Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale"

Transcription

1 Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités de production dépourvues de numéro d'enregistrement administratif et/ou de comptabilité écrite formelle. Divers travaux montrent que les activités informelles ne sont pas incompatibles avec les mécanismes de l économie de marché, on y trouve des éléments de l économie pure. En outre, les échanges informels trouvent leur source dans les disparités des politiques économiques financières, monétaires, commerciales distinctes selon les pays. Les activités informelles se déploient sur des espaces frontaliers, à partir de réseaux de marchands différenciés par l ethnie et souvent par la famille sur des générations. Ainsi sur la base ethnique ou familiale et d échanges régionaux, le comportement des acteurs n est pas irrationnel mais s insère dans un cadre communautaire de référence. L économie informelle dégage finalement des ressources et représente un facteur de décollage économique qui, s il n est pas suffisant, n en est pas moins réel. Il faut bien évidemment distinguer le petit artisan, le petit commerce de rue, les multiples services à faibles revenus des activités informelles plus porteuses et qui créent de substantiels profits. 2. Le rôle dynamique du secteur informel La mondialisation s accompagne d un processus de régionalisation dont les niveaux et les rythmes varient d un état à l autre. L hypothèse d un marché régional et/ou mondial propre aux grandes entreprises et d un marché local voire national propre aux petites entreprises mérites d être abordée, si tel est le cas des liens entre les niveaux local-national et régional-mondial attesteraient du rôle des activités informelles dans le processus de régionalisation. Une enquête réalisée par l Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) entre 2001 et 2003 réaliser sur 7 capitales de l espace

2 UEMOA ont permis de réaliser que le secteur informel n'est pas seulement un conglomérat d'unités de production exerçant dans des conditions précaires, mais aussi un secteur atomisé, où la dynamique entrepreneuriale est limitée. Dans leur grande majorité, en effet, les unités de production informelles ont été créées par ceux ou celles qui les dirigent actuellement. Contrairement à une idée reçue, la mise à son compte dans le secteur informel est bien souvent un choix délibéré. De cette enquête, il ressort que 60% des chefs d'unités de production considèrent le secteur informel comme un mode privilégié d'insertion sur le marché de travail en invoquant la possibilité d'obtenir un meilleur revenu que le salaire auquel ils pourraient prétendre (28%) ou en refusant le statut de travailleur dépendant et en mettant en avant le désir d'être leur propre patron (32%). Ce résultat permet d'affirmer que le secteur informel est de loin le premier pourvoyeur d'emplois et se présente comme une solution face au chômage galopant des jeunes. En outre, le secteur informel est massivement constitué de micro-unités, la taille moyenne des unités informelles étant de 1,53 personne par établissement se présente comme un moyen rapide pour les gouvernants d absorber les jeunes en les engageant dans des métiers dont la durée de formation est relativement court et n a pas besoin de qualification spécifiques. Sur la base de «circuits financiers clos», des circuits ethniques et des clubs divers (où se côtoient des chefs d entreprises, des hommes ou des femmes d affaires, des décideurs politiques), les conditions d accumulation sont réunies. 3. Le modèle asiatique A l exemple de l acteur économique asiatique qui peut déployer son esprit d initiative d autant qu il bénéficie des conditions macro-économiques favorables tel : économies protégées, liberté d entreprise, interventionnisme de l état avec un rôle efficace d orientation des ressources vers des projets porteurs à long terme, révolution verte, développement des infrastructures et autres, faisant ainsi du secteur informel un espoir de réussite. Le marché informel est une source importante de financement du secteur informel. En Asie, la complémentarité entre les petites et les grandes entreprises permet aux premières de profiter des conditions de crédit obtenus par les seconds. Dans une étude relative aux tontines dans les années 1995 par M. Leart constate que les pratiques financières informelles asiatiques sont davantage orientées vers la disponibilité du crédit ce qui n est pas le cas des pratiques financières informelle africaines. Les emprunts peuvent être opérés auprès de la famille, des amis, du propriétaire, du commerçant ainsi qu auprès des prêteurs

3 professionnels ou auprès de ceux qui accordent des crédits au nm d une banque mais sous leur responsabilité Dans les pays asiatiques, les tontines ont une vocation économique où les fonds sont utilisés pour l investissement. L une des raisons pour lesquelles l Asie a réussie à concilier le rôle et l intervention de l Etat avec le marché tient, selon Chaponnière, à l existence des divers liens associant l Etat, les entreprises, les réseaux formels mais aussi informels. L Afrique semble être éloigner de cette réalité alors les liens communautaires existent, que les tontines sont nombreuses, que les solidarités ethniques sont réelles et que les activités informelles ne demandent qu à bénéficier d un environnement favorable. Les divers exemples concrets montrent que ce ne sont pas les dotations factorielles initiales ou les conditions naturelles qui expliquent les écarts de compétitivité entre l Asie et l Afrique mais bien plus le cadre plus ou moins réglementaire auquel sont assujetties les activités de production et de distribution. De fait, le dynamisme des activités officielles ou non, s en trouve renforcé ou pénalisé ; les acteurs du «bas» sont incités à travailler plus ou, à l opposé, amenés à satisfaire uniquement les besoins primaires de consommation et/ou d épargne, par précaution. Au lieu de produire pour satisfaire le marché intérieur afin d exporter ensuite au sein d une filière localenationale-régionale-mondiale, les micro-entreprises africaines se replient sur elles-mêmes et restent isolées. Elles ont donc peu de chances de maîtriser la connaissance nécessaire et d acquérir la capacité de construire des réseaux de distribution régionaux puis mondiaux qui limiteraient leurs coûts de transaction. On voit mal dans ce contexte les chances de satisfaire les conditions d un processus de régionalisation. Non coordonnées, elles entrainent encore des duplications de projets concurrents et peu viables. Et pourtant, depuis près de 40 ans, de nombreux organismes à vocation régionale ont été créés dans le but de satisfaire les échanges commerciaux, de favoriser l intégration des activités de transformation, industrielles et de services, d accéder davantage aux technologies extérieurs. Les micro-entreprises sont finalement confrontées à une fiscalité trop lourde, à un accès au crédit difficile et cher, à des taux de change surévalués, à des appuis aux producteurs insuffisants ou mal ciblés. Le secteur informel y est mal perçu, insuffisamment aidé, et les capacités d exportations restent trop limitées pour exercer un effet levier et stimuler la croissance. Or ces capacités existent et elles peuvent être valorisées à l échelle locale puis régionale à partir, entre autre, des potentialités du secteur informel. 4. Des marchés étroits et administrés La taille des marchés africains est conditionnée par des bas revenus. En outre, les moyens de transport sont inadaptés. On trouve beaucoup de petits «sous marché» limité en volume et en extension spatiale. La constitution d un

4 processus de régionalisation permettrait à court et moyen terme de multiplier les échanges de biens et services différenciées de part et d autre des économies nationales.les potentialité d exportation ouvrent des perspectives aux microentreprises, formelles et informelles. L exemple des productions maraîchères et fruitières dans l ouest du Cameroun sous l impulsion des Bamiléké est à cet égard révélateur. Leur dynamique dans un contexte de solidarité ethnique leur permettait dans les années 80 d exporter vers les pays frontaliers, dont le Gabon. Par ailleurs, les tontines jouent un rôle financier majeur. Mais, à la différence des tontines asiatiques, les tontines ont plutôt une vocation sociale où les fonds d abord sont utilisés pour la consommation dans la grande majorité des pays africains. En plus du recours au marché financier informel, la taille du marché informel qui posent problème. Elle se limite à l épargne domestique, laquelle dépend à terme de la croissance économiques ou, globalement des performances économiques nationales. Les conditions macro-économiques dans lesquelles évoluent les micro-entreprises informelles africaines méritent donc davantage de flexibilité. Il s agit de réduire par exemples les charges administratives sur les entreprises informelles et faire en sorte que l environnement économique soit plus favorable à l expansion de leurs activités. 5. Le recours aux poly-activités Le souci d anticiper les risques peut encore consister à multiplier les activités. He évoque à ce propos le recours aux poly-activités qui, à leur tour, s inscrivent sur un espace interrégional. La situation économique des zones agricoles est d une importance cruciale pour les performances du secteur informel. Un accroissement de la productivité et une baisse de la pression démographique dans ces zones signifient un moindre recours au facteur travail, le volume de la quantité de travail inemployé doit être absorbé par le secteur informel. Si en revanche, le niveau de salaire du secteur formel est assez élevé pour attirer la quantité de travail excédentaire, la pression de l emploi dans le secteur informel s atténue. L anticipation de la hausse du niveau de salaire dans le secteur formel peut donc inciter les travailleurs agricoles à immigrer. Au niveau macro-économique, cela revient à analyser la division du travail entre le secteur agricole, le secteur formel et le secteur informel. En Asie, on assiste à une extension des activités non fermières dans les zones rurales, laquelle freine l exode vers la ville.

5 Référence : Le rapport de l'institut de recherche des Nations Unies pour le développement social intitulé Combattre la pauvreté et l'inégalité REVUE TIERS MONDE, 01/09/1998, Jean Claude Perez sur «le rôle du secteur informel dans un contexte de régionalisation» Acronymes et Abréviations : INSEE : l Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques UEMOA : Union Economique Monétaire Ouest Africain CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement PIB : Produit Intérieur Brut

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% &

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!#$ $% & Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% & '( L enquête 1-2-3 dans les Etats membres de l UEMOA Le Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'uemoa

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Songhaï : Institution sociale et économique

Songhaï : Institution sociale et économique PROSPECTUS GÉNÉRAL SONGHAÏ Motivations de la création de Songhaï : L Afrique en situation de crise - Insuffisance alimentaire - Exode rural - Fuite des cerveaux - Economie extravertie - Dégradation de

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Rôle de l épargne dans le développement.

Rôle de l épargne dans le développement. 1 Rôle de l épargne dans le développement. L ensemble des acteurs économiques participant aux politiques de développement s accordent à reconnaître, depuis une quinzaine d années, l échec des politiques

Plus en détail

Promouvoir des compétences critiques pour un développement accéléré et durable de l Afrique Les messages clés de la Triennale de l ADEA

Promouvoir des compétences critiques pour un développement accéléré et durable de l Afrique Les messages clés de la Triennale de l ADEA Promouvoir des compétences critiques pour un développement accéléré et durable de l Afrique Les messages clés (Ouagadougou, Burkina Faso, 13-17 février, 2012) Promouvoir des compétences critiques pour

Plus en détail

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information Troisième Forum parlementaire sur la société de l information «Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives futures» 3-5 mai 2010 Salle B Tour de l UIT Union internationale

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies

Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies Mission Permanente du Royaume du Maroc Genève البعثة الداي مة للمملكة المغربية جنيف Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies à la troisième

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

LES BANQUES CAMEROUNAISES ET LES MARCHES A TERME

LES BANQUES CAMEROUNAISES ET LES MARCHES A TERME LES BANQUES CAMEROUNAISES ET LES MARCHES A TERME Cas d Afriland First Bank Présenté par SAH NTAMACK Serge / BIKOUN Josué Direction des Etudes et du Développement- Afriland First Bank SOMMAIRE 1- Présentation

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE COMMUNICATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION (I.U.G.) DE BAMAKO I) Offre de formation de

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne NOTE DE PRESENTATION D ET DE SES ACTIVITES 1996 à 2002 Mise à jour le 14 mars 2003 Afristat B.P. E 1600 Niaréla, rue 499 porte 23 - Bamako

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

Le Financement de la Formation Professionnelle

Le Financement de la Formation Professionnelle Investing in People Etude nationale Le Financement de la Formation Professionnelle Côte d Ivoire This project is funded by The European Union A project implemented by sequa ggmbh Table de Matière 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. LIMITÉE A/CONF.191/L.25 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés Bruxelles (Belgique), 14-20

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le déficit structurel est colmaté

Le déficit structurel est colmaté Le déficit structurel est colmaté QUÉBEC BUDGET 2015 Groupe Économie et Stratégie 26 mars 2015 Faits saillants Pour l année financière en voie de se terminer, le déficit prévu est de 2,35 milliards $,

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Les causes et les origines de l expansion de l économie informelle en Afrique : Propos introductifs Par B. Kouglo LAWSON BODY Centre de Formation

Plus en détail

Quelle microfinance pour le développement de l agriculture dans les pays en développement? Nelly-Françoise TSASA KHINI Décembre 2007 microfinance 07 1 Contexte du Congo Brazzaville Défis et opportunités

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre conférencier Hugues RAJAONSON Cercle de Réflexions des Économistes de Madagascar (CREM) Confiance Rationalité

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail