmund Mkwawa Managing Director Dar es Salaam Community Bank Membre Mr. A. Moussa Diallo Director General BNDA, Mali Secrétaire Général Saleh Usman Gashua AFRACA Secretariat Nairobi, Kenya Les membres Du comite exécutif ( ) de gauche a droite: S. Sanogo BNDA, Mali, E. Mkwawa(Membre), J. Bondombe Assango(Président), Millison K. Narh(Vice Président), Saleh U. Gashua(Secrétaire Général), Chisha Mwanakatwe(Membre). Saleh U. Gashua Secrétaire Général Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 2

3 Editorial...POUR MAINTENIR LE MOMENTUM ET CONCRÉTISER LA CAMPAGNE DE L INCLUSION FINANCIÈRE RURALE ET AGRICOLE, IL SERAIT IMPORTANT DE GARDER PRÉSENT À L ESPRIT LE HAUT NIVEAU D ENGAGEMENT REQUIS DE LA PART DES DEUX PARTENAIRES ET D ESSAYER D ÉVITER LE PLUS POSSIBLE LES PIÈGES QUI POURRAIENT ENTRAVER LA RÉUSSITE DE CETTE TÂCHE... Partenariats et Réseaux de Travail Un des principes fondamentaux clé de l AFRACA en tant que réseau de travail est de maintenir et d établir des partenariats qui encouragent le renforcement de la politique rurale et agricole ainsi que d autres activités ayant pour but la création d une synergie et d une intégration plus importante parmi les parties prenantes des finances rurales et agricoles en Afrique. L AFRACA reste toujours convaincue que la collaboration permet d aboutir à des réalisations significatives afin d assurer que les finances agricoles font partie du système de l inclusion financière dans le continent au profit des communautés et acteurs, en particulier, ceux se trouvant à la base de la pyramide. Pour la réalisation des principes fondamentaux cités plus haut et dans son endurance pour améliorer le développement de politiques et de plaidoyer, l AFRACA a établi un partenariat avec l initiative Pour des Finances Effectives pour l Afrique (MFW4A) en vue d établir le plus grand Groupe de Travail Africain des Parties Prenantes des Finances Agricoles (GTAFA), le 22 novembre Le GTAFA travaille sur trois principaux volets: l Emprunt et le Prêt, la Gestion des Connaissances et le Développement Institutionnel. L initiative du GTAFA consiste, entre autres, à soutenir les objectifs ambitieux du Programme Compréhensif du Développement Agricole de l UA/NEPAD. Le groupe de travail veut également explorer le momentum créé au niveau du G-20 pour améliorer le soutien du secteur financier pour l agriculture. L AFRACA est également membre du conseil du Réseau des Finances Agricoles de l Afrique de l Est récemment établi. Des partenariats durables deviennent de plus en plus communs vu que davantage d organisations joignent leurs efforts pour réaliser un objectif commun de manière plus efficace. Depuis la crise financière mondiale de 2008, plusieurs organisations non gouvernementales en Afrique ont consolidé leurs interventions en vue d utiliser les ressources disponibles pour aboutir à plus de réalisations. Certains de ces partenariats existent depuis longtemps, comme par exemple le partenariat entre l Organisation de l Alimentation et de l Agriculture (FAO) et la Coopération Allemande pour le Développement (GTZ), pour la publication des séries Les Finances Agricoles Revues et la création du Renforcement de Capacité dans les Projets des Finances Rurales qui est également soutenue par le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA) et par la Banque Mondiale. Mais qu est ce qu il faut pour former des partenariats durables pour le long terme? Dans The Gardian, Graham-Rowe annonce que les partenariats durables ne sont pas une promenade dans un parc mais ils demandent plutôt un travail ardu. Néanmoins, ne vous découragez pas, parce que les avantages de tels partenariats l emportent sur l engagement, la collaboration et la coordination exigés pour assurer de leur efficience. Les partenariats fournissent la base pour le développement et la délivrance d interventions et d initiatives qui répondent aux besoins du groupe ou de la communauté ciblés. Ils sont notamment importants lorsqu une organisation demande certaines ressources ou compétences qu elle ne possède pas, mais qu elle est au courant qu une autre organisation, dont l objectif final converge avec le sien, d une certaine manière et que sur demande, cette dernière est prête à collaborer en vue de réaliser l objectif commun. Afin d assurer la réussite pour le long terme, il est important de maintenir et d améliorer de manière continue le partenariat dans le but de réaliser, mutuellement, les objectifs déterminés, à travers un intérêt et un engagement soutenus dans l initiative du partenariat et le maintien de la structure du partenariat et des relations. Il existe divers facteurs qui assurent le bon fonctionnement des partenariats, tels que entre autres, le fait d avoir des objectifs réalistes et clairement définis, des organisations essayant de comprendre et de respecter les systèmes et les structures de l autre, une communication régulière et honnête entre les partenaires, des célébrations publique de partenariats réussis et, le fait de s assurer que la charge de travail est bien repartie entre les membres. Sur le revers de la médaille, le manque de vision, de planification et une mise en œuvre trop hâtive du partenariat, un non engagement, des attentes non réalistes, trop de discussions non suivies d une action, des agendas en concurrence et des luttes pour accéder au pouvoir empêchent la réalisation d un partenariat durable. Tout en faisant progresser le partenariat et l agenda de création de réseaux pour l AFRACA, nous transmettons une invitation ouverte à tous les partenaires de développement, les membres/non membres de l AFRACA et à toutes les parties prenantes afin de soutenir et rejoindre le GTAFA et autres initiative de développement de l AFRACA. Pour maintenir le momentum et concrétiser la campagne de l inclusion financière rurale et agricole, il serait important de garder présent à l esprit le haut niveau d engagement requis de la part des deux partenaires et d essayer d éviter le plus possible les pièges qui pourraient entraver la réussite de cette tâche. Si tout le monde progresse, alors le succès prendra soin de lui même Henry Ford Saleh Usman Gashua Secrétaire Général Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 3

4 Activités de Renforcement des Capacités, de Partenariats et de Création de Réseaux. En poursuivant sa mission de renforcement de la politique financière agricole et de consolidation des capacités des institutions membres en fournir des services financiers durables de qualité, l AFRACA organise, annuellement, des forums d action spécialisés. L objectif de ces forums ne consiste pas uniquement à partager les compétences majeures parmi les participants mais à discuter également les questions transversales/émergentes et de générer des recommandations sur des initiatives pratiques pour l amélioration du soutien du secteur financier au profit des communautés rurale et agricoles en Afrique. En 2011, deux séminaires sous régionaux ont été organisés, en plus des forums des Banques Centrales et de la Micro Finance de l AFRACA. Ceux sont : - Le Séminaire Sous Régional de l Afrique Australe, qui a eu lieu du 31 août au 2 septembre 2011, à Livingstone, Zambie et; - Le Séminaire Sous Régional de l Afrique de l Ouest (Francophone) et de l Afrique Centrale, tenu du 5 au 7 octobre 2011, à Bujumbura, Burundi. En conséquence, cette année, en plus des autres activités, deux forums clé de l AFRACA ont été organisés de manière réussie à Dar es Salaam, Tanzanie, du 16 au 18 mai 2012 et à Abuja, Nigeria, du 5 au 7 juin Les autres prochaines activités comprennent le 5ème Forum des Banques Agricoles de l AFRACA, qui aura lieu du 24 au 26 Juillet 2012, Hôtel Serena, Kigali, Rwanda. Séminaire Sous Régional pour l Afrique de l Ouest (Francophone) et l Afrique Centrale, Sun Safari Hôtel, du 5 au 7 Octobre 2011 à Bujumbura, Burundi Le séminaire a été accueilli par la Banque Nationale pour le Développement Economique (BNDE), Burundi et soutenue par, entre autres, la BNDA du Mali, la CNCA du Sénégal et l IFDC du Burundi. Le séminaire a été officiellement inauguré par l Honorable Ministre des Finances, et plusieurs dignitaires et diplomates y ont participé dont le Gouverneur de la Banque Centrale, l Ambassadeur de la République Fédérale Allemande, des directeurs de banques et des fonctionnaires de haut niveau. Plus de 80 participants de dix pays ont participé à ce séminaire qui a été jugé grandement satisfaisant. Au Centre de la première rangée est l honorable ministre des finances, bordée par le Secrétaire général et directeur Général de la BNDE au Burundi. Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 4

5 Les Conclusions de ce Séminaire étaient les suivantes Le développement socioéconomique de l Afrique dépend de l agriculture, Etant donné que le financement est l un des défis de développement agricole, les agris banquiers sont à l avant-garde du développement de l Afrique, Financement par la Chaine de valeur est l approche la plus sure pour réduire les risques dans l agriculture. Les Recommandations sont les Suivantes : Au niveau de l AFRACA Développer une unité de développement (Centre des ressources) pour assurer la formation des formateurs, faire le lobbying, chercher les meilleurs financements pour l agriculture par l approche chaine de valeur des états membres. Travailler en synergie avec les institutions et partenaires internationaux dans le Développement des instruments de financement adaptés à l agriculture Africaine. A l endroit du gouvernement Créer l environnement politique favorable pour le développement socioéconomique: Encourager le passage de l agriculture de subsistance à l agriculture du marché, Développer une politique financière visionnaire qui favorise le développement agricole. Qu est ce qu on fait de la surliquidité des banques commerciales? Economiquement, créer la demande à l intérieur du pays pour soutenir la production agricole de base (faible maillon de la chaîne de valeur) De gauche a droite: Gouverneur, Banque Centrale du Burundi, DG de la BNDE, Burundi, l Honorable Ministre de Finance du Burundi, le Secretaire Generale de l AFRACA et la representante regional Du FIDA. Partenariat et Alliance Stratégique-analyse comparative/exposition en référence de la visite à APRACA, du 11 au 19 Décembre 2011, Thaïlande et aux Philippines Introduction Un des efforts clé de l AFRACA est d établir des partenariats et des liens pour les membres avec d autres institutions et projets pertinents pour l échange d idées et de connaissances en termes de Développement Rural et Agricole au sein du continent et en dehors de ce dernier. A cet effet, et en accordance au plan de travail de l AFRACA pour l année 2011, des membres selects du Comité Exécutif, d autres institutions membres de l AFRACA et le personnel du Secrétariat ont effectué une visite sur le terrain dans le cadres d un partenariat et d une alliance stratégique- visite exposition/de référence en Thaïlande et aux Philippines. Cette visite a été facilitée par des organisations sœurs de l AFRACA, l Association Asiatique du Pacifique pour le Crédit Rural & Agricole APRACA, en décembre Présence M. Millison Narsh, le Vice-président de l AFRACA & Gouverneur Adjoint de la Banque du Ghana a présidé les 13 représentants. D autres institutions étaient également représentées, il s agit notamment de la Banque de Zambie, la Banque Centrale du Nigeria, la Caisse Nationale du Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS), la Banque Nationale pour le Développement Economique du Burundi (BNDE), le Programme des Finances Rurales du Ministère des Finances & de la Planification Nationale de Zambie, Lusaka ainsi que le secrétariat de l AFRACA. Les participants a l atelier de l APRACA. Les objectifs clé de la visite exposition/de référence comprennent: L exposition des délégués aux meilleurs pratiques dans les domaines importants des produits innovants, la recherche et le développement de produits ainsi que les meilleures pratiques dans la prestation de services financiers ; La création d un nouveau partenariat avec le but de réaliser une synergie et de catalyser et faciliter l échange d expertise et des capacités suffisantes pour réaliser les objectifs spécifiques de développement des délégués ; L exposition des délégués aux réalisations des deux organes régionaux et des institutions régionales, par leur participation, dans les domaines du renforcement des capacités, le développement de politiques, les finances rurales et agricoles et les services y afférents. Le positionnement des activités de l AFRACA par rapport à celles de réseaux semblables, en vue de repositionner l association afin d offrir effectivement des services à valeur ajoutée aux membres et au secteur rural et agricole en général. Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 5

6 Flash sur les institutions clé visitées en Thaïlande et aux Philippines Le Secrétariat de l APRACA, Bangkok, Thaïlande TL équipe a été reçue par le Secrétaire Général de l APRACA et son équipe au Secrétariat. L équipe a également pris part à l ouverture officielle du Forum de l APRACA- Forum Régional sur les Innovations pour les Finances Rurales. Afin que les participants soient exposés aux expériences de terrain du crédit agricole, avec une des institutions membre de l APRACA, la Banque de l Agriculture et les Coopératives Agricoles (BAAC), la délégation a rendu visite à un des clients de la BAAC à Pattaya, au nord de la Thaïlande. La Banque Centrale des Philippines ou The Bangko Sentral ng Pilipinas (BSP) Par la suite les participants se sont rendus aux Philippines le 14 décembre 2012, et le programme d exposition a commencé avec la Bangko Sentral ng Pilipinas (BSP) ou Banque Centrale des Philippines. Les participants ont été informés sur l engagement dans le domaine de la micro finance, tout en mettant l accent sur les réglementations et politiques qui avaient été affectées au fil du temps pour gouverner différentes initiatives de la micro finance et impliquer les institutions existantes de la micro finance envers l inclusion. La Corporation des Finances des Cartes du Crédit Populaire (PCFC) La Corporation des Finances des Cartes du Crédit Populaire (PCFC) a été établie pour assurer un crédit abordable aux populations marginalisées dans le pays. C est l entité gouvernementale principale, dont la tâche est de mobiliser spécifiquement les ressources pour les services de la micro finance à l usage exclusif des pauvres. Ceci est réalisé à travers la prestation de prêts pour la vente en gros pour le court, moyen et long terme et des prêts d investissement pour le long terme au profit des institutions de la micro finance, des banques rurales, banques coopératives, banques d épargne, ONG et coopératives qui mettent en œuvre des programmes d assistance de crédit. Le Centre pour la Banque Inc du Développement Agricole et Rural (CDAR) Pendant la matinée du 16 décembre 2011, les participants ont rendu visite à un groupe de femmes dans la ville de Makati, sponsorisé par le Centre pour la Banque Inc du Développement Agricole et Rural, qui est une institution de la micro finance opérant en particulier dans les zones rurales du Philippines. Le CBDAR a été établi en 1977 et il offre des prêts pour les femmes démunies afin de les aider à améliorer leurs conditions de vie. Le programme des banques de crédit est conçu pour fournir une assistance financière au micro entreprises qui ne possèdent aucune crédibilité de prêt que les banques ordinaires considèrent avant d accorder un prêt. La banque offre également des services d épargne et de remboursement à ces clients. Le 17 décembre, dernier jour du programme, les participants ont effectué un tour historique de l ile Corregidor, un site historique où les Philippines, s étaient alliés avec les américains pour lutter contre les japonais pendant la Deuxième Guerre Mondiale. L ile possède une riche histoire qui a été minutieusement préservée, et un musée a été édifié pour montrer les effets néfastes de la guerre sur l ile en forme de têtard. De détails concernant cette visite sont disponibles au secrétariat de l AFRACA. La Presidente de l APRACA CENTRAB s addressant aux delegues. Séminaire Sous Régional de l AFRACA pour l Afrique de l Est Kunduchi Beach Hotel, Dar Es Salaam Tanzanie, du 16 au 18 mai 2012 Thème: Amélioration de la Chaine de Valeurs Agricoles à travers les Innovations. Le séminaire de l AFRACA EACRAT, le troisième d une sérié de séminaires sous régionaux organisé par l AFRACA pour la période 2011/12 sous ce thème cité plus haut, a eu lieu à Dar es Salaam, Tanzanie, du 16 au 18 mai Le Séminaire a été accueilli par la DCB soutenu par la BOT et des institutions membres de l AFRACA en Tanzanie. Il a réuni près de 100 participants de 7 (sept) nations africaines dont la RDC Congo, le Kenya, l Ouganda, la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda et le Nigeria, afin de débattre des problèmes affectant le travail du financement de la Chaine de Valeurs Agricoles sous le thème Amélioration de la Chaine de Valeurs Agricoles à travers les Innovations. Le séminaire a bénéficié de la présence des leaders de gouvernement de haut rang, à leur tête le Ministre de la Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 6

7 Le ministre Tanzanien de la Défense (assis 5ème à droite) est flanqué par le ministre Tanzanien des finances, vice-gouverneur de la Banque de Tanzanie, Directeur General de la Banque Communautaire de Dar es Salaam, le Conseiller régional en valeurs du FIDA (Afrique orientale et australe), Le Secrétaire général de l AFRACA et d autres hauts fonctionnaires des institutions membres AFRACA. Défense représentant l Honorable Premier Ministre de la République Unie de Tanzanie. Le Vice-gouverneur de la Banque de Tanzanie et des Directeurs y compris celui de la Banque Communautaire de Dar es Salaam, le Conseiller Régional du portfolio de l IFAD, le Bureau Régional de l Afrique de l Est et Australe (ESA) et le Responsable du Bureau Régional de l IFAD à Nairobi, ainsi que le Secrétaire Général de l AFRACA étaient aussi présents. Les documents et les intervenants au cours de l atelier sous-régional de l Afrique orientale AFRACA (EACRAT), Dar es-salaam, en Tanzanie. Documents Utilisation du transfert par téléphone Mobile pour la création de lien des petits fermiers titulaire sur le marché : le cas de M-pesa en Tanzanie. Aspects pratiques sur le financement de l agriculture en Tanzanie: le cas de la Banque d investissement de Tanzanie Financement du secteur privé par le biais de la chaîne de valeur agricole facteurs de succès de la Tanzanie, l'expérience de l'industrie vinicole en Tanzanie Investissements directs étrangers et locales dans l'agriculture expériences de la Tanzanie par la Banque CRDB, Tanzanie Fournir aux personnes démunies vivant dans des zones rurales l'accès durable aux services financiers. Stratégie d alphabétisation du pays atteindre les populations rurales et agricoles ; le cas de la Tanzanie ; Les prêts agricole, les facteurs de succès de l'ouganda Rural : Banque centenaire, en Ouganda Novateur des Programmes de financement Rural et agricole : leçons tirées du Programme de vulgarisation rurale des Innovations financières et des Technologies (PROFIT, Kenya). Financement rurale et partenariat de la gestion du savoir (KMP) expériences provenant du Programme de gestion du savoir FIDA. Financement pratique de la chaîne de valeur, les possibilités et les défis de l'afrique de l'est. Possibilités de partenariat qui favorisent le développement de chaîne de valeur agricole Basée sur les incitatifs de système de partage de risque pour les prêts agricoles--l'expérience de pays du Nigeria, le cas d'un partenariat entre le gouvernement du Nigeria & de l Alliance pour une révolution verte pour l'afrique (AGRA) Le Ministre de la Defense de la Republique Unie de Tanzanie, l Honorable Shansa Vuai Nahodha recu a l atelier par le Secretaire Generale de l AFRACA, DG Banque Communautaire de Dar Es Salaam Directeur Du Commerce, DCB. Intervenants Jackson Kiswaga - Responsable du développement d affaires, M-Commerce, Vodacom Tanzanie Ltd Thomas M. F. Samkyi Directeur du financement du développement. Banque d investissement (TIB) de Tanzanie. M. Mugwasa - Directeur général, vin de Dodoma, Tanzanie Nicomed M. Bohay - Manager, Agribusiness, Banque CRDB Plc, Tanzanie M. Emmanuel Mng ong o - Banque de Tanzanie/financiers du secteur approfondissement des obligations Tanzanie. Abdul Kyanika gestionnaire de prêts agricoles ; Centenaire de la Banque, Ouganda Ronald Ajengo, Ron Ajengo - le Programme PROFIT financé par le FIDA, ministère des finances du Conseil du Trésor. Kenya Miriam Cherogony spécialiste de la Finance rurale ; FIDA/Afrique/ projet de partenariat de gestion du savoir, Nairobi, Kenya Dr Joseph Nzomoi - l école nationale kenyane d études monétaires, Kenya Phillip Kiriro Président, la Fédération des agriculteurs Afrique de l est (EAFF) M. Babatunde O. Ogunlaja - la Banque centrale du Nigeria Pour de plus amples détails, veuillez consulter le site web de l AFRACA Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 7

8 Séminaire Sous Régional de l AFRACA pour l Afrique de l Ouest (Anglophone), tenu à L hôtel Transcorp Hilton, Abuja, Nigéria- du 5 au 7 juillet 2012 Participants de l atelier sub-regional de l AFRACA en Afrique de l Ouest (Anglophone) au Nigeria. Thème: Amélioration de la Chaine de Valeurs Agricoles grâce à l innovation L importance du financement de la chaine de valeurs, notamment pour l agriculture ne peut pas être ignoré, en particulier dans les pays de l Afrique subsaharienne dont les économies dépendent de l agriculture. L agriculture fournit la base pour la croissance économique pour la majorité des pays en Afrique et partant, elle est naturellement le moteur des activités économiques dans ces pays. L énorme potentiel du secteur agricole reste inexploité en raison du manque d une compréhension appropriée de la chaine de valeurs agricoles et en conséquence l inhabilité d explorer de manière optimale le secteur et de le positionner manière stratégique pour une compétitivité mondiale. L essence du séminaire de l AFRACA, accueilli par la Banque de l Union du Nigeria soutenu par la Banque Centrale du Nigeria (BCN) et des institution membre de l AFRACA au Nigeria avait pour objectif d encourager les parties prenantes à comprendre la haine des valeurs Agricoles avec le but ultime d améliorer l environnement politique, améliorer les flux de la gestion de l information et des Connaissances, le renforcement des capacités envers l intégration et l encouragement de l apprentissage des pairs et la reproduction des modèles innovants. Le séminaire a spécifiquement; Réuni des acteurs clé dans le secteur des finances rurales et agricoles, en mettant l accent sur les innovations dans le financement de la chaine de valeurs agricoles qui engendrent la sécurité alimentaire et des cadres de travail qui soutiennent de telles initiatives; Exposé et analysé des innovations réussies entreprises par des institutions financières dans la Sous Régions de l Afrique de l Ouest afin de générer des solutions de politiques; A promu l échange et les compétences à travers les institutions membres; A promu un partenariat et la création de réseaux parmi les participants; A mis en relief des initiatives stratégiques réussies tout en identifiant les défis et les facteurs cruciaux de réussite pour le financement de la chaine de valeurs agricoles A encouragé les meilleures pratiques dans la conception et l innovation, et A offert aux participants l opportunité d échanger des connaissances en ce qui concerne les initiatives qui ont été bénéfiques pour le financement innovant de la chaine de valeurs et la manière dont ces dernières peuvent être reproduites. Les recommandations résultant du séminaire sont les suivantes FinancLes institutions financières nécessitent des formations de manière consciente sur la haine de valeurs agricoles et ses implications, de sorte à savoir où et à quel moment intervenir financièrement de la manière la plus appropriée. Ceci est dictée par le besoin de flux d informations et de partenariats effectifs avec des parties prenantes tout au long de la chaine; Les parties prenantes dans la chaine de valeurs agricoles doivent investir de manière consciente dans la recherche technologique qui peut être adaptée afin de profiter de l énorme potentiel tout au long de la chaine. Ceci pourrait bénéficier d un Système d Information de marché actualisé dans cette ère de mondialisation; La capacité des agriculteurs devrait être renforcée afin de leur permette d appliquer de manière effective les exigences techniques et pour tirer profit des facilités administratives et financières qui leur permettent d ajouter de la valeur à leur rendement; Les activités de financement de la chaine de valeurs demandent une concentration sur les activités en aval telles que les réseaux de marché, la transformation, et l exportation quand des valeurs signifiantes sont ajoutées à la chaine et qu au même moment ils prennent soin des parties les plus faibles de la chaine en habilitant les acteurs à ce niveau. Ceci Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 8

9 De gauche a droite: La Directrice Generale de la Banque de l Union du Nigeria, Le Vice gouverneur, Banque Centrale Du Nigeria et le Secretaire Generale de l AFRACA. renforcera l effectivité et améliorera l efficience tout au long de l ensemble de la chaine de valeurs. Additionnellement, des questions telles que la diversification des produits et le développement de réseaux de marché restent essentiel pour la chaine. Les politiques agricoles devraient être supervisées pour une effectivité à long terme. Ceci est important pour éviter le défi récurrent des politiques en culbute qui sont une entrave pour la majorité des pays de l Afrique Subsaharienne. Les gouvernements devraient également être en mesure de fournir l infrastructure cruciale ainsi que la crédibilité nécessaire pour le système. Des innovations telles que le modèle du village commercial (un moyen innovant de facilitation pour la chaine de valeurs agricoles au profit les petits agriculteurs); une agence bancaire (un mode de financement de la chaine de valeur basé sur la TI) devraient être minutieusement étudiés et adoptés pour le bénéfice Général des acteurs de la chaine de valeurs. Il est nécessaire d élargir la participation ou la taille de la chaine, élargir la couverture et de renforcer la chaine en encourageant la formation d effectifs groupes d intérêts pour saisir l avantage de la synergie positive et de la crédibilité d entreprise Développer des paramètres d index de risques adéquats pour la chaine de valeurs agricoles, l adoption et la mise en œuvre de modèles de partage de risques et de sécurité par les parties prenantes appropriées. Les recommandations réalistes du séminaire sont: EstablishRégional pour la Formation dans le domaine de la Chaine des Valeurs Agricoles afin de faciliter la formation aussi bien des agriculteurs que du personnel des institutions financières en termes de financement de la chaine de valeurs dans les pays de l AFRACA. Ce centre serait probablement établi dans une localité centrale comme Abuja, Nigeria; Les gouvernements sont appelés à établir des Centres d Information pour les Marchés Agricoles dans les principales villes afin de faciliter l échange de l information sur les marchés, parmi les pays de l AFRACA. Ceci peut être effectué sur une base sous régionale pour des raisons d intégration. Les gouvernements, par le biais de divers parlements, sont appelés à procéder à la réforme des cadres de travail réglementaires afin de créer une ouverture pour les produits financiers innovants tel que le prêts, la fabrication, les questions d obligations financières, les certificats de dépôt, l échange futur, l assurance paramétrique, les systèmes de paiement électroniques qui reconnaissent les devise, et des agences de rapport de crédit. Ceci pourrait fournir le cadre bancaire légal nécessaire pour l établissement de contrats innovants. Les gouvernements sont invités à faciliter une formation effective de groupes pour le financement et pour le renforcement des capacités techniques. Ceci pourraient être accompli par les Ministères de l Agriculture, les Banques Centrales, les Banques de l Agriculture, selon le cas, et par le biais d Organisations Non Gouvernementales (ONG) ; Le renforcement des capacités du partenariat stratégique et la consolidation de relations pour les acteurs majeurs au niveau de la chaine de valeurs agricoles. Ceci pourrait être accompagné par l envoi d agriculteurs à des formations pour leur assurer une base de connaissances. Une procédure identique devrait être engagée en ce qui concerne les institutions financières au profit de leur personnel afin de renforcer leur capacité sur le financement de la chaine de valeurs agricoles. Des consultants crédibles pourraient être engagés pour la réalisation de cette tâche. Pour de plus amples détails, veuillez visiter le site web de l AFRACA De gauche a droite: DG NAIC, President Du comite organisateur de l atelier, Directeur Du Developpement Financier CBN, DG, Banque de l Union du Nigeria. Association Africaine de Crédit Rural et Agricole 9

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance

Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance Proposition visant à définir une stratégie pour le renforcement du rôle de la Banque dans le secteur de la microfinance Le document de politique en objet définit une stratégie renforcée pour la Banque

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank

DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank DWS Investments Société de gestion du Groupe Deutsche Bank Le Groupe Deutsche Bank Culture d excellence depuis 1870 Banque d investissement internationale de premier plan, dotée d un solide réseau de clientèle

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS UNITED NATIONS NATIONS UNIES BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS Plate-forme des femmes pour l Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération Objet

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Title Dialogue HerePublic-Privé pour des Secteurs Spécifiques: L Industrie Agroalimentaire

Title Dialogue HerePublic-Privé pour des Secteurs Spécifiques: L Industrie Agroalimentaire Investment Climate l World Bank Group Title Dialogue HerePublic-Privé pour des Secteurs Spécifiques: L Industrie Agroalimentaire Nuts & Bolts Technical Guidance for Reform Implementation World Bank Group

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL 2 SFOAP Main Phase Regional Programme Documents - PAFO Table des matières I. Et si nous

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Contenu de la présentation Le Mouvement Desjardins Développement international Desjardins (DID) Le modèle coopératif Le financement agricole Le Centre financier aux entrepreneurs/centre financier agricole

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Royaume-Uni Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique. République de l Ouganda

Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique. République de l Ouganda Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN)

Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN) Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN) Dr. Giorgio Gualberti Banque Africaine de Développement CTCN Forum Régional pour les Entités Nationales Désignées 24-26 Juin

Plus en détail

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE Dans un contexte de plus en plus mondialisé où la stratégie internationale prend une importance grandissante, l implantation sur le continent africain

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail