Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré"

Transcription

1 Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir : ouverture au monde ; élargir son horizon à d autres cultures. Penser, faire sens : conceptualiser, argumenter, pratiquer le libre examen. Choisir : choix des valeurs. Situation d apprentissage Réflexion sur le rapport à l argent dans notre culture occidentale. Comparaison avec le rapport à l argent dans d autres cultures : information sur la finance islamique. Composantes de l éducation financière à l école Économique Dimensions de l éducation financière selon l OCDE Une gestion responsable Thématique FSMA Épargner Niveau de responsabilité Citoyen Éthique Le paysage financier Liens avec d autres disciplines Cours d économie : La finance islamique (2) Remarque : Les ressources utilisées dans "La finance islamique 1 et 2" sont identiques. L'exploitation de ces ressources est toutefois différente, les deux pistes d'activités peuvent donc être utilisées de manière complémentaire. Ressources Épargner : Informations utiles. Glossaire. Documents/sites de référence : Les principes financiers de la finance islamique, ADEFI, Association pour le développement de la Finance islamique. http ://www.adefi.be/index.php/fr/ http ://www.lafinancepourtous.com/decryptages/dossiers/finance-islamique/origines-et-fondements-de-la-finance-islamique épargner:la finance islamique I - 1

2 Enseignant Suggestions d activités : Réflexion sur le rapport à l argent d une culture à l autre. Déroulement de l activité : 1. Lancer la discussion sur le sujet suivant : Vous venez de fêter vos 18 ans et vous gagnez (à l euromillion) une importante somme d argent : 20 millions d euros. Que faites-vous avec cet argent? Orienter la discussion : La notion de plaisir associée à l argent. Le don : à ses proches, à la communauté, à des associations, Les investissements ou comment faire de l argent avec de l argent? 2. Relancer la discussion mais en prenant un autre angle de vue : Vous venez de fêter vos 18 ans et vous gagnez une importante somme d argent : 20 millions d euros. Que faites-vous de cet argent, en sachant que vous vivez au Qatar et vous êtes de confession musulmane? 3. Demander aux élèves de lire les documents en Annexe pour nourrir la réflexion. 4. En conclusion : Le rapport à l argent est-il le même pour tous? épargner:la finance islamique I - 2

3 Annexe : La finance islamique repose sur cinq principes fondamentaux : I. Interdiction de l intérêt L intérêt fixe, payé ou reçu, provenant du simple écoulement du temps est interdit. Le profit lié à un investissement résulte uniquement de la prise de risque de l investisseur qui n est pas assuré de revenus fixes et réguliers. II. Interdiction du hasard et de la spéculation Un contrat doit porter sur des éléments certains et non aléatoires. Tout «pari» sur l avenir est proscrit. La vente à découvert et les produits dérivés sont donc exclus. III. Interdiction de secteurs illicites Sont interdits les placements dans les secteurs d activité ne correspondant pas à l éthique musulmane : armement, alcool, jeu de hasard, pornographie IV. Partage des pertes et des profits La finance islamique incite toutes les parties à une transaction à partager le risque et le bénéfice ou la perte. La morale islamique prône donc le partage équitable des pertes et des bénéfices entre les différents acteurs d une opération. V. Adossement à un actif tangible La finance islamique exige que les transactions financières se fondent sur une activité économique réelle. Tout financement doit avoir pour sous-jacent un actif réel et identifiable. épargner:la finance islamique I - 3

4 Origines et fondements de la finance islamique Le Coran, principale source du droit islamique, et la Sunna, retranscription des actes et propos du prophète Mahomet, sont les deux principales sources religieuses de la finance islamique. La Charia, loi islamique régissant notamment les pratiques économiques et sociales, donne naissance aux principes sur lesquels reposent les pratiques financières islamiques. Ces pratiques se fondent sur ce qui est interdit (haram) et sur ce qui est autorisé (halal). En théorie, est recommandé le partage des pertes et profits (PPP) et la redistribution de richesse, le principe d équité étant le pilier central des pratiques financières islamiques. Sont interdits ou proscrits : Le prélèvement d intérêt prédéterminé (riba) : l argent ne peut être créé sans travail. Dès lors, la création de richesse ne reposant pas sur une transaction réelle est interdite. Il ne faut pas confondre l intérêt et le bénéfice. Le premier porte sur la création d argent ex-nihilo alors que le deuxième se définit comme une différence de valeur lors de transactions réelles et est donc autorisé en finance islamique. La thésaurisation. Seule est autorisée une épargne de précaution destinée au remboursement des dettes ou à des besoins sociaux. Pour respecter ce principe, plusieurs investisseurs islamiques doivent nécessairement, faute de pouvoir épargner, investir dans des projets gigantesques. C est ce que l on peut notamment observer dans certains pays du Golfe, notamment aux Emirats Arabes Unis (la tour Burj Khalifa de Dubaï ou encore le projet de construction d une réplique du Taj Mahal dont le budget est estimé à plus d un milliard de dollars ) Les activités ou opérations financières et commerciales liées à la survenance d évènements aléatoires tels que les contrats d assurance en finance classique. La finance islamique autorise seulement certains contrats d assurance : les assurances-vie fondées sur le principe de précaution et non d incertitude, l assurance dite tacafoul reposant sur plusieurs principes spécifiques. La spéculation (maysir) : sont ainsi proscrits tous les produits financiers dont l évolution du sous-jacent est incertain tels que les contrats à terme, swaps, options Par ailleurs, les ventes de biens ou de services dépendant par nature d évènements aléatoires tels que l agriculture sont autorisées (négocier le prix des matières premières avant la récolte par exemple). Investir dans des activités amorales : toute opération liée au tabac, à l alcool, aux jeux, soit tout investissement dans une activité contraire aux principes de la Charia est interdite. La finance islamique en pratique La finance islamique distingue les modes de financement avec participation et sans participation. Financement avec participation Le premier type de financement repose sur le principe de partage des pertes et profits. Dans un cas, la banque se contente d apporter le capital financier à l entrepreneur. On parle alors de moudaraba, contrat de partenariat épargner:la finance islamique I - 4

5 passif s apparentant au fonctionnement d une société en commandite dans notre système financier classique. En effet, la banque (l associé bailleur de fonds) ne dispose d aucun droit de regard sur la gestion du projet. En cas d échec, la perte en capital est totalement supportée par la banque. A l inverse, dans le cas d une mouchara,la banque peut intervenir dans la gestion du projet. De par ses modalités de fonctionnement, ce partenariat actif entre l entrepreneur et la banque se rapproche d une joint-venture couramment rencontrée en finance classique. En cas d échec, la perte est supportée par l ensemble des associés (deux au minimum) selon l apport en capital préalablement effectué par chacun. Financement sans participation Les opérations sans participation concernent essentiellement les opérations à caractère commercial (achat ou vente d actifs). Le mourabaha et l ijara sont les contrats les plus utilisés. Le premier est un contrat de vente soumis à des clauses précises issues des principes énoncés par la charia. La vente doit être instantanée, l objet vendu licite et son prix clairement affiché et justifié. Ce type de contrat peut également être utilisé comme source de financement. Dans ce cas, la banque islamique joue le rôle d intermédiaire financier entre l acheteur et le vendeur. En effet, la banque achète au comptant un bien pour le compte d un client pour ensuite lui revendre à un prix augmenté d une marge bénéficiaire. L ijara s apparente à un crédit-bail ou contrat de location en finance classique. A la différence du mourabaha,ce type de contrat transfère l usufruit du bien, c est-à-dire le droit de l utiliser, et non son entière propriété. Un sous-jacent réel Les modes de financement participatifs et non participatifs en finance islamique ont un principe commun : toute opération financière ou commerciale doit avoir un sous-jacent réel. Dès lors, tous les produits dérivés rencontrés en finance classique sont proscrits. Pourtant, les banques islamiques interviennent sur les marchés et ce par l intermédiaire des soukouks souvent assimilés à des obligations classiques. Elles sont émises par des établissements financiers islamiques, par des Etats (Bahreïn, Malaisie, Arabie Saoudite ) ou par des entreprises et permettent le financement de projets spécifiques. Contrairement aux obligations classiques, les soukouks disposent d un actif sous-jacent, condition préalable à leurs émissions. Depuis la crise de la dette de la zone euro, plusieurs pays européens s intéressent à cette nouvelle source de financement. En 2004, une province allemande (Saxe-Anhalt) a ainsi émis un emprunt obligataire islamique de 100 millions d euros. En 2008, le Royaume-Uni l a envisagé pour un montant de 2 milliards de livres (2.3 milliards d euros). Depuis 2009, l Etat français autorise l émission de soukouks et ce afin d élargir les possibilités d octroi de crédit à des petites et moyennes entreprises. La finance islamique peut être un levier additionnel pour financer les grands projets d infrastructures. Les besoins en Europe sont assez importants puisque, de 2011 à 2020, plus de milliards d euros d investissements sont prévus, notamment en transport et énergie Ada Di Marzo, entretien avec Les échos (12/10/2012). Compte bancaire et compte épargne, quelles différences? Compte bancaire : comme en finance classique, toute personne physique ou morale peut déposer des fonds sur un compte courant qui sont garantis par la banque islamique. Les déposants bénéficient gratuitement de chéquiers, de services, de transferts de fonds etc. En France, seule la Chaabi Bank propose l ouverture d un compte bancaire dit charia-compatible. épargner:la finance islamique I - 5

6 Les cartes bancaires : on rappelle que dans le cadre de la finance islamique, l argent ne peut fructifier ex-nihilo. Dès lors, si la carte bancaire entraine d autres frais que les frais de gestion, son utilisation est proscrite. Seules les cartes de retrait et les cartes Prepaid sont proposées aux clients des banques islamiques. Compte épargne : comme énoncé précédemment, la thésaurisation est en principe interdite. En finance islamique, les comptes d épargne s apparentent à des contrats épargne en unités de compte proposés en finance classique. Le capital n est pas garanti et le titulaire du compte n a aucun droit de regard sur la gestion de ce dernier. Quelles différences entre un prêt classique et un prêt islamique? Un individu décide d acheter un bien (par exemple une voiture). La banque achète pour le compte du client ce bien et devient ainsi co-investisseur avec l emprunteur. Le remboursement s effectuera sous forme de versements de loyers augmentés d une marge bénéficiaire. Cette marge ne s apparente pas à un intérêt puisqu elle correspond à la transformation d un paiement de court terme en long terme, autorisée par la loi islamique. Jusqu ici, il n existe pas de différence significative entre l octroi d un prêt par une banque classique et une banque islamique. Par ailleurs, si l emprunteur présente des difficultés dans le cadre du remboursement de son prêt, la banque ne peut facturer des pénalités de retard (aucune réalité ne le justifie : il n existe pas d actif sous-jacent). Article publié sur le site français : La Finance pour tous, Le site pédagogique sur l argent et la finance. http ://www.lafinancepourtous.com/decryptages/dossiers/finance-islamique/origines-et-fondements-de-la-finance-islamique épargner:la finance islamique I - 6

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique II Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée

Plus en détail

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe.

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe. Qu est ce que la finance islamique (FI)? La Finance Islamique est l ensemble des instruments financiers qui ont été adoptés suivant les principes de l islam. La FI généralement réduite à l interdiction

Plus en détail

Guide de la finance islamique

Guide de la finance islamique Guide de la finance islamique 2009 Nous sommes heureux de présenter la première édition de notre guide de la finance islamique en France. Ce guide est essentiellement le fruit de l expertise des avocats

Plus en détail

Socles de compétences de. mathématiques. Enseignement secondaire 1 er degré

Socles de compétences de. mathématiques. Enseignement secondaire 1 er degré Enseignant Choisir un compte d épargne I Socles de compétences de mathématiques Enseignement secondaire 1 er degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Opérer et fractionner

Plus en détail

Lettre d information N 2 Novembre 2012. Finance islamique

Lettre d information N 2 Novembre 2012. Finance islamique Lettre d information N 2 Novembre 2012 EDITO Les publications sur la finance islamique se multiplient mais sait-on vraiment de quoi il s agit exactement? La finance islamique que l on appelle aussi halal

Plus en détail

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Master 222 Gestion d Actifs Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Introduction Les principes de base la finance islamique sont l interdiction de : -

Plus en détail

Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre législatif et réglementaire?

Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre législatif et réglementaire? Nabil BOUAYAD AMINE LE DÉVELOPPEMENT DE LA FINANCE ISLAMIQUE AU MAR OC : QUELLES ADAPTATIONS DU CADRE LÉGISLATIF ET RÉGLEME Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre

Plus en détail

Page 1 www.cdvm.gov.ma

Page 1 www.cdvm.gov.ma Page 1 Sommaire INTRODUCTION... 3 CHAPITRE I : VUE D ENSEMBLE DE LA FINANCE ISLAMIQUE... 5 I. Définition... 5 II. Origine de la Finance Islamique... 6 III. Le 21ème siècle : la croissance de la Finance

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN. ABDOU DIAW, PhD

FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN. ABDOU DIAW, PhD FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN ABDOU DIAW, PhD AGENDA INTRODUCTION FINANCE ISLAMIQUE:QQ CHIFFRES FINANCE ISLAMIQUE: LE CONCEPT FINANCE ISLAMIQUE: QQ INSTRUMENTS DE FINANCEMENT

Plus en détail

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID LA MICROFINANCE CLASSIQUE LA MICROFINANCE ISLAMIQUE L IMPACT ECONOMIQUE ET SOCIAL L EXPÉRIENCE DE LA BID 1.La Microfinance? la Grameen Bank

Plus en détail

Islamic banking and finance in France

Islamic banking and finance in France MPRA Munich Personal RePEc Archive Islamic banking and finance in France Estelle Brack Centre de Droit Comparé May 2008 Online at http://mpra.ub.uni-muenchen.de/23481/ MPRA Paper No. 23481, posted 25.

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

La Finance Islamique au Maroc entre réticence de la demande et perspectives de développement

La Finance Islamique au Maroc entre réticence de la demande et perspectives de développement «La Finance Islamique au Maroc entre Réticence de la demande et perspectives de développement». La Finance Islamique au Maroc entre réticence de la demande et perspectives de développement Said EL MEZOUARI

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

NOTE DE TRAVAIL MAI 2009 FINANCE ISLAMIQUE ET ISR : CONVERGENCE POSSIBLE

NOTE DE TRAVAIL MAI 2009 FINANCE ISLAMIQUE ET ISR : CONVERGENCE POSSIBLE NOTE DE TRAVAIL MAI 2009 FINANCE ISLAMIQUE ET ISR : CONVERGENCE POSSIBLE? Sommaire Introduction... 3 I. De la finance chrétienne à l ISR... 4 Les exclusions sectorielles... 4 L actionnariat actif... 5

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Principes, Modèles et Gestion Financière. MENA Finance Bourse de Casablanca

Principes, Modèles et Gestion Financière. MENA Finance Bourse de Casablanca TAKAFUL Principes, Modèles et Gestion Financière Par Mohamed Ali Mrad MENA Finance Bourse de Casablanca 19 janvier 2012 Généralités Rappels sur les Principes de la Charia Les 3 «i» comme Interdictions

Plus en détail

PERFORMANCES and STRATEGY

PERFORMANCES and STRATEGY PERFORMANCES and STRATEGY Training / Consulting N d enregistrement agréé par l Etat : 51 140 04 Leader dans les certifications CFA, ARM, PMP, Finance Islamique Training/Consulting Performances and Strategy

Plus en détail

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale 1 Ce Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale définit un cadre de référence pour le développement des campagnes

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Finance islamique Rapport 2011-2012

Finance islamique Rapport 2011-2012 Finance islamique Rapport 2011-2012 Etude sur la revue du cadre réglementaire du système financier en vigueur pour le développement de la finance islamique au sein de l UEMOA Etude commanditée par le Ministère

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Le principe de partage des pertes et profits est utilisé dans

Le principe de partage des pertes et profits est utilisé dans Dossier du 19 Avril 2012 17 Ça prend forme! La nouvelle configuration politique du pays devrait accélérer le développement de la finance islamique. Des projets de lois en préparation. Dossier réalisé par

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS POUR LA PREMIERE EDITION DU COLLOQUE INTERNATIONAL EN FINANCE

APPEL A COMMUNICATIONS POUR LA PREMIERE EDITION DU COLLOQUE INTERNATIONAL EN FINANCE APPEL A COMMUNICATIONS POUR LA PREMIERE EDITION DU COLLOQUE INTERNATIONAL EN FINANCE Sous le thème Kénitra, Les 10 et 11 Décembre 2015 A l Ecole Nationale de Commerce et de Gestion Organisateurs Laboratoire

Plus en détail

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE

La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE La Théorie de la relativité des Loyers Par Alain BECHADE Depuis la fin des années 90 (au siècle dernier!) la financiarisation de l immobilier a apporté des méthodes mathématiques bien pratiques, mais qui

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Mohamed Ali M rad LES RISQUES DE MARCHE EN FINANCE ISLAMIQUE

Mohamed Ali M rad LES RISQUES DE MARCHE EN FINANCE ISLAMIQUE Mohamed Ali M rad LES RISQUES DE MARCHE EN FINANCE ISLAMIQUE Plan 1) Rappels Charia 2) Introduction 3) Les Produits Financiers sous-jacents 4) Les Contrats, Opérations et Instruments Financiers Islamiques

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

NAIT SLIMANI Mohand. Université de Msila

NAIT SLIMANI Mohand. Université de Msila La finance Islamique et le Capital Investissement: Apports des Financements Participatifs pour la Création et le Développement des Petites et Moyennes Entreprises. NAIT SLIMANI Mohand. Université de Msila

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

La mondialisation i. Compétences terminales de. mathématiques. Enseignement secondaire 2 ème degré

La mondialisation i. Compétences terminales de. mathématiques. Enseignement secondaire 2 ème degré Enseignant La mondialisation i Compétences terminales de mathématiques Enseignement secondaire 2 ème degré Porte d entrée Compétences Le traitement des données Organiser selon un critère. Interpréter un

Plus en détail

GemCoin la nouvelle monnaie virtuelle cryptée Bonjour

GemCoin la nouvelle monnaie virtuelle cryptée Bonjour Bonjour Comment dans ce nouveau monde économique, le Gemcoin nouvelle, est en train de s imposer et comment vous pouvez en tirer profit? Je vais sûrement vous faire rêver, certains ne voudrons pas y croire,

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains Les vrais leviers d une activité qui traque les gains S il est un sujet d actualité qui demeure brûlant depuis le début, en 2008, de la crise financière que nous vivons actuellement, c est bien celui du

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret De l Association CEAN EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF 1) QU EST-CE L ÉPARGNE ET LA FINANCE SOLIDAIRES 2) LA SOCIÉTÉ FINANCIÈRE LA NEF 3) LA

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK*

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* Acteur majeur sur la scène belge avec 11 fonds, 12 ETC et 160 000 000 certificats proposés aux clients, qui en tout ou en partie sont liés à des produits

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Commerzbank AG Certificats Factors

Commerzbank AG Certificats Factors Commerzbank AG Certificats Factors Corporates & Markets Produits présentant un risque de perte en capital. Les instruments dérivés présentés sont soumis à des risques (voir les facteurs de risque sur la

Plus en détail

Planification financière personnalisée pour :

Planification financière personnalisée pour : Document 2.2 Planification financière personnalisée pour : Questionnaire n o 1 Profil de la situation financière personnelle et familiale Date : Lieu : Questionnaire n o 1 Profil de la situation personnelle

Plus en détail

Coup d oeil sur les produits d investissement

Coup d oeil sur les produits d investissement Coup d oeil sur les produits d investissement Autorités canadiennes en valeurs mobilières Les autorités provinciales et territoriales en la matière se sont regroupées pour former les Autorités canadiennes

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr www.avdl.fr

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales.

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales. Banking à Bahreïn formé au début du 20 ème siècle avec le début de l'opération en 1920, la branche Est de la Banque (Standard Chartered Bank). A ensuite été établi banque britannique s Est IDDL (maintenant

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3

Epargne. CONNAÎTRE mes produits bancaires. Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien. Revenus. Budget FICHE N 3 FICHE N 3 Dépenses Budget CONNAÎTRE mes produits bancaires Epargne Revenus Optimiser la gestion de son budget, c est aussi bien connaître les produits bancaires et assurantiels que nous détenons. Cartes

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Swap et Swap vanille 2 / 9

Swap et Swap vanille 2 / 9 Les SWAPs 1 / 9 Swap et Swap vanille Définition Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. Cet accord définit les dates auxquelles ces flux (ou cash-flows)

Plus en détail

Bien investir sur les marchés financiers

Bien investir sur les marchés financiers Bien investir sur les marchés financiers avec les CFD Bien investir sur les marchés financiers IG 1 Qu est-ce qu un CFD (Contrat pour la Différence)? Produit dérivé accessible aux investisseurs particuliers,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail