Une analyse historique du comportement d épargne des ménages américains

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une analyse historique du comportement d épargne des ménages américains"

Transcription

1 1 ocobre 1 N. 51 Une analyse hisorique du comporemen d épargne des ménages américains Le aux d épargne des ménages américains a riplé depuis le déclenchemen de la crise, inerrompan un mouvemen de baisse qui a duré un quar de siècle. Après un survol de la liéraure, nous explorons par l économérie (VECM), les moivaions qui animen la décision d épargne des ménages américains depuis la fin des années 7. Le bu es de comprendre si, par sa dimension hisorique, la crise a condui à une rupure de comporemen. Au-delà des résulas radiionnels qu elle valide, nore analyse monre que : les ménages américains on sur-réagi aux fondamenaux à rois reprises : lors de la récession de 191-, lors de la crise asiaique e de la faillie de LTCM de 1997 à 1999, e lors de la crise des subprimes de 7 à 9. Chacune de ces sur-réacions d épargne éai liée à des anicipaions non réalisées en ermes de chômage e/ou d inflaion, après que ces variables se soien rapidemen dégradées. En d aures mos, les anicipaions des ménages son adapaives, en parie au moins. les ménages américains augmenen auan leur aux d épargne en cas de baisse des prix immobiliers qu ils le diminuen en phase de hausse. l effe richesse esimé (,3) es symérique. RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceurs : Sylvain BROYER Inna MUFTEEVA Thomas JULIEN Chrisian OTT les moivaions d épargne on évolué e les ménages américains on aujourd hui une sensibilié accrue au chômage. Celle-ci n es ouefois pas liée à la précarisaion de l emploi (hausse du emps pariel subi, de la durée du chômage), ni aux ransfers publics. Ces résulas suggèren que, même s il y a eu sur-réacion, le aux d épargne resera élevé dans les années à venir. Sa baisse ininerrompue de 19 à éai liée à un faisceau de circonsances (Grande modéraion, hausse des prix immobiliers e maîrise des finances publiques), qu il sera difficile de réunir à nouveau.

2 L épargne des ménages américains : un poin clef de la l économie mondiale Le aux d épargne des ménages américains a riplé depuis le déclenchemen de la crise, parie il y a rois ans de l effondremen de l immobilier domesique. Cee hausse inerromp un mouvemen de baisse du aux d épargne des ménages qui a duré un quar de siècle (graphique 1). Nous explorons sur une longue période de emps quelles son les moivaions des ménages américains à épargner, pour comprendre si l ajusemen acuel es emporaire, refléan les condiions économiques e financières présenes, ou bien si la crise a condui par sa dimension hisorique à une rupure de comporemen. La consommaion des ménages américains représenan peu ou prou % de la demande mondiale, un changemen de leur comporemen affecerai le poeniel de croissance de l ensemble de la planèe. 1 1 Graphique 1 Eas -Unis : épargne des ménages (en % du RDB) 1 1 Source: Daasream Les déerminans héoriques du aux d épargne des ménages L arbirage des ménages enre consommaion e épargne révèle une préférence plus ou moins fore pour le présen ou le fuur. Il es guidé par rois ypes de considéraions 1 : démographiques : le comporemen d épargne varie avec le revenu d acivié, donc avec l âge. Le aux d épargne des acifs es plus élevé que celui des inacifs (jeunes, reraiés). Un boom de naalié, le vieillissemen d une populaion auron endance à faire baisser le aux d épargne moyen. économiques : 1/ Les habiudes de consommaion son sables à cour erme. Une fore variaion du revenu ne se répercue pas immédiaemen sur le niveau de consommaion. Elle impace d abord le aux d épargne (effe d hysérèse). / Une hausse du aux de chômage enraîne la consiuion d une épargne de précauion. Mais selon la générosié des assurances sociales, la baisse durable du revenu des personnes exposées au chômage peu les conraindre au conraire à puiser dans leur épargne. 3/ Une hausse des déficis publics peu conduire les ménages à aniciper une hausse des impôs fuurs ou une baisse des ransfers (comporemen ricardien) e à épargner plus. / L inflaion, enfin, érode le pouvoir d acha de l épargne consiuée e conrain les ménages à épargner plus (effe d encaisse réelle). L inflaion perçue par les ménages peu avoir un rôle plus imporan que l inflaion saisique mesurée. 1 Voir H.Fraisse «Du nouveau sur le aux d épargne des ménages français?» Bullein de la Banque de France n 13 ocobre. Flash

3 financiers : 1/ le aux d inérê réel influence l épargne de différenes façons : sa hausse fai augmener le rendemen de l épargne consiuée, ce qui souien la consommaion courane (effe revenu), mais la hausse des aux d inérê réels incie égalemen à diminuer la consommaion courane pour bénéficier des rendemens d épargne plus élevés (effe subsiuion). / une hausse du parimoine des ménages (financier e immobilier) peu diminuer le besoin d épargner pour aeindre le niveau de consommaion fuure qui es désiré (effe richesse). 3/ le cycle de crédi enfin affece l épargne, indépendammen des préférences des ménages. La poliique commerciale des banques peu simuler la demande de crédi. L acha de biens d équipemen ou d immobilier à crédi se fai raremen sans désépargne. Les déerminans empiriques du aux d épargne des ménages américains : survol de la liéraure La décision d épargne des ménages américains revê une place de choix dans les éudes économiques. Nous en survolons les principales conclusions (voir la bibliographie en fin d éude). Le rôle du parimoine des ménages sur la décision d épargne a éé exploré par Case, Quigley e Shiller (5), qui disinguen selon la naure du parimoine (richesse financière ou richesse immobilière). A l image de Bernsein (1) qui esimai son pouvoir explicaif de 5 à %, Case e Al. concluen à une fore influence de la richesse immobilière sur l arbirage consommaion / épargne aux Eas-Unis. Selon cee éude, une hausse de 1% de la richesse immobilière condui à une hausse de,% de la consommaion. La richesse financière ne jouerai en revanche aucun rôle. Par ailleurs, leurs esimaions on révélé que des chocs exernes pouvaien modifier ransioiremen les décisions d épargne ; un résula égalemen présen dans Aanasio e Borella (). L influence de la démographie es différemmen appréciée dans la liéraure. Tandis que la FED (1991) ne lui accorde que peu d imporance, Callen e Thimann (1997) en fon un déerminan principal de la par épargnée du revenu. Maki e Palumbo (1) rouven que le aux d épargne des populaions à niveaux élevés de revenu e d éducaion a plus baissé que les aures au cours des années 9. Bloom e Al. () affirmen que la srucure par âge de la populaion influence ceres le aux d épargne, mais qu il fau aussi considérer l allongemen de l espérance de vie. D après ces ravaux, une longévié accrue peu induire une vie de ravail, donc d épargne, accrue selon la générosié du sysème d assurances sociales. La réacion des ménages à l endeemen public a éé analysée par Berben e Brosens (5) pour un panier de pays de l OCDE. Ils rouven un effe (relaion non linéaire) amoindrissan la consommaion privée dans les pays à for endeemen, mais pas dans les pays à faible endeemen public. Divers ravaux vérifien le rôle du aux de chômage (encaisse de précauion) e de la croissance du revenu (hysérèse), du sysème fiscal, des assurances sociales e des ransfers, de la dérégulaion financière, ec. Enfin, il es uile de menionner que la mesure de l épargne ne saisfai pas vraimen les économises américains. Cashell (9) fai remarquer que les gains réalisés (plus-values) sur le sock de capial éan axés, ils réduisen le flux d épargne pour des moifs indépendan de la préférence des ménages. Skinner (199) esime de son côé que la moiié de la richesse accumulée par les ménages américains n es pas compabilisée, si l on ne considère pas les gains en capial. Bernsein (1) esime pour sa par cee disorsion à 5-33%. Le bureau d analyse économique (BEA) ne les compabilise en effe pas comme source de revenu, alors que la Fed qui regarde le bilan des ménages les prend en compe. Flash

4 Nore esimaion de la foncion d épargne des ménages américains Pour esimer nore propre foncion du aux d épargne des ménages américains, nous avons reenu la echnique du VECM : La régression OLS aurai éé plus simple, mais cee echnique exige que oues les variables soien saionnaires. Comme la plupar des grandeurs macroéconomiques son inégrées, le recours à une régression OLS nécessierai d éliminer la endance, ce qui peu faire perdre de l informaion saisique. Un VAR serai la echnique la plus robuse, mais les relaions modélisées son rès dépendanes du passé e peuven «manquer» une évoluion acuelle. Par ailleurs, un VAR ne donne pas d indicaions sur le degré de co-inégraion des variables. La echnique du VECM consise à esimer dans un membre de long erme une relaion de co-inégraion enre variables (elle exise si la combinaison de ces variables es saionnaire). Le résidu (le erme d erreur) de cee combinaison mesure l écar enre l équilibre obenu par les variables explicaives e la variable expliquée. Le résidu inégré dans le membre de cour erme du VECM perme de savoir à quelle viesse l équilibre de long erme es rerouvé. Relaion de coinégraion Nous cherchons à expliquer le aux d épargne des ménages américains depuis 1977 après le Federal Reserve Ac qui, en changean le mode de fixaion des aux d inérê de la banque cenrale, a modifié le comporemen des agens. Ayan esé les déerminans héoriques e ceux menionnés par la liéraure, il nous apparai que le aux d épargne des ménages américains dépend de l inflaion, des aux d inérê, du défici public e, comme Case e Al. () l on monré, des prix immobiliers. A l insar de la Fed (1991), nous ne rouvons pas de relaion fore avec la démographie américaine. Afin de ne pas biaiser la valeur des erreurs ypes (T-sa), nous avons régressé cee relaion par les DOLS. Nore esimaion en données rimesrielles depuis le T-1977 es la suivane : S 3,,37* INFL,3* REAL _ INT,* DEF,99* log( HOUSE _ PRICE) (,) (,) (,) (,9) (,) (1) Avec : S : l épargne des ménages américains en % du revenu disponible bru ; INFL : l inflaion annuelle mesurée sur les prix à la consommaion (CPI headline) ; DEF : le défici oal du gouvernemen, ce qui dans le cas des Eas-Unis es équivalen au défici corrigé du cycle ; HOUSE_PRICE : les prix immobiliers mesurés par l indice FHFA. Les résulas obenus par Case e Al. () nous on incié à ne pas reenir le parimoine financier comme faceur explicaif de la relaion. Le chômage es égalemen absen de cee première relaion, puisqu une elle variable n es pas inégrée. On peu égalemen argumener qu une relaion de Philips ayan exisé, au moins par le passé, le chômage se rerouve dans l inflaion, e les aux réels vu le manda de la Fed. Les ess saisiques nous permeen d acceper la relaion de co-inégraion : nous vérifions par des ess ADF individuels que oues ces variables son inégrées d ordre 1. Par ailleurs, des ess Engle-Granger e Phillips-Ouliaris rejeen l hypohèse de non inégraion au niveau de 1%. La lecure graphique de l esimaion (graphiques a-b) livre de plus amples informaions. Elle confirme la spécificaion accepable du modèle e la saionnarié des résidus. Flash

5 Par ailleurs, le résidu monre rois grandes périodes de sur-réacion emporaire du comporemen d épargne des ménages américains (valeur du résidu supérieure à un écar ype) depuis la fin des années 7 ( ; e 7-9) que nous inerpréerons plus ard. 1 1 Graphique a Eas -Unis : aux d'épargne observé e modélisé (% RDB) Observé modélisé Graphique b Résidu de la relaion coinégraion (% RDB) Sources : Da asream, Naixis Sources : Daasream, Naixis Pour l heure, il es emps de caracériser le comporemen du consommaeur américain depuis la fin des années 197 d après nore esimaion : Il se proège de l inflaion : une hausse des prix à la consommaion de 1% le fai augmener son aux d épargne de, poin de RDB pour préserver la valeur réelle de son parimoine ; Il a une préférence pour la consommaion fuure, puisqu une hausse de 1% des aux d inérê réels l incie à épargner son revenu de, poin de RDB supplémenaire ; Il anicipe la hausse des impôs (ou la baisse des presaions publiques) en cas de dégradaion des finances publiques. Son aux d épargne augmene de, poin de RDB en réacion à une progression de 1 poin de PIB du défici public. En revanche, il es rès sensible à la valeur de son parimoine immobilier, puisqu une hausse de 1% des prix l incie à baisser son aux d épargne de,3 poin de RDB (un résula voisin de Case e Al.). La baisse endancielle du aux d épargne des ménages américains depuis la fin des années soixane-dix s explique donc avan ou par la hausse quasi-coninue des prix immobiliers dans un conexe d inflaion e de aux d inérê en baisse (la «Grande modéraion», graphique 3). La nee amélioraion des compes publics enre 199 e 1 (graphique, obenue, dans un cycle économique poreur, par la baisse de la charge d inérê sur la dee concomiane à celle des aux, la baisse des dépenses miliaires, l inroducion d un plafond sur les dépenses discréionnaires e la hausse du aux d imposiion des revenus), a elle aussi paricipé à la baisse du aux d épargne sur cee période. Flash

6 1 1 Graphique 3 Eas -Unis : conribuions au aux d'épargne (% RDB) Prix immobiliers Défici public Taux d'inérê réels 1 Graphique Eas -Unis : solde budgéaire (% PIB) 1 Inflaio n -1-1 Source: Da asream, Naixis Source : Daasream Relaion de cour erme Une relaion d équilibre éan rouvée, nous pouvons enquêer sur les flucuaions de cour-erme de l épargne, c es-à-dire la relaion de cour erme du VECM. Nous expliquons cee fois la variaion du aux d épargne des ménages américains par celles d aures variables e le résidu de la relaion de co-inégraion, don le coefficien mesure la viesse à laquelle les ménages adapen leur aux d épargne aux écars à la relaion d équilibre en une période (rimesre). Sur le même échanillon que précédemmen, nous rouvons la relaion suivane :,5,13* DPI 1,1* U,1* RESID 1 ( 7,3) (1,1) (7,) (,5) S () R²=,59 e DW=1,99 Avec comme nouvelles variables : DPI : le revenu disponible des ménages U : le aux de chômage RESID : le résidu du membre de long erme Les poins indiquen les différences premières. La par expliquée de la variance (59%) es élevée e le coefficien Durbin-Wason proche de n indique pas d auocorrélaion des séries, ce qu un es de Breusch-Godfrey confirme. Cee seconde relaion perme de voir qu à cour erme (graphiques 5a-b), l arbirage enre consommaion e épargne des ménages américains es affecé par : les variaions du revenu. Une augmenaion de salaire ne sera pas consommée immédiaemen le rimesre de hausse. Les ménages adapen donc leur niveau de consommaion au revenu en l espace de quare mois. Inversemen, une baisse subie du revenu n enrainera pas ou de suie une diminuion similaire de la consommaion. les peres d emploi. Une hausse du aux de chômage incie les ménages américains à épargner par précauion. Le coefficien rouvé es élevé, mais rappelons que les assurances-chômage son peu développées oure- Alanique. une force de rappel vers l équilibre de long erme, don ou écar es gommé, selon le coefficien, en 7- mois. Flash

7 Le fai que les variables explicaives de la relaion de long erme n on, une fois saionnarisées, aucun pouvoir explicaif dans la relaion de cour erme, souligne l imporance du concep de co-inégraion e la pere d informaions qui peu êre associée à la «saionnarisaion» arificielle des données. 3.. Graphique 5a Relaion de cour eme (variaion du aux d'épargne, % RDB) Observé M o délisé Graphique 5b Ré sidu de la re laion de cour erm e (% RDB) Sources : Daasream, Naixis Sources : Da asream, Naixis En ransforman les relaions 1 e, on peu alors lire nore VECM d une raie : S,5,13* DPI ( 7,3),1* S (,5) 1 (1,1) 1,1* U (7,),37* INFL 1,3* REAL _ INT 1 (,) (,),* DEF 1,99* log( HOUSE _ PRICE) (,) (,9) 1 (3) Analyse hisorique des rois périodes de sur-réacion du aux d épargne La relaion 1 de nore modèle nous a enseigné que les ménages américains on sur-réagi à la dégradaion des fondamenaux économiques, c es-à-dire épargné plus que nécessaire, de façon ransioire, à rois reprises depuis la fin des années 7. Nous explorons le conexe : 191- : Paul Volcker, le présiden de la Fed comba le second choc pérolier par des hausses de aux massives. Parallèlemen, Ronald Reagan coupe dans le budge pour endiguer les déficis publics. L inflaion e le Policy mix enraînen l économie américaine dans la récession. Bien que la conracion du PIB soi relaivemen limiée (-1,9% en 19), le aux de chômage aein 1,% en ocobre. Les prix immobiliers baissen depuis Tou ceci fai augmener le aux d épargne des ménages, comme le monre le graphique : effe subsiuion par la hausse des aux, effe richesse négaif par la baisse du parimoine immobilier, encaisse de précauion avec la monée du chômage, mais surou encaisse réelle par la poussée inflaionnise : L effondremen du sysème monéaire en Asie e les peres du Fonds LTCM affecen la confiance des ménages, les amenan à épargner, alors que les variables fondamenales de l économie américaine ne le demanden pas (graphique ). Flash

8 7-9 : Après une période prononcée de «sous-épargne» du revenu favorisée par la poliique de crédi hypohécaire des banques américaines, l éclaemen de la bulle immobilière fai boule de neige e a des répercussions dramaiques sur le parimoine des ménages américains (baisse de 13,% des prix immobiliers en ). Un endeemen excessif e l insolvabilié croissane des ménages en raison de la monée du aux de chômage les conraignen à épargner. Mais le plus imporan moif sera l ouverure fulgurane des déficis publics avec les plans de relance (graphique ). Alors qu au débu des années, la sur-réacion d épargne des ménages américains semble avoir éé nourrie par une percepion rès négaive sur les perspecives d emploi, la sur-réacion de l a éé par des anicipaions d inflaion plus élevées que l inflaion saisique, e la sur-réacion de 7-9 à la fois par les perspecives rès dépréciées en ermes d emploi e des anicipaions d inflaion exagérées (graphiques e 7). Chaque sur-réacion d épargne es liée à des anicipaions non réalisées des ménages qui peuven s expliquer par la viesse de dégradaion de ces variables. En d aure mo, les anicipaions des ménages son, au moins en parie, adapaives. Il es enfin inéressan de noer l absence de sur-réacion à l épargne lors du krach boursier de 197. Cee variable n éan pas reenue dans nore spécificaion, une déviaion aurai dû êre observée si la valeur du parimoine financier jouai un rôle propre ou si la variable de prix immobiliers ne capai pas enièremen les évoluions des marchés acions. Ce résula confore ceux de Case e Al. e nore spécificaion. 1 1 Graphique Eas -Unis : pe r ce pion du m ar ché du ravail e chômage avéré Graphique 7 Eas -Unis : anicipaions d'inflaion e inflaion (GA en %) Anicipaions d'inflaion (Universié du Michigan) Inflaio n oale Taux de chômage (G) Jobs hard o ge minus pleniful (D) Sources : BLS, CB Sources : UM, BLS La baisse des prix immobiliers a--elle des conséquences symériques à leur hausse sur l épargne des ménages américains? Nous avons vu que la valeur du parimoine immobilier joue un rôle imporan dans l arbirage enre consommaion e épargne des ménages américains. Mais la liéraure nous a égalemen enseigné que l épargne pouvai êre diminuée involonairemen par l imposiion des gains en capial réalisés sur ce parimoine en cas de cession. Il serai donc possible que la baisse des prix immobiliers n augmene pas auan le aux d épargne que la hausse des prix le rédui. Nous esons cee idée économériquemen. Nous ré-esimons la relaion 1 en inroduisan une variable (DUM) binaire e indicaive du sens d évoluion des prix immobiliers : Flash

9 S 39,1,37* INFL,3* REAL _ INT (1,7) (1,9) 3,1 * DUM * log( HOUSE _ PRICE) 3,1 * (1 DUM ) * log( HOUSE _ PRICE) ( 11,) (7,),* DEF ( 11,) (7,) () Cee esimaion, qui es de qualié moyenne puisque sur les 133 observaions de l échanillon 33 seulemen son des baisses de prix, mais qui saisfai aux mêmes ess saisiques que la relaion 1, suggère que l effe es symérique (les coefficiens son ideniques) : les ménages américains augmeneron leur aux d épargne en phase de baisse des prix immobiliers auan qu ils le diminuen en phase de hausse des prix. C es aujourd hui une mauvaise nouvelle pour l économie américaine. Ce effe symérique éein l argumen de la fiscalié des plus values mis en lumière par Cashell, e souligne le rôle des exracions hypohécaires e de la poliique de crédi des banques en phase de hausse des prix immobilière. Le comporemen d épargne des ménages a--il évolué au cours du emps? Nous regardons mainenan si le comporemen d épargne des ménages américains a évolué au cours des ving-cinq dernières années. Pour ce faire, nous esimons sur rois périodes de emps e comparons la valeur des coefficiens de la relaion de cour erme de nore VECM. La faible aille de l échanillon (133 observaions) ne nous perme pas de procéder à la même analyse sur la relaion de co-inégraion. Le ableau 1 suggère un effe d hysérèse e un rappel à l équilibre de long erme sables au cours du emps, mais un changemen dans le comporemen d épargne de précauion : alors qu elle s éai neemen affaiblie au cours de la décennie 9, la consiuion d une épargne de précauion en cas de monée du chômage es sur la décennie plus fore que jamais. Tableau 1 - décomposiion de la relaion par périodes Périodes Variables Revenu disponible..1. Taux de chômage Terme de correcion d'erreur Source: NATIXIS La précarisaion de l emploi américain a-elle une influence sur le comporemen d épargne des ménages? Nous nous demandons si la plus fore épargne de précauion es liée à la précarisaion croissane de l emploi américain (graphique ). Pour eser cee idée, nous esimons la relaion 5 à parir de la relaion, en majoran le aux de chômage par le nombre d emplois à emps pariel subi. Ce faisan, le nouveau coefficien s affaibli des deux-iers par rappor à l original. Nous procédons à la même manipulaion dans la relaion en remplaçan cee fois le aux de chômage par sa durée médiane, qui a foremen augmené (graphique 9). Ici, le nouveau coefficien s affaibli encore plus que l original. La précarisaion de l emploi américain n a donc pas de conséquence sur l épargne des ménages. A ravers le chômage, c es la pere du revenu iré d un emploi qui moive l épargne de précauion. La générosié des ransfers publics ne semble pas incriminée non plus, puisque les ransfers ne baissen pas en endance depuis dix ans (graphique 1).,1,* DPI,* U _ precarious,31* RESID 1 (,) (,) (5,) (,) S (5) Flash

10 ,,* DPI,9* U _ duraion,33* RESID 1 ( 5,5) (7,) (3,3) (,3) S () Graphique Eas -Unis : Chôm age e e m ploi à e m ps par ie l involonaire (% populaion acive) Graphique 9 Eas -Unis : durée médiane du chômage Durée médiane du chômage (nombre de semaines, G) Au chômage pendan 7 semaines e plus (' de personnes, D) 3 Source : Naixis Sources : BLS Graphique 1 Eas -Unis : dé com pos iion du re ve nu disponible des ménages (en % de RDB) - Wages Transfers Taxes Synhèse : un nouveau monde Le aux d épargne des ménages américains a riplé depuis le déclenchemen de la crise, inerrompan un mouvemen de baisse qui a duré un quar de siècle. Nous avons exploré par l économérie (VECM) les moivaions qui animen la décision d épargne des ménages américains depuis la fin des années 7. Le bu éai de comprendre si, par sa dimension hisorique, la crise a condui à une rupure de comporemen. Au-delà des résulas radiionnels qu elle valide, nore analyse monre que : les ménages américains on sur-réagi aux fondamenaux à rois reprises : lors de la récession de 191-, de la crise asiaique e LTCM de 1997 à 1999, e lors de la crise des subprimes de 7 à 9. Chacune de ces sur-réacions d épargne éai liée à des anicipaions non réalisées en ermes de chômage e/ou d inflaion, après que ces variables se soien rapidemen dégradées. En d aures mos, les anicipaions des ménages son adapaives, en parie au moins. Flash

11 les ménages américains augmenen auan leur aux d épargne en cas de baisse des prix immobiliers qu ils le diminuen en phase de hausse. l effe richesse esimé (,3) es symérique. les moivaions à l épargne on évolué e les ménages américains on aujourd hui une sensibilié accrue au chômage. Celle-ci n es ouefois pas liée à la précarisaion de l emploi (hausse du emps pariel subi, de la durée du chômage), ni à la diminuion des ransfers publics. Ces résulas suggèren que, même si il y a eu sur-réacion, le aux d épargne resera élevé dans les années à venir. Sa baisse ininerrompue de 19 à éai liée à un faisceau de circonsances (Grande modéraion, hausse des prix immobiliers e maîrise des finances publiques), qu il sera difficile de réunir à nouveau. Bibliographie Aanasio, O.P./Borella, M.: Sochasic Componens of Individual Consumpion: A Time Series Analysis of Grouped Daa; NBER Working Paper 15, Cambridge, Augus. Berben, R.P./Brosens, T.: The Impac of Governmen Deb on Privae Consumpion in OECD Counries; DNB Working Paper, No. 5, Amserdam, June 5. Bernsein, J.: Bernsein Disciplined-Sraegies Monior; Bernsein Research, pp. 17-3, June 1. Bloom, D.E./Canning, D./Mansfield, R./ Moore, M.: Demographic Change, Social Securiy Sysems, and Savings; NBER Working Paper 11, Cambridge, Ocober. Callen, T./Thimann, C.: Empirical Deerminans of Household Saving: Evidence from OECD Counries; IMF Working Paper 97/11, Washingon D.C., December Case, K.E./Quigley, J.M./Shiller, R.J.: Comparing Wealh Effecs: The Sock Marke versus he Housing Marke; Cowles Foundaion Paper No. 111, Connecicu,. Cashell, B.W.: The Fall and Rise of Household Saving; Congressional Research Service 7-57, Washingon D.C., Sepember 9. Dirschmid, W./Glazer, E.: Deerminanen der Sparquoe der privaen Haushale in Oeserreich; in: Geldpoliik & Wirschaf: Quaralshef zur Geld- und Wirschafspoliik, Q/, Oeserreichische Naionalbank, Wien. Maki, D.M./Palumbo, M.G.: Disenangling he Wealh Effec: A Cohor Analysis of Household Saving in he 199s; Massachuses/Washingon D.C., April 1. Skinner, J.: Precauionary Saving, Wealh Accumulaion, and he Saving Downurn of he 19s; in: Naional Tax Journal, Vol. 3, no. 3, pp. 7-57, Sepember 199. Wilcox, D.W./Helwig, S.J.: Household Spending and Saving: Measuremen, Trends and Analysis; Federal Reserve Bullein, Washingon D.C., January Flash

12 AVERTISSEMENT / DISCLAIMER Ce documen e oues les pièces joines son sricemen confideniels e éablis à l aenion exclusive de ses desinaaires. Ils ne sauraien êre ransmis à quiconque sans l accord préalable écri de Naixis. Si vous recevez ce documen e/ou oue pièce joine par erreur, merci de le(s) déruire e de le signaler immédiaemen à l expédieur. Ce documen a éé préparé par nos économises. Il ne consiue pas un rappor de recherche indépendan e n a pas éé élaboré conformémen aux disposiions légales arrêées pour promouvoir l indépendance de la recherche en invesissemen. En conséquence, sa diffusion n es soumise à aucune inerdicion prohiban l exécuion de ransacions avan sa publicaion. La disribuion, possession ou la remise de ce documen dans ou à parir de ceraines juridicions peu êre limiée ou inerdie par la loi. Il es demandé aux personnes recevan ce documen de s informer sur l exisence de elles limiaions ou inerdicions e de s y conformer. Ni Naixis, ni ses affiliés, direceurs, adminisraeurs, employés, agens ou conseils, ni oue aure personne accepe d êre responsable à l enconre de oue personne du fai de la disribuion, possession ou remise de ce documen dans ou à parir de oue juridicion. Ce documen e oues les pièces joines son communiqués à chaque desinaaire à ire d informaion uniquemen e ne consiuen pas une recommandaion personnalisée d invesissemen. Ils son desinés à êre diffusés indifféremmen à chaque desinaaire e les produis ou services visés ne prennen en compe aucun objecif d invesissemen, siuaion financière ou besoin spécifique à un desinaaire en pariculier. Ce documen e oues les pièces joines ne consiuen pas une offre, ni une solliciaion d acha, de vene ou de souscripion. Ce documen ne peu en aucune circonsance êre considéré comme une confirmaion officielle d'une ransacion adressée à une personne ou une enié e aucune garanie ne peu êre donnée sur le fai que cee ransacion sera conclue sur la base des ermes e condiions qui figuren dans ce documen ou sur la base d aures condiions. Ce documen e oues les pièces joines son fondés sur des informaions publiques e ne peuven en aucune circonsance êre uilisés ou considérés comme un engagemen de Naixis, ou engagemen devan noammen êre soumis à une procédure d'approbaion de Naixis conformémen aux règles inernes qui lui son applicables. Naixis n a ni vérifié ni condui une analyse indépendane des informaions figuran dans ce documen. Par conséquen, Naixis ne fai aucune déclaraion ou garanie ni ne prend aucun engagemen envers les leceurs de ce documen, de quelque manière que ce soi (expresse ou implicie) au ire de la perinence, de l exaciude ou de l exhausivié des informaions qui y figuren ou de la perinence des hypohèses auxquelles elle fai référence. En effe, les informaions figuran dans ce documen ne iennen pas compe des règles compables ou fiscales pariculières qui s appliqueraien aux conreparies, cliens ou cliens poeniels de Naixis. Naixis ne saurai donc êre enu responsable des évenuelles différences de valorisaion enre ses propres données e celles de iers, ces différences pouvan noammen résuler de considéraions sur l applicaion de règles compables, fiscales ou relaives à des modèles de valorisaion. De plus, les avis, opinions e oue aure informaion figuran dans ce documen son indicaifs e peuven êre modifiés ou reirés par Naixis à ou momen sans préavis. Les informaions sur les prix ou marges son indicaives e son suscepibles d évoluion à ou momen e sans préavis, noammen en foncion des condiions de marché. Les performances passées e les simulaions de performances passées ne son pas un indicaeur fiable e ne préjugen donc pas des performances fuures. Les informaions conenues dans ce documen peuven inclure des résulas d analyses issues d un modèle quaniaif qui représenen des évènemens fuurs poeniels, qui pourron ou non se réaliser, e elles ne consiuen pas une analyse complèe de ous les fais subsaniels qui déerminen un produi. Naixis se réserve le droi de modifier ou de reirer ces informaions à ou momen sans préavis. Plus généralemen, Naixis, ses sociéés mères, ses filiales, ses acionnaires de référence ainsi que leurs direceurs, adminisraeurs, associés, agens, représenans, salariés ou conseils respecifs rejeen oue responsabilié à l égard des leceurs de ce documen ou de leurs conseils concernan les caracérisiques de ces informaions. Les opinions, avis ou prévisions figuran dans ce documen reflèen, sauf indicaion conraire, celles de son ou ses aueur(s) e ne reflèen pas les opinions de oue aure personne ou de Naixis. Les informaions figuran dans ce documen n on pas vocaion à faire l obje d une mise à jour après la dae apposée en première page. Par ailleurs, la remise de ce documen n enraîne en aucune manière une obligaion implicie de quiconque de mise à jour des informaions qui y figuren. Naixis ne saurai êre enu pour responsable des peres financières ou d une quelconque décision prise sur le fondemen des informaions figuran dans la présenaion e n assume aucune presaion de conseil, noammen en maière de services d invesissemen. En ou éa de cause, il vous apparien de recueillir les avis inernes e exernes que vous esimez nécessaires ou souhaiables, y compris de la par de jurises, fiscalises, compables, conseillers financiers, ou ous aures spécialises, pour vérifier noammen l adéquaion de la ransacion qui vous es présenée avec vos objecifs e vos conraines e pour procéder à une évaluaion indépendane de la ransacion afin d en apprécier les méries e les faceurs de risques. Naixis es agréée par l Auorié de conrôle prudeniel (ACP) en France en qualié de Banque presaaire de services d invesissemens e soumise à sa supervision. Naixis es réglemenée par l AMF (Auorié des Marchés Financiers) pour l exercice des services d invesissemens pour lesquels elle es agréée. Naixis es agréée par l ACP en France e soumise à l auorié limiée du Financial Services Auhoriy au Royaume Uni. Les déails concernan la supervision de nos aciviés par le Financial Services Auhoriy son disponibles sur demande. Naixis es agréée par l ACP e régulée par la BaFin (Bundesansal für Finanzdiensleisungsaufsich) pour l exercice en libre éablissemen de ses aciviés en Allemagne. Le ransfer / disribuion de ce documen en Allemagne es fai(e) sous la responsabilié de NATIXIS Zweigniederlassung Deuschland. Naixis es agréée par l ACP e régulée par la Banque d Espagne (Bank of Spain) e la CNMV pour l exercice en libre éablissemen de ses aciviés en Espagne. Naixis es agréée par l ACP e régulée par la Banque d Ialie e la CONSOB (Commissione Nazionale per le Socieà e la Borsa) pour l exercice en libre éablissemen de ses aciviés en Ialie. Naixis ne desine la diffusion aux Eas-Unis de cee publicaion qu aux «major U.S. insiuional invesors», définis comme els selon la Rule 15(a) (). Cee publicaion a éé élaborée e vérifiée par les économises de Naixis (Paris). Ces économises n'on pas fai l'obje d'un enregisremen professionnel en an qu'économise auprès du NYSE e/ou du NASD e ne son donc pas soumis aux règles édicées par la FINRA. This documen (including any aachmens hereo) is confidenial and inended solely for he use of he addressee(s). I should no be ransmied o any person(s) oher han he original addressee(s) wihou he prior wrien consen of Naixis. If you receive his documen in error, please delee or desroy i and noify he sender immediaely. This documen has been prepared by our economiss. I does no consiue an independen invesmen research and has no been prepared in accordance wih he legal requiremens designed o promoe he independence of invesmen research. Accordingly here are no prohibiions on dealing ahead of is disseminaion. The disribuion, possession or delivery of his documen in, o or from cerain jurisdicions may be resriced or prohibied by law. Recipiens of his documen are herefore required o ensure ha hey are aware of, and comply wih, such resricions or prohibiions. Neiher Naixis, nor any of is affiliaes, direcors, employees, agens or advisers nor any oher person accep any liabiliy o anyone in relaion o he disribuion, possession or delivery of his documen in, o or from any jurisdicion. This documen (including any aachmens hereo) are communicaed o each recipien for informaion purposes only and do no consiue a personalised recommendaion. I is inended for general disribuion and he producs or services described herein do no ake ino accoun any specific invesmen objecive, financial siuaion or paricular need of any recipien. I should no be consrued as an offer or soliciaion wih respec o he purchase, sale or subscripion of any ineres or securiy or as an underaking by Naixis o complee a ransacion subjec o he erms and condiions described in his documen or any oher erms and condiions. Any underaking or commimen shall be subjec o Naixis prior approval and formal wrien confirmaion in accordance wih is curren inernal procedures. This documen and any aachmens hereo are based on public informaion. Naixis has neiher verified nor independenly analysed he informaion conained in his documen. Accordingly, no represenaion, warrany or underaking, express or implied, is made o he recipiens of his documen as o or in relaion o he accuracy or compleeness or oherwise of his documen or as o he reasonableness of any assumpion conained in his documen. The informaion conained in his documen does no ake ino accoun specific ax rules or accouning mehods applicable o counerparies, cliens or poenial cliens of Naixis. Therefore, Naixis shall no be liable for differences, if any, beween is own valuaions and hose valuaions provided by hird paries; as such differences may arise as a resul of he applicaion and implemenaion of alernaive accouning mehods, ax rules or valuaion models. In addiion, any view, opinion or oher informaion provided herein is indicaive only and subjec o change or wihdrawal by Naixis a any ime wihou noice. Prices and margins are indicaive only and are subjec o changes a any ime wihou noice depending on iner alia marke condiions. Pas performances and simulaions of pas performances are no a reliable indicaor and herefore do no predic fuure resuls. The informaion conained in his documen may include he resuls of analysis derived from a quaniaive model, which represen poenial fuure evens, ha may or may no be realised, and is no a complee analysis of every maerial fac represening any produc. The informaion may be amended or wihdrawn by Naixis a any ime wihou noice. More generally, no responsibiliy is acceped by Naixis, nor any of is holding companies, subsidiaries, associaed underakings or conrolling persons, nor any of heir respecive direcors, officers, parners, employees, agens, represenaives or advisors as o or in relaion o he characerisics of his informaion. The opinions, views and forecass expressed in his documen (including any aachmens hereo) reflec he personal views of he auhor(s) and do no reflec he views of any oher person or Naixis unless oherwise menioned. I should no be assumed ha he informaion conained in his documen will have been updaed subsequen o dae saed on he firs page of his documen. In addiion, he delivery of his documen does no imply in any way an obligaion on anyone o updae such informaion a any ime. Naixis shall no be liable for any financial loss or any decision aken on he basis of he informaion conained in his documen and Naixis does no hold iself ou as providing any advice, paricularly in relaion o invesmen services. In any even, you should reques for any inernal and/or exernal advice ha you consider necessary or desirable o obain, including from any financial, legal, ax or accouning advisor, or any oher specialis advice, in order o verify in paricular ha he invesmen(s) described in his documen mees your invesmen objecives and consrains and o obain an independen valuaion of such invesmen(s), is risks facors and rewards. Naixis is auhorised in France by he Auorié de conrôle prudeniel (ACP) as a Bank Invesmen Services providers and subjec o is supervision. Naixis is regulaed by he AMF in respec of is invesmen services aciviies. Naixis is auhorised by he ACP in France and subjec o limied regulaion by he Financial Services Auhoriy in he Unied Kingdom. Deails on he exen of our regulaion by he Financial Services Auhoriy are available from us on reques. Naixis is auhorised by he ACP and regulaed by he BaFin (Bundesansal für Finanzdiensleisungsaufsich) for he conduc of is business in Germany. The ransfer / disribuion of his documen in Germany is done by / under he responsibiliy of NATIXIS Zweigniederlassung Deuschland. Naixis is auhorised by he ACP and regulaed by Bank of Spain and he CNMV for he conduc of is business in Spain. Naixis is auhorised by he ACP and regulaed by Bank of Ialy and he CONSOB (Commissione Nazionale per le Socieà e la Borsa) for he conduc of is business in Ialy. This research repor is solely available for disribuion in he Unied Saes o major U.S. insiuional invesors as defined by SEC Rule 15(a)(). This research repor has been prepared and reviewed by research economiss employed by Naixis (Paris). These economiss are no regisered or qualified as research economiss wih he NYSE and/or he NASD, and are no subjec o he rules of he FINRA Flash

How large is the infrastructure multiplier in the euro area?

How large is the infrastructure multiplier in the euro area? March 22, 2013 No. 227 How large is he infrasrucure muliplier in he euro area? While auseriy measures have failed o bring he expeced susainable consolidaion in public finances, he challenge for policymakers

Plus en détail

Peut-on prévoir, donc peut-être éviter les crises financières?

Peut-on prévoir, donc peut-être éviter les crises financières? Juin N. Peu-on prévoir, donc peu-êre évier les crises financières? Les évoluions économiques marquanes se fon, surou depuis les années 99, non de manière coninue mais dans des crises financières de naures

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation?

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? août N L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? Beaucoup d investisseurs institutionnels ont accru leurs portefeuilles d immobilier (résidentiel et commercial), d une part en raison

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder :

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder : janvier N 7 Financement des entreprises par les marchés aux États-Unis, financement des entreprises par les banques dans la zone euro : que nous a appris la crise? Les entreprises aux États Unis sont surtout

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Études. Dynamique des prix des logements : quel rôle des facteurs financiers?

Études. Dynamique des prix des logements : quel rôle des facteurs financiers? Dynamique des prix des logemens : quel rôle des faceurs financiers? Les prix des logemens dans les pays indusrialisés on connu de fores flucuaions au cours des dernières décennies. En pariculier, les hausses

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro 31 août 11 N 3 Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro Nous pensons que la crise de la zone euro est facilement expliquée avec deux graphiques : - les avoirs et les dettes extérieurs

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Juillet 1 N. 91 Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Les pays en difficulté de la zone euro souffrent de maux différents : par exemple explosion de la bulle

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés?

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? 15 février 13 N 154 Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? Dans beaucoup de pays de la zone euro, le taux d endettement public va se stabiliser à un niveau extrêmement élevé,

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comporemen du banquier cenral en environnemen incerain Sanvi AVOUYI-DOVI & Jean-Guillaume SAHUC 07-05 www.univ-evry.fr/epee

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Rédiger e sécuriser la publicié de vos marchés publics (Ref : 3280) Appréhendez les informaions devan figurer dans les avis de publicié e sécurisez ainsi la procédure de passaion de vos marchés

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES

Blainvifie. inspirante POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Blnvifie inspirane POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Mars 2013 POLITIQUE INTERNE CONCERNANT LES CADEAUX ET LES BÉNÉFICES Sommre OBJECTIF DE LA POLITIQUE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément 3 mai 11 N. 1 Les allemands travaillent-ils plus que les européens Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS La chancelière A. Merkel

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen?

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? 19 septembre 211 N. 77 Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? Le modèle américain de financement des entreprises consiste en une forte désintermédiation

Plus en détail

Organisation du travail et santé des seniors en Europe

Organisation du travail et santé des seniors en Europe Documen ravail Working paper Organisaion du ravail e sané s seniors en Europe Thierry Debrand (IRDES), Pascale Lengagne (IRDES) DT n 3 Février 2007 Insiu recherche e documenaion en économie la sané IRDES

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail