Agent immobilier Syndic d'immeuble Commerçant Vastgoedmakelaar Syndicus van een onroerend goed Handelaar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agent immobilier Syndic d'immeuble Commerçant Vastgoedmakelaar Syndicus van een onroerend goed Handelaar"

Transcription

1 I. Droit commercial en général Algemeen handelsrecht Bruxelles (9me ch.) 24 avril 2014 R.G. : 2013/AR/1671 Mme M.-F. Carlier, M. H. Mackelbert et Mme C. Heilporn, conseillers, M.P. : M. C. Reineson, substitut du Procureur général Plaid. : Mes. D. Hantson loco M.-Ph. Tordoir c. L. Remacle loco E. Thiry et Ch. de la Vallée Poussin Agent immobilier Syndic d'immeuble Commerçant Vastgoedmakelaar Syndicus van een onroerend goed Handelaar La loi du 11 février 2013 organisant la profession d'agent immobilier ne prévoit pas que tout syndic d'immeuble est un agent immobilier ou que tout agent immobilier qui exerce la seule profession de syndic est nécessairement commerçant. L'agent immobilier est un commerçant parce qu'il réalise des opérations de négociations immobilières qui relèvent du courtage, soit des actes de commerce au sens de l'article 2 du Code de commerce. De wet van 11 februari 2013 houdende organisatie van het beroep van vastgoedmakelaar voorziet niet dat elke syndicus van een onroerend goed een vastgoedmakelaar is of dat elke vastgoedmakelaar die enkel het beroep van syndicus uitoefent, noodzakelijk handelaar is. Expert-comptable Déontologie autorisant le comptable d'être syndic de biens immobiliers Accountant Plichtenleer die de accountant toelaat om syndicus van onroerende goederen te zijn L'article 20 du Code de déontologie des expert-comptables autorise explicitement la possibilité pour le comptable d'être syndic de biens immobiliers, celui-ci est, de ce fait, exclu du champ d'application de la loi organisant la profession d'agent immobilier. Des opérations d'entreprise d'agences et bureaux d'affaires sont des actes de commerce au sens de l'article 2, alinéa 6 du Code de commerce. L'entreprise de bureau d'affaires gère les affaires d'autrui moyennant rémunération. La circonstance que la déontologie des comptables interdit toute activité commerciale ne porte pas atteinte au pouvoir des juridictions ordinaires de reconnaître la qualité de commerçant à toute personne qui remplit les conditions prévues pour acquérir ladite qualité fût-elle soumise à une discipline légalement organisée. Art. 20 van de Code van plichtenleer van de accountants laat de accountant expliciet toe om syndicus van onroerende goederen te zijn, waardoor deze uit het toepassingsgebied wordt gesloten van de wet houdende organisatie van het beroep van vastgoedmakelaar. Verrichtingen van ondernemingen van agentschappen en zakenkantoren zijn daden van koophandel in de zin van art. 2, zesde alinea W.Kh. De onderneming van zakenkantoor behartigt andermans zaken tegen vergoeding.

2 De omstandigheid dat de plichtenleer van de accountants elke handelsactiviteit verbiedt belet de gewone rechtbanken niet om de hoedanigheid van handelaar toe te kennen aan elke persoon die de voorziene vereisten vervult om die hoedanigheid te verwerven, zelfs zo de persoon onderworpen is aan een wettelijk georganiseerde plichtenleer. Expert-comptable Inscription à la Banque-carrefour des entreprises - Présomption de commercialité Gestion des affaires d'autrui - Entreprise d'agences et bureaux d'affaires - Réputée commerciale même lorsqu'elle concerne des opérations de nature civile Accountant Inschrijving in de Kruispuntbank van ondernemingen Vermoeden van commercialiteit Waarnemen van andermans zaken Onderneming van agentschappen en zakenkantoren Wordt als een daad van koophandel aangezien, zelfs indien ze handelingen van burgerlijke aard betreft L inscription à la Banque-carrefour des entreprises constitue une présomption juris tantum de commercialité, qu'il incombe dès lors à la personne inscrite de renverser. Il n'est pas contestable qu'en sa qualité de syndic, l appelante gère les affaires d'autrui. Même si elle le fait en qualité d'organe et de mandataire de l'association des copropriétaires et agit donc, dans ce cadre, au nom et pour le compte de copropriétés qui ont un objet civil, ceci n'exclut toutefois pas qu'elle ait, pour ce faire, développé une activité commerciale d'agent d'affaires en son propre nom. La qualité de la personne pour qui l'agent d'affaires agit ou la nature des actes qu'il accomplit pour celle-ci ne sont pas pertinentes pour l'appréciation du caractère commercial de son entreprise. Les entreprises d'agence d'affaires sont réputées commerciales même lorsqu'elles concernent des opérations de nature civile. De inschrijving in de kruispuntbank van ondernemingen vormt een vermoeden juris tantum van het handelaarschap, dat de ingeschreven persoon dienvolgens dient te weerleggen. Het staat onbetwistbaar vast dat appellante in haar hoedanigheid van syndicus andermans zaken behartigt. Zelfs zo ze dit doet in de hoedanigheid van orgaan en van lasthebber van de vereniging van mede-eigenaars en dus, in dit kader, handelt in naam en voor rekening van de mede-eigendommen die een burgerlijk karakter hebben, dan sluit dit nochtans niet uit dat ze, om dit te doen, in eigen naam een handelsactiviteit als zakenkantoor heeft opgezet. De hoedanigheid van de persoon voor wie het zakenkantoor optreedt of de aard van de handelingen die het stelt voor deze zijn niet van belang voor het vaststellen van de handelsaard van diens onderneming. De verrichtingen van zakenkantoren worden als daden van koophandel aangezien, zelfs indien ze burgerrechtelijke verrichtingen betreffen. (F M c. état belge, service public fédéral finances et Me. Ch. de la Vallée Poussin q.q.) [ ] III. Les faits et antécédents de la procédure

3 1. Mme F. exerce les professions de comptable et de syndic d'immeubles sous la dénomination «Eurocompta». Elle est inscrite à l'institut professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés depuis le 1er juin 1993 et à la Banque Carrefour des Entreprises. Elle a été identifiée à la TVA pour des activités de comptable jusqu'au 25 novembre 2009 et l'est, depuis cette dernière date, pour des activités de location et exploitation de biens immobiliers résidentiels propres ou loués. 2. Par exploit du 2 avril 2013, l'etat belge fait citer Mme F. en faillite devant le tribunal de commerce de Bruxelles. Il fait état d'une créance TVA de ,39 euro. Mme F. conteste sa qualité de commerçante. Par le jugement entrepris, le tribunal de commerce fait droit à la demande de l'etat belge et désigne Me de la Vallée Poussin en qualité de curateur. Mme F. interjette appel de cette décision et demande à la cour de rapporter la faillite. IV. Discussion 3. L'article 2 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites dispose que tout commerçant qui a cessé ses paiements de manière persistante et dont le crédit se trouve ébranlé est en état de faillite (...). En vertu de l'article 1er du Code de commerce, sont commerçants ceux qui exercent des actes qualifiés de commerciaux par la loi et qui en font leur profession habituelle, soit à titre principal, soit à titre d'appoint. Les actes réputés commerciaux sont limitativement énumérés aux articles 2 et 3 du Code de commerce. Pour les personnes physiques, c'est l'activité effectivement exercée qui détermine la commercialité. La notion de commerçant s'apprécie de manière extensive et ce, notamment par une interprétation large des actes de commerce (Verougstraete, Manuel de la continuité des entreprises et de la faillite, éd. 2010, p. 324, n ). 4. Mme F. exerce la double activité de comptable et de syndic d'immeubles. Il n'y a pas de contestation sur la nature civile des activités de comptable de Mme Fernandes-Da Costa. Celles-ci sont exercées dans le cadre d'une profession libérale exclue de la commercialité (A. Autenne et N. Thirion, «L'agent économique : du commerçant à l'entreprise?» in Chronique d'actualités en droit commercial, CUP 2013, vol.143, p. 19).

4 5. Mme F. soutient que ses prestations de syndic de copropriété sont également purement civiles puisqu'elle n'a effectué dans le cadre de celles-ci qu'une activité de «comptable/gestion financière et administrative». Selon l'etat belge, Mme F. est, en tant que syndic d'immeuble, agent immobilier et, à ce seul titre, commerçante. A tout le moins, elle accomplit, en sa qualité de syndic, des opérations d'entreprise d'agences et bureaux d'affaires au sens de l'article 2, alinéa 6 du Code de commerce. 6. La profession de syndic est effectivement réglementée dans le cadre des activités des agents immobiliers (cf. article 3 de la loi du 11 février 2013 organisant la profession d'agent immobilier et ancien article 3 de l'arrêté royal du 6 septembre 1993 protégeant le titre professionnel et la profession d'agent immobilier qui prévoyait qu'exerce l'activité professionnelle d'agent immobilier celui qui, d'une manière habituelle et à titre d'indépendant, réalise pour le compte de tiers la fonction de syndic de biens immobiliers en copropriété). Il s'en déduit uniquement que l'activité de syndic ne peut, en principe, être exercée par un agent immobilier, en qualité d'indépendant, à titre principal ou accessoire, sans être inscrit au tableau des titulaires de la profession ou sur la liste des stagiaires. Ni la loi du 11 février 2013 ni l'arrêté royal du 6 septembre 1993 ne prévoient en revanche que tout syndic d'immeuble est un agent immobilier ni que tout agent immobilier qui exerce la seule profession de syndic est nécessairement commerçant. En effet, il est considéré que l'agent immobilier est un commerçant parce qu'il réalise des opérations de négociations immobilières qui relèvent du courtage, soit des actes de commerce au sens de l'article 2 du Code de commerce. Il est toutefois constant et non contesté qu'en sa qualité de syndic, Mme F. ne pose aucun acte de courtage (cf. à cet égard l'attestation de son comptable - pièce 1 du dossier de Mme F.) mais se limite à des activités de gestion (notamment comptable) et d'administration telles que visées aux articles et suivants du Code civil. Il est par ailleurs établi que Mme F.est inscrite au tableau de l'institut professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés. Or, l'article 20 du Code de déontologie des expertscomptables autorisant explicitement la possibilité pour le comptable d'être syndic de biens immobiliers, celui-ci est, de ce fait, exclu du champ d'application de la loi organisant la profession d'agent immobilier (voy. article 4, alinéa 1er, 1 de l'arrêté royal du 6 septembre 1993 et article 7 de l'arrêté royal du 30 août 2013 relatif à l'accès à la profession d'agent immobilier). A l'instar de l'avocat qui peut également exercer la profession de syndic (cf. le Règlement de l'obfg du 13 avril 2004 relatif à l'avocat syndic d'une association de copropriétaires et Cass., 24 mars 2005, R.G. C F, J.T. 2005, p. 310), le comptable, qui exerce une telle activité, ne devient pas de ce seul fait commerçant (cf. pour l'avocat : Gand, 28 mars 2007, NjW. 2007, 519). 7. L'Etat belge soutient par ailleurs que Mme F. exercerait en sa qualité de syndic des opérations d'entreprise d'agences et bureaux d'affaires au sens de l'article 2, alinéa 6 du Code de commerce.

5 L'entreprise de bureau d'affaires gère les affaires d'autrui moyennant rémunération (Van Ryn et Heenen, Principes de droit commercial, T. I, 2ème éd., n 380 ; Traité pratique de droit commercial, T., I, p.69 ; Cass., 12 mars 1981, Pas., I, 759). «L'appel au public, la dépendance à l'égard de la clientèle, le souci de rendement le meilleur caractérisent l'agent d'affaire» (Van Ryn et Heenen, loc.cit.). Cette catégorie recouvre notamment «les activités d'agences matrimoniales, d'agences de recherches généalogiques, d'auto-écoles, de conseillers juridiques, de conseillers fiscaux, de conseillers comptables etc... Cette catégorie est à ce point large qu'elle serait susceptible d'accueillir les activités d'avocats, si ce n'est que...traditionnellement ces dernières activités ne sont pas considérés comme des actes de commerce parce qu'étant le fait d'une profession libérale» (B. Michaux, Les titulaires des professions libérales : ni vendeurs ni commerçants, RDC 1996, p.604 et s., n 6/a). La circonstance que la déontologie des comptables interdit toute activité commerciale ne porte pas atteinte au pouvoir des juridictions ordinaires de reconnaître la qualité de commerçant à toute personne qui remplit les conditions prévues pour acquérir ladite qualité fût-elle soumise à une discipline légalement organisée (Cass., 9 octobre 1975, Pas. 1976, I, 169 rendu à propos d'un architecte dont la qualité de commerçant a été reconnue en se fondant sur des éléments autres que l'activité normale de l'architecte et débordant du cadre de celle-ci). Mme F.est inscrite à la Banque-carrefour des entreprises. Cette inscription constitue une présomption juris tantum de commercialité (article 33, 2 de la loi du 16 janvier 2003 portant création d'une Banque-carrefour des entreprises, et résultant de l'immatriculation au registre du commerce ou à la Banque-carrefour), qu'il incombe dès lors à Mme F. de renverser. Il n'est pas contestable qu'en sa qualité de syndic, Mme F. gère les affaires d'autrui (les copropriétés). Certes, elle le fait en qualité d'organe et de mandataire de l'association des copropriétaires et agit donc, dans ce cadre, au nom et pour le compte de copropriétés qui ont un objet civil. Ceci n'exclut toutefois pas qu'elle ait, pour ce faire, développé une activité commerciale d'agent d'affaires en son propre nom. Au demeurant, la qualité de la personne pour qui l'agent d'affaires agit ou la nature des actes qu'il accomplit pour celle-ci ne sont pas pertinentes pour l'appréciation du caractère commercial de son entreprise. Les entreprises d'agence d'affaires sont réputées commerciales même lorsqu'elles concernent des opérations de nature civile (G. Ballon, Daden van koophandel, in X., Handels- en economisch recht, Deel 1, Kluwer, 2011, p. 180, n 188; L. Fredericq, Traité, 1946, T. 1, p. 94 et plus spécifiquement sur l'activité civile consistant dans la gérance d'immeubles : C. Del Marmol, «Commerce - Commerçant», R.P.D.P. Complément, T. V, Bruylant, 1977, p. 312, n 53). Le but de lucre est par ailleurs clairement présent puisqu'elle facture ses prestations et a fait de ses activités de syndic partiellement sa profession. La circonstance que les honoraires facturés dans le cadre de ses activités de «syndic d'immeubles» ne sont pas soumis à la TVA (pièce 17 de son dossier), contrairement aux prestations comptables (pièce 2 du dossier), est sans pertinence. Dans le cadre de ses prestations de syndic et comme rappelé ci-dessus, Mme F. agit en effet en qualité d'organe de l'association des copropriétaires et n'est dès lors pas, pour ce motif, assujettie à la TVA (cf. la circulaire TVA n 95/013 ; G. Carnoy, L'ACP, le syndic et la TVA, in Carnet de route en droit immobilier, htttp://gillescarnoy.be/2012/11/07/lacp-le-syndic-et-la-tva).

6 Pour contester l'existence d'une organisation commerciale, Mme F. soutient qu'elle ne dispose pas de bureau ouvert au public et qu'elle n'a pas attiré ce public au moyen de publicité. Il ressort toutefois en l'espèce des éléments soumis à la cour que Mme F. exerce sa profession de syndic pour une clientèle qui ne peut être qualifiée de restreinte puisqu'au cours des années 2012 et 2013 elle a facturé des honoraires de gestion trimestriels à pas moins de 31 copropriétés différentes (cf. pièce 17 de son dossier). Une telle clientèle démontre non seulement un souci de rentabilité mais implique également l'existence d'une organisation commerciale laquelle est d'ailleurs avérée en l'espèce, d'une part, par la présence du mobilier et du matériel informatique qui a été constatée lors d'une saisie pratiquée dans les bureaux de Mme F.(4 bureaux et 5 ordinateurs saisis - cf. pièce 9 de l'etat belge) et, d'autre part, par le recours à des procédés publicitaires puisque Mme F. s'est répertoriée auprès d'infobel sous la rubrique «Offices et gestion d'immeubles» et offre ainsi ses services à qui veut bien les lui confier. C'est sans pertinence qu'elle se réfère à une jurisprudence de la Cour de cassation en matière de précompte immobilier qui est totalement étrangère au cas d'espèce. Il se déduit dès lors des considérations qui précèdent, non pas, comme l'a décidé le premier juge, que toutes prestations de syndic sont «indubitablement des activités commerciales» mais qu'eu égard aux circonstances propres à l'espèce, Mme F. exerce son activité de syndic en qualité d'agent d'affaires et partant de commerçante. [ ] V. Dispositif Pour ces motifs, la cour, Reçoit l'appel mais le dit non fondé ; [ ]

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Luik Onderwerp Assurance. Garantie R.C. après livraison. Contrat. Mauvaise exécution du contrat. L'obligation de délivrance n'est pas couverte par la garantie souscrite auprès

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Bergen Onderwerp Divorce. Loi du 27 avril 2007 réformant le divorce. Droit transitoire. Application de la loi aux procédures en cours au 1er septembre 2007 Datum 15 april 2008

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

Instituut van de Bedrijfsrevisoren Institut des Réviseurs d'entreprises

Instituut van de Bedrijfsrevisoren Institut des Réviseurs d'entreprises Instituut van de Bedrijfsrevisoren Institut des Réviseurs d'entreprises Koninklijk Instituut - Institut royal COMMUNICATION AUX RÉVISEURS D'ENTREPRISES Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be Notre référence

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

La dissolution et la liquidation en un seul acte

La dissolution et la liquidation en un seul acte La dissolution et la liquidation en un seul acte La loi du 25 avril 2014 portant des dispositions diverses en matière de Justice a apporté de nouvelles modifications à l'article 184, 5 du Code des sociétés

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling hof van beroep Luik Onderwerp Mission du curateur d'une faillite. Homologation des transactions. Objet de la mise à la cause du failli. Prépondérance donnée aux intérêts des créanciers Datum

Plus en détail

IV. Entreprises en difficultés Ondernemingen in moeilijkheden

IV. Entreprises en difficultés Ondernemingen in moeilijkheden IV. Entreprises en difficultés Ondernemingen in moeilijkheden Liège (7e ch.) 1 avril 2014 2013/RG/1026 Siège : MMe. A. Jacquemin, MM. X. Ghuysen et Th. Piraprez, conseillers M.P. : MMe. V. Truillet, Substitut

Plus en détail

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be AVIS (1) 2015/02 DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be Notre référence EV/VY/vy Votre référence Date 02 mars 2015 Chère Consœur, Cher Confrère, Concerne

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Curator. Hypothecaire inschrijving namens de gezamenlijke schuldeisers Datum 2 mei 2013 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan onderworpen zijn aan

Plus en détail

Consultation. BROBA II 2003 Projet de décision de l Institut belge des services postaux et des télécommunications

Consultation. BROBA II 2003 Projet de décision de l Institut belge des services postaux et des télécommunications Consultation BROBA II 2003 Projet de décision de l Institut belge des services postaux et des télécommunications Aspect Basic SLA - Provisionning Timer Escalation Interpretation Pour répondre aux exigences

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 I. Droit pénal Infraction se rattachant à l exécution d un contrat de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : A.10/00346 Rép. :1255 Date: 14.03.2011 œpie NON Sk3NEE ast 79'.2 C, Exemption citi droit d'ex An. 2$0 2 du. cc* déle droite crenspyorreern 1 LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

L activité indépendante vis-à-vis des assurances sociales Olivier Grometto, Directeur du département de promotion

L activité indépendante vis-à-vis des assurances sociales Olivier Grometto, Directeur du département de promotion Fédération des Entreprises Romandes Genève L activité indépendante vis-à-vis des assurances sociales Olivier Grometto, Directeur du département de promotion L activité indépendante dans l optique des assurances

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Assurances sociales et activité indépendante

Assurances sociales et activité indépendante Assurances sociales et activité indépendante Olivier Grometto Directeur, département de promotion, FER Genève Petit déjeuner des PME et start-up octobre 2013 Assurances sociales et activité indépendante

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Onroerend goed. Makelaarsactiviteiten. Opsporing van kopers. Notaris. Geoorloofd karakter Datum 11 juni 2010 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise.

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise. Note relative au gestionnaire de transport 1/ La notion de gestionnaire de transport A) Définition du gestionnaire de transport Transposant la réglementation européenne (règlement n 1071/2009, 21 oct.

Plus en détail

Source administrative

Source administrative SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Source administrative BCE : Banque-carrefour des Entreprises Informations générales La Banque-Carrefour des Entreprises est un registre créé au sein du Service

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT : CONTRAT DE SYNDIC Mandat n.. ENTRE LES SOUSSIGNÉS : «Le syndicat des copropriétaires» du... Représenté par le Président de Séance... Agissant en exécution de la décision de l assemblée générale du... Ci-après

Plus en détail

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété

Recommandation n 11-01 relative aux contrats de syndics de copropriété C.N.E.C. - Brève... octobre 2011 Contrats de syndics de copropriété Recommandation de la Commission des clauses abusives adoptée le 15 septembre 2011 sur le rapport de Mme Raphaëlle PETIT-MACUR Recommandation

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Transmission de documents aux commissions parlementaires

Transmission de documents aux commissions parlementaires Tribunal cantonal - Le Château - CP 24-2900 Porrentruy 2 Service du personnel de la République et Canton du Jura Rue du 24-Septembre 2 2800 Delémont Porrentruy, le 1 er mars 2010 Transmission de documents

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Landverzekering. Overeenkomst. Verschillende risico's. Verzwijging of onjuiste mededeling. Nietigheid. Datum 9 juni 2006 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise.

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise. - CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL Affaire n 44308: centre-medical-louise.be 1. Les parties 1.1. La plaignante

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Traitement comptable de contrats de factoring Projet d avis Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un contrat conclu avec un organisme

Plus en détail

L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants

L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants DROIT FISCAL L alourdissement récent de la responsabilité des dirigeants Jean-Marie Cougnon Expert-comptable Conseil fiscal A lire l exposé des motifs de la loi-programme du 20 juillet 2006, la nouvelle

Plus en détail

Observations Notariat et négociation immobilière*

Observations Notariat et négociation immobilière* JURISPRUDENCE DE LIEGE, MONS ET BRUXELLES 2009/37-1761 Observations Notariat et négociation immobilière* 1. L arrêt prononcé le 15 juin 2009 par la première chambre de la cour d appel de Mons 2 a généré

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

K0"NG"EJCOR"F)CRRNKECVKQP"FG"NC NQK"FW"4"LCPXKGT"3;92

K0NGEJCORF)CRRNKECVKQPFGNC NQKFW4LCPXKGT3;92 AGENCE IMMOBILIERE L'agent immobilier est un intermédiaire qui n'agit pas pour son propre compte ; c'est un mandataire tenu d'une obligation de diligence et rémunéré par une commission. Son rôle professionnel

Plus en détail

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ;

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ; 1/7 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 39/2012 du 9 mai 2012 Objet : demande d'autorisation formulée par l'agentschap voor Binnenlands Bestuur (Agence des Affaires intérieures) de

Plus en détail

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux La détermination du résultat imposable de l entreprise individuelle industrielle et commerciale suppose, avant toute étude des

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Art.341 WIB 1992. Indiciaire aanslag. Inlichtingen door de belastingplichtige verstrekt in antwoord op een vraag om inlichtingen omtrent zijn privéleven. Datum 4 januari

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Arbeidshof te Bergen Onderwerp Contrats de travail. Réglementation générale. Diminution des prestations de travail pour raisons médicales. Assiette de calcul de l'indemnité de rupture Datum

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/16 - Le traitement comptable des comptes de tiers. Avis du 6 juillet 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/16 - Le traitement comptable des comptes de tiers. Avis du 6 juillet 2011 I. Introduction COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/16 - Le traitement comptable des comptes de tiers Avis du 6 juillet 2011 1. Certains professionnels sont amenés à recevoir et à manier des

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/10 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 20/2013 du 27 juin 2013 Objet: demande d autorisation d accès à la base de données de la Direction pour l Immatriculation des Véhicules

Plus en détail

Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage

Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage Introduction Les dispositions des articles 402 et 403 du Code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après : CIR 92) ont été modifiées par la loi-programme

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC DE COPROPRIETE

CONTRAT DE SYNDIC DE COPROPRIETE CONTRAT DE SYNDIC DE COPROPRIETE ENTRE LES SOUSSIGNES L'association des copropriétaires de l'immeuble situé à... et représentée par le Conseil de Gérance ou à défaut, par. dûment mandatée à cette fin en

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES. Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES. Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge COMMISSION DES NORMES COMTPABLES Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge Avis du 4 septembre 2013 1 I. Introduction 1. Pour le traitement comptable

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE...

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises 2. Bas i s reg el s voor een g ezon d f i n an ci eel b el ei d Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises MISSIONS SPÉCIFIQUES DU RÉVISEUR D ENTREPRISES DANS

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.04.0501.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.04.0501.F D. E., mandataire de : a. D. C., b. D. C., c. D. E., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI relatif à l'institution d'un régime complémentaire d'assurance vieillesse et survivants

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge. Numéro du rôle : 599 Arrêt n 25/94 du 22 mars 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge. La Cour d'arbitrage, composée

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Article 1 : Ensemble de tâches Acerta (Sud) Secrétariat Social asbl», appelé ci-après «Acerta «se charge d effectuer les formalités ou tâches administratives

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE Entre les parties soussignées : A.1. L association des copropriétaires de la résidence inscrite à la BCE sous le n dont le siège est situé Ici représentée par agissant

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/15 - Réductions de valeur sur créances assurées, couvertes par une assurance-crédit Introduction Avis du 6 juillet 2011 Des créances commerciales naissent

Plus en détail

DEMANDE DE TRANSFERT AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE

DEMANDE DE TRANSFERT AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE DEMANDE DE TRANSFERT AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE La demande de TRANSFERT au tableau des EXTERNES doit être formulée par écrit à l attention de la Chambre exécutive francophone

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 Consulter le jugement du tribunal (fichier PDF image, 1 570 Ko) Numéro : tgig090518.pdf ANALYSE 1 copropriété, clause relative à la durée

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/017 DÉLIBÉRATION N 14/012 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AUX AUDITORATS

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES AGENCE PIERRE&PARTNERS ORGANISME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES Formation validant

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité?

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité? DROIT : Faire un cas pratique pour chaque séance. Article L 121-1 Le droit commercial : sont commerçants ceux qui exercent des actes de commerces, une activité à titre professionnel, habituelle. A quel

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Langue de la procédure : le néerlandais

Langue de la procédure : le néerlandais BENELUX-GERECHTSHOF COUR DE JUSTICE BENELUX A 98/1/16 ARREST van 6 december 1999 in de zaak A 98/1 ------------------------- Inzake : KIPLING tegen GB UNIC, en mede inzake PARIMPEX Procestaal : Nederlands

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement. Avis du 6 octobre 2010

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement. Avis du 6 octobre 2010 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement Avis du 6 octobre 2010 Introduction Sous les actifs immobilisés sont portés les éléments du patrimoine destinés à servir de façon

Plus en détail

DEMANDE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE

DEMANDE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE DEMANDE DE RÉINSCRIPTION AU TABLEAU DES EXTERNES INFORMATIONS ET DOCUMENTS À JOINDRE La demande de réinscription au tableau des externes doit être formulée par écrit à l attention de la Chambre exécutive

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Copropriété & accessibilité

Copropriété & accessibilité Note technique Copropriété & accessibilité Résumé de la législation relative aux travaux d accessibilité des BHC (Bâtiments d Habitation Collectifs) existants Les copropriétés relèvent de la réglementation

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES - 1 - Article 1 : Hiérarchie des documents de référence En cas de conflits entre les Statuts et les présentes conditions, il convient de se référer aux dispositions légales en vigueur. De la même manière

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES L acompte sur dividende face au dividende intercalaire Avis du 14 janvier 2009 La Commission a été interrogée sur le mode de calcul, la périodicité et la comptabilisation

Plus en détail