Les déterminants du processus décisionnel en matière d assurance automobile chez les jeunes québécois de 18 à 24 ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les déterminants du processus décisionnel en matière d assurance automobile chez les jeunes québécois de 18 à 24 ans"

Transcription

1 Delphine LAMBERT Les déterminants du processus décisionnel en matière d assurance automobile chez les jeunes québécois de 18 à 24 ans MRK Essai présenté à la Faculté des études supérieures de l Université Laval pour l obtention du diplôme de maîtrise en administration des affaires (MBA) Directeur de recherche : M. Benny Rigaux-Bricmont Lecteur : M. Pierre Balloffet Département de marketing FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL [JUIN, 2003] Delphine Lambert, /338

2 Avant-propos Introduction Cette étude s inscrit dans le cadre de travaux de recherche sur les déterminants du processus décisionnel de souscription d assurance pour l automobile par les jeunes adultes québécois de 18 à 24 ans. Ce projet qui est dirigé par les Professeurs Benny Rigaux-Bricmont de l Université Laval et Pierre Balloffet des HEC-Montréal, est subventionné par la Chaire en assurance l Industrielle-Alliance de l université Laval. Un questionnaire a été administré via Internet. Les résultats et la méthodologie sont présentés dans ce rapport. Remerciements Je remercie tout d abord mon directeur de recherche M. Benny Rigaux-Bricmont pour ses précieux conseils. Je tiens à lui exprimer toute ma reconnaissance pour m avoir guidé tout au long de cet essai. Je remercie également M. Pierre Balloffet d avoir accepté d être le lecteur de cet essai et pour ses conseils au niveau du questionnaire. Je tiens également à souligner l aide de M. Denis Fagnan consultant externe pour Belair direct; je tiens à le remercier pour son aide précieuse, sa disponibilité et sa gentillesse. Mes remerciements vont également à M. Jean-Pierre Angers et Mme Sylvie Bouthillier de la compagnie Belair direct. Au niveau du questionnaire, toute ma gratitude va aux étudiants de premier cycle qui ont réalisé une étude sur l image des compagnies d assurance sur Internet. Il s agit d Amélie Bouchard, Pierre-Olivier Cantin, Marika Gagnon, Charles-André Latour et Christian Ouellet. 2/338

3 Au niveau de la partie technique de l essai, mes remerciements vont à Benjamin Mucci pour son aide dans la programmation informatique et à M. Cerantola pour l envoi du questionnaire. Je tiens également à remercier les répondants qui ont eu la gentillesse de prendre le temps de répondre au questionnaire. Enfin, je tiens aussi à remercier M. Gilles Bernier directeur de la Chaire en assurance pour ses précieux conseils et Mme Lise Jacques pour sa gentillesse et sa disponibilité. 3/338

4 Table des matières 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF MÉTHODOLOGIE FAITS SAILLANTS DE L ENQUÊTE RECOMMANDATIONS MISE EN CONTEXTE OBJECTIFS DE L ENQUÊTE MÉTHODOLOGIE COLLECTE DE DONNÉES SECONDAIRES Phase de reconnaissance du problème Les facteurs influençant l état actuel et l état désiré La situation désirée dans le cas de l assurance automobile Le désir de résoudre le problème La recherche d informations Le risque perçu La recherche interne La recherche externe Évaluation des différentes alternatives Détermination des alternatives pouvant répondre aux besoins Évaluation des alternatives Recherche de conseils Les méthodes de sélection Le mode de magasinage Raisons d achat Les décisions Éléments pouvant venir perturber la décision finale Facteurs internes et externes affectant le processus décisionnel Les facteurs internes Les facteurs externes Livraison du service et évaluation de la performance La satisfaction par rapport à la compagnie La satisfaction des consommateurs par rapport à l agent Le service de réclamations Intentions futures L inclinaison à changer de compagnie Les coûts liés au changement La conservation des clients COLLECTE DES DONNÉES PRIMAIRES Objectif de la recherche Hypothèses de recherche Méthodologie des données primaires Le questionnaire /338

5 Plan d échantillonnage Collecte des données RÉSULTATS ET DISCUSSION DE L ANALYSE QUANTITATIVE DESCRIPTION DE L ÉCHANTILLON ANALYSE STATISTIQUE UNIVARIÉE ANALYSE STATISTIQUE BIVARIÉE Différences basées sur le sexe du répondant La demande de conseils Importance des différentes sources d influence Le rôle des media Montant de la prime Importance des différents attributs Tendance à changer de compagnie d assurance Différences entre groupe d âge Le rôle des parents Le rôle des professionnels Le rôle du conjoint(e) Le rôle des media L importance des différents attributs La satisfaction par rapport au service de réclamations Différences basées sur le revenu L influence générationnelle La recherche d informations Recherche de conseils La couverture Les sources personnelles Différences basées sur le niveau d éducation le négociateur La couverture La recherche d informations Le décideur ANALYSE STATISTIQUE MULTIVARIÉE CONCLUSION GÉNÉRALE LIMITES DE L ÉTUDE BIBLIOGRAPHIE ANNEXES /338

6 Liste des tableaux Tableau 1 : Sources les plus utilisées lors de la recherche d informations p.24 Tableau 2 : Nombre des soumissions demandées par les répondants...p.28 Tableau 3 : Perception des répondants quant à la facilité à obtenir de l information p.29 Tableau 4 : Pourcentage de jeunes ayant souscrit dans la même compagnie d assurance que leurs parents.....p.35 Tableau 5 : Perception de la prestation des agents / courtiers p.53 Tableau 6 : Activité des répondants en matière d assurance automobile durant les 12 derniers mois.p.57 Tableau 7 : Répartition de l échantillon selon le nombre de fois qu il a changé de compagnie d assurance..p.58 Tableau 8 : Répartition de l échantillon selon le pourcentage de réduction nécessaire pour qu ils changent de compagnie...p.60 Tableau 4.1. Répartition de l échantillon par année de naissance..p.70 Tableau 4.2. Répartition de l échantillon selon le sexe.p.70 Tableau Répartition de l échantillon selon l occupation. p.71 Tableau Répartition de l échantillon selon l occupation. p.71 Tableau Répartition de l échantillon selon l occupation. p.71 Tableau Répartition de l échantillon selon l occupation.p.72 Tableau 4.4. Répartition de l échantillon selon le revenu. p.72 Tableau 4.5. Répartition de l échantillon selon le niveau d études...p.73 Tableau 4.6. Répartition de l échantillon selon le nombre d enfants.p.75 Tableau 4.7bis. Liste des compagnies d assurance... p.76 Tableau 4.9. Répartition de l échantillon selon s il possède ou non l assurance responsabilité civile... p.78 Tableau Répartition de l échantillon selon le nombre d assurances auxquelles ils avaient déjà souscrit p.82 Tableau 4.27.Répartition de l échantillon selon que le répondant est assuré ou non dans la même compagnie que leurs parents.. p.85 Tableau 4.45.Statistiques concernant l importance des différentes sources. p.89 Tableau Répartition de l échantillon selon l importance accordée aux rumeurs. p.90 Tableau 4.73.Répartition de l échantillon selon l étendue des comparaisons.. p.94 Tableau 4.74.Répartition de l échantillon selon le nombre de compagnies auprès desquelles le répondant a demandé des soumissions p.95 Tableau 4.99.Répartition de l échantillon selon qu une soumission s est ou non concrétisée par un achat..p.104 Tableau Répartition de l échantillon selon la personne payant l assurance.. p.106 Tableau Statistiques concernant l importance des différents attributs..p.110 Tableau Répartition de l échantillon selon que le répondant a changé de compagnie ou non...p.112 6/338

7 Liste des schémas Schéma 1 : Les différentes phases du processus décisionnel......p.11 Schéma 2 : Facteurs influençant l état actuel et l état désiré......p.12 Liste des graphiques Figure 4.1. Répartition de l échantillon par année de naissance... p.69 Figure 4.2. Répartition de l échantillon selon le revenu.p.70 Graphe 4.3. Répartition de l échantillon selon le niveau d études p.74 Graphe 4.4. Répartition de l échantillon selon le négociateur.. p.75 Graphe 4.6. Répartition de l échantillon selon le temps écoulé depuis la souscription.p.77 Graphe 4.6.bis : Répartition de l échantillon selon s il possède ou non l assurance responsabilité collision.. p.79 Graphe 4.6ter : Répartition de l échantillon selon s il possède ou non l assurance responsabilité feu, vandalisme p.80 Graphe Répartition de l échantillon selon la couverture......p.81 Graphe Répartition de l échantillon selon s il avait déjà souscrit à une assurance habitation ou non.p.82 Graphe 4.8. Répartition de l échantillon selon le nombre d autres assurances..p.83 Graphe 4.9. Répartition de l échantillon selon la manière dont ils ont connu leur compagnie d assurance actuelle p.84 Graphe Répartition de l échantillon selon le moyen utilisé pour acheter la police..... p.85 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de l influence de ses amis....p.87 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de l influence de la famille..p.88 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de l influence du conjoint(e)...p.88 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de l influence du courtier ou de l agent.p.89 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de la réaction face aux rumeurs.p.90 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance de la réaction face aux rumeurs..p.91 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance des comparaisons effectuées p.94 Graphe Répartition de l échantillon selon opinion par rapport au fait qu Internet permet de gagner du temps.. p.96 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet permet d éviter la pression des agents.p.96 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet permet de demander des soumissions toute la journée. p.97 7/338

8 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet facilite les comparaisons.. p.98 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet évite les déplacements.. p.98 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait que le contact humain est important..p.99 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet est moins gênant qu un échange en face à face. p.100 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion des répondants par rapport au fait qu Internet est plus visuel.p.100 Graphe Répartition de l échantillon le facteur le plus important... p.101 Graphe 4.37 Répartition de l échantillon le deuxième facteur le plus important...p.102 Graphe Répartition de l échantillon le troisième facteur le plus important.p.102 Graphe Répartition de l échantillon selon le nombre de sites Internet que le répondant a consulté.p.103 Graphe Répartition de l échantillon selon le nombre de sites Internet sur lesquels a demandé une soumission.. p.105 Graphe Répartition de l échantillon selon l importance accordée à un avenant.... p.106 Graphe Répartition de l échantillon selon la note donnée aux conseils des professionnels...p.107 Graphe Répartition de l échantillon selon le décideur....p.108 Graphe Répartition de l échantillon selon la durée du processus décisionnel... p.109 Graphe Répartition de l échantillon selon l opinion par rapport au montant de la prime...p.111 Graphe Répartition de l échantillon selon le niveau de satisfaction par rapport au service de réclamations..p.113 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon que les parents l ont ou non conseillé p.115 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon que ses amis l ont ou non conseillé p.116 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon que des professionnels l ont ou non conseillé.p.116 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon que la (le) conjoint l a ou non conseillé.p.117 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon si Internet a joué un rôle lors du processus...p.118 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon le montant de la prime...p.119 Graphe Répartition de l échantillon selon le sexe et selon si le répondant a déjà changé de compagnie d assurance. p.120 Graphe Répartition de l échantillon selon l âge et selon le négociateur...p.121 Graphe Répartition de l échantillon selon l âge et selon qu ils ont souscrit ou non dans la même compagnie que leurs parents.. p.122 Graphe Répartition de l échantillon selon l âge et selon que l assuré a recherché de l information. p.123 Graphe Répartition de l échantillon selon l âge et selon que les parents de l assuré l ont conseillé p.124 8/338

9 Graphe Répartition de l échantillon selon l âge et selon que son conjoint(e) l a conseillé...p.125 Graphe Répartition de l échantillon selon le revenu et selon que l assuré est assuré ou non dans la même compagnie d assurance que ses parents.p.127 Graphe Répartition de l échantillon selon le revenu et selon que l assuré a recherché de l information lui-même. p.128 Liste des abréviations FSA : Faculté des Sciences de l Administration BAC : Bureau des Assurances du Canada SAAQ : Société de l Assurance Automobile du Québec IGIF : Inspecteur Général des Institutions Financières GAA : Groupement des Assureurs Automobile BSF : Bureau des Services Financiers AIRAC :All Industry Research Advisory Council LIMRA: Life Insurance Marketing and Research Association 9/338

10 1 Sommaire exécutif 1.1 Méthodologie Nous avons réalisé une enquête via Internet pour mieux connaître le processus décisionnel des jeunes adultes québécois de 18 à 24 ans en matière d assurance automobile. Nous avons principalement utilisé la messagerie AGORA de l Université Laval (Québéc) pour envoyer un courriel contenant l adresse du site Internet où se trouvait le questionnaire. La récolte des données s est déroulée du 23 septembre au 6 novembre Nous avons obtenu une base de données contenant 300 répondants. 1.2 Faits saillants de l enquête 37.7% des répondants ont laissé leurs parents mener la négociation contre 57.7% qui ont mené cette négociation eux-mêmes. 59.7% des répondants ayant déjà souscrit à un autre type d assurance n ont pas souscrit dans la même compagnie. 61.7% des jeunes ont connu la compagnie par leurs parents, 10.7% par la publicité, les autres réponses les plus souvent citées sont le courtier, les pages jaunes et un proche. 67.7% des jeunes adultes ont souscrit par téléphone, 24.3% dans le bureau d un assureur ou d un courtier et seulement 1.7% via Internet. 62% des répondants ont recherché de l information eux-mêmes, 44.7% ont demandé à leurs parents de rechercher de l information. 63.7% des répondants ont demandé conseil à leurs parents et 25.3% auprès de professionnels. Concernant l importance des différentes sources d influence, 69.7% des répondants ont mis une note 8 (échelle de 1 à 10) pour l influence de la famille, 75% ont mis une note 5 pour l influence des amis, 51% ont mis une note 5 pour l influence du courtier. 63% des répondants accordent de l importance aux rumeurs. 10/338

11 Pour 33% des répondants les pages jaunes ont eu un rôle dans le processus, pour 29.7% Internet a eu un rôle et la télévision pour 19.7% d entre eux. Aucun medium n a eu de rôle pour 34.7% des répondants. 23.3% des répondants ont soumissionné auprès d une compagnie, 17.3% auprès de 2 compagnies et 26% auprès de 3 compagnies. Les facteurs les plus importants sont : la prime (score moyen de ), la couverture (score moyen de 16.16), les services offerts (score moyen de 11.59) puis la réputation (score moyen de 10.56). 81.6% ont mis une note 6 (échelle de 1 à 10) à la qualité de la prestation du courtier/ assureur. 37% des répondants ont déjà changé de compagnie d assurance. 83.8% l ont fait parce qu ils avaient trouvé moins cher. 71% des personnes ayant déjà eu affaire au service de réclamations ont jugé ce service satisfaisant. 73.1% des femmes se font conseiller par leurs parents contre 54.2% pour les hommes. 31% des hommes se font conseiller par un professionnel contre 19.2% pour les femmes. Les hommes prêtent plus attention à la prime tandis que les femmes attachent plus d importance à la couverture, à l attitude du conseiller et aux services offerts. Les hommes ont plus tendance à changer de compagnies que les femmes. Plus les jeunes sont âgés plus ils ont tendance à mener la négociation eux-mêmes plus le pourcentage de jeunes souscrivant dans la même compagnie que leurs parents est faible, plus les jeunes recherchent de l information eux-mêmes plus le nombre de jeunes payant eux-mêmes leur prime augmente. Les jeunes plus âgés font plus appel aux conseils des professionnels. Plus le revenu du jeune augmente moins l influence générationnelle est importante 1 Répartition de 100 points entre 6 attributs (cf. question 33) 11/338

12 plus le pourcentage de jeunes cherchant de l information euxmêmes augmente plus ils font appel aux conseils des professionnels moins ils font appel aux conseils de leurs parents. Plus le niveau d éducation est élevé plus les jeunes ont tendance à négocier eux-mêmes plus ils choisissent une couverture importante plus ils recherchent de l information eux-mêmes plus ils prennent une décision eux-mêmes 1.3 Recommandations Nous avons remarqué qu une bonne majorité des jeunes ayant déjà souscrit à un autre type d assurance ne souscrivent pas pour leur assurance automobile dans la même compagnie d assurance. Les compagnies d assurance manquent donc des occasions de fidéliser les jeunes adultes. Il serait peut être intéressant pour les compagnies d assurance de communiquer davantage avec les jeunes, d effectuer un suivi et de leur développer des tarifs spéciaux s ils regroupent leurs assurances. On note aussi le fort taux de changement de compagnie des jeunes adultes. Les compagnies d assurance devraient développer des programmes de fidélité à l instar de certaines banques. On note également l importance que les jeunes adultes accordent aux rumeurs. Le bouche à oreille joue donc un rôle important d autant plus que les sources personnelles jouent un rôle important dans le processus. Les compagnies d assurance doivent donc fournir un service de qualité notamment lors des réclamations. C est à ce niveau là que les compagnies peuvent fidéliser le consommateur. Les compagnies devraient aussi inciter les jeunes adultes à exprimer leurs mécontentements. Elles devraient aussi s assurer que les agents et les représentants prêtent attention à ces mécontentements et traitent correctement ces plaintes. Nous avons aussi noté l insatisfaction des jeunes adultes vis à vis des publicités TV et des publicités radio. Il serait peut être bon de revoir la conception des publicités. 12/338

13 Les compagnies d assurance devraient aussi prendre en compte le rôle des parents. On pourrait imaginer des réductions ou des tarifs spéciaux lorsque des personnes d une famille souscrivent dans la même compagnie ou offrir une réduction à une personne qui en «parraine» une autre. 2 Mise en contexte Nous allons nous intéresser dans cette étude au comportement d achat des jeunes québécois en matière d assurance automobile. L étude du comportement des jeunes québécois permettra aux compagnies d assurance de mieux répondre à leurs besoins. Elle leur permettra aussi de mieux adapter les outils de communication, de connaître leurs attentes et ainsi de mieux fidéliser les jeunes québécois. Les jeunes québécois ayant entre 18 et 24 ans représentent 9.43% de la population totale du Québec 2, et 11.93% de la population en âge d être assuré. Cette tranche de la population n est donc pas négligeable. Les jeunes ayant entre 18 et 24 ans sont en situation d apprentissage par rapport à un tel achat. C est un achat d autant plus délicat que c est un achat peu fréquent et complexe. De plus, les assurances jouissent d une réputation relativement mauvaise auprès du grand public (Bouchard et al). L étude réalisée par les étudiants de première année, nous montre en effet que 27.5% des répondants ont une mauvaise opinion des compagnies d assurance (6.7% ayant une très mauvaise opinion, 20.8% ayant une opinion pas bonne), 48.7% se disent indifférents. Seuls 20% ont une bonne opinion et 4.2% une excellente opinion. Nous devons aussi tenir compte du fait qu Internet métamorphosera peut-être la façon de faire des transactions donc il vaut mieux connaître leurs besoins en terme d information pour mieux répondre à leurs attentes au niveau d Internet. Par rapport au reste du domaine financier, les assurances accusent un certain retard au niveau d Internet. 2 D après des statistiques publiées sur le site de jeunes ont entre 18 et 24 ans, moins de 18 ans et la population totale est de au 1 er Juillet /338

14 2.1 Objectifs de l enquête Cette étude a pour objectif de mieux connaître le processus décisionnel des jeunes québécois(es) de 18 à 24 ans. Nous nous pencherons plus précisément sur le rôle des différentes sources d informations qu elles soient personnelles ou impersonnelles. Nous essaierons de déterminer s il existe des différences basées sur des caractéristiques socio-démographiques telles que le sexe ou encore l âge. Nous tenterons aussi de déterminer s il existe différents groupes ayant des comportements d achats distincts. 3 Méthodologie 3.1 Collecte de données secondaires «Le processus décisionnel est l ensemble des étapes qui se succèdent, avec d éventuels retours en arrière, jusqu'à la décision finale du consommateur» (B. Dubois, 1990, p. 197). Un certain nombre de variables peuvent avoir un impact sur le choix final, ces variables sont appelées déterminants. Nous allons dans cet essai nous intéresser aux déterminants du processus décisionnel en matière d assurance automobile chez les jeunes adultes de 18 à 24 ans. Ce processus présente quelques particularités. En effet, il s agit d un service, de plus il se peut qu un assuré s il n a pas d accident ne bénéficiera jamais des prestations de la compagnie. Nous verrons tout d abord comment se décompose le processus décisionnel en matière de services. Dans le livre Principles of service marketing and management, Lovelock et Wright découpent le processus en trois phases : la phase avant l achat, la phase de contacts et la phase post-achat. La première est décomposée en trois sous parties : la reconnaissance du problème, la recherche d informations et l évaluation des alternatives. La phase de contacts, elle, est divisée en deux sous parties qui sont la souscription et la livraison du service. La phase post-achat se décompose également 14/338

15 en deux sous parties qui sont l évaluation de la performance et les intentions futures. Voici comment les auteurs schématisent le processus décisionnel pour les services : Schéma 1 : Les différentes phases du processus décisionnel Reconnaissance du problème Recherche d informations -Définir les besoins -Explorer les différentes solutions (différentes couvertures) -Identifier les différentes compagnies d assurance Phase avant Achat Évaluation des différentes compagnies d assurance -Consultation des différents documents disponibles (Brochures, prospectus, magazines, site Internet,.) -Recherche de conseils auprès d autres personnes (Amis, parents, autres clients..) -Visites ou contacts avec des représentants, des agents ou des courtiers Souscription En cas d accident Phase de contacts Livraison du service Évaluation de la performance du service Intentions futures Phase post-achat 15/338

16 Ces étapes ne s appliquent pas forcément dans cet ordre à tous les consommateurs et le temps consacré à chaque phase peut varier. Le consommateur ne passe pas forcément non plus par toutes les étapes. En effet, tous les consommateurs ne prendront pas le temps de rechercher de l information, et ce bien que l achat d une assurance automobile soit complexe (car il n est ni fréquent ni familier et constitue une dépense importante). Enfin le consommateur n aura affaire au service de réclamations que s il a un accident Phase de reconnaissance du problème La reconnaissance du problème a lieu lorsque le consommateur réalise qu il existe un écart entre sa situation actuelle telle qu il la perçoit et un autre état jugé plus désirable. Cette prise de conscience se fait de façon plus ou moins rapide. Le processus n est enclenché que si l écart est suffisamment important Les facteurs influençant l état actuel et l état désiré Le schéma suivant est extrait du livre de Hawkins, Best et Conney (1995). Schéma 2 : Facteurs influençant l état actuel et l état désiré Émotion Culture Décisions antérieures Statut social Développement individuel Groupe de référence Émotion Cycle de vie du foyer État désiré État actuel Situation Situation financière Performance Décision financière des compagnies Développement individuel Groupe de consommateurs Situation Motivation Disponibilité 16/338

17 Ce schéma nous montre combien sont nombreux les facteurs intervenant sur ces deux états, et donc révèle la complexité de ce phénomène. En ce qui concerne les assurances automobiles, l état actuel peut être modifié par : - un contrat venant à terme - un changement de statut de la famille ( un conducteur supplémentaire, ) - L achat d une nouvelle voiture - L obtention d un permis de conduire. Tous ces évènements sont générateurs de besoins nouveaux et permettent d expliquer que le consommateur décide d entamer le processus décisionnel. Le style de vie, la culture, la publicité sont des facteurs influençant l état désiré. En effet, la publicité en matière d assurance projette parfois le consommateur dans une situation non souhaitée et joue sur sa capacité à anticiper ses besoins futurs. Mais il faut également tenir compte du fait que l assurance responsabilité civile est obligatoire. Elle est imposée à l individu et explique aussi en soi le comportement du consommateur La situation désirée dans le cas de l assurance automobile L assurance automobile permet de répondre à un double besoin. En un premier temps, elle satisfait un désir de sécurité qui est un des besoins constituant la base de la pyramide de Maslow après les besoins physiologiques. D une façon plus précise, il s agit d un besoin de sécurité financière en cas de pertes matérielles et pécuniaires qui pourraient survenir lors d un accident. De plus, l assurance automobile procure un bénéfice émotionnel. Charbonnier (1976) met l accent sur le fait que lorsque le consommateur achète une assurance automobile, il achète en fait de la tranquillité d esprit. En effet, le fait de se sentir protégé en cas de sinistre lui permet de diminuer l anxiété causée par la probabilité d un tel évènement. La situation désirée peut aussi être celle d être en conformité avec ce qu exige la loi. 17/338

18 Le désir de résoudre le problème Le consommateur n aura pas le choix de souscrire à l assurance responsabilité civile. Le choix va uniquement résider entre adhérer ou non à l assurance collision et l assurance feu, et celle qui protège le consommateur contre le vandalisme, le bris de vitres et le vol. Les facteurs qui selon Hawkins, Best et Conney (1995) peuvent venir influencer cette décision sont : - les contraintes budgétaires - les contraintes temporelles - l importance du problème aux yeux du consommateur - la situation (l environnement social, physique..) - le degré d insatisfaction, d inconfort provoqué par l écart entre la situation actuelle et la situation désirée - le risque perçu La phase de reconnaissance du problème se termine lorsque l individu admet la réalité du besoin et la nécessité de l achat. Il va ensuite se mettre à la recherche d informations lui permettant de résoudre son problème La recherche d informations La recherche d informations se passe en deux temps. Tout d abord la recherche interne, phase au cours de laquelle l individu cherche des informations stockées en mémoire. La deuxième phase est la recherche externe, le consommateur va chercher des informations dans son environnement. Mais voyons d abord l impact du risque perçu sur cette recherche Le risque perçu Peu de travaux ont été menés pour connaître l impact du risque plus élevé inhérent aux services sur le processus décisionnel (Murray,1991,p.10). Toutefois, nous savons que plus le risque perçu est important, plus la recherche d informations menée 18/338

19 par le consommateur sera importante. Or, l achat d un service est associé à plus haut niveau de risque. En effet, les recherches de Zeithaml 3 ont démontré que les services sont plus difficiles à évaluer avant l achat car il existe très peu d éléments tangibles permettant de juger de la qualité du service, il est en effet impossible de se baser sur des caractéristiques physiques. De plus, contrairement aux produits, il est impossible de tester le produit avant la souscription. Enfin, les consommateurs ont rarement à faire ce genre de choix. Ainsi le risque et l incertitude liés à l achat d un service seront plus importants que pour un produit. L expérience passée du consommateur avec ce genre de service aura donc un impact sur le risque perçu. La recherche d informations aura pour but de diminuer l incertitude par rapport à la qualité du service et de définir une base sur laquelle le consommateur peut évaluer les choix susceptibles de répondre à ses besoins. Le consommateur peut aussi utiliser d autres stratégies afin de diminuer le risque perçu. Outre la recherche d informations et de conseils auprès d amis, de membres de la famille ou de connaissances, le consommateur peut aussi analyser les différentes alternatives qui s offrent à lui, utiliser des indices tels que l image ou la réputation de la compagnie, se baser sur les expériences passées, s accorder une période de réflexion, imiter ou suivre le choix d autres personnes, choisir la première alternative qui paraît satisfaisante, demander conseil à un agent ou bien encore utiliser Internet pour comparer les offres (Lovelock et Wright, 1998). Le risque est soit lié au type de service (ici l assurance automobile) ou à la compagnie d assurance (Rigaux-Bricmont, 1984). Murray (1991) relève 6 types de risque qui sont d ordre financier, social, psychologique, temporel, ou liés soit à la sécurité soit à la performance. Ceux qui s appliquent à l assurance automobile sont le risque financier (lié au remboursement qui peut être ou non équitable), et le risque temporel concernant le délai de remboursement. 3 Zeithaml,V.A., 1981, How consumer evaluation processes differ between goods and services, dans marketing of services, Donnelly James H. et Georgo W.R., eds Chicago, American Marketing Association, p cité par Murray (Murray, 1991) 19/338

20 Les sources utilisées par le consommateur peuvent être classées en deux grands groupes : les sources internes et les sources externes. La consultation de ces deux types de source ayant pour but de diminuer le risque perçu La recherche interne En général, la première source d informations consultée est la source interne. L individu va alors rechercher les informations stockées en mémoire qui pourront l aider à prendre sa décision. Des expériences passées découle une connaissance qui sera utilisée lorsque le consommateur aura des décisions à prendre ultérieurement (Murray, 1991,p 14). Suite à cette recherche interne le consommateur va définir les différentes solutions qui pourraient satisfaire son besoin. L ensemble des options / des compagnies qui lui viennent à l esprit s appelle l ensemble évoqué. Les déterminants de la recherche interne L utilité de cette recherche est liée à la capacité de l individu à retrouver les informations qu il a auparavant mémorisées (Rigaux-Bricmont, 1984) et dépend aussi de son expérience avec ce type d achat ou des expériences similaires. Si aucune décision n est prise suite à la recherche interne, alors le consommateur va se tourner vers des sources externes La recherche externe La recherche externe est définie par Murray (1991, p.11) comme étant «la décision consciente et motivée du consommateur à chercher de nouvelles sources d informations dans son environnement». Les différentes sources d informations Engel et al (1986) classent les sources selon qu elles sont commerciales, personnelles, impersonnelles ou expérientielles. - Les sources personnelles regroupent les opinions, les attitudes, les comportements et les sentiments d amis, de voisins, de collègues et de divers 20/338

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. automobile

Tout connaître. sur l assurance. automobile Tout connaître sur l assurance automobile Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance automobile

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile

Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Faits saillants de la recherche Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511

LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511 LES PARTICULARITES DU PROCESSUS DECISIONNEL D ACHAT SUR LE MARCHE D ASSURANCES 511 Petrescu Marian Faculté de Commerce Ioncică Maria Faculté de Commerce Petrescu Eva-Cristina Faculté de Marketing Ioncică

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Comprendre qu il s agit d un choix difficile pour les Canadiens Aider les courtiers d assurance et les sociétés d assurance à mieux comprendre les

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie Foresters pour l assurance vie Guide sur l assurance vie Qu est-ce que l assurance vie? L assurance vie est un contrat établi entre une personne assurée et un prestataire d assurance vie qui verse un paiement

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France

Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France Creditor Metrics: Les Consommateurs et l Assurance des Emprunteurs en France Présentation du rapport Août 2006 1 Table des matières Page Sur quoi porte cette étude? Quel est le but de cette étude? Quelle

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Conduite dangereuse! L accident. À l aide des renseignements contenus dans le récit de l accident et des documents indiqués ci-dessus :

Conduite dangereuse! L accident. À l aide des renseignements contenus dans le récit de l accident et des documents indiqués ci-dessus : Fiche d activité FA Conduite dangereuse! Mise en situation 4 Le 30 novembre dernier, Juliette revient de Québec où elle a passé une entrevue pour pouvoir travailler dans la salle d opération d un grand

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

GESTION DE RISQUES Août 2007

GESTION DE RISQUES Août 2007 GESTION DE RISQUES Août 2007 Qu est-ce qu un risque? Toute incertitude au sujet d un événement qui menace des éléments d actif Quels sont nos éléments d actif? Les gens : conseils d administration, employés,

Plus en détail

Sondage public 2012 sur les services policiers

Sondage public 2012 sur les services policiers Sondage public 2012 sur les services policiers 2 Sixième sondage public depuis 1995. Le sondage est conçu pour faire comprendre les perceptions des citoyens sur la criminalité i et la sécurité et mesurer

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider

L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider Assurance L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider Nous savons que vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle

Plus en détail

Droit/Recht. La RC-Automobile Enquête sur une liberté retrouvée. de Konsument

Droit/Recht. La RC-Automobile Enquête sur une liberté retrouvée. de Konsument La RC-Automobile Enquête sur une liberté retrouvée En juin 2011 l ACA (Association des Compagnies des Assurances) avait adopté une interprétation fort restrictive du système de Bonus/Malus régi par un

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

La parole aux assurés

La parole aux assurés 30 Budget&Droits 229 - juillet/août 2013 La parole aux assurés Nous étudions régulièrement la qualité des contrats d assurance. Cette fois, nous laissons la parole aux assurés, en particulier à ceux qui

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement

Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement Une approche à multiples niveaux en matière de sécurité des cartes de paiement SANS PRÉSENCE DE LA CARTE 1 Une récente étude

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION Identifiez vos besoins et votre capacité financière En tant qu acheteur, vous devez vous assurer que le véhicule correspond vraiment à vos besoins et à votre capacité

Plus en détail

Introduction à l assurance automobile

Introduction à l assurance automobile Introduction à l assurance automobile 1- les régimes r d assurance d hors Québec 2-le régime r d assurance d au Québec 1-Les régimes r d assurance d hors Québec A- les éléments communs B- les différences

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

D assurance-vie avec participation

D assurance-vie avec participation D assurance-vie avec participation Le Réalisateur Patrimoine et Le Réalisateur Succession Michel Poulin,Pl,fin. Expert-conseil Régional De Commercialisation Ordre du jour Aperçu de l assurance-vie avec

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Introduction Lancé il y a 8 ans, le programme d études sur l

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL La fidélité des clients dans le milieu bancaire par Carine DUMINIL Résumé... La banque a longtemps été un organisme financier qui se contentait de créer des produits de plus en plus performants ; elle

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la santé collective Etude réalisée pour Swiss Life France Contact Ifop : Frédéric Dabi / François KRAUS Directeur d études d opinion 01 72 34 94

Plus en détail

RC Auto. comment s y prendre?

RC Auto. comment s y prendre? RC Auto comment s y prendre? RC Auto Une assurance, pour quels conducteurs et pour quels véhicules? «Pas de voiture» sans assurance Parler de l assurance automobile, c est songer aussitôt à l assurance

Plus en détail

Unité d enseignement

Unité d enseignement Unité d enseignement Volet : Titre : Matière d enseignement recommandée : Autre(s) matière(s) pertinente(s) : Autre matière pertinente : Protéger l argent et les biens Se protéger soi-même, sa famille

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation Wendy Pyper Prendre du retard dans ses paiements LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation au Canada a suscité un certain nombre de préoccupations. En octobre 2001, quelque 44 millions de cartes de

Plus en détail