«L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)»"

Transcription

1 «L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)» Retours d expérience des Contrôles du respect des Règles de Construction Rubrique «Parasismique» Chambéry / DDT 73 Pascal PELTE (Cerema DTer Centre-Est / DCAP / UPERBAT - Contrôleur CRC) Mardi 24 juin 2014

2 Pratique récente du CRC parasismique en maison individuelle Évaluations statistiques disponibles non représentatives compte tenu de la pratique récente de ce type de contrôle Retours d expérience sur les constats effectués 2

3 Contrôle en plusieurs étapes Analyse des pièces du dossier d opération Visites de contrôle à des «moments clés» de l opération : Fondations Élévation des murs Planchers Charpente / couverture 3

4 Analyse de dossier Constats effectués : Absence d étude de sol et d étude parasismique Données erronées de l étude parasismique Mauvais dimensionnement des aciers Dispositions concernant les joints parasismiques et les pans de contreventement non respectées Absence de plans de niveau et de façades matérialisant l emplacement et la répartition des pans de contreventement et des chaînages 4

5 Analyse de dossier Points de vigilance à la conception Identifier le zonage sismique de la commune Classer correctement l ouvrage (catégorie d importance) Vérifier si présence d un PPRS sur la commune Vérifier si règles PS MI applicables au projet (sinon application de l Eurocode 8) Respecter le dimensionnement des aciers Réaliser des plans de niveau et de façades matérialisant les pans de contreventement et les joints parasismiques Réaliser une étude BA conforme à la zone sismique et à la réglementation appliquée 5

6 Visites de contrôle in situ - Fondations Les principaux constats effectués Travaux de terrassement mal réalisés entraînant un mauvais positionnement des chaînages Absence de béton de propreté en fond de fouilles Absence de continuité mécanique entre chaînages (recouvrement insuffisant, cadres, épingles, équerres d angle...) Défaut d ancrage des chaînages verticaux dans les fondations Oubli ou mauvais positionnement de chaînages verticaux Passage de gaines de réseaux dans les fondations 6

7 Visites de contrôle in situ - Fondations Points de vigilance à la réalisation des fondations Disposer de plans d exécution conformes Faire reprendre les terrassements si nécessaire Vérifier le nombre, l ancrage et la bonne disposition des chaînages verticaux Vérifier la bonne disposition, la continuité mécanique et le recouvrement des chaînages horizontaux Respecter le dimensionnement et la qualité des aciers 7

8 Visites de contrôle in situ Élévation des murs Les principaux constats effectués Absence de joints parasismiques Présence de matériaux au niveau des joints parasismiques Défauts de continuité mécanique au niveau des chaînages verticaux et horizontaux Recouvrements insuffisants (< 50 Ø ) Liaisons aux angles mal réalisées (équerres d angle absentes, mal positionnées ou en nombre insuffisant, boucles mal positionnées) Rupture de continuité des chaînages verticaux bordant les pans de contreventement 8

9 Visites de contrôle in situ Élévation des murs Défauts de recouvrement, de liaison, de continuité, de chaînages d angle,... 9

10 Visites de contrôle in situ Élévation des murs Points de vigilance à l élévation des murs S assurer de la bonne réalisation des joints parasismiques (joints vides de tout matériau, de bonne dimension et sur toute hauteur) Vérifier le linéaire des pans de contreventement et la continuité des chaînages Vérifier le nombre, l ancrage et la bonne disposition des chaînages verticaux Vérifier la bonne disposition, la continuité mécanique et le recouvrement des chaînages horizontaux Respecter le dimensionnement et la qualité des aciers 10

11 Visites de contrôle in situ Planchers Les principaux constats effectués Planchers poutrelles et hourdis Absence d armatures complémentaires autour de la trémie Recouvrement insuffisant des treillis soudés en partie courante Plancher bois Emploi de chevilles métalliques à expansion Non respect des conditions de mise en œuvre (vissage à couple contrôlé non réalisé) Extrait Agrément Technique. Européen ETA-01/

12 Visites de contrôle in situ Planchers Points de vigilance pour la réalisation des planchers A la conception Veiller au nombre et aux dimensions des trémies A la réalisation Disposer d un plan de plancher tenant compte des dispositions parasismiques spécifiques Prévoir des armatures complémentaires autour des trémies Avant coulage de la dalle, vérifier les éléments critiques assurant la continuité mécanique Au coulage Vérifier les caractéristiques du béton (résistance en compression 25 Mpa) et l épaisseur de dalle (5 cm mini) 12

13 Visites de contrôle in situ Charpente / Couverture Les principaux constats effectués Insuffisance d ancrage des pièces de charpente sur la superstructure Éléments de couverture non fixés en zone de sismicité 4 13

14 Visites de contrôle in situ Charpente / Couverture Points de vigilance pour la réalisation de la charpente et de la couverture Disposer d un plan de charpente tenant compte des exigences en zone sismique exposée En charpente industrielle, vérifier la fixation des fermettes : Dans le chaînage horizontal supérieur des murs Dans les lisses supérieures, elles-mêmes fixées à la structure Dans les chaînages obliques des pignons (cas des toitures à deux versants) Vérifier les contreventements de la charpente y compris au niveau des entraits (diaphragme rigide) Veiller au non sectionnement des chaînages en pignons En zone sismique 4, veiller à la fixation des tuiles (dispositions relatives aux situations exposées au vent) 14

15 En conclusion... sur les premiers contrôles réalisés Prise en compte du zonage sismique erronée Règles parasismiques non maîtrisées ou mal appliquées Conséquences impactant principalement Les fondations Les structures Les charpentes 15

16 Merci de votre attention 16

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques La construction face au risque sismique Nouvelle réglementation Auch 27 novembre 2012 Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques Albane RAMBAUD Sandrine MARNAC CETE du Sud Ouest / DALET

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS

LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS > LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS Opération collective MI-SISBOIS Petit déjeuner thématique du 13 février 2013 / REMIREMONT Baptiste MORON - CRITTBOIS En partenariat avec: Financé par: L

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Corniches. Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE

Corniches. Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE Corniches Cahier des charges et de mise en œuvre SOMMAIRE Définition... Gamme... Caractéristiques des produits...2 Domaine d'utilisation...2 Mise en œuvre...3, 4, 5 Contrôle qualité...6 Références...7

Plus en détail

Maisons de Qualité. charte. Exigences requises pour l obtention de l Agrément

Maisons de Qualité. charte. Exigences requises pour l obtention de l Agrément charte Maisons de Qualité Exigences requises pour l obtention de l Agrément Approbation du Conseil d Administration de la Fédération Maisons de Qualité : 30/11/12 Sommaire 1. QUALITé de la relation 1.1

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Retrouvez l ensemble des productions et services Gipen sur www.gipen.fr. Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme comble habitable

Retrouvez l ensemble des productions et services Gipen sur www.gipen.fr. Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme comble habitable Echelle de pignon Chevêtre Ferme comble habitable (A entrait porteur (AEP)) Ferme comble perdu (EV : avec débord queue de vache) Ferme pignon Ferme comble perdu (W : avec débord entrait long) Pénétration

Plus en détail

LES DIFFERENTS PLANCHERS

LES DIFFERENTS PLANCHERS LES DIFFERENTS PLANCHERS 1. FONCTIONS: 1.1. Stabilité mécanique : Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur les lesquels ils reposent (poutres,

Plus en détail

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles Les principales pièces des charpentes traditionnelles La charpente (fig. 5.1 et 5.2) : ensemble de pièces en bois qui portent la couverture. Les charpentes présentent diverses formes et différentes pentes

Plus en détail

Fiche d aide à la pose SD POWER +

Fiche d aide à la pose SD POWER + Vérifier les points suivants : S assurer que le couvreur a pris connaissance de la partie «Réalisation» du dossier technique S assurer que la pose de l écran de sous toiture est planifiée. S assurer que

Plus en détail

Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16

Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16 Conception parasismique des diaphragmes de toit selon la norme CSA-S16 Robert Tremblay École Polytechnique, Montréal, Canada SCGC - Québec Québec, 16 Avril 2009 Plan 1. Information générale 2. Exemple

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE

DALLES COFFRANTES ISOLANTES POUR CONSTRUCTION PASSIVE ET POSITIVE ISOLATION THERMIQUE EXCEPTIONNELLE Leader des matériaux de construction à haute performance BARRIÈRE THERMIQUE SIMPLICITÉ DE POSE SURCHARGE JUSQU À 1 000 KG / M 2 ET + PORTÉE LIBRE DE 8 M ET + ÉTUDES ET

Plus en détail

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE Document établi par : CSTB 84, avenue Jean Jaurès Champs-sur-Marne F-77447 Marne-la-Vallée Cedex

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

L offre Bloc Béton sur mesure

L offre Bloc Béton sur mesure L offre Bloc Béton sur mesure 2013 Les blocs béton, nouvelle génération, multi conforts pour mieux vivre, le matériau du bien être. Solutions Pradier Blocs "Économique et Durable" Un Bloc toujours aussi

Plus en détail

CHARPENTE - COUVERTURE

CHARPENTE - COUVERTURE CHARPENTE - COUVERTURE TERMINOLOGIE GÉNÉRALE TERMINOLOGIE GÉNÉRALE CHARPENTE COUVERTURE CHARPENTE - COUVERTURE TERMINOLOGIE : LES TOITURES... 1.Rampant (ou versant, ou long pan) 2.Longueur ou rampant 3.Projection

Plus en détail

Le Plancher Nouvelle Génération

Le Plancher Nouvelle Génération Le Plancher Nouvelle Génération ISOLTOP ZAC du Plan 191 Avenue du counoise 84320 Entraigues sur la sorgue Tel : 04 90 23 52 42 Fax : 04 90 23 51 83 contact@isoltop.com www.isoltop.com Version 5 1 Bien

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

Association Française du Génie Parasismique

Association Française du Génie Parasismique CAHIER TECHNIQUE N 35 Avril 2014 Association Française du Génie Parasismique Évaluation de l incidence de travaux sur la vulnérabilité au séisme d un bâtiment existant Grille d analyse Avec le soutien

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE. Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes.

PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE. Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes. PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes. RÈGLEMENT SOMMAIRE I. PORTEE DU PPR : DISPOSITIONS GENERALES...4 A. CHAMP D'APPLICATION...4

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Le système de construction YTONG

Le système de construction YTONG Crédit photo : Maisons 4807 Edi on 2013 Le système de construction YTONG Le système de construction YTONG Xella Thermopierre S.A. - Le Pré Châtelain - Saint-Savin - 38307 BOURGOIN JALLIEU Téléphone :

Plus en détail

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Cette vous permettra d appréhender les principes fondamentaux du système constructif ossature bois selon les normes et DTU en vigueur. Elle

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

Règlement pour construire une école 4 salles de classe

Règlement pour construire une école 4 salles de classe inter aide Lancem ent et suivi de pro grammes concrets d e développement Règlement pour construire une école 4 salles de classe Ce document présente 9 étapes pour réussir la construction --------- Dimensions

Plus en détail

Solutions constructives. planchers

Solutions constructives. planchers Solutions constructives planchers Le Groupe Fabemi se positionne comme l industriel français répondant aux besoins horizontaux grâce à son offre de systèmes constructifs complets manuportables. Nos équipes

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Annulé le : 05/12/2011 Gros œuvre de Maison Avis Technique 3/08-555 Annule et remplace l Avis Technique 1/02-787 Maison PHENIX Titulaire : GEOXIA MAISONS INDIVIDUELLES 55-57, avenue de Colmar 92846 RUEIL

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20. pour maçonnerie à isolation rapportée. Un certain sens de la terre

Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20. pour maçonnerie à isolation rapportée. Un certain sens de la terre Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20 pour maçonnerie à isolation rapportée Un certain sens de la terre Coffre de baie à chaînage intégré COMPOSANTS EN TERRE CUITE POUR BAIES DESTINÉS À PROTÉGER

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

Tekla Structures Guide de référence des composants en béton. Version du produit 21.0 mars 2015. 2015 Tekla Corporation

Tekla Structures Guide de référence des composants en béton. Version du produit 21.0 mars 2015. 2015 Tekla Corporation Tekla Structures Guide de référence des composants en béton Version du produit 21.0 mars 2015 2015 Tekla Corporation Table des matières 1 Composants en béton... 9 1.1 Composants d appui...9 Assise (75)...10

Plus en détail

OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011

OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011 OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011 Localisation des composants dans la construction 1. Toiture et étanchéité 2. Parois verticales extérieures 3. Parois verticales

Plus en détail

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois

Le Seacbois L E S E A C B O I S. Seacbois Le L E S E A C B O I S Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN OEUVRE LIMITES DE PORTEE 35 Le C H A P I T R E I : CARACTERISTIQUES

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES Presse rapide pour protections en rive de toit p. 56-57 Protection pignon avec poteau p. 58 Protection bas de toit avec poteau p. 59 Protection de rive réglable par traversée de mur p. 60 Avant-latte p.

Plus en détail

Coffrage MBA pour ceintures et linteaux

Coffrage MBA pour ceintures et linteaux Coffrage MBA pour ceintures et linteaux Une console d armature d un nouveau genre et un système d éléments à insérer les uns dans les autres pour fixer les barres d armature Le premier système de A à Z!

Plus en détail

Renforcement bâtiment bureaux par voiles extérieurs et précontrainte additionnelle

Renforcement bâtiment bureaux par voiles extérieurs et précontrainte additionnelle Renforcement bâtiment bureaux par voiles extérieurs et précontrainte additionnelle A B C D 12,00 D1 C1 D2 34,76 C2 34,76 12,00 N 34,76 A2 34,76 12,00 A1 B1 12,00 B2 Corbeau + appui néoprène Parking D C

Plus en détail

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale Réponses aux questions sur la nouvelle réglementation parasismique applicable aux bâtiments CLASSIFICATION DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Document Technique d Application BERLIMUR

Document Technique d Application BERLIMUR Document Technique d Application Référence Avis Technique 3/14-767 Annule et remplace l Avis Technique 3/10-657 Mur à coffrage intégré une face Incorporated shuttering wall one side Wand mit integrierter

Plus en détail

Conseils pour la conception et la réalisation d ouvrages en béton cellulaire

Conseils pour la conception et la réalisation d ouvrages en béton cellulaire Conseils pour la conception et la réalisation d ouvrages en béton cellulaire 2+ 1Introduction Le présent manuel est un guide qui a pour but d attirer l attention du concepteur et du constructeur d ouvrages

Plus en détail

BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN BSRP 954. Utilisation des dipôles comme blindage. - Rapport -

BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN BSRP 954. Utilisation des dipôles comme blindage. - Rapport - CERN ST-CE/MP BUNKER STOCKAGE RADIOACTIF A PREVESSIN Utilisation des dipôles comme blindage - Rapport - M. Poehler Version : 1.1 novembre 99 1. Etudes d avant-projet En août de cette année, le groupe de

Plus en détail

Les différentes étapes de la construction d une maison

Les différentes étapes de la construction d une maison HABITAT & OUVRAGES Cliquer pour faire défiler Collège de la Saussaye Les différentes étapes de la construction d une maison Présentation en 19 diapositives et 38 étapes C est le travail du géométre Le

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

LES COUPES VERTICALES

LES COUPES VERTICALES LES COUPES VERTICALES 1- GENERALITES : La coupe verticale est effectuée sur la totalité de la construction. Elle peut être droite ou brisée à plans parallèles. Le repérage de la coupe doit figurer sur

Plus en détail

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique.

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1 Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1. Introduction. Il existe des solutions mixtes acier-béton très diverses dans le domaine du bâtiment. A côté des classiques ossatures

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

LES JARDINS DE MONTSAUVE DESCRIPTIF TECHNIQUE DES CONSTRUCTIONS

LES JARDINS DE MONTSAUVE DESCRIPTIF TECHNIQUE DES CONSTRUCTIONS LES JARDINS DE MONTSAUVE DESCRIPTIF TECHNIQUE DES CONSTRUCTIONS Classe de construction : BHPE (Bâtiment à haute performance énergétique / consommation inférieure à 90KWh/m²/an) conforme à la RT 2005 INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Sérent, Morbihan 25 ans d existence 70 Salariés 5000 m2 d atelier de préfabrication

Sérent, Morbihan 25 ans d existence 70 Salariés 5000 m2 d atelier de préfabrication Sérent, Morbihan 25 ans d existence 70 Salariés 5000 m2 d atelier de préfabrication Maisons Individuelles (CMI), logement social, Bâtiments Tertiaires Publics et Privés. Ossature bois, charpente, Isolation,

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

Avis Technique 20/11-222

Avis Technique 20/11-222 Avis Technique 20/11-222 Annule et remplace l Avis Technique 20/05-78*03Mod Rupteurs de ponts thermiques pour planchers Thermal breaks for floors Tragende Wärmedämmelemente Système de Rupteurs KP1 Titulaire

Plus en détail

Détermination et calcul des ponts thermiques linéiques et intégrés des constructions en bois

Détermination et calcul des ponts thermiques linéiques et intégrés des constructions en bois DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO Date Le 23 août 2006 DER/HTO 2006-115- SF/LS N affaire : 06-019 Client seul Version 1 Unité ayant effectué les travaux : Responsable des travaux

Plus en détail

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat N 5 SUPERSTRUCTURE Enveloppe Seconde œuvre Arezou MONSHIZADE MOBat SUPERSTRUCTURE: Eléments constructifs SUPERSTRUCTURE Murs et baies Plancher Toiture Couverture +Seconde oeuvre INFRASTRUCTURE Sol Semelles

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA CONSTRUCTION DE PETITS BÂTIMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNÉE EN HAÏTI

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA CONSTRUCTION DE PETITS BÂTIMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNÉE EN HAÏTI GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA CONSTRUCTION DE PETITS BÂTIMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNÉE EN HAÏTI M T P T C M I C T Septembre 2010 MTPTC : Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications MICT

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.5 Les toits inclinés et plats 12.5.1 Le toit incliné posé sur un mur en béton armé 12.5.2 Le toit incliné posé sur un mur en

Plus en détail

Armature de maçonnerie Murfor

Armature de maçonnerie Murfor Armature de maçonnerie Murfor Votre solution éprouvée pour des constructions fi ables 2 Table des matières 04 06 08 10 Renforcez votre maçonnerie et contrôlez l apparition de fi ssures Explorez de nouvelles

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1 PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS INSPECTION DE L ATELIER No. 1 Préparé par Rafik Matta, ing. Ingénieur principal Structure TPSGC Mai 2015 Travaux publics et services gouvernementaux Canada Works and

Plus en détail

LES CENTRES DE FORMATION Ytong

LES CENTRES DE FORMATION Ytong GUIDE DE POSE Outil indispensable sur vos chantiers, ce guide vous apportera un éclairage différent sur les techniques de mise en œuvre du béton cellulaire Ytong. Toutefois, il ne remplace pas le D.T.U

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

Conception parasismique et maisons individuelles

Conception parasismique et maisons individuelles ColleCtion technique C i m b é t o n B55 Béton et construction parasismique Conception parasismique et maisons individuelles Béton et construction parasismique Conception parasismique et maisons individuelles

Plus en détail

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE

RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Guy Nordenson and Associates RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT ET DE CONSTRUCTION POUR LES LOGEMENTS EN MAÇONNERIE CHAÎNEE Build Change, Programme d Assistance Technique à la Reconstruction de Logements suite

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages

LES PLANCHERS. Les planchers préfabriqués et les dallages Les planchers préfabriqués et les dallages fig. 4.1 désignations des planchers Le plancher : ouvrage horizontal constituant une séparation entre deux niveaux d une habitation. Selon les matériaux employés

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010 Lecture de plan bâtiment Mai 2010 Représentation des volumes Du volume au plan... Plusieurs vues sont nécessaires pour comprendre et représenter une construction! Introduction La lecture de plan de bâtiment,

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES

RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES Groupe Coopératif Matériaux Envirobat Méditerranée Chapitre Fiche Procédé Constructif Repère Ponts thermiques V2 juillet 2013 Titre fiche RUPTEURS DE PONTS THERMIQUES PRESENTATION DU PRODUIT ET CONTEXTE

Plus en détail

Mise en oeuvre de charpentes légères

Mise en oeuvre de charpentes légères Fiche de sécurité E7 F 01 87 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Mise en oeuvre de charpentes

Plus en détail

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur»

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur» Référence dossier : Z0907035-OG Rapport de Diagnostic Technique de l état physique «La Maison du contrôleur» Maître d ouvrage Voies Navigables de France Direction Interrégionale de VNF Sud Ouest 2 Port

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

LES MURS EN STRUCTURE BOIS

LES MURS EN STRUCTURE BOIS LES MURS FICHE TECHNIQUE / 03 LES TECHNIQUES CONSTRUCTIVES TRADITIONNELLES Le mur en structure bois est toujours posé sur une base en pierre ou maçonnerie afin de le protéger de l'humidité (voir fiche

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE PREVUE PAR LES ARTICLES R.231-4 ET R.232-4 DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION. JOURNAL OFFICIEL DU 27/11/1991.

NOTICE DESCRIPTIVE PREVUE PAR LES ARTICLES R.231-4 ET R.232-4 DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION. JOURNAL OFFICIEL DU 27/11/1991. NOTICE DESCRIPTIVE PREVUE PAR LES ARTICLES R.231-4 ET R.232-4 DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION. JOURNAL OFFICIEL DU 27/11/1991. Immeuble à construire pour le compte de : Demeurant : M. BETON

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06 SOMMAIRE Introduction..........................................05 Domaine d'application..................................05 Visées des textes existants.................................06 Dispositions communes.................................09

Plus en détail

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers :

Commune de Barjouville. Travaux d aménagements de sécurité Rd 339 et Rd 127 et divers : Commune de Barjouville (Département d Eure-et-Loir) MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX Marché à procédure adaptée passé en application de l article 28 du Code des marchés publics. Nature des travaux : Travaux d

Plus en détail

Introduction d un système de codes pour porter les annotations de défauts dans le certificat d agrément

Introduction d un système de codes pour porter les annotations de défauts dans le certificat d agrément Introduction d un système de codes pour porter les annotations de défauts dans le certificat d agrément Recommandation adoptée par le Comité de gestion de la Convention TIR de 1975, le 11 june 2015 Le

Plus en détail

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail