Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE?"

Transcription

1 Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? mercredi 21 avril 2004 Rapport final

2 Table des matières Résumé 3 Introduction 4 Première partie : la France en Europe, cadrage macro-économique des agrégats d épargne et de crédit 5 1. Le revenu disponible 5 2. Les taux d épargne 9 3. Les placements financiers Les investissements non financiers Le crédit 23 Deuxième partie : Les facteurs de différenciation des comportements Le revenu courant L âge La richesse Le chômage La retraite Les déficits publics Les taux d intérêt 50 Annexe 1 : qui s endette? Le recours au crédit en France Crédit à la consommation : la référence britannique 55 Annexe 2 : L épargne de long terme des Français L assurance-vie Les Plans d Epargne en Actions (PEA) Les dépots à long terme L épargne salariale 62 2

3 Résumé Le taux d épargne des ménages a convergé depuis le début du siècle vers des niveaux élevés, en France (16,7% en 2002) comme dans la majorité des autres pays européens. Les comparaisons internationales de taux d épargne doivent être manipulées prudemment car elles n intègrent pas les transferts sociaux en nature, qui sont pourtant une forme de consommation. Leur prise en compte ferait baisser le taux d épargne de plus de trois points en France, en raison de l importance la Sécurité Sociale et de l Education Nationale. Les Français ont certes beaucoup investi en produits d assurance-vie au cours des dernières années, mais cette forme d épargne apparaît comme un substitut à l épargne constituée sous forme de cotisations à des fonds de pension dans d autres pays. Les placements financiers des Français sont, rapportés à leur Revenu disponible brut, moins élevés en 2002 que ceux des Hollandais, des Espagnols et des Britanniques. Mais il demeure que l inquiétude des Français sur le financement des régimes de retraite est un facteur de hausse de l épargne. De même, on constate, conformément au principe «d équivalence ricardienne», que l épargne des ménages est corrélée avec les déficits publics car les habitants des pays où les administrations publiques s endettent anticipent une hausse des prélèvements obligatoires. Or la France est, avec l Allemagne, l un des pays où ces déficits sont le plus élevés. Le crédit à l habitat a, de manière générale, augmenté très rapidement au cours des dix dernières années en Europe, mais moins en France qu ailleurs. Les prix de l immobilier et l investissement en logement ont par exemple beaucoup plus augmenté en Espagne ou aux Pays-Bas qu en France. Ces facteurs, conjugués à des incitations fiscales qui n existent plus en France, ont convaincu les particuliers de ces pays d avoir beaucoup recours au crédit. Un pays est dans une situation atypique tant par rapport à son passé que par comparaison avec le reste de l Europe : le taux d épargne des Britanniques est très bas. Soutenue par une croissance des revenus beaucoup plus vive qu ailleurs en Europe, la consommation des ménages au Royaume-Uni s est traduite par une envolée du crédit à la consommation dans toutes les classes d âge, qui explique mécaniquement une grande part de la faiblesse du taux d épargne, puisque par définition l augmentation de l endettement vient diminuer ce ratio. L augmentation des prix de l immobilier a facilité cette tendance, en accroissant la capacité d emprunt des propriétaires. En France, le crédit à la consommation, qui s est largement diffusé dans la deuxième moitié des années 90, a vu sa progression ralentie depuis 2 ans. Le recours au crédit à la consommation par les classes d âge jeunes a été freiné de manière significative par l augmentation du chômage. Au total, la consommation des ménages français apparaît aujourd hui beaucoup plus bridée par l insuffisance du revenu disponible des ménages que par un désir d épargne excessif. 3

4 Introduction La consommation des ménages progresse lentement en France : à prix constants, elle n a augmenté que de 1,6% en 2003, après 1,4% en Elle contribue peu à la croissance économique. On impute parfois, sans réelle argumentation économique, cette situation à un excès de l offre de produits d épargne et à une insuffisance de l offre de crédit aux particuliers, notamment de crédit à la consommation. L objet de ce rapport est de rassembler des informations chiffrées sur les comportements de consommation et d épargne des ménages français, comparés à ceux des ménages des autres pays européens et de proposer les explications économiques aux différences constatées. L étude comporte deux parties. Une première partie exploite les statistiques de comptabilité nationale, pour présenter une comparaison entre les grands pays européens, des flux d épargne et d endettement des ménages, rapportés à leur revenu disponible. On analyse les grands agrégats d épargne et leurs composantes, tant du côté de l investissement que de l endettement. On s attache à expliquer les causes des particularités éventuelles de chaque pays, liées à l environnement fiscal, réglementaire et économique, et au mode de financement des retraites, de la santé et de l éducation. Dans une deuxième partie, sont exploitées les informations décrivant les comportements micro-économiques d épargne, de consommation et d endettement, qui ont fait l objet de nombreuses recherches susceptibles d éclairer la situation française. 4

5 Première partie : la France en Europe, cadrage macroéconomique des agrégats d épargne et de crédit 1. Le revenu disponible L utilisation du revenu disponible des ménages se partage entre l épargne et la consommation. Les comparaisons internationales de cette étude sont effectuées par référence à cette variable, qu il est nécessaire d analyser préalablement. 1.1 Le revenu disponible brut Le revenu disponible brut est ce qui reste du revenu des ménages après paiement des impôts, cotisations sociales, intérêts d emprunts et de diverses charges. Il détermine directement le gisement d épargne disponible, mais il n est pas explicatif des différences de taux d épargne entre les pays: comme on le verra, l Espagne et le Royaume-Uni sont les deux pays d Europe où les ménages ont le plus faible taux d épargne. Or le premier est le pays où le revenu disponible par tête est le plus faible, et le second est le pays où il est le plus élevé. Tableau 1 Revenu disponible brut des ménages en 2002 (EUR par habitant) Espagne Finlande Pays-Bas Italie Belgique France Danemark Allemagne Royaume-Uni Le revenu disponible brut des français est médian en Europe. Depuis 1987, il a eu tendance à augmenter lentement mais plus régulièrement que celui des autres européens. Depuis 3 ans, sa progression se ralentit. La récession des années apparaît avoir été particulièrement sévère en Italie. L autre évolution heurtée est celle du Royaum-Uni, qui bénéficie depuis 1997 d un taux de croissance du revenu nettement plus rapide que celui du reste de l Europe, et qui met les Britanniques 5

6 nettement en tête en Cette croissance rapide a pu contribuer à l entrain des consommateurs britanniques, et donc symétriquement à la baisse de leur taux d épargne. Globalement, la progression du revenu des ménages s est ralentie en 2002 dans la plupart des pays, ce qui explique le ralentissement parallèle de la progression de la consommation. Graphique 1 Evolution du Revenu disponible brut (en euros par habitant) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni Les prélèvements obligatoires et le revenu disponible Les cotisations sociales et les impôts ont par définition un impact direct négatif sur le revenu disponible des ménages. La somme des impôts sur les particuliers et des cotisations sociales représente 45,8% du revenu disponible brut des ménages français. Ce taux n est que de 41% au Royaume-Uni, mais il atteint 61,4% aux Pays-Bas. Cependant, les seules cotisations sociales placent la France en tête, à peu près à égalité avec la Belgique, seulement derrière les Pays-Bas. Or les cotisations sociales sont moins progressives que les impôts, qui s imputent, proportionnellement, plus aux revenus élevés. On sait que la propension à épargner dans un pays donné augmente avec le revenu. Les cotisations sociales amputent donc, plus que les impôts, les dépenses de consommation. On constate d ailleurs 6

7 que les deux pays qui ont le taux d épargne le plus bas l Espagne et le Royaume-Uni ont un taux de cotisations sociales bas, par rapport à l Allemagne, la France, l Autriche, la Belgique ou les Pays-Bas. Tableau 2 Les prélèvements obligatoires pesant sur le revenu disponible des particuliers (en % du Revenu disponible brut) Cotisations sociales Impôts Total Grèce 18,7 8,0 26,7 Portugal 21,9 8,9 30,8 Espagne 23,5 11,3 34,9 Italie 21,3 16,8 38,1 Royaume-Uni 22,2 18,8 41,0 Allemagne 29,7 14,9 44,5 France 31,4 14,4 45,8 Autriche 29,1 18,2 47,3 Finlande 25,4 27,7 53,1 Belgique 31,6 22,3 53,9 Pays-Bas 47,3 14,1 61,4 7

8 1.3 Le revenu disponible brut ajusté Les comptables nationaux ont aussi retenu une notion de Revenu disponible brut Ajusté, qui ajoute au Revenu disponible brut qui sert habituellement de référence, les prestations individualisées fournies en nature par la collectivité aux ménages, comme l éducation et les remboursements de Sécurité Sociale. Cette notion est très pertinente, puisque ces prestations doivent s analyser comme de la consommation des ménages, que ces derniers les financent par des paiements en espèces ou par leurs cotisations et leurs impôts. Malheureusement, cette information n est pas disponible dans tous les pays, et elle est donc assez peu utilisée. La prise en compte des transferts sociaux en nature augmente le revenu disponible des ménages. Tableau 3 Formation du revenu disponible brut par habitant en 2002 (en euros) Revenu disponible brut Transferts sociaux en Revenu disponible brut nature ajusté Espagne Pays-Bas Italie Royaume-Uni France Cette particularité est importante pour le calcul des taux d épargne car, on le verra dans la suite, elle a un effet mécanique à la hausse sur celui-ci. 8

9 2. Les taux d épargne L épargne est cette partie du revenu disponible qui n est pas utilisée pour la consommation finale. Les taux d épargne rapportent l épargne au revenu disponible des ménages. Plusieurs définitions du taux d épargne des ménages existent en pratique. On se réfère parfois à une «épargne nette», définie comme la partie du revenu hors consommation finale, mais aussi hors consommation de capital fixe. Dans le cas d un particulier, la consommation de capital fixe correspond principalement aux dépenses qu il doit engager sur son logement pour éviter que celui-ci ne se déprécie au cours du temps. L autre composante de la consommation de capital fixe des ménages s applique au capital professionnel des entrepreneurs individuels. Si elle a sa pertinence économique, nous ne retiendrons cependant pas cette notion ici car le calcul de la consommation de capital fixe soulève de nombreuses difficultés méthodologiques, qui n ont pas été résolues de la même manière dans tous les pays : un préalable serait notamment de disposer de séries cohérentes sur le patrimoine non financier des ménages, ce qui est encore loin d être le cas en comptabilité nationale. Nous retiendrons donc ici le taux d épargne brut, qui ne tient pas compte de la consommation de capital fixe. Mais nous proposons aussi un taux d épargne «ajusté» qui prend en compte, lorsque les statistiques sont disponibles, dans la consommation des ménages, les transferts sociaux en nature, dans les domaines de la santé et de l éducation notamment. 2.1 Le taux d épargne brut Le taux d épargne brut des ménages rapporte la part de leur revenu disponible qui n est pas affectée à la consommation, à ce même revenu. Cette part non consommée du revenu est affectée à des investissements physiques principalement le logement, mais aussi l équipement professionnel des entrepreneurs individuel -, ou financiers. Le premier constat qui ressort du graphique 2 est qu il n y a pas de permanence nationale des taux d épargne : la France, qui est dans le groupe des pays de tête en 2002, était comparativement à un niveau bas dans deuxième moitié des années 80. En 1987, les français épargnaient moins que les britanniques en

10 Néanmoins, depuis 15 ans, les taux d épargne des ménages des grands pays européens convergent. Dans l Europe de 2002, deux grands pays se singularisent par un faible taux d épargne: L Espagne et surtout le Royaume-Uni. Mais dans tous les autres grands pays - dont la France -, les ménages consacrent à leur épargne une part équivalente de leur revenu, comprise entre 15 et 17%. Juste après la réunification de leur pays, les allemands épargnaient, en moyenne, plus que les Français. Mais depuis sept ans, les deux pays évoluent de manière très proche. L Allemagne, comme la France, se caractérise par une inertie de son taux d épargne : les tendances généralement observées dans le reste de l Europe baisse du taux d épargne jusqu en 2000 puis remontée ensuite y sont très atténuées. L Italie et les Pays-Bas avaient en 1995 des taux d épargne nettement supérieurs, qui ont ensuite convergé vers le niveau franco-allemand. Tableau 4 Taux d épargne brut des ménages européens fin 2002 (en % du Revenu disponible brut) France 16.7 Belgique 16.4 Allemagne 16.4 Italie 15.8 Pays-Bas 14.6 Espagne 10.6 Danemark 8.4 Grèce 8.0 Finlande 7.4 Royaume-Uni

11 Graphique 2 Evolution du taux d épargne brut des ménages (en % du Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni Le taux d épargne «ajusté» Le taux d épargne est influencé par le mode d organisation sociale, qui donne, selon les pays, une place plus ou moins large aux transferts sociaux individualisés 1 fournis en nature : remboursements de sécurité sociale, prestations médicales ou hospitalières non payées par les bénéficiaires, réductions de tarifs dans les transports publics, éducation nationale, etc. Celles-ci n impactent pas l épargne. Mais si l on rapporte l épargne au revenu ainsi défini, le taux d épargne baisse puisque le dénominateur du ratio augmente. Et il baisse plus ou moins selon l importance de ces prestations en nature. 1 Ne sont pas couvertes dans ce champ les activités administratives lorsque le bénéficiaire n est pas individualisable, comme la Défense Nationale, la Recherche, les fonctions régaliennes de l Etat etc. 11

12 Comme on l a vu, ces prestations en nature sont importantes en France, puisque leur prise en compte augmente de 23,4% le revenu disponible brut des ménages. Si l on calculait le taux d épargne selon cette méthode, celui-ci serait plus diminué en France qu en Espagne ou au Royaume-Uni. La prise en compte des services fournis en nature par la collectivité publique diminue de 3,1 points le taux d épargne des Français, mais de 0,9 points seulement celui des Britanniques. Tableau 5 Composantes du taux d épargne en 2002 (en %) (1) Prestations en nature/revenu disponible brut (2) Taux d épargne brut «traditionnel» (3) Impact du de la prise en compte des transferts en nature sur le taux (4) Taux d épargne brut ajusté (2) + (3) d épargne Italie 27,0 15,8-3,3 12,5 Espagne 16,8 10,6-1,5 9,1 France 23,4 16,7-3,1 13,6 Pays-Bas 25,5 14,6-2,9 11,7 Royaume-Uni 21,7 5,2-0,9 4,3 2.3 Le taux d épargne financière Le taux d épargne financière rapporte le solde net des acquisitions d actifs financiers et de la variation de l endettement, au Revenu disponible brut. Dans les pays où la capitalisation intervient dans le financement des retraites, les cotisations aux fonds de pension impactent positivement le taux d épargne financière, et les prestations de retraite l impactent négativement. En 2002, le taux d épargne financière des Français est équivalent à celui des allemands et des Italiens : de l ordre de 8% du revenu disponible brut. Ce taux est beaucoup plus faible en Espagne et aux Pays-Bas. Il est même négatif au Royaume-Uni. Sur la période , on note une convergence des taux allemands et français, les premiers ayant eu tendance à augmenter et les seconds à baisser jusqu en Depuis cette date ils évoluent en parallèle. Les trois pays qui se situent à des niveaux bas en 2002 (Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni), ne se distinguaient pas des autres pays au milieu des années 90 12

13 Tableau 6 Taux d épargne financière des ménages européens fin 2002 (en % du Revenu disponible brut Belgique 13.1 France 8.8 Allemagne 8.0 Italie 7.2 Espagne 2.2 Pays-Bas 1.2 Finlande -0.3 Royaume-Uni -2.0 Danemark -2.1 Graphique 4 Evolutions des Taux d épargne financière des ménages (en % du revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

14 3. Les placements financiers 3.1 L importance des placements financiers Depuis 1995, dans la plupart des grands pays, les ménages affectent chaque année entre 9% et 14% de leur revenu disponible à des placements financiers. Aucune tendance nette ne se dégage, et la hiérarchie des taux de placements des différents pays varie chaque année : en 2002, les Français ont placé un peu moins que les Britanniques et les Espagnols, mais l année précédente c est l inverse qui était vrai. En général cependant, les Allemands ont consacré un peu moins de leurs ressources aux placements financiers que les Français, sans que cette différence soit très significative. Un pays se distingue de tous les autres par un taux de placements financiers toujours nettement plus élevé que les autres : les Pays-Bas. Graphique 5 Evolutions des taux de placements financiers des ménages (en % du revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

15 3.2 L effort d épargne lié aux fonds de pension Les acquisitions nettes par les ménages de droits financiers sur les fonds de pension sont une composante de l épargne, dans les pays où ces fonds existent. Cette composante est la résultante de plusieurs flux : Les cotisations qu ils versent, et les cotisations des employeurs à leur profit, augmentent les droits des ménages. Le revenu des actifs des fonds de pension augmentent leurs droits Les pensions qui leur sont payées diminuent leurs droits Les frais de fonctionnement des fonds de pension diminuent leurs droits Ces acquisitions nettes viennent augmenter le taux d épargne, alors que dans les régimes de retraite par répartition, les cotisations et les pensions n ont pas d impact sur l épargne. Dans la graphique ci-dessous est représentée la contribution à l épargne de cet agrégat 2, depuis 1987 dans les pays où cette information est disponible. Les Pays-Bas se singularisent par un excès très significatif des cotisations et des revenus des fonds de pension sur les pensions payées. Cet excès a baissé de trois points environ dans les années 80, puis à nouveau de trois points environ depuis En 2002, l effort net des hollandais pour leurs retraites capitalisées explique encore 6,6 points de taux d épargne. L excédent d épargne généré par les ménages britanniques sur leurs fonds de pension est comparativement beaucoup plus faible. Il a baissé très rapidement jusqu au milieu des années 90, il s est ensuite stabilisé mais est nouveau en baisse depuis 2000, les revenus du portefeuille des fonds de pension ne suffisant plus à compenser la dégradation du ratio cotisations/pensions. Plus de quatre points de baisse du taux d épargne des britanniques depuis 1989 s expliquent par l évolution de cet agrégat. En Espagne, en Italie et en Allemagne cette contribution est inférieure ou voisine de 1% du revenu disponible, et elle est proche de zéro en France. 2 Dans le vocabulaire du standard ESA 95 de comptabilité nationale, cet agrégat est appelé «Ajustement pour variation des droits des ménages sur les fonds de pension» 15

16 Graphique 6 Contribution du poste «Ajustement pour variation des droits des ménages sur les fonds de pension» à l épargne des ménages Allemagne Espagne Italie Pays-Bas Royaume-Uni La composition des placements financiers Les grandes catégories de placements financiers des ménages sont : La monnaie fiduciaire et les dépôts à vue ou à terme Les actions et autres participations, y compris les titres d OPCVM Les droits sur les provisions techniques d assurance, notamment l assurance-vie et les fonds de pension 16

17 La monnaie et les dépôts La France se trouve dans une position médiane pour les encours de monnaie et de dépôts des ménages, qu on les rapporte au nombre d habitants ou au revenu disponible. Tableau 7 Monnaie et dépôts détenus par les ménages européens fin 2002 Encours par habitant Encours en % du RDB Suède Finlande ,9 Portugal Espagne ,6 Italie ,1 Danemark ,1 France ,6 Allemagne ,9 Pays-Bas ,9 Royaume-Uni ,8 Belgique ,3 Autriche Moyenne de la zone euro ,2 Les français ont toujours placé en monnaie et dépôts une proportion de leur revenu inférieure aux hollandais et aux anglais depuis En 2001 et 2002, ils ont été ceux, avec les italiens, qui ont le moins investi sur ces actifs. Graphique 7 Flux nets de Monnaie et dépôts (en % du Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

18 Actions et autres participations Les chiffres de comptabilité nationale placent les français en tête des détenteurs d actions et autres participations, seulement dépassés par les belges. Cependant, les comptables nationaux de ces différents pays ne valorisent pas de la même manière les actions non cotées. Dans les comptes allemands et hollandais, les actions non cotées sont valorisées sur la base de leur valeur nominale, alors qu en France, en Italie ou en Espagne, les statisticiens s efforcent de déterminer une valeur marchande de ces actions, sur la base des valorisations des actions cotées observées en Bourse. Quelques soient les mérites des deux approches, l approche par la valeur nominale aboutit, toutes choses égales par ailleurs, à une valorisation beaucoup plus faible. Tableau 8 Actions et autres participations détenus par les ménages européens fin 2002 Encours par habitant Encours en % du RDB Pays-Bas ,7 Allemagne ,7 Danemark ,5 Espagne ,1 Royaume-Uni ,1 Finlande ,7 Italie ,8 France ,5 Belgique ,6 Moyenne zone euro ,2 L inconvénient de la divergence d approche de valorisation s estompe lorsque l on observe, non plus les encours détenus, mais les achats ou ventes nettes de titres : on observe alors des profils beaucoup plus convergents. Globalement, les européens de la zone euro ont été plutôt acheteurs nets de titres sur la période, tandis que les britanniques ont été vendeurs nets (sauf en 2002). Depuis l éclatement de la bulle financière, les français et les anglais ont moins diminué leurs achats nets que les autres européens, tandis que allemands, qui avaient plus que les autres participé à la bulle, et les hollandais sont devenus vendeurs nets. 18

19 Graphique 8 Flux nets d actions et autres participations (en % du Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni Provisions techniques d assurance Les deux principaux éléments d actifs répertoriés sous cette rubrique sont les contrats d assurance-vie et les avoirs sur les fonds de pension. Comme on pouvait s y attendre, les pays qui, comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni et le Danemark ont développé des systèmes de retraite par capitalisation détiennent à ce titre un patrimoine plus important que les autres. Mais, parmi les pays qui n ont pas un système de retraite par capitalisation développé, c est en France que les ménages détiennent l encours le plus important. Tout se passe comme si les Français compensaient l absence de régimes de retraite pré-financés par d importantes souscription de contrats d assurance-vie 3. 3 L enquête COE-CSA de janvier 2004 sur les comportement d épargne financière des ménages français indique d ailleurs que l épargne de précaution est de plus en plus motivée par la préparation de la retraite. 19

20 Tableau 9 Provisions techniques d assurance à l actif des ménages européens, fin 2002 Encours par habitant Encours en % du RDB Espagne ,7 Finlande ,1 Italie ,0 Autriche Belgique ,8 Allemagne ,2 France ,5 Danemark ,2 Royaume-Uni ,7 Pays-Bas ,7 Moyenne zone euro ,3 En flux d investissement, les profils sont beaucoup plus convergents : la plupart des pays consacrent chaque année, entre 4 et 6% de leur revenu à ces placements. Les hollandais font exception, même si leurs acquisitions de droits ont eu tendance à décroître depuis Mais en 2002, ce poste (fonds de pension plus assurance-vie) explique 10 points de l épargne des ménages hollandais. Graphique 9 Flux nets de provisions techniques d assurance (en % du Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

21 4. Les investissements non financiers La comptabilité nationale permet de comparer l importance des investissements «physiques» des ménages. Pour la plus grande partie, il s agit d acquisition ou de rénovation du logement, mais on trouve aussi dans cette catégorie les investissements professionnels des entrepreneurs individuels. Malheureusement la nomenclature de la comptabilité nationale ne prévoit pas de fournir une ventilation des investissements des ménages selon leur objet. Les pays européens se répartissent en trois groupes pour l investissement non financier des ménages : dans deux pays la Suède et le Royaume-Uni -, les ménages investissent moins de 6% de leur Revenu disponible brut. Un groupe de cinq pays, dont fait partie la France, investissent des montants équivalents à 8-9% de leur revenu disponible. Un troisième groupe de pays, investissent plus de 10% de leur revenu. Les Pays-Bas se singularisent par un taux supérieur à 13%. Tableau 10 Formation Brute de Capital Fixe fin 2001 (en % du Revenu disponible brut) Suède 5,3 Royaume-Uni 5,9 Grèce 7,9 Autriche 8,2 France 8,7 Belgique 9,1 Finlande 9,2 Italie 10,0 Allemagne 10,1 Espagne 10,6 Danemark 10,6 Portugal 11,2 Pays-Bas 13,4 21

22 L évolution dans le temps des grands pays européens fait apparaître des évolutions contrastées. Une persistance de la faiblesse de l investissement au Royaume-Uni. A l inverse, une croissance presque continue aux Pays-Bas depuis En Allemagne, une vive croissance au début des années 90, reflétant l effort intense de construction après la réunification du pays. Mais l investissement des ménages décroît continuement depuis 1995 et converge vers un niveau équivalent à celui de la France. L investissement des ménages français, très élevé aux début des années 80, a décru continuement jusqu en 1993, pour rester stable depuis cette date. L Italie présente un profil ressemblant à celui de la France, mais à un niveau supérieur de deux points. Enfin en Espagne, l investissement physique des ménages a vivement augmenté depuis le milieu des années 90. La construction de logements a été très importante depuis 1998 si bien que le stock physique de logement (en superficie) a augmenté d un tiers en quelques années 4. Graphique 10 Evolution de la Formation Brute de Capital Fixe des ménages (en % de leur Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni Source : José Manuel Naredo, Carmen Marcos, Oscar Carpintaro, El patrimonio financiero-immobiliaro de los hogares españoles, Revue de la Bourse de de Madrid, Janvier

23 5. Le crédit 5.1 Le taux de recours au crédit et l endettement Dans tous les pays européens sauf en Allemagne, les ménages ont sensiblement augmenté leur recours au crédit. Entre 1995 et 2002, le flux net des emprunts des ménages (nouveaux crédits moins remboursements de crédits anciens) a plus que doublé en Espagne et aux Pays-Bas, il a triplé au Royaume-Uni et quadruplé en France. Mais la situation de départ était très différente d un pays à l autre : aux Pays-Bas, les ménages, qui empruntaient déjà beaucoup en début de période, se procurent ainsi l équivalent d un cinquième de leur revenu en ressources financières externes. La France fait partie, avec l Allemagne et l Italie, des pays où le taux net de recours au crédit par les ménages est faible, inférieur à 5% de leur Revenu disponible brut. Toutefois, la courbe française, en augmentation régulière depuis 1995, croise la courbe allemande, en baisse depuis Graphique 11 Taux de recours au crédit (en % du Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

24 L endettement par habitant des Français est dans la médiane européenne. Par rapport au revenu brut disponible, il est dans la moitié basse des pays : par rapport à cet indicateur, seuls les italiens sont moins endettés. Tableau 11 les encours d endettement des ménages en 2002 Endettement par habitant (en Euro) Endettement en % du Revenu disponible brut Italie ,2 Portugal Espagne Finlande ,2 Belgique ,7 France ,4 Autriche Suède Allemagne ,7 Royaume-Uni ,1 Pays-Bas ,4 Danemark ,7 Moyenne zone euro ,6 De 1995 et 2002, l endettement des ménages a augmenté faiblement en Allemagne et en France, mais a partir de niveaux nettement plus faibles en France. Il a augmenté vivement en Espagne, où cette augmentation apparaît comme un rattrapage par rapport au niveau bas du milieu des années 90. Et surtout il a augmenté très vivement aux Pays-Bas, qui étaient pourtant déjà à des niveaux élevés en Graphique 12 Endettement des ménages (en % de leur Revenu disponible brut) Allemagne Espagne France Italie Pays-Bas Royaume-Uni

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-2004)

Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-2004) Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-24) Denis MARIONNET Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études et Statistiques monétaires

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les pratiques d épargne en Europe

Les pratiques d épargne en Europe Les pratiques d épargne en Europe Didier Davydoff (directeur) et Laetitia Gabaut Observatoire de l Épargne Européenne Selon les données rassemblées par l OCDE, le taux d épargne net des ménages a été,

Plus en détail

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Colloque Protection sociale d entreprise IRES, CNAM, IRDES Paris, 25-26 mars 2010 Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Florence Lefresne (IRES) et Catherine Mathieu

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000

EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000 EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000 Etude subventionnée par la Commission des Communautés européennes André Babeau Décembre 2001 Auguste Mpacko Priso 33 rue de Miromesnil 75008 Paris France Tel.

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

ECONOMIE APPROFONDIE

ECONOMIE APPROFONDIE ECONOMIE APPROFONDIE 1 Introduction Qu est-ce que l enseignement intitulé «économie approfondie»? Dans ce cours, nous allons approfondir nos connaissances en science économique, à travers quelques grands

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Avril 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Agence Nationale pour la Participation des Employeurs à l effort de Construction LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Mai 2010 GMV Conseil 25 rue Titon F- 75011

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Jérôme COFFINET, Christophe JADEAU Direction de l Ingénierie et de la Maîtrise d ouvrage statistiques Service d Ingénierie et de

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

L évolution des placements financiers des ménages français en 2011

L évolution des placements financiers des ménages français en 2011 L évolution des placements financiers des ménages français en 11 Adeline BACHELLERIE et Daniel GABRIELLI Direction générale des Statistiques Direction des Statistiques monétaires et fi nancières Olivier

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Géographie de l épargnant européen

Géographie de l épargnant européen Géographie de l épargnant européen ANDRÉ BABEAU * UUne première : le tableau général des compor - tements d épargne en Europe. Où l on voit que les Britanniques et les Néerlandais sont les champions de

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Le système français des retraites a déjà subi de nombreuses modifications depuis près de 20 ans, dans le but de le consolider face

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite -------------------------

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- (Document de travail pour les intervenants) Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- Ce document de travail peut être remis aux intervenants mais ne peut être

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5 La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande 1 9 m a i 2 0 1 5 Intervenants Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail