ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES."

Transcription

1 ETATS GENERAUX DE LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES. COLLOQUE DU JEUDI 14 JUIN 2012 (Salle des audiences solennelles de la cour d appel, Palais de Justice) PRESENTATION DES TRAVAUX ET DU LIVRE ACTUALITE DE LA CONTINUITE, CONTINUITE DE L ACTUALITE (Sous la direction de Mes Alain Zenner et Marc Dal) Intervention de Me Alain Zenner Synthèse de ses Considérations conclusives 1. - Dans Mort à crédit, Louis-Ferdinand Céline clamait qu «on ne meurt pas de ses dettes. On meurt de ne plus pouvoir en faire». Voilà, si je puis dire, le constat qui a servi d exergue à nos Etats généraux, centrés sur les interrogations suscitées par la loi relative à la continuité des entreprises. Mes considérations conclusives sur ces Etats généraux se déclinent en quatre parties : un exorde ; un titre sur les entraves au succès de la loi ; et deux volets consacrés à nos contributeurs externes, Mme Rigaux et M. Duplat. Exorde 2. - Je commence mon introduction par vous rendre un hommage de plus, M. le Bâtonnier : pour l initiative, pour la méthode et pour le format de ces Etats généraux. Et j évoque l esprit qui a présidé à nos travaux, en recourant à la formule élégante de Me Jean-François van Drooghenbroeck, que vous apprécierez à la lecture du livre publié aux Editions Larcier Je justifie ensuite le titre de ce livre. Si elle a connu une croissance exceptionnelle du niveau de vie, ma génération des babyboomers a toujours vécu d une crise à l autre : je vous renvoie à l anamnèse que j en livre dans mon rapport. Or si l on examine les réponses judiciaires qui ont été apportées aux entreprises en difficulté au cours du demi-siècle écoulé, il s observe que les solutions proposées ont pour l essentiel toujours été tissées sur la même trame et suscité les mêmes interrogations dans la doctrine ou la jurisprudence. Au-delà de l actualité de la continuité qu apporte la publication, il s observe donc bien une continuité dans cette actualité. J en arrive ainsi à la première conclusion qui se dégage de nos travaux, à savoir qu il serait inutile, après seulement trois années d expérience, de songer à une nouvelle réforme. Ceci bien évidemment sans préjudice aux ajustements ponctuels dictés par l expérience dont l évaluation en cours établirait le besoin.

2 Demi-succès ou demi-échec? 4. - La loi relative à la continuité des entreprises connaît d ailleurs un francs succès, c est une évidence, même si ce succès est relatif. On peut parler de demi-succès ou de demi-échec : succès au regard du nombre de procédures ouvertes ; échec, au regard du nombre d entreprises en réorganisation ou réorganisées qui finissent quand même tôt ou tard dans la case faillite. Manifestement, trop de procédures sont ouvertes inutilement, et sans doute devrons-nous resserrer le portail. Il faut aussi vaincre d autres entraves au succès des PRJ. Nos travaux confirment la nécessité d une clarification de plusieurs dispositions controversées, d une plus large information des entreprises, d une formation continuée des acteurs de la loi, et d une action pédagogique de soutien à la notion de deuxième chance. Voilà la deuxième conclusion que je vous propose. Laxisme? Tous les abus peuvent être sanctionnés 5. - Parmi ces entraves au succès de la loi figurent les abus trop nombreux auxquels elle est accusée de prêter. Mais à tort : la troisième conclusion qu appellent nos travaux, c est que la loi offre déjà aux tribunaux tous les moyens nécessaires pour contrer ces abus. Ainsi de l arme anti-abus par absolu, l article 8 de la loi sur les faillites, tel qu amendé par l article 76 LCE, qui facilite le dessaisissement des dirigeants des entreprises en faillite virtuelle. De manière surprenante, plusieurs présidents pensent encore qu ils ne peuvent pas recourir à cette mesure pendant le sursis, alors qu elle a été facilitée précisément pour contrer les abus de la procédure de réorganisation judiciaire. Le commentaire de l article 76, que je rappelle dans mon rapport, le confirme expressément. La réforme de l article 8 met donc les tribunaux de commerce en mesure de conserver l initiative dans la déclaration des faillites et de tuer dans l œuf des réorganisations vaines. C était bien le but de législateur. Mais les tribunaux disposent de bien d autres moyens, qui ne doivent pas nécessairement être poursuivis par les créanciers, le ministère public ou d autres intéressés. Ainsi Mes Caroline Verbruggen et Sylvie Van Ommeslaghe proposent-t-elles une théorie générale de l abus de droit en matière de réorganisation judiciaire et des exemples nombreux de ses applications. Plusieurs autres auteurs vont dans le même sens, en illustrant leurs propos à l aide de la jurisprudence, souvent inédite. 2

3 Pour sa part Me Marc Dal rappelle opportunément à nos confrères l obligation déontologique de loyauté, qui les oblige notamment à vérifier la réalité des informations fournies par leurs clients aux juge délégué, aux créanciers et aux travailleurs. Je voudrais souligner ici ce truisme que la vaste majorité des demandeurs en réorganisation ou d autres intéressés interviennent à la procédure par le truchement d un conseil, et qu il n y a donc en général abus que si le barreau y prête la main. Or, assister un client, ce n est pas tirer sans discernement toutes les ficelles judiciaires pour gagner du temps ou de l argent. Je cite dans ma contribution l arrêt de 2010 de la Cour de cassation qui décide que «Lorsqu il n a d autre but que de nuire aux intérêts des parties adverses, notamment de rendre l exercice d une voie de recours par celles-ci plus difficile, plus lent, ou plus onéreux, un acte de procédure est constitutif d abus de droit». Ne rappelleriez vous pas ces principes dans votre Lettre périodique, Monsieur le Bâtonnier? La guerilla de l ONSS et du fisc 6. - Ma quatrième conclusion est que le plus grand péril qui pèse sur le succès de la réforme de 2009 tient au refus de l ONSS et du fisc du sort réservé à leurs créances, et dans l ambiguïté des organisations patronales et syndicales et du gouvernement fédéral à ce sujet. L objectif du législateur en matière de classification des créances publiques a été inscrit au fronton de la loi : il s agissait d assurer «le traitement égal de tous les créanciers, qu ils soient publics ou privés, et de faire en sorte que chacun de ces derniers apporte sa juste part au redressement de l entreprise dans l intérêt général». L ONSS et le fisc ne l ont pas encore digéré et persévèrent dans la guerilla judiciaire que l office avait déjà entreprise sous le régime du concordat judiciaire, heureusement toujours en vain. Certains receveurs prétendent aujourd hui commuer systématiquement leur statut de créanciers sursitaires ordinaires en créanciers sursitaires extraordinaires en recourant à leur hypothèque légale dès le dépôt d une requête. Dans leur contribution Mes Van Aelst et Gossiaux condamnent cet abus, et la cour d appel de Liège vient de rendre un arrêt très positif à ce sujet qui sera très prochainement publié au J.T. Constatant qu ils perdaient la bataille judiciaire, le fisc et l ONSS ont cru pouvoir reprendre la main par la voie législative, en faisant insérer subrepticement des dispositions de faveur dans des lois salmigondis, d ailleurs largement passées inaperçues. En début d année encore ils se sont assurés de la faculté, inscrite dans la dernière loi programme, d étendre par arrêté royal l application du mécanisme dit «de la responsabilité solidaire» en vigueur dans le secteur de la construction, à tous autres fournisseurs de travaux ou de services, quel que soit leur secteur. Bientôt tous les fournisseurs de travaux ou de services pourraient être tenus de payer la moitié des factures émises à leur charge par un débiteur en réorganisation à l ONSS et au fisc en couverture de dettes sociales et fiscales sursitaires nonobstant le sursis : quel sera encore dans tel cas l effet de celui-ci, et que restera-t-il au débiteur pour financer sa poursuite d activité? 3

4 J exhorte les juridictions consulaires à ne pas céder, en étant attentives aux deux questions que posent ces dispositions et aux réponses que je propose dans ma contribution. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle : quousque tandem? 7. - Je me tourne maintenant vers Mme Rigaux. La lecture de votre panorama de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle dans le domaine de l insolvabilité illustre que, dans une matière qui «est par excellence le siège de l inégalité», comme vous le constatez, la Cour est dotée d un pouvoir encore plus délicat à manier que dans d autres matières et qu il devrait être exercé «les mains tremblantes». Du premier arrêt récent de la Cour à propos de la loi, vous nous dites que son apport essentiel tient à ce qu elle y applique le principe que la règle d égalité «s impose non seulement au législateur et à l administration mais s applique aussi aux relations juridiques entre les personnes privées», et vous nous dites qu il pourrait déboucher sur «une épopée»! Je vous crois volontiers, mais je frémis! Certes, s agissant des plans de réorganisation, les tribunaux de commerce recourent déjà depuis quelques mois à ce principe pour apprécier les contestations sur les propositions de paiement. Leurs décisions montrent en tout cas que le principe n est pas facile à manier : les juges l utilisent avec un bonheur variable, c est-à-dire en posant des jugements de valeur très différents en fonction de leurs sensibilités propres, au point où personne ne peut plus dire où se trouve le curseur. Mais, au-delà des plans de réorganisation, la portée «horizontale» du principe d égalité constitutionnelle ne me paraît pas encore avoir été mesurée, du moins parmi les praticiens du droit commercial : désormais toute inégalité de traitement quelconque émanant d une entreprise devrait être susceptible de «justification raisonnable». Or pareille justification a posteriori des différenciations en matière commerciale sera sans doute souvent bien malaisée. A y réfléchir, on se demande si l application de la théorie de «l horizontalité» dans une matière qui se rattache au droit des obligations est bien conciliable avec le principe de l autonomie de la volonté qui en forme le socle. N y a-t-il pas là une incongruité majeure, surtout lorsque la distinction entre différenciation licite et discrimination prohibée repose sur des critères aussi lâches? Je pose la question : le cafetier socialement ou fiscalement endetté ils sont malheureusement légion dans l Horeca! - pourra-t-il encore payer son brasseur pour s assurer de nouvelles fournitures, sans apurer ses impôts et cotisations sociales arriérées, et inversement : pourra-t-il payer ces charges publiques s il a une ardoise envers le brasseur? Devrai- je m interdire, si je connais des fins de mois difficiles, de payer mon boucher, sans payer simultanément, et dans la même proportion, mon boulanger? Quelles seront les considérations qui paraîtront acceptables pour justifier cette différenciation? Je vous renvoie aux autres exemples que je fournis dans ma contribution, et qui ne sont pas farfelus : ils ont 4

5 été évoqués par la doctrine américaine à propos d un arrêt curieux de la cour d appel de Bruxelles. Vous vous interrogez vous-même, Mme Rigaux, sur le risque d insécurité juridique démultiplié qu entraîne cette évolution, mais vous vous montrez beaucoup plus optimiste que je ne le suis. En France les QPC sont subordonnées au filtre de la Cour de cassation ou du Conseil d Etat pour éviter tout excès. D autres cours constitutionnelles appliquent sagement le principe de l «appréciation marginale» et ne condamnent la loi que si elle est dénuée de toute explication rationnelle. Notre Cour constitutionnelle s est quant à elle érigée en «juge de l opportunité de la loi», selon l expression du président Verougstraete. Cette situation est-elle durable? Je ne suis pas le premier à m interroger en ce sens. Dans ma contribution je cite, outre les réflexions critiques réitérées de M. Verougstraete, les interrogations du Professeur Delperée, les propos virulents de Mme Moreau-Margrève, les questions du bâtonnier Henry La cinquième conclusion que je vous propose est - pour reprendre la formule par laquelle, en terminant votre rapport, vous tracez le chemin de la Cour constitutionnelle qu il faut l aider (je vous cite) à «faire en sorte que la fiction fondatrice de l Egalité ne devienne pas fantasme». J espère qu il est encore temps. La prévention des faillites 8. La clef de voute de la continuité, c est évidemment la prévention des faillites. Cette prévention a toujours été le souci de M. Duplat, à la tête du tribunal de commerce où, à quelques pas d ici, au-delà du «Pont des soupirs», vous présidiez «Business Focus», ou en tant que président de la C.B.F.A. Votre contribution nous apprend à dégager la «substantifique moelle» du bilan et de ses annexes, en termes de «clignotants». Plus important encore est le fait qu au delà de l enseignement de leur lecture, vous soulignez (je vous cite) «que les services de dépistage ont pour vocation, lorsqu un redressement s avère impossible, de veiller à ce que la faillite soit prononcée SANS RETARD et ce pour éviter de porter préjudice aux créanciers et (ou) aux concurrents». Et, disant les choses telles qu elles sont, vous ajoutez : «J ai le sentiment que l on ne tient pas suffisamment compte des intérêts légitimes des créanciers et concurrents lorsqu une entreprise n a guère de chances de se redresser. Nos tribunaux ne tardent-ils pas à prononcer des faillites alors même que la situation est sans issue? Le régime de la continuité ne peut s appliquer que si les chances de succès sont réelles». M. Duplat, vous avez a plus que raison. Contrairement à ce qui se ressent généralement du fait des préoccupations à court terme liées à l emploi, l intérêt général serait servi par une appréciation plus stricte des conditions de la faillite, c est-à-dire par plus de rigueur. 5

6 Le rapport très intéressant que nous livrent Mes Anne Vallery et Elise Hujoel sur «La loi sur la continuité des entreprises à l épreuve du droit de la concurrence» aborde de manière novatrice ce dilemme qui oppose une vison micro-économique du phénomène de la défaillance, centrée sur l entreprise en difficulté et l emploi qui en dépend, à une vision macro-économique, centrée sur une appréhension globale du marché et des conditions de la concurrence. La sixième conclusion qui se dégage de nos travaux, c est qu il est absolument nécessaire de repenser la prévention, et notamment la procédure d alerte à charge des professionnels du chiffre, et le fonctionnement des enquêtes commerciales, de manière à ce que, faute de réorganisation, les faillites soient déclarées à bonne heure. La meilleure prévention des difficultés des autres entreprises, c est en effet de ne pas hésiter à déclarer la faillite de celles qui en remplissent déjà les conditions. Epilogue Voila M. le Bâtonnier. L agenda ne m a pas permis de citer tous les contributeurs et je les prie de m en excuser. Je les remercie en tout cas tous pour leurs rapports, et je salue tout particulièrement les équipes dont l insolvabilité n est pas la tasse de thé quotidienne. A tous, un grand merci. Et à vous, Mmes et MM., bonne lecture! 6

7 ACTUALITE DE LA CONTINUITE. CONTINUITE DE L ACTUALITE TRAVAUX DES ETATS GENERAUX SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES DE L ORDRE FRANÇAIS DES AVOCATS AU BARREAU DE BRUXELLES 14 juin 2012, de 16 à 18h15 Palais de justice de Bruxelles Salle des audiences solennelles de la cour d appel de Bruxelles Trois ans après l entrée en vigueur de la loi relative à la continuité des entreprises, auréolée de son succès statistique mais accusée de laxisme et affaiblie par certaines dispositions de la dernière loiprogramme, et parallèlement à l évaluation politique de la loi entreprise par la FEB, le bâtonnier de l Ordre français des avocats a pris l initiative de promouvoir au sein de son barreau une réflexion des spécialistes des diverses réglementations qui affectent la prévention des difficultés d entreprises et de la réorganisation judiciaire sur un nombre d interrogations techniques apparues entretemps. Ainsi la loi nouvelle a-t-elle été abordée d un œil neuf, sous d autres prismes que celui sous lequel est l est généralement par les praticiens du droit de l insolvabilité, et se trouve-t-elle enrichie de contributions nourries par un corpus académique et une expérience dont ces praticiens ne sont pas familiers. L ouvrage reprenant les travaux sera disponible le jour du colloque. 16h00 : accueil Jean-Pierre Buyle, bâtonnier de l Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles 16h10 : Le droit de l insolvabilité à l épreuve de la règle de l égalité, une analyse de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle Marie-Françoise Rigaux, professeur aux F.U.S.L., référendaire à la Cour constitutionnelle 16h20 : droit constitutionnel et administratif Michel Kaiser, avocat, collaborateur scientifique à l UCL 16h30 : droit civil Caroline Verbruggen, avocat 7

8 16h40 : droit judiciaire Jean-François Van Drooghenbroeck, avocat, professeur à l UCL et aux FUSL 16h50 : droit des créanciers Vanessa de Francquen, avocat 17h : droit bancaire Cédric Alter, avocat, maître de conférences à l ULB 17h10 : Détection des entreprises en discontinuité ou menacées de le devenir Jean-Louis Duplat, président honoraire de la CBFA, administrateur de sociétés 17h20 : droit de l insolvabilité Alain Henderickx, avocat, syndic des curateurs de Bruxelles 17h30 : droit social Emmanuel Plasschaert et Luc Bihain, avocats 17h40 : droit fiscal Mikaël Gossiaux, avocat, 17h50 : droit européen et international Vanessa Marquette, avocat, maître de conférences à l ULB 18h : conclusions Alain Zenner, avocat Prix : 25 EUR (sans ouvrage), 130 EUR (avec ouvrage) Compte n BE Renseignements / inscriptions : Tel : 02/

Gérard Delvaux. Eric Van den Broele. Introduction... 11. Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13

Gérard Delvaux. Eric Van den Broele. Introduction... 11. Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13 Table des matières Table des matières Introduction... 11 Gérard Delvaux Le comportement de paiement B2B et G2B en Belgique...13 Eric Van den Broele Chapitre 1. Loi concernant la lutte contre le retard

Plus en détail

CIRCULAIRE. La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises entrent en vigueur le 1 er août 2013 S.

CIRCULAIRE. La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises entrent en vigueur le 1 er août 2013 S. Annick Hellebuyck Conseiller Département affaires sociales T +32 2 515 08 58 F +32 2 515 09 13 ah@vbo-feb.be CIRCULAIRE La CCT n 102, la CCT n 5quater et la réforme de la loi sur la continuité des entreprises

Plus en détail

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7 Table des matières 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation...... 7 Michèle GRÉGOIRE doyenne de la Faculté de droit de l U.L.B., avocate Vanessa DE FRANCQUEN collaboratrice scientifique

Plus en détail

Actualités du droit de l entreprise en difficulté

Actualités du droit de l entreprise en difficulté 1 Actualités en matière de liquidation (déficitaire)......... 7 Roman AYDOGDU assistant à l U.Lg. Les procédures judiciaires menées par ou contre une société en liquidation.........................................

Plus en détail

LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP

LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP CAP Avis sur prop Verougstraete du 01.09.12 LOI RELATIVE A LA CONTINUITE DES ENTREPRISES EVALUATION DE LA LOI PAR LA FEB ET LES RESEAUX CAP OBSERVATIONS SUR LA PROPOSITION VEROUGSTRAETE DU 1 er SEPTMEBRE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT

DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT Projet: 27 mars 2013 DIFFICULTES D APPLICATION DE LA LOI SUR LA CONTINUITE DES ENTREPRISES ET PROJET DE LOI D AJUSTEMENT Alain Zenner I / INTRODUCTION 1. - «On ne meurt pas de ses dettes. On meurt de ne

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4035 Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 44, alinéa 2, de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire, posée

Plus en détail

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Droits moyens d actions Stéphane Dantinne 1 Objectif préserver, sous le contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

La nouvelle loi sur la continuité des entreprises

La nouvelle loi sur la continuité des entreprises L examen de la loi sur la continuité des entreprises du point de vue social La nouvelle loi sur la continuité des entreprises Yves Brulard DBB www.dbblaw.eu Aspects commerciaux Champs d application Agriculteurs

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire

Table des matières. Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Préface 7 Passé, présent et avenir de la réorganisation judiciaire Premier commentaire de la proposition de loi relative à la continuité des entreprises 11 Alain Zenner Section 1 : Introduction 11 De l

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...5. 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7

Table des matières. Remerciements...5. 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7 Table des matières Remerciements...5 1 Les enquêtes commerciales et le fonctionnement des chambres d enquête...7 Fabrice MOURLON BEERNAERT Avocat (LMBD Prioux) Juge suppléant au Tribunal de commerce de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 ÈME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises est entrée en vigueur le 1 er avril 2009. Pour l essentiel, il s agissait de

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises est entrée en vigueur le 1 er avril 2009. Pour l essentiel, il s agissait de La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises est entrée en vigueur le 1 er avril 2009. Pour l essentiel, il s agissait de permettre aux entreprises de se redresser plutôt que de faire

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction

Textes de référence : Table des matières. Introduction LES PROCEDES COMMINATOIRES EQUIVALENTS OU VOISINS DE L ASTREINTE DANS LE SYSTEME JURIDIQUE DU PORTUGAL Textes de référence :! Article 829-A du Code Civil Portugais (rédaction du Décret-Loi n 262/83 du

Plus en détail

Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris. Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel. Paris 3 janvier 2011

Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris. Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel. Paris 3 janvier 2011 Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel Paris 3 janvier 2011 Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Directeur, Chers amis, Depuis le 1 er mars

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

La loi du 27 mai 2013 modifiant diverses législations en matière de continuité des entreprises : plus qu une simple réparation?

La loi du 27 mai 2013 modifiant diverses législations en matière de continuité des entreprises : plus qu une simple réparation? La loi du 27 mai 2013 modifiant diverses législations en matière de continuité des entreprises : plus qu une simple réparation? Introduction Patrick della Faille Avocat au barreau de Bruxelles Maître en

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Table des matières 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Introduction................................................................ 8 La cause unique

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

La réforme de la loi sur la continuité des entreprises : le contrôle accru de l entreprise en difficulté

La réforme de la loi sur la continuité des entreprises : le contrôle accru de l entreprise en difficulté La réforme de la loi sur la continuité des entreprises : le contrôle accru de l entreprise en difficulté Yves GODFROID, avocat Nous vous dressons succinctement la nouvelle approche législative qui a corrigé

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Table des matières PARTIE 1. Copropriété et couple... 7. 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière... 9

Table des matières PARTIE 1. Copropriété et couple... 7. 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière... 9 Table des matières Sommaire................................................................... 5 PARTIE 1 Copropriété et couple....................... 7 1 Copropriété ordinaire et possession mobilière...........

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

Les experts-comptables de justice ont tenu leur congrès annuel à REIMS ce vendredi 8 octobre 2010.

Les experts-comptables de justice ont tenu leur congrès annuel à REIMS ce vendredi 8 octobre 2010. MISSIONS PARTICULIERES CONFIEES AUX EXPERTS-COMPTABLES DE JUSTICE 1- Les missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives 2- Les missions de tiers évaluateur (art. 1592 et 1843-4

Plus en détail

Table des matières. Des chiffres et des procédures en évolution. L évolution d un acteur clef du dispositif judiciaire : le greffier...

Table des matières. Des chiffres et des procédures en évolution. L évolution d un acteur clef du dispositif judiciaire : le greffier... Table des matières TABLE DES MATIÈRES 1 Des chiffres et des procédures en évolution L évolution d un acteur clef du dispositif judiciaire : le greffier................... 9 Joël Hubin premier président

Plus en détail

Table des matières. A. Les opérations susceptibles d entrer en compte 23 B. Convention de remboursement de compte et conflits d intérêts 24

Table des matières. A. Les opérations susceptibles d entrer en compte 23 B. Convention de remboursement de compte et conflits d intérêts 24 Table des matières Introduction 7 Marc Bourgeois et Xavier Pace Les comptes courants d associés : questions choisies en droit commercial et en droit des sociétés 11 Déborah Gol Introduction 11 Chapitre

Plus en détail

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2065 Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 444 du Code de commerce (loi du 18 avril 1851 sur les faillites, banqueroutes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires)

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires) Commentaire Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012 EURL David Ramirez (Mandat et discipline des juges consulaires) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 6 mars 2012 (chambre commerciale,

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat)

L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) L exécution provisoire : rapport belge. (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. Quels titres (cf. art. 32 Règlement 44/01/CE) peuvent être exécutés de

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-486 QPC du 7 octobre 2015 (M. Gil L.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 7 juillet 2015 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 769 du même jour), dans les conditions

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE Site Web : http://www.cnil.fr 1. Mesure de la diversité, «statistiques ethniques», égalité des chances La CNIL engage le débat La question de la lutte contre

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

LA CONVENTION-CADRE RELATIVE AUX OPÉRATIONS DE PENSION

LA CONVENTION-CADRE RELATIVE AUX OPÉRATIONS DE PENSION LA CONVENTION-CADRE RELATIVE AUX OPÉRATIONS DE PENSION Décision capitale pour le marché de la «pension livrée» : une disposition spécifique de la loi n 94-679 du 8 août 1994, dérogatoire au droit commun

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

N" 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993

N 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993 N" 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993 Rattaché pour ordre au pu MN verbal de la séance du I ' juillet 1993 Enregistré i la Présidence du Sénat le 20 août 1993 PROPOSITION DE LOI visant

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

Avis de l ABBL sur les amendements gouvernementaux au projet de loi sur le surendettement (n 6021)

Avis de l ABBL sur les amendements gouvernementaux au projet de loi sur le surendettement (n 6021) Luxembourg, le 4 janvier 2012 Avis de l ABBL sur les amendements gouvernementaux au projet de loi sur le surendettement (n 6021) Le projet de loi n 6021 a pour objet de modifier la loi du 8 décembre 2000

Plus en détail

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5870 Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 1675/13, 3, et 1675/13bis, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ;

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ; Proposition de loi relative aux procédures collectives visant à traiter les difficultés, à assurer le maintien des exploitations et de l emploi dans le secteur agricole. 1. Introduction Au cours des dernières

Plus en détail

Les nouvelles règles de solidarité fiscale dans le cas de mariage ou de partenariat

Les nouvelles règles de solidarité fiscale dans le cas de mariage ou de partenariat Les nouvelles règles de solidarité fiscale dans le cas de mariage ou de partenariat (Article 9 de la loi de finances pour 2008 du 24 décembre 2007) DOCTRINE Le Parlement a voté dans le cadre de l article

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4931 Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 70ter des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3702 Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 1675/7, 1er, 2 et 4, 1675/12, 1er et 2, et 1675/13, 1er, du Code judiciaire,

Plus en détail

DÉCISIONS ET CIRCULAIRES RELATIVES AUX STATUTS DE L ORDRE DES AVOCATS

DÉCISIONS ET CIRCULAIRES RELATIVES AUX STATUTS DE L ORDRE DES AVOCATS DÉCISIONS ET CIRCULAIRES RELATIVES AUX STATUTS DE L ORDRE DES AVOCATS Article 6 statuts: Obligation de saisir le Bâtonnier avant de procéder contre un avocat OBLIGATION DE SAISIR LE BATONNIER 1 - Le Conseil

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

19/12/2012 COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? La durée du préavis :

19/12/2012 COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? La durée du préavis : COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? Olivier Moreno Avocat U.H.P.C. 20-12 - 2012 Introduction - Licenciement moyennant préavis ; - Licenciement moyennant indemnité compensatoire

Plus en détail

Art. 725 CO: que faire en cas de surendettement? Obligations et alternatives? De quelques aspects juridiques et pratiques

Art. 725 CO: que faire en cas de surendettement? Obligations et alternatives? De quelques aspects juridiques et pratiques Office de la Promotion Économique du Canton de Genève «Petits déjeuners Start up» Art. 725 CO: que faire en cas de surendettement? Obligations et alternatives? De quelques aspects juridiques et pratiques

Plus en détail

Document complété par le débiteur En vue de l audience du.. /.. / 2 0.. Dénomination :. Siège social :... Date de constitution :...

Document complété par le débiteur En vue de l audience du.. /.. / 2 0.. Dénomination :. Siège social :... Date de constitution :... Document complété par le débiteur En vue de l audience du.. /.. / 2 0.. BCE :.... /... /... Dénomination :. Siège social :... Date de constitution :... Siège exploitation : Enseigne / nom commercial :.

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Table des matières 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Benoit Dejemeppe Conseiller à la Cour de cassation Maître de conférences à l Université Saint-Louis Bruxelles

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux

La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux Jean-François Neven Conseiller à la Cour du travail de Bruxelles Maître de conférences invité à l UCL* Lorsque,

Plus en détail

A. Antécédent liégeois 12

A. Antécédent liégeois 12 A. Antécédent liégeois 12 La pratique du recouvrement amiable n était pas en soi à l origine du litige. Mais force est de constater qu au cours de ses réflexions, le tribunal a dégagé un certain nombre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 -

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Introduction I. Les interlocuteurs en cas de difficulté II. Les solutions traditionnelles hors tribunal III. Les solutions confidentielles sous l égide du tribunal IV.

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4721 Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 11, III, de la section IIbis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Numéro du rôle : 5301. Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5301. Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5301 Arrêt n 162/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1675/13, 3, deuxième tiret, du Code judiciaire, posées par le Tribunal

Plus en détail

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage?

Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Les libertés individuelles et le monde du travail : Scènes de ménage? Comment concilier au mieux les conditions de travail avec les libertés individuelles des salariés? Une telle question s avère souvent

Plus en détail

RESEAU CAP. Continuité Accompagnement Prévention (Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises) Association de fait

RESEAU CAP. Continuité Accompagnement Prévention (Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises) Association de fait RESEAU CAP Continuité Accompagnement Prévention (Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises) Association de fait Quatorzième assemblée générale du mardi 7 mai 2012 La réunion débute

Plus en détail

Numéro du rôle : 5749. Arrêt n 140/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5749. Arrêt n 140/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5749 Arrêt n 140/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 80, alinéa 3, et 82, alinéa 2, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites,

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5660. Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5660. Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5660 Arrêt n 41/2014 du 6 mars 2014 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 15, 1er, et 17 de l arrêté royal n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut

Plus en détail

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le Secrétariat d État à l économie (Seco) et l Office fédéral de la justice (OFJ) ont confié à Ernst&Young un mandat consistant à établir

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

Procédure de recouvrement d impayés

Procédure de recouvrement d impayés Procédure de recouvrement d impayés En cas de facture non payée à échéance, on engage ce que l on appelle une procédure de recouvrement d impayés. Afin d optimiser vos chances d obtenir le paiement, il

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012. M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle)

Commentaire. Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012. M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle) Commentaire Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012 M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 avril 2012 par la première chambre civile de la Cour de

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail