un environnement économique et politique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "un environnement économique et politique"

Transcription

1 Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque par les agriculteurs Conséquences techniques, économiques et organisationnelles Paris, le 23 mars Février 2010

2 Le risque agricole et sa gestion 1. Définition, caractéristiques et mesure du risque 2. La décision en avenir incertain 3. Un marché local du risque = la demande et l offre d outils de gestion du risque 4. Implications agricoles

3 L analyse économique L économie considère le comportement d un consommateur sur plusieurs périodes. Il consomme selon ses préférences afin de maximiser son utilité (Max U) Il apparaît ainsi une épargne qui est investie dans des actifs financiers qui ont une rentabilité, source de revenu futur. Le consommateur est aussi un investisseur L incertitude sur les périodes futures (revenu, rentabilité des capitaux d épargne investie) implique des décisions de consommation et d investissement complexes C est le monde en expansion d Arrow-Debreu dans le cadre duquel l économie cherche à modéliser les décisions optimales des acteurs et leurs implications sur l équilibre des marchés (les CBPM* fondés sur l arbitrage dont, cas particulier, les CAPM*) Concept d utilité espérée E(U) selon von Neumann Morgenstern (1949) * CBPM: Consumption-Based Pricing Model * CAPM: Capital Asset Pricing Model

4 Risque et incertitude Définition du risque une variable aléatoire avec des probabilités certains tirages de la variable occasionnent un dommage => valeur du risque (ou prime pure) = espérance mathématique de la valeur du dommage Le risque indépendant et le risque systémique Le risque sage et le risque sauvage (catastrophique) Des probabilités objectives et/ou subjectives Knight (1921) : risque et incertitude

5 Valeurs x 10^-5 La «mesure» du risque 1/. La variabilité de la marge agricole => la variance σ 2, le coefficient de variation σ/μ, la volatilité 2/. Le «downside risk», i.e. le risque de baisse de marge La Valeur à Risque X % (Value at Risk) dont la catastrophe = Valeur à Risque (5 %) Probabilité d un revenu nul (ou très faible) 1,4 1,2 1,0 0,8 Normal(60000; 30000) 0,6 0,4 0,2 0,0 VaR 5% Valeurs Milliers < 5,0% 90,0% 5,0% > 10,7 109,3

6 Comportement du consommateur-investisseur Maximisation de l espérance de son utilité E(U) Max E(U) = f [E(consommation)] Max E(U) = g [E(richesse)] Max E(U) = h [E(revenu)] La fonction d utilité sur revenu peut être concave (aversion au risque), linéaire (neutre au risque) ou convexe (goût pour le risque) Prime de risque

7 Comportement du consommateur-investisseur Prime de risque C est la différence entre l espérance mathématique du revenu et son équivalent certain La volonté maximale à payer pour céder son risque à un tiers Mesure de l aversion au risque Neutre au risque : l agent économique ne s intéresse qu à l espérance de son revenu La concavité de l utilité traduit l aversion au risque Aversion mesurée par le coefficient d Arrow et Pratt (1964, 1971) coefficient absolu ARA = - U (R)/U (R) coefficient relatif RRA = - R. U (R)/U (R) critères d utilité usuels : Constant Absolute et Relative Risk Aversion (CARA et CRRA) Decreasing Absolute et Relative Risk Aversion (DARA et DRRA)

8 Capital Asset Pricing Model - CAPM Hypothèse du modèle Mean-Variance une utilité quadratique de l agent économique le revenu est distribué selon une loi normale Frontière efficience de portefeuilles => portefeuilles bien diversifiés Portefeuille optimal de l investisseur P*

9 Prime de risque du CAPM Risque diversifiable et non diversifiable (systematic) Seul le risque non diversifiable est rémunéré par le marché => prime de risque (rémunération par le marché) uniquement sur portefeuille bien diversifié Sharpe-Lintner CAPM (1964) avec actif sans risque CML capital market line => la valeur du risque de marché est la pente de la droite, c est-à-dire σ M SML Security market line => r i = r f + (r M - r i ).β i avec β i = σ i,m. σ 2 M (r M - r i ).β i est la prime de risque de l actif i β i est la contribution de l actif i au risque du portefeuille bien diversifié Les marchés agricoles sont-ils des marchés «ordinaires»? doivent-ils être intégrés dans portefeuilles optimaux? les «commodity index funds» le font

10 Un marché local du risque Comportement spécifique des agents économiques f(degré d aversion, richesse initiale, perception du risque) => demande d outils de gestion du risque => volonté à payer après diversification optimale Un risque a coût technique. C est l espérance mathématique de la perte financière. Il y a des coûts de gestion => prime «chargée» => offre locale d outils de gestion du risque contrats «techniques», contrats financiers et d assurance Besoin d un marché «local» du risque => implications sur l efficacité économique des entreprises et des filières décisions courantes (choix de production, financement CT, etc.) choix des investissements

11 Techniques de gestion du risque Prévention modification des probabilités modification de la valeur des dommages Gestion interne et externe gestion «technique» autofinancement sur fonds propres (ex. épargne précaution) diversification interne (ex. portefeuille produit) versus diversification externe (portefeuille contrats) cession du risque à un tiers (option financière, assurance) Commentaire : gestion symétrique («gratuite») versus asymétrique («payante»)

12 Implications agricoles

13 L agriculture un sol un un climat sol un climat un environnement économique et un politique environnement économique et politique 23 Février 2010 Europe, 29 Juillet 2009

14 L agriculteur Objectif = Bottom line profit Décisions choix d assolement semences et itinéraire cultural choix commerciaux sur intrants (quand, comment?) choix commerciaux de vente (quand, comment?) George sous contrainte de risque richesse relative, aversion au risque perception des risques de marché, climatique, sanitaire, environnemental disponibilités d outils de gestion et d aides

15 Une contractualisation complète dans les filières agro-alimentaires (forte et faible) Avant Après

16 Perception des risques par les agriculteurs Etude APCA 2008 par F. Delefortrie Risques institu tionnel autres transmission financier sur le foncier non conformité changement réglementation image environnemental Bovin-viande Viticulture Bovin-Lait Grandes cultures matériel main-d'œuvre organisation humain relationnel santé prix coûts de production sanitaire sur la production climatique quantité qualité 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% % d'agriculteurs ayant identifié le risque

17 Les risques agricoles spécifiques : unitaires et composés Le risque «prix» ou risque de marché Le risque «rendement» sous aléa climatique et aléa sanitaire Le risque «qualité» sous aléa climatique et aléa sanitaire Le risque «coût complet de production» = quantité et prix Le risque «chiffre d affaires» par production pour l exploitation Le risque «marge nette» par production pour l exploitation Autre : le risque du revenu hors-exploitation du ménage agricole. Incidence sans doute forte sur la demande de gestion du risque et sur la volonté à payer pour gestion asymétrique

18 Illustration du modèle déterministe d une exploitation «Grandes cultures»

19 La ferme France face aux aléas économiques Exploitations standardisées à un niveau de résultat Mesure comparée du risque sur les quatre segments de la ferme France Arboriculture Grandes cultures Porc Bovins-Lait Coeff variation 0,74 0,41 0,84 0,39 Var(5%) Importance des aides découplées Coefficients de risque sur la marge «Grandes Cultures» Marché «fermé» Marché «ouvert» CV Var 5% CV VaR 5% Avec aides 0, , Sans aides 0, , % de variation + 71% % + 74% % 1/. coefficients de variation quasi du simple au double 2/. des VaR positives puis négatives

20 Le risque indépendant La caractérisation des risques agricoles Rappel = indépendance des probabilités de sinistre Grêle, gel, mortalité du bétail Risque dit assurable car méthode de mutualisation efficace Le risque systémique Rappel = dépendance des probabilités Prix, épizootie Risque géré historiquement par la finance (contrat à terme, options, titrisation) Un continuum entre les deux formes de risque Exemples : le rendement, la qualité comme risques unitaires Exemples : le chiffre d affaires et la marge comme risques composés (par production et sur l exploitation)

21 Mapping des outils de gestion du risque : Risque sauvage Filets de sécurité publics FNGCA Contrats d assurance Contrats hybrides Contrats financiers Mutualisation coopérative Programmes interprofessionnels Risque sage Risque Indépendant Epargne de précaution (DPA) Risque Systémique

22 Les marchés à terme et marchés OTC

23 Des marchés de référence pour des périodes futures

24 L horizon de travail

25 Position cash d un agriculteur «Il n a pas vendu» Gain/perte Gain à la hausse Perte à la baisse Variation du prix de référence

26 Contrats à terme et produits dérivés OTC Marché à terme contrats à terme (futures) options de vente (PUT) et d achat (CALL) Marché OTC contrats à livraison différée (forward) contrats à prix moyen (ex post) options put et call options à franchise options tunnel options à intéressement etc

27 Position synthétique de l agriculteur Cash + Put = Call synthétique Gain/perte Cash Put Cash + Put

28 Position synthétique de l agriculteur Cash + Put = Synthèse Gain/perte Diff. avec prix cash Prix plancher Prix du marché de référence Gain à la hausse

29 Les assurances agricoles

30 L environnement économique US

31 L environnement économique US

32 L environnement économique US 80 % des surfaces sont assurées dans l Illinois dont 90 % sur le chiffre d affaires

33 Conclusion

34 Gestion de la marge à l hectare Intégration de la gestion du risque agricole Passage du risque unitaire au risque «composé» de marge choix des assolements, génétique, itinéraires culturaux décisions commerciales avec coopérative ou négoce décisions financières avec le banquier (financement court terme de campagne) => Trésorerie de l entreprise Implications sur la stratégie d entreprise choix des investissements choix des financements long terme => Compétitivé agricole et de filière

35 sous contrainte de contrats de filière disposant de formula pricing (avec ou sans prime de qualité) De disponibilité des instruments sur le marché du risque instruments techniques contrats financiers sur prix contrats d assurance rendement contrats d assurance hybrides sur chiffre d affaires (individuel ou groupe) sur marge à l unité de production

DEUXIÈME SESSION. Les risques en agriculture. Modérateur : M. René Carron Président de la CICA

DEUXIÈME SESSION. Les risques en agriculture. Modérateur : M. René Carron Président de la CICA DEUXIÈME SESSION Les risques en agriculture Modérateur : M. René Carron Président de la CICA DEUXIÈME SESSION Les risques en agriculture 1- Typologie et prévention des risques en agriculture Le risque

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Le modèle de marché de Sharpe

Le modèle de marché de Sharpe Le modèle de marché de Sharpe Modèle statistique sans fondement théorique, supposant que les rendements sont normalement distribuées et que la Régression linéaire de Ri sur RM, donne la relation : αi et

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

La prime de risque de marché en grandes cultures dans le contexte de politiques publiques

La prime de risque de marché en grandes cultures dans le contexte de politiques publiques La prime de risque de marché en grandes cultures dans le contexte de politiques publiques par Jean Cordier, Professeur Agrocampus Ouest UMR1302 Structures et Marchés Agricoles, Ressources, Territoires,

Plus en détail

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs Cette page est soutenue par ALGOFI Cabinet de conseil, d ingénierie financière et dépositaire de systèmes d information financiers. Par Ingefi, le Pôle Métier Ingénierie Financière d Algofi. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman Présenté par : Laurette IVAIN Ouafae BACHIRI Simon PAYAN Médéric de VINCELLES Groupe

Plus en détail

Les mathématiques appliquées de la finance

Les mathématiques appliquées de la finance Les mathématiques appliquées de la finance Utiliser le hasard pour annuler le risque Emmanuel Temam Université Paris 7 19 mars 2007 Emmanuel Temam (Université Paris 7) Les mathématiques appliquées de la

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales 18 mars 2015 Pierre Pagesse Président de momagri 1 Le constat momagri : l'exploitation agricole est au cœur de la mondialisation Constat historique

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton 3. Evaluer la valeur d une option 1. Arbres binomiaux. Modèle de Black, choles et Merton 1 Les arbres binomiaux ; évaluation des options sur actions Cox, Ross, Rubinstein 1979 Hypothèse absence opportunité

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2015-2016 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle.

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. Tx d intérêt : Intérêt composé : cet intérêt est réinvesti à la période suivante afin de rapporter davantage d intérêt Tx nominal

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité INTRODUCTION 1) NOTION DE BASE 2) IMPORTANCE DU SEUIL DE RENTABILITÉ POUR L ENTREPRISE 3) PARAMÈTRES DE CALCUL 4) QUELQUES UTILISATIONS

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas

Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas Cycle de vie, Portefeuille et Simulations Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas http://www.master272.com/vba/vba_cycledevie.html Les procédures ont été réalisées pour le cours cycle de vie et gestion

Plus en détail

Le choix rationnel face au risque

Le choix rationnel face au risque Le choix rationnel face au risque Objectif : comprendre les critères de choix rationnel face au risque Plan : 1- Le risque : 2- Le «paradoxe de Saint-Pétersbourg» 3- Le choix rationnel selon Von Neumann

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA

Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA Joël Priolon - 12 mars 2014 Définition générale Une option est un contrat financier qui lie : l émetteur de l option et le détenteur

Plus en détail

Introduction aux modèles financiers

Introduction aux modèles financiers Notes pour le module spécifique Introduction aux modèles financiers Ecole Centrale de Lyon Option Mathématiques 1 2 Introduction Quelques références Pour comprendre les marchés financiers, avoir un apreçu

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index. L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.php/ L assurance «The contribution of the many to the misfortune of the few»

Plus en détail

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique Edouard Challe Ecole Polytechnique/Chaire FDIR 27/01/2009. Challe (Ecole Polytechnique/Chaire FDIR) E et de levier et instabilité nancière 27/01/2009

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

La question de la retraite

La question de la retraite Partie 1 La question de la retraite Introduction............................................................ 3 Les enjeux liés aux caisses de retraite......................... 7 L actualité des questions

Plus en détail

L Assurance. L Assurance

L Assurance. L Assurance L Assurance Benjamin Leroy et Sébastien Vidal L Assurance Définition et Historique Assurance directe et privée Assurance indirecte et Assurance sociale Mutuelle Fondement économique de l assurance 2 Définition

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Impact des fonds d investissement sur les prix agricoles. Flambée des prix, volatilité excessive?

Impact des fonds d investissement sur les prix agricoles. Flambée des prix, volatilité excessive? Impact des fonds d investissement sur les prix agricoles Flambée des prix, volatilité excessive? (étude Pluriagri, novembre 2011) Jean Cordier, Professeur Agrocampus Ouest, UMR SMART n 1302 Journées de

Plus en détail

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE Institut des Actuaires 23 Juin 2010 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE 1. Un univers des risques en expansion 2. D un monde plus linéaire

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Sfev Matinales de la SFEV Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Thomas Bouvet, Directeur Général délégué d Europe Offering Frédéric Dubuisson, Director

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Les outils de gestion des risques agricoles aux Etats-Unis

Les outils de gestion des risques agricoles aux Etats-Unis Les outils de gestion des risques agricoles aux Etats-Unis Jean Cordier, Professeur Agrocampus Ouest UMR SMART LERECO Colloque Filières animales aux USA et TTIP 14 janvier 2016 Plan de la présentation

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER. Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel

EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER. Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel EQUILIBRES DU MARCHE FINANCIER Mutualisation des risques Risque agrégé & individuel Plan du cours Préambule : le rôle du marché financier I II III IV Le modèle d Arrow Le modèle de Radner Le CAPM Le modèle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008 A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient 1 ere partie 17 juin 2008 Sommaire Les investisseurs en France Les stratégies et critères d investissement Quels

Plus en détail

Stratégies sur options et Pricer d'options

Stratégies sur options et Pricer d'options Stratégies sur options et Pricer d'options Définition Une option (ou Warrant) est un contrat qui confère à son porteur le droit d acheter ou de vendre un sous-jacent (action, obligation, indice synthétique,

Plus en détail

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Décision d investissement et contrôle de gestion Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Rappel : Profit = RT-CT Profit = Q.Px-Q.CU Profit unitaire = Px-CU Q est la quantité produite, Px est le prix, et CU le

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX DECOUVRIR le marché à terme céréales et oléagineux LA SECURISATION DES PRIX est un enjeu fort. Pourquoi? La décision de produire ne peut aujourd hui être indépendante de la capacité de vendre. Les produits

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Les Obligations Convertibles (introduction)

Les Obligations Convertibles (introduction) TROISIEME PARTIE Les Obligations Convertibles (introduction) Avril 2011 Licence Paris Dauphine 2011 Sommaire LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES Sect 1 Présentation, définitions Sect 2 Eléments d analyse et typologie

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

Gérard Marie Henry. Les hedge funds. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5

Gérard Marie Henry. Les hedge funds. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5 Gérard Marie Henry Les hedge funds, 2008 ISBN : 978-2-212-54005-5 Sommaire Introduction... 9 Chapitre 1 Qu est-ce qu un hedge fund?... 15 Les multiples définitions... 16 La définition de l Autorité des

Plus en détail