Idées directrices pour une phénoménologie économique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Idées directrices pour une phénoménologie économique."

Transcription

1 Idées directrices pour une phénoménologie économique. François Régis MAHIEU Cemotev (Université de Versailles) et UMI «Résiliences» ( IRD) Avril 2014 Résumé La phénoménologie, délaissée par les économistes, critique le savoir scientifique «objectif» et lui oppose les modes concrets de la subjectivité. La phénoménologie réintroduit la subjectivité dans les domaines de la responsabilité et de la souffrance. Elle implique une anthropologie étudiant les niveaux de l expérience humaine. JEL: A 11, A12, B16, B41. Avertissement Ce texte n a pas la prétention de fonder une nouvelle phénoménologie économique ni de montrer notre strict respect d une phénoménologie codifiée. Il a pour but de situer l analyse économique introduite dans l ouvrage collectif «Freedom, Responsibility and Economics of the Person» dans le dédale phénoménologique. Il permet, par ricochets, de mieux différentier notre approche des usages macro et microéconomiques. Mots clefs : phénoménologie, anthropologie, personne, responsabilité, vulnérabilité souffrance. «tra questa immensita s annega il penser mio : e il naufragar m e dolce in questo mar», Leopardi, L Infinito,Canti. Introduction La philosophie morale anglophone constitue la référence principale, sinon exclusive, de la réflexion philosophique des économistes. La phénoménologie du continent européen en est totalement absente même si certains philosophes de ce courant, tel Paul Ricoeur, ont pu s intéresser à l économie. Ce monopole n est pas justifiable par une plus grande scientificité ; au contraire la phénoménologie est réputée pour sa rigueur 1 qui la rend difficile d accès. Le phénomène, théorisé par les philosophes, a trait à ce qui relève de notre conscience, de notre expérience, au monde tel que nous le percevons 2. Il est différent du noumène qui a trait aux choses en soi. Ainsi dans la phénoménologie du climat, le ressenti tient du phénomène, différent du noumène ou climat en soi tel qu il apparaît dans les instruments de mesure. Le 1 Husserl est d abord mathématicien, dont la notion de totalité est discutée par Frege. 2 Patocka,J (1990) s interroge: «Que signifie le phénomène? Le phénomène c est ce que nous voyons, ce qui est là dans notre expérience, «ce qui se montre soi-même», dans les limites du comment de cette manifestation» 1

2 phénomène est compréhensif, il implique l intention du sujet. En cela il n est pas explicatif, selon la distinction effectuée par Max Weber entre sciences explicatives et compréhensives. Les sciences sociales et en particulier l économie sont phénoménologiques. Par exemple Freud 3 proclame que «le véritable début de l activité scientifique consiste bien plutôt dans la description des phénomènes qui sont alors bien groupés, ordonnés et intégrés dans des ensembles», définition qui s inspire étroitement de Husserl. Ricoeur dans «le conflit des interprétations» rappelle les trois thèses de la phénoménologie : théorie de la signification, théorie du sujet, théorie de la réduction. Nous insisterons sur la signification par l anthropologie économique et le retour au sujet, la personne. La réduction sera invoquée marginalement à travers les formes logiques de la théorie des choix collectifs. Dans le dédale des phénoménologies, nous essayons de privilégier l approche de la personne en économie. L élément le plus important est la «phénoménologie de l homme capable» définie par Paul Ricoeur. La phénoménologie réhabilite le sujet en tant que personne capable, responsable et souffrante. Cette démarche pose la question de la méthode et de ses conséquences sur le raisonnement économique. Le phénomène de la souffrance, par exemple est traité par la pensée économique comme un problème accessoire, relevant de l ordre naturel, ce que dénonce en vain «l économie sociale et solidaire» de Charles Gide. Par exemple, de nouvelles souffrances, principalement psychologique apparaissent dans le milieu du travail, avec le passage de la responsabilité collective (cf. le toyotisme) à la responsabilité individuelle. La phénoménologie permet de revenir sur ces événements et d éviter soit un traitement théorique prématuré, soit une omission volontaire afin de régler empiriquement le problème. Ainsi l anthropologie économique,en étudiant les capacités des personnes, par exemple à dire, faire, s imputer, narrer, peut servir de méthode à la phénoménologie économique Tel est le cas du mystère de la résilience, certaines personnes ayant cette capacité à diminuer la souffrance, d autres non. Rappelons que la philosophie accorde la priorité à la diminution de la souffrance en tant qu obligation parfaite par rapport à l amélioration du bien être qui n est qu une obligation imparfaite. On examinera préalablement les principales composantes de la phénoménologie économique (I). Puis la méthode est abordée avec l anthropologie économique (II). Des applications sont effectuées, notamment à propos du phénomène communautaire des transferts inter vivos. -I- Les principales composantes de la phénoménologie économique La phénoménologie 1 est divisée entre différentes acceptions, en Allemagne (Husserl, Heidegger, Gadamer, Scheler), au Japon (Watsuji), en Tchécoslovaquie ( Patocka),et surtout en France ( Sartre, Merleau-Ponty, Lévinas, Ricoeur, Henry, etc..) ; leur base commune est la personne (l Être) et ses caractéristiques. Les interprétations de la seconde vague, Sartre, Ricoeur, Lévinas, entre autres,sont des alternatives claires au radicalisme philosophique 4, et favorisent les applications en économie. La phénoménologie critique le savoir scientifique «objectif» et lui oppose les modes concrets de la subjectivité. Elle amène à réintroduire la subjectivité dans les domaines de la responsabilité et de la souffrance. Cette critique initiée par Husserl s applique en économie avec Michel Henry (1987) qui dénonce son idéologie scientiste et positiviste. La phénoménologie de Henry est très claire, mais amène à une 3 Freud (1915). 4 Le radicalisme philosophique «englobe» les différents courants de pensée, utilitaristes et hédonistes ; il a été mis en valeur par Elie Halévy ( ). Il désigne le processus général de rationalisation et de sécularisation qui détruisit l hégémonie de la religion à partir de Le radicalisme est un monopole de la pensée au point où l on se demande comment Rawls et Sen peuvent renier l utilitarisme. 2

3 impasse ; il dénonce avec des mots très forts les abstractions de l économie politique, ses réductions de la vie à «des idéaux quantifiables et mathématisables». (p. 157). L anthropologie économique dès lors s en prend au «bestiaire des économistes» ; ce qui provoquera un rejet de la discipline telle qu elle est pratiquée par des «économicistes». Mais que propose Michel Henry? Un retour à la critique de l économie politique de Marx comme déconstruction et mise en relation avec la vie, l histoire déterminant la structure du capitalisme. La référence à Marx paraît surprenante quand on voit les abstractions grandioses du début du Capital, abstractions qui ne sauraient échapper à sa propre conception de la relativité historique. Mais,on peut très bien assimiler ces abstractions, par exemple le fétichisme de la marchandise à une phénoménologie. D où une génération de chercheurs, principalement en France, sera perdue, brandissant un «bestiaire» des économistes d un côté et prêchant le retour au marxisme de l autre. Ce rejet disciplinaire condamne l auteur auprès des économistes et restreint son influence. L influence de Ricoeur est beaucoup plus grande par sa prise en compte de la personne responsable et de sa fragilité constitutive. Mais aussi par l importance accordée à la souffrance dans la prise de conscience plus que l exploitation liée au salariat. Ricoeur (2004) dans «les parcours de la reconnaissance», célèbre l économie, notamment l approche par les capabilités et il apporte une synthèse entre les conceptions de la responsabilité. Ricoeur (1969) propose en plus une lecture phénoménologique de l œuvre de Freud et de l importance qu il accorde à l inconscient. Le retour au sujet «responsable de bien penser et capable de folie» implique une dialectique du conscient et de l inconscient qui renforce l idée centrale de la phénoménologie :l incapacité du «cogito ergo sum» de Descartes pour une prise de conscience dont l identité n est pas donnée immédiatement et requiert des expériences humaines. 11- Perception du phénomène et rôle du sujet. Nous prenons ici l exemple des transferts inter-vivos, phénomène constaté dans certaines sociétés réputées solidaires. Les transferts sont rapidement traités par de nombreux experts comme des adhésions volontaires à des assurances. L anthropologie souligne le contexte communautaire, loin d un phénomène de marché qui régit ce phénomène et modifie ses caractéristiques. La mécanique complexe (responsabilité- rationalité- raisonnabilité) combine différents types d analyse. La phénoménologie modifie les bases de l économie et s applique bien aux expériences personnelles, tel le phénomène des transferts «inter vivos». On ne peut dissocier les transferts dans certaines sociétés du contexte communautaire, des pressions psychologiques sinon d un racket jusqu à subvertir toutes les personnes concernées. L efficacité de ce système dépend de sa configuration : efficace et bienveillant, il peut devenir inefficace et malveillant. Le phénomène tient dans l acceptation généralisée d une telle contrainte. Dès lors les variables économiques changent de nature : par exemple, le salaire a une vocation collective au lieu d être une rémunération individuelle. Le choix des cultures s effectue sous la pression des activités communautaires, d où les élasticités négatives entre incitations et choix de cultures. D autres phénomènes économiques sont par exemple l inflation, le chômage, la croissance et aussi la pauvreté, la souffrance. L analyse économique procède à une réduction explicative ramenant le phénomène à des lois et des modèles pré-établis. Par exemple le théoricien cherchera si le chômage est classique ou keynésien. La phénoménologie procède à une 3

4 réduction compréhensive, cherchant les ressentis personnels du chômage : variable d ajustement et créateur de souffrances. Les agrégats ne souffrent pas! Faire intervenir l homme et l action humaine augmente le risque d indéterminations, d incohérences, d instabilités en économie. Ainsi un modèle économétrique devient très fragile dès qu il intègre des hypothèses de comportement, compte tenu des irrationalités des agents économiques, dits «esprits animaux» selon Keynes. Mais le même Keynes a professé sa loi psychologique fondamentale, la consommation augmente moins vite que le revenu dégageant un solde dit «épargne» ; ces lois sont contestées par Kuznets d une part et les théoriciens d une l épargne individuelle résultant d un arbitrage entre perturbations intra et intergénérationnelles. Le sujet ou «first person» est primordial. On voit l importance du «je», du projet personnel (Sartre, L Etre et le Néant), ou encore du ressenti (cf Watsuji,1966) et la phénoménologie du climat). Le vécu est prioritaire. Du fait de cet ego, la pensée est orientée vis-à-vis de l objet visé, il y a intentionnalité. L humanisme est explicite : l homme est au centre de l économie, comme sujet, marquant la prééminence du «je» et de son ressenti ; il est intentionné et donc non déterminé structurellement 5. L intentionnalité a trait au fait, selon Sartre, que la conscience d un objet peut se faire dans la crainte, la haine, et l amour. Cette approche privilégie les expériences vécues par les sujets et les analyses sans préjugé. Ces phénomènes sont relatifs aux caractéristiques des personnes concernées : rang dans la communauté familiale, statut social, sexe etc.. L analyse de terrain est indispensable et les méthodes d analyse fondées sur l analyse de données sont prioritaires avant toute causalité déduite d une fonction prédéterminée. L économie analyse des phénomènes, des expériences sans prétention à une réalité objective. Toute action ou norme sociale passe par la personne. La phénoménologie admet l intentionnalité de l action, au contraire d une vision purement naturaliste. La capacité d'action désigne de nombreuses actions, pratiques ou intellectuelles (se projeter). Synthétisant par le terme agency les apports de plusieurs auteurs marxistes qui en ont traité avant lui, notamment l'historien britannique Thompson (1988), Anthony Giddens parlera de la capacité non seulement d'agir des individus, mais aussi de se projeter dans leur action (voir Giddens 1987), en insistant sur leur sexualité. Ainsi, on pourrait dire que pour comprendre le sujet anthropologique, il faut tenir compte à la fois de la structure dans laquelle il s'insère et de son agencéité qui lui permet de s'insérer de façon spécifique au sein de cette structure. Un exemple cruel peut être cité : en Mars 2014, un tribunal californien vient de condamner à la prison à vie un enfant de 12 ans suspecté d avoir tué son frère ; cette punition est établie sur «l action d adulte» effectuée par l enfant, indépendamment de ses caractéristiques. L enjeu formel est mis en valeur par une réduction à la logique des énoncés normatifs dite logique déontique. Le traitement de la variable nominale, i, peut être illustré par la différence entre deux prédicats, exprimant l obligation : soit il est obligatoire pour la personne i que α soit Oiα, soit il est obligatoire que α et donc Oα (Kalinowski,1979,a,b).. L obligation, l interdiction ou la permission sont des énoncés normatifs qui passent par la personne. Il n est pas acceptable de nier la personne ni de faire en sorte que les normes soient automatiquement réalisées.. Cette exigence logique, en relation avec le sujet, caractérise la pensée de Husserl. 5 Selon Dubois,M.(2014) : «la détermination est ce qui décrit la relation de cause à effet alors que nos actions intentionnelles tendent vers un but ou sont construites selon un projet» 4

5 Ce fondateur de la phénoménologie, est au départ mathématicien, étudiant le fondement commun des mathématiques et de la logique. Frege (1892), le père de la logique moderne n est pas loin 6! Husserl (1970) dans ses «Logical Investigations» rentre dans la logique de l identité, la variété des expressions ayant trait à un même objet. Cette identité est non seulement, au sens de Ricoeur, une «mêmeté» (continuité de l'individu), mais une «ipséité» par le respect de la parole, de soi vis à vis de l'autre. Ce sujet est social, c'est-à-dire dans une interaction subjective. C est le «je» + le regard d autrui. La perception intersubjective est un tout, soulignant l importance de la communauté et de l altruisme. On a vu la relation extrême avec l autre et son visage chez Lévinas (1972), avec une priorité lexicographique qui met en cause la continuité et le cadre différentiel de l économie courante. Sartre (2012) rappelle que «nous sommes déjà jetés dans le monde en face de l autre «et ainsi le respect de la liberté d autrui est un vain mot.» Patocka(1992) évoque l existence comme quelque chose qui nous est imposée, qui foncièrement n est pas produit par nous, mais dont nous assumons la responsabilité. La personne est construite chez Ricoeur avec ses capacités : dire, faire, s imputer, narrer. La capacité à s imputer une responsabilité est très importante ; elle est constitutive de la personne Importance de la responsabilité. Chaque individu est plongé dans une communauté de droits et d obligations qu'il peut ordonner rationnellement, en essayant de ne pas heurter son environnement. Il y résout séquentiellement sa responsabilité et prend alors la dimension d'une «personne», responsable, rationnelle et raisonnable. Cette veille permanente (la responsabilité infinie) de chaque personne sur «sa» communauté détermine ses actes économiques, par les gains ou les pertes inhérents aux différentes responsabilités. La personne apparaît avec l «exercice» de la responsabilité et pas uniquement en étant responsable. La responsabilité s entend à trois niveaux : l obligation, l imputation, la sanction 7. Une personne s engage pour une autre personne (ou elle-même) afin qu une action soit faite, et en assume les conséquences. De façon simple, une obligation de réaliser une action est assimilée à une responsabilité d effectuer cette action. Cette obligation est imputée à une personne donnée (cf. l importance de la capacité d imputation chez Ricœur). Enfin le manquement à une obligation est assorti de sanctions. Le fait d assumer cette contrainte est constitutif de la personne et de la liberté ; la séquence alternative de la liberté première dont l emploi est jugé par une responsabilité/comptabilité (Roemer,1996)) est alternative à la responsabilité de la personne. La responsabilité est conçue de manière totalement différente, a posteriori en société de nature avec des individus opportunistes et a priori en société de droit avec des personnes. L'éthique de responsabilité affirme, selon M.Weber (1919), que : «Nous devons répondre des conséquences prévisibles de nos actes». Mais devant qui? La responsabilité est une motivation qui possède des contenus très différents, de nombreuses formes (garantie, obligation, culpabilité, etc.). Elle peut être une vertu ou un vice selon les contextes. Il existe actuellement une forte opposition entre la phénoménologie de la responsabilité et la responsabilité conçue comme relation de cause à effet dans le cadre de la théorie de l action. Ainsi, on distingue la responsabilité morale attachée à la personne par rapport à d autres pour une action donnée, et la responsabilité liée à l action plus 6 Il effectue un compte-rendu de l ouvrage de Husserl., Philosophie de l Arithmétique en Une littérature considérable formalise actuellement la responsabilité et les sanctions, compte tenu de la permissivité de la société actuelle. Si elle réhabilite la logique déontique, elle oublie souvent qu elle traite de personnes et non seulement d individus sinon d hommes machines. 5

6 impersonnelle pour des individus donnés. La responsabilité morale de la personne est immense dans les conceptions d un devoir par rapport à toute autre personne ou toutes les générations futures. Il s agit d une responsabilité potentielle et prospective. Cette «ascription» a priori, attribue à une personne des droits et des obligations en fonction de son identité et de son histoire. Par exemple, son rang familial (aîné ou cadet) et son statut professionnel détermineront l étendue de sa responsabilité. La responsabilité caractérise selon Jonas, la personne au-delà de l individu. Anthropologiquement, la personne est différenciée de l individu, «c est le seul être connu de nous qui puisse avoir une responsabilité» (Jonas, 1998). Cette capacité à se désigner et à parler, différencie prioritairement la personne des êtres, et donc prioritairement les personnes entre elles. La responsabilité pourrait être infinie dans le temps (Jonas, 1979) et dans l espace ( Lévinas, 1979), elle est cependant limitée par chaque personne, en fonction de ses moyens et de ses sentiments. Chaque personne est ainsi capable de s auto-contraindre dans certaines limites. Il existe, dans la philosophie morale et politique actuelle, de nombreuses façons de traiter de la responsabilité. L approche choisie ici est l éthique positive de la personne par rapport à sa «communauté» 8. Elle analyse comment un individu responsable de lui-même et des autres, gère ses droits et surtout ses obligations. Cette éthique a une portée restreinte par rapport à la philosophie, mais, prise au sérieux par les économistes, change radicalement l hypothèse utopique d un «individu libre», fiction qui détermine la microéconomie. Cette conception, héritée de la philosophie des lumières par les économistes, sous-estime la capacité de.l individu à s auto-contraindre et à être une «personne» responsable. L économie est une science sociale hypothétique et rien n interdit de modifier les hypothèses. La personne responsable se substitue à l individu opportuniste ; elle assume une séquence responsabilité-- ->rationalité ->raisonnabilité. De l expérience vécue et consciente, de l étude de terrain, surgissent les phénomènes. Les transferts et la santé créent des discussions ; relèvent-ils d une contrainte préalable ou d une assurance individuelle? Ces expériences humaines apparaissent par des signaux, par exemple le suicide. Le problème existentiel des contraintes communautaires est important. La liberté réside dans cette capacité à s imputer une responsabilité. La responsabilité détermine la liberté, contrairement à l idée du radicalisme philosophique, en particulier Sen (1993) qui fait dépendre la responsabilité de la liberté comme comptabilité de son usage. Responsabilité - Liberté ( Phénoménologie) Liberté Responsabilité ( Radicalisme) L éthique par exemple de la responsabilité est conçue «a priori», contrairement à la conception de l accountability chez Sen pour qui la responsabilité est «ex post» et dépend de l usage que l individu fait de sa liberté. Les positions de Lévinas (1972) et Jonas (1979) sur cette priorité sont très fortes. Chaque personne a une responsabilité infinie dans le temps et dans l espace. On voit, avec Ricoeur (1995) 9 l importance des capacités de la personne, en particulier de s imputer une responsabilité. Cette éthique est positive, elle décrit des comportements sinon les déconstruit (Derrida 1967, Bataille,1980). Elle constate le comportement de la personne responsable, contrairement au personnalisme (Mounier,1971) 8 Ou encore par rapport à plusieurs «sphères» (Walzer, 1997) où s applique la responsabilité. 9 «Entre la fuite devant la responsabilité et ses conséquences et l inflation d une responsabilité infinie», Ricoeur (2004). 6

7 qui est normatif. La personne est sociale et responsable, elle a une priorité éthique et est capable d auto contrainte (Rousseau, 1759 ; Kant, 1797). 13- Une application : droits et obligations personnels. L expérience humaine fait apparaître un monde de droits et obligations, une responsabilité a priori. L analyse est plutôt synchronique que diachronique, cherchant les droits et les obligations d une personne à un moment donné. Cette contrainte externe n invalide pas pour autant l idée d une liberté assumée par l autocontrainte. Deux formes de calcul économique peuvent être distinguées à propos d un bien X (individuel) et d un bien Y ( personnel 10 ). Utilitarisme Utilité individu X Offre/ Demande prix de marché/équilibre partiel équilibre général. Phénoménologie Responsabilité personne Y Obligation/ Droits estime de la communauté- équilibre de la société. Chaque personne peut réagir rationnellement en jouant sur les composantes de cette responsabilité, jouer aussi sur l information correspondante, aller jusqu à refuser des promotions pour ne pas surenchérir la pression communautaire. Mais il faut rester raisonnable vis-à-vis de la communauté pour ne pas être exclu, subir une névrose paranoïaque et devenir un orphelin social. Cette raisonnabilité vis-à-vis de la communauté fait partie de l autocritique de Rawls, mais n est pas retenue par Amartya Sen. Elle illustre, selon Freud, la substitution du pouvoir de la communauté sur la liberté de l individu. - Responsabilité Rationalité Raisonnabilité Le sujet a une structure de capacités (Ricoeur, 1983) et sa souffrance éventuelle provient d une perte de capacités. D où l importance de sa structure identitaire, en articulant plusieurs sortes d interprétation totales, objet de l herméneutique (Gadamer,1960). Ce sujet ainsi défini est une personne, totalité structurée en capacités, capable de s imputer une responsabilité. Elle replace l homme avec ses contraintes dans sa vie courante, y compris sa capacité d auto contrainte comme condition de sa liberté ; au lieu de lui dénier toute influence morale ou religieuse. Face au phénomène des transferts inter-vivos, l erreur des experts a été de recourir immédiatement à une théorie standard de l assurance volontaire, sans chercher à comprendre la nature et l intensité des contraintes qui sont sources de vulnérabilité pour les personnes concernées. La liberté ne peut se comprendre que par la séquence contrainte communautaire rationalité raisonnabilité ; séquence mise en valeur par l anthropologie 10 «L individu n est qu une esquisse d homme» qui ne prend pas en considération les biens à caractère moral,tels, par exemple les biens éthico- religieux ( Zemmour, Mahieu, 2010). «Une personne est ce sujet dont les actions sont susceptibles d imputation, la chose est ce qui n est susceptible d aucune imputation», Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs. 7

8 économique et qui met en valeur les hypothèses de départ de la phénoménologie économique à propos de la personne, responsable et vulnérable. -II- Une méthode privilégiée par la phénoménologie économique : l anthropologie économique. Merleau- Ponty (1953) a, de façon magistrale, analysé le lien entre la phénoménologie et les sciences sociales. En particulier, il rappelle l attention apportée par Husserl à Lévy-Bruhl au fait que la philosophie ne peut se passer de l expérience anthropologique. Il est important, selon Husserl, «de nous projeter dans une humanité fermée sur sa socialisation vivante et traditionnelle, et de la comprendre en tant que, dans sa vie sociale et à partir d elle, cette humanité possède le monde, qui n est pas pour elle une «représentation du monde», mais le monde qui, pour elle est réel». La méthode pour analyser les phénomènes est clairement développée par Marcel Mauss (1967) dans son manuel d ethnographie Le statut de l anthropologie économique L anthropologie traite des phénomènes humains et, à ce titre, est une méthode appliquant la phénoménologie. Dans son manuel d ethnographie, Marcel Mauss(1967) montre les phénomènes à observer, économiques, juridiques, moraux, religieux ; eux-mêmes classés en sous- phénomènes. L interaction entre ces phénomènes montre bien le souhait de construire un «phénomène social total 11».Georges Bataille (1980) fait appel à l «économie générale», avec l intervention de données historiques et de données présentes, tout en insistant sur le rôle de l homme dans la malédiction du système. Olivier Leroy (1927) a développé «la raison primitive» en 1927 et donc la relativité locale des rationalités. Elle sera violemment combattue par les économistes, notamment par Von Mises (1949) en tant que totalisme et historicisme. L influence de l'institutionnalisme sur l anthropologie (Herskovits, 1952) est très importante Elle creuse une opposition définitive entre l'anthropologie économique fondée sur des comparaisons «réelles» et l'analyse économique «déductive» (Knight, 1941). Néanmoins, l anthropologie économique est reprise par des chercheurs 12 français sous l impulsion d André Nicolaï, au début des années Cette approche est très attachée au terrain, plutôt pluridisciplinaire, monographique, qualitative plutôt que quantitative et essayant de ne pas tomber dans l ethnocentrisme,. Elle «est davantage une démarche, une méthode qu une théorie de référence» selon Gastellu (1984). A l'image d'autres perspectives, l'anthropologie économique n'est pas une discipline, elle représente une problématique de l'homme sous l'angle économique. L'anthropologie et l'éthique économiques constituent une partie de l'analyse économique ; partie méconnue, car les besoins de la politique économique obligent à la macroéconomie. L approche est particulière, à la fois du point de vue du domaine de réflexion et du point de vue de la méthode. Si l anthropologie économique est souvent assimilée à l'ethnologie économique, elle connaît par ailleurs de nombreuses utilisations, notamment dans l'étude des sociétés primitives, soit du point de vue social, soit du point de vue culturel. 11 La critique du totalisme anthropologique est très fréquente.. La totalité prend un sens particulier dans la philosophie de l arithmétique de Husserl. 12 Office pour la Recherche Scientifique et Technique en Outre Mer, devenu Institut Français de Recherche Scientifique pour le développement en coopération et, finalement Institut pour la Recherche pour le Développement (IRD) 8

9 -22- Son objet Le point de vue anthropologique en économie traite des mœurs de l'homme économique dans son universalité et son altérité. La totalité 13 ne veut pas dire le «totalisme», mais une totalité construite par interactions entre structures et comportements. Tel est le vieux conflit entre holisme et individualisme. Le point de vue anthropologique postule l'individu et son autonomie (dans l'universalité) dans sa capacité à créer le social (même inconsciemment) et à en adapter les contraintes. L'homme est le point de passage obligé des normes, fussent-elles l'expression de contraintes sociales très fortes. L'anthropologie étudie comment l'homme internalise les normes, l'individu permettant d'analyser par son réseau sociétal, les normes sociales. L'anthropologie n'oppose pas l'individu au social ; l'individualisme méthodologique consiste à utiliser l'individu comme représentation des contraintes sociales, tout en sachant que c est la relation entre le pouvoir de la communauté et celui de l individu qui fonde «le malaise dans la culture» (Freud, 1930). L universalité ne constitue pas un point de vue ethnocentrique, mais la fatalité qui préside à une lecture récurrente à partir des progrès de la raison. L'ethnocentrisme peut s'introduire dans les internalisations et les déviations ; par exemple, on peut estimer que les relations familiales sont de même nature en Afrique et en Amérique du Nord. L effet de miroir joue dans l espace, mais aussi dans le temps. L'histoire nous apprend ainsi qu'il existe des universaux dans le comportement économique passé et des modalités spécifiques dans leur adaptation. Les modalités spécifiques d'échange (Potlatch, Kula), de destruction (Bilabia), les facilités de certaines zones d'abondance (M.Sahlins,1972) permettent de mieux comprendre l'adaptation des principes généraux de la maximisation sous contrainte. Le don, la consommation ostentatoire, la destruction du surplus ont des finalités politiques et culturelles que nous devons comprendre. L'anthropologie étudie ainsi l'homme dans son universalité et son altérité ; «économique», elle met en relation ces caractéristiques avec la pragmatique économique, les actes économiques quotidiens. Ces actes sont normatifs ; la tâche des outils économiques, dans cette perspective, consiste à mettre en valeur l'universalité et l'altérité. Il est nécessaire de saisir comment chaque homme se représente le social sous une forme qui lui est propre, spécifique, tout en étant traitée par une méthode universelle. Autant les politiques globales de relance (dans les pays développés) que celles d'ajustement/stabilisation (dans les pays en développement), ont une efficacité économique très limitée et des effets sociaux contestables. Leur efficacité est limitée par la capacité des agents à réagir aux contraintes et à anticiper les politiques, au nom de leur intérêt individuel et d'autres considérations plus élargies (responsabilité) à leur personnalité De nouvelles bases : le phénomène de la souffrance. La phénoménologie souligne la vulnérabilité ou fragilité de la personne comme totalité structurée, par exemple sa capacité à supporter de nouveaux chocs : mais aussi sa faillibilité (propension à faire des erreurs), sa propension à aller jusqu à transgresser les règlements ou fautivité (Ricoeur, 1995) et son angoisse de type inconsciente, que reprend Heidegger (Heidegger, 1986). Sartre (1976) insiste sur la séquence liberté, culpabilité, péché ; avec des développements consacrés à la haine. Par conséquent, les phénomènes économiques, dans la mesure où ils ne sont pas objectifs, impliquent de la prudence, de la sagesse pratique. Cette phronesis implique un principe de précaution humain et social, ne serait-ce que pour 13 Objer initial des recherches de Husserl, critiqué par Frege. 9

10 favoriser les résiliences. Il existe une capacité personnelle qui autorise à rebondir. La résilience est un phénomène qui reste mystérieux et qu il faut replacer dans la phénoménologie. La prise en compte de l homme total, à savoir la personne, implique d intégrer la souffrance mentale dans la phénoménologie et par conséquent la psychanalyse. Le côté humain fait revenir à la «figure» 14 du travailleur. Une économie basée sur la souffrance se substitue aux édifices utilitaristes. Il est largement question d une souffrance qui s installe au travail, sous la forme du «Burn Out 15». La personne est faite de capacités, notamment de s imputer des responsabilités ; il en résulte des risques de disproportion, entraînant vulnérabilité, faillibilité, fautivité et donc la nécessité d un principe de précaution, humain et social. L anthropologie économique recentre l économie sur le travail et la souffrance, notamment sur la «figure» du travailleur (Jurgen, 1989 ; Heidegger,1986). La diminution de la souffrance est une obligation parfaite, prioritaire par rapport à l amélioration du bien être, obligation imparfaite. Une phénoménologie économique : récapitulatif les trois thèses de la phénoménologie selon Ricoeur : théorie de la signification, théorie du sujet, théorie de la réduction Anthropologie économique : observation des phénomènes Dévoilement d un phénomène dans un contexte de terrain, d expérience et de vécu Dasein : l homme plongé dans un monde de droits et obligations : la communauté Priorité à la personne, au ressenti munie de capacités ( dire, faire, s imputer, narrer) et d intention Liberté fondée sur l auto-contrainte Responsabilité Respect Souffrance Fragilité, vulnérabilité, fautivité Résilience Rationalité Raisonnabilité Principe de précaution : phronesis 14 La «figure» est un concept utilisé par Junger et Heidegger pour désigner la «personnalité». 15 ou syndrome d épuisement professionnel 10

11 - Conclusion : les agrégats ne souffrent pas.. La phénoménologie économique est fondée sur l homme. Elle donne priorité aux capacités personnelles, en particulier à la capacité d autocontrainte de la personne sinon à sa capacité de résilience face à une névrose communautaire. Il en résulte une structure de capacités qui marque la personne et qui tend à la rendre fragile. La personne ou encore l Etre là est ainsi «plongée dans le monde». Cette caractéristique (le Dasein) étant la plus importante dans cette approche. Ces emprunts possibles par les économistes ne sont que quelques principes par rapport à un immense débat solidement ancré dans la philosophie et le plus souvent très hermétique. La relation entre ces deux approches est faite d exclusion. Le radicalisme philosophique ne connaît pas la phénoménologie et fait comme si elle n existait pas ou alors évoque son hermétisme sur le mode de la dérision. Aucun phénoménologue n est cité dans les écrits de Rawls ou de Sen. A l inverse, Paul Ricoeur avoue son admiration pour les capabilités d Amartya Sen. Ce conflit ne doit pas être exagéré, la phénoménologie est incomplète en ne précisant pas suffisamment ses concepts, la philosophie morale anglosaxonne est incomplète en sous estimant l importance du sujet. Paul Ricoeur occupe une place exceptionnelle en étant capable de faire la synthèse entre les deux courants de pensée. L identité théorique que nous proposons serait ainsi très large en prenant comme références nombre d apports éthiques de la phénoménologie ; elle s élargirait en acceptant le raisonnement des économistes ; ces derniers levant le tabou de la psychanalyse. Elle marquerait ainsi sa différence par rapport aux théories fonctionnelles, notamment les théories de Rawls (1971) et Sen (1993), dans le prolongement du radicalisme philosophique. Elle susciterait une nouvelle structuration de l histoire de la pensée économique différenciant les interprétations utilitaristes par rapport à la compréhension phénoménologique de la personne. Il reste à rétablir cette dimension personnelle pour que s applique le principe de Jonas : «Que l humanité soit». Bibliographie Akerlof, G.A, (1984), «The Market for Lemons, Quality Uncertainty and the Market Mechanism», The Quaterly Journal of Economics, 84, August. Ballet,J. ; Bazin, D ; Dubois, JL, Mahieu, F.R. ;(2014) Freedom, Responsibility, and the Economics of the Person, Routledge, London. Ballet,J.;Bazin,D.(2006), Positive Ethics in Economics, Transaction Publishers, New Bataille. G. (1980), La part maudite, Paris, Editions de Minuit.Brunswick, New Jersey Cabestan,Ph et alii (2003), Introduction à la phénoménologie, Paris, Ellipses. Dejours, C., 1993, Travail: usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Nouvelle édition augmentée, Paris, Bayard. Dejours, C., 2005 Souffrance en France, la banalisation de l injustice sociale. Paris, Seuil- Essais. Derrida, J. (1967), l écriture et la différence, Paris, Seuil. Dubois,J.F; Mahieu,F.R (2009), Sen,libertés et pratiques de développement, Tiers Monde, N 198, pp Dubois, M (2013), Le vivant et l indéterminé, tome 1, Editions Universitaires Européennes. Encyclopedia of Phenomenology ( 1997), Kluwer, Boston. 11

12 Freud (1915), Pulsions et destins de pulsion, in Metapsychologie, Paris, PUF,2010 Gadamer, (1996 Vérité et Méthode, Paris, Gallimard. Gastellu, J.M, (1989), Riches paysans de Côte d'ivoire, Paris, L'Harmattan Gide, Ch. Oeuvres complètes, Paris, L harmattan Geertz, C, (1996), Ici et là bas, l'anthropologue comme auteur, Paris, Metai Gide, Ch, Œuvres complètes, Paris, L harmattan, Granger, G.G., 1955, Méthodologie économique, Paris, PUF. Habermas, J., 1992, De l éthique de la discussion, Cerf, Paris. Réédition 1999, Paris, Gallimard Halévy,Elie ( ), La formation du radicalisme philosophique, réédité en 2009 aux PUF. Heidegger, M.(1985), Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie, Paris, NRF Heidegger, M., 1986, Etre et temps, Paris, Gallimard. Henry, M., (1987), La Barbarie, Paris, PUF. Honneth, A., 2006, La société du mépris, Paris, Repères :La Découverte. Huneman, Ph et Kulich, E. (1997), Introduction à la phénoménologie, Paris, Armand Colin. Husserl, 1950,E., Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard. Jaspers, K., 2001, Introduction à la philosophie, 10/18, Coll. «Bibliothèques» Jonas, H., 1979, Le principe responsabilité : une éthique pour la civilisation technologique, Paris, éd. du Cerf, trad. Fr. J. Greisch, réédition, Jonas, H., 1998, Pour une éthique du futur, Paris, Payot. Jurgen, E. (1989), Le travailleur, Paris, Christian Bourgeois. Kalinowski, G, (1972), La logique des normes, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. «Sup». Kant, E., 1797, Métaphysique des mœurs, édition, Paris, Garnier-Flammarion, Kant, E., 1798, Anthropologie du point de vue pragmatique, Paris, Garnier-Flammarion, Knight, F.H. (1941), «Antropology and Economics», Journal of Political Economy, 49, (April), Kohlberg, L. (1976), «Moral Stages and Moralization, the Cognitive-Developemental Approach», in Lickona, T (edit), Moral Development and Behiavour, Holt/Rinehart/Winston Leroy,O.(1927). La Raison primitive, Essai de réfutation de la théorie de prélogisme, Librairie orientaliste P. Geuthner. Lévinas, E., 1979, Le temps et l autre», Paris, Fata Morgana. Mahieu,F.R.( 2001), Ethique économique, Fondements anthropologiques,paris ;L harmattan. Mauss, M. (1967), Manuel d ethnographie, Paris, Payot. Merleau Ponty, M. (2010), Œuvres, Paris Quarto Gallimard. Mounier, E. (1971), Le personnalisme, Paris, PUF. Myrdal, G. (1953), The Political Element in the Development of Economic Theory, London, Routledge & Kegan. Nicolaï, A. (1999), Comportement économique et structures sociales, Paris, L Harmattan. Patocka,J.,(1992) Introduction à la phénoménologie de Husserl, Paris, Millon.. Rawls, J. (1971), Theory of Justice, Oxford U. Press. Rawls, J. (1993), Political Liberalism, New york, Columbia U Press. Traduction française, Libéralisme politique, Paris, PUF, 1995 Regan,T.(2004), Les droits des animaux, Paris, Hermann éditeurs, Ricoeur, P.(2004), Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock. Ricoeur,P. ( 2004), A l école de la phénoménologie, Paris, Vrin. Ricoeur, P. ( 1990), Soi même comme un autre, Paris, Seuil. Ricoeur,P. (1969), Le conflit des interprétations, Paris, Seuil. 12

13 Roemer, J. (1996), Theories of Distributive Justice, Cambridge (USA), Harvard, U. Press. Rousseau, J.J., 1755, «Sur l économie politique», l Encyclopédie, réédition Garnier- Flammarion, Sahlins, M (1972., Stone Age Economics, New York, Aldine Pub. Sartre, J.P., L Etre et le néant, Paris, Tel, Gallimard. Sen, A.K., 1977, «Rational Fools : A Critique of the Behavioural Foundations of Economic Theory», Philosophy and Public Affairs, 6, Réédité in Sen, A.K. (1993). Stanford Encyclopedia of Philosophy (2003), Phenomenology. Sen, A.K. (1993) Ethique et économie, Paris, PUF. Walzer, M. (1983), Spheres of Justice, Basic Books, 1983 Weber, M.(1965), Essais sur la théorie de la science, Paris, Agora. Zemmour,M. et Mahieu F.R. (2010), «Ethiques de la vertu et de la religion face au Développement Durable.», FREE, Journée Ethique, Juin 2010, Annexe : Un scénario phénoménologique : la politique de l Etat français vis-à-vis de ses «fonctionnaires». Le gel des traitements des «fonctionnaires» français est décidé en Mai 2014, accompagnant une remise en cause des retraites du secteur public. Cette décision macro- économique a pour but de calmer la pression de l Union Européenne sur le montant du déficit public de l Etat Français. Les effets d une telle mesure sont incertains et peuvent être contraires aux prévisions si l on tient compte des effets anthropologiques, au-delà d une simple mécanique, en considérant les personnes au-delà des individus. Personnes, responsables, rationnelles et raisonnables, munies d un projet et capables de s auto-contraindre pour des valeurs. -1 Effets mécaniques Tout le monde peut comprendre que cette baisse du revenu réel se traduira par une baisse de la consommation en achats de biens non-durables et durables, et qu une réaction immédiate par une désépargne sera suivie d une forte épargne de précaution. Nous sommes ici dans le cadre d hypothèses de comportements psychologiques généralisés (émises par Keynes et fortement critiquées par Kuznets). Seule certitude : le bien être diminue mais plus largement une souffrance s installe au sens de Ricoeur(1994) et «consiste dans la diminution de la puissance d agir.» -2 Effets anthropologiques sur la personne ; La personne doit gérer sa capacité à s imputer une responsabilité ; la personne a un salaire «social» qui permet d assumer des responsabilités ascendantes et descendantes, ces charges s élèvent avec la crise ; la pression des transferts inter vivos sera proportionnellement plus élevée. La vulnérabilité de la personne s accroît ; la souffrance augmente avec une capacité à parler de son travail qui diminue, la fonction publique devient un «travail de merde. Il y a intentionnalité du travail bien fait, mais la dégradation de celui-ci amène une remise en cause de l effort fourni. L estime de soi s effondre pour se considérer comme un parasite de l économie libérale, frappé d indignité. -3 Les effets anthropologiques sur le travail. 13

14 La valeur du travail diminue à quantité égale pour une baisse de revenu. Le statut social s effondre avec l emploi du terme dévalorisant des «fonctionnaires». A cela s ajoutent les diminutions programmées des retraites, principale caractéristique avec la stabilité de l emploi des avantages comparatifs des «fonctionnaires». Donc la quantité de travail diminuera pour tout «fonctionnaire» rationnel et cela d autant plus qu il n y a plus de motivation (salaire, prime, promotion). Les «fonctionnaires» pourraient endurer de nombreuses vexations et se transcender, invoquer leur responsabilité, mais agiront rationnellement en dévalorisant leur travail La limite à ce processus rationnel sera qu ils restent raisonnables en coopérant a minima avec leur société ; d où le mythe à la Courteline dur «rond de cuir» ou encore du «petit travailleur tranquille».la qualité du travail dévalorisé diminuera, avec un effet cumulatif : puisqu ils travaillent mal, autant les dévaloriser encore plus! Dévalorisés ils seront encore moins producteurs de qualité. -4 Trois effets cumulatifs Le recrutement sera de qualité de plus en plus médiocre, compte tenu du statut social et de la dégradation des avantages spécifiques. Il faut bien voir que le court terme est dévalorisé et que le long terme est compromis par la baisse des retraites La diminution de la production du «fonctionnaire» sera supérieure à la diminution des avantages sociaux, soit une élasticité largement supérieure à 1 que nos experts ministériels sont incapables de calculer mais que chaque» fonctionnaire» estimera rationnellement. A court terme, éventuellement elle provoquera une surréaction (overshooting) sur son travail ( qualité et quantité) et sur sa consommation par rapport à l épargne. Par un effet cumulatif, à long terme ; tous les composants publics du développement devraient s effondrer : santé, sécurité, éducation, etc La fragilité de l Etat se manifeste par la fragilité des services publics qui sont assurés par des sous- traitants en difficulté, scrutant les marchés publics. Une prise en charge privée de ces services se heurtera à la baisse des revenus.le sous- développement s installera avec de nombreux cas d activité informelle sinon illégale pour compléter le tout. 5) Une impuissance anthropologique : la personne, responsable, rationnelle et raisonnable s autocontraint à un service minimum. On assiste ainsi à une souffrance croissante des citoyens face à leur Etat et des «fonctionnaires» face à leur employeur public. L objectif de l économie, diminuer la souffrance, est contredit. Les agrégats n intègrent pas la souffrance au nom d une éthique du bien être global, l éthique personnelle est oubliée depuis longtemps! Dans les politiques correspondantes, les meneurs ont le culot de diminuer sciemment le bonheur des citoyens et d augmenter leurs souffrances. Au départ, pleins de bonnes intentions, le «fonctionnaire» remet en cause sa responsabilité adaptée rationnellement à la dégradation de son statut tout en restant raisonnable. L Etat devient de plus en plus fragile au détriment de l ensemble du service public et de la Nation dont les valeurs auront perdu leur sens. La souffrance se manifeste par cet écart entre l intention de se dévouer, sinon la vocation, et la réduction auto-contrainte du service fourni. Les mesures macro économiques, tel le gel des avantages de la fonction publique, ne s adressent pas à des «esprits animaux», mais à des personnes rationnelles capables d invalider les choix globaux par leur réaction, luttant contre leurs souffrances ; cette 14

15 économie des anticipations, 50 ans après, n a toujours pas été intégrée dans les outils de l administration économique française pourvu que les agrégats ne souffrent pas! 15

LES NOTES EN BAS DE PAGE

LES NOTES EN BAS DE PAGE LES NOTES EN BAS DE PAGE 2 Les notes en bas de page Les notes en bas de page, références de citations, constituent le casse-tête des étudiant-e-s. Par souci d uniformisation et de simplification, il convient

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Santé Communautaire et accès aux soins en contexte tropical Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Introduction Principes des recherches qualitatives Les étapes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Qu est-ce que le philosopher?

Qu est-ce que le philosopher? Qu est-ce que le philosopher? François Galichet Professeur à l IUFM d Alsace La philosophie, qui se caractérise par son questionnement ontologique ( «Qu est-ce que?»), ne pouvait manquer de s interroger

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Traité de sociologie du travail

Traité de sociologie du travail Traité de sociologie du travail Georges Friedmann, Pierre Naville pp.11-25 + 44-47 Qu est ce que le travail Le travail est considéré comme un trait spécifique de l espèce humaine. Il est ainsi un dénominateur

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

La contractualisation des comportements

La contractualisation des comportements La contractualisation des comportements La gestion des conflits Les règles de vie de groupe La contractualisation, le projet La cogestion du comportement Enclencher le self contrôle 1. La gestion des conflits

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

De quoi l assistance est-elle le minimum?

De quoi l assistance est-elle le minimum? De quoi l assistance est-elle le minimum? Soin, politique et relations sociales Frédéric WORMS Pour Frédéric Worms, l assistance ne doit pas s approcher seulement en termes quantitatifs, comme une prestation

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Adorno renouvelé. Anne BOISSIERE

Adorno renouvelé. Anne BOISSIERE Adorno renouvelé Anne BOISSIERE Longtemps négligée, la pensée de Theodor W. Adorno fait aujourd hui l objet d un regain d intérêt. En témoigne l essai magistral que Gilles Moutot qui propose une lecture

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com Présentation du CGP - Centre de Gravité Professionnel un outil de diagnostic des talents Le plan de l intervention 1. QUESTIONNAIRE CGP 2. LE CALCUL DES POINTS 3. LES ÉNERGIES FONCTIONNELLES 4. LES PRÉPONDÉRANCES

Plus en détail

L ANIMATEUR D ATELIER D ÉCRITURE DOIT S ASSUMER CRÉATEUR Par Michel DUCOM Conférence de Barcelone, 2008.

L ANIMATEUR D ATELIER D ÉCRITURE DOIT S ASSUMER CRÉATEUR Par Michel DUCOM Conférence de Barcelone, 2008. L ANIMATEUR D ATELIER D ÉCRITURE DOIT S ASSUMER CRÉATEUR Par Michel DUCOM Conférence de Barcelone, 2008. QUEL EST LE RÔLE DE L ANIMATEUR? L essentiel de son rôle a certes un aspect prosaïque : il s agit

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

KnowledgeManagement : Repartir de l individu.

KnowledgeManagement : Repartir de l individu. KnowledgeManagement : Repartir de l individu. Olivier Le Deuff Ater. Université de Lyon 3 www.guidedesegares.info Le knowledge management (KM ) est un domaine souvent considéré comme récent et dont certains

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Justice et guerre sont-elles compatibles?

Justice et guerre sont-elles compatibles? Justice et guerre sont-elles compatibles? Il est un élément commun à chacune des époques de l histoire et à l ensemble des sociétés humaines connues jusqu à aujourd hui : la guerre. Selon Sigmund Freud,

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail