ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES."

Transcription

1 ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES. COLLOQUE DU JEUDI 14 JUIN 2012 (Salle des audiences solennelles de la cour d appel, Palais de Justice) PRESENTATION DES TRAVAUX ET DU LIVRE ACTUALITE DE LA CONTINUITE, CONTINUITE DE L ACTUALITE (Sous la direction de Mes Alain Zenner et Marc Dal) Intervention de Me Alain Zenner Synthèse de ses Considérations conclusives 1. - Dans Mort à crédit, Louis-Ferdinand Céline clamait qu «on ne meurt pas de ses dettes. On meurt de ne plus pouvoir en faire». Voilà, si je puis dire, le constat qui a servi d exergue à nos Etats généraux, centrés sur les interrogations suscitées par la loi relative à la continuité des entreprises. Mes considérations conclusives sur ces Etats généraux se déclinent en quatre parties : un exorde ; un titre sur les entraves au succès de la loi ; et deux volets consacrés à nos contributeurs externes, Mme Rigaux et M. Duplat. Exorde 2. - Je commence mon introduction par vous rendre un hommage de plus, M. le Bâtonnier : pour l initiative, pour la méthode et pour le format de ces Etats généraux. Et j évoque l esprit qui a présidé à nos travaux, en recourant à la formule élégante de Me Jean-François van Drooghenbroeck, que vous apprécierez à la lecture du livre publié aux Editions Larcier Je justifie ensuite le titre de ce livre. Si elle a connu une croissance exceptionnelle du niveau de vie, ma génération des babyboomers a toujours vécu d une crise à l autre : je vous renvoie à l anamnèse que j en livre dans mon rapport. Or si l on examine les réponses judiciaires qui ont été apportées aux entreprises en difficulté au cours du demi-siècle écoulé, il s observe que les solutions proposées ont pour l essentiel toujours été tissées sur la même trame et suscité les mêmes interrogations dans la doctrine ou la jurisprudence. Au-delà de l actualité de la continuité qu apporte la publication, il s observe donc bien une continuité dans cette actualité. J en arrive ainsi à la première conclusion qui se dégage de nos travaux, à savoir qu il serait inutile, après seulement trois années d expérience, de songer à une nouvelle réforme. Ceci bien évidemment sans préjudice aux ajustements ponctuels dictés par l expérience dont l évaluation en cours établirait le besoin.

2 Demi-succès ou demi-échec? 4. - La loi relative à la continuité des entreprises connaît d ailleurs un francs succès, c est une évidence, même si ce succès est relatif. On peut parler de demi-succès ou de demi-échec : succès au regard du nombre de procédures ouvertes ; échec, au regard du nombre d entreprises en réorganisation ou réorganisées qui finissent quand même tôt ou tard dans la case faillite. Manifestement, trop de procédures sont ouvertes inutilement, et sans doute devrons-nous resserrer le portail. Il faut aussi vaincre d autres entraves au succès des PRJ. Nos travaux confirment la nécessité d une clarification de plusieurs dispositions controversées, d une plus large information des entreprises, d une formation continuée des acteurs de la loi, et d une action pédagogique de soutien à la notion de deuxième chance. Voilà la deuxième conclusion que je vous propose. Laxisme? Tous les abus peuvent être sanctionnés 5. - Parmi ces entraves au succès de la loi figurent les abus trop nombreux auxquels elle est accusée de prêter. Mais à tort : la troisième conclusion qu appellent nos travaux, c est que la loi offre déjà aux tribunaux tous les moyens nécessaires pour contrer ces abus. Ainsi de l arme anti-abus par absolu, l article 8 de la loi sur les faillites, tel qu amendé par l article 76 LCE, qui facilite le dessaisissement des dirigeants des entreprises en faillite virtuelle. De manière surprenante, plusieurs présidents pensent encore qu ils ne peuvent pas recourir à cette mesure pendant le sursis, alors qu elle a été facilitée précisément pour contrer les abus de la procédure de réorganisation judiciaire. Le commentaire de l article 76, que je rappelle dans mon rapport, le confirme expressément. La réforme de l article 8 met donc les tribunaux de commerce en mesure de conserver l initiative dans la déclaration des faillites et de tuer dans l œuf des réorganisations vaines. C était bien le but de législateur. Mais les tribunaux disposent de bien d autres moyens, qui ne doivent pas nécessairement être poursuivis par les créanciers, le ministère public ou d autres intéressés. Ainsi Mes Caroline Verbruggen et Sylvie Van Ommeslaghe proposent-t-elles une théorie générale de l abus de droit en matière de réorganisation judiciaire et des exemples nombreux de ses applications. Plusieurs autres auteurs vont dans le même sens, en illustrant leurs propos à l aide de la jurisprudence, souvent inédite. 2

3 Pour sa part Me Marc Dal rappelle opportunément à nos confrères l obligation déontologique de loyauté, qui les oblige notamment à vérifier la réalité des informations fournies par leurs clients aux juge délégué, aux créanciers et aux travailleurs. Je voudrais souligner ici ce truisme que la vaste majorité des demandeurs en réorganisation ou d autres intéressés interviennent à la procédure par le truchement d un conseil, et qu il n y a donc en général abus que si le barreau y prête la main. Or, assister un client, ce n est pas tirer sans discernement toutes les ficelles judiciaires pour gagner du temps ou de l argent. Je cite dans ma contribution l arrêt de 2010 de la Cour de cassation qui décide que «Lorsqu il n a d autre but que de nuire aux intérêts des parties adverses, notamment de rendre l exercice d une voie de recours par celles-ci plus difficile, plus lent, ou plus onéreux, un acte de procédure est constitutif d abus de droit». Ne rappelleriez vous pas ces principes dans votre Lettre périodique, Monsieur le Bâtonnier? La guerilla de l ONSS et du fisc 6. - Ma quatrième conclusion est que le plus grand péril qui pèse sur le succès de la réforme de 2009 tient au refus de l ONSS et du fisc du sort réservé à leurs créances, et dans l ambiguïté des organisations patronales et syndicales et du gouvernement fédéral à ce sujet. L objectif du législateur en matière de classification des créances publiques a été inscrit au fronton de la loi : il s agissait d assurer «le traitement égal de tous les créanciers, qu ils soient publics ou privés, et de faire en sorte que chacun de ces derniers apporte sa juste part au redressement de l entreprise dans l intérêt général». L ONSS et le fisc ne l ont pas encore digéré et persévèrent dans la guerilla judiciaire que l office avait déjà entreprise sous le régime du concordat judiciaire, heureusement toujours en vain. Certains receveurs prétendent aujourd hui commuer systématiquement leur statut de créanciers sursitaires ordinaires en créanciers sursitaires extraordinaires en recourant à leur hypothèque légale dès le dépôt d une requête. Dans leur contribution Mes Van Aelst et Gossiaux condamnent cet abus, et la cour d appel de Liège vient de rendre un arrêt très positif à ce sujet qui sera très prochainement publié au J.T. Constatant qu ils perdaient la bataille judiciaire, le fisc et l ONSS ont cru pouvoir reprendre la main par la voie législative, en faisant insérer subrepticement des dispositions de faveur dans des lois salmigondis, d ailleurs largement passées inaperçues. En début d année encore ils se sont assurés de la faculté, inscrite dans la dernière loi programme, d étendre par arrêté royal l application du mécanisme dit «de la responsabilité solidaire» en vigueur dans le secteur de la construction, à tous autres fournisseurs de travaux ou de services, quel que soit leur secteur. Bientôt tous les fournisseurs de travaux ou de services pourraient être tenus de payer la moitié des factures émises à leur charge par un débiteur en réorganisation à l ONSS et au fisc en couverture de dettes sociales et fiscales sursitaires nonobstant le sursis : quel sera encore dans tel cas l effet de celui-ci, et que restera-t-il au débiteur pour financer sa poursuite d activité? 3

4 J exhorte les juridictions consulaires à ne pas céder, en étant attentives aux deux questions que posent ces dispositions et aux réponses que je propose dans ma contribution. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle : quousque tandem? 7. - Je me tourne maintenant vers Mme Rigaux. La lecture de votre panorama de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle dans le domaine de l insolvabilité illustre que, dans une matière qui «est par excellence le siège de l inégalité», comme vous le constatez, la Cour est dotée d un pouvoir encore plus délicat à manier que dans d autres matières et qu il devrait être exercé «les mains tremblantes». Du premier arrêt récent de la Cour à propos de la loi, vous nous dites que son apport essentiel tient à ce qu elle y applique le principe que la règle d égalité «s impose non seulement au législateur et à l administration mais s applique aussi aux relations juridiques entre les personnes privées», et vous nous dites qu il pourrait déboucher sur «une épopée»! Je vous crois volontiers, mais je frémis! Certes, s agissant des plans de réorganisation, les tribunaux de commerce recourent déjà depuis quelques mois à ce principe pour apprécier les contestations sur les propositions de paiement. Leurs décisions montrent en tout cas que le principe n est pas facile à manier : les juges l utilisent avec un bonheur variable, c est-à-dire en posant des jugements de valeur très différents en fonction de leurs sensibilités propres, au point où personne ne peut plus dire où se trouve le curseur. Mais, au-delà des plans de réorganisation, la portée «horizontale» du principe d égalité constitutionnelle ne me paraît pas encore avoir été mesurée, du moins parmi les praticiens du droit commercial : désormais toute inégalité de traitement quelconque émanant d une entreprise devrait être susceptible de «justification raisonnable». Or pareille justification a posteriori des différenciations en matière commerciale sera sans doute souvent bien malaisée. A y réfléchir, on se demande si l application de la théorie de «l horizontalité» dans une matière qui se rattache au droit des obligations est bien conciliable avec le principe de l autonomie de la volonté qui en forme le socle. N y a-t-il pas là une incongruité majeure, surtout lorsque la distinction entre différenciation licite et discrimination prohibée repose sur des critères aussi lâches? Je pose la question : le cafetier socialement ou fiscalement endetté ils sont malheureusement légion dans l Horeca! - pourra-t-il encore payer son brasseur pour s assurer de nouvelles fournitures, sans apurer ses impôts et cotisations sociales arriérées, et inversement : pourra-t-il payer ces charges publiques s il a une ardoise envers le brasseur? Devrai- je m interdire, si je connais des fins de mois difficiles, de payer mon boucher, sans payer simultanément, et dans la même proportion, mon boulanger? Quelles seront les considérations qui paraîtront acceptables pour justifier cette différenciation? Je vous renvoie aux autres exemples que je fournis dans ma contribution, et qui ne sont pas farfelus : ils ont 4

5 été évoqués par la doctrine américaine à propos d un arrêt curieux de la cour d appel de Bruxelles. Vous vous interrogez vous-même, Mme Rigaux, sur le risque d insécurité juridique démultiplié qu entraîne cette évolution, mais vous vous montrez beaucoup plus optimiste que je ne le suis. En France les QPC sont subordonnées au filtre de la Cour de cassation ou du Conseil d Etat pour éviter tout excès. D autres cours constitutionnelles appliquent sagement le principe de l «appréciation marginale» et ne condamnent la loi que si elle est dénuée de toute explication rationnelle. Notre Cour constitutionnelle s est quant à elle érigée en «juge de l opportunité de la loi», selon l expression du président Verougstraete. Cette situation est-elle durable? Je ne suis pas le premier à m interroger en ce sens. Dans ma contribution je cite, outre les réflexions critiques réitérées de M. Verougstraete, les interrogations du Professeur Delperée, les propos virulents de Mme Moreau-Margrève, les questions du bâtonnier Henry La cinquième conclusion que je vous propose est - pour reprendre la formule par laquelle, en terminant votre rapport, vous tracez le chemin de la Cour constitutionnelle qu il faut l aider (je vous cite) à «faire en sorte que la fiction fondatrice de l Egalité ne devienne pas fantasme». J espère qu il est encore temps. La prévention des faillites 8. La clef de voute de la continuité, c est évidemment la prévention des faillites. Cette prévention a toujours été le souci de M. Duplat, à la tête du tribunal de commerce où, à quelques pas d ici, au-delà du «Pont des soupirs», vous présidiez «Business Focus», ou en tant que président de la C.B.F.A. Votre contribution nous apprend à dégager la «substantifique moelle» du bilan et de ses annexes, en termes de «clignotants». Plus important encore est le fait qu au delà de l enseignement de leur lecture, vous soulignez (je vous cite) «que les services de dépistage ont pour vocation, lorsqu un redressement s avère impossible, de veiller à ce que la faillite soit prononcée SANS RETARD et ce pour éviter de porter préjudice aux créanciers et (ou) aux concurrents». Et, disant les choses telles qu elles sont, vous ajoutez : «J ai le sentiment que l on ne tient pas suffisamment compte des intérêts légitimes des créanciers et concurrents lorsqu une entreprise n a guère de chances de se redresser. Nos tribunaux ne tardent-ils pas à prononcer des faillites alors même que la situation est sans issue? Le régime de la continuité ne peut s appliquer que si les chances de succès sont réelles». M. Duplat, vous avez a plus que raison. Contrairement à ce qui se ressent généralement du fait des préoccupations à court terme liées à l emploi, l intérêt général serait servi par une appréciation plus stricte des conditions de la faillite, c est-à-dire par plus de rigueur. 5

6 Le rapport très intéressant que nous livrent Mes Anne Vallery et Elise Hujoel sur «La loi sur la continuité des entreprises à l épreuve du droit de la concurrence» aborde de manière novatrice ce dilemme qui oppose une vison micro-économique du phénomène de la défaillance, centrée sur l entreprise en difficulté et l emploi qui en dépend, à une vision macro-économique, centrée sur une appréhension globale du marché et des conditions de la concurrence. La sixième conclusion qui se dégage de nos travaux, c est qu il est absolument nécessaire de repenser la prévention, et notamment la procédure d alerte à charge des professionnels du chiffre, et le fonctionnement des enquêtes commerciales, de manière à ce que, faute de réorganisation, les faillites soient déclarées à bonne heure. La meilleure prévention des difficultés des autres entreprises, c est en effet de ne pas hésiter à déclarer la faillite de celles qui en remplissent déjà les conditions. Epilogue Voila M. le Bâtonnier. L agenda ne m a pas permis de citer tous les contributeurs et je les prie de m en excuser. Je les remercie en tout cas tous pour leurs rapports, et je salue tout particulièrement les équipes dont l insolvabilité n est pas la tasse de thé quotidienne. A tous, un grand merci. Et à vous, Mmes et MM., bonne lecture! 6

7 ACTUALITE DE LA CONTINUITE. CONTINUITE DE L ACTUALITE TRAVAUX DES ETATS GENERAUX SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES 14 juin 2012, de 16 à 18h15 Palais de justice de Bruxelles Salle des audiences solennelles de la cour d appel de Bruxelles Trois ans après l entrée en vigueur de la loi relative à la continuité des entreprises, auréolée de son succès statistique mais accusée de laxisme et affaiblie par certaines dispositions de la dernière loiprogramme, et parallèlement à l évaluation politique de la loi entreprise par la FEB, le bâtonnier de l Ordre français des avocats a pris l initiative de promouvoir au sein de son barreau une réflexion des spécialistes des diverses réglementations qui affectent la prévention des difficultés d entreprises et de la réorganisation judiciaire sur un nombre d interrogations techniques apparues entretemps. Ainsi la loi nouvelle a-t-elle été abordée d un œil neuf, sous d autres prismes que celui sous lequel est l est généralement par les praticiens du droit de l insolvabilité, et se trouve-t-elle enrichie de contributions nourries par un corpus académique et une expérience dont ces praticiens ne sont pas familiers. L ouvrage reprenant les travaux sera disponible le jour du colloque. 16h00 : accueil Jean-Pierre Buyle, bâtonnier de l Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles 16h10 : Le droit de l insolvabilité à l épreuve de la règle de l égalité, une analyse de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle Marie-Françoise Rigaux, professeur aux F.U.S.L., référendaire à la Cour constitutionnelle 16h20 : droit constitutionnel et administratif Michel Kaiser, avocat, collaborateur scientifique à l UCL 16h30 : droit civil Caroline Verbruggen, avocat 7

8 16h40 : droit judiciaire Jean-François Van Drooghenbroeck, avocat, professeur à l UCL et aux FUSL 16h50 : droit des créanciers Vanessa de Francquen, avocat 17h : droit bancaire Cédric Alter, avocat, maître de conférences à l ULB 17h10 : Détection des entreprises en discontinuité ou menacées de le devenir Jean-Louis Duplat, président honoraire de la CBFA, administrateur de sociétés 17h20 : droit de l insolvabilité Alain Henderickx, avocat, syndic des curateurs de Bruxelles 17h30 : droit social Emmanuel Plasschaert et Luc Bihain, avocats 17h40 : droit fiscal Mikaël Gossiaux, avocat, 17h50 : droit européen et international Vanessa Marquette, avocat, maître de conférences à l ULB 18h : conclusions Alain Zenner, avocat Prix : 25 EUR (sans ouvrage), 130 EUR (avec ouvrage) Compte n BE Renseignements / inscriptions : Tel : 02/

Gérard Delvaux. Eric Van den Broele. Introduction... 11. Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13

Gérard Delvaux. Eric Van den Broele. Introduction... 11. Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13 Table des matières Table des matières Introduction... 11 Gérard Delvaux Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13 Eric Van den Broele Chapitre 1. Loi concernant la lutte contre le retard

Plus en détail

Actualités du droit de l entreprise en difficulté

Actualités du droit de l entreprise en difficulté 1 Actualités en matière de liquidation (déficitaire)......... 7 Roman AYDOGDU assistant à l U.Lg. Les procédures judiciaires menées par ou contre une société en liquidation.........................................

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...5. 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7

Table des matières. Remerciements...5. 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7 Table des matières Remerciements...5 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7 Fabrice MOURLON BEERNAERT Avocat (LMBD Prioux) Juge suppléant au Tribunal de commerce de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-486 QPC du 7 octobre 2015 (M. Gil L.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 7 juillet 2015 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 769 du même jour), dans les conditions

Plus en détail

CIRCULAIRE. La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises entrent en vigueur le 1 er août 2013 S.

CIRCULAIRE. La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises entrent en vigueur le 1 er août 2013 S. Annick Hellebuyck Conseiller Département affaires sociales T +32 2 515 08 58 F +32 2 515 09 13 ah@vbo-feb.be CIRCULAIRE La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises

Plus en détail

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Préface 7 Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Premier commentaire de la proposition de loi relative à la continuité des entreprises 11 Alain Zenner Section 1 : Introduction 11 De l

Plus en détail

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4035 Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 44, alinéa 2, de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire, posée

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T Numéro du rôle : 2013 Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 73 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par le Tribunal de commerce

Plus en détail

Table des matières. A. Les opérations susceptibles d entrer en compte 23 B. Convention de remboursement de compte et conflits d intérêts 24

Table des matières. A. Les opérations susceptibles d entrer en compte 23 B. Convention de remboursement de compte et conflits d intérêts 24 Table des matières Introduction 7 Marc Bourgeois et Xavier Pace Les comptes courants d associés : questions choisies en droit commercial et en droit des sociétés 11 Déborah Gol Introduction 11 Chapitre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s )

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s ) Laurence Idot Professeur Agrégé à l Université Paris I-Panthéon/Sorbonne vice-présidente de l Association Francaise d Etude de la Concurrence (AFEC) 12, place du Panthéon 75 005 Paris Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Table des matières PARTIE 1. Copropriété et couple... 7. 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière... 9

Table des matières PARTIE 1. Copropriété et couple... 7. 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière... 9 Table des matières Sommaire................................................................... 5 PARTIE 1 Copropriété et couple....................... 7 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière...........

Plus en détail

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES Livre blanc MAITRE LATSCHA NOVEMBRE 2015 " NOS PLUS GRANDS HEROS SONT NOS CHEFS D ENTREPRISE " Maître Latscha 1 A PROPOS DE L'AUTEUR Henri

Plus en détail

REFLEXIONS SUR ******

REFLEXIONS SUR ****** REFLEXIONS SUR QUEL INTERET LEGAL POUR L ADJUDICATAIRE RETARDATAIRE? Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe Selon le décret du 27 juillet 2006 pris pour

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP

LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP CAP Avis sur prop Verougstraete du 01.09.12 LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP OBSERVATIONS SUR LA PROPOSITION VEROUGSTRAETE DU 1 er SEPTMEBRE

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Procédures collectives Européennes

Procédures collectives Européennes + Procédures collectives Européennes Yves BRULARD Avocat associés DBB Chargé d enseignement UCL Mons Expert pour la Commission UE Paris Bruxelles - Mons + Cadre juridique actuel et prochain Bref rappel

Plus en détail

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Droits moyens d actions Stéphane Dantinne 1 Objectif préserver, sous le contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l

Plus en détail

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle»

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» (Du 5 mars 2012) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Le

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7 Table des matières 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation...... 7 Michèle GRÉGOIRE doyenne de la Faculté de droit de l U.L.B., avocate Vanessa DE FRANCQUEN collaboratrice scientifique

Plus en détail

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes Discours prononcé par M. Gilles Johanet Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Monsieur le Président du Sénat Monsieur le Président de

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction

Textes de référence : Table des matières. Introduction LES PROCEDES COMMINATOIRES EQUIVALENTS OU VOISINS DE L ASTREINTE DANS LE SYSTEME JURIDIQUE DU PORTUGAL Textes de référence :! Article 829-A du Code Civil Portugais (rédaction du Décret-Loi n 262/83 du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS Monsieur André SCHEEN Président du CPAS PLOMBIERES Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 3 Plombières-DISC-FSGE-FMAZ-PVA Objet: Rapport d inspection intégré Monsieur le Président, J ai

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS Monsieur Alain DESMIT Président du CPAS Rue de la Siroperie, n 7/1 4630 SOUMAGNE Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS Soumagne-L65C-FMAZ-PVA Objet: Rapport d inspection intégré Monsieur

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24)

Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24) COMMISSION 2 Olivier GAZEAU, Président, Notaire à Malemort-sur-Corrèze (19) Stéphanie BLIN, Rapporteur, Notaire à Montpon-Ménestérol (24) Christophe SARDOT, Rapporteur, Notaire à Lyon (69) Auditorium Mardi

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise FORMULAIRE D INSCRIPTION à renvoyer à l IJE, rue des Sols 8, 1000 Bruxelles Par la présente, je souhaite poser ma candidature comme membre de l Institut des juristes d entreprise MERCI D ECRIRE EN LETTRES

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Le jugement déclaratif de faillite

Le jugement déclaratif de faillite Le jugement déclaratif de faillite 016 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. La matière abordée a été volontairement vulgarisée

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2669 Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 23 à 29 de la loi du 4 septembre 2002 modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites, le

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS (Rapporteur au nom de la Commission de Législation : M Pierre Lorenzi) Le

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

La reprise d entreprise en difficulté Mode d emploi. Créer Reprendre-Transmettre Développer

La reprise d entreprise en difficulté Mode d emploi. Créer Reprendre-Transmettre Développer difficulté Mode d emploi Accueil Benoît Cabanis, Vice Président de la CCIT Rennes Bretagne référent Création Transmission Animateur Jean-Marc Tariant, Finance & Stratégie, Syndicat Synextrans Intervenants

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE

L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE L ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE DE CESSATION D ACTIVITE ET DE DIFFICULTE FINANCIERE 019 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 (Mme Roxane S.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 octobre 2014 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 1036 du 15 octobre 2014), dans

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Jacques Laborde, Avocat/Rechtsanwalt à Cologne (10.10.2007) Sur la question de la recouvrement des honoraires et de la necessité pour un avocat francais exercant exclusivement à l'étranger de passer par

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL. Propos introductifs. «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay

MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL. Propos introductifs. «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL Propos introductifs «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay Mercredi 25 mai 2016 à 8H45 Monsieur le Président de l

Plus en détail

«J ai un impayé, que faire?»

«J ai un impayé, que faire?» «J ai un impayé, que faire?» Fiche technique proposée par le Cabinet CFO FRANCE, votre expert en recouvrement de créances civiles & commerciales Www.cfo-france.com S Introduction Malgré les prévisions

Plus en détail

DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT

DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT Projet: 27 mars 2013 DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT Alain Zenner I / INTRODUCTION 1. - «On ne meurt pas de ses dettes. On meurt de ne

Plus en détail

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes.

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes. PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/128 DÉLIBÉRATION N 13/058 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L INSTITUT

Plus en détail

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES S E N E G A L INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES New York, le 15 juillet 2008 ***** 2 Monsieur le

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT JUDICIAIRE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AUX PAYS-BAS Textes de référence :! Loi de 1893 sur la faillite! Loi du 16 mai 1925 sur le concordat! Articles 2-138 et 2-248 du Code civil Table

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011. Mme Monique P. et autre

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011. Mme Monique P. et autre Commentaire aux Cahiers Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011 Mme Monique P. et autre Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 décembre 2010 par la Cour de cassation (deuxième chambre civile,

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Proposition de deux situations d évaluation

Proposition de deux situations d évaluation Titre Propriétés Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Outils numériques associés Mots-clés (notions) Droit STS Deuxième année Description Proposition de deux situations

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Le calendrier de votre grossesse

Le calendrier de votre grossesse Le calendrier de votre grossesse Béatrice Knoepfler Avec la participation du Dr Jean-Philippe Bault, 2010 ISBN : 978-2-212-54524-1 Sommaire Préface Remerciements Introduction Calculez la date de votre

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE Les outils, méthodes comptables et méthodes de gestion Rapport de Maître Olivier PAULET, Avocat au Barreau d Aix-en-Provence, Président Délégué de la Carpa

Plus en détail

Échange d informations en matière fiscale: Nouvelle procédure de droit interne

Échange d informations en matière fiscale: Nouvelle procédure de droit interne Échange d informations en matière fiscale: Nouvelle procédure de droit interne Séminaire IFE Hôtel Le Royal 24 novembre 2014 Marc GOUDEN Avocat à la Cour et Avocat au Barreau de PLAN Introduction: Contexte

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4721 Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 11, III, de la section IIbis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 2 décembre 2014 N de pourvoi: 13-28505 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02245 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président Me Le Prado, SCP Vincent

Plus en détail