Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré"

Transcription

1 Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir : ouverture au monde ; élargir son horizon à d autres cultures. Penser, faire sens : conceptualiser, argumenter, pratiquer le libre examen. Choisir : choix des valeurs. Situation d apprentissage Réflexion sur le rapport à l argent dans notre culture occidentale. Comparaison avec le rapport à l argent dans d autres cultures : information sur la finance islamique. Composantes de l éducation financière à l école Économique Dimensions de l éducation financière selon l OCDE Une gestion responsable Thématique FSMA Épargner Niveau de responsabilité Citoyen Éthique Le paysage financier Liens avec d autres disciplines Cours d économie : La finance islamique (2) Remarque : Les ressources utilisées dans "La finance islamique 1 et 2" sont identiques. L'exploitation de ces ressources est toutefois différente, les deux pistes d'activités peuvent donc être utilisées de manière complémentaire. Ressources Épargner : Informations utiles. Glossaire. Documents/sites de référence : Les principes financiers de la finance islamique, ADEFI, Association pour le développement de la Finance islamique. http ://www.adefi.be/index.php/fr/ http ://www.lafinancepourtous.com/decryptages/dossiers/finance-islamique/origines-et-fondements-de-la-finance-islamique épargner:la finance islamique I - 1

2 Enseignant Suggestions d activités : Réflexion sur le rapport à l argent d une culture à l autre. Déroulement de l activité : 1. Lancer la discussion sur le sujet suivant : Vous venez de fêter vos 18 ans et vous gagnez (à l euromillion) une importante somme d argent : 20 millions d euros. Que faites-vous avec cet argent? Orienter la discussion : La notion de plaisir associée à l argent. Le don : à ses proches, à la communauté, à des associations, Les investissements ou comment faire de l argent avec de l argent? 2. Relancer la discussion mais en prenant un autre angle de vue : Vous venez de fêter vos 18 ans et vous gagnez une importante somme d argent : 20 millions d euros. Que faites-vous de cet argent, en sachant que vous vivez au Qatar et vous êtes de confession musulmane? 3. Demander aux élèves de lire les documents en Annexe pour nourrir la réflexion. 4. En conclusion : Le rapport à l argent est-il le même pour tous? épargner:la finance islamique I - 2

3 Annexe : La finance islamique repose sur cinq principes fondamentaux : I. Interdiction de l intérêt L intérêt fixe, payé ou reçu, provenant du simple écoulement du temps est interdit. Le profit lié à un investissement résulte uniquement de la prise de risque de l investisseur qui n est pas assuré de revenus fixes et réguliers. II. Interdiction du hasard et de la spéculation Un contrat doit porter sur des éléments certains et non aléatoires. Tout «pari» sur l avenir est proscrit. La vente à découvert et les produits dérivés sont donc exclus. III. Interdiction de secteurs illicites Sont interdits les placements dans les secteurs d activité ne correspondant pas à l éthique musulmane : armement, alcool, jeu de hasard, pornographie IV. Partage des pertes et des profits La finance islamique incite toutes les parties à une transaction à partager le risque et le bénéfice ou la perte. La morale islamique prône donc le partage équitable des pertes et des bénéfices entre les différents acteurs d une opération. V. Adossement à un actif tangible La finance islamique exige que les transactions financières se fondent sur une activité économique réelle. Tout financement doit avoir pour sous-jacent un actif réel et identifiable. épargner:la finance islamique I - 3

4 Origines et fondements de la finance islamique Le Coran, principale source du droit islamique, et la Sunna, retranscription des actes et propos du prophète Mahomet, sont les deux principales sources religieuses de la finance islamique. La Charia, loi islamique régissant notamment les pratiques économiques et sociales, donne naissance aux principes sur lesquels reposent les pratiques financières islamiques. Ces pratiques se fondent sur ce qui est interdit (haram) et sur ce qui est autorisé (halal). En théorie, est recommandé le partage des pertes et profits (PPP) et la redistribution de richesse, le principe d équité étant le pilier central des pratiques financières islamiques. Sont interdits ou proscrits : Le prélèvement d intérêt prédéterminé (riba) : l argent ne peut être créé sans travail. Dès lors, la création de richesse ne reposant pas sur une transaction réelle est interdite. Il ne faut pas confondre l intérêt et le bénéfice. Le premier porte sur la création d argent ex-nihilo alors que le deuxième se définit comme une différence de valeur lors de transactions réelles et est donc autorisé en finance islamique. La thésaurisation. Seule est autorisée une épargne de précaution destinée au remboursement des dettes ou à des besoins sociaux. Pour respecter ce principe, plusieurs investisseurs islamiques doivent nécessairement, faute de pouvoir épargner, investir dans des projets gigantesques. C est ce que l on peut notamment observer dans certains pays du Golfe, notamment aux Emirats Arabes Unis (la tour Burj Khalifa de Dubaï ou encore le projet de construction d une réplique du Taj Mahal dont le budget est estimé à plus d un milliard de dollars ) Les activités ou opérations financières et commerciales liées à la survenance d évènements aléatoires tels que les contrats d assurance en finance classique. La finance islamique autorise seulement certains contrats d assurance : les assurances-vie fondées sur le principe de précaution et non d incertitude, l assurance dite tacafoul reposant sur plusieurs principes spécifiques. La spéculation (maysir) : sont ainsi proscrits tous les produits financiers dont l évolution du sous-jacent est incertain tels que les contrats à terme, swaps, options Par ailleurs, les ventes de biens ou de services dépendant par nature d évènements aléatoires tels que l agriculture sont autorisées (négocier le prix des matières premières avant la récolte par exemple). Investir dans des activités amorales : toute opération liée au tabac, à l alcool, aux jeux, soit tout investissement dans une activité contraire aux principes de la Charia est interdite. La finance islamique en pratique La finance islamique distingue les modes de financement avec participation et sans participation. Financement avec participation Le premier type de financement repose sur le principe de partage des pertes et profits. Dans un cas, la banque se contente d apporter le capital financier à l entrepreneur. On parle alors de moudaraba, contrat de partenariat épargner:la finance islamique I - 4

5 passif s apparentant au fonctionnement d une société en commandite dans notre système financier classique. En effet, la banque (l associé bailleur de fonds) ne dispose d aucun droit de regard sur la gestion du projet. En cas d échec, la perte en capital est totalement supportée par la banque. A l inverse, dans le cas d une mouchara,la banque peut intervenir dans la gestion du projet. De par ses modalités de fonctionnement, ce partenariat actif entre l entrepreneur et la banque se rapproche d une joint-venture couramment rencontrée en finance classique. En cas d échec, la perte est supportée par l ensemble des associés (deux au minimum) selon l apport en capital préalablement effectué par chacun. Financement sans participation Les opérations sans participation concernent essentiellement les opérations à caractère commercial (achat ou vente d actifs). Le mourabaha et l ijara sont les contrats les plus utilisés. Le premier est un contrat de vente soumis à des clauses précises issues des principes énoncés par la charia. La vente doit être instantanée, l objet vendu licite et son prix clairement affiché et justifié. Ce type de contrat peut également être utilisé comme source de financement. Dans ce cas, la banque islamique joue le rôle d intermédiaire financier entre l acheteur et le vendeur. En effet, la banque achète au comptant un bien pour le compte d un client pour ensuite lui revendre à un prix augmenté d une marge bénéficiaire. L ijara s apparente à un crédit-bail ou contrat de location en finance classique. A la différence du mourabaha,ce type de contrat transfère l usufruit du bien, c est-à-dire le droit de l utiliser, et non son entière propriété. Un sous-jacent réel Les modes de financement participatifs et non participatifs en finance islamique ont un principe commun : toute opération financière ou commerciale doit avoir un sous-jacent réel. Dès lors, tous les produits dérivés rencontrés en finance classique sont proscrits. Pourtant, les banques islamiques interviennent sur les marchés et ce par l intermédiaire des soukouks souvent assimilés à des obligations classiques. Elles sont émises par des établissements financiers islamiques, par des Etats (Bahreïn, Malaisie, Arabie Saoudite ) ou par des entreprises et permettent le financement de projets spécifiques. Contrairement aux obligations classiques, les soukouks disposent d un actif sous-jacent, condition préalable à leurs émissions. Depuis la crise de la dette de la zone euro, plusieurs pays européens s intéressent à cette nouvelle source de financement. En 2004, une province allemande (Saxe-Anhalt) a ainsi émis un emprunt obligataire islamique de 100 millions d euros. En 2008, le Royaume-Uni l a envisagé pour un montant de 2 milliards de livres (2.3 milliards d euros). Depuis 2009, l Etat français autorise l émission de soukouks et ce afin d élargir les possibilités d octroi de crédit à des petites et moyennes entreprises. La finance islamique peut être un levier additionnel pour financer les grands projets d infrastructures. Les besoins en Europe sont assez importants puisque, de 2011 à 2020, plus de milliards d euros d investissements sont prévus, notamment en transport et énergie Ada Di Marzo, entretien avec Les échos (12/10/2012). Compte bancaire et compte épargne, quelles différences? Compte bancaire : comme en finance classique, toute personne physique ou morale peut déposer des fonds sur un compte courant qui sont garantis par la banque islamique. Les déposants bénéficient gratuitement de chéquiers, de services, de transferts de fonds etc. En France, seule la Chaabi Bank propose l ouverture d un compte bancaire dit charia-compatible. épargner:la finance islamique I - 5

6 Les cartes bancaires : on rappelle que dans le cadre de la finance islamique, l argent ne peut fructifier ex-nihilo. Dès lors, si la carte bancaire entraine d autres frais que les frais de gestion, son utilisation est proscrite. Seules les cartes de retrait et les cartes Prepaid sont proposées aux clients des banques islamiques. Compte épargne : comme énoncé précédemment, la thésaurisation est en principe interdite. En finance islamique, les comptes d épargne s apparentent à des contrats épargne en unités de compte proposés en finance classique. Le capital n est pas garanti et le titulaire du compte n a aucun droit de regard sur la gestion de ce dernier. Quelles différences entre un prêt classique et un prêt islamique? Un individu décide d acheter un bien (par exemple une voiture). La banque achète pour le compte du client ce bien et devient ainsi co-investisseur avec l emprunteur. Le remboursement s effectuera sous forme de versements de loyers augmentés d une marge bénéficiaire. Cette marge ne s apparente pas à un intérêt puisqu elle correspond à la transformation d un paiement de court terme en long terme, autorisée par la loi islamique. Jusqu ici, il n existe pas de différence significative entre l octroi d un prêt par une banque classique et une banque islamique. Par ailleurs, si l emprunteur présente des difficultés dans le cadre du remboursement de son prêt, la banque ne peut facturer des pénalités de retard (aucune réalité ne le justifie : il n existe pas d actif sous-jacent). Article publié sur le site français : La Finance pour tous, Le site pédagogique sur l argent et la finance. http ://www.lafinancepourtous.com/decryptages/dossiers/finance-islamique/origines-et-fondements-de-la-finance-islamique épargner:la finance islamique I - 6

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique II Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée

Plus en détail

Par Yahia AMNACHE- Société d Avocats BOZETINE AMNACHE-HALLAL du 19 au 25 mai 2008.

Par Yahia AMNACHE- Société d Avocats BOZETINE AMNACHE-HALLAL du 19 au 25 mai 2008. LA FINANCE ISLAMIQUE : IMPACT FISCAL Par Yahia AMNACHE- Société d Avocats BOZETINE AMNACHE-HALLAL du 19 au 25 mai 2008. Economie La finance islamique a été considérée pendant des années comme un épiphénomène

Plus en détail

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 2 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 2 ème degré Enseignant Choisir un compte d épargne III Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 2 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte

Plus en détail

- l interdiction de prêter de l argent (avec intérêts) à des tiers.

- l interdiction de prêter de l argent (avec intérêts) à des tiers. Circulaire du directeur des contributions L.G.-A n 55 du 12 janvier 2010 L.G.-A n 55 45/1 L.I.R. n / Eval. n 55 / I.C.C. n 38 97/2 Objet : Finance islamique 1. Généralités La finance islamique se rapporte

Plus en détail

Socles de compétences de. mathématiques. Enseignement secondaire 1 er degré

Socles de compétences de. mathématiques. Enseignement secondaire 1 er degré Enseignant Choisir un compte d épargne I Socles de compétences de mathématiques Enseignement secondaire 1 er degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Opérer et fractionner

Plus en détail

Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam

Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam Quentin Ludwig, avec la collaboration de Cyril-Igor Grigorieff Comprendre l islam Groupe Eyrolles, 2004 ISBN 2-7081-3510-4 Comprendre l islam Les banques islamiques La charia (le droit islamique) interdit

Plus en détail

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe.

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe. Qu est ce que la finance islamique (FI)? La Finance Islamique est l ensemble des instruments financiers qui ont été adoptés suivant les principes de l islam. La FI généralement réduite à l interdiction

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

La finance islamique. Petite taille, potentiel énorme

La finance islamique. Petite taille, potentiel énorme La finance islamique a beaucoup changé depuis ses débuts dans les années 1960. Parmi les modèles financiers basés sur la foi, celui conforme à la charia est le plus dominant et le plus englobant : il couvre

Plus en détail

Lamy Droit du Financement 2011

Lamy Droit du Financement 2011 Lamy Droit du Financement 2011 Hugues MARTIN-SISTERON Doctorant en droit privé Département de recherche Sorbonne-Finance (Paris I) et HEC Paris sur : PARTIE 8 - Financements «éthiques» PARTIE 8 - Financements

Plus en détail

FONDEMENTS ET PERSPECTIVES. Elyès Jouini, Université Paris-Dauphine et Conseil d Analyse Economique

FONDEMENTS ET PERSPECTIVES. Elyès Jouini, Université Paris-Dauphine et Conseil d Analyse Economique FINANCE ISLAMIQUE FONDEMENTS ET PERSPECTIVES Elyès Jouini, Université Paris-Dauphine et Conseil d Analyse Economique Les principes: interdiction du Riba Riba prohibé: chaque profit doit être lié à un engagement

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

La cadre juridique des opérations de crédit islamique en droit français The Legal framework of Islamic Credit Operation in French Law

La cadre juridique des opérations de crédit islamique en droit français The Legal framework of Islamic Credit Operation in French Law La cadre juridique des opérations de crédit islamique en droit français The Legal framework of Islamic Credit Operation in French Law Ibrahim Zeyyad Cekici Enseignant Chercheur Coresponsable du DU Finance

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

La mondialisation i. Compétences terminales de. mathématiques. Enseignement secondaire 2 ème degré

La mondialisation i. Compétences terminales de. mathématiques. Enseignement secondaire 2 ème degré Enseignant La mondialisation i Compétences terminales de mathématiques Enseignement secondaire 2 ème degré Porte d entrée Compétences Le traitement des données Organiser selon un critère. Interpréter un

Plus en détail

Un Exposé sur la Finance Islamique

Un Exposé sur la Finance Islamique Un Exposé sur la Finance Islamique Dr. Ahmad JAZAYERI/ Mahamadou L Cissé Directeur Technique/Directeur de La Formation Projet d Appui à la Chaine de Valeur Céréale (CVC) au Mali ACDI/VOCA Finance par USAID

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

LA PLACE DE PARIS : PROCHAIN HUB DE LA FINANCE ISLAMIQUE EN EUROPE?

LA PLACE DE PARIS : PROCHAIN HUB DE LA FINANCE ISLAMIQUE EN EUROPE? LA PLACE DE PARIS : PROCHAIN HUB DE LA FINANCE ISLAMIQUE EN EUROPE? Rachel JACQUES- MIGNAULT Master II Opérations et fiscalité internationales des sociétés Université Paris I- Panthéon Sorbonne Au mois

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

La notion d opération de crédit islamique en droit français

La notion d opération de crédit islamique en droit français La notion d opération de crédit islamique en droit français Ibrahim Zeyyad Cekici Enseignant Chercheur Coresponsable du DU Finance Islamique Ecole de Management Strasbourg, Université de Strasbourg Ibrahim.cekici@unistra.fr

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK*

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* Acteur majeur sur la scène belge avec 11 fonds, 12 ETC et 160 000 000 certificats proposés aux clients, qui en tout ou en partie sont liés à des produits

Plus en détail

Finance islamique au Maroc, quel avenir?

Finance islamique au Maroc, quel avenir? Finance islamique au Maroc, quel avenir? Avril, 2009 Préambule Ce document propose des réflexions sur l avenir de la finance islamique au Maroc Version : 0 Avril 2009 Contact auteur Mohamed Wail Aaminou

Plus en détail

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Master 222 Gestion d Actifs Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Introduction Les principes de base la finance islamique sont l interdiction de : -

Plus en détail

Swap et Swap vanille 2 / 9

Swap et Swap vanille 2 / 9 Les SWAPs 1 / 9 Swap et Swap vanille Définition Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. Cet accord définit les dates auxquelles ces flux (ou cash-flows)

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Textes de référence : articles 212-28, 212-29 et 314-10 du règlement

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Guide de la finance islamique

Guide de la finance islamique Guide de la finance islamique 2009 Nous sommes heureux de présenter la première édition de notre guide de la finance islamique en France. Ce guide est essentiellement le fruit de l expertise des avocats

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux.

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Vu : - la loi n 58-90 du 19 Septembre 1958 portant création et organisation

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire

TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire Synthèse : TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire Assiste-ton à la disparition des banques? Doc. 1 : Financement par les marchés de capitaux et par l endettement bancaire dans la zone

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

HIMEUR Chihab Mohammed ABDELMOUMEN Nedra. La finance islamique. face au droit francais

HIMEUR Chihab Mohammed ABDELMOUMEN Nedra. La finance islamique. face au droit francais HIMEUR Chihab Mohammed ABDELMOUMEN Nedra La finance islamique face au droit francais L rfarmattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CHAPITRE I Les principes fondamentaux de la finance islamique Section I.

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC SCPI 1 Société de gestion Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC Le Groupe Crédit Mutuel CIC au 31/12/2012 Fonds propres 37 milliards Nombre d agences 5 961 Nombre de clients 30 millions Notations

Plus en détail

Les jeunes des quartiers et l argent

Les jeunes des quartiers et l argent Les jeunes des quartiers et l argent 1 REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES La philosophie et l argent 2 Aristote : définit la monnaie comme un étalon qui rend possible l échange et régule les rapports entre les

Plus en détail

La finance islamique : principes fondamentaux et apports potentiels dans le financement de la croissance et du développement

La finance islamique : principes fondamentaux et apports potentiels dans le financement de la croissance et du développement La finance islamique : principes fondamentaux et apports potentiels dans le financement de la croissance et du développement Wadi Mzid* *Directeur d agence à la Banque Zitouna, Tunisie. Introduction La

Plus en détail

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006 7 mars 2006 Sommaire Introduction Résultats détaillés 1. Les mères donnent de l argent à leurs enfants, via différents moyens 2. Des enfants déjà assez connaisseurs et équipés 3. Un sujet important dans

Plus en détail

Le crédit relais immobilier

Le crédit relais immobilier JANVIER 2014 N 31 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le crédit relais immobilier Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi

Plus en détail

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour Macroéconomie : Le taux d intérêt auquel l Italie emprunte a franchi hier la barre fatidique des 7% provoquant immédiatement une vente massive

Plus en détail

Compte-rendu de la journée de formation du 05/06/2015

Compte-rendu de la journée de formation du 05/06/2015 Compte rendu de l intervention de M Aldo Levy, «Comment les établissements financiers islamiques doivent-ils, avec une gouvernance élargie, financer l économie réelle?» 1. Les sources : Sources principales

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance

Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance Modalités d échange de points MasterCard MD HSBC Advance Remise en argent de HSBC Versement sur votre prêt hypothécaire de la HSBC Dépôt dans votre compte d épargne personnel de la HSBC Réservez vous-même

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE Depuis la fin des années 90 (au siècle dernier!) la financiarisation de l immobilier a apporté des méthodes mathématiques bien pratiques, mais qui

Plus en détail

Le crédit relais immobilier

Le crédit relais immobilier juillet 2012 n 31 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le crédit relais immobilier 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Modes de Financement BID Par Mohamadou GAMDJI Conseiller Juridique Banque Islamique de Développement

Modes de Financement BID Par Mohamadou GAMDJI Conseiller Juridique Banque Islamique de Développement Modes de Financement BID Par Mohamadou GAMDJI Conseiller Juridique Banque Islamique de Développement Concessionnel Modes de Financement BID Prêts Subventions AT Prêts AT Ordinaire Crédit Bail (Leasing)

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

Sous-module n 1 : LA FINANCE ISLAMIQUE SOUS-MODULE N 1 : LA FINANCE ISLAMIQUE

Sous-module n 1 : LA FINANCE ISLAMIQUE SOUS-MODULE N 1 : LA FINANCE ISLAMIQUE 1 Sous-module n 1 : LA FINANCE ISLAMIQUE 1. Histoire de la finance islamique 2. Les principes de la finance islamique La prohibition de l intérêt L adossement des opérations à des actifs réels Le partage

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée?

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle

Plus en détail

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret De l Association CEAN EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF 1) QU EST-CE L ÉPARGNE ET LA FINANCE SOLIDAIRES 2) LA SOCIÉTÉ FINANCIÈRE LA NEF 3) LA

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Chapitre II : Les emprunts indivis

Chapitre II : Les emprunts indivis Chapitre II : Les emprunts indivis I. Caractéristiques générales On appelle emprunt indivis, un contrat entre un et un seul prêteur et un et un seul emprunteur. Un tel emprunt fait l objet d un remboursement

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail