SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'HONORABLE MARIE- CHRISTINE LABERGE, J.C.S.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'HONORABLE MARIE- CHRISTINE LABERGE, J.C.S."

Transcription

1 Option consommateurs c. Assurances générales des Caisses Desjardins inc., C.S. Montréal , , AZ , B.E. 2002BE-738, juge Marie-Christine Laberge (13 p.). JL2993 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : DATE : LE 10 JUILLET 2002 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'HONORABLE MARIE- CHRISTINE LABERGE, J.C.S. OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et BERTRAND CHAMBERLAND Personne désignée c.

2 ASSURANCES GÉNÉRALES DES CAISSES DESJARDINS INC. et AXA ASSURANCES INC. et LE GROUPE COMMERCE, COMPAGNIE D'ASSURANCES Défenderesses JUGEMENT SUR LA REQUÊTE EN RADIATION D'ALLÉGATIONS ET SUR LA REQUÊTE POUR PRÉCISIONS 1. La soussignée a été désignée pour entendre ce recours collectif. À titre de moyens préliminaires, les défenderesses demandent la radiation de certaines allégations de la déclaration ainsi que des pièces produites à leur soutien et des précisions sur certaines autres allégations. La demande de radiation 2. L'action en est une en responsabilité contractuelle. La demanderesse allègue que les défenderesses avaient l'obligation d'indemniser leur assuré lors du remplacement d'une pièce d'un véhicule accidenté en payant une pièce d'origine au lieu d'une pièce similaire tel qu'elles l'ont fait. L'interprétation du contrat d'assurance par les défenderesses contreviendrait à l'obligation de garantie prévue à la police d'assurance automobile du Québec. 3. À l'appui de l'action la demanderesse allègue : un jugement de la Cour du Québec division des petites créances (P-7) la déclaration dans un recours collectif intenté aux Etats-Unis contre State Farm Mutual Automobile Insurance Company (P-20) un jugement américain entérinant un accord entre Keystone Automotive Industries, un distributeur de pièces similaires et Ford Motor Company en vertu duquel Keystone paye à Ford une somme de $ et reconnaît avoir fait de fausses représentations quant à la qualité des pièces qu'elle distribuait pour être utilisées sur les véhicules Ford plus particulièrement en ce que les pièces similaires produites par Keystone ne sont pas de même nature et qualité que les pièces fabriquées par Ford (P-21) douze (12) feuillets publicitaires provenant de fabricants automobile portant sur le remplacement de pièces d'origine par des pièces similaires (P-8 à P-19) une étude publiée dans une revue de consommateurs aux Etats-Unis (P-22). 4. La défenderesse demande le rejet de ces pièces parce que non pertinentes, introduisant une preuve de ouï-dire et rapportant des faits et des opinions dont le juge ne doit pas prendre connaissance et qui ne lui seront d'aucune utilité pour trancher le

3 litige. 5. La demanderesse répond que ces pièces faisaient partie de la requête en autorisation qui a été accueillie, que la question de pertinence doit être réservée pour adjudication au fond et que ces pièces démontrent la connaissance des défenderesses appuyant ainsi leurs conclusions en dommages punitifs. Discussion 6. La requête en autorisation d'un recours collectif répond à des objectifs qui lui sont propres. Le Tribunal vérifie si les quatre conditions mentionnées à l'art C.p.c. sont réunies. Quant aux conclusions, le jugement qui fait droit à la requête ne fait que nommer le représentant et décrire le groupe, identifier la nature du recours et les principales questions à traiter et ordonner la publication d'un avis permettant à ceux qui le désireraient, de s'exclure du groupe. C'est le seul but du jugement d'autorisation. Le jugement qui aura à disposer des questions de droit ou de faits soulevées, c'est le jugement final. L'art C.p.c. énonce que le véritable recours est formé selon les règles ordinaires de la procédure. La demande en justice est donc celle qui est introduite par la déclaration (art. 110 C.p.c). Celle-ci doit exposer l'objet de la demande (art. 111 C.p.c.), les conclusions recherchées et les moyens sur lequels elle s'appuie. Elle est sujette, dans la mesure permise par l'art C.p.c. aux moyens préliminaires. Les parties n'ont pas soulevé ici que les moyens préliminaires devraient être restreints en application de l'art C.p.c.. En effet, les moyens soulevés sont communs à tous les membres et la requête demande qu'on en traite collectivement. 7. Ainsi, le Tribunal estime que ce n'est pas parce que la requête en autorisation de recours collectif alléguerait les mêmes pièces que celles-ci doivent pour autant demeurer au dossier, une fois la déclaration déposée. Ceci dispose du premier argument des demandeurs. 8. Il est aussi relativement simple de disposer de l'argument des demandeurs à l'effet que les allégations et pièces pourraient appuyer la demande de dommages punitifs. La simple lecture des articles 12, 19, 20 et 21 de la déclaration fait voir que les pièces P-7 à P-22 sont alléguées «pour valoir comme si y au long récitées». Ce que la demanderesse recherche c'est donc d'en introduire le contenu à l'appui du préambule de l'art. 12 de la déclaration : "les pièces similaires de carrosserie ne constituent pas des matériaux de même nature et qualité " 9. Ce n'est donc pas pour appuyer la demande de dommages punitifs que ces pièces sont produites. 10. D'autre part, les dommages punitifs sont réclamés à l'art. 26 : "en raison de leurs agissements." Aucune allégation n'appuie l'affirmation que ces pièces sont invoquées pour démontrer la connaissance des défenderesses et leur inaction volontaire laquelle pourrait fonder une demande de dommages punitifs. L'allégation non soutenue est soit inutile soit susceptible d'être détaillée, ce que le Tribunal examinera dans la deuxième partie du présent jugement. 11. Il reste donc à disposer de l'argument de pertinence. 12. La demanderesse se fonde sur une jurisprudence bien établie à l'effet que la pertinence d'une question, qu'elle soit soulevée à l'occasion d'un interrogatoire avant défense ou par une allégation dans une procédure, doit être appréciée largement et avec beaucoup de prudence, à la lumière d'un ensemble de circonstances et du

4 déroulement du procès. (1) 13. Le doute quant à la pertinence d'une allégation doit même être interprété en faveur de la partie qui la fait. (2) 14. Nadeau et Ducharme (3) indiquent que "pour déterminer si un élément de preuve est pertinent, on doit rechercher s'il permet d'établir les faits générateurs du droit réclamé." Les auteurs disent qu'il faut d'abord s'interroger sur la nature du droit réclamé et ensuite déterminer si la preuve offerte établit ou tend à démontrer les faits générateurs du droit. 15. En effet, les art. 76 et 77 C.p.c. indiquent que les parties exposent dans leurs procédures les faits qu'elles invoquent et les conclusions qu'elles recherchent. Le but de l'action intentée collectivement est d'amener le tribunal à conclure que les faits qui sont mis en preuve mènent à la conclusion que les pièces similaires ne sont pas de même qualité que les pièces originant des manufacturiers automobile. 16. Les constatations d'un tribunal (P-7), les prétentions d'une autre partie dans une autre action (P-20), les admissions d'un tiers (P-21), les enquêtes (P-22) ou la publicité des fabricants de pièces d'origine (P-8 à P-19) représentent-ils des faits susceptibles d'être mis en preuve? Pour répondre à cette question il faut examiner quels sont les faits que la demanderesse désire ici mettre en preuve pour démontrer que les pièces similaires ne sont pas de même qualité que les pièces originant de manufacturiers automobile. 17. Les renseignements donnés dans les exhibits P-8 à P-19 par Honda, Nissan, Ford et GM ne sont pas des études par des experts indépendants. De toute évidence, ces constructeurs de véhicules automobiles font la promotion de leurs propres produits et ont pour but de renseigner leurs propres clients afin de les fidéliser. 18. En général, ce que ces feuillets révèlent c'est que le consommateur peut encourir une perte de valeur du véhicule à la revente (P-9) pour différents motifs dont la résistance amoindrie à la corrosion, les ajustements nécessaires à la carrosserie, la faible qualité de finition, de structure ou de résistance des matériaux, leur intégrité et leur garantie. 19. Selon ces feuillets, le consommateur peut aussi voir la garantie de son véhicule annulée par le manufacturier (P-8). 20. Les feuillets de Honda (P-8) réfèrent aux "industry studies" ceux de Nissan (P-9) aux "résultats d'essais" ceux de GM (P-11) à des "Tests conducted in labs of a leading consumer publication along with extensive research" et à "Report tests", "Surveys" et "interviews" (P-12) "a national study" (P-13), "nationwide vehicle resale value study by independents" (P-13) "two independent studies" (P-14), "tests results" (P-15 et P- 16), "independent National Study" (P-15), "study's consumer appraisers" (P-15). GM prétend aussi avoir procédé elle-même à des tests (P-16 et P-17) mais n'en produit pas les résultats. 21. Enfin, Ford réfère à des "essais récents, effectués par un laboratoire indépendant" et à des "essais effectués antérieurement par Ford aux Etats-Unis, par d'autres constructeurs automobiles ou par des compagnies indépendantes" (P-17) à "un essai de durabilité en milieu salin" (P-18) et "aux essais de qualité de Ford" (P-19) ainsi qu'à "notre programme d'essais" (P-19) et aux "résultats des essais de composition du métal" (P-19). 22. La demanderesse produit sous la cote P-22 un article de la revue Consumer Reports intitulé «Shoddy Auto parts» portant sur les coûts directs et indirects (notamment en matière de sécurité) résultant de l'utilisation de pièces similaires par opposition aux pièces d'origine des manufacturiers automobile. L'article n'est pas signé, ce qui au premier abord ne permet pas d'identifier la personne apte à en témoigner. L'article rapporte les propos d'individus engagés dans l'évaluation des dommages, certains identifiés (Charlie Barone) d'autres non ("many collision repairers complain") ("a Scottsdale, Arizona, collision repairer") ("collision repairers we talked

5 to"). On y relate les propos de tiers (John Loftus, directeur exécutif de la Society of collision repair specialists, une association de gens de métier regroupant membres et de Jerry Dalton, propriétaire d'une chaîne de carrossiers en Virginie). 23. On relate le dossier dans l'affaire State Farm ici allégué sous la cote P-20 et les essais effectués par Detroit Testing Laboratory, la connaissance qu'en avait un certain Franklin Schoonover et l'avis donné par celui-ci à State Farm. 24. On fait référence au dossier dans l'affaire Keystone allégué ici sous la cote P On fait état de sondages parmi les 500 ateliers de réparations effectués par Industrial Marketing Research pour le compte de l'industrie automobile, ceux effectués par Frost & Sullivan, une société de marketing-conseil de Californie parmi 160 carrossiers. On rappelle une démonstration faite à Colorado Springs à l'initiative de la Collision Industry Conference. On commente les essais effectués par Entela Laboratories, un laboratoire du Michigan, pour le compte de CAPA (Certified Automotive Parts Association). 26. Le corps principal de cet article porte toutefois sur les épreuves de résistance auxquelles des véhicules ont été assujettis en même temps que d'autres dont on avait remplacé les pare-chocs par des pièces similaires. Ces tests ont été réalisés pour le compte de la revue par un laboratoire (non identifié) qui a procédé suivant les standards de l'industrie (non énumérés). L'article poursuit en précisant qu'un atelier de réparation (non identifié) a installé des pièces de pare-chocs similaires sous la supervision de l'ingénieur ( non identifié) retenu par la revue. D'autres ingénieurs ("our engeneers") ont procédé à l'installation d'autres pièces. 27. L'auteur de l'article relate en outre avoir procédé à une enquête et il en livre les conclusions. 28. L'examen détaillé de l'article démontre donc qu'il s'agit de la relation de propos et d'opinions recueillis et commentés par l'auteur. 29. La demanderesse reconnaît que ces pièces introduisent du ouï-dire. Elle prétend qu'elles seront introduites en preuve soit par leur auteur soit par un expert qui pourra s'y référer, qu'elles doivent demeurer comme allégations et que la demande de rejet est prématurée. 30. Avec respect, cette position n'est pas soutenue par la jurisprudence. 31. La Cour d'appel a été appelée à se prononcer à plusieurs reprises sur l'admissibilité de rapports semblables. 32. Dans l'affaire Sparling (4) il s'agissait d'une requête en oppression en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes. Sparling, qui était le directeur des corporations, a présenté une requête concluant à la condamnation de Doyle pour oppression. La requête en oppression alléguait et déposait d'une part le rapport d'enquête de Sparling, lequel contenait un exposé de la preuve recueillie et d'autre part le rapport de la Commission d'enquête sur les pratiques restrictives du commerce. Dans une requête préliminaire, Doyle a demandé au tribunal de radier ces deux pièces du dossier ainsi que les allégations mentionnant les conclusions du rapport de la Commission. Cette demande a été rejetée pour le motif que les deux pièces ne serviraient pas comme preuve mais simplement comme allégations. Les faits mentionnés dans les pièces ne devaient pas servir au jugement sauf si régulièrement prouvés au procès. 33. L'appel final de la décision remet en question ce jugement interlocutoire et sur cet aspect de l'appel la Cour d'appel exprime : "Suivant les règles de procédure traditionnelles, les avocats de Sparling ne devaient pas produire les deux rapports avec leur requête : les opinions et conclusions de l'enquêteur et de la Commission n'avaient pas de pertinence pour les fins de la requête faite en application de l'art () l'enquête de la Commission a été faite en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes, et la requête de Sparling était fondée sur les dispositions de la Loi sur les sociétés commerciales canadiennes. De fait, le rapport de la Commission aurait pu donner lieu à autre chose qu'à une procédure judiciaire en vertu de l'art Du moment que Sparling allait recourir à l'art. 234, la preuve des

6 faits mentionnés dans les rapports devait être faite devant le Tribunal, et les opinions et conclusions de l'enquêteur et de la Commission, n'étaient pas pertinentes pour les fins de la procédure faite en vertu de l'art En conséquence, en autant que les deux rapports contenaient des opinions et des conclusions, ils auraient dû être enlevés du dossier, et les parties des allégations de la requête qui référaient à ces opinions et recommandations auraient dû être biffées." 34. En 1991 dans Robert c. Hôpital de Chicoutimi inc. (5) la Cour d'appel ordonnait la radiation de l'allégation d'un rapport du coroner. S'appuyant sur un jugement de 1985, Domaine de la Rivière inc. c. Aluminium du Canada ltée (6) la Cour décide que l'enquête et le rapport sont des éléments qui ne permettent pas d'établir les faits générateurs du droit réclamé et ne peuvent ni ne doivent influer sur la décision du juge du procès. 35. Des jugements de la Cour supérieure illustrent aussi ce principe. Dans Picard c. Compagnie d'assurance Canadian Surety (7) c'était encore un rapport du coroner qui était rejeté car il était produit pour tenir lieu de preuve de son contenu. Le juge Hurtubise estime approprié de s'appuyer sur le jugement du juge de première instance dans cette affaire de Robert (8) que nous avons citée précédemment : "Une allégation pertinente est celle qui serait susceptible d'avoir une influence ou un impact sur la décision. Or, l'opinion du Coroner, un rapport d'investigation du Coroner et même son verdict, ne peuvent avoir quelque influence que ce soit sur le résultat d'une poursuite en dommages intérêt. L'allégation contenue au paragraphe 29 et la production du rapport du Coroner ne sont donc pas pertinentes et la requérante était justifiée de recourir à l'art. 168 (in fine) du Code de procédure civile : "Le défendeur peut de même, demander la radiation d'allégations non pertinentes" 36. Dans Succession Bélair c. Delorme (9), c'est une décision d'un comité de discipline qui est radiée. La juge Nicole Morneau déclare inadmissibles les décisions d'une autre instance dans une action en dommages intérêt. 37. Dans Jolin ès qualités c. Montréal Trust (10) citée par la juge Morneau, c'était un rapport d'enquête qui était retiré du dossier. 38. En abordant cette question de pertinence des documents dont on demande le rejet, le Tribunal doit se demander si les documents que l'on cherche à mettre en preuve permettent d'établir les faits générateurs du droit. 39. La demanderesse entend démontrer que les pièces similaires ne sont pas de même nature et qualité en s'appuyant sur des «rapports, publicités et études» or, les pièces P- 8 à P-19 ne sont ni des rapports ni des études mais plutôt des feuillets publicitaires eux-mêmes basés sur des études dont l'origine n'est pas établie. 40. Le Tribunal considère que les commentaires d'un publiciste (P-8 à P-19) ou d'un journaliste (P-22) ne peuvent faire preuve du contenu de leur publicité ou article. Ces documents n'établissent pas des faits mais rapportent des opinions et des conclusions sur des faits obtenus par des intermédiaires et non des experts, avec des moyens dont le contrôle n'a pas été établi et dont les constatations ne sauraient lier le Tribunal appelé à entendre la présente cause. Ces rapports ainsi que les allégations qui les introduisent doivent donc être rejetés car ils ne peuvent faire preuve des faits qu'ils relatent (11). 41. Les faits mis en preuve devant un autre tribunal, les allégations, admissions, opinions, constatations, enquêtes et conclusions de divers experts du domaine ne sauraient lier le juge que si preuve en est faite et que si elles sont assujetties devant le juge (12) à un débat contradictoire avec interrogatoire et contre interrogatoire (13). Si la preuve que l'on annonce vouloir offrir au Tribunal ne peut lier celui-ci dans ses conclusions, elle n'a pas de pertinence. Dans l'éventualité où elle serait produite au dossier, si elle introduit une preuve par ouï-dire, elle est aussi interdite par nos règles de preuve (14). Ces écrits et les allégations qui les soutiennent doivent être rejetés du dossier.

7 42. La déclaration dans le recours collectif américain (P-20) ne peut être ici substituée à celle qui fonde la demande que le tribunal québécois doit entendre. Elle n'a donc aucun effet. Si la demanderesse désire invoquer des faits qui apparaissent à cette déclaration, elle doit le faire dans la déclaration dont elle saisit le tribunal québécois laquelle servira à établir le fondement de ses prétentions. 43. L'accord intervenu aux Etats-Unis entre un constructeur et un fabricant de pièces (P-21) ne peut influer sur le jugement que le Tribunal aura à rendre sur le fond du litige à savoir si les assureurs avaient l'obligation de payer des pièces d'origine pour la réparation des véhicules de leurs assurés. 44. Le jugement de la Cour du Québec division des petites créances (P-7) n'a pas l'autorité de la chose jugée (art C.c.Q. et 981 C.p.c.) et ne peut être invoqué dans une action fondée sur la même cause et intentée devant un autre tribunal (art. 981 C.p.c.). Le Tribunal doit donc rejeter toute demande ou preuve basée sur ce jugement (art. 981 C.p.c.). Ce jugement pourra néanmoins être déposé en argumentation à titre d'autorité. 45. S'il s'était agi d'études scientifiques, le Tribunal aurait pu considérer qu'elles demeurent au dossier puisque les experts de la demande auraient possiblement pu s'appuyer sur elles, y référer dans le cadre de leur expertise ou les annexer à titre de référence, quitte à ce que le juge du fond (en l'occurrence le même juge) les rejette dans le jugement au mérite parce que la preuve n'y aurait pas fait référence ou qu'elles auraient été inadmissibles. Le juge saisi de la requête en radiation étant le même qui entendra l'audition au mérite du recours, il lui est donc toujours possible de rejeter plus tard, une pièce qui n'apparaîtrait pas pertinente ou serait inadmissible. 46. Les analyses auxquelles on a procédé pourraient être mises en preuve par leur auteur mais les commentaires d'un auteur ne peuvent de toute évidence faire preuve de leur contenu devant le Tribunal. Un expert, après avoir fait état de ses qualifications pourrait expliquer le protocole qu'il a suivi et les résultats qu'il a obtenus, le tout sujet au contre-interrogatoire de la partie adverse. Les règles d'administration de la preuve font bien voir que ce que l'on tente ici d'introduire en preuve a précisément pour but de tenir lieu de la preuve qui doit être faite. Le Tribunal doit déclarer inadmissible la production de ces documents. 47. Même si ces documents et rapports sont rejetés à ce stade des procédures, il est possible que les enquêtes, sondages et expertises puissent être introduits en preuve à une autre époque, s'ils sont alors jugés admissibles. Le Tribunal n'entend pas être lié par le présent jugement et il entendra alors les parties sur l'admissibilité de la preuve. La demanderesse reconnaît que la preuve devra être faite par expert. Il est possible que les experts réfèrent à différentes études. Il faudra alors déterminer quant à chacune d'elles leur fiabilité, leur valeur scientifique, le sérieux du protocole suivi ainsi que toutes les autres questions qui pourront alors être soulevées. Chacune de ces études pourra en outre être mise en preuve par son auteur lequel devra faire la preuve de ses sources, des tests et des enquêtes auxquels il a procédé. Tout cela ne saurait cependant justifier de conserver à titre d'allégations les documents qui les relatent. Ils sont fondés sur du ouï-dire et sont non pertinents dans le cadre de la déclaration. Ils doivent être radiés. 48. On ne peut davantage prétendre que ces documents ont pour but de permettre à la défense de plaider en toute connaissance de cause. Les règles de pratique et de procédure civile prévoient la façon de faire entendre un expert. Nul témoin expert ne sera entendu à moins que son rapport ne soit déposé au préalable. Cette règle s'étend aux annexes que l'expert désire produire à l'appui de son opinion. Cet argument ne saurait davantage justifier le maintien de ces documents dans le cadre de la déclaration. 49. Enfin, il faut reconnaître que, même en omettant ces allégations et ces pièces, le Tribunal est satisfait que la déclaration énonce suffisamment les faits qui seront invoqués et les conclusions qui sont recherchées et qu'il s'agit encore du recours

8 collectif qui a été autorisé. La requête pour précisions et production de documents. 50. Pour préparer sa défense à l'action (15), la défenderesse prétend avoir besoin de détails sur plusieurs questions que le Tribunal a cru bon de regrouper puisque la décision sera commune à plusieurs de ces demandes. 51. Relativement aux articles 8, 23 et 24, la défenderesse cherche à connaître l'identité des membres du groupe, les détails de chaque réclamation, l'identité de l'assureur visé, le numéro de la police, la date du sinistre, la date du dommage et les détails relatifs à l'indemnisation. 52. Le Tribunal estime que la nature collective du recours intenté ne justifie pas cette demande. C'est au niveau des réclamations individuelles, lorsque le jugement final aura acquis l'autorité de la chose jugée que chaque membre aura à produire sa réclamation personnelle (art C.p.c.). C'est à ce moment, si nécessaire, que le Tribunal déterminera les modes de preuve et de procédure appropriés (art C.p.c.). Le Code prévoit même, que le défendeur peut opposer à un réclamant un moyen préliminaire que l'art C.p.c. l'a empêché d'opposer auparavant (art C.p.c.). Selon le Tribunal, il en va de même d'un moyen qui ne s'adresserait qu'à la réclamation individuelle. Ainsi, c'est à ce moment-là que chacun des membres du groupe établira ses dommages, leur nature et leur valeur. 53. Il n'est pas utile à ce stade de connaître l'identité des membres. D'ailleurs, cette demande a déjà été faite et rejetée dans le présent dossier. Appliquant la décision rendue dans Journalistes indépendants du Québec (16) le juge Halperin a accordé une dispense de divulguer les noms et adresses des membres connus du groupe que représente Option consommateurs. 54. D'ailleurs, si les défenderesses désirent dresser une liste de personnes appelées à faire partie du groupe, elles ont en mains tous les dossiers de leurs assurés et peuvent aisément déterminer lesquels ont été indemnisés sur la base de pièces similaires. Elles sont aussi en mesure de quantifier les économies réalisées par l'utilisation de pièces similaires. 55. Même si le Tribunal ne s'estime pas lié par le jugement du juge Halperin, il en partage néanmoins les motifs et en arrive à la même conclusion. 56. C'est aussi au niveau de la réclamation de chacun des membres que le réclamant devra établir qu'il est visé par le jugement et que sa situation est semblable à celle de la personne désignée et des autres membres sur le témoignage desquels se sera basé le jugement. Comme l'exprimait le juge Robert Lesage "ce serait brûler les étapes de la procédure du recours collectif que de procéder immédiatement à établir le quatum de la réclamation individuelle de chaque membre." (17) 57. Sans pour autant mettre de côté ces principes, le Tribunal considère vraisemblable que la preuve de la demanderesse au procès sera faite à l'aide d'un certain nombre de dossiers pré-sélectionnés. Les détails de ces dossiers et non pas de tous les dossiers seront nécessaires aux défenderesses pour préparer leur défense. Le Tribunal réservera donc aux défenderesses le droit d'obtenir des détails sur ces dossiers dès que les personnes appelées à témoigner seront identifiées. 58. Les articles 11, 13, 14, 17 et 18 de la déclaration comportent des allégations qui permettront éventuellement d'introduire des expertises en preuve. Le Tribunal estime que la défenderesse n'a pas pour l'instant besoin de toutes les considérations des experts pour préparer sa défense. Les détails demandés apparaîtront dans les expertises de la demande. La défenderesse aura alors tous les détails qu'elle sollicite et de façon

9 beaucoup plus précise, ce qu'elle recherche d'ailleurs pour se préparer adéquatement au procès. Le Tribunal estime que les allégations n'ont pas besoin pour l'instant d'être précisées davantage. 59. Relativement aux précisions demandées aux articles 6.8, 6.9, 6.10 et 6.11, les parties ont convenu de déposer au dossier l'interrogatoire sur affidavit de Monsieur Chamberland donné avant le jugement d'autorisation. Ceci règle donc la demande de détails relativement à ces articles. Cet interrogatoire est produit par les défenderesses sous réserve d'y apporter un complément au besoin sur les faits qui n'apparaissaient pas pertinents pour les fins de la requête et qui le deviendraient au niveau de la déclaration. 60. Enfin, la demande de dommages punitifs contenue à l'article 26 n'est guère étayée par la déclaration et devra faire l'objet de précisions. POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL, ACCUEILLE la requête en radiation d'allégations; RADIE les allégations contenues à l'article 12 après les mots "nature et qualité" et aux articles 12 a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l ainsi que les allégations des articles 19, 20 et 21 de la déclaration de la demanderesse et; ORDONNE la radiation des exhibits P-7, P-8, P-9, P-10, P-11, P-12, P-13, P-14, P- 15, P-16, P-17, P-18, P-19, P-20, P-21 et P-22 produits au soutien de la déclaration; ORDONNE à la demanderesse de fournir les précisions suivantes dans un délai de soixante jours à compter du présent jugement : 26. a. la nature des «agissements»; b. en quoi ces «agissements» donnent lieu à des dommages punitifs; c. le fondement des dommages punitifs réclamés; d. en quoi et pour quels motifs ces dommages punitifs devraient être versés par les défenderesses. PREND ACTE du dépôt au dossier de l'interrogatoire sur affidavit donné avant le jugement d'autorisation par la personne désignée Monsieur Bertrand Chamberland; RÉSERVE aux défenderesses le droit d'obtenir des détails sur les dossiers qui seront utilisés en preuve par la demanderesse dès que les personnes appelées à témoigner seront identifiées; FRAIS À SUIVRE. MARIE-CHRISTINE LABERGE, J.C.S. 1. Kruger inc. c. Kruger, [1987] R.D.J. 11; Bouchard c. Giguère, , , A.E./P.C (C.S.); Delisle c. Canada (Procureur général), B.E. 98-BE-297; Ruest c. Boily, J.E St-Onge Lebrun c. Hôtel-Dieu de St-Jérôme, [1990] R.D.J. 56; Bolduc c. Arthur, J.E

10 3. André NADEAU et Léo DUCHARME, Traité de droit civil du Québec, t. 9, Montréal, Wilson & Lafleur ltée, 1965, p Doyle et Sparling, [1992] R.J.Q. 11 (C.A.). 5. Robert c. Hôpital de Chicoutimi inc., J.E (C.A.). 6. Domaine de la Rivière inc. c. Aluminium du Canada ltée, [1985] R.D.J. 30 (C.A.). 7. Picard c. Compagnie d'assurance Canadian Surety, J.E (C.S.). 8. Robert c. Hôpital de Chicoutimi inc., précité, note Succession Bélair c. Delorme, 98 B.E Jolin ès qualités c. Montréal Trust, C.S.M , juge Nicole Morneau. 11. Jean-Claude ROYER, La preuve civile, 2 e éd., Les Éditions Yvon Blais inc., 1995, no. 385, p Art : "Le témoignage est la déclaration par laquelle une personne relate les faits dont elle a eu personnellement connaissance ou par laquelle un expert donne son avis Il doit, pour faire preuve, être contenu dans une déposition faite à l'instance, sauf du consentement des parties ou dans les cas prévus par la loi." 13. J.-C. ROYER, op. cit., note 11, no. 383, p Léo DUCHARM E, Précis de la preuve, 5 e éd., Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 1996, p. 357 et 358; John SOPINKA, Sidney N. LEDERMAN et Alan W. BRYANT, The law of Evidence in Canada, 2 e éd., Butterworths, Toronto, p. 156; M.N. HOWARD, Peter CRANE et Daniel A. HOCHBERG, Phipson on evidence, 14 e éd., London, Sweet & Marxwell, 1990, p. 563; J.-C. ROYER, op. cit., note 11, no. 670, p Pisapia Construction inc. c. La Fabrique de la Paroisse Saint-François -d'assise, [1976] R.P. 69; Croteau c. Canadian Import Company, [1963] B.R. 848; Gipsy Jean Co. ltd et autre c. Promotora Industrial Del Balsas S.A. de C.V. Mexico et The Royal Bank of Canada et autre, [1983] R.D.J. 202 (C.A.). 16. Journalistes indépendants du Québec, [1999] R.J.Q. 2754, confirmé en appel, , 3 décembre Le Syndicat national des employés de l'hôpital St -Ferdinand (C.S.N.) et autre c. Le Curateur public, C.S. Frontenac , confirmé (avec dissidence) par la Cour d'appel , Monsieur le juge Rothman : "C'est au niveau des réclamations individuelles (art C.p.c.) que le requérant pourra faire sa demande de précision." Me Pierre Sylvestre SYLVESTRE CHARBONNEAU FAFARD Me Harry Dikranian STERNTHAL KATZNELSON MONTIGNY Me Guy Lemay Me Janet Oh LAVERY, DE BILLY

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE GEORGES MASSOL JUGEMENT

Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE GEORGES MASSOL JUGEMENT Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-22-010676-061 DATE : 23 JANVIER 2008 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE

Plus en détail

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses.

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses. AVIS ANNONÇANT L APPROBATION D UNE ENTENTE DE RÈGLEMENT ET LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DANS L AFFAIRE DU RECOURS COLLECTIF AYANT TRAIT AUX LAMPES DE REMPLACEMENT POUR AUTOMOBILE Veuillez lire attentivement

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée» Caouette (Société R. Caouette & Fils enr.) c. Promutuel Bagot, société mutuelle d'assurances générales 2006 QCCS 143 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE ST-HYACINTHE COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-06-000006-002 COUR SUPÉRIEURE DATE : 27 août 2003 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. OPTION CONSOMMATEURS Requérante et PHILIPPE

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES

POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES POLICE D'ASSURANCE CONDITIONS PARTICULIÈRES 1 - Assuré désigné : 2 - Adresse : 3 - Période d'assurance : 4 - Limites de garantie par Sinistre : Garanties A et B : 10 000 000 $ sous réserve d une limitation

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c.

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c. C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No : 500-06-000624-128 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E CHANTAL CORBIN c. Demanderesse VENTES DE VÉHICULES MITSUBISHI DU CANADA INC. Défenderesse

Plus en détail

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T OR: ANG Devant : Greffe : Juge Laïty Karna, Président Juge Lennart Aspegren Juge Navanethem Pillay M. Lars Plum M. John M. Kiyeyeu Décision du : 17 février 1998 LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU Affaire

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : F. D. A. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 1 Appel n o : GE-13-192 ENTRE : F. D. A. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE NEUF (54

JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE NEUF (54 JUGEMENT N DU 04 JUIN 2009 RÉPERTOIRE N 119/2009 Code n 39 F Extrait des. du rriburl81 d,~n tautes du Grefti s ncen \le Nan JURIDICTION DE PROXIMITÉ DE NANCY cy e JUGEMENT DU QUATRE JUIN DE L'AN DEUX MILLE

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 23 MARS 2009 S.08.0122.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0122.F ALLIANCE NATIONALE DES MUTUALITES CHRETIENNES, dont le siège est établi à Schaerbeek, chaussée de Haecht, 579, demanderesse

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux?

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau La réponse à cette question, qui rend perplexe tant les

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR MENTIONS OBLIGATOIRES EN VERTU DE LA LOI DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR COMPLÉMENT AU CHAPITRE 25 PAGE 199 Ce document contient le texte des mentions obligatoires exigées par la Loi de la protection

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 COUR D'APPEL DE LYON TROISIÈME CHAMBRE CIVILE SECTIONA ARRÊT DU 30 Novembre 2006 Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 N

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.)

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DITRICT DE MONTRÉAL NO: 500-06 COUR U P É R I E U R E (Recours collectifs) NICOLE BERGERON, résidant et domiciliée au 2501 D Iberville, dans les cité et district de Montréal,

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE R.G. : 14/01429 Minute no : 14/01711/ Chambre des référés Du : 11 Décembre 2014 Affaire : association loi 1901 "Mouvement pour la liberté de la protection sociale MLPS

Plus en détail

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 08 25 Date : 20040220 Commissaire : M e Christiane Constant M. A et M. B c. Demandeurs Courtage à escompte Banque Nationale inc. Entreprise DÉCISION

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 -

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Direction des Partenariats Politiques NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président Juge Salihu Modibo Alfa BELGORE Vice-président Juge Anne L. MACTAVISH Membre Juge Benjamin Joses

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du vendredi 13 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction.

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction. FAITS ET PROCEDURE Par acte du 3 décembre 1998, Mèmeric THIBIERGE a assigné devant le Tribunal de grande instance de NANTERRE la société ARJO WIGGINS pour entendre : -Dire et juger que l'invention de M.THIBIERGE

Plus en détail

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé Page 1 of 5 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er novembre 2009 c. D-9.2, r.1.1.1 Règlement sur les critères d'obtention des titres

Plus en détail

-d- DU T~~~Ut~Al Oil~~STA,~C! Di. RliiNES. D'p~mment rj~~ll! i.t WLA9Nf.

-d- DU T~~~Ut~Al Oil~~STA,~C! Di. RliiNES. D'p~mment rj~~ll! i.t WLA9Nf. ~f~~!luf4~.l 01~STAt-.:aC~ DI RIt.91I'~IS CITE JUDICIAIRE 7 Rue Pierre Abélard 35031 RENNES CEDEX ~Jrr:rf1AtT DES i\jd~~u1!1 DU ifi'i~ëffe DU T~~~Ut~Al Oil~~STA,~C! Di RliiNES D'p~mment rj~~ll! i.t WLA9Nf.

Plus en détail

Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président

Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président CIV.3 SM COUR DE CASSATION Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président Pourvoi n o B 12-16.816 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

Objet : Programme de responsabilité en cas d erreurs et d omissions et responsabilité civile

Objet : Programme de responsabilité en cas d erreurs et d omissions et responsabilité civile Membres de l Association des Massothérapeutes du Québec Objet : Programme de responsabilité en cas d erreurs et d omissions et responsabilité civile Période d assurance : 1 an commençant le 01 octobre

Plus en détail

Enfin, on ne peut exclure que des proches cherchent à connaître les causes du décès de Monsieur PASDECHANCE.

Enfin, on ne peut exclure que des proches cherchent à connaître les causes du décès de Monsieur PASDECHANCE. Philippe CHOULET Cabinet d'avocats 8, Place Bellecour 69002 LYON Tél : 04 78 42 63 75 Fax : 04 78 42 88 18 choulet.avocats@wanadoo.fr www.cabinetchoulet-avocats.fr LES FAITS Monsieur PASDECHANCE est décédé

Plus en détail

SERVICE DE CONCILIATION DES ASSURANCES DE PERSONNES DU CANADA

SERVICE DE CONCILIATION DES ASSURANCES DE PERSONNES DU CANADA SERVICE DE CONCILIATION DES ASSURANCES DE PERSONNES DU CANADA Mandat Le Service de conciliation des assurances de personnes du Canada («SCAPC») est un organisme indépendant qui s'occupe des plaintes des

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

représentée par Monsieur Pierre SIMON en sa qualité dedirecteur Général,

représentée par Monsieur Pierre SIMON en sa qualité dedirecteur Général, CONVENTION RELATIVE A L'ADMINISTRATION DU FONDS VERSION FINALE ENTRE De première part l'association Française des Etablissements de Crédit et des Entreprises d'investissement, organisme professionnel établi

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Expérience d'avocat

CURRICULUM VITAE. Expérience d'avocat 1 CURRICULUM VITAE Pierre Boulanger, avocat 790 38 e avenue tél. bureau : (514) 845-5171 Lachine (Québec) H8T 2C1 tél. domicile : (514) 637-9489 courriel: pboulanger@procassur.com Expérience d'avocat Depuis

Plus en détail

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL.

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. 1/ Le rôle de l'avocat. 2/ Le roulage /police d'assurance en protection juridique ou défense en Justice. 3/ La constitution de partie civile devant

Plus en détail

Conditions générales du contrat conclu entre l agent d enregistrement et le titulaire de noms de domaine

Conditions générales du contrat conclu entre l agent d enregistrement et le titulaire de noms de domaine ANNEXE 3 : Conditions générales du contrat conclu entre l agent d enregistrement et le titulaire de noms de domaine dans le cadre de l enregistrement, du renouvellement et de la gestion des noms de domaine

Plus en détail

c) a reçu une indemnisation monétaire basée sur le coût de pièces de remplacement autres

c) a reçu une indemnisation monétaire basée sur le coût de pièces de remplacement autres COUR SUPÉRIEURE (Recours collectif) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N O : 500-06-000093-993 DATE : Montréal, le 19 juillet 2001. EN PRÉSENCE DE : L'HONORABLE VICTOR MELANÇON, J.C.S. OPTION

Plus en détail

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES «Heurt de véhicules» 470 1 er avril 1994 TABLE DES MATIERES A. Liste des entreprises adhérentes B. Texte de la convention C. Définitions D. Principes et modalités d application E. Fixation des dommages

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

LA DEMANDE EN DIVORCE

LA DEMANDE EN DIVORCE LA DEMANDE EN DIVORCE MESURES À ENVISAGER COMMENTAIRES : INTRODUCTION La première étape d un dossier de divorce est avant tout l entrevue faite conformément à la liste de contrôle «L ENTREVUE EN MATIÈRE

Plus en détail

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec Qu est-ce que l'assurance collective en milieu de travail Le présent article vise à expliquer le fonctionnement d'un contrat d'assurance collective en milieu de travail, de même que les droits dont dispose

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E SOC. CB COUR DE CASSATION Audience publique du 20 mai 2014 Rejet M. BAILLY, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n o J 12-26.322 Arrêt n o FS-P+B+R R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Examen d aptitude professionnelle. Écrit 2014. Exemple de résolution. Droit civil

Examen d aptitude professionnelle. Écrit 2014. Exemple de résolution. Droit civil Examen d aptitude professionnelle Écrit 2014 Exemple de résolution Droit civil Le texte ici présenté est considéré comme un bon examen. Il ne répond pas nécessairement à l ensemble des exigences relatives

Plus en détail

"P" CONDITIONS D'ASSURANCE CONSULTATION ET SERVICES PROFESSIONNELS

P CONDITIONS D'ASSURANCE CONSULTATION ET SERVICES PROFESSIONNELS "P" CONDITIONS D'ASSURANCE p_insur_conditions_fr.pdf Document révisé le 7 mai 2013 PARTIE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES D'ASSURANCE (DGA)... 1 DGA 1 INDEMNISATION... 1 DGA 2 CONSULTANT... 1 DGA 3 PRODUIT DE

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

MÉMOIRE DE FRAIS. À jour le 26 mars 2014 I FORME :

MÉMOIRE DE FRAIS. À jour le 26 mars 2014 I FORME : À jour le 26 mars 2014 MÉMOIRE DE FRAIS I FORME : Documents à joindre et nombre de copies : Les documents suivants doivent être produits à la Cour, en deux exemplaires, soit un original et une copie :

Plus en détail